Version classiqueVersion mobile

La désunion du couple sous l’Ancien Régime

 | 
Alain Lottin

Chapitre 2. Les fiançailles rompues ou empêchées

Kathleen Pasquier et Alain Lottin

Note de l’éditeur

Avec la collaboration de :  S. Delloye [contributeur]  Kathleen Pasquier [contributeur]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sous l’Ancien Régime, le mariage est précédé de fiançailles religieuses, ou «sponsalia de futuro », pendant lesquelles les fiancés échangent leurs promesses en présence d’un prêtre1. L’importance de cette institution s’explique essentiellement par deux raisons. La première est liée à la doctrine catholique du mariage, elle-même, La base du sacrement est dans le libre consentement des parties ; or celui-ci, d’une certaine manière, est acquis lors des promesses faites en public aux fiançailles. Ces paroles, même si elles ne sont pas définitives, engagent donc fortement ceux qui les ont proférées, dans la matière même du sacrement. La seconde raison vient de la tradition. L’histoire a contribué à donner à cette institution sa force. Au Moyen Âge, nous l’avons dit, la frontière entre fiançailles et mariage était floue. Le mot même de « sponsalia » qui désigne les fiançailles traduit cette équivoque puisque « sponsus et sponsa » veulent dire époux et épouse. Grégoire IX admet que les « ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search