Version classiqueVersion mobile

La désunion du couple sous l’Ancien Régime

 | 
Alain Lottin

Chapitre 3. Les mal-unis

Jean-Renaud Machuelle

Note de l’éditeur

Avec la collaboration de : Jean-Renaud Machuelle [contributeur]  Dominique Morin [contributeur]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Concubinages et Mariages illicites sont les deux expédients utilisés par les couples à qui le mariage légal est interdit, impossible, ou du moins sujet à dispense.

Les concubinages

Comme le rappelle Cécile Piveteau « L’Église devait être tout naturellement amenée à condamner le concubinage qui est en quelque sorte une contrefaçon du mariage. Pour le droit canonique, tout commerce sexuel en dehors du mariage est une fornication, et doit être puni comme tel »1. L’article 8 du décret de réformation du Concile de Trente, XXIVe Session, précise que « lesdits concubinaires, tant mariés que non mariés, de quelque état dignité et condition, si après avoir été avertis trois fois par l’ordinaire, ils ne s’éloignent pas de leurs concubines et ne se séparent pas de toute relation avec elles, seront frappés d’excommunication et ne seront absous tant qu’ils n’auront pas obéi à l’admonestation faite. Quant aux femmes, mariées ou non qui vivent publiquement en adultère ou en concubinage, si après avo...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search