Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie à Tahiti au temps de la reine Pomaré

 | 
Patrick O’Reilly

VI. Les petits commerçants

Texte intégral

La monnaie : piastres fortes et doublons d’or

1Il faudrait posséder l’agilité d’esprit d’un changeur oriental pour se débrouiller dans les différentes monnaies en cours à Tahiti, et connaître la valeur exacte de l’argent.

2Au début du règne de Pomaré, avant l’arrivée des Français, l’usage de l’argent monnayé commençait à se répandre parmi les Indigènes.

  • 1 Vincendon Dumoulin, Ile Taïti, Paris, 1844, t. 2, p. 688.

« La monnaie la plus appréciée était la piastre espagnole à double colonne, mais les habitants ignoraient la valeur de l’argent à un tel degré qu’il n’était pas rare de les voir offrir deux piastres ternies pour une seule bien brillante ; et tous les objets en leur possession, quelle que fût leur valeur, étaient évalués en dalla, ou tara, un dollar. Un coco, un régime de bananes, des coquilles, une lance, un cochon, étaient proposés pour le même prix »1.

3Lors de l’arrivée des Français, en 1843, la pièce de 5 francs en argent, alors notre étalon monétaire, la « monnaie de la France », va devenir la monnaie du Protectorat. Les mercuriales, nous le verrons, sont rédigées en francs. On ne doit parler que de francs dans tous les actes et les transactions. Cette pièce est reconnue égale à la piastre forte chilienne, alors en usage courant, et qui vaut, elle, 5,25 ou 5,50 F selon l’époque. Un peu plus tard, en 1847, on « imposera » la circulation de la monnaie de billon française. On ne peut alors refuser les pièces françaises de 5 et 10 centimes.

4Tel est le droit. En fait, Tahiti par son commerce vit dans la mouvance et la dépendance des États-Unis et du Chili. Et l’on peut dire qu’en 1850, si le franc est la monnaie officielle à Tahiti, la monnaie courante est faite de pièces d’or et d’argent qui ne portent pas une frappe française. Si les cours, au marché aux légumes, passent si aisément, pour un même produit, de 50 centimes à 1 franc ou vice-versa, c’est qu’il n’y a pas de monnaie de billon en circulation et que les gens ne connaissent que le réal.

5C’est principalement la monnaie chilienne qui est en usage. Et d’abord le doublon or — ou once — qui vaut 84 francs. Le Père Caret, en 1836, désireux d’entrer à Tahiti, présente à la reine Pomaré « 4 onces d’or » soit 336 francs or. Et cela, à titre de paiement pour l’amende due à la suite de la transgression de la loi qui interdit à un étranger de pénétrer sur le sol tahitien. Un très joli droit de passage !

6Le doublon était accompagné de pièces divisionnaires, demi, quart et huitième de doublon, soit 40, 20 ou 10 francs.

7La monnaie d’argent est également étrangère. On trouve aussi bien la piastre forte d’Espagne (2,50 F) et la peseta ou double-réal qui vaut 1,25 F.

  • 2 Messager de Tahiti, 9 novembre 1862.

Un tableau donné en 1862 par le Messager de Tahiti montre le détail des monnaies qui circulent dans les établissements français de l’Océanie2 :
Pièces d’or :
Aigle des États-Unis d’Amérique 51 F 65 c.
Dollars 51 F 15 c.
Sovereign ou Livre sterling d’Angleterre 25 F 20 c.
Pièces d’argent :
Dime des États-Unis 0 F 53 c.
Douro d’Espagne, Piastre du Brésil, de l’Amérique du Sud, de la Nouvelle-Grenade 5 F 30 c.
Réal d’Espagne 0 F 66 c.
Shilling d’Angleterre 1 F 10 c.
A cette époque, la monnaie chilienne est devenue décimale.
On manipule,
en or :
Condor (dix pesos) 50,00 F
Doublon (cinq pesos) 25,00 F
Ecu (deux pesos) 10,00 F
en argent :
Peso 5,00 F
et des pièces de 50, 20, 10, 5 centaros

8La présence simultanée de toutes ces monnaies crée des difficultés de cours : agios bancaires lors des paiements par traites ou lettres de change — il n’existe alors aucune banque à Tahiti — pertes ou gains de change...

  • 3 Archives de France. Section Outre-Mer. Océanie. J 18. Carton 141. de la Roncière, Etat de l’Empire

9Les arrêtés du gouverneur, en 1857 et 1863, qui ont interdit l’entrée des dollars or de San Francisco, des condors et des demi-piastres du Chili, sont restés lettre morte. L’Administration, pour les remplacer, lancera une sorte de monnaie, des « bons de caisse » émis à 3 ans, mais ils sont eux-mêmes rédigés en Condors3.

10A cet imbroglio monétaire s’ajoute la présence, sur le marché tahitien, de fausse monnaie ou de pièces de mauvais aloi. Elles viennent du Pérou et surtout de Bolivie.

  • 4 Messager de Tahiti, 26 octobre 1856.

« Elles se composent presque exclusivement de demi-piastres frappées aux coins mêmes des gouvernements de ces deux États. Le mode de falsification n’est pas le même au Pérou et en Bolivie ; au Pérou, il consiste à changer les proportions de l’alliage ; en Bolivie, on introduit une rondelle de cuivre au centre de la pièce qui se trouve ainsi composée d’un disque de cuivre recouvert d’une feuille d’argent d’un demi-millimètre environ d’épaisseur. Le son de ces fausses monnaies est aigu, cuivrique et s’éteint presque aussitôt qu’il est produit, selon le plus ou moins de perfection obtenu dans l’adhérence des deux métaux qui la composent »4.

  • 5 Ibid., 17 août 1862.

11Tahiti voit également arriver à cette époque des pièces d’or de 5, 10, 20 dollars fabriquées à San Francisco et n’ayant pas l’alliage régulier. En 1857 l’administration décida de ne plus recevoir toutes ces pièces dans les caisses publiques. Mais cinq ans plus tard le Messager de Tahiti constate tristement que « ces prudentes mesures n’ont pas arrêté la circulation de ces monnaies douteuses dans les transactions commerciales »5.

  • 6 Archives de France. Section Outre-Mer. Océanie. Rapport Bonhoure, 1910, p. 4.

12Ce conflit entre les monnaies officielles et les monnaies importées durera longtemps, très longtemps. C’est seulement en 1910 que le gouverneur de l’époque, après avoir expédié 35 000 piastres chiliennes, hors du territoire pourra écrire : « On peut donc dire que la monnaie chilienne a complètement disparu et fait place au numéraire français définitivement en circulation »6.

On a retrouvé récemment une bouteille enfouie dans les fondations du temple de Mataiea lors de sa construction en 1875. Elle contenait, entre autres :
1 peso (écu) du Chili de 1875,
1 sol du Pérou, 1865,
8 pièces de 20 cents américains allant de 1854 à 1874,
1 lire italienne de 1863,
1 lire des États Pontificaux de Pie IX, et même une pièce de 2 F de la troisième République !...

  • 7 BSEO, t. 8, p. 38.

13Il y avait en circulation à Tahiti en 1875 encore beaucoup plus de monnaies que n’en laisseraient supposer les textes !7

« Radis et melons luttent d’abondance ! »

14L’Indien de Tahiti avait toujours vécu sans commerce, sans monnaie et loin de toute économie de marché. Les produits de consommation circulaient chez lui grâce à des « offrandes » aux chefs et par tout un système de prestations et de contre-prestations. Même le troc lui était inconnu.

15Ce ne sera donc pas du jour au lendemain, ni aisément, qu’il va entrer dans notre système économique.

16Le marché de Papeete, avant l’arrivée des Français, est peu important et sporadique. L’Indien, commerçant occasionnel, va parfois à bord des navires présenter ce qu’il lui prend fantaisie de monnayer ou d’échanger : porcs, taros ou ignames, bananes ou oranges. Il arrive au pêcheur, lors de son retour à terre en fin d’après-midi, de vendre le surplus de sa pêche familiale aux personnes présentes. Les femmes, venues des quatre coins du district de Pare et des districts proches, Arue et Faaa, installent souvent par terre, ici ou là, en ville, au gré de leur fantaisie, ou du passage possible d’acheteurs éventuels, des éventaires de fortune garnis de productions locales. Des marchands, des propriétaires de General Store ont parfois, dans un coin de leur magasin, quelques produits du pays. Mais tout cela demeure anarchique, improvisé, sans plus de surveillance hygiénique que de contrôle des prix.

17En 1850, Bonard va mettre un peu d’ordre dans ce chaos. L’article 50 d’un règlement de Police qu’il signe à la fin de l’année précise :

  • 8 Arrêté n° 23 du 6 novembre 1850, portant règlement de police.

« Toutes les denrées alimentaires, telles que fruits, légumes, volailles, poissons et gibiers provenant de la ville de Papeete ou venant de l’extérieur, ne pourront être vendues au détail qu’au marché.
« Le marché sera ouvert de 6 heures du matin à 6 heures du soir.
« Dès le coup de canon, les vendeurs pourront installer leurs denrées, mais ils n’en vendront aucune avant l’ouverture du marché...
« Il est permis de vendre sur la place du marché toute espèce de viande de boucherie, si elle a été reconnue de bonne qualité... et abattue selon les règlements en vigueur »8.

18Comment les indigènes vont-ils percevoir et approvisionner ce marché, si éloigné de leurs habitudes traditionnelles ?

  • 9 Messager de Tahiti, 15 mai 1853.
  • 10 Ibid., octobre 1853.

19Les habitants de Papeete ont pu lire mensuellement, dans le Messager de Tahiti des années 53 et 54, une courte rubrique consacrée au « Marché ». Son rédacteur, d’une plume plutôt portée à l’optimisme officiel, suit d’assez près le fonctionnement de cet établissement qui vient d’avoir deux ans. Il lui semble que la situation s’améliore : « Les indigènes qui jusqu’alors avaient montré tant de répugnance à vendre leurs cochons se sont décidés enfin à les apporter sur le marché »9. Voyant les gens de la Papeeno apporter des légumes, le chroniqueur exulte : « Les Indiens comprennent enfin que la culture des terres est une source de richesse »10. Voyons les choses de plus près.

  • 11 Ibid., 19 février 1853.
  • 12 Ibid., 3 avril 1853.
  • 13 Ibid., 4 décembre 1853.
  • 14 Ibid., 17 juillet 1853.
  • 15 Ibid., 4 septembre 1853.

20Le signataire de la rubrique se félicite, en février 1853, de ce que « la viande n’a pas fait défaut un seul jour »11. Ce qui signifie que, parfois, « les viandes de boucherie ont manqué presque complètement »12 ou que « les bouchers ne peuvent, ce mois-ci, suffire à la consommation »13 ; « qu’on n’a vu aucun arrivage de porcs venant des districts »14 ou encore que « les districts envoient des porcs, mais pas assez pour la consommation journalière »15.

  • 16 Ibid., 24 avril 1853.
  • 17 Ibid., 4 décembre 1853.
  • 18 Ibid., 19 février 1854.
  • 19 Ibid., 4 septembre 1853.

21Côté marée, « chaque matin, des chargements de poisson abordent au quai... mais à peine arrivé sur le marché, tout est enlevé comme aux enchères »16. On nous vante l’activité des pêcheurs de Moorea. Ils apportent au marché « le plus beau poisson qui ait paru à ce jour. Il vient du lac de Teemae. Il est d’excellente qualité ». Mais il n’y en a pas assez. « Tout le monde, Indiens et Français, se précipite dessus »17. Même son de cloche deux mois plus tard. Les choses ne s’améliorent pas. « Les provisions sont enlevées à l’entrée de la halle, les fruits, les légumes, les poissons, tout disparaissait des divers étalages aussitôt après leur exposition »18. Pourtant le gouvernement fait son possible. « Le marché aux poissons se ressent de la bonté des filets importés récemment des îles Tonga et de la bonne entente qui règne entre les pêcheurs qui essaient d’organiser des associations »19.

22En ce qui concerne les productions vivrières indigènes, on nous signale la progression des yoles et embarcations qui, chargées de bananes, fei, cocos, taros et, à la saison, d’oranges et de fruits de l’arbre à pain, abordent sur la plage de Papeete : 60 mensuellement au début de 1853, plus de 100 un an plus tard. Si bien que le marché est déclaré « bien approvisionné ».

  • 20 Ibid., 2 mars 1853.
  • 21 Ibid., 3 avril 1853.

23En ce qui concerne les légumes européens, les produits cultivés dans les « enclos » et les jardins de l’administration font leur apparition. « Choux, carottes, radis, melons luttent d’abondance »20. Giromons et concombres abondent. « Un autre mois, c’est le district de la Papenoo qui s’est distingué par des envois fréquents de légumes européens »21.

Le panier de la ménagère

24Notre ménagère devra d’abord se lever de bonne heure si elle veut avoir la chance de trouver encore quelque chose, et quelque chose de frais, au marché. Le poisson et la viande tournent vite...

25Le pain peut s’acheter au marché, mais une femme de fonctionnaire se fournit chez un des deux ou trois boulangers du cru.

  • 22 Ibid., 8 août 1863.

M Malet « cuit du pain viennois, des pains provençaux, des pains mollets, des pains au lait pour le café ou le thé. Le tout confectionné avec le plus grand soin et le meilleur choix de farine »22.

26Il faut dire qu’on voit assez souvent des avis de vente de stocks de farines avariées. Le boulanger Sandford a été pris la main sur la balance et condamné de ce fait

  • 23 Ibid., 4 janvier 1864.

« pour n’avoir pas fourni le poids et avoir vendu du pain au-dessus de la taxe »23. Un malhonnête, trop habile, qui joue (et perd) sur les deux tableaux. Un autre jour, il a « vendu à un Indien 1 F la pièce deux pains pesant chacun 760 grammes ». Nous n’irons pas chez lui.

27Sosthène Drollet a meilleure réputation. C’est un chercheur d’or californien qui, tombé dans le pétrin, c’est le cas de le dire, y est demeuré. Il a ouvert en 1857 une boulangerie-pâtisserie à Papeete. C’est le pâtissier chic. Un homme dégourdi, ce Sosthène ; il a inventé une gelée de goyave qui fera son tour du monde gastronomique. On pourra même prendre chez lui quelques kilos de glace, car il a, le premier, installé une petite fabrique qui en fournit. Il se met aussi à la limonade et à l’eau gazeuse.

  • 24 Ibid., 14 août 1859.

28Le prix du pain varie avec le cours de la farine en stock sur la place. On paie parfois 0,80 le kilo. On peut aussi bien vous demander 1 franc. Selon une vieille tradition de la corporation, au-dessous de 250 grammes, pour les pains dits de fantaisie, le boulanger n’est plus obligé de vous fournir le poids24.

  • 25 Savatier, Station navale de l’Océan Pacifique Archives de Médecine navale, t. 33, 1880, p. 5 et su (...)
  • 26 L. Lecucq, La question de Tahiti, p. 94.

29On ne trouve pas ce que l’on veut, en fait de viande, sur le marché. Pas question de songer à mettre à votre menu un gigot de mouton ou quelque blanquette de veau. Hormis une aubaine venue sur pied d’Australie, le mouton n’existe pas. Et le veau est rarissime. Quand le marché est bien achalandé, vous avez quelque chance de trouver de quoi faire un bifteck dans le filet, de la bavette pour un pot-au-feu, ou quelques morceaux de poitrine pour un bœuf bourguignon. Tout cela « de qualité fort inférieure... la viande est maigre, sans beaucoup de saveur ». Aucune embouche ; la bête sort de la brousse25. Cette viande vous coûtera de 1,50 à 2 F le kilo pour le « premier choix » ; 1,20 à 1,50 pour les bas morceaux (1860). On considère qu’à 1,60 la viande est « très chère »26.

  • 27 Messager de Tahiti, 30 juillet 1854.

A ce prix, « la garnison ne peut donner à la troupe qu’un repas de viande fraîche par semaine ». Même son de cloche quelques années plus tard. « L’Administration de la Marine ayant besoin de viande fraîche engage les fournisseurs et tous les propriétaires européens et indigènes à lui amener le bétail dont ils peuvent disposer »27.

30La viande est aussi rare que chère à Tahiti !

31Le boucher Georget est un notable. Il siège comme juge au Tribunal de commerce et même au Tribunal correctionnel. Il est à la fois boucher et restaurateur. Il tue entre 4 et 10 bêtes par semaine. En 1863, une belle bête semble valoir 200 francs.

  • 28 Ibid., 7 mars 1863.

Cela ressort d’une condamnation par laquelle six indigènes, dont un mutoi, du district d’Arue, qui ont « chassé, tué et mangé (des ogres !) une vache appartenant au sieur Clarck, restaurateur à Papeete », sont condamnés, outre quelques années de prison, à « payer ensemble au propriétaire de l’animal la somme de 400 F, soit le double de la valeur estimée »28.

  • 29 Ibid., 13 mai et 24 juin 1860.

32En 1860, Jean Artigues, dit « le petit boucher », ayant été autorisé à abattre chez lui, de nuit (dans un endroit clos, installé convenablement, et en faisant disparaître proprement les déchets) prétend « casser les prix ». Il annonce qu’il pourra donner de la viande de bœuf ou de porc de 1er choix au prix de 1,50, et de celle de deuxième à un franc »29. A Papeete, comme partout ailleurs, les bouchers savent se défendre ; et les gros mangent toujours les « petits ». On n’entendra plus parler du « petit boucher », et les dames de la ville continueront comme devant à se plaindre du prix de la vie !

33Et néanmoins, Mesdames, vérifiez bien la balance !

  • 30 Ibid., 7 mars 1863.

Henry Deligny, restaurateur, s’est vu condamner « à 15 jours de prison, à 50 F d’amende et à la restitution de 100 grammes de viande pour vente à un faux poids »30. Voilà 100 grammes de viande qui lui auront rapporté peu, 0,20 F et coûté fort cher. Il devait être un habitué. Il a été salé par le Tribunal.

34Le porc est un peu plus abondant, car c’est la viande la plus commune, mais aussi cher. Dans les mercuriales, il est toujours affiché au même prix que la viande de premier choix. La charcuterie est payée 4 francs le kilo.

  • 31 de la Roncière, Etat de l’Empire. Archives de France. Section Outre-Mer. Océanie. J.B. Carton 141.

35Reste la volaille. Elle se vend, curieusement, par douzaine. On affiche 30 francs en 1855 ; ce qui met le poulet à 2,50 F. Plus cher que la viande de boucherie ! On n’avait pas encore inventé le poulet de batterie aux hormones. La douzaine d’œufs vaut en général de 2,50 (déc. 1855) à 3 francs (décembre 1861). Avec une pointe incroyable à 4,50 en avril 1856. Mais peut-être le prote a-t-il eu la main lourde et s’est-il trompé de casse. En tous cas les œufs sont rares : « une immense quantité d’œufs sont dévorés par les rats qui infestent le pays. Cette ressource alimentaire est alors très chère »31.

36Regardez bien le poulet que vous allez acheter.

  • 32 Ibid., 11 décembre 1874.

« Quantités de volailles m’ayant été volées dans ma propriété située à Tipaerui, près du pont de l’Uranie, je prie le public qui achète au marché ou ailleurs des volailles ayant la queue et l’aile droite coupées d’en demander la provenance au vendeur... Des vols se font journellement sur les propriétés »32.

37Nous ne le savons que trop, hélas ! cher Monsieur, le Tahitien est né chapardeur. Bougainville s’en était aperçu cent ans avant vous et nous avait averti.

38« Le pays n’a aucun gibier, ni à plumes, ni à poils. A peine rencontre-t-on quelques rares oiseaux. Sur la plantation anglaise, on a importé des cailles et des canards sauvages qui prospèrent. Les faisans n’ont pas réussi. »

39Le poisson, si le marché est bien approvisionné, fait prime. Il et parfois apporté vivant dans des touques, mais toujours frais comme l’œil. Sur l’étal, aussi, des coquillages, de beaux homards, et des chevrettes encore frétillantes.

  • 33 Savatier, loc. cit., t. 33.

« Mais si la rade abonde d’espèces très variées, le prix du poisson se maintient presque toujours fort élevé... Le canaque ne va à la pêche que lorsqu’il ne peut pas faire autrement »33.

40Le kilo de poisson est vendu pratiquement au même prix que la viande, 1,50 F le kilo, il descend parfois à 1 F les jours d’abondance. On le vend aussi au paquet ou à la filoche : 1 F.

  • 34 Monchoisy, La Nouvelle Cythère, p. 95.

41Et le lait, le beurre, le fromage ? Nulle part nous n’avons vu mentionner de laiterie à l’époque. Les gens aisés, les grands commerçants doivent entretenir quelques vaches laitières à côté des chevaux de leurs écuries. Mais la chose n’est que trop certaine : Tahiti n’a pas ajouté un seul nom à la liste pourtant si longue et si glorieuse des fromages français. Pénible constatation ! Notre ménagère, dans les années 60 et 70 du siècle, à l’arrivée du courrier de San Francisco, ira acheter au poids de l’or du fromage de gruyère et... des pommes de terre. Que de bassesses et de sacrifices pour en avoir une caisse car le stock en sera vite épuisé. L’Européen a beau faire, il a toutes les peines du monde à s’habituer aux produits indigènes34.

42De ce côté là, cependant, ils auraient eu plus de satisfactions : le marché est souvent bien garni des fruits et légumes indigènes. Cocos, ignames, taros, patates, maiore, fei, abondent. Tout cela sera payé uniformément 50 centimes à 1 F le « paquet », selon les mois ou les années.

43A consulter les mercuriales, il ne semble pas y avoir eu des prix intermédiaires, du moins officiellement. Les 75 centimes paraissent inconnus et le marché varie seulement du simple au double. Il y a là un petit mystère qui sera peut être dévoilé si nous étudions un jour le problème de la monnaie...

44On trouve aussi, dans un coin de la halle, des légumes européens : salades, radis, choux, tomates, aubergines, etc. et des fruits : bananes, oranges et ananas. Là aussi, on passe avec une facilité inexplicable par des variations de prix allant du simple au double. Pour ces légumes européens, il faudra attendre les années 70 et l’ère des maraîchers chinois pour voir le marché de Papeete approvisionné de manière abondante et meilleur prix.

45Et pour la boisson ?

46La lecture d’une annonce parue en 1863 nous renseignera. Il s’agit du « prix des marchandises venues directement de France par le trois-mâts français Bon Père, capitaine Villandre, venant de Bordeaux ». On peut en inférer que nous sommes dans des conditions d’achat régulières et probablement optimales : car on avait vu, à la fin de 1853, dans un moment de pénurie, payer la barrique de Bordeaux 325 F.

  • 35 Messager de Tahiti, 14 février 1863.

Vin rouge en barrique, bordelaise (225 1) 260,00 F
Cognac en caisse de 12 bouteilles, la caisse 35,00 F
Vin rouge de Bordeaux ordinaire, la caisse 20.00 F
— 1/2 fin — 22,00 F
— fin — 30,00 F
Bière en caisse de 12 bouteilles 20,00 F
Et pour compléter notre panier, notons que le même arrivage nous offrait :
Huile d’olive, en caisse de 12 bouteilles 20,00 F
Saucisson de Lyon, le kg 7,50 F
Sucre de pain raffiné, le kg 1.70 F
Pour cette dernière denrée, notons qu’elle était payée normalement, au détail, 2 F35.

Maria Chéry ou le « Bonheur des dames »

47Un sondage effectué au début des années 50 du siècle dans le Messager de Tahiti, la feuille hebdomadaire locale, va nous permettre de nous faire une idée de ce que l’on proposait aux dames de Tahiti pour leurs toilettes. Le journal n’a que deux feuillets, mais publie parfois, après la « liste des bâtiments sur rade » d’intéressants « Avis au Public ».

48Une marchande, Maria Chéry, semble alors tenir la vedette. Une auvergnate qui a le commerce dans le sang. Dans quelles circonstances était-elle arrivée aux Marquises ? On ne sait. En tous cas « marchande de modes à Nukuhiva » (il ne devait pas y en avoir deux !), elle y accouche en mars 1849 d’un fils, Ernest, « dont le père ne peut être nommé ». On la trouve installée à Papeete deux ans plus tard.

49Dans le journal du 23 octobre 1853, juste avant les Observations météorologiques qui terminent la seconde et dernière page du Messager, nous lisons un :

Avis au public
Madame Maria Chéry a l’honneur d’informer les personnes qui veulent l’honorer de leur confiance qu’elle vient de recevoir de Paris un assortiment de marchandises, telles que : mousseline, baptiste, fil, mouchoirs, foulards, ombrelles, colifichets pour dames, brosses à cheveux, à dents, à ongles, à habits, pinceaux à barbe, encre à marquer, déméloirs, cravates de fantaisie, bijouterie garantie, parfumerie, etc., etc.

50On trouve également dans les magasins de Mme Marie Chéry des articles de Chine comme : toiles d’ananas, Nankin, crépons, etc.

51Le tout à des prix raisonnables.

52Fin novembre de la même année, Maria Chéry nous annonce qu’elle a reçu, de Londres cette fois, un assortiment de marchandises diverses. Suivent dix lignes qui s’achèvent par : « rasoirs, allumettes, bougies, petits pois, bonbons français et jouets d’enfants pour étrennes ».

53A certains jours, réjouissons-nous, Maria Chéry chiffre quelques offres. Notons le 15 octobre 1854, après de nombreux articles de fantaisie

« parapluies en soie ne dépassant pas 20 F ; ombrelles à 12 F et au-dessus ; gants, rubans choisis, petits paniers, étoffe éclatante pour pareus à 6 F les 4 yards, pantalons, paletots à 10 F, paletots en toile d’ananas et soie de Chine, dragées, chaussettes à 12 F, chaussures vernies à 4 piastres, robes blanches bordées pour Européennes et indigènes, fleurs artificielles, mousseline à mantille claire depuis 10 F et au-dessus, coiffures, bijouterie garantie, porte-monnaies montés en or et argent, parfumerie »...

54Parfois il s’agit seulement d’une litanie des tentations féminines. Elles prennent pour nous d’étranges résonances poétiques. Lisez plutôt :

Polka mousseline de tout genre.
Bombazine, cachemire, barèges.
Acomas français imprimé pour dames européennes.
Satin blanc, rose, noir et rouge.
Services de Damas pour tables à rallonges.
Merinos de toute couleur.
Toile d’Irlande à trois francs le yard, double largeur.
Chapeaux d’enfants nouveau genre.
Colifichets parisiens pour dames.
Crépons de Chine, indienne française, mousseline suisse.
Soie changeante, baptiste, toile d’ananas.

55avec, comme chute imprévue : « ... chocolat Menier, suivi de trois etc.

56Tout le monde, à Papeete, publie ses textes publicitaires avec leur traduction en anglais, Maria Chéry, elle, s’y refuse. Nous ne saurons jamais s’il faut voir là la manifestation d’un sentiment patriotique quant au prestige de la langue française, un désir auvergnat de ne payer que moitié prix pour son insertion, ou un mépris pour les dames de la colonie anglaise... Une fois, une seule, elle voulut faire une fleur aux Anglais, et intitula son pavé publicitaire : French millinery avec une faute d’orthographe ! Elle ne recommencera plus !

57Les concurrentes de Maria Chéry se nomment H.R. Ewald, Mme Langomazino, Bonnefin, etc. A défaut de pouvoir pénétrer dans leurs magasins, parcourons leurs « Avis de vente ». Il nous montrent, davantage encore que pour Maria Chéry, le caractère disparate des marchandises proposées.

58Le 7 mai 1854, H.R. Ewald offre, entre autres :

« Indiennes, jocona et mousselines, couvertures de laine, passementerie, chemises blanches et de couleur, en toile et en laine, clous, fer en barre et fer blanc, fournitures pour navires, sellerie, droguerie, quincaillerie », etc. Et, quatre mois plus tard : « Eau-de-vie en caisse, vin blanc et bière noire (Porter), eau de Cologne, amandes, macaronis, son, chapeaux de Panama ; soieries de Lyon et autres, shalls en soie, grand choix de gravures ; pointes de Paris, truffes (18 septembre 1853) ».

59Bonnefin, le 5 février 1854, a reçu une cargaison dont il tire :

« 58 sacs de sucre de Java, 6 caisses (de 4 douzaines chacune) de Worcestershire sauce, 1 caisse contenant 8 jeux de couteaux et de fourchettes, 52 pièces dans chaque boîte, 20 douzaines de chemises regattas, 18 boîtes d’aiguilles, 80 barils de peinture blanche ; 30 boîtes de biscuits au gingembre, 20 caisses de bougies, 100 paires de fers à repasser, 1 caisse de lampes, 24 barils de braie, 25 barils de raisiné. »

60Le négociant Laharrague, au 11 septembre 1853, prévient sa clientèle qu’il a reçu par le trois-mâts français le Nouvel-Alfred,

« un bel assortiment de marchandises comportant... fournitures de bureau, vin, sucre, huile d’olive, selles de femmes ». Il prévient également Messieurs les fumeurs qu’il a reçu... « d’excellents cigares de La Havane et de Manille ; les Regalias et les Trabucos. Avis aux connaisseurs ! ».

61Mme Langomazino annonce :

« Articles de nouveauté et de confection, gants de soie, blanc et couleur, gants en peau beurre frais, mitaines longues et courtes, parapluies de grande dimension... »

62Et Lopez Hermano et Cie Guillon, négociant près de la Manutention, Casaubon et Bellais, rivalisent épisodiquement, au gré des arrivages.

63Quelques chiffres, un peu au hasard, pour des marchandises d’importance : un billard vaut 1 500 francs, une selle de femme 89 francs, une voiture américaine avec harnais à 2 places 675 francs et à 4 places 950. Un piano 850 francs.

64On le voit, aucun commerce spécialisé n’existe alors à Papeete. Chaque marchand possède à Paris, Londres, Hambourg ou Sydney des correspondants qui lui expédient des marchandises. Les capitaines, eux aussi, à leurs propres risques, garnissent leurs navires de produits considérés comme « marchands ».

65Un commerçant français, circulant à bord de l’Arche d’Alliance, dans le Pacifique pour le compte de la Chambre de commerce de Rouen, Marc Arnaudtizon, analyse fort justement le marché. Nous sommes en 1847.

« Les indiennes bon teint, grands dessins, conviennent..., les indiennes deuil, noir et blanc, enlevage, se sont bien vendues, les indiennes bleu et blanc enlevage, également. Les foulards de coton sont partis rapidement et seraient d’une vente courante dans les couleurs vives et les dessins bien tranchés. On obtient tout ce qu’on veut avec eux dans les îles de l’Océanie. Soieries et rubans ; ces deux articles conviennent admirablement et s’y écouleraient autant que le comporte la population des voluptueuses et coquettes indigènes. Les couleurs que les Canaques affectionnent sont, en les classant par ordre de préférence de leur part : l’orange, le bleu, le rose, le jaune et le vert. »

66Il signale également que les indigènes adorent les fleurs artificielles,

« en ayant soin d’éviter les fruits et les feuilles des arbres d’Europe que ne connaissent pas ces populations »... Le marché absorberait également : les chaussures pour hommes et pour femmes, avec pieds très forts ; les souliers doivent être un peu couverts, beaucoup plus grands qu’en France, et en cuir souple ».

67Voilà pour les Canaques. En ce qui concerne la clientèle européenne, la liste d’Arnaudtizon recoupe ce que nous avons trouvé dans les boutiques locales.

  • 36 M. Arnaudtizon, Exploration commerciale dans les Mers du Sud..., Rouen, 1854.

« Les vins de Bordeaux, de Champagne, les eaux-de-vie, les liqueurs, l’absinthe, l’eau de fleurs d’orangers, les sirops, les conserves et approvisionnements pour navire, l’huile d’olive, le vinaigre, la verrerie, la faïencerie, les quincailles de toute espèce, la bonneterie, la chaussure pour hommes et pour femmes, les chemises blanches, les chemises imprimées, les paletots et pantalons d’été, les ombrelles, les parapluies en soie, sont des articles qui se vendraient avec de beaux bénéfices à Tahiti, en ayant soin de ne pas en envoyer une trop grande quantité à la fois.
« Si les affaires ne sont pas considérables dans ce petit archipel, elles y sont en revanche bien faciles. Les ventes se font généralement au comptant, moyennant une commission de 5 %.
« Aucun droit de douane n’est perçu sur les marchandises »36.

68Les avis de cet habile représentant n’ont pas été perdus pour tout le monde. Deux ans plus tard, un magasin de nouveautés s’ouvrait à Fare Ute :

« Depuis quelques jours, la foule se porte vers un magasin de nouveautés et d’habillements confectionnés qu’on vient d’ouvrir sur la plage, du côté de Fare Ute. Une maison de Sydney a eu l’idée de spéculer sur les goûts les plus vifs des indigènes, en mettant à leur portée, à des prix très bas, toutes les élégances de toilette des dames de Papeete et de Londres. Il faut voir Tahitiennes et Tahitiens sortant de cette boutique d’un air joyeux, et déployant au vent et au soleil des robes de soie éclatantes, des jupes à franges, des mouchoirs brodés, des habits en étoffes légères, des poufs, des falbalas, des écharpes, mousselines, dentelles, gazes et blondes des plus riches couleurs ; et avec quels trépignements de joie enfantine ils admirent ces produits légers et charmants de nos manufactures qu’ils n’avaient pu se procurer jusqu’ici qu’en les payant chèrement et dans de rares occasions ! »

  • 37 Messager de Tahiti, 1er mai 1853.

Et ce compte rendu d’ajouter : « L’or que les navires de Californie ont laissé ici passera en grande partie dans ce magasin »37.

69Ainsi vont les choses, à Tahiti comme ailleurs.

  • 38 Ibid., 12 décembre 1863.

70Et avant de quitter nos artisans et commerçants, allons saluer quelques boutiquiers pittoresques. « En face de la chapelle catholique, rue de Rivoli, M. Valley, fabricant de parapluies et d’ombrelles, nous avertit qu’il fait toutes les réparations concernant son état. « A l’occasion », il achète même de vieux parapluies et de vieilles ombrelles »38.

  • 39 Ibid., 27 novembre 1853 et 11 février 1855.
  • 40 Ibid., 23 novembre 1853.

71A l’entrée de son atelier de Fare Ute, le tonnelier Lequellec, doloire en main, assemble les douves d’une fûtaille. Il a l’honneur de faire savoir, en deux langues, à « MM. les négociants, armateurs et capitaines de navires qu’il achète les vieux fûts, tels que quart de salaison et barils d’eau-de-vie. Le bois de châtaignier est rare à Papeete »39. Nous savons que nous pourrons trouver chez M. Richard, limonadier, « des sirops assortis de première qualité et garantis, à 37,50 F les 12 bouteilles ». Et si, par hasard, cette première qualité n’était qu’un second choix, M. Richard nous annonce, en gros caractères, que « tous sirops qui fermenteraient seraient remplacés »40. Nous sommes avertis !

  • 41 Ibid., 12 novembre 1854.

72En passant, vous allez voir que la Pharmacie Française vient de recevoir des médicaments de France, entre autres des « Capsules de Mothes à 6 francs la boîte au lieu de 10 ; de la salsepareille à 5 francs la livre »... Et notez que, le cas échéant, vous recevriez là des « consultations gratuites pour les maladies secrètes »41.

  • 42 Ibid., 27 mars 1853.
  • 43 Ibid., 7 octobre 1855.

73Votre montre ne vous donne-t-elle pas satisfaction ? M. Doiron, horloger, vient de recevoir un assortiment complet de verres de montres, d’aiguilles et de ressorts »42. Peut-être vous dépannera-t-il ? Sinon, attendez-en jusqu’en octobre 1855. A cette date, M. Roussel, « le célèbre horloger dont les journaux de Californie ont tant parlé, ce qui nous dispense de faire l’éloge de son mérite, sera pour très peu de temps à Papeete. Il réparera les montres et les boîtes à musiques. Et son travail est garanti. Il habitera chez M. Cébert, sur la plage »43.

La vie chère

74La vie est donc plutôt dispendieuse à Tahiti. Négociants ou boutiquiers, colons ou petits propriétaires, les résidents habituels n’en souffrent pas trop ; leurs gains compensent leurs dépenses. Mais les gens de l’Administration, les petits employés, les officiers et les sous-officiers, comment s’en tirent-ils ?

  • 44 Monchoisy, loc. cit., pp. 96-97.

« Plus d’un fonctionnaire a laissé des dettes à Tahiti, faute de pouvoir joindre les deux bouts. Il lui fallait avoir cheval et voiture, assister périodiquement aux réceptions du Gouverneur, acheter à sa femme des robes de soirée ou de bal, se vêtir et vêtir ses enfants convenablement, et se nourrir. En dépit des privations, son budget se trouvait en déficit. Et quand une décision du Ministre l’a envoyé dans une autre colonie, il a dû déléguer une partie de ses appointements aux fournisseurs, dont les notes étaient restées en souffrance.
« J’en ai vu que la misère avait déprimé de façon singulière. Ils avaient pris leur parti de la situation diminuée qui leur était faite, dépensant le cinquième de leur solde en cercle, se montrant dans toutes les fêtes, et mangeant en secret le pain de l’indigence, vivant de la ration, eux et leur famille »44

75Au-delà de ces doléances un peu vagues, prenons un cas type qui nous servira d’exemple, et essayons d’en tirer quelques éclaircissements chiffrés.

  • 45 La plupart des renseignements chiffrés concernant la vie de Gustave Viaud à Tahiti sont tirés de l (...)

76Un Rochefortais protestant, Gustave Viaud, le frère aîné de Pierre Loti, jeune chirurgien de la marine de troisième classe, est nommé à Tahiti. C’est son premier poste45. Il quitte la France le 17 octobre 1858 à bord de la Victorine et, par le cap Horn et Valparaiso où il embarque à bord de l’Infernal, et Payta où il prend passage sur l’Infatigable, débarque à Papeete le 9 juin 1859, au terme d’un voyage de 7 mois et 20 jours. Sans solde depuis son départ, il a déjà connu des difficultés de trésorerie et a dû faire face à certaines dépenses, ne fut-ce que pour son blanchissage, « dont les frais sont exorbitants ». Il emprunte donc 800 F à deux des officiers du bord, le capitaine Libert et le commandant de l’Infernal. Déjà des dettes. Pour essayer de se renflouer, et disposer à son arrivée à Papeete de quelque argent, il a imaginé d’acheter à Valparaiso une petite provision de pommes de terre qu’il compte bien revendre avec quelque profit. On ignore du reste le succès de de cette opération, mais elle témoigne autant de son esprit inventif que d’une situation impécunieuse.

77A Papeete se pose le problème du logement. Il avait songé à partager les frais avec un ami, mais finit par pencher vers la solitude et l’indépendance.

78A force de chercher, notre médecin finit par trouver une petite maison de bois couverte de pandanus, à proximité de l’hôpital et à vingt mètres de la mer. Deux pièces seulement d’inégale grandeur. Au-devant une varangue, par derrière un petit jardin et un terrain vague. « Malheureusement, la maison est vide de meubles, et son loyer est de 35 F par mois. » Dès son débarquement, Gustave Viaud est assailli par des soucis d’argent.

Dans une lettre à son père datée du 4 août 1859, il lui expose les difficultés qu’il rencontre pour équilibrer son maigre budget. Il faut compter 20 F de blanchissage, 10 F de domestique, 65 ou 70 F de restaurant. Soit au total 130 ou 135 F de dépenses fixes par mois, alors que sa solde mensuelle, déduction faite des retenues, — il a délégué 50 F à son père pour régler des dettes françaises — s’élève à 174 F. Il ne lui reste donc plus qu’une quarantaine de francs pour le surplus : l’habillement, le linge et les multiples objets de première nécessité : bougies, tabac, allumettes, cigarettes, encre, papier à lettres, plumes, apéritifs, timbres-poste, etc. Tout cela est horriblement cher dans l’île délicieuse. En somme, avec des soldes qui n’atteignent pas le double de ce qu’elles sont en France, la vie est quatre fois plus chère à Tahiti. La plupart des fonctionnaires et officiers n’ont plus un franc en poche après le quinze du mois !

79Pour Gustave Viaud, la situation est encore plus critique, car dès son arrivée, il lui faut acheter des meubles. Certes, il vient de toucher son rappel de solde d’embarquement depuis le 25 janvier 1859, soit, à raison de 100 francs par mois avec la retenue, 450 francs environ. Mais il doit prélever sur cette somme 400 francs pour rembourser le capitaine Libert.

80Impossible de se meubler « avec le maigre reliquat de 35 francs dans un pays où la moindre chaise vaut 10 francs »... Ici commence avec son père une série de mic-macs de trésorerie qui lui permettent d’avoir à sa disposition 325 francs... Et ce n’est pas la seule fois que Gustave fera appel aux maigres possibilités paternelles. « Le père est un banquier fourni par la nature », chante-t-on dans les opérettes de l’époque !

« Je me suis débrouillé pour avoir à bon marché un lit avec porte-mousticaire, 60 F ; un matelas, 70 F ; une table de travail, 25 F ; des étagères à livres et à linge, 15 F ; des porte-manteaux, 5 F ; quatre chaises et un fauteuil, 40 F ; une table ronde, 30 F. Enfin, j’ai fait faire pour 10 F une espèce de canapé, qui, garni de mon matelas de bord et muni de perse pareille à celle de mes rideaux et de ma courtepointe, me fait un ameublement superbe ; car tous ces objets sont bien faits et jolis, s’ils sont chers... Peut-être que si tu pouvais voir ma case avec ces stores japonais, tu trouverais que j’ai été trop loin dans mes achats ; mais ici, on ne trouve que cela. Cher père, que tu as été bon pour moi. »

81Sans tarder il va installer là une charmante Tarahu, une fille de Moorea, qui apporte, avec elle, comme mobilier, un coffre de bois de santal, ses paniers, une bouteille d’huile de coco parfumée, quelques robes de cotonnade et de jolis peignes d’écaille. Viaud, pour ses promenades avec la vahine, s’offre, pour 60 francs, une excellente pirogue. Il chasse le canard sauvage et la tourterelle avec un fusil et des cartouches dont nous ignorons le prix et la provenance. Il possèdera un cheval dont l’achat ne figure pas dans les lettres familiales. Un cheval, vaut, à cette époque, de 150 à 200 francs et plus.

82Voici donc notre chirurgien installé. Il va prendre son service à l’hôpital, sous les ordres de l’atrabilaire docteur Guillasse avec lequel il sera au plus mal et sans cesse gêné aux entournures par les questions d’argent. On ne va pas loin à Papeete avec 174 francs par mois. Viaud cherche donc tout ce qu’il peut gratter de droite et de gauche.

En compagnie de deux ou trois camarades, il va se battre pour obtenir une part d’une indemnité de 1 000 F que son patron prétend garder personnellement, alors que ce sont eux qui assurent le service du dispensaire à laquelle elle est destinée, ci : 250 F. Les mêmes amis vont obtenir du gouverneur trois « missions scientifiques » à l’intérieur de l’île. On ira faire de la botanique, de la géologie ou de la zoologie, moyennant « quelques indemnités de déplacement » qui sont les très bienvenues. Le jour de ses 25 ans, il demandera d’être nommé juge suppléant à un tribunal local. La fonction comportait une indemnité mensuelle de 20 F ! Il n’y a pas de petits profits !

83Et comme il avait espéré tirer avantage de spéculations sur les pommes de terre lors de son voyage d’arrivée, le voici qui se met en tête de faire de la photographie. Il achète à tempérament, à compte à demi avec son ami Dudon, un appareil récemment arrivé de France, avec toutes ses drogues et accessoires. Fera-t-il un peu d’argent avec les clichés qu’il prend ? A défaut de rentes bien substantielles, c’est un passe-temps qui finit par l’introduire dans l’intimité de Madame la Gouvernante.

84En cours d’année, il essaie de comprimer son budget alimentaire. Tout en continuant d’aller prendre certains repas au restaurant, il achète à l’État, pour 25 francs, une ration de pain et de vin que son nourrisseur lui compte pour 30 francs, en défalcation du prix de pension de 15 jours par mois. Les autres jours, il est nourri à l’hôpital pendant la garde. C’est encore 10 francs d’économie. « Mais il n’y a pas moyen de faire plus, car il me faut un soldat (10 francs par mois !) pour faire le lit, s’occuper du linge sale et me réveiller » !

85Nonobstant, dès la fin de l’année, les finances de notre médecin sont à nouveau au plus bas. Il s’est endetté de divers côtés. Tous les mois il lui manque quelques piastres. Outre sa maigre solde, il ne touche que quelques indemnités pour des tournées de vaccination. En revanche, à ses charges normales s’ajoutent des prestations pour l’entretien des routes, dont sont grevés les propriétaires de chevaux ; des contributions extraordinaires sur les membres du cercle lorsque un bal est donné en l’honneur d’un navire de passage, et surtout les mensualités pour l’achat du bel appareil venu de France. A chaque courrier — et ils sont rares — il attend en vain quelque colis de la Charente. Il a réclamé « une casquette d’uniforme », « des souliers fins », des « chaussettes et du linge » ; et ne voyant rien arriver, il est dans l’obligation de s’acheter des vêtements et des chaussures, « car sa garde-robe est très pauvre ». Et puis, il y a Tarahu, dont on ne parle naturellement pas à la très puritaine famille huguenote, mais qui, elle aussi, a besoin de manger et de nippes aussi — « ça fait honte » de ne changer de robe qu’une fois par jour ! » Et il y a ses fetii, ses parents, les inévitables parents de Tarahu qu’il doit traiter de son mieux, sous peine de manquer aux lois de l’hospitalité...

86Dans cette pénible situation, il se décide à aller frapper à la porte d’un vieil usurier qui lui remet 600 francs, somme qui lui sert à éteindre de nombreuses petites dettes. Mais il devra rembourser 700 francs pour les 600 prêtés, à raison de 50 francs par mois.

87Cet emprunt qui rassemble toutes les dettes en une seule n’est qu’un palliatif qui s’avère bientôt insuffisant. Et, se tournant de nouveau vers son « père chéri », il lui avoue qu’il a dû emprunter 1 000 francs au pharmacien Barion, renvoyé en France par mesure disciplinaire. Barion, économe, nourri et logé à l’hôpital, ne délégant pas, plus ancien en service que Viaud, a pu faire quelques économies. Il souhaite que son père veuille bien faire le nécessaire pour le remboursement. Viaud espère ainsi être tranquille jusqu’à son retour pour la France, époque à laquelle il pourra se procurer de l’argent liquide en revendant son mobilier, sa pirogue, son cheval et son appareil photographique...

88En voilà assez pour montrer que, pour un jeune officier vivant sur sa solde, à Tahiti, en 1860, la vie quotidienne se déroulait sur un décor permanent de préoccupations financières. Le jour de son départ, Viaud touchera, à titre de frais de voyage, 1 977 francs « dont il devra rendre compte ». Et cela grâce à la complicité amicale d’un « ordonnateur » compréhensif, qui n’appliquait pas les règlements à la lettre, sachant l’impécuniosité du partant. Viaud rentrera à Rochefort heureux de son séjour mais endetté.

89Son cas n’est pas unique. Dans la plupart des dossiers des aspirants, des enseignes, des lieutenants de vaisseau même, on trouve des « réclamations pécuniaires » de fournisseurs impayés, transmises aux débiteurs « pour suite utile », par les chefs hiérarchiques...

  • 46 E. Monet de la Marck, Lettres d’un marin, Evreux, 1871, p. 100.

90L’ensemble des officiers subalternes en est là. Rares sont ceux qui peuvent écrire à leur famille comme le faisait Monet de La Marck en 1853 : « Je fais pour le moment de l’hydrographie dans les Tuamotu et des économies mirobolantes ». Mirobolantes, peut-être, mais forcées certainement ! « Comme je suis toujours en mer, je ne puis venir à bout de vider mon sac... »46

  • 47 Cité sans références par G. Taboulet, loc. cit., p. 105, note.

91Résumant officiellement la situation, un gouverneur de cette époque pouvait écrire : « On ne peut se faire une idée de la cherté des vivres à Papeete. Je ne comprends pas comment un employé peut vivre avec 2 400 francs par an, à moins de vivre à la campagne »47.

  • 48 Ibid., p. 133.

92Et pour achever ces remarques par un sourire, rapportons ici une histoire qui courait à Papeete en ces années-là. Lors de la venue de M. du Bouzet, le commissaire particulier M. R... et les chefs de service s’en furent le recevoir. Après quelques mots sur l’état de la colonie, M. du Bouzet dit à M. R... : « Eh bien ! Monsieur R..., avez-vous fait quelques économies ? », voulant lui parler du budget de la colonie. « Mais oui, M. le Gouverneur, répond M. R... en rougissant un peu, j’ai pu envoyer quelques petites choses à ma famille » !48.

« Je fais la cuisine moi-même, Madame ! »

93Il y avait dans le Pacifique des hôtels de fort bonne classe et d’excellente réputation à Fidji et à Honolulu. On trouvait même à se loger honorablement à Nouméa. Papeete, au temps de la reine Pomaré, ne possédait pas d’hôtel digne de ce nom. On y connaît des bouges à matelots ; certains gargotiers ont parfois joint à leurs établissements quelques chambres ou des « cabinets garnis » à louer, mais l’étranger qui n’a pas envie de se trouver dans un coupe-gorge ou d’entendre une bastringue sous ses fenêtres la moitié de la nuit en est réduit à louer une maison, à la meubler et à découvrir un personnel domestique. C’est ce qui arriva à Henry Adams en 1891. Lovina Chapman, qui sera, comme hôtelière, la coqueluche de tous les visiteurs de Tahiti à la fin du siècle, n’a que cinq ans au jour de la mort de la reine Pomaré.

94Il y a par contre à Papeete beaucoup de pensions, de traiteurs, de cercles civils ou militaires, et des restaurateurs qui assurent des repas et préparent des « gamelles à emporter » selon le meilleur style colonial. On mange plus facilement à Papeete qu’on y peut dormir. Mais nous y sommes sur une terre française et chacun a apporté avec lui les recettes, les tours de main et les traditions culinaires de sa région natale.

95Perkins avait déjà constaté cela dès 1852.

  • 49 Perkins, Reef rovings in the South Seas, pp. 296-297.

« Avec tous ses charmes, Papeete ne peut se vanter de posséder un hôtel. Ce que l’on appelle de ce nom, ce sont des maisons de plaisir fréquentées surtout par une clientèle de marins. L’usage est donc que les visiteurs louent une petite maison, cherchent un cuisinier, à moins qu’ils ne s’arrangent avec le propriétaire d’un restaurant qui leur apportera des repas à domicile. Pour l’heure, la table d’hôte est des plus simples, et pour deux repas par jour, le vin compris, servis à 9 heures du matin et à 4 heures de l’après-midi, la dépense se monte à 28 dollars par mois. Les visiteurs sont d’ailleurs en droit de se plaindre. Il est difficile d’avoir des nourritures fraîches hormis le porc, le poisson ou la volaille »49.

96Une noble anglaise a laissé de ses expériences gastronomiques à Tahiti une relation émerveillée. Nous sommes en 1876. Lady Brassey, sans doute l’invitée des Brander ou des Salmon, n’a pas eu à se préoccuper de son logement. Et le meilleur breakfast anglais lui est assuré par ses hôtes.

97Elle circule dans l’île. C’est une femme curieuse et bonne observatrice : elle s’est fait un nom dans les écrivains de voyage de son temps. Un best-seller ; presque un voyageur professionnel. En se rendant à Taravao, elle s’arrête devant une case marquée « Restaurant ». Le propriétaire est un ancien soldat de la Martinique. Elle commande un repas, demandant qu’il soit préparé le plus vite possible, et s’en va faire un tour jusqu’au bord de mer.

  • 50 Lady Brassey, Tahiti, Letter press, 1882, p. 34.

« A notre retour au « Restaurant » où nous pensions devoir n’attendre rien qui ressemble à un repas, sauf des fruits, des légumes et du poisson cuit à la façon indigène, nous trouvâmes une table mise avec soin, avec de petites écrevisses emballées dans des feuilles fraîches de laitue, des fruits de différentes espèces, du bon vin et du pain frais, le tout arrangé sur une nappe propre. Une chose qui ne nous tenta guère, ce fut un plat de bœuf salé et de choux, qui, pensâmes-nous, était la pièce de résistance à laquelle nous essayâmes de faire honneur. Mais ce n’était pas très appétissant pour une chaude journée. Elle fut suivie par une savoureuse omelette, si bonne que nous en demandâmes une seconde. Alors, à notre étonnement, on apporta un poulet rôti, avec une sauce de maître-queue et des pommes de terre frites. Puis vint un bifteck aux champignons et un excellent café pour terminer tout cela. En complimentant notre hôte, il me dit : « Je fais la cuisine moi-même, Madame ! » Au cours de notre repas, ajoute la narratrice, nous avons de nouveau goûté du fruit de l’arbre à pain, mais nous ne l’avons pas beaucoup apprécié, car il était cette fois cuit à la manière indigène, rôti sous terre, au moyen de pierres chaudes, en même temps qu’un petit porc, des bananes, du plantain et des haricots »50.

98Une nouvelle surprise l’attend à Taravao. Elle découvre là, situé

« dans un vallonnement rempli de cocotiers et de bananiers, un hôtel tenu par deux marins en retraite, l’un vieux et défiguré par une blessure, l’autre jeune et de bonne apparence, mais tous les deux actifs, propres et serviables. L’Hôtel de l’isthme se composait de quatre pièces : deux chambres, un salon et une salle à manger. Les murs en étaient faits de lamelles de bambou écrasées, avec des ouvertures non vitrées. Les portes en donnaient sur un jardin ».

99L’indication du menu d’un repas à l’Hôtel de l’isthme, nous prouvera qu’il n’était pas nécessaire de songer à s’embarrasser de provisions quand on faisait le tour de l’île.

« Nous avons eu des écrevisses et de la salade comme entrée, puis une excellente soupe suivie de délicieuses petites huîtres encore accrochées aux branches de ces racines qui surplombent la mer. Alors on nous apporta un grand poisson, de nom inconnu, l’inévitable bouilli et ses choux, des côtelettes aux pommes, un bifteck aux champignons, suivis de crabes et d’autres crustacés, y compris le wurrali, une délicieuse sorte de homard, une omelette aux abricots et un dessert de fruits tropicaux. On nous servit aussi du bon vin, du rouge et du blanc, ainsi que de la bière en bouteille. »

  • 51 Ibid., pp. 38-42.

100On leur demanda trois dollars par jour et par personne. Le prix comprenait ces repas de type pantagruélique. Et comme ils partent après seulement 24 heures de présence, « on déposa dans leur voiture toutes les nourritures qu’on espérait leur donner s’ils étaient restés une seconde journée... without extra charge », ajoute Lady Brassey qui n’en revient pas51. En voici une qui n’ira pas au travers du monde en accusant Tahiti d’être un pays de vie chère. Tout dans la vie n’est qu’une question d’optique.

101Et l’homme de la rue qui va manger au restaurant, que débourse-t-il pour ses repas ?

  • 52 Messager de Tahiti, 1er août 1863.
  • 53 Ibid., 30 janvier 1866.

102En 1863, lors d’un procès, le sieur James Clark, restaurateur, déclare que les dépenses ordinaires de son client varient de 7,50 à 10 francs, qu’il payait comptant, assurant ainsi sa nourriture et son logement52. Il s’agit d’une affaire de vol portant sur 6 000 piastres : l’homme était donc riche. A la même époque, une inscription à un repas corporatif vaut 5 francs. En 1866 le prix d’une journée à l’hôpital militaire va de 11,25 francs pour un officier à 4,63 francs pour les ouvriers et les manœuvres ; le malade, taxé « ordinaire » paiera 9,25 francs. Le traitement et les soins sont naturellement compris dans ces sommes. Mais l’échelle donne un ordre de grandeur53.

103Il y a 13 patentes de débitants-restaurateurs inscrites sur l’Annuaire de 1864. C’est un chiffre relativement important. On conçoit un peu de publicité pour attirer le client.

Certains annoncent qu’ils peuvent « servir à toute heure du jour les mets les plus variés ». Le Café du Commerce organise le 16 octobre 1853, à sept heures et demie du soir, pour sa réouverture, une poule d’honneur au billard où l’on peut gagner « une paire de pistolets de poche ». Richard, restaurateur, met en loterie deux excellentes montres, l’une en or, l’autre en argent, munie chocune d’une chaîne de gilet... Un seul billet de 5 F peut gagner le tout.

  • 54 Ibid., 7 mars 1863.

104Cette corporation n’aimait pas les traînes et savait se faire payer. Lors de son audience du 21 février 1863, le tribunal condamne le sieur Delorme, ouvrier civil à Papeete, à payer au sieur Boisseau, restaurateur, la somme de 90 francs, due pour diverses dépenses non réglées, faites dans son établissement54.

  • 55 Archives de France. Section d’Outre-Mer. Océanie. Carton 53, dossier F 2.
  • 56 Ibid., dossier A 78.
  • 57 Ibid.

105Nous connaissons le prix de revient exact des repas offerts, et des buffets préparés, pour la fête de l’empereur. En 1862, Georget, notre boucher-restaurateur, demande 10 francs par convive pour l’organisation du banquet officiel offert le 15 août par le commissaire de La Roncière dans le Fare Hau55. Deux ans plus tard, parce que « le pain a subi une réduction sensible depuis quelques mois », le même Georget assure que la dépense totale n’atteindra pas 1 200 francs pour le banquet offert aux 72 chefs de district, aux Toohitu et aux députés tahitiens, auxquels s’adjoignent, naturellement, les « autorités et les notables »56. Nous tournons toujours autour des mêmes sommes. La même année, 1864, le sieur Drollet, pâtissier, fournit les « rafraîchissements et objets de consommation nécessaires pour le bal du 15 août ». La dépense s’élève à la somme de 1 500 francs57.

Notes

1 Vincendon Dumoulin, Ile Taïti, Paris, 1844, t. 2, p. 688.

2 Messager de Tahiti, 9 novembre 1862.

3 Archives de France. Section Outre-Mer. Océanie. J 18. Carton 141. de la Roncière, Etat de l’Empire.

4 Messager de Tahiti, 26 octobre 1856.

5 Ibid., 17 août 1862.

6 Archives de France. Section Outre-Mer. Océanie. Rapport Bonhoure, 1910, p. 4.

7 BSEO, t. 8, p. 38.

8 Arrêté n° 23 du 6 novembre 1850, portant règlement de police.

9 Messager de Tahiti, 15 mai 1853.

10 Ibid., octobre 1853.

11 Ibid., 19 février 1853.

12 Ibid., 3 avril 1853.

13 Ibid., 4 décembre 1853.

14 Ibid., 17 juillet 1853.

15 Ibid., 4 septembre 1853.

16 Ibid., 24 avril 1853.

17 Ibid., 4 décembre 1853.

18 Ibid., 19 février 1854.

19 Ibid., 4 septembre 1853.

20 Ibid., 2 mars 1853.

21 Ibid., 3 avril 1853.

22 Ibid., 8 août 1863.

23 Ibid., 4 janvier 1864.

24 Ibid., 14 août 1859.

25 Savatier, Station navale de l’Océan Pacifique Archives de Médecine navale, t. 33, 1880, p. 5 et suiv.

26 L. Lecucq, La question de Tahiti, p. 94.

27 Messager de Tahiti, 30 juillet 1854.

28 Ibid., 7 mars 1863.

29 Ibid., 13 mai et 24 juin 1860.

30 Ibid., 7 mars 1863.

31 de la Roncière, Etat de l’Empire. Archives de France. Section Outre-Mer. Océanie. J.B. Carton 141.

32 Ibid., 11 décembre 1874.

33 Savatier, loc. cit., t. 33.

34 Monchoisy, La Nouvelle Cythère, p. 95.

35 Messager de Tahiti, 14 février 1863.

36 M. Arnaudtizon, Exploration commerciale dans les Mers du Sud..., Rouen, 1854.

37 Messager de Tahiti, 1er mai 1853.

38 Ibid., 12 décembre 1863.

39 Ibid., 27 novembre 1853 et 11 février 1855.

40 Ibid., 23 novembre 1853.

41 Ibid., 12 novembre 1854.

42 Ibid., 27 mars 1853.

43 Ibid., 7 octobre 1855.

44 Monchoisy, loc. cit., pp. 96-97.

45 La plupart des renseignements chiffrés concernant la vie de Gustave Viaud à Tahiti sont tirés de l’excellente biographie de Georges Taboulet, La Vie dramatique de Gustave Viaud, Paris, 1961. L’auteur a très soigneusement étudié les dossiers personnels de Viaud et sa correspondance à sa famille. Le hasard veut que, trois ans plus tard, à l’occasion d’une étude réalisée avec André Jammes sur Gustave Viaud, premier photographe de Tahiti, Paris, 1964, nous ayons eu l’opportunité de reprendre le dossier de Viaud et d’y ajouter deux ou trois précisions financières ne rentrant pas dans le cadre d’une biographie qui ne se voulait pas particulièrement « économique ».

46 E. Monet de la Marck, Lettres d’un marin, Evreux, 1871, p. 100.

47 Cité sans références par G. Taboulet, loc. cit., p. 105, note.

48 Ibid., p. 133.

49 Perkins, Reef rovings in the South Seas, pp. 296-297.

50 Lady Brassey, Tahiti, Letter press, 1882, p. 34.

51 Ibid., pp. 38-42.

52 Messager de Tahiti, 1er août 1863.

53 Ibid., 30 janvier 1866.

54 Ibid., 7 mars 1863.

55 Archives de France. Section d’Outre-Mer. Océanie. Carton 53, dossier F 2.

56 Ibid., dossier A 78.

57 Ibid.

© Société des Océanistes, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr