Version classiqueVersion mobile

La critique d'art à l’écran (Tome 2)

 | 
Sylvain Dreyer
, 
Dominique Vaugeois

II. Filmer la poésie

Sophia de Mello Breyner Andresen (1969) de João César Monteiro : « la poésie ne peut pas être filmée »

Régis Salado

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Premier film, et seul documentaire, réalisé par João César Monteiro (1939-2003), qui le signe du nom de João César Santos, le court-métrage éponyme consacré à la poétesse portugaise Sophia de Mello Breyner Andresen (1919-2004) est à bien des égards un film à part dans la filmographie du cinéaste, sans rapport immédiatement perceptible avec la suite de son œuvre1. Cinquante ans après l’achèvement de ce film inaugural, alors qu’est célébré le centenaire de la naissance de l’écrivaine, le portrait réalisé par Monteiro impressionne rétrospectivement par son acuité et par son intelligence critique autant que par sa beauté. Tout en rendant justice à l’univers lyrique de la poétesse, avec lequel entrent en résonance plusieurs passages du film, le cinéaste introduit en effet un point de vue plus distancié sur cet univers poétique dont il questionne la souveraineté. Après avoir rappelé le contexte dans lequel Monteiro a réalisé son premier film, on se concentrera sur ce rapport double de cél...

© Presses universitaires du Septentrion, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search