Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tahiti et l’aviation

 | 
Patrick O’Reilly

1953. Le Grumann-Mallard de la RAI effectue la première liaison Tahiti-Marquises et retour

Texte intégral

1C’est au colonel Louis Castex que l’on doit cette liaison. Ce militaire est tombé dans la politique, en 1952, à la suite d’une nomination de conseiller à la défunte Assemblée de l’Union Française. Tout aussitôt nommé Président d’une sous-commission intéressée aux problèmes de l’aviation civile, ce Toulousain actif et entreprenant, bien en cour dans les milieux gouvernementaux de l’époque – il fut un temps attaché au cabinet de Georges Man- del – est rapidement envoyé en mission dans le Pacifique. Il a déjà à son actif d’avoir poussé un certain nombre de projets concernant les Açores, Clipperton, les Kerguelen ; il doit en amorcer un autre et aller étudier, pour le compte de son Assemblée, les communications aériennes françaises dans le Pacifique.

2C’est au cours de son séjour à Tahiti, en septembre-octobre 1953, qu’il parvient à décider les autorités locales à lui laisser tenter un vol de reconnaissance aux Marquises. Hormis l’amiral Byrd, en 1942, lui aussi alors à la recherche de bases aériennes à des fins de guerre, – mais personne ne sait les conclusions de son enquête – jamais on a été reconnaître sur place les possibilités aériennes des Marquises. Il s’embarque donc, le 1er octobre 1953, avec un équipage de quatre personnes et quatre passagers sur le Grumann-Mallard de la RAI. On lui confie même du courrier : une grosse enveloppe pour Takaroa, avec le cachet de la poste de Papeete et la mention « par avion », et puis une « dépêche », fermée par une étiquette, portant « Taiohae, par avion ».

  • 1 Nous utilisons pour ce voyage le récit qu’en a donné Castex et qui a d’abord été publié sous le ti (...)

3On fait escale à Takaroa, aux Tuamotu, où l’avion est reçu avec les démonstrations usuelles. La couronne traditionnelle remise, la Polynésienne de service prend Castex par le bras : « Allons-nous d’abord à l’Église ou à la Mairie ? », lui demande le visiteur, en bon méridional toujours prêt à la galéjade. Il trouve ce jour-là à qui parler : « Non, aujourd’hui, ça se passera à l’école ! » lui répond la fille. Et l’on entend dire que les Pomotu manquent d’esprit ! Ayant festoyé, on repart vers Napuka. « Bienvenue à toi qui descend du ciel... » lui déclare le chef. Une nuit à terre, et ayant quitté Napuka, « à dix heures, nous apercevons bientôt dans la brume la première île des Marquises : Ua Pu. Et puis c’est Nuku Hiva... A l’entrée de la baie, deux sentinelles géantes montent la garde, deux rochers de belle taille. La coque touche l’eau. Nous rebondissons trois fois très fortement. Au deuxième bond, chacun de nous se sent mal à l’aise. L’appareil reste presque inerte après ces trois bonds successifs, inévitables dans cette houle, comme un être humain qui a fourni un trop gros effort. Tous les habitants de Taiohae sont sur le terre-plein près du wharf. Je dépose une gerbe au monument aux morts où tout le village s’est rendu en procession... L’amphibie (pie nous avons roulé sur la plage de sable fin est baptisé « le grand oiseau de Nuku Hiva » et déjà son nom est peint dans la langue du pays à l’avant du fuselage : Te Manu nui o Nuku Hiva. C’est un défilé continu devant la machine. Jamais on n’avait vu d’aussi près un avion1 ». Nous sommes au soir du 2 octobre 1953.

64. Le Grumann-Mallard, avion amphibie de la RAI, photographié par A. Sylvain peu avant un départ devant son hangar de Fare Ute.

64 bis. Les passagers et l’équipage du vol Tahiti-Marquises, avant leur départ sur le Grumann-Mallard le 1er octobre 1953. Au poste de pilotage : A. Frame. De g. à d. : P. Challier, L. Castex, Mme Reboul et son fils, Roques, dir. des T. P., Reboul, administrateur aux Marquises ; au poste de pilotage, A. Frame.

4Le 3 octobre, Castex et ses compagnons font le tour de l’île à bord du Lotus, commandant Valentin, à la recherche de plans d’eau. L’inspection confirme l’étude des cartes : la disposition des côtes ne se prête guère à l’amerrissage des hydravions. Après une nuit de repos, les cadeaux du départ : « On m’apporte une grande lance en bois de rose... Puis nous grimpons prudemment sur l’échelle de bois dont les pieds enfoncent dans le sable... Nous ne sommes ni les uns ni les autres, sans éprouver quelqu’appréhension pour notre décollage.

  • 2 L. Castex, Iles relais du ciel, p. 136.
  • 3 S. Boutet, Les transports aériens en Polynésie française, loc. cit., p. 148.

5« L’amphibie roule sur la plage. Il s’avance dans l’eau maintenant et les roues sont relevées. Le grand poisson vogue et trois fois fera le tour de la baie pour « chauffer » ses moteurs. Paré, pleins gaz, l’hydravion glisse, puis il commence à sauter. Il prend de la vitesse, mais il y a de la houle... Il rebondit violemment, une fois, deux fois, trois fois, quatre fois. Ouf ! Le pilote l’a arraché de l’eau, rien n’est cassé. Nous nous regardons. Tout s’est passé fort rapidement et pourtant ce décollage nous a paru interminable. »2. En fait, il aura fallu toute la maîtrise de Frame et de son mécanicien Maurice Diard, pour arracher l’hydravion à la longue houle marquisienne et la coque de l’appareil en fut toute « criquée »3.

65. Carte jointe au rapport officiel rendant compte de la première liaison Tahiti-Marquises. Arrivée et départ de l hydravion dans la baie de Taiohae. (Doc. Challier).

66 a. A l’escale de Takaroa, l’humour toulousain du colonel Castex fait rire les femmes de l’île qui l’accueillent.
b. Le Grumann-Mallard et une pirogue à balancier lors de l’escale de Napuka.
c. Mise à terre dans le lagon de Napuka.
d. Enfin les Marquises !... Ua Pou.
e. Baie de Taiohae, une minute avant l’atterrissage.
f. Le Grumann – Mallard mis à terre à Taiohae grâce aux Travaux Publics locaux.
g. L’administrateur Reboul, le colonel Castex et M. Roques reçus à Taiohae.
h. Le capitaine Frame et le mécanicien Diard couronnés de fleurs par les Marquisiens.
i. Stanislas, dernier roi des Marquises, baptise le « grand oiseau de Nuku Hiva ». (Documents communiqués par Pierre Challier, membre de l’expédition).

67. Première liaison vers les Marquises. L’avion et l’équipage à Papeete, au retour, le 6 octobre 1953. De g. à d. : P. Challier, Roques, colonel Castex, Diard, Frame.

6« Nous volons directement vers l’île d’Hiva Hoa... Une succession de petits mamelons, de roches pointues, un sol cahotique... Nous survolons Atuona... mais inutile d’insister. L’île se montre, comme Nuku Hiva, peu propice à l’installation d’une piste. »

  • 4 L. Castex, loc. cit., p. 157.

7Le retour par Takaroa où l’on couche le 5 octobre au soir fut sans histoire. On était le 6 à Papeete. « La première liaison aérienne Tahiti-Marquises est terminée... Mais je recommande qu’elle soit la dernière... Au reste, il y a foule pour nous accueillir à l’arrivée. On s’était montré plus discret au départ. L’optimisme sur la réussite d’une pareille expédition ne régnait pas alors dans les cercles tahitiens4 ». Et de fait, il n’y eut pas d’autres voyages aux Marquises. Les conditions étaient vraiment par trop incertaines pour songer à établir une liaison régulière. Il faudra attendre une vingtaine d’années pour la voir se réaliser. Au demeurant, Castex était surtout venu à Tahiti pour y étudier l’emplacement d’un aérodrome et essayer de le faire accepter des autorités locales et des représentants de la population. Mais c’est là une autre histoire...

Notes

1 Nous utilisons pour ce voyage le récit qu’en a donné Castex et qui a d’abord été publié sous le titre de « Voyage en Océanie » dans les quatre fascicules de la Revue des Deux Mondes portant les dates de mars et d’avril 1954. Ce récit a été repris dix ans plus tard dans un petit volume intitulé, Îles relais du Ciel. (Paris, 1964) que je viens de parcourir sans prendre la peine de colliger les deux textes. Il est probable que la version de 1964, que je cite ici, est plus brève que celle de la Revue des Deux Mondes. Voici ce que j’écrivais jadis de celle-ci : « On pardonne la faconde de ce sympathique méridional, ses à peu près, sa façon d’écorcher les noms propres, son optimisme officiel et quelques énormités à cause de son œil vif, curieusement ouvert sur les choses et les gens... » Castex étant disparu depuis lors, disons-le tout franc : je trouve proprement scandaleux que, narrant ce « raid d’exploration », Castex ne daigne même pas citer le nom du pilote de ce vol. Après tout, même s’il a poussé à l’expédition, Castex n’est là qu’à titre de simple passager. Mais c’est le propre de ces types d’hommes et de ces personnages en mission que d’apparaître comme de brillants météores et de disparaître en tirant à eux la couverture, laissant les artisans réels de l’opération dans une ombre éminemment propice à leur propre mise en valeur : une sorte d’obnubilation inconsciente mise au service d’une vanité égocentriste... Au demeurant un excellent homme, rempli d’idées souvent justes, les poussant de son mieux, mais qui avait une légère tendance à se croire, et à se présenter, comme l’essentiel et unique artisan d’œuvres avant tout collectives. – Le raid comportait d’ailleurs des risques. P. Challier m’a raconté comment, à cette occasion, il avait pris pour trois jours une assurance su la vie de deux millions de Francs CFP, avec garantie du risque d’aviation, auprès de la compagnie des Assurances Générales dont le reçu, pour une prime de 3 212 F, lui avait été signée par Preston Moore.

2 L. Castex, Iles relais du ciel, p. 136.

3 S. Boutet, Les transports aériens en Polynésie française, loc. cit., p. 148.

4 L. Castex, loc. cit., p. 157.

Table des illustrations

Légende 64. Le Grumann-Mallard, avion amphibie de la RAI, photographié par A. Sylvain peu avant un départ devant son hangar de Fare Ute.
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/646/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende 64 bis. Les passagers et l’équipage du vol Tahiti-Marquises, avant leur départ sur le Grumann-Mallard le 1er octobre 1953. Au poste de pilotage : A. Frame. De g. à d. : P. Challier, L. Castex, Mme Reboul et son fils, Roques, dir. des T. P., Reboul, administrateur aux Marquises ; au poste de pilotage, A. Frame.
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/646/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Légende 65. Carte jointe au rapport officiel rendant compte de la première liaison Tahiti-Marquises. Arrivée et départ de l hydravion dans la baie de Taiohae. (Doc. Challier).
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/646/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende 66 a. A l’escale de Takaroa, l’humour toulousain du colonel Castex fait rire les femmes de l’île qui l’accueillent.b. Le Grumann-Mallard et une pirogue à balancier lors de l’escale de Napuka.c. Mise à terre dans le lagon de Napuka.d. Enfin les Marquises !... Ua Pou.e. Baie de Taiohae, une minute avant l’atterrissage.f. Le Grumann – Mallard mis à terre à Taiohae grâce aux Travaux Publics locaux.g. L’administrateur Reboul, le colonel Castex et M. Roques reçus à Taiohae.h. Le capitaine Frame et le mécanicien Diard couronnés de fleurs par les Marquisiens.i. Stanislas, dernier roi des Marquises, baptise le « grand oiseau de Nuku Hiva ». (Documents communiqués par Pierre Challier, membre de l’expédition).
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/646/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Légende 67. Première liaison vers les Marquises. L’avion et l’équipage à Papeete, au retour, le 6 octobre 1953. De g. à d. : P. Challier, Roques, colonel Castex, Diard, Frame.
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/646/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

© Société des Océanistes, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr