Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tahiti et l’aviation

 | 
Patrick O’Reilly

1964. Les aérodromes

Texte intégral

1C’est un fait, même pour les courtes distances, l’avion tend à devenir un mode courant de locomotion en Polynésie française. Les descendants des sujets de la reine Pomaré préfèrent désormais le jet aux goélettes, le turbo-prop aux baleinières de récif et le Jodel aux pirogues à balancier.

2Ce nouveau moyen de transport n’a été rendu possible que grâce à l’aménagement de nombreuses pistes dans les îles.

3L’installation de Faaa a donné le branle. Le développement du trafic fut tel – 32 % par an pour les services passagers – que toutes les prévisions furent dépassées. Moins de quatre ans après l’inauguration de Faaa, il fallait agrandir l’aéroport « passagers », créer une zone destinée au trafic local, accroître les parkings envahis par l’exode dominical vers Moorea et les îles Sous-le-Vent... Comme il était techniquement impossible de doubler la piste d’envol par une voie de dégagement, on est en train d’aménager des raquettes – des boucles d’évitement – qui permettront aux gros porteurs de faire leurs virages de bout de piste après atterrissage ou avant le décollage, boucles qui pourraient peut-être un jour être reliées par une sorte de taxiway.

4Faaa, comme tout aérodrome de classe internationale exigeait un aérodrome de dégagement mieux adapté que Bora Bora dont la piste trop courte manquait de résistance. Ainsi fut établie par l’aviation civile, entre Tiputa et Avatoru, une piste longue de 2 200 m sur l’atoll de Rangiroa. Elle était inaugurée en grande pompe le 12 août 1965 par le gouverneur Sicurani venu en une heure de vol par un DC 4 du RAI. Un quadriréacteur DC 8 de l’UTA, le F-BLLC, piloté par le Cdt Vasiu se posait quelques instants plus tard. Premier jet à atterrir sur cet atoll où, le premier, Laurent Le Bihan avait posé un Cams 55 en 1937...

5Évidemment, les avions que Faaa, pour une raison imprévisible, ne pourrait accueillir, auraient pu demander asile aux aérodromes installés par le CEP aux Tuamotu, à Hao, à Mururoa ou à Fangataufa. Mais les militaires aiment rester chez eux et l’atterrissage de fortune d’un avion de ligne sur un aérodrome militaire de la Polynésie française serait une aventure sans précédent.

6L’aérodrome de Hao, base aérienne opérationnelle, a été ouvert en 1964. C’est un aérodrome de classe internationale. Il comporte une piste de 3 400 m X 45, prolongée par un parking et un bâtiment de décontamination. Il est destiné aux quadriréacteurs longs-courriers, aux appareils de l’Armée de l’Air et de l’aéronautique navale affectés aux sites de tir. Il a reçu tous les moyens modernes de navigation aérienne, avec plus de 10 000 m2 de hangars pour les installations techniques.

7Les sites de tir : Mururoa et Fangataufa ne comportent que des pistes de 2 000 m construites par le génie de l’Air et le service des travaux maritimes. Et aussi des aires pour les hélicoptères. Ces trois aérodromes possèdent naturellement des plans d’eau balisés pour recevoir, le cas échéant, des hydravions. Le C.E.P. a encore installé un aérodrome de dégagement à Totegegie, sur un motu des Gambier.

8Outre Faaa et Rangiroa, il existe en Polynésie française deux aérodromes civils d’État : Raiatea et Bora Bora.

9Nous avons vu naître Bora au cours de la seconde guerre mondiale et cette piste reprendre ses activités en 1958. Elle sera, jusqu’à l’ouverture de Faaa, le seul point d’atterrissage en Polynésie pour les lignes commerciales. Cette piste, en corail roulé, demande beaucoup d’entretien et on songe à sa réfection, peut-être à son allongement. La construction est également prévue d’un aérogare de style aussi traditionnel que possible qui comportera un hall d’accueil, un bar-restaurant, les bureaux des compagnies et un wharf d’embarquement du motu vers Vaitape, le chef-lieu du district. Bora Bora est en effet une île très visitée : les avions, en 1972, y ont déposé 57 000 personnes.

10Les aérodromes que nous venons de citer ont été créés sur des fonds d’État ou des crédits militaires. D’autres furent implantés en Polynésie grâce au financement du Territoire. En voici une rapide nomenclature.

  • 1 Pour tous les renseignements concernant les aérodromes territoriaux, nous tenons nos chiffres de t (...)

11Le 6 octobre 1967 fut ouverte à Temae, sur une plaine littorale du nord-est de Moorea, une piste courte de 700 X 20 m. Elle est formée de corail compacté et comporte une aire de stationnement et un abri pour passagers. Cet aérodrome a coûté 1 721 500 F français. Il a été exécuté sur des fonds du FI DES et réalisé en six mois. Il a vu, en 1972, 31 000 mouvements aériens concernant 75 395 passagers1.

  • 2 Sur la construction, de Manihi, voir : André Adam, Panorama de l’infrastructure aéronautique [en P (...)

12C’est à Manihi, un atoll des Tuamotu, que fut ouvert en septembre 1969 un aérodrome comportant, sur la bordure sud-ouest du lagon, une piste courte de 815 X 20 m, en corail compacté avec une extrémité bitumée. La construction d’une piste était particulièrement souhaitable à Manihi. Cet atoll, un des centres de la production de la nacre, possédait en effet une industrie perlière naissante pour laquelle des relations rapides avec Tahiti étaient d’une grande utilité. Par ailleurs, cet aérodrome pouvait devenir une escale normale pour les futures liaisons avec les Marquises. Construit sur des terrains domaniaux, il a prouvé qu’il était possible de réaliser une piste sur des plates-formes corallisantes dans des conditions relativement économiques : 380 000 F français2. Manihi, en 1972, a vu partir 166 avions emportant 250 passagers vers Tahiti.

  • 3 Ibid. – Une réalisation sur un site non corallien, ... p. 138.

13La première piste des îles Marquises a été ouverte à Ua Huka en 1970. Le mardi 27 octobre de cette année-là, un Haviland Twin Otter d’Air Polynésie reliait en effet, en 6 h 51 de vol, Faaa à l’archipel, par Rangiroa et Manihi. Il s’agit là encore d’un aérodrome court – la piste a 755 X 20 m – établi à une altitude moyenne de 40 m, sur une planèze côtière du sud de l’île, en bordure de mer. Ses dégagements sont loin d’être parfaits. La piste est à moins de 3 km d’une côte rocheuse de 230 m et se termine par un à pic de 40 m sur la mer. « Divagation de chevaux sauvages », annoncent, en note de la fiche de l’aérodrome, les services d’information qui nous avertissent également de « turbulences » par les forts vents3. Malgré ces imperfections, Ua Huka représente la première tête de pont aéronautique établie aux Marquises. Lors de la suppression de la ligne des Messageries Maritimes qui faisait escale à Nuku Hiva, l’administration résolut de donner une « compensation » aux Marquisiens en créant cet aérodrome. Il a coûté plus d’un million de francs français fournis par le FIDES. Il a vu se poser à l’arrivée, en 1972, 108 appareils, porteurs de 367 passagers et apportant à l’archipel 1 075 kg de poste.

14Au début de l’année suivante, le 30 mars 1971, s’ouvre à Huahine sur une plaine littorale située au nord de l’île, à 3 km de Fare, un nouvel aérodrome. Sa piste de 1 500 m X 20 m, une soupe de corail, avec un revêtement « bi-couche bitumeux à granulat basaltique » permet déjà l’atterrissage de plus gros avions. C’est un aérodrome de la classe C. L’acquisition des 55 hectares nécessaires à l’installation de l’aérodrome a coûté 1 065 000 F français ; et le FIDES a ouvert un crédit de deux millions pour son aménagement. Il a été construit en trois mois. En 1972, sa première année complète d’existence, l’aérodrome de Huahine a vu passer 10 341 passagers déposés ou emmenés par 1 051 vols d’Air Polynésie ou Air Tahiti.

124. Ua Huka, îles Marquises. Piste d’atterrissage de F aérodrome ouvert en novembre 1970 entre la falaise et la montagne. (Cl. Aviation militaire).

125. Ua Huka, Marquises. Aérodrome de Vaipae avec un bi-moteur d’Air Tahiti en provenance de Faaa. (Cl. F. Nanai).

126. Hiva Oa, îles Marquises. Environs de Atuona. Cet éperon entouré de montagnes est le terrain le plus propice qui aie été trouvé aux Marquises pour l’établissement d’un aérodrome.

15L’année 1971 verra encore l’ouverture d’un autre aérodrome aux Marquises, cette fois, où la piste de Hiva Oa a été ouverte le 29 décembre. C’est un tour de force que d’avoir réussi à placer sur une crête haute de 420 m, à l’intérieur de l’île, à 4 km dans la montagne, au nord d’Atuona, une piste de 675 X 18 m. Elle fut réalisée en cinq mois, en « grave non traitée », sur des terrains offerts par la Société commerciale. Guy Rauzy, maire d’Atuona et membre de l’Assemblée territoriale de la Polynésie française, a beaucoup contribué à sa réalisation. On en parle, aux Marquises, comme de « la piste Rauzy ». Elle a coûté 852 000 francs français. En 1972, première année d’utilisation de cet aérodrome, il reçut 145 vols avec un mouvement de 421 passagers.

16Après les Marquises, les Tuamotu et les îles Sous-le-Vent, voici les Australes qui, elles aussi, vont posséder leur aérodrome. C’est Tubuai, centre administratif de l’archipel, qui a été choisi. La piste – 1 500 X 30 m – a été établie au long de la plaine littorale sur une soupe de corail revêtue de « sand asphalt ». Elle est située à 5 km à l’ouest du village de Mataura. Les travaux estimés à deux millions de francs français, ont été financés, pour les trois-quarts, sur les fonds du FIDES, l’Etat prenant à sa charge le reste des frais. L’aérodrome a été déclaré ouvert à la circulation le 27 juin 1972. Au cours du dernier semestre de cette année, Tubuai a vu passer 273 passagers en 15 vols, avec 10 t de frêt et 468 kg de poste.

17Cette année 1972, même la petite île de Maupiti, la plus éloignée et la moins peuplée – 635 habitants – des îles Sous-le-Vent, reçoit son aérodrome. On en parle à Tahiti comme d’un aérodrome « électoral ». Bref, entre le 17 mai et le 10 juillet 1972, une piste de 625 X 20 m en corail compacté recouverte d’un enduit bitumeux fut installée sur un motu, un des îlots coralliens qui étranglent la passe d’entrée dans le lagon. Elle est établie sur des terrains domaniaux. Il en a coûté moins de 450 000 francs français au FIDES pour la construire. Située dans un aérodrome non contrôlé, non gardienné, cette piste n’est actuellement utilisable que de jour. « Les pilotes devront s’assurer par un passage à basse altitude que la passe est libre. » Dans les cinq mois de son utilisation, Maupiti a vu arriver 38 appareils qui ont transporté 477 passagers et 48 kg de poste.

18Takapoto sera le dernier terrain construit au moment où sont rédigées ces notes. Cet atoll, une des îles les plus septentrionales des Tuamotu et un important centre de pêche des huîtres nacrières, a mérité l’installation, sur des terres domaniales, d’une piste de 900 X 15 m en corail compacté. II devait être terminé en juillet 1973.

19Outre ces terrains civils ou militaires, il existe encore en Polynésie française quelques pistes privées. Au début des années 60, Maître Marcel Lejeune, notaire à Papeete, a acheté un atoll situé au nord de Bora Bora ; on le nomme Motu Iti, Tupai ou Tubaï. C’est pour son propriétaire un lieu de repos et un centre de pêche. Il y a installé quelques bungalows qu’il prête aux riches touristes et aux artistes de passage. Pour faciliter les circulations, une piste privée, destinée à des avions légers, a été aménagée à Motu Iti.

127. L’aérodrome après l’écrétement de l’éperon.

128. Carton de l’île d’Hiva Oa montrant l’emplacement de l’aérodrome.

20Tetiaroa, dans un groupe de petits atolls situés au nord de Tahiti, était autrefois la propriété des Pomaré. Le bon roi y mettait ses femmes à l’engrais... L’île, vers 1962-1965, était habitée par une Américaine qui prétendait y élever des chiens. Cette île passa vers 1967 entre les mains de Marlon Brando. Il en fit un centre de repos pour les VIP et, dans des parages fort poissonneux, envisageait d’élever la langouste. Une petite piste fut tracée dans la cocoteraie permettant aux avions de tourisme de relier en quelques minutes l’île avec Papeete.

  • 4 Statistiques générales du trafic aérien, 1971, Papeete [1972], tableau de la p. 15. Aérodrome de M (...)

21Le fait le plus notable est sans doute l’accroissement spectaculaire des services intérieurs de la Polynésie au fur et à mesure de l’ouverture des aérodromes. Même pour les courtes distances, l’avion prend immédiatement une place prépondérante et suscite des courants de circulation. Le cas de Moorea est particulièrement frappant à cet égard. L’île est très proche de Papeete : à peine 20 km de mer les séparent. Ce trajet représente tout juste deux heures de mer ; 1 h 30 pour une vedette rapide. L’avion, lui, couvre cette distance en 7 minutes. La piste de Temae fut pratiquement utilisée à partir de 1968. Cette première année, 11 965 passagers circulent entre Tahiti et Moorea. Trois ans plus tard, en 1971, le trafic a bien plus que décuplé et c’est 160 973 passagers qui, en 28 730 vols, empruntent la voie des airs pour le trajet de Moorea ; un véritable pont aérien ! Remarquons d’ailleurs qu’il y a plus de voyageurs sur cette ligne aérienne au retour qu’au départ. Quelques passagers, tentés par les charmes de la navigation de plaisance, ont dû, sans doute, goûter modérément les joies d’une mer parfois un peu agitée dans ce secteur et ont préféré, pour leur retour, la stabilité aérienne aux agréments du yachting4.

129. L hélicoptère, lui, n’a besoin que d’une toute petite surface pour atterrir. Arrivée d un hélicoptère à Rimatara.
(Cl. F. Nanai).

Notes

1 Pour tous les renseignements concernant les aérodromes territoriaux, nous tenons nos chiffres de tableaux fournis par M. de La Chapelle, directeur de l’Aviation civile. Pour les chiffres du trafic : Statistiques générales de trafic aérien, 1972, [Papeete], Aviation civile, 1973, 55 p.

2 Sur la construction, de Manihi, voir : André Adam, Panorama de l’infrastructure aéronautique [en Polynésie française] (Revue du secrétariat général à l'aviation civile, 13 avril 1971, p. 136-137.

3 Ibid. – Une réalisation sur un site non corallien, ... p. 138.

4 Statistiques générales du trafic aérien, 1971, Papeete [1972], tableau de la p. 15. Aérodrome de Moorea, trafic commercial.

Table des illustrations

Légende 124. Ua Huka, îles Marquises. Piste d’atterrissage de F aérodrome ouvert en novembre 1970 entre la falaise et la montagne. (Cl. Aviation militaire).
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende 125. Ua Huka, Marquises. Aérodrome de Vaipae avec un bi-moteur d’Air Tahiti en provenance de Faaa. (Cl. F. Nanai).
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende 126. Hiva Oa, îles Marquises. Environs de Atuona. Cet éperon entouré de montagnes est le terrain le plus propice qui aie été trouvé aux Marquises pour l’établissement d’un aérodrome.
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/654/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7M
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/654/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende 127. L’aérodrome après l’écrétement de l’éperon.
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/654/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende 128. Carton de l’île d’Hiva Oa montrant l’emplacement de l’aérodrome.
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/654/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende 129. L hélicoptère, lui, n’a besoin que d’une toute petite surface pour atterrir. Arrivée d un hélicoptère à Rimatara.(Cl. F. Nanai).
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/654/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 550k

© Société des Océanistes, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr