Version classiqueVersion mobile

La critique d'art à l’écran (Tome 2)

 | 
Sylvain Dreyer
, 
Dominique Vaugeois

IV. Filmer l’écrivain à la télévision et sur internet

La critique comme défiguration : Toute marche mystérieuse vers un destin (le cas Lovecraft) (1999) de Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic

Pierre Eugène

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’origine de Toute marche mystérieuse vers un destin (le cas Lovecraft)1, diffusé en 1999 dans le cadre de la collection télévisuelle « Un siècle d’écrivains » et consacré à Howard Phillips Lovecraft (1890-1937), se trouve un couple de cinéastes : Pierre Trividic et Patrick Mario Bernard, qui entament avec ce premier opus une collaboration pérenne qui donnera lieu à six films de cinéma et de télévision, dont le dernier est sorti en 20192. Au moment de cette première réalisation, Pierre Trividic est alors scénariste (à l’instar de sa sœur Anne-Louise Trividic, qui participe au film, mais uniquement à sa conception), écrivant notamment pour Pascale Ferran ou Patrick Chéreau, après une formation à l’IDHEC et une activité de plasticien vidéo au cours des années 1980. Patrick-Mario Bernard, lui, vient des Beaux-Arts : il est plasticien, graphiste et scénographe.

Si leur film suivant, Ceci n’est pas une pipe (2001), autofiction autour de leur intimité, montre Trividic écrivant à l’ordina...

© Presses universitaires du Septentrion, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search