Version classiqueVersion mobile

La critique d'art à l’écran (Tome 2)

 | 
Sylvain Dreyer
, 
Dominique Vaugeois

IV. Filmer l’écrivain à la télévision et sur internet

Jarry par Averty : la jouissance du décervelage

Philippe de Vita

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Qu’on pèse donc les mots, polyèdres d’idées, avec des scrupules comme des diamants à la balance de ses oreilles, sans demander pourquoi telle et telle chose, car il n’y a qu’à regarder, et c’est écrit dessus1.

Il y eut sans doute quelque évidence à confier le numéro d’Un siècle d’écrivains consacré à Alfred Jarry à Jean-Christophe Averty, qui avait noué un long dialogue avec l’auteur d’Ubu Roi. Il avait proposé dès 1965 une adaptation de cette pièce pour la télévision. Avaient suivi Ubu enchaîné en 1971, Ubu Cocu en 1981. En 1980, Averty s’était même risqué à mettre en images le sulfureux Surmâle. Il était devenu, en outre, Satrape du collège de Pataphysique en 1990.

Mais en 1995, lorsqu’on lui passe commande de ce documentaire, le réalisateur est plongé dans ce que sa biographe appelle une « ère du désenchantement2 », ne travaillant plus à la télévision que ponctuellement. Il semble avoir eu assez tôt l’impression que son rêve de télévision avait disparu. Dans les années 1980 apparai...

Auteur

Université d’Orléans

© Presses universitaires du Septentrion, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search