Version classiqueVersion mobile

Histoire de l’île Wallis. Tome 2

 | 
Alexandre Poncet

Chapitre XXV. La fin du régime du protectorat à Wallis (1959)

Texte intégral

1Si la religion fait le bonheur d’un pays, il faut cependant que ce pays soit aussi régi par de sages lois fondamentales, lui permettant d’accomplir son évolution normale, sans révolution ni anarchie. On a vu comment Mgr Bataillon avait fait adopter, en 1870, par la reine Amélia un projet de constitution adapté aux coutumes du pays, déjà heureusement transformées par les principes de la religion chrétienne. Cette constitution avait par la suite été modifiée par les traités du protectorat de 1887 et surtout de 1910.

2Après la Deuxième Guerre mondiale une évolution générale avait mis le monde en mouvement. Si après le séjour des Américains, Wallis avait pu se maintenir sous le protectorat de la France, les gouverneurs successifs de la Nouvelle- Calédonie qui, en qualité de hauts-commissaires du Pacifique, avaient la responsabilité de ce protectorat avaient dû se préoccuper de la situation politique et sociale de cette île, en face de l’évolution générale. La création de la « Commission du Pacifique Sud », dépendante de l’O. N. U. pour le développement des divers pays plus ou moins primitifs, inclus dans cette région du grand océan, les fit réfléchir. Comme le faisait remarquer à l’évêque de Wallis le gouverneur Cournarie, à sa visite dans cette île en avril 1950, il fallait s’attendre à ce que des délégués de la « Commission du Pacifique Sud » viennent quelque jour s’enquérir, par exemple, des maladies plus spéciales à Wallis ; alors bien d’autres particularités ne pourraient échapper à leur regards. Il ne fallait pas que ce protectorat français put faire figure de pays arriéré, mais au contraire d’un territoire en voie de réel progrès.

3C’est dans cette perspective que ce même gouverneur Cournarie avait demandé au résident Cresson de préparer un nouveau projet de constitution pour Wallis dans un sens quelque peu démocratique, plus conforme à la mentalité générale moderne. M. Cresson se mit au travail et soumit son projet au gouverneur dans le courant de l’année 1949. En janvier 1950, il n’avait encore reçu aucune réponse. Qu’advint-il de ce premier essai ?

4Au mois d’avril, le gouverneur Cournarie, venu à Wallis, expliqua à l’évêque, comme on vient de le dire, la politique qu’il avait en vue pour cette île, dans le sens de la démocratisation du pays. Il le pria de vouloir bien, après étude et consultation des pères indigènes, lui soumettre un projet de réforme du fono de village, de façon que l’ensemble de la population participe aux décisions de ce fono. Mgr Poncet accéda à cette demande et après consultation avec le clergé indigène, fit parvenir au gouverneur, le petit travail demandé.

5Plus d’un an après, le 29 décembre 1951, l’évêque apprit par le nouveau résident, M. Desjardins, que le statut de Wallis dans l’Union française était à l’étude : des renseignements à ce sujet étaient demandés par le ministre des Colonies. M. Desjardins disait préférer personnellement le statut de protectorat, mais pour cela, ajoutait-il, il fallait une constitution du gouvernement wallisien d’une rédaction telle qu’elle soit vraiment présentable à l’Union française et à l’O. N. U. : une constitution qui comporterait une assemblée, comme toutes les constitutions modernes. Il désirait que le roi et les chefs l’invitent à rédiger lui-même une telle constitution.

6Peu de temps après, deux des ministres du roi Kapeliele Tufele vinrent consulter l’évêque sur ce problème d’une nouvelle constitution à donner à Wallis. Le résident avait dû leur en parler. L’évêque accepta alors de rédiger un projet qui pourrait servir de base de discussion en vue d’une constitution écrite définitive. Ce projet, dont voici le préambule, fut remis au roi Kapeliele en 1952.

« 1. L’État wallisien met principalement sa confiance dans la protection de Dieu Tout-Puissant.
Il professe le respect le plus absolu pour la religion catholique romaine, qui est celle de l’ensemble de la population
2. L’État wallisien s’inspire pour l’administration du pays des principes chrétiens, en particulier des principes du respect de la dignité humaine, de justice, de fraternité.
3. L’État wallisien reconnaît toujours le protectorat de la France en conformité avec les traités du 4 novembre 1842, du 11 novembre 1886, du 19 mai 1910. »

7La raison d’être de ce préambule était, d’une part, d’affirmer ouvertement la foi chrétienne du peuple wallisien et d’assurer de la part de son gouvernement la protection de la religion catholique, mais d’une façon qui ne put choquer personne et, d’autre part, de confirmer le protectorat de la France sur ce pays en conformité avec les traités antérieurs.

8La suite du projet, dont les divers titres correspondaient à ceux de la constitution wallisienne de 1870, conservait les idées fondamentales de cette constitution, mais avec les modifications déjà opérées dans la pratique et passées à l’usage. Il entérinait, en particulier, l’usage de la division de chaque village en diverses « classes », dont les chefs seraient choisis et nommés par tous les membres de la « classe » respective de concert cependant avec le chef de village. C’était une ouverture sur la mentalité démocratique reprenant ce que l’évêque avait déjà proposé à la demande du gouverneur Cournarie.

9Le nouveau projet stipulait aussi que les chefs de districts devaient transmettre au roi les avis des assemblées légales des districts, en même temps que les leurs, et lui faire connaître les besoins et les vœux de la population. Il ajoutait que les chefs de « classes » seraient les représentants attitrés de la population. Ils pourraient servir d’intermédiaires entre celle-ci et les diverses autorités civiles.

10Cette clause avait pour but d’éviter des soulèvements contre le gouvernement indigène, c’est-à-dire surtout contre le roi, comme cela s’était malheureusement produit, en cas de mécontentement de la population. En pareil cas, au lieu d’un soulèvement anarchique, les chefs de « classes » seraient habilités à présenter au roi les doléances de la population. L’ensemble de ces chefs de « classes » auraient ainsi formé une sorte d’assemblée de représentants du peuple.

11Enfin, toute la population de chaque village devait être convoquée au fono hebdomadaire du village avec le Droit pour tous de prendre part aux délibérations. C’eut été ainsi une assemblée démocratique à ce niveau.

12Tel quel, l’ensemble du projet paraissait assez bien représenter la coutume du moment, quelque peu perfectionnée dans le sens démocratique. On pourrait espérer que de cette discussion entre les chefs wallisiens et le résident serait apparu un nouveau projet satisfaisant pour tous et qui aurait pu recevoir l’approbation des autorités supérieures du protectorat.

13Hors, peu après, le résident Desjardins, dans une conversation informait l’évêque que le roi lui avait remis un projet de constitution, évidemment celui dont on vient d’exposer les grandes lignes, et qu’il l’avait aussitôt écarté ne le jugeant pas à jour.

14Quatre ans plus tard, le 17 décembre 1956, le gouerneur Grimald, lors de sa visite à Wallis, eut à sa demande une conférence avec l’évêque, en présence de son chef de cabinet, M. Pons, chargé à Nouméa de l’affaire de Wallis, et du résident Rougetet. Il lui demanda divers renseignements sur Wallis, et le pria de vouloir bien remettre au résident une copie de son projet de constitution. Ce document fut par la suite transmis par le Dr Rougetet au gouverneur, comme l’assura M. Pons à l’évêque lors d’une nouvelle visite à Wallis en 1957.

15Rien cependant n’apparut encore officiellement, concernant le projet d’une constitution pour Wallis. Mais par contre, c’est la constitution de la Ve République en France qui fut établie par un référendum, auquel prirent par les Français de Wallis le 23 septembre 1958 à la résidence de Matautu. Cette constitution, élaborée par le général de Gaulle, allait être un terrain favorable d’où germerait en ce qui concerne Wallis, au lieu d’une constitution nouvelle, un changement du statut de protectorat lui-même.

16Le protectorat de Wallis et de Futuna, qui jusqu’alors n’avait pas été directement représenté aux réunions générales des pays du Pacifique Sud, organisées par la Commission du même nom, mais avait été simplement et improprement inclus à ces réunions de Suva (Fiji), puis de Nouméa, dans la représentation de la Nouvelle-Calédonie, allait bientôt envoyer ses propres représentants à la réunion qui eut lieu à Rabaul, en Nouvelle-Guinée, en avril 1959. Ces représentants de Wallis et de Futuna, désignés par le résident Fauché, furent le P. Vitolio Foli- fenua, prêtre wallisien, et Makape Papilio, ancien élève du petit séminaire de Lano. Ils se firent entendre en français à ces assises et purent aussi se servir de la langue wallisienne pour s’entretenir avec les représentants des autres archipels polynésiens.

17A peu près au même moment, le nouveau haut-commissaire du Pacifique, M. Péchoux, pensa trouver la solution du problème de Wallis dans la nouvelle constitution de la Ve République qui prévoyait pour les anciennes colonies ou protectorats français plusieurs statuts possibles, dont celui de département et celui de territoire d’outre-mer, ce dernier laissant une large autonomie au gouvernement du territoire.

  • 1 A Futuna, où Mgr Poncet se rendit à cette époque, les habitants, mis au courant du projet, appelaie (...)

18Il faut dire que déjà en 1954 un projet avait été émis au sénat en vue de faire de Wallis et de Futuna une « circonscription » du territoire de la Nouvelle-Calédonie. La France Australe du 2 octobre en avait publié la nouvelle1. Ce projet, en supprimant toute autonomie à Wallis et Futuna et en agrégeant ces îles à la Nouvelle-Calédonie, territoire étranger pour elles, n’était pas viable, il n’eut pas de suite.

  • 2 A Futuna, cela souleva encore de l’émotion ; une partie de la population y était opposée.

19Lorsque donc, en avril 1959, le gouverneur Péchoux proposa de remplacer pour Wallis et Futuna le statut de protectorat par celui de « territoire d’Outre-Mer de la République » en l’adaptant à la situation de ces îles, quelle fut la réaction des autochtones2 ?

20A Wallis, le pays était depuis assez longtemps divisé, deux clans rivaux s’y étaient formés.

  • 3 Mgr Poncet était alors en Nouvelle-Calédonie.

21La reine Aloisia avait régné sans grandes difficultés, de 1953 à 1957. Mais au mois de septembre de cette dernière année, en l’absence de l’évêque3, un parti opposé, formé surtout à Mua, tanta de l’obliger à abdiquer, sans y réussir. L’évêque à son retour, vit les deux principaux opposants pour essayer de réablir l’union dans le pays en les invitant à reconnaître l’autorité de la reine Aloisia, mais sans réussir à modifier leurs sentiments. Plusieurs mois se passèrent encore, laissant la situation plutôt tendue entre les partisans de la reine et ses adversaires, et ceci, en même temps que le pays subissait l’épreuve du cyclone survenu le 5 janvier 1958.

22Lorsque arriva le 2 août, le nouveau résident M. Fauché, il crut comprendre bien vite la situation et pensa que le meilleur moyen de mettre fin à la division du pays était d’inviter la reine à se démettre. Un autre motif l’y poussait aussi, l’administration française ayant intérêt à acquérir de façon définitive la propriété foncière du terrain d’aviation de Hihifo, à quoi la reine était réticente.

23D’une autre côté, Aloisia Lavelua souffrait de ce que le traité de protectorat de 1910 ait enlevé au souverain du pays le pouvoir suprême réel, pour le transférer plutôt au résident et à l’administration française supérieure. Elle écrivit même au gouverneur Grimald, haut-commissaire, pour lui faire connaître qu’elle n’approuvait pas le traité de protectorat de 1910, mais seulement ceux de 1842 et de 1886.

24M. Fauché ayant eu évidemment connaissance de cette lettre, essaya de persuader la reine qu’elle était de nature à lui retirer la confiance du gouvernement français, que par suite, le mieux pour elle était de donner sa démission, étant d’ailleurs d’un certain âge et plus ou moins maladive. La reine finit par se décider à suivre le conseil du résident et, après une nouvelle hésitation, elle lui adressa le 12 septembre 1958 une lettre lui signifiant son abdication. Aloisia quitta le palais royal le lendemain.

25Mais l’abdication de la reine ne rétablit pas la concorde à Wallis. Les anciens ministres de la reine d’un côté, et de l’autre, certains notables de la famille royale restaient sur leurs positions respectives. Le résident Fauché tenta de les réconcilier en organisant entre eux, le 16 septembre, une réunion, préliminaire à l’élection du nouveau roi. Le fono qui deux jours après devait se tenir en vue de l’élection n’eut pas lieu, ceux de Mua qui devaient y prendre part, les anciens opposants de la reine Aloisia, n’ayant pas paru. Et Wallis resta sans roi jusqu’au mois de mars 1959.

26Le 24 février, le Francis Garnier avait amené à Wallis l’amiral Evenou, en même temps qu’un avion « Lancaster » y transportait le haut-commissaire Péchoux. Ce dernier eut une conversation avec l’évêque au sujet de cette division de l’île en deux parties opposées, empêchant toujours l’élection d’un nouveau roi. L’évêque s’était renseigné auprès du clergé indigène sur ce qui paraissait pouvoir rétablir l’unité du pays. Il put donc proposer au haut-commissaire de prendre lui-même une décision ferme dans cette affaire, lui donnant l’assurance qu’elle serait acceptée de tous. M. Péchoux pensa alors revenir au bout de deux ou trois mois pour mettre fin à une situation qui ne pouvait durer.

27Mais entre-temps le chef du district de Hihifo finit par se détacher des anciens ministres de la reine pour s’allier au parti opposé, qui était surtout de Mua, et il fut suivi par l’ensemble de la population de Hihifo. A l’instigation de cepule, les notables de la famille royale destituèrent eux-mêmes les anciens ministres de la reine Aloisia et les remplacèrent par d’autres. Ces nouveaux ministres élirent un nouveau roi le 12 mars 1959 : ce fut Tomasi Kulimoetoke, de même nom et prénom que celui de ses prédécesseurs qui avait régné de 1924 à 1928.

28Il y avait bien dans cette façon de destituer et de nommer des ministres une entorse à la constitution de 1870, qui prévoit que ceux-ci sont nommés par le roi seul. Mais il y avait un précédent et auquel avait été due l’élection de la reine Aloisia : le 11 décembre 1953, les notables de la famille royale avaient déjà pris sur eux de destituer les ministres du roi Kapeliele, qui venaient de le déposer, et d’en choisir d’autres qui auraient à élire son successeur. Les notables de la famille royale, ceux que l’on appelle les tama aliki qui, dès les débuts du xxe siècle, voulurent avoir une certaine part, de concert avec les ministres, à l’élection du roi, finirent ainsi par prendre le contrôle suprême du gouvernement wallisien, sans préjudice d’ailleurs, apparemment, pour l’autorité du résident.

29Quoi qu’on puisse penser de cette façon d’agir, les Wallisiens jusqu’à l’époque où nous en sommes, pouvaient ne voir aucun mal à ce qu’une nouvelle coutume déroge à la constitution, même écrite, du pays. Tomasi Kulimoetoke, ainsi élu roi deWallis le 12 mars 1959 fut installé dans cette dignité suprême le lendemain 13 mars.

30Cependant les anciens ministres destitués par les tama aliki n’acceptèrent pas aisément leur déchéance. Vers le 10 avril ils se réunirent en fono pour élire un autre roi. Les partisans de Tomasi Kulimoetoke firent alors appel à la population pour défendre celui-ci. Et l’on vit accourir au palais royal un grand nombre de Wallisiens et de Wallisiennes, armés de sabres d’abattis. Ils entourèrent la résidence du roi pour le protéger. Ils s’en allèrent aussi cerner la case, proche du wharf, où se tenait le fono des anciens ministres, pour les obliger à se disperser. Qui plus est, autorisés semble-t-il par le roi Tomasi, ils s’en allèrent ensuite visiter les maisons particulières des anciens ministres, et en guise de punition pour leur tentative de détrôner Tomasi, ils leur soustrayèrent à chacun un porc de leur basse-cour. Certains allèrent jusqu’à dévaliser plus ou moins ce qu’ils trouvèrent dans ces maisons. Le roi et le résident durent faire restituer certains objets ainsi dérobés.

31Dès lors Tomasi Lavelua régna sans plus être beaucoup discuté. Et c’est sous son règne que devait se faire le changement du statut de protectorat en celui de territoire d’outre-mer, comme l’avait entrevu le haut-commissaire Péchoux en ce même mois d’avril 1959, où eut lieu la tentative contre Tomasi.

32La reine démissionnaire, d’après ce qu’on a vu, n’aurait certainement pas accepté de nouveau statut qui renchérissait de beaucoup sur le traité de 1910, qu’elle réprouvait.

  • 4 Depuis 1956, le délégué n’était plus un missionnaire.

33Comment fut préparée la demande faite au général de Gaulle, président de la République, par les trois rois de Wallis, Alo et Sigave, de faire des deux îles de Wallis et Futuna un « territoire d’Outre-Mer de la République Française » ? Il faut y voir la main du résident Fauché et du délégué de Futuna4. L’un et l’autre durent agir avec assez d’habileté pour faire aboutir le plan du haut-commissaire Péchoux en persuadant les trois rois autochtones des avantages très sérieux qu’en retirerait leur pays, et en leur donnant les assurances voulues concernant le maintien des coutumes indigènes et de leur propre pouvoir sur leurs sujets, ainsi que le respect de la religion catholique, professée par l’ensemble des Wallisiens et des Futuniens.

34Tout se passa cependant sans publicité. On apprit simplement un beau jour que la demande en question avait été faite.

35Malgré certaines réticences chez une partie de la population de Futuna pour un statut se rapprochant de celui de « colonie », le projet devait trouver un appui très ferme chez les Wallisiens et Futuniens émigrés en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles-Hébrides. Ceux-ci, en effet se rendaient compte des avantages qu’ils auraient à recevoir la nationalité française. Travaillant dans ces territoires, ils envièrent le sort de ceux qui, en qualité de Français, avaient part notamment aux allocations familiales, alors qu’eux-mêmes, simples « protégés » de la France, n’y avaient pas Droit. Le haut-commissaire n’ignorait pas le sentiment des émigrés et ceux-là ne pouvaient que l’encourager dans son dessein. A Wallis comme à Futuna, des lettres reçues de ces derniers devaient préparer aussi les esprits à adopter les mêmes vues.

36Le concours de toutes ces circonstances fut que peu à peu l’idée prit corps de faire des Wallisiens et des Futuniens des citoyens français, et Tomasi Lavelua, aussi bien que les deux rois de Futuna, durent acquiescer à la proposition que leur fit le résident et le délégué d’adresser au général de Gaulle une pétition dans ce sens.

37C’est alors que le général de Gaulle, avant de faire Droit à cette demande, voulut connaître la volonté effective de l’ensemble de la population par le moyen d’un référendum.

38Dès que l’évêque eut vent de la chose, et surtout lorsque le projet devint officiel, sans vouloir s’immiscer dans des questions puremment politiques, il s’inquiéta cependant des conséquences qu’aurait à Wallis et à Futuna le changement de statut au point de vue religieux. Dès le début d’octobre 1959, il ordonna un triduum de prières, du 2 au 4 de ce mois, pour que Dieu éclaire tous ceux qui auraient à discuter de ce problème ou à en décider, pour que rien ne se fasse qui put être défavorable à la religion, et pour que la décision dernière soit vraiment pour le bien général du pays.

39En outre, il prit toutes les informations possibles, d’abord auprès du résident Fauché, sur les suites que pourrait entraîner le nouveau statut sur la vie religieuse traditionnelle à Wallis et à Futuna. Il reçut de toutes les autorités françaises avec qui il en conféra, l’assurance qu’aucune loi française ne serait appliquée dans le nouveau territoire à moins d’être acceptée par l’assemblée territoriale que comportait le statut en question. Le résident Fauché, le haut- commissaire Péchoux, le ministre délégué auprès du premier ministre venu à Wallis en octobre 1959, furent unanimes sur ce point.

40C’est le lundi 5 octobre, vers 10 heures du matin, que le ministre M. Sous-telle, venant de Tahiti, arriva par un avion de la Compagnie T. A. I., qui atterrit à l’aérodrome de Lavegahau, construit naguère par les Américains, et qui fut depuis 1957 quelque temps en usage conjointement avec celui de Hihifo. La veille étaient arrivés de Nouméa, par un autre avion de la même compagnie, M. Péchoux, haut-commissaire, et l’amiral Evenou. Le même jour avait accosté le navire de guerre Tiaré amenant les deux rois de Futuna. Le général de Gaulle, on le voit, déléguait son ministre pour prendre contact avec les autorités du protectorat, aussi bien les autorités autochtones que les autorités françaises immédiates.

41De Lavegahau, M. Soustelle fut conduit à la résidence, où l’attendaient le rai et les chefs de Wallis, les deux rois de Futuna, l’évêque, les pères et les sœurs missionnaires venus pour le saluer. Le ministre eut un mot aimable à l’adresse des missionnaires, puis on se rendit au palais royal. On procéda au lever des couleurs. M. Soustelle remit des décorations aux trois rois de Wallis et de Futuna et à d’autres personnes, dont le P. Marquet, missionnaire à Wallis depuis 1911, c’est-à-dire depuis quarante-huit ans, et le P. Simler, venu de Futuna par le Tiaré. Puis le ministre donna aux trois rois, par interprète, des explications concernant le statut de territoire d’outre-mer, dont il était question, insistant sur la large autonomie qui serait laissée à la population autochtone, sur le maintien de l’organisation traditionnelle de son gouvernement, avec ses rois et leurs ministres, et aussi de ses diverses coutumes et sur le respect de sa religion, qui serait assuré.

42Après une cérémonie de kava et quelques danses indigènes en l’honneur du ministre, celui-ci alla le même jour visiter le district de Mua. Le lendemain 6 octobre, dans la matinée, il se rendit à Malaetoli, où il visita les deux établissements scolaires, et de là au terrain d’aviation de Hihifo. Il poursuivit sa route jusqu’au village de Valilala puis revint à Matautu, mais en s’arrêtant à Lano. Accompagné du haut-commissaire, de l’amiral et du résident Fauché : il y fut accueilli par l’évêque devant le cénotaphe de Mgr Bataillon, au cours duquel se trouvaient réunis les pères et les séminaristes, les sœurs de Sofala et leurs novices. Il écouta des chants en français par les séminaristes, un compliment prononcé par un prêtre wallisien, et il y répondit de façon parfaite.

43A une réception de la résidence, qui eut lieu peu après, il donna à l’évêque, comme il a été dit, l’assurance que sous le régime de « territoire d’outre-mer » aucune loi française ne serait appliquée du fait de ce statut, mais seulement celles qui seraient admises par l’assemblée territoriale. Le haut-commissaire donna aussi la même assurance : « Par exemple, dit-il, on n’appliquera pas ici la loi du divorce. »

44Dans l’après-midi du même jour, M. Soustelle, M. Péchoux, et l’amiral Évenou reprenaient l’avion pour Nouméa.

45M. Péchoux devait peu après confirmer par écrit les assurances qu’il avait données à Mgr Poncet concernant l’application des lois françaises au territoire de Wallis et Futuna. Il lui écrivit, en effet, à la date du 23 novembre 1959 :

« Excellence,

J’ai l’honneur d’accuser réception de votre lettre en date du 8 novemvre 1959, qui a retenu toute mon attention, et de vous confirmer les termes de notre récent entretien à Wallis. Je comprends parfaitement les inquiétudes que peut nourrir la mission lorsqu’elle redoute que les nouveaux statuts n’amènent l’application dans l’archipel des lois non conformes à celles de l’Église, et non conformes aux désirs des populations. Aussi puis-je vous donner l’assurance entière que le futur statut ne sera établi ni à Paris ni à Nouméa, comme il vous a été indiqué à tort, mais sur place, à Wallis, de façon à ce qu’il consacre les vœux unanimes de la population, et en particulier favorise la collaboration nécessaire entre la mission et l’administration...
Enfin, des garanties supplémentaire se trouveront données à la mission par le fait que les lois métropolitaines pour être applicables dans l’archipel, devont être promulguées, et que cette promulgation n’interviendra que sur l’avis de l’assemblée locale... »

46Le haut-commissaire Péchoux avait, de fait, démandé au résident Fauché et à Mgr Poncet de préparer ensemble les grandes lignes d’un projet de statut pour Wallis et Futuna, qui fut conforme à la fois aux données de la constitution française sur les « territoires d’Outre-Mer » et aux coutumes traditionnelles de ces îles dans la mesure où celles-ci pouvaient être conservées. On aurait envoyé ce document à Paris pour que le gouvernement français puisse s’en inspirer dans la préparation du référendum voulu par le général de Gaulle. Lorsque l’évêque, après avoir esquissé en ce qui concernait les principaux articles de ce statut, pensa confronter ses réflexions avec les propres idées du résident, et discuter avec lui pour s’entendre sur un texte, celui-ci venait de renoncer à participer à cette rédaction ; il avait envoyé un message au haut-commissaire pour l’informer qu’il lui en laissait le soin, à lui-même et à ses conseillers, à Nouméa.

47Finalement on dut se passer, semble-t-il, à Paris de ce mémorandum, et au début de décembre 1959, paraissait un décret du général de Gaulle traçant les grandes lignes du projet de statut pour Wallis et Futuna en vue du référendum. Le résident Fauché eut aussitôt, par un message radiographié, un aperçu de ce décret, et donc du statut en abrégé. Il tint alors à donner une conférence à tous les pères et sœurs de la mission pour le leur expliquer. Cette conférence eut lieu à Lano le 4 décembre. M. Fauché réitéra alors les assurances déjà formulées en ce qui concerne le point de vue religieux : « La mission, souligna-t-il fortement, n’a rien à craindre du nouveau statut. »

48Le 9 décembre, un avion Lancaster apportait le texte du décret, fixant le référendum au dimanche 27 décembre. Tous les Wallisiens et Futuniens domiciliés à Wallis et Futuna ainsi qu’en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles-Hébrides, étaient appelés à répondre « oui » ou « non » à la question suivante : « Désirez-vous que les îles Wallis et Futuna fassent partie intégrante de la République française sous la forme d’un territoire d’outre-mer ? »

49L’évêque se basant sur les assurances données par les autorités, d’après lesquelles le changement de statut n’entraînerait ipso facto l’application d’aucune loi française à Wallis et à Futuna, persuadé en conséquence que certaines lois de la République contraires à la doctrine de l’Eglise ou au Droit canonique, ne pourraient être appliquées dans ces îles par le fait même de l’instauration du nouveau statut, fit alors lire dans toutes les églises du vicariat, en vue d’éclairer la conscience des fidèles, une lettre dans laquelle il déclarait que rien, du point de vue religieux, ne s’opposait à ce que ceux-ci donnent leurs voix en faveur du statut projeté.

50Le dimanche 27 décembre 1959, l’ensemble de la population des Wallisiens et des Futuniens alla aux urnes. Voici le résultat de ce référendum :

  • 5 Seuls les Futuniens restés dans leur île comptèrent un certain nombre d’opposants, une nette minori (...)

51Il y eut, on le voit, une majorité écrasante en faveur du nouveau statut. A Wallis même, ce fut l’unanimité, et la presque unanimité parmi les émigrés de Nouvelle-Calédonie et des Nouvelles-Hébrides5.

52Cette unanimité remarquable doit laisser supposer que beaucoup d’entre eux, et d’abord les émigrés, étaient personnellement convaincus des avantages du changement ; si un certain nombre suivirent aveuglément peut-être l’opinion de leurs chefs respectifs, il faut en conclure qu’on ne trouva plus alors de division parmi ces derniers au moins sur cette question d’une importance capitale pour l’avenir du pays.

  • 6 Encore que le vote dut être ratifié par le gouvernement français [C. R.].

53Cette date du 27 décembre 1959 marquait la fin, par la volonté même des Wallisiens et des Futuniens, en accord avec le gouvernement français, au régime du protectorat proprement dit, qui avait duré soixante-douze ans. Wallis comme Futuna, étaient désormais partie intégrante de la France, tout en ayant Droit à une véritable autonomie6. Une loi allait se préparer à Paris déterminant les modalités du statut de « territoire d’outre-mer » de ces îles.

54Le 17 février 1960, s’ouvrait à Matautu l’assemblée provisoire du nouveau territoire prévue par le décret du général de Gaulle, dont étaient membres les trois rois et les principaux chefs des deux îles. L’évêque acquiesça à la demande qui lui fut présentée de faire partie, lui aussi, de cette assemblée provisoire. Celle-ci eut à discuter le projet de loi qui venait d’être préparé à Paris concernant le nouveau territoire, et à y apporter ses observations. La loi définitive de ce statut du territoire d’outre-mer des îles Wallis et Futuna ne fut votée au parlement que le 29 juillet 1961, et promulguée au Journal Officiel le lendemain 30 juillet. Entre autres clauses, cette loi adaptait à la constitution de la Ve République l’organisation antérieure du gouvernement autochtone de Wallis. Elle conservait même à l’ancien souverain son titre wallisien de hau, traduit jusque-là par le terme de « roi », et faisait de lui le président du conseil de circonscription de cette île. Le nouveau territoire était en effet divisé en trois districts dénommés « circonscription » correspondant aux trois anciens royaumes, Wallis, Alo et Sigave.

55M. Fauché, dernier résident du protectorat de Wallis, avait quitté l’île le 9 juillet de cette année 1961. Le premier administrateur supérieur, chef du nouveau territoire, arriva à Wallis le 3 octobre suivant : c’était M. Jean Périé. Peu après Mgr Poncet ayant offert au Saint-Siège, en raison de son âge, sa démission de vicaire apostolique, le P. Darmancier, missionnaire en Nouvelle-Calédonie, fut nommé vicaire apostolique des îles Wallis et Futuna le 22 décembre 1961. Sacré à Nouméa le 26 avril 1962, le nouvel évêque arriva à Wallis le 9 mai. Il prit ce même jour possession de son vicariat, et Mgr Poncet se retira. Ainsi le début de l’épiscopat de Mgr Darmancier coïncide à peu près avec le nouveau statut politique des deux îles qui composent son vicariat.

  • 7 Le drapeau français flotte sur Wallis depuis 1888. En 1910, le traité de protectorat avait été remp (...)

56Les quelques événements esquissés qui suivirent le référendum du 27 décembre 1959 font partie d’une nouvelle histoire7, celle du territoire des îles Wallis et

57Futuna, histoire encore à ses débuts, mais qui trouvera sans doute plus tard son historien.

58L’histoire de Wallis entreprise dans cet ouvrage, débutant en 1825, quelques années avant la conversion de l’île à la religion catholique, coïncide à peu près avec ses premiers contacts d’amitié avec la France qui se prolongèrent jusqu’à devenir plus intimes par un véritable traité de protectorat. Cette histoire prend fin avec le terme de ce protectorat, qui a conduit Wallis jusqu’à ne faire plus qu’un avec la France, sans perdre pour autant ses caractéristiques particulières.

59L’île de Wallis, on l’a vu, comptait deux mille quatre cents habitants au moment de sa conversion en 1842. La population n’a cessé de s’accroître depuis lors. En 1959, au moment où elle allait s’intégrer dans un territoire français d’outre-mer, le recensement opéré par la mission portait, à la date du 30 juin, le chiffre de cinq mille sept cent vingt-cinq Wallisiens actuellement résidant dans l’île. Environ deux mille autres étaient déjà émigrés en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles-Hébrides. Tous les autochtones et aussi ceux de Futuna devinrent alors Français à part entière. Ils étaient restés tous catholiques.

60Un Français, à la fois chrétien et patriote cent pour cent, envisageant dans l’avenir lointain celui qui sera l’historien du territoire d’outre-mer des îles Wallis et Futuna, pourrait, sans doute, exprimer le souhait que celui-ci soit à même de pouvoir qualifier ses habitants de « catholiques et Français toujours ». Les événements de l’histoire étant cependant pour une bonne part imprévisibles, Dieu veuille, du moins, que tous les Wallisiens comme aussi les Futuniens, quelle que puisse être dans la suite l’évolution politique de leurs îles, gardent toujours profondément gravés dans leur cœur ces mots admirables d’un cantique que depuis l’époque de Mgr Bataillon ils aiment à chanter dans leur langue :

Te Lotu taofi malohi,
Nai kaiga Uvea,
Taofi te Lotu mooni,
I totatou fenua.

61c’est-à-dire :

Conservons fermement la religion,
Chers amis uvéens,
Conservons la vraie religion
Dans notre pays.

Notes

1 A Futuna, où Mgr Poncet se rendit à cette époque, les habitants, mis au courant du projet, appelaient ce statut Koloni (colonie). Les chefs de Sigave y semblaient favorables ; ceux d’Alo et leurs sujets y étaient opposés.

2 A Futuna, cela souleva encore de l’émotion ; une partie de la population y était opposée.

3 Mgr Poncet était alors en Nouvelle-Calédonie.

4 Depuis 1956, le délégué n’était plus un missionnaire.

5 Seuls les Futuniens restés dans leur île comptèrent un certain nombre d’opposants, une nette minorité cependant.

6 Encore que le vote dut être ratifié par le gouvernement français [C. R.].

7 Le drapeau français flotte sur Wallis depuis 1888. En 1910, le traité de protectorat avait été remplacé à Wallis (mais pas à Futuna) par un nouveau traité où les pouvoirs du résident étaient accrus. De 1887 à 1961, le protectorat français sur Wallis et Futuna a duré 74 ans, près de trois quarts de siècle.
A Futuna avait été installé en 1956 un délégué officiel du résident; auparavant c’était un missionnaire, qui était l’intermédiaire habituel entre les chefs de l’île et le résident et, en l’absence d’un titulaire proprement dit, remplissait certaines fonctions administratives indispensables.
Sous le protectorat, se succédèrent trente et un résidents, dont quatre intérimaires. En 1921, Mgr Blanc avait constaté que « les résidents se montrèrent presque tous les vrais amis des Wallisiens et de la Mission ». C’eut été merveille s’il n’y avait eu absolument aucun heurt entre l’un ou l’autre et le représentant de la Mission. Mais en général, malgré certaines divergences de vues, l’harmonie a régné. Et en somme, jusqu’au changement de statut en 1961, qui amena à Wallis un administrateur supérieur, ayant pouvoir de gouverneur, à part quelques rares erreurs d’aiguillage, le protectorat a été bien pour les populations de Wallis et Futuna.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Société des Océanistes, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search