Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie à Tahiti au temps de la reine Pomaré

 | 
Patrick O’Reilly

XIV. Divertissements

Texte intégral

Que ferons-nous cette semaine ?

1Les distractions sont rares dans le Papeete du milieu du siècle dernier. Dames de la société et épouses de fonctionnaires reçoivent et échangent des visites. Capeline en tête, ombrelle à la main, un cocher indigène les conduit plusieurs fois par semaine dans un tilbury attelé d’un cheval fringant à quelque goûter qui va permettre les papotages. On échange là les derniers potins de la chronique locale : l’arrivée de la mode et des dernières fanfreluches parisiennes, les navires attendus, la déconfiture prochaine d’une maison de commerce. Un duel est une aubaine aussi rare que les mésaventures conjugales d’un commissaire impérial. Les maris de ces dames en font autant le soir, au cercle, entre cent points de billard ou une partie de whist russe. Ici on parle promotions, nouvelles soldes coloniales, frais de représentation, hausse des fonds d’état et baisse des cours de l’huile de coprah.

2On se retrouve le dimanche pour pique-niquer entre amis dans une vallée voisine ou au bord de la mer. Les domestiques sortent des coffres des voitures des paniers remplis de provisions et de bonnes bouteilles et étalent une nappe sur le sol. On a même apporté quelques fauteuils pour les dames. Cela s’appelle un « déjeuner sur l’herbe ».

3Le samedi, il y a souvent bal.

  • 1 E. Monet de la Marck : Lettres d’un marin. Evreux, 1871, p. 131.

« Je vais danser, écrit Monet de la Marck, depuis 8 heures du soir jusqu’à minuit chez un Anglais assez riche, nommé Hort, qui dans le but d’être agréable aux dames de la colonie, donne une soirée dansante tous les samedis... Le commandant particulier vient souvent à ces soirées. Il a une belle voix et chante volontiers. Malheureusement il a adopté un choix de romances où il y a toujours de petits oiseaux et il prononce : petits noiseaux. Cela fait notre bonheur et on ne l’appelle plus que Petit noiseau »1.

4L’aspirant Antoine, en 1864, assiste lui aussi à un bal chez des notables :

  • 2 Ch. Antoine, BSEO, t. 7, p. 481-82.

« J’y ai fait mon devoir consciencieusement et je m’en ressens. En France, on ne danse pas tous les jours avec des reines. Pomaré IV était au bal avec sa fille, la reine de Bora Bora, et la reine de Raiatea... Elles dansent parfaitement. Elles sont un peu lourdes. Il ne faut pas s’en étonner, une d’elles pèse autant que deux hommes européens. Mais aussi, on a l’avantage de pirouetter avec un élan irrésistible. Le tout est de les mettre en mouvement... Le confortable ne laissait rien à désirer. Près du salon se trouvait servie une table couverte de gâteaux, de rafraîchissements. On y conduisait les dames après chaque danse, on les servait et après on retournait soigner la bête »2.

5Les bains de mer sont pratiquement inconnus : la mode n’en est pas encore née. On craindrait du reste les requins de la rade attirés par les déchets de viande des abattoirs. Un arrêté local de 1869 défend absolument la chasse. La mesure a été prise pour éviter la dépopulation complète des bois et protéger les quelques rares oiseaux des îles. Le juge Jacolliot ayant passé outre à la défense, son ennemi mortel, le procureur impérial Holozet dit qu’il poursuivra s’il y a procès verbal. Ce qui arriva. Jacolliot, son arme en main, se fera pincer par un mutoi. Mais Martiny, le chef de la police indigène, fera sauter l’affaire.

  • 3 BSEO, t. 10, p. 779.

6Il reste de monter à cheval. A la suite d’accidents, « il est défendu aux personnes à cheval de galoper dans l’enceinte de Papeete depuis l’espace compris entre le camp de l’Uranie et le pont de la rivière de Pape-aua sur la route de Papaoa. Les contrevenants sont passibles de vingt francs d’amende sans préjudice de dommages et intérêts envers toute partie civile s’il y a lieu »3.

  • 4 E. Perkins, Na Motu, Reef rovings in the South Sea. New York, 1854 ; p. 301-302.

7A ce prix, les amazones sont rares. Il y a pourtant « une très belle promenade sur le Broom Road, vers la Fataua », déclare E. Perkings en 1854, qui signale « une autre promenade fréquentée à Matavai et à la pointe Vénus » car l’équitation est une agréable diversion dans la vie monotone de la ville. J’ai loué le cheval d’un cousin de la reine Pomaré. Je le laisse généralement attaché dans ma cour dont je ferme la porte ; mais deux fois, le matin, il a disparu, et chaque fois, mon boy l’a retrouvé à la fourrière. J’ai été obligé de payer deux dollars pour le récupérer. J’ai toujours pensé que l’animal avait été volontairement enlevé par quelques indigènes qui le menait à la fourrière et avait droit à la moitié de l’amende. Je me suis laissé dire que ce genre de transactions arrivait souvent4.

8Hormis peut-être une excursion au lac Vahiria pour y voir des anguilles à oreilles, excursion qui restera « l’aventure » de leur vie, neuf sur dix des femmes européennes de Papeete n’ont jamais dépassé la Papenoo ou la Punaruu. Seuls les visiteurs étrangers tentent parfois une expédition sur la côte ouest. On va saluer Tati Salmon, le chef de Papara ; les plus hardis poussent jusque chez Ori a Ori, à Tautira. L’accueil est amical, la réception chaleureuse ; ce ne sont que chants, danses et grands repas... Encore faut-il y parvenir !

  • 5 Lady Brassey, Letterpress, London, 1882, p. V-VII.

« La promenade nous a pris onze jours, écrit Lady Brassey, on s’arrêtait chaque nuit dans un village sur la côte où une petite hutte indigène était toujours à notre disposition... Cela semble long mais dans un si ravissant paysage on ne peut que flâner ! Ce que l’on appelle route n’existe plus dans l’arrière de l’île. Nous devions souvent marcher à travers les herbes et la plupart des petits ponts de bois s’étaient écroulés. Nous avons dû parfois aller par la mer, seule méthode pour contourner les nombreuses rivières qui descendaient de la montagne et traversaient notre chemin.
« Nous avons fait l’excursion dans une petite voiture ouverte, tirée par deux poneys et conduite par un cocher chinois qui prenait soin de notre équipage, Je ne dirai jamais assez de bien de Ah-Fa, notre excellent Chinois et de l’infinie patience avec laquelle il franchissait les nombreux obstacles. Et tout particulièrement ce jour où il avait plu et où il dut aller chercher des hommes au village voisin pour porter poneys, voiture, bagages et nous-mêmes au-dessus de la rivière. De plus, il était très honnête... Outre le soin qu’il prenait des poneys, Ah-Fa était très attaché à notre chien Bruce qu’il appela rapidement « Boo » et, lorsque le chien s’asseyait auprès de son unique ami, tous deux se mettaient à parler »5.

  • 6 P. Loti, Journal intime, BSEO, t. V, p. 325.

9Pour éviter l’ennui, il reste à collectionner coquillages ou coraux. On n’y manque pas. On reprochera à je ne sais plus trop quel gouverneur de faire travailler les menuisiers de ateliers militaires pour lui confectionner des meubles à tiroir pour ses collections. Et Loti assure qu’une « vieille sauvagesse » qui gitait à Motu Uta « passait ses journées à pêcher sur les récifs » et se révélait une excellente pourvoyeuse6.

10Ainsi, cônes aux innombrables tachetures et porcelaines richement colorées s’alignent sur les étagères, pendant que des harpes et des olives, des murex et des trocas paradent en bataillon serrés sur les rayonnages de placards vitrés. On inspecte les étals des vendeuses du marché pour y découvrir quelque espèce nouvelle. On échange des trompettes de Neptune contre des coquillages araignées aux pointes intactes. On aime aussi les grandes nacres des Tuamotu qui, bien polies, sont de véritables trésors de famille. Et qui n’espère un jour découvrir une porcelaine orange, la reine des Cyprées, la perle d’une collection tahitienne. On ferait des bassesses pour s’en procurer un spécimen.

11D’autres manœuvrent des appareils photographiques et se composent des albums de souvenirs dont les épreuves jaunies nous permettent aujourd’hui de revivre les fugitives et séculaires images d’une époque révolue. Pendant que les amateurs de curiosités exotiques ramassent au gré des circonstances, des objets indigènes, armes et tikis, tapas et fines nattes à franges qui, lors du retour en France, s’en iront égayer de panoplies océaniennes les murs d’un castel breton ou prendre place sur les étagères d’une armoire vitrée dans une maison familiale de l’Anjou ou de la Savoie.

La Petite Pologne

  • 7 E. Monet de la Marck, loc. cit., p. 127.

12Le tout venant passe ses soirées dans les établissements de la rue de la Petite-Pologne. « Allons à la promenade » disait-on quand on se rendait dans ce point de la ville. Le quartier s’anime à la fin du jour, à l’heure où s’allument les quinquets. On y boit, on y fume, on y joue ; on y chante et on y danse. C’est la vraie fête tahitienne — le mot « bringue » n’est pas du reste encore né ! Pieds nus, couronnées de fleurs odorantes, attirantes sous leurs longues robes flottantes d’indienne colorée, les jeunes Tahitiennes, les vahine de la légende, sont nombreuses. Elles aiment les étrangers argentés, les gais partenaires, les jolis officiers des stationnaires ou des navires sur rade, mais, bonnes filles, prennent tout autant de plaisir avec le dernier des mathurins. Les libations aidant, tout le monde a vite fait de se connaître. Trop vite, peut-être. On s’interpelle. On se chippe des amies d’un soir. D’où parfois quelques chamailles qui attirent le guet. « Les accordéons et une espèce de guitare dispensent une charmante musique qui fait danser à merveille »7, écrira un usager enthousiaste. Valses, polkas, mazurkas s’entremêlent de tamoure endiablés ; des farandoles improvisées festonnent la rue. Départs ou arrivées, sortie de l’hôpital ou anniversaire, promotion ou décoration, tout est prétexte à sabler le champagne et à redoubler de joie. Les auberges et les cafés de la rue de la Petite-Pologne connaissent de beaux jours. Nous sommes là au cœur de cette vie tahitienne qui fera de Papeete l’inoubliable et unique escale pour tant de générations de midships... La fête ne prendra fin qu’à l’heure du couvre-feu, alors que les coups de sifflets des chefs de nage strient la nuit qui appellent leurs hommes pour le dernier canot. Pour recommencer le lendemain, égale à elle-même.

13Voici comment, en 1858, un marin voit la « rue de la Petite-Pologne, bordée à droite et à gauche de cabarets américains où les matelots viennent boire et danser au son d’une musique généralement composée d’un violon et d’un tambour de basque.

  • 8 de Fromentière, Voyage dans l’Océan Pacifique. (Moniteur de la Flotte, 21 mars 1858, p. 3).

« Plusieurs Européens se promenaient avec des Tahitiennes ; quelques autres avaient un bras passé autour du cou de leurs compagnes ; d’autres paraissaient au contraire, poursuivre de sauvages beautés, tandis que des bandes de jeunes naturels des deux sexes, couronnés de fleurs et ornés de guirlandes de feuillage, se cherchaient, se croisaient, s’appelaient en échangeant mille propos qui excitaient toujours un rire universel. Quelques-unes de ces femmes étaient vraiment belles, avec leur teint bruni, leurs cheveux noirs retombant sur leurs épaules, leurs couronnes de jasmins et leurs longues robes flottantes, dans lesquelles se dessinent vigoureusement des formes qui n’ont rien emprunté à la ouate ni à la crinoline. J’obtins, au milieu de cette foule, un assez joli succès de curiosité, voire même un peu d’hilarité, grâce à la section de tuyau de poële dont mon chef était orné, et personne ne se gêna pour me montrer que j’étais fort drôle. La promenade dura jusqu’à sept heures et demie, et, au premier coup de tambour de la retraite, toute cette population bruyante, joyeuse et folâtre, se dissipa comme par enchantement, car il faut qu’à huit heures, au coup de canon de la rade, les indigènes soient rentrés. Seulement, la loi n’exige probablement pas que chacun soit chez soi, car il me sembla que plus d’un promeneur arrivé seul s’en allait accompagné. Décidément, en dépit des missionnaires méthodistes, les naturels avaient conservé quelque chose des mœurs anacréontiques de ceux qui accueillirent si bien les navigateurs de la fin du dix-huitième siècle »8.

14Quinze ans plus tard, Joseph Bernard, ami et compagnon de Loti à Papeete écrira :

  • 9 Association internationale des amis de Pierre Loti, juillet 1934, p. 5.

« Quand vient le soir, toute la population est sur pied et... se concentre vers la Petite Pologne. En France, cela s’appellerait un lieu de prostitution. A Tahiti la Petite Pologne est simplement une rue. Mais il faut faire complet abandon des idées qui ont cours en Europe, sur les mœurs, admettre en principe la débauche sans frein, la licence aussi naturelle que celle des bêtes sauvages »9.

Le chariot de Thespis de passage à Papeete

15Papeete, sevré de spectacle, ne boude pas les troupes de passage.

  • 10 Messager de Tahiti, 14 oct. 1855.

16« Le mercredi 10 octobre 1855, une foule stationnait aux alentours du magasin en briques en face du Gouvernement, à la porte duquel des affiches en français et en tahitien annonçaient pour le soir même une grande représentation composée de chant, de musique et de danse »10.

17Madame Thierry de Bernadelli qui se présentait modestement comme « première danseuse d’Europe » exécuta quelques danses : d’abord la Crakovienne et la cachucha, bissée à cause d’un accompagnement de castagnettes ; puis la Tarentelle et la polka nationale. Ce fut du délire : la polka fut redemandée plusieurs fois avec frénésie. « Toutes les Tahitiennes qui étaient aux premières banquettes ont jeté leurs couronnes aux pieds de Mme Bernadelli. » Son mari, « violoniste distingué, connut un grand succès avec le célèbre Carnaval de Venise de Paganini et une délicieuse fantaisie tirée de l’opéra, si populaire en France, de Lucie de Lammermoor. ». Son collègue Lanzoni, voix de baryton, déchaîna lui aussi les applaudissements avec le grand air d’Attila.

  • 11 M. Hauser, The first concert in Tahiti (Chambers’ Journal. London, June, 2, 1855, p. 337-339).

18Mishka Hauser, un autre violoncelliste, hongrois, celui-ci, passe lui aussi quelques jours à Papeete en 1855 et donne des concerts : le premier, devant le Gouverneur et la Reine. On craint d’abord un échec : le silence est difficile à obtenir et Othello ne connaît aucun succès. M. Camieux, chef de la musique de la flotte, s’essaie sur la flûte, sans plus de résultats. Alors Hauser a l’idée de jouer le Carnaval sur une seule corde. Ce fut un enthousiasme indescriptible. Il fut invité à un concert privé chez la Reine. « Mais elle parle tout le temps pendant qu’il joue et ne s’intéresse qu’à des variations improvisées sur le Yankee Doodle »11.

  • 12 Messager de Tahiti, 16 nov. 1856.

19L’année suivante, le 20 octobre 1856, la goélette Ocean Queen amenait de San Francisco le ménage Martin, artistes dramatiques, qui ont recueilli de nombreux applaudissements en Californie et se rendent à Sydney ! « Monsieur est un artiste comique distingué », Madame, « vive, sémillante et pleine d’entrain, se signale par un jeu de scène des plus coquets »12.

On commençait le spectacle à 7 h 30. Le prix des places était, aux premières, de 5 F, aux secondes de 2,50 F ; les militaires non gradés ne payaient que 1,50 F. On trouvait des billets d’avance chez M. Cébert, dont la femme dirige le cercle dit « Salon des Officiers ».

20La première représentation fut un succès. « La case du chef Arii Paea a été transformée pour la circonstance en une salle de spectacle, décorée et installée avec le meilleur goût. La scène, quoique petite, laisse aux acteurs la liberté de leurs mouvements ; les décors improvisés sont d’un fort bon effet. »

21On joue successivement La Partie de piquet, Jobin et Nanette, Le Tigre du Bengale, la Vendetta, Un Monsieur qui prend la mouche, Indiana et Charlemagne, Le Lait d’ânesse, Henriette et Charlotte, et d’autres vaudevilles aux titres aussi alléchants. Un orchestre local, dirigé par M. Busiaux, accompagnait les chœurs. Le public ne bouda pas. Dès le 24 décembre, les entrées de faveur sont suspendues. A partir du 21 janvier, M. Martin « ouvre un abonnement aux premières, à raison de 30 F pour deux mois ou huit représentations ». Par le fait seul d’abonnement du mari, lisons-nous dans le Messager de Tahiti, l’entrée de sa dame est franche. C’est là un avantage bien grand fait à notre petite société de Papeete.

  • 13 Ibid.

On joue aussi Bruno le fileur, comédie-vaudeville en deux actes ; Bromadara et Panadier en Orient, « à propos-vaudeville à grand spectacle et en un acte » ; Passé minuit, le Postier ou le jour du terme. « M. Martin, au moyen de ses abonnements a réussi à attirer la foule au théâtre ». On n’a pas renouvelé « certaines scènes nègres qui n’étaient pas du goût du public »13 par contre les Indiens viennent voir la Nuit au violon, « charmante bluette écrite pour eux, ainsi qu’une scène comique en anglais, français et tahitien », jouée par M. Castellini et deux amateurs. La dernière représentation mentionnée est un Garçon de chez Véry, donnée le 11 mars. La troupe avait tenu à Tahiti près de six mois ! On croit rêver devant cette rare persévérance !

22En 1858, W.H. Stephens, « célèbre acteur anglais et australien, propriétaire et directeur de l’ancien théâtre du Lyceum à Sydney, arrivé ici en passage pour San Francisco, a l’honneur d’annoncer qu’il a l’intention de donner en anglais trois concerts comiques. Le premier aura lieu mercredi soir 14 juillet.

  • 14 Ibid., 14 juil. 1858.

Dans le courant de cette soirée, M. Stephens fera entendre La Mort de Napoléon Ier, Le Testament du roi de Brentfert, Les sept âges de l’homme, La Légende d’Alonzo le Brave et de la Fée Imogène, Villininis et Dinah, enfin Le Voyage de Gilles Bartow, de Sydney à Tahiti... On commencera à 7 heures et demie précises »14.

  • 15 Ibid., 21 août 1863.

23Le 21 août 1863, le Messager de Tahiti annonce, en deux langues « Dimanche prochain, grande représentation. Séance de lutte et assaut chez M. Alexandre Cointot, rue de la Plage, par le célèbre John Horrigen, surnommé Bungarbey Jack. On a tout lieu d’espérer que les amateurs seront satisfaits »15.

On danse chez la Reine

24Français ou étrangers, les navires de guerre de passage à Papeete apportent toujours avec eux quelques jours de liesse. D’autant plus qu’il ont parfois comme hôtes de hauts personnages : quelque amiral en tournée d’inspection ou des princes de familles régnantes en promenade.

  • 16 Ch. Antoine, BSEO, t. 7, p. 476.

25Les musiciens de la flotte sont très appréciés. « On demande déjà notre musique à Papeete, écrit l’aspirant Antoine en 1864. Ils n’ont pas la moindre serinette, de sorte que la nôtre va faire fureur. Lorsqu’elle joue le soir, la population vient sur les quais pour l’entendre. Aux couleurs, elle joue l’hymne national »16.

26Souville a décrit l’un de ces concerts :

  • 17 E. Souville, Mes souvenirs maritimes, Paris, 1914, p. 198.

« Autour du palais, ni jardin ni parterre, mais une simple et vaste pelouse plantée de jeunes arbres. Cette pelouse où la musique vient jouer le soir devient alors le rendez-vous des femmes de Papeïti. A moins d’être moribondes, toutes les Indiennes sont là, pêle-mêle avec tout ce qu’il y a d’Européens, soldats, matelots, employés quelconques ou résidents, dansants, se roulant sur l’herbe, dans la pleine et naïve liberté de la nature. Cet incroyable spectacle, sous un magnifique ciel étoilé, dans un air embaumé, aux sons de la musique, déborde d’une poésie réaliste »17.

27Toutes les occasions sont bonnes pour convier à bord les états-majors des navires sur rade, les officiers de la garnison et les notables. En janvier 1856, par exemple, on fête sur la Dido, une corvette britannique, les héros de Malakoff et de Sébastopol :

  • 18 Messager de Tahiti, janv. 1856.

« Toute la partie arrière du bâtiment, disposée pour recevoir les convives, était ornée de guirlandes de feuillage et avec des pavillons... Le repas fut servi somptueusement... De nombreux toasts ont été portés à notre souverain l’empereur Napoléon, ainsi qu’à sa gracieuse alliée, S.M. la reine Victoria... La santé de Miss Nightingale dont le dévouement a rendu le nom si populaire, proposée par l’honorable M. Hort, a été accueillie avec enthousiasme et saluée chaleureusement par une salve de ces hourras britanniques qui, depuis l’arrivée de la Dido, font retentir fréquemment les échos paisibles du port de Papeete »18.

28Les commandants organisent des bals à leur bord. La Reine et le gouverneur ne manquent pas de rendre la politesse.

29En février 1864, c’est la Sybille qui mène la fête. « La frégate avait complètement changé d’aspect. Son gaillard d’arrière et sa dunette étaient transformés en salle de bal. Elle était splendide. Tous les pavillons de timonerie, les petites armes du navire, la verdure habilement disposée, faisaient un ensemble ravissant... Les invités ont été épatés quand ils sont montés à bord.

  • 19 Ch. Antoine, ibid., p. 483.

« A 8 h, les canots de la frégate sont allés prendre les invités. Ils ont amené d’abord la Reine et toute sa bande, le commissaire impérial et sa famille, les consuls anglais et américains... La musique a reçu les grandes autorités en leur jouant les airs nationaux.
« Le quadrille d’honneur a été dansé à 8 h et demie. Les danseuses avaient des toilettes magnifiques. C’étaient les dames blanches, métisses, tahitiennes qui forment la société de Papeete.
« Un peu après minuit, le « vieux » a fait souper. Sous le rapport des rafraîchissements, les choses ont été faites largement mais l’absence d’une maîtresse de maison se faisait sentir... Les appartements du commandant étaient bien petits. Il a fallu souper en plusieurs bordées... On danse des quadrilles et des valses, et le bal s’est prolongé jusqu’à trois heures du matin »19.

  • 20 Messager de Tahiti, 3 déc. 1860.

30Les fêtes chez la Reine sont aussi très appréciées. Son orchestre ne passe pas inaperçu : « La musique est composée d’une trentaine d’indigènes, habillés en blouses bleues, ceintures et pantalons blancs, avec une casquette à cuves, façon anglaise. Sous la direction d’un chef habillé en commandant de vaisseau anglais, elle exécute des morceaux d’une originalité sans pareille. Les instruments sont en bambou et produisent un son aigrelet assez assommant. Un tambour très bruyant sert à l’accompagner. C’est une musique incroyable... »20.

  • 21 Ibid., 18 août 1857.

31Tout est incroyable chez la Reine. Du décor floral aux pittoresques costumes locaux et des nourritures aux participants dont on admire « les talents chorégraphiques et la grâce des mouvements »21.

  • 22 E. Souville, loc. cit., p. 198.

32Dans l’hôtel du commissaire impérial, les deux cultures se mélangent. Le « salon du palais était rempli d’uniformes ; trois femmes étaient assises sur un canapé : Mme Bonard, Mme Fourichon et la Reine, au milieu. Pomaré, portant sur sa tête une couronne de fleurs, simple dans sa mise, naturelle dans son maintien, n’avait vraiment rien qui fut en désaccord avec la dignité de son rang. Elle causait et riait volontiers avec Mme Fourichon, parce qu’elle celle-ci lui parlait l’anglais qu’elle entend, tandis qu’elle met une affectation marquée à ne vouloir pas connaître un seul mot de français »22.

  • 23 Messager de Tahiti, déc. 1860.

« Les toilettes y étaient très belles, très fraîches et de bon goût. Je vis quelques dames anglaises très élégantes. Plusieurs jolies dames tahitiennes et quelques chefs de district y assistèrent.
« L’affluence était nombreuse et l’animation des danses et des causeries intimes et cordiales s’est soutenue jusqu’à deux heures du matin.
« Le chant des himene qui, selon la coutume du pays, se faisait entendre au dehors, n’a pas peu contribué à imprimer à cette solennité ce cachet taïtien d’un si puissant attrait, surtout pour les étrangers »23.

33Parfois les marins s’amusent entre eux. Souville, un officier de l’Algérie, écrit en 1851 :

  • 24 Souville, loc. cit., p. 201-202.

« De Bréa nous a donné un déjeuner à la campagne, du côté de Faaa, dans une case appartenant à sa « femme », nommée Toane. Le déjeuner servi par terre était exclusivement canaque.
« La case était pleine de gens des deux sexes au nombre d’une trentaine, tous parents de Toane. Ils se tenaient accroupis sur leurs talons à distance respectueuse ; mais dès que nous fûmes levés, ils se précipitèrent à nos places comme des loups affamés et ne laissèrent pas une miette.
« Après le déjeuner, grande houpa-houpa. Les gens des environs avertis s’annoncent de loin par leur tambourinage, et nous allons au-devant de la bande joyeuse. Six tambourins marchent en tête deux par deux, plus de cinquante filles les suivent dans le meilleur ordre, vêtues de leurs plus beaux peignoirs, et couronnées de fleurs. Tout ce monde enguirlandé vient s’accroupir ou bien se coucher sur l’herbe, dans la case, à l’ombre de cocotiers et de maiorés magnifiques et après une honnête distribution de namou, eau-de-vie, la danse se met en train. Cette danse est passionnée, mais sans variété, et les hommes n’y prennent part qu’en spectateurs. Je ne tardais pas à en avoir assez, et je m’esquivai pour rentrer en ville, rencontrant encore des groupes attardés qui avaient flairé de loin la fête et se hâtaient pour en avoir leur part »24.

La fête de l’Empereur

  • 25 Nous avons utilisé le compte rendu de la fête de l’Empereur paru dans le Messager de Tahiti du 24 (...)

34Seule une « élite » est conviée à danser chez la Reine ou à l’hôtel du gouverneur ; pour l’ensemble de la population de Tahiti et des districts, la grande époque des réjouissances, c’est le 15 août, la fête de l’Empereur25.

35La journée est ponctuée par le bruit du canon. Des salves matinales font tressaillir les fidèles qui chantent le Te Deum : « 21 coups tirés par le Railleur et 21 coups à terre, de la batterie de l’Embuscade, remise en état pour la circonstance. La même salve a été tirée à midi et au coucher du soleil. » Le gouverneur passe en revue les troupes, remet des aigles, reçoit le serment des chefs. Des jeux sont organisés sur l’emplacement de l’ancien dépôt des projectiles : jeux de beaupré, du tourniquet, de la course en sac, des ciseaux. « Des marchands de gâteaux, de fruits et de boissons rafraîchissantes dressent leurs étals contre le Fare Apoora. Sous la direction supérieure de Messieurs les interprètes et la surveillance du commissaire de police, des fontaines publiques de vin sont installées. Les musiciens des districts se placent auprès de chacun des massifs du centre.

36« Les danses indiennes allèrent de l’avant, c’était un brouhaha extraordinaire. Nos soldats et quelques matelots étaient mêlés dans la foule, s’amusant avec elle sans occasionner la plus petite rixe. Il y avait là plus de 5 000 personnes en mouvement », écrit un témoin de 1869.

37Le soir, quelques édifices publics et la place du Gouvernement sont illuminés. « 42 ifs garnis de lampions éclairent le tour de la promenade pendant que les massifs du centre voient prendre des lanternes chinoises de couleurs variées. » Un feu d’artifice est tiré. La batterie de campagne est placée devant les communs et fait à 8 h le salut d’inauguration, suivi du bruit des boîtes et autres artifices.

38Le point culminant, c’est le défilé, sur la rade, des radeaux porteurs de figurations diverses, construits par les indigènes. Le sens festif et décoratif des Tahitiens s’en donne là à cœur joie.

  • 26 Messager de Tahiti, 7 déc. 1860.

Une année, ils « figurent des animaux postiches, tels que chevaux, bœufs, requins et chiens... Figurez-vous un chien énorme de la grandeur et de la grosseur d’un cheval ordinaire, ayant une grande queue et parfaitement redressée comme celle de l’épagneul et le poil très bien imité du même animal, montrant d’énormes dents, puis les requins, dont l’un ayant une grande gueule ouverte et le plus petit la gueule entièrement fermée... »26.

39L’année suivante, « une des scènes les plus amusantes de la fête était peut-être l’arrivée en rade d’un semblant de bateau à vapeur construit par les habitants du district ».

« Ce navire, quoique ne réunissant en aucune façon les belles lignes symétriques de l’architecture navale actuelle, était une véritable curiosité à cause du travail immense qu’avait dû exiger cette construction qui représentait une frégate à vapeur tahitienne. Trois cents tonneaux, une véritable machine flottante avec des roues à palettes et une cheminée d’où s’échappaient les flots d’une fumée noire... En passant devant le Railleur, le vapeur a tiré une salve... Avec une longue vue on voyait se promener sur la dunette, pleins d’une dignité imaginaire, l’Amiral, le Commandant et les Officiers. J’ai vu sur le beaupré une personne prenant la hauteur et une autre qui sondait dans les porte-haubans. »

  • 27 Ibid., 28 août 1860.

40« Une députation du bateau à vapeur a fait une visite à la Reine ; l’orateur a dit que leur voyage avait été très long, que le navire était devenu complètement impropre à la navigation et qu’il demandait pour lui et ses compagnons à être admis dans la famille tahitienne et à avoir quelques morceaux de terre à cultiver. Ces deux demandes ont été favorablement accueillies »27.

En voiture pour l’hippodrome

41Les courses occupent le dernier jour de la fête. « Chacun se préoccupe de se procurer un cheval pour figurer dignement, comme juge et partie. » M. Landes, président de la commission des courses, est sur place de bonne heure pendant que la direction des Affaires européennes est « assiégée par de nombreux Indiens désireux de s’inscrire pour les courses de toutes sortes ».

42« A une heure, le canon donne le signal. Tous les officiers montés se joignent, dans la cour du gouvernement, à M. le Commissaire impérial pour se rendre au lieu de la course. Sa Majesté la reine Pomaré, précédée d’une escorte de mutoi à cheval, se rend en voiture à l’hippodrome... La marche a eu lieu en bon ordre, chacun observait sa distance avec une habileté rare ; et dix minutes après, cavaliers de tout sexe entraient à l’hippodrome où une tente richement pavoisée attirait tous les regards.

« A Tahiti, tout a le mérite de l’imprévu, remarque le témoin ; il y a trois mois, personne ne connaissait la place de l’hippodrome. Et de fait, l’année précédente, la course avait lieu sur la plage de Taaone ! Toute la population, avide de distraction, se presse donc en foule pour disputer un prix, que chacun se croit à l’avance sûr de posséder. »

43« Le Tahitien, aussi solide écuyer que bon nageur, a, il faut l’avouer, une confiance démesurée dans les talents de son cheval qui, le plus souvent, est complètement ruiné à l’âge où nos chevaux d’Europe sont aptes à rendre leurs premiers services.

44« Les courses de galop ont été parfaitement disputées. Le signal du départ est donné par un coup de canon tiré sur l’ordre du commissaire président. Cinq concurrents participent à chaque course, un plus grand nombre eut certainement entraîné de fâcheux accidents. Les vainqueurs des six premières courses luttent enfin entre eux. Le prix de 150 F est gagné par une jument alezan, âgée de six ans, appartenant à Tumufau, mutoi à Papeete. Elle a parcouru les deux tours de règle — l’hippodrome a 850 m de tour — en 1 minute 44 secondes.

45« Une course de dames était également prévue. Une seule écuyère s’est présentée, et a parcouru l’espace désigné, dans le temps indiqué par la commission. Elle a mis pied à terre, et est venue recevoir de la main de S. M. la reine Pomaré le prix donné par M. le Commissaire impérial.

Entraînées par l’exemple, cinq écuyères se présentent. Leur résolution subite dit assez le côté improvisé de la course : la plupart des chevaux étaient à peine harnachés. Après quelques hésitations, voici nos belles amazones lancées à fond de train. Tout-à-coup, une vive rumeur de la foule est l’indice de quelque incident. En effet, une femme a brusquement mis pied à terre et son cheval n’en continue pas moins le trajet. Une seconde, puis une troisième écuyère d’imiter à l’instant un aussi fâcheux précédent. Le prix fut décerné au cheval déjà vainqueur à la course précédente.

  • 28 Le compte rendu de la journée des courses a vraisemblablement paru dans le Messager de Tahiti au t (...)

46« Tout le monde ne pouvant pas posséder un cheval, il avait été prévu « une course de piétons ». Les nouveaux concurrents sont fort nombreux. Cinquante-deux ! Encore prend-on la décision d’éliminer ceux qui n’ont pas eu la précaution de s’inscrire en temps et lieu. Au signal, tous partent sans la moindre hésitation. C’est à qui tiendra la corde. Faute d’espace, la commission a divisé en deux camps les concurrents. Les deux vainqueurs de la première manche devaient, par une revanche, décider qui des deux l’emporterait. Le public n’eut pas cette dernière satisfaction ; les deux rivaux ont préféré un prix ex-aequo à de nouvelles fatigues »28.

47Outre le 15 août, fête nationale, on essaya bien d’acclimater à Tahiti d’autres réjouissances occidentales. En 1863, « le carnaval qui, d’ordinaire passe à Tahiti complètement inaperçu, a été marqué par une soirée dansante... », bal, auquel la Dorade et le Bon Père avaient fourni leur contingent de danseurs et qui s’est prolongé jusqu’aux premières heures du matin et n’a pas cessé d’être animé d’une douce gaîté.

48Le mardi gras a voulu s’affirmer lui aussi.

  • 29 Messager de Tahiti, 21 février 1853.

« Nos soldats d’artillerie, revêtus de costumes hétéroclites d’un effet très bizarre, les uns en voiture, les autres à cheval ou à âne, ont parcouru les rues de Papeete et par leurs chants et leurs lazzis y ont répandu une animation tout à fait inusitée. Les indigènes, toujours prêts à prendre leur large part de divertissements publics, ont paru s’amuser beaucoup à ces lupercales taïtiennes qu’ils voyaient pour la première fois. Les résidants ne pouvant rester indifférents, puisqu’elles leur rappelaient les usages et les vieilles traditions de la mère patrie »29.

49Il ne semble pas que ces mascarades aient trouvé une profonde résonnance dans la population indigène et l’on n’entendra plus parler de carnaval à Papeete.

Notes

1 E. Monet de la Marck : Lettres d’un marin. Evreux, 1871, p. 131.

2 Ch. Antoine, BSEO, t. 7, p. 481-82.

3 BSEO, t. 10, p. 779.

4 E. Perkins, Na Motu, Reef rovings in the South Sea. New York, 1854 ; p. 301-302.

5 Lady Brassey, Letterpress, London, 1882, p. V-VII.

6 P. Loti, Journal intime, BSEO, t. V, p. 325.

7 E. Monet de la Marck, loc. cit., p. 127.

8 de Fromentière, Voyage dans l’Océan Pacifique. (Moniteur de la Flotte, 21 mars 1858, p. 3).

9 Association internationale des amis de Pierre Loti, juillet 1934, p. 5.

10 Messager de Tahiti, 14 oct. 1855.

11 M. Hauser, The first concert in Tahiti (Chambers’ Journal. London, June, 2, 1855, p. 337-339).

12 Messager de Tahiti, 16 nov. 1856.

13 Ibid.

14 Ibid., 14 juil. 1858.

15 Ibid., 21 août 1863.

16 Ch. Antoine, BSEO, t. 7, p. 476.

17 E. Souville, Mes souvenirs maritimes, Paris, 1914, p. 198.

18 Messager de Tahiti, janv. 1856.

19 Ch. Antoine, ibid., p. 483.

20 Messager de Tahiti, 3 déc. 1860.

21 Ibid., 18 août 1857.

22 E. Souville, loc. cit., p. 198.

23 Messager de Tahiti, déc. 1860.

24 Souville, loc. cit., p. 201-202.

25 Nous avons utilisé le compte rendu de la fête de l’Empereur paru dans le Messager de Tahiti du 24 octobre 1858.

26 Messager de Tahiti, 7 déc. 1860.

27 Ibid., 28 août 1860.

28 Le compte rendu de la journée des courses a vraisemblablement paru dans le Messager de Tahiti au temps du gouverneur de La Richerie.

29 Messager de Tahiti, 21 février 1853.

© Société des Océanistes, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr