Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie à Tahiti au temps de la reine Pomaré

 | 
Patrick O’Reilly

IX. Hygiène et médecine

Texte intégral

L’Eden tahitien n’est pas le Paradis

1Marin ou soldat, fonctionnaire ou colon, l’Européen qui gagne Tahiti au temps de la reine Pomaré y parvient au terme d’un fort long et souvent fort inconfortable voyage. Son état de santé s’en ressent. Les brusques changements de température, le manque d’exercice, la triste nourriture distribuée par le cambusier, l’entassement nocturne dans des entreponts exigus et mal aérés, tout cela ne fait pas du nouvel arrivant un homme bien vigoureux.

2Les médecins signalent quelques difficultés d’adaptation. Elles sembleront inouïes à des lecteurs de 1975, en ces jours ou toutes les agences de voyage de l’un et l’autre monde et les Clubs Méditerranée envoient par dizaines de mille chaque année d’heureux touristes à Tahiti. Il est vrai qu’on ignorait alors l’avion, les frigidaires et des appartements climatisés...

  • 1 J. Kergrohen, Étude sur la pathologie de Tahiti, Bordeaux, 1886.

« La chaleur dilate la peau, de là des transpirations abondantes dont l’influence dépressive sur l’organisme est une... cause de faiblesse et d’anémie ; de là ces éruptions pénibles qui viennent... ajouter leurs effets débilitants à d’autres états morbides ; sans parler des bourbouilles dont les ardentes démangeaisons marquent les premières étapes du nouvel arrivé. Nous avons souvent constaté, pendant l’hivernage principalement, des éruptions multiples de pityriasis, d’eczéma, d’urticaire, de furoncles »1

  • 2 E. Prat. Considérations pratiques sur quelques cas chirurgicaux qui se sont présentés à nous duran (...)

3Si la saison « sèche » est déclarée en effet « douce et tempérée » l’hivernage paraît aux médecins caractérisé par « des pluies aussi fréquentes qu’abondantes, avec de courtes rémissions accompagnées de hautes températures ; c’est la saison des orages (accumulation de fluides électriques) ». Et ils signalent alors « la sensation de gêne, de malaise, d’accablement que l’on ressent à la suite du moindre mouvement ; on accuse alors le temps d’être lourd... On éprouve de l’insomnie, l’oppression des facultés intellectuelles, une exhalation cutanée abondante, un appétit moins vif... il en résulte une action débilitante plus prononcée et une langueur excessive »2. L’action du fluide électrique sur le système nerveux semble, à ce docteur — il fut le directeur de l’hôpital de Tahiti — on ne peut mieux démontré...

« C’est sous l’influence de ce fluide que j’ai vu s’éteindre, presque subitement, dans la salle des blessés de l’hôpital de Papeete un opéré qui causait tranquillement avec moi peu de temps avant la manifestation d’un violent orage qui éclata dans la nuit du 5 octobre 1853. Je perdis ce malade après son repas du soir, au plus fort des décharges électriques. Il était réellement mort par le système nerveux, car l’autopsie ne nous décela aucune lésion de tissus. »

4Un médecin militaire a bien décrit sur les jeunes soldats venus de France « riches de santé » les troubles qui accompagnent cet acclimatement à Tahiti.

  • 3 Archives de France, Section d’Outre-Mer, Océanie, 1, 2, 60.

« La chaleur commence à agir sur la peau... la sueur est ruisselante sur leurs corps... L’exsudation fait naître en même temps une foule de sudamina, les furoncles et les bourbouilles pullulent et les incommodent au point de les priver de sommeil. Ils boivent de l’eau en quantité... Ils se sentent faibles et c’est pour retrouver leurs forces que plusieurs se mettent à boire du vin au delà du nécessaire et à assaisonner fortement leurs repas. On ne saurait croire combien il entre de poivre dans les préparations culinaires. Bientôt la muqueuse gastro-intestinale... s’enflamme... et l’on voit paraître tout ce qui caractérise les troubles ou la perversion des fonctions digestives : les douleurs colliquatives, le flux bilieux, muqueux ou hémorragique, leur teint a perdu la fraîcheur et l’incarnat qu’ils avaient apporté de la Bretagne ou de la Normandie »3.

  • 4 Article Johnstone, dans O’Reilly, Tahitiens, p. 231.

5Le plus ancien et sans doute le premier médecin résident stable à Tahiti fut un certain docteur Francis Johnstone qui vint s’y installer en 1836. Il sera le médecin de la petite colonie anglaise constituée par les pasteurs et leurs familles et prodiguait les soins à la reine Pomaré quand sa Majesté voulait bien recourir à la science occidentale. Johnstone soigna Mme Moerenhout après son assassinat, le marin Herman Melville, le consul Pritchard. Il avait même créé, assisté de son épouse, interprète, infirmière et sage-femme, une sorte de petite clinique privée. Il était aussi pharmacien et vendait — fort cher disent les méchantes langues et les rapports officiels — des remèdes à base de mercure aux « Indiens ». Johnstone était un botaniste enragé. A sa mort, en 1855, les Tahitiens qui l’assistèrent, ne voulant pas le séparer de ses plus chers trésors, jugèrent bon de l’enterrer avec ses herbiers, les notes recueillies par lui sur la botanique locale et tous ses manuscrits scientifiques relatifs à la pharmacopée indigène. Il serait ainsi plus à même de poursuivre ses études dans le monde infernal ! Ce geste, qui témoignait des meilleures intentions tahitiennes, nous a malheureusement à tout jamais privés de la science recueillie par ce premier médecin de Tahiti4.

6Dès l’origine du Protectorat, Papeete fut soigné par les médecins militaires, Prat a laissé un nom qui, médecin de l’hôpital appartenant au corps des chirurgiens de marine, y organise un dispensaire. Et aussi Brousmiche, Bonnet, qui possédait la confiance de la Reine, et en sera officiellement le médecin en 1862 et démissionnaire, fera de la clientèle privée ; Guillasse, qui après dix ans de service à l’hôpital se fixera dans l’île et l’impayable Chassagniol, sale caractère, mais bon praticien et lui aussi familier de la maison royale.

7A la suite de quelques abus — deux officiers de santé avaient réclamé à des civils, à la suite de soins « des honoraires exorbitants », on se demandait, en 1851 à Papeete, si les médecins militaires pourraient y faire de la clientèle privée. Le gouverneur réclame à ce sujet des ordres à Paris. Il doit d’ailleurs reconnaître que

« dans les pays non civilisés où l’art de guérir n’a point encore pénétré... les médecins de la marine, connus sous le nom de médecins du roi ont de tout temps donné leurs soins aux employés de l’État et à la population civile ».

8L’inspecteur général du service de santé répondra

« qu’il lui paraît difficile, après l’entier accomplissement de ses devoirs militaires, d’interdire à un médecin de la marine la pratique civile d’une manière absolue ». Il se montre, par ailleurs, opposé à la tarification de la pratique civile. Une réglementation à ce sujet lui semblerait « porter atteinte à la considération des officiers de santé de la marine et à l’intérêt des indigènes et des européens qui se verraient astreints au paiement légal d’honoraires que les médecins seraient, de la sorte, excités à recouvrer ».

9Ainsi Tahiti sera-t-il livré à la discrétion des praticiens militaires français. Il est tout à leur honneur de reconnaître qu’ils n’eurent jamais plus sujet à s’en plaindre. Car la parole de Lavaud au citoyen ministre en 1849 restera vrai tout au long de notre époque :

  • 5 Archives de France, Section d’Outre-Mer, A 65.

« Il n’y a pas de médecin civil et cela se conçoit, il n’y gagnerait pas pour vivre. L’argent des Indiens, acquis assez ordinairement par un commerce honteux, ils ne sauraient l’employer à la guérison des maladies que leur occasionne la débauche »5.

« Le fléau de la colonie... »

10Que soignent les médecins ? Quelles sont les maladies alors courantes à Tahiti ? « L’affection virulente, celle qui produit les ravages les plus étendus et les plus désastreux, c’est la syphilis. » En 1854, Prat écrit :

« Nous pouvons avancer sans crainte d’être taxé d’exagération qu’une bonne moitié de la tribu tahitienne est actuellement sous le coup de l’infection spécifique, sans en excepter la famille royale. »

11Et, vingt ans plus tard, Vincent, citant Prat, affirme :

« Les choses ont bien empiré depuis cette époque, et nous serions à coup sûr taxé d’exagération si nous formulions notre opinion sur l’extension de ce fléau dans la colonie. »

12A Paris, le chirurgien principal Semard, chargé de la centralisation des rapports au ministère des Colonies, voit les choses du même œil :

« La syphilis est la plaie dégoûtante de l’Océanie. La Nouvelle Cythère n’est rien moins qu’un immense foyer de luxure et de débauche... ses filles séduisantes sont presque toutes infectées. »

13La chose est de notoriété publique : les mutoi, les agents de police de Papeete ayant reçu l’ordre de conduire à la visite les Tahitiennes déclarées contaminées par les marins répondirent avec candeur « Si c’est pour la vérole — te tona — que l’on va arrêter ces femmes, il faudrait emmener à l’hôpital toutes les Tahitiennes ! » Les statistiques prouvent que le mutoi exagère à peine. En 1859, sur 430 femmes indigènes visitées, 222 sont vénériennes. Et, dans l’ensemble, la maladie touche encore plus les hommes que les femmes.

14On discutera longtemps encore pour savoir s’il s’agit là d’une maladie de civilisation ou si les Tahitiens connaissaient le mal avant Wallis, Bougainville et Cook. Quoiqu’il en soit, il est incontestable que les équipages des baleiniers qui, en très grand nombre, fréquentèrent les parages de Tahiti dans le premier tiers du siècle, greffèrent et entretinrent dans les îles cette syphilis américaine, la plus redoutable de toutes. Les navires marchands venus de San Francisco, Sydney et Valparaiso, qui fréquentèrent ensuite la rade de Papeete continuèrent d’inoculer aux femmes de Tahiti « la plupart des accidents syphilitiques contagieux ». Les navires de guerre, eux, ne sont pas à incriminer. La discipline sanitaire est en général très stricte à bord. Mais ils sont touchés, eux aussi. Le médecin major de l’aviso Hermine, déplore que ses hommes, après une longue traversée, se jettent à corps perdu dans les pires excès : vingt-trois d’entre eux ont été atteints. « Il regrette que les marins professent pour cette affection le plus profond mépris. » Au moment de leur retour en France, les militaires font pitié.

15Un officier d’infanterie de marine écrit :

« A les voir hâves, étiolés, l’œil éteint, on croirait que Tahiti est une colonie à fièvre. C’est que la plupart de nos hommes — 99 % — ont été cruellement éprouvés par la maladie vénérienne, qui est une affection affreuse à Tahiti. »

16Les gouverneurs eux-mêmes s’inquiétèrent. L’un d’eux signale la progression alarmante des affections vénériennes.

  • 6 Ibid. de La Roncière au ministre, 28 janvier 1868, I, 6, carton 140.
  • 7 Ibid., I, 6, 140.

« Bientôt pas un de nos militaires et matelots, sans compter les civils, ne rentrera en France sans avoir en lui les restes de maladies les plus graves dont la transmission aux enfants produit des familles pénibles à voir »67.

17L’hôpital, une des premières constructions entreprises par l’armée, voit passer beaucoup de ces malades. Voici quelques chiffres recueillis au hasard des statistiques. Ils concernent exclusivement les hommes de la garnison.

18En 1845, on compte 146 vénériens soignés à l’hôpital, avec un séjour moyen de 34 jours, pendant que l’infirmerie voit passer 139 malades avec 27 jours de traitement.

19En 1854, la flotte et la garnison fournissent à l’hôpital 122 vénériens. La durée moyenne du traitement étant de 50 à 60 jours et le prix de la journée d’hôpital ayant été fixé à 6,50 F, chaque syphilitique coûtait à la colonie plus de 300 F. Pour le quatrième trimestre de 1864, sur 125 malades, 47 vénériens.

« Le nombre des vénériens est toujours très considérable et la plupart des cas d’une extrême gravité, note en marge le Dr Guillasse ; il s’agit de chancres, d’accidents secondaires, de blennorragie, de blennorrhée. Les décollements des bubons sont traités au caustique de Vienne ; les chancres par des applications de nitrate-acide de mercure. Le traitement de choix restant la liqueur de Van-Swiéten, à base de protoiodure de mercure et les solutions de Puche. »

20Les médecins remarquent que les « Indiens sont bien plus vite guéris — ou plutôt « blanchis » — que les Européens, car ils peuvent supporter des doses énormes de mercure. »

Les mauvais tours de Vénus à l’île de Cythère

21En octobre 1854, lorsque Prat constata que sur 33 malades, son hôpital renfermait 27 syphilitiques, il résolut de faire aussi quelque chose pour les femmes indigènes, de manière à stopper « le progrès du virus contagieux ». Un dispensaire — il s’agit sans doute de modestes cases en matériau indigène — fut construit dans l’enceinte de l’hôpital, et dans un endroit très retiré. Il se compose d’un bâtiment principal, qui peut contenir 20 à 25 lits et de deux bâtiments moins grands pour la visite et les pansements. Le tout entouré de murs élevés, couronnés de nombreux morceaux de verre, qui en rendent l’abord impraticable à l’escalade — ou au moins très dangereux. On y entre par une porte qui donne dans l’enceinte de l’hôpital. La porte possède une serrure et trois clefs. L’une est entre les mains des sœurs, l’autre au mutoi qui sert d’agent comptable, la troisième au médecin qui ouvre et ferme la porte aux heures de visite. Le local principal où sont couchées les femmes est fermé au cadenas. Prat soigne personnellement les malades : préparations mercurielles, bromure et iodure de potassium sont à la base du traitement. Les sœurs s’occupent des femmes et les occupent à des travaux de couture. Les résultats furent excellents, sur les 47 femmes traitées en 1855, 40 sont sorties guéries. La dépense avait été de 350 francs, dont 300 pour le mutoi préposé à la garde des malades et 50 pour les médicaments fournis par l’État. La nourriture est apportée par les parents ou des prisonniers qu’on envoie dans les vallées de l’intérieur de l’île pour en rapporter les aliments végétaux : fei, maioré, ignames et taro.

22Bientôt, malheureusement, sous la direction trop débonnaire de Guillasse, le dispensaire perdra toute efficacité. Les Tahitiennes malades l’ont pris en horreur et beaucoup sautent le mur pour faire des escapades en ville où elles répandent leur redoutable maladie. Pour comble, on s’aperçoit que des soupers, des bals, et même des orgies, ont lieu la nuit dans cette annexe, avec la participation d’officiers et d’employés, sous les yeux scandalisés des religieuses de Saint-Joseph de Cluny. Les saintes filles — peut-on les en blâmer ? — se plaignent en haut lieu et le chef de la colonie reçoit une verte semonce du ministre :

« Ces faits inculpent gravement l’administration placée sous vos ordres... Vous aurez sans aucun retard à faire transférer ailleurs le dispensaire... Je ne veux pas que les sœurs aient à subir un instant de plus ce hideux voisinage. »

23En fait, le dispensaire ne fonctionne plus dès 1860. En 1868, on discutera de sa renaissance. Quinze ans plus tard, Kergrohen, « au lieu du dispensaire, misérable masure qui en dernier lieu à servi de fourrière aux chiens errants », pensait qu’il serait plus utile « de construire un hôpital où seraient soignés gratuitement tous les indigènes ». Ce rêve ne se réalisera pas au temps de la reine Pomaré.

Epidémies et vaccins

24A côté de la syphilis, les médecins de Tahiti d’il y a cent ans parlent beaucoup de coliques sèches — dites aussi coliques nerveuses, coliques vitales, coliques rhumatiques ou coliques du Poitou. Les symptômes en sont une constipation opiniâtre et d’atroces douleurs abdominales qui arrachent au patient « les cris les plus déchirants ».

  • 8 Ibid., I. 13, 60.

Prat décrit de très nombreux cas de malheureux dont les accès aigus — violentes souffrances presque continues — sont de véritables tortures. Il invente pour soulager ses malades des lavements gazeux aux vapeurs d’éther sulfurique. Guillasse soigne quelques cas « d’une ténacité désespérante » : « Un des sujets atteints n’a pas fait à l’hôpital un séjour de moins de deux mois et bien que soigné aux premières atteintes, le malade est menacé de paralysie des membres supérieurs »8. En 1865, il voit mourir un homme qui n’en était encore qu’à sa deuxième vacation. On parle même d’épidémie de coliques sèches... « Elles se trouvent aujourd’hui (1887) expliquées par la présence de sels plombiques dans la peinture, les boîtes de conserve, le vin souvent lithargyré, les appareils distillatoires aux soudures souvent trop plombifères. »

25L’éléphantiasis — le féfé des indigènes — est une maladie locale assez fréquente. Elle se manifeste par une enflure démesurée et permanente des membres inférieurs, « les bottes », ou du scrotum. On a vu des Tahitiens porter leurs testicules dans une brouette pour pouvoir marcher. « Quelques résidents blancs ont aussi le féfé. Mon ami Bicknell en est atteint », écrit le voyageur Perkins en 1835, qui pense que « la maladie pourrait être attribuée à la vie inactive des gens d’ici qui sont d’un naturel paresseux... Les chefs qui sont vraiment des oisifs sont le plus atteints. » Certains l’attribuent à ce que les gens vivent souvent dans l’eau. A part la gêne et la lourdeur des mouvements, la maladie n’est pour les indigènes l’objet d’aucune attention. Un chevalier d’industrie, d’origine allemande, ayant quelques connaissances chimiques, prétendait guérir le féfé à l’aide de l’iodure de quinine pris par petites doses. Nous ne savons pas s’il fit fortune, il n’arrêta certainement pas le mal. La filariose, avec son moustique vecteur, attendra plus d’un siècle son traitement spécifique et sa prophylaxie.

26Prat ne signale qu’un cas de lèpre, sur un indigène, en 1855. La maladie est pourtant répandue dans l’île.

« Si une famille constate que l’un de ses membres est atteint de la lèpre, pendant quelques jours ce sont des scènes de désolation, on parle d’isolement, de contagion, on recherche l’origine de la maladie. Mais, quinze jours ne se sont pas écoulés que le lépreux a repris sa place au foyer sans aucune précaution jusqu’au jour ou atteint de plaies, défiguré, horrible, la famille l’éloigne et lui construit une petite cabane à quelque distance de la maison commune. Mais jusqu’à la dernière période de son affection, il prend part à la vie de famille, couche dans la même pièce, pêle-mêle avec les autres, mange au même plat, fabrique la nourriture, soigne les enfants, prend part aux fêtes... »

27On s’occupera, en 1874, des sept ou huit Chinois lépreux qu’on songea à rassembler à Motu Uta. Pomaré prit une ordonnance à ce sujet. Elle resta pratiquement lettre morte et dès 1876 il n’y avait plus de malades sur l’îlot.

28A côté des maladies endémiques, le Tahiti de Pomaré connut également quelques épidémies.

29On a gardé le souvenir, en 1842, d’une épidémie de variole, venue d’Amérique. Un charpentier anglais, établi à Papeete, contracta la maladie à bord d’un navire américain qui en était infesté. Il ne tarda pas à succomber et la maladie se répandit de proche en proche, faisant de nombreuses victimes. La vaccine ne sera introduite qu’un peu plus tard, sur des souches provenant de Sydney.

30La rougeole sévit à Tahiti, en 1854, ne montrant une sévère virulence que chez les indigènes. Ceux qui étaient touchés, dévorés par la fièvre, allaient malgré les recommandations se baigner en pleine période d’éruption, dans les rivières les plus fraîches. On compte 800 morts sur une population alors de moins de 10 000 habitants. A Papara, la mort fit une victime pour sept habitants. La population de l’île fut décimée. Chefs, juges, mutoi, furent atteints, causant de grands vides dans l’administration.

Les manifestations généralement organisées pour le 15 août, fête de l’Empereur, furent supprimées. « On ne pouvait songer à convoquer à des plaisirs bruyants, une population si durement traitée par l’épidémie. » L’Église ordonna des prières publiques pour supplier Dieu de vouloir bien détourner de nos îles le fléau qui depuis trois mois décime la population indigène. On reparlera de la rougeole en 1861. En 1873, une nouvelle épidémie s’étendit à nouveau sur tous les points de l’île.

31L’arrivée à Papeete, le 1er octobre 1863, du Diamant, commandé par le lieutenant de vaisseau E. Lebris, y causa une légitime émotion. Le navire venait de Callao par Payta, avec le courrier. Il rapatriait également de malheureux Polynésiens razziés par des recruteurs péruviens. En cours de route une épidémie de variole se déclara parmi eux qui fit 21 morts. Affolé, le capitaine fit débarquer tous les Polynésiens aux Marquises où l’épidémie se répandit comme la foudre, causant 1 500 morts. Puis fit route vers Tahiti. On y exigea du Diamant une sérieuse quarantaine. Fort heureusement l’équipage avait échappé à la contagion et on put bientôt lui donner la libre pratique. Cependant chacun à Papeete demeurait inquiet. Un mois plus tard, lors de l’arrivée de l’Océan, venant des Sandwich où régnait une sévère épidémie de petite vérole, un bruit courut que des cas de variole existaient « dans plusieurs cases de la plage. On les avait vus, reconnus, des médecins même l’avaient dit ». Pour tranquilliser la population, le gouverneur dut ordonner une enquête médicale. Son chirurgien de division reçut l’ordre de « vérifier les choses avec la plus scrupuleuse attention ». Pour rassurer complètement les esprits, il pria MM. Delaporte, médecin de l’amiral, Prat, chef du service à terre et le docteur Johnstone de vouloir bien se joindre à lui ; des négociants recommandables du pays les accompagnèrent pour leur indiquer les cases où se trouvaient les malades.

« Pendant près de deux heures, note le Messager de Tahiti du 24 octobre 1863, la réunion médicale parcourut la plage entière et le résultat de ses investigations fut tout à fait nul. Pour le moment on peut affirmer que la variole ne règne pas à Taïti. »

32Ces alarmes eurent au moins l’avantage de pousser l’administration à préciser les règlements concernant la quarantaine et de pousser les Tahitiens à accepter la vaccination. Conscient de ses responsabilités, le Dr Prat lança de tous côtés des appels pour obtenir du vaccin. En novembre 1853, le Dr Wilhem Hildebrand, de Honolulu, par le El Papeete de la Serana lui fait parvenir

« une petite boîte contenant des croûtes, dont une enveloppée seule dans un morceau de papier est prise d’un enfant blanc ; les autres viennent du bras d’un enfant indigène bien sain. Les quatre verres sont chargés avec du vaccin frais ». Cependant le Messager de Tahiti avait le regret d’apprendre à ses lecteurs, huit jours plus tard, « que le vaccin, envoyé avec tant de bienveillance des îles Sandwich... n’avait pas eu de succès ».

33Il fallut attendre six mois et l’envoi de vaccin spontanément fait par un certain docteur Pretot, médecin français à Valparaiso, pour que la feuille locale puisse annoncer : « La population tout entière de Tahiti et de Moorea est vaccinée ».

Les médecins, les pharmaciens de Papeete furent envoyés dans les districts pour y vacciner. On le fit d’enthousiasme, car il s’agissait d’agréables promenades récompensées par des frais de route qui arrondissaient la solde mensuelle. Plus de 2 000 enfants reçurent leur petit coup de lancette. Les parents, en général, se montrent compréhensifs et consentirent eux aussi à se laisser vacciner.

Hôpital. Potions et bistouris

34Un hôpital provisoire fut une des premières bâtisses édifiées par les sapeurs et les ouvriers de Bruat en 1843. Il figure déjà dans le plan Rimbault du 10 mai 1844. Quatre religieuses infirmières des sœurs de St-Joseph-de-Cluny débarquent en mars. Elles tombaient dans un pays en guerre. La femme du gouverneur les prit sous sa protection. Pendant trois ans, elles vivront dans une case de bambou au milieu du camp, donnant leurs soins aux blessés. Vingt ans plus tard, les religieuses étaient au nombre de 8 ou 10 qui s’occupent de l’hôpital, construit en dur, non loin du gouvernement. Trois d’entre elles touchent 1200 F par an ; les « surnuméraires » ne reçoivent que 600 F. Le personnel médical de la place se compose du chirurgien chef de service, de deux chirurgiens de 3e classe et d’un pharmacien. Le gouverneur signale que dans un pays où n’existe aucun médecin civil, c’est insuffisant. Le chirurgien Guillasse, par exemple, « est atteint d’un panaris au pouce droit et ne peut opérer... Pendant plusieurs semaines, s’il se présentait un cas offrant quelque gravité et qu’il fallut opérer, on aurait été obligé de laisser le blessé sans soins » écrivait le gouverneur de la Roncière au Ministre.

35Le prix de la journée pour un malade ordinaire, fixé à 6 F dans les années 50 du siècle, passe à 7,03 F en 1862 et est de 8,15 F en 1863. Les officiers paient un peu plus cher : 10,15 F en 1863.

« Ce prix s’applique aux salariés des services publics, aux officiers et marins français et étrangers, ainsi qu’aux indigènes dont l’admission est demandée par la Société de St-Vincent de Paul. Pour toutes les autres personnes qui obtiendraient à titre exceptionnel leur admission à l’hôpital, le prix sera abondé du quart en sus... Le prix de la sépulture — on doit penser à tout ! — est fixé à 30 F. En 1864, on crée une salle d’indigents de 4 lits. La journée du traitement revient à 4,75 F. On est parvenu à ce modeste tarif en « supprimant les aliments dits légers, en fournissant une literie de second ordre, et en réduisant au strict nécessaire les moyens médicaux et chirurgicaux. »

36Car les moyens médicaux sont forts abondants. La liste des médicaments demandés annuellement par Tahiti au service de santé en France est longue. Parmi les remèdes chimiques les plus fréquemment utilisés, notons : pommade mercurielle double, iodure de potassium, sousazotate de bismuth, sulfate de soude, de fer ou de magnésie, hypochlorite de chaux ; mais les produits naturels l’emportent encore de beaucoup dans cette pharmacopée coloniale. On réclame de grandes quantités d’huile de foie de morue brune, d’écorce de quinine gris, jaune et rouge, des racines de réglisse, des tourteaux de lin, de l’orge entière, de l’huile concrète de camphre, d’oléorésine de copahu, d’ergot de seigle en capsule, d’alcool de menthe poivrée, du sirop d’écorce d’oranges amères, de la poudre de poivre cubèbe. On trouve aussi curieusement de fortes quantités de divers alcools. Guillasse en 1865, comptant très peu sur la médication émolliente et hyposténisante, soigne avec eux les anémiques. Il explique dans un rapport :

« Depuis longtemps, nous nous adressons de préférence à la médication tonique et reconstituante et nous nous en trouvons fort bien. Parmi les éléments de cette médication plutôt hygiénique que pharmaceutique, nous signalerons les bons effets des alcooliques : eau de vie, rhum, cognac, à l’exclusion du vin qui est en général mal supporté. » A ce régime, on conçoit qu’il y ait beaucoup d’anémiques parmi les malades. Mais à Paris, le lecteur du rapport reste sceptique et ponctue la marge du document de quelques vigoureux points d’exclamation.

37Parmi les « articles divers » : beaucoup de charpie ; charpie fine, charpie à mèche, charpie ordinaire. Le sparadrah de diachylum s’altère à Papeete avec facilité. « On a été obligé d’acheter au commerce du taffetas vésicant américain, bien supérieur à celui qui arrive ici. »

38L’abondance n’a pas toujours régné. En 1854, lorsqu’il arrive à Papeete Prat se plaint que l’hôpital manque d’objets de la plus grande nécessité

« en fait de trousses, je n’ai trouvé que quatre étuis vides dont trois en très mauvais état et une à peine passable que j’ai garnie en partie avec quelques instruments détériorés ou empruntés aux caisses de chirurgie... Les lancettes, au nombre de 5 sont presque entièrement usées, ce que j’attribue à la prompte oxydation dans ces latitudes et aussi au repassage de ces instruments qui, vu l’absence dans la colonie d’un artiste coutelier, a été confié jusqu’alors à un ouvrier d’artillerie ».

39Plaintes analogues en ce qui concerne les « sondes et bougies en gomme élastique ».

  • 9 Ibid., I, 13. Lettre de Prat à l’inspecteur général du service de santé à Paris.

« Celles qui nous sont envoyées nous arrivent dans un état d’agglutination et d’altération qui les empêche complètement de servir... Il est impossible de traiter les rétrécissement uréthreux dans de pareilles conditions »9.

40Pour soigner plus efficacement les malades, les médecins s’arment des appareils les plus modernes et l’administration les seconde de son mieux. En juillet 1873, le Dr Bonnet, médecin du dispensaire, réclame des instruments :

  1. un spéculum à trois valves, développement plein, avec embout, en métal bien argenté ;
  2. un long porte-pierre, avec pince à crémaillère, porte-charpie et cuvette ;
  3. deux pinces à anneaux porte-charpie pour pansement de l’utérus ;
  4. trois spéculums en cristal à manche, deux grands et un moyen.

Et, pour plus de précision, le docteur exécute d’une plume malhabile trois petits croquis, sur papier bleu qu’il joint à sa demande.

41Suivons la marche de cette demande, elle nous fournira une juste idée des étapes et des délais nécessaires à l’époque pour obtenir à Papeete le moindre objet de la métropole.

Dès le 7 août, le Commandant des Établissements français de l’Océanie écrit à Paris, réclamant au ministre « les instruments de chirurgie destinés aux visites des femmes prostituées atteintes de la syphilis ». La lettre porte le timbre d’arrivée à Paris le 8 octobre. L’urgence est réclamée. Le Conseil supérieur de la Santé est consulté dès le 13, qui transmet « sans observations » la demande. Un rapport au ministre, signé du directeur des Colonies rend exécutoire la commande. « La dépense, 100 F environ, sera imputable sur les fonds du budget local, exercice courant. »

42M. Charrière, fabricant d’instruments de chirurgie à Paris, fournit les objets et les mit en caisse.

  • 10 Ibid.

Une lettre du ministre au consul de New York, lui demande de prendre un soin particulier de cet envoi qu’il est chargé de transmettre à son collègue de San Francisco. Il le fait dès le 4 février de l’année suivante. Si bien qu’à Pâques, le Dr Bonnet pouvait inspecter avec sûreté ses malades10.

43Si le cadre médical fut de très bonne heure en place à Papeete, il fallut attendre jusqu’à la fin du règne de Pomaré pour voir le premier dentiste s’installer à Tahiti d’une manière stable. Un Anglais, William Davis, qui publiait dans le Messager de Tahiti de 1877 des annonces de ce style : « Le Dr W. Davis, dentiste, a l’honneur d’informer le public qu’il sera à Papeete le vendredi 12 octobre courant où il séjournera quatre à cinq jours. Et pendant ce temps il se met à la disposition des personnes qui auront besoin de ses services. »

Esculape, Zadig ou le docteur Coué ?

44Et les Tahitiens, eux, comment se soignent-ils ?

  • 11 Un article fort bien documenté a été consacré à Tiurai le guérisseur dans le BSEO de juillet 1925, (...)

45Hormis ceux qui habitent à Papeete ou vivent dans l’entourage des blancs, c’est encore la pharmacopée indigène qui règne en maîtresse. Cent remèdes traditionnels existent, à base de bains, de massages, de plantes, où se mêlent l’efficacité magique et la puissance médicinale. Et puis les Tahitiens ont aussi leurs tahuta, leurs médecins. On cite des interventions chirurgicales : « Les guérisseurs du pays pratiquaient pour la cure d’éléphantiasis du scrotum, la section radicale de la tumeur. » Mais si certains soignent par des médecines, d’autres travaillent d’une manière psychologique. On allait beaucoup voir, à la fin du règne de Pomaré, Tiurai, le plus célèbre hiohiu — guérisseur — de son époque. Un bel homme, plein d’autorité, aux gestes lents et à l’œil vif. Jamais il ne fait de visite à domicile, un peu fantasque, quand on vient le voir, il faut attendre qu’il s’occupe de vous. De nombreux malades viennent chaque jour le voir. Complètement désintéressé, vivant sans femme, il soigne les malades avec des herbes, des traitements fort simples. Voici une guérison particulièrement spectaculaire obtenue par Tiurai11.

« Un jeune homme de Raiatéa souffrait d’un mal de gorge. En vain avait-on essayé tous les remèdes de son district et consulté les tahua les plus réputés. Le mal ne faisait qu’empirer. Ses parents décidèrent de l’amener à Tahiti pour voir Tiurai. En arrivant, le jeune homme avait la gorge très enflée et la mâchoire raide ; il avait de la peine à articuler quelques mots, c’était tout juste s’il pouvait avaler un peu d’eau de coco. Tiurai ayant écouté sans mot dire les explications des parents du malade lui demanda d’ouvrir la bouche. La douleur était telle qu’il ne put pas même desserrer les dents. « A genoux ! cria alors Tiurai. Le garçon, avec mille précautions, obéit ; le moindre effort lui causait des élancements douloureux. Voyant ses hésitations, Tiurai cria encore plus fort : « A genoux, je te dis ! Et mets tes mains par terre devant toi, et marche à quatre pattes, comme un porc. » Tiurai continua : « Cours maintenant tel le cochon poursuivi par une meute de chiens, cours donc là-bas vers ce régime de bananes vertes et mors-en une, comme si tu étais un porc affamé. »

Le jeune homme arriva péniblement près du régime de bananes, mais il était si faible qu’il n’exécuta pas le dernier ordre et resta en arrêt, implorant un meilleur traitement. « Mords, hurla Tiurai, je te dis de mordre. Avec tes dents arrache un fruit. » Le garçon terrorisé, obéit et poussa un long gémissement. Le mouvement subit qu’il fit pour ouvrir sa bouche fit crever l’abcès qui était dans la gorge et l’on put voir le pus blanc et jaune couler entre ses lèvres. Tiurai lui dit alors d’un ton moins autoritaire : « Baisse la tête et lève le derrière », ce que fit docilement le malade qui déjà se sentait mieux. Toujours assis sur le bloc de corail d’où il n’avait pas bougé, Tiurai se tourna alors vers le père et lui dit : « Prends donc un de ces jeunes cocos, ouvre-le et porte-le à ton fils pour qu’il puisse se rincer la bouche. » Le vieillard tout ému, mais émerveillé, obéit et porta le coco à son fils le tenant de façon à ce que ce dernier put en aspirer le liquide pour se laver la bouche. « Maintenant, continua Tiurai, ouvre un autre coco et donne-le à ton fils pour qu’il puisse se gargariser la gorge. » Le vieillard obéit. « Allez maintenant, dit-il, dans quelques jours vous ne vous souviendrez plus lequel de vous deux était malade. »

46Comme on demandait à Tiurai pourquoi toute cette mise en scène, il répondit : « C’est bien simple, pour soigner mes compatriotes, il faut que les choses les plus simples leur soient présentées comme très compliquées... J’ai vu qu’il s’agissait d’un abcès de la gorge. Je n’aurais jamais pu percer cet abcès avec mon couteau. En ordonnant au malade de tenir entre ses dents une banane, je savais très bien que l’abcès, s’il était à point, s’ouvrirait de lui-même et que le pus se dégagerait par la bouche. Je lui ai fait baisser la tête pour que le pus ne descende pas dans l’estomac. L’eau de coco pour laver sa plaie est l’eau la plus pure que l’on puisse trouver ».

47Parfois, Tiurai jouait la Christian Science et la méthode Coué. A la suite d’une chute dans un ravin, un homme de Pueu resta alité de longues semaines. Tout fut essayé mais sans succès. Le malade bien que ne souffrant pas trop s’affaiblissait de plus en plus. On décida de l’amener à Tiurai. Ce ne fut pas chose facile. Le moindre mouvement l’incommodait. Une voiture fut donc préparée et des « tifaifai » suspendus tout autour de la capote. Le malade fut allongé sur un lit de feuilles ; sa femme et ses filles s’installèrent autour de lui pour l’éventer et le masser. La voiture se mit en route, les chevaux allant au pas pour éviter les cahots. On partit dans la nuit pour éviter la chaleur. Vers midi, le cortège arrive chez Tiurai.

« Où est le malade », dit-il en voyant la voiture. « Ici » répondit une des femmes en soulevant le rideau. « Enlevez ces tifaifai, dit Tiurai, cet homme a besoin d’air » et se tournant vers le conducteur il lui demanda : « Où est ton fouet ? — Je n’en ai pas eu besoin car nous sommes venus au pas. — Ah ! vous êtes venus au pas ! Eh bien ! vous allez retourner au trot, marmotta Tiurai. Descendez tous de cette voiture, ordonna-t-il aux femmes, et toi, dit-il au cocher, tourne ton véhicule. » Pendant que le conducteur exécutait ses ordres, Tiurai se diriga vers une touffe de goyaviers d’où il arracha une branche longue et flexible. Il revint vers la voiture, donna la baguette au conducteur et lui dit : « Voilà un fouet, fais courir tes chevaux aussi vite que tu le pourras, suis la route jusqu’à ce que tu arrives au pont de Punaruu, traverse le pont et va sans ralentir ton allure jusqu’à ce que tu trouves un endroit où le terrain soit assez plat pour que ton attelage puisse tourner sans s’arrêter. Et souviens-toi d’une chose, c’est qu’il t’arrivera malheur si tu cèdes aux prières de cet homme ; il va te supplier de t’arrêter, ne l’écoute pas. Pars et reviens vite. »

48Le conducteur ne savais que répondre, le malade gémissait déjà et les fetii étaient consternés.

« Pars ! ordonna Tiurai. Et le conducteur donna de grands coups de baguette à ses chevaux qui bondirent en avant. Tiurai se retourna et dit à la foule : « Cet homme sera guéri à son retour. » Sans ajouter un mot, il se hissa sur le mur en corail qui bordait la route et s’assit pour attendre. Les passants s’arrêtaient, la foule grossissait. A voix basse on se demandait ce qui se passait. Le « Hiohio » prépare un miracle, disait l’un ; un autre annonçait que l’homme serait semé en route ; un pessimiste prédisait que le malade serait mort au retour. Après trois quarts d’heure d’attente, on aperçut la voiture qui revenait, les chevaux galopaient et le conducteur les frappait comme un forcené. « Voilà votre malade. Il est guéri » dit Tiurai. De fait l’homme était assis sur son séant et de ses deux mains se cramponnait aux barreaux de la banquette du conducteur. « Descends » lui dit alors Tiurai. L’homme descendit presque ahuri, mais esqui-sant un sourire. « Remonte maintenant en voiture, lui dit Tiurai, assieds-toi sur la banquette et reconduis ta voiture chez toi. » Il obéit comme dans un rêve. Toute la bande remonta dans la voiture qui, conduite par le malade, reprit la route du Pueu, à la stupéfaction de la foule émerveillée. Tiurai avait rapidement compris que son malade était un mai manao, un malade d’idées beaucoup plus qu’un paralytique. Il ne le traita pas en malade et se contenta de forcer le patient à se rendre compte qu’il pouvait agir.

49Même à Tahiti, les cordonniers sont mal chaussés. Tiurai mourra d’une épidémie de grippe...

  • 12 G. Taboulet, Vie de G. Viaud, p. 118.

50Malgré l’hôpital, malgré les médicaments, malgré les tiurai, quelques partants se sont trouvés fort éprouvés par le climat de Tahiti. Le Dr Gustave Viaud quitte l’île enchantée, entre une attaque de rhumatisme et une crise de coliques sèches. « Pendant trois jours, et trois nuits, je ne pus trouver aucun moment de repos ; je me roulais partout en criant comme fou... La colique calmée, je me retrouvai de nouveau avec mes douleurs rhumatismales qu’elle m’avait fait oublier, au point que, ne souffrant plus du ventre et ne pouvant plus remuer les membres sans crier, je m’étonnai beaucoup d’avoir pu me livrer si longtemps à tant de cabrioles furibondes... »12. Le jour du départ arrive sans que Gustave soit remis. C’est en chaise à porteurs qu’on dut le transporter à bord de la Dorade ; il y est placé dans un cadre, d’où il ne sortira que quinze jours plus tard...

  • 13 E. Monet de la Marck, Lettres d’un marin, p. 89.

51Mais pour d’autres, les optimistes — ceux qui jouissent d’une bonne santé — Tahiti reste malgré tout un paradis. « Ma santé n’a jamais été meilleure ; les climats chauds ne m’ont pas éprouvé le moins du monde écrit Monet de la Mark en 1852. J’attribue cet heureux effet à mes gilets de flanelle que je ne quitte jamais ; car toutes les maladies viennent des entrailles et il suffit de se tenir l’estomac et le ventre chauds »13.

Secours aux noyés

52Un mot sur un singulier procédé « utilisé par les Kanacks » pour rappeler les noyés à la vie :

  • 14 J.H. Bouffier, Relation chirurgicale de la campagne de la corvette à vapeur « Gassendi », 1845-185 (...)

« A peine le corps est-il retiré de l’eau qu’un homme robuste le saisit par les pieds, les appuie sur ses épaules, les embrasse solidement avec ses mains, et part au pas de course, emportant derrière son dos le corps du noyé, qui pend la tête en bas et le visage en arrière. Quand il a parcouru une longueur de cent ou deux cents mètres, il revient sur son chemin et recommence le même exercice jusqu’à ce qu’il soit fatigué. Dès que ce moment arrive, un autre individu prend sa charge, court de nouveau, et ainsi de suite sans discontinuer pendant des heures entières. Dans cette course précipitée, le corps du noyé, la tête et les bras surtout, sont soumis à des mouvements, à des chocs de toute espèce. Les Tahitiens prétendent qu’après toutes ces successions prolongées, l’eau étant rendue par la bouche et les narines, la respiration reparaît, et le noyé est sauvé. Ils ont le soin de ne cesser la promenade du sujet, même lorsque la respiréation s’exécute, que quand toute l’eau est évacuée. Alors seulement, pour eux, tout danger est passé et le malade peut être laissé tranquille »14.

53Et l’auteur de nous citer le cas d’un enfant de 6 ans « retiré complètement noyé d’un bassin où il était tombé ». Le médecin anglais, « après avoir inutilement essayé l’excitation de la membrane pituitaire et l’insufflation de l’air dans les poumons, déclara... que l’enfant était mort ». Les indigènes commencent alors leur traitement et se relayent pour le porter en courant. « Je vis l’enfant dans ce moment : il avait le visage bleuâtre, bouffi ; les yeux ternes, saillants ; la bouche écumeuse, le pouls nul, la peau froide, excepté à la partie antérieure de la poitrine. Cet examen dura à peine quelques secondes, car le Tahitien qui le portait et que j’avais arrêté un instant repartit de suite en courant avec son fardeau : cependant, il aurait suffi pour me faire ajouter peu de croyance à la possibilité du rappel, même momentané, de cet enfant à la vie. Pourtant, deux heures après, j’appris qu’il avait rendu beaucoup d’eau et qu’il avait respiré. »

Notes

1 J. Kergrohen, Étude sur la pathologie de Tahiti, Bordeaux, 1886.

2 E. Prat. Considérations pratiques sur quelques cas chirurgicaux qui se sont présentés à nous durant notre séjour à Taïti. Montpellier, 1859.

3 Archives de France, Section d’Outre-Mer, Océanie, 1, 2, 60.

4 Article Johnstone, dans O’Reilly, Tahitiens, p. 231.

5 Archives de France, Section d’Outre-Mer, A 65.

6 Ibid. de La Roncière au ministre, 28 janvier 1868, I, 6, carton 140.

7 Ibid., I, 6, 140.

8 Ibid., I. 13, 60.

9 Ibid., I, 13. Lettre de Prat à l’inspecteur général du service de santé à Paris.

10 Ibid.

11 Un article fort bien documenté a été consacré à Tiurai le guérisseur dans le BSEO de juillet 1925, pp. 3-35. Toutes les données de ce paragraphe concernant Tiurai proviennent de cette étude.

12 G. Taboulet, Vie de G. Viaud, p. 118.

13 E. Monet de la Marck, Lettres d’un marin, p. 89.

14 J.H. Bouffier, Relation chirurgicale de la campagne de la corvette à vapeur « Gassendi », 1845-1850. Montpellier, 1857, pp. 43-46.

© Société des Océanistes, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr