Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie d’une vallée des îles Marquises

 | 
Marimari Kellum-Ottino

Chapitre II. Les marquises pré-européennes ; l’histoire culturelle de Uahuka

Texte intégral

DESCRIPTION HISTORIQUE DES ANCIENS SITES D’HABITAT

1Les recherches archéologiques établissent que les sites d’habitat étaient situés à la fois à l’intérieur des terres et près de la côte. Le but poursuivi en entreprenant une recherche historique était d’obtenir des points d’information ethnographiques supplémentaires relatifs à ces habitats, à leur localisation, dimensions, aux descriptions des structures particulières à l’intérieur de l’habitat et enfin à l’arrangement des structures et autres éléments qui auraient permis de reconstruire l’ancien modèle résidentiel. Malheureusement, en dehors des descriptions de maisons, peu de détails purent être obtenus.

  • 1 Il s’agit de Mendana 1595, Cook, Clerke, Wale et Forster en 1774 (dans Beaglehole 1955), Ingraham 1 (...)

2La séquence suivante, basée sur quatorze documents écrits entre 1595 et 1814 auxquels s’ajoutent un document plus récent de 18421, essaie de retracer les changements d’habitat survenus après le passage de Mendana et avant l’arrivée massive des Européens.

1600-1775 C’est pendant cette période de 175 années qu’à un moment indéterminé survint l’abandon des sites d’habitat côtiers de la baie de Vaitahu dans l’île de Tahuata, suivi d’un repli vers l’intérieur de la vallée.
1775-1790 Les palissades vues par Cook à Vaitahu ne sont pas retrouvées par deux voyageurs qui lui succèdent, ce qui suggère soit que les guerres avaient diminué, soit que les méthodes avaient changé, soit encore que les combats étaient conduits ailleurs.
1790 Des sites côtiers sont vus dans une autre baie de Tahuata et à Uapou.
1795-1814 Pendant cette période, il n’est fait mention que des habitats établis à l’intérieur des terres.
1842 L’habitat côtier de Vaitahu est rétabli avec 30 à 40 maisons éparpillées près du rivage et sur les pentes d’un ravin.

3En ce qui concerne les habitats, le nombre et la distribution des structures dont ils sont composés, les documents signalent peu de choses, ou souvent rien du tout. Les maisons sont décrites comme « éparpillées » ce qui implique qu’il y en avait plusieurs et, qu’apparemment, elles étaient distribuées au hasard sans se conformer à un arrangement particulier. Ce n’est que dans la première relation historique dont nous disposons pour les Marquises, celle de Quiros en 1595 (le navigateur de Mendana), qu’il est fait mention d’un village construit selon un plan ; c’était celui de Vaitahu dans l’anse nord de la baie où les structures étaient disposées régulièrement autour d’une aire carrée.

4Ni Mendana, ni aucun membre de son équipage ne s’aventurèrent dans la vallée de Vaitahu ; c’est pourquoi nous ne savons pas si à cette époque la région intérieure était occupée. En ce qui concerne Fatuhiva, Mendana signalait que les habitations étaient dispersées dans la vallée (cité par Marchand, 1796 : 70). Pendant les 175 années qui s’écoulèrent entre la visite de Mendana et celle de Cook, il se peut qu’il n’y eut pas de discontinuité entre les habitats côtiers et ceux de l’intérieur. Toutefois, au tout début du xviiie siècle, il semble, d’après les sources historiques, que les principaux habitats côtiers avaient été abandonnés et que les gens vivaient loin de la mer, au moins à un kilomètre ou un kilomètre et demi vers l’intérieur (Crook ms. 1797 : cxl, Fanning 1798 : 210, Krusenstern 1913 : 124). Un peu plus tôt, en 1774, Forster avait écrit que plus il s’éloignait de la mer et s’avançait dans la vallée de Vaitahu, plus les habitations étaient nombreuses remarquant que quelques unes avaient été construites très récemment (Forster dans Beaglehole 1955 : 25).

5Les guerres plus fréquentes ont peut-être été l’une des raisons de ce changement dans les localisations des habitats transférés, de la côte, dans l’intérieur. En 1774, des palissades dressées très loin sur une crête bordant Vaitahu furent aperçues par le capitaine Cook et d’autres membres de l’expédition qui notèrent en outre « qu’un filet contenant des pierres de fronde se trouvait dans chaque maison » (Clerke dans Beaglehole 1955 : 761). A Nukuhiva, très haut sur une crête dominant la vallée de Taiohae, des tranchées transversales défensives avaient été taillées dans la section la plus étroite de la crête et deux villages fortifiés avaient été construits tout près. Un village fortifié semblable avait été également édifié dans la vallée voisine de Taipivai (Porter 1822 : 1059).

6A Nukuhiva, des structures cérémonielles qui étaient probablement des tohua furent mentionnées une première fois en 1804 et, à nouveau en 1814 (Krusenstern 1813 : 133, Porter 1822 : 105). Des structures religieuses ou me’ae furent signalées dans les relations postérieures aux années 1840.

7Des plantations à l’échelle de celles que les premiers visiteurs virent aux Iles de la Société ne semblent pas avoir existé aux Marquises. Cook ne les mentionne qu’en passant pour dire que les maisons étaient construites près d’elles. Cependant à partir de Crook, et après 1790, des références aux jardins de taro, aux plantations de murier à papier, et aux bosquets d’arbres à pain et de cocotiers sont plus fréquentes et plus détaillées.

8Pour conclure, dans les petites baies et vallées les habitants semblent avoir continué à vivre près de la côte mais dans les vallées plus grandes, écologiquement diversifiées et plus favorables, il s’est sans aucun doute produit une modification de la localisation des habitats transférés de la côte vers l’intérieur. Ce changement était probablement motivé par les guerres et le désir de se mettre à l’abri des attaques venant de la mer.

9L’agriculture ne paraît pas avoir été très poussée dans les Marquises pré-européennes mais semble s’être davantage développée pendant la dernière période sous l’influence des contacts avec les occidentaux. Peut-être ce changement tient-il à la demande de provisions provenant de ces derniers, peut-être est-il dû à un changement fondamental dans le régime de subsistance des Marquisiens, consécutif à l’abandon des sites côtiers et de l’environnement maritime.

LES DONNEES DEMOGRAPHIQUES. LA POPULATION

10Densément occupées au moment des premiers contacts avec les navigateurs occidentaux, les Marquises ne semblent pas avoir atteint les chiffres de Hawaii, archipel environ quinze fois plus étendu en superficie mais peuplé plus tard (qui plus est, probablement à partir des Marquises). Ainsi, puisque, dans ce cas, le facteur temps ne semble pas avoir été l’élément déterminant, les caractéristiques démographiques des groupements humains marquisiens à effectifs limités tendant à rester enfermés dans les mêmes vallées, ne peuvent s’expliquer que par une combinaison de conditions culturelles, géographiques et écologiques (d’ailleurs étroitement liées).

11Le chiffre de la population marquisienne au temps de l’arrivée des Européens n’est pas connu avec précision. Les premières estimations sont sujettes à caution du fait qu’il s’agit d’extrapolations à partir des chiffres relevés dans l’une des baies de l’une des îles, et les baies le plus souvent visitées (parce que les plus accessibles), correspondent aux vallées les plus vastes et les plus densément peuplées : Vaitahu, Atuona, Taiohae et Taipivai. Ainsi, les chiffres avancés ne sont pas représentatifs de l’ensemble de l’archipel.

12Cependant, ces estimations reflètent effectivement les sentiments des premiers explorateurs impressionnés par la densité du peuplement. En 1595, l’Espagnol Mendana, découvreur des Marquises, ne tenta aucun dénombrement autre que de noter qu’à Fatuhiva son navire fut entouré par 70 embarcations portant environ 400 hommes (Belknap 1797 : 238). En 1774, le capitaine Cook, deuxième navigateur à atteindre les Marquises, passa quatre jours à Vaitahu (Tahuata) et estima que les trois îles du groupe sud de l’archipel devaient compter 100 000 habitants. Le jeune Forster, participant à la même expédition, pensant que les îles étaient incapables de supporter pareille population, réduisit l’estimation à 50 000. Marchand, en 1791, jugea que ces deux chiffres étaient trop élevés et avança celui de 20 000 habitants répartis à raison de 6 000 pour Fatuhiva et Hivaoa, 7 000 pour Tahuata et 1 000 pour Motane et Fatuhuku (Marchand 1796 : 153).

13Après la découverte des Marquises du nord en 1797, une autre méthode d’estimation de la population consista à multiplier le nombre de guerriers (dénombrés par les informateurs locaux ?), par deux ou trois. Toutefois, une proportion aussi élevée de guerriers paraît improbable. Selon le missionnaire Crook de la L.M.S., le nombre total des guerriers de l’archipel moins Fatuhiva atteignait 19 200 (Tahuata 1 200, Hivaoa 10 000, Uapou 1 000, Nukuhiva 6 000 et Ua Huka 800) (Crook ms. 1797 : clxv). Sur cette baie, on arriverait donc à une population de l’ordre de 40 000 à 60 000 habitants.

14Le premier vrai dénombrement, qualifié (abusivement) de recensement, fut effectué par Dupetit-Thouars en 1842, année où il prit possession des Marquises. Le total pour cette année était de 20 000 (un chiffre similaire avait été avancé par Thompson en 1842). Tous les recensements qui suivirent révélèrent une chute démographique si rapide qu’au début du siècle la population marquisienne parut condamnée à disparaître complètement. Le chiffre le plus bas, celui du recensement de 1926 de nature à renforcer ces craintes, donnait, pour l’ensemble de l’archipel, 2 225 habitants ! Depuis, la tendance s’est renversée et en 1962 le chiffre de la population était remonté à 4 838 habitants.

15Les explications avancées pour rendre compte de cette dépopulation font appel à des causes nombreuses et variées. Quelques unes, indiscutablement post-européennes, d’autres, couvrant également la période précédente. L’impact européen a occasionné des épidémies, l’introduction des maladies contagieuses comme la tuberculose et la gonorrhée (on ignore si cette dernière était endémique ou pas) ; l’introduction de l’alcool et même de l’opium. Tout aussi important a certainement été le traumatisme culturel et le désespoir psychologique qu’il a engendré.

16Parmi les facteurs susceptibles d’avoir réduit la population avant l’arrivée des Européens, les auteurs citent les guerres fréquentes, le cannibalisme, les sacrifices humains et les famines. Pourtant, à l’exception du dernier facteur, la fréquence de ces pratiques pourrait, de la même manière et en sens contraire, indiquer que la pression démographique était forte. Cela paraît être confirmé par les migrations volontaires à la recherche de nouvelles terres, migrations qui étaient de quelque manière institutionnalisées puisqu’officiellement encouragées par les prêtres. Wilson, déserteur anglais qui vécut à Nukuhiva, assura à Porter qu’entre 1807 et 1813, plus de 800 hommes, femmes et enfants avaient ainsi abandonné les différentes îles de l’archipel et s’étaient embarqués sur de grandes pirogues (Vincendon-Dumoulin 1843 : 138).

Fig.1 EVOLUTION DE LA POPULATION DES ILES MARQUISES DE 1842 A 1967

17Il reste cependant que les différentes relations et sources rapportent des faits affectant directement le taux de fertilité tels que le déséquilibre de la sex-ratio (trois garçons pour deux filles), la stérilité de nombreuses femmes due à une promiscuité sexuelle trop précoce, l’impuissance de nombreux hommes, supposée provenir d’une consommation immodérée de kava, et, enfin, la faiblesse du taux des naissances encore aggravée par un taux de mortalité infantile très élevé.

18Dans la mesure où ces phénomènes biologiques constatés dans la deuxième moitié du siècle dernier étaient également opérants aux temps préeuropéens, ils paraîtraient, dans une certaine mesure, irréconciliables avec ces mécanismes de contrôle démographiques qui étaient les guerres, les migrations etc. Pourtant, le déséquilibre entre les sexes et le fort excédent d’hommes par rapport aux femmes, la faiblesse des taux de naissances et de survie, semblent bien constituer des caractéristiques marquisiennes, à preuve cette singularité qu’est, par rapport au reste de la Polynésie, la polyandrie courante dans l’archipel (Otterbein 1968 : 287-296) ou encore, l’absence significative de l’avortement et de l’infanticide répandus en Polynésie et en Micronésie (Vayda 1968 : xiii et Schneider 1968 : 383-406). En fait, on pourrait avancer l’hypothèse que les traits socio-culturels et les caractéristiques démographiques sont, les uns et les autres, l’expression d’une même réalité objective : le fait que les Marquises avaient peut-être atteint leur maximum de population, longtemps avant l’arrivée des Européens. Il n’est pas improbable que cette réalité soit allée au travers des représentations culturelles conscientes ou inconscientes jusqu’à influencer (au-delà des structures et institutions sociales), le domaine proprement biologique de la reproduction et de la fertilité.

19Le diagramme de la figure I, établi en échelle semi-logarithmique, est principalement basé sur les recensements officiels de la période 1842-1962. Les premiers chiffres ne sont pas absolument dignes de confiance et enregistrent sans doute des erreurs, mais la courbe n’en reflète pas moins la tendance générale. Si le taux de dépopulation de la période 1790-1842 a été identique à celui des 80 années qui suivirent, on peut par extrapolation obtenir les chiffres suivants pour 1790 : Fatuhiva 4 000, Tahuata 1 250, Hivaoa 20 000, Uapou 1 500-3 500, Nukuhiva 20 000 et Ua Huka 1 500. Pour l’archipel, cela donnerait une population d’environ 50 000 personnes, chiffre qui ne diffère pas sensiblement de celui de Crook pour la même décennie et est comparable à celui que Forster donne pour le seul groupe des îles du sud.

20Toutefois, il semble improbable que la dépopulation ait procédé tout au long d’une période de 110 années à un même taux aussi élevé. La variole qui, on le sait, avait eu des conséquences catastrophiques, n’a frappé les Marquises qu’en 1863. En conséquence, les estimations du graphique risquent d’être encore trop élevées, à l’exception du cas de l’île de Tahuata pour laquelle le chiffre de 2 000 à 3 000 paraît plus vraisemblable.

21Ua Huka : Durant les 12 dernières années. Ua Huka accuse, par rapport aux autres îles de l’archipel, la population la plus faible. Pendant approximativement quarante-cinq ans, de la deuxième moitié du xixe au début du xxe, sa population demeure constante : de l’ordre de 190 habitants. Pendant la même période, toutes les autres îles souffrirent d’un rapide déclin. Cela semble indiquer que Ua Huka fut toujours l’île la moins peuplée et que le recensement de Dupetit-Thouars de 1842 qui donne un chiffre de 2 000 habitants est une grossière exagération.

22En effet, si ce chiffre avait été aussi élevé et si l’on admet que l’un ou l’autre des dénombrements de 1856 ou 1863 est approximativement correct (les deux sont discordants), cela signifierait une chute de population de 75 % à 85 %, proportion exprimant un taux de dépopulation extrêmement élevé, en fait, le plus élevé des Marquises, et cela pour l’île qui avait été le plus longtemps préservée du contact européen. Par extrapolation à partir des chiffres de 1867 et 1872, il est possible d’estimer que la population de Ua Huka en 1842 devrait être de l’ordre de 500 habitants.

23En 1867, un recensement très intéressant de la population de Ua Huka fut réalisé par Lawson, qui y résida longtemps. A cette époque, deux vallées de la côte Sud étaient occupées par quatre tribus. Lawson donne une liste pour chacune des vallées indiquant la tribu, le nom, le sexe et quelquefois l’âge approximatif des habitants. Les couples étaient signalés et les étrangers et leurs enfants étaient relevés séparément. La population totale était de 287 personnes ; relevée tribu par tribu, elle se distribuait de la manière suivante : Maku-oho (Hokatu) 73, Atikau (Vaipaee) 32, Nai-iki (Vaipaee) 48, Vaitahi (Vaipaee) 111, étrangers 23. Ces derniers comprenaient neuf hommes dont trois Hawaiiens (des missionnaires, deux Anglais, et quatre isolés originaires respectivement du Pérou, des Caraïbes, d’Amérique et d’Afrique ; leurs femmes (dont une Hawaiienne) et leurs enfants. Parmi les Marquisiens, Lawson releva 75 couples ; les hommes étaient plus nombreux que les femmes (excédent de 55), et les enfants et les personnes seules représentaient 33 % à 40 % du total de la population.

L’ORGANISATION SOCIO-POLITIQUE

  • 2 La relation la plus ancienne et la plus riche a été écrite en 1798 par le missionnaire Crook de la (...)

24L’organisation socio-politique des Marquises décrite par Handy (1923 : 1-61) a été récemment reconsidérée par Sahlins (1955) et Maranda (1964). Cependant, tout en empruntant à ces auteurs, j’ai choisi d’utiliser, par priorité, les sources historiques et également certains documents anciens inédits2.

25L’unité politique était la tribu. La tribu comprenait deux classes que Sahlins décrit de la manière suivante :

... Le chef suprême (hakaiki), le prêtre tribal, les responsables (heads) de quelques familles de haut rang, et les groupements domestiques (households) de ces personnes qui formaient le niveau des chefs. Le reste de la population comprenait les gens de statut inférieur (mata-ei-nana). L’exercice d’occupations sacerdotales ou artisanales, n’affectait pas le statut déterminé par la naissance. Le prêtre tribal était un proche parent, généralement un frère cadet du grand chef (Sahlins 1955 : 72).

26Plus loin, le même auteur, étudiant l’organisation sociale des Marquises, considère la société marquisienne comme une société ramifiée et souligne l’importance des mécanismes de primogéniture et du « principe de séniorité qui pénètre tous les groupes unilinéaires et quelquefois la société entière ; le statut d’une personne donnée est ainsi fonction de la distance (généalogique) la séparant de la lignée [considérée comme] principale dans son groupement de parenté et sa communauté » (1955 : 197). En réalité, le « modèle » était beaucoup moins net.

27Lawson décrit la tribu comme étant « composée de plusieurs clans familiaux avec des chefs et cadets indépendants, appartenant à chaque famille » (Lawson ms. 1867 : n/p). Chaque tribu avait un nom et quelques uns de ces noms tribaux étaient précédés du mot ati (en tahitien ’ati), terme qui dans les îles de la Société et aux Tuamotu de l’Ouest et du Centre, désigne un groupement de parenté à base territoriale (P. Ottino, communication personnelle ; Sahlins 1955 : 178).

28Dans toutes les îles, les différentes vallées « étaient ordinairement occupées par une seule tribu » (Marander 1964 : 311) mais quelquefois une tribu pouvait habiter plusieurs vailées, ou à l’inverse, plusieurs tribus la même vallée (Handy 1923 : 35). Hivaoa, partagée en deux divisions, nommées chacune d’après le premier habitant éponyme, était sans doute avec ses 21 tribus et 19 sous-tribus l’île la plus peuplée de l’archipel. Le nombre élevé des tribus, bien supérieur à celui des autres îles, leurs subdivisions, indiquent peut-être une durée d’occupation humaine beaucoup plus longue.

29En contraste, Ua Huka, comptait seulement 8 tribus, moins que tout autre île.

Tableau I. — TRIBUS DE UAHUKA

Tableau I. — TRIBUS DE UAHUKA

30Les trois tribus résidant dans la vallée de Vaipaee (la vallée la plus vaste et profonde de l’île) durent délimiter leur territoire respectif. En 1861, les Na-iki, vivant le plus à l’intérieur de la même vallée, formaient la tribu la plus nombreuse. Ils étaient également représentés sur les îles de Hivaoa, de Nukuhiva et de Uapou.

31Politiquement les tribus occupant les vallées de Hane, Vaipaee et les petites vallées intermédiaires étaient alliées contre les Maku-oho de la vallée d’Hokatu (Handy 1923 : 30).

La stratification sociale

32Au sujet de la stratification sociale, Sahlins écrit : « Le système des rangs, aux Marquises, était relativement peu différencié » chaque tribu constituant une unité autonome (Sahlins 1955 : 72). A l'intérieur de la tribu, les Marquisiens reconnaissaient en gros deux classes : la classe tapu, ou classe restreinte, et la classe non-tapu correspondant aux gens du commun. Chacune de ces deux classes était subdivisée en groupements plus réduits. Les gens de commun étaient les plus nombreux et selon Crook, comprenaient « toutes les femmes sans distinction, par ailleurs respectées, et tous les hommes employés à leur service » (Crook ms. 1797 : cxv). Cela n’empêchait pas les femmes de devenir chefs. Vincedon-Dumoulin (1843 : 230-232) décrivait les classes et sous-classes sociales de la manière suivante (l’orthographe employée par Handy est indiquée entre parenthèse) :

Non Tapu :

  1. Pekeio (Pekio — mari ou femme secondaire) : la suite du chef dont la tâche était de cultiver la terre, de cueillir les fruits et de préparer la nourriture.

  2. Averia (Ava-ika) : les pêcheurs. C’était là leur occupation exclusive par opposition aux autres qui pouvaient faire de la pêche une activité d’appoint.

  3. Hoki ou Kaioa (Ka’ioi) : les chanteurs-danseurs. Ils voyageaient de vallée en vallée pour se produire devant de grandes assemblées. Ils blanchissaient leur peau et s’efforçaient de paraître efféminés.

  4. Nohoua (Vainoa ?, Tupenoa ? ou Maunoa ?) : ces gens étaient considérés comme appartenant au rang le plus inférieur. Ils vivaient du travail de la terre et étaient l’une des sources de victimes pour les Taoua.

Tapu :

  1. Ariki : les chefs. Chaque tribu avait un chef mais les chefs ne portaient aucune marque ou insigne extérieur distinctif et n’étaient l’objet d’aucun signe de respect (ce fait avait été relevé par les premiers visiteurs). Ils possédaient un droit héréditaire sur les terres et pouvaient être également des guerriers. Une femme pouvait devenir chef sur la base des liens de filiation ou d’alliance l’unissant à son père ou à son conjoint.

  2. Taoua (Ta’a) : les hommes inspirés. Selon Cook, les hommes et les femmes pouvaient devenir taoua ; et les taoua considérés en tant que classe, étaient absolument distingués des tahouna ou prêtres. Ils étaient censés posséder à la fois l’inspiration d’un prophète et les pouvoirs d’un sorcier. L’on pensait que la faculté d’être possédé par un atua, un dieu ou esprit, était transmise héréditairement (Crook ms. 1797 : cxxv). Les taoua étaient réputés avoir une influence considérable sur les esprits des gens et pouvoir les diriger à leur guise. A la mort d’un taoua, il était nécessaire de procéder à un sacrifice humain ; les victimes provenaient des vallées voisines.

  3. Tahouna (Tuhuna) : les prêtres. Plus nombreux que les taoua, les prêtres n’accédaient pas à la fonction sacerdotale héréditairement mais devaient être investis par leurs prédécesseurs. Ils intervenaient dans les sacrifices, funérailles, guerres et médecine (surtout en ce qui concernait les maladies subites ou accidents exigeant une intervention immédiate, les taoua s’occupant des affections internes) (Crook ms. 1797 : cxxi). A la différence des chefs, les prêtres portaient des insignes distinctifs. Deux sortes de spécialistes leur étaient associés. C’étaient :
    1. les ouhou qui aidaient lors des sacrifices humains,
    et 2. les nati-kaha qui avaient le pouvoir de jeter des sorts.

  4. Toa : les guerriers. Le titre de guerrier était distinct de celui du chef, bien que certains individus pussent être les deux à la fois. Dans les combats les guerriers étaient libres d’affronter leurs ennemis ou de s’enfuir.

33D’après tous les observateurs, la stratification sociale, aux Marquises, ne semble pas avoir été très rigide (travaux récents — Handy 1923 : 53-55 ; Sahlins 1955 : 74-77 ; Marander 1964 : 335-337). Les individus n’étaient pas, par le seul fait de leur naissance, automatiquement associés à une classe ou sous-classe donnée. Il y avait une certaine marge de mobilité entre la classe non-tapu et la classe tapu susceptible de jouer particulièrement en faveur des guerriers et des artisans. De la même manière, les statuts, dans la classe tapu, n’étaient pas nécessairement héréditaires. Les droits sur les terres que possédaient les chefs, n’étaient pas toujours associés aux droits de succession aux fonctions de la chefferie. Apparemment, ni une forte solidarité, ni une organisation politique élaborées ne se sont jamais développées aux Marquises. En 1845, le missionnaire Thompson écrivait :

Le gouvernement de ces îles est féodal. Le chef qui détient le plus de terre a généralement le plus grand nombre de dépendants, et, par voie de conséquence, est le plus fort ; le rang maintenu est fonction du pouvoir. Quelquefois, un chef est considéré comme le chef principal, ainsi à Tahuata ; généralement cependant, il y a deux ou trois chefs dans chaque vallée, chaque propriétaire de terre étant indépendant. En cas d’attaque ou pour punir leurs voisins de quelques offenses, ces chefs peuvent tous s’unir sans pour autant donner à l’un d’entre eux le pouvoir de les commander tous (Friend, mai 1845 : 71).

34Cette multi-chefferie à l’intérieur d’une région géographique relativement restreinte fut également remarquée par Eyriand des Vergnes, 1877.

A l’intérieur de la tribu, la chefferie était ordinairement héréditaire (père à fils ou en ligne collatérale). Ces chefs étaient nombreux ; ils le sont encore aujourd’hui ; chaque district ou baie en a un, deux, trois et même selon le nombre de tribus jusqu’à sept ou huit (Eyriand des Vergnes 1877 : 17).

35Les alliances matrimoniales laissaient aux partenaires une grande liberté. D’après Lawson, le mariage était théoriquement un moyen de renforcer les familles et d’adopter des enfants mais il n’imposait pas aux parties de vivre ensemble (Lawson ms. 1867). Est-ce là une allusion à une forme de mariage duolocale sans co-résidence ? Cela est certainement pour le moins une possibilité sinon une conséquence inévitable de la pratique généralisée de la polyandrie. Les alliances n’avaient nul caractère endogamique et n’étaient pas limitées aux membres d’une même tribu ou aux habitants d’une même île. En fait, parmi la classe tapu, les mariages extra-tribaux étaient un instrument de politique. A Nukuhiva, (l’île qui, après les premiers contacts européens, avait atteint la plus grande unité politique), Temoana le chef du plus haut rang et le plus puissant, avait, en dehors de ses privilèges héréditaires, accédé à cette position par le mariage et par l’adoption de deux garçons appartenant à des chefs de tribus voisines (Lawson ms. 1867). Sans aucun doute, les alliances matrimoniales et adoptives étaient l'un des moyens permettant d’établir des liens entre ces unités socio-politiques autonomes qu’étaient les tribus.

Les guerres

36D’après les premiers missionnaires, les guerres endémiques et féroces étaient l’un des traits culturels caractéristique. Ces guerres pouvaient éclater entre différentes îles, entre tribus hostiles d’une même île, voire d’une même vallée, entre des tribus ordinairement alliées, voire entre différentes fractions familiales d’une même tribu. Sans doute, un examen attentif de la correspondance non publiée de Lawson ferait ressortir plus clairement les relations existantes entre la guerre et la structure socio-politique. Lawson pensait que les hostilités tenaient à trois causes principales : « Premièrement la religion indigène exigeant des sacrifices humains, deuxièmement les conflits au sujet des terres et, troisièmement les actes causant réciproquement la mort par sorcellerie et maléfices (sic) » (Lawson ms. 1867).

37Cependant, bien que les expéditions guerrières aient été fréquentes et le traitement réservé aux captifs inhumain (l’ancien vocabulaire marquisien des tortures et supplices était extrêmement étendu), il n’y avait généralement que peu de sang versé. Très souvent, les combats s’arrêtaient au premier mort. Les batailles rangées et les corps à corps étaient les formes habituelles ; les attaques surprises conduites souvent à la faveur de la nuit constituaient une tactique courante.

38Lors des grandes guerres, les femmes, enfants et non combattants, cherchaient refuge dans des forts aux murs de pierres construits sur les crêtes en haut des vallées et dont les ruines sont encore visibles. De la côte, on aperçoit également, beaucoup plus haut sur les montagnes, les larges tranchées défensives taillées au travers des crêtes.

39En dehors du coût en vies humaines, l’une des conséquences à long terme de ces guerres était, comme déjà dit, la furieuse destruction des arbres à pain, des cocotiers et des jardins de taro. Quelquefois, les vaincus devaient abandonner leur vallée et s’établir ailleurs ou encore partager leur domaine avec les conquérants.

40Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’introduction des armes à feu n’eut pas pour effet de rendre les guerres plus meurtrières. Au contraire, les combattants cessant de s’affronter à découvert, se mesuraient à distance, dissimulés dans des lieux bien protégés. Un exemple est probant : une guerre de six mois qui en 1870 opposa les tribus de la même vallée de Vaitahu, île de Tahuata, ne fit que quatre morts et un blessé (Caillot 1910 : 375).

L'HISTOIRE CULTURELLE DE UAHUKA

Les traditions orales et les indices toponymiques

41Le développement socio-culturel semble avoir été particulièrement influencé par Hivaoa et Nukuhiva. Suivant les traditions, Hivaoa, la plus grande et la plus fertile des îles marquisiennes, aurait été la première à être occupée. A l’époque des premières visites européennes, elle devait être la plus peuplée. Sa position centrale dans la chaîne marquisienne favorisait la possibilité de contacts avec les autres îles ; ceci est d’ailleurs confirmé par les traditions historiques qui gardent le souvenir des visites ou expéditions suivies de retours conduits à partir de Hivaoa vers toutes les autres îles de l’archipel. La culture de Hivaoa est réputée avoir dominé celle des Marquises méridionales (Linton 1925 : 136).

42L’île de Ua Huka pour laquelle ni Linton, ni Handy ne donnent beaucoup de détails, a pu être peuplée à partir de Hivaoa, ou tout au moins en avoir reçu des colons qui conservèrent leurs noms tribaux et y transférèrent certains de leurs toponymes. En fait, compte tenu des conceptions polynésiennes en matière de propriété des noms (de personnes, de lieux ou de biens immeubles ou meubles), la distribution des noms tribaux et des noms de terres est presque une preuve sinon d’une même origine, du moins d’alliances matrimoniales et adoptives entre les membres de différentes tribus. Ainsi, l’importante tribu Naiki de Hivaoa était représentée à Uapou, Nukuhiva et Ua Huka.

43Un grand nombre de noms de lieux semblent avoir été transférés aux autres îles, soit comme toponymes ou noms de terre, soit comme noms de peuples. Quelques uns ont été relevés par Handy.

Vevau, l’ancien nom de la vallée d’Atuona, se retrouve comme nom d’un temple à Atuona sur Hivaoa ; à Taipivai, Hakaehu et Pua sur Nukuhiva ; à Vaipaee sur Ua Huka. C’est le nom d’une aire de festivité (feast place) à Anama’iai sur Tahuata, et à Vaipaee sur Ua Huka...
Pou Au, nom d’une montagne sacrée et d’un temple au bas de la vallée de Vevau (Atuona) se retrouve comme nom tribal à Hivaoa dans la vallée de Puamau, à Uapou dans la vallée de Hakahetau et comme nom de temple à Atuona sur Hivaoa ; à A’akapa, Taiohae et Hapa’a sur Nukuhiva (Handy 1923 : 18).

44Les noms rapportés ne sont pas les seuls noms de Hivaoa que l’on trouve à Ua Huka. Ta’aoa, une vaste vallée adjoignant celle de Vevau où les Naiki s’étaient établis, est un nom de terre dans la vallée de Hane ; tandis que Vaipaee, la vallée située sur le côté opposé de Vevau, est le nom de la plus grande vallée de Ua Huka, occupée un temps par la même tribu Naiki. Pareillement, Atuona le nom actuel de la vallée Vevau de Hivaoa, est attesté à Ua Huka comme nom de terre.

45Ces anciennes relations, vérifiées par la toponymie, semblent avoir continué pendant la période post-européenne. En 1867, le recensement de Ua Huka indiquait que huit hommes et treize femmes étaient originaires de Hivaoa ; ces vingt et une personnes constituant le groupement « étranger » le plus nombreux.

46Comme je l’ai mentionné, Ua Huka, avec seulement sept tribus, a sans doute toujours été l’île la moins peuplée (les autres îles avaient toutes au moins dix sept tribus et sous-tribus, Hivaoa quarante). Lors des contacts européens, toutes les zones d’habitation semblaient être réparties sur le secteur sud de l’île, dans les vallées de Hanavei, Vaipaee, Hane et Hokatau. Les façades septentrionales et occidentales, de nos jours très sèches et très peu fertiles, recèlent cependant quelques sites largement dispersés le long des côtes et qui paraissent n’avoir été occupés que temporairement par de petits groupes de pêcheurs.

47La vallée de Vaipaee abritait deux ou trois tribus, alliées en période de guerre à la tribu Tititea de Hane et de Teponoa. Cet ensemble était opposé à la tribu Maku-oho de Hokatu. A Hivaoa, les Maku-oho formaient une sous-tribu de Naiki tandis qu'à Ua Huka, Naii et Maku-oho étaient ennemis. Des combats et des cycles de meurtres continuèrent à opposer sporadiquement Vaipaee à Hokatu jusqu’autour des années 1860, Vaipaee étant le plus souvent l’agresseur.

48Selon la tradition locale, la tribu ou sous-tribu Naiki, qui occupait à l’origine la vallée de Puamau sur la côte nord de Hivaoa, en fut chassée par la suite par la tribu Pa’aha, peut-être originaire de Nuku-hiva (Handy 1923 : 18). Les Naiki qui s’étaient réfugiés et réinstallés à Vevau (Atuona), sur la côte sud de Hivaoa, en furent à nouveau délogés par l'ensemble des tribus formant la division Pepane (division politique de la partie orientale de Hivaoa) et cherchèrent un refuge temporaire à Tahuata. C’est à cette époque, peut-être, que la tribu se divisa et qu’une section se réfugia à Ua Huka. Malheureusement nous ne disposons d’aucun indice généalogique permettant de situer chronologiquement ces faits, qui ont dû se passer entre 875 et 975 après J.C. Ces dates, correspondant à l’implantation sur Hivaoa, sont basées sur deux généalogies que Handy considérait comme les plus dignes de confiance (Handy 1923 : 15).

49Les contacts connus entre Nukuhiva et Ua Huka sont plus récents. Dans les années qui suivirent l’arrivée de Cook, les tribus Taipi des vallées de Hatiheu et Anaho, sur la côte septentrionale de Nukuhiva, souhaitant essayer leurs armes, conduisirent une attaque réussie contre Ua Huka et occupèrent l’une des vallées (probablement Vaipaee) pendant trois mois. Plus tard, les habitants de Ua Huka lancèrent une contre-attaque. Par la suite, les deux parties arrivèrent à quelque arrangement car, pendant une certaine période, les gens de Nukuhiva semblent s’être rendus fréquemment à Ua Huka, ce qui a dû favoriser les intermariages.

50Vers 1827, une tribu de Hapaa (vallée située sur la côte sud de Nukuhiva entre Taiohae et Taipivae) débarque à Ua Huka sur pied de guerre et armée de fusils mais, cette fois, pour appuyer les tribus Naiki et Vaitahi de Vaipaee contre la tribu Tuhipipi de Haavei, une grande vallée située immédiatement à l’ouest de Vaipaee. Les Tuhipipi furent vaincus et la tribu s’étant enfuie de Ua Huka sur des radeaux de bambou, atterrit à Hoomi, sur la côte sud de Nukuhiva (Lawson 1867 : ms.) où, absorbée par d’autres tribus, elle perdit son identité.

51Durant le xixe siècle et pendant une période indéterminée, la baie de Hane semble ne pas avoir été habitée. Lawson, qui ne l’inclut pas dans son recensement, la qualifie de « baie du tapu » (voir chapitre VI et Annexe IV). La notion de tapu et le pouvoir de l’imposer étaient inséparables du système d’autorité polynésien.

Les indices archéologiques

52S’ajoutant aux matériaux ethno-historiques et traditionnels, les données archéologiques peuvent être utilisées pour la reconstitution de l’histoire culturelle. Parmi tous les sites fouillés aux Marquises, celui de MUHI, sur la côte de Hane à Ua Huka, a livré sans conteste la documentation la plus riche. Il s’agissait d’une dune située au fond d’une baie étroite. Les fouilles révélèrent l’existence de sept niveaux culturels superposés, le plus ancien se trouvant entre 1,80 et 2 mètres de profondeur. Plus de 3 400 pièces furent cataloguées (1 576 hameçons, fragments et ébauches d’hameçons, 309 herminettes, fragments et ébauches d’herminettes et autres objets variés), représentant jusqu’ici pour les Marquises, la plus importante collection jamais découverte dans un seul site.

53Sur la base des données archéologiques, quelques interprétations et études comparatives peuvent être faites entre MUHI et deux autres sites fouillés ailleurs aux Marquises : Ha’atuatua sur Nukuhiva et Hanapeteo sur Hivaoa.

54A MUHI, les niveaux I, III et V (numérotés à partir du haut de l’échelle stratigraphique) étaient des pavages de pierres. I et III étaient seulement séparés par une mince couche de sable stérile, de 7 cm d’épaisseur, sans traces d’occupation humaine. Le niveau IV consistait en un dépôt de sable également stérile, à l’exception de vingt trois sépultures avec des corps placés horizontalement dans une position fléchie ou semi-fléchie. Aucun objet funéraire ne fut découvert dans ces sépultures. Les pièces archéologiques étaient les plus abondantes dans les niveaux inférieurs au-dessous du niveau IV.

55Lorsque les associations d’objets trouvés dans les différents niveaux sont comparés, « ...une nette distinction peut être notée entre les contenus des niveaux I et III d’une part et des niveaux V à VII de l’autre ». Les hameçons, herminettes et plombées de leurre à poulpes découverts dans les niveaux inférieurs, ont une grande ressemblance avec ceux de Polynésie occidentale, tandis que ceux des niveaux I à IV sont plus semblables à ceux que l’on considère comme typiques de la Polynésie orientale (Sinoto 1968 : 116).

56De nouvelles études et fouilles sont nécessaires pour confirmer cette discontinuité et en rendre compte. Le site a pu être abandonné et réoccupé plus tard, par des groupements venus de Ua Huka ou d’autres îles des Marquises ; ou, peut-être encore la discontinuité s’explique par l’arrivée d’une deuxième vague de migration comme Handy l’a suggéré.

57Des ossements de tortue (la tortue étant une nourriture réservée à la classe tapu), des huitres nacrières, des hameçons et d’autres pièces trouvées dans le niveau V de la zone B, étaient brûlés, ce qui pourrait indiquer une attaque subite suivie d’un abandon temporaire du site.

58Les échantillons de charbon et de coquillages, prélevés dans les différents niveaux et datés au radiocarbone, ont donné des datations logiques conformes à la stratigraphie :

59Si ces datations sont admises comme repères, une longue période s’intercale entre les niveaux V et III. Les sépultures du niveau IV sont probablement une intrusion relevant des niveaux supérieurs et la couche de sable stérile peut très bien s’être accumulée au cours de la période de cinq siècles pendant lesquels cette partie de la côte a pu ne pas être habitée.

Les relations du site de Hane avec deux autres sites marquisiens

60Des objets typologiquement similaires, trouvés dans des régions différentes, sont souvent interprétés comme des indices, voire des preuves de contacts culturels directs ou indirects. Par contre, il faut songer à des inventions indépendantes lorsque, par suite des distances ou des difficultés de contact, les possibilités de diffusion sont très faibles ou encore, lorsque les ressemblances ne sont pas fréquentes ou n’affectent que des objets d’importance culturelle insignifiante.

61Toute mesure de ce que l’on pourrait appeler le taux de variation culturel en fonction de variables telles que la dure, l’isolement ou, au contraire, les contacts interinsulaires, suppose que l’on dispose d’importantes collections de pièces archéologiques provenant de plusieurs sites stratifiés. Les processus de changement, leurs causes, et leur vitesse d’évolution, sont des sujets peu connus. Si, dans les vallées et îles marquisiennes, les évolutions s’étaient produites en vase clos, il faudrait s’attendre à trouver pour les mêmes types d’objets, une grande marge de variation. Au contraire, les contacts tendraient à favoriser une certaine uniformité. En ce qui concerne Ua Huka, on sait que les contacts ont été suffisamment fréquents et généralisés avec Hivaoa et Nukuhiva, pour permettre l’assimilation, par la culture locale, de nombreux traits culturels relevant aussi bien de la vie matérielle que des modèles socio-politiques.

62A Hanapeteo, site du Finistère nord-ouest de Hivaoa, l’expédition du Kon-Tiki Museum fouilla une grotte côtière. Les restes de détritus témoignaient de l’importance de l’environnement maritime et les pièces archéologiques établissaient que la pêche était l’occupation principale. Le dépôt, d’une épaisseur de 1,80 à 2 mètres, était stratifié en 5 à 7 niveaux, ce qui indiquerait une occupation longue mais discontinue. La datation au radio-carbone la plus ancienne donne 1 600 après J.C. (Skjölsvold : communication personnelle).

63Les hameçons de Hanapeteo, par leur forme générale et la typologie de leur extrémité proximale, ressemblent aux hameçons des niveaux supérieurs de MUHI à Hane, datés également autour des années 1600 après J.C. La typologie des hameçons pouvant varier énormément, l'occurence quasi-simultanée d’hameçons semblables dans des îles différentes, suggère l’existence de contacts mais sans en indiquer la direction originelle. En se fondant sur ce qui est connu de l’histoire culturelle de Hivaoa, il est probable que les mouvements sont partis de cette île vers Ua Huka.

64Le deuxième site avec lequel celui de Hane peut être comparé est celui de Ha’atuatua sur la côte septentrionale de Nukuhiva, fouillé d’abord par Suggs et revisité plus tard par le Bishop Museum. Dans ce cas, les comparaisons sont plus difficiles du fait, d’une part, de la diversité des pièces récoltées et, d’autre part, de datations inexactes et de l’interprétation erronée du site.

65Tout d’abord, en ce qui concerne les datations au radiocarbone publiées dans le rapport de Suggs, l’âge de deux échantillons de charbon provenant de la Zone A, tous deux situés à environ 1,50 m de profondeur (4 pieds et demi) différait de 800 années (la distance séparant les points de prélèvement de ces deux échantillons et leurs relations stratigraphiques ne sont pas données). Les datations de deux autres échantillons de la Zone B, prélevés en deux points distants d’environ 18 mètres (80 pieds), l’un à 28 cm (11 inches), l’autre à 58 cm (23 inches) de profondeur, accusent également une différence de 800 années. Les deux datations les plus anciennes donnent respectivement 24 avant J.C. (± 150) et 46 (± 180) après J.C. Suggs accepte sans la discuter la première date comme celle de la première occupation humaine des Marquises. Non seulement il l’accepte, mais jouant sur la marge d’erreur de la première date, prétend que la « Période de première Occupation » s’étend de 150 avant J.C. à 100 après J.C. Toujours d’après Suggs, la « Période de Développement » qui lui fait suite, s’étendrait, sur un millier d’années ; période extrêmement longue.

Les processus de changement

66Des pièces archéologiques, hameçons, herminettes, poterie, semblables à celles de la « Période d’Occupation » et de la « Période de Développement » de Ha’atuatua, furent également découvertes en surface ou mises à jour à Hane, dans les niveaux inférieurs de MUHI. Si les datations au radiocarbone de Hane paraissent plus sûres, il serait légitime, en se basant sur les similitudes des pièces archéologiques, de rejeter les deux premières datations les plus anciennes de Ha’atuatua et de les remplacer par les deux datations plus récentes, ce qui placerait la date de première occupation à 750 ou 850 après J.-C.

67Pour le Dr. Sinoto, le fait que les pièces les plus anciennes de Ha’atuatua correspondent à celles des niveaux inférieurs de Hane et que par ailleurs chacun des deux sites possède des types d’objets qui ne se trouvent pas dans l’autre, suggérerait que « ...la séquence de Nukuhiva a pu probablement commencer pendant la dernière partie du Niveau IV de Hane soit entre 850 et 1600 après J.C. » (Sinoto, 1966 : 300, 302). Bien que, présenté de cette façon, l’argument ne soit pas clair, le point essentiel est qu’il apparaît, en se fondant sur la sériation des pièces recueillies, que le site de Ha’atuatua est moins ancien que celui de Hane.

68Dans les secondes fouilles du site de Ha’atuatua conduites par le Bishop Museum, un échantillon de charbon prélevé dans un foyer contemporain de la Période de première Occupation de Suggs, fut envoyé pour datation au Japon. Le résultat donne 1330 (± 90) après J.C. ce qui signifie mathématiquement qu’il existe deux chances sur trois pour que la datation correcte se situe entre 1240 et 1420 ans après J.C.

69Ce qu’il est intéressant de relever à la fois pour Ha’atuatua et pour l’histoire culturelle des Marquises, c’est l’étroite correspondance existant entre les chronologies basées sur les sériations des pièces archéologiques et les datations au radiocarbone, d’une part, et les données généalogiques, d’autre part. Porter, qui résida aux Marquises en 1812-1813, apprit que Ha’atuatua avait été occupé et colonisé par le Dieu Haii qui, il y a 20 générations, apporta avec lui aussi bien des volailles que des porcs (Handy 1923 : 10). Si l’on continuait à admettre l’ancien procédé de calcul du Bishop Museum avec une durée de 25 années par génération, cela donnerait la date plausible de 1300 après J.C.

70En résumé, la meilleure explication des similarités des pièces archéologiques provenant de trois sites côtiers des îles Hivaoa, Nukuhiva et Ua Huka est celle de contacts entre ces îles. Les premières influences que Hane reçut de Nukuhiva provenaient de la côte nord de cette dernière île. Les contacts intermittents ont dû s’étendre tout au long d’une très longue période et, à la fin des années 1790 ou au début des années 1800, ce sont encore les tribus nukuhiviennes de la même région qui envahissent Ua Huka. De la même façon, les relations avec Hivaoa se sont perpétuées pendant une période tout aussi longue. Les premiers occupants de Ua Huka ont dû venir de Hivaoa ainsi qu’en témoignent les noms de deux tribus, et un grand nombre de toponymes également représentés sur les deux îles. Toutefois, les premières influences de Nukuhiva sur le site de Hane sont bien antérieures aux relations attestées entre la côte nord de Hivaoa et Ua Huka.

Notes

1 Il s’agit de Mendana 1595, Cook, Clerke, Wale et Forster en 1774 (dans Beaglehole 1955), Ingraham 1791, Marchand 1791, Vancouver 1792, Roberts 1793, Crook 1797, Fanning 1798, Krusenstern 1804, Langs-dorff 1804, Porter 1814, et Dupetit-Thouars 1842. Les dates données correspondent à celles des séjours aux Marquises et non pas à celles des publications.

2 La relation la plus ancienne et la plus riche a été écrite en 1798 par le missionnaire Crook de la L.M.S. Les données concernant l’organisation politique proviennent d’un manuscrit moins ancien du missionnaire R. Thomson de la L.M.S., 1845. Les deux documents français publiés que j’ai utilisés sont ceux de V. Dumoulin qui se trouvait aux Marquises en 1842, lorsque la France prit possession de l’archipel, et de Eyriand des Vergnes, un officier de Marine en service aux Marquises de 1868 à 1874.

Table des illustrations

Légende Fig.1 EVOLUTION DE LA POPULATION DES ILES MARQUISES DE 1842 A 1967
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Tableau I. — TRIBUS DE UAHUKA
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/363/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/363/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Société des Océanistes, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter