Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie à Tahiti au temps de la reine Pomaré

 | 
Patrick O’Reilly

I. La reine Pomaré

Texte intégral

1La reine Pomaré : de son vrai nom Aïmata. Elle est la fille adultérine de Pomaré II, la fille d’une concubine que les missionnaires désignent pudiquement comme une « épouse surnuméraire » du roi.

2Son père, Pomaré II, est un chef païen, autoritaire et despotique. Mais comme il est également intelligent et ouvert, il voit l’intérêt que présente politiquement pour lui, le commerce anglais et la puissance missionnaire. En bon diplomate, il joue cette carte. Abandonnant ses dieux traditionnels, dès 1812 il demande le baptême. Il le recevra sept ans plus tard, en grande pompe, l’année même, 1819, où les missionnaires lui faisaient publier un « Code », qui plaçait Tahiti au rang des nations civilisées.

3La naissance d’Aïmata sera marquée par les nouvelles conceptions religieuses de son père. On ne respecte pas les règles traditionnelles : plus de présentation au Marae ; plus de tabous. A deux ans, comme Aïmata part avec sa nourrice à Tahiti, son père lui fait parvenir un abécédaire. C’est une indication de son désir de la voir élevée à l’anglaise, dans la religion nouvelle. Son éducation n’intéresse pas du tout les missionnaires. Tous leurs soins se portent sur son frère cadet, le prince Pomaré III qui a vu mourir son père, à 18 mois, mais qui doit lui succéder. Pour mieux s’assurer de lui, les missionnaires l’ont même fait sacrer et couronner à trois ans, dès qu’il a su se tenir tout seul. Ils veulent affermir leur pouvoir.

Une jeune reine

4Hélas ! rien ne se passa comme prévu. Le jeune roi meurt à 6 ans. La branche mâle de la dynastie royale s’éteint avec lui. Aïmata, sa sœur, lui succédera. C’est bien à contrecœur que les missionnaires se résolurent à ce choix. En 1827 : Aïmata a 14 ans, et la plus mauvaise réputation parmi eux. On l’a fiancée en 1821, à 9 ans, à Tapoa, un chef de Taha’a. Dès 1822 on les marie. Mais le mariage ne lui a pas donné beaucoup de sérieux. Elle est de mœurs fort légères et ne songe qu’à s’amuser. Craignant le pire, les missionnaires se gardent bien de recommencer à son sujet les grandes manifestations et les rites solennels du sacre de Pomaré III. On escamote presque une cérémonie, bâclée à la sauvette, en janvier 1827. Ainsi, par un amusant paradoxe, celle qui va devenir la plus illustre souveraine de Tahiti, la reine Pomaré IV, accède au pouvoir sans aucune pompe et son « couronnement » passe presque inaperçu.

  • 1 J.A. Moerenhout, Voyage aux îles du grand Océan, Paris, 1837, t. 1, pp. 223, 233.

5La voilà maintenant reine, que cela plaise ou non. La couronne ne l’empêche pas de mener la bonne vie. Entourée de ses faarearea, la troupe joyeuse de ses chanteuses et danseuses, elle continue de plus belle de s’amuser sans la moindre retenue. Les missionnaires depuis « longtemps, avaient empêché les femmes d’aller à bord des navires, surtout pendant la nuit... Elles y allaient maintenant par troupes, accompagnant la jeune reine dans ses visites »1. Et Moerenhout, que nous citons, juge qu’il faut tirer un voile sur des faits « dont les détails scandaliseraient les lecteurs ». Le désordre est public, il s’accompagne de scandale. Chose plus grave, les « Mamaia » prêchent une nouvelle religion. Et la Reine les supporte, désireuse de remettre en vigueur les coutumes de toujours.

6En 1831, par exemple, la Reine tint à être reçue à Moorea avec l’ancien cérémonial qui s’accompagnait de danses et de représentations indécentes. La plus spectaculaire était l’offrande rituelle des étoffes indigènes, des tapa, qu’on embobinait autour des jeunes filles. Après la présentation à la Reine et quelques musiques, des hommes saisissaient le bout de l’étoffe qui enveloppait chacune des femmes en les faisant tourner comme des toupies jusqu’à ce qu’elles restassent entièrement nues. Et dans cet état, elles continuaient la représentation. Pomaré, s’appuyant sur les mamaia prétendait être reçue dans ce style à Tahiti. Les missionnaires comprirent que si la Reine favorisait officiellement des rites obscènes, c’en était fait de la religion. Certains chefs, pour d’autres raisons, n’étaient du reste pas d’accord. Les troupes se préparent donc au combat. On réunit une assemblée. Le grand chef Tati parle. La Reine finit par assurer qu’elle ne voulait pas la guerre. Elle pleure. Et, assez humiliée, elle réembarque pour sa résidence, à Moorea.

7La jeunesse, même à Tahiti, surtout à Tahiti, passe vite. Peu à peu le côté léger de son caractère laisse la place au fond solide de son tempérament. Aïmata entre dans la peau de la reine Pomaré et les missionnaires, Pritchard en tête, reprennent peu à peu la barre sur elle. En 1833, ils la font inscrire dans une société de tempérance. En 1834, après avoir reconnu (avec peine) son divorce, ils autorisent qu’elle épouse Ariifaaite, qui va devenir un prince consort sortable, sinon un époux bien fidèle.

8En 1835, elle demande, avec son second mari, d’entrer dans l’Église comme une « communiante ». Elle « manque rarement aux services et aux prédications et aime chanter ». On la voit au temple où elle a une place spéciale ; elle y apparaît avec de forts jolis chapeaux et habillée à l’européenne. Elle y entonne les psaumes de sa belle voix, les jours de fête, et refuse de commencer ses repas sans avoir récité une prière... Voilà à nouveau tout rentré dans l’ordre. Après des années d’inquiétudes et de larmes, la mission a repris la situation en main.

Quinze années difficiles

9C’est alors que s’ouvre, dans le règne de Pomaré, une longue période de difficultés, tour à tour sourdes ou violentes, larvées ou aiguës.

10Il s’agit d’un conflit religieux à colorations, à implications politiques. Nous sommes très loin de l’Œcuménisme actuel. Les protestants de Tahiti ne tiennent pas à voir des catholiques s’installer sur des terres qui leur semblent réservées. Nous sommes encore plus loin de « l’Entente cordiale » et les amis de la Grande-Bretagne désirent que la France ne se mêle pas de leurs affaires. Pomaré va se trouver, bien malgré elle, la vedette du conflit dont les antagonistes sont, à l’origine, les deux consuls rivaux de l’Angleterre et des États-Unis.

11Présentons-les. L’Anglais, Georges Pritchard, 1796-1883, arrive dans l’île comme missionnaire en 1824. C’est un homme intelligent. Il a vite fait d’apprendre la langue. Actif, ambitieux, autoritaire, rapidement il prendra de l’ascendant sur la jeune reine dont il devient le confident et le guide. Dès 1832, Pomaré, subjuguée, demande sa nomination comme consul d’Angleterre, demande qui ne sera d’ailleurs agréée qu’en 1836, quatre années plus tard. Et Londres exige que le consul cède totalement la place au pasteur. Officiellement, Pritchard accepte, ce qui ne l’empêchera pas en fait, et dans les coulisses, de mener de front les affaires de son Église et celles de son mandat, y joignant même de fructueuses opérations commerciales.

12De l’autre côté, un homme de la même génération, mais catholique — il a même épousé une chrétienne fort pieuse — Jacques-Antoine Moerenhout, 1796-1879. Un Belge, qui commerce épisodiquement depuis 1828, à Tahiti et dans les îles, intéressé par la nacre. Un homme cultivé, lui aussi, qui a écrit Voyages aux Iles du Grand Océan, ouvrage qui fait encore autorité aujourd’hui. Moerenhout revient en 1835 à Tahiti, d’un séjour à Washington, nanti d’un brevet de consul des États-Unis à Tahiti. Cette nomination porte gravement ombrage à Pritchard qui voit certainement sans plaisir un papiste de la plus belle eau s’établir en face de lui, rival devenu diplomatiquement son égal. Moerenhout, en septembre 1838, deviendra consul de France.

13Tout va se jouer sur le refus de l’entrée de missionnaires catholiques dans l’île. La position de Pomaré-Pritchard est claire :

« La Société Missionnaire de Londres, écrit notre consul au Foreign Office, le 18 juin 1835, a dépensé des milliers de livres sterling pour introduire le christianisme chez ce peuple dégradé et les missionnaires ont travaillé pendant près de 40 ans dans ces îles pour améliorer les intérêts temporels et spirituels des indigènes... Chaque missionnaire s’occupe continuellement à instruire à la fois les enfants et les adultes... »

« Il nous semble contraire à la raison, peu courtois et anti-chrétien pour une congrégation de catholiques romains de venir sur ces rivages et de traverser les efforts d’autres hommes. Si ces messieurs désirent faire du bien parmi les païens... il existe beaucoup d’îles dans ces mers où ils pourraient donner libre cours à leurs efforts sans gêner les travaux des autres... Le gouvernement tahitien... ne cesse de penser qu’il a le droit de n’accueillir comme instructeurs dans les îles qui lui appartiennent, que ceux qu’il désire voir s’y établir. »

14Le lieu n’est pas ici de retracer par le détail les péripéties d’un conflit de style colonial qui plusieurs années durant va opposer Pomaré et la France. A l’instigation de Pritchard, la Reine refuse de recevoir dans ses États deux missionnaires français (affaire Caret et Laval), refus qui amènera dans les eaux de Tahiti des frégates de l’amiral Dupetit-Thouars. La France s’installe à Papeete. Sur la mauvaise volonté de la Reine (affaire du Pavillon), un Protectorat français est établi dans l’île. Pomaré, toujours sous l’influence des missionnaires de Londres qui lui assurent la protection et l’assistance de l’Angleterre, mène une politique de résistance et d’attente. Finalement, en mars 1844, elle se réfugie sur un navire anglais et s’exile à Raiatea.

15Excités par leur reine, une partie des Tahitiens se révoltent. Et il faudra deux ans à l’amiral Bruat pour venir à bout des insurgés et instaurer la paix en décembre 1846. Un régent est nommé. En janvier, des fêtes célèbrent la réconciliation et le Protectorat.

La Reine rétablie dans ses droits

16Tout cela s’accomplissait sans que le nom de la reine Pomaré ait été prononcé. Elle comprit qu’on allait se passer d’elle et que son opposition au régime français, désormais inefficace, allait se tourner contre elle. Elle demanda à voir Bruat, « si celui-ci consentait à la recevoir comme une reine ». L’entrevue eut lieu le 6 février 1847 à Mooréa, dans le temple de Papetoai. Elle fut plutôt cordiale. Dès qu’il vit la Reine, Bruat mit trois fois le genou à terre pour lui rendre hommage. Après quoi, elle consentit à homologuer l’ensemble de la législation, mise en vigueur pendant son absence.

17En sortant de l’enceinte sacrée, après la cérémonie officielle de réconciliation, Bruat déclara publiquement à la foule « qu’au nom du roi Louis- Philippe, il rétablissait Pomaré dans ses droits et dans son autorité et qu’elle l’exercerait dorénavant sur toutes les terres du royaume comme reine reconnue dans le Gouvernement du Protectorat ».

18Le 9 février, la reine Pomaré qui avait pris passage sur le Phaéton, avec Bruat, débarquait à Papeete.

  • 2 Sur les relations de Pomaré et de Bruat, voir : Benoit Guyod, Bruat, Paris, 1960, passim.
  • 3 Archives de la Marine. Rapport du C. de Cor. Le Colloch, à bord de la Danae, 3 septembre 1847.

« L’ancre ne fut pas jetée tout de suite. Dans sa joie, écrit Ariitaimai, qui était du voyage, Bruat fit faire le tour de la rade afin que tout le monde voit bien que la Reine était à bord. Les matelots des navires de guerre montèrent sur les vergues pour rendre les honneurs à Pomaré et lorsqu’elle descendit à terre, tous les navires la saluèrent à coups de canon. Il y avait une haie de soldats jusqu’à la maison du gouverneur... La Reine était toute troublée... » Elle reçut l’hospitalité du Gouverneur et de sa femme, et put apprécier combien ce gouverneur, de belle prestance et de joyeuse humeur, était différent des portraits malveillants qui lui en avaient été brossés. Et, par un de ces curieux renversements de sympathie, le seul gouverneur qui deviendra pour Pomaré un ami véritable aura été celui qui l’avait persécutée2 ! Pomaré vivra quelque temps « à la table du gouverneur, avec son mari et ses cinq enfants. Elle vient prendre le thé en voisine, tout à fait bourgeoisement »3.

19Bruat, rappelé en France, embarque sur l’Uranie, en mai 1847. L’euphorie règne. La Reine est rentrée, la situation est redevenue paisible.

20L’administration commune du gouverneur français en poste et de la Reine va se dérouler sans heurts notables. Cependant les relations ne sont plus ce qu’elles avaient été avec Bruat — 4 mois d’une lune de miel ! Pomaré s’en ouvre dans une lettre à son « cher Bruat ».

  • 4 Lettre de Pomaré à Bruat, 1944, t. 6, p. 424.

« Je n’ai pu m’accorder avec le nouveau gouverneur. Il ne prête point d’attention à mes paroles. Un jour, il m’écoute et le jour suivant, il ne tient aucun compte de ce que je lui dis. L’interprète que vous avez nommé, Darling, n’écoute point non plus, ou ne rend point mes paroles lorsque je lui transmets. » Mais Pomaré ne veut plus de difficultés diplomatiques. Ceci doit rester entre Bruat et elle : « Voici ce que j’ai à vous dire maintenant : cette lettre est pour vous seul. Ne la faites point connaître au gouvernement qui serait fâché contre moi »4.

21Un petit fait, mais il possède sa valeur d’exemple, nous montre comment il était difficile à un marin français, aussi sage administrateur soit-il, d’entrer dans les intentions de la Reine. En 1848, Pomaré accouche d’un fils. Elle annonce la nouvelle à Bruat rentré en France :

  • 5 Ibid., pp. 423-424.

« Salut à vous par le vrai Dieu et par Jésus Messie ! Je vous écrit cette lettre aujourd’hui avec un vif sentiment pour vous, pour votre femme et pour vos deux filles. Je vous fais savoir que mon fils nouveau-né a reçu le nom du fils du Roi, qui, en Tahitien se rend ainsi : Tuavira (Joinville) »5.

22Avant la naissance de l’enfant, Pomaré avait demandé au gouverneur Lavaud un nom pour son fils.

  • 6 Archives de France. Section d’Outre-Mer, Océanie. Lavaud au ministre, 13 février 1848.

« Elle ne me cacha pas, écrit celui- ci au Ministre, le désir qu’elle avait qu’il prit le nom d’un des fils du roi des Français qui aurait eu alors sur cet enfant les mêmes droits que son père... J’ai répondu immédiatement par le nom de « Joinville » qui lui a été donné ce matin. Ces détails tout puérils qu’ils puissent paraître ont une haute portée politique6 ! »

23Du haut de ses bottes Lavaud ironise, bien incapable d’entrer dans la mentalité polynésienne. Il ne comprend pas grand-chose à la situation. La proposition de la Reine n’a pour elle rien de puéril. Elle désirait tout simplement, par un échange de noms à la manière indigène, créer entre sa famille et celle du roi des Français des liens d’amitié, une sorte de consanguinité par le nom et instaurer ainsi une véritable alliance, le meilleur et le plus puissant des traités. Mais qui alors pouvait comprendre ?...

Statut. Ressources et train de vie

  • 7 Article 39 de la Convention d’août 1847.

24Les actes constitutifs du Protectorat reconnaissent à la Reine un statut bien défini. Comme signe de son autorité personnelle, la Reine recevait du gouverneur le pavillon du Protectorat et l’arborait avec l’emblème de la royauté, une couronne7.

  • 8 Messager de Tahiti, 3 mars 1866.

25En matière d’état civil, la famille royale jouissait d’un privilège : les actes la concernant étaient inscrits, non pas sur l’état civil français, mais sur des registres spéciaux tenus par l’officier d’état civil de Papeete. Nous sommes en effet dans une famille prolifique où la légitimité des descendances ne semble pas toujours établie au nom de critères ayant pour nous valeur probatoire. Le registre existe encore au Palais de Justice de Papeete. La première inscription effectuée sur le registre concerne le mariage, célébré en 1866, de l’unique fille de Pomaré, avec le fils du pasteur Maneanuu, récemment rentré de France8.

  • 9 Voir, sur le statut de la Reine : G. Guesdon, Royaume protégé, Caen, 1960, pp. 166-171.

26Jusqu’à la fin de son règne, Pomaré fut toujours traitée en chef d’État. C’est de vingt-et-un coups de canon qu’elle était saluée dans les solennelles : lorsqu’elle ouvrait, par exemple, les sessions de l’Assemblée9.

27L’aspirant Antoine fut le spectateur d’une arrivée de la Reine, lors de son retour d’une tournée en 1864. Il en a envoyé sur le champ à sa famille un récit qui a la précision d’un rapport :

  • 10 Ch. Antoine, BSEO, t. 7, p. 481.

« On lui a rendu les honneurs dus à son rang. Les navires sur rade ont fait un feu de file, de toute leur artillerie. Les matelots étaient rangés sur les bastingages, ils ont crié cinq fois « Vive l’Empereur ». Tout cela s’est fait au moment où la Reine, escortée par le Commissaire Impérial délégué par la France, quittait le Latouche-Tréville. A terre, on l’a saluée de 21 coups de canon. La troupe en grande tenue, formait la haie jusqu’à son palais, ses lanciers en tête. Habituée déjà à ces salamalecs, Pomaré reçoit ces honneurs avec une dignité qu’on trouverait peu souvent chez les canaques. Vêtue d’une robe indienne, couverte d’un chapeau de paille à plumes, pieds nus, elle marchait à la tête du brillant état-major de la colonie, ayant à sa droite Monsieur de La Richerie »10.

28Au début de son règne, la monnaie ne circule pas encore de façon habituelle parmi les « sujets » de la Reine. Pomaré possède, bien sûr, en principe, le droit à des tributs manuels ou à des prestations alimentaires, mais tout cela a un caractère épisodique et aléatoire.

  • 11 G. Taboulet, Gustave Viaud, Paris, 1961, p. 80.

29On verra alors la Reine faire feu de tous bois pour se procurer quelques revenus sonnants et trébuchants. On l’a vu tirer quelques profits comme entremetteuse11.

  • 12 J.A. Moerenhout, Voyage aux îles du grand Océan, t. 1, p. 285.

30Dans les années trente du siècle, elle eut l’intention de monopoliser la vente du rhum12. Ses exigences n’étaient pas moins vives quand aux royalties qu’elle prétendait obtenir des étrangers qui s’en allaient chercher de la nacre dans les lagons des Tuamotu, supposés de la mouvance des Pomaré. Moerenhout qui arriva à Tahiti pour y chercher des huîtres et des perles apprend qu’il ne peut le faire sans sa permission. L’ayant sollicitée il a la surprise de recevoir une lettre dont il établit la traduction suivante :

« Salut à vous, de par Dieu, par Notre Seigneur Jésus-Christ ! Ceci est ma parole à vous. J’ai consenti à votre demande que vous m’avez adressée. Votre désir est accompli. Que le bâtiment fasse voile pour les perles. Ce sont là mes paroles à vous. Donnez-moi de l’argent pour les premiers plongeurs (pour les perles pour lesquelles on a plongé, — celles que j’avais déjà envoyées, précise Moerenhout). Donnez-moi aussi de l’argent pour celles pour lesquelles vous allez faire plonger. Le désir de Ouata est que vous donniez de l’argent pour moi. Mille piastres (5 000 francs) pour cette fois ; également mille piastres pour la précédente. Ce sont là mes paroles à vous. Salut à vous de Jésus Messie — signé « Pomaré ».

  • 13 Ibid., p. 309.

31Moerenhout ne se démonte pas et les prétentions de Pomaré se dégonfleront avec le temps13.

32L’arrivée des Français aura au moins l’avantage de procurer à Pomaré des ressources plus sûres.

  • 14 Voir le Code ; et Guesdon, loc. cit., pp. 168-69.
  • 15 Messager de Tahiti, 30 octobre 1863.
  • 16 G. Taboulet, Gustave Viaud, p. 79.

33La nouvelle loi XXI de 1848 a fixé une liste civile pour la Reine. Chaque année ses sujets étaient imposés selon les termes suivants : un franc pour l’homme marié et autant pour sa femme, un franc pour l’homme veuf avec enfants, deux francs pour l’homme veuf sans enfants, deux francs pour le garçon « en âge d’être marié », et « un franc pour la fille dans la même situation », exonération des garçons au-dessous de seize ans, des filles au-dessous de quatorze ans, des hommes infirmes et hors d’état de travailler. L’impôt était perçu par des « personnes dignes de confiance désignées par les hui-raatira et agréés par la Reine. Nulle autre imposition ne pouvait être exigée14. « Que la Reine, les chefs et les hommes puissants ne s’en trouvent pas offensés, précise la loi à l’article 5. Ils sont sous la protection du gouvernement de la France ; ils sont payés par lui, et ce gouvernement a pensé qu’il était juste, en ce cas, que le peuple gardât pour lui le fruit de son travail, son temps et ses vivres, après que l’impôt a été payé ». Une décision de 1859 créa la « Caisse de la Reine » où était centralisé l’impôt de la liste civile. Son gérant était un employé des bureaux du Commissaire du Gouvernement. Celui-ci gérait non seulement les recettes mais aussi les dépenses de Pomaré ; celles-ci devaient être enregistrées et vérifiées par ses soins. « Afin d’éviter tout malentendu, pouvait-on lire, ne seront pas reconnues les factures des fournisseurs effectuées postérieurement au présent mois de septembre 1863 et non visées et enregistrées par le gérant15. » Outre cette liste civile, la Reine recevait dès l’origine une pension annuelle de 18 684 F, doublée d’une somme à peu près égale, 18 556 F, comme « frais de cadeaux et de représentation ». C’était l’équivalent exact du traitement du gouverneur, ce qui explique la bizarrerie des chiffres. En 1856, il est d’ailleurs question, à Paris, de ramener l’indemnité pour cadeaux à 10 000 F, « car si la Reine reçoit beaucoup de présents, elle n’en fait jamais aucun »16. Mais cette restriction ne semble pas avoir été appliquée. Et Pomaré continuera à émarger au budget pour la même somme que le gouverneur.

  • 17 BSEO, t. 6, p. 488.

34Joignons à cela, qu’en dépit des stipulations de la loi XXI, elle ne traversait pas un district, elle n’abordait pas une île, sans être couverte de cadeaux. On ne saurait lui rendre visite sans apporter quelque tribut alimentaire, des nattes, des étoffes ou des objets usuels. Enfin elle disposait des revenus de ses terres. « Elle possède, de ce côté, 40 ou 50 000 F de rente : elle a des terres dans tous ses États »17.

35Ces rentrées régulières n’empêchaient pas Pomaré de faire des dettes et de se plaindre de sa situation financière. Tout en menant une vie assez simple, la générosité tahitienne l’emportant, la Reine n’avait jamais le sou. Elle en mourra, nous le verrons... Et nous possédons d’elle un billet à un gendarme de Papeete, son voisin, lui demandant « de lui faire tenir d’urgence un poulet, car elle n’a rien pour son déjeuner ». En 1844, une lettre à l’amiral Bruat, son ami et son éternel confident, au sujet de son fils, bien que sur un mode moins impératif, donne le même son de cloche.

  • 18 BSEO, t. 6, p. 424.

« Voici une autre parole. Comment faut-il que fasse Arii Aue ? Le Gouvernement ne donne point des appointements pour le titre de chef que vous lui avez confié sur la terre de Afaahiti. Il ne reçoit aucun traitement. Voici ce que le Gouverneur m’a dit à cet égard : « Donnez à votre fils une partie du traitement que vous recevez pour votre titre de Reine ! » Je lui ai dit que vous ne m’aviez pas dit que les choses dussent se passer ainsi. J’ai pitié de mon fils qui n’a point de traitement du tout. Vous chercherez votre pensée, vous en parlerez au Roi, et vous nous donnerez tous les deux les émoluments de ce grade »18.

La « Maison » de la Reine

36Le Tahitien possède au plus haut point le sens de la vie en société et les gens ont quasiment tous les droits dans une maison de leur parenté : l’hospitalité est la vertu de la race. La Reine a toujours été très entourée. Moerenhout, en 1830, a bien rendu l’atmosphère de sa « cour ».

  • 19 J.A. Moerenhout, loc. cit., t. 1, p. 233.

« La visite de sa Majesté ne m’était pas toujours des plus agréables, à cause du grand nombre de misérables des deux sexes qui l’entouraient sans cesse et pour lesquels elle ne cessait de demander différentes choses, mais surtout de l’eau-de-vie. Il n’y avait pourtant que les farèarèa (dames pour accompagner) ou les femmes chargées de la distraire et de l’amuser qui entrassent avec elle. Il arrivait souvent qu’elle les faisait chanter et même danser en ma présence.
« L’inconvénient de ces visites était la présence d’un amas de parasites de sa cour qui, s’attachant à ses pas, assiégeaient la maison où elle était. Pour se soustraire elle-même à leur importunité, elle se cachait d’eux et faisait souvent fermer portes et fenêtres ; mais il n’était pas rare qu’ils ouvrissent par force les jalousies, regardant, tout au moins, par toutes les ouvertures, ce qui se passait dans l’intérieur ; et le plus singulier, c’est qu’elle se formalisait et se plaignait rarement de leur manque d’égards. Le cri sans cesse répété de ces courtisans d’un nouveau genre était du rhum ! du rhum ! toujours du rhum ! et plus on leur en donnait, plus ils en voulaient avoir19 ! »

37Là encore, l’administration française va venir mettre un peu d’ordre et de prestige en structurant les choses.

  • 20 Guesdon, Royaume protégé, p. 170.
  • 21 Ordre du 30 novembre 1853.
  • 22 Ordre du 25 mars 1867.

38La « Maison de la Reine » sera réorganisée en 1864. Elle comprend alors un « majordome », un « concierge » et 18 teuteuarii, ou gens de suite. Ce personnel est engagé par le gérant de la Caisse de la Reine, sur ses instructions. Il est rétribué sur les recettes de la liste civile : 30 francs par mois pour le majordome, 25 francs pour le concierge, une somme variable, déterminée par Pomaré, pour les teuteuarii. Ces derniers étaient élus parmi des volontaires, représentant chacun des districts. Ils étaient changés chaque année, au mois de janvier20. La Reine avait à son service « un précepteur des enfants de la Reine »21, souvent un simple écrivain de marine, et un « médecin de la Reine »22 — les annuaires locaux indiquent que le titulaire de ce poste en 1864 était Maximilien Bonnet, chirurgien auxiliaire de 3e classe, et les archives nous apprennent que le gouverneur espère que cette nomination « aura une bonne influence dans nos relations toujours délicates avec Pomaré ».

  • 23 Messager de Tahiti, 24 janvier 1868.

39L’interprète fut longtemps Adam John Darling, interprète de 1re classe, qui avait aussi les fonctions de caissier. La Maison royale comprenait également un corps de messagers, les vea, chargés de porter dans les districts les instructions de la souveraine. Enfin un corps de « lanciers tahitiens », des cavaliers d’escorte, au nombre de douze, formaient une milice d’honneur. Ceux qui s’y engagent doivent être « propriétaires d’un cheval en bon état »23. Dès 1848, la loi prévoyait « pour lui servir de garde et donner de l’éclat à son palais royal » un corps de soldats qui devait « former une garde d’honneur, et non une armée susceptible de soutenir ses volontés ».

  • 24 E. Salmon, Alexandre Salmon et sa femme Ariitaimai, Paris, 1964, p. 33.
  • 25 P. O’Reilly, La « cour » de la Reine Moe..., JSO, 1971, p. 398.

40Voilà pour l’aspect officiel des choses. Mais la « Maison de la Reine » représente de fait une population beaucoup plus nombreuse. Nous avons vu que Pomaré aimait à s’entourer de jeunes suivantes, les faarearea, des amuseuses, qui chantaient et dansaient pour elle, compagnes de plaisir avec lesquelles on prenait « certaines libertés que les missionnaires ne parvinrent jamais à faire considérer autrement que comme toutes naturelles »24 Des dames de compagnie plus mûres vivent également dans l’entourage de la Reine encore jeune ; elles ont le privilège de porter une robe de même étoffe que Pomaré25.

  • 26 Nous devons tous ces détails, et ceux qui suivent, à l’obligeance de la Princesse Takau Pomaré. El (...)

41Par ailleurs, toute une catégorie de personnes, mi-servantes, mi-parasites, gravitent épisodiquement autour de la Reine, dormant au Palais et y prenant leurs repas. Elles y jouent le rôle de familières, de dames d’honneur ou de service. Il s’agit presque toujours de parentes que l’on convoque ou qui s’invitent pour la préparation d’une fête ou d’un repas, une maternité, une maladie ou un deuil. On rencontre également là, les nourrices-gouvernantes chargées du soin des jeunes enfants et de leur première éducation. Enfin on trouvait au palais des tahua, femmes possédant des pouvoirs particuliers, à la limite entre le sacré et le magique, moitié prêtresses, moitié guérisseuses et qui, on s’en doute, était fort mal vues des missionnaires26.

42Un peu à l’écart, une cour où l’on prépare le four à la tahitienne est le domaine des cuisiniers. Tout autour, des constructions légères, abris aux toits desquels pendent des régimes de fei, bananes sauvages qu’on fera cuire, réserves ou s’entassent, les jours d’abondance, taros et ignames, légumes et fruits de l’arbre à pain, paniers d’oranges, dons des gens des districts de passage à Papeete, venus saluer leur souveraine. Parfois, le soir, des pêcheurs au retour de leur sortie quotidienne viennent déposer dorades ou thons, quelques filoches de poissons de lagon, ou des paniers remplis de crustacés encore vivants. Une tortue est une aubaine rare, mais qui appartient de droit à la table royale ; mentionnons enfin la présence d’un ou deux hommes à toutes mains, jardiniers à leurs heures, qui balayent la cour, y coupent l’herbe d’un bras nonchalant et habile.

Images de la Reine

43En 1842, Pomaré a 29 ans — un journaliste de passage à Papeete la voit ainsi :

« Elle est assez haute de stature pour une femme, mais elle est fort grosse et massive ; de très beaux yeux cependant la relèvent... La première fois que je l’ai vue, je ne me serais pas douté qu’elle était la Reine de ces lieux. Elle était vêtue absolument de la même manière et des mêmes étoffes de coton que les Tahitiennes les plus vulgaires. Ses jambes, ses pieds étaient nus... Vêtue d’une simple chemise, elle allait avec les autres femmes à bord des navires baleiniers qui mouillaient à Papeïte et, toute la journée elle se baignait sans distinction avec elles. On la reconnaissait pourtant à une suite nombreuse de princesses, de dames d’honneur et de coutisanes qui l’accompagnent toujours. »

44Une Tahitienne de qualité se doit d’être potelée, et même un peu d’embonpoint ne gâte rien. Aïmata, dans sa jeunesse, n’avait pas manqué d’aller faire avec ses suivantes des

  • 27 E. Salmon, loc. cit., p. 31.

« cures d’embellissement à Tatiatora, un des îlots dépendant de la couronne. Cette cure consistait à rester confinées pendant un certain temps à l’abri du soleil et à s’astreindre à un régime alimentaire spécial afin de se mettre mieux en chair, de se rendre le teint plus clair pour devenir des tapairu, des princesses de beauté »27.

45En 1847, avant de quitter son poste, Bruat rédige sur la Reine, à l’intention de son successeur, une note d’information. Elle est d’un homme perspicace et insiste sur la personnalité de la souveraine.

  • 28 Bruat, Notes à son successeur. Archives do France. Fonds d’Outre-Mer. Océanie, A. 52.

« Pomaré est, pour une Tahitienne, une femme fort distinguée. Ses fréquentations avec les représentants des puissances étrangères et les traitements qu’elle a reçus lui ont donné le sentiment de sa position et de sa dignité. Elle a sur sa famille et sur son peuple le pouvoir. Elle accorde peu et veut obtenir beaucoup. Paraissant peu se soucier des honneurs, elle y est néanmoins très sensible, et tient à l’observation des formes extérieures qui doivent donner une idée de sa puissance et de sa dignité. Malgré son désir d’exercer elle-même le pouvoir, elle le laissera toujours en d’autres mains, faute d’aptitude à un travail régulier, surtout si on a soin de ménager son amour-propre »28.

46Quinze ans plus tard, le gouverneur de La Richerie écrira :

  • 29 Ibid., A. 78.

« Son port est plein de dignité. Elle est entièrement habillée à l’européenne, et lors des cérémonies publiques, elle revêt des robes confectionnées avec les plus belles étoffes de Lyon. Elle ne comprend pas du tout la langue anglaise. Elle entend un peu le Français, mais ne le parle pas29... »

47Les années passent, Pomaré a près de soixante ans quand Pierre Loti la rencontre lors de son voyage à Tahiti :

  • 30 P. Loti, Le mariage de Loti, p. 11.

« Cette femme m’apparaissait vêtue d’un long fourreau de soie rose, sous les traits d’une vieille créature au teint cuivré, à la tête impérieuse et dure. Dans sa massive laideur de vieille femme, on pouvait démêler quels avaient pu être les traits et le prestige de sa jeunesse, dont les navigateurs d’autrefois nous ont transmis l’original souvenir »30.

48La reine Marau, sa belle-fille, nous a donné quelques précisions sur son costume :

  • 31 E. Salmon, Alex. Salmon, p. 32.

« Dans les débuts de son règne, elle était généralement vêtue comme toutes les Tahitiennes, c’est-à-dire du pareu, pagne en cotonnade noué à la ceinture, et d’une sorte de camisole à manches, boutonnée jusqu’au cou, constituant le costume imposé par les missionnaires ; mais, pour les réceptions et cérémonies, elle s’habillait à l’européenne, comme le montre le portrait d’elle exécuté par le peintre Charles Giraud en 1855. Déjà grosse et massive, elle y apparaît en toilette de taffetas blanc, dans le goût de l’époque, sans corset, une fleur d’hibiscus rouge à chaque oreille, et sur les cheveux une couronne de fleurs artificielles.
« Plus tard, elle adoptera la grande robe flottante et à traîne avec un empiècement et une sorte de pli Watteau de mode ici depuis le milieu jusqu’à la fin du siècle dernier »31.

49Comme chacun à Tahiti, la Reine se levait avec le jour et débutait par la prière du matin que récitait un pasteur indigène. Après quoi, venait le thé, les deux autres repas ayant lieu à onze heures du matin et à six heures du soir. Leur préparation était toute une affaire. Il y avait d’abord la distribution des vivres. Deux fours indigènes étaient disposés à l’avance, l’un pour la famille royale, l’autre pour les gens de la maison.

  • 32 Ibid., pp. 32-33.

« La Reine et ses enfants mangeaient par terre sur des nappes de feuilles fraîches, mais bien à part les uns des autres, suivant nos vieilles coutumes et quoique tous eussent été initiés aux usages européens par les missionnaires. Elle mangeait seule, comme cela avait été de tout temps la coutume chez nous, jamais avec ses enfants ni ses belles-filles. J’ai été la seule pour laquelle elle ait jamais fait exception à cette règle, nous assure Marau, de qui nous devons ces détails et qui poursuit : Elle se tenait habituellement assise par terre sur des nattes entourée de suivantes qui lui passaient des cigarettes et la massaient à volonté. Il y en avait toujours plusieurs auprès d’elle, même la nuit, et quand elle se réveillait, il fallait lui faire la conversation. A ma connaissance, la Reine n’a jamais couché dans un lit, mais toujours sur des nattes que l’on changeait de place, chaque soir depuis qu’elle avait failli être assassinée. Cet attentat fut commis par un Européen qui fut découvert armé d’un revolver, faillit être lynché et disparut sans laisser de trace. Depuis, la Reine était demeurée craintive, et, la nuit, se faisait entourer de toute sa maison, y compris les pasteurs indigènes et les diacres qui devaient parler ou lire la Bible sans interruption, pendant tout le temps qu’elle dormait, se réveillant dès qu’ils s’arrêtaient. A ses pieds, trois suivantes chargées de la masser jusqu’au jour. Ce n’est qu’aux îles Sous-le-Vent que je l’ai vue dormir sans appréhension »32.

50Elle recevait pratiquement toutes les notabilités de passage qui demandaient à la saluer. Son allure en imposait aux témoins :

« Assise sur un canapé de velours rouge, portant sur la tête une couronne de fleurs, simple dans sa mise, naturelle dans son maintien, elle n’avait rien qui fut en désaccord avec la dignité de son rang. »

51Douze ans après ce témoignage, le pasteur Arbousset écrira, dans le même sens :

  • 33 T. Arbousset, Tahiti et les îles adjacentes, Paris, 1867, p. 202.

« Malgré ses cinquante ans, Pomaré me paraît encore énergique et gracieuse... ses yeux sont vifs et pénétrants ; mais on voit qu’elle est désenchantée du monde. Son regard pourtant révèle une grande habitude d’autorité ; il est plutôt ferme que sévère. S’il n’inspire pas la crainte, il commande le respect, et c’est ce que personne n’ose refuser à la Reine des Iles de la Société »33.

  • 34 E. Salmon, loc. cit., p. 32.
  • 35 Ibid., p. 31.

52Si les visiteurs la jaugeaient, la Reine, de son côté, n’accueillait pas également tous ses hôtes. Quand on lui annonçait des visites qui l’ennuyaient, elle prenait un brin d’aretu, sorte de feuille, étendue sous les nattes. Elle se mettait alors à la rouler en boule ; on savait ce que cela voulait dire. De même quand elle en avait assez des personnes reçues en audience, elle saisissait un brin d’aretu et ne relevait plus la tête, se contentant de répondre par des « oui » et des « non »34. Cette attitude n’était pas seulement de l’ennui. Pomaré était peu expansive — contrairement à la coutume tahitienne, elle n’embrassait jamais personne — et finalement, fort timide. « Elle n’aimait pas à regarder les gens en face », ce qui ne l’empêchait du reste pas de se montrer « extrêmement curieuse et d’observer tout sans en avoir l’air »35.

  • 36 Ibid., p. 32.
  • 37 Ibid., p. 32.

53La Reine « ne comprenait que le tahitien »36. Les visiteurs qui ne parlaient pas sa langue étaient accompagnés d’un interprète. Elle-même avait le plus souvent à ses côtés sa belle-fille, Marau, qui la quittait rarement. Savait-elle écrire ? On en discute. La reine Marau est cependant formelle : « Je n’ai jamais eu connaissance d’une lettre entièrement écrite de sa main, ne sachant, je crois, que tout juste signer son nom »37. Méfions-nous donc des autographes que l’on voit passer ici ou là dans les ventes ou les catalogues d’experts. Tout ce qui est autre que la signature, d’ailleurs bien caractéristique avec son P potencé à triple bouclettes, doit être tenu pour grandement suspect !

54La distraction favorite de Pomaré était l’écarté. Elle trichait d’ailleurs sans scrupules mais ses compagnons avaient généralement la courtoisie de ne pas s’en formaliser. Et elle triomphait avec enthousiasme.

  • 38 P. Loti, loc. cit., p. 23.

« Elle trichait, nous dit Pierre Loti, même aux soirées officielles, dans les parties intéressées qu’elle jouait avec les amiraux ou le Gouverneur, et les quelques louis qu’elle y pouvait gagner n’étaient certes pour rien dans le plaisir qu’elle éprouvait à rendre capots ses partenaires »38.

55Les autres occupations consistaient à tresser des chapeaux, à confectionner des tifaifai, assemblage d’étoffes de diverses couleurs dont l’idée apportée par les missionnaires venait d’Amérique, où on les appelait crazy quilts. Les bains duraient de longues heures. La reine Pomaré organisait aussi des promenades à la Fautaua : « On s’y rendait généralement en pique-nique pour passer là une partie de la journée avec de quoi faire la cuisine à la tahitienne et le bain en commun était une de nos réjouissances favorites ».

  • 39 E. Salmon, loc. cit., p. 164.

« A la fin de sa vie, nous raconte encore Marau, les seuls moments de détente de Pomaré étaient ceux qu’elle passait en compagnie de ma mère « Ariitaimai » chez qui elle venait volontiers prendre ses repas et coucher, et je les entendais rire ensemble, ce qui n’arrivait pas souvent à Pomaré Vahine, même avec ses enfants... Elle venait généralement accompagnée de deux jeunes servantes, dont l’une portait son tabac. Je me souviens avec émotion d’une fois où nous la vîmes arriver, trottant menu et vite comme d’habitude, la tête baissée toujours et relevant de sa main un coin de sa robe qu’elle portait longue, de sorte que ses pieds nus étaient découverts jusqu’à la cheville. On la saluait au passage, mais elle se contentait de répondre par un signe de tête sans la redresser ; lorsqu’elle fut chez nous, elle s’assit près de moi et me fit signe de faire sortir les suivantes. Elle me tendit deux petits rouleaux contenant, en pièces d’or, la modeste somme de 500 francs, qu’elle m’allouait tous les mois pour mes dépenses personnelles. (Marau vivait à ce moment, séparée de son mari, au domicile maternel.) « Je viens de passer chez Maria, la marchande de nouveautés, qui a reçu de belles étoffes de soie. Je lui ai annoncé votre visite. Allez-y et choisissez ce qui vous plaira, c’est moi qui vous l’offre »39.

  • 40 Messager de Tahiti, 8 février 1857.
  • 41 Ibid., 17 janvier 1863.

56On peut encore citer parmi les distractions d’une reine tahitienne quelques essais de productions locales. Ainsi trouvons-nous le nom de la Reine dans les chroniques locales des années 50 et 60, pour des récompenses obtenues ici ou là. En 1857, les annuaires mentionnent la « médaille de 1re classe » qu’elle a obtenue à l’Exposition de Paris pour des objets de fantaisie »40. En 1863 elle se voit attribuer, lors d’une exposition des produits du pays une « mention honorable spéciale pour des cocos germés et un lot d’oies »41.

Les résidences d’une reine tahitienne

57Deux choses frappent lorsqu’on dresse la liste des résidences de la Reine, leur multiplicité et l’extrême mobilité des installations de la souveraine.

  • 42 J.A. Moerenhout, loc. cit., t. 1, p. 286.

58Les Pomaré possèdent à Tahiti deux terres qui, traditionnellement, leur appartiennent et qui forment comme des « districts royaux », à cause des marae qui en étaient le centre vital : Papara, sur le côté ouest, et Papaoa, de l’autre côté de l’île, dans le district d’Arue, à quelques kilomètres de la capitale actuelle. Lorsque la jeune Reine quittera son île pour habiter Tahiti, elle résidera d’abord autant à Papaoa — dans une sobre maison aux murs de chaux — qu’à Papara ; mais c’est alors Papara qui l’emporte. « La Reine et son monde sont encore ici à Papara, écrit Moerenhout... Je suis passé aujourd’hui du côté de la maison qu’elle occupe avec ses femmes et ses domestiques »42.

  • 43 Guesdon, loc. cit., p. 48.

59C’est le domaine royal de Tarahoi qui doit être considéré par la Reine comme le centre de ses États », déclare la loi des XXVII, en 1842, qui prévoyait que « la Reine demeurerait à Papara, le grand lieu de son gouvernement, endroit écarté de la demeure des étrangers, de sorte que peut-être, elle n’éprouverait là que peu de tribulations ». Et on lui conseillait de se faire construire à cet endroit « une grande et belle maison comme palais de son gouvernement »43.

  • 44 Ch. Antoine, BSEO, t. 6, p. 130.
  • 45 R. Fitz-Roy, Voyage of the ”Adventure” andBeagle ”, Londres, 1839, t. 2, p. 526.

60Mais les décisions des juristes doivent tenir compte des impératifs de l’urbanisme. Les Français, en choisissant Papeete comme capitale administrative, ont fixé, par le même fait, le centre du gouvernement de la Reine. Et les « modestes cases en matériaux indigènes »44, qu’elle possédait à Papeete vont devenir sa résidence officielle. C’est là que Fritz- Roy l’avait visitée vers 1835. « La maison de Pomaré, grossièrement construite n’est ni anglaise, ni tahitienne, et son appartement, petit et mal meublé »45 note-t-il. Dix ans plus tard, Olmsted est déjà mieux impressionné :

  • 46 F.A. Olmsted, Incidents of a whaling voyage, New York, 1844, p. 84.

« C’est la plus grande maison de Papeete. Elle n’a qu’un étage avec un toit de chaume pointu et une large véranda s’étend sur toute la façade principale. Elle est située dans un enclos de verdure. Son aspect est assez joli, quoique, pour une résidence royale, elle soit plutôt humble. A la porte, trois sentinelles sont stationnées et leurs attitudes montrent qu’ils songent à leur confort personnel »46.

61C’est dans un coin de la ville, à l’abri des remparts, à proximité de ce qui va devenir « le ruisseau de la Reine », qu’elle reviendra s’installer lors de son retour à Papeete, après son exil à Moorea en 1847. Elle aura là sa résidence officielle. Le pasteur Arbousset en 1863 vient lui faire sa visite d’arrivée.

  • 47 Th. Arbousset, loc. cit., pp. 201-202.

« C’était le 1er août. Daniela, mon suffragant, nous accompagne et un serviteur nous introduit. La salle est très vaste et bien meublée, grâce à l’Empereur des Français, qui a fait la plus grande partie des frais de décors. Son portrait et ceux de quelques amiraux ou généraux de notre patrie ornent les parois. En face de la porte d’entrée, se trouve un beau portrait de la Reine elle-même, et à côté, ses principaux joyaux et autres objets de prix, placés sous verre. Au milieu de la salle est une table modeste que relève un riche tapis, et sur cette table, un simple chandelier à trois bougies... La Reine s’assied sur un canapé de velours rouge et nous invite à nous asseoir à ses côtés, sur des fauteuils recouverts de la même étoffe »47.

62A la même époque, l’aspirant Antoine note, de la même encre :

  • 48 BSEO, t. 7, p. 488.

« Dans la case qu’elle habite, elle jouit d’un certain confort qui n’est pas à dédaigner. Elle a un salon de réception où on remarque son portrait (peint par Giraud) celui de l’Empereur, ceux du maréchal St-Arnauld, de l’amiral Bonard et de quelques autres qui, sauf ce dernier, sont parfaitement indifférents à la Reine. Sur un guéridon au milieu du salon se trouve un stéréoscope magnifique, avec toutes les vues principales de Paris, c’est un cadeau de l’Empereur »48.

63Avec le temps, Pomaré prendra en grippe ce palais, malgré le joli mobilier français.

  • 49 Reine Marau, Souvenirs cités par : E. Salmon, loc. cit., pp. 31-32.

« La Reine trouvait écrasant le fardeau d’une royauté dont les embarras et les responsabilités croissaient de jour en jour. Aussi en fuyait-elle les charges le plus possible, n’habitant les maisons indigènes, provisoirement décorées du nom de Palais Royal, que quand sa présence y était absolument nécessaire » écrira sa belle-fille, la reine Marau qui ajoute : « Le reste du temps, elle résidait soit à Motu-Uta, îlot en face de Papeete, soit dans une maison qu’elle possédait en ville sur le bord de la mer dans le quartier de Paofai, soit à Arue où était la demeure familiale des Pomaré. En outre, elle courait volontiers les districts et allait même jusqu’aux Iles Sous-le-Vent »49.

64Un marin, passé à Tahiti en 1851, nous a laissé une description de la maison de Papaoa,

  • 50 E. Souville, Mes souvenirs maritimes, 1837-1863, Paris, 1914, p. 200.

« résidence champêtre de Pomaré où elle se plaît bien autrement que dans son palais officiel, et où elle se tient presque toujours. Cette demeure royale est au milieu du hameau de Papaoa, à une lieue de Papeïti. C’est un grand ovale d’environ 25 mètres de long sur 8 ou 10 de large. En guise de mur une palissade de jolies barres de bourao bien blanches et écartées l’une de l’autre de leur épaisseur. Ainsi la case est à jour comme la maison de verre de l’ancien sage, et a sur elle cet avantage que l’air y circule librement. La toiture, recouverte de feuilles de pandanus, a deux versants à angle aigu s’arrondissant aux deux bouts suivant l’ovale. Telle est la construction universelle des cases de Taïti dont celle-ci ne diffère que par une structure plus soignée et des dimensions plus grandes. A l’intérieur le sol était couvert d’une couche de foin desséché sur lequel s’étendaient des nattes. Quelques couchettes étaient disposées çà et là, puis des malles, des vêtements suspendus, quelques banquettes de bois, et, au fond, deux réduits à hauteur d’homme, clos par des étoffes d’indienne. Sa Majesté nous fit présenter des cocos frais, et offrit à Mme Fourichon un beau poisson qu’on venait de pêcher à l’instant »50.

Un palais pour Sa Majesté ?

65En 1857, la Reine, sans doute lassée d’habiter des cases plus ou moins européanisées, fit connaître à ses sujets qu’elle désirait se faire construire un palais à Papeete. Aussitôt, les districts sous son obédience, commencèrent à amener à Papeete les matériaux nécessaires. Et ce furent les prestations réglementaires à l’époque, qui fournirent la première main- d’œuvre. Un arrêté de mars 1861 nomma un « architecte de la Reine », et un crédit de 36 000 F fut ouvert sur la caisse de la Reine en janvier 1862. Les plans et devis établis à cette époque fixaient la dépense totale à 100 000 F.

  • 51 P. O’Reilly, La reine Pomaré, Paris, 1972, p. 18.

66Les travaux se poursuivirent plutôt mal que bien, avec des arrêts dus autant à des difficultés de trésorerie qu’à la peine éprouvée par les Tahitiens pour achever une œuvre de longue haleine. Après une nouvelle résolution votée par tous les chefs de Tahiti et de Moorea réunis chez la Reine le 10 janvier 1874, une ordonnance déclara un architecte responsable et institua une « contribution destinée à l’avènement du palais de la Reine » d’un montant de 10 F par sujet du Protectorat51...

67Et, cependant, en dépit de 25 ans d’efforts d’ailleurs fort intermittents, Pomaré n’habitera jamais son palais. Mais elle le connut hors d’eau et certaines manifestations eurent son rez-de-chaussée comme cadre. Le sens décoratif des Tahitiens, leurs fleurs, leurs palmes, leurs guirlandes, suffisaient pour transformer ces murs nus en salle des fêtes et de brillantes réceptions s’y déroulèrent. C’est là, nous le verrons, qu’après son décès sera exposé le cercueil de Pomaré sur un lit de parade. Une lettre du gouverneur La Roncière nous apporte, sur la construction du palais, des considérations réalistes, jointes à des détails qui ne manquent pas de sel. Nous sommes en 1866, cinq ans seulement après la nomination d’un architecte responsable. L’enthousiasme ne règne pas dans les sphères officielles. Le gouverneur écrit à son ministre :

« Le malencontreux et informe palais qu’on a eu la malheureuse idée de forcer la Reine à bâtir n’est point encore terminé. Les gros travaux demandent encore environ 40 000 F et une somme égale sera au moins nécessaire pour l’intérieur.
« La Reine est une bonne femme, mais elle n’a pas d’ordre et se laisse piller par ses enfants. Elle a fait des emprunts dont nous avons répondu. L’année prochaine, elle sera libérée ; mais pendant qu’elle payait ses premières dettes, elle en a contracté de nouvelles.
« Le jeu lui coûte cher.
« On avait demandé pour elle, à l’Assemblée Législative, une augmentation de liste civile.
« Votre Excellence verra la discussion à ce sujet. Elle a été peu gracieuse. Bref, on lui a accordé, pendant 3 ans, 0,50 centime par homme et 0,25 centime par femme pour aider à terminer son palais. Cela lui procurera environ 2 500 F par an.
« Dans l’état actuel des choses, vu le manque d’ouvriers, je ne pense pas que ce palais puisse être entièrement terminé et rendu habitable avant au moins dix ans. »

68Le gouverneur était, on le voit, bon prophète. Et comme Paris a déjà expédié « de beaux meubles destinés au futur palais », il propose de les déposer dans un grenier où ils seront soignés.

  • 52 La Roncière au Ministre, lettre datée du 8 juin 1866. Archives de France. Section d’Outre-Mer. Océ (...)

« Sinon ajoute-t-il, quand le palais sera terminé on n’aura plus, pour garnir le salon que des meubles aux pieds cassés, aux moulures brisées, aux couvertures arrachées et souillées, car je vous assure que je ne connais pas de peuple plus insouciant, plus sale dans son intérieur que le Kanak »52.

69L’appréciation peu favorable du gouverneur sur ceux qu’il nomme les Kanaks est d’ailleurs partiellement erronée. Il n’y a pas, nous le verrons, de population plus nette et plus soucieuse de sa propreté personnelle que les Tahitiens. Mais pas plus à Papeete qu’ailleurs, les meubles d’apparat ne sont destinés à l’utilisation quotidienne. Les chandelles de la réception éteintes, il convient de les recouvrir de leurs housses et de les mener au garde-meubles, en attendant la prochaine fête... Et cela, les responsables de la cour de Pomaré, en 1866, dans leur insouciance de pauvres, ne l’avaient pas encore appris.

« Une cave à parfum, genre Boule... »

70Le Tahitien est naturellement généreux. Il donne aisément tout ce qu’il possède. Du reste, à titre de revanche. Et il attend la réciprocité... un jour ou l’autre. Le don appelle le contre-don. Pomaré était très tahitienne sur ce point.

71L’habitude des cadeaux avait été prise au temps des Anglais. Dans les années 20 et 30 de son siècle, les navires de la Royal Navy apportent toujours quelques présents à la Reine. C’est parce qu’il refuse de donner à Pomaré les cadeaux qu’il a pour elle, qu’un commandant parvint à récupérer le pirate qu’il est venu chercher et que la Reine cache : c’est donnant, donnant ! En 1843, Pritchard, revenant d’Angleterre, apporte à la souveraine, de la part de la reine Victoria, une voiture, un salon complet, des meubles. Des vêtements aussi : pour elle, des robes avec une capeline ornée de fleurs artificielles ; pour son mari un uniforme de post-captain de la Royal Navy : pour le jeune prince : des vestes de velours galonnées d’or, des pantalons de satin blanc et des casquettes anglaises. Une gravure anglaise de cette époque nous montre la Reine allant au temple de Papeete accompagnée de son époux et de ses enfants. Les atours de la famille royale proviennent sans aucun doute des envois de la reine Victoria.

  • 53 Tous les documents cités dans ce chapitre sont inédits et proviennent d’un très important dossier (...)

72Les Français ne peuvent moins faire que de maintenir la tradition. C’est « son ami Bruat » qui, le premier, doit enregistrer et transmettre à Paris la litanie des desiderata royaux ; ils vont de la vaisselle aux instruments de musique en passant par « les différents objets qui concourent à l’embellissement d’une maison ». Pomaré désire également « quelques belles étoffes de soie, de jolies mousselines, des étoffes imprimées... des bijoux, des costumes et de jolis habits militaires pour ses enfants », et d’ajouter, sans autre précision : « et toutes les belles choses de France ». Compliment habile, qui doit inciter les donateurs à une générosité sans borne. Bruat — il est alors préfet maritime à Toulon — en galant homme et bon diplomate est obligé de s’exécuter53.

73La tenue d’Ariifaite, « Prince époux », avait également fait l’objet de nombreuses demandes. Le premier à s’en préoccuper est du reste le gouverneur Lavaud qui regrette que le prince consort apparaisse aux réunions officielles avec des épaulettes anglaises. « Cette dissidence dans son costume ne m’a pas paru convenable sous le régime d’un Protectorat ». Qu’on lui expédie donc « une paire d’épaulettes de maréchal de camp » et qu’on y joigne un chapeau de même grade avec une épée et un ceinturon ! La mesure de la tête d’Ariifaite était jointe à la lettre. En 1865, La Richerie commande pour lui un habit noir à « Dussautoy, tailleur, boulevard des Italiens à Paris ». C’est son successeur La Roncière qui, désabusé, fait le constat à l’arrivée. Le vêtement, enfermé dans une caisse, n’est pas enveloppé d’une boîte de fer blanc. Il résulte de ce manque de précaution que l’habit présente de grandes taches de moisissure et qu’il est en partie détérioré. Un malheur ne vient jamais seul : non seulement l’habit est pourri, mais, bien que « confectionné suivant les dimensions et indications fournies par M. le Capitaine de Frégate Gaultier de la Richerie et taillé par Dussautoy « Maison spéciale de livrées, fournisseur de la Maison de « l’Empereur », il ne va pas. Le commissaire impérial ironise à son propos : « Quant à l’habit noir destiné au Prince époux, après avoir craint qu’il ne fut trop étroit, je dois constater qu’il est considérablement trop large. Ce pauvre Prince ne peut le porter et nous n’avons ici aucun Dussautoy pour le recouper à la taille du destinataire ».

74La Reine sait utiliser la flatterie. Une lettre du 13 janvier 1848 indique « qu’un portrait du Roi de France, à l’huile, est vivement désiré ». Mais ce n’est pas tout. Dans la foulée, la Reine se déclare également désireuse de recevoir : un fauteuil Voltaire, 4 fauteuils, 6 chaises, une commode, une table bureau, une grande glace, une pendule, deux lits de fer « avec sommiers élastiques », est-il précisé. Bonard, le gouverneur en place, proteste lui aussi :

« A mon avis, des fauteuils à 75 F, une commode à 250 F, une pendule à 600 F, sont des objets beaucoup trop chers. » L’année suivante, il transmet pourtant les désirs de la Reine : « Depuis longtemps, écrit-il le 8 octobre 1851, la Reine m’a confié que son plus grand désir serait d’avoir un mobilier de salon : un canapé, une dormeuse et quatre fauteuils en bois d’acajou, garnis de velours rouge... » Joignez-y une bague en or..., puis un habillement d’été pour un garçon de 7 ans, tel qu’on en voit aux Tuileries dans les beaux jours... Pour le mari de la Reine, une boîte à rasoirs dite « semaine ». On en trouve chez Gravet, rue St-Honoré, à des prix modestes, et en acajou. Elles renferment sept lames, un manche en ivoire et une petite glace. Faites mettre dessus une petite plaque en argent avec le nom d’Ariifaite. »

75La même année, Pomaré avait manifesté le désir de recevoir son propre portrait. La commande est passée le 27 janvier 1851 au peintre Giraud. Celui-ci avait visité Tahiti et rencontré la Reine quelques années auparavant. Le 29 avril, il avertit le ministre que son œuvre est terminée. Un litige s’élève au sujet du prix : l’artiste réclame 800 francs, mais le ministère ne juge pas convenable de lui accorder un tel prix alors que « les copies des portraits de Louis-Philippe sont payées 1 000 à 1 200 francs ». On transige alors à 600 francs et le tableau part pour Papeete.

76Le 1er avril 1854, Ed. Honoré, « fabricant de porcelaine, demeurant 6, boulevard Poissonnière » est chargé de fournir un service de table, un service à dessert « avec bouquet au milieu » et des cristaux. Le tout pour douze personnes, soit 226 pièces. « Ces objets seront de qualité, établis avec soin et susceptibles de faire un bon service. » L’argenterie — une caisse d’argenterie pour six personnes à 2 000 francs — avait déjà été envoyée. Lors d’une autre occasion. Pomaré demande « des étoffes, des montres en or et 5 paniers de 12 bouteilles de champagne ». Passe pour le champagne qui sera prélevé sur les stocks du commissariat de la Marine à Brest. Mais comme le prix des montres dépasse 500 francs, il faut réunir une commission de cinq membres présidée par un colonel d’artillerie. Et le ministre laissera une apostille étonnée sur la facture qui lui est soumise...

77Maintes fois la Reine renouvelle ses demandes. En 1865. il s’agit de meubler le palais en construction. La commande est finalement passée à « Jeanselme Fils et Godin et Cie, Fournisseur du mobilier de la Couronne », et à la « Fabrique de meubles, sièges et ébénisterie, rue Harlay, 7 et 9, au Marais ». La facture se monte à 8 483 francs : 2 grands fauteuils de trône en acajou sculpté doré, garniture tendue en satin cramoisi, 12 chaises chiavari italiennes dorées, 6 fauteuils Louis XIV en palissandre ; 2 canapés ; 24 mètres de damas de passementerie de satin... L’éclairage a fait l’objet d’une commande séparée à la Maison Ch. Renauld, 50, rue des Tournelles, près de la Place Royale à Paris : 2 986 francs pour « un lustre à quarante cinq lumières, bronze mi-doré, garni de cristaux, hauteur 1 mètre 80, diamètre 1 mètre 40 ». Les commandes avaient été passées par l’intermédiaire du gouverneur de La Richerie qui donnait à l’opération un tour de propagande économique : « Ce cadeau, tout en satisfaisant beaucoup la Reine, pourrait donner dans le pays une assez bonne idée de nos ameublements de luxe ».

78C’est le gouverneur de La Roncière qui voit arriver tout ce déménagement. En effet, malgré les mentions « urgent », « voie accélérée », il faut compter en mois, parfois en années, pour recevoir à Papeete les commandes de Paris ! Et. malgré des « emballages spéciaux », dans quel état arrivent-elles !

On prévoit bien « caisse et emballage, gras et maigre, pour le transport par mer », mais pour faire les caisses moins volumineuses, « les bouquets du lustre ont été démontés. Ils sont faciles à remettre en place puisqu’ils sont numérotés à l’encre et que les pièces qui doivent recevoir ces bouquets et portent les numéros correspondants, sont restées sur le lustre telles qu’elles doivent être. Il n’y a qu’à démonter les brandons qui doivent retenir les jetons des bouquets et les visser par dessus (les petits tubes mis provisoirement pour faire voir ces tiges en place sont à retirer). Les quelques guirlandes qui reliaient les bouquets ont été ouvertes, il n’y a qu’à rattacher deux cristaux ensemble par le fil qui est resté à l’un d’eux »... La simplicité même !

79Pour les meubles, le marché de gré à gré avec Jeanselme est signé le 14 juillet 1865. La commande, passée le 3 août 1865, stipule que « les meubles seront emballés dans des caisses en fer-blanc enfermées dans des caisses en bois revêtues de toile ». Pour le lustre, l’affaire se complique.

80Pour les miroirs qui ont fait l’objet d’une troisième commande — 2 glaces ovales à biseau de 75 sur 37, modèle diamant — M.-E. Raucourt. toujours au Marais, 13, rue Culture-Ste-Catherine, assure que les plus grands soins seront pris par sa maison. Le genre d’emballage habituellement employé pour ces sortes d’expéditions consiste à recouvrir d’une toile grasse la caisse qui contient les glaces et à la renfermer ensuite dans une contre-caisse garnie de paille à l’intérieur ; ces précautions éloignent l’humidité et garantissent la glace contre les chocs extérieurs.

81Les désirs de Pomaré, son salon, ses glaces, son lustre : — 13 caisses, avec un avis d’expédition dressé par le grand magasin général de Bordeaux, ainsi que les factures établies par l’Agent comptable des approvisionnements coloniaux à Paris — sont sur les quais de Bordeaux à la fin de l’année 1865. On embarque cette cargaison sur la Jeanne, armateur Menier. capitaine Tortois et sur le trois-mâts Néréide, capitaine Grenier, qui quittent Bordeaux en février 1866.

82Le fret est de 40 francs par tonneau ; il est payable la première moitié à Bordeaux et le solde à destination. Il y a en outre, par tonne, 1,50 F pour le camionnage et 0,85 F pour le gabarage. On remarque également sur l’ensemble de la facture une taxe de 3 %, payable par le fabricant, et destinée à la caisse des invalides de la marine !

83Le 12 juillet 1866, le commandant commissaire impérial à Tahiti informait le ministre de la réception par le Néréide, de meubles de salon destinés au Palais neuf de la Reine.

La commission ordinaire des recettes réunie au palais de la Reine avait réceptionné l’envoi. Elle procède d’abord à l’examen de l’état extérieur des colis ; elle constate que quelques uns ont été légèrement mouillés et que l’emballage en toile de trois d’entre eux est entièrement enlevé ; par suite, les numéros de ces colis ne peuvent être reconnus. Elle estime que cet accident ne doit être attribué qu’à l’humidité de la cale du navire ; les toiles goudronnées enveloppant d’ailleurs ces caisses sont en parfait état. Les meubles n’ont pas souffert de l’humidité car une enveloppe en fer blanc les protégeait. « Deux des fauteuils offrent seulement une légère détérioration. La soie qui recouvre le dossier est un peu tachée. »

84Que va faire la Reine, se demande le gouverneur de La Roncière, de tout ce mobilier ? Et tout d’abord du lustre ?

« C’est avec raison, écrit-il au Ministre, que les dimensions du lustre m’effrayaient... Non compris la tige, il mesure 1,80 mètre de hauteur, celle du plafond 3,70 mètres. » Il reste donc 1,90 mètre ce qui est peu : il est exclu que le prince Ariifaite passe dessous ! La solution n’est-elle pas de le rembarquer pour la France ? « J’ai lieu de penser, poursuit le Gouverneur, qu’en considération des commandes nombreuses faites, le fournisseur consentira à reprendre ce meuble et à en donner un autre moins grand et moins cher. Je n’hésite donc pas à renvoyer en France par la première frégate la caisse contenant ce lustre. »

85Mais Pomaré ne l’entend pas de cette oreille et le lustre sera finalement accroché au plafond de la case royale, non sans risquer de le faire s’effondrer.

86Le 8 juin 1866, La Roncière écrit à nouveau au Ministre au sujet du mobilier dont on annonce l’arrivée :

« Il ne me sera pas difficile de prouver que, d’une part cette dépense est au moins inopportune, et de l’autre que les personnes auxquelles ces meubles sont destinés sont loin d’être à la hauteur d’une pareille somptuosité... Que deviendront tous ces beaux meubles ? Faudra-t-il les laisser répartir dans les chambres habitées par les membres de la famille et les domestiques ? On verrait alors des princes du sang, souvent ivres, se vautrer avec de mauvaises filles, les pieds nus et sales, sur ces superbes brocarts cramoisis de Lyon. Permettez-moi de le répéter, Monsieur le Ministre, ces gens-là ne sont pas dignes d’une semblable somptuosité, qu’ils ne comprennent pas et qui les portera même à se moquer de nous. »

87Et qui va payer ces cadeaux ? Nous voyons les demandes de cadeaux pour la Reine figurer au budget local. Ainsi découvrons-nous, dans le budget de 1864 : 12 000 francs portés au titre de « Fonds dépensés sur ordres directs du Commissaire Impérial, soit pour cadeaux, soit pour autre motif du service indien ». Il y a d’ailleurs de bonnes et de mauvaises années. Ainsi, en 1847, les crédits sont rognés : la Reine n’aura droit qu’« à quelques coupons de soieries, avec une cave à liqueur en marquetterie et une cave à odeurs, genre Boule, avec des flacons de cristal ». Ariifaite, son époux, devra se contenter d’un fusil de chasse...

Notes

1 J.A. Moerenhout, Voyage aux îles du grand Océan, Paris, 1837, t. 1, pp. 223, 233.

2 Sur les relations de Pomaré et de Bruat, voir : Benoit Guyod, Bruat, Paris, 1960, passim.

3 Archives de la Marine. Rapport du C. de Cor. Le Colloch, à bord de la Danae, 3 septembre 1847.

4 Lettre de Pomaré à Bruat, 1944, t. 6, p. 424.

5 Ibid., pp. 423-424.

6 Archives de France. Section d’Outre-Mer, Océanie. Lavaud au ministre, 13 février 1848.

7 Article 39 de la Convention d’août 1847.

8 Messager de Tahiti, 3 mars 1866.

9 Voir, sur le statut de la Reine : G. Guesdon, Royaume protégé, Caen, 1960, pp. 166-171.

10 Ch. Antoine, BSEO, t. 7, p. 481.

11 G. Taboulet, Gustave Viaud, Paris, 1961, p. 80.

12 J.A. Moerenhout, Voyage aux îles du grand Océan, t. 1, p. 285.

13 Ibid., p. 309.

14 Voir le Code ; et Guesdon, loc. cit., pp. 168-69.

15 Messager de Tahiti, 30 octobre 1863.

16 G. Taboulet, Gustave Viaud, p. 79.

17 BSEO, t. 6, p. 488.

18 BSEO, t. 6, p. 424.

19 J.A. Moerenhout, loc. cit., t. 1, p. 233.

20 Guesdon, Royaume protégé, p. 170.

21 Ordre du 30 novembre 1853.

22 Ordre du 25 mars 1867.

23 Messager de Tahiti, 24 janvier 1868.

24 E. Salmon, Alexandre Salmon et sa femme Ariitaimai, Paris, 1964, p. 33.

25 P. O’Reilly, La « cour » de la Reine Moe..., JSO, 1971, p. 398.

26 Nous devons tous ces détails, et ceux qui suivent, à l’obligeance de la Princesse Takau Pomaré. Elle les tenait de sa mère, la reine Marau, qui, dans sa jeunesse, bru malheureuse, avait vécu dans la familiarité de Pomaré IV.

27 E. Salmon, loc. cit., p. 31.

28 Bruat, Notes à son successeur. Archives do France. Fonds d’Outre-Mer. Océanie, A. 52.

29 Ibid., A. 78.

30 P. Loti, Le mariage de Loti, p. 11.

31 E. Salmon, Alex. Salmon, p. 32.

32 Ibid., pp. 32-33.

33 T. Arbousset, Tahiti et les îles adjacentes, Paris, 1867, p. 202.

34 E. Salmon, loc. cit., p. 32.

35 Ibid., p. 31.

36 Ibid., p. 32.

37 Ibid., p. 32.

38 P. Loti, loc. cit., p. 23.

39 E. Salmon, loc. cit., p. 164.

40 Messager de Tahiti, 8 février 1857.

41 Ibid., 17 janvier 1863.

42 J.A. Moerenhout, loc. cit., t. 1, p. 286.

43 Guesdon, loc. cit., p. 48.

44 Ch. Antoine, BSEO, t. 6, p. 130.

45 R. Fitz-Roy, Voyage of the ”Adventure” andBeagle ”, Londres, 1839, t. 2, p. 526.

46 F.A. Olmsted, Incidents of a whaling voyage, New York, 1844, p. 84.

47 Th. Arbousset, loc. cit., pp. 201-202.

48 BSEO, t. 7, p. 488.

49 Reine Marau, Souvenirs cités par : E. Salmon, loc. cit., pp. 31-32.

50 E. Souville, Mes souvenirs maritimes, 1837-1863, Paris, 1914, p. 200.

51 P. O’Reilly, La reine Pomaré, Paris, 1972, p. 18.

52 La Roncière au Ministre, lettre datée du 8 juin 1866. Archives de France. Section d’Outre-Mer. Océanie.

53 Tous les documents cités dans ce chapitre sont inédits et proviennent d’un très important dossier intitulé « Présents pour la reine Pomaré, son mari, et des principaux chefs de Tahiti », conservé aux Archives de France. Section d’Outre-Mer. Océanie. Carton 11, dossier A 63. 1848-1858.

© Société des Océanistes, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr