Version classiqueVersion mobile

Tahiti et l’aviation

 | 
Patrick O’Reilly

1942-1946. Une base aérienne américaine à Bora Bora

Texte intégral

  • 1 Bailly, Georges, A propos de l’escale à Tahiti du « Commissaire Ramel » en 1940. Dépêche de Tahiti(...)

1Au lendemain de Pearl Harbour, en ce qui concernait la guerre qui leur était imposée par le Japon, une des premières réactions des Américains fut de songer à organiser et à protéger leurs lignes de communication avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande, les deux bastions de leur défense dans le Pacifique Sud. Quinze jours après l’attaque japonaise, les chefs militaires demandent donc à leurs états-majors « d’étudier le problème d’une base de ravitaillement dans le Pacifique Sud, du côté des Marquises, des îles de la Société ou des îles Cook ». Fin décembre, les techniciens proposent Bora et envisagent d’en faire un dépôt de 200 000 barils d’huile lourde, de 37 500 barils d’essence, une base d’hydravions avec toutes les défenses appropriées. Le projet est approuvé le même jour. Dès le 8 janvier un « Joint Basic Army and Navy Plan for the Occupation and Defense of Bora Bora » était établi. La Marine se voyait chargée d’organiser « a fueling station for vessels and seaplanes of the United States m order to facilitate the use of shipping routes from the United States and Panama to Australia and New Zealand ». L’armée devait mettre en état de défense cette base de ravitaillement. Elle prendra, en langage codé, le nom de Bobcat, qui deviendra le nom de guerre de Bora Bora dans les documents de la Navy. L’ordre des opérations portait que l’expédition devait quitter les Etats-Unis le 25 janvier1.

44. Bora Bora.
Une unité de la flotte américaine et un hydravion dans la baie de Vaitape. (U.S.A. Navy Department).
Vue aérienne montrant les pistes construites par les Américains sur le Motu Mute, 1943. (U.S.A. Navy Department).

2Ainsi, – ou presque – en advint-il. Le personnel indispensable pour la construction, l’entretien et la défense de la Base : 4 450 hommes et 178 officiers, fut rapidement désigné et encore plus rapidement entraîné. Le matériel nécessaire fut lui aussi choisi, trouvé et rassemblé en un temps record ; d’ailleurs non sans quelques péripéties, confusions ou erreurs, bien inévitables en de pareilles circonstances. Avec deux jours de retard sur les plans prévus – retard motivé par la nécessité de recharger certains navires aux cargaisons mal arrimées, – l’expédition quitta Charleston, S. C. le 27 janvier. Le convoi comprenait 2 croiseurs, 2 destroyers, 2 transports de troupes, 4 cargos et 1 tanker. Par la voie de Panama il arriva à Bora Bora le 17 février 1942.

3Les premières négociations concernant l’usage de Bora Bora comme base de ravitaillement par les États-Unis furent aussitôt engagées par le Commandant du convoi, l’amiral John F. Shafroth avec le résident français des îles Sous-le-Vent, l’administrateur Charles Passard.

4L’Oiseau des îles, ayant à son bord le lieutenant-colonel Orselli, vint à Bora Bora le dimanche 22 février. L’amiral J. F. Shafroth qui avait placé sa marque à bord du Trenton, a fait, à 14 h 20, une visite officielle au colonel Orselli, visite qui lui est rendue une heure plus tard. Après ces prises de contact, le lundi 23 février, une convention définitive était signée à bord du Trenton. Cet accord reconnaissait la pleine souveraineté française sur Pîle de Bora Bora et assurait qu’au départ des forces américaines, toutes les installations permanentes et les aménagements portuaires demeureraient propriété de la France.

5En même temps que le déchargement du matériel se poursuivait – et cette opération, vu le manque de moyens, prit six semaines, – les unités chargées de la base aérienne mettaient sur pied des installations provisoires, indispensables pour l’usage des appareils. Le 11 avril, on se mettait au travail pour des aménagements plus durables : un slip en ciment pour les hydravions, un équipement destiné à la compensation et au réglage des compas, les installations nécessaires au stockage des carburants, l’érection de baraquements pour les ateliers de réparation et le personnel. Dix réservoirs de 5 000 gallons furent enterrés dans la colline juste derrière le camp et reliés par des canalisations souterraines à des postes de distribution placés près des pistes. Un grand hangar fut construit pour les appareils grâce à un Conset hut de 12 X 30 m qu’on plaça sur une murette de 0,75 m et dont on laissa une des extrémités ouverte. Le plan d’eau du lagon était assez profond et assez vaste pour permettre le décollage de tous les types d’appareils dans toutes les directions. La base pouvait accueillir une escadrille de 15 hydravions. Les PBY (Catalinas) étaient les modèles les plus lourds qui pouvaient utiliser la rampe de remontée à terre. Le camouflage de la rampe destinée aux hydravions de la base de l’aéronautique navale fut parfaitement assuré grâce à la présence de nombreux cocotiers.

45. Bora Bora. Mise à terre d’un hydravion de la marine américaine. (U.S.A. Navy Department).

46. Bora Bora. G. I. travaillant à la confection d’une piste. (Archives de la Marine Américaine, U.S.A. Navy Department).

47. Bora Bora. Une équipe de mécaniciens de la marine assemble les différentes parties d’un hydravion. (U.S.A. Navy Department).

6Le 9 juin, au terme d’un travail acharné de jour et de nuit, le premier réservoir est construit et peut recevoir l’essence apportée par le premier navire pétrolier. En juillet 1942 : 20 réservoirs de 10 000 barils de carburant, 10 réservoirs de 10 000 barils d’huile lourde et 5 réservoirs de l 000 barils destinée à l’essence pour les avions ont été construits et Bora Bora est devenu une base active de ravitaillement en carburant dans le Pacifique Sud.

  • 2 Tous les renseignements contenus dans cette section nous ont été gracieusement communiqués par les (...)

7L’amiral Richard E. Byrd, commandant une visite d’inspection exécutée à Bora Bora, du 19 au 22 juillet 1942, signale avoir vu pendant son séjour le HMS Ascania faire le plein « rapidement et sans incidents »2.

  • 3 R. E. Byrd, Report on Bora Bora, dans : Inspection report on South West Pacific Bases..., Washingt (...)

8Dans le paragraphe « aviation » de son rapport de mission, l’amiral Byrd concluait en disant que « si l’on devait construire une piste à Bora Bora, c’est à Motu Mute qu’on devait le faire. Telle est l’opinion des spécialistes qui ont étudié les lieux tant en survolant l’îlot qu’en étudiant la constitution du sol »3.

9Un temps, l’armée avait songé à faire de Bora Bora une base de montage pour les avions de chasse. De là, ils auraient gagné le front en volant d’île en île. A ces fins, en octobre 1942, on décida en haut lieu, la construction d’un « Air Depot ». L’armée fournit les équipements et le matériel. La Marine se chargeant du personnel spécialisé pour le montage des appareils. Le travail commença le 16 décembre 1942, selon des cadences de travail accélérées. C’est l’extrême urgence : 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Ainsi, en moins de deux mois, deux pistes en asphalte furent construites à Motu Mute, îlot situé au nord de l’île sur la barrière récifale, l’une de 1 800 m de long sur 120 m de large, avec des aires de stationnement de 30 m pour les bombardiers ; l’autre de 900 m pour les chasseurs. En même temps on avait mis sur pied toutes les installations nécessaires au décollage et à l’atterrissage des appareils : depuis les services de radio-guidage et de météorologie, jusqu’aux logements du personnel volant et rampant. Le 5 avril 1943, cette base aérienne était considérée comme achevée et opérationnelle. Par suite du rapide déplacement de l’axe du théâtre des opérations, cette base ne connut pas d’activité réelle et ne reçut jamais que quelques courriers postaux ou des avions de transport de troupes. En juin 1943 une partie du matériel et du personnel disponible était envoyée en Nouvelle-Calédonie.

10Par suite du développement favorable des contre-offensives américaines en direction des Philippines et la reconquête des Gilbert, des Marshall et des Carolines, le 1er avril 1944, la base fut placée en veilleuse. Son rôle n’est plus alors que d’offrir du ravitaillement en combustible et des réparations mineures aux petites unités allant ou venant du Sud Pacifique. Mais l’aérodrome demeurera, sa piste étant reconnue comme un terrain de dégagement. La base sera définitivement fermée le 2 juin 1946.

48. Bora Bora. Une messe militaire sous les palmes et les ailes d’un hydravion américain. (U.S.A. Navy Department).

49. Bora Bora. Vue aérienne de l’île. (Cl. Aéronautique navale).

11Il y aura, par la suite, des tractations entre les Américains et l’administration du Territoire concernant toutes les installations de Bora Bora, alors entretenues et en ordre de marche. Il ne semble pas que les dirigeants de la Polynésie Française aient reconnu l’intérêt qu’il y aurait eu à maintenir en état cette base aérienne, alors parfaitement équipée et capable de recevoir également des bombardiers et de gros hydravions du type Catalina. Faute de consentir à paver aux Etats-Unis une somme dérisoire, tout le matériel et les infrastructures furent jetées dans le lagon par le commandant de la base américaine. Et cela au moment où les grandes liaisons aériennes allaient s’établir à travers le Pacifique, favorisées par les extraordinaires progrès techniques réalisés dans le domaine de l’aéronautique. Car nous savons bien, hélas, qu’un avion long courrier n’est pratiquement qu’un bombardier en puissance. Si bien qu’en fait, on laissa cette base aérienne quasiment à l’abandon. Cet aveuglement devait du reste devenir une insouciance criminelle dans le domaine du quotidien si l’on songe (pie tout le système de captation et de distribution d’eau, ainsi que la centrale électrique furent également jugés sans intérêt pour la population de l’île, par les responsables locaux ! Seul un postier, plus astucieux que le reste de l’administration, parvint-il à récupérer, au profit de la région de Papeete, le central téléphonique de la base pour en faire ses choux gras, en cette période de pénurie de matériel qui suivit la seconde guerre mondiale.

Notes

1 Bailly, Georges, A propos de l’escale à Tahiti du « Commissaire Ramel » en 1940. Dépêche de Tahiti, 17 avril 1973.

2 Tous les renseignements contenus dans cette section nous ont été gracieusement communiqués par les Services Historiques de la Marine Américaine. Nous avons principalement utilisé le vol. II, intitulé : History of the Bureau of Yards and Docks and the Civil Engineer Corps, 19-10-1946, d’une publication titrée Building the Navy's Bases in the World War II, Washington D.C. Government printing office, 1947. Le chapitre 24, p. 192, concerne Bases in the South Pacific. Bora Bora est traité p. 196 à 202, avec une modeste carte de l’île. Ces pages, traduites en français, apporteraient une intéressante contribution à la guerre en Polynésie Française. On y situe tous les problèmes humains et matériels concernant cette « occupation » de Bora Bora. Nous n’en avons tiré que ce qui concernait notre sujet, l’aviation en Polynésie Française. Il s’agit d’ailleurs d’un rapport militaire assez sec et sans aucune littérature. – Signalons en passant que l’administration de Tahiti avait envoyé à Bora Bora M. Francis Sanford, l’actuel député de la Polynésie Française, pour représenter localement le Territoire auprès du commandant de la Base, afin de régler sur place tous les petits incidents inévitables entre la population et les Forces américaines. Cf. O’Reilly, Tahitiens, supplément, p. 69-70.

3 R. E. Byrd, Report on Bora Bora, dans : Inspection report on South West Pacific Bases..., Washington, D.C., August 15, 1942, p. 1.

Table des illustrations

Légende 44. Bora Bora.Une unité de la flotte américaine et un hydravion dans la baie de Vaitape. (U.S.A. Navy Department).Vue aérienne montrant les pistes construites par les Américains sur le Motu Mute, 1943. (U.S.A. Navy Department).
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Légende 45. Bora Bora. Mise à terre d’un hydravion de la marine américaine. (U.S.A. Navy Department).
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/640/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende 46. Bora Bora. G. I. travaillant à la confection d’une piste. (Archives de la Marine Américaine, U.S.A. Navy Department).
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/640/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Légende 47. Bora Bora. Une équipe de mécaniciens de la marine assemble les différentes parties d’un hydravion. (U.S.A. Navy Department).
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/640/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Légende 48. Bora Bora. Une messe militaire sous les palmes et les ailes d’un hydravion américain. (U.S.A. Navy Department).
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/640/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Légende 49. Bora Bora. Vue aérienne de l’île. (Cl. Aéronautique navale).
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/640/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M

© Société des Océanistes, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search