Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alexandre Salmon (1820-1866) et sa femme Ariitaimai (1821-1897)

 | 
Ernest Salmon

Épilogue

Texte intégral

1Un jour, Alain Gerbault, pieds-nus, portant comme d’habitude tricot rayé et pantalon de grosse toile de matelot, s’entretenait avec sa grande amie Marautaaroa autour d’un plat de poisson cru, savoureux à point. Ils causaient de Tahiti et de son passé, évoquant le retentissant épisode que fut l’affaire du Protectorat. Ils se représentaient la Reine accablée de soucis, tiraillée de toutes parts, et d’autres encore : la gent royale des îles Sous le Vent restée férue de traditions périmées, d’absolutisme étroit et d’indépendance totale mais étayée de prestige britannique. Les pasteurs animés de bonne volonté mais défaillants à la barre de direction temporelle, aspirant à la sauvegarde de leur religion d’état, rêvant d’un drapeau anglais hissé à la hampe libérée des couleurs françaises. Les grands chefs tahitiens, soutiens de la légalité et maîtres de l’équilibre des forces dans une monarchie constitutionnelle ; ces novateurs audacieux qui en avaient assez du sectarisme théocratique, des consuls à face de carême, et des intrigues des commodores ; ces chauds partisans enfin de la France protectrice, symbolisée en ces lointaines latitudes par une sympathique silhouette d’amiral aux larges favoris.

2Quand on en vint à parler d’Alexandre Salmon, vedette incontestée de la dramatique histoire, le grand navigateur ne put s’empêcher de poser la question, en lui donnant en même temps la réponse : « En somme, que reçut-il de vos gouvernants, commandants, et autres gouvernements tutélaires ? que reçut-il de son vivant ?... Des promesses.

3Et après sa mort ?... Des injures. »

4Des injures !... Au moment où s’échangeait cette conversation, peu avant la Seconde Guerre mondiale, Alain Gerbault et sa noble interlocutrice étaient encore sous le coup des dires malveillants de Paul Deschanel, jeune avocat appelé aux plus hautes destinées politiques françaises, mais qui, en publiant ses Intérêts français dans le Pacifique, avait succombé au démon de l’imprimé sans avoir auparavant suffisamment rendu ses devoirs à Clio. L’homme est mort depuis quarante ans. Paix à ses cendres ! Son travail, d’une information trop partiale, n’est plus considéré comme un témoignage équilibré. Laissons-le dormir en paix sur les rayons de nos bibliothèques ! Et ouvrons la magistrale histoire de Léonce Jore, ouvrons les Tahitiens qui vont paraître, pour ne parler que de deux ouvrages récents... qui tous les deux ont redonné à Ariitaimai et à Alexandre Salmon, son époux, leur juste place, une très grande, dans l’histoire de Tahiti et la vie économique et sociale de la Polynésie française au xixe siècle.

5Puisse cette petite histoire familiale, qui touche de si près à notre grande histoire tahitienne, contribuer à effacer les « injures » auxquelles faisait allusion Alain Gerbault. Mes efforts n’auront pas été vains si nous savons mieux désormais reconnaître les mérites exceptionnels et les hautes qualités humaines de mes chers grands-parents qui, j’en suis particulièrement fier, ont bien travaillé pour Tahiti et appartiennent au plus noble patrimoine de notre fenua.

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr