Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de l’île Wallis. Tome 2

 | 
Alexandre Poncet

Chapitre XXII. Les Américains à Wallis (1942-1946)

Texte intégral

1Aux premiers contingents américains débarqués à Wallis le 28 mai 1942, d’autres succédèrent, d’abord les 2 et 3 juin, ce qui porta déjà leur nombre à deux mille. De nombreuses tentes dressées, par exemple à Matautu, furent leur premier logement ; mais ils se répartirent bien vite en divers cantonnements, où de nombreuses baraques militaires furent rapidement montées : à Afala, près de Lano, où fut établi le poste du colonel commandant l’ensemble des troupes de l’île ; à Holo, sur la propriété de la mission, où le missionnaire de Matautu venait de construire une citerne pour un paddock : les Américains s’en servirent pour eux-mêmes, en l’alimentant de l’eau d’un puits de Ahoa, à quelques kilomètres de là, par une canalisation métallique. Ils s’établirent encore à Lanutavake, à Haatofo, à Gahi, qui fut leur base navale, près de laquelle ils allaient construire une station de radar avec une tour métallique, sur la hauteur de Matalaa ; également à Haalalo, où ils ne tardèrent pas à construire un wharf destiné aux hydravions et au déchargement de bateaux de matériel ; à Lavegahau et à Hihifo, où ils allaient doter Wallis de deux aérodromes ; à Papakila, sur le terrain de la mission, à Lano, où ils installèrent un important hôpital militaire de campagne. En un mot, les troupes américaines occupèrent bientôt tout le pays : parmi elles des mannes, des hommes du génie, ou sea bees, et des soldats de l’Army. Durant les deux premières années de leur séjour, ces troupes américaines furent habituellement au nombre de quatre mille, mais ce chiffre fut dépassé, et à un moment donné, Wallis compta six mille Américains, d’après une information donnée par leur aumônier militaire après la guerre.

2En même temps que cette masse d’hommes, débarqua aussi dans l’île un important matériel de tout genre : tout le nécessaire pour le montage de bar- raques et autres abris pour le logement de cette multitude et la construction de citernes et l’adduction d’eau ; bulldozers et autres instruments pour la construction des routes et des aérodromes ; véhicules automobiles en grand nombre ; enfin, tout le matériel de guerre proprement dit : canons, tanks, munitions, etc. Il s’agissait, en effet, de faire de Wallis une forteresse, en état de résister à une attaque japonaise.

3Aussitôt débarqués, ces militaires américains se mirent à l’œuvre. Les Wallisiens furent médusés à la vue de ces travaux gigantesques accomplis rapidement à l’aide de puissantes machines, toutes nouvelles pour eux. Beaucoup d’entre eux furent d’ailleurs employés par les Américains pour divers travaux, et les dollars commencèrent à affluer dans l’île. Ainsi furent construits, assez rapidement, les deux aérodromes et la route centrale de 16 m de large, destinée à les relier l’un à l’autre, ainsi qu’une route circulaire et quelques autres de 12 m de large, la route circulaire continuant l’ancienne route de Hihifo à Mua, construite naguère par le résident David, mais que les Américains eurent soin d’empierrer. Un officier américain révéla un jour à Mgr Poncet que la construction de toutes ces routes, y compris sans doute celle des aérodromes, avait coûté plusieurs millions de dollars. Et le général Price, commandant de tout le secteur militaire dont faisait partie Wallis, lui dit aussi à une autre occasion : « Quand nous quitterons Wallis, nous vous laisserons de magnifiques routes. » Il disait vrai. Le malheur fut qu’après le départ des Américains, l’entretien de ce réseau routier fut jugé impossible.

4Dès le début de juin 1942, un certain nombre d’hydravions américains se mirent à circuler sur le lagon de Wallis et à survoler l’île, en attendant les fréquentes arrivées de grands avions, une fois achevée la construction des deux aérodromes, surtout celui de Hihifo, le plus important. Cette activité de l’aviation américaine, ainsi que la mise de l’île en état de défense, et la vue des armements modernes, montrait assez aux Wallisiens que leur petite île se trouvait comme transportée sur un champ de bataille. Effectivement, elle faisait partie d’un secteur de l’armée américaine, comprenant aussi l’archipel de Samoa et l’île de Funafuti, du groupe des Ellice. Le quartier général de ce secteur se trouvait à Samoa ; il avait à sa tête le « major général » Price. Mais à partir du 8 mars 1944, le gros des troupes américaines quittant Wallis pour se porter plus au nord à l’attaque des Japonais, celles qui restèrent à Wallis dépendirent d’abord du capitaine de vaisseau Hobbes, résident à Samoa, et plus tard du capitaine de vaisseau Hungerfold, gouverneur de l’île de Tutuila, dans les Samoa américaines.

5A sa première venue à Wallis, tout au début de juin 1942, le général Price rendit visite à l’évêque, s’excusant auprès de lui des troubles que les nécessités militaires apportaient à Wallis. Il déclara vouloir être en bonnes relations avec les notabilités du pays. Il le fut, en effet. A chacune peut-être de ses visites à Wallis, il vint saluer l’évêque, qui nota sur son journal huit de ces entrevues avec lui, et il se montra presque toujours des plus aimable à son égard.

6Après sa première visite, le 2 ou 3 juin, le général Price revint le voir le 5 juin, accompagné de l’amiral Byrd, le célèbre explorateur de l’Antarctique. Celui-ci salua l’évêque par ces mots : « Je suis chargé de vous présenter les greetings (salutations) du président Roosevelt. » L’entrevue fut très correcte de part et d’autre. L’évêque toutefois, en ce début du séjour des Américains à Wallis, tint à manifester à ces deux autorités sa surprise de l’occupation de Wallis par les troupes américaines sans l’autorisation du gouvernement français de Vichy. Le général Price répondit : « Il n’est pas de mon ressort de discuter de questions politiques : je suis militaire, et du point de vue militaire, l’occupation de Wallis était une nécessité. » Et l’amiral Byrd expliqua que le gouvernement américain n’avait pas demandé l’autorisation en question au gouvernement de Vichy parce que le président Laval, chef du gouvernement, ne l’aurait pas accordée « étant aux ordres d’Hitler ». Il ajouta qu’il professait toujours un grand amour pour la France, où il avait séjourné pendant quinze mois durant la guerre de 1914-1918, et où il avait rencontré plusieurs fois le maréchal Pétain, qu’il tenait en haute estime.

7Sous la dépendance du général Price, les troupes américaines à Wallis même furent commandées d’abord par le colonel Griffin, puis par le colonel Leech, en 1943 et jusqu’en février 1944, et par le « major » Lower jusqu’en mars 1944 ; tous ces officiers commandant l’ensemble des troupes de Wallis avaient leur poste de commandement à Afala ; à partir de mars 1944, ceux qui furent à la tête du petit nombre d’Américains restant encore à Wallis, résidèrent à Gahi : ce furent successivement le lieutenant de vaisseau ou capitaine McCabe jusqu’en novembre 1945 ; le capitaine Armonstrout, de novembre 1945 à février 1946 ; le capitaine Zincheck, depuis février 1946 jusqu’au départ définitif au début d’avril de la même année.

8Parmi les autres officiers américains, se trouvait depuis le début un agent de liaison s’occupant des rapports avec les autorités, française et wallisienne, et avec la population. Il était aussi chef du service de renseignements et résidait à Afala. C’était le capitaine Soper qui, avant la guerre, était professeur d’archéologie sacrée dans un collège de jeunes filles. Il fut très vite connu de tous les Wal- lisiens. Le 28 mars 1943, il fut élevé au grade de « major », ou commandant. Les Wallisiens l’appelèrent d’abord le kapiteni (capitaine), puis le metia (major). Il quitta Wallis en novembre 1943 et fut alors remplacé dans ses fonctions par le lieutenant Hallée, d’origine canadienne.

9Les rapports avec la mission de Wallis furent facilités par les aumôniers militaires catholiques. Il y en eut trois : d’abord le P. Larkin, prêtre séculier du diocèse de Philadelphie, qui resta le plus longtemps à Wallis, de mai 1942 à novembre 1943; puis le P. Garrity, des pères du Verbe Divin, depuis novembre 1943, et le P. Sullivan, prêtre séculier du diocèse de New York, arrivé à peu près en même temps que le P. Garrity. Ce dernier quitta Wallis en janvier 1944, et le P. Sullivan quelques jours après, le 4 février : c’est l’époque où le gros des troupes américaines s’apprêtait à évacuer l’île : il n’y eut plus d’aumônier militaire jusqu’au départ définitif de ce qui restait, en avril 1946. Il n’y eut pas non plus habituellement d’aumônier protestant : le P. Larkin, d’après les règlements militaires, devait s’occuper aussi, dans la mesure où la différence des confessions le permettait, des protestants et des israélites, et c’est ce qu’il fit. Un aumônier militaire protestant vint cependant à Wallis à un moment donné, mais pour une simple visite. Plus tard cependant, le même ou un de ses collègues dut y séjourner quelque temps. Le journal de Mgr Poncet note, en effet, à la date du 23 janvier 1944, le départ d’un aumônier évangéliste et son remplacement par un autre, mais ce dernier partit, peut-être le mois suivant ou en mars, avec la plupart des Américains.

10Le P. Larkin, durant son séjour d’un an et demi à Wallis, célébrait la messe pour les soldats catholiques trois fois chaque dimanche : à Hihifo, à Loka, près de Lano, et à Mua. Sur sa demande, les séminaristes de Lano construisirent à Loka une chapelle en style indigène pour les Américains. Comme il y avait à Wallis — on l’a vu — deux dimanches chaque semaine, le dimanche normal du pays et, le lendemain, celui des Américains, le zèle du P. Larkin le porta à laisser à chaque soldat le choix du dimanche pour satisfaire au devoir dominical, et lui-même célébrait ainsi trois messes à chacun de ces deux dimanches. Il n’eut d’ailleurs que d’excellents rapports avec l’évêque et le clergé local.

11Dès l’arrivée des Américains à Wallis, on pouvait craindre des raids aériens sur cette île, et même la possibilité d’une attaque par mer n’était pas exclue. La bataille navale de la mer de Corail, non loin de la Nouvelle-Calédonie, venait de se terminer, arrêtant l’avance japonaise dans le Pacifique, mais, a-t-on dit, sans même que les Américains se soient rendu compte immédiatement de leur victoire. En tout cas, les Américains n’étaient pas encore assurés que cette avance des Japonais, après une halte forcée, n’allait pas reprendre. Toutes les îles au nord-est de l’Australie, y compris Wallis, étaient donc exposées à leurs attaques, et c’est pour cela que les Américains les occupèrent en grand nombre, comme bases d’opérations. Le front de combat de l’armée américaine passait par ces diverses îles, et Wallis se trouvait alors en première ligne : le général Price le dit positivement à l’évêque dès sa première visite. Peu après, les Japonais débarquèrent dans une île des Ellice, au nord de Wallis, dont faisait partie Funafuti, du même secteur militaire américain que Wallis. Le danger était donc évident. Il y eut un jour à Wallis un exercice de riposte des Américains contre une éventuelle descente des Japonais du côté de Hihifo. Il y eut aussi régulièrement des exercices de tirs antiaériens, et un soir, un pilote américain, ébloui par la lumière des projecteurs, perdit le contrôle et tomba en mer, en face de Lano. Dans une autre circonstance, un autre avion tomba en mer au nord de Hihifo, et un troisième s’écrasa un jour entre le village de Liku et Lano. Les occupants de ces trois avions périrent.

12En vue de raids aériens japonais possibles, il fallait prémunir la population civile par la préparation d’abris ou de tranchées. Les Américains s’en préoccupèrent. Le 6 juin 1942, l’évêque en conféra avec le nouveau résident le Dr Mattei, en même temps que du travail des plantations à ne pas laisser négliger, afin d’assurer l’alimentation de la population indigène. Le résident Vrignaud avait eu soin, avant son départ, d’attirer l’attention de son successeur sur les questions capitales intéressant la vie même du pays. Aussi le Dr Mattei put-il donner à l’évêque l’assurance que cette double affaire venait d’être réglée : dès le surlendemain, lundi, on creuserait des tranchées, en particulier dans les enclos des établissements scolaires ; et dès ce jour, les Wallisiens, sous peine de punition, devraient s’occuper sérieusement, chacun de ses plantations. En outre, ajouta le résident, ils devront continuer à recueillir chaque semaine les larves de l’insecte rhinocéros pour la protection des cocoteraies contre ses ravages, et il leur fera défense de vendre des cocos aux Américains, afin d’assurer la production du coprah.

13En ce qui concerne la préparation des tranchées, on se mit effectivement à en creuser un peu partout. Au séminaire de Lano et à l’établissement voisin de Sofala, ce travail se fit sous la direction d’un missionnaire, le P. Narvor, professeur au séminaire, qui, durant son service militaire en Rhénanie, avait été affecté aux travaux du génie. Le capitaine Soper fut surpris de la perfection technique des tranchées ainsi construites par ce missionnaire.

14Ces préparatifs en vue de raids aériens n’eurent heureusement pas à servir, bien qu’une nuit, à Lano, par suite d’un signal mal compris, on crut à un raid japonais, et tous se précipitèrent dans les abris, mais furent surpris de ne rien voir venir.

  • 1 Ancien officier de marine qui était entré dans les ordres et, étant provincial des Carmes en France (...)

15Si Wallis fut heureusement frustré de la visite d’avions japonais ceux des Américains lui procurèrent parfois la visite de hautes personnalités. Celle de l’amiral Byrd a déjà été signalée. Un autre amiral, français celui-là, vint à Wallis le 1er octobre 1942, non point par avion toutefois, mais par le navire de guerre français Cap des Palmes. Il s’agit de l’amiral Thierry d’Argenlieu1, gouverneur de la Nouvelle-Calédonie.

16Le jour même de son arrivée, l’amiral et révérend père Thierry d’Argenlieu envoya son officier d’ordonnance prévenir l’évêque qu’il lui rendrait visite, à 16 h 30, et qu’il l’invitait ce soir-là à la résidence, où étaient aussi invitées les autorités américaines. L’évêque s’excusa de ne pouvoir se rendre à cette invitation, mais il reçut l’amiral qui vint à Lano à l’heure indiquée. Celui-ci se montra aimable ; il expliqua en toute simplicité comment les circonstances lui avaient fait rejoindre le général de Gaulle à Londres ; qu’il avait dès lors acquiescé à ses décisions comme à son supérieur. Il ne fit d’ailleurs aucune allusion aux questions politiques et se montra plutôt sous les dehors d’un modeste religieux. Il porta la conversation, entre autres sujets, sur les deux sœurs de Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus, carmélites elles aussi, qu’il connaissait très bien, les ayant eues sous sa juridiction en sa qualité de provincial des Carmes. Mgr Poncet, n’oubliant pas cependant qu’il avait affaire au gouverneur de la Nouvelle-Calédonie, profita de sa visite pour lui demander de vouloir bien faire ravitailler la population en riz et en farine, et veiller à ce que les Futuniens puissent vendre leur coprah et acheter des étoffes pour se vêtir. L’amiral d’Argenlieu prit note.

17Peu après, le 27 octobre 1942, descendaient d’avion à Wallis, à 11 h 30, plusieurs généraux américains, dont le général commandant en chef les opérations militaires, assura-t-on, mais pour en repartir presque aussitôt, à 14 heures. Le 25 juin 1943, l’évêque reçut aussi la visite du général Reed, qui était, paraît-il, le commandant de l’Army, dans le secteur où se trouvait Wallis, simple visite de courtoisie, mais d’une extrême amabilité.

18Une autre visite fugitive fut celle de la première Dame d’Amérique, Mrs Roose- velt, épouse du président des États-Unis. Elle y passa la nuit. Arrivée par avion le soir, elle harangua un bon nombre de soldats américains, tout près de l’hôpital de Papakila, et repartit le lendemain matin de très bonne heure. Elle considérait que son rôle était de contribuer à entretenir le moral des troupes. La halte rapide qu’elle fît à Wallis ne pouvait lui laisser que le temps de cette rencontre vers les combattants qui exposaient leur vie pour leur pays. Nul n’aurait songé à la juger sur l’emploi de ces quelques heures nocturnes. L’aumônier militaire américain, toutefois, s’informant si elle avait fait à l’évêque l’honneur d’une visite, eut un cri de surprise et de déception à la réponse négative qui lui fut faite.

19Pendant leur séjour à Wallis, les Américains furent en bonnes relations habituelles, non seulement avec la mission, mais aussi avec le roi Leone Lavelua. Celui-ci, sans vouloir se rallier explicitement à la France Libre, déclara qu’il ne ferait pas d’opposition à l’action des autorités françaises relevant du général de Gaulle et ces dernières furent satisfaites de cette prise de position. Le général Price se rendit bien vite compte lui-même de la tension qui avait existé entre le roi et le résident Vrignaud, comme il en témoigna en présence de l’évêque. Il y avait là une indication d’où l’on pouvait conclure que la fidélité de Lavelua au gouvernement français de Vichy ne l’entraînait pas dans un véritable antagonisme à l’égard de la France Libre ou des Américains. Le général Price fit donc confiance à ce chef du gouvernement indigène, qui n’avait aucune intention de gêner les autorités américaines.

20Cela veut-il dire que toute se passa toujours à l’amiable et sans le moindre heurt entre les autorités américaines, celles de la France Libre, le gouvernement indigène, la population autochtone, les soldats américains, et le détachement français de marins venus de la Nouvelle-Calédonie et qui resta à Wallis avant d’y être remplacé par des tirailleurs néo-calédoniens et plus tard encore, après la guerre, par quelques gendarmes français et auxiliaires calédoniens ? C’eût été vraiment trop beau.

21Notons d’abord qu’une première conséquence fâcheuse de l’arrivée des Américains fut la réalisation presque immédiate de ce qu’avait prévu le Dr Vrignaud. Avant de quitter Wallis il avait dit à l’évêque : « Avec l’arrivée de tant de bateaux et de tant d’étrangers, vous pouvez vous attendre avant quinze jours à une sérieuse épidémie. » Cette arrivée massive de bateaux et de militaires se produisait soudainement après une période d’un an et demi d’isolement complet, pendant laquelle rien n’était venu de l’extérieur troubler l’état sanitaire qui s’était trouvé très satisfaisant. Elle coïncidait, en outre, avec une baisse subite de la température et une période de pluies, caractéristique presque habituelle du mois de juin à Wallis. Tout cela amena sans tarder une épidémie de grippe, qui fut la cause de presque tous les décès de Wallisiens en ce mois de juin : il y en eut vingt-sept, surtout des vieillards et de petits enfants ; et cela continua au mois de juillet. Cette épidémie affecta principalement les diverses écoles de filles, qui se vidèrent aux trois-quarts dans les paroisses et aussi à Sofala. Il en fut de même au collège de garçons d’Alofivai ; au petit séminaire, les cours, interrompus au début de juin pour le travail, déjà signalé, du creusement des tranchées, le restèrent à cause de l’épidémie.

22Un incident particulier vint apporter à la mission un nouvel ennui. Un missionnaire faillit être expulsé du vicariat, et si, finalement, il put y rester, il dut néanmoins quitter Wallis et demeurer à Futuna.

23Il s’agit du P. Louis Simler, Alsacien, qui était en charge de la paroisse de Mua. Dès les premiers temps du séjour des Américains à Wallis, il eut l’occasion de converser avec un sergent américain, de langue allemande, nommé Klein, qui le dénonça aux autorités américaines comme ayant tenu des propos en faveur de l’Allemagne et comme ayant cherché à inspecter des travaux militaires. Ces accusations, faites à la légère, ne reposaient sur aucun fondement. Le P. Simler était un de ces très nombreux Alsaciens qui, au temps même où leur pays se trouvait sous l’autorité de l’Allemagne, avaient gardé le cœur profondément attaché à la France. Mais les autorités américaines, après avoir pris quelques renseignements sur lui et constatant qu’il était né en Alsace au temps de la domination allemande sur cette province, décidèrent de l’expulser de Wallis.

24L’évêque ayant eu l’occasion de parler de cette affaire à un colonel américain venu de Samoa, lui dit, entre autres : « Je connais très bien le P. Simler : vous n’avez absolument rien à craindre de lui. » L’officier américain répondit : « Nous avons eu des ennuis aux Philippines pour des incidents de ce genre. Il est vrai que sur cent personnes ainsi soupçonnées, il y en a peut-être quatre-vingt- dix-neuf tout à fait inoffensives, mais il reste une chance sur cent d’un sérieux danger ; nous allons donc au plus sûr. »

25Le 18 août, arriva le navire de guerre français Cap des Palmes venant de la Nouvelle-Calédonie. Son commandant, le capitaine de corvette Ybert, rendit visite à l’évêque et l’informa que les autorités américaines s’étaient adressées par l’intermédiaire du gouvernement de Washington, à l’amiral d’Argenlieu pour lui demander de faire enlever à Wallis le P. Simler. L’amiral d’Argenlieu, d’après les explications du commandant Ybert, en aurait référé au P. Bergeron, provincial des Maristes d’Océanie, qui aurait accepté que le P. Simler quitte Wallis. L’évêque de Wallis, qui n’avait reçu aucun avis du P. Bergeron à ce sujet, discuta assez longuement de cette affaire avec le commandant Ybert et lui dit finalement qu’il réfléchirait et lui donnerait sa décision le lendemain matin. Il rédigea le soir même une lettre pour le commandant, dans laquelle il proposait surtout d’envoyer le P. Simler à Futuna, dans le même vicariat. L’évêque avait cependant peu d’espoir d’obtenir satisfaction dans ce sens, car cette proposition, il l’avait déjà faite, sans succès, aux autorités américaines.

26Or, ce jour-là arriva dans l’île un général inspecteur américain, auquel vraisemblablement fut soumis le cas du P. Simler, et l’on peut croire que c’est d’après sa décision que le commandant Ybert put répondre à l’évêque que sa proposition d’envoyer ce missionnaire à Futuna était acceptée par les Américains. Il ajoutait : « Je suis très heureux de cette solution, autrement j’aurais dû faire un acte contraire à mes sentiments de Français et de chrétien. »

27Le séjour du général fut, d’ailleurs, très court. Il fit une visite rapide à l’évêque avant de reprendre l’avion, mais il ne fut pas question du P. Simler. Le Cap des Palmes quitta Wallis le 20 août, emmenant le missionnaire à Futuna. Le 1er octobre, à son retour de Nouvelle-Calédonie, le Cap des Palmes ramena de Futuna, en échange, un prêtre wallisien. L’incident se termina ainsi par une simple mutation de personnel à l’intérieur du vicariat.

  • 2 La radio avait, en effet, annoncé son décès survenu le 15 août 1941-

28Le Cap des Palmes avait apporté à Wallis, le 18 août 1942, du ravitaillement et un courrier considérable, le premier reçu depuis décembre 1940, et qui contenait, entre autres, une lettre de Mgr Nicolas, vicaire apostolique de Fiji, que l’on savait mort depuis plus d’un an2.

29Si l’incident relatif au P. Simler fut, en somme, bénin, un autre affecta les rapports entre soldats calédoniens et jeunes gens wallisiens. Ce fut une rixe survenue au village de Falaleu le mardi de Pâques, 27 avril 1943, après une autre moins importante, qui s’était produite la veille à Liku. A Falaleu, deux soldats calédoniens furent blessés, sans gravité cependant.

30Le résident Mattei, après enquête, afin de punir sérieusement les Wallisiens les plus coupables et de semer la crainte pour empêcher de nouvelles attaques contre les hommes du détachement calédonien, voulut recourir à des mesures étranges et plutôt risquées. Il donna l’ordre de brûler trois cases de Wallisiens : l’une à Haafuasia, dont le propriétaire avait été récemment destitué de sa charge de kivalu, et deux à Falaleu. Il décida aussi de faire sonner le couvre-feu pour l’ensemble de la population à 21 heures, avec ordre aux soldats calédoniens de tirer sur les Wallisiens qu’ils rencontreraient dehors après l’heure. Les autorités américaines comprirent le danger que ferait courir cette dernière mesure : pour eux, la paix dans le pays était indispensable. Elles firent donc demander au résident, par leur agent de liaison, le major Soper le retrait de l’ordre donné, et l’obtinrent heureusement.

31Les habitants cependant de Falaleu et de Haafuasia, pris de peur, désertèrent leur village ; et les jeunes gens du collège paroissial de Matautu, dont un certain nombre s’étaient compromis dans la rixe, apeurés, eux aussi, vinrent demander refuge, ce soir-là au séminaire de Lano, où ils passèrent la nuit.

32Le lendemain, 28 avril, après la messe solennelle de la fête du Bienheureux Chanel à Lano, ces collégiens de Hahake, craignant des représailles de la part des soldats calédoniens, ne consentirent à retourner à Matautu qu’à la condition d’être accompagnés par l’évêque en personne : il serait, pensaient-ils, leur sauvegarde. L’évêque s’y prêta volontiers et conduisit ainsi dans la matinée ce cortège de jeunes gens à Matautu. Le plus compromis d’entre eux se serrait presque contre lui tout au long de la route, comme s’il se voyait entouré d’ennemis.

33Arrivé à Matautu, l’évêque se rendit chez le résident, avec le roi Leone et le ministre Kulitea. En leur présence, le résident décida d’abord de punir dix-sept des jeunes gens wallisiens compromis dans la rixe de prison et d’une amende de 50 dollars chacun. Puis il se ravisa et demanda à l’évêque de vouloir bien accepter que ces jeunes gens punis de prison soient gardés dans les stations de la mission, loin de Matautu ; à Lano, Mua et Hihifo : il craignait en effet des représailles contre eux de la part des soldats calédoniens cantonnés à Matautu.

34Les collégiens de Matautu les redoutant d’ailleurs toujours, revinrent d’eux- même ce jour-là à Lano, où ils passèrent encore une nuit. Cinq d’entre eux, qui étaient au nombre des condamnés à la prison, purgèrent leur peine en séjournant assez longtemps à Lano : trois d’entre eux furent employés par les Américains, les deux autres restèrent au service du séminaire, en particulier comme cuisiniers.

35Une autre affaire faillit refroidir les bonnes relations qui avaient existé jusqu’alors entre l’évêque et le général Price. Vers le même mois d’avril 1943, les Américains demandèrent aux autorités de la France Libre de recruter à Wallis et à Futuna trois cents travailleurs autochtones volontaires pour être employés au service de l’armée américaine en Nouvelle-Calédonie. Or, parmi ceux qui furent recrutés à Wallis, quelques-uns vinrent se plaindre auprès de l’évêque de ce qu’ils avaient été inscrits contre leur volonté. Celui-ci, considérant d’ailleurs que le départ d’un si grand nombre d’indigènes valides serait dommageable, sans doute, à l’entretien des plantations vivrières, si important pour éviter la disette ou la famine, en référa au résident Mattei et au commandant Soper, l’officier de liaison américain ; puis, sur le conseil de ce dernier, il en écrivit au général Price à Samoa, lui demandant de vouloir bien réduire le nombre des partants aux seuls indigènes vraiment volontaires et célibataires. Quelques hommes mariés étaient en effet sur les listes des partants ce qui risquait de disloquer des foyers.

36La réponse du général Price fut une surprise pour l’évêque. Non seulement il n’acceptait pas sa demande, mais il déclarait la mesure prise par les autorités américaines logique et juste, et l’intervention de l’évêque dans cette affaire chose répréhensible.

37Ce fut-là, d’ailleurs, une simple saute d’humeur de la part du général. Peu après il revenait à Wallis et rendait visite à l’évêque avec la même cordialité que précédemment.

38Quant aux indigènes ainsi recrutés, le projet de leur envoi, d’abord abandonné, fut repris sans tarder, mais leur nombre réduit de moitié. Quatre chasseurs de sous-marins américains arrivèrent à Wallis le 22 juin 1943. L’un d’eux conduisit aussitôt le résident Mattei à Futuna et l’en ramena le surlendemain avec trente ou quarante recrues futuniennes : c’était le 24 juin, le jeudi de la Fête-Dieu, célébrée à Wallis comme un dimanche. Ce jour-là cent-vingt Wallisiens s’embarquaient à Gahi sur les trois autres chasseurs de sous-marins pour se rendre, avec les Futuniens, en Nouvelle-Calédonie. Ce fut un événement à Wallis. Une foule d’indigènes — surtout les familles des partants — assista à leur embarquement. Et on peut dire que ce fut le prélude de l’émigration des Wallisiens et des Futuniens en Nouvelle-Calédonie, où jusque-là ne s’étaient trouvées que quelques unités originaires de leurs îles.

39L’intervention de l’évêque dans l’affaire du recrutement des travailleurs indigènes pour la Nouvelle-Calédonie n’avait d’autre motif que la justice à assurer à l’égard des Wallisiens, en même temps qu’une précaution contre les risques de disette et d’autres fâcheuses conséquences de la mesure en question, en un mot le bien du pays.

40En vue du même bien de la population de Wallis, l’évêque prit à son tour, l’année suivante, une mesure visant à remédier quelque peu à l’infortune de la disette et qui fut, par suite des circonstances, mal interprétée par les soldats américains.

41Le 29 janvier 1944, s’abattit sur Wallis un fort coup de vent qui fit de sérieux dégâts : un grand nombre d’arbres à pain et de bananiers furent déracinés, c’était une sérieuse disette en perspective pour les mois à venir. En prévision de cette éventualité et pour subvenir à l’alimentation des nombreux élèves pensionnaires dans les divers établissements de la mission, l’évêque fit à la première occasion une commande de farine en Nouvelle-Calédonie, par l’intermédiaire du commerçant de Wallis. Celui-ci fit aussi de son côté, pour son magasin, une commande semblable, à vendre aux acheteurs. N’ayant pas prévu les conséquences du coup de vent, il fit cette commande en quantité très insuffisante. Lorsque cette double commande arriva à Wallis et fut déposée au magasin du commerçant, avant même que le procureur de la mission y soit aller prendre livraison des sacs de farine commandés par ordre de l’évêque, les indigènes en grand nombre s’y précipitèrent, avides d’y trouver de quoi calmer leur faim, car la disette prévue se faisait sentir. La farine du commerçant fut bien vite épuisée : restaient encore dans son magasin les sacs commandés par la mission et à la vue de tous les acheteurs qui n’en connaissaient pas la provenance, mais auxquels le commerçant ne pouvait toucher.

42Les soldats américains entendirent bientôt qu’il y avait chez le commerçant des sacs de farine réservés pour la mission : de là le bruit vite répandu parmi l’ensemble des Américains restés dans l’île que la mission accaparait la farine en temps de disette. Lorsque l’évêque eut vent de ce bruit, il écrivit au capitaine McCabe, à Gahi, lequel commandait l’ensemble des trois cents hommes de troupe encore à Wallis, pour rétablir les faits. Celui-ci lui répondit aussitôt par une excellente lettre, dans laquelle il le félicitait de pourvoir ainsi aux besoins de la population, et l’assurait que c’étaient des gens « non qualifiés » qui avaient lancé cette interprétation erronée, et que l’exposé des faits avait aussitôt mis fin à ce bruit.

43Le 7 décembre 1943, le P. Garrity, aumônier militaire, rapporta à l’évêque un autre ragot, absolument sans aucun fondement, qui s’était répandu on ne sait comment parmi les Américains, d’après lequel la mission aurait prélevé la moitié du salaire des indigènes employés par eux.

44On peut noter ici un fait dont la mission ne pouvait se froisser, l’explication lui en ayant été fournie par le même P. Garrity, toujours le 7 décembre 1943. La croix de pierre érigée naguère à Nukuatea, sur l’emplacement de la maison qu’habitait Mgr Bataillon tout au début de son apostolat, puis transportée assez récemment au sommet du promontoir qui domine la passe, venait d’être enlevée par les Américains, parce qu’elle induisait en erreur les bateaux. Le colonel commandant les troupes de Wallis avait fait un jour la réflexion qu’elle devrait être enlevée, mais sans en donner l’ordre. Un commandant l’avait pris au mot et, de lui-même, l’avait fait enlever. Le lieutenant Hallée fit alors savoir qu’on allait la rétablir au même endroit, mais qu’on la peindrait en vert, pour éviter tout risque à la navigation.

45Un autre incident, vraiment regrettable celui-là, se produisit un jour sur l’îlot Nukuhifala : deux soldats américains, évidemment non catholiques, s’amusèrent à cribler de balles une statue de saint Jean l’Évangéliste, qui se trouvait à l’intérieur de la petite chapelle de cet îlot. L’évêque ordonna une petite cérémonie de réparation à faire à l’église de Matautu, et le commandant Soper, que, d’ailleurs son érudition en archéologie sacrée fit s’intéresser à cette statue, se chargea des sanctions exigées par cette sorte de provocation.

46A ces divers incidents plus ou moins désagréables, il faut joindre ce qui était une conséquence inévitable du séjour prolongé de si nombreux militaires au milieu d’une population polynésienne, assez restreinte et pas encore des plus évoluées, et dont ont souffert aussi d’autres archipels du Pacifique durant cette guerre mondiale. Les autorités américaines prirent bien certaines mesures, parfois à la demande de l’évêque, pour protéger la santé morale de cette population. Par exemple, interdiction avait été faite aux soldats américains de vagabonder après 22 heures dans les villages. Mais cette défense ne put être maintenue : elle était trop opposée aux règlements militaires des États-Unis, qui laissaient les soldats entièrement libres le soir, après leurs heures de services jusqu’au lendemain matin : ainsi l’expliqua à l’évêque le lieutenant Hallée qui avait succédé au commandant Soper. Il y eut donc à Wallis, après le départ des Américains, quelques enfants nés durant leur séjour ou après leur départ, qui reçurent le surnom d’« Amelika » : ils devaient grandir d’ailleurs, comme tous les enfants wallisiens, sans discrimination.

47Il y eut aussi des tragédies.

48Le 31 juillet 1942, deux mois seulement après l’arrivée des Américains, un Wallisien, nommé Visesio, frère d’un prêtre indigène, fut tué de façon préméditée de deux coups de fusil, à Gahi, le soir, à la nuit, par un soldat américain. Il n’eut que le temps de dire : Malia, ofa mai ! (Sainte Vierge, ayez pitié de moi !). Il mourut peu après, avant l’arrivée du missionnaire, le P. Simler, encore curé de la paroisse de Mua, prévenu en hâte. Le soldat assassin, disait-on, aurait eu deux complices, deux autres soldats qui, de propos délibéré, auraient distrait l’attention de Visesio en bavardant avec lui, en plein air, au clair de lune, pendant que l’assassin, à l’intérieur d’une case voisine, le mettait en joue. Ce soldat américain était originaire d’une province des États-Unis où la ségrégation raciale était de règle : il devait donc avoir peu de sympathie pour les hommes de couleur. Il semble qu’après quelques rencontres avec Visesio, il dut être excédé par quelques expressions proférées à son égard par celui-ci, expressions plus ou moins malsonnantes, mais dont le sens lui échappait et qu’il avait apprises en s’essayant à balbutier l’anglais dans ses rencontres avec les uns et les autres.

49Visesio était âgé de 25 ans et marié. Ses funérailles, qui eurent lieu le lendemain, 1er août, à Mua, à 17 h 30, rassemblèrent une nombreuse assistance de Wallisiens et aussi beaucoup d’Américains. Le colonel Griffin, qui commandait alors l’ensemble des troupes à Wallis, s’y fit représenter par le P. Larkin, l’aumônier militaire catholique.

50Un bruit fantastique se répandit le 2 août parmi les indigènes d’après lequel le meurtrier de Visesio aurait déjà été jugé, condamné à mort, puis aurait vu sa peine commuée en celle de prison, mais dans des conditions telles, à Wallis même, qu’il y mourrait avant le départ des troupes. En réalité, son procès par les juges militaires dut prendre quelque temps et le résultat n’en fut jamais rendu public à Wallis.

51Un autre malheur survint le 4 mars 1943. Un Wallisien, ancien chef du village de Tepa, ayant pénétré de nuit dans un magasin de l’armée américaine, proche de ce village, et, a-t-on dit, surpris à mettre la main sur quelque denrée alimentaire, fut tué d’un coup de fusil par le soldat qui gardait ce magasin.

52Un autre Wallisien fut aussi tué un jour à Liku, mais sans doute accidentellement, d’un coup de revolver, par un Américain qui lui expliquait le fonctionnement de cette arme ; et le 27 novembre 1944, un soldat calédonien, nommé Lucien Clavel, se donna lui-même accidentellement la mort en maniant un fusil.

53Un autre accident eut lieu le 8 janvier 1944. Un Wallisien, Tominiko, de Haafuasia, qui était au service du résident comme gardien de deux cases dont celui-ci disposait au village de Utuleve, se tua accidentellement en pêchant en mer à la dynamite ; à la suite de quoi, les autorités américaines elles-mêmes prohibèrent cette sorte de pêche. Et l’évêque fit alors lire dans les églises une lettre à ce sujet. Il essayait d’y faire comprendre aux fidèles la gravité de s’exposer à la mort sans raison suffisante, ce qui était le cas de la pêche à la dynamite à Wallis : plusieurs indigènes y avaient été blessés à cette occasion, en diverses circonstances, et l’un d’eux antérieurement y avait aussi trouvé la mort. Ce nouvel accident mortel n’était donc pas le premier de ce genre.

54Un autre accident des plus déplorables fut la mort accidentelle d’un soldat américain à l’occasion d’un exercice de tir. Pour comble de malheur, l’officier qui présidait cet exercice en fut si bouleversé qu’il se donna lui-même la mort à son tour.

55Il y eut aussi quelques autres décès de soldats américains par suite d’accident ou de maladie, dont ceux des aviateurs déjà signalés. Ces soldats américains morts à Wallis, au nombre de huit ou dix au total, furent enterrés dans la propriété de l’administration française, à Havelu, où se trouva ainsi provisoirement un cimetière militaire américain. Et le 2 octobre 1945, un navire vint de Tutuila, des Samoa américaines, pour chercher les restes de ces soldats morts à Wallis durant la guerre. Ce navire avait déjà à bord les ossements d’une vingtaine d’autres Américains décédés à Upolu, des Samoa britanniques, qu’il avait pris au passage pour les transporter avec ceux de Wallis, à Tutuila, d’où ils seraient expédiés en Amérique et remis aux familles de ces militaires. Les corps des Américains enterrés à Havelu furent donc exhumés et leurs ossements portés à bord, après avoir été dépouillés des chairs encore adhérentes. Et dès le lendemain, 3 octobre, ce bateau-corbillard levait l’ancre.

56Comme on l’a vu, un grand nombre de navires des États-Unis abordèrent à Wallis durant le séjour dans cette île des troupes américaines.

  • 3 Futuna, par contre, située à 120 milles de Wallis, petite île montagneuse, ne présentait sans doute (...)

57Wallis fut une base aérienne et avait peut-être été aussi convoitée par les Japonais : les Américains les prévinrent3.

  • 4 Désirant faire un séjour un peu prolongé à Futuna, Mgr Poncet ne revint pas à Wallis tout de suite. (...)
  • 5 Mgr Poncet avait administré la confirmation dans les deux paroisses de Futuna.

58Le 10 novembre 1942, Mgr Poncet profita d’un navire américain pour se rendre à Futuna4. Le 21 décembre suivant, le général Price eut la gentillesse d’envoyer un petit bateau le reprendre. Il put retourner le 20 mars 1944 et en revenir presque aussitôt. De même le 12 juin 1944, par le Robin, qui le ramena le 155.

59Les Américains firent un essai de voyage à Futuna par hydravion, le 26 juin 1943, et ils emmenèrent avec eux le résident Mattei. Partis de Wallis à 10 heures du matin, ils amerrirent dans la baie de Sigave et furent de retour à Wallis le même jour vers 16 heures. Ce trajet, aller et retour entre les deux îles, se présentait comme un record étonnant de vitesse et pouvait faire rêver pour un proche avenir de liaisons aériennes fréquentes et rapides. L’évêque, rencontrant le lendemain à Mua un officier américain ayant pris part à ce vol de pionniers, lui demanda s’il était question d’autres voyages aériens semblables entre Wallis et Futuna : la réponse fut immédiate et nettement négative. L’essai, bien que réussi, manifesta sans doute les sérieuses difficultés de l’amerrissage ou du décollage sur les eaux généralement agitées qui entourent l’île de Futuna, dépourvue de lagon, et dut être concluant comme contre-indication de son renouvellement. Ce premier voyage aérien tenté par les Américains fut aussi le dernier.

60En deux autres circonstances, Futuna reçut la visite de navires américains, mais ne venant pas de Wallis. L’un d’eux était un contre-torpilleur, à la recherche de soldats des États-Unis qui auraient pu se trouver égarés dans des îles du Pacifique. Il aborda à Futuna le 5 novembre 1945. Or, le 14 septembre précédent, le missionnaire de Sigave envoyait par radio un message à Wallis pour informer l’évêque qu’il restait très peu de farine à Futuna pour la confection des hosties ; puis un nouveau message le 4 octobre : il n’en restait plus que 100 g. Au mois de novembre 1945, le culte dut donc en partie être interrompu. Le contre-torpilleur put ravitailler la mission en farine et permettre ainsi la reprise de l’exercice normal du culte. Le même fait se reproduit quelques mois plus tard. Cette fois, ce fut un sous-marin américain qui, passant dans les parages et ayant une réparation urgente à faire, s’arrêta dans la baie de Sigave, le dimanche 23 juin 1946 et put encore providentiellement ravitailler les missionnaires au moment où ils allaient encore devoir cesser de célébrer la messe, faute d’hosties, la farine étant épuisée. A cette époque, la guerre avec le Japon était terminée ; le moindre mouvement de bateau américain dans cette région du Pacifique devait être décidé, non plus à Samoa mais à Nouméa. Et des questions d’ordre financier et peut-être aussi d’ordre politique, faisaient hésiter les autorités françaises à demander aux Américains un bateau pour ravitailler Futuna, malgré les interventions de l’évêque en ce sens auprès des uns et des autres.

61En 1944, bien que la guerre avec le Japon fut toujours en cours, le gros des troupes américaines stationnées à Wallis évacua cette île. Dès le 5 janvier, le général Price informa l’évêque de ce départ prochain, un petit nombre seulement de militaire devait rester pour garder le camp d’aviation.

62Effectivement, les Américains commencèrent à évacuer Wallis au mois de février : c’est alors qu’ils abandonnèrent, entre autres, Papakila et y démontèrent les baraquements de l’hôpital qui y était installé. L’exode se poursuivit au début de mars. C’est le 8 de ce mois, comme il a été dit, que le général Price quittait définitivement Wallis, et le journal de Mgr Poncet note au 13 mars 1944 qu’il n’y restait alors que trois cents Américains, répartis entre l’aérodrome de Hihifo, les villages de Haatofo et Gahi, à Mua, et la boulangerie de Hapago, à Liku.

63Le commandant Sofer était parti en novembre 1943, comme il a été dit, et remplacé alors par le lieutenant Hallée. Le dernier aumônier catholique, le P. Sullivan, avant de partir au début de février, demanda à l’évêque de veiller à ce qu’une messe soit assurée pour les soldats américains, au moins pour deux dimanches encore, à l’aérodrome de Lavegahau, à 8 h 30, et aussi à Lano, à 9 heures ; cette dernière pour les Américains stationnés dans les environs du séminaire et à Hihifo.

64Mgr Poncet célébra lui-même la messe pour les Américains à l’aérodrome de Lavegahau les 7, 14 et 21 février 1944. L’assistance fut nombreuse, surtout le 14 février, où elle compta peut-être une centaine de militaires, dont un certain nombre se confessèrent avant la messe et y communièrent. L’évêque leur adressa quelques mots après l’Évangile. Il célébra encore la messe à Lano pour les soldats des environs, ou d’ailleurs, les 12 et 13 mars, c’est-à-dire les deux dimanches successifs, celui de Wallis et celui des Américains, pendant qu’un prêtre wallisien la célébrait à Hihifo pour ceux de l’aérodrome. A partir du 19 mars le nombre des Américains dans l’île étant bien réduit, il fut décidé qu’il y aurait désormais une seule messe spéciale pour eux, le dimanche wallisien à Lano. Cependant, Mgr Poncet célébra encore la messe pour eux à l’aérodrome de Hihifo le 24 avril et le 1er mai, pendant qu’une autre messe était célébrée à Gahi par un prêtre wallisien. Mais ensuite, les Américains de Hihifo s’étant transportés à Haatofo (Mua) et leur nombre total diminuant de plus en plus, il n’y eut plus de messes spéciales pour eux. Le petit nombre qui restait pouvait assister à la messe du dimanche wallisien dans les églises de Mua et de Matautu.

65Il y eut encore un départ important d’Américains le 17 juin et les restants ne furent plus que soixante ; le lieutenant Hallée était parti le 16 juin. A la fin du mois d’août il restait à peine quarante Américains à Wallis, et c’est alors, où, tout au début de septembre, qu’un petit steamer vint évacuer la plupart d’entre eux. Depuis ce moment et jusqu’à leur départ définitif, en avril 1946, c’est-à-dire pendant un an et demi, il n’y eut dans l’île que douze militaires américains, stationnés à Gahi, dont l’officier qui les commandait et qui fut pendant longtemps le lieutenant de vaisseau McCabe, et un docteur.

66Les navires qui peu à peu emmenèrent l’ensemble des troupes américaines, embarquèrent aussi une partie du matériel considérable qui se trouvait à Wallis, tout ce qui était utilisable pour la poursuite de la guerre dans d’autres secteurs. Mais une bonne part de ce matériel fut, par ordre supérieur, jeté à la mer, au large de Gahi, et certains objets aussi dans un petit lac intérieur de l’île. Les autochtones ne furent cependant pas complètement frustrés de ce qu’ils considéraient comme de véritables richesses ainsi abandonnées et dont ils pouvaient espérer pouvoir s’approprier quelque part. Les Américains leur laissèrent, en particulier, des planches de barraques démontées. La mission ne fut pas complètement oubliée dans ces sortes de générosités.

  • 6 Le Dr Mattel avait eu l’occasion de se rendre à Futuna par les rares bateaux américains qui s’y ren (...)

67Vers le milieu de 1944, Wallis avait donc à peu près retrouvé son atmosphère antérieure de calme habituel ; les dollarrs cessèrent, par contre, de pleuvoir dans les mains des indigènes qui n’avaient plus d’employeurs ; ils se retrouvaient comme avant dans leur pays, dont l’avenir économique demeurait assez incertain et que dirigeait le roi Leone en accord avec le résident. Celui-ci était encore le Dr Mattei, qui fut à Wallis jusqu’à l’arrivée de son successeur, le Dr Charbonnier qu’un avions américain amena le 7 décembre (1944)6.

68C’est au début de juin 1943, que les autorités américaines, pour protéger leurs troupes contre la contagion de la lèpre, entreprirent, avec l’assentiment, sans aucun doute, du résident Mattei et du roi Leone, la visite médicale — et ce n’était pas la première — de tous les Wallisiens ; un prélèvement de sang fut expédié à Samoa, à la suite de quoi, bon nombre d’entre eux furent envoyés à la léproserie de Nukuatea. Certains d’entre eux durent subir cette relégation simplement peut-être comme ayant été trouvés suspects de cette maladie. Le bruit courut même qu’il y aurait eu des confusions de noms dans les échantillons envoyés pour analyse à Samoa. Toujours est-il que le nombre des pensionnaires de la léproserie, qui n’atteignait pas jusqu’ici le chiffre de vingt, se monta bientôt à soixante-dix. En raison de ce grand nombre, une messe fut dite chaque dimanche à Nukuatea à partir du 24 octobre 1943, d’abord par un père de Lano : le résident mit son auto à sa disposition chaque samedi pour le transporter à Mua.

69Durant le séjour du Dr Mattei, deux navires français apparurent en 1943. Le Chevreuil revint en effet le 27 mars, ayant à bord le capitaine de frégate Cabanier, remplaçant alors le haut-commissaire de Nouméa, qui était à Londres. Il rendit visite à l’évêque à Lano et celui-ci le pria de veiller à ce que soit réduit au minimum le nombre de Wallisiens que l’on demandait comme travailleurs à Nouméa. Le commandant Cabanier accepta de tenir compte de ses observations. Il doit s’agir là du recrutement opéré par les Américains, dont il a été parlé plus haut.

70L’autre navire français fut l’Oiseau des Iles, qui aborda le 26 juillet. Il conduisit le 1er août à Futuna le résident Mattei, environ vingt-cinq indigènes ainsi que le roi Leone, un missionnaire et les frères coadjuteurs wallisiens, lesquels s’y rendirent en vue d’un pèlerinage à Foi, au tombeau du Bienheureux Chanel. Le même navire les ramena peu après à Wallis.

71Le Chevreuil arrivé le 27 mars était peut-être le bateau annoncé à l’évêque par le résident Mattei le 1er février précédent : il devait, disait-il, amener àWallis une institutrice pour l’école officielle, qui devait se rouvrir. Il demanda alors à l’évêque qu’un père ou une religieuse fasse l’instruction religieuse à celle école même, pour qu’aux yeux de la population elle se présente comme une école vraiment catholique. Il consentit aussi à ce qu’on y fasse la prière, et on s’y servirait, disait-il, des manuels en usage chez les frères de Nouméa. Cette école, ajoutait-il, n’était nullement dirigée contre la mission. Dans ces conditions, il n’y avait rien à objecter. On ne vit cependant jamais à Wallis, quelle qu’en fut la raison, l’institutrice annoncée. Mais l’école officielle fut ouverte, avec, comme instituteur un adjudant du détachement en garnison à Wallis. Toutefois, elle n’eut presque pas d’élèves et ne fonctionna pas longtemps.

72Par contre, les écoles de la mission, pendant le séjour des Américains, continuèrent, comme par le passé, à instruire les enfants du pays. C’est ainsi que le 27 décembre 1945, après les examens de fin d’année et au début des vacances de Noël, une séance récréative, présidée par l’évêque, put être donnée par les élèves des sœurs de Sofala : elle comprenait une pièce de théâtre, des dialogues et monologues et des chants, le tout en français. Y assistèrent le résident Charbonnier et le capitaine américain Armonstrout, qui avait succédé en novembre au capitaine Holder. Le tout fut parfaitement réussi.

73Le résident Charbonnier tenta une expérience en vue d’assurer la vie économique du pays. Dès son arrivée en décembre 1944, l’évêque lui fit remarquer que les cocotiers, par suite des ravages de l’insecte rhinocéros étaient en voie de disparition, et désormais à vive allure : il était donc urgent de chercher un produit de remplacement de ce qui avait été jusqu’alors presque l’unique source de la vie économique à Wallis. Le Dr Charbonnier pensa alors au coton : il en fit faire, à titre d’essai, plusieurs plantations dans les trois districts. Ce coton réussit parfaitement. Le temps de la récotle venu, on put en remplir un certain nombre de sacs. Le résident envoya alors des échantillons de ce coton en Australie. On lui répondit que ce coton était bien réussi, mais que les fibres en étaient trop longues pour les métiers d’Australie. Et l’on n’en parla plus.

74La mission se mit alors à faire un essai de plantation de cacaoyers, après divers semis de graines en provenance de Samoa. M. Cohic, ingénieur agronome, venu quelques années plus tard à Wallis, examina ces cacaoyers, sur la propriété de Lanutuli et les jugea en excellente condition. Cependant, pour une raison ou pour une autre, ils ne donnèrent pas ce qu’on espérait.

75On continua donc à exporter de Wallis le coprah, en quantité de plus en plus réduite, jusqu’au jour où les commerçants cessèrent de l’acheter. Et voilà comment, aujourd’hui encore (1965), malgré les essais de nouvelles cultures, en particulier du café, qui n’ont pas encore donné de résultats appréciables, l’île de Wallis n’a pratiquement rien à exporter. La population indigène vit, en partie, sur les salaires de ceux qui sont employés par l’administration ou par des particuliers, en partie, et surtout, par l’argent ou les colis que reçoivent un bon nombre de Wallisiens de ceux de leur parenté émigrés en Nouvelle-Calédonie. Naturellement, les plantations vivrières et la pêche peuvent encore assurer l’alimentation, au moins d’un grand nombre, et en temps normal.

76La vie religieuse ne semble pas avoir trop souffert des bouleversements économiques et autres dus à l’afflux des soldats américains durant la Seconde Guerre mondiale.

77Parmi les cérémonies extraordinaires à cette époque, signalons d’abord deux missions paroissiales de huit jours à Hahake, du 11 au 18 mars 1945, et à Mua du 23 au 30 septembre de la même année ; elles furent comme d’ordinaire très bien suivies par la population : neuf cent trente-sept Wallisiens s’approchèrent alors du sacrement de pénitence à Hahake, et mille cinq cents à Mua ; les communions furent innombrables.

78La présence de nombreux Américains catholiques, dont quelques-uns n’avaient pas encore été confirmés, et la conversion au catholicisme de quelques protestants, que l’aumônier militaire avait reçus dans l’Église, fut l’occasion pour Mgr Poncet de conférer la confirmation dans la chapelle du séminaire de Lano, à un Américain, le 1er août 1942, à douze autres le 30 août 1943 et à onze, le 23 janvier 1944.

79Une ordination sacerdotale eut aussi lieu le 16 août 1942, à Matautu : celle du P. Lafaele, Wallisien, ordonné pour le vicariat de Samoa. Ce nouveau prêtre célébra sa première messe le lendemain, à Lano, et s’embarqua pour Samoa le 10 septembre de la même année, avec deux séminaristes samoans, sur un bateau américain au port de Gahi.

80Une autre ordination sacerdotale eut encore lieu à Matautu le 19 juin 1943, qui était le samedi des Quatre-Temps : celle des PP. Soane Leleifua et Alafaato. Le P. Larkin, amônier militaire, y assista, et un soldat américain y prit un bon nombre de photographies. L’église était comble, comme pour l’ordination du P. Lafaele l’année précédente. Les deux nouveaux prêtres célébrèrent leur première messe le lendemain, dimanche de la Trinité, à Lano.

81Cette dernière ordination allait combler un vide créé dans le clergé par la mort récente d’un prêtre wallisien, le P. Filipo, décédé le lundi 11 janvier 1943, vers 20 heures, au presbytère de Matautu, où on l’avait transporté, mourant, de l’hôpital voisin de Sia. Ses funérailles eurent lieu le lendemain matin à 9 h à Mua, sa paroisse, en présence de l’évêque, qui donna l’absoute. Le résident Mattei y assista, ainsi que le P. Larkin, aumônier militaire, par qui s’était fait représenter le colonel Leech, commandant les troupes américaines de Wallis, étant lui-même empêché : il fit transmettre ses condoléances à l’évêque par le P. Larkin.

82En cette année 1943, le 3 décembre, à l’occasion du centenaire de la consécration épiscopale de Mgr Bataillon, à Teesi, un sermon sur ce centenaire fut donné dans toutes les églises de Wallis ainsi que sur le centenaire de l’évangélisation de la Nouvelle-Calédonie, commencée par Mgr Douarre qui s’était rendu dans cette grande île encore païenne, aussitôt après avoir sacré évêque Mgr Bataillon à Wallis. Ce centenaire fut solennellement célébré en Nouvelle-Calédonie entre le 9 et le 25 décembre, la guerre battant encore son plein dans le Pacifique.

83Les messes de minuit de Noël furent, comme d’ordinaire, toujours bien suivies à Wallis au cours de cette guerre et pendant le séjour des Américains. En 1942, beaucoup de ces derniers assistèrent à cette messe à Matautu, parmi eux le major Soper, bien que non catholique. C’était une messe pontificale. L’année suivante, 1943, l’église de Matautu, à l’occasion de la messe de minuit, fut pour la première fois éclairée à l’électricité par les Américains ; et le lendemain, qui était pour eux le 25 décembre, ils eurent à leur tour, dans cette même église de Matautu, leur messe de minuit, célébrée par leur aumônier militaire, le P. Sullivan : les militaires américains remplissaient l’église. Parmi eux se trouvait le colonel Harstrel, depuis peu à Wallis, et aussi d’autres officiers. Cette même nuit, l’autre aumônier militaire, le P. Garrity, célébrait la messe à Hihifo pour les Américains stationnés dans ce district.

84D’autres cérémonies religieuses eurent lieu à Wallis en relation avec la marche de la guerre mondiale.

85C’est ainsi que le 2 juillet 1944, à la demande des soldats français du détachement de Matautu, fut célébrée dans l’église de cette paroisse une messe chantée, en action de grâces pour la libération de la France, alors en bonne voie depuis le débarquement des Alliés en Normandie, le 6 juin. Le lundi 13 novembre de la même année, l’évêque célébra à Matautu une messe pontificale de requiem pour les Français morts à la guerre. Les assistants à cette messe remplissaient l’église ; parmi eux le résident Mattei, tout le détachement néo-calédonien, et le capitaine américain McCabe, spécialement invité. Une garde d’honneur de six tirailleurs néo-calédoniens entouraient le catafalque. L’évêque dit quelques mots en français et en wallisien avant l’absoute.

86Le 15 avril 1945, tandis que la guerre touchait à sa fin en Europe et qu’approchait la victoire complète et définitive des Alliés, fut célébrée à Matautu une nouvelle messe chantée, suivie du Te Deum en actions de grâces pour la libération de la France, maintenant bien achevée et sans retour possible du cauchemar de l’occupation par l’ennemi. L’évêque prêcha à cette messe.

87Le 13 mai suivant, six jours après la signature à Reims de la capitulation générale de l’armée allemande, et en la fête nationale de sainte Jeanne d’Arc, une messe pontificale solennelle fut célébrée à Matautu en actions de grâces pour la victoire des Alliés et la fin de la guerre avec l’Allemagne. Le capitaine Holder, successeur du capitaine McCabe à la tête du détachement américain encore à Wallis, assista, lui aussi, à cette messe pontificale.

88Enfin le dimanche 19 août 1945, fut chanté solennellement à l’issue de la messe le Te Deum : c’était en action de grâces pour la fin victorieuse de la guerre avec le Japon, la fin de la Seconde Guerre mondiale.

89Des réjouissances spontanées accueillirent, en France et ailleurs, la fin du terrible fléau que fut cette guerre mondiale. Wallis se réjouit aussi, suivant sa manière traditionnelle. Il y eut donc, après le Te Deum du 19 août, le katoaga de la fin de la guerre et de la victoire. Il eut lieu le 24 août à Matautu. Commencé à 8 heures du matin, il ne se termina qu’à une heure avancée de l’après-midi, interrompu cependant de 11 h 30 à 14 heures. Tout Wallis y prit part : chaque village de l’île y donna sa danse particulière. Le roi Leone était là avec le résident Charbonnier, l’évêque, le capitaine Holder et d’autres officiers et matelots américains des équipages de trois navires arrivés à Gahi la veille, et aussi, naturellement, les soldats français et calédoniens du détachement de Matautu.

90Wallis prenait ainsi part à la joie de la France et de l’Amérique, qui venaient d’être délivrées d’un épouvantable cauchemar ; elle se réjouissait aussi pour avoir elle-même échappé à de très graves dangers, et au souvenir des divers ennuis, relatés plus haut, que lui valut cette guerre et qu’elle pouvait maintenant reléguer dans l’oubli, pour ne conserver que certains autres agréables souvenirs attachés à la présence des Américains. La mission aussi pouvait se remémorer avec plaisir ses relations avec les autorités américaines, malgré les quelques petites anicroches mentionnées plus haut. Entre autres excellents souvenirs, l’évêque conserve, par exemple, celui d’une promenade à travers l’île que lui fit faire dans sa voiture le colonel Leech. C’était le 18 juin 1943. Il y avait avec eux un lieutenant néo-zélandais, de passage à Wallis, venu de l’île de Funafuti, du groupe des Ellice. A un moment de la randonnée à travers les collines verdoyantes de l’île et ses échappées sur le panorama du lagon parsemé d’îlots, l’officier néo-zélandais s’écria soudain : « Je n’aurais pas cru qu’il y eut d’aussi belles îles dans le Pacifique ! »

91Toute cette histoire du séjour des Américains à Wallis allait avoir un dénouement des plus inattendus.

92Il exista une sorte de politique, au sens plutôt péjoratif, qui avait tenté quelques Wallisiens à l’époque où le gros des troupes américaines, encore stationnées à Wallis, étaient cependant proches de leur départ. Ces autochtones, pour des raisons inconnues complotèrent, en janvier 1944, de détrôner le roi Leone. Ce complot fut dévoilé vers le 20 du même mois et avorta, car le roi, aussitôt averti, en informa le résident Mattei qui prit sa défense.

93Les deux principaux inculpés dans cette affaire furent le premier ministre kivalu et l’un de ses prédécesseurs dans cette charge. Le kivalu fut immédiatement démis de ses fonctions et remplacé. Mais le roi fut bon prince : le kivalu ayant fait des excuses à Leone Lavelua, celui-ci intercéda en sa faveur auprès du résident pour qu’il ne lui soit pas infligé d’autre peine en outre de sa destitution ; et il se garda de signaler au résident le nom de l’autre complice, c’est- à-dire du plus ancien kivalu, craignant pour ce dernier une punition plus sévère.

94Il ne s’agissait là vraisemblablement que d’une affaire entre Wallisiens. Mais l’incident qui, en mars 1946, allait précipiter le départ définitif des Américains, sans être évidemment attribuable à leurs autorités militaires, n’aurait-il pas été occasionné par une certaine politique entreprise assez à l’avance peut-être, par certaines de ces autorités, de façon plus ou moins latente, auprès des autochtones ? Les faits suivants jetteront quelque lumière sur cette question.

  • 7 Les trois premiers missionnaires catholiques de Samoa avaient été envoyés de Wallis par Mgr Bataill (...)

95Au mois de juin 1945, Mgr Poncet s’était rendu à Samoa, invité à la célébration du centenaire de la mission catholique de cet archipel7, présidée par Mgr O’Shea, archevêque de Wellington, en Nouvelle-Zélande ; on y vit aussi, avec Mgr Darnand, vicaire apostolique de Samoa, Mgr Foley, vicaire apostolique de Fiji, M. Turnbull, gouverneur des Samoa occidentales au nom de la Nouvelle-Zélande, sous le mandat de laquelle se trouvaient ces îles, et enfin les trois grands chefs de Samoa : Mataafa, Tamasese et Malietoa, avec une multitude d’autochtones, catholiques et protestants.

96Mgr Poncet s’y était rendu par un avion militaire américain qui, à ce moment, reliait tous les quinze jours Wallis à Samoa et l’avait déposé à l’île Tutuila. L’évêque avait jugé de son devoir de rendre visite au gouverneur américain qui avait là sa résidence. Au cours de la conversation, le gouverneur dit qu’il recevait de Wallis des rapports « très intéressants ». Cette réflexion intrigua Mgr Poncet : depuis près d’un an il ne restait que douze militaires américains à Uvéa, revenue à sa solitude ancienne : que pouvaient donc contenir d’intéressant les rapports du capitaine Holder ? Un instant après, le gouverneur adressait à l’évêque ces mots encore plus significatifs : « Ne pensez-vous pas que ce serait bien si Wallis, Samoa et Funafuti étaient sous un seul flag (Drapeau) ? » La conversation fut interrompue juste à ce moment par un message de l’extérieur, ce qui dispensa l’évêque de répondre. Mais n’y avait-il pas là une indication que quelque chose se tramait concernant Wallis ?

97Or, le 14 septembre suivant, le capitaine Holder, auquel Mgr Poncet, de retour à Wallis, était allé rendre visite à Gahi, l’informa qu’un comité d’experts américains venait de parcourir les îles du Pacifique et avait fait un rapport pour le congrès de Washington : on y préconisait le contrôle américain des Carolines, des Mariannes, des Marshall, etc., et des bases navales à conserver, en particulier en Nouvelle-Calédonie, à Santo (Nouvelles-Hébrides) et à Guadalcanal (Salomon).

98Avant de quitter Wallis, en novembre 1945, le même capitaine Holder avait fait savoir à un prêtre wallisien que la question du règlement des îles du Pacifique était en discussion et serait résolue en décembre ou, au plus tard, en janvier. L’Amérique, disait-il, ne veut prendre possession d’aucune île, sauf peut-être trois, mais elle tient à conserver l’usage des ports dont elle se sert actuellement, car sa flotte doit assurer la surveillance de l’océan Pacifique.

99Si le prêtre en question a bien compris les propos du capitaine Holder, d’ailleurs assez conformes à ce qu’il avait dit à l’évêque, on pourrait peut-être supposer que vers la fin de la guerre avec le Japon, des instructions furent données à l’officier commandant le petit détachement resté à Wallis, pour qu’il essaye de faire délicatement quelque propagande en faveur de l’Amérique pour le cas où le gouvernement de Washington déciderait finalement de conserver une base navale à Wallis : les propos du gouverneur de Tutuila à Mgr Poncet n’auraient alors plus de mystère, et ce qui allait se produire à Matautu au mois de mars 1946 serait un peu moins inexplicable.

100Nous voici aux alentours du 20 mars 1946 : on entend dire que les Américains sont sur le point d’évacuer complètement l’île de Wallis. Mais le lundi 25 mars, coup de théâtre : le détachement américain de Gahi au complet, sur le pied de guerre et muni de mitrailleuses, se rend à Matautu sous la conduite de l’officier qui le commande alors, le capitaine Zincheck, et suivi de dix Wallisiens. A leur arrivée à Matautu, le capitaine entre à la résidence avec les dix Wallisiens, qu’il présente au résident Charbonnier, en l’informant qu’ils veulent être américains. « Eh bien, dit le résident, qu’ils aillent en Amérique. » — « Ce n’est pas cela, poursuit l’officier ; ils veulent que Wallis devienne américain. » Le résident protesta d’abord contre cette façon insolite de pénétrer à la résidence et il fit délicatement un geste signifiant de sortir. Ouvrant pour cela la porte donnant sur la mer, il est stupéfait de voir à cet endroit quatre ou six marins américains, le fusil braqué sur lui, d’après son propre témoignage.

101Le lieutenant Zincheck avait l’air très excité : il fut longtemps avant d’accepter de sortir, voulant absolument que le résident entende les Wallisiens. Il alla même jusqu’à lui donner l’ordre, d’un ton sec, d’écouter leur demande. Est-il sorti seulement après que le Dr Charbonnier les eut laissé parler, ou avant ? Toujours est-il que ces dix Wallisiens confirmèrent la requête faite en leur nom par l’officier américain, et le résident accepta, en principe, de la transmettre à qui de Droit, bien persuadé qu’elle ne serait pas acceptée par le gouvernement français.

102A noter que le lieutenant Zincheck, à Wallis depuis très peu de temps, n’avait donné aucun signe de sympathie envers les Français. Il n’avait pas rendu visite à son arrivée au résident Charbonnier et il avait, un peu plus tard, refusé une invitation à dîner de celui-ci.

103Finalement cependant, à la suite de cet étrange incident, le lieutenant Zincheck se rendit compte de sa lourde méprise et fit des excuses au résident : « I wish I had not done that » (Je voudrais ne pas avoir fait cela), lui dit-il.

104Tout n’était cependant pas terminé. Une agitation allait se produire dans le pays. Les dix Wallisiens organisèrent sans tarder des fono, le soir du même jour, à la nuit, dans divers villages : à Akaaka et à Falaleu du district de Hahake, et aussi dans les districts de Hihifo et de Mua, en-dehors, du reste, des chefs en fonction.

105Le lendemain 26 mars, le roi Leone réunit ses ministres, ainsi que les chefs de districts et les notables de la famille royale, en vue de réprimer le mouvement pro-américain, mais il se sentit impuissant à se faire obéir.

106Dans l’après-midi de ce même 26 mars, eut lieu à Matautu, chez le principal meneur du mouvement, une réunion générale de ses adeptes, venus des trois districts, mais surtout de Hihifo : ils étaient au total plusieurs centaines. Ils se rendirent ensuite chez le roi pour lui demander le rattachement de Wallis à l’Amérique. Leone leur répondit : « C’est bien, je connais votre opinion ; mais c’est à moi de décider de cette affaire. » Puis il les renvoya, et ils se dispersèrent. Le 27, le roi fit connaître au résident ce désir d’une partie de la population de se mettre sous la dépendance de l’Amérique. Indépendamment de la propagande qui avait pu être faite auprès des Wallisiens, ceux-ci avaient été certainement influencés par leur contact avec les troupes américaines, par leur puissant matériel et par les dollars que beaucoup avaient reçus d’eux, ce qui explique ce mouvement en leur faveur. Le roi Leone, cependant, tout en informant le résident de cette opinion d’un grand nombre, ne lui fit lui-même aucune demande de substituer le protectorat de l’Amérique à celui de la France.

107Le Dr Charbonnier avait expliqué à Mgr Poncet, le 26 mars, qu’il n’y avait jamais eu de pourparlers entre le gouvernement américain et le gouvernement français relatifs à une semblable cession du protectorat de Wallis à l’Amérique : dans sa tentative de forcer la main à l’autorité française dans ce but, le lieutenant Zincheck n’avait pas agi par ordre, mais de sa propre initiative, et lui- même, ajoutait le résident, ainsi que son prédécesseur immédiat, le capitaine Armonstrout, resté un mois à Wallis, avaient fait de la propagande en faveur de l’Amérique ; mais, disait-il, le capitaine Holder, avant eux, s’était davantage tenu sur la réserve. Et le résident demanda à l’évêque de l’aider à calmer la population.

108Une autre partie très importante des Wallisiens tenait cependant au protectorat français et certains, décidés à son maintien, pensèrent même à se bagarrer avec les agitateurs pour arrêter leur tentative en faveur de l’Amérique. Sur le conseil de l’évêque, ils se contentèrent de faire connaître au résident le grand nombre de Wallisiens qui voulaient rester fidèles à la France.

109En vue de prévenir des troubles plus graves, Mgr Poncet fit lire par deux fois dans toutes les églises une courte lettre dans laquelle il exhortait les fidèles au calme et à la patience, en attendant le résultat de la demande faite par certains d’entre eux au gouvernement français.

110Finalement, les autorités supérieures américaines, mises au courant des troubles occasionnés à Wallis par l’action imprudente du lieutenant Zincheck, qu’elles désavouèrent, décidèrent de hâter le départ du faible détachement des troupes des États-Unis encore à Wallis. Et le 5 avril 1946, abordait à Gahi un steamer américain, en route pour Hawaï. A environ 100 milles de l’île, il reçut l’ordre d’y accoster et d’embarquer tout ce qui restait de militaires américains avec le matériel.

111C’est le mardi 9 avril qu’eut lieu ce départ définitif. Et ce même jour, la radio annonçait une déclaration du gouvernement américain, d’après laquelle celui-ci ne voulait garder aucune base dans les possessions françaises du Pacifique.

112Du coup, le calme fut rétabli à Wallis, et la France y conservait son prestige. Une période vraiment exceptionnelle dans la vie de cette petite île avait pris fin. Les Wallisiens allaient continuer à vivre en paix, à l’ombre de la France, toujours aimée, tout en gardant, au total, en ce qui concerne les Américains, le souvenir — qui d’ailleurs s’estompera plus ou moins à la longue — d’amis de passage.

Notes

1 Ancien officier de marine qui était entré dans les ordres et, étant provincial des Carmes en France, avait été mobilisé pendant la Seconde Guerre mondiale. Fait prisonnier par les Allemands, il avait réussi à s’évader et à rejoindre l’Angleterre où il avait trouvé le général de Gaulle, qui l’avait accepté comme aumônier de la Marine de la « France libre ». Un peu plus tard, de Gaulle l’avait nommé amiral et finalement gouverneur de la Nouvelle-Calédonie.

2 La radio avait, en effet, annoncé son décès survenu le 15 août 1941-

3 Futuna, par contre, située à 120 milles de Wallis, petite île montagneuse, ne présentait sans doute aucun point stratégique. Elle ne devait donc intéresser aucun des deux adversaires dans cette guerre du Pacifique. Par quatre fois, cependant, après l’installation des troupes américaines à Wallis, un navire américain fit le trajet aller et retour entre les deux îles.

4 Désirant faire un séjour un peu prolongé à Futuna, Mgr Poncet ne revint pas à Wallis tout de suite. Il se fiait à la parole du général Price qui lui avait promis de lui fournir un moyen de retour au bout de quinze jours ou un mois. Un mois après, le 10 décembre, un avion survola l’île, descendit très bas au-dessus de Sansau à Sigave, et lâcha une lettre à l’adresse de l’évêque en triple exemplaire. C’était le général Price qui se rendait à Fidji et informait l’évêque qu’il repasserait le surlendemain et amerrirait dans la baie de Sigave, si les circonstances étaient favorables, pour le prendre à bord et le ramener à Wallis, sinon il l’enverrait aussitôt chercher par un petit bateau. Au retour du général, l’hydravion ne put amerrir ; puis le bateau expédié eut une avarie, alors qu’il n’était plus très loin de Futuna et il dut être remorqué sur Wallis par un autre navire envoyé dans ce but. Tout cela prit du temps et ce n’est que le 21 décembre qu’apparut enfin à Futuna un troisième bateau minuscule qui ramena aussitôt Mgr Poncet à Wallis.

5 Mgr Poncet avait administré la confirmation dans les deux paroisses de Futuna.

6 Le Dr Mattel avait eu l’occasion de se rendre à Futuna par les rares bateaux américains qui s’y rendirent de Wallis, d’abord le 10 novembre 1942, puis le 20 mars et le 12 juin 1944 ; il en revint chaque fois par le même bateau dès le lendemain ou le surlendemain. Il fut aussi du voyage par hydravion le 26 juin 1943, lequel ne lui permit qu’un séjour de 4 ou 5 heures : il s’y occupa cependant de la question d’un délégué de l’administration dans cette île. Le P. Haumonte, qui en avait rempli les fonctions avant l’artivéede la France Libre, était âgé : le Dr Mattei pensa au P. Cantala, missionnaire de Sigave, et qui avait la charge des communications radiotéléphoniques avec Wallis. Après en avoir conféré avec l’évêque à son retour à Wallis, il fut décidé que le P. Cantala, sans avoir le titre de délégué, servirait d’intermédiaire entre le résident et les deux gouvernements indigènes de Futuna pour tout ce que nécessitait la bonne marche du pays. Cette solution proposée par l’évêque, satisfit le résident Mattei.

7 Les trois premiers missionnaires catholiques de Samoa avaient été envoyés de Wallis par Mgr Bataillon en août 1845 : c’étaient les PP. Roudaire et Violette et le F. Jacques Peloux. Il était donc assez indiqué que l’évêque de Wallis parut aux solennités qui, durant trois jours marquèrent ce centenaire. (P. 415 de l’original.)

© Société des Océanistes, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr