Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie à Tahiti au temps de la reine Pomaré

 | 
Patrick O’Reilly

II. “Indiens” ou “Kanacks” ?

Texte intégral

Vingt-quatre heures de la vie d’un Indien

1A l’époque qui nous intéresse, le vocabulaire est mouvant et incertain. Quelques documents officiels parlent des « indigènes ». Lavaud, le second gouverneur, voulant évoquer l’ensemble de la population de l’île, écrit : « Français, étrangers et indigènes. » Dans les actes du tribunal, en 1850, on lit : « le nommé Croizeau » ou « le sieur James Clark », pour désigner des blancs, et « l’Indien Tioni » — ou « l’Indienne Tuane » — « l’indigène Maiva » pour qualifier des Tahitiens. On rencontre également sur toute cette période le mot « Canaque », orthographié parfois Kanaque, Canack ou Kanack. Un document administratif de 1845 parle des « Kanacks des Marquises » ; Lavaud écrira le « Kanack Petitoka » (1849), La Roncière, en 1867, « que les porcs sont la nourriture préférée des Kanaques » et « que la population canaque consomme tout le tabac récolté dans le pays ». Pomaré, dans des actes officiels, parle des « Indiens ». « Interdiction de vente de vin aux Indiens. » Elle gracie un « Indien condamné à mort ». Le mot « tahitien » est aussi rarement employé que le terme maori. Le terme « polynésien » inconnu.

  • 1 Toutes les citations de ce paragraphe sont tirées du : Bulletin officiel des Etablissements frança (...)

2Il semble donc que la population européenne locale parle plutôt des « Indiens », sans que le mot « Canaque » ait le sens péjoratif qu’il a parfois pris de nos jours1.

3La vieille formule de salutation : Manava ! ; mot à mot, « mes entrailles », c’est-à-dire : « Bienvenue ! », en usage autrefois, est en voie de disparition. On va se saluer à l’anglaise, on dira : la ora na ! « Que tu vives ! » la ora na oe i te atua ! « Que le Dieu bénisse ta venue ! »

4Le Tahitien est un lève-tôt et un couche-tard. Et comme on ne brûle pas, à Tahiti, plus qu’ailleurs, la chandelle par les deux bouts,

  • 2 W. Ellis, A la recherche de la Polynésie d’autrefois, Paris, 1972, p. 100.

« la plus grande partie de son temps [dans la journée] se passait à dormir... Toutes les classes de la société s’adonnent au sommeil pendant les heures brûlantes de la journée. Un homme bien portant et vigoureux ne considère pas comme honteux de rester allongé sur une natte depuis le matin jusqu’au soir »2.

  • 3 J.A. Moerenhout, Voyage aux îles du Grand Océan, Paris, 1835, t. 2, p. 75.
  • 4 W. Ellis, ibid., p. 100.

5« Le matin, tout le monde se lève « au point du jour »3 ce qui signifie, là-bas, selon la saison, de 4 à 5 h — et « parfois bien avant »4 et,

  • 5 J.A. Moerenhout, ibid., t. 2, p. 76.

« après une courte prière, on chemine lentement, enveloppé de sa couverture de nuit, vers la rivière... Le plus souvent en sociétés plus ou moins nombreuses... Il était rare qu’on ne voit pas déjà briller quelque saillie de cette franche gaieté, naturelle aux habitants... de la Polynésie. Là, assis sur leur séant, ils prenaient tout le temps nécessaire pour se bien laver, quoique l’ablution se bornât, alors, à celle des mains, de la figure et à se rincer la bouche... Les mères venaient avec leurs enfants et les lavaient, dès leur plus tendre enfance, à l’eau froide, qui l’est extrêmement, le matin à O-Taïti. De retour au logis, chacun nettoyait sa natte, la pliait, la roulait ; et, bien amarrée, la suspendait à quelque paroi de la maison. La première chose ensuite était de s’habiller. Les femmes se paraient de quelques fleurs, et puis, on mangeait, s’il restait quelque chose de la veille, ce qui manquait rarement... Si rien de pressant n’était à faire, ou s’il n’y avait pas de travaux de rigueur, comme il arrivait quelquefois, tous, assis au grand air, devant les demeures ou sous les arbres, restaient à flâner, les hommes et les femmes toujours ensemble, s’amusant à quelque jeu, ou, le plus souvent, ne faisant que causer ; car la causerie était leur fort, le babil le plaisir de tous, sans que personne s’en lassât jamais »5.

6Les hommes se rasent. Le règne de Pomaré verra naître l’ère du rasoir à main et s’achever l’époque où l’opération était effectuée avec un bivalve tranchant, instrument qui, habilement manié, tenait le milieu entre la pince à épiler et le ciseau à ongle.

  • 6 W. Ellis, ibid., p. 102.

« On se rase généralement une fois par semaine. Les chefs le font plus souvent... Il n’y a pas de barbiers professionnels... On s’efforce de raser son voisin qui, ensuite, vous rend la pareille. C’est un des moments les plus comiques de la vie des îles que d’assister à une scène de cet ordre. Seuls les rares chefs sont assez avancés dans la civilisation pour employer du savon. Les hommes du commun... s’en dispensent totalement. Lorsque le tranchant du rasoir, ou du couteau ( !) est affûté, la personne soumise à l’opération, afin de rester tout à fait immobile, se couche par terre sur le dos, à l’intérieur de la maison ou à l’ombre d’un arbre. Son ami s’agenouille au-dessus de lui et commence le travail. Lorsqu’il a fini, c’est lui qui se couche et l’homme qui est rasé, se lève, et rend le même service à son ami »6.

7On consacre pas mal de temps à sa toilette. « Les deux sexes faisaient généralement leur toilette en plein air. On pouvait souvent voir un groupe de femmes, assises à l’ombre... ou dans le lit d’un cours d’eau, s’occuper des heures durant à arranger les boucles de leurs cheveux... » Les peignes sont faits de fines lames de canne à sucre reliées entre elles. Une coquille de noix de coco remplie d’eau sert de miroir.

  • 7 Tous ces détails sur la coiffure, d’après W. Ellis, pp. 101-103.

« Les femmes... portent les cheveux assez courts, arrangés en boucles courtes qui faisaient l’objet de leur constante attention. Les sourcils sont épilés ou traités d’après leurs conceptions de beauté. » Les cheveux sont ornés de fleurs « parfois nombreuses et variées, d’autre fois parées d’une ou deux fleurs de jasmin ou d’une petite guirlande tombant entre leurs bouclettes ». Bien que ne portant pas de fleurs, les hommes eux aussi se coiffent avec soin. « Ils portaient généralement les cheveux longs, attachés en une jolie touffe, soit sur le sommet de la tête, soit de chaque côté. Ils passaient une bonne partie de leur temps à les laver, à les enduire d’huile parfumée, ou avec de la gomme de l’arbre à pain, ce qui leur donnait une apparence lustrée. Ils se coiffaient alors en mèches droites qui semblaient durcies par la résine »7.

  • 8 Ibid., p. 100.
  • 9 Ibid., p. 101.

8On se baigne beaucoup, quotidiennement et plutôt deux ou trois qu’une. « Cette coutume salutaire est observée par toutes les classes, sans distinction de sexe ou d’âge. Le bébé, dès sa naissance, est emmené à la mer par sa mère, et le dernier effort souvent fourni par les vieillards décrépits est de se traîner jusqu’à l’eau et de jouir de son influence rafraîchissante »8. On préfère pour cela les petits cours d’eau, frais, clairs et isolés, le ruisseau de montagne ou l’aiguade discrète. Jamais de bains de mer : même les pêcheurs « qui ont plongé cinquante fois au cours de la journée se rendent invariablement au cours d’eau le plus proche pour s’y baigner avant de rentrer chez eux. Ils prétendent que l’eau de mer procure une irritation particulièrement déplaisante »9.

9Au cours de leurs ablutions, les dames de Tahiti montrent parfois plus de sens de la propreté que le sentiment de (nos) convenances.

  • 10 J.A. Moerenhout, t. 1, p. 219.

« C’est un usage encore généralement observé que les femmes se mettent toutes nues dans l’eau ; et cela en des lieux où il n’y a guère plus d’un demi-pied. Et là, si elles ne se découvrent pas entièrement, au moins ont-elles grand soin de montrer qu’elles se lavent toutes les parties du corps. On les voit toujours choisir, pour faire ces ablutions, des endroits où passent beaucoup d’étrangers. J’ai demeuré longtemps en un lieu d’où je pouvais voir ce manège. Et je me suis convaincu qu’il n’y a pas à Otaïti, petite fille si modeste, si religieuse qui n’emploie ce genre de coquetterie »10.

10Un autre témoin confirme cette coquetterie mais voit sans doute les choses dans une optique tahitienne plus authentique :

  • 11 J. Morrison, Journal, Paris, 1966, p. 196.

« Une femme ne craint pas de montrer ses formes au cours d’une danse ou au bain, si elles sont parfaites ; si elles ne le sont pas, elle évitera autant que possible de se montrer et, bien qu’hommes et femmes se baignent fréquemment ensemble, ils sont en cette occasion, plus remarquables par leur décence que par leur légèreté »11.

  • 12 Ibid., p. 164.

11Les repas ne se prennent pas dans la case où ils s’assemblent et où ils couchent, et ils n’y préparent jamais la nourriture : « La fumée leur semble désagréable, elle abîme les tissus »12.

  • 13 J.A. Moerenhout, t. 2, p. 92.

12Au début de l’époque qui nous intéresse, dans les années vingt et trente du siècle, alors qu’ils sont encore sous l’influence des coutumes païennes, les femmes et les filles mangent à part, dans une vaisselle qui leur est propre, des nourritures cuites dans des feux séparés. « On voyait pourtant des hommes du peuple faire la cuisine pour les deux, mais à des feux différents. Et ils ne touchaient pas aux mets destinés aux femmes »13.

  • 14 Ibid., t. 2, p. 93.

Ces « défenses sévères de mêler le manger et les ustensiles de cuisine ou de table leur en faisaient prendre un soin extrême et, comme ils devaient toujours les mettre de côté, pour qu’ils ne s’égarassent pas, et pour que les enfants ne pussent y toucher, ces objets étaient toujours bien lavés et bien nettoyés à la fin de chaque repas, avant d’être suspendus à un pilier »14 de la case-cuisine.

  • 15 W. Ellis, ibid., p. 100.
  • 16 J.A. Moerenhout, ibid., p. 94.

13Les indigènes « n’ont pas d’heure régulière pour manger. Ils mangent généralement au cours de la matinée, mais le repas principal est pris vers le soir »15 Si l’on peut dire qu’ils mangeaient quand ils avaient faim, souvent cinq ou six fois dans la même journée, cependant, ils cuisaient rarement plus de deux fois le jour »16.

  • 17 W. Ellis, ibid., p. 362.
  • 18 J. Morrison, ibid., p. 174.

14On mange assis, les jambes croisées, sous un abri les jours de pluie, mais le plus souvent en plein air, à l’ombre d’un arbre. On pose devant soi, en guise de nappe, en deux ou trois couches superposées, de larges feuilles de burao (hibiscus tileaceus) dont les tiges sont cassées à ras »17. Cette nappe sert généralement d’assiette végétale. Les gens s’asseoient à une certaine distance les uns des autres pour ne pas s’importuner en chassant les mouches, toujours nombreuses lorsqu’il y a de la nourriture et surtout lorsqu’il y a du poisson qui en attire des quantités considérables ». Les aliments sont placés devant les convives « sur des feuilles et ils coupent leur poisson ou leur viande avec un morceau de bambou, le trempant dans une noix contenant de l’eau salée. On mange en même temps de grandes quantités de uru — fruit de l’arbre à pain — ou de taro et on boit de l’eau fraîche ou du coco. Ensuite ils mangent un genre de pudding... appelé popoi et dont ils ont chacun une portion. Lorsqu’ils ont terminé, ils se lavent les mains et la bouche et prennent un soin particulier à se nettoyer les dents avec un morceau de la bourre d’un jeune coco »18.

15Chacun mange avec ses doigts — trois — cela va de soi ! Certaines femmes le font avec tant de savoir-faire et de distinction, qu’un haut personnage, invité à un repas à la tahitienne, et voyant ses voisines opérer, se déclara « un peu gêné d’en être réduit à utiliser fourchettes et cuillers ». La bienséance masculine exige que l’on aspire ses bouchées avec un vif, rapide et léger chuintement et qu’on se remplisse la bouche d’énormes portions. En temps utile, quelques rots sonores et bien appuyés sont, de la part d’un hôte qui a du savoir-vivre, un hommage apprécié à la qualité et à l’abondance des mets qui lui ont été servis.

  • 19 J.A. Moerenhout, ibid., t. 2, p. 78.
  • 20 W. Ellis, ibid., p. 429.

16Le Tahitien n’avait, le plus souvent, « qu’une seule grande maison pour plusieurs familles »19 et vingt ou trente personnes logeant sous le même toit ne formaient qu’une très moyenne maisonnée. La grande raison de ces communautés nocturnes était « leur peur constante des mauvais esprits, les tupapau, censés se promener la nuit pour saisir et étrangler leurs victimes s’ils les trouvaient seules »20.

  • 21 J.A. Moerenhout, ibid., t. 2, p. 78.

Cette « crainte des revenants... leur faisait aimer à se trouver alors plusieurs ensemble pour s’encourager ou se tranquilliser mutuellement. Aussi, dès que le soir approchait, on allumait une espèce de flambeau que composaient des noyaux du tiairi (aleurites triloba), enfilés sur une baguette fichée en terre ou dans un des piliers de la maison ». C’était leur seul luminaire. Il en « fallait une immense quantité »21.

  • 22 W. Ellis, ibid., p. 428.
  • 23 Ibid., p. 428.
  • 24 J.A. Moerenhout, ibid., p. 80.
  • 25 W. Ellis, ibid., p. 428.

17« Ils dormaient sur des nattes faites de feuilles de cocotier qu’on étalait par terre... Au lieu d’une seule natte, on en empilait parfois jusqu’à dix les unes sur les autres pour surélever la couche et la rendre plus confortable »22. Chaque dormeur avait. « un oreiller ou appui-tête en bois, ayant la forme d’un siège bas... et un grand morceau de tapa épais... ahu taoto, la couverture pour dormir... il était leur seule protection contre l’air froid de la nuit. Il n’y avait ni séparation ni rideaux entre les dormeurs qui s’alignaient en rangs parallèles d’un bout à l’autre de la maison »23. Les gens couchaient tous à côté les uns des autres, quelque nombreux qu’ils fussent ; les enfants, filles et garçons, tous nus et couverts par une même pièce d’étoffe »24. Aucune intimité conjugale n’était possible dans de pareilles conditions. L’enfant tahitien n’a jamais eu besoin de cours d’éducation sexuelle. Il est très tôt au courant des « réalités de la vie ». Les missionnaires, impressionnés par « l’état moral qu’engendrait une telle promiscuité »25 réagirent de leur mieux et poussèrent à la construction de cases individuelles.

  • 26 W. Ellis, ibid., p. 142.
  • 27 Teuira Henry, la fille d’un pasteur missionnaire à Tahiti, a recueilli bon nombre de ces légendes (...)

18La soirée se passe souvent dehors, au clair de lune, ou dans la case, en d’interminables et confuses conversations : anecdotes fort corsées qui suscitent ici ou là de truculents dialogues, récits burlesques ayant le don de mettre l’assistance en joie, discussions sur des événements passés qui amenaient des débats interminables et obstinés »26. Parfois, un conteur prend la parole. C’est alors le grand silence d’une écoute qui touche chacun au plus profond de lui-même. Il dit Le beau requin bleu de Ta’aroa, La légende de Tafai, héros aux exploits fameux, amoureux aux brillantes conquêtes, Le voyage de Tane ou sa lutte avec Atea et son Echange de sexe avec Fahotu27 et cent autres légendes notées par des savants et qui dorment aujourd’hui dans les nécropoles de recueils folkloriques, mais qui furent alors, à la veillée, des choses vivantes et crues par leurs auditeurs. La maisonnée pouvait donc s’endormir fort tard dans la nuit. Les noix allumées continuaient de fournir leur rassurante clarté pendant que les cancrelats tombés du toit de feuillage et les bandes de rats, sortis l’on ne sait d’où, prenaient leurs ébats entre les corps ensommeillés.

« L’aisance, l’ordre et le bonheur »

  • 28 J. Morrison, ibid., p. 164.
  • 29 J.A. Moerenhout, ibid., t. 2, p. 87.
  • 30 J. Morrison, ibid., p. 164.
  • 31 Ibid., p. 164.

19Les cases d’habitation « sont constituées par des toits en feuilles de pandanus soutenues par des poteaux. Leurs dimensions varient suivant l’importance du propriétaire. Elles sont, pour la plupart, entourées d’une petite barrière de claies, et par mauvais temps, elles sont protégées par des nattes de feuilles de cocotier tressées qu’on enlève lorsque revient le beau temps. Elles ont en général une forme ovale » ... » et placées sur un tertre « surélevé pour éviter l’humidité »28. Le sol, « de terre battue, était aplati avec soin »29, et « recouvert d’herbes ou de foin d’une bonne épaisseur »30 voire même de nattes, dans les maisons des chefs. Si le foin n’était pas fréquemment changé, « on y trouve une grande quantité de puces, ce qui fait parfois préférer le plein air à la compagnie de ces désagréables bestioles »31.

20Le mobilier de la case ne consistait guère qu’en quelques meubles et instruments de première nécessité.

21Des nattes, faites de diverses feuilles plus ou moins souples et résistantes, sont conservées, roulées et suspendues bien amarrées à la toiture, de peur des voleurs. Elles sont en abondance, et sont plutôt là comme un témoignage de richesse que pour un usage collectif.

22Les ustensiles culinaires sont, au contraire, d’utilisation quotidienne : calebasse à eau, gainée dans du filet, bols à kawa, plats, rapes à coco, et surtout l’umete, grand récipient à pied qui sert aux préparations alimentaires. Un pilon de pierre est le complément indispensable de cette vaissellerie de bois.

23On trouve également, accrochés dans la case, des instruments de musique, tambours, flûtes, trompettes ou conques, ainsi que du matériel de pêche : lances, harpons et filets. Et, naturellement, des oreillers de bois ainsi que des sortes de petites tables basses qui ne sont autre que des sièges.

24« On trouvait encore dans toutes les maisons le piha, espèce de malle singulièrement fabriquée »

  • 32 J.A. Moerenhout, ibid., t. 2, pp. 91-92.

quelquefois carré, le plus souvent cylindrique. Poli, orné de têtes ou autres sculptures, ce coffre était une sorte de resserre aux trésors. « Chaque indien père de famille devait avoir une de ces malles. Il n’était rien sans cela... On y serrait les outils propres à fabriquer les filets et à coucher le feuillage sur les toits ; les pioches, les pelles et autres instruments aratoires, les cordages, les hameçons et mille autres petits objets dont on avait besoin à chaque instant et qui, sans cette précaution... se seraient égarés ou auraient pu être volés »32.

  • 33 W. Ellis, ibid., p. 135.

25Au milieu de la pièce, une espèce de pieu nommé fata, à la fois portoir et ornement. « Planté dans le sol, avec un ou deux bras et une encoche au sommet, on y suspend les calebasses d’eau, les paniers à nourriture » : un dispositif astucieux empêche les rats d’y grimper et d’avoir accès aux aliments »33.

  • 34 J.A. Moerenhout, ibid., t. 2, p. 89.

« Qu’il y ait un luxe relatif dans ces objets, si simples, c’est ce qui n’est pas douteux. Tous étaient si propres, si brillants, si ornés, si finis, polis avec tant de soin... tout était rangé avec tant d’ordre et de symétrie qu’une maison indienne ne laissait pas d’étonner, de plaire et d’annoncer en même temps l’aisance, l’ordre, le bonheur »34.

26A la fin de la période qui nous intéresse, sous l’influence des mœurs européennes, la case ancienne tend à prendre des allures de maisons de bois, avec véranda, pièces séparées, et, hélas ! un toit de tôle ondulée, tambour en cas de pluie, accumulateur de chaleur à la saison chaude, mais qui dure plus longtemps que le chaume...

  • 35 Moniteur de la Flotte, n° 68, 26 août 1858, p. 3.

27En mai 1858, le comte Pouget, commissaire impérial, honore de sa présence un mariage dans la famille de Tariirii, chef de Mahina, et chevalier de la Légion d’honneur par surcroît. « Chacun complimentait Tariirii, commente la presse, sur la maison européenne qu’il vient de se faire construire et que ne désavouerait pas mainte élégante villa de nos contrées »35. Un précurseur qui va être suivi ! Car le Tahitien aime être dans le vent, c’est un homme de prestige et un amateur de nouveautés. Il va s’acheter un lit de bois ou de fer, avec tous ses accessoires : matelas, sommier, couvertures et draps. Et parfois même un édredon ! La pièce comportera aussi un fauteuil, une armoire et des chandeliers avec des bougies ; avec, de-ci de-là, maints tapis, napperons et fanfreluches, sans compter, aux murs, des chromos encadrés, des photographies agrandies ou quelques diplômes d’honneur... Mais il s’agit là d’une pièce de parade, d’un signe extérieur de richesse. La famille va continuer de coucher ensemble, derrière cette pièce d’apparat, dans laquelle personne n’entre jamais. Tout au plus un traversin aura-t-il remplacé l’oreiller de bois et une couverture de laine le tapa qu’on ne fabrique plus guère.

28De même, marmites, fait-tout et chaudrons vont-ils prendre la place des ustensiles en bois, et les bouteilles de verre, la vaisselle de faïence ou de terre cuite, chasser les calebasses et les coupes en noix de coco.

29L’administration pousse du reste à la roue pour obtenir que le Tahitien se construise une case individuelle.

  • 36 Messager de Tahiti, 28 novembre 1863.

« Les nouvelles des districts annoncent que le village de Punaauia, comptant 110 cases métriques, est entièrement terminé. Le village d’Arue est aussi achevé, les autres villages marchent aussi rapidement. Les conseils de district se félicitent hautement de ces travaux dont le résultat est d’apporter dans les habitudes indigènes un bien-être et une moralité inconnus jusqu’à ce jour. Chaque famille ayant désormais sa case, ne tardera pas à quitter ces mœurs nomades, cette vie commune, qui avait fait dire avec raison : il n’y a à Taïti ni nom propre, ni domicile, ni propriété particulière »36.

« Pas de petits détails pour faire de la grande Cuisine »

30Le Tahitien vit, et vit facilement, sur les ressources naturelles de son pays, car elles sont abondantes et variées.

31Le fruit de l’arbre à pain, uru, forme la base de son alimentation. C’est un arbre saisonnier. Seuls les cochons mangent le fruit cru. L’Indien le fait griller par fruit entier, ou cuire, par quartiers, au four indigène. Des préparation particulières permettent d’en tirer une pâte qui se conserve plusieurs semaines. Il y a plus de dix sortes d’uru, et deux fois autant de façons de le préparer.

32D’autres farineux, l’igname et le taro (33 espèces nommées à Tahiti !) sont des plantes spontanées, parfois cultivées pour leur amélioration. La patate douce et les bananes sauvages — le plantain des vieux auteurs — qu’on fait cuire, sont surtout consommées hors de la saison de l’arbre à pain. Le pia demande un délicat travail manuel pour obtenir une farine consommable : l’arrowroot. Notre manioc va lui être substitué. C’est une nourriture riche et sucrée qui fait partie des fêtes.

  • 37 W. Ellis, ibid., p. 59.

33Verte, la noix du cocotier fournit un lait « qui allie une certaine acidité à une douceur qui le rend comparable à la meilleure limonade » ; mûre, elle se tapisse d’une pulpe blanche, « délicate et sucrée », écrira le bon Ellis37. Cette pulpe, râpée, est une matière riche en huile. On l’emploie pour confectionner ce qu’on peut appeler « les pièces montées des banquets tahitiens ».

34Outre ces plantes qui forment l’essentiel du panier de la ménagère tahitienne, on pourrait citer, de la canne à sucre à la châtaigne, et du cresson au ti, vingt autres légumes usuels. Sans compter toutes les plantes introduites : choux et pois, oranges, citrons, pamplemousses, papayes, goyaves. Mais ces inventions des blancs n’offrent aucun attrait pour les Indiens, amateurs de nourritures plus substantielles.

35La mer est pour le Tahitien de Pomaré un inépuisable réservoir alimentaire. Les rivières lui offrent chevrettes et anguilles ; la côte, des crustacés, des coquillages ou des tortues ; le lagon, une multitude incroyable de petites espèces, carangues, rougets, loches ou mulets, et la haute mer, bonites, raies, thons, sans compter requins, marsouins et dauphins...

36Notre homme n’est pas un carnivore. Le porc qu’il élève, domestique, et qu’il chasse, sauvage, demeure pour lui une nourriture festive, d’autant plus appréciée. Il aime le chien, mais ne l’élève pas. Ses volailles sont plus considérées pour leur plumage que pour leur chair, sans grand intérêt pour ce gros mangeur. Lui offrir un œuf serait une plaisanterie peu appréciée. Ajoutons qu’il ne s’intéresse pas aux bovidés introduits.

Naturellement, la présence de commerçants européens à Papeete va mettre à la disposition des Indiens le riz, les haricots, la farine de froment et autres produits de consommation. Et il est certain que, dans la capitale, le lancier de la Reine, le matelot d’une goélette ou les commis de la maison Brander mangent du pain ou du biscuit pour leur repas. Il n’en va pas de même dans les districts. En 1863, l’Annuaire du Protectorat publie la liste des patentés. Nous y trouvons le nom de cinq boulangers-pâtissiers résidant à Papeete. Aucun n’est mentionné hors de la capitale. Et ce n’est que dans les années 70, alors que des Chinois commencent à s’installer dans les principaux districts, que les indigènes vont pouvoir manger du pain, cuit sur place par le polyvalent boutiquier céleste.

37La cuisine tahitienne nous apparaît comme fort primitive. Elle ignore, bien sûr, les recettes raffinées et les savantes préparations des Chinois, comme elle ignore la subtilité de nos différentes cuissons, four ou gril, casserole ou bain-marie. Avec elle, ni ragoûts ni bourguignons, ni gibelottes ni sautés ; avec elle, ni sauces ni soupes, ni pâtés ni pâtisseries.

38A vrai dire, le manque de matériel adéquat en limite grandement les possibilités. Que ferions-nous sans casseroles et sans marmites ? Faute de récipients allant au feu, le Tahitien ne peut ni faire bouillir, ni mitonner à feu doux. Hormis les grillades au feu de bois ou sur des braises, il ne connaît que la cuisine à l’étouffée, la cuisine au four. Mais nous devons à la vérité de déclarer que, dans ce domaine, il est insurpassable.

39Le four tahitien est constitué par un trou creusé en terre dans lequel sont disposées de grosses pierres volcaniques ou des galets préalablement chauffés à blanc. Par-dessus, on range les victuailles à cuire : porc, poissons, taros, bananes écrasées, enroulées dans des feuilles fraîches. Le tout est recouvert de terre et de feuillage destinés à conserver la chaleur. Après un temps de cuisson variant de deux à quatre heures, le four est ouvert et le repas à point.

Tout le savoir-faire culinaire tient dans la bonne disposition des victuailles et leur étagement convenable, de manière à ce que le fumet des viandes n’interfère pas avec des relents de poisson et que les vertes senteurs des épinards n’aillent pas s’embrouiller avec le bouquet parfumé de la compote de bananes. Il faut aussi, sans doute, avoir l’expérience et le goût voulu pour choisir les feuillages qui servent à entourer les différents paquets de nourritures. Leur espèce, leur arôme, leur âge, leur degré d’humidité et de fraîcheur, tout doit jouer. Il n’y a pas de petits détails pour faire de la grande cuisine et, à Tahiti, comme ailleurs, chacun possède ses secrets et son tour de main.

40On sort de ce four des nourritures fort appétissantes : cochons de lait bourrés de farces végétales, poissons gras et fermes, grosses bananes fondantes, épinards auxquels ne manquent que deux ou trois œufs pochés pour « mériter le détour », poe parfumé à la papaye ou à l’ananas, sorte de pâte de fruit servie tiède et qui tient le milieu entre une gelée et une marmelade... Et on se prend à se demander par quel miracle chaque mets a trouvé sa saveur particulière dans cette géante cocotte-minute tahitienne. Car c’est sans doute là l’essentiel de la cuisine tahitienne, aujourd’hui encore : les aliments n’y sont nullement sophistiqués par des mélanges, aussi savants soient-ils, gastronomiquement parlant. Es restent seulement eux-mêmes, purs, naturels, frais, avec leur bouquet originel, et de succulentes concentrations d’arômes. Si vous avez quelque jour goûté d’un cochon de lait sorti fumant et à point d’un four tahitien, vous ne pourrez plus jamais regarder avec envie une tranche de rôti de porc froid dans la vitrine d’un traiteur !

41Ajoutons que le Tahitien se nourrit aussi de poisson cru — en réalité macéré une heure ou deux — et « cuit » par du jus de citron vert ; préparation demeurée une des grandes spécialités de l’île. On trouve également sur les menus des Indiens de Pomaré, du miti-fa-faru, des poissons marinés dans l’eau de mer et qui dégagent une odeur assez prononcée ; de gros escargots de mer ayant baigné 24 heures dans du coco râpé et auxquels on a ajouté quelques chevrettes. En cas de disette, et dans des conditions particulières, on mange même du bénitier, mais il faut des dents et un estomac de Tahitien affamé pour en venir à bout.

  • 38 Ibid., p. 457.

42Le costume traditionnel des hommes est simple. Il est fait de tapa, étoffe végétale que nous verrons fabriquée par les femmes. Le Tahitien porte le maro, une étroite ceinture qu’on enroule plusieurs fois autour du corps et qui passe entre les jambes. C’est la tenue de travail. Le pareo est lui aussi une bande de tapa dont on s’entoure la taille, mais elle descend jusqu’au mollet. Au repos ou par temps froid, on se met sur les épaules un ahu buu, « manteau souple, ressemblant quelque peu à une toge romaine »38. La tiputa est un poncho, une chasuble taillée en rond, avec une ouverture au centre pour passer la tête. C’est plutôt un vêtement de fête, et aussi, celui des chefs.

43Ce costume masculin va avoir tendance à s’européaniser. L’écharpe va disparaître, le pantalon de toile tend à devenir courant. Mais le Tahitien restera fidèle à son pareo, maintenant en cotonnade. Mis et quitté en un instant, rapidement sec après le passage d’une rivière ou quelque pêche, bon marché, ne nécessitant aucune confection, c’est le plus pratique des vêtements pour la vie quotidienne : la pêche, le travail à la plantation, les allées et venues en brousse. Par le fait qu’il suppose presque nécessairement un torse nu, il se trouvera un gouverneur assez borné pour interdire le port du pareo aux indigènes « dans les limites de la ville de Papeete ». Mais cette ordonnance, qui ne sera guère appliquée, prouve seulement le ferme attachement du Tahitien à son costume national.

44L’Indienne de 1820 s’habille elle aussi de tapa. Elle porte comme son époux un maro mais s’entoure également le corps de souples tapas de tailles variées qui vont de la toge au châle et à l’écharpe. Elle vit drapée. Ce sont les missionnaires de Londres qui, avec leur fil, leurs aiguilles et leurs cotonnades de Manchester, lui révèleront le sens du cousu.

  • 39 Ibid., pp. 455-456.

Les femmes des pasteurs vont leur couper « une sorte de tunique romaine, généralement de calicot blanc ou bleu, leurs couleurs préférées. Le vêtement atteignait les chevilles. Il était fermé autour du cou, autant que faire se pouvait, par un bouton doré ou argenté. Les manches étaient longues et larges, boutonnées au poignet »39.

45C’est la fameuse « robe-mission », stupidement critiquée par des chroniqueurs mal informés des conditions climatiques locales, ou mise au pilori par des voyageurs pour lesquels les gravures du Magasin des Modes ou du Journal des demoiselles constituaient des modèles universels et insurpassables de bon goût !

Parfaitement adaptée au pays, la « robe-mission » a triomphé de ses détracteurs. Et 150 ans après son invention, de Honolulu à Sydney, en passant par Papeete, il n’est pas de soirée polynésienne qui n’en voit apparaître d’éblouissants spécimens. Elle demeurera, dans la vie sociale, le costume de la Tahitienne baptisée, c’est-à-dire de l’ensemble de la population.

46L’arrivée de spécimens, un peu voyants, mais fort épisodiques, de la mode européenne, ne peut manquer de produire quelques « mouvements divers ». Ellis l’a noté avec humour :

  • 40 Ibid., p. 456.

« Je ne suis pas prêt d’oublier la première fois que la Reine et une demi- douzaine des premières femmes de Huahine parurent en public ayant arboré les chapeaux envoyés d’Angleterre par quelques nobles dames... Les serviteurs, après être revenus de leur étonnement..., ne se gênèrent pas pour faire des remarques... Quelques-uns disaient qu’ils étaient peut-être destinés à tenir la tête au frais ; d’autres, à leur tenir chaud. D’autres encore supposaient que c’était pour les préserver des mouches et des moustiques. Tous furent d’accord pour trouver qu’ils étaient fort étranges. Mais on pensait que tel était l’usage parmi les dames d’Angleterre, et tout cédait devant la tyrannie de la mode »40.

47L’influence des modes occidentales sera réelle, mais les modes seront en quelque sorte filtrées par le goût local et adaptées avant d’être adoptées. La chose est claire si l’on observe la tenue des assistants aux divers services le dimanche au temple. Dès l’origine, le pasteur portera une redingote noire, agrémentée parfois d’un chapeau haut-de-forme. Pour les hommes, la chemise et le pantalon vont être de règle. La veste aura plus de difficulté à s’imposer. La chaussure est rare, le chapeau de paille, de fabrication locale, sur toutes les têtes. Du côté des femmes, une robe blanche, avec ou sans taille, deviendra une sorte d’uniforme. Il s’accompagne d’un grand chapeau de paille agrémenté d’un ruban très sobre. Les chaussures sont presque aussi souvent à la main qu’aux pieds...

  • 41 L.J. Bouge, Le Code Pomaré, JSO, t. 8, 1952.

48Le tatouage, de règle universelle pour les deux sexes avant l’arrivée des Européens, les hommes par prestige, les femmes par coquetterie, a été aboli en 1819 par le code Pomaré. « Celui qui utilise sur la peau le peigne à tatouer sera puni »41.

  • 42 W. Ellis, ibid., p. 579.

Quatre ans plus tard, le code de Huahine nous donne le châtiment encouru par ceux tentés de suivre « cette pratique qui appartient aux temps anciens et aux mauvaises habitudes »42. « Une femme coupable devra faire deux grands manteaux, l’un pour le roi, l’autre pour le chef du district, ou quatre petits... » Il semble qu’à l’époque de la reine Pomaré, cette coutume douloureuse et qui ne correspondait plus à rien dans la société nouvelle soit complètement tombée en désuétude.

Tâches viriles et ouvrages de dames

49La séparation du travail est de tradition. Et seules des raisons religieuses ou d’urgence peuvent faire exécuter par les hommes le travail des femmes, et réciproquement. Aux hommes, la chasse, certaines cultures vivrières et certaines pêches, la construction des cases ; aux femmes, la vannerie, la confection des tapas, la cuisine journalière.

50Insulaire par excellence, toute la vie du Tahitien est tournée vers la mer. C’est avant tout, et d’abord, un pêcheur. Comme tel, il va fabriquer et entretenir tous ses moyens de travail : de sa pirogue à ses filets, en passant par ses merveilleux et multiples hameçons, ses lignes, ses nasses, ses réservoirs à appâts et ses paniers viviers, ses harpons aussi. Tout cela représente bien des heures, des journées de travail : mais quel plaisir, dans la suite, en utilisant ces instruments.

51Presque chaque jour, il sort pour quelque coup de pêche, destiné à assurer la pitance familiale, variant ses buts et ses procédés, selon les saisons, les vents, le temps et les occasions. On pêche le thon toute l’année, en haute mer, après avoir repéré ses déplacements au nuage d’oiseaux de mer qui suit le banc. Les thazards se trouvent au large du récif barrière. C’est un des poissons les plus appréciés. Mulets et rougets se pêchent au filet à lancer, en marchant le long du rivage. Les carangues aiment les embouchures de rivière. Les bancs d’ature sont rares. On les guette ; mais en a-t-on signalé un, c’est une pêche collective qui va s’organiser. Certains poissons aiment les eaux bouillonnantes à la hauteur du récif qui forme la barrière du lagon.

  • 43 J.A. Moerenhout, ibid., t. 2, p. 106.

« L’Indien, debout sur le devant des rochers de corail, la lance à la main surveille le poisson que la lame apporte et que leur œil exercé aperçoit à l’instant quoique nageant au milieu d’une houle écumante. Ils le manquent rarement, et s’ils l’atteignent, la même houle leur apporte, et la lance, et le poisson »43.

52La pêche par excellence, c’est la pêche de nuit, au flambeau.

  • 44 Ibid., p. 107.

« Ils y vont dans de petites pirogues, ou sur les récifs, avec de grandes torches en feu, formées de bottes de roseaux secs bien amarrés... Chaque pêcheur nu se tient debout sur l’avant de sa chétive barque, la torche enflammée dans la main gauche, et dans la droite, la lance, prête à frapper, tandis qu’une autre figure, nue comme lui, assise dans le fond, pagaye de toute sa force »44.

53La fierté de l’homme de Tahiti est d’être considéré comme un pêcheur confirmé et son ambition d’exceller dans le maniement du harpon. Chacun possède ses armes parfaitement calibrées et équilibrées. Les pointes en os aiguisés ont disparu. Elles sont le plus souvent barbelées de pointes de métal : on est de son temps !

54Les cultures vivrières — il en est bien peu — sont des occupations individuelles ; mais la construction des cases familiales ou des édifices publics — maisons des chefs, temples, hangars à pirogues — travaux masculins par excellence, sont en général des tâches collectives. Le Tahitien aime les besognes exécutées en équipe, accompagnées de repas offerts par le bénéficiaire et qui s’achèvent toujours par une fête qui fera oublier les efforts. La quête de cochons sauvages lui fait parfois passer une journée dans les bois accompagné de ses chiens ; mais ce n’est pas réellement un chasseur.

  • 45 Rapport de la Commission d’Inspection des cultures, Papeete, 1866, pp. 43-44.

55Il y a aussi la saison des oranges, et l’Indien peut être tenté de descendre des hautes vallées des chargements de fruits qui lui apporteront de l’argent liquide. Pour en obtenir, d’autres s’engagent chez des colons comme journaliers pour défricher une terre, cultiver le coton ou la canne à sucre. Le colon Antony Cape, dans la vallée de la Reine, en 1865, donne de 40 à 60 francs par mois à ses journaliers, plus les vivres « mais on ne peut compter sur un travail régulier »45. Le Tahitien a horreur du travail de routine. Et c’est seulement lorsqu’on l’embauche comme matelot à bord d’une goélette qu’on est à peu près sûr de le voir achever un engagement !

  • 46 E. Perkins, Na Motu. Reef rovings in the South Seas, 1854, p. 268.

56« A Papeete, écrit un voyageur en 1835, tout est paix et harmonie. Je n’entends que des voix d’enfants qui jouent à l’ombre et le bruit constant d’une sorte de martèlement qui ressemble à ce qui se passe dans les manufactures de cuir..., c’est le battement des femmes fabriquant le tapa, l’étoffe indigène »46.

57Faute, sans doute, de plantes textiles, les Indiens ignorent le tissage. Ils s’en sont tirés en inventant le tapa, l’étoffe polynésienne fabriquée de manière originale avec l’écorce, le liber, de certains arbres. Le meilleur tapa, le plus fin, le plus blanc, provient du mûrier chinois (Bronssonetia papyrifera) ; mais on utilise également l’écorce de l’arbre à pain, et celui du figuier sauvage des Indes. Cette industrie est entre les mains des femmes.

58A la bonne époque, on détache des arbres des bandes de 2 ou 3 mètres qu’on va mettre à macérer une nuit à la rivière. C’est une sorte de rouissage.

  • 47 Journal de M. Le Jeune, dessinateur de l’expédition de Duperrey. Manuscrit conservé au Sevice Hydr (...)

59Le lendemain, les femmes vont au ruisseau, s’y déshabillent et travaillent dans l’eau, sur une planche, pour séparer l’écorce de la verdure de la surface extérieure, en frottant avec le dos d’une coquille la surface des bandes, « jusqu’à ce qu’il ne reste que les fibres les plus fines de l’écorce intérieure. L’écorce ayant reçu cette préparation dans l’après-midi, on l’étend, le soir, sur des feuilles de bananier »47, en plusieurs lits superposés, en veillant à bien obtenir partout la même épaisseur et en leur donnant la taille — longueur et largeur — du tissu désiré. On obtient ainsi une sorte de contreplaqué végétal qui va former une sorte de feuille pâte à papier.

  • 48 Nous utilisons, en les complétant, les descriptions de Moerenhout, t. 2, pp. 113-119 et d’Ellis, p (...)

60Une fois sèche, cette feuille va être « apportée dans les maisonnettes, sorte d’atelier où s’achève la fabrication. Là sont disposées sur le sol des pièces de bois carrées... ressemblant à des poutres longues de vingt ou trente pieds. L’écorce est mise dessus, et, un peu humectée, va être battue avec un solide maillet cannelé en bois de fer. Les cannelures, ou les stries des quatre faces du maillet, sont de dimensions inégales. Les ouvrières vont battre la pièce, en longueur et en largeur, en commençant par le côté du maillet pourvu des rainures les plus larges et les plus profondes, et continuant ainsi, successivement, jusqu’aux plus fines »48. « Les fibres de l’écorce sont complètement entremêlées par le battage, et lorsque la pièce est terminée, la texture du tissu est souvent souple et régulière. » Sitôt l’ouvrage achevé, les ouvrières l’étendent au soleil et le blanchissent selon l’usage auquel il est destiné.

  • 49 J. Morrison, ibid., p. 131.

61Le tapa peut se fabriquer en vraiment très « grande largeur ». On a signalé des pièces de 100 m de long sur 8 m de large49. Morrison a vu 200 femmes travaillant ensemble et faisant un bruit semblable à autant de tonneliers.

Moerenhout affirme la même chose : « Dans les moments de travail public, quand plusieurs centaines d’ouvrières devaient se réunir en un même atelier, les épouses des chefs étaient toujours présentes... travaillant en personne à la plus grande pièce. Lorsque tout était fini, toutes se mettaient à chanter, à danser, et un bon repas faisait oublier les fatigues de ces corvées, d’ailleurs si joyeuses. »

62Car les femmes montraient beaucoup d’émulation :

  • 50 J.A. Moerenhout, ibid., pp. 116 et 119.

« L’achèvement de chaque pièce devenait l’occasion d’une scène d’allégresse. Celles qui venaient de finir poussaient des cris de joie, et se mettaient à chanter et à danser autour de l’atelier de celles de leurs compagnes qui n’avaient pas encore rempli leur tâche »50.

  • 51 W. Ellis, ibid., p. 130.

63On passait, dans les jours suivants, au vernissage des tissus à imperméabiliser, à leur teinture et à leur décoration. Le jaune ocre, le brun, le noir étaient les couleurs les plus appréciées, les fins tissus blancs demeurant insurpassables. Tahiti aimait les motifs formant encadrement, et aussi des dessins sortis de la végétation ambiante. Les fines dentelures des fougères de montagnes étaient souvent utilisées. « Quel beau châle imprimé ! Ses motifs semblent être un travail de reine » a entendu dire Ellis51. Certains tapas étaient même parfumés !

64Le tapa ne va pas résister à l’introduction des produits des filatures de Mulhouse et de Manchester ; leur bon marché porta un coup rapide et mortel au tapa. Et hormis peut-être quelques costumes d’apparat portés par les chefs dans des cérémonies officielles, et des vêtements de danse, le tapa disparut de la vie quotidienne des Tahitiennes bien avant la mort de la reine Pomaré.

65Le tapa va être remplacé, d’une certaine manière, dans la vie et les occupations de la femme tahitienne, par les patchworks, les quilts apportés d’Angleterre ou des États-Unis par les femmes des pasteurs protestants ou mormons.

  • 52 P. O’Reilly, Notes sur les tifaifai, JSO, t. XV, 1959, pp. 176-177.

Sous l’aiguille des Indiennes, il est devenu le tifaifai, raboutage géométrique de bouts d’étoffes multicolores ou montage d’appliques découpées sur des draps. Acclimaté rapidement dans la vie tahitienne, le tifaifai va servir tant pour la décoration des salles lors des mariages, des kermesses ou des visites des gouverneurs que comme dessus de lit ou oreiller. Il sert également de cadeau : c’est le don classique que la grand-mère offre lorsqu’elle reçoit son petit-fils ; une offrande d’anniversaire ou de jubilé. La femme tahitienne a retrouvé dans le tifaifai, pour son confort, sa décoration ou ses cadeaux un succédané avantageux de ses tapas traditionnels52.

66La Tahitienne est aussi une virtuose de la vannerie. Assise par terre, les jambes allongées, ses rouleaux de matière première à côté d’elle, munie seulement d’une simple coquille de moule pour fendre les herbes, tout en devisant avec ses compagnes, elle fabrique les voiles des pirogues, des tapis rustiques ou les plus fines nattes, des imperméables, des chapeaux, des sacs de toutes contenances et de toutes formes. Les techniques les plus compliquées de la vannerie n’ont pas de secrets pour elle. Il lui faut moins d’une minute pour transformer un stipe de cocotier en un panier-marché qui ne servira qu’une fois. Les femmes blanches la font bien rire, qui traînent après elles, pour leurs courses, des cabas vétustes, malodorants.

Vade-mecum de l’amoureux tahitien

67Jouons la difficulté. On remplirait une encyclopédie (d’ailleurs, soyons honnêtes, assez terne) sur la Tahitienne et ses charmes, vue par les blancs qui fréquentaient Tahiti au temps de la reine Pomaré.

68Retournons le problème, quittons pour un instant nos lunettes d’Européens et regardons les Indiennes — on ne parle pas alors, de vahine, le mot ne semble pas encore en usage — avec le regard d’un de leurs compatriotes.

69Un chef de Bora Bora, vieillard plein d’expérience et de psychologie polynésienne, nous a laissé quelques aphorismes sur l’art de séduire les femmes : un mélange, à la tahitienne, de Stendhal et de Pierre Louys. On y devine un grand trousseur de femmes que l’âge a transformé en un moraliste à l’envers. L’homme est contemporain de la reine Pomaré. Voici quelques uns de ses propos ; ils nous ont été conservés, qui l’eut cru ? par un missionnaire d’une grande austérité puritaine, mais possédé par le démon de l’ethnographie.

70Mai, c’est le nom de notre homme, commence ses confessions par un conseil général ; « Savoir ce que l’on cherche, et le vouloir avec ténacité. »

  • 53 Moyens de séduction. Ainsi parla Mai, roi de Bora Bora. Paroles recueillies par J.M. Orsmond, miss (...)

« La femme est une chose de valeur avant qu’elle ne cède au désir de l’homme. Il ne faut pas se lasser de chercher les petits moyens par lesquels il peut arriver à faire sa conquête. » Ou encore : « L’homme dont toutes les pensées vont vers les femmes doit rechercher avec soin tous les moyens de gagner leurs bonnes grâces »53.

71Quels sont ces moyens ? Ceux de toujours, nous répond Mai :

« Voici les petites ruses par lesquelles une femme peut être facilement conquise : de légers propos et de petites plaisanteries ; l’éveiller et l’appeler dehors pendant la nuit ; se glisser près d’elle pendant qu’elle est profondément endormie ; un murmure, une petite pierre ou un fruit jetés quand elle passe ou qu’elle se baigne... Ce sont là les appâts pour prendre le poisson.
Il y en a encore d’autres : un paquet de poisson bien rôti dans des feuilles ; une feuille pleine de fleurs de tiare à demi-ouvertes ; un paquet de poe bien doux ; un morceau de thon cru ; de pepe ; un morceau de porc cuit dans des feuilles et un régime de cocos pour boire ; une coupe de coco pleine de popoi faite avec le fei des montagnes ; de l’huile parfumée ; du fruit de l’arbre à pain réchauffé longtemps dans le four ou un gâteau de mahi ; une gourde d’huile douce. »

72La politique des petits signes, et celle des petits cadeaux alimentaires, car elle est gourmande, notre Tahitienne, et il ne faut pas grand-chose pour la mettre en de bonnes dispositions :

« La femme est un bananier planté trop serré qui tombera si un petit lézard le pousse..., un poisson sans arrêtes... »

73Mai nous assure que les femmes de chez lui sont très sensibles aux appels qui leur viennent à travers les manifestations artistiques : musique, danse et chants.

« L’homme qui bat bien le tambour, aura la femme. Les femmes courront après lui. Elles recherchent beaucoup les tambourinaires.
« Celui qui joue bien de la flûte nasale, aura la femme ; elle le prendra de force.
« Celui qui conduit bien la danse, aura la femme.
« Celui qui entonne avec énergie la mélopée pour mettre la pirogue à la mer, ou la tirer sur la plage, aura la femme.
« Celui qui compose de jolies chansons d’amour et les dit d’une voix tendre comme la feuille du taro amollie par la brise du soir, celui-là aura la femme.
« Celui qui chante d’une voix harmonieuse, aura la femme : Aussi voyons-nous maintenant les chanteurs parcourir tout le pays.
« Les nouveaux chants attirent beaucoup de femmes. »

74Et puis, à Tahiti, comme ailleurs, le beau garçon, la vedette et l’homme riche font tourner les têtes :

« Celui dont les cheveux sont bien coupés, aura la femme.
« Celui qui est bien tatoué, qui est un Ariori aux jambes noires, aura la femme.
« L’Ariori de belle mine et qui se baigne de bon matin, aura la femme.
« Le lutteur renommé qui a mangé le porc qui le rendra toujours vainqueur, aura la femme.
« Le guerrier qui a combattu dans bien des batailles et dont la tête n’a jamais été atteinte par la massue de son adversaire, aura la femme.
« L’artisan qui taille une belle pirogue, aura la femme.
« L’homme qui excelle dans les joutes oratoires, aura la femme.
« Celui qui construit une jolie maison, aura la femme. »

75Enfin, comme s’il avait prévu cette Vie quotidienne, Mai ajoute à ces moyens typiquement tahitiens les procédés de 1830, ceux de son aujourd’hui, d’un aujourd’hui qui est celui des Européens.

« Celui qui donne une paire de ciseaux, un couteau, des boucles d’oreilles, une bague, une pièce d’étoffe étrangère, des pièces de monnaie brillantes, celui-là aura la femme.
« Celui qui lit agréablement, aura la femme.
« Celui qui fait courir rapidement sur le papier le stylet de cocotier, celui-là aura la femme. »

76Le bon missionnaire a dû être attristé en voyant la lecture et l’écriture érigées en moyens de séduction, Mai lui-même s’en afflige :

« Les femmes recherchent les hommes blancs, et les maisons des étrangers sont remplies de filles de Tahiti.
« La prostitution est partout : à table, au bain, dans les maisons de chant, les écoles. Elle est la fin et le couronnement de toutes choses. »

77Notre Stendhal a lu la Bible, et c’est Qôhéleth qui conclut ses aphorismes sur l’amour.

78Les femmes tahitiennes n’ont pas trouvé leur Mai. Et cependant, un marchand anglais nous découvre leurs mignardises et nous livre quelques « signes » de leur vocabulaire secret :

  • 54 [Ed. Lucett] Rovings in the Pacific... by a merchant long resident at Tahiti, London, 1851, p. 230

« Les jeunes filles ont l’habitude d’employer le langage des fleurs comme les Orientaux. Si une indifférence a surgi entre deux amants, la femme séparera une fleur en son centre. Une moitié de la fleur séparée représentera l’homme et l’autre moitié la femme, et cela signifie que bien que séparés de corps, ils sont unis par le cœur. Si l’amoureux met une fleur dans ses cheveux, c’est signe qu’il désire garder ses faveurs, mais s’il déchire en deux la fleur, c’est signe qu’il a perdu toute attirance vers elle et qu’il désire s’en séparer »54.

  • 55 Code tahitien de 1848, Papeete, 1848.
  • 56 Code tahitien de 1848, Papeete, 1848.

79Tout cela se termine d’ailleurs parfois la bague au doigt. Le code tahitien de 1842 possède un chapitre sur « le mariage entre Européens et Indigènes »55. Les Tahitiennes s’y trouvent couvertes sur leurs arrières : « Si un étranger marié à une femme tahitienne quitte le pays... il devra laisser à sa femme, pour sa subsistance, celle de ses enfants et leur éducation, une garantie... de la valeur de trois à cinq mille francs »56, somme énorme pour l’époque.

  • 57 E. Salmon, Alexandre Salmon, pp. 35-36.

80Dans l’autre sens, les « étrangères » se sentent moins attirés par le sexe fort tahitien. Alexandre Salmon déclarait « qu’il préférait ses filles mortes plutôt que mariées à des princes tahitiens tant il augurait mal de leurs instincts brutaux ainsi que de leur déplorable éducation »57. On ne nous l’envoie pas dire.

81Où le signaler mieux qu’en cette fin de chapitre ? L’Indien est circoncis

  • 58 J. Morrison, p. 183.

« à 13 ou 14 ans, non en raison d’une coutume religieuse, mais pour des raisons de propreté. Le prépuce est fendu sur la partie supérieure avec une dent de requin, et après une application de cendre pour arrêter le sang, on laisse la plaie se cicatriser sans autres soins... Ceci n’est pratiqué que s’ils le désirent, mais un [garçon] qui n’aurait pas subi cette opération risquerait de s’attirer des reproches et de se faire interpeller en public »58.

82Ajoutons enfin que le baiser est inconnu à Tahiti.

  • 59 Ibid., p. 156.

« Lorsqu’ils se retrouvent, même après une courte absence, ils s’étreignent comme nous, mais au lieu de s’embrasser, ils mettent leurs nez l’un contre l’autre et s’aspirent le souffle par les narines ; parfois, en signe de grand amour, ils s’étouffent presque par la durée de cette étreinte »59.

Notes

1 Toutes les citations de ce paragraphe sont tirées du : Bulletin officiel des Etablissements français de l’Océanie, 1847-1852, Papeete, 1864.

2 W. Ellis, A la recherche de la Polynésie d’autrefois, Paris, 1972, p. 100.

3 J.A. Moerenhout, Voyage aux îles du Grand Océan, Paris, 1835, t. 2, p. 75.

4 W. Ellis, ibid., p. 100.

5 J.A. Moerenhout, ibid., t. 2, p. 76.

6 W. Ellis, ibid., p. 102.

7 Tous ces détails sur la coiffure, d’après W. Ellis, pp. 101-103.

8 Ibid., p. 100.

9 Ibid., p. 101.

10 J.A. Moerenhout, t. 1, p. 219.

11 J. Morrison, Journal, Paris, 1966, p. 196.

12 Ibid., p. 164.

13 J.A. Moerenhout, t. 2, p. 92.

14 Ibid., t. 2, p. 93.

15 W. Ellis, ibid., p. 100.

16 J.A. Moerenhout, ibid., p. 94.

17 W. Ellis, ibid., p. 362.

18 J. Morrison, ibid., p. 174.

19 J.A. Moerenhout, ibid., t. 2, p. 78.

20 W. Ellis, ibid., p. 429.

21 J.A. Moerenhout, ibid., t. 2, p. 78.

22 W. Ellis, ibid., p. 428.

23 Ibid., p. 428.

24 J.A. Moerenhout, ibid., p. 80.

25 W. Ellis, ibid., p. 428.

26 W. Ellis, ibid., p. 142.

27 Teuira Henry, la fille d’un pasteur missionnaire à Tahiti, a recueilli bon nombre de ces légendes en un ouvrage devenu classique : Tahiti aux temps anciens. Paris, 1968.

28 J. Morrison, ibid., p. 164.

29 J.A. Moerenhout, ibid., t. 2, p. 87.

30 J. Morrison, ibid., p. 164.

31 Ibid., p. 164.

32 J.A. Moerenhout, ibid., t. 2, pp. 91-92.

33 W. Ellis, ibid., p. 135.

34 J.A. Moerenhout, ibid., t. 2, p. 89.

35 Moniteur de la Flotte, n° 68, 26 août 1858, p. 3.

36 Messager de Tahiti, 28 novembre 1863.

37 W. Ellis, ibid., p. 59.

38 Ibid., p. 457.

39 Ibid., pp. 455-456.

40 Ibid., p. 456.

41 L.J. Bouge, Le Code Pomaré, JSO, t. 8, 1952.

42 W. Ellis, ibid., p. 579.

43 J.A. Moerenhout, ibid., t. 2, p. 106.

44 Ibid., p. 107.

45 Rapport de la Commission d’Inspection des cultures, Papeete, 1866, pp. 43-44.

46 E. Perkins, Na Motu. Reef rovings in the South Seas, 1854, p. 268.

47 Journal de M. Le Jeune, dessinateur de l’expédition de Duperrey. Manuscrit conservé au Sevice Hydrographique de la Marine, p. 21.

48 Nous utilisons, en les complétant, les descriptions de Moerenhout, t. 2, pp. 113-119 et d’Ellis, pp. 127-128. Ellis donne l’image d’un battoir à tapa.

49 J. Morrison, ibid., p. 131.

50 J.A. Moerenhout, ibid., pp. 116 et 119.

51 W. Ellis, ibid., p. 130.

52 P. O’Reilly, Notes sur les tifaifai, JSO, t. XV, 1959, pp. 176-177.

53 Moyens de séduction. Ainsi parla Mai, roi de Bora Bora. Paroles recueillies par J.M. Orsmond, missionnaire en 1824. Traduction du tahitien et de l’anglais. BSEO, t. 4, 1930, pp. 70-72. Toutes les citations de ce paragraphe proviennent de ces pages.

54 [Ed. Lucett] Rovings in the Pacific... by a merchant long resident at Tahiti, London, 1851, p. 230.

55 Code tahitien de 1848, Papeete, 1848.

56 Code tahitien de 1848, Papeete, 1848.

57 E. Salmon, Alexandre Salmon, pp. 35-36.

58 J. Morrison, p. 183.

59 Ibid., p. 156.

© Société des Océanistes, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr