Version classiqueVersion mobile

Un siècle et demi de contacts culturels à Tanna, Nouvelles-Hébrides

 | 
Jean Guiart

Introduction

Texte intégral

1L’île de Tanna, de forme irrégulière, plus épaisse vers le Sud, s’allonge dans la direction générale du méridien terrestre, sur une longueur de 32 kilomètres et une largeur allant d’un minimum de 8 km. 500 (à la hauteur de Launalang) à un maximum de 24 kilomètres (entre les pointes d’Imlau et de Port-Résolution).

2Cette île dont la côte est directement battue par la mer sur presque toute la longueur, n’offre que des abords inhospitaliers aux navigateurs, en dehors de la baie de Port-Résolution, où Cook jeta l’ancre, mais dont le fond fut exhaussé par une éruption à la fin du siècle dernier. Le creux de la baie ouverte de Waesisi fournit le seul abri contre l’alizé du Sud-Est. Les points d’atterrissage de White Sands, Lenakel, Kwamera et Yanarbòl s’avèrent impraticables dès que la mer est tant soit peu agitée : la barrière corallienne peu importante permet d’y abriter seulement des embarcations de faible tonnage. L’isolement relatif qui résulte de cette situation a joué un rôle certain dans l’histoire de l’île, en tant qu’élément défavorable à l’installation d’une colonisation européenne.

3Le sol de l’île, montagneux, est de formation presque entièrement volcanique. On note néanmoins une plate-forme corallienne surhaussée sur le bord ouest et la partie nord de l’île où elle est surmontée de hauteurs escarpées en partie calcaire, d’origine peut-être différente.

4Le relief est plus varié qu’on ne le penserait. Les collines du Nord, qui tombent directement sur la mer, culminent à 600 mètres ; vers le Sud, elles s’abaissent rapidement pour former une série de crêtes parallèles et de même altitude, séparées par des vallées abruptes qui partent vers le Nord-Ouest ou le Nord-Est.

5A la hauteur de Launalang, un plateau se constitue dont la pente s’affaiblit graduellement à l’Ouest et à l’Est, ainsi que vers le Sud où elle est coupée par une vallée transversale dont la rive sud forme un gradin élevé qui la surplombe de près d’une centaine de mètres.

6Après quelques ravins qui mordent sur la frange, c’est le début d’un nouveau plateau qui se prolonge vers le Sud jusqu’à la hauteur de Lenakel et Waesisi, saigné transversalement par des vallées profondes, plus longues à l’Ouest qu’à l’Est où les croupes tombent directement sur la mer. Les vallées de la côte ouest ne sont en réalité que des ravins, étant dépourvues d’eau sur la plus grande partie de leur longueur, sauf aux périodes de grandes pluies.

7Au Sud de cette zone peu élevée, le reste de l’île offre un double aspect : une aire d’effondrement, le Siwi, bordée d’un croissant de hautes montagnes dont les points culminants, les monts Mèlèn et Tukosmerë, dépassent 1.000 mètres d’altitude. A l’Est, des croupes qui ne s’élèvent pas au-dessus de 300 mètres sont dominées par le cratère du volcan miniature dont s’enorgueillit l’île, appelé suivant la langue Yasur ou Yahuwey. Le massif du Loanvialu au Nord tombe sur la dépression par une véritable faille aux parois presque verticales. Il se prolonge en direction du Sud-Est par une chaîne moyenne que l’on franchit par des cols à 600 et 700 mètres d’altitude, aux pentes abruptes sur le versant du Siwi et descendant graduellement jusqu’à la mer sur le versant ouest. Cette chaîne peu déchiquetée est surmontée par le massif majestueux du Tukosmerë qui constitue la principale assise de la partie sud de l’île. Sur son flanc nord-est naît une rivière, celle de la cascade Nimiraunu à Fekal, dont les eaux alimentent en permanence le lac Siwi. Le mont Mèlèn (4.090 mètres), un peu moins élevé que le Tukosmerë, est bien plus escarpé que son voisin, du moins sur ses flancs nord et sud ; vers l’Est, il se prolonge en une chaîne basse qui forme l’armature du District de Port-Résolution, sinon de la pointe elle-même, dont le faible relief possède son individualité propre. Le massif volcanique à l’Est de la dépression est, lui, tout entier troué de solfatares et de bouches de vapeur fusant au milieu de la végétation.

8Le fond de la cuvette, témoin de l’ancien cratère, recevant les projections continues de cendres du volcan sous le vent de l’alizé du Sud-Est, offre un aspect lunaire, avec son lac aux contours changeants, bordé de dunes de cendre et de plaques de lave rouge, le tout abondamment parsemé de bombes volcaniques, et sans autre végétation que de rares pandanus acharnés à survivre.

9Le versant ouest du Tukosmerë et de ses satellites, creusé de vallées profondes, a le bénéfice, rare sur Tanna, d’un certain nombre de cours d’eau permanents, dévalant des pentes couvertes d’une belle forêt à fougères arborescentes, jusqu’à la limite de l’habitat humain (500 mètres environ).

10Curieusement, la géographie humaine ne se conforme ni à l’impératif de l’eau, ni à celui d’éviter les projections des cendres du volcan. La plus grande partie de la population de l’île est concentrée au Nord et au Nord-Ouest de la zone volcanique, sous le vent du cratère, et en des régions où l’éloignement, la rareté ou la difficulté d’accès des points d’eau offrent un problème de tous les jours. Les régions au Nord et au Sud de cette zone sont celles où la démographie est aujourd’hui la plus faible et où le processus de dépopulation ne semble même pas encore définitivement arrêté.

11Dans cette zone privilégiée, l’habitat humain y est continu, de côte à côte et de Lenakel à White Sands, si l’on excepte la partie la plus élevée du massif du Loanvialu. Les districts, au voisinage immédiat l’un de l’autre, sont en relations étroites entre eux et les villages, disposés de distance en distance, sont souvent de crête à crête à portée de la voix.

12Les districts du Sud-Ouest, du Sud, de Port-Résolution ou de Green Hill, à mouvement démographique nul ou en légère décroissance, se présentent comme des districts montagneux, aux villages éloignés les uns des autres ; cet isolement relatif est identique à l’échelle des districts, dont l’intercommunication est rendue difficile, tant par la distance, que par l’existence de barrières montagneuses ; dans tout le Sud, par exemple, les relations ne peuvent se faire que par le sentier qui suit la côte.

13D’un point de vue général, la démographie saine de l’île est depuis un quart de siècle le fait saillant qui ressort des chiffres connus ; malgré la précarité des méthodes d’enregistrement utilisées, ce mouvement de progression constant reste indéniable : de 5.310 en 1919, la population de l’île était passée au 1er janvier 1953 à environ 6.948 habitants. Si l’on tient compte de ce que cette population est aujourd’hui concentrée dans le centre de l’île et que la dépopulation des autres districts est un phénomène historiquement attesté, on peut supposer que l’île a pu contenir une population de près de vingt mille habitants à l’arrivée de Cook.

14Cette population vit aujourd’hui en plusieurs centaines de hameaux dispersés le long des sentiers qui remontent les crêtes ou s’entrecroisent sur les plateaux. A proximité de chacun, une place de terre nue, de superficie variable, ombragée de banians séculaires, où l’on vient au soir partager la boisson nationale, le kava.

15Suivant les lieux, la case est de style ancien, au toit à double pente posé à même le sol, ou à l’imitation, à échelle réduite, d’une maison européenne ; le toit, en feuilles de canne à sucre, à double épaisseur, est alors soulevé sur des poteaux que joint un mur en roseaux tressés. Pas de plan type de village. Les cases se dispersent au droit du côté de la place de danse où les propriétaires viendront s’asseoir aux jours fastes. Dans la montagne et sur le plateau central les cases sont de petites dimensions, l’humidité, dit-on, en faisant pourrir trop rapidement les matériaux pour qu’il vaille la peine de les construire plus grandes. Les parties basses des districts de White Sands et Port-Résolution montrent au visiteur des cases de grand style, habituelles aux terrains secs ou aux atolls de tradition polynésienne, ainsi que des agglomérations moins dispersées.

16Les champs se rencontrent au hasard des débroussages : champs consacrés uniquement aux ignames dont les lianes courent sur des espaliers en roseaux ; champs de culture mixtes où les taros se mêlent aux patates douces (kwaley, kwale itonga), aux maniocs, aux maïs et aux choux ; champs plus traditionnels où la culture du kava (nekaẅa) s’accommode du mélange avec celle du taro. Sur les pentes descendant vers la mer d’immenses cocoteraies, parfois assez régulièrement plantées, fournissent par le coprah la meilleure part du revenu monétaire des populations côtières. Les broussards, moins bien partagés, qui vivent à trop haute altitude pour un bon rapport du cocotier, se spécialisent dans le commerce des porcs, des racines de nekaẅa et du tabac séché et roulé en cordes, qu’ils vendent aux gens de la côte.

17La structure économique de l’île, du type colonial le plus classique, offre toutes les apparences d’un retard d’au moins un quart de siècle, même par rapport aux autres parties de l’archipel. S’il reste dans son île et ne va pas louer au dehors sa force de travail, l’autochtone est producteur de coprah. Il vend son produit au Blanc qui ne joue que le rôle d’intermédiaire commercial ; il n’y a qu’une petite plantation sur Tanna, appartenant à la Société Burns Philipp de Sydney (B.P.). En compensation, l’Européen tient un magasin où il vend ses marchandises au prix fort. Entre le commerçant européen et le producteur, il se place toute une gamme de petits commerçants indigènes, indépendants ou jouant le rôle de commis pour un Européen ; d’individus plus évolués qui utilisent leur savoir-faire pour acheter le coprah à leurs concitoyens et le revendre aux commerçants blancs ; de gros propriétaires terriens des zones côtières, qui exploitent leurs cocoteraies avec de la main-d’œuvre salariée, si le taux d’achat du coprah leur semble suffisamment rémunérateur.

18L’Administration est en principe représentée par deux délégués du Condominium, Français et Anglais, qui habitent porte à porte à Isangel, sur la côte ouest. Ils président chacun à tour de rôle, de mois en mois, le « tribunal indigène », flanqués de deux assesseurs qui n’ont que voix consultative. Ces assesseurs, un par district, ajoutent à leurs fonctions judiciaires, un rôle d’autorité sur le plan du district, aussi réel qu’illégal, au moins à l’origine, puisqu’il ne se fonde sur aucun texte législatif condominial. Au niveau du village, un « boss » ou chef de village, choisi dans des conditions très variables, sert d’intermédiaire entre les siens et le représentant de l’Administration auquel il a, selon les cas, affaire : délégué ou assesseur.

19L’armature de l’Eglise presbytérienne indigène des Nouvelles-Hébrides, autonome dans la conception récente de la mission, est fondée d’une part sur le principe du gouvernement par le haut : pasteurs et teachers nommés par le missionnaire — et d’autre part sur une organisation démocratique — choix ou élection des elders, anciens de l’Église, sous réserve de l’opposition du missionnaire. Depuis le choc de mai 1941 et les décisions du synode presbytérien d’après guerre, le rôle du missionnaire s’est en pratique amenuisé, l’influence des elders ayant aujourd’hui pris le pas sur celle des éléments plus strictement ecclésiastiques (pasteurs, teachers) ; il n’est plus aussi libre de ses mouvements et doit suivre avec attention une opinion indigène qu’il peut influencer, mais qui risquerait de réagir violemment à des pressions par trop directes. Il en résulte que la volonté de progrès d’un missionnaire peut être aujourd’hui mise en échec par la volonté de ses cadres restés fidèles aux anciennes conceptions calvinistes d’intolérance. Les Adventistes du Septième Jour peuvent neutraliser cette tendance à l’indépendance des cadres, grâce aux avantages matériels qu’ils peuvent assurer. Les catholiques n’ont plus que des sympathisants, ralliés par intérêt politique. En pratique, l’opinion publique indigène est en 1954 dans son immense majorité une opinion païenne et c’est le moins qu’on en puisse dire. Tout le problème dont nous allons tenter l’étude est là.

© Société des Océanistes, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search