Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie à Tahiti au temps de la reine Pomaré

 | 
Patrick O’Reilly

XII. Poste et communications

Texte intégral

« La dernière levée aura lieu le lundi 4, à 5 h du soir »

1Au début du règne de Pomaré l’acheminement du courrier pose, aux colons et aux habitants de Tahiti, des problèmes dont il nous est difficile de nous faire la moindre idée. Aucune organisation postale n’existe : il n’y a ni timbres, ni boîtes aux lettres, ni bureaux de poste, ni services réguliers de bateaux. On vit à la petite semaine. On confie sa correspondance — l’enveloppe n’est pas encore d’usage courant et on plie simplement sa feuille de papier après l’avoir cachetée de cire — au gré des occasions, à un navire de passage dont on espère que le capitaine fera de son mieux et qu’un jour ou l’autre, s’il plaît à Neptune, votre lettre touchera son destinataire.

2Ce système de remise aux capitaines fut d’ailleurs codifié à partir de 1860 : « sous peine d’amende de 150 à 300 francs », tout capitaine de navire devait, à son arrivée à Papeete, transmettre au « receveur » les lettres et colis qui lui avaient été confiés au cours de son voyage. Au départ, il ne pouvait lever l’ancre sans une attestation du même « receveur » indiquant qu’il avait bien pris tout le courrier en instance de départ pour sa destination.

3Bien que cette méthode fut très aléatoire, elle était relativement sûre. Le courrier était considéré comme sacré ; plus sacré même que toute autre marchandise de prix.

  • 1 Les « trois lettres missionnaires » appartenaient à la collection O’Reilly, Paris.

4Par ces moyens de fortune, les lettres gagnent donc directement l’Europe par le Cap Horn ou parviennent au Chili, au Pérou, à Port Jackson en Australie, où elles trouvent une ébauche de service postal. Les philatélistes nomment « lettres missionnaires » les correspondances ainsi expédiées de Tahiti. Leur route est toujours longue, encore que la durée du parcours varie étrangement. Les archives des sociétés missionnaires protestantes ou catholiques conservent quelques spécimens de ces lettres. En voici une qui a quitté Tahaa le 8 novembre 1824. Elle porte le cachet circulaire de Ship letter, London, le 1er septembre 18251. Elle aura mis 299 jours pour joindre son destinataire. Moerenhout, le consul ennemi de Pritchard, écrit de Papeete. le 30 avril 1836, à William Ellis, le secrétaire de la société missionnaire à Londres. L’adresse porte cette fois encore Ship letter, Plymouth, et le cachet postal est celui du 23 novembre 1836. La lettre, sans doute confiée à un navire se rendant directement en Angleterre, n’a mis que 207 jours ! Le voyage a été rapide. En 1840, une lettre partie de Raiatea, le 6 octobre, touche son destinataire à Londres 261 jours après avoir quitté l’Océanie... Huit ou dix mois, c’est la moyenne.

  • 2 Article Pritchard, dans O’Reilly, Tahitiens, p. 389.

5La durée des communications postales crée parfois des surprises ou des imbroglios diplomatiques. Ainsi Pritchard arrêté par les autorités françaises le 3 mars 1844, est-il embarqué le 13 sur le navire anglais Cormorant. Le 24 avril il est à Valparaiso et à la fin de juillet, il arrive à Londres, sûr de son bon droit et du soutien du gouvernement de sa Majesté. Grande est sa surprise ! le 16 avril il était alors en mer entre Tahiti et le Chili, il a été muté à Samoa et, qui plus est, sa présence à Londres étant jugée inopportune, il est invité à regagner son nouveau poste le plus rapidement possible. Il ne lui reste plus qu’à affronter à nouveau 4 mois de mer2.

  • 3 Archives de France. Section Outre-Mer. Océanie.

6Venant directement de France, le Carmen arrive à Papeete le 24 juin 1848. Il apporte des dépêches du ministre provisoire de la Marine et des Colonies, datées du 26 février 1848 : « Monsieur le Gouverneur, un gouvernement provisoire remplace celui qu’avait institué la Charte de 1830 »... On apprend ainsi, à Tahiti, avec plus de 4 mois de retard, la chute de la Monarchie de Juillet3.

7Le 12 décembre 1851, le ministre secrétaire d’État de la Marine et des Colonies envoie une lettre cocasse au commissaire.

  • 4 Bulletin Officiel des E.F.O., 1847-52, p. 344.

« Par lettre du 8 mai dernier, N° 63, vous avez rendu compte à mon département des circonstances d’une affaire d’assassinat, par suite de laquelle le nommé Daniel Bashful Jakson a été condamné à la peine de mort par un jugement du tribunal criminel de Taïti en date du 1er du même mois... D’après la décision négative du conseil, vous devez ordonner l’exécution de la sentence, qui a lieu le 2 mai, suivant le mode usité dans le pays. Les considérations diverses que vous signalez comme ayant déterminé le conseil du Gouvernement à se prononcer, à l’unanimité, contre tout sursis, me paraissent justifiées ; je ne puis qu’approuver la décision de mise à exécution qui en est la suite »4.

8On ne peut effectivement que se réjouir de l’approbation du ministre car, s’il avait usé de son droit de grâce en faveur du « nommé Daniel Bashful Jackson », lorsque sa lettre touche Papeete en juin 1852, le malheureux aurait été incapable de le recevoir, ayant été exécuté depuis plus d’un an !

9En 1861, un médecin, en poste à Papeete, gémit sur les lenteurs du courrier. Il écrit aux siens, en mars :

  • 5 G. Taboulet, Vie de Gustave Viaud, p. 102.

« J’ai reçu par un brick chilien une lettre de vous de 1859. Et une autre de 1860, 16 et 10 mois de voyage ! » Et il ajoute que bien des lettres se perdent, d’autres « vieillissent ignorées dans le coin de quelque bureau de poste ou dans la cale obscure de quelque paquebot »5.

10Il y avait d’ailleurs d’heureuses exceptions. Une correspondance officielle rencontrée dans les archives de la France d’outre mer et portant la mention « voie rapide » datée de Papeete, le 25 novembre 1861, porte le timbre d’arrivée du ministère le 1er avril 1862 : 128 jours !

11Pour faire partir les correspondances, à l’époque du Protectorat, on profite de toutes les occasions. Les dates d’appareillage des moindres navires sont vite connues et sont l’événement du jour. Un avis publié dans le journal local ou affiché en ville avertit les commerçants des départs ! Ainsi lisons-nous, en 1858 :

  • 6 Messager de Tahiti, 26 sept. 1858.

« Le Milan part le 5 octobre... Le bâtiment emportera les dépêches du Gouverneur... ainsi que les correspondances à destination de la France pour les remettre à Sydney, au paket anglais d’Europe. La dernière levée de la boîte aux lettres à Papeete aura lieu le lundi 4, à 5 h du soir »6.

  • 7 Archives de la Société de Marie. Rome. Lettre du Père Poupinel.

12La taxe dans ce cas n’est naturellement pas perçue au départ, mais à l’arrivée. Elle est relativement élevée. Le capitaine transporteur reçoit 10 centimes par lettre. Le barème des postes européennes, fort compliqué, variable selon les époques, le poids et la distance, est fort onéreux. Les procureurs des missions, par exemple, qui reçoivent les lettres par paquets, ont parfois plus d’une centaine de francs à payer. « On n’a pas toujours une pareille somme immédiatement disponible ! »7 gémit l’un d’eux. Et, ils engagent les missionnaires à ne pas multiplier leurs envois, à utiliser du papier mince, d’où, chez certains qui obéissent trop à la lettre et écrivent recto verso, sur du papier pelure et parfois même croisent leurs lignes, des missives dont le déchiffrage devient un rébus.

13Ce système précaire et anarchique, durera jusque vers 1860. On sent bien à Tahiti le besoin d’une organisation rationnelle et régulière, les commerçants la réclament, mais il est difficile de la mettre sur pied car, n’étant pas rentable, elle demande d’importantes subventions.

« Une lettre par an pour deux habitants »

14Le 13 novembre 1859, Napoléon III, empereur des Français, signe un décret concernant la création d’un service postal entre Tahiti et le reste du monde. Des communications régulières vont pouvoir s’établir entre la France et Tahiti.

  • 8 R.G. Stone. Note on the postal Service of French Polynesia (French Polynesia Newsletter, Zeist, Ap (...)

15Le 1er janvier 1860, un certain M. Miéville est nommé « receveur-buraliste » à Papeete. Il est préposé au « service de la poste aux lettres », « spécialement et exclusivement chargé de la réception, de l’expédition et de la distribution des lettres, journaux et imprimés ». Il sera en même temps conservateur de la bibliothèque8. Son métier ne l’absorbe pas ! Le bureau est accessible au public, les jours ouvrables, de 3 à 5 heures. Il n’est d’ailleurs animé que les jours d’arrivée ou de départ du courrier.

  • 9 L. Langomazino, Poste aux lettres, dans Codification des Actes du Gouvernement... Papeete, 1867, p (...)
  • 10 Messager de Tahiti, 19 oct. 1862.

16Des règlements postaux sont promulgués. Un arrêté du gouverneur de La Richerie indique quelles sont les personnes jouissant de la franchise au sein des Établissements : la liste est généreuse, elle comprend même, outre le directeur des Ponts et Chaussées, « les chefs indigènes, les toohitus, le curé de Papeete, le directeur des Frères instituteurs, la supérieure principale des Sœurs institutrices »9 ! Il y a des resquilleurs même à Papeete, on maquille les timbres oblitérés. D’où menace de « pénaliser les usagers de timbres ayant déjà servi »10.

  • 11 R.H. Houwink, Le timbre et la poste à Tahiti, Paris, 1969, p. 3.

17« A partir d’août 1861, le courrier fut acheminé de Papeete à Valparaiso par des navires à voiles. Là il était remis à des paquebots britanniques à destination de l’Europe. Il arrivait en France après un délai d’environ trois mois. Pour le retour, le courrier était acheminé par Payta, port du Pérou. Là, il était pris par une goélette océanienne. Le voyage durait à peu près soixante jours. Plus tard, on établit des allers et retours. Pendant un temps, la route choisie passe par Panama, l’isthme étant traversée par chemin de fer. En mars 1863, des allers et retours furent effectuées deux fois par an par des voiliers ralliant directement Papeete à Bordeaux en passant par le Cap. Lorsque, en 1869, la liaison transcontinentale de New York à la Californie fut établie par le rail, la voie la plus rapide pour le courrier fut Tahiti-San Francisco-New York-Le Havre. Des liaisons mensuelles furent alors établies de Tahiti à San Francisco par des voiliers »11.

18Le départ d’un courrier est signalé d’avance par des affiches placées à la porte du bureau et des annonces publiées dans le Messager. La veille du départ du courrier maritime, M. Miéville ne chôme pas, son bureau est ouvert de 8 h à 10 h et de 13 h à 15 h. Il y a en effet des opérations d’affranchissement à effectuer.

19Cet affranchissement est facultatif pour les lettres expédiées en France et en Algérie. Le prix est de 0,80 francs pour 7 grammes et demi ; mais les lettres non affranchies sont pénalisées et paieront 0,10 francs de plus. Le prix est alors apposé sur la lettre à l’encre noire, ainsi qu’un cachet : P.D., abréviation de port à destination. Le tarif de 1862 est précis.

  • 12 L. Langomazino, loc. cit.

Tous les pays sont passés en revue : 1,10 F pour la Belgique, 1,30 F pour les Pays-Bas, 1,60 F pour les îles Ioniennes (l’affranchissement est alors limité à Trieste)... On peut même pour 1,30 F envoyer des lettres de Tahiti aux Grands Duchés de Mecklembourg-Schwerin, de Mecklembourg-Strelitz, aux villes de Brême, de Hambourg, de Lubeck et de Tunis12 !

20On utilise les timbres des colonies françaises du type Aigle. Les 1, 5, 10, 20 et 40 centimes sont en vente pour la première fois à Papeete le 24 octobre 1862. Avis aux collectionneurs de premiers jours.

  • 13 Messager de Tahiti, 18 déc. 1859.

21L’approvisionnement régulier en timbres est relativement nouveau. En 1859, le Messager jugeait bon de signaler que « le bureau est en ce moment parfaitement approvisionné en timbres poste, ce qui rend facile la correspondance directe avec la France par les voies de San Francisco et de Sydney »13.

22Plus tard, les timbres du type Cérès et Napoléon seront en usage ; mais jamais, à l’époque qui nous intéresse, Tahiti ne connaîtra de timbres particuliers.

  • 14 Instruction n° 154 (Bulletin mensuel des postes, février 1875.

Dans les années 70, lors de l’ouverture de la « voie américaine » les gens de Tahiti auront la satisfaction de voir baisser les tarifs postaux. La Poste ne réclame plus que 0,10 centimes pour une lettre de 10 grammes à destination de la France via San Francisco et New York. On y gagne en prix et en poids14 !

23Ni pour l’étranger, ni pour l’intérieur de l’île, la poste de cette époque n’accepte la responsabilité du transport de valeurs ou d’argent. Mais elle reçoit cependant des lettres chargées, portant des cachets de cire. Ces lettres payaient une taxe double et étaient assurées pour 50 francs en cas de perte. Encore ces lettres chargées ne sont-elles reçues que « pour l’Europe et les colonies françaises, par la voie des paquebots à vapeur ».

24Le cachet postal utilisé pour l’oblitération du courrier via Panama, était un timbre rond, à deux cercles concentriques portant « Papeiti, Taïti », avec, au centre, la date sur trois lignes.

25Les correspondances confiées aux capitaines des navires marchands portent souvent un losange pointillé avec des lettres capitales : O.C.N. (Océanie ?) ou un cachet rond « Poste aux lettres (Tahiti) » qui semble une marque postale plus qu’une oblitération proprement dite.

26En 1862, en même temps que la poste vers l’étranger s’organise, on songe à la distribution du courrier à l’intérieur de l’île et vers Moorea. Deux circuits sont créés le long du littoral, celui de la route de la côte ouest, et celui de la côte est. Des mutoi assurent ce service qui, chaque dimanche matin, quitte Papeete vers les districts. Es sont porteurs d’une boîte à ouverture, afin de recevoir, en route, les lettres qu’on voudrait leur confier. La boîte ne pourra être ouverte que par les chefs de districts traversés ou par les commandants des postes militaires. Le prix de l’affranchissement intérieur était de 10 centimes par 10 grammes. Les mutoi déposaient les lettres à la porte des maisons habitées, le long des sentiers et des chemins qu’ils parcouraient.

27Lors de l’arrivée d’un courrier, les dépêches étaient ouvertes, les lettres sont classées et marquées d’un cachet portant la date. L’opération terminée, de jour un pavillon, de nuit un fanal, sont hissés sur le bureau de poste. Ils annoncent au public que le tri est terminé et qu’on peut retirer son courrier. La poste restera ouverte deux heures durant pour cette opération. La nouvelle s’est rapidement répandue en ville. Plantons de l’administration, commis des commerçants, vaguemestres, tout Papeete se hâte d’aller chercher « la poste », car il n’y a pas de distribution à domicile. Un facteur n’aurait pas sa raison d’être.

  • 15 Messager de Tahiti, 18 juillet 1863.

28Le nom des personnes ayant du courrier en instance sera ensuite affiché à la poste. A la fin de l’année, une liste récapitulative des destinataires qui n’ont pas réclamé leur correspondance sera publiée par le Messager. On classe ce courrier en trois catégories : lettres pour les Européens, lettres pour les navires français, lettres pour les navires étrangers. Finalement, les lettres non réclamées seront ouvertes, les valeurs, titres de créance et autres papiers utiles mis de côté, et les correspondances détruites. Seules sont conservées les lettres adressées aux baleiniers ou aux bâtiments de passage15.

  • 16 Ibid., 1863.

29Les gens de Tahiti ne sont pas de grands épistoliers : en 1862, 4 567 lettres arrivèrent à Tahiti et 5 584 en furent expédiées. Le nombre des imprimés était à peu près égal : 5 402 à l’arrivée, 4 613 au départ16. Tahiti ayant à l’époque moins de 10 000 habitants, ce volume de courrier ne représente, en moyenne, qu’une lettre par an pour deux habitants. Mais, en fait, la quasi-totalité du courrier était destinée à quelques centaines d’Européens. Les indigènes n’utilisent la poste que dans les romans de Pierre Loti !

30Les correspondances officielles et les lettres d’affaires de cette période sont généralement expédiées en double exemplaire : la primata prend la voie rapide, elle est doublée d’une copie, duplicata, envoyé par la « voie du commerce » moins coûteuse et plus aléatoire.

  • 17 A. Salmon, Alex. Salmon..., p. 148.

Il ne semble pas que les presses à copier aient déjà fait leur apparition, car on voit par exemple Alexandre Salmon, un des plus gros marchands de la place, écrire en Europe, via San Francisco, en juillet 1865, par l’Eliza : « Les plis confiés à ce bateau parviendront avec ceux qui sont partis par le Pea Pea, via Valparaiso. J’ai dû mettre les bouchées doubles et rédiger un duplicata de ma dernière lettre ce qui n’est pas mal, vous en conviendrez, compte-tenu du fait que c’est la troisième en 8 jours, mises à part mes autres occupations. » Et ailleurs, « le courrier a fait demi-tour, ce matin, avec un grand trou à l’arrière... Les sacs postaux seront transbordés sur l’Euryale. Heureusement mes duplicatas étaient prêts »17.

Cent jours pour rentrer en France

31Ainsi circulent les lettres...

32Et les hommes, dans quelles conditions circulent-ils entre Tahiti et San Francisco, le Chili, l’Australie, les trois plaques tournantes des voyages et du commerce à cette époque, car pratiquement les relations sont rares avec la Chine ?

33Et d’abord, combien durent les traversées ? Tout est fonction du bâtiment — essentiellement des bateaux à voiles jusqu’à la fin du règne de Pomaré — du vent, des incidents et hasards du parcours. Chaque trajet a ses bonnes et mauvaises saisons.

34D’après les relevés faits, en 1854 et 1855, pour les traversées de Tahiti à Valparaiso, la navigation dure de 30 à 60 jours.

  • 18 Messager de Tahiti, déc. 1853. Toutes les données suivantes sont fournies par la rubrique « Mouvem (...)

Voici quelques durées : le trois-mâts français Cygne, capitaine Grinaux, 296 tonneaux, 14 hommes d’équipage, arrive à Tahiti le 29 novembre 1853, chargé de 150 tonnes de charbon pour le Gouvernement : 42 jours de mer depuis le port chilien18. Un peu plus tard, le brig anglais Ada, capitaine German, 196 tonneaux, 16 hommes d’équipage, arrive dans la rade le 21 juin 1855 ; il a quitté Valparaiso le 2 mai, ce qui représente 50 jours de mer. Mais le record pour cette période appartient à la goëlette anglaise Island Lady, capitaine Kenzit, 130 tonneaux et 9 hommes d’équipage, qui touche Papeete après 60 jours de mer...

35De Sydney, la durée est à peu près la même : il n’est pas rare de dépasser 50 jours.

Ainsi le brig anglais Henriette, capitaine Hélan, 217 tonneaux, 9 hommes d’équipage et 2 passagers, arrive le 1er mars 1 854 : il a mis 68 jours. Le 21 mai 1854, on peut admirer à Papeete l’entrée du Golden Age. Il a relié Sydney à Papeete en treize jours et demi, un record ; mais c’est un vapeur de 3 000 t !

36Pour la Californie, la durée moyenne est de 30 jours.

Le 15 avril 1855, la goélette américaine Fawn, capitaine Barnett, 170 tonneaux, 8 hommes d’équipage, 4 passagers, arrive après 34 jours de traversée. Le 28 avril une autre goélette américaine, le Pilgrim, capitaine Fischer, 120 tonnes, 6 hommes d’équipage, 1 passager, mouille à Papeete après 31 jours en mer.

37Ces traversées semblaient particulièrement longues aux passagers inoccupés. Monchoisy décrit ainsi son voyage entre San Francisco et Papeete à bord du City of Papeete :

  • 19 Monchoisy, La Nouvelle Cythère, p. 15-16.

« Qu’on est loin du confortable des transatlantiques ! Mais, par exemple, plus d’odeur de machines ! On tangue et on roule indéfiniment, en cadence, et l’on va doucement, doucement. On met en moyenne trente jours à l’aller, trente-cinq au retour. Je conseille cette promenade aux gens de lettres et aux hommes politiques qui souffrent d’un excès de fatigue cérébrale. Il est difficile de trouver à qui parler à bord, et les quelques romans emportés de France ont été depuis longtemps dévorés, lus et relus. Peu ou point d’oiseaux de mer. Pas la moindre baleine ; le requin est rare, si le marsouin est abondant. De péripéties, pas l’ombre ! On espère les alizés, les vents propices ; on redoute le « pot au noir », vaste espace où il pleut sans cesse. Le soir, las de n’avoir rien fait, on écoute les chœurs des marins qui s’accompagnent d’un accordéon. Encore l’accordéon ! Ils chantent le « Navire qui n’est pas revenu », et l’effet produit est curieux »19...

38Quelques années auparavant, cette traversée ne paraîssait guère plus attrayante à Henri Rivière :

  • 20 H. Rivière, « Lettre de Tahiti », dans : J.M. Pouchet, le Salon de Madame H. de Caillavet, 1926, p (...)

« J’ai eu vers le dixième jour et vers le vingt-troisième jour deux petits accès d’idiotisme ou de découragement, au choix. Je me suis ressaisi en lisant obstinément des livres de marine sur les cyclones et des romans anglais, et en me promenant, en dépit du roulis et du tangage, dans un petit espace de dix pieds de long. Nous étions six à bord. Chacun parlait une langue différente : un vieux docteur allemand qui baragouinait le français et buvait de la bière ; un jeune Irlandais qui fendait les bûches du cuisinier ; un Espagnol ; le capitaine qui était Danois et sa femme une demi-blanche de Taïti ! Il y avait aussi huit canaques, un terre-neuve et quatre cochons ; trois seulement en arrivant parce que nous avions mangé le plus petit. La chaleur était effroyable et les puces sans nombre, ainsi que les cancrelats. Vingt-huit jours sur la Paloma ! Il faut les avoir vécus pour s’en faire une idée »20.

  • 21 Cent ans au service de la Jeunesse tahitienne, Papeete, 1960, p. 1-11.

39De France, il faut fréquemment plus de six mois pour arriver dans le Protectorat. Voici, en 1859, quatre Frères de l’instruction chrétienne qui ont été nommés à Tahiti. Le 2 septembre 1899, ils font leurs adieux à Ploërmel. Avaries du navire, mauvais vents, longue escale à Valparaiso afin d’y attendre une occasion pour rejoindre leur poste, détour par les Marquises... ils débarquent à Papeete le 18 octobre 1860, au terme d’un voyage qui a duré 13 mois21.

40Le voyage n’est pas toujours aussi long. Les protestants ont plus de chance. Thomas Arbousset, missionnaire protestant de la « Société des Missions Évangéliques » de Paris, est envoyé à Tahiti en 1862 pour y assurer la relève des missionnaires anglais de la « London Missionnary Society ». Il établit un record : vingt-huit jours de Paris à Paita, vingt-huit jours de Paita à Tahiti, soit 57 jours. Parti du Havre le 1er décembre 1862 à bord d’un vapeur, il débarque à Tahiti le 26 janvier 1863.

  • 22 Th. Arbousset, Tahiti, p. 336-348.

« A bord du vapeur, on parlait d’argent, on jouait beaucoup aux cartes, on lisait trop de romans »... Aux Antilles, Arbousset visite les frères Moraves... « Nous franchissons l’isthme en chemin de fer. Ce chemin a coûté plus de quatre mille vies aux malheureux Chinois qui y travaillaient, outre de fortes sommes d’argent aux Américains qui l’ont ouvert... La chaudière chauffe avec du bois au lieu de houille... Le trajet dure quatre heures... Nous sommes à Panama... Puis c’est Paita... Il y pleut tous les sept ans. Quels sables ! De l’or, j’en vis peu ; de la misère, beaucoup ! Nous passâmes là 15 jours, sous le toit hospitalier du consul anglais ! En quatre semaines, le transport à voile la Dorade nous déposa sains et saufs à Papeete »22.

41Paita et Panama, c’est la voie qu’emploiera le jeune médecin de marine Gustave Viaud, une connaissance de la « vie chère » que nous retrouvons pour l’occasion.

  • 23 G. Taboulet, loc. cit., le Retour, p. 115-125.

42Il est autorisé à rentrer en France par cette voie, alors toute nouvelle, de Panama. C’est un chemin de fer de 70 kilomètres qui évite aux passagers l’immense et périlleux détour des cap-horniers qu’ont fait les Frères de Ploërmel. Le canal ne sera ouvert qu’à la veille de la première guerre mondiale. Viaud prend passage à bord de La Dorade, un transport à voiles de la marine impériale qui doit lever l’ancre le 5 juin à destination de Valparaiso23.

43Le jeune médecin vient de passer presque deux mois à l’hôpital pour des crises de rhumatismes et quitte Tahiti en mauvaise posture. Le 30 mai, rechute accompagnée cette fois-ci d’une crise de coliques sèches. Il subit avec une acuité particulière : « les fatigues et même des dangers du voyage ».

Un soir « la tempête se déchaîne brusquement ; l’averse s’abat avec cette brutalité que seuls connaissent les tropiques. Lorsqu’elle cesse, d’énormes lames déferlent de biais contre la Dorade, et la font s’incliner à un angle frisant la catastrophe. Toute la nuit on entend la grosse voix du commandant Lachave, ordonnant de larguer les voiles : à l’aube timide et blafarde, tout danger écarté, large distribution de rhum à l’équipage ».

44Le 19 juillet, la Dorade fait enfin escale à Valparaiso. Viaud écrit à sa famille « le bras encore tout entortillé de cataplasmes et autres drogues ». Le 23, elle lève l’ancre pour Callao. On est à Payta, le 15 août. Il y a 71 jours qu’on a quitté Papeete.

45A Payta, Gustave Viaud quitte la Dorade, en compagnie d’un officier d’infanterie de marine et d’un officier d’artillerie. Ils transbordent tous les trois sur le paddle steamer Peru, vapeur anglais à aubes, de la « Pacific Steam Navigation Compagny », capitaine Bloomfield. A peine peuvent-ils passer quelques heures dans la ville, « qui s’élève au milieu des sables jaunes », car le Peru lève l’ancre dès le lendemain 16 août, à destination de Panama.

46C’est avec quelque appréhension que les Français montent à bord du packet anglais, étant encore sous l’influence de la phobie anti-britannique qui règne à Tahiti. A leur grande surprise ils sont très bien accueillis par les insulaires et Gustave écrit :

« Nous avons fait depuis Payta une bien douce traversée. J’ai été affreusement malade dans le premier mois, mais maintenant le régime des packets, le bonheur de revenir parmi nous, tout cela m’a remis complètement, et je me porte mieux que jamais. J’ai fait la connaissance dans le Pacifique d’un vieux docteur anglais qui me montre depuis une tendresse paternelle. »
« Un bateau anglais est une parcelle de l’Empire et la vie s’y déroule comme dans un village de Sussex : les quatre repas, la bière, le whisky, les parties de whist, l’office du dimanche et les psaumes. Les Français peuvent avoir du vin, « en supplément » ; le petit déjeuner s’appelle tiffin, comme sur la route des Indes. Les Anglais détestent par-dessus tout le bruit, les cris, l’exubérance, les protestations d’amitié, les grands gestes et la vaine controverse. »

47On passe la ligne sans cérémonie particulière — le cant britannique s’accommodant mal des scènes bouffonnes en honneur sur les transports français — et on arrive, le 22 août 1862, à Panama, où les passagers quittent le bord pour prendre le chemin de fer.

48En 1862, les navires mouillent à six kilomètres de la ville, qui s’élève au pied du mont Ancon, au milieu des forêts et des savanes. Partout se dressent, dans la verdure, des églises, de vieux couvents, des campaniles et des fortifications rongées par l’humidité.

49Inaugurée le 29 janvier 1855, la voie ferrée Panama-Colon, construite par une compagnie américaine, avec participation de capitaux britanniques, connaît à cette époque une très grande vogue : la ruée vers l’or — californien ou australien — bat son plein. Des milliers de commerçants, de trafiquants, d’aventuriers, l’ont déjà parcourue dans les deux sens malgré les tarifs très élevés. Les soixante-quinze kilomètres du parcours se font en trois heures environ.

La ligne suit en partie le cours du Chagres et celui du Rio Grande, qui se jettent dans la mer des Antilles ; elle traverse le seuil de partage des eaux entre les deux océans à soixante-dix-huit mètres d’altitude. De la portière, Gustave Viaud voit défiler un panorama sauvage : tranchées de terre rouge qui semblent encore saigner du sang des milliers d’ouvriers qui périrent pour la construire, marécages pestilentiels, repaires d’alligators et de serpents venimeux, forêts impénétrables, où, selon les voyageurs qui naguère traversèrent l’isthme à pied, « on errait quinze jours sans voir le soleil et sans toucher le sol dur ».

50Enfin, voilà l’Atlantique ! La petite ville de Colon et ses mancenilliers, ces arbres dont, selon les vieilles croyances, l’ombre était mortelle, et dont effectivement le suc laiteux est un poison.

51Le 23 août, les voyageurs transbordent sur le steamer Clyde, capitaine Leeds, et ce sont quelques jours de navigation, avec le vent en poupe, dans la mer des Antilles, refuge des derniers « frères de la côte » et flibustiers.

52On arrive le 29 août à Saint-Thomas, petite île qui appartient alors au Danemark. La « Royal Mail Steam Packet Company » l’a choisie comme escale, car sa capitale Charlotte Amalia est un port franc où ne sévit pas le protectionnisme.

53Dès le lendemain 30 août, comme dans une course de relais, on embarque sur un troisième bateau anglais, la Seine, capitaine Revett. Dernière escale : Madère, avant l’arrivée à Southampton dans la soirée du 13 septembre 1862. Le 17 il est à Rochefort dans sa famille. Par la voie la plus rapide et dans les circonstances les plus favorables, 104 jours étaient nécessaires en 1862 pour joindre Papeete à une ville de la province française.

La vitesse se paye

54Le prix des voyages était à la mesure des aléas de la navigation et de l’éloignement. Car les équipages n’acceptaient pas de s’éloigner une ou plusieurs années dans le « Grand Océan » sans de sérieuses compensations. Déjà, en 1834, le père Alexis Bachelot, préfet picpucien des îles Sandwich, se lamentait : « On ne trouve pas de navires consentant à transporter des voyageurs de Valparaiso à Otaïti à moins de 200 piastres ou mille francs par personne ». Pour les Gambier, le tarif était moins élevé : 750 francs. Le père James Murphy, religieux picpucien lui aussi — ce qui ne l’empêchait pas d’avoir le sens des affaires — émerveilla ses compagnons : il obtint, la même année 1834, une réduction de 290 piastres, soit 460 francs par personne, sur le passage du port chilien aux Gambier, à bord du Peruvian, capitaine Swethon ; et l’année suivante, il bat son propre record et gagne Tahiti sur le même Peruvian comme... « free passenger ».

55En 1860, le Denis Affre, commandant Hurvoy, embarque dix religieuses de Saint-Joseph à destination de Tahiti. L’armateur avait tout d’abord demandé 1 100 francs — tarif de faveur — par sœur, puis il avait transigé à 1 000 francs, « passage, logement en chambres et nourriture à la table du capitaine ».

56A partir de 1863, les tarifs prennent quelque allure officielle avec la mise en service des premières lignes régulières. De Bordeaux à Tahiti, sur le Brémontier, le passage coûte 1 500 francs par passager de chambre — c’est nettement plus que ce qu’ont payé les religieuses de Saint-Joseph — et 650 francs par passager d’entre-pont.

57Voici le carnet de route d’un voyageur parti de Tahiti en 1863 qui se rend en Europe. On constatera que ses frais dépassent sensiblement ceux des personnes, peu pressées il est vrai, qui prennent le bateau à voiles sur tout le trajet.

Ses frais de Tahiti à Païta, première escale, ne nous sont pas connus avec précision : ils sont de l’ordre de 700 F. Le 15 août il prend ses places de Païta à Panama : 525 F. Les deux journées passées à Païta lui coûtent 35 F. Du 16 au 22 août, c’est la traversée entre Païta et Panama. Seuls les « extras », en l’occurrence le vin, sont à sa charge : 15 F. Les 22 et 23 août : arrivée à Panama et passage de l’isthme. Le trajet en chemin de fer (75 kilomètres) coûte 237 F : la société exploitante fait de bonnes affaires car cela représente le 1/4 du prix de la traversée transatlantique (963 F de Colon à Southampton). Le séjour à Panama et à Colon, les diverses manutentions de bagages coûtent 100 F. Le 24 août, c’est l’appareillage de Colon pour St-Thomas où l’arrivée se produit le 29. A bord de la Clyde, notre voyageur n’a pas fait plus d’excès qu’entre Païta et Panama : 12,50 F de vin. A St-Thomas, changement de bateau, d’où 17,50 F de transport de bagages, et embarquement à bord de la Seine. Le 13 septembre, arrivée à Southampton ; la note de vin s’élève à 25 F. Il reste à notre voyageur à débourser 100 F pour le retour au Havre.

  • 24 D’après les frais de route d’un dossier de fonctionnaire conservé aux Archives de la France d’Outr (...)

58Au total le voyage lui a coûté quelques 2 700 francs, mais il a effectué le trajet Païta-Le Havre en 31 jours. La vitesse se paye24 !

Notes

1 Les « trois lettres missionnaires » appartenaient à la collection O’Reilly, Paris.

2 Article Pritchard, dans O’Reilly, Tahitiens, p. 389.

3 Archives de France. Section Outre-Mer. Océanie.

4 Bulletin Officiel des E.F.O., 1847-52, p. 344.

5 G. Taboulet, Vie de Gustave Viaud, p. 102.

6 Messager de Tahiti, 26 sept. 1858.

7 Archives de la Société de Marie. Rome. Lettre du Père Poupinel.

8 R.G. Stone. Note on the postal Service of French Polynesia (French Polynesia Newsletter, Zeist, April 1958, p. 34).

9 L. Langomazino, Poste aux lettres, dans Codification des Actes du Gouvernement... Papeete, 1867, p. 78-93.

10 Messager de Tahiti, 19 oct. 1862.

11 R.H. Houwink, Le timbre et la poste à Tahiti, Paris, 1969, p. 3.

12 L. Langomazino, loc. cit.

13 Messager de Tahiti, 18 déc. 1859.

14 Instruction n° 154 (Bulletin mensuel des postes, février 1875.

15 Messager de Tahiti, 18 juillet 1863.

16 Ibid., 1863.

17 A. Salmon, Alex. Salmon..., p. 148.

18 Messager de Tahiti, déc. 1853. Toutes les données suivantes sont fournies par la rubrique « Mouvements de navires » dans le Messager.

19 Monchoisy, La Nouvelle Cythère, p. 15-16.

20 H. Rivière, « Lettre de Tahiti », dans : J.M. Pouchet, le Salon de Madame H. de Caillavet, 1926, p. 18.

21 Cent ans au service de la Jeunesse tahitienne, Papeete, 1960, p. 1-11.

22 Th. Arbousset, Tahiti, p. 336-348.

23 G. Taboulet, loc. cit., le Retour, p. 115-125.

24 D’après les frais de route d’un dossier de fonctionnaire conservé aux Archives de la France d’Outre-Mer.

© Société des Océanistes, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr