Versión clásicaVersión móvil

Vivre de la mer, vivre avec la terre… en pays kanak

 | 
Isabelle Leblic

Annexe 2. Présentation du nââ kwênyii

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Jean-Claude Rivierre a présenté, dans son ouvrage Phonologie comparée des dialectes de l’extrême-sud de la Nouvelle-Calédonie1, « le consonantisme de ces dialectes » qui « se caractérise notamment par une opposition graduelle de nasalité : nasales, semi-nasales, orales (occlusives et spi-rantes) » (1973 : 7), opposition entre orales et nasales qui se retrouve aussi pour les voyelles (voir tableau ci-dessous). Le système vocalique comprend quatre degrés d’aperture ; il oppose des antérieures, des centrales et postérieures, des brèves et des longues.

Dans son étude des deux langues de l’extrême-sud de la Grande Terre « dites “langues de Nouméa” » (Rivierre, 1979 : 72) que sont le nââ drubéa et la nââ numèè, il note que la première est parlée dans la région de Paita et d’Unya alors que la seconde l’est plus au sud (Tuauru et Goro). Il remarque qu’il existe aussi deux formes dialectales proches du nââ numèè : il s’agit du nââ wêê parlé à l’île Ouen et du nââ kwênyii parlé à l’île des Pin...

© Société des Océanistes, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.

Comprar

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search