Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie à Tahiti au temps de la reine Pomaré

 | 
Patrick O’Reilly

IV. Les baleiniers

Texte intégral

55 285 barils d’huile de baleine à Fare Ute

1Bien que ne pouvant rivaliser, par le nombre des navires, ni avec la Baie des Iles, en Nouvelle-Zélande, ni avec Honolulu, aux îles Sandwich, Papeete était certainement considéré comme la plus agréable des escales des îles des mers du Sud par les baleiniers du Pacifique central. Ils y venaient volontiers prendre leurs quartiers d’hiver.

2Sans compter les diverses satisfactions fort appréciées de l’hospitalité à la tahitienne, ils y trouvaient eau douce, vins et détente après de longs mois en mer : les rivières abondantes permettaient de changer l’eau fétide, les oranges et les légumes revigoraient les matelots privés de vivres frais, le marché offrait eaux-de-vie et alcools dont ils étaient généralement privés pendant les campagnes de pêche, les forêts fournissaient du bois pour remplacer mâts et vergues.

3Le Messager se fait l’écho de la satisfaction du capitaine Baxter Downs, commandant du Bartholomew Gosnold qui lui assure :

  • 1 Messager de Tahiti, 14 février 1858.

« Mon navire a été complètement réparé à Papeete et pour un prix plus raisonnable que dans aucun autre port de l’océan Pacifique. Je recommanderai vivement à tout capitaine de navire désirant faire réparer son navire ou le ravitailler, de toucher à ce port »1.

  • 2 BSEO, vol. 2, 1927, p. 221, n° 1.

4Après six à huit mois de campagne à la mer, les baleiniers avaient besoin de reconstituer les vivres de bord : sucre, porc salé, ignames, patates douces, agrumes, souvent troqués contre des étoffes, de l’outillage, des fusils ou de la poudre. Surtout de la poudre et des fusils ! Déjà du trafics d’armes. Voici le « tarif » en vigueur à Huahine : « 20 cochons de 50 kilos pour un canon, 10 du même poids pour une espignole, deux pour une canardière et un pour un fusil à capsule »2.

5On comptait annuellement de 110 à 120 baleiniers à Tahiti avant le protectorat français. C’était certainement la plus grande ressource de l’île et une véritable richesse.

  • 3 E.S. Dodge, Baleiniers à Tahiti, Paris, 1971, p. 18. Messager de Tahiti du 6 août 1854.

6En feuilletant le Messager de Tahiti, nous apprenons qu’en 1845 19 baleiniers firent escale à Papeete. Parmi eux : un français et un anglais, les autres étaient américains. Pris ensemble, ces navires totalisaient 5 695 t et comptaient 435 hommes d’équipage. L’année suivante, Tahiti recevait deux baleiniers français, un brésilien et onze américains. En 1852 Papeete accueille 23 navires baleiniers jaugeant 9 469 t. En 558 jours de pêche dans les parages de Tahiti, ils capturent des baleines qui leur fournissent 24 150 barils d’huile. Le samedi 23 décembre 1854, dix baleiniers américains sont en même temps sur rade à Papeete. Dix ans plus tard, la guerre civile américaine débutait et avec elle, les beaux jours des pêcheurs de la Nouvelle-Angleterre prenaient fin. Tahiti, en 1859, ne voit passer que dix baleiniers dont sept américains. Il peut être intéressant de noter qu’en 1852, les hangars de Papeete stockent 24 150 barils d’huile, fret en attente. L’année suivante, le stock double et passe à 55 285 barils3. A Fare Ute, les vastes magasins de l’arsenal deviennent des entrepôts, pour la plus grande joie des tonneliers et des trois-mâts qui montent sur cale ou s’abattent en carène.

7De sources américaines, nous apprenons par ailleurs que, le 9 juin 1828, le navire Alliance arriva à Newport, Rhode Islands, venant de Tahiti, ayant à bord 2 300 barils d’huile de cachalot. Et le 17 juillet 1831, le capitaine Wilcox, ramène de Tahiti la Maria Theresa, à New Bedford, après 109 jours de traversée.

8De temps à autre, le journal publie des récits plus complets que de simples informations concernant les mouvements de bateaux.

  • 4 Ibid., p. 18.

« Quand le capitaine Mahew, du Warren, arriva au port dont il portait le nom, dans le Rhode Island, il apportait de bien tristes nouvelles : à savoir que le capitaine Charles Spooner, commandant l’Eric, de Newport, qui avait « épousé » une demoiselle Kingatarn Oruruth, indigène d’Otaheite, avait perdu son épouse peu après son mariage dans les douloureuses circonstances suivantes. Elle se baignait et était en train de charmer son mari en lui montrant ses talents de nageuse lorsqu’elle fut attaquée par un immense requin. L’animal lui saisit d’abord un membre ; puis, lâchant sa proie, l’attaqua à nouveau et cette fois-ci coupa la femme en deux en refermant sa puissante mâchoire. L’infortuné mari assistait impuissant à cette scène atroce »4.

9Lorsque la barque Palestine, de Salem, commandée par le capitaine Cartwright, entra dans la rade de Tahiti le 2 novembre 1836, celui-ci mentionne qu’il a perdu un marin, John F. Jerrels de Lynn, projeté à la mer par une ligne, et qui n’avait pu être retrouvé. L’Oregon de Fairhaven avait fait naufrage, le 4 mai 1837, en pêchant dans les parages de Tahiti. Mais le capitaine Harding avait pu sauver ses officiers, son équipage et sa cargaison qui comprenait 1 450 barils d’huile de baleine et 2 200 barils d’huile de cachalot. Cinq jours plus tard, la barque Osprey était reconnue impropre à la navigation à Papeete et ses 800 barils d’huile vendus. En juillet de la même année, le Victory de New Bedford était également déclaré hors d’usage et sa cargaison d’huile transférée à bord des baleiniers Congress et Atlantic.

10En juillet 1841, le baleinier anglais Sir Andrew Hammond se brisait sur les récifs. En avril 1842, le capitaine Wyer mettait au sec l’Enterprise à Tahiti pour réparer une voie d’eau. Juste une année plus tard, le Good Return, de New Bedford, fut démâté dans un ouragan et vint chercher refuge dans le port de Papeete où il demeura vingt jours en réparation. Quatre baleiniers américains étaient dans le port en septembre 1843 où l’Euphrate changeait sa fausse quille et 80 pieds de bordages endommagés en touchant un récif. Le 15 février 1845, l’Averik, de New Bedford, jeté à la côte par un coup de vent à Raiatea, avait coulé en moins de trois heures. Mais on avait réussi à sauver équipage et cargaison qui s’étaient retrouvés à Papeete. L’année suivante, un autre coup de chien mit à mal la Sarah de New York qui, désormais incapable de tenir la mer, fut vendue à Tahiti.

11Lors de son passage à Tahiti, le 19 août 1851, le capitaine Swain, du Mohawk, de Nantucket, découvrit

« un complot qui avait pour but, soit d’incendier le navire, soit d’en assassiner le capitaine et ses officiers, de manière à pouvoir demeurer à Tahiti. Le second maître, le charpentier et deux ou trois autres hommes étaient impliqués dans l’affaire. Les deux hommes étaient emprisonnés à Tahiti. M. Clark, le second maître, reconnu coupable, avait été laissé en liberté. »

12C’est également à Tahiti, à la même époque, en 1854, qu’une mutinerie éclata à bord du navire américain Auckland :

  • 5 Ibid., p. 22.

« Les marins commencèrent à piller le navire et tentèrent de s’emparer de l’alcool qui pouvait se trouver à bord. Le capitaine appela la police qui, non sans difficultés, s’empara des mutins, les emprisonna et rendit à nouveau le capitaine maître à son bord. Celui-ci, dans la suite, reprit les mutins sur son navire »5.

13Ce jour-là, le Messager de Tahiti exulte :

  • 6 Messager de Tahiti, 29 janvier 1854.

« L’autorité de la police n’a jamais été tenue un instant en échec. Les capitaines baleiniers ont voulu donner au commissaire de police un témoignage de leur reconnaissance pour la sécurité dont ils ont joui dans notre port ; ils l’ont invité à un repas de corps, l’ont vivement remercié de la vigilance et de l’énergie pleine de modération qu’il n’a cessé de mettre dans l’exécution de ses devoirs ; et après avoir porté un toast en son honneur, lui ont offert un jonc à pomme d’or ciselé, comme encouragement et comme marque spéciale de leur considération »6.

14Papeete reçoit aussi des navires à bout de souffle. Le capitaine Green, commandant le brick Emeline, écrivait chez lui que,

dans la nuit du 21 janvier 1853, se trouvant dans les parages de l’île Flint, son navire fut pris dans un fort coup de vent d’est. Malgré ses efforts aux pompes, il ne parvint pas à maintenir son navire à flot et fit route vers Papeete où il arriva le 25 janvier. Le pilote du port était à bord, mais heurta un récif pendant que le navire marchait à 6 nœuds. Le navire, touché à la hauteur du grand mât, fut gravement atteint dans ses fonds, déjà très fortement disloqués par les voies d’eau. Ses marchandises furent déchargées et consignées dans les entrepôts du gouvernement. Pendant que les ouvriers de l’administration faisaient monter le brick sur la cale de carénage, il tomba hors du berceau et demeura là comme une épave. On ne pouvait ni le faire monter ni le faire descendre et le capitaine Green l’abandonna aux autorités françaises, réclamant 16 000 dollars pour son bateau, sa cargaison et tout le préjudice causé.

151853 fut une année difficile pour les baleiniers séjournant à Tahiti. Le capitaine Luce, de New Bedford, écrivant chez lui le 14 février, disait :

« Le 9 de ce mois, le James Edward, sous mon commandement, leva l’ancre à 6 heures du matin, pour prendre la mer en profitant d’une brise de terre. Tout d’abord le pilote me fit contourner la bouée extérieure, m’enlevant quelques plaques de cuivre. Le navire alors se tint au vent, mais tomba en panne à l’entrée de la passe. Nous laissâmes filer les deux ancres avec 45 brasses de chaîne pour l’une et 30 pour l’autre, mais la poupe heurta le récif, et le navire y fut traîné sur la moitié de sa longueur, puis roulé et y demeura coincé sur place environ 25 minutes.
« Avec l’aide des embarcations des baleiniers et des navires de guerre, nous fûmes remorqués jusqu’au wharf où nous nous échouâmes, car nous ne pouvions maintenir le bateau à flot malgré nos cinq pompes. Le navire repose maintenant là, plein d’eau. Je fais tous les efforts pour le remettre à flot et sauver navire et cargaison — 1 700 barils d’huile. »

16Le James Edward fut heureusement remis en état et le capitaine Luce, ayant quitté Tahiti le 6 juillet, regagnait New Bedford le 11 novembre, avec une cargaison de fanons de baleines. Il avait déjà fait parvenir son huile par un autre bateau.

  • 7 Journal de New Bedford, 31 octobre 1864.

17Une lettre du capitaine Howard, datée de Tahiti le 25 juin 1864, nous raconte la perte de son navire, le Parachute, un baleinier de New Bedford. C’était le 10 juin, sur un récif situé à une petite distance sous le vent du passage de Tauno, à environ 3 miles de Papeete. Le navire, à ce moment, avait à bord le pilote officiel. On sauva tous les hommes et 88 barils d’huile de cachalot, ainsi qu’une partie de l’équipement du navire. Le Parachute fut vendu aux enchères, tel qu’il était sur le récif. Et son huile embarquée à la première occasion7.

18Les îles Marquises, elles aussi, furent utilisées comme relâche dans le cours du XIXe siècle ; bien que moins fréquemment que Tahiti. D’un rapport du lieutenant Jouan, nous apprenons que

  • 8 Messager de Tahiti, 4 mai 1856.

« le 25 mars 1856, le baleinier américain Panthéon est passé tout en flammes devant la baie de Taio-Hae. Après en avoir manqué l’entrée, il était réduit à aller chercher un rivage à quelques miles sous le vent du port ». Grâce au concours du capitaine Jouan et de sa goélette, « on put se rendre maître du feu et commencer tout de suite le sauvetage de nombreux débris. La cheffesse Mataeva s’est empressée de mettre le tabou sur le bâtiment naufragé, si bien qu’il ne sera pas pillé par les indigènes ». Le capitaine Hazar, commandant du Panthéon, s’en fut à Tahiti et regagna les Marquises avec la Sophie pour y chercher son équipage. Il n’est pas un ingrat, et fait insérer dans le Messager de Tahiti une note dans laquelle il remercie de l’aide rencontrée et des « moyens de subsistance fournis à un équipage qui en était complètement dépourvu »8.

19Les baleiniers apportent souvent avec eux maladies ou épidémies.

20En 1841, le Don Quichotte amena la variole, d’où une épidémie mortelle qui ravagea l’île.

21Malades, éclopés et déserteurs posent des problèmes.

« L’arrivée d’un si grand nombre de navires laisse à la charge des consuls un grand nombre de marins invalides et plusieurs qui étaient rétablis, se trouvaient nonchalamment à l’ombre des arbres. Que la situation des autres doit être malheureuse, car il n’y a pas à Papeete d’aménagement convenable pour les malades et on ne peut pas obtenir l’assistance médicale nécessaire. »

« 229 tracts Quakers et 6 bibles espagnoles »...

22Les missionnaires profitaient des escales des baleiniers pour tenter d’évangéliser leurs équipages. Ainsi le révérend Daniel Wheeler, un missionnaire anglais qui visita Tahiti en 1835, nous raconte-t-il que, le 15 mai de cette année-là, il y eut 6 baleiniers américains et un anglais qui débarquèrent leurs équipages dans la rade de Papeete. Wheeler, arrivé à Papeete le 1er mai sur le Henry Freeling, un navire missionnaire des Quakers, décida d’organiser une rencontre de frères à bord de son navire à l’intention des officiers et des équipages des bateaux ancrés dans le port.

Les marins, à terre toujours ivres et en train de tirer une bordée, consentaient néanmoins, en songeant à leur dangereux métier, à assister parfois à des réunions religieuses, témoignant ainsi de leur bonne volonté pour se faire pardonner leurs péchés. La réunion fut un succès. 229 tracts furent distribués aux équipages des navires et les commandants des baleiniers Kingston et Cambria restèrent à dîner à bord avec Wheeler. Le 19, le capitaine Simpson, du Nassau, hissant ses voiles pour aller pêcher sur les côtes de la Californie, reçut six Bibles espagnoles et le Nouveau Testament.

23Wheeler avait été très heureux de constater que de nombreux navires américains se classaient sous la rubrique de « temperance ships », mais il s’aperçut bientôt avec une « stupéfaction horrifiée » que le vocable « temperance » s’appliquait aux navires et pas du tout à leurs équipages. Et que sans doute les sociétés de tempérance de l’un et l’autre monde ne comptaient pas un seul membre à bord d’un baleinier.

Etre classé dans les registres maritimes comme « temperance ship » signifiait simplement que le navire, au cours de ses voyages, ne transportait pas d’alcool — hormis les médicaments, si le besoin s’en faisait sentir — à la disposition de l’équipage. La tempérance des matelots à bord n’était due qu’à l’absence d’alcool disponible. Mais à terre, et avec de l’alcool à discrétion, les équipages se conduisent d’une manière lamentable et leur intempérance est notoire. « A Tahiti, ajoute Wheeler, leur triste comportement me fait frissonner d’horreur quand je songe aux désastreuses conséquences de leurs débordements tant pour eux-mêmes que pour les femmes de Tahiti. »

« Quoiqu’un grand effort soit tenté ici par les missionnaires pour arrêter ce fleuve d’iniquité et de boue, jusqu’à présent toutes les mesures prises avortent faute d’obtenir la coopération des officiers des baleiniers. Malgré la sévère interdiction des boissons alcoolisées à Tahiti — personne n’a le droit d’avoir de l’alcool chez lui, et si un indigène sent l’alcool, il est passible d’une sévère amende — ce fléau de la race humaine est encore à pourchasser à terre, car le ravitaillement est assuré par des navires américains qui débarquent clandestinement l’alcool parmi les futailles envoyées à terre pour faire de l’eau. »

24Wheeler passa environ trois mois à Tahiti. Au cours de son séjour, le capitaine Reuben Weeks, de Rhode Islands, commandant le baleinier Charles Carroll lui demande de célébrer un service à son bord. Wheeler écrit :

« Je ne vois aucune objection à la célébration d’un service à bord du Charles Carroll, à condition que tout l’équipage désire y assister et y assiste sans aucune obligation ni contrainte. Le capitaine Weeks réussit à garder tout son monde à bord pour cette occasion et, comme prévu, le service fut célébré devant tout l’équipage. Mais de tels succès, purement épisodiques, ne compensaient pas le découragement qui s’emparait du missionnaire quand il songeait que ces navires apportaient dans les îles de grandes quantités de rhum, des fusils et de la poudre, »

  • 9 F.A. Olmsted : Incidents on a whaling voyage..., 1841.
  • 10 D. Wheeler : Memoirs of the life and Gospel labours of the late Daniel Wheeler, London, 1842, pp. (...)

25« C’est malheureusement un fait incontestable, écrit-il, que les baleiniers ont débarqué plus d’alcool dans les îles que tous les autres navires réunis ! » « La population décroît dans la plupart des îles et les ravages effroyables causés par les maladies sont encore aggravés par l’usage de l’alcool. » Et il fait remarquer que, dans les îles de la Société, c’est Bora-Bora qui a le plus souffert des abus des baleiniers qui provoquent d’affreux désordres parmi les indigènes en leur apportant des moyens de s’intoxiquer, en leur fournissant en même temps des engins de destruction qui achèvent leur perte910.

26« Les baleiniers contribuèrent largement à peupler de beach combers, d’aventuriers de tous poils, Tahiti et les autres îles de la Polynésie. Plus d’un marin, lassé par la monotonie des jours, une affreuse nourriture et des installations plus que rudimentaires, désertaient pour venir s’installer sous les cocotiers d’une île tropicale. Souvent ils y élevaient une famille et il n’était pas exclu qu’ils ne s’y fixent pour le restant de leurs jours. Mais le plus souvent, après quelques mois ou quelques années, ils se réembarquaient sur un autre baleinier et rentraient chez eux. »

  • 11 E.S. Dodge, loc. cit., p. 26.

« Ce constant courant de désertion laissait souvent les baleiniers à court d’hommes. Pour compléter leurs équipages, les navires baleiniers se voyaient contraints d’enrôler un nombre considérable d’indigènes. En 1825, le Nantucket Inquirer nous apprend qu’« environ 50 naturels de Tahiti sont employés à bord de baleiniers inscrits au port de Nantucket. Quelques-uns vivent à terre. Ce sont des gens faciles à vivre et ouverts ». Mais les indigènes qui font connaissance de la Nouvelle-Angleterre sont une toute petite minorité. Et cette façon de faire avait de grands avantages. Les Polynésiens étaient d’excellents marins et aimaient voyager. On n’avait aucune peine à s’en procurer. Mais, quand le navire avait fait son plein d’huile et songeait à regagner son port d’attache, les indigènes recrutés en route étaient purement et simplement débarqués dans l’île la plus proche. Ainsi n’aurait-on pas à les nourrir au cours du long trajet de retour, ni même à leur donner la part qui leur était légitimement due sur les bénéfices du voyage »11.

27Herman Melville, le grand écrivain américain, demeure le plus célèbre déserteur d’un baleinier. Il s’était engagé en 1841 sur l’Acushet, un navire de New Bedford, et c’est le 9 juillet de l’année suivante qu’aux îles Marquises, il faussa compagnie à son bateau avec un autre marin du bord. Il passa d’abord un mois dans la vallée de Taïpi, à Nuku Hiva ; puis il rembarqua à bord du Lucy Ann, un autre baleinier. Quelques semaines plus tard, à Tahiti, cette fois, il déserta à nouveau et se retrouva pour quelques semaines dans une prison française. La vie dans la « carabousse anglaise » — ainsi nommait-on le local situé à un mille de Papeete, sur le Broom road, où étaient placés les délinquants — était, comme la plupart des choses à Tahiti, parfaitement détendue. Pourvu que les marins viennent s’y coucher le soir, on ne s’occupait pas trop de savoir comment ils occupaient leur journée. Bientôt Melville put aller faire un tour à Moorea, l’île d’en face, pour y cultiver la patate douce chez un colon. Puis il préféra une existence moins active et se contenta de jouir tranquillement du sublime spectacle de la baie de Papetoai.

28Revenu à Boston l’automne de 1844, dans un extraordinaire sursaut d’énergie littéraire, Melville, sans perdre une minute, raconta ses expériences dans les mers du Sud. C’est la publication de Typee en 1847 ; puis celle d’Omoo et de White-Jacket. Enfin, merveilleux bouquet d’une série assez glorieuse, en 1851, Moby Dick, le grand classique américain, un chef-d’œuvre. On le voit, les expériences recueillies par le matelot-baleinier Melville au cours de quelques semaines de vie quotidienne passées à Tahiti lui avaient été extrêmement profitables.

Notes

1 Messager de Tahiti, 14 février 1858.

2 BSEO, vol. 2, 1927, p. 221, n° 1.

3 E.S. Dodge, Baleiniers à Tahiti, Paris, 1971, p. 18. Messager de Tahiti du 6 août 1854.

4 Ibid., p. 18.

5 Ibid., p. 22.

6 Messager de Tahiti, 29 janvier 1854.

7 Journal de New Bedford, 31 octobre 1864.

8 Messager de Tahiti, 4 mai 1856.

9 F.A. Olmsted : Incidents on a whaling voyage..., 1841.

10 D. Wheeler : Memoirs of the life and Gospel labours of the late Daniel Wheeler, London, 1842, pp. 304-29, passim.

11 E.S. Dodge, loc. cit., p. 26.

© Société des Océanistes, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr