Version classiqueVersion mobile

Vivre de la mer, vivre avec la terre… en pays kanak

 | 
Isabelle Leblic

Annexe 2. Présentation du nââ kwênyii

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jean-Claude Rivierre a présenté, dans son ouvrage Phonologie comparée des dialectes de l’extrême-sud de la Nouvelle-Calédonie1, « le consonantisme de ces dialectes » qui « se caractérise notamment par une opposition graduelle de nasalité : nasales, semi-nasales, orales (occlusives et spi-rantes) » (1973 : 7), opposition entre orales et nasales qui se retrouve aussi pour les voyelles (voir tableau ci-dessous). Le système vocalique comprend quatre degrés d’aperture ; il oppose des antérieures, des centrales et postérieures, des brèves et des longues.

Dans son étude des deux langues de l’extrême-sud de la Grande Terre « dites “langues de Nouméa” » (Rivierre, 1979 : 72) que sont le nââ drubéa et la nââ numèè, il note que la première est parlée dans la région de Paita et d’Unya alors que la seconde l’est plus au sud (Tuauru et Goro). Il remarque qu’il existe aussi deux formes dialectales proches du nââ numèè : il s’agit du nââ wêê parlé à l’île Ouen et du nââ kwênyii parlé à l’île des Pin...

© Société des Océanistes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search