Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie à Tahiti au temps de la reine Pomaré

 | 
Patrick O’Reilly

III. L’Assemblée législative

Texte intégral

« Les personnes d’un caractère frivole » ne peuvent faire partie de l’Assemblée

1L’Assemblée législative avait pris naissance quelque temps avant l’avènement de la reine Pomaré. Une sorte de système parlementaire fut en effet établi à Tahiti d’assez bonne heure par les pasteurs de la Société Missionnaire de Londres. Pomaré II avait tenu à conserver personnellement tout le pouvoir. A sa mort, les missionnaires profitèrent de la présence sur le trône d’un enfant, Pomaré III, pour réaliser leur désir d’une assemblée qui contrebalancerait la puissance des chefs. Ainsi en fut-il fait en 1824 — le roi avait 4 ans — par une loi qui instituait un parlement, une sorte de chambre des Communes, conseillant et contenant la couronne. Cette date marquait la très nette coupure entre la conception d’un pouvoir absolu et la conception occidentale d’un monarque constitutionnel, n’exerçant plus seul les compétences étatiques.

2Le parlement tahitien se voulait une imitation du régime anglais. Il n’en était, en fait, que la caricature. Lors de l’ouverture de chaque session de l’Assemblée un Auaha, orateur et secrétaire, devait être nommé. « Il est convenable que cela soit un missionnaire de la parole véritable de l’évangile qui soit choisi pour remplir ces fonctions capitales » précisait la loi. Ainsi, de ce poste, la mission commandait tout.

3Les lois pénales extrêmement rigides et sévères qu’elle fit instaurer et dont elle surveillait l’application lui conférait une situation prédominante telle que les votes — ils avaient lieu à main levée — ne pouvaient, en fait, être libres et que l’expression des opinions ne pouvaient l’être davantage. La preuve en est fournie par diverses lois qui furent votées entre 1824 et 1842, en particulier deux lois votées en 1838 et qui avaient pour but d’empêcher l’installation de missionnaires catholiques. L’une enlevait aux étrangers la faculté d’acquérir des terres à Tahiti, la seconde interdisait toute propagande religieuse autre que « les doctrines qui nous ont été enseignées par les missionnaires de la Grande-Bretagne »... L’ombre de Pritchard planait sur l’Assemblée. Pomaré, lors de son avènement, s’était donc vu dans l’obligation de chausser les souliers parlementaires qui lui avaient été préparés par la mission.

4Le pouvoir législatif résidait dans une assemblée unique. Elle comprenait d’une part des membres désignés par la Reine sur la proposition des hui-raatira, des propriétaires fonciers, qui choisissaient des chefs de districts hommes ou femmes, des juges et des grands fonctionnaires indigènes ; d’autre part, des députés élus pour trois ans par ces mêmes propriétaires fonciers qui seuls étaient éligibles. Le suffrage était donc loin d’être universel ; c’était plutôt un suffrage censitaire. La loi voulait des députés « choisis parmi des hommes d’une parole droite et fidèles observateurs de la justice dans l’accomplissement de leurs fonctions législatives », les « personnes d’un caractère frivole » ne devant pas se rendre à l’Assemblée.

5Au milieu du siècle, l’Assemblée comptait environ 60 membres de droit. Chaque district, selon son importance, envoyait de 2 à 4 représentants : Tahiti est alors pourvu de 49 élus, Moorea de 10, les Tuamotu d’un peu moins. Tout cela composait une assemblée de 120 à 140 membres. Elle se réunissait, annuellement, sur convocation de la Reine. La Reine pouvait assister aux séances ou s’y faire représenter. Elle jouissait du droit de veto, en ce sens qu’une loi demandait son approbation pour être exécutée. Pour éviter que les déplacements de la Reine ne vinssent empêcher le jeu normal des institutions, il était prévu qu’en cas d’absence, le régent était investi des pouvoirs royaux.

6Afin d’éviter que les députés ne se retrouvent à la carabousse pour ivresse, tapage nocturne, grivèlerie ou autre délits mineurs de cet ordre, ils s’étaient déclarés « inviolables durant le cours des sessions ». Ils se donnaient un bureau dont le président était élu à la majorité absolue. On votait par assis et levés ; mais un scrutin secret, avec des boules blanches et noires, était aussi prévu ; on les versait dans une corbeille dont les secrétaires devaient « ostensiblement » faire le compte.

7Après l’établissement du Protectorat et le rétablissement de Pomaré, la loi de 1826 avait été modifiée par la convention du 5 août 1847 en un point essentiel. Voulant soustraire les délibérations de l’Assemblée aux influences, aux emprises de la mission protestante,

  • 1 Toute la matière de ce paragraphe est en grande partie tirée de G. Guesdon, Le royaume protégé des (...)

« défense fut faite à tout étranger, sous quelque prétexte que cela soit, de s’introduire dans l’enceinte où siégeaient les membres de l’Assemblée » et, en conséquence, toute décision prise en présence d’un blanc était déclarée nulle de plein droit. Une autorisation écrite du gouverneur était nécessaire pour pénétrer dans l’assemblée. Par ailleurs, toutes les décisions jusqu’alors prises par la Reine seule, devaient l’être d’une manière conjointe, par la Reine et le gouverneur1.

« La Reine à droite, le commissaire à gauche... »

8L’ouverture des travaux de l’Assemblée était un des événements de l’année tahitienne et n’allait pas sans une certaine pompe. Un certain Francis Allyn Olmsted, passager pour sa santé sur un baleinier américain, en fut le témoin amusé et nous en a laissé un récit pittoresque. Sa haute époque, sans doute 1840, le rend plus précieux encore pour nous. En voici quelques extraits librement traduits :

  • 2 F. A. Olmsted, Incidents on a whaling voyage..., New York, 1841, p. 82.

« Vers les 9 heures du matin, la reine Pomaré se déplaça en grand apparat, escortée de plus de cent hommes, ses gardes du corps. De l’endroit où nous nous tenions, cela formait un très imposant spectacle. En tête du cortège flottait le drapeau de Tahiti, rouge, blanc, rouge, en bandes horizontales. Derrière venaient la Reine et le Roi, suivis des troupes royales, en file sur deux rangs. Enfin venaient tous ceux qui s’étaient trouvés quelques titres à figurer dans cette parade. Ce défilé, qui s’étirait le long de la plage avançait solennellement vers le temple.
« Dès que le cortège fut passé, le capitaine Spring et moi, nous nous dirigeâmes dans la même direction. Le temple était situé au bout de la ville, et à quelques yards de la mer. Quand nous y entrâmes, la nef était occupée par la Reine et les militaires, les bas côtés par les femmes. Nous nous assîmes sur des sièges près de la chaire, d’où l’on voyait très bien la Reine et sa suite. Pomaré était une belle femme au teint olivâtre, avec des yeux sombres très expressifs et des cheveux noirs. Elle avait plutôt tendance à l’embonpoint. Elle se leva plusieurs fois durant la cérémonie et toujours avec une dignité vraiment royale. Elle portait un chapeau de satin blanc fort imposant dont le bord était rabattu à la mode tahitienne ; il était orné d’un abondant nœud de satin et surmonté de trois plumes d’autruche blanches. Sa robe était de satin et de soie rose, avec des mules assorties. Le mari de la Reine, Pomaré tane, est une sorte de prince consort, à la manière de notre prince Albert. Il était revêtu d’un brillant uniforme rouge, les épaules recouvertes d’épaulettes d’or, une épée sur le côté. Son bicorne était surmonté lui aussi d’une plume d’autruche.
« Au nombre de 8 ou 10, les officiers de la suite royale, étaient vêtus d’uniformes de toutes couleurs et de tout acabit. Ils avaient dû les récolter au hasard de leurs bonnes fortunes, ou lors de la visite de quelques navires de guerre. Tous portaient des pantalons blancs, un peu trop justes pour leurs puissantes ossatures ou qui, simplement, avaient voulu suivre de trop près la mode des vêtements collants. Un ou deux portaient des chaussettes, mais la plupart avaient glissé leurs extrémités inférieures dans de grosses bottes de cuir, sans aucune espèce de substance intermédiaire.
« Un de ces hommes me frappa par son curieux accoutrement. Il était revêtu d’un habit de clergyman, costume d’un caractère des plus pacifiques qu’il avait transformé pour la circonstance en un terrifiant uniforme de guerrier, au moyen de galons écarlates d’un demi-pouce qui bordaient son vêtement et en soulignaient les coutures. Il avait bouclé là-dessus un baudrier rouge vif ; la combinaison des couleurs était vraiment merveilleuse !
« Derrière les officiers avait pris place la soldatesque. On avait certainement fait à son sujet un grand effort d’uniformité, et de loin, tous semblaient habillés du même bleu. Mais en s’approchant quelle variété dans le coloris des étoffes ! Et quelles curieuses façons de boutonner tout cela, les uns se servant d’agrafes, d’autres maintenant leurs vareuses fermées avec d’ingénieuses combinaisons de lacets qui prenaient des apparences décoratives. Le vêtement inférieur des soldats était toujours blanc, mais il semble qu’une grande fantaisie ait régné dans la distribution des culottes qui correspondaient rarement au gabarit personnel de chaque individu. De grands échalas devaient tenter de revêtir des costumes de petite taille et des rondouillards, n’ayant pu fermer la ceinture de leurs pantalons, en avaient assuré la bonne tenue en nouant par-dessus un foulard autour de leur taille.
« Les soldats, pour obtempérer aux conseils des missionnaires, en ce jour de Sabbath, avaient laissé leurs mousquets au quartier et ne portaient qu’un bâton de police. L’Assemblée me parut plutôt tumultueuse et désordonnée. Elle manifestait son agitation par d’incessantes allées et venues : constamment quelqu’un entrait ou sortait du Temple...2 »

9Dès l’installation du Protectorat, les gouverneurs surent prendre place dans ce cérémonial et en fixèrent avec précision les différents rites. Voici une note de Du Bouzet à ce sujet. Elle date de 1855.

  • 3 Archives de France. Section d’Outre-Mer. Océanie. A 73.

« Avoir sur le devant de l’estrade préparée pour recevoir la Reine et le Commissaire Impérial, deux fauteuils pareils placés de manière que la ligne qui les sépare soit au milieu de l’estrade. Ces deux fauteuils sont destinés à recevoir la Reine et le Commissaire Impérial ; la Reine prend celui de droite et le Commissaire Impérial s’assied à sa gauche. Un fauteuil au second plan, un peu à gauche du Commissaire Impérial est réservé pour Ariifaite, le mari de la Reine. Le Ministre protestant, le Rév. Simpson, chef du culte protestant à Taïti, fait une prière avant l’ouverture de la séance et les jeunes filles des Ecoles chantent des hymnes religieux.
« Le discours de la Reine est alors lu à haute voix par son mari Ariifaite. Quand il a fini, le Commissaire Impérial se lève et lit son discours d’ouverture en français, la traduction en tahitien en est lue aussitôt après par le premier interprète du Gouvernement. L’orateur de l’Assemblée répond ensuite, en son nom, à la Reine et au Commissaire Impérial.
« Les députés nouvellement élus et les chefs nouvellement nommés viennent après prêter le serment de fidélité à la Reine et au Gouvernement du Protectorat.
« Le Commissaire Impérial déclare après, au nom de S.M. L’Empereur des Français et de la reine Pomaré, que l’Assemblée est ouverte. Cette cérémonie se termine comme elle a commencé par des prières et des chants d’hymnes religieux. La Reine est reconduite ensuite chez elle par le Commissaire Impérial accompagné de tous les fonctionnaires comme en se rendant à la séance ; la seule différence est qu’on ne fait une salve de vingt et un coups de canon qu’au moment du départ de la Reine pour se rendre à l’Assemblée. Des invitations officielles sont adressées aux Consuls pour y assister ; on leur réserve des places pour eux et leur famille ; des sièges sont réservés pour les dames de la Société et le nombreux cortège »3.

10On le voit, en quinze ans, la cérémonie avait pris une tournure plus occidentale. De prestigieuses salves d’artillerie, de stricts roulements de tambour avaient remplacé la joyeuse spontanéité de la population, pendant que les uniformes impeccables des troupes de la garnison reléguaient aux vieilles lunes le bariolage fantaisiste des compagnies indigènes et leurs bâtons dominicaux.

« Les murs sont en surplomb de 12 centimètres »

11Lors de l’Assemblée de 1851, le juge Nuutere, se plaignit de ce que l’Assemblée n’ait pas un local lui appartenant en propre.

« On se réunit au temple... Il brûle... On se réunit maintenant dans la salle d’armes de l’artillerie... Ce n’est pas décent. Il serait bon que Tahiti possédât un fare apooraa, une maison de réunion. »

  • 4 M.R.L. Reybaud, Marines et voyages, Paris, 1854, pp. 59-60.

12Et de proposer la construction d’un palais de 30 mètres sur 16, surmonté d’un étage, aménagé avec tribunes publiques. L’édifice serait surmonté d’un dôme de bronze doré en signalant l’importance. Les districts de Tahiti, de Moorea et des Tuamotu fourniraient les matériaux. Le gouvernement se chargerait des frais de main-d’œuvre et de décoration4.

13La proposition, d’abord accueillie avec enthousiasme, fut rejetée par 62 voix contre 49. Fanane, le député de Mahaena argumentant que les gens de Tahiti,

  • 5 Ibid., p. 61.

« prompts à entreprendre, sont vite lassés » avait proposé une pénalité contre les districts qui refuseraient de fournir leur quote part de matériel ou de travail. Cela déplut, d’où le rejet de la proposition. Le député Arahu ne put contenir son indignation et laissa échapper des paroles amères : « Législateurs, dit-il, vous avez rejeté cette loi, vous avez eu tort ; vous alliez doter le pays d’un beau monument. Si j’étais à la place du Gouverneur, au lieu de dégrader la salle d’armes de la direction d’artillerie, je vous enverrais faire vos lois en plein vent, sous l’ombrage des cocotiers. Au surplus, c’est probablement ce qui vous arrivera...5 »

14Une fois de plus le gouverneur dut venir calmer les esprits. Finalement la construction fut acceptée.

15L’année suivante, le gouverneur Bonnard, ouvrant la séance s’excuse de ne pouvoir le faire dans le nouveau palais.

  • 6 Ibid., p. 70.

« Le Fare Apoora, dit-il, malgré tous les soins que j’ai pu apporter, n’a pu être terminé pour l’ouverture de la session ; le transport des bois a pris plusieurs mois, les pluies torrentielles de cette année et aussi, je dois le dire, le peu de zèle de quelques travailleurs indiens, ont retardé considérablement le travail. Vous vouliez donner à cette maison des dimensions colossales, hors de proportion avec le but qu’elle doit remplir. J’ai diminué ces dimensions. Quelques personnes semblent se décourager maintenant que l’édifice ne s’est pas élevé, comme le monde en 7 jours, sur la parole de Dieu. Nous ne sommes pas Dieu ! Nous sommes des hommes : il nous faut du travail et de la patience pour produire la plus petite chose. Courage donc ! et terminons cet ouvrage, qui lorsqu’il sera fini, ferait honneur à la nation la plus avancée. Faisons taire, par des faits, ceux qui disent que les Indiens entreprennent tout et n’achèvent rien »6.

16Tel était le problème en 1852.

17Un croquis, joint à un rapport du gouverneur de La Richerie, en 1855, nous montre un édifice — une sorte de mosquée mauresque, surmontée d’une coupole — dont seuls les murs sont construits. Une galerie supérieure en bois, inachevée elle aussi, couronne l’édifice.

  • 7 Archives de France. Section d’Outre-Mer. Océanie. L 3. Carton 44.

En 1858, un mémoire porte : « le trou de la lanterne, au-dessus de la coupole, n’ayant pas été bouché, et le bronze entièrement posé, il y a des infiltrations qui ont détérioré les poutrelles et les planchers. Le bâtiment s’est incliné... Tout ce qui est en maçonnerie est en bon état ; tout ce qui est en bois, ne présente aucune sécurité »7.

18Lors de son retour en France, en mars 1859, le gouverneur du Bouzet, est cependant plein d’optimisme au sujet du palais.

  • 8 Ibid., A 73.

« Le Fare Apooraa — vaste édifice d’ailleurs hors de proportion avec les besoins et les ressources de Taïti — écrit-il à son Ministre, avait été abandonné pendant trois ans et avait subi beaucoup de dégradations. Je me suis déterminé à le faire achever à la demande de quelques chefs indiens, pour ne pas laisser à déconsidérer notre administration... En 1859, l’Assemblée pourra se réunir dans le Fare Apooraa »8.

  • 9 Ibid., L 3. Carton 44.

19Les gouverneurs sortant ont bien des illusions concernant l’efficacité de leurs ordres ! Le rapport d’une commission d’architectes constate le 9 décembre 1859 qu’il ne reste plus du monument que les quatre murs extérieurs bâtis, un tiers de l’épaisseur de corail, les deux autres tiers de la maçonnerie. Les murs sont en surplomb de douze centimètres9. Tant et si bien qu’en 1860, dix ans après le projet du palais, l’Assemblée se réunit encore « au grand temple protestant indien ». En réclamant des pénalités contre les travailleurs indolents, le député Fanane avait montré qu’il connaissait bien ses gens. « Il est à craindre qu’après avoir voté cette loi avec enthousiasme, on ne l’exécute qu’avec tiédeur, et même qu’on ne l’exécute pas du tout... » Un sage, ce député Fanane, presque un prophète !

« Les députés Pomotu manquent de finesse »

20Il y avait tout de même des lois qui finissaient par aboutir. En 1845, l’Assemblée réformait le Code tahitien ; en 1850, elle tentait de réglementer les questions des boissons alcooliques et d’organiser une loi sur le travail. L’état civil était mis sur pied en 1852 et, cette année-là, on passait aussi une loi électorale. L’instruction publique fut l’objet principal de la session de 1853 ; l’organisation des districts vint en 1855. Les enclos publics, le mariage et le divorce, le culte national, en 1857 et 1858, etc.

21A Tahiti comme ailleurs, la question finance intéressait beaucoup les députés. L’article 6 de la loi constitutionnelle posait le principe d’une indemnité en nature due aux membres de l’Assemblée. Ils devaient être, durant la durée de la session, approvisionnés de vivres par le district dont ils étaient les représentants. A partir de 1852, les districts furent dispensés de cette charge. En remplacement une indemnité de 25 F par député était accordée pour la durée de la session. Les salariés du gouvernement ne touchaient que la différence avec leur solde mensuelle. En 1866 l’indemnité fut fixée par le gouvernement et devint variable selon la durée de la session.

22En 1851, Anahoa, député des Tuamotu, demande la parole, et après avoir constaté que les gens de ces archipels n’avaient jamais causé d’embarras à la France et qu’il portait le défi aux hommes de Tahiti et de Moorea d’en pouvoir dire autant, d’une voix éloquente et farouche il attaqua :

  • 10 M.R.L. Reybaud, loc. cit., p. 39.

« Et comment nous a-t-on récompensés. Comment ? Le voici. Tous les fonctionnaires de Taïti et de Moorea sont rétribués par le Gouvernement ; aux Pomotou, pas un fonctionnaire n’est rétribué. Est-ce là l’équité ? Est-ce de la justice ? Les plus turbulents sont payés ; les plus dévoués ne le sont pas. Je demande que les fonctionnaires des Pomotou soient traités sur le même pied que les fonctionnaires de Moorea et de Taïti »10.

23Pour calmer les irascibles Pomotu, on dut dare-dare aller quérir le gouverneur. Il fut obligé de leur promettre de prendre en considération leurs justes demandes. Les Pomotu ont du reste la réputation bien établie de manquer de finesse, d’accumuler les bévues et de présenter les motions les plus saugrenues.

  • 11 Ibid., p. 41.

Dès qu’ils demandent la parole, les exclamations les plus désobligeantes fusent : « Encore une loi des Pomotu ! Assez de lois Pomotu ! » Et ainsi de suite. Un spectateur étranger note : « Par bien des points cette minorité toujours battue et jamais lasse, rappellera celle des Irlandais à la chambre des Communes. Même constance et même opiniâtreté, accompagnées des mêmes idées »11.

24En 1851, un président ne pouvait, malgré la lassitude de l’Assemblée empêcher de parler un Pomotu particulièrement verbeux sur les « transactions à crédit ».

« Président, déchirez le projet, nous n’en voulons pas ! » s’écria-t-on de divers côtés. Et comme le tumulte allait grandissant, le Président crut devoir y mettre fin par le procédé sommaire que lui conseillait quelques membres. Il déchira la motion et en jeta les morceaux par la fenêtre, aux applaudissements de l’assemblée. La formule eut du succès et sera plusieurs fois réemployée durant la session.

  • 12 Ibid., p. 74 et suiv.

25Même absents, les Pomotu arrivent à créer des incidents sur des questions de procédure. En 1852, quinze députés des Tuamotu n’ayant pu arriver à temps pour la session, plusieurs individus non mandatés s’installèrent à leur place, disant venir « remplacer » les absents12. Un de ces intrus, le nommé Tafaena, parvint même à prendre la parole et la garda assez longtemps. Son argumentation était subtile : l’archipel n’était pas suffisamment représenté à l’Assemblée ; l’absence des mandataires réguliers allait invalider les lois qui allaient être votées.

« Elles demandent non seulement la soumission, mais le concours de la population dont on se prépare à modifier les habitudes. C’est donc pour les députés de Taïti un devoir de compléter la représentation nationale. Aussi je prie l’Assemblée de peser, dans sa sagesse, s’il n’y a pas moins d’inconvénients à négliger un léger défaut de forme qu’à se renfermer dans une rigoureuse légalité. »

26Le seul fait de l’introduction de Tafaena et de ses compatriotes et leur intervention dans les travaux de l’Assemblée était une violation du privilège parlementaire. Teataro releva la chose avec vivacité. « Tafaena n’a ici ni place, ni droit de parler. Ses raisons spécieuses ne m’en imposent pas, s’écria-t-il ; je demande qu’on lui ôte la parole. Qu’il se retire à l’instant de l’enceinte ainsi que ceux qui s’y trouvent, sans mandat régulier. »

27A quoi Tafaena, l’homme sans mandat, répondait sans s’émouvoir :

« Je vois bien qu’on veut nous écarter ; mais je ne vois pas qu’on réfute les raisons sur lesquelles nous avons basé notre demande. » Nuntéré, le grand juge, ne voulut pas laisser violer impunément le droit de l’Assemblée. « Comment ! s’écria-t-il, vous ne le voyez pas ? Est-ce que vous auriez par hasard, la prétention de diriger nos débats ? Notre règlement, selon la coutume d’Europe, nous couvre d’un manteau de privilèges : il assure notre inviolabilité, et nous désigne au respect et à la vénération de la multitude ; et nous irions jeter ce vêtement splendide sur les épaules d’un inconnu ? Non ! ce serait faire trop bon marché des droits des électeurs. Nous serions indignes de la confiance de nos concitoyens, si nous laissions pénétrer dans cette enceinte des gens qui ne l’ont pas obtenue, en les dispensant du mandat légal. »

28Malgré l’avis du président, le député Tariirii, beau parleur, qui avait fait le voyage de France, prit la défense des intrus. Il déclara préférer un défaut de forme à un vote important sans l’assentiment des représentations de la population intéressée.

« Je demande qu’on ne se rengorge pas dans une légalité dont on a fait bon marché dans des occasions moins importantes. Je prie les membres de cette Assemblée d’observer ce qui se passe tous les jours autour d’eux pour tous les fonctionnaires. Est-ce qu’ils n’ont pas, tous, leurs suppléants pour les cas de maladie, d’absence, ou d’empêchement de tout genre ? Quand les chefs de districts sont absents ou malades, ils sont suppléés par les juges. Quand ceux-ci sont eux-mêmes empêchés, ils sont, à leur tour, suppléés par d’autres fonctionnaires. Aucune fonction n’en est exempte ; et cela est très sage, à mon avis, parce que la fonction doit être permanente... Pourquoi alors ne pas admettre des suppléants pour les fonctions de député, comme pour toutes les autres, surtout lorsqu’il y a urgence, comme en ce moment ? »

29Fanane finit tout de même par avoir raison de l’occupant sans mandat :

« Comment, Tariirii, tu reviens de France, ce pays de lumières, et tu nous rapportes des ténèbres ! Tu ne distingues plus entre les fonctions de représentant, de législateur et les fonctions de juge, d’agent de police ; tu confonds l’ordre administratif avec le pouvoir de faire des lois. Les chefs, les juges veillent à l’exécution des lois ou à leur application, et les législateurs les font, ce qui est bien différent. Faire suppléer un représentant par un individu qui s’offre au hasard, c’est violer la loi, agir en aveugle. Outre qu’il n’y a aucune garantie de l’aptitude de cet individu, il lui manque une consécration indispensable : la confiance de ses concitoyens. »

30La réfutation était sans réplique, et ce fut en vain que Tafaena demanda à ajouter quelques mots. Un vote de l’Assemblée en fit justice, et il dut évacuer la salle des séances avec la bande qu’il avait amenée.

Pommes d’or et sables aurifères

31Qui feuillette au jour le jour les comptes rendus des débats est souvent surpris de ce qu’il rencontre. La plus solide éloquence s’y trouve à côté de paroles de vent ; des propositions, qui témoignent du meilleur sens de l’organisation, jouxtent des projets farfelus, cocasses ou enfantins.

32Certaines propositions par exemple, montrent de curieuses conceptions économiques. Un député suggère un jour, pour simplifier les affaires et éviter la spéculation, d’uniformiser le prix des étoffes à 20 sous la brasse, même pour les étoffes de soie. On eut beaucoup de mal à le convaincre que c’était là une opération néfaste pour tout le monde.

33Etudions un peu en détail une proposition du même ordre. Elle nous apportera en même temps des vues sur les méthodes de travail de cette Assemblée et sur la mentalité de ses membres. Nous sommes en 1851, un certain Poroï, député de Faa, propose une loi sur la vente des oranges qui, on le verra par ailleurs, constituait une des plus importantes sources de revenu de l’époque.

Elles étaient cueillies et emballées par les Tahitiens et achetées sur place par des capitaines de navires marchands américains qui les transportaient en Californie, alors en pleine période de prospérité. Sans être mauvaise langue, on peut penser que le député Poroï devait avoir des terres bien fournies d’orangers ! « Poroï proposa donc sa loi sur la vente des oranges et en développa les motifs dans un discours fort étendu. Il commença par dire que le pays auquel étaient destinés ses fruits pouvait, sans s’appauvrir, y mettre un prix élevé ; que la nature en lui donnant des mines d’or, l’avait mis en position de faire convenablement les choses et qu’il fallait en profiter. »

« Puisque la Californie a besoin de nos oranges, s’écria-t-il dans un élan oratoire, qu’elle les paye et largement ! » Là-dessus il fit un tableau animé de l’activité que prenait cette spéculation, se livra à un dénombrement des navires qui avaient déjà chargé des oranges et parla des bénéfices considérables qu’ils en avaient retirés ; exprima le regret que les Taïtiens n’eussent pas eu une plus grande part dans ces bénéfices, et proposa un moyen pour qu’à l’avenir leur contingent fût meilleur et plus régulier.

34Ce moyen était des plus simples ; il consistait à fixer le prix des oranges par une mesure législative, en infligeant de fortes amendes à ceux qui les cèderaient au-dessous du prix légal. Dix francs le cent au plus juste, c’était le dernier mot de Poroï, et il estimait la Californie trop heureuse d’en être quitte à si bon marché. Quand à l’Archipel, il était évident qu’une semblable mesure allait faire dériver vers lui une portion des métaux précieux de l’Amérique. Ce discours achevé, on alla aux voix : la proposition de Poroï fut prise en considération et renvoyée devant le comité. Ce n’était là qu’une formalité et une satisfaction qui ne se refuse jamais au sein d’un parlement même aux motions les plus malencontreuses.

35Le sérieux de l’affaire devait se passer au sein du comité dont les fortes têtes de l’Assemblée, Oté, Nuntéré, Arahu et Maré, faisaient partie. Ce fut Oté qu’il désigna pour rapporteur. Peu de jours après, celui-ci vint déclarer que la proposition de Poroï devait être rejetée, et que c’était l’avis unanime du comité.

« Songez-y bien ajouta-t-il, des lois conçues dans un esprit aussi étroit tendraient à faire de Taïti un rivage inhospitalier. Comment ! nous adopterions des mesures qui auraient pour effet d’éloigner les étrangers et de chasser leurs navires de nos côtes ! Ils gagnent de l’argent avec nous dit-on, beaucoup d’argent. Tant mieux ! Plus ils en gagneront, plus ils seront tentés de revenir. Et croyez que là où ils gagnent, vous gagnez aussi ; que leurs bénéfices sont les vôtres, et que, dans des échanges de cette nature, personne ne s’appauvrit, tout le monde s’enrichit. »

36Sur des paroles aussi sensées, il n’y avait qu’à aller aux voix : cependant le parti du renchérissement légal des oranges ne se tint pas pour battu. Tatauru, député de Papenoo, se porta au secours de Poroï et chercha à sauver la motion du discrédit auquel elle semblait condamnée. Tatauru n’eut qu’un argument ; mais il était de nature à faire grande impression sur certains esprits ; il parla comme aurait parlé un adepte de la balance du commerce : il dit qu’il fallait attirer et garder dans l’Archipel le plus d’argent possible, que plus il y aurait d’argent, plus les habitants seraient riches, qu’il y en aurait alors pour tout le monde ; il ajouta que plus les oranges seraient chères, plus on aurait intérêt à cultiver l’oranger, et ainsi du reste. A l’entendre, les Iles de la Société allaient devenir un autre jardin des Hespérides, et ce produit seul suffirait pour leur créer un commerce, une industrie et une navigation qui feraient l’orgueil et l’envie des contrées polynésiennes.

37Arahu répondit en quelques mots à ce tableau évidemment chargé en couleurs ; il rétablit les faits et rappela les principes.

« Il n’y a pas de raison, dit-il, pour fixer plutôt le prix des oranges que celui de tout autre objet d’échange. Prenez garde ! vous ne croyez toucher qu’à un détail insignifiant et à un point de votre ressort ; illusion ! vous allez attenter au plus inviolable de tous les droits, au droit de propriété. Votre loi une fois rendue, le propriétaire est enchaîné, il n’a plus la faculté de disposer de ses produits aux prix et aux conditions qui lui conviennent. Or c’est l’essence même de la propriété que de faire d’une chose ce que bon semble. Si je possède des oranges, et que je veuille les donner pour rien, j’en suis le maître : si je veux les vendre, c’est à moi seul d’en fixer le prix. Que serait votre prix légal, sinon une violence, et une usurpation de mon droit ? D’ailleurs comment l’entendez-vous ? Vous voulez décréter un prix uniforme quand les qualités ne le sont pas ? Votre loi n’est pas seulement mauvaise, elle est ridicule. »

38C’était le coup de grâce donné à la proposition ; aussi personne n’osa-t-il la défendre de nouveau. Piapa, seul, essaya de couvrir la retraite par un amendement. Il demanda que le prix du cent d’oranges fut fixé à 5 francs au lieu de 10. Mais cet effort ne sauva rien.

Trois orateurs se levèrent sucessivement et achevèrent la déroute. Nuntéré dit que 5 F ou 10 F importait peu ; que c’était l’idée même de la proposition qui était inacceptable, et qu’il fallait la rejeter purement et simplement. Teaataro ajouta que les vendeurs d’oranges étaient libres de demander de leur denrée le prix qu’il leur plaisait, 5, 10, 15, 20 F même, s’ils trouvaient des acheteurs pour s’en accommoder ainsi ; que c’était une affaire entre marchands, et non une question de législation.

39Mais les honneurs de la séance furent pour l’orateur le plus populaire de l’Assemblée, le chef suppléant de Papetoaï.

« Législateurs, s’écria Honoré, c’est donner trop de temps à des conceptions insensées et inapplicables. Je déplore pour mon pays qu’il y ait des gens assez aveugles pour soumettre à l’Assemblée législative des lois aussi absurdes. Quelques esprits étroits se sont figuré que, parce qu’il est venu quelques navires faire des chargements d’oranges à raison de 2 F et de 3 F le cent, ils pouvaient tripler et quadrupler leurs bénéfices, en faisant une loi qui fixerait le prix de la vente de ces fruits à 10 F. Ce serait le contraire qui arriverait, si cette loi stupide venait à être adoptée. Que chacun de nous réfléchisse à ce qu’il ferait, si un marchand s’avisait de tripler le prix de ses étoffes pour tripler ses bénéfices ? Il irait ailleurs, n’est-ce pas ? Eh bien ! les navires qui viennent charger des oranges à Taïti feraient absolument la même chose ; dès qu’ils verraient qu’à Taïti on leur vend les oranges à un prix tel qu’ils ne pourraient avoir aucun bénéfice à les transporter en Californie, ils iraient dans d’autres îles, à Raiatéa, à Taa, à Bora-Bora, à Huahine, partout ailleurs, en un mot, qu’à Tahiti. Ne votons pas cette loi. Profitons des petits bénéfices que nous procure la vente de nos oranges, augmentons-les graduellement si c’est possible mais gardons-nous d’effrayer les capitaines de navires par des prix excessifs qui les éloigneront nécessairement. »

  • 13 Ibid., pp. 45-50.

40Sur l’effet produit par ce discours, les cris : « Aux voix » se font entendre sur tous les bancs. Sur 108 votants, il n’y eut que 13 boules pour l’adoption, 95 boules prononcèrent le rejet. Le débat avait éclairé les esprits ; il ne restait plus, pour la proposition, que quelques marchands d’oranges ou propriétaires de vergers13.

Le Tahitien aime la métaphore

41Si l’on peut penser que le député Poroï était mu par des mobiles intéressés, on se doit, par contre, d’admirer la généreuse proposition du député Piapa. Nous sommes en 1853, on discute le traitement des instituteurs et l’on songe à demander à chaque père de famille de verser une contribution mensuelle de 0,50 F qui serait affectée au salaire des instituteurs, de 120 à 200 F par an. Le député Piapa s’y oppose.

Il propose que le « Gouvernement, notre riche père, se charge de l’éducation de nos enfants qui sont aussi les siens... Les Tahitiens ont de l’argent du Gouvernement protecteur, les chefs, les juges, les mutoi, et les missionnaires en ont également, pourquoi les instituteurs n’en auraient-ils pas aussi ? La France est riche... Si l’on veut absolument donner une solde aux instituteurs, nous demanderons aux fonctionnaires, grassement rétribués, de faire preuve de générosité en abandonnant une partie de leurs appointements aux instituteurs. »

42Le moins qu’on puisse en dire est que la proposition du député Piapa souleva peu d’enthousiasme. Il n’aura pas gain de cause.

43De tous ces actes émane une rhétorique pleine de métaphores qui nous font parfois sourire. En 1853, comme l’Assemblée montre quelque hâte, le député Aitu de déclarer :

« Que l’Assemblée ne se presse pas tant, nous avons du temps devant nous. Le projet du gouvernement est un enfant sur le point de naître. Cet enfant a une bien grosse tête relativement au reste du corps qui n’est plus rien du tout. Si vous laissez sortir la tête, le corps glissera ensuite sans que vous vous en aperceviez. Ne votez donc pas avec tant de précipitation. »

44Ces images de gynécologie paraissent familières aux députés. En 1860, comme on met aux voix le procès-verbal de la séance précédente, le député Teootoro de déclarer :

« Le procès verbal est bien exact, pas d’erreur du tout, la tête, les jambes, et les bras y sont bien intacts, il faut l’adopter. »

45Et le public ?

46On a eu bien du mal à concilier la publicité des séances et l’absence d’un local aménagé avec des tribunes destinées à recevoir des spectateurs. Le bon peuple ne peut être admis à l’intérieur faute de place. On a cherché une solution en laissant les intéressés suivre les débats par les fenêtres. Des grappes humaines, les jours de séance, s’agglutinent autour des ouvertures, menaçant de faire tout dégringoler. Le spectacle est suivi avec l’intérêt vite lassé que le Tahitien prend à ses propres affaires, mais il aime le pittoresque. Il n’en est pas privé. Outre les mouvements de séances, il y a parfois quelques incidents motivés par des députés trop excités à la suite de quelques accrochages. Du Bouzet, en 1859, écrivait en pesant ses mots :

  • 14 Archives de France. Section d’Outre-Mer. Océanie. A 73.

« Il y aurait de l’inconvénient à faire durer l’Assemblée plus de quinze jours, car cela dérange beaucoup les députés indigènes. La prolongation de leur séjour à Papeete, leur est funeste. Ils se livrent avec excès à la boisson et font des sottises ; on est quelquefois obligé d’en expulser de l’Assemblée pour cause d’ivresse »14.

« La séance est définitivement levée »

47Au cours de son histoire, l’Assemblée eut à étudier maints problèmes importants. Les témoins des premières réunions, celles d’avant l’instauration du Protectorat, ont été frappés par le sérieux, l’attention, l’intelligence avec laquelle étaient étudiées les questions proposées. Une certaine discussion sur la peine de mort était restée célèbre par la hauteur des sentiments qui s’y manifestèrent. Mais, peu enclins à s’élever aux idées générales, les députés tahitiens ne s’intéressaient guère qu’aux débats qui touchaient à l’activité quotidienne de la population, à leurs intérêts directs et immédiats. Ils avaient perdu assez vite le sens des grands débats. Ils avaient du reste dans l’ensemble conscience de leur manque de préparation au rôle qu’ils devaient jouer.

48La surprenante versatilité des scrutins, par exemple, étonnait les députés eux-mêmes. Le député Perenina le constatait à la suite d’un vote. « Le résultat est fort extraordinaire. Lorsque nous votons par assis et levés, il y a toujours unanimité pour l’adoption des mesures proposées. Quand on en vient au scrutin secret, il y a toujours des boules noires. »

49Appelée à discuter un projet de loi concernant la vaine pâture — un problème capital, nous le verrons ailleurs, pour le Tahiti de 1860 — l’Assemblée, par 100 voix contre 44, suivit le rapporteur qui pensait que « c’était là un trop grand travail pour l’Assemblée... qu’elle ne saurait trouver les mesures à adopter et qu’il fallait prier la Reine et le commissaire impérial de s’en charger ». On verra, en 1866, l’Assemblée se refusant d’accepter la responsabilité d’une de ses prérogatives essentielles et charger la Reine et le commissaire impérial du soin de fixer, par une ordonnance, la quotité de l’impôt. La démission était totale. On comprend donc que, dans ces conditions, l’administration ait pu, sans voir s’élever aucune protestation, se dispenser de suivre la règle de la périodicité des sessions et espacer de plus en plus ses ordonnances de convocation des membres de l’Assemblée. Du Bouzet écrit dès 1859 :

  • 15 Ibid.

« Les Indiens n’ont aucun ordre d’idées et ne sont jamais pressés. A peine se sont-ils aperçus qu’il y a eu une session de moins dans la durée de mon administration. J’ai réuni trois fois l’Assemblée, en octobre 1855, février 1857 et juillet 1858 »15.

50Son successeur, Gaultier de La Richerie, ne convoquera plus l’Assemblée après 1861.

  • 16 Ibid. A 81.

« Mon intention bien arrêtée était de modifier profondément cette institution. Non pas que je pense qu’il soit mauvais de réunir de temps en temps des assemblées d’indigènes et de les consulter sur leurs propres affaires, mais, en vérité, le titre de législateurs ne leur convient pas... La Reine est du reste parfaitement dans cet ordre d’idées, et elle ne m’a, d’aucune façon, rappelé que j’avais oublié en 1862, 1863 et 1864, de lui parler de l’Assemblée Législative des États du Protectorat »16.

51L’Assemblée de 1866 sera la dernière. Le parlement de Tahiti qui, bien mené et se soutenant lui-même, aurait pu rester une chose vivante et devenir même un rouage essentiel dans l’Administration locale, mourait de sa belle mort. Il ne sera plus convoqué qu’une seule fois, bien plus tard, pour entériner la disparition du régime qui lui avait donné naissance.

Notes

1 Toute la matière de ce paragraphe est en grande partie tirée de G. Guesdon, Le royaume protégé des îles de la Société, Caen, 1960. Passim.

2 F. A. Olmsted, Incidents on a whaling voyage..., New York, 1841, p. 82.

3 Archives de France. Section d’Outre-Mer. Océanie. A 73.

4 M.R.L. Reybaud, Marines et voyages, Paris, 1854, pp. 59-60.

5 Ibid., p. 61.

6 Ibid., p. 70.

7 Archives de France. Section d’Outre-Mer. Océanie. L 3. Carton 44.

8 Ibid., A 73.

9 Ibid., L 3. Carton 44.

10 M.R.L. Reybaud, loc. cit., p. 39.

11 Ibid., p. 41.

12 Ibid., p. 74 et suiv.

13 Ibid., pp. 45-50.

14 Archives de France. Section d’Outre-Mer. Océanie. A 73.

15 Ibid.

16 Ibid. A 81.

© Société des Océanistes, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr