Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’héritage

 | 
Alain Saussol

Chapitre 5. L’affaire de Pouebo (1867-1868)

Texte intégral

1A l’origine des troubles que nous venons d’évoquer le problème foncier apparaît marginal. Paradoxalement, dans la seule région où, en dehors de Port-de-France, les empiètements fonciers étaient de quelque importance, à Canala, les choses s’étaient relativement bien passées.

2A Pouébo le climat change. Là, depuis la fin de 1865, à l’échelle de ce petit pays côtier du Nord-Est bloqué entre la montagne et la mer, la colonisation européenne dépassant le stade des impacts isolés, amorçait un front pionnier. Un feston de concessions littorales se tendait progressivement entre Pouébo et Oubatche, suscitant la première réaction mélanésienne à un envahissement foncier par des Européens, depuis les guerres de Kuindo et de Kandio.

3Par ses imbrications, ses rebondissements, ses mystères et son ambiance, l’affaire de Pouébo constitue un roman tragique et burlesque où, de la fièvre de l’or aux querelles religieuses, interfèrent les courants qui traversent les débuts de la colonisation calédonienne. Pour les contemporains, ce massacre du Gendarme Bailly et de quelques colons servit à instruire le procès de la Mission Mariste. Ce drame marque en effet le début de la rupture entre la Mission et l’Administration Coloniale (Saussol 1969). Si nous évoquons ici cet aspect de l’affaire, c’est d’abord parce que cette rupture n’est pas étrangère au problème foncier qui nous préoccupe, mais aussi parce que cette incidence mineure dissimule trop souvent le vrai problème.

LE CONTEXTE

4Le Gouverneur Guillain, a-t-on dit, n’aimait pas la Mission, et ce sentiment lui suffisait pour se persuader qu’il n’en était pas aimé (Merruau 1871). Il reprochait aux Pères leur toute-puissance et leur influence sur les indigènes qui portait ombrage à l’autorité administrative.

« Il n’est pas possible que deux gouvernements existent en Nouvelle-Calédonie », écrira-t-il (Lacourrège 1974).

  • 1 Le Père Armand Emprin alors, missionnaire à Bondé, a laissé sous le titre de « Lettres à Adolphe », (...)

5A côté de cette position fondamentale, bien des aspects du comportement des Pères l’agaçaient. D’abord qu’ils fissent du commerce avec les indigènes, et notamment de l’huile de coco. Plus tard on verra le Capitaine Pons, commandant du Poste de Pouébo, aller jusqu’à interdire aux Mélanésiens de cette circonscription d’aller vendre leurs cocos au Père (Emprin)1. On peut se demander si cette mesure apparemment mesquine ne visait pas en fait à atténuer l’influence des Pères pour qui ce commerce était non seulement une source de profit, mais aussi un facteur de prestige auprès de leurs ouailles. Jules Garnier (1871 B) en témoigne qui écrit à propos des gens de Pouébo :

« Ils étaient très satisfaits du Missionnaire qui donnait depuis quelques années un grand développement à leurs affaires, avait installé d’importantes fabriques d’huile de coco et élevait des troupeaux de bœufs assez importants et surtout un grand nombre de volailles et de porcs que les caboteurs payaient bien et emportaient à Nouméa ».

6En un mot la Mission avait assuré la prospérité économique de la « tribu », même si elle prélevait sa dîme au passage.

  • 2 Emprin cite à ce sujet plusieurs anecdotes significatives : « Un naturel de Balade, nommé Julio, ca (...)

7Le second reproche que Guillain faisait aux Missionnaires était leur prosélytisme et leur acharnement à convertir, dans lequel ce voyait un moyen d’étendre encore leur influence dans l’île. Aussi prétendra-t-il défendre la liberté de conscience des animistes en opposant la pression des gendarmes à la pression des Pères2

8Bien d’autres choses encore dans les méthodes des Pères irritaient le Gouverneur. Ainsi l’embrigadement des enfants, soustraits de bonne heure à leurs familles pour être élevés à la Mission. Cette séparation devait, selon les missionnaires, les isoler

« autant que faire se peut de contact de leurs parents et des vieux, afin de les préserver de la contagion » (Emprin).

9Cette substitution radicale d’une culture étrangère à la culture traditionnelle apparaissait au Gouverneur comme un progrès de l’obscurantisme.

10Par réaction, et peut être aussi parce que cet utopiste conservait en lui le mythe rousseauiste du « bon sauvage », Guillain s’efforça de favoriser les manifestations coutumières animistes et notamment les pilous que les Pères proscrivaient comme l’antre du péché.

  • 3 On peut suivre le refroidissement progressif de ces relations au cours des différentes visites que (...)

11Ainsi, naturellement peu enclin à la sympathie envers les Pères, le Gouverneur s’était-il, au fil des jours, conforté dans ses convictions3. Et cela d’autant plus aisément qu’il trouvait constamment la Mission en travers de sa politique de colonisation. C’est à Pouébo, en 1867, que, pour la première fois, cet antagonisme latent allait éclater au grand jour.

12L’affaire de Pouébo est d’abord un problème de terres. L’Administration du Gouverneur Guillain, esquivant ses propres responsabilités a voulu en faire le procès de la Mission. Le fait que les Pères aient à deux reprises pétitionné contre les dépossessions foncières infligées aux Mélanésiens, les désignaient directement comme des adversaires de la Colonisation. De surcroît, lors du massacre, la Mission seule fut épargnée. De là à la soupçonner d’avoir fomenté le complot, ou tout du moins d’y avoir trempé, il n’y avait qu’un pas vite franchi. Le choix d’un tel bouc émissaire avait pour autre avantage de reléguer au second plan le fait capital qu’étaient les dépossessions de terres. L’évocation de ces dernières ne pouvait qu’introduire le procès de la petite colonisation rurale, dont le Gouverneur s’était fait le champion. Mieux valait donc les taire.

13Cette orientation donnée à l’affaire ajoute à la confusion d’une situation déjà complexe, mais ne doit pas estomper la cause profonde du drame qui s’est noué sur cette côte entre 1866 et 1867.

L’antériorité de la Mission

14A Pouébo, au pied de l’Ignambi, s’étend la seule plaine côtière de quelques importance entre la Diahot et Hienghène. Elle servait de site à la puissante tribu des Muélébés (ou Mwenebeng) dont « la population nombreuse plus agglomérée que celle des tribus du Nord », métissée de polynésien, le « territoire vaste » aux « vallées larges et riantes », aux « terres basses d’une grande fertilité, montant vers la Chaîne par une succession de plateaux verdoyants et cultivés », avaient tellement séduit Tardy de Montravel (1857) qu’il avait envisagé d’y établir des colons et un pénitencier.

15Le pays, notamment autour de Pouébo, était pourtant peuplé. Les différents groupes dépendant de la chefferie de Pouébo s’éparpillaient le long du littoral et sur le versant du chaînon côtier entre le ruisseau d’Ouantiec qui, vers le nord, les séparait des Poumas de Balade et le torrent d’Ouébalabio servant de frontière, au sud, avec les gens de Hienghène. Mais cet ensemble était loin d’être homogène.

16Les premiers Européens avaient parfaitement discerné l’existences de clivages linguistiques ou politiques opposant notamment les Muélébés du nord à ceux du sud. Selon le Moniteur (5.9.1851) les « vrais Mouélébés », ceux du nord, parlant Tchiaouatte, occupaient le pays situé au nord de la rivière de Pouébo, ne débordant au sud que par quelques villages comme Tsevite, Gabarique et Poué-Gabarique. Mais au sud de Gabarique, les villages parlaient en partie Diahoué, tout en continuant jusqu’à Oubatche et Yambé à relever de la chefferie de Pouébo. Cette influence s’arrêtait au village de Diahoué où s’exerçait l’autorité de la chefferie de Hienghène.

  • 4 Dont le village d'Oueïna près du cap Colnett, qui constituait le pied-à-terre littoral du chef des (...)

17Quelques groupes étrangers se trouvaient aussi fixés sur le littoral de Pouébo. Au nord de l’embouchure de la Pouébo étaient installées quelques familles loyaltiennes d’Ouvéa, tandis que dans le sud du pays des groupes de montagnard Ouébias (dits Tiendanous) avaient édifié plusieurs villages sans l’autorisation de la chefferie muélébé4.

18Cette dernière était donc loin de contrôler parfaitement l’ensemble des groupes disséminés entre le pays de Balade et celui de Hienghène. Les rapports qu’elle entretenait avec les Pouébo du sud, au particularisme affirmé, apparaissent remplis de défiance et de suspicion. On peut en juger d’après les incidents survenus à la suite du raid des gens de Hienghène, en 1860.

19En décembre 1859, les gens de Hienghène et les Ouébias ayant ravagé le pays muélébé jusqu’à la rivière de Pouébo, les habitants des villages méridionaux étaient venus se réfugier auprès de ceux du nord. Le chef Ouarebate les avait installés dans la plaine côtière, sur la rive gauche de la rivière, en arrière du village des Ouvéens. Ils y séjournèrent quelques mois. Mais « entassés sur un terrain humide, ils furent décimés par la maladie », aussi, la paix revenue, voulurent-ils retourner dans leurs villages. Le chef y consentit « à condition qu’ils ne construisent pas leurs huttes sur les montagnes, mais dans la plaine côtière » car, ajoute le Moniteur, « Ouarébat et Bonou voulaient ainsi mieux les contrôler ». Cette prétention « fit murmurer » et

« plusieurs d’entre eux élevèrent deux ou trois cases dans le haut de la rivière de Tchambouenne : Bonou vint les brûler » (Moniteur 5.9.1851).

20La région de Pouébo avait été de bonne heure mêlée aux péripéties qui avaient marqué l’établissement des Maristes sur la Grande-Terre.

21En novembre 1844, depuis Balade où les Maristes avaient débarqué l’année précédente, le Père Rougeyron avait entrepris les premières tournées apostoliques vers Pouébo. Quelque temps auparavant, une délégation de Muélébés s’était présentée à Balade, chargée de vivres pour les missionnaires. On avait interprété cette démarche comme un signe favorable, et des relations s’étaient nouées aussitôt avec la chefferie de Pouébo.

22Un an plus tard, le jeune chef, Thindine, venu saluer le Commandant de la corvette « Rhin » qui faisait relâche à Balade, avait informé l’évêque Douarre de son désir d’avoir des missionnaires. Il offrit même un terrain pour leur installation. C’est ainsi qu’en février 1847 le Père Rougeyron fondait à Pouébo une nouvelle station sur une colline dominant la plaine côtière au sud de la rivière.

  • 5 Ouarebate, qui devait prendre plus tard le prénom impérial de Napoléon et que les premiers textes e (...)

23L’atmosphère n’allait pas tarder à s’alourdir entre la nouvelle mission et la chefferie. La propagation d’une épidémie foudroyante qui décima la population parut traduire une malédiction. Thindine, revenu de ses bons sentiments marquait de l’hostilité envers les néophytes, lorsqu’il mourut, lui-même frappé par le mal. Il fut remplacé, à la tête de la chefferie par Ouarebate, assisté, comme « second chef », de Bonou (Person 1954)5.

24Les rapports ne cessant de se dégrader, la mission dut être évacuée, peu après celle de Balade, en août 1847. Elle n’avait pas duré un semestre.

25La tentative fut reprise en 1852, après la conversion du chef Hippolyte Bonou et à la demande de celui-ci. Elle s’avéra cette fois plus durable. L’influence des chrétiens crut sensiblement après la conversion du chef et, en 1853, on comptait déjà une centaine de néophytes à Pouébo. La mission n’était plus seule.

  • 6 On impute cette guerre au fait que les Hienghène attribuaient aux gens de Pouébo une responsabilité (...)

26Certes de nouvelles difficultés ne manquèrent pas de surgir. En décembre 1859 et au cours de l’année 1960, rameutés par les gens de Hienghène, les montagnards Ouébias et Paimboas vinrent attaquer Pouébo6. Tout le pays au sud de la rivière fut ravagé. C’est alors que les Pères, ayant armé les chrétiens d’une trentaine de fusils, leur permirent de repousser les attaques.

27Ce succès avait affermi la position des Pères et de la fraction chrétienne désormais solidement implantée.

28Le péril conjuré, la Mission avait poursuivi son développement. Le Moniteur (8 novembre 1863) témoigne de sa prospérité, qui décrit ses installations :

« Une longue et belle allée de cocotiers traverse la plaine et conduit à l’établissement de la Mission, l’un des plus importants de la colonie. Autour de la maison du Révérend Père, dont l’entrée fait face à l’allée, sont groupées les vastes cases servant d’ateliers, de briqueterie, de logement pour les indigènes de l’intérieur visitant Pouébo. On construit en ce moment une église en maçonnerie ».

Le mirage de l’or

29C’est alors qu’en mars 1863, un événement lourd de conséquences vint troubler la paisible quiétude de cette prospère localité du bout de l’île : des prospecteurs découvrirent des paillettes d’or dans les argiles rouges alluviales emballant des éclats de quartz, provenant des micaschistes de la vallée de Pouébo.

  • 7 Vers la même époque, selon La Hautière ( 1869), on aurait trouvé des pépites dans la vallée de Houé (...)
  • 8 A la nouvelle des découvertes de Pouébo, six colons de Canala, parmi les compagnons de Pannétrat, p (...)

30Cette découverte, la première de ce genre en Nouvelle-Calédonie, fit grand bruit7. On vit des colons quitter leurs terres pour se mettre en campagne8. La presse de Sydney reprit l’information et les orpailleurs britanniques affluèrent.

31Guillain, soucieux de promouvoir le développement économique de l’île s’empressa de règlementer l’exploitation aurifère et, peut-être enclin lui-même à se créer des chimères, encouragea les prospecteurs. Ce fut une ruée qu’évoque, non sans quelque exagération, semble-t-il, le docteur Patouillet (1872) écrivant :

« Le sol de toute la région du Nord fut divisé en petits lots qui eussent à peine suffi pour construire une case ; les rivières elles-mêmes furent distribuées de la même manière et les canaques purent voir avec stupéfaction des gens qui venaient le soir mendier des vivres autour de leurs cases, passer toutes les heures du jour à laver le sable des rivières ».

  • 9 J. Garnier lui-même éprouva ce mauvais vouloir de la part des indigènes qui, écrit-il, « ne nous vo (...)

32Du moins pareil engouement fut-il éphémère. Moins d’un an plus tard, lorsqu’en février 1864 le géologue Jules Garnier vint à Pouébo, sur l’ordre de Guillain, pour étudier le gisement, les orpailleurs avaient disparu. Seul, un Breton obstiné persistait à gratter, le fusil à portée de la main, car il se trouvait en butte à l’hostilité des Mélanésiens9.

33Le passage des chercheurs d’or avait effectivement inquiété et irrité les Muélébés. On pouvait craindre des incidents.

34Pour assurer la sécurité des mineurs, le Gouverneur avait jugé bon d’établir à Pouébo une demi-brigade de Gendarmerie. En octobre 1863, venant visiter les « placers », il mit

« la population à l’œuvre pour installer le Poste de Gendarmerie et le bureau du magistrat chargé de la protection des mineurs » (Moniteur 8 nov. 1863).

35C’était un établissement modeste qu’évoque Garnier (1871)

« sur une petite éminence à 2 kilomètres de la mer, avec les gourbis des trois gendarmes qui formaient le Poste ».

36A peine fut-il construit, les prospecteurs s’en allèrent déçus par la pauvreté du gisement et le magistrat n’eut pas à venir. Néanmoins la demi-brigade fut maintenue après le départ des chercheurs d’or. Elle devait par sa présence favoriser l’installation de colons.

37Attirant en effet l’attention sur Pouébo, la découverte de l’or avait été

« le signal de l’arrivée d’un assez grand nombre de colons qui venaient s’établir dans ces parages, à cause de l’abondance des cocotiers dont les noix sont très favorables pour engraisser les porcs et les volailles qu’on exporte ensuite à Nouméa » (Garnier 1871).

  • 10 L'importance des cocotiers pour les villages littoraux devait être soulignée, en 1886, par le chef (...)

38Or les cocotiers étaient une des richesses de Pouébo. C’était une culture de traite pour les Mélanésiens depuis que la Mission exploitait l’huile. Avec l’installation des colons nombre de cocoteraies littorales allaient ainsi changer de mains10.

Fig. 18 - Extension des cocoteraies entre Oubatche et Pouébo en 1867.
On voit s’opposer aux grandes cocoteraies littorales les bouquets plus localisés autour de l’habitat dans l’arrière pays. Ce sont les plantations côtières qui ont le plus souffert de l’implantation des colons.

Des colons et des terres

39L’un des premiers Européens à acquérir du terrain à Pouébo fut probablement le sieur Rouenne dont le Moniteur (6 mars 1864) dit qu’il obtint

« le 16 décembre 1864 l’unique terrain vendu à ce jour sur ce point de la côte, et cela au prix de 25 F l’hectare ».

40C’est la seule mention que nous ayons trouvé à propos de cette acquisition, avec le plan du terrain levé à Pouébo en octobre 1863. Ce document permet de dater de la fin de 1863 le début de l’accaparement foncier dans ce secteur.

  • 11 En fait Henry se reconvertira rapidement à l'élevage et surtout au commerce, comme la plupart des c (...)

41En 1866 vint s’installer à Oubatche l’Ecossais Andrew Henry avec sa nombreuse famille. Ce presbytérien, ancien forgeron de Paddon, venait de quitter Erromango (Nouvelles-Hébrides) avec le projet d’exploiter le santal sur le littoral Nord-Est calédonien11 (Shineberg 1973). Il avait été précédé en septembre 1865 par son représentant, Percy, qui s’était, le premier, installé à 9 kilomètres du poste de Pouébo, face à un bon mouillage, sur un terrain qu’Henry soutiendra avoir acheté aux indigènes. Le Moniteur du 29 octobre 1865 note que

  • 12 Mrs. Shineberg (1973) dépeint Henry comme un homme « honnête, sobre et dur » cotisant régulièrement (...)

« déjà des vivres, du matériel, 2 chevaux et 23 Néo-Hébridais sont débarqués ; un magasin a été construit ; une maison d’habitation s’élève »12.

42En 1872, Henry contrôlera 410 hectares entre sa concession et ses locations.

43Peu à peu d’autres colons s’établissaient entre Oubatche et Pouébo. On trouvait ainsi Pierre Déméné, établi avec sa famille à Bouahibate, sur un lot de 6 hectares où il tenait un petit magasin. Cet ancien matelot breton, catholique pratiquant, entretenait d’excellentes relations avec la Mission. Un commerçant, Bertrand-Delrieu avait également obtenu une concession à Gabarique, dont le « store » était tenu par son gérant, Tricot. Enfin, en avril 1867, un dernier venu Lehuau venait d’obtenir une modeste concession de trois hectares au lieu-dit « Pelwi », mais qu’il n’occupait pas encore.

44Ainsi, entre la fin de 1865 et le début de 1867, quelques colons avaient commencé à s’établir le long du littoral au Sud de Pouébo. Ces établissements n’avaient pu se créer sans léser plus ou moins gravement les Mélanésiens établis dans ces parages et particulièrement ceux de Bouahibate et de Tchambouenne qui se trouvaient enserrés entre les nouvelles concessions.

Fig. 19 - La concession Rouenné, première concession délivrée à Pouébo (octobre 1863)
Cette concession commençait à 200 mètres de la limite sud du terrain détenu par la Mission et s’étendait jusqu’à jouxter la concession Delrieu (Gabarique). Les mentions portées sur ce croquis telles que celles relatives aux cocotiers, figurent sur le levé original. On voit donc que déjà la première dépossession au détriment des Mélanésiens portait sur une cocoteraie.

Fig. 20 - Les deux lots concédés à Bertrand Delrieu, d’après les levés exécutés par Bourgey en avril 1866
(Les deux plans sont à la même échelle).

  • 13 Remarquons que dans cette affaire de Pouébo, l’enquête ne devait faire apparaître « aucun acte de v (...)

45On avait pourtant évité de déplacer des villages. Le 26 mars 1866 une concession demandée par le sieur Lepeut sur la rive gauche de la rivière de Pouébo, avait été refusée en Conseil Privé, pour ne pas déplacer des habitats indigènes (Mathieu 1878). Aussi les Européens avaient-ils bonne conscience13, comme en témoigne Elisabeth Henry, écrivant, dans une lettre où elle affirme avoir régulièrement acheté la terre aux Mélanésiens pour en faire des pâturages :

« Ce terrain n’avait d’ailleurs jamais été cultivé par les indigènes, donc ils n’ont pas été obligés de quitter leur maison et leur « home » pour nous faire place » (Moniteur 21 octobre 1867).

46De même à propos du colon Lehuau, l’avocat Le Boucher, ne manquera pas de souligner, au procès, qu’il

« ne troublait personne » « que le sol était nu, pas de case, pas de cultures » (Moniteur 5 janv. 1868).

47Néanmoins, les colons s’établissant le long du littoral, quelques cocoteraies avaient été incluses dans les concessions notamment chez Rouenne et Déméné. Ces plantations s’étant trouvées valorisées par la traite de l’huile de coco, leur accaparement par les colons infligeait aux Mélanésiens un préjudice économique réel.

48Mais surtout, l’impact foncier de la colonisation était loin d’être négligeable. Au procès, Le Boucher chiffrera à 300 hectares l’ensemble des terres concédées aux colons dans la région de Pouébo-Oubatche au moment du drame. Certes cet avocat ne manque pas de souligner que cette superficie représente peu de choses à côté des dix milles hectares

« dont les indigènes ne cultivent qu’une partie insignifiante, laissant la presque totalité improductive... » (Moniteur 5 janv. 1868).

  • 14 Cette attitude radicalement différente reflète les préoccupations du Gouverneur Guillain décidé à c (...)

49En réalité, ces 300 hectares étaient prélevés sur les régions littorales, les plus fertiles. Mais surtout ils avaient été accaparés en moins de trois ans témoignant d’une dynamique inquiétante pour les Mélanésiens. Situation d’autant plus alarmantes pour ces derniers que, lorsqu’ils avaient voulu protester, on les avait éconduits ou châtiés. En cela l’attitude de l’Administration à Pouébo n’était plus ce qu’elle avait été sept ans plus tôt à Canala. A Napoléonville elle avait agi en élément modérateur, contrôlant les achats de terres que les colons faisaient aux chefs mélanésiens. A Pouébo, par le truchement de Bailly, elle forçait la main aux chefs réticents à vendre14. Cet abus de pouvoir constituait un pas de plus dans un engrenage dont la création des « Réserves » devait être l’aboutissement.

50C’est là, dans cette désécurisation des Mélanésiens quant à leur patrimoine foncier, que se trouve la véritable clef de l’affaire de Pouébo. L’enquête judiciaire ne s’y est pas trompée qui fait du moteur du drame

« la crainte que des concessions de terrain ne soient encore faites à d’autres Européens qu’à ceux déjà établis » (Moniteur 21 oct. 1867).

51Et Guillain lui-même devait implicitement souscrire à cette analyse en constatant :

« Les canaques nous voient comme des tribus étrangères prenant leurs terres » (Lacourrège 1974).

52Ce comportement n’avait pas été sans susciter des réactions chez les Mélanésiens et, avant l’ultime recours à la solution violente, les avertissements n’avaient pas manqué.

LES RECLAMATIONS MELANESIENNES

  • 15 Le sens du qualificatif de « Parenan » n’apparaît pas clairement ici. Notons que, d’après le Cdt. M (...)

53Celles-ci avaient commencé dès les délimitations de 1865 qui avaient provoqué une protestation des villages du Sud de Pouébo. Selon le R.P. Emprin : « les canaques de Parenan »15, ceux-là même qui devaient apostasier un peu plus tard,

« se voyant exproprier de leurs terres pour devenir la propriété de M. Henry et d’autres colons, vinrent trouver les Pères afin qu’ils leur indiquassent le moyen d’arrêter cet empiètement ».

54Là, ils leur auraient tenus à peu près ce langage

  • 16 Du moins est-ce la traduction qu’en fait le R.P. Emprin, d’après les informations des Missionnaires (...)

« Nous voulons notre pays ; pourquoi les blancs nous enlèvent-ils nos champs. Nous ne pouvons plus rien cultiver parce que leurs porcs et leurs vaches nous ravagent nos plantations... sommes-nous donc condamnés à mourir de faim »16.

55Les Pères accompagnèrent les plaignants chez le Chef de Poste, Bailly. Celui-ci, s’abritant derrière ses ordres, les éconduisit : « Ce n’est pas mon affaire » leur aurait-il répondu (Emprin).

  • 17 Certes le mouvement d’apostasie qui atteignit en 1865 les tribus christianisées incluait aussi Bala (...)

56L’échec de cette entrevue n’allait pas être sans conséquences pour les Pères, puisqu’il semble qu’on doive lui imputer pour une part l’apostasie en 1865 des villages du sud de Pouébo, les plus menacés justement par les progrès de la colonisation17. Cette désertion en masse inquiéta suffisamment la Mission pour activer son zèle dans son soutien aux revendications foncières des Mélanésiens.

57Après ce grave échec, restait le recours à une pétition officielle. Ce fut la solution que suggérèrent les missionnaires, sachant pertinement qu’elle aboutirait sur la table du Gouverneur. Mais le risque était calculé. Le R.P. Gagnière rédigea un texte de protestation au nom des Grands-Chefs de Pouébo, Hippolyte Bonou et Napoléon Ouarébate, donnant à cette démarche une portée politique plus large :

  • 18 On sent à plusieurs indices que ce texte, même s’il exprime le sentiment profond des Mélanésiens, e (...)

« Vous nous aviez fait appeler pour nous dire que la volonté de M. le Gouverneur est de donner à des colons nos terres, nos cocotiers et nos maisons. Mais aujourd’hui, nous, Chefs de Pouébo et propriétaires des terrains que M. le Gouverneur veut nous enlever, nous vous déclarons que nous ne voulons ni vendre, ni céder de nos terres, parce que nous les tenons de nos pères. Quand à nos cocotiers, ils sont nos vraies richesses, une partie de notre nourriture et l’unique moyen de nous procurer des vêtements.
Donc nous vous déclarons que nous refusons d’abandonner notre pays aux mains des colons, à moins que M. le Gouverneur nous donne à la place un autre qui lui soit équivalent. Nous vous écrivons donc cette déclaration que nous vous faisons aujourd’hui parce que nous ne pouvons trouver le motif de cette conduite de M. le Gouverneur à l’égard de nous qui avons été les premiers à arborer le pavillon français ». (Moniteur NC. 15 déc. 1867)18.

58Ce texte circula, recueillant 68 signatures dont celles des Chefs Hippolyte et Napoléon Ouarebate, ainsi que celles des deux Missionnaires Gagnière et Villard. Le 16 mars 1866, il fut remis à Bailly qui le transmit au gouverneur.

59Guillain, prévenu contre les Pères, y lut un refus d’obéissance et un défi à sa propre autorité. Flairant une manœuvre de la Mission pour évincer les colons, il prit fort mal la chose. Sa réponse arriva le 1er mai 1866 sous la forme d’une décision plaçant « l’indigène Bonou Hippolyte » prévenu d’insubordination, sous surveillance à Vao (ile des Pins) pour la durée d’une année. Le Gouverneur, venu lui-même à Pouébo, procéda à cette arrestation.

La mort d’Hippolyte

  • 19 Le Père Lambert (1900) écrit que Napoléon Ouarébat était le « Téama », le Grand-Chef, personnalisat (...)

60Hippolyte n’était hiérarchiquement que le « second Chef de Pouébo »19, la primauté appartenant à Napoléon Ouarébate (Moniteur 5 janv. 1868). Mais c’était lui qui avait la personnalité la plus forte et le caractère le mieux trempé. Le Père Pionnier (1911) évoquera

l’« intelligence supérieure et la bonne mine du jeune Chef de Pouébo, grand, bien fait, martial dans ses allures, parfaitement initié à la connaissance du français »

  • 20 Selon le P. Pionnier (1911) Guillain séduit par la personnalité d’Hippolyte aurait tenté de le gagn (...)

61qui séduisirent le Gouverneur Guillain20. Hippolyte, que le Père Rougeyron considérait comme son fils, avait participé à la fondation de la Réduction de la Conception en 1856. Revenu plus tard à Pouébo son influence s’était révélée modératrice. C’est ainsi qu’un caboteur de Canala, Félix Collet, qui commerçait avec les Mélanésiens, ayant été volé par les Muélébés, Hippolyte était intervenu pour lui faire restituer ses biens (O’Reilly 1953). Tel était le personnage que le Gouverneur en personne venait arrêter. Le hasard voulut que la maladresse se mua bientôt en tragédie, donnant à la faute l’apparence d’un crime.

  • 21 C’est à propos de cette rumeur que l’on exhuma le fameux sermon du Père Guitta, qui aurait selon le (...)

62Quelques mois plus tard en effet, en septembre 1866, Hippolyte Bonou mourait d’une banale grippe à l’Ile des Pins. On a dit que cette mort inattendue parut suspecte à Pouébo, où le bruit aurait même circulé que les Français l’avaient assassiné21.

63Il est difficile de dire si cette rumeur courut réellement ou si elle fait partie du scénario construit par Guillain pour relier directement le massacre de 1857 à la mort du Grand-Chef, dont il n’aurait été qu’une vengeance. Hypothèse qui présentait pour le Gouverneur le double avantage de taire le problème foncier et de compromettre le parti des Muélébés catholiques. Garnier (1871 B), qui vécut ces événements en contemporain, dit simplement que la mort de Bonou

« mit le comble à l’exaspération des indigènes, car il faut savoir que... ils éprouvent pour leurs rois des sentiments de respect, de soumission, de dévouement qui vont jusqu’au fanatisme ».

64C’était, de façon naturellement compréhensible, la traduction de l’affection que l’on doit au « Grand fils » qu’est le chef authentique dans la société mélanésienne.

65La mort d’Hippolyte connaîtra plus tard un épilogue rocambolesque mais qui n’est pourtant pas sans signification pour comprendre le climat général dans lequel se sont déroulés ces événements.

66Dans le mois qui suivit le massacre de 1867, une étrange rumeur courut en effet relative à la mort d’Hippolyte. A l’origine de celle-ci, un bruit recueilli par un caboteur, selon lequel une religieuse de la Mission, venant de Vao au début d’avril 1867, aurait rapporté à Pouébo une caisse contenant la tête de ce chef. Et l’on aurait vu ce spectacle insolite du Père Villard brandissant cette tête un dimanche à la messe et la montrant au peuple assemblé dans l’église avec ce commentaire

« Hippolyte vous dit aujourd’hui par ma bouche, puisque la sienne ne peut plus parler, de le venger. » (Emprin)

67Que Guillain ait réellement cru à ce mauvais mélodrame paraît douteux. Il n’en est pour preuve que la recommandation de discrétion qu’il fit au Capitaine Bourgey en lui prescrivant d’effectuer une enquête. Mais qu’il l’ait tenu pour possible n’en est pas moins révélateur de la suspicion dont il honorait les missionnaires. Quoi qu’il en soit, il se dépêcha d’envoyer un navire à Pouébo portant ses instructions au Chef de Poste et un autre à l’Ile des Pins avec une commission chargée de procéder à l’exhumation du cadavre et d’établir un constat.

  • 22 Le témoignage d’un Mélanésien de Pouébo, Théophile, lors de l’enquête de Bourgey, décharge entièrem (...)

68Le corps d’Hippolyte fut retrouvé intact. L’enquête menée à Pouébo devait faire apparaître que toute l’affaire provenait d’un malentendu ou d’une erreur de traduction. En réalité, une mèche de cheveux avait été prélevée avant l’inhumation, en geste de piété filiale, et rapportée à Pouébo un peu plus tard, non par une religieuse, mais par le propre frère d’Hippolyte, Julio. Cette relique avait été remise à la famille du défunt et ce, semble-t-il, à l’insu des Pères à qui l’on prêtait d’aussi noirs dessins22. Cette incroyable histoire n’en est pas moins révélatrice du climat lourd de mystère et de conspiration dans lequel baigne toute cette affaire.

La protestation de Napoléon Ouarébate (avril 1867)

69La pétition n’avait rien résolu. Guillain avait refusé d’entendre l’avertissement qu’il interprétait comme une manœuvre de la Mission. Les Mélanésiens, frustrés par la déportation puis la mort de leur chef, voyaient se poursuivre les empiétements de nouveaux colons.

  • 23 La veille, le 2 avril, Lehuau était venu voir Bailly pour lui dire qu’il avait trouvé un terrain de (...)

70Six mois après la mort d’Hippolyte Bonou, le 3 avril 1867, le Chef Napoléon Ouarébate est invité par Bailly à se rendre sur sa terre de Pelwi où trois hectares doivent être concédés à titre provisoire au colon Lehuau23. Il proteste contre cette nouvelle dépossession et, le lendemain, le lui confirme par écrit dans une lettre contresignée par les Pères Chapuy et Villard où il déclare :

« Hier, 3 avril, convoqué par vous à me rendre à ma propriété de Pelwi pour la concéder à un colon, j’ai déclaré devant vous que je ne voulais en aucune manière concéder et aliéner cet héritage des chefs mes ancêtres ; j’ai donc protesté contre cette concession... »

71Comme pour la précédente protestation, il n’en fut tenu aucun compte. On ne voulait pas créer de précédent ainsi que l’avouera le Moniteur (15 déc. 1867) écrivant après les massacres :

« sans doute aurait-on pu accéder au désir d’Ouarébate en n’accordant aucune concession, mais tous les chefs calédoniens eussent pu en demander autant ».

72Plus grave encore, bientôt la rumeur courut qu’une demande de concession de 500 hectares avait été déposée. Le secrétaire colonial Mathieu (1878) écrit à ce sujet :

« en 1867, les Mouélébés dont le territoire mesurait 9 000 ha sur lesquels 300 avaient été concédés à des Européens, s’émurent de la demande introduite par un Français à l’effet d’obtenir sur leurs terres une concession de 500 hectares. Bien que l’Administration ait repoussé cette demande les Mouélébés protestèrent contre l’intrusion des blancs en assassinant un maréchal de logis, un gendarme et plusieurs colons ».

73Ainsi se développait un processus que plus rien ne pourrait arrêter. L’hostilité se cristallisa sur la personne du représentant de l’Administration chargé d’appliquer sur place la politique du Gouverneur, le Chef de Brigade de Gendarmerie.

LE DRAME

  • 24 « Bailly était aimé, juste et intègre » dira Henry. Sa femme Elisabeth écrira : « Le commandant Bai (...)

74Le Maréchal des Logis Bailly était un brave homme. Les témoignages venus d’horizons divers et portés sur sa personne sont unanimement favorables24.

75On a pu s’interroger sur les raisons qui ont progressivement tendu les rapports, au début excellents, entre le Commandant du Poste et les Missionnaires. L’épisode relaté par Lacourrège (1974) du gendarme surprenant, en février 1867, le Père Villard en situation équivoque avec une jeune fille indigène, ne saurait tenir lieu d’explication à un antagonisme latent qui venait de bien plus loin. S’en tenir à ce simple fait divers, serait oublier que les tracasseries de Bailly à l’égard du Chef Catholique Hippolyte Bonou remontaient à plus d’un an avant cette date. Et auparavant il y avait eu (février 1865) l’apostasie des Parenans dont Bailly devait profiter pour s’immiscer dans les affaires de la tribu en accordant aux apostats le soutien de l’Administration. C’est dire que, depuis au moins deux ans, les rapports entre le Poste et la Mission avaient connu bien des vicissitudes et sans doute perdu une partie de leur sérénité initiale. L’antagonisme croissant entre Bailly et le Père Villard n’était que la traduction locale de l’antagonisme plus large qui opposait la Résidence au Vicariat. Bailly n’était qu’un pion dans ce jeu et, représentant local d’une Administration autoritaire, il était tenu d’exécuter les ordres du Gouverneur.

  • 25 Le Gendarme Gacher lors du procès à Nouméa, devait insister sur le fait que dans la tribu le « schi (...)

76Plus graves encore étaient les dissensions de Bailly avec les Mélanésiens eux-mêmes. Il avait joué une politique hasardeuse, croyant régner par la division, tablant sur une césure religieuse qu’il croyait plus profonde qu’elle ne l’était25.

77Par ses brimades à l’égard de la Mission et des catéchistes, il s’était progressivement aliéné la fraction catholique des Muélébés, dont la Grande-chefferie déjà fortement indisposée par les aliénations foncières auxquelles procédait l’Administration. Bailly avait cru pouvoir s’attacher les animistes et les apostats qu’il pensait soustraire à l’autorité de la chefferie catholique. Lors de l’apostasie des villages du Sud de Pouébo, il aurait déclaré à Hippolyte :

« qu’il n’était plus chef des hommes de Parenan, qu’il n’avait plus rien à voir dans leur conduite et que c’était sa propre affaire » ce qui faisait dire au P. Emprin que « Bailly s’était constitué chef des apostats... les mêmes qui avaient protesté quelque temps auparavant ».

78On conçoit l’irritation de la chefferie catholique confrontée à de telles prétentions, immixtion intolérable dans les affaires coutumières.

  • 26 Ces deux hommes seront impliqués dans le meurtre de Bailly.
  • 27 Emprin dit qu’« ils s’y refusèrent d’abord, puis enfin convoquant les hommes de leur village, ils s (...)

79Les rapports n’allaient pas non plus tarder à se gâter avec les « apostats ». Cela ne saurait surprendre. Des gens qui avaient affirmé leur personnalité en osant s’insurger contre la Mission et en rejeter les dogmes, ne pouvaient supporter longtemps la tutelle du Commandant du Poste. Au premier incident, (Martin chef de Bouahibate et l’un de ses frères nommé Pierre, tous deux connus pour leur caractère violent, ayant menacé un Européen avec leur hache) Bailly dut sévir26. Martin goûta d’abord de la prison, puis les deux délinquants furent condamnés à établir un tronçon de route. Ils feignirent de s’exécuter avec une mauvaise volonté telle que leur attitude frisait la provocation27. Mais prenant soudain conscience de l’irritation générale, Bailly n’osa pas sévir. Il perdit la face sans pour autant réussir à amadouer Martin et Pierre

« trop irrités des punitions qui leur avaient été infligées pour ne pas chercher à se venger » (Emprin).

  • 28 Vers le mois de mai ou juin 1867 avait circulé un conte avertisseur du drame qui se préparait. C’ét (...)

80De mesquineries en maladresses, Bailly avait fini par devenir un homme seul. Il sentait autour de lui monter la colère au point d’en avoir le sentiment de sa propre insécurité. D’où ses lettres au Gouverneur, exposant que sa situation était critique et sa vie menacée, peut-être à la suite d’un avertissement du Père Villard28.

  • 29 Elisabeth Henry s’étant trouvée malade pendant plusieurs jours devait écrire « pas un jour ne s est (...)

81Pourtant à la veille du drame on pouvait avoir l’impression d’un calme tranquille. Les colons rescapés ont par la suite témoigné de l’aménité de leurs rapports avec les Mélanésiens29. Au procès, l’avocat Le Boucher devait affirmer que

« la circonscription de Pouébo était plus tranquille dans les trois derniers mois qui précédèrent la catastrophe qu’elle ne l’avait jamais été. La population était docile, prévenante, obéissante et l’infortuné Bailly se réjouissait de cette heureuse situation » (Moniteur 5 janv. 1868).

82Le calme apparent des derniers temps a soulevé la question de la préméditation. On s’est interrogé pour savoir s’il y avait eu complot où si le massacre avait été l’explosion soudaine d’une colère spontanée.

83Ce qui a frappé surtout les contemporains c’est

« le grand nombre d’individus qui y ont pris part en même temps que le secret qui a présidé à l’organisation du complot » selon les propres termes du Moniteur (21 oct. 1867).

84Quelques mois avant que le drame n’éclate, en août 1867, un grand Pilou s’était tenu à Pouébo, organisé par Napoléon Ouarébate. Cette fête n’était pas improvisée. Prévue depuis de nombreux mois, elle avait été précédée de cultures spéciales destinées à constituer les réserves de vivres, et de la construction de plusieurs grandes cases. Elle avait réuni des délégations venues de tout le Nord de la Grande-Terre, de Gomen, Koumac, Bondé, Arama, Balade, Ouébias, Paimboas et même Hienghène. Dans l’état d’irritation où se trouvaient les Muélébés, depuis l’échec de la protestation du chef Napoléon quatre mois plus tôt, un tel rassemblement n’allait pas sans risques. D’autant plus que le Pilou avait été préparé dans une ambiance trouble. Selon Emprin en effet :

« les faiseurs de sortilèges... répandirent le bruit que cette fête ne passerait pas sans grands désordres ».

  • 30 Cette hache sera elle aussi reprochée au Père Villard. On en fera le prix de sa complicité. C’est a (...)

85Bailly pourtant l’avait autorisée. Les faits lui donnèrent raison : tout se passa normalement. Le Gendarme et le Père reçurent chacun en cadeau une hache de serpentine, et la fête finie, chacun rentra chez soi30.

  • 31 Selon Emprin : « Sapouino, le neveu de Napoléon, a avoué que son casse-téte s était bien trouvé à l (...)
  • 32 Citons encore Emprin : « ... d’après tous ceux que j’ai interrogés, ce n’est pas leur habitude de f (...)

86Ce n’est que bien plus tard qu’un bruit courut selon lequel, au cours de ce Pilou, Napoléon aurait remis son casse-tête au Chef de Bouahibate, Martin, sous-entendant par ce geste une invite à tuer les blancs. Lors du procès, par suite de témoignages confus et parfois contradictoires, la réalité de ce fait ne pourra pas être clairement établie31. Les Pères en particulier la contesteront comme étant peu vraisemblable et inhabituelle32.

  • 33 Contrairement à Hippolyte Bonou, Napoléon Ouarébate avait une personnalité faible et influençable. (...)

87Par contre, selon eux la préméditation est incontestable, mais antérieure au Pilou, comme le prouve l’épisode de la fable rapportée à Bailly par le Père Villard, et émane des Pouébo du Sud et non de la Grande-Chefferie. Ce sont effectivement les gens de Bouahibate et de Tchambouenne qui mèneront l’affaire. Il n’en reste pas moins que le rôle de Napoléon Ouarébate apparaît équivoque dans cette affaire et que cette ambiguïté servira d’argument au Gouverneur pour compromettre la Mission elle-même33.

88L’affaire de Pouébo, à la lumière du procès, apparaît bien comme ayant été préméditée de longue date par les villages du Sud, ceux-là même qui s’étaient une première fois déjà rebellés contre la Mission. Elle est née de trois sentiments étroitement imbriqués : l’exaspération devant les dépossessions foncières déjà faites, la crainte de celles à venir, et l’irritation croissante contre Bailly, locale incarnation d’une administration devenue tyrannique à force d’autoritarisme et d’arbitraire.

La nuit tragique (6-7 octobre 1867)

Le Pont Boïvou

89Le 6 octobre 1867 était un dimanche. Ainsi qu’ils avaient coutume de le faire, Bailly et le gendarme Venturini s’étaient rendus dans l’après-midi à Gabarique pour faire quelques emplettes au magasin Déméné. Ils avaient laissé de permanence au Poste le troisième gendarme Gacher auquel ils avaient dit qu’ils rentreraient vers 18 heures.

90Bailly et Venturini, accompagnés de leur chien, étaient repartis de chez Déméné en fin d’après-midi et, vers 17 heures 30, ils étaient au Pont Boïvou, à deux kilomètres seulement de la Mission et du Poste. C’était un endroit boisé de part et d’autre d’un ruisseau fangeux que franchissait le chemin de Pouébo à Oubatche.

  • 34 Il y avait comme l’enquête devait l’établir par la suite 7 hommes ; outre Martin et Pierre Pouindi (...)
  • 35 Probablement une ancienne case que Déméné aurait habitée avant de se fixer à Bouahibate et qu’indiq (...)

91C’est là que, cachés sous les frondaisons, les guettaient les meurtriers, Martin chef de Bouahibate, Pierre et quelques hommes de Bouahibate et de Tchambouenne, tous armés de haches et de casse-tête34. Ils avaient attendu le retour des gendarmes, cachés non loin de là dans une case abandonnée35, puis, les voyant venir, s’étaient rapprochés du ruisseau.

92Lorsque ceux-ci arrivèrent, Martin s’approcha, les salua et dès qu’ils furent passés sans se douter du danger, les frappa par derrière avec ses complices. Bailly assommé tomba aussitôt. Venturini résista quelques instants avant de succomber à son tour. Les corps furent aussitôt dissimulés dans la mangrove qui bordait le ruisseau. C’est là que le lendemain on devait les retrouver, à demi immergés et « presque méconnaissables » (Emprin).

Fig. 21 - Localisation des villages mélanésiens et des colons sur le littoral de Pouébo en 1867.
1) Village mélanésien
2) Case de colon
3) Mangrove
La concession (B-D) sur la rive Nord de la rivière de Pouébo, appartenait également à Bertrand Delrieu. Notons aussi près du Pont Boïvou (1) la présence d’une ancienne case abandonnée, peut-être celle du colon Rouenné.

  • 36 Un détail moins connu paraît cependant confirmer que l’ensemble des agressions avait été programmé  (...)

93Après ce premier crime, il y a un moment de flottement. Pendant deux heures et demie c’est le calme. A tel point que l’on a pu se demander si le projet initial ne se limitait pas à la mort des gendarmes et si le massacre des colons n’était pas le fruit d’une décision intervenue spontanément après coup, sous l’effet de l’excitation36.

Gabarique

94C’est seulement peu avant 20 heures alors que la nuit est déjà noire que les massacres reprennent. Une bande déjà nombreuse conduite par les Mélanésiens Bauaé chef de Gabarique, Guillaume et Alozio débouche à Plaisance (Gabarique) devant le magasin Bertrand-Delrieu. Le gérant, Tricot, dormait déjà. Voici comment le Moniteur (15 déc. 1867) relate cet épisode :

« Bauaé, parfaitement connu de Tricot,... auquel il avait apporté des cocos dans la journée, vient à une heure à laquelle il savait qu’il était couché d’habitude, lui réclamer le prix de sa marchandise. Tricot ne s’est pas levé et... bientôt, effrayé par le bruit que faisaient les canaques autour de sa maison, prit la fuite par une fenêtre donnant du côté de la mer ».

  • 37 Notons cependant que l’on devait piller les fusils et les munitions chez Tricot et chez Henry, et q (...)

95Il réussit à s’échapper et après s’être caché dans les palétuviers arrivera à la Mission vers 23 heures 30 où il donnera l’alerte, disant avoir entendu du bruit chez Déméné. Entre temps son magasin avait été mis à sac. Mais comme on le soulignera au procès, le pillage n’était qu’accessoire, les Mélanésiens voulaient d’abord se débarrasser des Européens37.

96L’habitation Delrieu dévastée, la troupe s’était rendue chez Déméné. La distance qui séparait les deux colons n’était pas bien grande, un kilomètre à peine. Elle fut franchie en quelques minutes. A 20 heures on arrivait devant la maison où habitait Déméné, sa femme et ses quatre enfants. La famille venait d’achever son souper. Les plus jeunes, une fillette de 6 ans et un bébé de 4 mois dormaient déjà. C’est alors que recommence le même scénario :

« Pierre (de Bouahibate), connu de la maison dont la case est toute rapprochée, vient près de la porte et appelle Déméné disant qu’il a quelque chose à lui montrer. Déméné se lève de la table autour de laquelle il est assis avec sa femme et ses enfants, ouvre la porte et au même moment reçoit un coup violent de casse-tète sur la tète qui le fait tomber mort » (Moniteur 15 déc. 1867).

  • 38 Le lendemain matin on devait retrouver la femme de Déméné qui s’était cachée dans un arbre. Elle su (...)

97C’est le signal du carnage. Les révoltés se précipitent dans la maison et massacrent tous ceux qui s’y trouvent, le bébé, la petite fille et même Koouine le serviteur loyatien qui dînait dans la cuisine. La femme de Déméné qui a réussi à s’enfuir avec ses deux aînés par une porte opposée est rattrapée et frappée à son tour. On frappe aussi les deux garçonnets qui roulent dans un fossé. Puis, les croyant morts, on pille le magasin et l’habitation38.

Oubatche

98Le troisième acte se joue à Oubatche peu avant minuit. Entre temps la bande a grossi ralliant de nouveaux éléments sur sa route et notamment dans la traversée de Tchambouenne. C’est une troupe de 250 à 300 hommes surexcités qui arrivent à la station Henry. Là encore on recours à la ruse habituelle :

  • 39 Alick Henry, fils d’Andrew et d’Elisabeth, alors âgé de 16 ans.

« Harry, familier de la maison que chacun connaît, pour lequel on a une certaine amitié à cause des petits services qu’il rend de temps en temps, se présente vers minuit moins le quart près de la chambre du fils Henry39 et lui annonce qu’un des chevaux de l’habitation s’est cassé la jambe » (Moniteur 15 déc. 1867).

  • 40 Elisabeth Henry devait raconter dans une lettre cette nuit tragique : « La nuit était si obscure qu (...)

99Bien entendu c’était faux : il s’agissait d’un prétexte pour l’attirer dehors. Le jeune homme sort et, sur le seuil, deux hommes, Harry et Yannety, l’attendent et lui assènent trois coups de casse-tête qui ne feront que le blesser. Tandis qu’ils essayent de lui arracher son fusil, les parents, alertés par le bruit, arrivent à la rescousse et tirent sur les assaillants qui s’enfuient. On sonne aussitôt l’alarme à la cloche de la station. Les ouvriers européens et néo-hébridais, qui dormaient dans les dépendances, rallient l’habitation où l’on s’organise pour soutenir un siège, tandis qu’à l’extérieur, commence le sac des magasins et des chantiers. Le pillage devait durer toute la nuit40.

  • 41 Vraisemblablement des concubines des Gendarmes dont la présence au poste agaçait les Pères.

100A Pouébo la nuit tragique avait été vécue dans l’angoisse. On en connaît les épisodes et l’atmosphère pesante par le récit du P. Emprin. D’abord l’attente de plus en plus lourde de Gacher qui voit la nuit tomber et le chien revenir seul. Il envoie quelques femmes mélanésiennes au devant du commandant41. En vain. Vers 19 heures, il se rend à la Mission faire part de ses inquiétudes au Père. Celui-ci le rassure, puis va se coucher tandis que Gacher regagne la gendarmerie. Il s’allongera tout habillé, son pistolet chargé près de lui, après avoir placé un bidon contre la porte en guise d’alarme (Anonyme 1867). Vers 11 heures 30, coup de théâtre : Tricot, en chemise, arrive à la Mission réveille le Père et lui fait part de ce qu’il a vu. Ensemble ils se rendent au Poste pour informer Gacher.

101Aussitôt c’est le branle-bas : on sonne l’alarme, on réveille les enfants, on convoque le chef. Ce dernier prétextant une indisposition tarde à venir. Il faut le presser. Il finit par arriver vers minuit. A cette heure les « insurgés » sont déjà à Oubatche.

  • 42 D’après Emprin : « Arrivés à Chéooït (Tsévite)... ils rencontrèrent un homme se promenant (sic) - « (...)

102Gacher fait armer de fusils une quarantaine d’hommes qu’il envoie à la recherche de Bailly. Ils reviennent deux heures plus tard porteurs de sinistres nouvelles42.

Fig. 22 - Oubatche en 1870
Légende : (1) Wharf ; (2) Four à coprah ; (3) Habitation ; (4) Parc à bétail ; (5) Poste militaire d’Oubatche. Les numéros inscrits à l’intérieur de cercles sont ceux des parcelles limitées par un trait en pointillé qui constituent la propriété Henry. Celle-ci s’arrête sur le littoral à la zone maritime des cinquante pas géométriques.
On trouve sur ce croquis les principaux éléments constitutifs d’un domaine de la côte Nord-Est à cette époque : le wharf, point de contact avec l’extérieur dans ce pays sans routes ; les séchoirs à coprah et les parcs à bétail qui avec le « store » résument l’essentiel de l’économie.

  • 43 Franck Foord avait sa case à Diahoué. O’Connor et Slade arrivèrent le lendemain de l’attaque, de mê (...)

103On attendit l’aube pour se rendre au pont Boïvou où l’on retrouva les corps des gendarmes, puis à Bouahibate où l’on recueillit les survivants de la famille Déméné. Les corps furent ramenés à Pouébo et ensevelis dans le jardin du Poste au milieu de la consternation générale. Ce devoir rempli, Gacher alla se réfugier chez Henry, à Oubatche, où s’étaient regroupés quelques colons isolés et quelques caboteurs, Franck, Foord, O’Connor, Slade, Unthank et Miller (Moniteur 20 oct. 1887)43. Là le siège continuait mais comme devait l’écrire Elisabeth Andrew

  • 44 Il s’agissait de Martin, chef de Bouahibate, l’un des instigateurs de la révolte, tué le premier jo (...)

« Dès lors nous étions en force et si nous avions eu des armes pour tous, les indigènes n’auraient pas dansé devant nous avec impunité ainsi qu’ils l’ont fait. Nous avions seulement une canardière et un fusil à deux coups. Ils venaient si près de notre maison que l’un d’eux dansa dans le jardin en plein jour44. Folger tira sur lui et le tua » (Moniteur 20 oct. 1867).

Le châtiment

104En attendant l’arrivée des troupes, envoyées conjointement depuis Wagap, Gatope et Nouméa, les premières représailles furent menées par les gens de Pouébo eux-mêmes. Les Pères devaient en tirer argument pour innocenter leurs ouailles du complot :

« Après la sépulture, écrit Emprin, tous les gens de Pouébo partirent pour faire la guerre aux assassins, brûlant et dévastant tout leur pays, puis se rendirent pour secourir la famille Henry demeurant à Boua-Oubatche. Mais M. Henry, prévenu contre ces généreux auxiliaires, les reçut très mal, reprocha au chef d’être complice de ce massacre, ce qui leur fut très sensible, mais ils ne sortirent pas de la ligne du devoir... Dès ce jour, jusqu’à l’arrivée du navire, les Pouébos ne cessèrent point de monter la garde chez Gachet et le Père, ni de guerroyer contre les meurtriers qu’ils prirent et qu’ils menèrent en prison pour que tout fût prêt quand le Gouverneur viendrait ».

  • 45 C’est le nommé Thierry qui, le lendemain du massacre, conduisait les gens de Pouébo pour incendier (...)

105On est, en réalité fondé à se poser quelques questions sur ce zèle et à se demander si les soupçons d’Henry ne couvraient pas une part de réalité. Au cours du procès, plusieurs témoignages cités par l’avocat Le Boucher semblent indiquer qu’il existait une connivence entre les révoltés du Sud et les catholiques du Nord de Pouébo. Peut-être espérait-on que, les représailles étant faites par les Mélanésiens eux-mêmes, les soldats ne viendraient pas et que les coupables s’en tireraient ainsi au moindre mal45.

106Il paraît probable que, si la chefferie de Pouébo n’a pas trempé dans le complot comme certains l’ont affirmé, elle ait été du moins au courant de son existence. Napoléon Ouarébate savait ce qui se tramait comme permet de le penser le témoignage de Gacher rapporté par l’avocat Le Boucher :

  • 46 Ceci n’implique pas que les Pères aient été avertis du complot. Bien des choses pouvaient se passer (...)

« Gacher, le 7 octobre au matin réunit le chef et ses conseillers au Poste et les invite à se mettre à la poursuite des coupables et à les nommer s’ils le peuvent. Pendant trois quarts d’heure on délibère, puis, sans être sorti de la case, Napoléon cite les noms des assassins de Bailly moins un » (Moniteur 5 janvier 1868)46.

107Cela suffit à persuader Guillain de la culpabilité des chrétiens de Pouébo et donc, indirectement, des Missionnaires, permettant au Gouverneur une exploitation politique de l’affaire.

  • 47 Cette exécution « infamante » (qui était celle réservée aux forçats) devait être péniblement ressen (...)

108L’affaire de Pouébo eut plusieurs conséquences. En attendant les inévitables dépossessions foncières, un procès s’ouvrit à Nouméa en décembre 1867. Il dut être ajourné pour complément d’information et les débats ne reprirent qu’en avril de l’année suivante. Ce fut un procès confus au terme duquel la tribu des Muélébés dans son ensemble fut déclarée civilement et collectivement responsable. Une dizaine de coupables, convaincus d’avoir directement pris part aux massacres, furent condamnés à mort. Pour la première fois, le 18 mai 1868, la guillotine fut dressée à Pouébo où les condamnés furent exécutés47.

109Pour prévenir toute nouvelle révolte, la brigade de gendarmerie fut supprimée et remplacée par un poste militaire. Les réquisitions de main-d’œuvre auxquelles on procéda pour la construction du fortin devaient être à l’origine d’un nouveau et sanglant sursaut.

LES PROLONGEMENTS

110A l’arrivée des troupes, on les logea provisoirement dans un vague casernement hâtivement édifié par les Mélanésiens près de la Mission, tandis que les officiers occupaient l’ancien poste des gendarmes. Mais cette proximité de la Mission déplaisait au Gouverneur qui préféra mettre la rivière entre les pères et les soldats. Aussi installa-t-on le poste d’Ouvanou près d’un magasin appartenant à Delrieu, sur la rive gauche de la Pouébo.

111Les installations furent au début particulièrement sommaires. Le P. Emprin les décrit comme consistant en

« deux grandes cases en paille servant de casernes, l’une aux disciplinaires, l’autre à l’infanterie ».

112Une case pour le capitaine. Une autre pour les officiers ; une case servant de cuisine, un four, enfin une quatrième case « pour loger le sexe féminin » qui, déplore Emprin, « y abonde déjà » !

113Il s’agit ensuite de fortifier ce camp pour en faire un véritable fortin. On réquisitionna pour cela les tribus environnantes ainsi que celles de Bondé d’Arama et des Paimboas. Chaque « tribu » devait tenir 25 travailleurs en permanence sur les chantiers du Poste. Pouébo, la plus proche et aussi la plus suspecte aux yeux du Gouverneur, fut plus lourdement taxée encore avec la moitié de son effectif d’hommes valides affecté aux corvées. Ainsi s’acheva l’année 1867 et se passa le premier semestre de 1868. A partir de la mi-juin le Commandant du Poste, le Capitaine Pons, voulut activer les travaux pour les terminer avant septembre ou octobre, époque où les plantations d’ignames accapareraient la main-d’œuvre mélanésienne. Il fut ainsi amené à prolonger les journées de travail de 8 à 10 heures, au point, écrit Emprin,

« que ces pauvres diables n’avaient même pas le temps de préparer leur nourriture ».

Fig. 23 - Localisation des principaux groupes mélanésiens dans le nord-est, en 1868-1869.

114Ces prélèvements excessifs de main-d’œuvre soustraite des cultures vivrières eurent pour effet d’aggraver la soudure alimentaire de début d’année, au point qu’Emprin n’hésite pas à parler de « famine » décrivant

« ces malheureux canaques maigres, étiolés, chancelants, sous le faix, le ventre sanglé... »

115C’est alors que le Capitaine Pons recourut à un expédient particulièrement révélateur de l’incompréhension qu’avaient les militaires, et au-delà d’eux, l’autorité coloniale, de la réalité mélanésienne. Ecoutons Emprin :

« Il (Pons) expropria (sic) les terrains où il vit le plus de vivres et les donna à ses travailleurs. Mais ceux qui avaient travaillé et planté ces champs n’entendaient pas de cette oreille. N’ayant plus d’autres plantations ils allaient tout naturellement chercher les taros qu’ils avaient plantés. Les autres s’aperçurent que les propriétaires allaient prendre les vivres que leur avait donné le Commandant et ils allèrent le lui dire... Pons furieux envoie deux soldats arrêter les prétendus voleurs et les soldats déchargent leur fusil sur eux en les voyant fuir ».

116Ainsi, par une sorte de processus cumulatif, allait-on gaillardement d’un abus de pouvoir à un autoritarisme de plus en plus intransigeant. Après avoir prélevé trop de main-d’œuvre, la troupe en arrivait, par une logique absurde, à tirailler contre de paisibles cultivateurs dans leurs propres champs. Pour nourrir les corvées, on affamait le reste de la population en la dépouillant de ses récoltes.

117Entre temps, les prélèvements de main-d’œuvre s’étaient intensifiés. Des signes de lassitude s’étaient déjà manifestés en avril-mai chez les Paimboas. Il avait fallu les rappeler à l’ordre en envoyant trois soldats sommer le Chef. Les montagnards s’étaient finalement inclinés, mais l’affaire avait failli mal tourner.

Le guet-apens de Pongouet (7 octobre 1868)

118A partir de la mi-juin on chercha de nouvelles recrues du côté des Pouébo du Sud et des Ouébias qui ne vinrent, là encore, que contraints et forcés. En juillet-août, le mécontentement est général, avivé par les premiers travaux de préparation des champs qui marquent le début de la campagne agricole :

« Les indigènes pensant à faire leurs semailles ne voulaient plus se rendre au travail. Les chefs ne savaient plus comment faire pour fournir le contingent des travailleurs, qui, à l’envie, allaient se cacher dans les bois pour échapper à la corvée » (Emprin).

119A la fin de septembre il fallut relever le contingent d’Ouébias qui était sur le point de terminer son temps de travail sur le chantier d’Ouvanou. Pons envoya un Tiendanou, Louis Tchan-Agne (dit aussi Chavane) auprès du chef Cohima pour inviter ce dernier à envoyer une relève de 25 hommes.

  • 48 Il comprenait le caporal Vaissier, l’interprète Jacobo, et les soldats Levenec, Lemen, Boignard, Im (...)

120Tchan-Agne, peut-être parce qu’il ne se faisait guère d’illusions sur les intentions réelles de Cohima, au lieu de gagner la montagne, se rendit d’abord auprès des Ouébias établis sur le littoral à Oueïna, près de Diahoué. C’est là qu’il fut rejoint deux jours plus tard par un petit détachement de cinq soldats aux ordres d’un caporal. Entre-temps, en effet, la corvée de Tiendanous qui travaillait à Pouébo avait déserté sans attendre l’arrivée des remplaçants. Craignant que cet exemple ne devienne contagieux, Pons avait aussitôt envoyé le détachement à sa recherche48. Celui-ci avait quitté Pouébo le 5 octobre. Le soir même il était à Diahoué.

121Le lendemain, ayant réquisitionné Tchan-Agne comme guide, la petite troupe, franchissant le chaînon côtier, s’enfonça dans le pays montagneux des Ouébias. En fin d’après-midi elle arrivait au village de Letchiamboi où résidait Cohima. Là le caporal réclama le chef.

122Plusieurs versions de cette entrevue existent entre lesquelles il est d’autant plus difficile de choisir qu’aucun témoin direct n’a survécu. Selon la première, Cohima aurait répondu à Vaissier :

« Vous pouvez retourner à Pouébo ; si je trouve des hommes, je les enverrai avec Tchan-Agne » (Mathieu 1870).

123Selon la seconde version, qu’aurait rapportée Vaissier à Tchan-Agne, Cohima se serait cabré. Sa réponse, péremptoire sonne comme un défi :

  • 49 La première version mentionnée par Mathieu semble être celle de Cohima. La seconde celle de Tchan-A (...)

« Si le Commandant veut des travailleurs, qu’il vienne lui-même les chercher. Je ne te connais pas ; tu n’es rien. » (Mathieu 1870)49.

124Le Père Emprin, qui n’assista pas à la confrontation, incline pour la seconde version. Selon lui, Cohima parut

« avec un grand nombre de guerriers en costume de guerre... barbouillés de noir et armés de lances et de casse-têtes ».

125Si le dialogue rapporté par le missionnaire est moins percutant, il n’en est pas moins significatif :

  • « Dis au Commandant », répond le chef, « que mes hommes ne veulent plus aller travailler ».

  • « Si tu refuses, il viendra te faire la guerre ».

  • « Nous l’attendons. Dis-lui qu’il vienne ». Après cette réponse il se retira avec ses hommes.

126Les soldats bivouaquèrent sur place. Ils n’avaient guère d’autre choix. Ce fut peut-être une erreur. Selon Emprin, ce serait pendant cette nuit que

« voyant l’occasion si favorable, connaissant d’ailleurs un soldat qui les avait maltraités, ils décidèrent de les tuer le lendemain ».

127Cette nuit était précisément l’anniversaire de la nuit tragique du 6 au 7 octobre 1867. Mais cette coïncidence apparaît fortuite.

128La préméditation pourtant ne semble pas devoir être exclue. Par la suite le chef des Paalou et des Tandé, Douhima, insinuera que le massacre des soldats avait été projeté peu de jours auparavant, lors d’un pilou funéraire tenu chez les Païacs, à la suite du décès du chef catholique Tégope. Les Tiendanous avaient envoyé une délégation à cette cérémonie, au cours de laquelle on aurait procédé à l’échange de perle-monnaie. C’est alors que le complot aurait été ourdi (Moniteur 21/2/1869).

129Si l’on en croit les déclarations ultérieures de Cohima, l’initiative en serait venue du chef des Maloumes, Paulaoma. Celui-ci lui aurait envoyé un messager

« pour lui proposer de s’engager, par un pacte réciproque, à tuer les soldats qui se présenteraient sur leur territoire » (Mathieu 1870).

  • 50 Mathieu (1870) fait observer qu’au moment où se déroulaient ces événéments, une grande partie des T (...)

130Cohima aurait accepté et, l’occasion se présentant, se serait cru tenu de respecter sa parole50.

  • 51 En l’absence de cartes d’époque il est difficile de localiser aujourd’hui les nombreux hameaux des (...)

131Le 7 octobre au matin, les soldats quittèrent Letchiamboi pour rentrer à Pouébo. Juste avant qu’ils ne partent Cohima avait donné l’assurance à Vaissier que les travailleurs promis rejoindraient les soldats à Pongouet, où ils devaient déjeuner51. C’était une ruse.

132Peu après le départ des soldats, Tchan-Agne qui s’était rendu la vieille dans un autre village (Léounédioute) pour essayer de retrouver les déserteurs, arrive à Letchiamboi. Il y apprend que le détachement est déjà reparti et que derrière celui-ci une troupe de Tiendanous s’est mise en route pour rejoindre les soldats à Pongouet.

133Ecoutons Mathieu relater la suite :

« Tchan-Agne monte sur le pic Garou pour prendre sa direction, aperçoit la bande et l’ayant rattrapée, il demande aux indigènes s’ils vont travailler à Pouébo. Sur leur réponse affirmative, il les devance rejoint le caporal Vaissier, que l’interprète Jacobo accompagne, et le prévient de l’approche des travailleurs ».
« Cependant, Tchan-Agne, s’il faut l’en croire, se défie des allures des Tiendanous et communique ses appréhensions à Vaissier qui répond : « Ils n’oseraient pas ».

134Arrivé à Pongouet vers dix heures, le détachement est accueilli par un Diahoué, du nom de Daouiloma, qui leur offre des ignames et des taros. On met les fusils en faisceaux sans les faire garder et on s’installe pour déjeuner.

135Peu après, arrive la troupe des 25 Tiendanous qui se présentent comme la corvée attendue. Pendant que les hommes vaquent à leur casse-croûte, Vaissier fait aligner ces nouveaux venus pour les compter et prendre leurs noms. C’est alors que fut déclenchée l’attaque. D’après Mathieu (1870), c’est Vaissier qui aurait été frappé le premier et ce meurtre aurait servi de signal. Le Moniteur (22/11/1868) donne une autre version :

  • 52 Cet Ouédiéouet (ou Ouéyahoué) était un Ouébia du village de Cahat.

« Un canaque nommé Ouédiéouet attira le soldat Imbert à l’écart et, après avoir causé familièrement avec lui, lui asséna un coup de casse-tête. Tel fut le signal du massacre »52.

136En quelques instants tous les soldats furent tués. Seuls Tchan-Agne, l’interprète Jacobo et le Diahoué Daouiloma réussirent à s’échapper et à gagner Oubatche. (On les soupçonnera un moment de complicité avec les meurtriers ce dont l’enquête les lavera). Par eux, la nouvelle du guet-apens sera connue le soir même à Pouébo.

137Quelques jours plus tard le Capitaine Pons à la tête de 30 soldats conduisit une première opération de représailles contre Pongouet. Il y arriva le 10 octobre trouvant les restes des soldats et un pays complètement désert.

  • 53 Ces habitats refuges étaient généralement constitués de cases neuves, suffisamment discrètes et bas (...)

« Il chercha les assassins du côté de Ouémani et trouva en effet, au fond d’un énorme ravin, trois villages nouvellement construits par eux53 il les détruisit. En s’en retournant, il aperçut les Ouébias sur le versant de la montagne, à une assez grande distance, qu’ils descendirent en criant dès qu’ils le virent et après lui avoir tiré 5 coups de carabine » (Moniteur 22 nov. 1868).

138Ce fut à peu près tout. Le 11 au soir la colonne était de retour à Pouébo. Le bilan du raid était mince.

139Le massacre du détachement semble avoir eu sur les Ouébias un effet libératoire. Forts des quelques fusils pris à la colonne, ils crurent venue l’heure de la revanche. Pour nouer les alliances, ils avaient aussitôt dépecé et distribué dans la montagne les cadavres des soldats. Un bras avait été, sur le champ, envoyé à Cohima pour lui signifier que l’acte était accompli. Ce dernier devait faire parvenir des morceaux de chair, ainsi dit-on que des monnaies calédoniennes, aux chefs Païacs, Goa et Boula, à celui des Counegas (Mouéaou Boiloa Poiguili) et naturellement à celui qui se trouvait peut-être à l’origine du complot, le chef Maloume Paulaoma. Tous les acceptèrent scellant ainsi leur solidarité (Mathieu 1870).

140La nouvelle du massacre de Pongouet, un an jour pour jour après celui de Bailly et de Déméné, fut ressentie comme le prélude à une tentative de massacre général des Européens. Des renseignements ultérieurs semblèrent

« donner à ces actes sauvages un caractère plus grave encore que celui d’assassinats individuels : il ne s’agissait, en effet, de rien moins pour les Ouébias que de massacrer tous les blancs » (Moniteur 7/2/1869).

141Dans les jours qui suivirent, les faits parurent étayer une interprétation alarmiste.

Le meurtre du colon Cosso (16 octobre 1868)

142Emmanuel Cosso était un de ces colons isolés qui avaient commencé à s’établir le long de la côte nord-est. Il s’était fixé à Ouénope (cap Colnett) non loin du village côtier des Ouébias nommé Oueïna. Là, il avait construit sa case où il vivait avec une femme mélanésienne, Tchabouail, dont il avait un fils.

143A la nouvelle du guet-apens de Pongouet, craignant pour sa propre sécurité, et sur le conseil de deux voisins mélanésiens, Gomène et Cabaôte il avait quitté Ouénope avec sa famille et une sœur de sa femme, pour se réfugier à Oubatche. Gomène et Cabaôte lui avaient promis de veiller sur ses biens pendant son absence.

144Cosso gagna Oubatche, puis Pouébo d’où, malgré les conseils de prudence qu’on lui donna, il décida de rejoindre Hienghène, en longeant la côte avec son cotre. Passé le cap Colnett, le temps étant calme, il avait tombé la voile et naviguait à l’aviron. Pour doubler la pointe de Caomani, l’embarcation s’était rapprochée du rivage lorsqu’elle fut hélée par un jeune Mélanésien proposant de vendre des ignames. Il y avait une dizaine d’hommes sur la plage. Malgré les objurgations de sa femme, Cosso amena le canot contre le rebord du récif frangeant et accosta, peut-être rassuré par la présence de Gomène et de Cabaôte parmi la troupe.

145Deux Tiendanous, Tibouboute et Kaïl lui présentèrent des ignames. Tandis que la discussion s’engageait sur le prix, Gomène s’était rapproché du fusil du colon et s’en était emparé. Voyant le manège, Tchabouaïl, l’épouse mélanésienne, cria à Cosso de se méfier. Prenant conscience du danger, celui-ci se mit à l’eau pour tenter de pousser le canot au large. On l’en empêcha. Cosso s’enfuit alors en courant sur le platier récifal en direction du rivage. Les Mélanésiens se lancèrent à sa poursuite.

  • 54 Le Moniteur (22 nov. 1868) rapporte ainsi l’événement : « Le 16 (octobre), le colon Emmanuel Cosso (...)

146L’enquête menée, plus tard par Mathieu (1870) révèle toute l’horreur de cette course désespérée. Gomène, ayant pris le fusil, l’avait passé à Cabaôte qui, ne pouvant réussir à l’armer, l’avait remis à Tibouboute. Ce dernier, l’ayant armé, l’avait rendu à Cabaote qui avait fait feu. Cosso fut touché alors qu’il venait de franchir le ruisseau de Came : la balle traversa le bras et la poitrine. Cosso tombe, mais se relève. Il reçoit alors une sagaie, l’arrache et continue à fuir. Mais il est rejoint à la pointe de Galarino. Yambeboué lui assène un coup de hache entre les omoplates et Gomène l’achève d’un second coup de hache54.

147Le cadavre sera dépecé. Des morceaux, transportés dans des paniers de palmes de cocotiers dont le contenu attirait, selon un témoin, des essaims de mouches, seront envoyés à Cohima et à Paulaoma, chefs des Tiendanous et des Maloumes.

148Cohima, le responsable du massacre de Pongouet, n’était pas étranger à ce nouvel assassinat dont les raisons ne semblent pas devoir être imputées à une hostilité particulière des Mélanésiens d’Ouénope envers Cosso. C’est surtout le fusil du colon qui excitait les convoitises comme si les Ouébias cherchaient à s’armer en prévision des événements ultérieurs. D’après Mathieu (1870), Tibouboute désireux de s’approprier cette arme, aurait demandé à son chef Cohima la permission de tuer Cosso. Cohima l’ayant accordée, Tibouboute serait venu trouver Gomène, qui connaissait bien le colon, pour lui demander de l’aider dans cette tâche.

  • 55 Cette hypothèse, fondée sur la confiance existant entre Gomène et Cosso, permettrait de comprendre (...)

149On peut se demander si, en fait, Gomène, au courant de ce qui se tramait, n’a pas en réalité cherché à sauver Cosso en lui conseillant de fuir et en lui promettant de veiller sur ses biens. Mais celui-ci étant imprudemment revenu, Gomène n’osant plus se dérober à son rôle, serait entré dans le jeu de Tibouboute55. Quoi qu’il en soit, impliqué dans le meurtre, il sera capturé le 27 février 1869 et remis à la Justice, en même temps que Cabaôte et que Yambeboué. Quant au deux autres meurtriers, Tibouboute et Kaïl, ils seront tués lors des opérations de représailles, l’un par les Diahoué, l’autre par les Hienghène.

150A Pouébo, où la garnison était nombreuse, la situation resta calme. Tout au plus, les 14 et 15 octobre, des rôdeurs suspects, qualifiés d’« incendiaires » et d’« espions », vinrent, de nuit, tourner autour du Poste, mais sans être atteints par les coups de feu des sentinelles. Ce fut à peu près tout. Par précaution toutefois, le Capitaine invita les colons à se grouper le soir

« dans l’habitation de M. Bertrand, située à cent mètres du Poste et où ils sont, la nuit, sous la protection d’un détachement de dix hommes » (Moniteur 22 nov. 1868).

  • 56 D’après Mathieu (1870), le plan de Cohima consistait à « chercher à détruire la conduite d’eau que (...)

151C’est Oubatche qui, dans la seconde quinzaine d’octobre va devenir le point chaud de l’affaire. Prenant l’offensive, à trois reprises, en effet Cohima et ses guerriers harcèlent le Poste56.

152La première attaque est déclenchée le 18 octobre à huit heures du matin. Menée par 300 Ouébias, elle s’est prolongée jusqu’à une heure de l’après-midi, avant

d’être repoussée par le sergent Gagnère que M. Pons avait envoyé en ce lieu avec un caporal et 18 soldats pour protéger l’établissement Henry ; mais l’ennemi n’a pu être chassé des environs » (Moniteur 22/11/1868).

153Deux jours plus tard, le 20, nouvelle alerte, mais les Mélanésiens restent hors de portée des carabines. Enfin le 29 octobre, c’est l’ultime attaque : 500 guerriers encerclent le petit poste sans parvenir à le réduire. Désormais l’initiative appartiendra aux troupes de répression.

Epilogue

154Un courrier indigène, parti le 12 octobre de Pouébo, arrive le 20 à Nouméa porteur de la nouvelle du massacre de Pongouet. Aussitôt, les troupes disponibles sont dirigées vers le Nord-Est.

155La « Fine » débarque un premier contingent de 24 soldats envoyés de Nouméa, suivi peu après de 27 fusilliers mélanésiens de Wagap. Quelques jours plus tard l’aviso « Coetlogon » amènera un nouveau renfort de 64 hommes d’infanterie et d’artillerie. Ajoutés à la cinquantaine de soldats qui constituaient la garnison d’Ouvanou, ce sont 170 hommes qui se trouvent bientôt rassemblés à Oubatche choisi comme centre des opérations. Au début de décembre avec les renforts de Gatope, ils seront 265 soldats et « tayos-fusils » auxquels s’ajoutaient les auxiliaires mélanésiens fournis par les chefferies alliées de Voh, Wagap, Hienghène, Diahoué, Pouébo, Balade et Arama. Emprin prétend qu’il y aura jusqu’à 2 000 hommes concentrés à Oubatche. C’est manifestement excessif. Néanmoins l’importance des effectifs engagés montre que l’on était résolu à une manifestation de force.

156Le Capitaine de frégate Mathieu, investi du commandement général, se promettait de débusquer du fin fond des massifs les rebelles qui

« dans leur aveugle confiance... pensaient que les montagnes élevées, rocheuses, escarpées..., que les ruisseaux torrentueux, les cascades, les forêts vierges de l’intérieur, seraient pour nous des obstacles infranchissables » (Rapp. 3 oct. 1868).

157Selon Emprin

« le mot d’ordre est de tuer tout ce qu’on rencontre, de brûler tout le pays, de dévaster toutes les plantations des trois tribus ennemies, Ouébia, Pamboa et Bondé ».

  • 57 Il semble en effet que cette mystérieuse vallée de Tahiavène qui serait, selon le Moniteur (7/2/186 (...)

158Les « ennemis » n’étaient pas cette fois les Muélébés restés à l’écart de cette seconde affaire, mais les montagnards Ouébias, dits Tiendanous, dont les hameaux se dispersaient sur le flanc occidental de l’Ignambi, dans le petit bassin de la Ouaième et dans le haut de la rivière de Gomen57. Leur pays, réputé inaccessible, interdisait pratiquement toute surprise.

159Avec eux, se trouvaient impliqués en tant que « complices » et « auxiliaires » deux « tribus » de la vallée du Diahot : les Païacs, groupés autour de Bondé leur principal village, et déjà partiellement christianisés par le Père Emprin, et, sur le haut Diahot, les Maloumes ou Paimboas.

  • 58 La compromission des Maloumes apparaît plus probable. Ils ont prêté main forte aux Tiendanous dans (...)

160Leur participation directe à la révolte, notamment celle des Païacs, est moins évidente58. En fait on leur reprochait surtout d’avoir accepté les portions de cadavres des soldats tués à Pongouet, que leur avaient envoyé les Tiendanous. De plus, convoqués à Pouébo pour faire acte d’allégeance auprès du Commandant de la Circonscription, Païacs et Maloumes avaient refusé de venir, se désignant ainsi comme solidaires des Ouébias. Ils seraient donc compris dans l’expiation.

161Nous n’insisterons pas sur le détail des opérations menées un mois durant, du 29 novembre au 28 décembre 1868, par plusieurs colonnes mobiles à travers les montagnes du nord et la vallée du Diahot. Les premiers coups furent portés contre les Ouébias. Du 29 novembre au 3 décembre, trois colonnes respectivement parties d’Oubatche, de Gatope et de Hienghène convergèrent vers la vallée d’Ouébia (Ouaïème) saccageant les cultures et incendiant des villages partout trouvés déserts. En les attaquant de plusieurs côtés à la fois on voulait couper la retraite aux rebelles et les contraindre à combattre pour les châtier. En vain : le piège se referma sur un pays apparemment dépeuplé. Il fallut se contenter des destructions habituelles.

  • 59 Les Païacs de Bondé avaient été prévenus de l’arrivée prochaine des soldats par le Père Emprin et i (...)

162Du 10 au 16 décembre vint le tour des Païacs et des Maloumes59. Deux colonnes, l’une partie d’Oubatche, l’autre de Balade, franchissant le chaînon côtier firent leur jonction à Bondé après avoir dévasté les villages traversés. Mais ici encore les « rebelles » s’étaient dissous dans les montagnes. On pensa qu’ils avaient fui du côté de Gomen.

163Aussi du 19 au 26 décembre une troisième opération, plus audacieuse, fut montée. Une forte colonne débarquée à Arama effectua un ample mouvement tournant par Néhoué, Koumac et Gomen avant de remonter toute la vallée d’Iouanga, à la rencontre d’une autre colonne partie directement de Bondé. Malgré l’effet de surprise escompté, on ne trouva toujours pas les « rebelles ».

  • 60 Au cours de l’une de ces patrouilles, se situe l’accrochage du détachement Malézieux qui, le 7 janv (...)

164Dès lors on changea de tactique. Un poste militaire fut établi à Bondé pour servir de point d’appui d’où partiraient constamment des patrouilles pour s’assurer que les villages détruits n’étaient pas réoccupés60. On espérait ainsi décourager les fugitifs et les inciter à faire leur soumission.

  • 61 Le 20 février 1868 paraissait un arrêté de Guillain aux termes duquel : « La tribu des Tiendanous o (...)

165La sanction juridique ne tarda pas à suivre. Le 20 février 1869, différents arrêtés du Gouverneur déclaraient les « tribus » rebelles des Tiendanous, Païacs et Maloumes, dissoutes. Les mêmes textes les expulsaient de leurs territoires qui se trouvaient confisqués au profit du Domaine61.

166Ces expulsions ne visaient pas ici à faire place nette pour les colons. Les hauts massifs n’intéressaient guère la colonisation agricole ou pastorale. Ces mesures, pour autant ne constituaient pas un acte gratuit. Elles entraient dans une stratégie visant à assurer la sécurité du littoral où vivaient les Européens et les « tribus » amies que l’on devait protéger. C’est l’argument que développe le Moniteur (7/2/1869) montrant que cette dispersion était fille de l’impuissance à réduire les farouches montagnards et la menace qu’ils représentaient :

« Les tribus de l’intérieur sont trop sauvages et trop turbulentes pour comprendre les avantages qu’elles tireraient plus tard de leur soumission. Or la répression sera toujours très difficile dans l’intérieur de l’île formé de massifs de montagnes abruptes, entrecoupées de ravins profonds, véritables repaires de cannibales d’où, réunis en groupes, ils peuvent à leur jour se ruer sur le littoral, et où, après l’accomplissement de leurs criminels projets, ils se retirent sans avoir à redouter d’être atteints par les troupes européennes qui s’y engageraient. Celles-ci ont en effet des besoins d’alimentation qui ne sauraient être satisfaits avec la même facilité que ceux des indigènes, ce qui réduit forcément la durée des poursuites. »
« Dans de pareilles conditions, l’occupation paisible du sol, soit par des colons, soit même par des tribus amies, compromises aux yeux des réfractaires par le fait seul de leur soumission, ne s’obtiendra qu’en dispersant et en expulsant de leurs territoires ces montagnards féroces dont l’hostilité persévérante nous contraint à employer les seuls moyens que nous avons de les réduire ».
« L’exécution de ce plan a été commencée ; qu’il soit continué pendant une année, d’abord dans le Nord, et successivement dans toutes les parties de l’île où il sera nécessaire, on forcera tout au moins les indigènes résistant encore, à s’éloigner assez dans l’intérieur pour qu’on n’ait plus rien à craindre de leurs incursions dans les parties correspondantes du littoral ».

167Ces différentes opérations militaires et juridiques allaient modifier de façon considérable la géographie humaine d’un secteur jusque là inviolé. Tous les groupes mélanésiens, qu’ils aient été « rebelles » ou « alliés », allaient s’en trouver affectés.

168Le nombre d’insurgés mis hors de combat au cours de la campagne demeura faible en regard de l’importance des forces déployées. De ce point de vue, les premières opérations furent à peu près inefficaces. C’est quasiment un bilan d’échec que tire le Moniteur (7 février 1869), admettant après le raid contre les Tiendanous :

« malgré une chasse des plus vives, l’ennemi, plus vif encore à nous échapper, grâce à sa parfaite habitude des localités, n’a pu être atteint ». Et, plus loin : « C’est un ennemi qu’on ne saurait dompter par les armes puisqu’il se dérobe à toute rencontre et que les conditions topographiques du pays rendent à peu près impossibles les surprises ».

169Par la suite, les opérations semblent avoir été plus meurtrières si l’on en croit le Moniteur qui évalue à une cinquantaine le nombre de « rebelles » tués lors des expéditions contre les Païacs et les Maloumes.

170Mais l’ensemble de la population mélanésienne du Nord-Est allait surtout se trouver bouleversée dans sa répartition géographique et dans le tissu social qui lui servait de trame. Et ceci quelle qu’ait pu être sa responsabilité dans le déclenchement des massacres. On verra ainsi déplacer des villages n’ayant pris aucune part à la révolte mais qui, de ce fait, se trouvaient exposés aux représailles des « rebelles ». On déportera aussi la population de groupes restés neutres mais suspects de sympathies à l’égard des révoltés et dont on craignait que le territoire ne soit une terre d’asile pour ceux-ci et une base d’attaque pour d’éventuels forfaits.

171En novembre 1868, 80 Maloumes ayant pour chef Camba, et habitant les villages de Tôdaï, Pané, Poureu et Poua, sis dans la petite vallée de Pané, affluente du Diahot, quittaient la zone insurgée pour demander asile aux Muélébés. On les autorisa à s’installer provisoirement à Tchambouenne.

172En décembre de la même année on retrouve un même comportement chez les Païacs de Mouendine qui, fuyant la révolte avec leur chef Mouaoma Téamoune, se réfugièrent chez les Poumas de Balade. L’asile leur fut accordé sur ce territoire, en attendant qu’une « réserve » d’accueil leur soit délimitée, plus tard, sur les bords du Diahot.

173Dans une perspective et dans un contexte sensiblement différents, s’opéra le déplacement des gens de Paalou et de Tandé, deux affluents de la rive droite du Diahot, en aval de Bondé. Ici, il n’y avait pas à proprement parler des gens hostiles aux insurgés, mais plutôt des opportunistes dont le comportement « en demi-teinte » parut suspect à l’autorité militaire.

174Lors de la campagne contre les Païacs, le chef des Tandé, Fidéli Douhima était venu trouver le Commandant Mathieu pour renouveler sa soumission. Mais ses réponses évasives impressionnèrent défavorablement l’officier. Douhima n’était pas « sûr ». Or son territoire, d’où l’on accédait directement à la vallée de Pouébo par le col de Tiébo, était stratégiquement important. La position des Tandé dans le système des solidarités mélanésiennes en faisait un petit peuple charnière

« tantôt se disant Muélébé, tantôt se disant Païac, mais réellement de cette dernière « tribu » » (Moniteur 21/2/1869).

175Pour corser l’ambiguïté, le recensement de 1869 en fera une « sous-tribu Maloume ». C’est dire que les choses étaient loin d’être claires aux yeux des observateurs européens.

176Ce flou apparent nourrissait une contestation entre la chefferie de Pouébo et Fidéli Douhima qui revendiquaient simultanément l’autorité sur ces villages. Mathieu saisit cette occasion pour trancher le différend. Au terme d’un débat contradictoire au cours duquel les deux parties exposèrent leurs arguments il décida que « les villages objet du litige seraient rasés et leurs habitants envoyés à Pouébo pour être définitivement cantonnés sur les terrains vacants... », solution inattendue, qui, selon le Moniteur (21/2/1869) aurait été « consentie par les deux chefs intéressés ». Cette mesure, en fait, n’était pas gratuite : pour l’autorité militaire elle présentait « l’avantage d’enlever à nos ennemis un territoire pouvant leur être d’une grande utilité comme point de ralliement ».

177L’exécution fut ordonnée sur le champ. Dès le lendemain 16 octobre, rentrant de Bondé à Pouébo, le Capitaine Pons passa par les vallées de Paalou et de Tandé. Ayant fait rassembler par Douhima les 200 habitants, il leur annonça qu’ils devaient « abandonner ce territoire dont le Gouverneur prenait possession » et qu’il allait « les conduire à Pouébo où ils recevraient, en échange, les emplacements nécessaires à leurs habitations et à leurs cultures ». Le jour même, en fin d’après-midi, les 200 proscrits de Paalou et de Tandé arrivaient à Pouébo. On les installa provisoirement dans deux villages abandonnés, non loin du Poste d’Ouvanou. Bien que n’ayant pas trempé dans les massacres, ils n’en avaient pas moins définitivement perdu leurs villages et leurs terres « riches et fertiles » dont les « belles plantations d’ignames et les jardins » avaient fait l’admiration des Européens.

178Ces mouvements avaient leurs répercussions chez les « tribus » littorales alliées. Poumas et Muélébés se trouvaient impliqués pour héberger ces « invités forcés » en attendant qu’ils leur soient définitivement intégrés.

179Mais les principaux bouleversements allaient surtout toucher les villages rebelles déjà dévastés par les colonnes et dont le relèvement se trouvait prohibé. La destruction des cultures allait avoir ses effets habituels. Condamnés à errer ou à chercher ailleurs des refuges officiellement interdits,

« les révoltés réduits à la disette se rendirent... On leur assigna des lieux de résidence et, comme toujours, on confisqua leurs terres au profit de l’Etat » (Schreiner 1882).

180La « pacification » du pays s’achèvera par l’application de l’arrêté du 29 janvier 1868 créant les premières « réserves indigènes » qui, dans cette contrée bouleversée par la guerre allait trouver un champ d’application immédiat. Avec celles-ci, tandis que s’achevait la période des premières expéditions militaires, s’ouvrait une nouvelle phase de l’histoire coloniale.

Notes

1 Le Père Armand Emprin alors, missionnaire à Bondé, a laissé sous le titre de « Lettres à Adolphe », une série de sept missives inédites dans lesquelles, il expose le point de vue des missionnaires sur l'Affaire de Pouébo. Ce document inédit nous a été communiqué par la Société d'Histoire de Nouvelle Calédonie, que nous tenons à remercier. Nous y ferons largement référence, bien qu'il contienne quelques erreurs.

2 Emprin cite à ce sujet plusieurs anecdotes significatives : « Un naturel de Balade, nommé Julio, catéchiste à Bondé, alla un jour chez lui. Il reprocha à ses parents et amis d'avoir lâchement apostasié. « Ce n'est pas nous, lui dirent-ils, qui ne voulons pas de la religion, c'est le chef, Legia et Abouan qui nous ont défendu d'être chrétiens parce que le Gouverneur ne le voulait pas. Si nous étions libres nous serions charmés que le Père revint ».
« Bref, à son retour à Bondé il le dit au Père Ganière. Celui-ci lui dit d'aller faire une case sur la propriété de la Mission... Bailly y mit son veto parce que, disait-il, le Chef ne voulait pas la religion chez lui ».
Ailleurs le même auteur relate qu'en août 1867 « deux individus ont été chargés par l'autorité coloniale d'empêcher, l'un la diffusion de la religion dans la tribu de Wabia (Ouébias), l'autre dans celle de Pamboa (Paimboas). Ils l'ont affirmé devant le Père en présence de nombreux témoins. J'ai lu leurs noms ».

3 On peut suivre le refroidissement progressif de ces relations au cours des différentes visites que fit Guillain à Pouébo entre octobre 1863 et avril 1866. En octobre 1863, le Gouverneur était venu organiser la construction du poste de gendarmerie. Reçu à la Mission il avait eu droit à un Pilou et à un discours du Chef Hippolyte traduit par le R.P. Villard, et était reparti chargé de cadeaux. Les choses s'étaient donc courtoisement passées. Le 9 août 1862, à sa nouvelle apparition, les relations s'étaient considérablement tendues entre les Pères et le Gendarme Bailly. Là, plus de visite à la Mission. Guillain convoque au poste les Pères Villard et Guitta pour leur rappeler « qu ils n’ont en aucune façon à se mêler de la direction temporelle des indigènes » (Lacourrège 1974). Le troisième passage du Gouverneur, au printemps de 1866, est encore plus tendu : c'est l'arrestation du Chef catholique Hippolyte, protégé des Pères, et le début de la rupture.

4 Dont le village d'Oueïna près du cap Colnett, qui constituait le pied-à-terre littoral du chef des Tiendanous, Cohima.

5 Ouarebate, qui devait prendre plus tard le prénom impérial de Napoléon et que les premiers textes européens désignent du nom d'Usiebat, était le principal chef de Pouébo.
Bonou, le futur Hippolyte, que les premiers textes appellent Renou n'était que « le second chef », du moins est-ce ainsi qu'il fut perçu par les Européens.
Ni la nature de leurs pouvoirs respectifs ni leurs rapports n'apparaissent clairement. D'après les Pères, les deux hommes étaient « frères » ; ils auraient même eu un troisième frère du nom de Naugaro qui était déjà catéchumène (Person 1954). Plus tard, le Moniteur (N° 519), fera d'Hippolyte Bonou un « cousin germain » de Napoléon Ouarébate, et il aurait joué auprès de ce dernier les fonctions de « maire du palais » (sic). Seul un recours à la tradition orale mélanésienne pourrait permettre de préciser aujourd'hui la place et le rôle de ces deux hommes au sein de la chefferie muélébé.

6 On impute cette guerre au fait que les Hienghène attribuaient aux gens de Pouébo une responsabilité dans la décision du Gouverneur Du Bouzet d'interner Bouarate à Tahiti. La chose est d'autant plus plausible que toute l'affaire avait été déclenchée par l'attaque en baie de Hienghène d'une pirogue montée par des catéchistes de Pouébo. L'intervention militaire put paraître de ce fait avoir été réclamée par les Muélébés pour venger leurs catéchistes. D'où l'opération de représailles conduite contre Pouébo dont tous les territoires du sud furent dévastés (Moniteur N° 519).

7 Vers la même époque, selon La Hautière ( 1869), on aurait trouvé des pépites dans la vallée de Houéhiahom. Il semble s'agir du cours supérieur du Diahot, qui, sous le nom de Ouéïaom, prend naissance au flanc occidental du Mont Colnett. C'est probablement cette découverte qui aurait alors valu au pays des Ouébias l'appellation de « Terre de l'or » ( Patouillet 1872).

8 A la nouvelle des découvertes de Pouébo, six colons de Canala, parmi les compagnons de Pannétrat, partirent pour le Nord. Ils devaient être presque tous massacrés à Houaïlou.

9 J. Garnier lui-même éprouva ce mauvais vouloir de la part des indigènes qui, écrit-il, « ne nous voyaient pas d'un bon œil ». Ceux-ci refusaient de lui vendre des vivres, bien qu'ils en aient en abondance, tandis que le chef Hippolyte Bonou marquait peu d'empressement à lui faire construire une paillotte comme il en avait reçu l'ordre. Et Garnier de conclure ; « C'était peu de générosité et de charité pour des kanaks aussi religieux et ornés de chapelets ; mais leur excuse était dans ce qu'ils devaient agir ainsi pour nous faire quitter leur territoire » (Garnier 1871).

10 L'importance des cocotiers pour les villages littoraux devait être soulignée, en 1886, par le chef d'Arrondissement Moriceau. A propos d'une rumeur faisant état d'une prochaine possibilité d'aliéner la zone maritime, il écrivait au Gouverneur : « Si elle est appliquée, dans les tribus, beaucoup d'indigènes seront privés de leur principale ressource qui est le coco. La plupart des tribus du littoral ne comptent, en réalité, que sur leurs cocotiers pour assurer leur existence, les autres cultures étant trop souvent ravagées par le bétail. »
« Le cas échéant, il serait à craindre que, voyant leurs cocotiers livrés à de nouveaux occupants, ils ne supportassent plus avec résignation, comme ils le font partout, les dégâts faits par les troupeaux et que la faim, toujours mauvaise conseillère, ne leur fit préférer la guerre avec ses chances à la misère certaine »
(Moriceau 1886).

11 En fait Henry se reconvertira rapidement à l'élevage et surtout au commerce, comme la plupart des colons de la côte. Selon Patouillet (1872) « Il s'occupe maintenant de mettre en rapport les centaines d'hectares qui entourent sa maison, de les couvrir de bétail, et en même temps, grâce à un store, sorte de bazar richement approvisionné des objets les plus variés, de ravitailler les stationnaires et les caboteurs ».

12 Mrs. Shineberg (1973) dépeint Henry comme un homme « honnête, sobre et dur » cotisant régulièrement à la Société des Missions Presbytériennes. Une tradition orale, recueillie par J.C. Roux au cours de ses enquêtes dans le Nord calédonien, contredit ce jugement en présentant cet ancien santalier britannique comme un « négrier » qui aurait clandestinement trafiqué avec la main-d'œuvre néo-hébridaise sous le couvert de ses opérations régulières.

13 Remarquons que dans cette affaire de Pouébo, l’enquête ne devait faire apparaître « aucun acte de vexation ou de brutalité commis par les Européens de Pouébo contre les naturels » (Moniteur 21 oct. 1867). Plus que des individus, c’est bien une politique qui est ici en cause.

14 Cette attitude radicalement différente reflète les préoccupations du Gouverneur Guillain décidé à coloniser à tout prix, alors que les premiers gouverneurs s’étaient montrés davantage administrateurs que colonisateurs.

15 Le sens du qualificatif de « Parenan » n’apparaît pas clairement ici. Notons que, d’après le Cdt. Mathieu, les « Parémanes » désignaient les gens du littoral par rapport à ceux qui habitaient la montagne, soit le flanc oriental du chaînon cristallophyllien, soit, à fortiori, les massifs de l’arrière-pays (ces derniers étaient respectivement désignés sous le nom de « Caocouttes » (litt. hommes/bois) ou de « Caopouettes » (litt. hommes/montagnes)).
Emprin semble réserver le terme aux Pouébo du sud, probablement parce qu’ils étaient dispersés sur le bord de mer alors que les Muélébés du nord résidaient en retrait du littoral, dans la plaine côtière ou dans la vallée de Pouébo.

16 Du moins est-ce la traduction qu’en fait le R.P. Emprin, d’après les informations des Missionnaires. Elle doit donner, sinon les termes, du moins le thème du discours et semble viser particulièrement Andrew Henry qui était le seul, avec la Mission, à avoir du gros bétail.

17 Certes le mouvement d’apostasie qui atteignit en 1865 les tribus christianisées incluait aussi Balade, Bondé et même Arama. On ne saurait donc le faire dépendre strictement des problèmes fonciers à Pouébo. Il est possible que des pressions administratives aient joué cherchant à contrecarrer l’influence de la Mission. Mais si ces apostasies traduisent déjà un échec relatif de la christianisation, il n’en reste pas moins qu’à Pouébo, l’inefficacité de l’appui des pères contres l’Administration semble avoir convaincu les Parenans qu’il valait mieux se rallier au parti des gendarmes et des soldats.

18 On sent à plusieurs indices que ce texte, même s’il exprime le sentiment profond des Mélanésiens, est l’œuvre d’un Européen. En particulier, l’allusion à l’octroi de superficies équivalentes est difficilement compatible avec l’évocation de la terre ancestrale « tenue de nos pères ». La personnalisation de la terre, sa vie même, interdisait au Mélanésien de se prêter à un tel échange quantitatif. Quant à l’allusion aux vêtements elle traduit un des thèmes de prédilection des Pères en lutte constante contre la nudité, qualifiée par eux de « dégoutante » ou « honteuse » (Emprin).

19 Le Père Lambert (1900) écrit que Napoléon Ouarébat était le « Téama », le Grand-Chef, personnalisation de la « Tribu » (groupe de clans). Hippolyte Bonou n’était qu’un second chef, le « Mouéaou ».

20 Selon le P. Pionnier (1911) Guillain séduit par la personnalité d’Hippolyte aurait tenté de le gagner à sa cause et de le détacher de l’influence des Pères. Il lui aurait proposé, autre aberration administrative, d’en faire le Grand-Chef du Nord-Est incluant sous son autorité le pays de Hienghène. Mais sans succès. Le Gouverneur en aurait gardé du dépit.

21 C’est à propos de cette rumeur que l’on exhuma le fameux sermon du Père Guitta, qui aurait selon le Gouverneur suggéré aux Mélanésiens de façon indirecte l’hypothèse du meurtre.
Rappelons qu’en 1865, 5 catéchistes de la Mission de Pouébo, qui faisaient du prosélytisme à Diahoué contre le vœu du chef animiste de cette tribu, avaient été arrêtés, sans que le motif de cette arrestation leur ait été notifié. En vertu du principe de la liberté de conscience, ils avaient été condamnés, pour quatre d’entre eux, à 15 jours de détention à bord d’un navire de l’Etat et pour le cinquième à 1 mois au Fort-Constantine à Nouméa (Moniteur 5 janv. 1868).
Lors de cette arrestation, le 26 novembre 1865, le Père Guitta, alors missionnaire à Pouébo, avait protesté en chaire contre cette mesure arbitraire, en des termes quelque peu mélodramatiques. Il aurait dit notamment : « Je proteste contre une procédure qui, pour le seul motif de la religion, met la liberté, l’honneur et la vie de nos indigènes à la merci de nos administrateurs, puisqu’on ne veut pas avouer à leurs amis la cause de leur emprisonnement sous prétexte qu’il ne leur appartient pas de se mêler des affaires administratives... Je finis cette protestation en souhaitant que, pour l’honneur de mon pays, l’histoire ne puisse compter aucun d’eux parmi les premiers martyrs de la Nouvelle-Calédonie » (Moniteur N° 421, oct. 1867).
On avait voulu, deux ans plus tard, donner à ce sermon l’apparence d’une accusation prémonitoire et prétendu qu’il était responsable de la rumeur selon laquelle Hippolyte Bonou avait été assassiné. Il aurait fallu beaucoup de complaisance pour accepter ce point de vue que le tribunal rejeta.

22 Le témoignage d’un Mélanésien de Pouébo, Théophile, lors de l’enquête de Bourgey, décharge entièrement le Père Villard en cette affaire : « Le Père ne nous a rien montré, il ne sait même pas que Louisa a reçu ces cheveux parce que peut-être il la gronderait... Tout ce que le Père a dit à l’église quand il eut appris sa mort, par Bailly, c’est qu’Hippolyte était mort de la grippe et qu’il nous fallait bien prier pour lui » (Emprin).

23 La veille, le 2 avril, Lehuau était venu voir Bailly pour lui dire qu’il avait trouvé un terrain de 3 hectares qui lui convenait. Le 3 avril, le chef de brigade devait aller se rendre compte de la nature du terrain pour voir s’il pouvait être aliéné, conformément à la circulaire du Secrétaire Colonial du 28 avril 1865. Selon ce texte, l’aliénabilité restait subordonnée à l’absence complète d’habitation, de cultures et de cocoteraies appartenant aux indigènes. Le terrain sollicité par Lehuau, ne portant pas de telles traces d’occupation, se trouvait, de ce point de vue, aliénable.

24 « Bailly était aimé, juste et intègre » dira Henry. Sa femme Elisabeth écrira : « Le commandant Bailly était un homme très intègre, il était bon envers eux (les Mélanésiens) et veillait au respect de leurs droits » (Moniteur 20 oct. 1867). C’était, écrit J. Garnier qui le rencontra en 1864 lors de son séjour à Pouébo, « un homme probe, doux, humain et relativement instruit ; il s’acquittait de la lourde charge qui lui était incombée avec une conscience et une habileté supérieure à celle qu’aurait pu indiquer son grade modeste, et je suis sûr que, comme moi, tous ceux qui ont connu ce brave homme ont regretté sa fin misérable ». Même le Père Emprin, qui répercute le point de vue de la Mission, admet : « Dans le principe Bailly était bon, il était bien vu par les indigènes et le Missionnaire. Mais repris et menacé de perdre sa place s’il continuait cette ligne de conduite il changea tout à coup et se mit à jouer le rôle de persécuteur ».

25 Le Gendarme Gacher lors du procès à Nouméa, devait insister sur le fait que dans la tribu le « schisme religieux » n’avait pas, pour conséquence « le schisme politique ». Il affirmait ainsi : « Napoléon est toujours le chef et il exerce une autorité incontestée sur les gens de sa tribu, qu’ils soient catholiques fidèles ou qu’ils aient jeté leur ceinture (apostasié), ils voient toujours en lui le Téama (Chef) dont les ordres doivent être respectés ».
L’expression « jeter la ceinture » est une allusion au vêtement que les Missionnaires imposaient aux néophytes. Bourgey (1870) note en effet : « L’une des premières transformations qui s’opèrent dans le Kanak converti est d’adopter, pour se couvrir, une pièce d’étoffe un peu plus grande qu’un mouchoir ; ce chiffon fait le tour de la ceinture, se noue sur la hanche et descend jusqu’à mi-cuisses ».

26 Ces deux hommes seront impliqués dans le meurtre de Bailly.

27 Emprin dit qu’« ils s’y refusèrent d’abord, puis enfin convoquant les hommes de leur village, ils simulèrent de faire ce chemin avec les outils qu’il (Bailly) leur avait donnés. Mais on ne s’en servit pas ; ce fut l’affaire de deux heures et les outils furent cachés dans l’herbe et rendus 3 jours après ».

28 Vers le mois de mai ou juin 1867 avait circulé un conte avertisseur du drame qui se préparait. C’était selon Emprin, « une espèce de fable qu’on appelle « Din ». On dirait que c’est un conte de fée, mais c’est un avant-coureur du meurtre qu’on médite, mais les victimes y sont désignées. Le Père Villard, de qui je tiens ce fait, l’ayant entendu, s’empressa d’aller avertir Bailly. Dans leurs usages, lui dit-il, c’est un complot qu’on forme, un massacre qu’on médite... et Bailly se contente d’en rire et de s’en moquer. Mais il est probable qu’il y réfléchit plus tard, lorsqu’il s’aperçut du mécontentement général, puisqu’il écrivait au Gouverneur qu’il ne pouvait plus circuler avec sécurité (Emprin).
La correspondance de Bailly, témoignait, selon l’avocat Le Boucher, d’une « insistance respectueuse pour quitter un poste dont les difficultés réclament un plus habile et un plus important » (Moniteur N-C. 5 janv. 1868).

29 Elisabeth Henry s’étant trouvée malade pendant plusieurs jours devait écrire « pas un jour ne s est passé sans que les canaques m’aient apporté des cocos verts. Harry et le vieux chef, vinrent dernièrement ensemble m offrir chacun une poule ; ils semblaient si heureux de me voir guérie que nous ne pouvions supposer être en danger en les avant près de nous ». (Moniteur 20 oct. 1867).
La famille Déméné semble cependant avoir connu quelques difficultés avec ses voisins mélanésiens. Huit mois avant le drame, une tension s’était manifestée, à propos de cocotiers, entre Déméné et Pierre, le chef de Bouahibate. Ce colon, ayant abattu, sur sa concession, quelques cocotiers pour se ménager un accès vers la mer, ces coupes avaient mécontenté les Mélanésiens qui les ressentaient comme une violation de leurs droits sur leurs anciens arbres. Pour exprimer leur mauvaise humeur, ceux-ci étaient venus, le soir même, obstruer le passage.
Autre signe de cette tension, Eugénie Déméné avait eu une altercation avec Cabendi de Toubièpe (l’un des futurs meurtriers de Bailly) : « Un jour, devait-elle dire plus tard devant le tribunal, « il (Cabendi) était appuyé sur le garde-manger,j’ai voulu le faire changer de place et il m’a craché à la figure ». (Anonyme 1867).

30 Cette hache sera elle aussi reprochée au Père Villard. On en fera le prix de sa complicité. C’est ainsi que selon Patouillet ( 1872) « Ce mariste fut accusé d’avoir eu connaissance du complot et d’avoir reçu des noirs, une hache en jade pour prix de son silence. L’accusation tomba faute de preuves ».

31 Selon Emprin : « Sapouino, le neveu de Napoléon, a avoué que son casse-téte s était bien trouvé à la fin du Pilou entre les mains de Martin, mais disant qu’il n’avait prêté son arme que sur les instances réitérées de Martin ». Du reste les rumeurs relatives à cet événement diffèrent parfois au gré de versions fantaisistes. Ainsi Patouillet (1872) prétend-il que « en novembre 1867, Napoléon, Chef de la tribu, avait donné à deux naturels, pour salaire de leur crime, une hache en forme de queue de poisson ». D’autres traditions veulent encore que les meurtriers aient reçu non pas une hache mais de la perle-monnaie comme « salaire » de leur crime. Cet exemple illustre, si besoin en est, le rôle joué par les rumeurs dans ce microcosme réagissant comme une caisse de résonance au moindre ragot.

32 Citons encore Emprin : « ... d’après tous ceux que j’ai interrogés, ce n’est pas leur habitude de fournir les armes à ceux que le chef envoie faire un coup : le choix des armes est laissé à la disposition du meurtrier. D’ailleurs s’il avait donné le casse-tête à Martin, celui-ci aurait certainement usé du casse-tête contre sa victime, tandis qu’il l’a tuée avec sa propre hache ». On a même insinué que cette rumeur était une perfidie des meurtriers, voulant ainsi se venger du Grand Chef qui n’avait pas participé au complot.

33 Contrairement à Hippolyte Bonou, Napoléon Ouarébate avait une personnalité faible et influençable. Il n’est pas sûr qu’il ait directement trempé dans la conjuration, ni à plus forte raison, qu’il en ait pris l’initiative. Mais il paraît à peu près certain qu’il en avait été informé. Il est possible aussi que, le fait que la Mission soit épargnée, ait été le prix de son silence. Au procès, le doute lui sera favorable.
Pour souligner le caractère trouble et mouvant de cette affaire, rappelons un témoignage étrange du Père Lambert. Celui-ci a publié en effet, en appendice à son ouvrage paru en 1900, un curieux conte intitulé « Le Téama et le Mouéaou des Aobats », dans lequel est exprimé sous forme allégorique, l’opposition entre les animistes de Pouébo, regroupés autour du Téama Napoléon Ouarebat, et les catholiques représentés par Hippolyte Bonou. Ce dernier, au terme du récit, est tué (on lui coupe la tête). Selon le Père, ce conte serait destiné à dénoncer l’influence grandissante du Mouéaou au détriment du Téama et exprimerait, sous forme indirecte, un appel au meurtre, lancé par les animistes contre Bonou et ses conseillers missionnaires.

34 Il y avait comme l’enquête devait l’établir par la suite 7 hommes ; outre Martin et Pierre Pouindi de Bouahibate, il y avait Cabendi, Samboine, Gienne, plus Benjamin Kéla et David Poindi de Tchambouenne.

35 Probablement une ancienne case que Déméné aurait habitée avant de se fixer à Bouahibate et qu’indique le croquis du lieutenant Candelot (à moins qu’il ne s’agisse de la case de Rouenne et d’une confusion de noms).

36 Un détail moins connu paraît cependant confirmer que l’ensemble des agressions avait été programmé : dans la journée du dimanche 6 octobre, les Mélanésiens d’Oubatche avaient invité les contractuels hébridais et les transportés engagés chez Henry à venir coucher chez eux, leur promettant « des distractions ». Quelques-uns avaient accepté l’invitation (Anonyme 1867). Il s’agissait, semble-t-il, de dégarnir la station Henry de défenseurs.

37 Notons cependant que l’on devait piller les fusils et les munitions chez Tricot et chez Henry, et que la préoccupation de s’armer n’était peut-être pas étrangère aux pillages.

38 Le lendemain matin on devait retrouver la femme de Déméné qui s’était cachée dans un arbre. Elle survécut à ses blessures, ainsi que ses deux aînés, et témoigna au procès.

39 Alick Henry, fils d’Andrew et d’Elisabeth, alors âgé de 16 ans.

40 Elisabeth Henry devait raconter dans une lettre cette nuit tragique : « La nuit était si obscure qu’il devint presque impossible d’apercevoir les indigènes. Je sonnai la cloche et appelai de toutes mes forces et bientôt notre monde rallia. Nous fûmes alors en force pour empêcher les ennemis d’entrer dans la maison, mais ils passèrent toute la nuit sur la station. En nous jetant des pierres et en tirant des coups de fusil ils nous tuèrent 3 hommes de Sandwich. Le lundi 7 à 4 heures du matin, nous envoyâmes une embarcation à Pouébo pour demander du secours » (Moniteur 20 oct. 1867).

41 Vraisemblablement des concubines des Gendarmes dont la présence au poste agaçait les Pères.

42 D’après Emprin : « Arrivés à Chéooït (Tsévite)... ils rencontrèrent un homme se promenant (sic) - « Où allez-vous ainsi leur dit-il ? A la rencontre du commandant. - « Le Commandant est mort ; il est dans le bois, dans la rivière avec son compagnon » - « Nous allons jusqu’à Boaïbat, (Bouahibate) puisqu il en est ainsi » - « Tout le monde est mort chez Déméné ». En entendant que tous avaient été massacrés, ne sachant rien de ce qui se passait ni de ceux qui s’étaient portés à de tels excès, ils prirent peur et revinrent annoncer au Père et à Gachet (Gacher) ce qu’ils avaient entendu ».

43 Franck Foord avait sa case à Diahoué. O’Connor et Slade arrivèrent le lendemain de l’attaque, de même que les caboteurs Unthank et Miller à bord de leur cotre.

44 Il s’agissait de Martin, chef de Bouahibate, l’un des instigateurs de la révolte, tué le premier jour vers les 6 heures du matin, devant l’habitation, alors que le pillage des magasins touchait à sa fin.

45 C’est le nommé Thierry qui, le lendemain du massacre, conduisait les gens de Pouébo pour incendier les cultures et les cases des Tchambouenne. Selon l’indigène Bauae les gens de Tchambouenne auraient dit à la troupe incendiaire commandée par Thierry : « Mais que faites-vous, ne savez-vous pas que c’est Napoléon qui a donné le casse-tête à Martin ? »
Un autre Mélanésien, Pierre de Bouahibate affirma aussi qu’au cours de la nuit fatidique, Thierry lui apparut, à lui-même ainsi qu’à son frère Martin, en leur disant : « C’est bien, la besogne est faite, fuyez maintenant dans la montagne, demain je mettrai le feu à vos cases et si les blancs viennent nous faire la guerre nous leur dirons que l’œuvre du châtiment est achevée, ils n’y verront rien ». (Le Boucher Moniteur 5 janv. 1868) A moins qu’il ne s’agisse d’une « perfidie » des révoltés, cherchant à se venger de ceux qui ne les avaient pas suivi en les impliquant malgré tout dans le complot.

46 Ceci n’implique pas que les Pères aient été avertis du complot. Bien des choses pouvaient se passer au plan coutumier sans que les Européens, fussent-ils missionnaires, soient informés, sinon de façon très indirecte et allusive comme ce conte prophétique que le P. Villard avait rapporté à Bailly, plusieurs mois auparavant.

47 Cette exécution « infamante » (qui était celle réservée aux forçats) devait être péniblement ressentie par les Muélébés et laisser des traces durables dans la mémoire collective.

48 Il comprenait le caporal Vaissier, l’interprète Jacobo, et les soldats Levenec, Lemen, Boignard, Imbert et Gagnème (Moniteur 25/10/1868).

49 La première version mentionnée par Mathieu semble être celle de Cohima. La seconde celle de Tchan-Agne, ou plus exactement celle que celui-ci prétend tenir de Vaissier, car Tchan-Agne n’a pas assisté à l’entrevue : il dira s’être absenté pour aller chercher des cannes à sucre (comportement parfaitement plausible, pour se rafraîchir au terme d’une longue marche).

50 Mathieu (1870) fait observer qu’au moment où se déroulaient ces événéments, une grande partie des Tiendanous, dont plusieurs notables influents, se trouvaient à Cavatch (haute-Hienghène) pour assister à un grand pilou et il pense que si certains de ces notables avaient été présents ils auraient pu, par leur influence modératrice, empêcher l’irréparable. Car, selon lui, l’unanimité était loin de se faire sur l’opportunité du massacre. Il cite l’exemple de « Caoua, le frère du chef, qui a blâmé le crime quand il l’a appris et qui criait, en voyant approcher les colonnes expéditionnaires (de représailles) : Allez donc dire aux assassins de Pongouesse (Pongouet) d’aller se battre contre les Français qu’ils ont attirés sur nous, au lieu de se cacher lâchement comme ils le font ».
La réalité du propos est difficilement vérifiable de même que le contexte dans lequel il aurait été tenu. Il est cependant vraisemblable que la vigueur des représailles ait amené par la suite plus d’un Ouébia à déplorer que le massacre ait eu lieu. En aurait-il été de même le 6 octobre alors que les Tiendanous croyaient à l’invulnérabilité de leurs montagnes ? C’est moins sûr.

51 En l’absence de cartes d’époque il est difficile de localiser aujourd’hui les nombreux hameaux des Tiendanous tels qu’ils étaient en 1868. Seule une enquête auprès des Ouébias et des Paimboas permettrait peut-être de recréer cette géographie précoloniale en situant ces habitats dont les rapports officiels ont conservé le nom, mais pas la localisation.
Pongouet (parfois désigné sous le nom de Pongouesse ou de Leudic) était un village Ouébia formé de deux hameaux situés de part et d’autre du ruisseau Dioma, sur le flanc occidental du chaînon côtier du Colnett, à environ dix heures de marche d’Oubatche.

52 Cet Ouédiéouet (ou Ouéyahoué) était un Ouébia du village de Cahat.

53 Ces habitats refuges étaient généralement constitués de cases neuves, suffisamment discrètes et basses pour n’être visibles que de très près.
Leur présence semble confirmer que la révolte n’était pas aussi improvisée qu’on a pu le croire et accrédite la version du chef de Tanlé, Douhima, selon qui il y aurait eu complot.

54 Le Moniteur (22 nov. 1868) rapporte ainsi l’événement : « Le 16 (octobre), le colon Emmanuel Cosso qui, malgré les recommandations qui lui avaient été faites à ce sujet, est allé à Ouénia (village appartenant aux Ouébias), a été assassiné : deux femmes canaques qui l’avaient suivi et un enfant métis sont restés entre les mains des assassins ».

55 Cette hypothèse, fondée sur la confiance existant entre Gomène et Cosso, permettrait de comprendre que le colon ne soit pas méfié avant de faire accoster son cotre le jour du drame.

56 D’après Mathieu (1870), le plan de Cohima consistait à « chercher à détruire la conduite d’eau que M. Henry avait ouverte, pour attirer dans la montagne une partie des Néo-Hébridais de la station et de les tuer facilement ».

57 Il semble en effet que cette mystérieuse vallée de Tahiavène qui serait, selon le Moniteur (7/2/1869), à un jour et demi de marche dans le nord/nord-ouest de Gatope, soit le cours supérieur de l’Iouanga (vers Ouayaguettes) qui porte sur certaines cartes le nom d’Ouébia.

58 La compromission des Maloumes apparaît plus probable. Ils ont prêté main forte aux Tiendanous dans leurs attaques contre Oubatche, et leur chef, Paulaoma, porte une part de responsabilité dans le guet-apens de Pongouet, mais ce dernier point ne devait être connu que plus tard.

59 Les Païacs de Bondé avaient été prévenus de l’arrivée prochaine des soldats par le Père Emprin et ils avaient eu le temps de préparer leur fuite. On peut penser que l’information avait été transmise aux Maloumes.

60 Au cours de l’une de ces patrouilles, se situe l’accrochage du détachement Malézieux qui, le 7 janvier 1869, faillit être exterminé par une forte bande de Païacs et de Maloumes qu’il avait surprise et imprudemment attaquée.

61 Le 20 février 1868 paraissait un arrêté de Guillain aux termes duquel : « La tribu des Tiendanous ou Ouébias, chef Cohima, est dissoute et expulsée de son territoire lequel est confisqué au profit du Domaine. Il est expressément défendu aux tribus de 3 circonscriptions du Nord de donner asile à aucun Tiendanou, sous peine d’être traitée comme rebelle ». Des actes similaires sanctionnaient la « complicité » des Païacs et des Maloumes.

Table des illustrations

Légende Fig. 18 - Extension des cocoteraies entre Oubatche et Pouébo en 1867.On voit s’opposer aux grandes cocoteraies littorales les bouquets plus localisés autour de l’habitat dans l’arrière pays. Ce sont les plantations côtières qui ont le plus souffert de l’implantation des colons.
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/578/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 19 - La concession Rouenné, première concession délivrée à Pouébo (octobre 1863)Cette concession commençait à 200 mètres de la limite sud du terrain détenu par la Mission et s’étendait jusqu’à jouxter la concession Delrieu (Gabarique). Les mentions portées sur ce croquis telles que celles relatives aux cocotiers, figurent sur le levé original. On voit donc que déjà la première dépossession au détriment des Mélanésiens portait sur une cocoteraie.
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/578/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 20 - Les deux lots concédés à Bertrand Delrieu, d’après les levés exécutés par Bourgey en avril 1866(Les deux plans sont à la même échelle).
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/578/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 21 - Localisation des villages mélanésiens et des colons sur le littoral de Pouébo en 1867.1) Village mélanésien2) Case de colon3) MangroveLa concession (B-D) sur la rive Nord de la rivière de Pouébo, appartenait également à Bertrand Delrieu. Notons aussi près du Pont Boïvou (1) la présence d’une ancienne case abandonnée, peut-être celle du colon Rouenné.
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/578/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 22 - Oubatche en 1870Légende : (1) Wharf ; (2) Four à coprah ; (3) Habitation ; (4) Parc à bétail ; (5) Poste militaire d’Oubatche. Les numéros inscrits à l’intérieur de cercles sont ceux des parcelles limitées par un trait en pointillé qui constituent la propriété Henry. Celle-ci s’arrête sur le littoral à la zone maritime des cinquante pas géométriques.On trouve sur ce croquis les principaux éléments constitutifs d’un domaine de la côte Nord-Est à cette époque : le wharf, point de contact avec l’extérieur dans ce pays sans routes ; les séchoirs à coprah et les parcs à bétail qui avec le « store » résument l’essentiel de l’économie.
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/578/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 23 - Localisation des principaux groupes mélanésiens dans le nord-est, en 1868-1869.
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/578/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 553k

© Société des Océanistes, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr