Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les Chinois de Tahiti

 | 
Gérald Coppenrath

Les chinois de Polynésie

Texto completo

DONNÉES GÉNÉRALES SUR LA POLYNÉSIE FRANÇAISE

1La Polynésie Française, dont l’appellation officielle a été substituée en 1957 à celle d’Établissements Français de l’Océanie, est un territoire d’outremer comprenant environ 120 îles totalisant seulement 4 000 kilomètres carrés, s’étendant sur une superficie marine comparable à celle de l’Europe, en grande partie au-dessus du tropique du Capricorne, dans l’hémisphère Sud de l’Océan Pacifique du huitième au vingt-huitième degré. Elle se subdivise en cinq archipels : îles du Vent, Iles Sous-le-Vent, Tuamotu-Gambier, Marquises, Australes. La capitale, Papeete, dans l’île de Tahiti, groupe, avec ses faubourgs, près du tiers des habitants.

2La population, compte tenu de l’apport numérique du Centre d’Expérimentations du Pacifique peut être évaluée à cent mille habitants, le recensement officiel de 1962 ayant donné le chiffre de 84 550. Elle est composée dans sa majorité d’autochtones Polynésiens dont le sang a été considérablement et constamment brassé par les apports ethniques extérieurs.

3Les Chinois qui font l’objet de notre étude n’ont pas échappé à ce melting pot et leur dénombrement s’avère d’autant plus difficile qu’un bon nombre d’entre eux sont métissés et que beaucoup ont acquis, soit par le jeu du code de la nationalité maintes fois réformé et adapté, soit par la voie de la naturalisation très libéralement octroyée depuis deux ans, la citoyenneté française. Grosso modo, si l’on décompte largement ceux des habitants chez qui le type chinois prédomine, sans tenir compte de l’aspect juridique de la nationalité, leur nombre avoisine dix mille…

4La Polynésie, sur le plan institutionnel, est un territoire d’Outre-Mer régi par la loi Defferre du 23 juin 1956, modifiée par l’ordonnance du 23 décembre 1958. L’État français garde la gestion des domaines de souveraineté : Affaires Étrangères, Armée, Finances, Enseignement supérieur et — depuis 1962 — secondaire, Aviation Civile, tandis que les autorités élues — Assemblée Territoriale et Conseil de Gouvernement — sont compétentes pour la législation et l’administration des affaires locales : enseignement primaire, travaux publics, agriculture et élevage, santé… La ventilation de ces compétences est de plus en plus théorique, car l’insuffisance des ressources locales et la construction d’une base atomique dans les Tuamotu ont amené le Gouvernement et le Parlement de Paris à intervenir de plus en plus dans le domaine réservé à la compétence locale, avec le plus souvent, mais pas toujours, l’assentiment des assemblées élues de Polynésie.

5Ce processus d’intégration s’est accentué depuis 1962.

LES PRÉPARATIFS DE L’IMMIGRATION

  • 1 Il faut noter cependant qu’en avril 1851 l’Orixa, un trois-mâts français venant de Manille, est ent (...)

6Bien qu’Alfred Jacobs ait fait état dans son Océanie Nouvelle, parue en 1861, du débarquement à Tahiti, en 1856, d’un important convoi de Chinois, qui auraient ainsi mis fin au voyage qu’ils projetaient entre l’Australie et la Californie et qu’il ait même consacré quelques paragraphes à leurs activités, l’immigration n’a sérieusement commencé qu’en 1865 : c’est en effet le 25 mars de cette année-là que trois cent trente travailleurs recrutés par la Compagnie Agricole de Tahiti descendirent du trois-mâts prussien Ferdinand Brumm que le stationnaire Latouche-Tréville avait pris en remorque aux abords de l’île.1

7« Toutes les mesures utiles à leur bien-être et à leur protection ont été prises avec le plus grand soin, sans toutefois négliger aucune des précautions nécessaires au maintien de l’ordre et à la sécurité publique… », relate alors l’officiel Messager de Tahiti.

8Il est vrai qu’instruit par ses représentants diplomatiques des réactions enregistrées en Australie comme à Hawaii et en Californie, le Gouvernement impérial, qui avait étudié les conséquences de la disparition de l’esclavage aboli en 1848, s’était soucié de lui substituer une immigration contrôlée afin que ne périclitent pas les plantations abandonnées par la main-d’œuvre servile.

9Dans son rapport de présentation du décret du 17 février 1852, Théodore Ducos, ministre de la Marine, écrivait au Prince-Président : « Une expérience de quatre années a démontré l’insuffisance des textes préparés lors de l’abolition de l’esclavage dans les colonies en 1848 et il est évidemment indispensable de régler d’une manière plus précise et plus efficace les rapports des propriétaires avec les travailleurs coloniaux et de déterminer strictement leurs devoirs réciproques. Les colons ont avec raison tourné leurs vues vers les ressources que leur donnerait l’appel à des travailleurs du dehors, dont l’introduction faite avec mesure et discernement peut, sans nuire aux travailleurs émancipés, devenir un stimulant pour eux et contribuer à la réhabilitation, aux yeux des populations affranchies, du travail de la terre, resté si longtemps le partage exclusif de la servitude… »

10Ce décret du 13 février 1852, publié comme celui du 27 mars suivant au Bulletin officiel des E.F.O. de 1864 (p. 47 et s.), prévoit que le transport des immigrants se fait avec l’assistance ou aux frais du Trésor Public, qu’à l’expiration du contrat le travailleur a le choix entre le rapatriement ou une prime d’une somme équivalente, mais que l’engagiste doit payer un droit d’enregistrement sur toute convention de recrutement ainsi qu’un droit proportionnel au salaire (art. 1 à 3) ; le reste du texte concerne les rapports entre patrons et employés et la police du travail.

11Le second décret distingue l’immigration à partir de l’Europe pour laquelle des droits stricts sont prévus en faveur des expatriés (une case, un jardin, la nourriture, les outils, les soins pour eux et leur famille) de celle des autres continents (art. 7 à 8). Pour celle-ci, on institue, dans les lieux d’embarquement, un agent spécial qui veille aux conditions des recrutements qu’il enregistre. C’est ainsi que ce fonctionnaire doit avoir dressé au départ deux exemplaires d’un état signalétique dont il remet le premier au capitaine et adresse le second au Gouverneur de la colonie de destination.

12Les navires ne peuvent transporter plus d’un émigrant par tonneau de jauge, et l’embarquement d’un officier de santé est exigé quand le contingent est important ; l’approvisionnement d’eau — 3 litres par passager et par jour — et de denrées alimentaires (viande ou poisson salés, biscuits ou riz, légumes secs) est chiffré, et il faut croire que les marchands de chair humaine n’avaient pas complètement disparu car l’entrepont doit avoir au moins cinq pieds de hauteur entre barrots et être purifié au lait de chaux au moins deux fois par semaine…

13Au débarquement, un commissaire spécial désigné par le directeur de l’Intérieur (34 et 35), qui est autorisé à se rendre à bord, est chargé de l’introduction des immigrants et de la conclusion de leurs premiers contrats d’engagements, comme du contrôle sur les plantations.

14M. Naudot sera désigné par arrêté du 28 mai 1864 pour remplir ces fonctions qui seront encore exercées, en 1874, par le directeur des Affaires Indigènes dont le rôle sera alors déterminé par un arrêté du 26 janvier. C’est à l’expiration de la cinquième année qu’est ouvert le droit au passage de rapatriement aux frais de la Caisse Coloniale.

15Le Bulletin officiel de Tahiti de 1864 publiera également, à titre d’information, un projet d’arrêté, rédigé en France par le Comité Consultatif des Colonies, sur la répartition des immigrants à leur arrivée et le régime de leur protection aux Antilles. L’organe essentiel, le Comité d’Immigration, est composé du directeur de l’Intérieur, d’un membre du Conseil Général, du commissaire de l’Immigration, d’un habitant propriétaire et d’un négociant.

16Ce texte, qui ne concerne pas les immigrants introduits à titre particulier sur autorisation spéciale du Gouverneur, mérite qu’on s’y arrête car il témoigne du souci d’une protection sérieuse : examen médical et trois jours d’isolement au débarquement, immatriculation sur un registre tenu par le commissaire, logement et rations alimentaires, fourniture de vêtements — pour les hommes : 2 chemises, 2 pantalons de coton et un chapeau ; pour les femmes : 2 chemises, 2 robes ou jupes, 4 mouchoirs en tissu de coton — soins dispensés dans une infirmerie lorsque l’effectif de la plantation dépasse vingt travailleurs, discipline et rapatriement. Le syndicat protecteur des immigrants, composé du Procureur, d’un avocat et d’un conseiller municipal, (art. 46) devait, au chef-lieu, recevoir les réclamations et arbitrer les différends.

17Un modèle de demande de travailleurs à remplir par les colons était annexé au projet d’arrêté.

ATIMAONO

18La publication des textes au Journal officiel comblait d’urgence un vide législatif, car, en Europe, deux ans plus tôt, des financiers étrangers étaient entrés en rapport avec le ministère de la Marine avec l’espoir de mener à son terme une grande entreprise de colonisation.

19Le 10 mars 1862, Auguste Soarès, chaudement recommandé par le Ministre plénipotentiaire de Napoléon III (78, série B), exposait son projet : « De concert avec quelques amis Portugais, j’ai formé un capital de 875.000 francs et, ayant obtenu de Messieurs Sindall and Co, de Londres, la concession des terrains qu’ils possédaient dans l’île d’Eimeo, nous nous proposons d’y rétablir des cultures de canne à sucre et de caféiers au moyen de coolies qui seraient engagés dans les possessions françaises de l’Inde. M. William Stewart, un de nos agents, serait prêt à se rendre aux Iles de la Société pour s’y naturaliser et poursuivre lesdites opérations ». Il n’est pas encore question de coton, bien que la guerre de Sécession ait éclaté l’année précédente.

20Sans tarder, Stewart a gagné l’Océanie d’où le gouverneur de La Richerie, qui estime que la mise en pratique des idées de M. Soarès est un événement capital pour Tahiti, informe son ministre le 4 novembre que le pionnier a renoncé à Moorea et fixé ses vues sur une belle vallée de Tahiti. Pour obtenir la cession « l’Administration usera de l’influence légitime qu’elle exerce sur les populations ».

21Visiblement conquis par les projets de Stewart, de La Richerie devient pressant le 21 décembre 1862 : « Pour tout ce qui précède, je termine en priant instamment votre Excellence d’autoriser l’immigration de coolies Indiens dans nos îles de l’Océanie et au besoin à titre exceptionnel d’approuver l’introduction d’un millier de travailleurs Chinois pour assurer les débuts d’une entreprise aussi intéressante à l’avenir du pays… ».

22Le ministre de la Marine envisage, en mai 1863, dans une correspondance à l’adresse du ministre des Affaires Étrangères, l’introduction de deux mille Indiens « plus proches des Tahitiens que les Chinois ». Nous laissons à Théodore Ducos la responsabilité de cette assertion, mais, avec cent ans de recul, nous ne pouvons nous empêcher de ressentir un frisson de crainte rétrospective à la pensée de ce que serait un Tahiti déchiré comme le sont aujourd’hui les Fidji ou l’île Maurice.

  • 2 Vers 1885, quelques familles immigrèrent de Pondichery pour s’établir à Tahiti où leurs descendants (...)

23Dieu merci, les difficultés rencontrées à Londres, où la Compagnie des Indes craint que l’émigration ne lui enlève ses bras les plus robustes (13, p. 212) comme l’appréhension française de voir le consul anglais à Papeete — auquel Stewart s’est buté dès les premiers jours — avoir prise sur des ressortissants de Sa Majesté britannique, fait écarter l’hypothèse indoue2. Aussi, en juin 1863, le ministre de la Marine écrit-il au gouverneur : « Vous aurez à faire connaître à Stewart le nombre d’émigrants Chinois qui vous paraîtra pouvoir être introduit sans inconvénients pour les colons ».

24L’opération de recrutement fait, le 22 juin 1864, l’objet d’une recommandation du ministre de la Marine au ministre de France en Chine.

25Par une lettre datée à Papeete du 1er mars 1865, enregistrée à Paris le 31 mai suivant, le gouverneur de La Roncière, qui a remplacé M. de La Richerie le 15 octobre 1864, rend compte de l’arrivée du premier convoi : « Venant de Hong Kong, il se composait au total de 337 émigrants. Neuf sont morts pendant la traversée ainsi que le médecin Chinois qui devait les soigner. Au dire du capitaine, ces décès ne peuvent être attribués qu’à la privation d’opium… ».

26Des franchises extraordinaires devaient être accordées à la Compagnie Soarès : exemption des droits de douane sur le matériel destiné à l’agriculture et les vivres des travailleurs, des taxes de sortie sur les produits, des taxes foncières.

  • 3 Les fondateurs de la Société ne semblent pas avoir misé, à l’origine, sur la culture du coton, mais (...)

27Le monopole des patentes, comme celui d’acquérir des terres dans le périmètre prévu pour l’exploitation est réservé à la Tahiti Cotton and Coffee Plantation Cy Ltd3 : dans les premiers mois de l’année, le Messager de Tahiti publiera de nombreuses annonces de ventes par les propriétaires indigènes en faveur de M. William Stewart.

28Bien que le commissaire Impérial se soit rendu à Atimaono au début de mars, pour exposer les buts de l’entreprise et démentir des bruits tendancieux qui auraient été répandus par M. Salmon, mari de la Cheffesse de Papara, son gendre, M. Brander, et le consul Miller, bruits selon lesquels l’Administration se serait réservé la moitié du prix des terres, un certain malaise se développe malgré les rapports louangeux (Messager du 17 novembre 1866) de la commission instituée pour l’inspection annuelle des plantations.

29C’est pourquoi fut instituée en 1867 une commission d’enquête spéciale qui, bien que favorable à Stewart, révèle, dans son rapport du 27 septembre 1867, qu’en 1865 24 Chinois sur 337 et, en 1866, 67 sur 949 étaient décédés : un taux aussi élevé de mortalité chez des hommes encore jeunes — sept pour cent — témoigne certes des difficultés qu’avaient ces Asiatiques à s’adapter à un climat physique et moral différent de celui de leur origine mais probablement aussi d’un rythme de travail qui devait parfois dépasser les 12 heures quotidiennes prévues.

30Malgré ces chiffres, le vent de l’optimisme souffle sur le rapport : « Les ouvriers des ateliers sont tous Chinois, sauf deux ou trois exceptions. Le directeur gérant est très satisfait. A juger ces ouvriers sur leur apparence, ils nous ont paru heureux et entièrement absorbés par leurs travaux, signe infaillible qu’ils s’y plaisent. Afin d’éviter des querelles, des rivalités et même du désordre, le directeur gérant a pris le parti de mettre à la tête de chaque escouade de travailleurs des contre-maîtres appartenant à leur nationalité ; les nombreuses contestations qui s’élèvent par le seul fait de la différence des langues se trouvent ainsi évitées… ».

31De nombreux convois ont débarqué malgré des difficultés que le gouverneur de La Roncière a exposées à son ministre le 12 juillet 1866 : « Le, bras manquent et ils ne peuvent venir que par l’importation de coolies Chinois. Cette importation offre de grandes difficultés, le navire ne peut faire ses frais, à moins d’apporter 300 Chinois. Si ce nombre est plus petit nécessairement, ils coûtent plus cher.

32Il n’y a pas encore de assez colons et ils ne sont pas assez riches pour se partager une pareille dépense. Si, pour un seul voyage, M. le Ministre voulait autoriser l’envoi à Hong Kong d’un des transports de la station, il nous rapporterait 125 à 150 Chinois, dont le placement serait assuré d’avance ainsi que seraient remboursés, également d’avance, les frais d’achat de nourriture et autres… L’apport de ces 150 coolies ne pourrait avoir que les plus heureuses conséquences pour le développement agricole et permettrait par suite d’en faire venir d’autres. Ce développement permettrait de songer à établir une caisse d’immigration dont le fonctionnement rend de si grands services dans les Antilles… Dans l’état actuel des choses, le Kanaque (sic) ne travaille que rarement et difficilement. Peut-être l’exemple donné par les Chinois, la jalousie de les voir bénéficier de leur labeur, l’amèneront-ils à modifier sa vie de paresse et d’insouciance. »

33La discipline qui règne sur la terre Eugénie, nom donné au domaine en l’honneur de l’Impératrice, n’empêche pas qu’éclatent des troubles, entre les Chinois et les autres travailleurs venus des îles Gilbert, Cook Tuamotu et même de l’île de Pâques. C’est ainsi qu’en 1869, à la suite de rixes qui feront un tué et plusieurs blessés graves, quatre condamnations à mort seront prononcées.

34Seule, l’une d’entre elles sera exécutée, le Conseil d’Administration ayant, malgré la résistance du Gouverneur, gracié trois des condamnés. L’exécution, qui eut lieu sur place, est consignée dans un procès-verbal que nous transcrivons ici : « L’an mil huit cent soixante-neuf et le dix-neuf mai à six heures trois quarts du matin, Nous, greffier du Tribunal Criminel des États du Protectorat, conformément aux ordres qui nous ont été donnés par M. le Procureur Impérial, nous nous sommes rendus sur la principale place d’Atimaono, désignée par l’arrêt des 12-13 mars de la présente année, comme lieu d’exécution du condamné Chim Soo, n° 471, dont le pourvoi en grâce a été rejeté par décision de M. le Commandant Commissaire Impérial prise en Conseil d’Administration le quinze mai. Le condamné ayant été amené par la Gendarmerie au pied de l’échafaud dressé sur la place d’Atimaono, nous lui avons donné immédiatement lecture de l’arrêté précité qui le condamne à la peine de mort. Cette lecture faite, le condamné a été placé sur l’appareil et au premier coup de sept heures annoncé par une pièce d’artillerie, l’expiation était consommée. »

35Ce qui précède est rapporté parce qu’une tradition ancienne fait de Chim Soo (alias Chim Siou Kung) un martyr, car la légende veut qu’il se soit dénoncé pour éviter un châtiment collectif à ses compatriotes : ses restes auraient été transférés au cimetière du Repos Éternel d’Arue, aménagé sur un terrain donné en 1895 par le Prince Hinoï, où sa tombe est visitée en pompe une fois par an par les représentants des associations et des grandes familles : mais la plupart des Chinois ignorent la date et les circonstances exactes de sa mort.

36Avant d’être exécuté, Chim Soo fut baptisé à Papeuriri sous le prénom de Paul. Le Journal du Havre, du 26 août 1869 avança que des essais de fonctionnement de la guillotine furent faits en présence du condamné sur des troncs de bananiers et des chiens…

37Autre signe que tout n’allait pas comme dans le meilleur des mondes : l’embarquement vers l’atelier de discipline d’Anaa de onze Chinois impliqués dans les troubles que nous venons de signaler fut suivi par le bannissement aux Marquises de dix autres Asiatiques en mai 1870.

38Quelques années plus tard, s’achèvera par la faillite de la Société et la mort de son animateur (1873) la passionnante aventure de la Grande Plantation dont nous n’avons relevé que les aspects intéressant l’immigration des Chinois mais dont on pourra trouver des relations plus complètes dans le Bulletin de la Société des études Océaniennes (83).

LES PREMIÈRES VAGUES

39La Grande Plantation de t’Serstevens qui, avec le Mariage de Loti et le Vasco de Marc Chadourne, forme le peloton de tête des œuvres romancées consacrées par des écrivains français à Tahiti, fait, évidemment, sa part à la fiction : c’est ainsi qu’il donne Macao (29, p. 173 et s.) comme lieu de recrutement des premiers convois de Chinois débarqués à Tahiti. En fait, s’ils transitèrent par Hong Kong, ils venaient vraisemblablement des environs plus immédiats de Canton : les pièces les concernant leur donnent généralement cependant comme lieu de naissance Hong Kong ou plus rarement Canton, et il est rare qu’une origine plus précise soit fournie : Amoy, Wong Po, Macao…

40Nous n’avons pu retrouver les registres du Commissaire à l’émigration, et les immatriculations reprises en 1904 par le Service de la sûreté sont imprécises quant à l’origine géographique exacte des étrangers déjà installés en Polynésie, mais nous avons tout lieu de croire, avec Moench, que, comme ceux qui vinrent plus tard, ils étaient originaires de Canton et des environs : la très grande majorité d’entre eux (85 %) appartenaient à une race d’envahisseurs, les Hakkas ; les autres étaient des autochtones, les Punti. Moench, a même dressé une carte du Kwantung où figurent les points d’origine.

41C’est le dialecte Hakka qui est parlé par la communauté chinoise : ce particularisme a été un obstacle sérieux à la propagation de la culture classique généralement diffusée par le mandarin.

42Il faut dire aussi que la masse des premiers immigrants était formée de frustes paysans ; en traversant les zones rurales du Kwantung d’où l’exode les a arrachés il y a cent ans, nous avons pu constater que ce milieu aux aspects tropicaux n’est pas sans analogie avec celui qu’ils ont transposé en certains coins de Tahiti : champs de canne, cultures maraîchères, goyaviers et papayers aux abords des cases.

43Le voyage était long : le Ferdinand Brumm, le Spray of the Ocean, qui arriva le 8 décembre 1865, l’Albertine, qui toucha Papeete le 6 janvier 1866 avec 339 immigrants mirent respectivement 83, 75 et 75 jours pour rallier Tahiti. A quelques rares exceptions près, seuls les hommes entreprenaient ce pénible et coûteux voyage : en 1892, à Tahiti, on ne recensa qu’une femme pour 146 Chinois.

44En signant leur engagement, ils envisageaient le retour, à l’expiration du contrat, une fois gagné le pécule qui leur vaudrait une meilleure situation dans leur village : certains d’entre eux y laissaient d’ailleurs une femme et des enfants et le déclarèrent en arrivant. La plupart regagnèrent leur pays natal quand ils le purent : les premiers, au nombre de 13, semblent être partis sur un navire à destination de Saigon en février 1871, tandis que 33 autres étaient autorisés à s’embarquer pour les Hawaii en septembre de la même année.

45Mais quelques-uns prirent rapidement goût au pays et s’y attachèrent : en 1866, l’indigène Pita a Utapoti, domicilié dans le district de Paea, manifestait aux autorités son intention de vendre au Chinois Ariu la terre Vaipuai.

46D’autres étaient autorisés à épouser des Tahitiennes : l’un des premiers actes que nous ayons trouvé est celui d’Achan, marchand colporteur à Papeete avec la demoiselle Uratua à Teheiura, célébré le 16 novembre 1868 ; cette union sera suivie de plusieurs autres, notamment celle de Tom Lin Sing avec Emily Reiatua Fraser, de Hitiaa, en 1873 et celles de Lee Fook avec Tipoa Faafifi de Mahaena, de Cheong Chum-bo avec Teurahuhia a Mure de Faaa, d’Afo de Papeete avec Teriiura a Tehuiarii. On peut d’ailleurs se demander si certains de ces Chinois n’étaient pas de ceux qui émigrèrent à Tahiti avant 1865, car il résulte de plusieurs indices qu’ils avaient librement élu domicile ailleurs qu’à Atimaono à une époque où les premiers contrats d’engagement n’étaient pas encore arrivés à expiration.

47Il est certain que, de gré ou de force, bon nombre des travailleurs engagés par Stewart cherchèrent à s’évader d’Atimaono qu’ils considéraient comme un pis-aller, soit pour s’installer à leur compte sur des terres louées à des indigènes, soit pour commercer.

48Normalement, les ouvriers agricoles de la Grande Plantation eussent dû être rapatriés en 1871.

49Auguste Goupil, dans le mémoire en faveur des commerçants Chinois qu’il déposera en 1899, et dont nous reparlerons, retranscrit un article de l’Océanie Française, publié le 12 juin 1883, relatant le conflit qui s’éleva alors :

50« Au commencement de l’année 1871, l’autorité supérieure, alors représentée par M. le Capitaine de Vaisseau de Jouslard, était profondément troublée à la pensée que les Chinois de la plantation d’Atimaono, au nombre de cinq ou six cents, allaient, par suite de leur contrat d’engagement et de l’impossibilité où se trouvaient les engagistes de les rapatrier dans les conditions établies par ce contrat, se répandre dans le pays, où ils devaient, pensait-elle, porter le désordre.

  • 4 En réalité, les Chinois devaient porter le costume habituel des immigrants composé de deux pièces d (...)

51« Ces appréhensions étaient surtout basées sur ce que les sujets expédiés de Chine à l’étranger par les compagnies d’immigration étaient choisis dans la lie du peuple du Céleste Empire. Quelques personnes partagèrent en ce moment les craintes de l’autorité et ne virent pas sans effroi ces longues files de travailleurs, bizarrement accoutrés (ceux qui l’étaient)4, se dérouler sur le chemin de ceinture et dans les rues de Papeete, où ils furent reçus pêle-mêle par quelques-uns de leurs compatriotes déjà établis dans la ville. L’Administration prit immédiatement des mesures pour les renvoyer au plus tôt dans leur patrie, et le brig Rita fut chargé de rapatrier un premier contingent.

52« D’autres personnes, parmi lesquelles nous ne craignons pas de nous compter, bien que peu versées en matière d’économie sociale, virent dans ces gens-là un élément de prospérité pour le pays et firent tous leurs efforts pour empêcher l’autorité de donner suite à son projet. Elles réussirent et le brig Rita quitta le port sans emmener un seul de ces hommes qui, ainsi que nous espérons le démontrer, n’ont cessé de fournir à la population l’exemple du travail et de la soumission aux lois.

53« Des permis de résidence leur furent accordés par le Commandant Girard à la fin de 1871 et chacun d’eux put, dès ce moment, se livrer en toute sécurité aux opérations qui pouvaient lui plaire ou assurer sa subsistance. La plus grande partie se répandit dans la campagne, y louèrent des terres jusqu’alors en friche qui, sans eux, le seraient encore : d’autres firent, aux environs de la ville, des jardins potagers ; d’autres, enfin, cherchèrent dans le commerce de détail, notamment dans le colportage et dans d’autres petites industries la solution du problème qui, si sobres qu’ils soient, se pose néanmoins pour eux comme pour nous chaque matin… ».

54Certes, si, de gré ou de force, les passagers du Rita ne purent embarquer, d’autres devaient par la suite mettre à exécution leur souhait de regagner leur pays, parfois par des voies détournées : c’est ainsi qu’en septembre 1871, une commission fut chargée d’examiner le Kamehameha V qui devait transporter trente-trois Chinois aux Iles Sandwichs.

55Mais le premier retour direct semble avoir été celui qu’opéra en 1880 un navire de Bordeaux, le Buffon ; il transporta, en regagnant Tahiti, de nouveaux engagés. En 1884, un trois-mâts de Nantes, le De Forcade de la Roquette rapatria ceux de ces immigrants qui exprimèrent le vœu de rentrer chez eux et revint chargé de 165 nouveaux coolies.

56C’est la Caisse d’Immigration, instituée par un arrêté du 22 août 1878, qui s’entremit alors : des arrêtés de 1883 avaient placé les opérations sous la surveillance d’un Conseil Supérieur présidé par le directeur de l’Intérieur, mais une dépêche du 16 mai 1884 interdit à l’Administration de se livrer à l’avenir au recrutement pour le compte de colons.

57A la suite de ces rapatriements et des décès survenus, le nombre des Chinois résidant à Tahiti et Moorea est, en 1884, de quatre cents, tandis qu’une dizaine vivent déjà dans les îles Tuamotu et aux Gambier. Ceux-ci ont compris l’intérêt qu’il y avait à exercer leur activité dans les archipels avoisinant Tahiti et dès 1868, le gouverneur avait, sur les instances des populations, repris des évadés aux Iles Sous-le-Vent, alors indépendantes.

58On trouve une amusante relation dans les souvenirs de P. Marcantoni, rédigés par le R. P. Chesnau et publiés à Papeete en 1932. « En 1874, des Chinois débarquent à Huahine. Ils venaient de la vallée d’Opunohu (Moorea) où ils avaient contracté des engagements avec M. Micheli, capitaine au long cours, italien d’origine. Ils s’empressent de se mettre sous la protection du Roi. Les lois du pays édictaient qu’un étranger venant se mettre sous la protection du Roi ou de la Reine devenait comme un être sacré qui ne devait être rendu à ses ayants droits ou à son gouvernement à n’importe quel prix… Ces Chinois, s’étant mis sous la protection du Roi, se croyaient en toute sûreté. De fait, quand leur maître se présenta pour les rapatrier, il reçut du Roi un refus poli mais formel. il eut beau insister, il n’aboutit à rien. C’est alors que dans sa colère il dit aux indigènes : Vous ne voulez pas me rendre mes Chinois, eh bien, soit ; je m’en retourne, mais je ne tarderai pas à revenir (avec) mon bateau chargé de serpents, de tigres, de lions et autres animaux féroces, je lâcherai tous ces animaux dans votre île ; libre à vous de les mettre aussi sous la protection de votre Roi. A cette annonce, Teururai et la plus grande partie de son peuple furent saisis d’une grande frayeur, et, après une longue délibération, il fut convenu qu’on rendrait les Chinois afin de se préserver de pareille invasion. Les Chinois furent rendus, mais Teururai, ayant désobéi à la loi, fut peu après déclaré déchu du trône. »

  • 5 Nous devons ces renseignements à notre ami Calinaud, magistrat à Tahiti.

59Les chroniques du Journal of Daily events de G. S. Platt nous révèlent que dès 1880 existait aux Iles Sous-le-Vent une petite colonie de Chinois : certains d’entre eux vivaient en concubinage avec des femmes indigènes. L’un d’eux, Ah Man Cong Mou Chong, dit Ah Man, et, en tahitien Amani, compromis dans la rebellion de Raiatea-Tahaa (1897-1898), fut déporté aux Marquises, mais, après avoir été grâcié, revint finir ses jours aux îles Sous-le-Vent.5

LES ÉTRANGERS : UN MONDE EN MARGE EN CONFLIT AVEC LA SOCIÉTÉ

60Vis-à-vis des chinois, les opinions et les intérêts étaient partagés : nous l’avons lu et nous le verrons dans les débats des assemblées publiques tout au long du dernier quart du xixe siècle.

61Mais « Ils » étaient là et les autorités qui avaient organisé l’immigration comme un phénomène temporaire durent adapter leur politique et leurs textes à une présence qui s’affirmait plus durable.

62L’autre camp, mû par une réaction de défense contre un monde généralement hostile, cherche à s’organiser en profitant de l’expérience des premières années.

63L’Administration, et spécialement le Trésor et la Police, comprit vite, que, s’il fallait éviter à tout prix que la Colonie Chinoise ne soit considérée comme un état dans l’État, une représentativité, si embryonnaire soit-elle, de ses émanations était indispensable et qu’il y avait même intérêt à la provoquer et à l’accréditer.

64C’est pourquoi un arrêté du 24 décembre 1872 autorisa une société de secours mutuels à acquérir un terrain pour y établir avec un dispensaire et une maison de refuge, un temple destiné à l’exercice du culte pour les sociétaires.

65L’emplacement choisi était situé à Papeete, dans le quartier de Mamao non loin du terrain où se construit le futur hôpital général : on y trouve aujourd’hui, outre la pagode, quelques constructions de bois vermoulu, une infirmerie et un bâtiment en ciment à l’usage de la quarantaine de vieillards et d’infirmes secourus par la colonie chinoise, enfin — signe des temps modernes — deux courts de tennis.

66L’édifice le plus ancien, entièrement en bois, presque centenaire, comprend une partie centrale flanquée de deux ailes dont l’une abrite le temple proprement dit qui est dédié (26, p. 28) à Kan Kung, une figure militaire légendaire. Selon une inscription que l’on déchiffre avec peine dans l’ombre de ce capharnaüm, sur la poutre centrale, au-dessus de l’autel, il a été construit au cours de la deuxième année du règne de l’empereur Kuang Hsu, soit en 1877.

67Devant le sanctuaire surchargé d’objets de culte de bois et de métal doré, sur une table, à côté des récipients destinés aux offrandes assez rares de nos jours — deux pamplemousses jaunis le jour de ma visite ! — les amateurs d’horoscopes choisissent des bâtonnets qui renvoient à des fiches numérotées que l’on va retirer dans une petite pièce latérale.

68Au mur, sur de larges tablettes suspendues, des ex-votos dont les plus anciens datent de la seizième et de la dix-huitième année du règne de Kuang Hsu, témoignent de la reconnaissance des fidèles.

  • 6 Kavatier, Pometia pinnata Foester (Maclet et Barrau, Catalogue des plantes utiles, aujourd’hui prés (...)

69Devant le temple, deux « cavas »6 majestueux que l’on donne comme les premiers importés, par les Chinois, en Polynésie.

70Ceux qui assument aujourd’hui la charge de l’entretien du temple sont perplexes : ils souhaiteraient le restaurer mais craignent d’être contraints de le démembrer intégralement tant il est termité. Il ne serait plus alors le vestige de l’histoire de leurs ancêtres auquel ils tiennent et, comme ils sont pour la plupart convertis au christianisme, ils ne désirent pas reconstruire un sanctuaire voué à la désaffectation.

71L’un des fondateurs de la Société de secours mutuels, No Foo Sit, dit John Smith, avait été désigné comme interprète appointé au traitement de 600 francs par an à la charge du budget local, mais il devait être, par la suite, destitué en 1879. Il avait en outre reçu la tâche de tenir à jour la liste des ressortissants asiatiques, de servir d’intermédiaire entre eux et l’Administration, ce qui comprenait la tâche de collecter les impôts comme celle d’informer la police sur l’activité de ses congénères.

72Le directeur des Affaires Indigènes est à cette époque chargé de la discipline et de la protection des immigrants (arrêté du 26 janvier 1874), mais bien souvent il est relayé par les autorités judiciaires car la criminalité est répandue à un point qui nous frappe aujourd’hui.

73En effet, si, de nos jours, il arrive que des Chinois soient condamnés pour des affaires de mœurs, ou des délits économiques, nous sommes étonnés de trouver dans les annales judiciaires de 1875 et 1876, à côté d’un attentat à la pudeur (10 ans de réclusion) d’une tentative de viol (5 ans) et d’une coalition ayant eu pour effet d’opérer la hausse du thé, du café et du pain au-dessus du prix qu’aurait déterminé la concurrence naturelle et libre du commerce, plusieurs condamnations à 5, 8 et 10 ans de prison pour vols par effraction et à vingt ans de travaux forcés pour meurtres.

74Des recherches que nous avons faites au Greffe des Tribunaux, il ressort qu’au cours des quinze premières années qui suivirent leur arrivée à Atimaono, plus de dix pour cent des mille premiers asiatiques eurent maille à partir avec la justice. On constate que les Chinois ne s’incrustent pas sans mécomptes dans les districts où ils se heurtent aux coutumes et aux lois indigènes : l’un d’entre eux, qui s’était porté partie civile, est débouté en 1876 de sa demande en restitution des vêtements qu’il avait lavés dans un ruisseau de Papara dont les deux rives appartenaient aux mêmes propriétaires et qui se trouvait aussi constituer un domaine privé, alors qu’en Chine, les rivières et les canaux, même les moins importants, ont un caractère public (5, p. 175). Six autres de Hitiaa, verront confirmer par le Tribunal Supérieur d’Appel une décision du juge de Paix de Taravao qui les avait condamnés, en vertu d’une règlementation de 1835, pour avoir mangé un cochon tué sur leurs propriétés, alors qu’ils auraient dû aviser l’autorité et lui remettre le porc en vue de sa vente à la criée, pour que le prix en soit partagé entre le propriétaire et la Caisse Indigène. Mais les nouveaux venus vident parfois dans le sang leurs querelles intestines et le 29 septembre 1875, la Cour Criminelle du Protectorat condamne A Pat, n° 125, et A Kin, n° 913, à mort pour l’assassinat de leur congénère A Si : les peines seront commuées.

75Le 1er mars 1880, le Tribunal Criminel de Papeete jugera vingt-six inculpés dont dix-huit Asiatiques accusés de vol : l’instruction a prouvé que depuis cinq ou six ans, les prévenus avaient dévalisé plusieurs magasins de Papeete notamment celui de la Société Commerciale et écoulé dans la presqu’île et les archipels les marchandises dérobées.

76L’acte d’accusation témoigne des labeurs de l’enquête : « Le 31 mai 1879, le Lieutenant de Juge commençait une instruction aussi longue que difficile. Les difficultés de tous genres venaient à chaque instant entraver ses investigations. C’est d’abord l’originalité du langage des prévenus qui nécessite une double interprétation ; c’est en second lieu l’infidélité d’un interprète que l’on reconnaît postérieurement être gravement compromis dans cette affaire ; c’est l’entente surprenante qui règne entre les co-accusés, tous merveilleusement disposés à recevoir et à observer le mot d’ordre qu’ils se passent d’autant plus facilement qu’ils sont favorisés par toutes les circonstances : langage absolument inintelligible, absence d’une geôle suffisamment bien disposée pour empêcher toute communication, etc. C’est au milieu de ces difficultés sans nombre que le Lieutenant de Juge a vainement cherché pendant de longs mois à reconstituer les diverses phases de ce drame ; c’est au milieu d’un tissu de dénégations, de contradictions, de réticences de tous genres que nous avons à nous diriger… ».

77Les délits de coups et blessures ne sont pas rares et nous ne résistons pas à la tentation de raconter la rixe qui opposa en octobre 1894 le Rarotongien Pita a Mauko et le Chinois Ah Min. Traité de « pua’a » (cochon), l’Asiatique décocha un coup de poing à son adversaire qui relata l’affront par lequel il se vengea : « Je l’ai attrapé par sa tresse de cheveux et l’ai traîné dehors. La tresse, la partie de faux cheveux, m’est restée entre les mains. Le Chinois s’est sauvé et je lui ai lancé à la figure la tresse que j’avais arrachée ».

78La délinquence se manifeste aussi par la passion des jeux d’argent qui resteront toujours interdits : ils avaient été à l’origine de troubles sérieux à Atimaono et d’une épidémie de suicides que Stewart chercha à juguler par la punition collective des survivants. La Commission de 1867 avait enregistré, comme l’une des doléances primordiales des coolies Chinois, celle de ces représailles injustifiables.

79Les Chinois ont, sous tous les cieux, la réputation d’être joueurs et l’attrait qu’exercent même aujourd’hui certains commerces spéculatifs comme celui de la vanille et de la nacre est une traduction légale de cet atavisme.

80L’opinion locale ne reproche pas aux Chinois de jouer entre eux, mais de favoriser les passions des indigènes ; la législation contemporaine applicable en Polynésie ne punit pas uniquement comme ailleurs les banquiers, mais prévoit des peines pour les joueurs.

81Vis-à-vis de l’opium l’attitude pendant la seconde moitié du xixe siècle, est comparable : on considère tellement la colonie Chinoise comme un monde à part que le législateur ne trouve aucun scrupule à tarifier ses faiblesses, jusqu’au moment où elles menacent de gagner par contagion les Polynésiens eux-mêmes.

82L’histoire de la ferme mérite que nous nous y arrêtions, car elle est assez typique.

83De nos jours, l’usage de l’opium, en Polynésie, est devenu exceptionnel : une fois tous les deux ou trois ans en moyenne, la police, avertie par quelque dénonciateur, surprend dans une arrière boutique un groupe de vieux Chinois abrutis et affalés et découvre parfois parmi eux un ou deux blancs égarés qui ont généralement pris en Extrême-Orient l’habitude de fumer et ne peuvent plus s’en passer.

84Il y a soixante-dix ans, il en était bien autrement : l’emploi de l’opium, au moins par les Asiatiques, était tellement admis que le commerce intérieur de cette substance était affermé par l’Administration.

85Au vu d’une liste fournie par le Chef du Service des Contributions de l’époque, il y avait en 1892, dans les Iles-du-Vent, 274 Chinois adultes du sexe masculin : 110 cultivateurs, 72 journaliers, 46 marchands, 15 cuisiniers, les autres étant pour la plupart artisans. La moitié vivaient à Papeete. Tandis qu’on ne comptait 36 aux Marquise et Gambier, on n’en signale qu’un aux Tuamotu, à Katiu ; les Iles Sous-le-Vent étant alors indépendantes, il n’a pas été fourni de statistiques pour cet archipel.

86Le droit de consommer de l’opium était strictement réservé à ces étrangers, mais le vice avait commencé à gagner certaines populations indigènes, et seule la prohibition pure et simple put par la suite en empêcher la propagation.

87L’adjudication du monopole de la vente se faisait, sous contrôle étroit, par soumissions cachetées, tout comme aujourd’hui la fourniture des denrées aux services publics. Le candidat qui s’était engagé à payer la plus grosse somme à la colonie était déclaré fermier pour deux ans : c’est ainsi que l’adjudicataire pour 1892 et 1893 devait verser soixante trois mille deux cents francs par an au Trésor Public.

88Contre cette somme, il se voyait concéder le monopole de droit de la revente dans la colonie de tout l’opium importé, sous un contrôle étroit des mouvements d’entrée et de sortie de son magasin.

89Tant l’Administration que le fermier avaient en effet intérêt à empêcher l’entrée et la consommation du produit de contrebande qui, malgré leurs efforts, pénétrait dans le pays. On raconte que des navires le larguaient, enrobé dans des balles de foin à la Pointe Vénus et à Taaone. Aux Marquises, le 22 août 1892, un des sous-agents de Leboucher, Audet, se fit saisir par le gendarme Deumié, Chef de Poste à Atiheu, deux grosses boîtes de fer-blanc contenant treize kilogs d’opium qu’il dégageait d’un baril de ciment qu’on venait de lui livrer.

90La quantité que le fermier pouvait livrer à la consommation était limitée à « mille deux cents grammes par Asiatique et par an » ; mais les profits qu’il pouvait tirer de son privilège, malgré sa clientèle limitée, n’étaient pas négligeables : la Société Commerciale de l’Océanie livrait le produit au prix de soixante et un francs mais il pouvait être revendu trois cents francs à Tahiti et quatre cents francs le kilo aux Marquises.

91Au détail les prix pouvaient quintupler ; témoin un extrait de procès-verbal d’audition de l’audience correctionnelle du 11 janvier 1894 ; le Marquisien Pukava déclare : « Je suis allé chez Ah Won pour lui acheter de l’opium pour deux piastres, et pour mon argent il m’a mis deux gouttes d’opium sur la langue, en me disant que cela coûtait une piastre ; lui ayant dit que cela ne me suffisait pas, il m’en a encore mis une goutte pour 50 sous ; lui ayant dit que cela ne me suffisait pas, je me suis emparé de la boîte et me suis enfui… ».

92Le jugement aura comme soutien : « Attendu qu’il est de notoriété publique dans le groupe Nord-Ouest de l’Archipel des Marquises que la maison de commerce Ah-Won est surtout un dépôt d’opium, ce qui constitue sa plus forte vente et le plus clair de ses bénéfices ; qu’on s’y rend de tous les points de l’ile et même des îles voisines quand ce poison manque ailleurs… ».

93Ah-Won et son employé seront condamnés à 7 jours de prison et 50 francs ; quant à l’acheteur il s’en tira avec 25 francs d’amende.

94Le 22 novembre 1894, procès-verbal était dressé au sieur Ah Hi, n° 350, « maître de fumerie » et au sieur Pahunua, Marquisien : dans les bagages de l’indigène, sur la goélette Gauloise, on avait découvert quelques grammes de la précieuse substance qu’il déclara avoir achetée dans une fumerie tenue par Ah Hi, dans les environs du Marché.

95Le zèle de l’Administration dans l’étroite surveillance qu’elle exerce sur la consommation inquiète l’adjudicataire qui publie l’affichette, rédigée en français et en tahitien, sortie des presses de l’Imprimerie Civile Brault, que l’on peut lire à l’époque sur les murs des magasins chinois :

AVIS

M. Brunschwig, fondé de pouvoirs du fermier de l’opium, informe MM. les agents chargés de surveiller la vente, que c’est par erreur que l’on attribue à une intention de fraude la possession chez un Chinois d’une quantité d’opium surpassant celle qu’il doit posséder.

Il prie donc ces Messieurs de l’avertir avant de dresser procès-verbal et de confisquer l’opium. Depuis quelque temps les Chinois ont été très surveillés et on a eu le tort de leur confisquer de l’opium provenant de la ferme, ce qui cause un notable préjudice à celle-ci, car le Chinois craintif n’achète que pour sa journée, de crainte de confiscation.

Il est permis à des Chinois de posséder dans leur petit pot environ 150 grammes d’opium, et cela pour faciliter à d’autres qui sont loin du chef-lieu, de s’approvisionner chez un de leurs proches compatriotes, soit de l’opium brut ou liquide. Quant à l’eau qu’ils ont dans une bouteille, c’est avec cette eau qu’ils lavent leur pot à opium et laissent ensuite reposer cette eau dans une bouteille, pour recueillir après le résidu d’opium déposé au fond de cette bouteille.

C’est pour ces motifs que M. Brunschwig prie ceux qui ont qualité de visiter les Chinois de vouloir bien, si cela est possible, tenir compte des observations fort justes qui précèdent, à la seu le fin de ne pas porter préjudice à la ferme d’opium, en confisquant la quantité nécessaire d’opium qui peut se trouver en possession de ces Chinois.

Par procuration du fermier de l’opium,

Le fondé de pouvoirs

Signé : Brunschwig.

P. S. — On ne peut dresser contravention aux Chinois dont les noms suivent : A-Ki, Ah-Phong, Ah-Chong, Papeete ; A-Nia, Taravao ; A-Min, Outumaoro ; Ah-Teo, Punaauia. Tous ces Chinois étant autorisés à vendre de l’opium, on ne doit pas être surpris s’ils en possèdent même plusieurs kilogrammes.

96Devant ce vice qui, des Chinois, risque de gagner les Tahitiens, les consciences d’occidentaux s’insurgent et l’on préconise la prohibition absolue. Mais tout le monde n’est pas de cet avis et certains protestent à leur manière : « La suppression de l’autorisation de consommer de l’opium amènerait les indigènes à se saoûler à nouveau à l’eau de vie de cocos… »

97Il faudra attendre 1916 pour qu’un décret du 27 décembre prévoie la suppression progressive du régime de la ferme et de l’importation et la consommation de l’opium.

LES DÉBATS DU CONSEIL GÉNÉRAL : 1883-1897

98Nous avons vu qu’au départ de la Rita, en 1871, s’étaient affrontés deux courants d’opinions que l’Administration arbitra en donnant, cette fois-ci, gain de cause à celui qui estimait la présence de Chinois favorable à l’essor économique du pays.

99Le conflit, qui a perdu de nos jours son acuité, devait gagner en intensité jusqu’aux premières années du xxe siècle et rester une des constantes de la polémique locale. Les débats du Conseil Général, de 1885 à 1897 ont périodiquement agité la question. Plutôt que d’en donner une relation chronologique qui nous exposerait à des redites, il nous paraît intéressant d’analyser les griefs formulés avec, en réplique, le plaidoyer de la défense, puis d’indiquer les moyens préconisés pour parer les dangers d’une immigration incontrôlée tout en tenant compte des nécessités de l’économie, pour, enfin, décanter la situation telle qu’elle se présentait au moment du grand procès de la fin du siècle.

100Les moyens invoqués le plus fréquemment par les adversaires des Chinois concernent d’une part les dangers qu’ils font courir à l’hygiène et la moralité publique, d’autre part le tort qu’ils causent au commerce européen.

101Voici ce qu’écrivait dans son journal, le 26 mai 1898, le lieutenant de vaisseau Henry de Menthon qui, participant à la campagne de pacification des Iles Sous-le-Vent, décrivait le Papeete d’alors : « …Puisque j’ai écrit le mot « Chinois », disons qu’ici comme partout l’invasion se produit. Ces gens souples, insinuants, prêts à toutes les besognes, utiles d’abord et vite indispensables par leur industrie intelligente, sont nombreux à Tahiti. Ils sont bouchers, épiciers, marchands d’étoffes, de soieries, de toutes choses en général nécessaires à la vie et d’un commerce lucratif ; peu à peu tout l’or des fonctionnaires, des officiers… entre chez eux et n’en sort plus. Ils s’identifient complètement avec la race tahitienne, ne prenant pas ses défauts mais lui infusant libéralement leurs vices, fondant peu à peu tout un peuple de métis d’une moralité relâchée qui ne relève pas le niveau général. Dans toutes les îles d’Océanie, les Chinois sont nombreux, copiant parfaitement les mœurs locales, ne cherchant qu’à drainer l’argent et à retourner chez eux enrichis après dix ou vingt ans d’exil. Ils commencent à répandre chez ces races bien éprouvées l’usage de l’opium qui, une fois devenu un besoin chez ces peuples, leur assurera un commerce important (53, p. 224). »

102Les Chinois ont-ils apporté à Tahiti la lèpre comme les en accusait M. Liais en 1889 ? Non, car Moerenhout, rédigeant les « Voyages aux Iles du Grand Océan » en 1835, en décrivait déjà les ravages (24, t. 2, p. 155-156). Que ces célibataires forcés aient propagé les maladies vénériennes et souvent fréquenté les femmes de la plus basse classe n’est pas contestable, bien qu’il faille dire que les navigateurs et notamment les baleiniers leur avaient ouvert la voie dans ce domaine, encore que, comme nous l’avons vu, certains d’entre eux aient cherché à fonder un foyer stable.

103Il n’est pas contestable non plus que les coolies n’avaient aucune notion de l’hygiène et qu’ils habitaient comme le leur reprochait M. Levy, « d’infectes taudis, réceptacles de tous les vices ». Cela tient, il faut le reconnaître, à leur sort précaire : beaucoup n’avaient qu’un but, celui d’amasser de quoi s’assurer chez eux une certaine aisance, et peu leur importaient les conditions d’inconfort et, disons le mot, de saleté, dans lesquelles ils vivaient provisoirement.

104Quant à la délinquance, qui la nierait après avoir feuilleté les annales judiciaires de l’époque. La passion du jeu qu’ils communiquaient aux indigènes, cela est aussi vrai, nous l’avons vu. Par contre, on est moins sensible à l’émoi qu’exprimaient en ce qui concerne l’usage de l’opium ceux qui, par ailleurs, en officialisaient la traite pour remplir les caisses publiques. La même compromission n’est pas rare, de nos jours, en ce qui concerne l’alcool.

105Mais une fois reprises ces accusations, on en arrivait naturellement au terrain économique pour constater l’envahissement progressif du commerce de détail, les positions prises par les artisans et les maraîchers Chinois. « Tout récemment encore, proteste l’un des conseillers, alors qu’on égorge les nôtres en Chine, M. le Gouverneur autorisait l’embarquement à destination des Gambiers, sur le Pourvoyeur, de deux Chinois accompagnés de dix caisses de marchandises, alors que très probablement il eut refusé la même autorisation à un colon Français, si on le lui eut demandée… ». Tantôt on incrimine l’activité des étrangers comme un facteur de vie chère, tantôt c’est l’inverse, pour déplorer : « Ces Asiatiques ont rendu la culture maraîchère à peu près impossible à nos concitoyens. »

106A cette époque, ce sont les commerçants européens ou leurs représentants qui mènent la charge tandis que la chambre d’Agriculture, consciente des besoins de main-d’œuvre, n’est pas défavorable à 1’« importation de coolies » : c’est ainsi qu’elle appuie la requête que présente John Hart en 1889 aux fins d’être autorisé à introduire à Tahiti un convoi de deux cents Chinois qu’il compte employer à la culture du coton, principalement, et, accessoirement, à divers autres travaux essentiellement agricoles.

107L’Administration, comme nous aurons l’occasion de le redire, a généralement une tendance libérale en la matière, mais, influencée par les réactions de l’opinion, cherche des solutions de compromis. A titre d’exemple : dix-sept Chinois seulement ont été autorisés à acquérir des terres avant 1905 et les naturalisations accordées avant cette date se comptent sur les doigts d’une main : à vrai dire, hormis de rarissimes exceptions, peu de candidats pouvaient prétendre alors réunir les conditions d’assimilation exigées pour l’accession individuelle à la nationalité par décret.

108La presse, pourtant très libre à l’époque, reflète l’opinion réactionnaire. Les Guêpes, le journal de Gauguin titrera le 12 septembre 1900 « Toujours les Chinois » : « …Non vraiment, il n’y a qu’une mesure radicale mais légitime qui se pratique partout où les Chinois vont établir leur tente : ce serait celle d’établir les marchands Chinois au même endroit, à côté de Papeete, tous réunis sous la surveillance de la police. Seuls seraient autorisés dans les districts les boulangers et les cultivateurs… Sinon Tahiti est une colonie perdue à tout jamais… ».

109Au sein du Conseil Général, quelques voix témoignent d’une certaine indépendance et s’opposent avec des nuances à la discrimination. M. Gaudin fait l’éloge du rapport de la Commission spéciale présenté par M. Texier le 11 mai 1892 « mais seulement au point de vue du soin avec lequel il a été rédigé. Quant aux mesures qu’il préconise, dit-il, exception faite de celles relatives à la santé publique, il ne s’y associera pas. L’impôt de capitation lui répugne tout particulièrement. Cette taxe, si vraiment on l’établissait, serait arbitraire, injuste et peu digne du gouvernement républicain sous lequel vit la nation ».

110M. Raoulx, quelques mois plus tard, estime qu’un départ est à faire entre le sort des étrangers déjà installés et les nouveaux venus : « Il y a certainement des mesures à prendre contre l’invasion chinoise : je l’ai dit d’ailleurs depuis longtemps et, si je ne me trompe, un des premiers ici. Mais je voudrais qu’on procédât vis-à-vis des Asiatiques par voie d’extinction. Je désirerais qu’aucune taxe spéciale ne frappât ceux qui habitent actuellement la colonie et qu’on se bornât à imposer fortement, à l’entrée, les nouveaux arrivants qui tenteraient d’y pénétrer autrement que munis de contrats d’immigrants parfaitement en règle.

111« Les premiers sont restés parmi nous, sous le bénéfice fiscal qu’ils y ont trouvé. Il serait, selon moi, arbitraire et injuste de les placer maintenant sous un autre régime qui les frapperait plus durement.

112« Protégeons les nôtres, Messieurs, protégeons nos petits détaillants et nos petits industriels, je ne demande pas mieux, mais que ce ne soit pas par des mesures dont l’équité pourrait souffrir »…

113De nombreuses mesures seront proposées : interdire toute nouvelle venue, établir les Chinois dans un quartier extra-muros (1886), n’accorder dorénavant aucune patente, rendre le rapatriement obligatoire (1889), instituer un chef de congrégation (1892), établir un impôt de capitation. Ce dernier voté, le 20 septembre 1892, au taux de 300 francs par an en sus de la patente pour chaque négociant Asiatique en marchandises diverses, est de 200 francs pour chaque restaurateur, boucher, boulanger, etc… ; les agriculteurs, les maraîchers, ainsi que les domestiques étaient exempts de l’impôt. L’Administration se réserve, avant de promulguer, de demander à Paris si un décret n’est pas nécessaire.

114Le Ministre restant sourd, M. Raoulx, Président de la Chambre de Commerce adresse le 5 mars 1896 au Délégué de Tahiti au Comité Consultatif de l’Agriculture, du Commerce et de l’Industrie à Paris, une lettre publiée au Journal Officiel des E.F.O., le 23 avril 1896, p. 98, pour lui exposer la situation : « Nous souffrons tous ici de cette erreur dans laquelle on paraît se complaire dans la Métropole qui consiste à ne voir dans cette question chinoise qu’une affaire de rivalités commerciales, alors qu’à la vérité il y va de l’existence même des colons les meilleurs et de leurs familles ».

115La fièvre monte ; le temps n’est plus aux compromissions ni aux amendements. M. Léonce Brault s’écrie : « Pas de vœu ! Un impôt ! S’il est illégal, on nous le prouvera sans doute ».

116Le 1er décembre 1897, le Conseil Général décide de frapper un grand coup : une taxe d’immatriculation de 2 500 francs devra être acquittée par tout immigrant à son débarquement. Mais à Paris la mesure est estimée trop rigoureuse. Et dans sa séance du 3 décembre 1898, le Conseil Général acquiesçant à la proposition du ministre des Colonies André Lebon qui lui est transmise par le directeur de l’Intérieur Cozinet, vote une taxe d’immatriculation, spéciale aux Chinois résidant dans la colonie et payant une ou plusieurs patentes et licences, dont le montant varie suivant les catégories professionnelles de 100 à 1 200 francs par an.

117Le Gouverneur Gallet rend provisoirement exécutoire cette délibération par un arrêt du 22 décembre inséré au Journal officiel du 29 du même mois.

PREMIER PROCÈS : 1899

118Mais les patentés Chinois n’entendent pas se laisser imposer sans s’être défendus et le 20 février 1899, Auguste Goupil, avocat à Papeete, dépose au nom de cinquante d’entre eux un mémoire (48) priant le Gouvernement de refuser l’exequatur à la délibération du 3 décembre 1898, rendue provisoirement applicable mais dont l’approbation ou le rejet doit faire l’objet d’un décret.

119Ce « cahier bleu » conteste, en les examinant dans leur fond, les quatre griefs faits à ses clients et à leurs congénères, selon lesquels :

  1. La santé publique est en péril ;

  2. La moralité publique ne l’est pas moins ;

  3. Le commerce français n’est plus possible ;

  4. L’afflux des Chinois prend les proportions d’une invasion.

120Il écarte après les avoir controversées, les accusations d’immoralité pour aboutir au but essentiel que vise la délibération : « La preuve que le véritable grief est d’ordre exclusivement commercial, c’est que les patentés seuls sont visés par les mesures fiscales votées ».

121Chiffres à l’appui, il prouve que le nombre des incriminés a décru de 1885 à 1898, et cherche à démontrer que « les commerçants ont amélioré le sort du consommateur en mettant à sa portée des articles de première nécessité. Les petits employés et les ouvriers trouvent chez les restaurateurs Chinois une alimentation abondante et saine à un prix modique et certains établissements fréquentés par les indigènes servent aujourd’hui des repas à un franc ».

122Il plaide le concours économique : « Le commerce du Chinois a-t-il été utile à la Colonisation ? Oui. Il l’est encore… N’est-il donc pas exact que le pays est plus riche s’il exporte 3 millions avec les Chinois que la moitié de ce chiffre sans eux ? » Ceci pour agiter le spectre de la désolation qui suivrait leur élimination : « Ne transformons pas la ville de Papeete en nécropole »

123Mais il pressent le rôle que l’enseignement va jouer dans la marche vers l’assimilation : « L’école française qui nivelle tout, voilà le remède au mal, si l’introduction des étrangers en était un… »

124Pour étayer son plaidoyer, il lui faut des arguments de droit : la taxe a un caractère discriminatoire contraire aux droits de l’homme, elle contrevient au traité de réciprocité signé entre la France et l’Empire de Chine à Tien-Tsin le 9 juin 1885.

125C’est à Jean Millaud, Président de la Chambre de Commerce, que le Conseil Général confie le soin de répliquer à l’avocat. Son étude de « la Question Chinoise à Tahiti » reprend avec conviction dans un cahier dont la couleur jaune était de circonstance (54) le procès que nous avons suivi tout au long des délibérations de l’Assemblée élue, en stigmatisant l’immoralité des Asiatiques coupables d’avoir favorisé la prostitution et la pratique de la fraude sur les mesures. Réfutant la diminution du nombre des patentés, il souligne que les cinquante-cinq patentés que l’on a dénombrés exercent en réalité plusieurs activités commerciales et artisanales à la fois et que leur chiffre d’affaires a considérablement augmenté. Comparant le sort précaire des nationaux qui exercent leurs activités commerciales dans l’Empire du Milieu aux facilités dont jouissent les Asiatiques à Tahiti, il adjure le Gouvernement de rester ferme : « Si l’on n’y prend pas garde, le grand commerce, déjà entamé lui-même, sera progressivement, au fur et à mesure que la réalisation des gains le permettra, absorbé de la même manière et sans recours possible ».

126Avant de suivre la phase métropolitaine du procès, laissons aux chiffres de l’annuaire de 1887 le soin de faire le point. Si le grand commerce reste l’apanage des maisons européennes, le détail est déjà alors en partie conquis par les boutiques chinoises.

127En effet, à Papeete, six maisons, payant une patente de première classe, arment des goélettes tout en faisant la vente en gros : elles sont étrangères (deux allemandes, deux anglaises, deux américaines).

128Les onze négociants non armateurs, patentés de deuxième classe, sont tous Français à l’exception d’un Américain et d’un Anglais.

129La troisième classe vend en gros et en détail les mêmes articles que les négociants des deux premières classes, à l’exception des boissons : elle comprend 47 commerçants, dont 23 Chinois et 18 Français.

130Dans les districts de Tahiti, le partage est moins égal : parmi les 53 détaillants, 30 sont déjà Chinois.

131En 1892, 320 Chinois majeurs ont été recensés : sans qu’il soit tenu compte de ceux qui vivaient dans les archipels encore indépendants :

132Parmi eux : 110 cultivateurs, 58 marchands, 77 journaliers, et une quarantaine d’artisans ; mais les registres prouvent que l’on change facilement d’état à cette époque.

133A Papeete, ont été recensés 146 hommes, 1 femme et 31 enfants : ces derniers chiffres sont précieux, car ils témoignent de ce qu’aux yeux des autorités le jus sanguinis a patre avait prévalu sur le jus soli pour une part tout au moins des métis.

134La chaîne des « Chinois » des districts est déjà presque tissée puisqu’on en dénombre 3 à Patutoa, 1 à Taone, 1 à Hamuta, 6 à Pirae, 10 à Arue, 1 à Mahina, 1 à Papenoo, 1 à Pueu, 2 à Tautira, 16 à Taravao, 4 à Afaahiti, 8 à Papara, 1 à Atimaono, 1 à Papeari, 16 à Paea, 4 à Papehue, 27 à Puna-auia, 24 à Faaa, 6 à Outumaoro, 3 à Tipaerui, 1 à Afareaitu, 1 à Teaharoa.

135Ainsi, l’on comprend qu’aux yeux de beaucoup ce phénomène soit apparu comme une inquiétante infiltration prélude à une dépossession plutôt qu’à un enrichissement.

136C’est pourquoi, le gouverneur Gallet reste sourd au plaidoyer de Me Goupil qui, le 22 février 1899, transmet le dossier à son confrère Paul Boivin-Champeaux, avocat au Conseil d’État en vue de saisir la haute juridiction. Ce dernier lui répond le 24 avril : « J’estime pour ma part que la mesure prise par le Conseil Général est absolument illégale et contraire à tous les principes du droit international et je ne désespère pas que cette manière de voir — quelque défavorables que puissent être certaines circonstances de fait — soit partagée par le Conseil d’État ». L’Ambassadeur de Chine à Paris est évidemment pressé de soutenir la requête de ses compatriotes.

137Au mémoire de Papeete, le brillant juriste joint des observations additionnelles qui « ont pour but de démontrer :

  1. Que la délibération prise par le Conseil Général des Établissements Français de l’Océanie, le 3 décembre 1898, est contraire au principe de la liberté du travail, du commerce et de l’industrie, principe essentiel de la législation française ;

  2. Qu’elle est contraire au principe de réciprocité qui est de règle en droit international et qui, dans l’espèce, a été formellement consacré par un traité diplomatique spécial ;

  3. Qu’elle constitue un véritable excès de pouvoir, les dispositions du décret du 28 décembre 1885 ne permettant aux Conseils Généraux des Colonies de trancher que des questions exclusivement budgétaires et leur interdisant de se prononcer sur toutes questions économiques et d’administration générale, autrement que sous forme de vœux ;

  4. Que, d’ailleurs, la mesure prise, dans l’espèce, est inefficace, de l’avis même de ceux qui l’ont votée ».

138En septembre, le Conseil d’État émet un avis défavorable au projet de décret préparé par le ministre des Colonies et la délibération du Conseil Général est annulée.

139L’annonce de ce résultat provoque dans les milieux politiques de Papeete une vive réaction qui s’intensifiera pendant plusieurs mois. Le 23 septembre 1900, les habitants de la ville sont conviés par une affichette à participer à un meeting de protestation à la Mairie auquel Paul Gauguin participera activement. Dans le n° 21 des Guêpes, publié le 12 octobre suivant, le peintre journaliste relate que M. Raoulx avait présidé la manifestation et que lui-même, qui avait été élu vice-président, avait pris la parole. Nous extrayons de son discours quelques passages d’une particulière virulence : « La statistique nous donne ce chiffre imposant de 12 millions de Chinois circulant dans le Pacifique, s’emparant progressivement de tout le commerce de l’Océanie. Que devient à côté de cela cette fameuse invasion des hordes d’Attila dont l’histoire nous entretient avec terreur ?… Cette tache jaune souillant notre pavillon national me fait monter le rouge à la face… ». Mais, rien n’y fait : force reste à la loi et aux commerçants Asiatiques en place derrière leurs comptoirs.

140Il est même certain que l’infirmation de la délibération du Conseil Général par la Cour Suprême incitera le Service des contributions à une politique plus libérale dans l’octroi des patentes, comme on en peut juger par les statistiques comparatives des Chinois commerçants des 3e et 4e catégories par rapport à leurs concurrents (Tahitiens, Français d’origine métropolitaine et Européens ou Américains), de 1886 à 1903. Ces données sont légèrement faussées du fait que les critères d’appartenance aux diverses classes ont été modifiés ; à partir de 1897, les redevables de 4e classe sont rangés en 5e classe.

141Nous pouvons mettre à part les deux premières catégories qui, nous l’avons dit, n’ont pas ouvert leurs rangs aux Chinois au cours de la période sous revue ; nous négligeons également les patentés des archipels et les divers artisans de la ville de Papeete — auxquels la minorité fournit cependant dès l’origine des apports nombreux — pour nous en tenir aux seuls commerçants vendant en gros et en détail les marchandises les plus diverses à l’exception des boissons alcooliques, soit à Papeete (3e classe) soit dans les districts de Tahiti. (4e, puis 5e classe). Il faut noter que beaucoup d’entre eux exerçaient en outre les professions de restaurateur, boulanger, pâtissier.

142Ces graphiques nous permettent de constater que si, jusqu’en 1896, le nombre des patentés Chinois est sensiblement le même que celui des autres commerçants de leur catégorie réunis, les premiers prennent alors une avance qui s’accentue définitivement à partir de 1900.

143Il faut ajouter que l’immigration avait repris avant le début du siècle, et qu’aux anciens coolies d’Atimaono, qui avaient troqué la pioche contre la balance, s’étaient joints des immigrés de fraîche date.

REPRISE DE L’IMMIGRATION 1907-1914

144En 1892, le nombre des Chinois adultes dépassait à peine trois cents alors que les effectifs additionnés des trois convois de 1865 se situaient au-delà du millier ; certains coolies avaient en effet pu regagner leur pays natal, d’autres avaient succombé à l’épreuve des durs labeurs de la Grande Plantation ; l’âge et la maladie avaient peu à peu creusé les rangs de ceux qui de gré ou de force s’étaient définitivement accrochés à la terre tahitienne.

145Mais, dès 1912, grâce à l’apport de nouveaux immigrés, la minorité avait dépassé son importance numérique d’origine. En effet, de 1907 à 1914, environ 2 500 Chinois débarquèrent à Papeete ; alors que seuls des hommes avaient été recrutés par Stewart, l’expatriation devenue plus libre permit aux femmes l’accès de Tahiti : une arriva en 1907, 20 en 1909, 23 en 1910, 31 en 1911 et une en 1912. Cet élément féminin ne constituait cependant alors que le cinquième des effectifs. Très rares étaient les couples qui s’expatriaient. Deux femmes seulement accompagnèrent leur mari, les autres vinrent rejoindre le compagnon qui les avait précédées ; certaines, par contre, étaient des « fiancées » choisies dans les villages d’origine par les familles. Aussi, la plupart de ces jeunes femmes n’avaient jamais vu celui qui leur était promis et qui, bien souvent, était plus âgé qu’elles ; d’ailleurs, rares furent ceux des couples qui se soucièrent d’un mariage selon le Code Civil et la seule indication de ces concubinages, dans les registres d’immatriculation, est la mention « vit avec le n° — ».

146L’immigration de cette période conservait un caractère très aléatoire : quelques inscrits s’en allèrent déçus dans les mois qui suivirent leur arrivée, les départs furent plus nombreux entre 1920 et 1940, notamment entre 1924 et 1932 (environ 1 300) mais on constata que certains voyageurs revenaient. D’autres durent attendre les deux rapatriements massifs organisés en 1947 et 1948 et ne revirent parfois leur pays qu’après un exil de quarante années en Polynésie. Si la plupart regagnèrent directement la Chine, d’autres s’en allèrent chercher fortune aux Amériques — au Chili, à la Jamaïque ou en Californie — ou en Nouvelle-Zélande.

147La majorité de ces immigrants s’accrocha cependant à la terre polynésienne. La consultation des registres de la Sûreté prouve d’ailleurs que ceux qui s’établirent hors de la ville s’y fixèrent généralement d’une manière plus stable et définitive mais les allées et venues dûment contrôlés permettent de constater que bien souvent les Chinois qui exercèrent successivement ou simultanément le commerce, l’artisanat ou l’agriculture, cherchèrent fortune aux quatre vents des archipels.

148Les itinéraires des compagnies de navigation contraignirent les voyageurs à de longs détours, à des arrêts forcés en route : c’est ainsi que si certains vinrent directement de Chine ou transitèrent en Nouvelle-Zélande, 216 arrivèrent de Californie.

149Dès que reprit l’immigration, les adversaires des Chinois réagirent. Ainsi, en 1908, la Chambre de Commerce s’insurge : « C’est un danger grave pour l’expansion de notre influence, pour le rôle civilisateur que la France a assumé dans ces îles, que de laisser croître et s’enraciner ici — à ce point que les nôtres s’expatrient chaque fois que l’occasion leur en est offerte — une population de coutumes et de mœurs complètement étrangères à notre civilisation ». D’où un cortège de propositions tendant à soumettre les immigrants à une visite médicale sérieuse, à astreindre les étrangers à l’obtention préalable d’un permis de séjour, à réduire le nombre des patentes accordées en proportion du nombre de Chinois par rapport à l’ensemble de la population, à exiger la tenue des livres en langues européennes, à assigner aux Asiatiques un quartier spécial, à n’autoriser qu’un seul commerçant Chinois à exercer dans chacun des districts, à établir une patente de 2 000 francs pour les préparateurs de vanille…

TABLEAU COMPARATIF DES PATENTES 1889-1903

TABLEAU COMPARATIF DES PATENTES 1889-1903

SECOND PROCÈS (1908-1913) ET POSITIONS A LA VEILLE DE LA GRANDE GUERRE

150Un arrêté du 28 décembre 1908 ayant établi une taxe annuelle de séjour spéciale à « tout étranger d’origine asiatique continentale ou africaine, de sexe masculin, résidant dans la Colonie », plusieurs assujettis, au nombre desquels figurait M. Chin Foo, consultèrent leur avocat, Me Goupil qui chargea Me Boivin-Champeaux de déposer en leur nom un recours en Conseil d’État.

151La Haute Juridiction, saisie en 1909, ne statua qu’en 1913 ; entre-temps, les contribuables avaient cherché dès 1911 à obtenir le remboursement des taxes qu’ils avaient versées, ceci par un recours devant le Conseil local de Contentieux Administratif, mais ils furent déboutés le 26 décembre 1912, la juridiction locale s’étant déclarée incompétente.

152En France, la légation de Chine était intervenue en faveur de ses ressortissants, mais le ministre des Colonies avait vigoureusement soutenu le Gouverneur. Nous en avons pour témoignage une lettre (78, série B) qu’il adressa le 3 novembre 1911 au vice-président du Conseil d’État, tout au long de laquelle il plaida que la taxe n’avait aucune tendance contraire au principe général de la liberté du travail et du commerce et, invoquant l’avis du ministre des Affaires Étrangères, affirma qu’aucun des traités conclus entre la France et l’Empire du Milieu ne faisait obstacle à la décision du Gouverneur des Établissements Français de l’Océanie.

153Il invoqua en outre l’exemple du comportement de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, et les décisions similaires prises dans d’autres colonies françaises : au Tonkin, en Annam, en Cochinchine, à Madagascar et à la Réunion.

154Il contesta également l’argument selon lequel le Gouverneur était inhabile à prescrire toute mesure susceptible d’intéresser les relations extérieures de la Colonie soit avec la Métropole, soit avec l’étranger. Pour conclure, il se plaisait à penser que la Haute Assemblée voudrait bien se rallier à la thèse présentée par son département qui était par ailleurs, selon lui, rigoureusement conforme aux intérêts, bien entendus, du développement des Établissements Français de l’Océanie.

155Le recours fut cependant déclaré recevable au fond et, le 30 juin 1913, le directeur, en Océanie, de la Compagnie des Phosphates transmettait à Me Goupil, avec ses félicitations, le teneur déchiffrée d’un câble reçu de Paris annonçant le gain du procès par arrêts des 30 mai et 6 juin.

156Les commerçants imposés se firent donc rembourser par le Trésor les taxes indûment perçues.

157Entre-temps, l’Administration s’était montrée de plus en plus sensible aux desiderara exprimés par les chambres élues et, en 1912, le gouverneur Giraud, sourd aux interventions de Me Goupil, avait refusé le débarquement de 13 Chinois qui se trouvaient en rade sur le vapeur Tahiti, parce qu’ils n’avaient pas fourni de caution.

158A la veille de la guerre, le principe appliqué suivant des consignes données par le Ministre le 1er décembre 1913 était de refuser l’accès de la colonie à des individus isolés arrivant sans un but précis, mais de faciliter l’introduction à Tahiti d’immigrants régulièrement recrutés et soigneusement choisis. C’est d’ailleurs cette tendance qu’exprimait le gouverneur Fawtier en faisant le point dans une lettre du 2 mai 1914 (78, série B) : « L’immigration libre amène chaque mois à Tahiti de nombreux Chinois qui s’ajoutent aux 2 000 existant déjà dans la Colonie. Une partie cherche à acquérir des terres et à les mettre en valeur pour le grand bien de la colonie mais sans fournir aucune main-d’œuvre appréciable aux habitants ; l’autre partie s’entasse dans les échoppes chinoises de la ville et des districts, déjà si nombreuses qu’il n’y a plus de place pour d’autres.

159La concurrence des magasins chinois est incontestablement nécessaire : c’est elle qui empêche les négociants européens de monter indéfiniment les prix. Dans les districts, ils sont à peu près les seuls à faire le commerce ; ils sont utiles jusqu’ici ; l’accroissement de leur nombre pourrait devenir nuisible, car les ressources des boutiques diminuent proportionnellement à leur nombre, et d’autre part, ces Chinois tendent à exploiter l’indigène et à le pousser au vol de cocos et de vanille pour grossir le chiffre de leurs affaires. Enfin, ils font en grand la fraude de l’alcool, et la surveillance est presque impossible.

160Pour l’instant, je pense qu’il est préférable de ne pas réglementer cette immigration libre qui, si défectueuse qu’elle soit, permet encore de fournir quelques travailleurs aux maisons de Papeete. Plus tard, il suffira d’appliquer l’arrêté proposé le 6 mai 1913 par M. Giraud et déjà approuvé par vous. J’ai cru toutefois devoir y introduire l’exemption totale de cautionnement pour les émigrants placés sous le régime de l’immigration et les sujets des îles Maories anglaises, voisines des nôtres, dont les habitants sont en relation étroite avec les Tahitiens. La nouvelle de l’application de cet arrêté avait suffi pendant plusieurs mois à supprimer toute arrivée d’Asiatiques. Si cette immigration libre présente peu d’intérêt pour la Colonie, il n’en sera pas de même de l’immigration réglementée des coolies. Celle-là est tout à fait désirable, à la condition que les contrats de travail soient différents de ceux prévus au Code Civil ».

161Un projet inspiré par le texte applicable à Madagascar avait d’ailleurs reçu l’approbation des Chambres de Commerce et d’Agriculture et celle du Conseil d’Administration de la Colonie dans sa séance du 21 avril 1914 : on considérait en effet que le manque de main-d’œuvre était le seul obstacle au développement économique des Établissements Français de l’Océanie.

162Au lendemain de la grande guerre, alors surtout que la colonie avait été touchée par l’épidémie de grippe espagnole qui avait décimé 22 pour cent de la population, la Chambre d’Agriculture émit le vœu que des travailleurs soient importés d’Indo-Chine sous réserve que leur nombre ne cause pas de déséquilibre dans le pays : encouragée par l’action du journal parisien L’Océanie Française et de M. Froment-Guieyesse, une immigration fut organisée dans les années qui suivirent, notamment pour le compte de la Compagnie Agricole et Immobilière de l’Océanie et de la Compagnie des Phosphates : elle n’a pas posé de sérieux problèmes par la suite, à l’encontre de ce qui se passa en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles-Hébrides, parce que ces travailleurs, qui vivaient en famille dans un cercle très fermé, furent rapatriés à l’issue de leurs contrats d’engagement.

LES FLUCTUATIONS DÉMOGRAPHIQUES

163En nous demandant si le nombre des Chinois constituait une menace aussi sérieuse que l’avançait le Conseil Général, nous avons eu l’occasion de donner quelques chiffres qu’il importe de rappeler au moment où nous allons donner et analyser les statistiques de la population chinoise de Tahiti du début du xxe siècle à nos jours.

  • 7 R.V. Moench, qui ignorait l’existence du registre tenu à compter de cette date, dût s’en douter qua (...)

164Il faut noter à ce sujet que si, à l’arrivée des coolies d’Atimaono, on n’avait pas songé à les numéroter, il devint après quelques années (1877)7 nécessaire de le faire, car, d’une part, certains d’entre eux portaient plusieurs noms tout en n’en ayant indiqué qu’un seul à l’origine, d’autre part, les habitants du pays eurent rapidement tendance à modifier ces noms, ce qui était inévitable puisque l’alphabet tahitien est réduit. En fait, la pratique, restée courante de nos jours, fut d’appeler les Chinois par un diminutif dont l’orthographe n’était pas toujours fixe. Par ailleurs, lorsqu’ils changeaient de résidence, il arrivait qu’un nouveau surnom, parfois tahitien, leur soit donné.

165A titre d’exemple, le perruquier Siaou Kaou n° 114, était couramment appelé A Tin ou A Kiu ou A Tiu, et le marchand Len Anah répondait aux appellations de Sen Anah ou de Len Foo : c’est dire que l’Administration eut été fort embarassée si elle n’avait procédé au numérotage. Rappelons qu’en 1892, alors que 708 numéros avaient été distribués depuis l’origine de ce classement, on dénombrait 320 Chinois majeurs dans le Territoire : 146 habitaient Papeete. Avec eux, on recensa 31 enfants pour une femme : on doit en conclure que nos émigrants n’avaient pas négligé les ressources locales…

166Il n’en faut pas moins constater que la population recensée avait bien décru faute d’apports extérieurs, étant passée de 1 015 en 1867 à 447 en 1881 et 320 en 1892.

167Il faut attribuer à une légère reprise de l’immigration à partir du continent asiatique une remontée à 412 du nombre des recensés en 1902.

168C’est, peut-être, en prévision de débarquements plus fournis que deux décrets, le premier du 4 décembre 1903, le second du 23 mars 1904, rénovèrent l’immatriculation qui fut imposée à tous les sujets de plus de dix-huit ans.

169En effet, deux vagues d’immigrants déferlèrent, l’une avant la grande guerre, l’autre après, au point de porter la colonie Chinoise, en 1928, au décuple de ses effectifs de 1902. Et Moench a fort raison d’insister (26, p. IV) sur le fait que contrairement à une opinion couramment répandue, la souche essentielle de la population chinoise de Tahiti ne s’est pas établie il y a cent ans, mais bien au cours du premier quart du xxe siècle.

170La première vague s’étendit de 1907 à 1914, malgré le frein de l’arrêté du 13 août 1908, qui exigeait une caution de tout immigrant non agriculteur.

171Au cours de ces sept années, on dénombra 2 512 arrivées, parmi lesquelles celles de plus de deux cents femmes et de quelques enfants.

172Les journaux officiels publiaient pendant cette période la provenance et le nombre des immigrants de certains navires, mais de manière irrégulière et c’est l’un des mérites de notre ami le Commissaire Gauze que d’avoir inséré dans son remarquable travail sur la minorité chinoise de Polynésie un tableau statistique des immatriculations et des départs de 1905 à 1962, que nous publions ici.

173De 1915 à 1920, baisse très sensible des arrivées (221) qu’il faut moins attribuer à l’insécurité des communications pendant la guerre qu’aux mesures prises par le Gouverneur Fawtier et ses successeurs pour interdire toute venue non précédée d’un contrat d’engagement : en effet, les départs se chiffrent à 280 au cours de ces six années.

174La vague de 1921 à 1928, favorisée selon Moench par l’établissement d’une ligne directe de vapeurs entre Hong Kong et Papeete, est tout à fait comparable, sur le plan des chiffres, à celle de 1907 à 1914, puisque pendant cette seconde période le nombre des nouvelles immatriculations est de 2 152 ; celles-ci ne concernent, à une vingtaine d’exceptions près, que des arrivants, et parmi eux environ quatre cents femmes.

175Il n’est pas inutile de noter qu’alors :

  • 35 % des débarqués se déclarent cultivateurs

  • 15 % — — journaliers et domestiques

  • 32 % — — sans professions (parmi lesquels les ménagères)

  • 15 % — — commerçants ou employés

  • 3 % — — artisans.

176Mais, ces chiffres sont sujets à caution : en effet, par exemple, parmi 130 engagés de la Compagnie des Phosphates de Makatea, 80 se dirent journaliers et 50 cultivateurs.

177Le plus souvent les inscrits sont présentés par les Associations (Kuomin-tang, Chan Si Moy, Philantropique, Nam Hoi).

178Entre 1926 à 1932, les départs, correspondant généralement aux expirations de contrats, dépassent le millier.

179Par la suite et jusqu’en 1940, les mouvements dans les deux sens s’équivalent et deviennent moins nombreux, tandis que croissent les immatriculations de Chinois nés en Polynésie et approchant de leur majorité. En 1939, pour la première fois, elles dépasseront celles des immigrants (99 contre 53).

180Alors, la répartition professionnelle a déjà beaucoup changé. On trouve :

  • 45 % de sans profession : il s’agit là d’un fourre-tout commode ;

  • 18 % de commerçants et d’employés de commerce ;

  • 6 % de journaliers ;

  • 12,5 % seulement de cultivateurs ;

  • 10 % d’artisans (couturiers, charpentiers, cordonniers…) ;

  • 7,5 % de divers ;

  • 1 % d’écoliers.

  • 8 Les vieillards connurent sur leur sol natal une existence difficile : ceux qui se trouvaient en zon (...)

181De 1941 à 1962, plus de trois mille Chinois vont se faire recenser, parmi lesquels une centaine seulement viennent de l’extérieur. L’un des tournants marquants du mouvement démographique est le départ en 1947 et 1948, par deux paquebots-mixtes des Messageries Maritimes spécialement déroutés sur Hong Kong, de 757 membres de la Colonie Chinoise : la plupart étaient des vieillards aspirant à revoir le pays natal généralement sans espoir de retour comme en témoignent les aliénations de leurs biens auxquelles ils procédèrent avant leur départ, et des enfants à qui leurs parents voulaient donner une éducation dans leur propre patrie d’origine. Le moment était mal choisi, car cet exode coïncidait avec la fondation de la République Populaire de Chine : mais l’Administration locale devait se montrer draconnienne vis-à-vis des demandes de retour désespérément sollicitées par ceux qui comprirent, trop tard, ce qu’ils avaient perdu en quittant Tahiti. En 1950 et 1951, favorisés par la concussion d’un haut fonctionnaire en service à Papeete, 83 d’entre eux réussirent cependant à regagner Tahiti8.

182En 1951, on compte 6 655 Chinois en Polynésie et les hommes comptent encore pour soixante pour cent.

183En classant les mille Chinois qui se firent immatriculer à 18 ans, entre 1957 et 1964, on constate une évolution spectaculaire due à l’instruction généreusement dispensée :

  • 30 % se sont déclarés écoliers, étudiants, alors que cette catégorie était jadis inexistante ;

  • 25 % sans profession ;

  • 14 % cultivateurs ;

  • 12 % commerçants ou employés de commerce ;

  • 2 % employés ;

  • 8 % artisans (principalement couturiers, menuisiers, boulangers) ;

  • 2 % manœuvres ;

  • 1 % instituteurs libres ;

  • 6 % divers (parmi lesquels un séminariste et un ingénieur).

184Les deux derniers recensements de la population datent de 1956 et 1962. Nous en avons retiré les éléments utiles à notre étude que nous publions ci-dessous.

185Il importe toutefois de remarquer que le premier de ces recensements a été effectué par les soins du Service local des Affaires Administratives et notamment de M. Raoul Teissier et que le second, plus poussé, a été préparé et réalisé sous la direction de l’Institut National des Statistiques représenté par Mademoiselle Dom qui a accompli en Polynésie une mission de plusieurs mois.

186Nous nous proposons d’analyser plus tard certaines de ces données statistiques et de fournir alors celles qui concernent les langues parlées. Qu’il nous suffise de constater ici qu’en six ans le nombre des étrangers a diminué, mais qu’a augmenté celui des Chinois ayant acquis la nationalité par application du Code Civil ou par décret de naturalisation.

  • 9 Nous extrayons de l’Étude démographique sur les E.F.O. de M. Raoul Teissier les chiffres de la popu (...)

187En 1966, la minorité qui nous intéresse avoisine dix mille âmes dont la moitié de moins de vingt ans, alors que la population du Territoire, compte tenu de l’apport du Centre d’Expérimentations du Pacifique, approche la centaine de milliers d’habitants.9

LES ASSOCIATIONS ET LEURS CONFLITS

188Nous avons vu que jusqu’à l’époque contemporaine une intégration des Chinois paraissait chimérique : il était donc logique de laisser la minorité s’organiser à sa guise sous réserve qu’elle obéisse aux lois du pays et ne trouble pas l’ordre public, ce qui justifiait un contrôle.

189Depuis 1872 jusqu’au début de notre siècle, la Société de Secours Mutuel, nantie du terrain de Mamao, assuma l’ensemble des activités sociales bien que, par arrêté du 5 juillet 1875, deux chefs de congrégation aient été désignés : Tom Sing pour les originaires de Canton et Apau pour ceux de Hong Kong. Par la suite, les congrégations furent supprimées puis reprirent une existence légale en 1913 par la désignation d’un chef unique.

LE SI NI TONG : DISSENSIONS, DISSIDENCES ET DÉSORDRES

190La Société de Secours Mutuel devait cependant chercher une formule plus adaptée à ses besoins que l’association et c’est en 1911 que fut fondée la Société Civile Immobilière Sin Ni Tong, dont l’un des sept premiers porteurs de parts, M. Chin Foo, n° 822, devait jouer un des rôles de premier plan au sein de la colonie chinoise locale ; l’un des premiers soins de cette société à qui ses statuts n’assignaient alors pas de buts philanthropiques fut, en 1911, de racheter Mamao et le cimetière d’Arue comme d’acquérir un autre terrain plus central, situé en face de la Mairie de Papeete.

191Ces immeubles furent cédés non pas par la Société de Secours Mutuel, mais par quelques survivants d’Atimaono qui se portèrent fort de leurs co-propriétaires absents ou disparus.

192Mais, dès 1915, des dissensions se firent jour ; alors que les « anciens » estimaient que les ressources devaient être consacrées aux œuvres sociales traditionnelles, un groupe d’avant garde souhaitait aider financièrement Sun Yat Sen, qui quelques années plus tôt, sur le Continent, avait aboli la monarchie mandchoue.

193Craignant sans doute d’être débordé, Chin Foo fonda le 20 mai 1921, rue Nansouty, l’Association Philanthropique Chun Fa Fui Kon.

194Devant l’opposition progressiste, tous les membres du Conseil d’Administration de la Société Si-Ni-Tong démissionnèrent en septembre, ce qui laissa penser à leurs adversaires que, la place étant libre, ils pouvaient l’occuper : c’est ainsi que la faction favorable à Sun Yat Sen, dite du Kuo Min Tang, fit élire un nouveau Conseil par une assemblée à sa dévotion.

195MM. Chin Foo, Len Sang Kee et leurs amis n’entendaient cependant pas abandonner définitivement le Si-Ni-Tong. D’abord, ils obtinrent du Gouverneur la fermeture administrative des locaux le 22 octobre ; ensuite, ils firent déclarer nulle par le Tribunal Civil le 28 février 1922 l’élection litigieuse. La confirmation de cette décision en appel, le 14 septembre, condamnait les républicains menés par Moo Fat à une existence illégale au sein du Si-Ni-Tong.

196Les deux clans avaient dû trouver la justice trop lente car, après s’être défendus de la plume, ils en vinrent aux poings.

197M. Chin Foo dévoila au Gouverneur qu’un article du journal de Hong Kong The Great Light, du 12 novembre 1921, inspiré par ses adversaires, avait publié des informations selon lesquelles lui et ses amis auraient tenté d’assassiner un de leurs congénères et réussi à soudoyer les hauts fonctionnaires français.

198Par ailleurs, Me Sigogne fut chargé de protester avec véhémence auprès de Mgr Hermel au sujet d’un écho du Semeur qui avait traité ses clients de « royalistes » alors qu’ils se bornaient, disait-il, à soutenir le gouvernement Chinois reconnu par la France dans sa lutte contre la révolution.

199Mais, en ville, des incidents éclatent : tentative d’incendie du magasin Wing Man Lung le 25 octobre 1921, batailles à coups de poings, jets de briques… La police intervient et arrête Moo Fat et quelques membres du Kuo Min Tang ; acquittés, ils réclameront 100 000 francs de dommages-intérêts à leurs dénonciateurs, mais seront déboutés par jugement du 22 décembre 1922.

200Le cercle Si-Ni-Tong avait d’ailleurs été fermé, comme nous l’avons dit, à la suite d’un scandale : pénétrant dans les barraques qui entouraient le bâtiment principal, des « mutois » avaient surpris huit fumeurs d’opium, mais s’étaient laissé corrompre, ce qui leur valut d’être condamnés par la Cour d’Assises le 19 mai 1922.

201« Il est établi que le Cercle Si-Ni-Tong n’est qu’une maison de jeux de hasard où viennent s’engloutir les économies d’un grand nombre d’Asiatique… et la fermeture sera maintenue », écrira sans ménagements le secrétaire-général au président Giou Kai Tchéon, n° 1350, qui, en mars 1923, avait sollicité que soit rapportée la mesure prise.

202Cette courte période au cours de laquelle il arriva à plusieurs reprises que l’ordre public fut troublé par des luttes de factions est exceptionnelle dans l’histoire de la minorité Chinoise : celle-ci, en règle générale, a toujours cherché à passer inaperçue et s’est gardée de toute manifestation extérieure susceptible d’attirer l’attention sur elle.

  • 10 Gérald Coppenrath. L’évolution politique de la Polynésie Française depuis la première guerre mondia (...)

203Il adviendra cependant, à partir de 1933, que les spéculations de banquiers et d’hommes d’affaires Chinois polariseront sur notre minorité une opinion hostile qui alimentera un contentieux resté vif : nous avons déjà dit cependant que les multiples compromissions de la faillite Kong Ah ne furent pas l’apanage exclusif des Asiatiques.10

L’ÉVOLUTION APRÈS 1923

204Un arrêté du 29 décembre 1922 avait concrétisé l’éclatement de la Société Si-Ni-Tong puisqu’il entendait regrouper ses membres en trois associations : la Philanthropique, le Kuomintang et celle des Neutres.

205En fait, la société civile, propriétaire d’un patrimoine qu’elle devait gérer, a poursuivi jusqu’à nos jours son activité car, malgré leurs dissensions, les Chinois de toutes les tendances ont reconnu la nécessité d’un modus vivendi : les décrets de 1932 et 1934 devaient longtemps empêcher tant les personnes que les sociétés étrangères d’acquérir des biens immobiliers.

206Or les ressources du Si-Ni-Tong, notamment les loyers de l’immeuble commercial acquis en 1911, assuraient l’existence d’œuvres sociales profitant à la minorité sans distinctions d’origine ni d’appartenance congrégationiste.

207Par ailleurs, les dirigeants de la Société devaient s’efforcer, après la période critique que nous avons décrite, d’agir pour le bien commun en évitant de se fourvoyer dans une action partisane.

208Le 15 décembre 1950, après que les actions aient été réparties entre un plus grand nombre de porteurs — trente cinq — une assemblée générale extraordinaire de la Société Civile Immobilière Si-Ni-Tong décidera de consacrer statuairement les bénéfices aux œuvres sociales.

  • 11 Le 24 juillet 1937, le gouverneur Chastenet de Géry refusera à M. Tsien You, n° 3413, la formation (...)

209La sauvegarde des biens assurés, les Chinois se sentirent libres dans la mesure où ils obtenaient l’agrément des autorités civiles11 de fonder de nouvelles associations selon leurs affinités : le 12 février 1925, c’est le « Nouveau Cercle », le 21 juillet suivant 1’ « Association de bienfaisance Nam Hoi », rue Dumont d’Urville, le 24 avril 1928, « la Fraternité ».

210Nous avons dit que les Associations prenaient en charge les intérêts de leurs membres notamment dans leurs rapports avec l’Administration ; celle-ci, dans la perspective d’un meilleur contrôle, exigea l’appartenance de tous les ressortissants Chinois à l’association déclarée de leur choix (arrêté du 31 juillet 1931) qu’elle prétendit rendre responsable financièrement.

211D’ou protestations : la mesure fut rapportée en mars 1933.

212La faillite de Kong Ah, affilié au Kuo Min Tang, entraîna au sein de cette association de tels remous qu’un de ses représentants M. Ng William Ung Ling fut dépêché à Nankin pour soumettre le conflit au Comité Central. Cet organisme délégua alors à Tahiti M. Tseng Kiam Ming qui, bien qu’élu Président local du Kuomintang, ne réussira pas à faire l’unanimité et sera même accusé, lorsqu’il repartira en Chine, en 1939, d’avoir détourné des fonds de l’association (47).

213La conséquence de ces mésententes, qui avaient leurs sources non seulement dans des rivalités personnelles à Tahiti, mais dans des dissensions politiques sur le Continent, avait été la dissidence d’une fraction du Kuo Min Tang, le Kuo Men Tong.

214En 1943, le Gouvernement de Tchoung King désignera un consul pour Tahiti, M. Yao Ting Chen : extérieurement nationalistes, les Chinois de Polynésie admettront cette représentation tout en ne la considérant pas toujours aussi efficace qu’ils avaient souhaité.

215Nous verrons plus loin quel a été le rôle de ce Consul et de ses successeurs, tant au sein de la colonie chinoise, que vis-à-vis des autorités territoriales, et plus spécialement vis-à-vis du Gouvernement local.

216Aujourd’hui, les trois principales associations, qui groupent chacune entre quatre et cinq cents membres, sont les suivantes :

  1. Le Kuomintang, rue Bréa, présidé par M. Law Ah Loy, puis par M. Paul Conscience ;

  2. Le Kuo Men Tong, rue du Maréchal Foch, dirigé par M. Yao Kee Sing ;

  3. L’Association Philanthropique, rue Édouard Ahnne, fondée par M. Chin Foo, est présidée par M. Afo Giau Kai Tcheong, dit Sincère, après l’avoir été par M. Siu Kung Po, dit Ah You ; ces deux dernières personnalités sont des gendres de M. Chin Foo.

217C’est M. Afo Giau Kai Tcheong qui préside la Société Civile Immobilière Si-Ni-Tong.

218A Uturoa, l’association Kuo Min Tang est dirigée par M. Charles Chin.

219Les Associations Nam Hoi (formée en principe d’originaires du village de ce nom), rue Dumont d’Urville, et Chee Kong Tong (celle-ci réputée secrète), existent toujours, mais n’ont pas l’audience des trois premières ; à vrai dire, ce sont plutôt des cercles, dont les membres, pour la plupart d’âge mûr, se réunissent autour de tables de jeux.

220Il faut se garder d’oublier la dernière en date, au titre ambitieux mais suggestif, l’Association pour le Devenir de la Polynésie Française qui, fondée par des éléments jeunes en 1963, se propose de favoriser l’intégration de la minorité chinoise dans la communauté locale au sein de la République. Elle est dirigée par M. Nim En Snan et M. Wu Chi Chong et animée principalement par d’anciens étudiants ; forte d’environ sept cents membres, elle appointe un secrétaire semi-permanent et n’hésite pas à prendre des options françaises sur les problèmes politiques d’actualité ; se voulant représentative de la nouvelle génération tout entière, elle s’inscrit dans l’histoire de la minorité comme un signe des temps.

221Autre témoignage de l’intégration en marche : la plupart des associations sportives proprement chinoises, restées vivantes jusqu’à ces dernières années, ont disparu et leurs éléments se sont peu à peu fondus dans les sociétés locales sans distinctions raciales ; ne subsistent plus à notre connaissance à Papeete que l’équipe de basket-ball Dragon et, aux Iles Sous-le-Vent, celle de foot-ball Sam Min.

LA FAMILLE CHINOISE EN POLYNÉSIE

222A l’occasion de la première immigration, nous avons dit que la plupart des Chinois qui vinrent tenter fortune en Polynésie il y a un siècle étaient originaires des provinces méridionales et plus spécialement du Kwantung.

223Aucun n’était accompagné de sa femme, aussi ne peut-on parler de l’existence de familles proprement chinoises à Tahiti qu’au début du xxe siècle, époque de la reprise d’une immigration importante. Il n’en demeure pas moins que ces hommes, qui songeaient tous à un retour à plus ou moins brève échéance, transplantèrent avec eux une mentalité et des mœurs au creuset desquelles ils avaient vécu leur enfance, leur adolescence ; certains étaient déjà mariés et pères de famille. La plupart n’avaient pas fait d’autres voyages et n’avaient donc connu d’autre société que celle de leur pays d’origine ; il en fut de même, hormis quelques exceptions, de ceux qui affluèrent peu avant ou après la première guerre mondiale.

224Aussi nous paraît-il indispensable de donner ici les caractéristiques de la société rurale en Chine pour mesurer ensuite l’évolution qui a conduit la colonie asiatique à ce qu’elle est devenue de nos jours.

225Deux ouvrages m’ont fourni une documentation objective sur ce qu’était, avant l’avènement de la République Populaire, la vie provinciale : le premier, celui de Ta Chen (1), concerne les communautés de la Chine du Sud ayant fourni des contingents réguliers d’emigrants depuis la guerre de l’opium ; le second, publié pour la première fois en 1939, est dû à Hsiao-Tung Fei (5) et concerne la vie paysanne dans la vallée du Yangtzé.

226Dans ces contrées surpeuplées où la terre était très morcelée, l’unité de production de base, le Chia — Vukka en Hakka — était réduite à des dimensions minima puisqu’à la campagne elle se composait en moyenne de quatre personnes (5, p. 27) exploitant une superficie arable d’un à deux hectares alors qu’à la ville la maisonnée pouvait évidemment être plus importante. La communauté idéale était celle d’un ménage avec deux enfants mais le Chia pouvait aussi se composer, par exemple, d’un ascendant, d’un fils, de sa femme et de leurs jeunes enfants ou de frères et sœurs, relayés parfois, au gré des disparitions, par des parents plus éloignés ou même adoptifs.

227L’infanticide, principalement celui des filles, était fréquent, car c’était parfois le seul moyen de maintenir l’unité de base dans des proportions qui lui permettent de vivre : il était très difficile d’étendre le petit domaine agricole qu’il fallait cultiver intensivement. Chaque Chia avait pour chef celui qui était le mieux prédisposé par son sexe, son âge et ses forces à ce rôle ; le souci immédiat était d’assurer une rentabilité suffisante aux quelques cinq à dix mous de la ferme avec la perspective de maintenir l’unité du Chia pour que puisse se perpétuer le culte des ancêtres. D’où la nécessité d’une forte discipline.

228Mariée de bonne heure et souvent promise par ses parents dès son jeune âge à celui qu’elle épousait, la femme vivait dans une étroite dépendance vis-à-vis de son mari après avoir vécu sous la stricte obédience de son père ou de son frère. La coutume la défavorisait lorsque s’ouvrait la succession de son père, car l’usage voulait que le fils aîné reçoive la plus grande part de l’héritage afin de permettre à la cellule de base de continuer à disposer d’une terre suffisante (5, p. 66).

229Les principes de la nouvelle législation égalitaire de 1929, sur la dévolution des successions, connurent une application difficile.

230La terre était appropriée, mais le pourcentage des superficies cultivées par leurs propriétaires variait d’une région à l’autre ; dans le Kwantung, la proportion des fermiers et des métayers était importante et l’usure continuait à rendre précaire l’existence de nombreux paysans.

231Réduit sous la séculaire pression économique, le Chia se prolonge dans le Tsu où se retrouvent tous les descendants patrilinéaux, accrus de leurs épouses, qui peuvent se lier à un ancêtre commun à l’intérieur de cinq degrés de parenté ; il est évident qu’en raison du rétrécissement imposé au Chia dans les campagnes et du départ de certains parents pour la ville ou une autre zone rurale, les Tsus du village ne comptent pas autant de membres qu’ils en auraient si la famille connaissait son épanouissement normal : c’est pourquoi ils ne se composent en moyenne que de huit Chias, soit une trentaine de personnes (5, p. 85).

232En Polynésie, les membres du Tsu, les parents (t’ung Siang) ont conservé l’habitude de se réunir deux fois par an pour honorer leurs ancêtres au cours d’une cérémonie appelée « Ka san » : c’est l’occasion de prendre un repas en commun (26, p. 114).

233Dans la société, cette communauté élargie joue un rôle capital puisque ses éléments qui portent le même nom tendent à concentrer leur habitat, se réunissent à l’occasion des fêtes religieuses ou familiales, se doivent une étroite solidarité mais ne peuvent en principe s’unir entre eux par le mariage.

234Les premières générations de Chinois établies à Tahiti cherchent naturellement à maintenir cette unité ; elle explique leur comportement, notamment dans le domaine commercial où elle se juxtapose ou se superpose aux liens du Tungka que Moench a particulièrement mis en relief et que nous aurons l’occasion d’étudier plus loin.

235Ces liens traditionnels furent mis à rude épreuve lorsque, débarrassés de la servitude d’Atimaono, les immigrants de 1865 se dispersèrent aux quatre vents de la Polynésie pour y chercher fortune.

236On voit mal comment le cultivateur isolé aurait pu imposer à sa concubine locale, en admettant qu’il n’en ait eu qu’une seule, un rythme de vie tel que celui qu’il avait connu dans son village natal : il lui fallait tenir compte d’une conjoncture fort différente puisque les mœurs tahitiennes se situaient sous bien des aspects à l’opposé et qu’un champ aux limites plus larges s’ouvrait à lui. Une limitation de la progéniture ne s’imposait pas ; les cataclysmes étaient rares, mis à part les cyclones ; les cieux cléments mettaient à l’abri de la faim tous ceux qui se montraient tant soit peu prévoyants.

237Alors que dans les zones rurales de Chine, les agriculteurs purs formaient au moins les trois-quarts de la population, les artisans, un douzième, et les commerçants, pas davantage (5, p. 140), beaucoup de ceux qui avaient été engagés par la Grande Plantation à titre d’ouvriers agricoles comprirent, comme ceux qui s’étaient introduits au Siam (49, p. 46), combien l’aversion des indigènes pour le commerce pouvait faciliter leurs entreprises dans ce domaine.

238En 1892, si une trentaine d’entre eux s’étaient déjà installés comme marchands à Papeete, une vingtaine exerçaient des professions telles que boulangers, bouchers, charpentiers, forgerons, et autant avaient trouvé à s’engager comme cuisiniers dans les maisons bourgeoises.

239Donc, non seulement le cadre géographique, mais le métier changèrent en même temps pour beaucoup d’entre eux : ce double bouleversement des structures n’était pas fait pour perpétuer les mœurs de jadis.

240Il était bien difficile d’imposer à des enfants naturels, sur qui le code civil n’accordait au père que des droits limités quand il les avait reconnus, la manière de vivre des jeunes sur le continent. Par ailleurs, les registres de police, qui notaient les déplacements des étrangers, nous révèlent que nos immigrés changeaient très fréquemment de résidence et bien souvent les Tahitiennes qu’ils avaient connues dans un district ne les suivaient pas dans un autre. Cela explique qu’en 1892, comme nous l’avons vu, on n’ait recensé à Papeete que 31 enfants de nationalité chinoise pour 141 hommes adultes.

241Il n’en demeure pas moins que les sentiments paternels sont parfois très vifs vis-à-vis des sangs mêlés : nous connaissons des Chinois qui élèvent avec une dilection égale leurs enfants sino-polynésiens et ceux qu’ils ont eus de leur femme ou de leur concubine chinoise : il arrive parfois que ce soit celle-ci qui les élève tous.

242L’union des Asiatiques et des Polynésiennes établissait pour les premiers des relations utiles ; elle les aidait à se faire admettre dans la communauté du district et contribuait à constituer auprès du commerçant une véritable clientèle au sens romain du mot, surtout dans les îles. Avant que l’instruction ne se soit développée, alors que la masse n’employait que la langue tahitienne, les Chinois, qui n’avaient eux-mêmes reçu aucun enseignement scolaire, ont rapidement acquis les rudiments de ce parler sans se soucier d’apprendre le français, à l’exception de quelques gros commerçants de Papeete. Nous connaissons aujourd’hui d’autres étrangers, blancs ceux-ci, qui, vivant dans les archipels ou les districts, ont appris le tahitien mais délibérément négligé le français. Du fait de leur vie dans un milieu tahitien, un bon nombre des émigrants d’Atimaono s’y sont fondus ; s’ils ont conservé dans une certaine mesure leurs particularités, leur descendance par contre a rapidement évolué : aujourd’hui nous ne la distinguons pas du peuple polynésien et nous surprendrions nos concitoyens en leur révélant que telles ou telles personnes qu’ils croient n’avoir aucune affinité chinoise sont en réalité des descendants des immigrés de 1865.

243Mais la venue des premières Chinoises en Polynésie date de soixante ans à peine et c’est du début du siècle qu’il faut partir quand on veut rechercher comment se sont comportées les familles qu’elles fondèrent en Polynésie et établir des comparaisons avec l’évolution dans d’autres pays.

244Le maintien des traditions familiales devait constituer le support essentiel de l’entité chinoise si celle-ci voulait se maintenir : « La Civilisation Chinoise, écrit Purcell (27, p. xxiii), est basée sur le culte des ancêtres, le système familial, le Confucianisme — qui contient ce principe — et le Bouddhisme et le Taoïsme. Le prosélyte le plus convaincu de ces religions pourrait difficilement contester que le Bouddhisme et le Taoïsme sont en complet déclin en Chine et l’ont été depuis fort longtemps.

245Il ne reste donc comme noyau de résistance que le système familial, car, pour beaucoup, le Confucianisme a lui aussi sombré dans le formalisme ou, plus souvent, dans l’abandon ».

246Un autre auteur, Chinois celui-ci, en témoigne (2, p. 101) : « La Chine peut être, à juste titre, qualifiée de pays irreligieux. Les croyances religieuses de la foule n’étaient pas religion, et les lettrés avaient, depuis longtemps, transformé en une simple éthique les éléments religieux du confucianisme. Le bouddhisme lui-même, qui mériterait d’être appelé une religion au sens chrétien du mot, s’était affadi pour devenir métaphysique chez les intellectuels et superstition chez les illettrés. De même, le taoïsme était une philosophie pour les milieux cultivés et, pour les masses, le culte des dieux mineurs. »

247On peut dire que la première génération de Chinois nés à Tahiti a donné des gages à ceux qui dénonçaient pour Tahiti le péril jaune.

248En effet, il n’est pas contestable que, jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, la famille chinoise a vécu repliée sur elle-même et n’a fait preuve d’expansion que dans sa fécondité et dans le domaine des affaires.

249Le magasin se confondait avec la maisonnée et la famille ; de même le maraîcher exploitait avec l’aide de sa femme et de ses enfants sans chercher, si ce n’est sur un plan subalterne, le concours d’indigènes, la parcelle de plaine alluviale ou la pente de montagne qu’il avait louée.

250Le père, qui avait connu dans son village natal la contrainte familiale, laquelle s’était exercée jusque dans le choix de son épouse, eut naturellement tendance, devenu homme et chef d’entreprise sous d’autres cieux, a asservir les siens à la réussite de ses affaires.

251Le mariage, imposé, n’était pas l’heureux aboutissement d’une idylle : ce que le mari demandait à l’épouse, c’était de lui donner des enfants, de les bien élever, aussi de collaborer à la bonne marche du magasin ou au rendement des champs qu’il cultivait. Il était de bon ton, en Chine, que le mari laisse à penser, par son attitude extérieure, que son épouse lui était indifférente, spécialement lorsqu’elle était enceinte (5, p. 47).

252L’enquête de Moench donne une moyenne de 6,3 membres pour une famille en 1960 (26, p. 171), mais, en ville, la maison est occupée par 8 personnes ; des enfants d’âge scolaire peuvent avoir été confiés par des parents ou des relations habitant les îles lointaines, ou bien un employé ou un domestique loge chez son patron ; jadis l’occupation des maisons était plus dense, car les fils avaient moins tendance à chercher de bonne heure à habiter leur propre maison parce qu’il leur était plus difficile d’en trouver.

253Les statistiques du recensement de 1956 donnent 5,8 comme moyenne du « ménage » chinois contre 5,3 pour l’ensemble de la population.

254La forte discipline dont disposait le père aboutissait à faire passer son entreprise avant les aises des siens ou même leurs intérêts lointains. La place consacrée à l’habitation était restreinte et le devenait davantage lorsqu’un arrivage de marchandises ou le stockage d’un lot de coprah ou de vanille l’exigeait.

255Qui a pu observer de l’intérieur les étages où logent les familles des commerçants tenant boutique au rez-de-chaussée dans le centre de Papeete s’est fait une idée du degré de promiscuité et d’absence d’hygiène dans lequel vivent leurs occupants. Les tôles lépreuses de ces maisons aux murs épais, mais aux cloisons de bois, impressionnent mal celui qui aborde le port : la verdure qui subsiste heureusement à l’arrière-plan et les immeubles de ciment armé, plus fonctionnels et esthétiques, qui se substituent peu à peu à eux depuis quelques années dans le cadre du plan d’urbanisme, rachètent l’impression défavorable causée par ce Chinatown en miniature ; à Uturoa, c’est pis, car le centre fut construit uniquement en bois.

256« L’habitat chinois à Papeete, écrit l’architecte Bach dans son rapport de 1962, n’est pas très caractéristique. Il puise à toutes les sources, tant tahitiennes qu’européennes ou chinoises. Mis à part quelques bâtiments civils plus nettement inspirés de l’architecture monumentale chinoise, — le Kuomintang, rue Bréa, ou le Consulat — l’influence du Sud-Est Asiatique est plutôt désastreuse tant pour l’aspect que pour l’hygiène. Il faut noter que fort souvent habitat et commerce sont intimement mêlés, l’espace réservé à l’habitat se réduisant d’ailleurs de plus en plus, afin de permettre un stockage d’autant plus complexe que le « Chinois » vend de tout ».

257Aujourd’hui, les jeunes négociants dynamiques, Aline, Fanao…, inspirés par ce qu’ils ont vu aux États-Unis ou en France, ont de plus en plus tendance, d’une part à fondre leurs magasins dans l’ensemble ambiant, d’autre part, à séparer leur habitat de leur commerce et celui-ci des entrepôts : Il n’en demeure pas moins que la prédilection de beaucoup reste d’habiter au-dessus de leur magasin et plusieurs « blocs » récemment édifiés en ont tenu compte, de même que le nouveau centre commercial d’Uturoa.

258Des sociologues ont d’ailleurs établi que les ghettos sont toujours restés les îlots les plus imperméables aux influences sociales des pays d’accueil, qu’ils ont constitué un frein à l’assimilation tant il est vrai qu’ils isolent des groupes compacts des minorités : à titre d’exemple, les familles qui vivent depuis quatre générations dans le Chinatown de San Francisco ont en moyenne moins évolué que celles dont les fondateurs se sont établis il y a seulement quarante ans aux États-Unis au milieu des Américains. Rose Hum Lee a consacré un chapitre à l’étude de ce phénomène (16, p. 58).

259Les agriculteurs chinois de jadis ont préféré vivre dans de grossières habitations de bois recouvertes de tôles auxquelles s’accrochaient des appentis, mais qui étaient mieux protégées des intrusions que les « fare niau » très ajourés où vivaient leurs voisins indigènes ; les maraîchers, de plus en plus contraints à abandonner la plaine pour de lointaines pentes vierges au flanc des vallées, y ont par contre des abris sommaires à la toiture de feuilles de cocotiers.

260Il nous a fallu dire quelques mots de l’habitat, car c’est là que s’exerce l’autorité paternelle : les tâches sont organisées et distribuées de façon à tirer le maximum de chacun.

261Les premiers immigrés n’avaient pas reçu d’instruction livresque et se soucièrent surtout d’obtenir dès que possible de leurs enfants une main-d’œuvre ; dans les districts et les îles où furent ouvertes avant la fin du siècle dernier des écoles primaires publiques, leur progéniture fut astreinte à la fréquentation scolaire qui était en principe obligatoire : mais très tôt ils l’associèrent aux tâches domestiques.

262L’aspect diurne du « magasin », aux îles et dans les districts, en témoigne : levée de bonne heure, la famille s’affaire dès avant l’ouverture : il faut cuire le pain, préparer les beignets et le café exigés dès le lever du jour. Si le four est dans l’arrière boutique, les gâteaux sont souvent préparés dans le magasin même, sur la table où la maisonnée mangera ensuite avant de céder la place à la clientèle.

263Avant et après l’école, les enfants balaieront, serviront ou s’occuperont de nourrir les porcs et les volailles dans la cour.

264La jeune femme d’un Chinois originaire d’Uturoa, qui a fort bien réussi dans la petite ville du Sud-Est Asiatique où il l’a épousée et où le ménage vit à l’européenne, me disait combien elle avait eu de difficulté à se plier à cette stricte discipline matinale lors de ses séjours chez ses beaux-parents.

265Un de mes amis issu d’une famille pauvre de sept enfants, me raconta un jour son enfance et son adolescence. Il a fait chez les Frères de Ploërmel des études primaires qu’il dût arrêter après obtention du certificat. Son père avait en effet les plus grandes peines à payer les quinze francs trimestriels de scolarité ; A., n’apportant pas au jour prévu le montant de sa facture, se faisait mettre au piquet, feignant d’avoir oublié de la présenter à son père plutôt que d’avouer que celui-ci n’avait pu la payer. Las de ces affronts, il chercha à gagner lui-même l’argent nécessaire et obtint un emploi de balayeur de seize à dix-huit heures. Puis, entre la fin des classes de la matinée et la reprise des cours l’après-midi, il se fit livreur de journaux : à cette époque, le bulletin de presse local traduit en Chinois. Sachant qu’il ne mangeait pas toujours à sa faim, les commerçants aisés à qui il portait ses feuilles alors qu’ils étaient en train de déjeuner lui donnaient les reliefs de leurs repas qu’il enfouissait dans un sac.

266Pour aider sa mère à élever des canards, il recueillait au marché les déchets de salade écartés par les maraîchers, puis passait au cinéma ramasser à l’entr’acte les cocos bus qui traînaient sous les stalles en récoltant ensuite ceux qu’on avait abandonnés dans la rue : la maman râclait la pulpe tendre qui nourrissait les volailles et faisait sécher les coques qui fournissaient une excellente braise pour la cuisson des aliments.

267Certificat en poche, A. s’engagea chez W. Ch. au salaire de 50 francs par mois : sa tâche consistait à vendre le pain à partir de 3 heures du matin, à la lueur d’une lampe à pétrole ; après quoi le patron lui faisait préparer les factures ou lui demandait d’aller les encaisser, de vendre au détail, ou de balayer. Au milieu du jour, courte interruption pour le repas pris en commun avec le patron et sa famille, selon la tradition ; il s’agissait là d’une pose relative car l’une des portes du magasin restait entr’ouverte aux clients attardés : lorsqu’il s’en présentait un il incombait au commis de se lever, au risque de ne plus rien retrouver à manger sur la table, à son retour.

268Reprise rapide du travail et, le soir, nouvelle fournée de boulanger : tant de pains, tant de francs et malheur aux erreurs de comptes. Son courage au travail, son savoir faire et son intelligence inspirent confiance et lorsqu’il se lance lui-même dans les affaires, ce jeune commerçant téméraire, mais avisé, va de succès en succès, malgré quelques coups durs. Associant libéralement son personnel à sa prospérité, il est devenu, à quarante cinq ans, l’un des commerçants les plus cotés de la ville.

269Son cas n’est pas une exception : d’autres jeunes hommes devenus riches ont évoqué devant moi, avec une juste fierté, leur laborieuse jeunesse au long des saisons de plonge dans les îles ou des labeurs au service de maîtres exigeants, mais formateurs, ou sous la férule paternelle.

270Les jeunes filles n’étaient pas plus gâtées. On sait qu’elles étaient tenues pour inférieures aux garçons, parce que ceux-ci seuls perpétuaient le nom du père. Alors que les incartades de leurs frères étaient tolérées, les filles ne devaient pas s’éloigner de la maison où les occupaient de multiples tâches domestiques ou artisanales. Combien de petites couturières avons-nous vues se fatiguer les yeux à la lumière électrique jusqu’à une heure tardive, à une époque où la façon des robes dans les boutiques de Papeete se payait chichement.

271Les parents surveillaient étroitement leurs fréquentations et malheur à celle qui se dévoyait. A une époque où il n’était pas question qu’une jeune Chinoise épousât un Tahitien ou un blanc — les temps ont changé ! — il fallait qu’elle soit bien belle pour trouver encore grâce après sa faute.

272J’ai défendu aux Assises en 1948 M. Y. L., un cultivateur de Moorea, poursuivi pour avoir décapité l’une de ses filles : « J’en avais assez de mes filles : une première s’était déjà cachée avec un homme, une deuxième aussi voulait s’en aller : c’est pourquoi je l’ai tuée dans ma colère. » A l’audience sa concubine tahitienne et ses enfants furent cependant unanimes à affirmer qu’il était un brave homme et un bon père qui se saignait aux quatre veines et refusait les moindres distractions pour bien élever ses enfants. Son aînée, E., qui, par la suite, devait vivre en France où elle avait suivi son mari, un officier marinier, s’est fort bien adaptée à la vie occidentale.

273Chaque fois qu’elles l’ont pu, les filles élevées assez dûrement dans les districts et les îles lointaines sont venues s’établir à Papete ; de nos jours, et spécialement depuis que le Centre d’Expérimentations a fixé dans le Pacifique, pour quelques mois ou quelques années, un grand nombre de militaires, beaucoup épousent des Français. C’est pour elles bien souvent l’occasion de se libérer de la tutelle familiale. De leur côté, les maris apprécient, outre le charme de ces femmes souvent belles, leurs qualités de maîtresses de maison ordonnées, comme l’extraordinaire faculté, qui les caractérise, de s’adapter à une situation nouvelle.

274Moench a prouvé, par les statistiques de l’état-civil et des associations qui enregistraient les unions à la mode coutumière, que les Chinoises de Papeete se mariaient aujourd’hui plus tard que jadis : entre 1939 et 1950, la moyenne se situe à 18 ans, entre 1950 et 1962 à 21 ans.

275Pour des raisons qui tenaient aux habitudes et sans doute au fait que les enfants naturels accédaient plus facilement que les légitimes à la nationalité française de jure, la plupart des couples répugnaient à s’unir devant le maire ; aujourd’hui ils se plient plus volontiers au Code civil notamment parce que les administrateurs qui reçoivent les requêtes de naturalisation leur font valoir que la conformité du mariage aux lois françaises est considérée comme un élément favorable lors de l’examen de leur dossier ; il faut dire aussi que les ministres des religions auxquelles les jeunes générations ont adhéré les incitent à contracter un mariage consacré qui ne peut être célébré qu’après les formalités civiles.

276Il n’est plus question, pour les garçons comme pour les filles, de se faire imposer leur conjoint par la volonté de leurs parents : les jeunes font des mariages d’amour et l’intérêt matériel y est souvent absent. Des Chinois épousent aujourd’hui des Polynésiennes alors qu’autrefois ces unions étaient rares ou se bornaient au concubinage.

  • 12 Jugements prononcés par le Tribunal Civil de Papeete

277Les statistiques des jugements de divorce et de séparation de corps prononcés par le Tribunal de Première Instance de Papeete, entre 1960 et 1964, que nous publions ci-dessous12, prouvent que les Chinois recourent dans la même proportion que les autres justiciables aux sentences des Tribunaux dans ce domaine. Les unions entre des conjoints de race différentes sont relativement assez fréquentes et, si elles réussissent quelque fois, sont plus précaires que les autres car le contexte social et familial ne favorise pas leur épanouissement.

278Dans le domaine des successions, l’adaptation aux exigences du Code civil entraîne des conflits aigus dont nous avons souvent été témoins.

279La tradition voulait que les filles, qui recevaient parfois une dot lors de leur mariage, soient écartées de la succession au profit exclusif sinon de l’aîné des fils, du moins des rejetons mâles. Pour y parvenir, le père consentait à son ou ses fils une donation déguisée sous forme de vente, ou lui remettait de l’argent. Il arrivait bien souvent également que le fonds de commerce ne soit pas déclaré dans la succession et soit transmis par simple transfert de la patente réalisé soit du vivant, soit après le décès de l’ascendant. Cela permettait d’une part d’éviter le paiement des droits d’enregistrement, d’autre part, d’avantager celui ou ceux qui avaient été choisis comme destinataires du patrimoine.

280Or, le Code civil, applicable en Polynésie depuis un siècle, prévoit pour chaque enfant reconnu ou naturel une réserve variable suivant le nombre et la qualité des enfants, mais intangible et d’ordre public.

281C’est pourquoi, l’évolution des esprits et l’émancipation des filles aidant, les dispositions irrégulières sont fréquemment remises en cause. Les contestants disposent d’un délai de trente ans après l’ouverture de la succession pour faire réduire ces avantages : l’augmentation de la valeur des biens immobiliers bouleverse des situations que l’on croyait acquises.

282Jadis, les familles étaient assez unies et les associations possédaient une telle influence qu’elles réussissaient à régler ces conflits, mais leur solution incombe de plus en plus aux tribunaux, car il n’est pas toujours aisé de rapporter la preuve du déguisement.

283L’un des attendus d’un jugement récemment rendu est le suivant : « Attendu que Monsieur C. F. père se servait parfois de ses enfants comme prête-nom, comme en témoignent les origines de propriété des différents immeubles familiaux… ».

284D’une manière générale, les Chinois ont cherché, jusqu’à notre époque, à assurer le respect de leurs traditions dans le domaine de la propriété par des moyens divers qui sont de plus en plus inopérants. Après la grande guerre, ils ont constitué des sociétés qui n’ont pu survivre que grâce à des artifices ; il arrivait que l’un des sociétaires soit en réalité le mandataire occulte d’un clan et qu’à l’origine les dividendes aient une destination déterminée, celle d’assurer l’aide de la famille restée en Chine par exemple. Or les descendants ont ignoré ou feint d’ignorer ce qui avait été officieusement prévu. Par ailleurs, des associés qu’aucun lien reconnu par la loi française ne liait à leurs ayants droits naturels ont quitté le Territoire sans avoir pris la précaution de faire un testament alors que, généralement, ils n’hésitaient pas à laisser une procuration.

285Notre activité professionnelle nous a souvent permis de constater que les mandataires se servaient des pouvoirs qui leur avaient été laissés, soit pour continuer à administrer les biens soit même pour les vendre, alors que le mandant était, de notoriété publique dans le milieu Chinois, décédé depuis longtemps.

286La dévolution successorale a aussi été compromise par l’absence de registres d’état-civil en Chine jusqu’à une époque récente ; les émigrants du début du xxe siècle étaient parfois accompagnés de leurs enfants nés sur le Continent et il fut impossible à ces derniers de justifier de leur filiation par un écrit authentique, alors que leurs frères et sœurs nés en Océanie pouvaient produire leurs actes de naissance.

287Les Tribunaux admettaient les notoriétés lorsqu’il s’agissait de contracter mariage, mais ne les considéraient pas suffisantes pour prouver les droits successoraux.

288Il est d’ailleurs difficile de rendre des décisions parfaitement équitables dans certains cas. Avantagé par le père, le fils aîné, investi de l’autorité sur la famille après la disparition de son ascendant, en assumait les devoirs tout en bénéficiant des avantages qui lui avaient été accordés : c’est ainsi qu’il lui arrivait de doter une de ses sœurs, de supporter les dépenses d’études de ses jeunes frères ou les frais de l’opération chirurgicale de l’un d’eux à l’étranger. Comment s’y retrouver dans ces comptes sans traces lorsque tout était remis en cause par une action judiciaire en réduction de la donation ?

289Ces tribulations expliquent que, dans la mesure où ils ont été de plus en plus admis dans la communauté territoriale, les Chinois aient eu tendance à placer leurs rapports familiaux dans le cadre du Code civil et de la civilisation occidentale tout en laissant sa part à l’aspect particulier de la société à Tahiti qui n’est évidemment pas comparable à celle d’un département métropolitain.

290Il n’en demeure pas moins que certaines réussites commerciales ont été échafaudées sur des malhonnêtetés commises au sein des familles ; leur souvenir, qui ne s’est pas toujours effacé, vaut à des personnages qui tiennent apparemment le haut du pavé, la réprobation de leurs congénères.

LE ROLE DES CHINOIS DANS LA VIE ÉCONOMIQUE

291Le tableau comparatif que nous avons produit au chapitre X démontre l’importance grandissante des activités commerciales des Chinois de Tahiti de 1886 à 1904 : la prépondérance à laquelle elle aboutit en quelques décennies est d’autant remarquable que les émigrés avaient débarqué sans un sou vaillant.

292Elle s’explique par les qualités et les aptitudes de la race pour le négoce qu’illustre sa réussite dans d’autres parties du Pacifique, mais aussi par le manque total d’intérêt et de compétence des indigènes pour cette branche d’activité.

293Des Chinois qui avaient quitté Atimaono pour entreprendre la culture à leur compte ont déclaré qu’ils avaient été amenés au commerce de détail par l’imprévoyance de leurs voisins Polynésiens qui, lorsqu’ils manquaient d’un article de nécessité, venaient le leur acheter alors qu’ils n’avaient pas encore ouvert boutique. C’est pourquoi bien souvent, dans les zones rurales, les Asiatiques ont conjugué l’agriculture et l’achat et la vente, non seulement de marchandises importées, mais des produits locaux : ils ont été naturellement amenés par l’impécuniosité de leurs solliciteurs à prendre en gage de leurs avances en nature les récoltes de leurs débiteurs : chacun dans sa sphère est devenu ainsi un banquier au petit pied.

294Mais, avant d’aborder le rôle que jouent les Chinois dans l’activité commerciale, il est nécessaire de remarquer que certains d’entre eux n’ont pas abandonné leur vocation première, l’agriculture.

295Il est pratiquement impossible de déterminer le pourcentage des terres arables détenues par les Chinois par rapport à l’ensemble des terres de culture. En effet, la géographie physique des îles hautes est telle qu’on ne peut faire même approximativement le recensement des surfaces utiles. La Polynésie est tout à l’opposé de la Beauce ou de la Normandie ; si les plaines côtières des îles montagneuses sont fertiles quand elles ne sont pas marécageuses, si les vallées sont cultivables dans la mesure où elles ne sont pas trop encaissées, les collines et l’intérieur sont encore en grande partie inaccessibles à la culture : l’humus de la forêt vierge constitue une réserve vite entamée par le déboisement, par le feu et la main de l’homme. Quant aux atolls, leur sol coralien qui ne s’est révélé propice, tout au moins jusqu’à ce jour, qu’au cocotier, est d’une qualité très relative et très variable : les distances immenses que le Paumutu doit souvent parcourir pour planter et récolter hors du village rendent marginale la rentabilité de ses efforts dès que le cours du coprah ne suit pas la hausse du coût de la vie.

296Bien qu’on ne puisse procéder que par approximation dans ce domaine, on peut affirmer que les Chinois ne sont pas propriétaires de plus de trois pour cent des terres de culture et d’élevage de Polynésie : il n’en demeure pas moins qu’ils formaient environ 7 % du nombre des agriculteurs en 1956 (82, p. 64). L’état d’indivision qui protège le patrimoine indigène contre l’aliénation et les mesures prises par les pouvoirs publics, notamment à partir de 1932, pour empêcher les étrangers d’acquérir des biens immobiliers, ont contraint ceux des Asiatiques qui ne possédaient pas de terres, mais désiraient cultiver à le faire à titre de fermiers ou de métayers : la précarité de leur situation et le souci de retirer du sol le maximum de ce qu’il pouvait donner les a conduits au défrichage intensif. Exploitant des cocoteraies, ils n’ont pas hésité — quand cette pratique était tolérée par les propriétaires — à faire des brûlis autour des troncs pour les faire rapporter davantage dans l’immédiat, au risque d’abréger la vie des arbres ou de compromettre définitivement leur production.

297Bien que certains indigènes se soient adonnés au maraîchage et que le Service de l’Agriculture ait fortement encouragé les habitants des îles Australes à persévérer dans cette activité, les Chinois restent les principaux fournisseurs du marché de Papeete. Ils transportaient jadis à dos d’homme (ou de femme) les légumes de leurs champs à la route de ceinture tout au long des sentiers souvent abrupts, mais leurs fils profitent aujourd’hui des chemins de pénétration carossables et évacuent leurs produits en jeep. Leur activité pénible est rentable ; les lecteurs des journaux locaux en eurent récemment le témoignage en lisant que des prisonniers évadés avaient volé deux millions de francs Pacifiques à un maraîcher de Faaa.

298Les résultats définitifs du recensement de 1962 ne nous ayant été communiqués qu’au moment où nous mettions sous presse, c’est à ceux de 1956 (82, p. 64 et annexe) que nous nous sommes reportés ici pour mesurer la participation, fort variable, de la minorité à la gamme des diverses activités du secteur secondaire. Les statistiques de 1962 confirment d’ailleurs les précédentes.

299Sur un plan général, ces statistiques donnent une idée inexacte du rôle pris par ceux que l’on persiste à englober sous le terme de « Chinois » aux activités commerciales et artisanales, puisque tous ceux qui avaient déjà acquis la nationalité française n’y figurent pas comme étrangers ; celles de 1962 devraient accentuer ce décalage.

300Par ailleurs, elles ne permettent pas de faire de distinctions entre le commerce de gros et de détail, ni de mesurer la part des capitaux investis par les Chinois par rapport au volume global.

301C’est ainsi que nous ne trouvons, sous la rubrique des « marins, pêcheurs et marins de commerce » que 8 d’entre eux sur 1 471 recensés, alors qu’en réalité le tonnage de la flotille locale se répartit sensiblement à raison de 40 % pour les capitaux européens (y compris les goélettes de la maison Donald), 30 % pour les capitaux purement asiatiques, et 30 % pour les investissements mixtes. En réalité, il n’existe plus de marins Chinois, mais quelques subrécargues, garçons ou cuisiniers.

  • 13 En réalité, Madame Wong Wing est la mère de Nimen et de Kap You Shan Shei Fan et c’est la famille q (...)

302Laissons M. Percier, dans son étude sur les transports interinsulaires par mer en Polynésie Française, apporter le témoignage de cette prépondérance (chapitre 1, p. 12) : « …Il arrive que, pour tourner la réglementation sur la propriété des navires, certains étrangers, Chinois en particulier, demandent à des Français d’être propriétaires de navires dont ils assument, de façon occulte, le financement. C’est ainsi que le navire Aranui est officiellement la propriété de Wong Wing, alors que toutes les opérations qui le concernent sont effectuées par le magasin Wing Man Hing dont le propriétaire parle couramment de « son » bateau et est représenté à bord par son frère Kap You Shan Shei Fan, inscrit au rôle d’équipage en qualité d’écrivain, mais véritable maître du navire… »13.

303Mais, si imparfaites qu’elles soient, les statistiques de 1956 permettent de constater que les Chinois n’ayant pas encore accédé à la nationalité française comptaient pour moitié dans les effectifs du commerce proprement dit, qu’ils participaient pour autant à la boulangerie, la pâtisserie et la restauration, et qu’ils conservaient leur supériorité numérique dans certaines branches de l’artisanat et non des moindres : chaussure, couture, menuiserie, etc.

304Ils ont été écartés des établissements de crédit depuis la faillite Chin Foo : la Banque de l’Indo-Chine qui détenait le privilège de l’émission, le Crédit de l’Océanie, sans oublier les capitalistes par l’intermédiaire des notaires, consentent aujourd’hui la quasi totalité des prêts privés.

305Mais, — nous le verrons notamment lorsque nous examinerons le rôle des Tungkas —, les commerçants Chinois financent à des stades divers les activités de leur clientèle.

306Le commerce de la nacre et la vanille qui, il y a une dizaine d’années, assurait au territoire le tiers de ses exportations, est en majeure partie entre les mains des Chinois.

307Chaque année, plusieurs îles ou secteurs d’île des Tuamotu et des Gambier sont ouverts à la plonge des nacres : le commerçant exportateur finance la saison en faisant des avances aux plongeurs indigènes et en constituant le stock de marchandises diverses qu’il transporte aux villages où ont lieu des campagnes : là, il s’efforce de réaliser le maximum de bénéfices de la vente au détail et d’acheter au meilleur prix les nacres retirées du lagon. Le stock ainsi constitué sera exporté sur l’Europe ou les États-Unis.

308La culture de la vanille se partage, à Tahiti, mais surtout à Moorea et aux Iles Sous-le-Vent, entre les Polynésiens et les Chinois ; cependant, ces derniers ont le quasi monopole de fait de la préparation des gousses achetées vertes qu’il faut méthodiquement sécher avant de les exporter par l’intermédiaire des maisons de Papeete. C’est aux alentours de 1954 que le financement des opérations de vanille et de nacre a été conquis en quasi totalité par les Asiatiques.

309Les Chinois ont une prédilection pour le commerce de ces produits hautement spéculatifs qui leur a valu des bénéfices et des pertes extrêmes car les cours varient en dents de scie sur les marchés extérieurs.

310Ces fluctuations ont découragé les utilisateurs tentés au contraire par la, stabilité des prix des produits de remplacement tels que les matières plastiques (boutons) ou la vaniline : ces habitudes anarchiques compromettent encore le redressement et la stabilité des cours qui ne pourraient être obtenus, nous semble-t-il, que par l’entremise d’un office de commercialisation.

311Les usines sont rares en Polynésie et ne concernent encore que le domaine de la préparation des boissons et de la transformation du coprah ; une des trois limonaderies, plusieurs huileries encore au stade quasi artisanal, et une plus moderne, appartenant à la famille Chin Foo, sont exploitées par des Chinois, mais leurs chiffres d’affaires restent modestes et leur production très irrégulière.

312L’implantation d’une usine devant traiter la totalité du coprah produit en Polynésie (23 000 tonnes en moyenne) a été décidée par les pouvoirs publics et la proposition estimée la plus intéressante a été présentée par un jeune commerçant d’origine chinoise, né à Tahiti et établi en Californie, dont la famille souhaiterait participer à l’investissement.

313Les relevés des patentes de Papeete, des autres localités de Tahiti, de Moorea et de Makatea, des Iles Sous-le-Vent (Raiatea, Tahaa, Bora-Bora, Maupiti, Huahine) qui nous ont été obligeamment communiqués par le Service des Contributions et que vient confirmer le montant du chiffre d’affaires des importations et exportations réalisées par les importateurs, commissionnaires et exportateurs de Papeete, de Tahiti et des Iles Sous-le-Vent, nous fournissent une expression beaucoup plus exacte du rôle joué par la minorité dans la vie économique (annexe 2 à 7).

314Ils ont le mérite d’avoir été préparés par des fonctionnaires dont les contacts avec les contribuables sont quotidiens et qui ont pu ainsi établir une distinction entre les patentés Français, les patentés Chinois et les patentés de nationalité française, mais d’origine asiatique.

315Le montant total des chiffres d’affaires arrondi en million de francs CP s’établit comme suit pour l’année 1965 :

316Ces statistiques, notons-le en passant, reflètent la physionomie très particulière de la balance commerciale de la Polynésie Française puisque les exportations — complétées de celles des phosphates qui n’y figurent pas — ne dépassent pas 800 millions de francs CP alors que les importations, compte tenu d’une partie de celles du Centre d’Expérimentations du Pacifique, avoisinent 5 milliards.

317Il est à noter que les commerçants étrangers autres que Chinois ne figurent pas dans cette nomenclature mais que leur part actuelle dans le commerce local est peu important, exception faite des compagnies aériennes ou de navigation du trafic international.

318Les statistiques des Contributions reflètent mieux l’activité réelle de la minorité que celles des emplois annexées au recensement de la population de 1956.

319On sera peut-être étonné du nombre de commerçants ; en réalité, un seul individu est souvent titulaire de plusieurs patentes et paye donc des droits à plusieurs titres.

320Après avoir observé le rôle joué par les Chinois dans les diverses branches commerciales et artisanales, il est intéressant d’examiner maintenant les méthodes de travail qui ont haussé en moins d’un siècle cette active minorité à une indéniable prépondérance.

321Dans l’ensemble, la famille est restée l’unité de base de production : le père, plutôt que de recourir à des étrangers, a eu tendance à associer les siens à la marche de son affaire. Cette collaboration étroite se manifeste par l’association des plus jeunes compétences aux diverses tâches : tous les enfants ont acquis les rudiments du commerce avant et après l’école et, le soir, ce sont souvent eux qui servent au comptoir avec la visible fierté de se sentir capables d’assumer les fonctions dévolues aux grands pendant la journée.

322Le père s’est généralement efforcé de consacrer le maximum des profits au développement de l’affaire, ne remettant à sa femme et à ses enfants que le strict nécessaire, considérant que le salaire ne se justifiait pas puisque ses héritiers retrouveraient ultérieurement sa compensation dans l’accroissement de l’actif de l’entreprise. Il se considérait seulement obligé à donner la nourriture, le vêtement et les soins, le salaire étant en quelque sorte différé.

323Nous avons vu que dans la perspective de la survivance de l’affaire, il souhaitait qu’elle se maintienne sous la direction d’un seul successeur, généralement l’aîné de ses fils. Nous connaissons cependant quelques cas où c’est la veuve, notamment lorsque le père a disparu de bonne heure, qui tient les cordons de la bourse et compte le soir les billets tout en laissant un ou plusieurs de ses fils prendre une part de plus en plus active à la gestion de l’affaire, notamment parce qu’ils parlent et écrivent le français, savent tenir la comptabilité exigée par les règlements et ont plus d’entregent.

324D’autres ont pactisé avec le Code civil et l’indépendance moderne des esprits ; ils ont fort bien compris qu’à une époque où la spécialisation du commerce était devenue une nécessité, où la ville s’étendait, il était préférable de préparer à leurs enfants, de leur vivant, une situation indépendante. C’est ainsi que Y.Y. s’est patiemment efforcé d’acquérir au nom de chacun de ses enfants soit un fonds de commerce, soit un immeuble bien situé où il les a installés en leur laissant une large autonomie tout en continuant à les aider. Ainsi, il pense éviter les conflits d’héritage. Déchargé, il a pu, en compagnie de sa concubine, faire le tour du monde et, fortune faite, revoir sa terre natale qu’il avait quittée pauvre.

325De plus en plus, les parents qui n’ont eux-mêmes qu’un maigre bagage intellectuel comprennent que les études et la formation supérieure en France et aux États-Unis sont le canal par lequel leurs enfants obtiendront droit de cité dans une société jusqu’alors fermée où eux-mêmes n’avaient pu que s’enrichir. Et le temps n’est plus loin où ces licenciés qui reviennent des facultés joueront à Papeete ou ailleurs, sans plus de complexe, un rôle social et bientôt politique à la mesure de ce qu’ils apporteront.

326Moench pose la question « Les buts individuels, en concurrence avec les buts familiaux, sont-ils en train de bouleverser l’organisation de la famille sur la base d’une entreprise ? »

327Il répond : « Pour le moment, apparemment, non, pas dans une grande mesure… » (26, p. 102).

328Nous pensons au contraire que l’évolution a été très rapide au cours des dernières années, car, plus assimilées, les jeunes générations sont mieux admises dans le contexte économique et social, et aussi parce que, grâce aux études qu’elles ont suivies à Papeete ou à l’extérieur, elles peuvent accéder à des sphères interdites à celles qui les avaient précédées. Jadis en effet, les Chinois se cantonnaient, dans le commerce, au détail : l’importation, l’exportation et la commission étaient l’apanage exclusif de quelques grosses sociétés européennes — pour n’en citer que deux, la Compagnie Navale de l’Océanie et les Établissements Donald — et de quelques commerçants gérant leurs affaires à l’aide de leurs propres capitaux.

329Depuis quelques années, grâce à l’accès à la nationalité française favorisé par le jus soli, grâce aussi à leur pratique de l’anglais et du français, les Chinois ont sollicité et obtenu les patentes qui leur permettent de commander et d’exporter sans intermédiaires. Nous avons vu qu’ils sont nombreux parmi les armateurs de la flotille locale ; certains d’entre eux sont inscrits au groupement, relativement fermé, des exportateurs du coprah ; ne se contentant plus de la restauration, où ils excellent parfois dans leur cuisine traditionnelle, ils possèdent et gèrent des agences de location de voitures sans chauffeur, des hôtels et des night-clubs ; ils se sont fort bien adaptés à la formule américaine des super-marchés ; l’un d’eux possède un des bons portefeuilles d’assurance de la place.

330Les couturières les plus en vue, qui n’ont pas hésité à lancer des présentations de mode, sont chinoises.

331Pour réussir, ces commerçants, souvent jeunes, n’ont pas agi différemment de leurs concurrents européens : nantis de connaissances générales de base ou d’un apprentissage technique, ils ont étudié la clientèle, prospecté les fournisseurs, cherché des capitaux et du crédit, se sont assuré le bail d’un immeuble bien situé quand ils n’en sont pas devenus propriétaires, se sont acquis de bonnes représentations, des relations ; leur ardeur au travail a fait le reste.

332Moench (8, p. 152) a recueilli l’opinion de jeunes commerçants pour qui « l’appartenance à la même association est, aujourd’hui, moins déterminante dans les relations d’affaires qu’une réputation d’honnêteté et de compétence ».

333Jadis, en effet, et c’est le mérite de Richard Moench de l’avoir mis en évidence, les rapports commerciaux étaient beaucoup plus étroitement influencés par les liens familiaux ou de clan et l’action des associations que de nos jours.

334Ces relations basées sur la confiance mutuelle entre parents de même « tsu » ou amis parfois originaires du même village et parlant le même dialecte lient le tungka, un commerçant, généralement importateur et exportateur, de Papeete, à des détaillants de districts et des îles.

  • 14 Ces relations peuvent se comparer à celles qui, en Indo-Chine, liaient les exportateurs de riz à le (...)

335Il leur fait des avances en marchandises et se fait rembourser quelques mois plus tard soit par un règlement monétaire soit par une expédition de vanille ou de coprah. Grâce à ces marchandises qu’ils écoulent quotidiennement dans leurs boutiques, les « Chinois » des archipels se font de leurs clients indigènes des obligés qui règlent leurs comptes au moment de la récolte de vanille14.

336C’est un moyen pour le tungka de se créer une clientèle de demi-gros en même temps que de s’assurer un tonnage de coprah et surtout de vanille, pour l’exportation ; pour son subordonné, c’est la possibilité de s’approvisionner sans emprunter.

337Celui qui a pu ouvrir sa boutique, financée et étayée par un tungka, devient son fidèle obligé et leurs rapports d’affaires se doublent naturellement de liens d’affection concrétisés par les cadeaux échangés au nouvel an ou des services rendus : le tungka hébergera le fils de son correspondant venu suivre ses classes à Papeete, ou jouera de ses relations pour lui obtenir tel ou tel avantage des autorités.

338Les relations tungka s’exercent en principe entre Asiatiques ; mais des rapports comparables se sont établis entre des détaillants chinois et des commerçants européens ou métis : j’ai présent à l’esprit l’exemple de T.K.L. que mon père avait épaulé à ses débuts et qui ne prenait aucune disposition importante, même dans ses affaires privées, sans le consulter.

339Peu à peu, cet aspect paternaliste du commerce tend à disparaître. En effet, on s’oriente à Papeete vers la spécialisation ; s’il existe encore de nombreux magasins où avec de la patience on peut trouver à peu près de tout, de la confiture à la faucille et aux hameçons, en passant par le poisson séché ou les romans en images, de plus en plus on a tendance à se cantonner à un ou plusieurs domaines particuliers. D’où la nécessité pour le détaillant des îles de s’adresser directement au commissionnaire, à l’agent de fabrique, pour éviter les intermédiaires. La bière et les boissons hygiéniques sont fournies par les brasseries. Par ailleurs, la Banque de l’Indo-Chine et le Crédit de l’Océanie ont établi des succursales à Uturoa. Les commandes se partagent donc entre plusieurs tungkas, les commissionnaires et les entreprises spécialisées.

340C’est ainsi que Moench cite (26, p. 127) le cas de L.K.S., un des commerçants tenant le haut du pavé à Uturoa qui, en 1959, sur 10 millions de marchandises, n’en avait reçu que 4 des tungkas de Papeete et s’était approvisionné du reste chez des commissionnaires, à la brasserie ou dans les magasins spécialisés, (comme les importateurs de matériaux de construction ou d’appareils de T.S.F.).

341Bien que nous nous proposions d’examiner plus loin le rôle de l’action législative dans l’évolution de la colonie chinoise, il nous paraît utile, alors que nous en sommes au chapitre économique, de mentionner ici quelques textes appliqués avant la dernière guerre et inspirés de près ou de loin par le souci de contrôler ou de brider l’expansion de la minorité.

342Dès 1932, mais surtout par le décret du 25 juin 1934, le Gouvernement français, ému par les aliénations que faisaient les indigènes de leurs terres, décida que toute vente ou tout bail de plus de dix ans d’un immeuble devrait être autorisé par le Gouverneur ; il n’était pas nécessaire à ce dernier de motiver ses refus. Ce texte a été appliqué avec plus ou moins de sévérité suivant les époques.

343Il était essentiellement dirigé contre les Chinois qui amenaient par la persuasion leurs débiteurs imprévoyants à leur vendre tel ou tel de leurs biens pour éponger leurs dettes ou les faisaient saisir par la voie judiciaire, mais il fut appliqué aux autres étrangers et même à certains Français. De nos jours, dans la perspective de l’assimilation, le Conseil de Gouvernement fait un usage plus souple et mesuré du décret de 1934.

344La dépression économique qui secoua le monde après 1930 amena outremer des bouleversements tels que, dans l’espoir de redresser leur situation, riches ou pauvres n’hésitaient pas à s’endetter lourdement. Aussi des décrets de 1936 limitèrent-ils le taux de l’intérêt à 8 pour cent et se soucièrent-ils de réglementer la forme des emprunts : en Polynésie ceux-ci n’étaient valables que passés devant notaire ou par la Banque et la Caisse Agricole. Les parties avaient cependant la possibilité de s’engager valablement devant les chefs de circonscriptions administratives qui visaient les prêts écrits. L’usage des billets à ordre et des lettres de change restait également admis en matière commerciale. Bien que des usuriers aient tenté de tourner la nouvelle législation, il est certain que la sévérité des jugements qui frappaient d’une nullité d’ordre public les prêts irréguliers eut pour effet de les décourager dans une large mesure.

345L’exigence de la tenue en langue française de la comptabilité commerciale, prévue par le décret du 18 novembre 1936 publié au Journal Officiel des Etablissements Français de l’Océanie du 16 février 1937, souleva une grande émotion chez les commerçants de Papeete. L’un d’eux, M. Liou Tchin, ci. 2225, demanda au Gouverneur de reporter la mise en vigueur de ce texte de trois ou quatre ans : « Il nous est matériellement impossible de faire un inventaire exact en cours d’exercice et de trouver et d’éduquer le personnel pour la date impartie… Certes nos jeunes Chinois élevés dans les écoles françaises peuvent-ils nous aider… ». Le Gouverneur accepta de surseoir à l’application jusqu’au 1er janvier 1938.

346Si beaucoup de commerçants continuèrent à tenir une comptabilité parallèle en caractères chinois, ils se sont astreints peu à peu à présenter leurs factures et à tenir leurs livres en français et beaucoup d’entre eux seraient aujourd’hui fort embarrassés de revenir à la pratique ancienne.

347Les machines à calculer ont remplacé les bouliers de jadis, mais dans un coin du comptoir on trouve toujours les cahiers ou les carnets d’écoliers individuels où sont inscrits au jour le jour les achats à crédit : en fin de semaine ou de mois on surprend parfois créancier et débiteur discutant le compte, car le chef de famille ne reconnaît pas toujours les achats de sa femme ou de ses enfants. Mais la partie n’est pas égale : demain, il faudra bien vivre…

348On doit cependant dire que s’il a une tendance naturelle à faire jouer les balances à son avantage, à profiter des moindres occasions pour vendre au plus fort prix, le Chinois a la réputation, auprès des autres commerçants, de tenir ses engagements, même en l’absence d’écrits.

349Le dynamisme commercial ne s’est pas affadi, les buts et les méthodes ont évolué : beaucoup d’hommes d’affaires ont de plus en plus conscience de la vanité de la richesse pour elle-même ; ils ont dépassé le stade du bas de laine et commencent à envisager la puissance financière comme devant leur permettre de jouer un rôle plus large dans la société.

350En 1961, 65 des 355 électeurs de Papeete à la Chambre de Commerce étaient d’origine chinoise et dans les districts la proportion était de 32 pour 704 inscrits ; Français ou non, ils suivent les réunions du Syndicat d’Initiative, ils ont été admis au Lions Club comme au Rotary et les associations ont le souci de leur ouvrir leurs rangs.

351Un comportement très symptomatique de cette transformation est celui d’Aline : tout en traitant une partie de ses opérations en gros et demi-gros, il est connu pour son bazar, son supermarché. Or, depuis plusieurs années, il a étroitement intéressé ses employés, qui sont près d’une centaine, aux bénéfices de son entreprise par un système très étudié de primes. Il fait suivre à certains d’entre eux des stages de perfectionnement à l’étranger. Cette conception, nous le voyons, est à l’opposé de celle, terre à terre, du commerçant chinois de jadis qui, rognant au maximum sur les frais généraux, ne se considérait pas obligé de rémunérer ses fils ni d’assurer à son personnel le moindre loisir, ceci parce que son but était de regagner son pays natal après fortune faite.

352Sur le plan commercial, comme sur le plan social, la minorité est passée par l’« accomodation » définie par Robert E. Park comme « le processus par lequel des individus et des groupes en rivalité et en conflit ajustent leurs rapports réciproques de façon à surmonter les difficultés qui naissent de la concurrence, de la contravention ou du différend. »

353Du fait de l’éloignement de la Chine, de la relative rareté des rapports actuels comme du peu de consistance de son apport culturel propre, on peut difficilement parler, en ce qui la concerne, d’une acculturation : « C’est, selon la définition de Gillin, le processus par lequel des sociétés de cultures différentes s’influencent par des contacts très étroits et prolongés mais sans un mélange complet des deux cultures » Elle est nettement sur la voie de l’assimilation, « processus social avancé, écrit le même auteur, caractérisé par la différenciation décroissante entre les individus et les groupes aussi bien que par une unité d’action de comportement et d’état d’esprit accrue respectant les intérêts et les buts communs ».

LES ATTITUDES CONTEMPORAINES VIS-A-VIS DU PROBLÈME CHINOIS EN POLYNÉSIE

354Nous avons dit que la question chinoise se présentait en Polynésie Française, encore actuellement, sous un aspect particulier du fait que sa solution était influencée non seulement par les positions des deux parties en présence, à savoir la minorité d’une part et les autres habitants du pays d’autre part, mais aussi par l’arbitrage du gouvernement français et de ses représentants, nantis de la législation de la nationalité. Il est évident que chaque pas en avant comme chaque recul de l’un des trois protagonistes de ce drame séculaire influence la position des deux autres.

  • 15 Voir notamment : Tahiti et le mythe de l’indépendance, (Les temps modernes, févr. 1965).

355Si nous avons employé des termes aussi vagues que « les autres habitants du pays » c’est parce que la Polynésie est un melting pot où les Anglo-Saxons, puis les Français et dans une moindre mesure les Allemands et d’autres étrangers ont largement infusé leurs sangs depuis deux siècles, à tel point que les purs autochtones dont il est très difficile de déterminer le nombre constituent une minorité. Le terme « indigène » est fréquemment employé sans nuance péjorative et son sens a de plus en plus tendance à se caractériser plutôt par un genre de vie et un état d’esprit que par une intégrité raciale : cette évolution a été mise en relief par M. Panoff dans ses études sociologiques consacrées à la Polynésie contemporaine15

356Le Tahitien vivait au jour le jour une existence repliée dans son district ou dans son île, comptant pour beaucoup sur ses cultures vivrières et sa pêche, ne recevant du chef-lieu que des apports restreints : les marchandises qu’il se procurait grâce à ses ventes de coprah, l’enseignement primaire donné à grand peine à ses enfants, les consignes des leaders politiques qu’il avait choisis. A ses yeux, le « demi », c’était moins le métis — qu’il était parfois lui-même — que l’agent subordonné par son instruction, sa profession ou son mode de vie à l’action de l’extérieur : le colon, l’instituteur, le capitaine ou le subrécargue de la goélette, ou tel parent menant à Papeete une vie quelque peu copiée sur celle des popaa, les blancs.

357Aujourd’hui, ces notions deviennent confuses : jadis la plupart des Polynésiens, même quand ils venaient habiter la ville ou ses environs conservaient un rythme de vie comparable à celui de leur district ; le développement de l’instruction, la spécialisation, la plus grande facilité des communications transforment rapidement beaucoup d’entre eux, à tel point que le nombre des « demis » s’accroît par rapport à celui des indigènes, selon notre critère. Par un mouvement inverse, le « demi » pénètre les zones réputées indigènes : à titre d’exemple, le mode de vie de la population de Punaauia diffère sensiblement de celui qu’elle connaissait il y a un demi-siècle, soit parce que des citadins évolués y ont leur résidence, soit parce que des éléments occidentalisés y exercent leur profession, tel comme gérant d’un restaurant, tel autre comme garagiste… Le même phénomène est observable à Uturoa et il est certain que nombre de jeunes élèves, titulaires du brevet ou du baccalauréat, sont promis à une existence qui les distinguera de leurs parents.

358Si nous avons insisté sur cette évolution, c’est évidemment parce que le « demi » a vis-à-vis du Chinois en général une attitude souvent distincte de celle qu’adopte l’indigène ; inversement on peut dire que l’Asiatique qui vit dans les zones rurales a tendance à se « tahitianiser », celui de Papeete à s’ « occidentaliser ».

359Le Tahitien s’est habitué au commerçant de détail de son district comme à un rouage indispensable du cycle économique : le supprimer sans transition aboutirait à désorganiser sa vie.

360Récemment, une grève des armateurs et des marins risquant de priver les îles Tuamotu des denrées de première nécessité, l’administration du Territoire décida de les ravitailler en profitant du concours de navires de guerre qui se trouvaient en Polynésie pour la première campagne d’essais nucléaires.

361Le chef de la circonscription commanda à crédit à plusieurs maisons de Papeete les marchandises, prépara à destination de chaque île à toucher un lot d’une valeur déterminée que devait réceptionner et payer le conseil de district.

362Or — je le tiens du commandant d’un des navires — dans la plupart des cas, les notables prévenus décidèrent que ce serait le « Chinois » de leur île qui payerait le lot et le revendrait, solution qui leur évitait la recherche des fonds qu’ils n’auraient peut-être pas trouvés et le recouvrement laborieux du prix.

363Le Tahitien n’ignore pas le profit que retirent les Asiatiques de la vente des marchandises qu’il leur achète, mais considère que d’autres ne lui consentiraient pas autant de crédit, ne seraient pas aussi patients avec lui.

364Le Chinois accepte sans rechigner que son magasin ou le seuil de son magasin soit une agora où ceux qui en ont envie peuvent tenir d’interminables conversations même sans acheter quoique ce soit ; ces bavards s’assoient sans complexe qui sur un tabouret, qui sur une caisse, qui sur un sac, s’interpellent avec bruit, se taquinent, échangent des propos gaulois. Le tenancier surveille, mais reste imperturbable à moins qu’il ne prenne part lui-même à la conversation. Le client aime pouvoir traiter son « Chinois » tantôt avec arrogance, tantôt avec familiarité. Qui n’a observé la manière dont certains lancent leurs billets ou leur menue monnaie sur le comptoir ?

365Le « demi », nous l’avons constaté par les débats du conseil général de la fin du siècle dernier, a davantage ressenti le dynamisme commercial des asiatiques comme une concurrence dans un domaine réservé. Il n’a pas su y endiguer le flot mais a mené jusqu’à nos jours un combat d’arrière garde dans le secteur administratif et celui des professions libérales ; s’il y a déjà un médecin, un architecte et plusieurs professeurs licenciés issus de la minorité, le barreau et la haute administration sont encore des redoutes intactes, à tel point qu’il y a quelques années les étudiants d’origine chinoise, même naturalisés, étaient confrontés à ce dilemme : ou choisir une des branches d’études leur permettant de revenir exercer à Tahiti dans le commerce ou l’industrie, ou courir le risque, en se lançant dans d’autres disciplines, de s’expatrier. L’un d’eux, docteur en médecine, a dû faire son purgatoire en Guyanne Française pour être plus facilement admis à exercer à Tahiti. Jimmy Ly exprimait fort clairement cette préoccupation dans un article du Bulletin de l’Association des Étudiants Chinois de Tahiti de 1959 (n° 2, p. 36) en y notant : « …Nos statistiques ont montré que sur une vingtaine d’étudiants directement utilisables, neuf sont rentrés à Tahiti, à titre temporaire ou non… ». En raison de l’évolution très récente, mais très nette, de l’opinion sur l’avenir de la minorité, les étudiants de 1966 sont moins inquiets que leurs aînés de leur avenir en Polynésie.

366Notons à ce sujet que si une assez forte proportion des étudiants Chinois qui se sont rendus en France pour y recevoir une formation supérieure ne sont pas revenus à Tahiti, soit parce qu’ils ont trouvé en Europe ou en Amérique des situations enviables, soit parce qu’ils s’y sont mariés, aucun n’a franchi le rideau de bambou. Très rares sont par ailleurs ceux qui sont allés étudier à Formose : on n’en comptait qu’un pour l’année 1963-1964.

367L’Association des Étudiants Chinois en France a fusionné, en 1963, avec l’Association des Étudiants de Tahiti et, depuis cet amalgame, la coopération est harmonieuse.

368Auparavant, à Paris, les étudiants Chinois de Tahiti se réunissaient au Foyer des Étudiants d’Extrême-Orient qu’anime le R.P. Renou. Ce dernier m’a donné une indication symptomatique du comportement des originaires de Polynésie comparé à celui des Chinois des autres pays du Sud-Est Asiatique venus parachever leurs études à Paris. Alors que ces derniers s’efforçaient de créer une atmosphère spécifiquement chinoise en consacrant leurs loisirs à la recherche d’un patrimoine culturel et artistique national, les « Tahitiens » n’étaient jamais plus heureux que lorsqu’ils avaient entre les mains une guitare et ne dédaignaient pas de se ceindre d’un moré.

369Dans les assemblées élues (les Chambres d’Agriculture et de Commerce et surtout, depuis 1946, l’Assemblée Territoriale) où les demis prédominent en nombre et en influence, le courant est resté, jusqu’en 1962, opposé à l’assimilation. Qu’on en juge par les avis exprimés au cours d’une séance de l’Assemblée Représentative du 26 mars 1954, que nous reproduisons en raccourci :

P. — « Ne pourrait-on pas expulser ceux des étrangers qui ne paient pas leur redevance ? »

Le Secrétaire Général : « On ne peut expulser les Chinois ».

G. — « Qu’on envoie une vingtaine de récalcitrants débrousser les plateaux de Taravao ».

Le Secrétaire Général : « Il n’en arrive plus ».

I. — « Je propose une taxe sur les naissances à partir du deuxième enfant… ».

P. — « Il y a une chose malheureuse à constater, c’est que les Tahitiens se sont donnés à la France et non pas à la Chine, mais qu’un jour ce pays deviendra complètement Chinois. »

I. — « Il n’y a qu’à créer un état chinois en Afrique. »

L. — Exprime une position à la fois plus réaliste et plus humaine.

I. — « Qu’on les mette en résidence forcée dans une île. »

370Finalement, l’Assemblée se rallia à la suggestion de l’un de ses membres pour la tenue d’une séance à huis clos lors de la prochaine session. Le débat semble n’avoir pas été secrètement rouvert comme convenu, mais nous avons voulu retracer cette discussion peu constructive tant elle contraste avec les propos d’une autre tenue, qui s’échangèrent dans la même enceinte huit ans plus tard, le 29 janvier 1964.

371Dans une lettre qu’il adressait le 29 août 1950 au Ministre de la rue Oudinot, le Sénateur du Territoire, Lassalle-Séré, ancien inspecteur de la France d’Outre-Mer, se faisait l’écho des inquiétudes de ses mandants : « Je crois savoir que le Ministère Métropolitain, chargé, en liaison avec le ministère de la France-d’Outre Mer, des questions de naturalisation, envisage d’étendre aux Territoires d’Outre-Mer la législation métropolitaine régissant la matière. La naturalisation pourrait alors être demandée de droit, à la majorité, en vertu du jus soli avec cette seule restriction que le gouvernement aurait, dans certains cas, la possibilité de s’y opposer. Nos territoires d’Outre-Mer ont eu trop à souffrir, surtout avec la concentration et la centralisation excessive qui caractérisent notre organisation actuelle, de cet esprit de généralisation outrancière dont sont imbus les départements métropolitains pour que je ne m’élève pas contre une mesure qui en serait un nouvel exemple…

372« En tout cas, rien ni aucune considération ne saurait prévaloir contre l’obligation qui s’impose à la Métropole de protéger la population plus spécifiquement autochtone et d’empêcher son éviction de la propriété du sol à laquelle aboutirait, tôt ou tard, l’octroi de la naturalisation trop facile aux étrangers, plus particulièrement aux Chinois. »

373Les propos tenus à l’Assemblée sont un excellent reflet de l’opinion ; les débats, de 1950 à 1960, témoignent d’une période d’hésitation. Qu’on en juge par ceux qui furent consacrés aux visas d’entrée, aux naturalisations, aux taxes de séjour et aux cartes d’identité des commerçants étrangers.

374Nous avons vu qu’en 1947 et 1948, près d’un millier de Chinois résidant dans les Établissements Français de l’Océanie qui avaient manifesté le désir de se rendre en Chine purent le concrétiser en profitant de deux voyages spéciaux, le premier du Ville de Strasbourg, le second du Saint Nazaire : partirent alors surtout des vieillards qui voulaient terminer leur existence au pays natal et des enfants qui devaient y poursuivre des études.

375Aux yeux de l’Administration, comme de la population, ces départs étaient considérés comme une option irrévocable : ces partants avaient définitivement choisi la Chine.

376Or, il advint que leur arrivée sur le continent correspondit à la conquête du pouvoir par les Communistes.

377Beaucoup connurent d’amères désillusions et cherchèrent à revenir à Tahiti.

378Critiquée parce qu’elle avait autorisé quelques retours, l’Administration, par la voix du Secrétaire Général, justifia ces exceptions, qui, selon elle, ne concernaient que des vieillards et des enfants, par des considérations humanitaires, mais tint à préciser, le 17 novembre 1950 : « Ce qui nous guide en cette matière, c’est le souci de ne pas faire rentrer d’éléments politiques contaminés, c’est-à-dire communisés ». Elle souhaita que soit clairement exprimée par l’Assemblée « ce qui peut être considéré ou ce qui doit être rejeté au sujet du retour des Asiatiques dans le Territoire ». Après une longue discussion, la chambre représentative décida de ne pas fermer totalement la porte aux vieillards, mais souhaita qu’une extrême rigueur régisse la matière tout en demandant que les dossiers susceptibles de recevoir une réponse favorable lui soient soumis avant décision.

379Cela n’empêcha pas que, grâce à la prévarication d’un seul haut fonctionnaire dont nous tairons le nom, bien qu’il soit présent à notre mémoire, comme celui de ses complices, 49 étrangers furent réadmis ou même admis en 1950 et 34 en 1951. Le scandale fut tel que par la suite les visas ne furent accordés qu’à titre tout à fait exceptionnel à des Chinois venant d’Asie (annexe 1).

380Il advint que des étrangers demandèrent à l’Assemblée qu’elle apporte son soutien à leurs demandes de naturalisation ou que des membres de leur famille tahitienne le fassent à leur place. Tout en se déclarant à plusieurs reprises incompétente (2 décembre 1949, 7 janvier 1958), l’Assemblée rappela que 1’ « Asiatique est un élément qui ne s’assimile pas, qui ne vise à l’obtention de la nationalité française qu’à des fins intéressées pour bénéficier de tous les avantages réservés, en ce qui concerne le commerce et la propriété, aux Français, sans assumer aucune charge en contrepartie. » (6 septembre 1950).

381Il semble que l’Assemblée n’ait pas toujours saisi la différence entre la naturalisation accordée par décret et l’accession à la nationalité française en vertu du code ; nous y reviendrons lorsque nous examinerons les dispositions législatives appliquées au cours des quarante dernières années.

382Les fluctuations de la taxe de séjour sur les étrangers sont symptomatiques.

383L’Assemblée se vit proposer en novembre 1949 un projet d’arrêté révisant les dispositions antérieures, celles du 18 novembre 1939 elles-mêmes modifiées le 17 octobre 1947 : les touristes paieraient 100 francs par mois pendant la première année de leur séjour et 50 francs par la suite, les immigrants 150, puis 50 francs. La commission spécialisée proposa un taux uniforme de 75 francs par mois sans distinction de catégories qui fut adopté et publié par arrêté du 12 juillet 1950 après approbation par un décret du 24 juin 1950.

384La taxe est portée à 1 800 francs par arrêté du 28 février 1951 et la requête du consul, sollicitant que la décision soit reconsidérée, rejetée à l’unanimité moins une voix, le 7 novembre suivant.

385Mais en octobre 1951, sur avis de la Commission de Réforme fiscale, l’Administration propose d’élever à 6 000 francs par an la taxe pour les Chinois habitant à Papeete : l’Assemblée estime excessif le taux proposé et, dans sa séance du 26 novembre 1951, fixe la contribution à 3 600 francs pour les habitants de Papeete, 2 400 pour ceux des districts, les agriculteurs bénéficiant d’un maintien à 1 800 francs.

386En 1958, le Gouverneur, justifiant son projet autant par des soucis humanitaires que par les difficultés rencontrées par ses services dans le recouvrement, propose un taux symbolique de 100 francs par an compte tenu de l’institution également proposée d’un impôt sur le revenu : l’Assemblée approuve ces considérants mais vote 360 francs.

387Bien que, par la suite, certains conseillers se soient prononcés pour la suppression pure et simple, aucune modification du montant n’est intervenue.

388Il existe un autre impôt, d’un rendement plus substantiel, perçu sur les cartes professionnelles des commerçants étrangers.

389En 1947, le Gouvernement, sur les instances de Paris, proposa de supprimer les « taxes additionnelles dûes par les patentés Asiatiques » qui consistaient jusqu’alors en un droit fixe supplémentaire et un droit perçu sur chaque étranger employé : elles gênaient, disait-on, la conclusion de traités commerciaux bilatéraux. Leur produit serait compensé par la majoration de l’impôt de capitation.

390Bien que l’Assemblée ait réservé un accueil favorable à cette requête le 17 octobre 1947, elle se vit proposer le 16 février 1948, par une administration dont l’esprit de suite ne semble pas avoir été dans ces circonstances le souci dominant, une modique « taxe sur les cartes d’identité spéciales délivrées aux étrangers » de 100 francs : la Chambre représentative amenda la proposition et préféra 1 500 francs pour la première délivrance et 1 000 francs pour le renouvellement.

391Mais en 1950, le souci de procurer au budget de nouvelles ressources amena le Chef de Service des Contributions à proposer de nouvelles mesures discriminatoires mais efficaces. Il fut suivi au-delà de ses espérances et le tableau des impositions se présenta comme suit :

392Mais une délibération du 22 novembre 1956, approuvée par le ministre de la France d’Outre-Mer par lettre du 4 janvier 1957 après avis du Conseil d’État, devait procéder à une refonte de trois impôts déjà adoptés depuis plusieurs années : le premier sur les cartes d’identité des commerçants étrangers, le deuxième sur les sociétés à participation étrangère, le dernier sur les procurations données aux étrangers.

393L’impôt sur les cartes d’identité était porté :

A 100 000 francs pour les commissionnaires importateurs, les exportateurs et les patentés licenciés de 1er classe ;

A 60 000 francs pour les patentés de lre et 3e classes, les armateurs et les patentés licenciés de 2e, 3e, 4e, 5e classe ;

A 30 000 francs pour les commerçants de 2e classe, les entrepreneurs, les exploitants de cinéma, et les assureurs ;

A 10 000 francs pour les usiniers ;

A 6 000 francs pour les artisans ;

A 2 000 francs pour les autres patentés.

394L’impôt sur la main-d’œuvre étrangère était réduit de 50 % lorsque la proportion d’employés Français dépassait ce pourcentage.

395En 1965, les prévisions budgétaires se montaient à 20 000 000 pour l’impôt sur les cartes d’identités tandis que la taxe de séjour ne devait rapporter que 3 500 000 francs.

396Dans leur application, ces impositions se révèlent parfaitement injustes : en effet, l’accès à la nationalité française est bien souvent dû au seul hasard et il est inique qu’un patenté supporte une imposition double de celle de son frère parce que celui-ci est né un an plus tôt ou un an plus tard.

397Il est donc naturel que les contribuables aient cherché à travers chaque nouveau texte les failles permettant d’échapper aux impositions trop lourdes : ceci par les voies les plus diverses : procurations, prête-noms, abandon d’une patente pour une autre…

398D’où la nécessité, pour les services fiscaux, de reviser fréquemment les dispositions légales pour leur conserver une efficacité.

399Mais on perçoit aisément, à travers ces remaniements fréquents et parfois contradictoires, la perplexité d’un législateur partagé entre le souci d’équilibrer le budget et de protéger les nationaux et celui de rester humain et équitable. Cette législation discriminatoire est vouée à un déclin rapide dans un contexte assimilateur.

  • 16 Il s’est notamment concrétisé dans le domaine de l’accès à la propriété. A Tahiti, jusqu’alors, les (...)

400Celui-ci ne s’est accentué que très récemment16.

401Aussi nous a-t-il paru bon, avant de déboucher sur l’évolution actuelle de la minorité, de remonter quelques décennies pour présenter la chronologie de la législation sur la nationalité.

LA LÉGISLATION DE LA NATIONALITÉ ET DE LA NATURALISATION ET SON APPLICATION A LA MINORITÉ DEPUIS 1928

402La législation métropolitaine de la nationalité est de tendance libérale. Pays industriel et agricole, la France n’a pas connu au cours de la première moitié de notre siècle une poussée démographique comparable à celle de la plupart de ses voisins alors qu’elle était restée longtemps un des pays les plus peuplés d’Europe.

403Les hémorragies de deux guerres sur son sol, certaines influences sociales comme le souci, dans certaines régions, de ne pas morceler l’héritage, la tendance à assurer le bien-être par un comportement moins nataliste… conduisirent les pouvoirs publics à favoriser la venue d’une main-d’œuvre étrangère puis à faciliter son accès à la communauté nationale. La richesse de la culture française, les traditions libérales de notre pays ont également exercé un incontestable attrait sur les élites étrangères.

404Outre-Mer, les situations étaient plus complexes ; les populations autochtones, dans certains territoires, résistaient mal à l’immigration de races différentes. Aussi le Gouvernement s’orienta-t-il vers une législation spécifique et n’appliqua-t-il qu’avec prudence les textes métropolitains.

Acquisition ou perte de la nationalité de par la loi.

405Il ne nous paraît pas indispensable d’entrer dans le détail des règles de la nationalité, mais d’indiquer la tendance des principaux textes qui furent appliqués en Polynésie depuis une quarantaine d’années.

406Rompant avec la législation antérieure, le décret du 5 novembre 1928 qui fut publié en Polynésie le 1er avril 1929 a permis, par l’application du jus soli, aux étrangers qui étaient nés en Océanie Française de devenir Français s’ils résidaient alors dans ce pays.

407Ce texte, qu’un Chef de la Sûreté locale qualifiait de « loi désastreuse » et qui ne fut abrogé que cinq années plus tard, constitua la première brèche importante par laquelle s’introduisirent dans la citoyenneté bon nombre de Chinois et leur descendance.

408Il explique qu’entre mars 1950 et août 1952, 74 Asiatiques dont les père et mère étaient pourtant eux-mêmes de nationalité chinoise se soient vus reconnaître Français alors que, pendant cette période, 30 autres seulement obtenaient leur certificat de nationalité en justifiant de leur ascendance tahitienne a matre.

409Les violentes protestations que firent jaillir ce texte durent attendre le décret du 2 juillet 1933 pour obtenir satisfaction : la situation antérieure fut rétablie et seuls purent devenir Français ceux qui, nés en Océanie, pouvaient faire valoir une filiation légalement établie avec un père ou une mère de nationalité française.

410Le but avoué du rapport de présentation au Président de la République était de « supprimer les dangers dérivant de l’acquisition automatique de la nationalité française ».

411Les Chinois ont répugné jusqu’à une époque très récente à contracter mariage dans les formes admises par le Code civil et le décret de 1933 n’a donc reçu d’application favorable qu’en ce qui concerne les enfants naturels. Encore faut-il préciser que les concubinages étaient entretenus entre Chinois et Tahitiennes, l’inverse étant exceptionnel.

412Il fallait, pour que l’enfant acquière la nationalité française, qu’il soit reconnu, pendant sa minorité, par sa mère tahitienne ; Il arrivait bien souvent que celle-ci, par négligence ou ignorance, ne prenne pas la peine de se présenter devant un officier d’état-civil pour signer cette reconnaissance ; mais la jurisprudence déduisait a contrario de l’article 336 du Code civil que lorsque le père étranger avait reconnu l’enfant en indiquant le nom de sa mère, celle-ci était considérée comme ayant avoué sa maternité si, par la suite, elle avait donné à l’enfant les soins maternels. Sous réserve de rapporter par jugement cette possession d’état, les intéressés pouvaient ainsi faire rétroagir leur filiation maternelle à la date de leur naissance.

413Le Parquet, ayant reçu l’instruction de faire appliquer très strictement les textes, releva plusieurs fois appel de jugements ayant déclaré la nationalité française d’enfants reconnus pendant leur minorité par leur mère française, en soutenant que l’article 4 du décret du 9 juillet 1933 avait un sens restreint et ne pouvait concerner l’acquisition de la nationalité par la loi, mais seulement par la naturalisation. Le Tribunal Supérieur s’en tint à une jurisprudence libérale (arrêts des 5 mars 1953 et 6 mai 1954, Procureur de la République contre Pepe René Chin Sii Quee, n° 7558, et Mao Shin Fat.)

414Les Chinois cherchèrent également à procurer la nationalité française à leur descendance en faisant déclarer leurs enfants par des tiers : le nom du père et de la mère figuraient à l’acte, mais, aucune reconnaissance n’intervenant, l’intéressé était considéré par la loi comme né de parents inconnus puisqu’aucune filiation légalement établie ne le liait à ses parents.

415Est-ce en vertu de consignes reçues que, dans ces cas-là, les officiers d’état-civil firent malicieusement suivre l’indication de la mère des mots « son épouse », affectant de considérer alors valable l’union « à la mode chinoise » estimée par ailleurs sans valeur par la législation française ? L’enfant qui réclamait plus tard un certificat de nationalité française se le voyait généralement refuser puisqu’auparavant il était enfant légitime de parents étrangers.

416Il avait toutes les peines du monde à faire annuler la mention litigieuse, car il devait apporter la preuve que ses parents ne s’étaient jamais mariés, ce qui était pratiquement impossible dans le cas où ces derniers étaient nés en Chine.

417Il n’en demeure pas moins que lorsque la mention d’un prétendu mariage n’avait pas été portée, le certificat de nationalité devait être délivré par le Juge de Paix.

418Nous avons insisté sur ces particularités pour prouver l’ingéniosité des Chinois en ce domaine mais aussi l’incohérence d’une législation, inspirée par des soucis divergents, qui faisait un sort meilleur aux enfants non reconnus qu’aux enfants légitimes et décourageait le mariage, alors que celui-ci, aux yeux des autorités administratives qui recevaient les demandes de naturalisation, était considéré comme un critère de l’assimilation.

419Le décret du 12 novembre 1939 publié au Journal Officiel de la colonie le 31 janvier 1940 n’a eu d’effet — nous le verrons plus loin — qu’en ce qui concerne le mariage, et le texte qui régit actuellement l’ensemble de la matière est le décret du 24 février 1953 déterminant les modalités, d’application du Code de la Nationalité dans les Territoires d’Outre-Mer

420L’ordonnance du 19 octobre 1945 qui constitue encore sous réserve de quelques retouches, la législation française en matière de nationalité, a fait l’objet dans les territoires d’Outre-Mer d’une application restrictive toujours dans le but d’éviter d’ouvrir trop grandes les portes de la citoyenneté à des minorités que l’on n’estimait pas prêtes pour ce pas.

421Cette adaptation a été réalisée par le décret du 24 février 1953 : celui-ci s’en tenait au principe que seuls les enfants ayant un parent Français — aussi bien d’origine métropolitaine que tahitienne — peuvent accéder à la nationalité française.

422Cependant, l’acquisition de celle-ci par déclaration devenait possible pour les adoptés et pour les femmes qui épousaient un citoyen français.

423L’article 53 de l’ordonnance de 1953 permet aux mineurs étrangers de souscrire une déclaration par laquelle ils réclament la qualité de Français lorsqu’ils ont été adoptés par une personne de nationalité française.

424Dans un délai de six mois, le gouvernement peut s’opposer par décret à cette accession à la nationalité française s’il estime que l’impétrant est indigne, frappé d’une grave incapacité physique ou mentale ou ne justifie pas d’une assimilation suffisante.

425Nous ne connaissons pas d’exemple où une telle opposition a été formée. Les adoptions de complaisance ne sont cependant pas rarissimes, malgré les enquêtes consciencieuses du Parquet préalables aux jugements.

426La situation de la femme mariée a varié.

427Jusqu’en 1929 elle suivait la nationalité de son mari sauf dans le cas où la loi nationale de celui-ci y faisait obstacle.

428A partir du 1er avril 1929 au contraire la femme conserva sa nationalité à moins qu’elle n’ait, préalablement au mariage, déclaré vouloir adopter celle de son mari.

429Depuis le décret du 24 février 1953 publié à Papeete le 1er juillet suivant, la femme étrangère devient Française par mariage sauf volonté contraire de sa part. L’article 37 de l’ordonnance de 1945 a reçu sur ce point sa pleine application dans le Territoire.

430Il est certain que la perspective de voir leur fille devenir Française est considérée avec faveur par les parents étrangers. On peut d’ailleurs affirmer que chaque fois que la chance de choix de la nationalité française se présente les intéressés en profitent. D’où un taux croissant de Français par rapport à la population globale de race chinoise.

431Il est évident que l’application intégrale du Code de 1945 ferait entrer dans la communauté française la moitié au moins de la population restée Chinoise. Nous verrons qu’une accession progressive a été envisagée par l’application des articles 44, 45, 47 et 52 et qu’il s’en est fallu de peu qu’une majorité favorable se dégage, au sein de l’Assemblée, sur ce moyen terme.

Naturalisation

432C’est là le moyen d’accéder à la nationalité française non par le jeu des règles du Code mais par une décision individuelle prise par décret du gouvernement.

433Bien que ce soit la voie la moins dangereuse, car elle n’a pas le caractère automatique et aveugle de la loi, elle était restée fort peu employée par l’Administration jusqu’à une époque très récente. Qu’on en juge par les statistiques qui nous ont été fournies par le Service des Affaires Politiques de la rue Oudinot en 1961.

434La première colonne concerne des individus qui se croyaient étrangers mais que l’examen de leur cas révéla être Français, la seconde semble se rapporter à des étrangers ayant épousé des Français ; quant à la troisième, elle concerne la naturalisation proprement dite.

435Nous connaissons les raisons de cette sévérité du Ministère de la Santé et de la Population : la publication d’un décret de naturalisation au Journal officiel de la Colonie entraînait un concert de protestations.

436Le Chef de la Sûreté n’écrivait-il pas, dans une note : « Jusqu’à ce jour, en raison de l’opposition véhémente de l’Assemblée Représentative, mes prédécesseurs et moi-même avons écarté la presque totalité des demandes de naturalisation. Cette politique doit être révisée. Il y a ici une élite chinoise peu nombreuse mais de qualité qui tend, naturellement, à se dissocier de la masse. Il y a quelques jeunes Chinois intelligents, aptes aux affaires, parlant couramment le français, instruits dans nos écoles, particulièrement à l’école des Frères. Beaucoup sont devenus catholiques ou protestants.

437« Nous aurions intérêt à les intégrer dans la communauté française pour éviter qu’ils ne constituent pour la masse chinoise amorphe des cadres qui se retourneraient contre nous… »

438Depuis, l’opinion publique a évolué. Bien disposés à tenir compte du feu vert qui leur était donné, officieusement jusqu’en 1964, officiellement depuis, les services administratifs sont devenus libéraux comme en témoignent les statistiques des naturalisations accordées au cours des trois dernières années et publiées au Journal officiel du Territoire :

4391963 : 28 — 1964 : 78 — 1965 : 378 — 1966 : 414

440Le processus est le suivant : les impétrants remplissent une déclaration comportant leur état-civil et celui de leur famille, leurs domiciles actuels et antérieurs, leur situation militaire et leurs antécédents judiciaires.

441Ils doivent également subir un examen médical ; le Chef du Service des affaires administratives les reçoit et peut, grâce à l’entretien qu’il a avec eux, apprécier leur connaissance de la langue française comme leur degré d’assimilation. Avant l’expédition de leur dossier en France, une enquête sur leur compte est effectuée par les services de police.

442A Paris, les dossiers sont transmis au Ministère de la Santé et de la Population par le canal de la rue Oudinot. Dans certains cas, un délai d’ajournement est fixé et les intéressés sont alors avisés par lettre du délai à l’expiration duquel il pourront présenter une demande nouvelle. Lorsque la demande est accueillie favorablement, le décret de naturalisation est publié d’abord au Journal officiel de la République, puis dans celui du Territoire. Les naturalisés acquittent alors un droit de sceau dont le montant est d’environ 12 000 francs CP.

443Dans presque tous les cas, les demandeurs sont nés en Polynésie et y ont toujours vécu si bien qu’ils réunissent les conditions de stage et de résidence exigées par la loi.

444Pendant un délai de cinq ans, le naturalisé ne peut être électeur, et il doit attendre dix ans pour être éligible.

LES OPTIONS DE 1964

445A plusieurs reprises, l’occasion nous a été donnée de constater combien, malgré certaines tentatives, les caractères spécifiques de la minorité s’étaient peu à peu affadis depuis un siècle, et tout particulièrement depuis la dernière guerre. Les pratiques religieuses sont tombées en désuétude ; mis à part le jour de l’An Chinois, les festivités traditionnelles du Continent ne font pas l’objet d’une célébration publique. Dans leur livre sur les fêtes en Malaisie, (45), Dorothy Lo et Léon Comber leur donnaient trois raisons principales : honorer les âmes des ancêtres disparus, prier les dieux, établir des jours de repos. Ce dernier objectif est assumé par le calendrier métropolitain et, très largement à Tahiti, par le « juillet » ; les dieux sont oubliés ; seuls les ancêtres restent encore honorés avec une ferveur particulière.

446Il faut dire qu’avec le communisme la religion s’est éteinte à la source : visitant une pagode des environs de Canton, je demandais au guide ce que représentaient pour lui les divinités dorées dont il vantait l’antiquité : « Pour moi elles n’ont qu’un intérêt artistique », répondit-il.

447En Polynésie, dans certaines familles, on continue à pratiquer l’abstinence le premier de l’an, à confectionner les gâteaux de lune ou à visiter les tombes en groupe une ou deux fois dans l’année en y déposant quelques aliments. Mais cela s’apparente plus à une tradition déjà vague qu’à une pratique religieuse

448Les Chinois conservent une répulsion physique pour la mort et, bien souvent, lorsqu’un décès survient dans leur famille, ils recourent, pour la toilette comme pour la veillée funèbre, aux services des Tahitiens que ce passage vers l’au-delà n’impressionne pas : mes deux frères, qui sont prêtres et qui, le soir, vont avec l’« amuiraa », le groupe de chant paroissial, prier au chevet des morts, ont souvent observé cet effacement de la famille chinoise qui s’en remet pour beaucoup aux soins dévoués des amis ou voisins indigènes.

449Certes, la famille recourt parfois à des pleureuses ; celles-ci, accroupies, gémissent par intermittence tandis que brûlent des bâtonnets d’encens ; et il arrive que l’effigie du défunt figure en tête du cortège sur le passage duquel ses parents font semer des papiers où sont inscrits des vœux propitiatoires.

450La plupart des Chinois se font enterrer à Arue, au cimetière du Repos Éternel, dont il faut gravir de plus en plus les pentes rudes : seule la crête de la colline et une partie du plateau restent disponibles pour la génération actuelle, ce qui pose le problème d’une nouvelle voie d’accès non encore résolu.

451La connaissance de la langue et des caractères se perd peu à peu.

452Les Chinois conservent une prédilection pour leur cuisine, et en particulier pour le riz. Vingt-trois d’entre eux que j’avais questionnés au sujet des ustensiles qu’ils employaient à table m’ont répondu qu’ils se servaient de baguettes ; quatre seulement faisaient occasionnellement usage de fourchettes. Cependant, surprenant récemment à table la famille d’un commerçant établi dans l’un des districts de la côte Est de Tahiti, j’ai pu constater que les enfants mangeaient avec des fourchettes et des cuillers de métal.

453Si la médecine chinoise n’est guère qu’officieusement pratiquée, la riche pharmacopée du Continent conserve ses adeptes et les herboristes locaux importent encore beaucoup de médicaments de Hong Kong par l’intermédiaire des pharmaciens locaux diplômés. Il arrive qu’une de vos connaissances asiatiques, vous voyant aux prises avec un mal tenace, vous propose un remède de chez lui.

454Je n’oublierai pas non plus qu’un ami de mon père lui faisait porter chaque soir à l’hôpital une soupe chaude de sa confection, élaborée selon la recette du Continent, aux vertus réconfortantes, aux mérites curatifs de laquelle il croyait fermement.

455Les associations philantrophiques subsistent, mais elles ne jouent pas le rôle social essentiel d’antan. La minorité reste, selon nous, aussi divisée que jadis, car, aux anciennes structures, se sont superposées des clientèles autour de personnalités du monde des affaires. J’ai parfois demandé à des Chinois évolués de Papeete de me citer un ou plusieurs noms qui puissent faire autour d’eux l’unanimité de la considération publique et j’ai recueilli des réponses négatives ou embarassées.

456Le cadre administratif français dans lequel doit vivre la minorité, avec toutes les obligations d’ordres divers qu’il impose de la naissance à la mort, a grandement contribué à infléchir ce qui était particulier, mais ce sont l’école française et les religions chrétiennes qui ont joué le rôle essentiel de l’assimilation.

457Les trois écoles chinoises, qui comptaient jadis plus de mille élèves, en dénombraient à peine deux cents lorsqu’elles furent supprimées en juin 1964. Encore nombre des enfants qui les fréquentaient alors ne s’y inscrivaient-ils qu’après avoir poursuivi des études dans des établissements français. Pourquoi cette désaffectation ?

458Elle s’explique aisément par les limites de l’enseignement qui y était fourni : les deux heures de français du programme apparaissaient comme un gage consenti aux autorités pour faire admettre les autres cours donnés en hakka et, depuis 1950, en mandarin.

459Or, si les parents considéraient qu’il était profitable de doter leurs enfants d’une meilleure connaissance de leur langue et de leur culture nationale, ils n’ignoraient pas qu’elle ne serait sanctionnée d’aucun diplôme. Par ailleurs, le recrutement des maîtres s’avérait difficile et les associations divisées n’avaient pas réussi, ni même peut-être sérieusement cherché, à coordonner leurs efforts sur une école unique.

460En 1951, la fréquentation des divers établissements de Papeete par les élèves Asiatiques se répartissait ainsi :

461Jusqu’à une époque récente, la faveur des écoles privées s’expliquait par la qualité de l’enseignement qui y était donné, mais aussi par la chaleur de l’accueil qu’y recevaient les jeunes Chinois. Alors que l’opinion restait hostile au rapprochement des races, les frères, les sœurs catholiques et les maîtres de l’école Viénot s’efforçaient d’appliquer à leurs élèves la doctrine de l’évangile. Il suffit d’assister à une réunion d’anciens élèves des Frères pour constater qu’au creuset de ce foyer, beaucoup de Tahitiens et de « demis » ont forgé des amitiés durables qui ont contribué à briser les préjugés raciaux.

462Depuis une dizaine d’années, d’anciens élèves de race Chinoise ont embrassé la vocation religieuse et professent dans les collèges où ils ont fait leur propres études. Les écoles privées emploient d’ailleurs une forte proportion d’instituteurs et d’institutrices laïcs à qui leur nationalité étrangère ne permet pas l’accès à la fonction publique.

463Il n’y a rien d’étonnant à ce que la jeunesse Chinoise, coupée de la religion ancestrale, ait été attirée par le christianisme dont les représentants se dévouaient à son éducation.

464Sur le plan religieux, le recensement de 1962 fournit, pour la première fois, des statistiques distinguant, parmi la population chinoise, les Français de naissance, des Français par acquisition et des étrangers, et la classant suivant onze catégories, avec une répartition par archipels (annexe 128). Pour l’ensemble, voici les chiffres :

465Sans nous engager ici dans une étude de sociologie religieuse de la minorité, nous estimons nécessaires quelques remarques.

466Les « sans religion » sont plus nombreux parmi les Chinois étrangers que parmi ceux de nationalité française (57 % contre 20 %) : les conversions ont été nombreuses à l’école et ceux qui ont fait des études ont accédé plus facilement à la nationalité française, notamment parce qu’ils justifiaient d’un coefficient d’assimilation plus élevé pour la naturalisation et parce qu’ils n’hésitèrent pas à faire valoir leurs droits d’accéder à la nationalité française quand, vérifications faites, la loi leur était favorable.

467Par ailleurs, ce sont surtout les jeunes qui ont adhéré au christianisme ; dans l’ensemble, leurs parents nés en Chine, même s’ils ont abandonné leur religion ancestrale, n’ont pas éprouvé le besoin d’embrasser une nouvelle foi. L’adhésion à une religion chrétienne a été la manifestation la plus nette de l’assimilation.

468La constatation que les protestants sont plus de deux fois plus nombreux que les catholiques dans la catégorie des « Français de naissance », alors que dans celle des « étrangers » c’est sensiblement l’inverse, apparemment curieuse, s’explique en partie par le fait suivant : parmi les « Français de naissance » sont comptés de nombreux métis qui ont dû être élevés dans la religion de leur mère. Or, dans l’ensemble de la population polynésienne, la proportion de deux protestants pour un catholique se retrouve. L’explication est confirmée par la répartition géographique ; dans les archipels à majorité protestante, les Asiatiques nés Français sont plutôt protestants, tandis qu’aux Tuamotu-Gambier et aux Marquises, ils sont presque tous catholiques.

469Entre 1962 et 1964, j’ai interrogé 23 Chinois, d’âges et de conditions divers, sur leur religion : six d’entre eux qui pour la plupart habitaient la campagne m’ont déclaré n’être attachés à aucune foi ; les autres étaient catholiques ou protestants. Trois avaient été baptisés à leur naissance ; les quatorze derniers attribuaient leur conversion à leurs éducateurs (11) et à l’intervention d’amis (3).

470Plusieurs missionnaires chrétiens expulsés de Chine ont continué leur apostolat à Tahiti : parmi eux le Père Pierre Laporte, curé de la paroisse de Sainte-Thérèse, et le Pasteur Bach qui trouva la mort en 1964 dans un accident. Ce dernier qui avait donné des émissions en langue chinoise sur les antennes de Radio Papeete me confiait combien il regrettait que les autorités administratives aient cru devoir les supprimer.

471Cette décision se rattache à une politique d’ensemble tendant à décourager l’expansion de la culture chinoise pour favoriser l’assimilation.

472La reconnaissance de Pékin par Paris n’intervint qu’en 1964, mais il n’est pas impossible que des instructions aient été données dès 1961 au Gouverneur pour faire face, en Polynésie, à une situation paradoxale.

473Si, sur l’échiquier mondial, le Général de Gaulle considérait qu’il était logique et opportun de donner un caractère représentatif à celle des deux Chines qui, du fait notamment de sa population, était la plus importante, il n’ignorait pas que le Polynésie était le territoire français où l’application de la reconnaissance poserait les problèmes les plus délicats. Tout l’y contrecarrait : la minorité, officiellement rattachée à Formose, professait un anticommunisme qui n’était pas que de façade ; le Ministère d’État chargé des Territoires d’Outre-Mer prônait l’assimilation ; il est évident que dans la poursuite de ce dessein, il avait plus de chances d’obtenir le concours du consul en place que de celui qui le remplacerait et serait imbu d’une doctrine pansiniste. Un des premiers consuls de Formose à Tahiti ne m’a pas caché qu’il préférait voir ses ressortissants devenir Français que de les laisser courir le risque, en restant Chinois, de devenir communistes. Enfin, les autorités élues de Polynésie, qui représentaient un pays où le marxisme n’a pas d’adeptes, n’avaient jamais caché leur aversion pour Pékin.

474On peut donc se demander si la haute administration locale n’a pas pratiqué, dès 1960, sans en avouer la fin, une politique de table rase pour éviter qu’un consul communiste dont la nomination restait à craindre pour l’avenir, ne justifie de l’existence de foyers de culture chinoise — jusqu’alors anodins et sans danger — pour les développer en leur donnant un esprit et des buts dynamiques.

475Prenant prétexte d’une « question préalable » déposée le 6 décembre 1960 sur le bureau de l’Assemblée Territoriale par le conseiller Rudolf Bam-bridge, le Chef du Service des Affaires Politiques et Administratives présentait dès le 11 décembre suivant au Conseil de Gouvernement un rapport sur la réforme des écoles chinoises où il écrivait : « Le but final poursuivi est la disparition des écoles chinoises ». La méthode préconisée pour y parvenir était de supprimer les trois écoles chinoises et de les remplacer par une seule école franco-chinoise donnant l’enseignement primaire français normal, dirigée par un instituteur public et laissant aux seuls élèves Chinois qui la fréquenteraient la possibilité de recevoir pendant deux jours seulement un enseignement chinois assuré par un co-directeur Asiatique. La charge des trois instituteurs Français de cette nouvelle école, qui aurait été installée dans les locaux du Kuo Min Tang, rue Bréa, devait incomber au budget local, celle de l’enseignement chinois aux Associations.

476Le rapport répondait par avance aux objections éventuelles en faisant observer que « l’enseignement chinois se maintenant plus par tradition familiale que par conviction dans l’esprit des jeunes, la réforme proposée consacrerait une rupture avec l’enseignement du passé qui ne se maintiendrait provisoirement que comme une survivance ».

477La note de présentation concluait : « Quoiqu’on puisse penser du problème chinois, c’est-à-dire du destin des Chinois du territoire, des craintes que la présence de cette communauté peut éveiller dans l’opinion — et dont il est un peu tard de s’aviser — on ne peut nier que les jeunes Chinois ont considérablement progressé dans l’assimilation franco-tahitienne et qu’étant appelés, qu’on le veuille ou non, à constituer une partie importante de la population, il est préférable qu’ils constituent un corps le moins étranger possible par l’esprit et la culture, ce qui ne justifie nullement une intégration juridique pour demain, avec ses conséquences quant à l’égalité des droits, notamment en ce qui concerne l’accession à la propriété foncière et aux emplois publics ».

478Ce projet ne fut pas présenté à l’Assemblée Territoriale, mais, moins de quatre ans plus tard, ce fut la suppression catégorique. Un arrêté du 4 juin 1964, publié au J.O. du 30 juin 1964, p. 270, considérant que le nombre des élèves accueillis dans les écoles chinoises du territoire pour y suivre l’enseignement primaire français avait cessé de justifier le maintien des cours effectués dans ce but, prévoyait que désormais les associations ne pourraient organiser dans leurs locaux que des cours de culture et de langue chinoise réservée aux adultes ou aux jeunes gens d’âge post-scolaire membres de l’association responsable. Les programmes et les horaires des cours devaient être soumis à l’autorisation préalable du Chef du territoire.

479Naturellement, le consul de Formose protesta du caractère apolitique et de l’absence de prosélytisme de l’enseignement donné par les Associations.

480Le 27 janvier 1964, la France avait reconnu la Chine Populaire ; avant même que cette nouvelle ne soit devenue officielle, son annonce avait provoqué en Polynésie une intense émotion tant au sein de la minorité que dans les milieux politiques. Le 22 janvier le conseiller Céran-Jérusalemy avait déposé une proposition tendant à faire dresser la liste des Chinois désireux d’opter pour la nationalité française pour que le gouvernement puisse les intégrer par un processus accéléré. L’examen de cette proposition donna à l’Assemblée l’occasion d’ouvrir le 29 janvier un des débats les plus passionnés qu’elle ait connus.

481Les opinions qui furent alors échangées convergèrent, à l’exception de quelques voix qui exprimèrent les réserves traditionnelles, vers la constatation que la minorité, dans son ensemble, avait rapidement évolué, au cours des dernières années, vers l’assimilation. Elles divergèrent ensuite quant aux mesures à prendre. Le Rassemblement des Populations Tahitiennes, parti majoritaire, se rangea au point de vue exprimé par le député Teariki, pour qui seule la naturalisation présentait des garanties de sécurité puisqu’elle permettait un choix. L’Union Tahitienne, affiliée à l’U.N.R., voulait « parier sur la jeunesse chinoise qui s’assimile à grands pas » et faire plus, à savoir demander au Gouvernement français l’application en Polynésie des articles 44, 45, 47 et 52 du Code de la Nationalité qui aurait permis l’accès à la nationalité des mineurs étrangers nés dans le Territoire et des résidents étrangers nés ailleurs mais résidant en Polynésie à la date de leur majorité. L’amendement que je déposais dans ce sens fut repoussé par 13 voix contre 9 voix pour et trois abstentions.

482Le leader du « Pupu Tiama Maohi », Jean-Baptiste Céran-Jérusalemy, l’indépendant Vanizette et le sénateur-maire Poroi — ce dernier avait beaucoup évolué depuis 1954 — s’y étaient ralliés après avoir exprimé des positions très libérales.

483Mais nous fûmes unanimes à voter le texte d’un télégramme destiné au Général de Gaulle ainsi rédigé : « L’Assemblée Territoriale, soucieuse des conséquences particulières de la reconnaissance de la Chine de Pékin insiste respectueusement pour que des dispositions diplomatiques préservent le territoire d’une infiltration communiste et préconise l’admission plus libérale par la naturalisation des ressortissants Chinois à la nationalité française, favorisée par le maintien du consul de Formose. »

484Ce jour-là, une page de l’histoire de la minorité était officiellement tournée.

485Paradoxalement, le consul de Taiwan resta à Tahiti jusqu’au 3 septembre 1965. Alors qu’ailleurs dès qu’une nation reconnaissait Pékin, Formose fermait ses légations, il fallut plus d’un an et demi à Tahiti pour qu’on en arrive à ce résultat.

486Encore est-ce sur la pression de Pékin qu’il fut acquis. M. Argon C.T. Kuan, en faisant ses adieux à Papeete, déclara : « Après la rupture des relations diplomatiques entre la France et la République de Chine, mon gouvernement m’a demandé de rester selon le désir exprimé à plusieurs reprises par le gouvernement local et sur l’accord implicite du gouvernement français. Maintenant, par une décision du gouvernement français en sens contraire, je pars. La décision française ne m’étonne pas parce que j’étais prêt à une telle éventualité depuis toujours. Tout ce que je voudrais dire, c’est que les relations politiques sont opportunes et transitoires, les relations humaines sont permanentes ; et ce sont les relations humaines qui portent les valeurs réelles. »

487L’immeuble du consulat de Chine, qui a été acheté et construit avec des fonds privés a été confié à sept personnalités : M. Sin Tung Hing, Président d’honneur de l’Association Philanthropique, Yune Kong, Président du Kuo Min Tong, Yeou Kei Sin, ancien Président du Kuo Men Tong, Lau Fou Ken, Président du Kuo Min Tang, Law Ah Loi, ancien Président du Kuo Min Tang, Charles Chin, Président du Kuo Min Tang d’Uturoa. Mais l’exequatur n’a pas été donnée à un consul communiste.

L’AVENIR DE LA MINORITÉ CHINOISE DE POLYNÉSIE

488Dès 1962, l’intégration de la minorité dans la communauté franco-tahitienne était déjà largement engagée. Laissons parler les chiffres du recensement.

489La population de la Polynésie était alors de 84 500 habitants, alors qu’elle avoisine 100 000 aujourd’hui compte tenu de l’apport du C.E.P.

490Donc les citoyens français représentaient déjà 40 %.

491Sur ces 9 527 habitants, 3 373 déclarèrent qu’ils parlaient et écrivaient le chinois : encore la plupart ne connaissent-ils que quelques centaines de caractères.

492Cet aspect linguistique n’est évidemment pas le seul qui caractérise une assimilation quoiqu’il soit essentiel.

493Nous avons déjà, à plusieurs reprises, constaté que la minorité avait peu à peu perdu une part de ses caractères propres et que cette tendance s’était accentuée et accélérée depuis quelques années, à tel point que les autres habitants du pays avaient rompu avec la politique traditionnelle d’ostracisme : ce revirement peut être considéré comme un effet d’une assimilation déjà acquise mais il doit être aussi envisagé comme une des causes de cette assimilation si elle s’affirme dans un proche avenir comme cela nous paraît probable et souhaitable.

494Mais ce processus sociologique ne se déroule pas en vase clos et, s’il est influencé par des facteurs locaux, il pourrait être remis en question par des influences extérieures.

495Nous avons dit que l’évolution de la minorité chinoise en Polynésie se joue en concomitance avec la symbiose franco-tahitienne qui, elle, est déjà largement greffée sur le plan ethnique comme sur le plan institutionnel ; il est logique que ces deux phénomènes s’interpénètrent.

496Mais les sollicitations nationales auxquelles elle peut être attentive sont doubles et le moment est venu d’examiner l’aspect international du problème.

497Les Chinois d’outre-mer sont depuis plus de vingt ans l’enjeu d’une lutte d’influence entre Pékin et Taiwan.

498Les statistiques de la presse chinoise dans les pays étrangers données par le China Year Book de 1964-1965 (p. 290-291) donnent une idée de la force respective des positions :

499La République Populaire, grâce à sa population et son assise continentale, a repris la prétention de la Chine d’être le centre du monde. Cela se traduit d’abord par sa volonté de reconquérir tous les pays où son drapeau ne flotte plus aujourd’hui mais qui furent autrefois sinisés, notamment sur son pourtour, de la Mongolie à la Birmanie, en passant par le Thibet. Cela s’exprime aussi par sa volonté de représentativité non seulement dans le Sud-Est Asiatique, mais auprès du Tiers-Monde : il s’agissait jadis de se faire considérer comme la seule Chine mais cela se double, depuis le conflit avec Moscou, de la vocation à s’identifier exclusivement avec le communisme orthodoxe.

500En Asie, la Chine communiste se heurte depuis l’après-guerre à la puissance des États-Unis, avec des fortunes diverses. Ses succès militaires en Corée avaient pu laisser augurer qu’elle continuerait à rechercher des occasions de franche confrontation.

501Bien qu’à certains stades de l’escalade par laquelle les États-Unis accentuent leur pression sur le Nord Vietnam, les représentants de Pékin aient déclaré que la Chine, à son tour, « pourrait bien » employer la force, il semble qu’ils ne souhaitent pas mettre leur menace à exécution, car la puissance militaire conventionnelle américaine dissuade adéquatement les Chinois de toute aggression (12, p. 43).

502Pékin a surpris le monde en réalisant en octobre 1964 le premier test d’un programme nucléaire entrepris en 1957, malgré que la Chine ait vivement ressenti les effets du conflit politique qui l’oppose à la Russie depuis 1959. D’une part, la défection soudaine de l’aide technique et économique soviétique a provoqué un coup d’arrêt qui a perturbé son développement, d’autre part elle se trouve dans son action auprès des partis communistes étrangers en lutte d’influence avec son ancienne alliée.

503Lorsqu’a été préparée une seconde conférence afroasiatique, la République Populaire de Chine a combattu la prétention obstinée de l’Union Soviétique de se voir considérée comme un pays asiatique et donc son admission. Aussi, l’ajournement de ces assises du Tiers-Monde qui devaient se tenir à Alger a-t-il été un échec pour Pékin.

504Avant les négociations qui aboutirent en 1963 au traité interdisant les expériences nucléaires autres que souterraines, les Chinois étaient restés sourds aux objurgations des Russes fondées sur ce que l’étincelle d’une guerre nationale pouvait entraîner la guerre mondiale atomique et leur réponse peut-être comparée à celle que fit la France aux États-Unis : la signature du traité équivalait à une dépendance absolue vis-à-vis des puissances nanties de l’armement considéré comme essentiel.

505Dans ce contexte, les tentatives des Chinois en Afrique où ils n’ont pas les moyens financiers d’apporter une aide comparable à celle déjà fournie par les occidentaux se sont avérées généralement infructueuses.

506Le long périple africain qu’accomplit Chou En Lai à la fin de 1963 et au début de 1964 s’est soldé dans l’ensemble par un échec que confirmèrent en 1965 les expulsions des missions chinoises du Kenya, du Dahomey, de la Haute-Volta, de la République Centre-Africaine…

507« Dès que la Chine a dépassé la phase d’approche et que ses contacts avec le continent (africain) se précisent et s’étendent, les causes de friction deviennent plus fréquentes et des désillusions apparaissent » (51).

508En Asie, les communistes Chinois continuent à jouer un rôle inquiétant dans la péninsule indo-chinoise, mais ailleurs ils semblent marquer le pas quand ils n’éprouvent pas de sanglants échecs comme en Indonésie où la révolution de 1965 les a pris comme boucs émissaires.

509Il n’en demeure pas moins qu’aux yeux du monde et particulièrement des Chinois d’Outre-Mer, c’est Pékin qui donne l’impression d’une puissance conquérante.

510La vitalité de Formose, l’appui que lui ont constamment prodigué les États-Unis notamment lors de la défense de Quemoy et Matsu contrebalancent mal le dynamisme de Pékin. Il n’en demeure pas moins que de plus en plus, du fait de l’ancienneté de leur implantation, du rôle qu’ils jouent dans l’économie de leurs contrées d’adoption, mais aussi des modes de vie et de pensée qu’ils ont acquis, beaucoup de Chinois d’Outre-Mer quand ils s’interrogent sur leur avenir, ont tendance à le situer au sein de la nation qui les a accueillis.

511C’est cette conclusion que Victor Purcell donnait à la seconde édition de sa remarquable étude sur les Chinois dans l’Asie du Sud-Est (27, p. 567).

512« Le fait que la Chine ait retrouvé son rang de grande puissance grâce au parti communiste Chinois a donné au Gouvernement Populaire un grand prestige aux yeux des Chinois d’Outre-Mer. Mais cela ne veut pas dire que la majorité d’entre eux se soient convertis au communisme. Un grand nombre de commerçants, de détaillants Chinois de l’extérieur, sont actuellement indifférents vis-à-vis du régime de Tchang Kai Tchek, mais ils se comportent comme des capitalistes dans un cadre capitaliste et leurs intérêts sont liés à l’économie du pays où ils vivent… ».

513En Polynésie, la minorité chinoise ne s’est pas partagée en deux camps comme ce fut le cas dans la plupart des pays de l’Asie du Sud-Est. Le fait qu’il n’existe pas dans ce territoire une seule cellule déclarée d’un parti communiste français ou autochtone et que tous les indigènes se rattachent à une foi chrétienne rendrait difficile l’existence d’un groupe marxiste étranger ; l’action d’une haute administration coloniale très dépendante de gouvernements français d’où les communistes sont absents depuis vingt ans l’aurait également découragée.

514Cette situation ne semble pas devoir se modifier. Le gouvernement du Général de Gaulle attache trop d’importance au Centre d’Expérimentations du Pacifique pour y laisser naître une influence communiste. Son gouvernement et celui de Pékin ont trop d’intérêts liés sur le plan international depuis qu’ils ont été les seuls à refuser le traité d’interdiction des essais nucléaires de 1963 pour que la Chine Populaire, si soucieuse qu’elle soit de son expansion idéologique, les compromette en voulant conquérir une minorité déjà si lointaine à tous points de vue.

515Cette étude nous aura permis de détruire un mythe, celui des Chinois qui ne peuvent changer. Ceux de Polynésie qui sont devenus Français et le deviendront de plus en plus seront-ils « des patriotes de l’été et des citoyens du beau temps » ? Nous ne le pensons pas.

Notas

1 Il faut noter cependant qu’en avril 1851 l’Orixa, un trois-mâts français venant de Manille, est entré dans le port de Papeete avec 98 Chinois à son bord (Bulletin Officiel de 1851, page 179 de la réédition) ce navire a quitté Papeete en mai avec seulement 92 Chinois (Idem, p. 208).
L’un d’entre ceux qui avaient débarqué, Asing, fut admis à résidence le 12 mai 1851 (idem, p. 209) et un autre, Amune, qui avait été autorisé, à s’engager comme cuisinier, était affiché pour son départ en novembre 1852.
Les chroniques du Messager de Tahiti notent qu’A-Sam fut admis à résidence en janvier-février 1864 (n° du 5 mars 1864), que le 25 avril 1664, « Tenito », Chinois, a débarqué à Papeete venant de Huahine.

2 Vers 1885, quelques familles immigrèrent de Pondichery pour s’établir à Tahiti où leurs descendants se sont intégrés à la société locale.

3 Les fondateurs de la Société ne semblent pas avoir misé, à l’origine, sur la culture du coton, mais le prolongement de la guerre de Sécession (1860-1865) rendit cette production rentable à Tahiti pendant quelques années.

4 En réalité, les Chinois devaient porter le costume habituel des immigrants composé de deux pièces de coton : une courte veste étroite boutonnée sur le devant à l’aide de brandebourgs et un pantalon Une paire de savates à semelles souples et une calotte noire complétaient leur vêtement.

5 Nous devons ces renseignements à notre ami Calinaud, magistrat à Tahiti.

6 Kavatier, Pometia pinnata Foester (Maclet et Barrau, Catalogue des plantes utiles, aujourd’hui présentes en Polynésie Française, 1959 et 1961). Selon ces auteurs, l’arbre aurait été introduit des Samoas.

7 R.V. Moench, qui ignorait l’existence du registre tenu à compter de cette date, dût s’en douter quand il s’étonna, dans une note qui nous a été remise par le RP. O’Reilly, de ce que dans celui commencé en 1904 n’aient figuré que 60 Chinois portant des numéros inférieurs à 700 ; il en chercha l’explication dans le fait qu’à l’origine les Asiatiques avaient pu figurer dans une nomenclature concernant tous les étrangers, mais trouva son hypothèse peu satisfaisante et ne la fournit que sous réserve que les registres de 1904 aient vraiment été les premiers.

8 Les vieillards connurent sur leur sol natal une existence difficile : ceux qui se trouvaient en zone communiste n’arrivaient pas à s’adapter au mode de vie qui leur était imposé par le régime tandis que ceux qui s’étaient réfugiés à Hong Kong, ne pouvant s’y recréer une activité professionnelle, dépendaient de l’aide financière que les membres de leurs familles restés à Tahiti leur apportaient non sans difficultés. Les Chinois de Papeete recherchaient alors désespérément, au marché noir, des dollars qu’ils leur expédiaient, non sans risques, par la voie postale. Par contre, les jeunes purent souvent se tailler à Hong Kong, grâce à leur connaissance du français et à l’instruction générale qu’ils avaient reçue avant leur départ, des situations intéressantes dans les affaires. Beaucoup ont gardé la nostalgie de Tahiti où ils ne peuvent plus se rendre, en principe, qu’en touristes. Deux d’entre eux m’ont fait le récit de leurs dures expériences du régime communiste qu’ils ont fui. J’ai aussi rencontré, en 1966 à Jesselton, dans le Nord de Bornéo, un architecte originaire des Iles Sous-le-Vent, qui donne des cours à l’Alliance Française. Son exemple prouve à quel point l’enseignement reçu en Polynésie peut porter ses fruits et combien sont payants les efforts faits par la Métropole et le Territoire pour développer l’instruction sans se soucier de la nationalité de ceux qui en bénéficient.

9 Nous extrayons de l’Étude démographique sur les E.F.O. de M. Raoul Teissier les chiffres de la population globale et de celle des Chinois depuis un siècle :

Population de la Polynésie Française

Image 3.jpg

La population de l’île de Tahiti était de :
— 9 486 âmes en 1863.
— 9 380 âmes en 1881.

Image 4.jpg

Note : Les statistiques de 1962 ci-dessus sont celles qui ont été publiées cette année-là au Journal officiel du Territoire. Les résultats définitifs du recensement ne seront publiés qu’en 1967, mais nous devons à l’obligeance de Mile Dom la communication des tableaux concernant particulièrement la minorité, qui figureront en annexe. Ils concernent :
1. La population d’origine chinoise et mi-chinoise de chaque circonscription par nationalité (annexe 8 a) ;
2. La population d’origine chinoise et mi-chinoise par nationalité et lieu de naissance (annexe 8 b) ;
3. La population chinoise et mi-chinoise de chaque nationalité par sexe et groupe d’âge (annexe 8 c) ;
4. La population chinoise et mi-chinoise par nationalité et lieu de naissance (annexe 8 d) ;
5. La population d’origine chinoise et mi-chinoise de chaque circonscription administrative par nationalité et religion (annexe 8 e) ;
6. La population d’origine chinoise et mi-chinoise âgée de 15 ans et plus par sexe et degré d’instruction pour l’ensemble de la Polynésie (annexe 8 f) ;
7. La population d’origine chinoise et mi-chinoise par sexe, nationalité et branche d’activité (annexe 8 g) ;
8. La population chinoise et mi-chinoise, active, de 15 ans et plus, par sexe, nationalité et catégorie socio-professionnelle (annexe 8 h).

10 Gérald Coppenrath. L’évolution politique de la Polynésie Française depuis la première guerre mondiale, Journal de la Société des Océanistes, tome VI, décembre 1959, pp. 246 à 249.

11 Le 24 juillet 1937, le gouverneur Chastenet de Géry refusera à M. Tsien You, n° 3413, la formation de l’Association Philanthropique Océanienne dont il envisageait de prendre la présidence.

12 Jugements prononcés par le Tribunal Civil de Papeete

Image 5.jpg

La recrudescence des divorces à partir de 1961 tient en grande partie à ce que l’assistance judiciaire a été accordée plus libéralement.

13 En réalité, Madame Wong Wing est la mère de Nimen et de Kap You Shan Shei Fan et c’est la famille qui est propriétaire du magasin Wing Man Hing.

14 Ces relations peuvent se comparer à celles qui, en Indo-Chine, liaient les exportateurs de riz à leurs « ramasseurs » (27, p. 195-197).

15 Voir notamment : Tahiti et le mythe de l’indépendance, (Les temps modernes, févr. 1965).

16 Il s’est notamment concrétisé dans le domaine de l’accès à la propriété. A Tahiti, jusqu’alors, les Français d’origine asiatique obtenaient difficilement le droit d’acquérir des biens immobiliers. Le Conseil de Gouvernement qui examine les demandes présentées par eux se montre plus libéral depuis 1965. Sa jurisprudence tend à permettre au chef de famille d’acheter un terrain propre à la construction d’une maison et à l’exercice de son activité commerciale, artisanale ou industrielle. Dans d’autres pays de telles facultés ont été ouvertes même aux étrangers. A titre d’exemple, au Siam, le Code des Terres de 1954 autorise les Chinois à acquérir 4 000 m2 pour l’habitation, 2 000 m2 pour le commerce, 2 hectares pour l’agriculture ou l’industrie (49, p. 61).

© Société des Océanistes, 1967

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Comprar

Volumen papel

amazon.fr