Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie à Tahiti au temps de la reine Pomaré

 | 
Patrick O’Reilly

Introduction. De quelques aperçus sur Pomaré, Tahiti et les Tahitiens

Texte intégral

1Pomaré n’est, à proprement parler, ni un prénom ni un patronyme ; mais une sorte de nom dynastique s’appliquant aussi bien aux garçons qu’aux filles. Les trois premiers Pomaré furent des hommes. Celle qui va servir de cadre de cette Vie quotidienne à Tahiti est une femme, Pomaré vahine.

2La reine Pomaré vahine IV fut reconnue comme souveraine de Tahiti et des îles de la Société en 1827. Elle mourut à Papeete le 17 septembre 1877.

3Ainsi, « le temps de la reine Pomaré », englobe-t-il la fin de notre Restauration, le règne de Louis-Philippe, la brève deuxième République, tout le Second Empire et les sept années qui virent à l’Elysée le président Thiers et le maréchal de Mac-Mahon... plus d’un demi-siècle.

4Un demi-siècle au cours duquel cette princesse des mers du Sud a intrigué et émerveillé les navigateurs, causé de graves différents diplomatiques entre la France et l’Angleterre et défrayé la chronique, tant à Tahiti qu’en Europe. Les poètes ont chanté cette charmante souveraine. C’est Aïmata, « la reine aux beaux yeux » qui rappelait Meaha, illustrée par Byron. Les chansonniers parisiens ne sont pas les derniers à s’amuser, sous la Monarchie de Juillet et le Second Empire, de cette reine exotique, qui n’égala pas Victoria pour la longueur du règne mais la dépassa pour la corpulence ! On fredonne des couplets irrévérencieux qui lui donnent une célébrité inattendue :

« C’est la reine Pomaré
Ré Ré Ré Ré
Qui hiver comme été (bis)
A pour toute tenue
Nu Nu Nu Nu
Qu’un bout de plume... »
………………………..

  • 1 L. Boch, Correspondance, Autun, 1858, p. 97.

5La description complaisante que donne de la reine Pomaré le lieutenant de vaisseau Boch traduit bien l’idée que l’on pouvait en avoir en Europe. « Sa couronne est une couronne de fleurs qu’elle renouvelle tous les jours ; son palais est une petite case en bois, couverte de chaume, à peu près comme les cabanes de sabotier dans les bois d’Autun. Elle dédaigne les bas et les souliers, la plante de ses pieds brave impunément les cailloux les plus pointus. Elle mange du cochon, des oranges, des gouyaves ; c’est là ce qui compose ses plus splendides festins. Ses doigts lui tiennent lieu de cuillers et de fourchettes ; son nectar est le délicieux coco ou l’onde qui jaillit du rocher »1.

6Tahiti, pour l’homme de chez nous, au milieu du siècle dernier, représente, perdue dans les mers du Sud, une terre devenue française à la suite de hasards maritimes, de recherches pénitenciaires et de velléités coloniales. La France aurait pu connaître, aux antipodes, un empire qui, à travers la Calédonie, les Hébrides et la Polynésie, se serait étendu de la Baie des Iles, en Nouvelle-Zélande, à Port-Breton, en Nouvelle-Guinée... le peu de goût des Français pour l’expatriation, les événements politiques ou le hasard ne l’avaient pas permis.

  • 2 Chateaubriand, Génie du Christianisme, 1802, t. 4, p. 63.

7De cette couronne coloniale jamais formée, Tahiti restait comme un fleuron. L’île était demeurée dans la mouvance spirituelle de la France depuis sa « découverte » par Louis-Antoine de Bougainville, sous Louis XV, en 1768. Et les mythes du Bon Sauvage et de l’île heureuse, issus de ce voyage autour du monde, étaient devenus des thèmes littéraires classiques qui furent orchestrés par Diderot, Joubert, Chateaubriand qui « demandait le bonheur aux palmiers d’Otahiti »2. Victor Hugo, dans l’Almanach des Muses, avait chanté « la fille d’Otaïti », si bien qu’une auréole de prestige enveloppait cette terre minuscule des mers du Sud. Oh combien minuscule ! Deux fois la superficie du Territoire de Belfort ou de l’ancien département de la Seine, et d’un territoire dont les deux tiers auraient été constitués de montagnes inhabitables... Mais les quelques arpents de plaines littorales qui avaient pris place entre une mer poissonneuse assagie par un lagon paisible et l’arrière-pays inaccessible, comptaient parmi les terres d’élection de l’humanité. A l’époque qui nous intéresse, bien avant Loti et bien avant Gauguin, Tahiti avait déjà acquis sa réputation méritée de Paradis des mers du Sud.

8Construite au cordeau, derrière des remparts d’opéra comique, la modeste capitale de ce territoire avait reçu le nom du site indigène sur lequel elle avait été installée, les eaux qui jaillissent, Papeete. Un capitaine de génie, urbaniste militaire, avait dessiné le plan de la ville autour d’une rade foraine où faisaient relâche quelques baleiniers venus du golfe de Biscaye, de Douvres ou de la Nouvelle-Angleterre. Là on abattait en carène, après d’interminables circumnavigations, des frégates aux noms prestigieux : l’Artémise ou la Sybille, la Magicienne ou la Flore. Un officier de marine de rang supérieur régnait en ces lieux au nom du Roi, de l’Empereur ou du Président de la République. Son logement de fonction — le « Palais du Gouverneur », une modeste construction amenée de France en pièces détachées — jouxtait la « Résidence de la Reine », simple cabane en torchis, recouverte de chaume. A pied, en ville, il fallait moins de cinq minutes pour aller d’un hôpital de 45 lits à une cathédrale de 250 places. Et guère plus de temps pour joindre l’arsenal au cimetière, par des rues ombragées d’arbres. Anglaises ou françaises, les missions, comme pour marquer même sur le terrain leur antagonisme, s’étaient installées aux deux extrémités de la ville. Le commerce occupait le front de mer. Les statistiques les plus officielles accordaient, en 1863, 9 086 habitants à Tahiti, dont 307 résidents français, 1 137 étrangers et 7 642 Indiens.

9Les Indiens ! Un peuple de marins venus de la lointaine Asie et qui a « découvert » depuis moins d’un millénaire les archipels du Pacifique central, jusqu’alors inhabités. Ces Vikings des mers du Sud se sont installés ici ou là, au terme de randonnées océaniennes, demeurées mystérieuses et dont nos savants, linguistes et archéologues, tentent de retrouver les routes. Nous sommes seulement sûrs qu’ils ignoraient le métal, l’écriture, la poterie, la roue et qu’ils voyageaient emportant avec eux, sur de grandes pirogues doubles pontées, le porc, la poule, le chien, le cocotier, ainsi que quelques féculents : arbre à pain, ignames ou taros, qui constituaient la base de leur alimentation.

10En quelques siècles, ceux que le hasard avait conduit à Tahiti y avaient formé un groupe humain relativement nombreux — on peut l’estimer aux alentours de 100 000 âmes — et très hiérarchisé. Il est dominé par une race de seigneurs, fils des héros et des dieux. Ces nobles, les arii, tiennent la première place sur les pavés sacrés, ces temples de plein air, où tombent du ciel et vaticinent, par la voix des prêtres, les dieux dont ils sont les descendants. Ils sont entourés de nombreux tributaires, cultivateurs ou fermiers à plein temps et qu’un conflit transforme en guerriers occasionnels. Une classe de gens sans identité et sans importance : vaincus, esclaves de guerre, étrangers sans passé arrivés là au hasard de quelque voyage involontaire, forme le bas de l’échelle sociale. C’est parmi eux qu’on choisit les « cochons longs », les victimes des sacrifices humains. Un peu à l’écart, brochant sur le tout, à la fois proches dans la vie de chaque jour et lointains par leurs hautes prérogatives, une classe « d’experts », généalogistes techniciens du sacré (prêtres), artisans des constructions nautiques (charpentiers de marine) et de la statuaire religieuse (sculpteurs), pilotes versés dans la connaissance des astres (chefs des expéditions de guerre), organisateurs des jeux, etc.

11Le Tahitien est un peuple essentiellement religieux. La notion de sacré, le maria, informe tous les actes de la vie quotidienne, et les interdits rituels, les tabous, aspect positif du maria, forment le tissu de ses relations humaines.

12La découverte de la Nouvelle-Cythère, dans le dernier quart du xviiie siècle, avait placé les habitants de Tahiti face à un nouveau courant de civilisation.

13Des déserteurs s’étaient installés chez eux qui s’improvisèrent armuriers et mercenaires. Dans cette île qui ne connaissait comme armes, que les lances et les casse-têtes, ils avaient fait parler la poudre et les mousquets. Des chefs astucieux et opportunistes avaient utilisé ces forbans pour s’imposer. Ces guerres et des épidémies meurtrières, apportées par les navires des blancs aux indigènes, non immunisés aux maladies européennes, avaient en peu de temps réduit de manière notable la population. La fréquentation des équipages qui séjournaient dans les baies abritées de l’île avait jeté le trouble sur les principes de leur vie économique. Les femmes ne savaient pas résister à des colifichets de pacotille et leurs maris auraient fait n’importe quoi pour se procurer du rhum ou le moindre bout de fer : couteau, hache ou même un simple cercle de barrique rouillé.

14Là-dessus apparurent les envoyés de la Société missionnaire de Londres. En moins de vingt ans d’efforts généreux, ils réussirent à imposer aux Tahitiens, avec la Bible qu’ils traduisirent et imprimèrent en leur langue, de nouvelles conceptions religieuses ainsi qu’un nouveau statut social et politique. Le baptême de Pomaré II en 1819 et, la même année, la promulgation d’un « code Pomaré » avaient fait officiellement rentrer Tahiti « dans le cercle des nations policées ».

15Ainsi parvenons-nous au moment où s’ouvre cette « Vie quotidienne ».

16Mettons-nous bien en situation. Nous allons vivre à Tahiti au milieu du siècle dernier. A vingt mille kilomètres d’un Paris que le baron Haussmann n’a pas encore modernisé et dont les Tuileries abritent un Palais Royal. Le timbre-poste n’est pas encore en usage. Aucune communication régulière ne joint Papeete à la mère-patrie. Il faudra encore un siècle avant de voir s’ouvrir la route de Panama et la longue et mouvementée voie des Caps reste la seule route possible.

17Les centres commerciaux les plus proches sont Callao-Lima à 25 jours de mer, plus au Sud, Valparaiso pour lequel il faut compter 15 jours de plus, Sydney, à 28 ou 30 jours de mer par vents favorables avec une goélette bonne marcheuse, et qui se nomme encore Port-Jackson. Et Los Angelès, à un mois au moins, au nord-est sur la côte californienne, n’est qu’une résidence de missionnaires franciscains devenue le centre d’une modeste agglomération.

18Nous sommes, bien sûr, avant l’ère du télégraphe, avant l’électricité et le moteur à explosion. Au temps des chevaux et de la marine à voile ; au temps des jupes à tournures et du chapeau haut-de-forme, au temps du duel et du quadrille des lanciers. Ce matin, le Moniteur, entre un bal chez le Baron de Rothschild et une note pessimiste sur les rentes ottomanes, annonçait : « Une escadre sous le commandement de l’amiral Dupetit-Thouars a quitté Brest sur la Reine Blanche pour l’Océanie... »

Notes

1 L. Boch, Correspondance, Autun, 1858, p. 97.

2 Chateaubriand, Génie du Christianisme, 1802, t. 4, p. 63.

© Société des Océanistes, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr