Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alexandre Salmon (1820-1866) et sa femme Ariitaimai (1821-1897)

 | 
Ernest Salmon

Chapitre XXVII. Critique du Régime. Attaques contre les familles Salmon et Brander. Voyage en France de la Reine Marau. Mort de Ariitaimai

Texte intégral

1La politique française à Tahiti, celle en particulier des dernières années du règne de Pomare IV, a fait l’objet des plus vives critiques de la part de M. Paul Deschanel dans son ouvrage : La Politique française en Océanie.

2Parmi les fautes administratives incriminées, on relève notamment, l’autorisation accordée en 1875 à la création d’un Synode protestant, jugé politiquement dangereux en raison de la soumission à son influence des chefs, ministres et députés des districts ; dirigé par Mme Brander, il serait devenu, en fait, « la plus formidable machine de guerre qui ait été forgée contre nous ».

3Et, cependant, l’institution était d’inspiration purement française : elle était due à l’initiative des pasteurs français venus, une dizaine d’années auparavant, remplacer les pasteurs anglais dans l’archipel — sur la demande faite au début du Protectorat par le consul de France M. Moërenhout, et aussitôt agréée par le gouvernement français. La seule présence à la tête de l’Église protestante locale du pasteur français bien connu, Frédéric Vernier, aurait dû faire réfléchir le censeur et l’inciter à la prudence.

4Il était en outre reproché à l’autorité protectrice d’avoir eu « la faiblesse de favoriser en 1875, le mariage de l’héritier présomptif avec Mlle Marau Salmon, sœur de Mme Brander ». Comme s’il avait été au pouvoir du commissaire de la République d’empêcher la réalisation d’un événement qui touchait au fond même des traditions tahitiennes les plus anciennes — dont M. Paul Deschanel n’avait, bien entendu, jamais entendu parler.

5Autre erreur non moins regrettable, celle d’avoir désigné comme successeur au trône la fille (âgée de 8 ans) du Roi de Raiatea, Tamatoa, que le « parti anglais » projetait de marier plus tard à un fils Brander. « Nous nous préparions à asseoir sur le trône, de nos propres mains, une monarchie anglo-saxonne. »

6De nos propres mains ! le Traité de Protectorat était-il donc virtuellement aboli ? — ce malheureux traité, si souvent écorné et qu’on aurait dû supprimer lors du décès de Pomare IV, selon Paul Deschanel qui considérait sans doute ce document comme un simple chiffon de papier bon à être jeté au panier.

7De fait, Norman Brander épousa, après l’annexion, la fille de Tamatoa qui lui était destinée, conformément aux traditions observées dans les deux familles princières. J’ajoute que le fils unique issu de ce mariage est parti, comme volontaire, au cours de la grande guerre — avec plusieurs autres membres de la « famille Salmon-Brander ». Ce geste devait même lui valoir la perte de plusieurs doigts sur le front du Vardar.

8Il est au demeurant superflu de réfuter dans le détail les appréciations, imputations et autres considérations formulées au soutien de la thèse en question : les faits se sont en effet vite chargés de démentir les unes et de reléguer les autres au rang des lourdes méprises, proches de l’inconséquence.

9Je n’en retiendrai pas moins l’allégation déplaisante relative à l’ascendance paternelle de la Reine Marau présentée par Deschanel comme étant fille d’un marin déserteur.

10Nous savons aujourd’hui que, pour les besoins de la cause, Paul Deschanel n’avait rien trouvé de mieux que de copier presque textuellement un rapport adressé en 1875 au Département par un haut fonctionnaire de Tahiti, lequel, lit-on dans les Souvenirs, « n’ayant pas trouvé dans certains membres de la famille Salmon la servilité qu’il aurait désirée, s’en était vengé par de basses calomnies ».

11L’absurdité de l’imputation injurieuse ressort suffisamment des faits abondamment exposés et des documents officiels cités au chapitre 1er du présent travail, pour qu’il soit nécessaire de s’y arrêter. Il ne reste pas moins qu’un auteur, ramasseur de ragots, renchérissant sur son illustre devancier, est allé jusqu’à faire de l’intéressé « un pensionnaire échappé des bagnes d’Australie ».

12Il doit être observé, à la décharge de l’auteur de la Politique française, qu’il n’a pas hésité, une fois mieux informé, de faire loyalement amende honorable sur le point considéré comme sur le reste. Le pasteur français M. Viénot — membre du Synode pris à partie par cet auteur, et à l’époque, délégué de Tahiti au conseil supérieur des colonies — ayant cru devoir signaler à M. P. Deschanel les flagrantes inexactitudes relevées dans son livre, celui-ci déclara en effet incontinent, qu’il n’aurait jamais écrit les pages incriminées s’il avait eu connaissance des faits rapportés par le révérend pasteur.

13M. Mathivet, ancien Directeur de l’Intérieur et gouverneur par intérim de Tahiti en 1888, auteur d’un livre la Nouvelle Cythère, publié en 1889 sous le pseudonyme de Monchoisy, s’est montré de son côté enclin à l’indulgence, les erreurs commises par M. Deschanel lui paraissant « d’autant plus pardonnables que l’auteur n’a jamais mis les pieds en Océanie ».

14Les raisons qui poussèrent Marau jusqu’en France sont nombreuses. Qui n’a, même à Tahiti, caressé quelque jour le désir de voir la douce France et de connaître les beautés de sa capitale. Tous les Français qu’elle recevait chez elle, en prenant congé, l’invitaient à leur rendre un jour visite. Des questions financières également la poussaient à aller essayer d’obtenir du gouvernement français la stabilisation de sa pension. Par ailleurs, sa solitude était grande à Papeete et sa vie sans grandes satisfactions. Un dérivatif à ses difficultés conjugales pouvait être trouvé dans un voyage lointain. Enfin, des motifs d’ordres sentimentaux n’étaient peut-être pas étrangers, nous le verrons plus tard, à son désir de pousser jusqu’en France. Une occasion opportune la décida. Trois de ses neveux Brander partaient à San Francisco. Papeete apprit bientôt que la Reine leur servirait de mentor jusqu’en Californie. Ainsi s’embarque-t-elle sur le City of Papeete, goélette qui effectuait alors le service régulier des États-Unis.

15Marau gardera le plus mauvais souvenir de son arrivée à San Francisco, assaillie qu’elle fut par des journalistes montés à l’abordage, elle dut pour leur échapper se cacher dans les fonds du navire, car elle prétendait garder un certain incognito et voyageait tantôt sous le nom de Mrs Salmon et tantôt sous celui de Mme Tepaû. Une brave femme de chambre de l’hôtel Oakland où elle était descendue, fut assez maligne pour ne laisser pénétrer chez Marau qu’un journaliste moins abusif que ses collègues. Il écrivit « un article très convenable ». Marau dans ses souvenirs n’est pas tendre pour certains journalistes qui « admis et même invités chez moi, à Tahiti, se sont permis des allusions dénuées de toute délicatesse à ma vie privée, ou des fantaisies du goût le plus déplorable sur l’hospitalité reçue ? Je dois même ajouter, à mon très vif regret, que ce sont principalement des journalistes français. Aussi me suis-je fait règle de n’en plus jamais recevoir, à quelque nationalité qu’ils appartiennent... Mon premier soin fut de me commander des toilettes européennes, pour éviter la curiosité dont j’étais l’objet dans mes robes à la mode tahitienne. Il y avait justement au White House, la grande maison de confection de l’époque,... une première vendeuse qui était la fille de ma couturière à Papeete.

16« Le soir même de notre arrivée, nous avions été invités à dîner dans un restaurant réputé où l’on nous servit des cuisses de grenouilles. C’est, comme on le sait, un plat dont les Anglais supposent que tous les Français raffolent pour les avoir vus en manger en Saintonge, au temps de la guerre de Cent ans. Mais je dois avouer qu’il me fut impossible d’y goûter.

17« Partie pour New-York, mon train fut arrêté par une chute de neige à Ogden, en pleines montagnes Rocheuses, et il fallut attendre que l’on eut déblayé la voie. Ce fut ma première rencontre avec le vrai froid, dont à ma grande surprise, je ne fus nullement incommodée, non plus du reste que pendant tout le cours de mon voyage, entrepris en plein hiver. Nous trouvâmes à Ogden un train spécial amenant de New-York les richards américains qui se rendaient à San Francisco. Ils me proposèrent de profiter de notre arrêt forcé pour me mener voir Salt-Lake City, la ville des Mormons, que j’avais traversée sans m’arrêter. J’acceptai avec empressement, et fut fort intéressée par tout ce que l’on me montra, entre autres par leur immense église toute ronde, dont l’acoustique était si parfaite, que, d’un des bas-côtés, on pouvait entendre une épingle tomber dans l’autre. On était en train d’achever ce qu’ils appellent le tabernacle, où a été placé cet orgue magnifique que nous écoutons aujourd’hui de Tahiti, grâce à la T.S.F. Je m’arrêtai ensuite à Chicago, reçue par des amis d’amis à nous qui me firent assister, occasion unique, à une représentation de Lucie de Lamermoor donnée par Adelina Patti.

18« A New York, j’allai naturellement visiter les belles maisons des milliardaires de la Cinquième avenue, entre autres celles des Vanderbilt, qui étaient absents... c’était encore plus beau chez les Stewart. Il y avait notamment une galerie de tableaux où je vis pour la première fois des œuvres de maîtres. Un Meissonnier tenait tout un panneau et avait paraît-il coûté 300.000 dollars. Il représentait des chevaux menés à l’abreuvoir... Sa veuve ayant manifesté le désir de me voir, je trouvai une petite vieille tremblotante, vêtue d’une robe de soie noire presque râpée en train de repriser une paire de bas. Elle était installée dans deux pièces très modestement meublées et, comme je m’en étonnais, Mme Stewart m’expliqua que c’étaient les premiers meubles qu’ils avaient pu s’acheter, et qu’ils n’avaient jamais vécu dans d’autres. Mais quel contraste, entre les splendeurs du palais que je venais de parcourir, et la médiocrité de cet appartement composé d’une chambre à coucher et d’une salle à manger, que les maîtres s’étaient réservés. Et quelle leçon !

19« Après la Patti à Chicago, j’eus la chance à New York d’entendre sa sœur Carlotta, qui avait une superbe voix de contralto. »

20Marau était arrivée à New-York, au début de février. Le New York Times lui consacra un amusant article qui nous apprend qu’elle était accompagnée d’un certain Henry Murgier, magistrat dont les annuaires font un juge au tribunal de Tahiti et qui se disait membre de la Haute Cour locale. Elle était descendue à l’hôtel Panama, 17 University Place, et voyageait incognito. Le consul français de New York fut néanmoins rapidement au courant de son passage et il câblait à Paris, au président du Conseil, le 13 février 1884, « la Reine de Taïti, voyageant incognito sous le nom de Mme Salmon, est partie aujourd’hui pour Le Havre par le paquebot transatlantique Saint-Laurent ».

21Dix jours plus tard elle est au Havre. Quelle ne fut pas sa surprise, passés le sémaphore et la tour François Ier, en voyant monter à bord, le frère de son père, l’oncle Mortimer... « C’est à sa ressemblance avec mon frère Paea que je le reconnus tandis que lui-même me devina par ce que j’avais de commun avec sa sœur Rebecca. Il voulait m’emmener à Montivilliers où il avait une propriété, mais j’étais surtout pressée de me rendre à Paris. »

22Pour accueillir la Reine, la Marine avait en effet détaché au Havre l’amiral Dorlodot des Essarts qui, quelques mois plus tôt, était en poste à Tahiti comme gouverneur. L’amiral avait comme aide de camp un brillant lieutenant de Vaisseau, Léon de Champfeu qui... mais n’anticipons pas. Peu soucieux d’une halte normande au cœur de l’hiver, l’amiral insista pour que la Reine prit le train transatlantique. Trois heures plus tard, on arrivait à Saint-Lazare où un landau du ministère de la marine attendait les voyageurs. Il conduisit la Reine à l’Hôtel de Lille et d’Albion où une suite lui avait été réservée. C’était le soir. Il faisait froid et noir. La Reine fut prise de mélancolie. Les girandoles du gaz, l’intense circulation des rues et la nouveauté du spectacle qu’elle voyait à travers les fenêtres de son hôtel ne parvenaient pas à chasser les souvenirs et la nostalgie du soleil tahitien. L’amiral connaissait son personnage. Il loua des places pour La fille de Madame Angot, la fameuse opérette de Lecoq, alors dans toute sa jeunesse et dont elle avait entendu des morceaux chantés par ses hôtes à Tahiti. L’entrain pittoresque de la mère Angot, la bonne humeur des couplets et la musique alerte de la partition remirent Marau dans son assiette. En quittant le théâtre, elle se sentait vraiment acclimatée à la vie parisienne.

23La capitale reçut fort gracieusement la jeune Reine. « Paris possède actuellement dans ses murs la Reine de Taïti qui, accompagnée d’un de ses neveux, fait en ce moment un voyage d’agrément », annoncent les journaux. « La Reine Marau est une jeune femme de vingt-cinq ans, grande, bien faite, avec un visage d’un ovale allongé, de grands yeux pleins de langueur, un nez droit terminé par deux narines un peu fortes, des lèvres bien dessinées et une abondante chevelure noire qu’elle porte tressée en deux longues nattes... La Reine sort beaucoup, visite les monuments, va au spectacle, à la Chambre, chez les ministres, un peu partout et reçoit plus de visites qu’elle ne voudrait. » « Si je suis obligée ainsi de recevoir, disait-elle au début de son séjour, je ne pourrai pas m’amuser. »

PLANCHE VI

PLANCHE VI

La reine MARAU lors de son voyage à Paris en 1884.
La classique robe tahitienne, revue par un grand couturier parisien (Cliché Braun).

24Elle fréquente aussi les photographes. Van Bosch et Braun, en particulier, ont laissé d’elle d’excellents clichés. Une photo de Braun nous la montre habillée d’une longue robe de style tahitien, dessinée par quelque grand couturier parisien, avec une sorte de scapulaire, un pli Watteau et un col de broderie anglaise car, comme elle l’écrit elle-même : « J’en revins à mes robes tahitiennes, sauf que je les fis exécuter par un bon couturier qui en corrigea un peu l’ampleur. Les journaux prétendaient même que la mode s’en inpira. » Car les journaux lui consacrent des articles et les hebdomadaires — L’illustration à Paris, le Graphic à Londres, par exemple — des reportages, avec de pleines pages gravées. On songe aux ancêtres de sa race, Omai et Aotourou, les premiers visiteurs de Tahiti en Europe !

25Dans ses mémoires, Marau a narré, avec une sympathique simplicité, ses impressions et ses souvenirs. Une « dame d’honneur » lui fut attachée pour la chaperonner durant son séjour. Mme du Plessis « était une grande dame allemande, veuve d’un général français et mère d’un lieutenant de Vaisseau, resté à Tahiti comme aide de camp du gouverneur Morau, adorant notre pays et devenu ami intime du Roi. Elle avait une façon de faire la révérence que j’admirais. Elle s’institua de suite la mentor dont j’avais besoin dans un pays que je ne connaissais pas encore. Elle se montra une amie parfaite et me conseilla toujours utilement, m’évitant de me laisser circonvenir par qui il ne fallait pas ».

26Une de mes premières rencontres, et bien imprévue, fut celle de la Comtesse de Paris, qui se rendait à Cannes à l’occasion de la mort du Prince Arthur, fils de la Reine Victoria. Elle était exilée de France comme femme de prétendant et le passage par Paris ne lui avait été accordé qu’à la condition de ne pas y séjourner. L’amiral des Essarts la connaissait, et me ménagea une entrevue avec elle au Théâtre français, où j’allais occuper la loge de Mme Cartier, en face de celle réservée pour la Comtesse de Paris. Elle n’était pas encore arrivée et, chaque fois qu’une dame venait prendre place dans une des loges vis-à-vis de nous, l’amiral se faisait un malin plaisir de me demander : « — Est-ce elle ? » Et je répondais toujours non, jusqu’au moment où je vis entrer une femme très simplement vêtue d’une toilette sombre, mais avec un tel air de majesté que je n’eus aucun doute : — « La voilà ! » dis-je à des Essarts qui me baisa la main en guise de compliment et me conduisit jusqu’à elle.

27« La Comtesse de Paris était accompagnée des ducs d’Aumale et de Nemours que je revis par la suite. Mais comme j’étais impressionnée à la pensée que j’allais me trouver en face de celle qui aurait pu être la Reine de France ! Elle me mit immédiatement à l’aise, et me parla de mon pays où, me dit-elle, nous avions si bien reçu son neveu le duc de Penthièvre.

28« En sortant de sa loge, j’exprimai à mon compagnon combien j’avais été frappée par les manières vraiment royales de la Comtesse de Paris et il me rappela m’avoir dit la même chose après sa première randonnée autour de Tahiti où il avait été l’hôte de deux cheffesses de ma famille dont la dignité innée l’avait vivement impressionné. Les Souvenirs de Marau sont pleins de détails sur son séjour en France.

29« A Paris, je ne sortais guère que dans la voiture mise à ma disposition par le Ministre. De sorte que j’en revins à mes robes tahitiennes... Je fus reçue et fêtée partout, beaucoup par curiosité je suppose.

30« Déjeuner à l’Élysée où Mme Grévy admira beaucoup une perle que je portais, montée en broche. Elle me parla de sa propriété de Mont-sous-Vaudrey, et n’était pas peu fière de pouvoir dire qu’on venait d’y vendre pour 250 francs de choux.

31« Dîner et soirée au Ministère de la Marine qui était tenu par l’Amiral Peyron, avec Félix Faure comme sous-secrétaire d’État aux colonies. J’y rencontrai plusieurs officiers que j’avais connus à Tahiti, dont il fut beaucoup question. On avait même eu la prévenance d’inviter à mon intention le colonel R. venu chez nous en 1846 et qui parlait admirablement notre langue. Pendant que nous causions ensemble nous fûmes rejoints par l’Amiral Marc de Saint-Hilaire, un vieux tahitien aussi, qui me proposa de fumer, comme nous en avions l’habitude chez nous. Mais ce fut moi qui lui offris des cigarettes tahitiennes enroulées dans des feuilles de pandanus, ainsi qu’au colonel.

32— « Et ces dames, pourquoi ne fument-elles pas ? » demandai-je en montrant nos voisines. Ici le colonel se servit d’une expression tahitienne intraduisible, qui me fit éclater de rire : « Attendez, ajouta-t-il ; elles n’osent pas encore fumer en public, mais vous allez les voir suivre votre exemple, ça ne sera pas long. » En effet, plusieurs d’entre elles ne tardèrent pas à sortir de très jolis étuis à cigarettes de leurs poches — on en avait encore, et se mirent à fumer. Et le lendemain, l’une d’elles, qui était Russe, m’envoya toute une provision de cigarettes de son pays.

33« Je voulais profiter de l’occasion pour solliciter du Ministre une augmentation de ma pension. Mais, quand il s’enquit très aimablement si je n’avais rien à lui demander, je n’osais jamais le faire. Par contre, j’en obtins un bureau de tabac pour la veuve d’un fonctionnaire colonial demeurée dans le besoin. Tant il est plus facile de postuler pour les autres que pour soi !

34« A la banque de France, où je fus conduite par Félix Faure, on me mit dans la main 50 millions en billets qui ne furent malheureusement pas laissés. On me fit par ailleurs visiter tout ce qu’il y avait de plus intéressant à voir. Depuis Notre-Dame jusqu’aux égouts. Versailles également dont le palais me fit une impression de grandeur prodigieuse... En parcourant la Galerie des Glaces où l’on me parlait du Roi-Soleil et de ses réceptions à grand cérémonial, je me souvins de ce qu’on m’avait raconté sur la présentation à Louis-Philippe de deux de mes grands oncles, fils de mon arrière-grand-père Tati. Le commandant Bruat commissaire royal à Tahiti, les avait amenés en France. Le Roi ayant manifesté le désir de les voir, il les conduisit dans son palais de Neuilly. C’étaient deux immenses gaillards, que grandissaient encore leurs manteaux tahitiens d’apparat. Il leur avait été bien recommandé d’imiter le commandant Bruat en tout et pour tout ; arrivé devant le souverain, le commandant mit genou en terre et lui baisa la main. On s’attendait à ce que les Tahitiens en fissent autant, mais comme ils ne bougeaient pas, ce fut Louis-Philippe qui vint à eux en leur tendant la main.

35— « Baiser la main ? répondirent-ils au commandant Bruat, comme il leur demandait en sortant pourquoi ils n’avaient pas suivi ses instructions... Mais chez nous, c’est à nous qu’on la baise ! » Les fils du Roi les prirent en amitié... A Fontainebleau, on me fit déjeuner à l’hôtel de France et d’Angleterre, en face du Palais, où je me régalais surtout avec des huîtres de marennes et des asperges. Et le bon pain en flûtes, ainsi que l’excellent beurre de France ! Mais je n’en dirai pas autant de l’eau, laquelle n’a pas la même pureté que la nôtre. Aussi je buvais généralement de la tisane de Champagne ou du cidre, et j’y prenais tellement goût qu’on dut me mettre en garde contre leurs effets.

36« J’étais invitée dans tous les mondes, en particulier dans le Faubourg Saint-Germain dont j’appréciais fort les jolies manières et les vieux intérieurs. Mme Adam, Juliette Lambert, qui venait de fonder la Nouvelle Revue et tenait un salon littéraire, voulut aussi me recevoir, ainsi que Mme Bonaparte Wyse. Mais je ne pus me rendre chez aucune des deux ayant été obligée de garder la chambre pendant quelques jours. C’était à la suite d’un vomissement de sang qui m’avait prise en voiture, où ayant envie de fumer, j’avais fait ouvrir une glace...

37« Je fréquentais aussi beaucoup le théâtre. Tous les matins, un envoyé du Ministère m’apportait la liste des spectacles et me demandait pour lequel je désirais la loge présidentielle, mise à ma disposition pendant mon séjour. J’allais à l’Opéra le vendredi, jour d’abonnement, afin de jouir du coup d’œil de toutes les loges garnies de femmes en toilettes, fardées et surchargées de bijoux qui étincelaient aux lumières...

38« Sur ma demande on y donna les Huguenots, que je désirais beaucoup entendre, avec la Krauss dans le rôle de Valentine. A l’Opéra-Comique je fus invitée par le Comte et la Comtesse de C. On jouait Manon-Lescaut avec la Heilbronn... Je vis aussi Sarah Bernhardt dans la Dame aux Camélias et quand elle le sut, elle m’envoya sa photographie avec cette dédicace : « A la très gracieuse Reine Marau, une sujette de plus. »

39« Le Baron D. chez qui j’allais aussi était un artiste, et voulut absolument m’offrir une de ses œuvres. Sur ses instances, je choisis un sous-bois qui me rappelait un coin de l’avenue de la Fautana à Tahiti, et je le conserve précieusement. Sa femme était littéralement cuirassée de diamants... Vers la fin de mon séjour à Paris, Mme du Plessis fut obligée de me quitter pour se rendre en Angleterre, où elle était invitée au baptême d’une enfant apparentée à la famille royale. Elle insista beaucoup pour m’emmener avec elle ; mais je dus y renoncer à mon très vif regret, n’ayant plus assez d’argent pour cela, et surtout parce que je voulais rentrer le plus tôt possible à Tahiti d’où l’on m’écrivait que ma fille était malade. J’aurais cependant bien voulu voir de près la cour anglaise, et faire connaissance avec ce qui me restait de famille paternelle en Angleterre.

40« Je quittais Paris le 4 avril pour m’embarquer au Havre sur le Labrador à destination de New York. Je ne fis cette fois que traverser l’Amérique, ayant hâte de rentrer à Tahiti où je trouvai ma fille encore souffrante et le pays en fête à l’occasion du passage du Prince Oscar de Suède. »

41Marau à la fois « ravie et intéressée » emportait un souvenir merveilleux de son séjour à Paris, mais plus que les splendeurs des réceptions et la beauté des spectacles, la toucha la visite d’une inconnue et le simple don d’un bouquet de violettes. Il s’agissait de la veuve d’un militaire français qu’elle avait connue à Tahiti au moment où elle y attendait le transport qui devait la ramener en France. Enceinte et près d’accoucher, elle venait laver son linge dans un petit lavoir en plein air, non loin de chez moi, pendant que ses enfants, elle en avait déjà une ribambelle, ramassaient des mangues tombées par terre. Mes gens en avaient eu pitié et leur portaient à manger. Un beau jour elle disparut et on apprit qu’elle avait accouché et restait dans une pauvre case dénuée de tout. J’allai la voir et lui fis envoyer un matelas et diverses choses dont elle avait le plus pressant besoin. Puis elle était partie par le transport et je n’en avais plus entendu parler. Étant à Paris, on me prévint à l’hôtel qu’une dame et une petite fille demandaient à me voir, en donnant un nom qui m’était absolument inconnu. Elle insista tellement que je finis par la recevoir et qui est-ce que je vis entrer ? La mère et l’enfant que j’avais eu le bonheur de pouvoir secourir quelques années auparavant. Elles ne demeuraient pas à Paris même, mais ayant entendu parler de ma venue en France, elle et sa fille avaient fait une longue route à pied pour venir me saluer et m’apporter un petit bouquet de violettes que l’enfant tenait à la main. J’en fus touchée aux larmes. »

42Pomare V, qui n’avait pas vu d’un très bon œil le départ de son épouse, n’entendait pas d’une oreille plus favorable ce qui lui revenait de son voyage en France. N’y tenant plus, le 9 mai 1884, il prenait sa meilleure plume pour écrire à l’amiral Peyron, alors ministre de la Marine, une lettre en tahitien, un peu abrupte et dont voici la traduction :

43« Salut à toi ! — Le Capitaine de Vaisseau des Essarts est allé de la gare du Havre, à Paris, recevoir la Princesse Marau qui s’était enfuie de Tahiti, sans notre autorisation, pour aller rejoindre le Lieutenant de Vaisseau Champfeu.

44« En présentant la Princesse dans le monde officiel du Gouvernement de la République, il a provoqué de la part des journaux français des articles blessants pour notre dignité et des outrages à notre personne.

45« Nous avions le droit, après avoir donné notre pays à la France, à nous attendre de la part des Français à d’autres procédés à notre égard.

46« Nous espérons que vous voudrez bien adresser au Capitaine de Vaisseau des Essarts des remontrances pour la légèreté avec laquelle il a agi et que jamais vous ne renverrez à Tahiti, ni lui ni le Lieutenant de Vaisseau de Champfeu.

47« Nous écrivons du reste en ce sens au Président de la République. »

48Le ministre répondit à ces plaintes d’une encre plus diplomatique. Il minimisait l’accueil : Marau n’a reçu aucun honneur officiel... le déplacement du commandant des Essarts est une marque de stricte courtoisie comme on en donne à toutes les femmes d’un certain rang. Et, en galant homme, prétendait ne rien savoir des aventures sentimentales prêtées à la Reine. Voici d’ailleurs le morceau : « Je ne puis cacher que votre lettre m’a causé une pénible surprise. Le Département de la Marine et ses colonies ne s’est pas départi, dans son attitude vis-à-vis de la princesse Marau de la ligne de conduite que lui commandaient l’honneur de votre Majesté et le rang de la personne qui se trouvait alors l’hôte de la France. C’est ainsi que, tout en entourant la Reine Marau des marques de sa courtoisie, il a évité avec soin de donner à l’accueil qu’il lui a fait le moindre caractère officiel.

49« Permettez-moi d’ajouter que j’ignorais absolument le caractère secret du voyage de la princesse. »

50La lettre quitta Paris le 18 juillet. Elle dut arriver à Tahiti deux mois plus tard. Marau avait déjà regagné ses pénates et l’ombre du domicile conjugal.

51Ariitaimai s’est éteinte à Papeete le 24 juin 1897 ; elle était âgée de 75 ans et succombait à une maladie de cœur. Douée d’une puissante constitution, elle était restée jusque-là à l’abri des atteintes de la vieillesse ; mais la mort de sa fille Prî, — Lois, cadette de Marau, survenue le 25 mai 1894 l’avait profondément affectée. « C’était, d’après Marau, une noble et charmante nature, et notre mère en eut un tel chagrin qu’elle alla s’enfermer seule dans sa chambre, refusant de voir personne. Elle n’en sortit qu’à la nuit tombante, tout de noir habillée, les yeux secs, et vint auprès du lit où reposait sa fille. Elle l’entretint comme si elle eut été encore vivante, longuement, posément. Mais, contrairement à ce que je l’avais vue faire à la mort de la Reine ainsi que d’une sœur à elle, qu’elle avait glorifiées en tant que grandes princesses, elle ne parla à sa fille que du ciel où elle espérait bientôt aller la rejoindre. Et à partir de ce jour-là, sa santé se mit à décliner...

52« Trois ans après j’eus l’immense douleur de perdre ma mère.

53« Le peu que j’ai été amenée à dire d’elle, poursuit Marau, laissera deviner l’étendue de ma perte, ainsi que la manière dont elle fut ressentie à Tahiti et dans toutes nos îles. Qu’il me soit seulement permis de citer un petit passage de son oraison funèbre, prononcée par M. le Pasteur Vernier qui la connaissait bien :

54« Sa descendance illustre, le rôle qu’elle a pu jouer dans l’histoire contemporaine de son pays, son adhésion cordiale aux événements qui ont finalement fait de Tahiti une terre française, l’intelligence supérieure qu’elle a constamment déployée dans ses diverses situations, sont autant de points qui appelleraient des observations d’un véritable intérêt. Il en serait de même s’il nous était donné de contempler en elle comme il conviendrait, l’épouse fidèle, l’amie généreuse et dévouée des bons comme des mauvais jours.

55« Rien de trivial ni de commun dans cette personnalité distinguée, rien non plus de hautain ni de dédaigneux dans toute sa manière d’être avec les humbles et les petits.

56« Sa parole avait un charme irrésistible.

57« Dans sa bouche, la langue tahitienne, qu’elle parlait en perfection, était une musique douce et pénétrante qu’on ne se lassait pas d’entendre. C’était un véritable délice pour l’oreille ainsi que pour le cœur et pour l’esprit. De là l’ascendant qu’elle exerçait naturellement et sans effort sur son entourage. Princesse par la naissance, elle le fut surtout, pouvons-nous dire, par son grand cœur, par son intelligence supérieure, par la dignité de sa personne et par maintes excellentes vertus. Il semblerait même que les nombreuses appellations princières qui lui furent octroyées à diverses époques de son existence, selon une antique coutume tahitienne encore en vigueur, furent comme le symbole des qualités rares qui en étaient l’ornement. »

58Le sentiment qu’inspirait Ariitaimai à Marau était une sorte de vénération mais poussée au point d’avoir toujours envie « de me mettre à ses genoux ainsi que nous ne manquions pas de le faire, ses sept autres enfants et moi, quand nous la retrouvions après une absence. Ce qui ne m’a pas empêchée de vivre avec elle sur le pied de la plus complète et de la plus tendre intimité... Exceptionnellement douée sous tous les rapports, elle avait le culte du passé, et m’y a initiée dès mon enfance, me faisant part de tout ce qu’elle savait, soit par son expérience personnelle, soit d’après les récits de sa mère à elle et de son grand-père, Tati.

  • 1 On est surpris de ne pas voir le président Salmon faire ici allusion aux Mémoires laissés par sa g (...)

59Avant de disparaître, Ariitaimai avait dicté tout ce qu’elle savait de notre passé prestigieux1. Mais ce premier recueil fut enfermé dans un coffre et retrouvé moisi et tout rongé par les termites. Après elle, j’en avais fait autant, et remis mon travail à M. Janssen, astronome venu ici pour observer un passage de Vénus sur le soleil. Il parlait couramment le tahitien et s’intéressait beaucoup à notre histoire. Il m’avait demandé de lui confier mes cahiers, se chargeant de les faire publier. Mais je n’en ai plus jamais eu de nouvelles. Espérons que cette troisième tentative ne subira pas le même sort que les deux précédentes... Quoique beaucoup moins complète que les deux autres, surtout que celle de ma mère, elle ne pourrait plus être renouvelée ni par moi, ni par personne maintenant. »

60Ariitaimai reçut la formation tahitienne traditionnelle réservée à la caste des Arii. « Elle lui fut donnée par Teao, ce premier grand prêtre du marae de Farepua, en même temps que le Pasteur Davies lui apprenait à écrire et à calculer sur le sable de la grève faute de papier. »

61Et Marau d’évoquer une fois encore le profond attachement et la fidélité à toute épreuve dont elle ne cessera de faire preuve à l’égard de la Reine, son amie de toujours, devant laquelle elle « s’effaçait délibérément au fur et à mesure qu’elle comprenait mieux les choses, contribuant de tout son pouvoir à lui ramener ceux des nôtres qui l’avaient combattue. Elle poussa même le désintéressement jusqu’à modifier la généalogie qui la plaçait avant la Reine, afin de lui donner la préséance en tout. Geste d’autant plus méritoire qu’elle lui faisait en même temps abandon de propriétés attachées aux droits d’aînesse renoncés. La générosité a toujours du reste été largement pratiquée à Tahiti surtout chez les Arii. »

62Dans un chapitre du livre du Dr Nicholas Sem, Tahiti, l’île du Paradis, rédigé par une Américaine le Dr Lucy Waite, chirurgien de l’hôpital Mary Thompson de Chicago, il est rendu un touchant hommage à la vie et au caractère de Ariitaimai « cette femme au noble cœur qui sut être à la fois un loyal sujet, un habile diplomate, et, cette chose plus rare et plus belle encore, une amie fidèle ».

63Amie fidèle en vérité, qui, dans les circonstances que l’on sait, préféra l’amitié au pouvoir et aux honneurs que lui offrirent les chefs de Tahiti et d’Eimeo, considérant cette offre comme une injure faite à son amitié pour la Reine et à l’affection qu’elle lui portait. Cette dernière remarque est tirée de la nécrologie parue dans le Messager de Tahiti après la mort d’Ariitaimai. J’en citerai aussi les extraits suivants : « Ainsi que nous l’avons annoncé dans notre dernier numéro, la Princesse Teriirere I Otu Rau Ma Toarai Ariioehau Taaroarii Ariitaimai VveSalmon, s’est éteinte à Papeete au milieu de ses enfants et de ses petits-enfants, le 24 juin dernier à 7 h. 40 du matin, âgée de 75 ans.

64« La Princesse Ariioehau, plus généralement connue à notre époque sous les noms de Ariitaimai Vahine et de Dame Vve Salmon, héritière et représentante des deux plus grandes familles de Tahiti, les Ativivirau et les Ateriitahi, naquit à Papeari en l’année 1821.

PLANCHE VII

PLANCHE VII

La famille BRANDER-DARSIE
Photographie prise à Papeete vers 1889-1890. — La fille ainée d’Alexandre Salmon, Titaua, avait épousé en premières noces John Brander (1814-1877) et après la mort de ce dernier, George Darsie. On la voit ici aux côtés de George Darsie, entourée de ses enfants Brander et Darsie. Débout, de gauche à droite : Norman, Jack, Alexandre, Arthur et Winifred Brander. Assis, de gauche à droite : Ina Darsie, sa demie sœur Paloma Brander. George Darsie et son fils George. Mrs darsie (née Titaua Salmon), sa dernière fille Monte, Marian Brander et sa sœur May. (Photo Spitz, Papeete).

65« Elle était la petite-fille première née du grand chef Tati lequel était lui-même neveu d’Amo et de la Reine Oberea (Purea) dont il est fait mention dans les relations de voyage des Capitaines Wallis et Cook.

66« Suivant les traces de son aïeul, le grand Tati, durant sa vie entière, Mme Salmon n’a cessé de rendre à son pays et à la cause française, ainsi que son mari d’ailleurs, les services les plus signalés, ce dont font foi les publications de l’époque.

67« Tahiti voit disparaître aujourd’hui en Mme Salmon l’une des plus grandes figures de son histoire. »

Notes

1 On est surpris de ne pas voir le président Salmon faire ici allusion aux Mémoires laissés par sa grand’mere. On sait en effet comment Ariitaimai, excitée et mise en confiance par l’historien américain Henry Adams de passage à Tahiti en 1891, lui avait quasiment récité ses souvenirs de princesse tahitienne, souvenirs qui avaient été recueillis et mis en ordre par Adams et qu’il publia en 1893.
La Société des Océanistes dans sa publication n° 12 en donne la premiere version française. Elle est precédée d’une remarquable introduction, signée de Bengt Danielsson, sur les Mémoires et leur composition.

Table des illustrations

Titre PLANCHE VI
Légende La reine MARAU lors de son voyage à Paris en 1884.La classique robe tahitienne, revue par un grand couturier parisien (Cliché Braun).
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre PLANCHE VII
Légende La famille BRANDER-DARSIEPhotographie prise à Papeete vers 1889-1890. — La fille ainée d’Alexandre Salmon, Titaua, avait épousé en premières noces John Brander (1814-1877) et après la mort de ce dernier, George Darsie. On la voit ici aux côtés de George Darsie, entourée de ses enfants Brander et Darsie. Débout, de gauche à droite : Norman, Jack, Alexandre, Arthur et Winifred Brander. Assis, de gauche à droite : Ina Darsie, sa demie sœur Paloma Brander. George Darsie et son fils George. Mrs darsie (née Titaua Salmon), sa dernière fille Monte, Marian Brander et sa sœur May. (Photo Spitz, Papeete).
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/808/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 810k

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr