Version classiqueVersion mobile

Journal de James Morrison, second maître à bord de la « Bounty »

 | 
James Morrison

Le « Journal »

Deuxième partie. Description de l’île de Tahiti et des mœurs des insulaires

Texte intégral

  • 1 Cette note est apparemment d’une autre main.

1L’île de Tahiti est mieux située par le capitaine Cook que je ne saurais le faire moi-même avec un médiocre quadrant. Sa latitude est entre 17° 28’ et 18° sud et sa longitude environ 211° est (d’après le capitaine Cook la pointe Vénus est de latitude 17°29’30" sud et de longitude 149° 32’ 30" ouest)1.

2L’île consiste en deux péninsules, toutes deux de forme circulaire et reliées par un isthme de terres basses d’environ 2,5 à 3 milles de large. La grande péninsule est appelée Tahiti Nui ou Grand Tahiti ; elle a une circonférence d’environ 80 milles. La petite péninsule est appelée Tahiti Iti ou Petit Tahiti et Taiarapu ; elle a d’après mon estimation, une circonférence d’environ 30 milles. N’ayant pas d’instruments pour faire ces calculs je ne puis que donner la distance d’après mon opinion. L’île dans sa plus grande partie, est protégée par un récif qui, par endroits se trouve de 1 mille à 1 mille 1/2 du rivage et à l’intérieur duquel se trouvent de nombreux îlots. La plage est par endroits de sable blanc et en d’autres de sable noir.

ASPECT DU PAYS

3Les deux péninsules sont montagneuses et couvertes d’arbres d’essences variées, l’une et l’autre ayant une bordure de terrain plat (coupée de temps à autre par des montagnes sortant de la mer) recouverts d’arbres, arbres à pain et cocotiers pour la plus grande partie. De nombreuses montagnes surgissant de la mer s’élèvent progressivement jusqu’à former un massif montagneux au centre de l’île, visible à plus de 20 milles. Ces montagnes sont divisées par d’innombrables vallées très verdoyantes, les crêtes étant recouvertes de roseaux qui de loin ressemblent à de l’herbe lorsqu’ils sont verts, et le sommet des collines est en majeure partie recouvert de grands arbres ; les plus hautes montagnes laissent aperçevoir d’innombrables cascades d’un aspect charmant et on peut en compter une trentaine qui, coulant d’une haute montagne derrière Matavai appelée Orohena, arrosent les vallées avoi-sinantes ; avant d’atteindre la mer elles forment de nombreux ruisseaux et rivières d’une eau excellente, provenant de sources dont quelques-unes jaillissent à même le rocher.

AIR ET CLIMAT

4Le climat des îles de la Société est très peu différent de celui des Antilles et peut être considéré comme semblable (après avoir inverti les saisons, les Antilles étant dans l’hémisphère nord). Le soleil passe au sud en septembre et y reste jusqu’en mars ; à cette époque il repasse au nord. Pendant les six mois où le soleil est au sud de l’équateur le temps est variable et les vents changeants et lorsque le soleil passe au zénith la saison des pluies commence et continue avec intervalles pendant que le soleil passe au sud et revient ensuite au nord, ce qui se produit d’octobre à avril ; pendant cette saison le vent d’ouest est dominant, soufflant quelquefois avec violence et développant une grosse mer. Lorsque le vent souffle du nord ou du sud il amène en général du tonnerre et des éclairs, et des pluies torrentielles s’ensuivent, gonflant les rivières qui se répandent en quelques heures sur la région côtière en charriant de grands arbres de la montagne et en entraînant de gros rochers — il arrive souvent que les maisons des indigènes soient ainsi emportées à la mer ; ils s’en tirent d’ailleurs sans grand dommage et se procurent, grâce à ces crues, de grandes quantités de bois à brûler sans avoir à aller dans la montagne — tandis que les vents d’ouest amènent la grosse mer. C’est la plus mauvaise saison pour visiter Tahiti car la baie de Matavai est loin d’être sûre, étant exposée à ces vents et, dans toute l’île il n’y a aucun mouillage qui soit sûr, sauf celui de Pare où se tenait la « Bounty » ; l’entrée de celui-ci est étroit et rocheux nécessitant la pose de bouées pour en indiquer le passage ; il faut d’autre part choisir un temps calme pour se faire remorquer au dehors car l’alizé souffle vers l’intérieur et les vents d’ouest amènent toujours du mauvais temps.

5Le port de Pare est le seul à Tahiti où un navire peut mouiller en sécurité en n’importe quelle saison (la baie de Matavai n’est sûre que 6 ou 7 mois de l’année) ; le mouillage y est bon par 8 ou 16 brasses avec fond de sable noir.

6Quant à la baie de Matavai, il existe à l’ouest du récif qui défend la pointe Vénus, et à environ une encâblure, un banc de corail appelé Banc du Dauphin, sur lequel il y a 13 pieds d’eau, mais, entre ce banc et le récif, se trouve une passe avec 22 brasses de fond et je recommanderais cette passe avant de venir sous le vent, et en longeant le récif sans s’en approcher de plus de 10 brasses on peut y entrer et mouiller en sécurité ; mais, en allant à l’ouest, on risque de rencontrer quelques risées détournées vers le sud par une falaise (Colline de l’Arbre) dominant la baie et qui sont suivies de quelques minutes de calme avant que le vent régulier ne retrouve sa force ; un navire peut être amené à faire une fausse manœuvre dans une zone dangereuse ou bien à ressortir et revenir au vent, surtout avec peu d’hommes sur le pont ce qui est souvent le cas après un long voyage. Cela ne se produit pas toujours et avec une brise de mer soufflant frais il n’y a aucun danger ; d’autre part en se tenant à l’est du Banc il n’y a rien à craindre ; il existe une autre roche dans la baie mais elle est visible et proche de la partie est de la plage.

7L’eau est abondante dans toute l’île mais ce n’est pas le cas du bois à brûler car, en bordure de la mer, il y a peu d’arbres en dehors de l’arbre à pain et du cocotier qui recouvrent les terres basses, et chaque arbre ayant un propriétaire il doit être acheté à moins d’obtenir la permission de le couper. Lorsque le soleil est au nord de l’équateur, l’air est clair et le temps beau et le vent souffle régulièrement du sud-est et les terres basses étant recouvertes d’arbres, on y trouve une ombre agréable et la chaleur ne se fait pas trop sentir. Pendant cette saison, les indigènes passent d’un côté de l’île à l’autre en traversant le massif montagneux, ce qui leur est impossible pendant les pluies, période pendant laquelle ils sont forcés de se déplacer le long de la côte.

8Les saisons diffèrent beaucoup d’un côté à l’autre de l’île ; cela est dû à la présence de Moorea qui s’étend au nord et au sud à l’ouest de l’île ; lorsque l’alizé souffle sur la côte nord, le vent d’ouest souffle frais sur la côte sud ; par contre, lorsque le vent passe au sud-sud-est, il neutralise le vent d’ouest et la côte sud reçoit des torrents de pluie venant des nuages qui s’amassent sur les montagnes de Taiarapu tandis que la côte nord jouit d’un beau temps pour ainsi dire sans pluie pendant 6 mois. Ceci influence la récolte des fruits de l’arbre à pain qui, au nord, commence vers le mois de novembre pour se terminer vers janvier, tandis qu’au sud elle est parfois terminée en novembre dans une saison et ne commence qu’en janvier dans une autre.

9Les marées, ainsi que dans d’autres pays tropicaux, sont faibles et la plus grande marée observée à la pointe Vénus était de 45 cm ; l’étale et la renverse à 2 h environ.

SOLS ET PRODUITS

10Le sol du pays est riche et fertile et dans les vallées et terres basses, il est constitué par un terreau noir fin. Par contre, de part et d’autre de l’isthme c’est un sol plutôt dénudé de corail et de sable, ne produisant que des fara et des cocotiers.

11Les collines ont plusieurs stratifications de couleur rouge, blanche, jaune foncé et bleue avec diverses espèces de cailloux. La couche rouge est une espèce d’argile dans laquelle on trouve des cailloux semblables à de la cornaline qui, frappés, donneront une étincelle mais se désagrègeront facilement étant constitués d’éléments agglomérés.

12La couche blanche est une espèce d’argile à pipes, sans cailloux, la noire un terreau fin et gras ; la couche jaune est un genre de gravier avec de gros cailloux et la bleue une terre glaiseuse solide ; toutes ces stratifications se trouvent à une profondeur de 3 à 4 m avec au-dessous une roche friable de couleur brune mélangée à une roche noire et dure ; il y a également de grandes falaises d’une roche noire dont les indigènes font leurs herminettes.

13Les montagnes sont rocheuses à leurs sommets, mais, dans leur plus grande partie, sont recouvertes d’une bonne épaisseur de terre.

14Les falaises ont un aspect brûlé bien que les indigènes n’aient pas souvenir d’un volcan en activité.

15A un certain endroit dans les montagnes, une colline entière paraît avoir été retournée ; les indigènes prétendent que c’est l’œuvre du tonnerre mais il est plus probable qu’un tremblement de terre en soit la cause. Les lits des rivières sont en gravier et grosses pierres qui paraissent provenir en partie des collines. Certaines de ces pierres sont dures, d’autres contiennent une matière transparente qui fond au feu et beaucoup sont couvertes de trous comme une pierre ponce sans toutefois en avoir la légèreté.

16Les vallées sont fertiles et s’enfonçent sur plusieurs milles, mais, dans l’intérieur les montagnes, sont inaccessibles, étant très abruptes et soumises à de fréquentes pluies et la seule façon de les gravir est en suivant les crêtes, à partir du bord de mer.

17Les produits de ces îles sont les cochons qui sont de belle taille et dont la chair est excellente ; des chèvres en grande quantité, des chiens considérés comme un mets de choix et qui d’après les premiers voyageurs valent l’agneau d’Angleterre. Tels sont les quadrupèdes dont ils apprécient la chair. Ils ont également des chats et des rats qu’ils ne mangent point. Il reste quelques spécimens de bovidés noirs qu’ils n’apprécient pas. Les poulets existent en quantité et la chair des jeunes valent ceux d’Eurpoe, étant tendres et d’un goût excellent. Ils ont également des oiseaux et des poissons qui seront décrits plus loin. Les légumes, fruits et racines divers sont les suivants.

RACINES

18Les ignames appelés ufi poussent à l’état sauvage dans les montagnes ; ils ont de 30 cm à 1,50 m de long et de 12 à 15 cm d’épaisseur ; excellents mais peu recherchés vu l’effort à faire pour les déterrer, sauf lorsque le maiore se fait rare ; ils ne sont jamais cultivés.

19Le taro est une racine cultivée qui pousse dans l’eau, le terrain utilisé étant fermé sur les côtés par une butte de terre pour que l’eau y séjourne ; elle atteint une taille de 30 à 35 cm en longueur et en largeur, et est inférieure en goût aux ignames ; lorsque la racine est préparée elle est tachetée de vert, de bleu et de blanc ; quant aux feuilles, elles constituent un excellent légume dont le goût ressemble à notre asperge mais, lorsqu’elles sont mal préparées, elles provoquent une démangeaison du fondement qui persiste plusieurs heures après leur ingestion.

20Le umara est une espèce de patate, différente de celle que l’on trouve en Amérique ou aux Antilles et qui est ici de couleur orange et de la taille d’une pomme de terre d’Angleterre. On les obtient en plantant une bouture de la tige, qui en prenant racine, produit la patate.

21Les ape sont de grosses racines de montagne ressemblant au taro mais beaucoup plus grosses ; elles sont plus grossières et plus fades. Lorsqu’on les mange sans les avoir proprement préparées elles provoquent une désagréable démangeaison de la bouche et de la gorge qui demeure un certain temps ; pour éviter ceci on les conserve toute la nuit dans un four ce qui fait disparaître ce défaut.

22Le apura est un petit taro qui pousse dans les montagnes et qui a une saveur brûlante et piquante que l’on fait disparaître de la même manière que pour le ape.

23Le teve est une racine de la taille d’un navet qui pousse dans toute l’île et qui doit être préparée de la même façon que les précédentes.

24Le pia est une racine ressemblant à une pomme de terre mais très amère qui ne peut être consommée qu’après avoir été râpée et lavée dans l’eau ; on en fait une pâte que l’on bat et que l’on rôtit ensuite. Voici comment on la prépare :

25Après avoir râpé les racines avec une pierre on met le tout dans un récipient avec de l’eau ; lorsque la farine est déposée au fond on change l’eau et ainsi de suite pendant cinq ou six jours. Ensuite, on la sèche, et elle a alors l’aspect d’une fine farine qui permet de faire d’excellentes crêpes et puddings.

26Le hoi est une racine qui pousse seulement dans la montagne et qui est comestible lorsqu’elle est convenablement préparée. Il existe beaucoup d’autres racines comestibles dans les montagnes mais elles sont peu recherchées sauf en période de disette.

27Le gingembre et le curcuma poussent en abondance dans toutes les îles, ainsi que le tabac, la canne à sucre, le maïs, les citrouilles, les piments rouges, etc.

FRUITS

28Parmi les fruits, celui de l’arbre à pain qui comprend près de 30 espèces mérite d’être cité en premier. Cet arbre (appelé uru par les indigènes) atteint la taille d’un chêne et fournit la nourriture, les vêtements, le bois pour faire les maisons et les pirogues et la poix pour les calfater. Les feuilles sont également utilisées pour envelopper les mets que l’on prépare. Ces feuilles sont de dimensions différentes, certaines n’ayant pas plus de 20 cm et d’autres ayant jusqu’à 60 cm de longueur ; elles sont larges et de l’épaisseur d’une feuille de chou.

29Les feuilles ont 4 ou 5 crénelures d’une profondeur de 15 cm environ ; elles sont d’une couleur vert foncé ; l’arbre ne perd jamais toutes ses feuilles et paraît constamment en floraison, les feuilles tombantes étant détachées des branches par la poussée des jeunes feuilles ; les branches sont étendues et portent à leur extrémité un ou deux fruits, rarement plus, ronds ou ovales, de 7 à 15 cm de diamètre ; avant la maturité il est d’un beau vert et sa peau est rugueuse et lorsqu’il murît, la peau devient plus lisse et de couleur jaune brunâtre avec des taches blanches provenant de la sève ; il se ramollit alors et devient sucré au goût et écœurant, à moins d’être mélangé à la préparation appelée mahi. Si on le cueille avant qu’il ne tombe de lui-même et qu’on le cuise, l’intérieur est de couleur jaune et sa consistance semblable à celle d’une pomme de terre bien que le goût diffère de tout ce que j’ai pu goûter au cours de mes voyages en Europe, en Amérique et aux Indes ; toutefois le goût en est plaisant et bien qu’ainsi préparé, il ne se conserve pas plus de 2 jours, il se trouve en si grande abondance qu’il remplace le pain et constitue ici son équivalent.

30Le haari ou noix de coco est le fruit d’un arbre qui est des plus utiles ; lorsque les noix sont jeunes, elles constituent une excellente boisson et lorsqu’elles sont mûres elles servent à faire de l’huile et des sauces pour le poisson, puddings etc. la coque de la noix sert de bol pour boire et manger ; de la bourre on fait de la corde pour assembler les pirogues et les feuilles sont utilisées pour couvrir des huttes temporaires, pour faire des paravents pour les maisons, des paniers, etc. Lorsque les arbres ne donnent plus de fruits ils servent de bois à brûler ; ils produisent toutefois pendant de longues années, perdant souvent leur sommet par la foudre. Ils demeurent toujours verts, et perdent chaque année quelques-unes de leurs feuilles ou plutôt de leurs branches et ne cessent de croître avec l’âge.

31Le vi ou pomme jaune est un fruit délicieux de la taille d’une pomme d’Angleterre bien que de goût, odeur et consistance différents ; la pulpe est enfermée dans une substance fibreuse qui entoure le noyau ; la peau en est mince et dure comme celle d’une prune et lorsque le fruit est mûr, il est d’une belle couleur dorée ; son goût est supérieur à celui de l’ananas et il peut être consommé avec excès sans inconvénient ; il pousse sur un arbre majestueux qui perd ses feuilles régulièrement, les feuilles tombant en septembre, et réapparaissant avec les fruits vers la Noël ; le fruit est mûr vers le mois de juin. Certains de ces arbres ont près de 3 m de circonférence mais le bois en est tendre et spongieux et ne peut servir que pour faire du feu. On le plante soit par graines, soit en plantant une branche qui prend rapidement racine et donnera bientôt des fruits.

32Le ahia est une autre espèce de pomme, plus semblable à la pomme anglaise mais plus fade et aqueuse ; lorsqu’elle est mûre elle est d’une belle couleur blanche et rouge ; l’arbre est de la taille d’un cerisier et comme lui, perd ses feuilles mais le fruit n’est mûr que vers le mois d’octobre. Ces 2 derniers arbres ainsi qu’un autre à fleurs rouges semblables aux fleurs du chèvrefeuille sont les seuls arbres qui perdent toute leurs feuilles à un moment donné ou avant que les prochaines feuilles n’apparaissent.

33Le rata ou ihi est une sorte de chataîgne semblable à un gros haricot de 5 cm environ ; les arbres sont de belle taille et leur bois est un excellent combustible.

34Le pomelo appelé ici uru papaa (ou pain anglais) fut planté par le capitaine Cook, ne donna jamais de fruits remarquables, ayant été planté à titre de curiosité par les indigènes en différents points de l’île.

35Le meia nom générique des bananes pousse ici en abondance et donne remarquablement bien. La grosse banane de cheval appelée ici tavahi-papa-rua atteint près de 25 cm de long et un diamètre sensiblement égal ; on en fait d’excellents puddings, en la mélangeant à du taro et à de la noix de coco.

36Le orea ou banane du pays est la meilleure de toutes les espèces de petites dimensions dont l’île produit une douzaine de variétés non mentionnées ici.

37Le fei ou banane de montagne diffère des autres espèces ; n’en ayant jamais vu aux Antilles ni aux Indes, je suppose qu’elle est spéciale aux îles des mers du sud. Le tronc est pourpre tirant sur le noir, les feuilles plus longues et plus foncées que celles du bananier ordinaire et le fruit au lieu d’être dirigé vers le bas pousse droit sur son support.

38Lorsqu’on le cueille vert il remplace le pain. Lorsqu’il est mûr il a l’odeur et l’aspect de peinture jaune, la peau étant alors d’un rouge brun ; cuit et préparé en pudding il est aussi bon qu’une crème cuite, et sa racine préparée est semblable à l’igname. Ils poussent en grande quantité dans la montagne et on n’a que la peine d’aller l’y chercher. Dans la forêt on trouve les arbres et arbustes suivants :

39Le toa ou casuarina, au bois très dur, dont on fait les lances, massues, battoirs pour préparer les étoffes, etc. Son écorce sert à préparer une teinture brune de bonne qualité. Son bois est trop dur pour nos outils. Cependant les indigènes le travaillent avec des outils de pierre ce qui représente un effort considérable.

40Le tamanu ou Calophyllum est un bel arbre utilisé pour faire les grandes pirogues, des sièges, des repose-tête, des récipients et plateaux qui ont quelquefois jusqu’à 2 m de long et peuvent recevoir un cochon entier préparé. Ces récipients sont en général taillés d’une seule pièce et soigneusement finis. Le bois qui ressemble un peu au noyer se prête bien au polissage et on tire du fruit, qui est de la taille d’une noix, un parfum très agréable utilisé sur les étoffes.

41Le mara est un grand arbre dont le bois est blanc, dur et d’un grain serré ; lorsqu’il vieillit, il devient de couleur brune. On en fait des pirogues de guerre, des pièces cylindriques pour enrouler les étoffes, et de longues pagaies servant de gouvernail ainsi que des manches de haches et d’herminettes.

42Le faifai est un arbre de la taille d’un chêne, d’un bois ressemblant au chêne blanc ; il sert à beaucoup d’usages, entre autres, la construction de pirogues, de grand coffres, etc.

43Le amae est d’un grain serré, rougeâtre, utilisé dans la construction des pirogues, manches d’outils, etc. Cet arbre est habituellement planté sur les marae ou lieux de prière et ses feuilles sont utilisées dans les rites religueux.

44Le toi bois dur et blanc est utilisé pour les pirogues de guerre et les piroques ordinaires et pour faire des grattoirs pour la préparation des plantes à tapa.

45Le purau ou hibiscus tiliaceus ressemble un peu à un orme, ses fleurs sont jaunes ; le tronc sert à faire des pirogues, des pagaies et nous avons pu constater lors de la construction de la goélette qu’il convenait très bien pour les membrures et les pièces coudées. Les jeunes arbres qui poussent très droits sont utilisés comme chevrons pour les toits.

46Le torotea, dont le bois dur et blanc est utilisé comme balancier pour les pirogues, étant très résistant ; les indigènes l’utilisent pour clôturer leurs maisons.

47Le hutu bel arbre sert à la construction des pirogues mais n’est pas très résistant ; il produit une noix de la taille d’un cœur de mouton qui a la propriété de stupéfier les poissons lorsqu’on l’immerge dans les trous du récif ; ceux-ci se laissent alors prendre à la main sans chercher à s’échapper.

48Le tutui l’arbre de la noix à bougie est de la taille d’un noyer ; le fruit ressemble à une noix mais provoque des vomissements si on le mange ; les fruits après avoir été débarrassés de leur coque sont enfilés sur une nervure de feuille de cocotier et brûlent en donnant une lumière assez vive ; l’écorce donne une teinture brun clair et le bois sert de combustible.

49Le tou (ou Cordia Sebestina Orientalis) dont le bois est tendre et blanc sert à faire des écopes pour les pirogues ; ses feuilles mélangées aux fruits du mati donnent un colorant d’un très beau rouge pour décorer les étoffes.

50Le mati est une variété de figuier de la taille d’un cerisier, les fruits de la taille d’une petite cerise sont de couleur brune ; on les écrase sur les feuilles de tou pour produire le colorant indiqué plus haut. L’écorce fait d’excellentes lignes de pêche, des filets et de fines nattes utilisées comme ceintures (maro) ; on en fait également une étoffe solide.

51Le nono (ou Morinda Citrifolia) est un arbuste donnant un fruit semblable à un petit corossol d’un goût assez déplaisant et rarement consommé ; l’écorce donne un colorant jaune clair pour les étoffes.

52Le ora est une variété de figuier sauvage dont l’écorce donne une excellente étoffe grise, la plus résistante qui soit et très estimée.

53Le pua est un bel arbre qui porte des fleurs jaunes très parfumées qui sont utilisées à faire des couronnes que les indigènes portent sur la tête. Le tiare a des fleurs blanches qui ont le même usage.

54Le vavai ou arbre à coton pousse en abondance dans tout le pays mais on n’en fait aucun usage.

55Le roa (Urtica Argenta) est un arbuste dont l’écorce joue le rôle de chanvre et est utilisée pour faire les meilleures lignes de pêche. Il atteint la hauteur du chanvre et ses feuilles y ressemblent.

56L’aute (Morus papyrifera) ou mûrier à papier chinois ; l’écorce fait une étoffe blanche des plus fines et on en fait de grandes plantations, dans lesquelles les chèvres font de grands ravages malgré les fossés et les clôtures. Aussi ces animaux sont-ils soit attachés à des piquets soit chassés dans les collines où ils vivent à l’état sauvage, car on fait ici fort peu de cas de ces animaux.

57Le ofe ou bambou existe en abondance ; certains ont jusqu’à 20 m de hauteur mais sont assez fragiles. Coupés en sections ils servent de récipients pour l’huile ; ceux qui vivent loin du rivage les utilisent pour transporter l’eau de mer qui leur sert de sel. On en fait également des barrières, des cannes à pêche, des couteaux, etc., une espèce mince sert à faire des flèches, et les plus gros servent de carquois.

58Le aeho ou roseau croît en abondance sur les collines ; on l’utilise pour les toits, les barrières, la confection des torches pour la pêche de nuit. Les collines sur lesquelles il pousse sont souvent incendiées pour débrousser le terrain.

59Le oporo ou piment planté à l’époque du capitaine Cook de même que le tabac se trouve dans toutes les îles et les indigènes en portent les fruits sur eux à titre de curiosité.

60Le aute arbuste de la taille d’un rosier à une fleur rouge que les indigèness mettent dans leurs cheveux et qui est également utilisée pour les maladies des yeux, fréquentes chez les enfants ; mélangée à la nourriture elle n’est pas désagréable à absorber.

61Le fara ou palmier piquant, appelé aux Indes Pandanes, pousse ici en abondance près du rivage sur les terrains arides ; les racines poussent au-dessus du sol et soutiennent l’arbre à la façon d’étais de 1,50 m à 2 m de hauteur ; l’aubier est dur et utilisé pour les pointes de lance mais le cœur est mou et spongieux. Les feuilles poussent d’une façon particulière autour des branches ; elles ont jusqu’à 2 m de long et 10 cm de large avec des épines sur les côtés, et attachées sur des roseaux, elles servent à couvrir les toits ; on en fait de larges nattes qui servent de voiles ainsi que de très grandes nattes sur lesquelles sont exécutées les heiva ou danses.

62L’inflorescence est une grosse fleur de couleur crème au parfum très agréable, qui sert à parfumer l’huile et les étoffes. Le fruit est constitué par un grand nombre de noix poussant sur un cœur rond ; lorsqu’il est mûr il a l’apparence d’un ananas. Leur goût est sucré et plaisant et on les enterre souvent avec des bananes pour donner un bon goût à ces dernières.

63Le paeore variété de palmier dont les feuilles ressemblent à celles du fara mais sans piquants ; elles servent à la fabrication de nattes pour dormir et pour se protéger de la pluie. Il pousse seulement dans la montagne ainsi que l’ahi ou bois de santal, utilisé pour parfumer l’huile, etc.

64Le huero tumu (?) ou chou palmiste pousse dans la montagne ; il est rare et de petite taille (10 m environ) ; l’écorce est rugueuse et comme couverte d’écailles dirigées vers le haut ; au sommet on trouve un seul chou palmiste et une couronne de feuilles horizontales. Les indigènes les mangent rarement, vu le travail que cela représente pour les cueillir.

65Le piripiri est de la taille de la bruyère et est utilisé pour faire des nattes très fines pour les ceintures (maro).

66Le farapepe est une liane dont on fait des nasses et des paniers ; on l’utilise dans la construction des maisons pour lier les pièces de bois exposées aux intempéries.

67Le to ou canne à sucre pousse ici à l’état sauvage et atteint cependant la même taille que celle des Antilles ou des Indes ; elle serait plus belle encore si on la cultivait. Les indigènes ne l’utilisent pas, sauf pour s’en tailler un morceau pour le mâcher lorsqu’ils en voient à proximité. Lorsqu’elle devient envahissante ils y mettent le feu.

68Le to papaa ou maïs indien fut introduit par la « Bounty » et est maintenant répandu dans toutes les îles. Il pousse extrêmement bien ici et dans une période de 12 mois nous avons obtenu 3 récoltes et une 4e en chemin. Les indigènes en sont assez friands mais ne se donnent pas la peine de le cultiver, car disent-ils la nourriture est abondante et il n’y a pas lieu de travailler pour obtenir ce que la nature vous donne à profusion.

69Cette manière de voir prévaut pour tous les végétaux ou animaux apportés par les navires européens, les uns étant détruits par des transplantations continuelles comme curiosités, les autres étant abandonnés à l’état sauvage. Quelques-uns des épis de maïs que nous avons obtenus étaient bien chargés et avaient jusqu’à 17 cm de longueur.

70Ils ont plusieurs herbes pour parfumer leur huile et leurs étoffes et l’on trouve un peu partout une variété de cresson qui fait une excellente salade. Toutes les graines distribuées lors de notre premier séjour avaient pourri faute de soins alors qu’avec un peu de travail d’excellents résultats auraient pu être obtenus.

71Le ava ou poivre enivrant est cultivé ici avec beaucoup de soins et de travail ; sa racine leur sert à s’enivrer. Ils le boivent toujours avant de se nourrir et il est préparé de la façon suivante : les morceaux de racine sont distribués à un certain nombre de personnes qui les mâchent et en crachent le jus et la racine dans un large récipient ; on y ajoute les feuilles du ava que l’on écrase ; pendant ce temps on confectionne un tamis fait d’une herbe grossière appelée mou, dans lequel on passe la mixture ; le résidu de ce filtrage est jeté. Le liquide est ensuite réparti suivant le nombre de buveurs, de la façon suivante : on plonge le tamis dans le jus et on le tord dans le bol de chaque buveur. Ils se mettent aussitôt à boire cette mixture qui est d’une consistance assez épaisse et dont l’odeur rappelle un mélange de rhubarbe et de jalap et dont le goût ne vaut probablement guère mieux ; et aussitôt ils perdent l’usage de leurs membres et de la parole ; cependant leurs facultés mentales demeurent intactes et ils paraissent d’humeur songeuse. Souvent ils tombent à la renverse avant d’avoir fini de manger et leurs serviteurs s’efforçent de leur masser tout le corps jusqu’à ce qu’ils s’endorment ; tout le monde alors se retire et il est interdit de faire le moindre bruit autour des dormeurs.

72Après quelques heures ils se réveillent frais et dispos et prêts pour une nouvelle dose ; la valeur d’un petit verre est une dose suffisante mais s’ils prennent de la nourriture avant de la boire, ils n’obtiennent aucun effet.

73S’ils en usent pendant une quinzaine de jours sans discontinuer, leur corps se couvre de croûtes blanches, les yeux deviennent fiévreux et injectés de sang et un amaigrissement considérable s’ensuit ; mais s’ils cessent pendant quelques jours les croûtes disparaissent, la peau retrouve son aspect normal et ils redeviennent gras et de bonne apparence ; ce qui me fait croire que cette boisson nauséabonde doit être saine puisque ceux qui en usent paraissent rarement atteints de désordres quels qu’ils soient ; parmi ceux qui l’utilisent il y a quelques-uns des hommes les plus âgés du pays. Bien que tout le monde en boive, cette boisson est plutôt l’apanage des chefs, de leurs familles et de leurs serviteurs que celui des gens du commun. La préparation par le mâchage est préférée à toute autre. Cette boisson est très demandée chez les personnes de rang ; toutefois, parmi ces derniers il en est qui ne l’ont jamais goûtée.

74Le ti est une plante poussant dans la montagne, dont la racine est consommée après avoir été rôtie. Les feuilles qui ont de 20 à 25 cm de long et de 12 à 15 cm de large servent à recouvrir de petites huttes provisoires ainsi qu’à tapisser le fond des trous dans lesquels ils préparent le mahi ; ils s’en font également une espèce de jupe pour aller à la pêche, en tressant les tiges qui sont ensuite attachées à la ceinture, les feuilles fendues leur pendant jusqu’aux genoux.

75Tout ceci pousse dans la partie côtière basse mais les plus gros arbres poussent dans la montagne. Le fruit du uru se trouve en toutes saisons mais en plus grande abondance à l’époque de la récolte ; c’est alors qu’ils en font des provisions pour préparer cette pâte fermentée appelée mahi. Les cocos, bananes et autres nourritures existent en abondance en toutes saisons.

76Les cultures sont réduites, se limitant au mûrier, au ava, au taro et aux patates. Il leur arrive quelquefois de planter des cocos et des bananes mais en général c’est l’œuvre des chefs et ceux-ci estiment leur devoir accompli s’ils ont fait cet effort une fois dans leur vie. Ils plantent rarement les arbres à pain qui poussent d’eux mêmes par séparation de la racine, ce qui est souvent l’œuvre des cochons ; parfois, il leur arrive d’enlever les jeunes plants pour débrousser un terrain. Parfois, après de forts vents d’ouest, ils sont dans l’obligation de replanter les bananiers déracinés. Telles sont les seules choses qui leur occasionnent du travail, car l’île produit partout de la nourriture sans que l’homme ait à s’en préoccuper ; on peut dire que ce pays n’a pas été touché par la malédiction de l’Eden, aucun homme n’ayant à gagner sa vie à la sueur de son front et ne trouvant aucune épine sur son chemin.

OISEAUX

77Il existe de nombreuses espèces que nous n’avons pu identifier, mais parmi celles que nous connaissons : hérons bleus et blancs (aigrettes des récifs), canards sauvages (sarcelles d’Océanie), perruches vertes (le « ’a’a » peut-être ?), bleues et blanches (peruches nonnettes ou loriquets bleus), gobe-mouches, picverts, tourterelles (ptilopes pourpres), pigeons sauvages (car-pophages), un oiseau jacasseur semblable au geai, (bécasseaux gris), pluviers (pluvier doré du Pacifique), martins (martin-chasseur ou halcyon vénéré), frégates et paille en queue ainsi que des oiseaux de mer. Il existe en montagne différents oiseaux qui nous sont inconnus, entre autres un oiseau de la taille d’une oie qui est comestible. On ne les voit jamais près de la mer ni dans la plaine.

  • 2 Deux navires espagnols avaient visité l’île en 1774 et y avaient débarqué deux prêtres qu’ils repri (...)

78Il n’y a pas de reptiles ou d’insectes venimeux en dehors des cent-pieds et des scorpions, les premiers sont nombreux et de grande taille, les seconds petits et rares et je n’ai pas entendu dire qu’ils fussent dangereux. Les indigènes n’en font aucun cas et les manipulent comme nous manipulerions un verre de terre. Il existe deux espèces de lézards ; l’une de couleur brillante a l’air innocente et inoffensive, l’autre noire ou brun sale et d’un aspect redoutable ; elles sont toutes deux inoffensives et ont rarement plus de 15 cm de long. Il y a aussi des papillons, des mites et des mouches comme ceux d’Europe. Ils ont aussi des mouches ressemblant à la mouche ordinaire mais dont la piqûre est douloureuse et qui sont très ennuyeuses. Ils disent qu’elles furent introduites par les navires de Lima2. Les moustiques ne sont pas très gênants. Les autres insectes, tels que sauterelles, grillons, etc. sont les mêmes qu’en Europe.

POISSONS ET PÊCHE

79Ces îles abondent en poissons de toutes sortes, merveilleux d’aspect et délicieux à manger, en plus des variétés communes aux autres régions tropicales. Les récifs resplendissent des couleurs les plus extraordinaires et ces riches couleurs sont toujours d’excellents poissons. Parmi les poissons que l’on trouve à proximité des îles, sont les suivants : baleine, marsouin, espadons, requins, tortues, thons, coryphènes, bonites, saumons blancs, pagres blancs et rouges, aiguillettes, barracudas, raies, perroquets, poissons volants, poulpes, anguilles de mer et de rivière, diodons, mulets, etc. etc. et une très grande quantité de poissons inconnus. Parmi les poissons, la baleine, la tortue, le marsouin et le thon sont sacrés et les femmes ne peuvent en manger. La tortue est soit présentée au roi, soit mangée sur le marae, étant d’une pêche assez rare ; en plus de cela il y a des crustacés en abondance sur les récifs, parmi lesquels de petites conques, des huîtres perlières et ordinaires, des crabes, langoustes, crevettes, palourdes, moules, oursins et bien d’autres encore impossibles à identifier. Il y a également des crabes de terre mais ils n’en mangent que rarement. Je n’ai jamais trouvé dans ces îles les mérous, ni les carangues répandus aux Antilles.

80Les instruments de pêche consistent en filets de grandes dimensions, des lignes et des hameçons de toutes tailles, des harpons, nasses, etc. Chaque pêcheur fabrique ses hameçons, lignes et tous ses instruments de pêche dont il se sert avec grande dextérité. Leurs lignes sont faites avec l’écorce du roa (et d’autres écorces déjà écrites) qui est tordue suivant le cas à 2 ou 3 brins et roulée sur la hanche avec beaucoup d’habileté et de régularité ; elles sont 2 fois plus fines que les lignes que nous utilisons pour les poissons de même taille. Leurs hameçons sont faits de nacre, d’os et de bois, leur forme variant suivant les poissons ; certains ayant la forme d’un hameçon avec son appât ; ils taillent leurs hameçons en les frottant sur une pierre avec de l’eau et du sable et avec un foret fait d’une dent de requin ; ils y font un trou qu’ils agrandissent au moyen d’une pointe de corail servant de lime, dégageant ainsi la partie interne ; ces hameçons n’ont pas de barbe, mais la pointe est incurvée vers l’intérieur jusqu’à pointer vers le bas et il est rare qu’ils perdent un poisson.

81Ils ont plusieurs façons de pêcher et excellent en toutes ; la première est avec des seines qui ont de 10 à 120 m de long et de 2 à 24 m de profondeur. Les plus grandes ont dans leur milieu une espèce de poche ou sac qu’ils vident de temps à autre et replaçent, transportant les poissons jusqu’à terre dans leurs pirogues. Ils attrapent ainsi quantités de poissons et quelquefois aussi des tortues.

82Lorsqu’ils pêchent de cette manière, la seine est toujours entouré de plongeurs qui veillent à ce que le poisson ne s’échappe pas ; il arrive que des requins soient enfermés dans la seine et on les force jusqu’au rivage ; loin d’être considéré comme dangereux cet exercice est pratiqué comme un sport, les requins ayant rarement plus de 2 m. Avec les seines moins importantes ils attrapent des poissons volants utilisant pour cela de petites pirogues à deux. La seine a habituellement de 30 à 40 m de long et 3 m environ de hauteur ; à l’aide de leurs pagaies ils battent la surface de l’eau forçant ainsi les poissons dans le filet ; ils le relèvent alors et ayant retiré le poisson recommençent. Ces poissons volants étant utilisés pour la pêche au mahimahi (coryphène) cette pêche se fait souvent de nuit et de préférence par nuit sans lune, le poisson ne voyant pas le filet. Par temps calme ils suivent le banc de poissons avec plusieurs pirogues et l’encerclent avec leurs seines ; après avoir resserré ce cercle ils amarrent leurs pirogues aux seines et se jettent à l’eau ; plongeant sous les filets ils saisissent les poissons à la main ; ces derniers ne peuvent venir en surface à cause des pirogues et restant en bancs serrés ne cherchent pas à s’échapper jusqu’à ce que les pêcheurs plongent au milieu d’eux.

83Ils ont des filets à lancer (éperviers) ronds et carrés qu’ils jettent avec beaucoup de dextérité ; lorsque les poissons s’approchent du rivage pour frayer ils utilisent des feuilles de cocotier attachées les unes aux autres par la tige et tordues de façon à former une longue corde hérissée de feuilles, ils l’appellent raoere et raclant le fond ils amènent les poissons sur la plage, utilisant quelquefois de petits filets pour les ramasser. Ils l’utilisent aussi à l’embouchure des rivières avec de bons résultats.

84Ils prennent beaucoup de poissons de roche avec des nasses et plongent avec une grande habileté pour les attraper. J’ai vu un plongeur par beau temps calme poursuivre un poisson d’un trou de rocher à un autre sans remonter ; par mauvais temps ils ne peuvent voir le poisson, le fond étant obscurci par les vagues. La pêche la plus curieuse est celle du diodon et du poisson-chat. Le premier étant hérissé de piquants ne peut être saisi que par les yeux ; le second adhère au rocher de telle façon qu’il faut quelquefois 2 hommes pour l’en détacher et j’ai vu des pêcheurs par 5 à 10 m de fond obligés de remonter plusieurs fois avant d’arriver à le détacher. S’ils ont un caillou sous la main ils l’assomment et peuvent alors s’en saisir facilement. Ceci peut paraître une bizarre façon de pêcher mais je l’ai vu pratiquer avec succès, les plongeurs revenant au bout de quelques heures avec des chapelets de beaux poissons.

85Ils pêchent la nuit diverses espèces de poissons, en pirogue et sur les récifs en les attirant avec des torches de roseaux et les ramassant ensuite avec un filet.

86Pendant la saison des pluies ils attrapent de grandes quantités de petits poissons à l’embouchure des rivières au moyen d’un grand sac fait avec l’enveloppe fibreuse de la tige des feuilles de cocotier cousues ensemble et, traînant un raoere dans la rivière amènent le poisson jusque dans ce sac.

87Les femmes participent à cette pêche, chacune portant un panier et un de ces sacs. Elles se tiennent dans l’eau jusqu’à mi-corps, maintenant ce sac ouvert au fond avec un pied et tenant l’autre côté à la main ; elles en retirent le poisson au fur et à mesure pour le mettre dans leur panier ; elles rentrent à la maison lorsqu’elles sont fatiguées ou lorsqu’elles ont suffisamment de poissons. Il n’est pas humiliant pour une femme de travailler ainsi et la reine lorsqu’elle est présente, participe à cette pêche ; la récompense étant une pêche fructueuse et l’amusement qu’on en tire. Lorsque les pluies sont terminées et que les eaux baissent ils font un barrage sur la rivière laissant quelques ouvertures devant lesquelles ils installent leurs sacs, puis se rendant en amont ils plongent tous dans l’eau, forçant ainsi les poissons à passer par les ouvertures et à pénétrer les sacs ou filets. Ce mode de pêche n’est utilisé que lorsque le poisson devient rare.

88Lorsqu’ils pêchent à la ligne dans la mer ils utilisent généralement comme appât du uru cuit ; étant dans l’eau jusqu’au cou ils ont un grand bambou comme canne, et attachent à leur cou un panier pour y mettre le poisson. Ils attrapent de beaux poissons de cette façon. Ils pêchent le mulet blanc à la ligne de main et le mulet rouge avec de petits filets. Ce dernier poisson, bien que fragile, est utilisé comme appât pour la pêche au thon et à la bonite. Celle-ci est pratiquée de la façon suivante : dans une pirogue double portant de 6 à 8 hommes est installée à l’avant une longue perche fixée à son extrémité inférieure et que Ton lève et abaisse au moyen d’une corde ; sur la partie haute se trouvent deux pièces de bois s’écartant comme des cornes de part et d’autre de la perche et sur lesquelles on attache des lignes. Au sommet de la perche est fixé un bouquet de plumes de coq noires qui agitées par le vent lorsque la perche est abaissée sur l’eau, attire les poissons. Les appâts vivants sont conservés dans un panier immergé entre les deux pirogues. Lorsqu’ils voient du poisson ils s’en approchent et une fois sur les lieux, pagayant de l’arrière, ils maintiennent l’arrière de la pirogue au vent. Un homme muni d’une écope jette continuellement de l’eau en pluie et les hameçons ayant été appâtés la perche est abaissée de façon à ce que les hameçons soient tout juste immergés. Celui qui a appâté les hameçons et qui se tient à l’avant jette de temps à autre un petit poisson vivant tandis que l’écope maintient une pluie là où se trouvent les hameçons. Les poissons ne tardent pas à mordre, la perche est relevée et les prises ayant été détachées les hameçons sont réappâtés et remis à l’eau. Certains de ces poissons sont très gros et peuvent tirer la pirogue sous l’eau lorsqu’ils ne sont pas rapidement amenés à bord. Ceci est sans inconvénients mais il arrive que la ligne casse et lorsqu’il s’agit d’un hameçon de fer c’est pour eux une perte comparable à la perte d’une ancre pour nous.

89On pêche la bonite avec un hameçon taillé en forme de poisson muni d’une queue faite de soie de cochon ; c’est alors une canne de bambou qui est utilisée ; une homme pêche tandis qu’un autre pagaye. Pour cette pêche on utilise des pirogues à 1 ou 2 hommes. Un pêcheur seul ne peut rien faire s’il y a du vent car il laisse traîner ses hameçons tout en pagayant contre le vent, mais lorsqu’il s’arrête pour enlever sa prise de l’hameçon et rejeter sa ligne, il se met à dériver et pendant ce temps le banc de poissons a le temps de s’éloigner tandis qu’à deux il est possible de se maintenir à proximité du banc ; ils prennent ainsi dans leurs petites pirogues des thons en grande quantité ainsi que des saumons blancs et des carangues, mais ces dernières avec une ligne à main, et la légèreté de leur embarcation les oblige souvent à travailler le poisson pour le fatiguer et l’amener le long du bord en reprenant la ligne petit à petit ; une fois à portée de la main ils le saisissent en avant de la queue et le tirent dans la pirogue. La ligne sert rarement à hisser le poisson à bord car elle n’est pas plus grosse que celles que nous utilisons pour la pêche au maquereau. Malgré cela ils perdent rarement un poisson. C’est de cette manière qu’ils prennent des requins et d’autres gros poissons, car leur pirogue étant très légère, fatigue rapidement le poisson qui peut être facilement ramené au bout d’un certain temps.

90La pêche au mahimahi (coryphène) se pratique à 15 ou 20 milles des côtes dans des pirogues à voile naviguant au vent. Une fois sur les lieux de pêche ils amorçent avec des poissons volants ; ils apprécient beaucoup les hameçons de fer. Leurs lignes sont faites de 2 brins et ont jusqu’à 200 m de long. Ils préfèrent une ligne à 2 brins car elles sont moins susceptibles de faire des perruques que celles à 3 brins ; en effet, le mahimahi saute et se retourne et la ligne à 2 brins est plus souple et plus facile à dévider ; ils ne la mettent jamais à l’eau avant d’avoir vu un poisson. Ils ont souvent des mécomptes, car le mahimahi abandonne quelquefois partie de sa mâchoire s’il est arrêté trop brutalement dans ses évolutions et il est nécessaire de le travailler pendant un certain temps avant de le tirer à bord, ce qu’ils font toujours en prenant la queue d’une main et la ligne de l’autre, la pirogue étant très basse à cet effet. Ces poissons suivent le soleil et sont en conséquence abondants lorsque celui-ci est au sud de l’équateur ; à cette époque et rien que pour Matavai il n’y a pas moins de soixante pirogues affectées à cette pêche. Ces poissons frayent vers le mois de mars et après cette date ils sont peu pêchés car c’est l’époque des thons et des bonites qui commence et les pirogues à voile naviguent entre Tahiti et Tetiaroa. Ils prennent beaucoup de ces poissons près des récifs de cette dernière île.

91Pendant la saison des mahimahi (coryphènes) ils prennent des poissons volants de si grande taille que ceux-ci ne craignent pas les pêcheurs ; ils les prennent de la façon suivante : s’étant procuré plusieurs bâtons de 2 à 2,50 m de long ils les débarrassent de leur écorce et les équilibrent avec une pierre à une extrémité de façon que le bâton se tiennent droit dans la mer, une moitié étant hors de l’eau ; à l’extrémité inférieure ils fixent un hameçon fait d’un os de poisson et amorcé avec de la noix de coco avec environ 2 m de ligne ; ainsi préparés (ils en emmènent à peu près autant qu’ils peuvent en charger sur l’arrière de leur pirogue) ils les jettent à une certaine distance les uns des autres puis quelques instants après ils les ramassent, trouvant souvent un poisson sur leur hameçon ; à défaut de mahimahi ils sont rarement bredouilles prenant souvent soit des requins, soit des poissons fuyant le requin, qui viennent sous la pirogue pour s’y cacher et peuvent être pris à la main. Ils prennent des requins avec un nœud coulant et sortant la tête de l’eau l’assomment avec un lourd casse-tête en bois de toa jusqu’à ce qu’il ne donne plus signe de vie. Lorsqu’ils sont à la pêche ils rencontrent souvent des espadons qui attaquent toujours la pirogue et si le bois en est mou ils la transpercent en plusieurs endroits jusqu’à ce qu’ils soient coincés et à ce moment les indigènes se précipitent à l’eau et, passant un nœud coulant autour de l’animal, l’assomment et le hissent dans la pirogue. Ils sont parfois obligés de rentrer pour boucher les trous de la pirogue, leur journée de sport étant alors terminée car ils n’ont rien pour obturer les trous et n’ont d’autre ressource que d’écoper sans arrêt.

92Entre autres méthodes de pêche ils ont des harpons qu’ils jettent avec une grande précision ; ils ont de 4 à 5 m de long et portent à leur extrémité 2 pointes de toa ; n’ayant pas de ligne attachée au harpon ils le récupèrent à la nage lorsqu’il y a un poisson au bout. Ils ont d’autres harpons à plusieurs pointes qu’ils lancent au hasard dans des bancs de poissons, en harponnant souvent 2 ou 3 à la fois.

93Ils tuent rarement des baleines sauf lorsqu’ils s’agit de jeunes qui s’échouent sur les récifs ou qui sont poussées par les vagues en eau peu profonde. Dans ce cas ils la tuent à coups de harpons ayant quelquefois leur pirogue fracassée au cours de l’opération.

94Parmi les poissons il existe une espèce de congre de couleur brune avec une bande verte autour des nageoires de la tête à la queue. Elle a de 30 cm à 2 m de long et on la prend sur les récifs. Ces poissons sont empoisonnés pour certaines personnes chez lesquelles ils provoquent des douleurs intolérables alors que sur d’autres ils n’ont aucun effet. Les indigènes ignorent d’ailleurs quels sont ceux qui en seront affectés tant qu’ils n’en ont pas mangé. Ils possèdent un remède pour cet empoisonnement et n’hésitent pas à en courir le risque. Je mangeai un de ces poissons sans en sentir aucun effet, alors qu’un autre devint à peu près fou de douleur, son corps et ses membres enflant considérablement et se couvrant de taches rouges. Il souffrait de démangeaisons intolérables accompagnées d’une sensation de brûlure intense ; ses yeux injectés de sang étaient gonflés et donnaient l’impression d’être prêts à sortir de leurs orbites. Cela dura huit jours avec quelques accalmies mais, la semaine suivante grâce aux prêtres qui lui administrèrent des médicaments, il se rétablit complètement, gardant toutefois des démangeaisons dans la paume des mains et la plante des pieds. Ces poissons sont appelés puhi pirirauti ; dans l’impossibilité où ils se trouvent de différencier les bons des mauvais ils hésitent à les jeter et se risquent à les manger.

95Il existe également un petit crabe rouge de la taille d’une fève qui, d’après eux, tue instantanément la personne qui en mange.

96Ce sont les seules choses empoisonnées dont j’ai entendu parler en dehors du hutu ou noix de hutu mentionnée plus haut, mais cette dernière qui agit comme stupéfiant sur les poissons est sans effet sur l’homme.

MINÉRAUX

97Peu de minéraux dans les îles en dehors du fer, en très petite quantité. Il est vrai que peu d’entre nous étaient capables d’en déceler d’autres.

INDUSTRIE ET COMMERCE

98Il est généralement admis que la nécessité est la mère de l’invention et bien que la générosité divine ait dans ce pays rendu presque inutile l’habileté à se procurer les éléments nécessaires à la vie, l’ingéniosité de ces gens dans tout ce qu’ils fabriquent est remarquable. Les tissus, nattes et l’huile sont les principaux articles de leur commerce, si toutefois on peut utiliser ce mot, car c’est plutôt par la remise de présents que par le troc de commodités que se font les échanges.

99Leurs tissus qu’ils appellent ahu sont de différentes espèces et fabriqués avec l’écorce de différents arbres mais le procédé est toujours le même.

100Le tissu blanc le plus fin est appelé hopuu ou paruvai ; il est fait avec l’aute et travaillé de la façon suivante : les plantes ayant atteint la hauteur convenable (3 à 4 m) sont coupées et portées par les hommes, ce qui fait partie de leur travail. Les femmes détachent l’écorce en passant un bâtonnet pointu entre le bois et l’écorce, arrachant l’écorce sur toute sa longueur. Elles passent ensuite l’écorce dans l’eau pour la laver puis l’étendant sur une planche se mettent à enlever l’extérieur de l’écorce en la grattant avec une grande coquille de palourde et, après l’avoir débarrassée de la sève, enveloppent l’écorce dans des feuilles de bananier ; elle demeure ainsi pendant 2 ou 3 jours et devient gluante et gélatineuse. A ce moment elle est prête à être travaillée. Après avoir couvert le sol de feuilles de bananier, l’écorce est étendue sur des planches distantes de 2 m environ en paquets de 20 cm de large, et de la longueur désirée : sur chaque paquet d’écorces, travaillent 2 femmes, une de chaque côté, battant l’écorce avec des battoirs carrés pour lui donner la largeur suffisante. Pendant ce travail, l’une d’elles chante une chanson qui est reprise en chœur par les autres et les fait battre en mesure. Tout en battant, elles déplacent la pièce d’écorce en avant et en arrière jusqu’à ce qu’elle ait atteint l’épaisseur et la largeur désirée. Puis on l’étend au soleil pour la faire sécher et on la blanchit à la rosée du matin en la protégeant du soleil jusqu’à ce qu’elle soit suffisamment blanche. Pour terminer on la fait sécher 1 ou 2 jours au soleil et elle est alors prête à être utilisée ou mise en réserve.

101Ils pratiquent quelquefois des entailles dans l’écorce et enveloppent les plantes dans des feuilles pendant 2 ou 3 jours, ce qui donne au tissu terminé des teintes variées de brun du plus heureux effet. Ils mélangent aussi l’aute avec l’écorce de l’arbre à pain mais cela donne un tissu plus grossier qui ne blanchit pas aussi bien, tout en étant aussi solide. Certains de ces tissus sont très fins et on en fait des tours de cou qui ont l’apparence d’avoir été tissés.

102Lorsqu’un propriétaire désire se procurer sans délai une grande quantité de tissu, il informe ses tenanciers de la date à laquelle il va couper ses plantes et au jour dit toutes les femmes se présentent munies chacune de sa planche et de son battoir, et tandis que l’on prépare des uru elles se mettent à battre ensemble, étant quelquefois au nombre de 200, et faisant un bruit semblable à autant de tonneliers. En général, la pièce d’étoffe est terminée en un jour et peut avoir jusqu’à 80 ou 100 m de long sur 8 m de large.

103Ils font un autre tissu, en plusieurs épaisseurs, appelé maroapi ; il est utilisé pour vêtir le haut du corps et on le fabrique en prenant des bandes que l’on colle les unes sur les autres jusqu’à la largeur désirée et en coupant les inégalités avec un morceau de bambou fendu qui sert de couteau. Ce tissu est teint avec le mati un splendide colorant rouge extrait des fruits et feuilles du Ficus tinctoria ; on prépare cette teinture de la façon suivante : le fruit est pressé et le jus jaune qui s’en écoule est déposé sur les feuilles ; lorsque toutes les feuilles sont imprégnées, on les dépose sur un plateau et on les asperge d’eau, puis on les travaille en les serrant pour en extraire la couleur qui est placée dans un récipient. C’est avec un tampon de fibres du mou que l’on imprègne les motifs très variés, fleurs ou plantes que l’on veut imprimer sur le tissu par application.

104En plus de cette méthode ils teignent le paruvai en plusieurs couleurs, en brun de nuances différentes obtenues avec diverses écorces grattées et et macérées dans l’eau froide et dans laquelle on trempe le tissu, le soleil accentuant la couleur ; 2 bains et de 6 à 8 jours de soleil sont suffisants pour produire la meilleure teinte, qui demeure jusqu’à l’usure du tissu. La teinture noire est obtenue avec le bananier de montagne ou fei ou encore en trempant le tissu sous les racines de certains cocotiers qui poussent dans des terrains marécageux ; en une nuit, ou encore en 3 ou 4 immersions il devient d’un noir de jais. Le brun s’appelle hiri ou poiri et après avoir été porté quelque temps, peut être transformé en noir se prêtant mieux que le blanc à la teinture. Le noir s’appelle ereere.

105La teinture jaune est extraite du turmeric et des racines du nono ; avec ce dernier, d’un jaune très pâle, ils teignent la doublure très curieusement collée de leurs tissus marrons ; la bordure étant teinte en rouge ce qui lui donne un aspect très voyant ; cela s’appelle hapaa ; ils prennent également des morceaux rouges, noirs, jaunes et blancs et les collant ensemble, les taillent en formes curieuses de façon à montrer toutes les couleurs. Un autre procédé consiste à prendre une vieille pièce de tissu marron, la déchirer en petits morceaux et mélanger ces morceaux à l’écorce fraîche pour battre ensuite le tout, ce qui donne un tissu tacheté ; on le trempe ensuite dans une teinture jaune que l’on parfume et on lui ajoute une doublure. Cela s’appelle opatapata.

106Le oraa est un tissu solide de couleur grise fabriqué avec l’écorce d’un arbre (Urostigma prolixum) qui pousse en grande quantité dans les montagnes particulièrement près de Vaiuriri où se trouve un grand lac appelé Vaihiria dans lequel on trouvait, d’après eux, des anguilles qui ont le tour de taille d’un homme. Les Arioi (qui sont en général experts dans la confection des tissus bien que ce soit surtout un travail de femme) se rendent en nombre sur les bords de ce lac pour fabriquer ce tissu très estimé en raison de sa solidité. Ils demeurent en général plusieurs mois sur les bords du lac, ayant d’amples provisions ; les quelques habitants qui vivent là de façon permanente sont employés à la fabrication de ce tissu. Ce lac, dont ils prétendent n’avoir jamais pu toucher le fond, se vide dans la vallée de Vaiuriri. On se déplace d’une rive à l’autre du lac avec des radeaux faits de troncs de bananiers de montagne.

107D’autres arbres sont utilisés pour faire des tissus mais ceux qui viennent d’être indiqués sont les plus répandus. C’est surtout le travail des femmes, bien que les Arioi soient des experts mais surtout pour les teintures et peintures. Une fois l’écorce enlevée des tiges, les seuls outils nécessaires à la fabrication du tissu sont : une coquille pour gratter l’écorce, une planche de 30 cm de large et de 60 cm de longueur sur laquelle on gratte l’écorce, une planche plus grande de 20 cm X 20 cm sur 3 m de longueur, sur laquelle on la bat, et un battoir de 6 cm X 6 cm environ sur 40 cm de longueur ; la grande planche est en mara, un bois dur et le battoir porte sur chacune de ses 4 faces des rainures de différentes finesses utilisées suivant les différents tissus. La grande planche s’appelle tutua et le battoir ie.

108Les tissus ainsi préparés sont utilisés pour le beau temps et peuvent être lavés et apprêtés autant de fois que Ton voudra ; on les parfume avec les noix de tamanu qui ont un goût amer mais un parfum agréable ; les noix ayant été écrasées sont macérées dans l’eau et le tissu ensuite trempé dans cette eau. Le parfum demeurera plusieurs semaines et généralement jusqu’à ce que le tissu ait besoin d’être apprêté à nouveau.

109Les nattes sont aussi chez eux une importante fabrication. Les unes servent de voiles pour les pirogues, pour dormir, comme vêtements pour la pluie, ceintures d’apparat, et tapis pour leurs heiva et représentations. Les nattes pour les voiles, les tapis et pour le couchage sont faites avec les feuilles du pandanus ; certaines ont jusqu’à 25 et 30 m de longueur sur 4 m de large. On les appelle vane ou moea. Il en existe toute une gamme des plus grossières aux plus fines, ayant de 1 à 8 brins par centimètre carré. Celles réservées à l’habillement sont appelées ahu, suivi du nom de l’écorce qui a servi à leur fabrication ; on les fait en différentes tailles et avec de l’écorce de purau, mati, roa, niau ; il en est qui sont extrêmement fines ayant jusqu’à 10 brins par centimètre carré. Elles sont toutes faites à la main par les femmes et le seul instrument qu’elles utilisent est une coquille de moule, pour fendre l’écorce.

110Les femmes font également des sacs et des paniers de différents dessins en blanc et en noir.

111Les paniers d’osier sont tressés par les hommes avec une liane appelée ieie et valent ceux d’Europe.

112Leurs plats, sièges et coffres sont remarquablement bien finis et sont d’autant plus admirables si nous considérons les outils dont ils disposent qui ne sont que des herminettes de pierre de différentes tailles, des coquillages, des dents de requins, du sable et des peaux de poisson pour le polissage ; c’est avec ces outils qu’ils bâtissent leurs maisons et leurs pirogues ; leurs difficultés et leur labeur ont considérablement diminué depuis qu’ils connaissent l’usage du fer qu’ils apprécient plus que tout ; ils travaillent les huitres perlières pour en faire des hameçons, ayant une forme spéciale de hameçon pour chaque poisson. Ils utilisent aussi la nacre pour faire les ornements de leurs vêtements de deuil et il est surprenant de voir avec quelle précision et quelle vitesse ils lui donnent une forme avec une dent de requin fixée à une baguette qu’ils roulent entre les mains, perçant ainsi des trous qui laissent à peine passer la pointe d’une épingle ordinaire.

113Leurs lignes de pêche sont faites avec l’écorce de divers arbustes mais les meilleures sont faites avec le roa (ramie) et sont égales sinon supérieures aux meilleures lignes dans le monde.

114Ils prennent 2 ou 3 brins qu’ils tordent en les roulant sur la hanche et en font une pelote au fur et à mesure.

115Les cordages pour pirogues, filets, etc. sont faits avec le purau qui, débarrassé de la surface extérieure de son écorce, est mis à tremper dans l’eau pendant 3 jours pour le débarrasser de sa viscosité, puis séché et tordu à la main à 2 brins d’abord, et y ajoutant ensuite le troisième brin. Les brins sont fabriqués en ajoutant de l’écorce au fur et à mesure qu’on les tord. Cette corde une fois terminée est aussi lisse et régulière que si elle avait été filée dans une corderie, elle est presque aussi solide que le chanvre et, imprégnée de goudron, serait de première qualité.

116Le diamètre de ces cordes dépasse rarement 7 mm ; elles se font en toutes longueurs et lorsque cela est nécessaire on la triple.

117Ils préparent l’huile de la façon suivante : les noix sont cassées en deux, vidées de leur eau et le fruit râpé dans une auge spéciale. Le grattoir est une sorte de cheval sur lequel ils se mettent à califourchon et qui porte à son extrémité un morceau de corail. Toutes les noix ayant été râpées, l’auge est suspendue ou placée sur un support. Au bout de quelques jours le coco râpé se dissout et l’huile se forme ; c’est alors qu’on y ajoute du bois de santal râpé et qu’on y mélange le pollen des fleurs de pandanus et d’autres fleurs et herbes parfumées. Le mélange est alors passé et mis dans des bambous pour usage ultérieur. Lorsque ce bambou est bien fermé, l’huile conserve tout son parfum. Cette préparation dure environ 3 semaines pendant lesquelles le mélange est régulièrement remué. Une autre méthode consiste à mettre les noix au soleil, ce qui les fait fondre en quelques jours ; l’huile ainsi produite est toujours rance. Cette huile de coco est la seule qu’ils fabriquent et elle est principalement utilisée pour la chevelure ou pour le corps, quand il leur arrive d’être brûlés par le soleil ; on l’appelle monoi.

118Leur façon de commercer, appelée tarahu et hoo est la suivante : si un homme a besoin de plus de tissu qu’il ne peut s’en procurer chez ses voisins, il prend un gros cochon ou deux et se rend chez un habitant quelconque des vallées dont l’activité principale est la fabrication des tissus, et se met d’accord pour une certaine quantité de tissu correspondant à la valeur des cochons, à faire dans un temps donné. Ceci étant réglé l’entrepreneur rassemble ses voisins et leur dit qu’il veut tant de tissu pour telle date ; ceux qui sont d’accord lui en font part et une fête est organisée au cours de laquelle les cochons sont rôtis et mangés après quoi les hommes ayant fourni l’écorce, les femmes se réunissent et la transforment en tissu. Une fois terminé le tissu est livré à l’acheteur mais au cas où l’entrepreneur ne remplit pas ses engagements, l’acheteur peut piller sa maison comme s’il s’agissait d’un vol.

119Lorsque quelqu’un désire une maison ou une pirogue, il engage un ou deux charpentiers en payant à l’avance une moitié de l’estimation qui est faite du travail à exécuter, sous forme de cochons, tissu, huile, nattes etc. leur fournissant des provisions pendant tout le temps de leur travail ; lorsqu’il est terminé il leur paye le reste conformément à leur accord. Au cas où il refuserait de s’exécuter ou ferait preuve de négligence dans l’exécution de ses engagements et si les voisins estiment que le travail exécuté correspond à l’accord conclu, ils peuvent piller sa maison de tout ce qu’elle contient.

120Lorsqu’un particulier veut être régulièrement approvisionné en poisson, il porte un cochon à un pêcheur et d’après la taille de l’animal, se met d’accord avec le pêcheur pour recevoir du poisson pendant un ou plusieurs mois, compte tenu des périodes de mauvais temps.

121Les conditions sont considérées comme remplies lorsque le pêcheur apporte autant de poisson que la famille peut en manger ; s’il faillit à sa promesse il peut être pillé comme il a été indiqué plus haut.

122Un accord est quelquefois conclu pour une fourniture de poisson tous les 2 jours ; lorsque le pêcheur s’exécute de façon satisfaisante, ils lui font une fête et le poisson qu’ils apportent vaut quelquefois dix fois le prix sur la base d’un échange normal.

123Telles sont les méthodes qu’ils utilisent et si quelqu’un a besoin d’aide pour cultiver un champ de taro ou d’igname, il emploie ses travailleurs de la même manière, leur payant le travail par moitié ou même en entier à l’avance, mais la manière habituelle est sous forme de cadeaux et de présents qu’ils se font les uns aux autres, et il est rare que l’on refuse de donner à un étranger la nourriture ou les vêtements, ou toute autre chose dont il peut avoir besoin.

DIVISIONS, GOUVERNEMENTS, etc.

124L’île de Tahiti est divisée en 17 districts appelés fenua (ou terre) suivis du nom du chef principal. Ces districts sont eux-mêmes divisés en parts de chefs (ou patu) et ceux-ci partagés encore en divisions plus petites appelées pahue.

125Les noms des districts de Tahiti-Nui sont :

  1. Pare

  2. Matavai

  3. Haapaianoo

  4. Onohea

  5. Tiarei

  6. Hitiaa

126Six en alliance sous le nom général de Teporionuu et Teaharoa, s’étendant depuis l’isthme, le long du côté nord de l’île vers l’ouest jusqu’à Tetaha.

  1. Vaiari

  2. Vaiuriri

  3. Papara

127Ces trois districts s’étendent de l’isthme vers l’ouest sur le côté sud jusqu’à Atahuru et sont connus sous le nom de Tetevaiuta, ils sont toujours alliés à Teporionuu.

  1. Atahuru

  2. Tetaha

128Ces deux districts sont sur la côte ouest et étaient toujours en révolte contre le roi régnant jusqu’à leur soumission qui date de notre époque.

129Tahiti iti est divisé en 6 districts :

  1. Afaahiti

  2. Tautira (appelé Oheitepeha par le capitaine Cook. — Vaitepiha)

  3. Tepari

  4. Vaiaotea

  5. Mataoae

  6. Vaiuru

130Le premier commence à l’isthme sur la côte nord et le dernier finit à l’isthme sur la côte sud.

131Ces 6 districts étaient dissidents et jusqu’à nos jours ne permirent jamais à l’étendard du roi de passer.

  • 3 Le vocabulaire auquel refère Morrison, ici et plus loin, n’est pas avec le manuscrit. Il n’en exist (...)

132Pour la liste des chefs actuels de Tahiti, voir le vocabulaire3.

133Les chefs de Tahiti appartiennent à 2 maisons, Teporionuu et Tetevaiuta, chacune souveraine dans ses propres territoires mais il n’y a qu’une qui puisse être Arii ou roi, l’autre se contentant de vivre en bons termes avec le roi jusqu’à ce que la guerre ou la mort le dépossède de ses honneurs et de ses titres qui reviennent alors à l’autre maison. Ces maisons sont entretenues par des contributions volontaires et des cadeaux que les gens ne peuvent refuser de faire, s’ils en ont les moyens ; s’ils n’en ont pas il ne leur est rien demandé. Le Roi actuel ou Arii Nui est le fils de Mate ou Tu appelé Tunuieaaiteatua qui peut se traduire par Tu le grand, issu du seigneur et son titre : Atua Raa ou roi sacré ; son titre et son nom lui viennent de sa mère, celle-ci ayant déclaré que le dieu (Tane) l’avait fréquentée pendant qu’elle dormait et, étant enceinte peu après, l’enfant fut considéré comme fils du dieu et révéré comme un être surnaturel. Le seul membre masculin de la maison de Tetevaiuta est Temarii fils de Purea (appelée Oberea par le capitaine Cook) décédée et d’Amo, et, au cas où les deux descendances s’éteindraient, le maro royal devient électif et chaque chef des îles de la Société devient un candidat. Les chefs sont nombreux et chaque district en a deux ou trois en plus de ceux qui résident comme gentilshommes privés sur leurs terres et sont considérées comme chefs bien que résidant comme gentilshommes sous l’autorité d’un autre ; lorsqu’ils sont appelés à exercer des fonctions, ils confient leurs terres à leurs amis qui n’ont aucun loyer à payer se bornant à satisfaire les demandes de l’ensemble des chefs, comme si les terres appartenaient à n’importe qui.

134Avant d’aller plus loin, et pour mieux comprendre leurs mœurs et coutumes il serait peut-être indiqué de décrire les différentes classes qui les divisent :

  1. Arii Rahi ou Nui, roi ; Arii, chef de district plus ou moins important suivant leurs possessions.

  2. Toofa qui dépend du seigneur de la terre.

  3. Raatira, gentilhomme.

  4. Manahune ou Mataeinaa, tenancier ; dans chacune de ces classes il existe des individus qui sont Raa, sacrés et d’autres Noa, ordinaires et non sacrés. Les serviteurs sont appelés teuteu en général mais ceux qui servent des femmes sont appelés teutai par dérision ; il n’est pas rare de voir des jeunes gens de bonne famille ainsi que des jeunes frères de chefs en service chez des femmes, bien qu’en se déclassant ainsi il ne leur est permis d’asssister à aucune cérémonie religieuse.

135Les chefs ont tous des propriétés personnelles et lorsqu’ils sont en fonctions, ils ont un district ou une partie de district appelée patu qui subvient à leurs besoins par des contributions ; en dessous d’eux se trouve le toofa et le raatira, chacun disposant séparément de sa terre. N’importe quel raatira peut décider un rahui sur sa propre terre (ainsi appelle-t-on le pouvoir de jeter une interdiction sur la récolte de provisions sur sa terre). Le chef peut en faire de même sur son patu et le roi sur le territoire tout entier ou sur un certain nombre de districts ; au cas ou un chef ne serait pas digne de ses fonctions il peut être destitué mais il demeure chef ; si un roi est destitué de ses fonctions il conserve néanmoins sa royauté et seul un membre de l’une des deux familles peut avoir cet honneur ; aussi il ne s’agit que d’un changement de pouvoir. Il en est de même pour les autres chefs qui changent souvent.

136Lorsqu’un roi est investi de la ceinture rouge royale ou maro ura, il envoie deux drapeaux autour de l’île, par des chemins différents et ceux qui reconnaissent sa souveraineté les croisent avec cérémonie et se rendent à son couronnement, chaque chef contribuant un sacrifice humain ; au cas où ils refuseraient de reconnaître sa souveraineté, ils brisent la hampe et piétinent le drapeau dès qu’il pénètre leur territoire, ce qui amène le roi à leur déclarer la guerre ; s’il ne réussit pas à les soumettre ils conservent leur indépendance mais le roi demeure le roi. Pendant que passent ces drapeaux aucun feu n’est fait près de la plage et aucune pirogue ne doit être mise à l’eau sous aucun prétexte. Les porteurs du drapeau passent sur le bord du rivage sur toute l’étendue du parcours, et toute violation de ces règles serait punie de mort ou de confiscation de terre, la plage devenant sacrée du fait du passage du drapeau royal. Ce serait une faute extrêmement grave de mettre une pirogue à l’eau ou de faire un feu à moins de 2 ou 3 milles.

137Lorsqu’un chef se présente quelque part, les hommes se découvrent jusqu’à la ceinture, ne se permettant aucune coiffure sur la tête, ou vêtement sur les épaules en sa présence, et toutes les femmes présentes se découvrent les épaules tenant le tissu serré sous les bras pour couvrir leurs seins, en signe d’obéissance et de respect ; les hommes n’observent pas toujours cette règle sauf lorsqu’ils se trouvent sur les terres héréditaires des chefs ou sur les terres de l’ami adoptif de ces chefs, où toute négligence serait considérée comme une insulte et punie en conséquence ; en présence du roi les chefs eux-mêmes doivent se dévêtir ; ils ne doivent pas non plus manquer d’aller le voir s’ils sont informés de sa venue par terre ou par mer, et personne ne peut passer sur une terre royale ou même à proximité, en pirogue, sans aller présenter ses devoirs au roi.

138Lorsqu’un chef désire une chose quelconque appartenant à une certaine personne et que cette dernière ne tienne pas à s’en défaire de suite, il jette une malédiction dessus ou bien lui donne son nom ou celui d’un de ses parents ; à partir de ce moment cette chose est sacrée et celui qui la possède ne peut plus s’en servir sous peine de mort ou de confiscation de sa terre, mais il peut continuer à la garder, ce qui est d’ailleurs rarement le cas ; il est également rare qu’un chef en vienne à ces procédés car ses sujets ont le souci de prévenir ses désirs, lui évitant d’avoir à demander quoi que ce soit et lui donnant tout ce qu’il peut désirer. Lorsqu’un chef pénètre ou touche seulement la maison d’une femme de classe inférieure, celle-ci est rendue sacrée par sa présence ou ce contact et elle ne peut plus jamais y manger (tandis qu’un homme le peut) et il lui faut se trouver une autre maison et d’autres meubles ; c’est ainsi qu’un chef pris sous la pluie ne doit s’abriter que dans une maison d’homme, ou dans une maison lui appartenant (il en possède toujours plusieurs à différents usages) même s’il se trouve à 1 ou 2 km de celles-ci. Pour la même raison, aucune femme, sauf si elle est d’un rang égal, ne peut manger, sous peine de punition sévère, à bord d’un bateau après que le chef ait été à bord et c’est ainsi que les femmes appellent la nourriture se trouvant à bord Maa Raa (nourriture sacrée) tout, à bord, étant sanctifié par la présence d’un chef ; toutefois, pressées par la faim elles se nourrissent séparément mais rarement en compagnie d’autres femmes, à moins qu’elles ne se connaissent bien.

139En général, les chefs sont plus grands, plus forts et différents d’apparence des gens du commun ; leurs femmes sont aussi plus fortes et plus claires que celles des classes inférieures. Elles sont en général plus réfléchies et plus sérieuses, plus accomplies, et sont toujours supérieures aux autres aussi bien dans le travail que dans l’amusement ; c’est ainsi que les femmes Arii sont de loin les meilleures dans la confection des tissus. Au travail ils sont toujours les premiers car ce n’est pas une honte de savoir alors que c’en est une de ne pas savoir. Lorsqu’ils préparent leur nourriture il y a toujours une part pour leurs invités et ils sont de bonne compagnie pour leurs plus humbles serviteurs ou sujets qui, malgré cela, leur témoignent tout le respect et la révérance qui leur est due ; leur pauvreté ne les rend jamais méprisables car ils ne perdent jamais leur rang et ceux qui ne sont pas nés chefs ne peuvent jamais accéder à cette dignité ; et bien qu’à la naissance d’un enfant les titres et les honneurs du père lui soient transmis, ce dernier demeure un chef et est toujours considéré comme tel, bien qu’ayant perdu ses fonctions par la naissance d’un enfant dont il est parfois le régent ou tuteur.

140La propreté et la générosité, pour lesquelles ils sont remarquables, constituent leur seul amour propre et je dois dire qu’ils n’ont pas d’égaux sur ces points. Leur suite ne leur coûte rien car ils ne leur payent pas de salaire et en changent souvent, personne ne restant à leur service plus longtemps qu’il ne le désire, bien que certains passent leur vie entière au service d’une famille ; ces vieux serviteurs sont toujours considérés comme faisant partie de la famille ; ils dirigent la maison et, comme d’autres courtisans, ont autant à dire dans les affaires de gouvernement que leurs maîtres.

141Rares sont les chefs qui ont moins de 1,80 m et plusieurs d’entre eux ont de 5 à 10 cm de plus ; pour cette raison ils voulaient bien admettre que le capitaine et que ses officiers, qui étaient grands, fussent des chefs, mais ils ne pouvaient concevoir qu’un homme petit puisse en être un.

142Si quelqu’un vient à parler irrévérencieusement d’un chef il est puni de mort, et si un chef vient à médire d’un autre, une guerre s’ensuit immédiatement et c’est ainsi qu’ont eu lieu plusieurs batailles sanglantes. C’est la raison de l’animosité qui existe actuellement entre Taiarapu et Tahiti Nui, le chef de Taiarapu ayant refusé de reconnaître Tunuieaaiteatua, déclarant que ce dernier n’était pas le fils du dieu ni celui de Tu, mais le fils d’un favori et que sa mère avait créé cette histoire de toutes pièces afin que son fils ne fut pas déshérité au cas où il n’eut pas atteint une taille normale.

143Les gens de ce pays ont en général la taille des Européens ; les hommes sont forts, bien charpentés et d’une taille avenante ; leur démarche aisée et gracieuse et leur attitude qui est libre et enjouée, n’est jamais contrariée par un regard soupçonneux ou maussade ; leurs gestes sont vigoureux, vifs et gracieux et leur comportement vis-à-vis des étrangers montre du premier abord leurs dispositions humaines qui sont aussi franches que leur attitude semble l’indiquer ; leurs manières courtoises, affables et amicales entre eux prouvent qu’ils n’ont aucune caractéristique de barbarie, de cruauté, suspicion ou rancune ; ils sont toujours d’humeur calme et égale, lents à se mettre en colère et s’apaisant rapidement ; n’étant pas soupçonneux ils ne doivent pas être soupçonnés et un contact d’une heure est suffisant pour leur faire entière confiance.

144Les hommes portent les cheveux de plusieurs façons différentes et peignent leur barbe avec une arête de poisson ; un peintre trouverait ici d’excellents modèles d’Hector ou d’Achille. Les uns portent les cheveux courts, d’autres longs, flottant sur les épaules en ondulations ; d’autres encore les portent noués sur le haut de la tête. Les femmes ont une jolie taille ; leur couleur naturelle est celle d’une brune quoique celles qui s’exposent plus au soleil soient très foncées, telles que les pêcheurs constamment exposés à ses rayons. Ceux qui ne s’y exposent pas sont d’une belle couleur et le sang peut se voir sous la peau du visage. Leur peau est aussi délicate que celle des Européens et brûle aussi facilement au soleil. En général, ils sont élégants et attrayants, les yeux grands, brillants et noirs presque sans exception, les nez sont variés, la bouche petite avec les lèvres minces et rouges, les dents blanches et régulières et l’haleine douce et pure. Les cheveux des deux sexes sont noirs ou brun foncé, fins chez les uns et grossiers chez les autres ; les femmes les portent coupés et ondulés, tombant jusqu’au cou. Ils prennent grand soin d’être bien coiffés et décorent leurs cheveux de fleurs odorantes, s’efforçant de se débarrasser de la vermine, et sont pour cela très friands de nos peignes et de nos ciseaux pour les tailler, une dent de requin étant le seul instrument qu’ils possèdent pour se couper les cheveux. Bien que les femmes détestent autant que nous avoir de la vermine dans les cheveux, les hommes ne sont pas si délicats et beaucoup d’entre eux la mangent.

145Bien que la façon dont les femmes s’arrrangent les cheveux soit différente des habitants des autres pays, elle ne fait nullement tort à leur beauté car les deux sexes ne portent rien d’autre sur leurs têtes que des couronnes de fleurs, se contentant de les peigner et les huiler mais chacun prenant soin de les avoir régulièrement taillés ; certains épilent leurs cils et leur sourcils pour leur donner une forme particulière. Leurs membres sont en général élancés et fins et bien qu’ils aillent nu-pieds, leurs pieds ne s’élargissent pas comme ceux des habitants de l’Afrique et d’autres climats tropicaux et il y a beaucoup de femmes qui, habillées d’une jolie robe, passeraient pour des femmes élégantes, même en Angleterre.

146Le nombre des habitants de Tahiti est d’environ 30 000 dont un tiers doit être constitué par des guerriers. Dans le temps, la flotte était leur force principale tandis qu’à présent elle est diminuée, Tu estimant que la paix est préférable à la guerre.

147Actuellement, sa force navale ne dépasse pas 20 pirogues de guerre et il est redevable pour la plupart de celles-ci à sa sœur Ariipaea Vahine qui les apporta de Raiatea ; pour l’instant il n’a pas besoin de grandes pirogues car Moorea est sous sa dépendance Metuaaro ayant adopté son fils comme héritier de Moorea.

148A l’époque où l’île fut découverte par Wallis, Temarii, fils de Purea (décédée depuis) et de Amo était Arii Nui et Amo étant un Arioi avait quitté sa femme après la naissance de l’enfant ; Purea qui était une femme énergique fit déclarer son fils roi et le fit investir du Maro royal à Pare et, Mate (ou Tu) qui avait à l’époque 7 ans, fut obligé de se réfugier sur les terres de son père à Papara où il vécut retiré, bien que le maro lui revint de droit ; mais après le départ de Wallis, Mate se mit à la tête d’une troupe d’Atahuru et força Temarii à lui donner sa place et à reprendre ses propres biens. C’est alors que Tetoofa et Pohuetea chefs d’Atahuru se rendirent sur le marae et portant le maro à Atahuru forçèrent Mate à se rendre chez eux pour y être investi, lui imposant en même temps certaines restrictions ; il se trouvait ainsi plutôt sous leur dépendance que leur souverain et dès lors toutes les cérémonies religieuses devaient avoir lieu sur leur marae ou tous les autres chefs devaient apporter leurs offrandes, ces derniers étant souvent dépouillés avant d’atteindre le marae ; ils hésitaient néanmoins à se plaindre, ayant peur des gens d’Atahuru qui, renégats pour la plupart et soutenus par Tetoofa s’étaient fait une réputation au combat et finissaient par devenir des voisins très ennuyeux, se faisant craindre de Mate et de Temarii. Tahiti Iti, profitant de cette situation se révolta et se considérant séparé de Tahiti Nui par l’isthme se déclara en faveur de Vehiatua, le nommant son roi, sans toutefois obtenir le maro ; Temarii et Mate s’étant unis pour préserver leurs droits dans leurs familles, Taiarapu fut repoussé après avoir subi des pertes sanglantes et se retira chez lui sans qu’on ait pu le soumettre en raison des nombreux points fortifiés qu’il possédait.

149A peu près au même moment Moorea se révolta et Mahine (oncle de Metuaaro, roi de cette île) s’empara du pouvoir, obligeant Metuaaro à aller se réfugier auprès de Mate avec ses sœurs Itia et Teano ; ils s’y trouvaient lorsque Cook arriva, alors qu’une trêve venait d’être conclue.

150Tout ceci explique dans une certaine mesure la situation dans laquelle Cook trouva l’île, et la raison pour laquelle il trouva Purea retirée avec son mari ; ils s’étaient séparés à la suite d’une querelle mais s’étaient ensuite réconciliés. Temarii est celui que Cook appelle Teridiri, probablement Te Arii Rahi ou grand chef, titre qu’il portait partout sauf en présence de Tunuieaateatua, ce dernier étant appelé Te Arii Nui ou chef suprême ; la jeune femme Toimata était sa cousine et sœur de sa présente femme Terii-tahi Purea n’ayant d’autre enfant que Temarii, ayant tué tous ceux qui étaient nés avant lui.

151Tu ou Mate est le fils aîné de Teu ou Hapai dont parle également le capitaine Cook. Les deux (Mate et Temarii) entretiennent des rapports amicaux et Temarii n’ayant pas d’enfant adopta une fille de Tu qui mourut jeune mais il est possible qu’il ait un enfant de sa présente femme, sinon le pouvoir passera au roi actuel qui est un garçon de 10 à 12 ans.

152Vers l’époque de l’arrivée de Cook, à son dernier voyage, Tu était engagé dans une guerre avec Moorea et avec l’assistance de Temarii, de Tetoofa et de Pohuetea qui joignirent leurs forces aux siennes, ils étaient sur le point d’obliger Mahine à se soumettre ou à abandonner ses prétentions sur l’île en faveur de Metuaaro l’héritier de droit, mais Tetoofa devenant jaloux de la puissance grandissante de Tu qui profitait des riches présents que lui avait faits le capitaine Cook, et décidé à affaiblir cette puissance, lui retira son aide et, après le départ de Cook, s’alliant à Mahine se retourna contre Tu ; à eux deux ils détruisirent sa flotte le dépouillant de tout ce qu’il possédait, détruisant en grande partie le bétail que Cook avait laissé et emportant le reste.

153Mahine fut ainsi à même de demeurer tranquillement en possession de Moorea et Metuaaro et ses sœurs furent obligés de demeurer à Tahiti ; c’est alors que Tu prit Itia sœur de Metuaaro pour femme et Metuaaro Terereatua sœur de Tu, mais Mahine qui était contre ces mariages, supposant qu’ils permettraient tôt ou tard de le chasser des possessions dont il s’était emparé, était déterminé à se servir d’eux s’il ne pouvait les séparer ; constatant qu’il ne pouvait rien faire malgré ses efforts pour crééer une querelle entre Taiarapu et Temarii, il déclara la guerre à Tu qui se vit obligé d’intervenir avec la petite flotte dont il disposait et dont il confia le commandement à Moana, frère de Tutaha et de Vaetua, frère de Tu ; une bataille sanglante eut lieu dans la baie de Matavai ou Mahine avait amené sa flotte ; Mahine y fut tué par Vaetua et sa flotte presque entièrement détruite ; ses hommes s’enfuirent chez eux et placèrent sur le trône de Moorea Teriihaamoetua, fils adoptif de Mahine, qui y demeura jusqu’au départ de la « Bounty » en avril 1789. C’est alors que Metuaaro rassembla une troupe, et, avec l’aide des armes en possession de Tu reprit ses droits obligeant Teriihaamoetua à se réfugier à Tahiti avec sa mère et sa tante ; ils y vivent actuellement retirés.

LA GUERRE

154Ayant décrit précédememnt leur caractère et leurs talents, je décrirai maintenant leur manière de faire la guerre.

155Dans ce pays, la guerre éclate souvent pour de futiles raisons ; il est vrai que ce que nous considérons futile peut être pour eux très important.

156Les districts ont tous une limite, souvent une rivière qui les sépare les uns des autres. Lorsqu’une dispute s’élève, ceux qui en sont responsables sont priés de réparer le dommage ou la faute et s’ils refusent, la guerre est déclarée de la façon suivante ; les prêtres et les chefs des parties en litige se réunissent sur leurs limites et consultent les prêtres ; si ceux-ci répondent favorablement, la guerre est envisagée et le côté qui se croit le plus lésé envoie un frondeur à la limite et là, ayant armé sa fronde il la décharge par-dessus les têtes des adversaires en criant : « Ua afa te vai. » Ce qui signifie que la guerre est déclarée, littéralement « l’eau a démoli ses rives ». Un frondeur répond identiquement de l’autre côté puis ils se crient les uns aux autres « Ia ora i te Atua, te tamai ra » « Dieu vous garde dans votre guerre » puis ils retournent chez eux apparemment en paix et organisent une fête de guerre tuant un certain nombre de cochons pour les guerriers et quelquefois faisant un sacrifice humain ; le lendemain ils se rendent au terrain désigné. Ils sont toujours accompagnés de prêtres inspirés, qui avant l’attaque les encouragent à se battre virilement et les incitent au combat en soufflant dans les conques qu’ils utilisent toujours dans ces occasions ; ils utilisent aussi un bambou dans lequel ils soufflent comme dans une trompette.

157Ils font toujours des offres de paix au côté qu’ils estiment le plus faible et si ceux-ci refusent et sont battus, ils sont chassés de leurs possessions et le chef conquérant installe un subordonné pour commander le pays vaincu ; si celui-ci promet d’obéir au nouveau chef, ils sont autorisés à rester sur leurs terres et à en jouir, ce qu’ils font rarement, car ils ont une si grande affection pour leurs chefs qu’ils préfèrent partager leur malheur et perdre leurs propriétés plutôt que d’en jouir sous la férule d’un autre. Ils seraient déconsidérés s’ils agissaient autrement et leur nom synonyme d’opprobre parmi leurs concitoyens, leur existence devenant un tourment pour le reste de leurs jours. Ils ne font pas de prisonniers et ne donnent pas de quartier sauf au cas où l’un d’eux se trouve devant un adversaire qui a été autrefois son ami adoptif, règle qu’ils n’enfreignent jamais. Ils ne sont pas tenus de se battre plus longtemps qu’ils n’en ont le désir et bien qu’ils aient tué un homme cela ne leur donne pas le titre de guerrier s’ils sont blessés eux-mêmes, car ils estiment que celui qui se laisse blesser ne sait pas se défendre et il est plus honorable de rentrer sain et sauf que blessé.

158Bien que n’étant pas au combat sous l’autorité directe du chef, ils se battent cependant furieusement sachant que s’ils sont vaincus ils perdront toutes leurs possessions. On pourrait croire que c’est sans importance dans un pays ou il s’agit seulement de demander pour recevoir et pourtant ils préfèrent tous avoir à donner que d’être forcés à recevoir ; lorsqu’ils font un présent ils le font d’une façon si libre et gracieuse que la chrétienté pourrait rougir devant cette façon de faire et avoir honte d’être dépassée par ceux que nous appelons des sauvages. Telle est la raison principale qui les amène à combattre ; quelques-uns de leurs engagements navals ont été très sanglants car ils combattent après avoir attaché leur proue à celle de leurs adversaires ; lorsque le parti le plus fort prend le dessus les autres se sauvent en sautant à la mer.

159Les armes utilisées sont des lances de 4 à 5 m de long terminées par un aiguillon de raie, des massues de 2 à 3 m de long faites de toa, un bois très dur et des frondes faites de fibres de coco tressées. Ils ont des javelots et des arcs pour le sport mais ne s’en servent jamais à la guerre.

160Certaines de leurs pirogues de guerre sont très grandes et portent de 1 à 300 hommes ; elles ont quelquefois cent pagayeurs qui ont chacun une quantité de cailloux, une fronde en plus de lances et de massues et lorsqu’un côté devient trop fort pour l’autre, celui-ci n’a d’autre ressource que de fuir, les vainqueurs emportant leur butin en triomphe. C’est ce qui arriva à la flotte de Tu après le départ de Cook et depuis cette époque ses forces navales n’ont fait que se détériorer ; malgré cela il a toujours eu de la chance, et, même vainqueur, il préfère toujours la paix à la guerre.

161Ils emportent toujours leurs morts s’ils le peuvent car tous ceux qui sont laissés sur place sont portés au marae et offerts en sacrifice, la mâchoire inférieure étant détachée et placée sur le marae comme trophée et le corps étant enterré dans le sol du marae.

162Celui qui a tué prend le nom de celui qu’il a tué. C’est le seul moyen par lequel ils peuvent être qualifiés de guerriers et pour cela ils doivent emporter leurs victimes ce qui est rendu souvent difficile par les vivants et plus particulièrement les amis du guerrier tombé qui se battent plus furieusement pour protéger le corps du mort qu’ils ne l’auraient fait lorsqu’il était vivant. Si le vainqueur a le dernier mot et a pu conserver sa victime il prend le nom de son adversaire comme un titre honorifique. Une fois la paix revenue, les familles des morts retrouvent rapidement ceux qui en sont responsables et chaque famille envoie un présent à celui qui a tué leur parent ou ami ; on s’assure ensuite des services d’un groupe de danseurs (un heiva) à la tête duquel prend place la fille ou le plus proche parent du défunt, et ce groupe exécute une danse dans la maison de celui qui a tué. La danse terminée, on lui présente des tissus, des nattes et des vêtements et c’est ensuite à son tour d’entretenir somptueusement tous les membres de la famille pendant plusieurs jours ; la famille déclare alors qu’elle ne lui tient aucune inimitié ni rancune, leur chagrin se changeant en joie et tout étant résolu amicalement. Quant au vainqueur, pour rendre l’amitié plus solide de son côté, il adopte comme ami le parent le plus proche du défunt, et portant son nom, devient un membre de la famille ; il y est traité comme tel et aussi aimé que s’il y était né.

RELIGION

163Leur religion est sans forme précise, et bien qu’à certains égards leur étant particulière, elle pourrait par certains côtés être comparée à celle de certaines tribus juives antiques. Leurs traditions nombreuses peuvent y être comparées et à certains égards correspondent à nos livres de l’Ancien Testament. Ils possèdent des images mais ne les adorent pas. Leurs divinités sont au nombre de 3 ; on les appelle du nom général de Atua mais elles sont adorées séparément ; il s’agit de Tane, le premier ou père des Dieux appelé quelquefois Atua Nui (Grand Dieu) et quelques fois Atua Muna, Dieu im-immense ou effrayant, créateur du Monde et de toutes choses, du jour et de la nuit, du tonnerre, des éclairs, de la pluie, etc.

164Oromatua ou le fils est celui qui préside à la guerre et à la paix et qui punit les chefs de maladie ou de mort lorsqu’ils négligent leurs fonctions.

165Tipahoamanu est le hoa ou ami des deux précédents et leur messager sur terre ; ils appellent ceux-ci Atua Fanaupo (ou Po Roa) c’est-à-dire dieux issus ou amenés des ténèbres ou de la nuit éternelle ; ils ne s’adressent à ces derniers qu’en temps de guerre ou lorsque leurs chefs sont frappés de maladie car ils les considèrent trop importants pour s’intéresser à des choses insignifiantes ou triviales et font très attention d’éviter tout ce qui pourrait les courroucer, de peur qu’ils ne détruisent le monde comme ils l’ont presque fait une fois lorsqu’ils furent offensés, ayant renversé le monde et l’ayant brisé en morceaux ; c’est ainsi qu’ils expliquent la multiplicité des îles dont ils ont connaissance.

166En dehors de ces dieux importants ils ont un certain nombre de dieux inférieurs, chaque homme et chaque femme ayant un ange gardien qui d’après eux serait l’âme de leurs parents défunts qui ont été déifiés pour leurs bonnes actions et dont l’occupation est de les surveiller et de les protéger pendant leur séjour sur terre. Ils croient qu’ils seront récompensés dans l’autre monde, et quittent celui-ci sans aucune anxiété ; lorsqu’ils meurent ils prennent congé de leurs amis avec autant de sérénité que s’ils partaient en voyage. Croyant à une vie future ils croient également que ceux qui ont été bons et généreux avec les dieux auront la plus haute place, aucune n’étant pire que la terre. Lorsqu’ils rêvent ils disent que l’âme est détachée du corps et parlant de leurs rêves disent : « mon âme a vu telle âme, etc. » Lorsqu’ils meurent, ils disent que l’âme s’est envolée vers le dieu qui (ainsi qu’ils l’expriment) la mange ; passant au travers du dieu elle sort imprégnée de sa divinité et est envoyée pour veiller sur un autre mortel qui vient peut-être de naître, ou bien encore elle est autorisée à errer à travers les demeures célestes, sans jamais manquer de rien. Ils croient également qu’il existe un mauvais démon qu’ils appellent Tii, dont le pouvoir consiste seulement à les punir sur terre, en s’introduisant dans leur personne et provoquant des crises de folie, etc. et qu’il ne peut y rentrer sans autorisation de l’ange gardien qui peut seulement l’expulser du corps. C’est pour cette raison que dès qu’ils tombent malades ils s’adressent aussitôt au dieu pour qu’il enlève le mal par des prières et des offrandes et demandent aussi aux prêtres de leur prêter assistance ; ils s’interrogent et s’efforcent de dissiper le malentendu qui aurait pu se produire au sujet de n’importe quelle petite affaire, en envoyant une offrande d’apaisement à ceux qu’ils croient avoir offensés et lorsqu’ils ne peuvent apaiser la colère des prêtres et des dieux, après leur avoir donné tout ce qu’ils possèdent, ils appellent leurs amis autour d’eux et les recommandent à leurs anges gardiens, leur conseillant de bien avoir soin de ne pas les offenser, de bien s’occuper de leurs chefs et d’être généreux envers les étrangers ; puis ils meurent, souvent sans une plainte, bien que réduits à toute extrémité par la souffrance et la douleur.

167Ils croient que le soleil et la lune sont le père et la mère de toutes les étoiles et lorsqu’il y a une éclipse, c’est qu’ils sont en train de s’unir ; toutes choses sur terre sont produites de la même manière et tout ce que créent les dieux, se désagrège et disparaît tandis que de nouvelles choses prennent leur place, tout le système de la nature étant un changement permanent ; pour étayer ces théories ils disent que l’on voit bien des choses qui naissent et meurent chaque jour, les rivières vont à la mer, les arbres pourissent, les rochers tombent des montagnes. Cela se passe ainsi depuis la création de la terre et sans diminution, puisque tout se remplace.

168Leurs traditions concernant la création sont à certains égards semblables à celles de la Bible. Le temps de la création n’est pas limité mais Dieu aurait produit toutes choses en partant de rien et mis tout en marche par sa volonté. Certains récits concernant les étoiles ressemblent aux fables grecques. Ils ont des noms pour la plupart des étoiles, dans lesquelles des femmes ont été envoyées en raison de leurs bonnes ou mauvaises actions. Ils racontent qu’une fille appelée Taurua d’une grande beauté et de très mauvaise vie, fut envoyée sur la planète Vénus pour avoir maudit Tane et doit y demeurer pour sa punition, et d’autres histoires similaires. D’après eux Castor et Pollux seraient deux frères qui supplièrent Tane de les enlever à leurs parents qui refusaient de leur donner un bon poisson. Ayant quitté leur maison ils s’adressèrent à Tane qui envoya un nuage blanc pour les emporter ; ils sont appelés Pipiri Ma.

169Étant très superstitieux dans toutes leurs coutumes et croyant que toute faute contre Dieu ou contre l’homme est punie, il y a peu d’actes qui puissent être qualifiés de crime chez un peuple qui n’a d’autres lois que celles de la nature. Ils croient fermement tout ce qui leur est enseigné par les prêtres et par leurs aïeux, et qu’ils estiment être la volonté de Dieu ; ils savent que toutes bénédictions viennent de lui et lorsqu’ils s’approchent de leurs lieux de prières, c’est avec une crainte respectueuse qui ferait honneur à la chrétienté ; lorsqu’ils prient, leur attitude est toujours empreinte de bienséance.

170Ceci dit, bien qu’ils affirment que la religion qui leur est enseignée est la bonne, ils admettent qu’une autre peut être aussi bonne et sont assez généreux pour reconnaître que tout homme qui adore son dieu comme on lui a enseigné de le faire, est sur le chemin du bonheur et recevra la récompense qu’il mérite, ce monde étant le seul lieu de punition. Ils prétendent et sont tous persuadés qu’il ne peut en exister aucun autre.

171Leurs femmes ne participent pas aux rites religieux et n’assistent pas aux cérémonies, pas plus d’ailleurs que les serviteurs mâles ; elles n’ont pas de lieu de prières et n’en pénétrent un que le jour de leur naissance ; ceci dit, les prêtres peuvent leur apporter les secours de la religion lorsqu’elles sont malades, et elles sont en tout cas aussi bien vues du dieu que ceux qui participent aux rites religieux.

172Leurs cérémonies consistent en sacrifices innombrables, en prières, fêtes, etc. tenues sur le marae et toujours présidées par les prêtres mais avant d’en venir aux cérémonies il est nécessaire de décrire les marae et les prêtres.

  • 4 La description de ce marae est donnée dans le premier voyage du capitaine Cook, à la date du 27 jui (...)

173Les marae ou lieux de prières sont des rectangles de terrain abondamment plantés d’arbres et entourés d’un mur de pierres de 1 m à 2 m de hauteur et de même épaisseur ; certains sont très solidement construits en gradins de pierres ; le plus grand à Tahiti est celui de Papara (voir le Voyage du capitaine Cook où il en fait une description à laquelle je ne saurais ajouter quoi que ce soit)4. Ils sont de dimensions variées et sont construits sans mortier. Au centre se trouve une table ou autel sur lequel ils déposent leurs offrandes et qui comporte à une de ses extrémités une maison pour recevoir les prêtres ; elle est utilisée lorsqu’ils se rendent au marae pour y offrir des sacrifices et des fêtes.

174Sur un de ces marae qui se trouve être le grand marae principal dans le district de Pare est conservé un petit marae mobile semblable à l’Arche des Juifs et qui est à l’origine d’autant de querelles que cette dernière. Ce marae s’appelle Taputapuatea signifiant « sacrifice du cochon blanc » c’est le lieu où doivent se rendre tous les chefs de l’île ainsi que tous leurs sujets des autres îles, pour y offrir les sacrifices car ils pensent que c’est l’unique résidence du dieu sur la terre.

175Ce marae mobile est une boîte d’environ 90 cm de long sur 60 cm de large et 30 cm de profondeur dans laquelle sont conservées les 3 divinités ou plutôt les images qui les représentent car elles ne sont là que pour mémoire et ne sont pas adorées. Néanmoins elles portent les noms des dieux. Sur le dessus de la boîte se trouvent plusieurs ornements sculptés surmontés d’oiseaux aux ailes étendues car le dieu aime bien les oiseaux dont il se sert pour venir sur terre. Le tout est décoré de bouquets de plumes rouges et jaunes qui pour eux sont aussi précieuses que de l’or. Il y a aussi une maison mobile qui fait partie du marae et qui est fixée avec l’arche sur une plate-forme : elle est appelée « Te Fare Atua » « la maison du dieu » ; elles sont toutes deux entourées et recouvertes des meilleurs tissus du pays peints de différentes couleurs ; c’est là qu’est conservé le maro royal et personne ne peut s’approcher en dehors des prêtres, sous peine de mort, et encore ces derniers sont-ils obligés de se dévêtir jusqu’à la ceinture lorsqu’ils pénètrent dans l’enceinte du marae ; lorsqu’ils pénètrent le « Fare Atua » ils se dévètissent entièrement, laissant leurs vêtements au dehors et, à l’intérieur, cachant leur nudité au moyen de tissus qu’ils trouvent sur place et qui appartiennent au lieu sacré ; en sortant ils remettent ces tissus en place et reprennent leurs vêtements.

176Ce marae est le lieu principal d’adoration et c’est seulement là qu’ils offrent des sacrifices humains. Il a toujours été une cause de dispute chacun désirant l’avoir en sa possession. Il fut enlevé à Tu 20 ans avant notre arrivée par Tetoofa chef d’Atahuru qui l’avait aidé à le reprendre à Temarii. Tetoofa se considérant comme un homme important tint à prendre possession du marae le gardant à Atahuru jusqu’à nos jours ; il avait alors fait la guerre à Tu, refusant de reconnaître son fils. Tu nous ayant demandé aide et assistance réussit avec nous à vaincre Tetoofa ainsi que nous l’avons décrit et le marae fut amené à Pare où un nouveau marae de pierres fut construit pour le recevoir. C’est sur ce marae que furent offerts le premier et le dernier sacrifice humain pendant notre séjour dans l’île ; les victimes, nous déclare-t-on, avaient été convaincues de blasphèmes contre le dieu ou le roi ; elles ne furent pas brûlées car cette pratique n’existe pas.

177Les murs des marae sont comme on l’a dit, construits sans ciment et bien que certaines pierres soient rondes et d’autres taillées en carré, aucun outil n’est utilisé dans leur construction en dehors des outils de pierres. Lorsqu’un marae doit être construit, le chef en informe chaque personne qui dépend de lui, en lui envoyant une feuille de cocotier qui lui indique d’avoir à se présenter dans un lieu et à une date donnée avec une pierre dont les dimensions seront fixées par les prêtres. Si les pierres ne sont pas en nombre suffisant la commande est renouvelée. Lorsque les pierres sont toutes rassemblées les prêtres font savoir qu’ils sont prêts et une partie de chaque journée est réservée à ce travail. Un sacrifice est offert et ils se mettent au travail, pendant lequel aucun feu ne doit être allumé dans le district jusqu’à l’heure où ils quittent le travail. Lorsque le travail est terminé et l’autel dressé ils passent 2 ou 3 jours à le consacrer en faisant de nombreux sacrifices, humains et autres, avec des prières et des fêtes et pendant les cérémonies religieuses de cette consécration, aucun feu ne doit être allumé, cette règle étant observée pour tous les rites concernant l’ensemble de la population.

178Il y a deux classes de prêtres ; ceux-ci sont choisis et formés parmi toutes les catégories de la populations d’après leurs capacités. Ils sont seuls à avoir des connaissances et leur rôle consiste à laisser les classes inférieures dans l’ignorance et bien qu’ils soient eux-mêmes de classe inférieure ils acquièrent la notoriété grâce à leur savoir ou plutôt grâce à la chance qu’ils peuvent avoir dans leur profession.

179Les premiers de ceux-ci sont les tahua marae et leur rôle est de faire les offrandes au marae et de s’occuper du lieu sacré ; ils chantent les prières ou les hymnes dans une langue inconnue des indigènes ou tout au moins de ceux qui ne sont pas de la profession et inconnue aussi de nombreux chefs ; ceux-ci bien qu’ayant tous le titre de prêtres officient rarement sauf dans les cas particuliers où ils remplacent des prêtres manquants, ce qui est rare car ces derniers sont très nombreux.

180Les autres sont appelés Taura Atua et se réclament de l’inspiration divine ; on les consulte en toutes occasions que ce soit pour la guerre, la maladie, etc. et par leur entremise ils font connaître la volonté et le plaisir du dieu ; peu d’entre eux se réclament du même dieu et ceux qui sont inspirés par les dieux supérieurs sont des hommes d’une grande adresse et d’un art consommé ; ils en tirent une influence considérable. Ils n’essayent jamais de s’adresser à leur dieu, sauf lorsqu’un chef est malade ou lorsqu’il s’agit de connaître le résultat d’une guerre en cours et, étant préalablement informés de la plupart des circonstances, il leur est possible de faire des prédictions avec une certaine certitude. Lorsque leurs talents sont inopérants pour soigner une maladie, ils ne manquent jamais d’accuser les amis et parents du malade pour leur manque de religion et pour la négligence dont ils font preuve dans l’accomplissement de leurs devoirs religieux, mais si le malade se rétablit leur réputation est alors fermement continuée, et, même s’ils appartiennent à la classe la plus humble, ils deviennent les amis intimes du chef ou de la personne pour laquelle ils ont déployé leurs talents ; ils sont choyés du chef et invités en toutes occasions, même s’ils ne réussissent plus par la suite.

181Lorsqu’on les consulte pour connaître l’éventualité d’une guerre, etc., ils s’habillent de façon fantastique se décorant de plumes rouges et noires dont ils croient que le dieu est très amateur puisqu’il utilise les oiseaux lorsqu’il descend sur terre. Après avoir enveloppé sa tête avec le rauava le prêtre se rend dans un réduit fermé de tous côtés, à proximité du marae, et y reste quelques minutes. Il en sort éternuant plusieurs fois, dans un état de grande surexcitation, l’œil fixe, le corps atteint de déformations et semblant avoir subi une transformation étonnante ; ce phénomène est selon eux provoqué par la lutte entre son âme et celle du dieu qui s’efforce de s’introduire dans son corps, ce qui finit par se produire ; il a l’air hébété et semble ne reconnaître personne. Son collègue qui est généralement un tahua le complimente alors en l’appelant du nom du dieu dont il prétend s’inspirer et lui pose les questions pour lesquelles ce dernier ou une tierce personne désire avoir une réponse ; il répond d’une voix de fausset en réclamant une liste importante de choses à l’intéressé mais si on le questionne pendant qu’il se débat avec le Dieu il prononce quelquefois des phrases inachevées, d’une façon curieuse, comme si les deux âmes s’efforçaient de parler en même temps, parlant tantôt de sa voix naturelle, tantôt d’une voix de fausset. Lorsque l’esprit le quitte il commence à bâiller, quelquefois tombant à la renverse avec un hurlement et restant étendu plusieurs minutes sans parler puis, paraît se réveiller, et son âme reprenant sa place il reprend sa propre voix, paraissant ignorer tout ce qui vient de se passer ; son collègue à ce moment ne manque pas de l’informer de toutes les exigences du dieu, que les intéressés ne manquent pas de satisfaire s’ils possèdent ce qui est demandé où s’ils peuvent se le procurer.

182Telle est la méthode qu’ils utilisent toujours ; plusieurs femmes exerçent cette même profession pour leur propre sexe en matière de maladie, de naissance et leur crédulité est telle qu’elles sont persuadées ne pouvoir accoucher si elles s’abstiennent de consulter une de ces femmes. En fait au lieu d’une, elles en ont quelquefois une demi-douzaine qui facilitent la naissance de l’enfant par leurs offrandes et leurs prières et en échange lui enlèvent la moitié de tous ses biens sans lui apporter d’autre aide.

183Lorsqu’un prêtre ou une prêtresse pénètrent dans une maison pour y apporter leurs services ils apportent toujours avec eux un jeune bananier et ayant ôté une des feuilles, jettent l’arbre sur le faîte de la maison ; ils y pénètrent ensuite, récitant quelques courtes prières en différents endroits de la maison ; ils déposent ensuite la feuille sur la porte. Il se font donner d’amples détails sur l’événement pour lequel on les a appelés, pour connaître exactement les circonstances avant de commencer quoi que ce soit. Cela leur permet de connaître les réponses à faire, et de juger s’il y a une chance de succès ou une déception à craindre avant de commencer.

COÛTUMES RELIGIEUSES ET AUTRES

184Lorsqu’une offrande est faite au dieu, le cochon est porté au marae où il est tué et nettoyé comme s’il devait être mangé, puis il est barbouillé de sang et laissé à pourrir sur l’autel. Ils s’imaginent que le dieu est heureux de manger l’âme de la victime ainsi qu’il le fait pour les morts, hommes ou bêtes. Les sacrifices offerts exprès pour lui ont toujours pour résultat d’attirer des faveurs sur celui qui a offert le sacrifice. Les prêtres préparent ensuite les entrailles avec des racines et du fruit de l’arbre à pain et les mangent sur le marae, et sachant que les oiseaux sont friands de bananes, ils en déposent souvent sur l’autel avec du poisson et des poulets ; il est rare que l’autel demeure sans une offrande quelconque.

185Les premiers fruits de toutes sortes sont offerts au dieu puis au chef et au Seigneur du lieu avant d’être consommés et il en est de même pour les poissons ; si un homme a un filet neuf à utiliser ou une pirogue neuve à mettre à l’eau, il organise une fête sur le marae pour les prêtres, qui offrent des bananiers et des prières pour son succès ; les premiers poissons pêchés vont toujours au marae où ils sont offerts par le prêtre avec des prières, puis aux prêtres, ensuite au chef et enfin au seigneur du lieu ou au propriétaire de la terre ; il ne peut jouir des fruits de son labeur avant que ceux-ci n’aient été tous servis.

186Le premier cochon est toujours offert lorsqu’il est âgé de 8 ou 10 jours, de même un poulet de la couvée ; pour leurs enfants ils font toujours une offrande selon leurs moyens ; c’est toujours un cochon ou un poulet.

187Tout ce qui touche l’autel ou le sol du marae est considéré comme sacré quelle qu’en soit la valeur et ne peut plus être ramené sur le sol ordinaire ni touché par qui que ce soit, sauf par les prêtres ; c’est ainsi que si un chien ou un cochon s’égare sur les terrains sacrés il est immédiatement tué et offert en sacrifice.

188Lorsqu’une fête a lieu sur un marae il s’agit toujours d’une offrande volontaire (elles sont nombreuses) et la totalité des victuailles doit être consommée sur place quelle qu’en soit la quantité, rien ne devant être enlevé du marae. La poitrine et l’épaule de cochon sont la part du chef mais en son absence, elle va aux prêtres avec la tête et les entrailles qui sont leur part. Cependant s’il se trouve là quelqu’un qui a le droit de manger sur le marae et qui n’a pas été servi, il est invité à se joindre au festin.

189Lorsque le prêtre ou les prêtres assistent à ces fêtes, ils doivent ainsi que tous ceux qui pénètrent dans le marae, être nus jusqu’à la ceinture. Lorsqu’ils assistent à toutes autres cérémonies ils ont les épaules couvertes, les cheveux huilés dans un turban maintenu par des feuilles sacrées, un plastron (appelé taumi) et les vêtements maintenus par une ceinture faite de cheveux ou de fibre de coco, joliment tressée sur une grande longueur avec un gland à son extrémité. Les provisions apportées au marae doivent être préparées sur place et à proximité de la maison dans laquelle on garde les paniers nécessaires au cas où la cérémonie durerait 2 ou 3 jours.

190Ils se lavent toujours avant et après avoir mangé et s’ils rentrent en contact avec un lézard mort, une souris ou un rat, ils se lavent avant de toucher à la nourriture et s’ils trouvent un de ces animaux sur un ustensile de cuisine ils ne l’utilisent plus.

191Malgré cela ils mangeront un cochon qui est mort de maladie.

192Lorsqu’une personne vient à toucher le cadavre d’un homme en dehors de ceux tués à la guerre ou destinés à un sacrifice, elle est rendue impure et ne peut pendant un mois toucher à aucune nourriture avec ses mains ce qui l’oblige à se faire nourrir. Si un homme tué à la guerre est touché par un parent, même interdiction ; dans les autres cas un lavage est suffisant. Toute personne ayant une plaie purulente ou de larges ulcères ne peut être touchée par qui que ce soit et si elle meurt sa maison est brûlée avec tout ce qu’elle contient.

193Lorsqu’ils pleurent la mort d’un parent, ils se rasent le devant et quelquefois le derrière de la tête ainsi que les sourcils et la barbe et se font des entailles sur la tête avec une dent de requin ; cette pratique exprime aussi bien la joie que le chagrin ; voir le cérémonial de deuil.

194Ils respectent toujours les cheveux blancs et sont bons pour les étrangers ; ils protègent les veuves et les orphelins.

195Un enfant peut maudire son père, sa mère, son oncle ou sa tante mais ceux-ci ne peuvent en faire autant. L’enfant ne peut maudire son grand-père, sa grand-mère, ses frères ou ses sœurs mais le grand-père et la grand-mère peuvent maudire leurs petits enfants avec impunité. La mort punit tout homme qui blasphème ou insulte les dieux et le roi.

196Ils ne font jamais de mariage consanguins mais un homme peut prendre deux sœurs et une femme deux frères en même temps si les parties intéressées sont d’accord et c’est une grande preuve d’amitié lorsqu’un homme cohabite avec la femme de son ami adoptif si celle-ci est consentante, l’ami adoptif étant toujours considéré comme un frère.

197Lorsqu’une femme a un mari qui meurt sans enfants, le frère du mari la prend ; s’il n’a pas de femme et qu’il ait des enfants avec la femme de son frère, ces enfants portent le nom du frère défunt et héritent de ses biens ; s’il a une femme la femme de son frère demeure chez lui jusqu’à ce qu’elle trouve un mari, et elle sera toujours considérée comme faisant partie de la famille.

198Lorsqu’un homme a une raison pour se séparer de sa femme, il l’en informe et en général elle est d’accord, estimant qu’il serait reprochable de rester après avoir été avertie. L’homme fait alors un partage égal de tous ses biens et la femme emmène les enfants de sexe féminin, laissant à son mari les enfants de sexe masculin. Si elle vit seule elle conserve ses droits d’épouse et bien que n’habitant plus avec son mari, ils demeurent toujours amis et n’hésitent pas à se demander tout ce dont ils peuvent avoir besoin ; chacun jouit de ses propres biens mais s’il leur prenait le désir de se remettre ensemble après cette séparation cela dépend d’eux et ils peuvent le faire quand ils le veulent. Si la femme prend un autre mari elle perd tous droits sur son premier mari et ne peut plus rien lui demander, en dehors de ses biens personnels et de sa part des biens tel que cela a été décrit plus haut.

199Lorsqu’un homme trouve son voisin ou quelqu’un qui ne soit pas son ami adoptif, en train de commettre l’adultère avec sa femme il a la loi dans ses mains et peut, s’il le juge bon, tuer l’un d’eux ou les deux avec impunité ; lorsqu’un enfant naît, garçon ou fille, il est porté au marae familial (chaque famille en possède un) par une personne chargée de s’occuper de l’enfant, pendant que la mère prend un bain chaud ; le père et les prêtres se rendent au marae et offrent un cochon ou bien un poulet ou deux au dieu, et le prêtre, qui est bien rémunéré pour ce travail, coupe le cordon ombilical à 15 ou 20 cm du ventre avec un morceau de bambou fendu et l’enterre dans le marae tandis que les autres prient. Une hutte provisoire est ensuite élevée près du marae et la mère s’y rend pour attendre son enfant qui lui est porté par la personne préposée ; tous trois doivent rester dans la hutte jusqu’à ce que le cordon tombe ; il est alors soit gardé dans une maison sacrée, ou enterré dans le marae. Si l’enfant est un garçon, ils peuvent enterrer le cordon dès qu’il tombe ce qui prend de 6 à 8 jours mais s’il s’agit d’une fille le cordon est quelquefois conservé de 15 jours à 3 semaines, pendant lesquelles la mère ne peut toucher elle-même à aucune nourriture et doit être nourrie par quelqu’un d’autre ; toute personne qui touche l’enfant doit se soumettre à cette même restriction jusqu’à ce que l’on fasse un amoa pour le faire disparaître ; auparavant, une offrande d’un bananier et d’un jeune cochon ou d’un ou deux poulets, doit être faite pour la mère ; cette offrande étant faite dès que le cordon a été enterré ou bien lorsque le moment est venu de transporter l’enfant, du marae dans une maison près de celle de son père, construite et sacrée pour lui. Cependant ils ne peuvent pénétrer dans cette maison ni toucher l’enfant, vêtus des mêmes vêtements qu’ils portaient lorsqu’ils mangent leurs propres provisions ; c’est ainsi qu’une série d’amoa doit être exécutée pour le père et les oncles, pour que l’enfant puisse pénétrer dans la maison où mangent son père et ses oncles, pour sa mère et sa tante.

200Lorsque l’enfant est un garçon il y a encore un amoa nécessaire lorsqu’il adopte un ami et c’est tout ce qui est nécessaire pour son accession à la liberté. Tout ce qu’il touche pendant la période de sa minorité ou de son état sacré, est rendu sacré par ce contact et devient de ce fait inutilisable pour toute autre personne. Si l’enfant est une fille, il y a deux autres amoa ; l’un lorsqu’elle vient de se marier, pour permettre à ses parents masculins de manger la nourriture qu’elle a touchée et un autre pour que son mari et elle puissent manger dans le même plat ; sa tête est alors tout à fait libre ; elle est d’ailleurs libre avant ces deux amoa sauf dans le cas où elle viendrait en contact avec quelque chose.

201Lorsque ces cérémonies sont faites pour un garçon elles s’appellent amoa, mais pour une fille elles s’appellent en plus faatoi signifiant qu’il y a une cérémonie de plus que pour les garçons. Pour les garçons, des cochons ou des poulets sont toujours offerts ; mais pour une fille, s’il ne peuvent offrir un cochon ou un poulet, un poisson suffira, ce qui est toutefois rare, car ils ne cherchent pas à économiser dans l’exécution de ces rites qui donnent généralement lieu à de grandes festivités.

202Tout ce qui touche l’enfant, avant l’accomplissement de toutes ces cérémonies, devient sacré et est jeté dans un enclos fermé près de la maison où ils vivent. Ils font toujours très attention à ses mouvements et si, par suite de l’inattention de la personne qui le surveille, l’enfant touche un arbre de la tête, cet arbre quelle qu’en soit la valeur, est abattu et détruit avec ses branches et ses racines ; et si ce dernier abîme un autre arbre en tombant, celui-ci doit être également détruit et le bois ne doit pas être utilisé comme combustible.

203Les filles sont souvent âgées de 16 à 17 ans avant que toutes ces cérémonies ne soient faites et en conséquence elles font très attention aux choses qu’elles touchent et aux maisons qu’elles pénètrent. Les garçons eux sont libérés dès que le père est en mesure de le faire, quelquefois à 6 ans et quelquefois seulement vers 12 ans. Les enfants de personnes de qualité attendent en général plus longtemps l’exécution de tous ces rites, pour leur donner un caractère plus majestueux, et de grandes fêtes sont toujours données à cette occasion. La raison de toutes ces cérémonies est que dès sa naissance, l’enfant étant le fruit du père et de la mère, est supérieur à l’un et à l’autre, de même que le fruit est supérieur à l’arbre ; c’est ainsi que dès sa naissance l’enfant devient le chef de la famille et tout l’honneur et la dignité du père est transféré au premier né, garçon ou fille ; avant que les rites ne soient accomplis on estime que les parents ne sont pas dignes de partager la nourriture de l’enfant ; ils ont toutefois suffisamment de provisions pour eux-mêmes. Quant aux personnes de haut rang qui gouvernent en lieu et place de leurs enfants, ils retardent ces cérémonies sous prétexte qu’il est honorable de garder les enfants plus longtemps dans leur état sacré alors qu’en fait c’est pour se maintenir au pouvoir. Les classes inférieures, elles, n’ayant aucune raison d’agir ainsi accomplissent ces rites plus tôt et dès que la tête de l’enfant est libre il devient son propre maître et peut agir à sa guise. Nous n’avons jamais pu savoir d’où cette étrange coutume, si contraire à la nature, tire son origine car elle existe depuis des temps immémoriaux mais elle peut dans une certaine mesure expliquer la différence sociale existant entre les classes supérieures et les classes inférieures ; celles-ci accédant plus vite à la liberté se fréquentent plus tôt tandis que dans les classes supérieures, et surtout chez les chefs, il arrive qu’ils soient adultes avant de prendre femme.

204Le amoa que nous avons vu pratiquer à une cérémonie de mariage diffère très peu de celui pratiqué aux différents stades de l’enfance. Les familles et amis de chaque côté étant réunis au marae, le jeune homme et sa femme sont placés, l’un à côté de l’autre, l’homme à droite de la femme, sur une grande quantité de tissus étendus près du marae. A une dizaine de mètres devant eux et à l’autre extrémité de ce tapis d’étoffes, s’asseoient le père, la mère, les oncles et les tantes de la mariée ; un prêtre ayant remis à la mère plusieurs morceaux de canne à sucre et quelques feuilles de rauava ou arbre sacré, elle prend une dent de requin et se faisant une entaille sur le front laisse tomber une goutte de sang sur chaque morceau de canne à sucre et plaçant un morceau sur une feuille en donne deux au père et un à chacun des oncles et tantes, en gardent deux pour elle. Ces derniers tenant le tout dans les paumes de leurs mains élevées à la hauteur de leur front, s’avancent lentement, courbés en deux vers le jeune couple, et après avoir déposé les feuilles et morceaux de canne à sucre à leurs pieds, s’en retournent de la même manière à leurs places. Le prêtre s’avance alors avec une branche de rauava à la main et fait une longue prière ; après avoir terminé, il s’approche du couple et leur dit : « Le dieu vous bénisse dans votre union (ou littéralement : dans votre acte charnel) » ; il ramasse les feuilles et la canne à sucre et se rend au marae où il les ensevelit, en récitant des prières et faisant une offrande d’un cochon, etc... au dieu ; et pendant ce temps le couple se lève et va embrasser les parents, leur faisant ses bénédictions. Le tissu est alors ramassé et présenté au gendre qui, en général, en jette une partie aux jeunes gens présents qui se le disputent et sont très fiers d’en porter un petit morceau en l’honneur de la cérémonie, le conservant jusqu’à ce qu’il soit usé, et racontant à tous comment ils l’ont obtenu. Tout le monde enfin se dirige vers la maison du marié qui envoie 3 ou 4 cochons à son beau-père ; celui-ci les fait tuer immédiatement et organise une fête à laquelle participent tous les hommes des deux familles. Une fête est également organisée pour les femmes et toutes y participent. Le père de la mariée donne ensuite au mari les biens de sa fille comme il a été décrit plus haut et un échange de noms à lieu.

205Lorsqu’un homme adopte un ami pour son fils, la cérémonie est la même, le garçon prenant la place de la femme et à sa conclusion, le garçon et l’ami échangent leurs noms et dès lors, ce dernier est considéré comme faisant partie de la famille, devenant le fils adoptif du père du garçon. Cette amitié est religieusement observée et ne cesse qu’à la mort, malgré les séparations et d’autres amitiés contractées pendant les absences ; lorsqu’ils se retrouvent ils se saluent toujours.

206Si un frère ou un ami adoptif devient pauvre ou perd sa terre au cours d’une guerre, il n’a rien de plus à faire que d’aller trouver son frère ou son ami et de vivre chez lui en profitant de ce qu’il possède, avec sa famille s’il en a une. Même s’il ne se trouve pas dans une situation difficile il peut toujours aller chez son ami qui le nourrira, et pourra emporter tout ce qui lui plaira ; il sera de plus, comblé de présents.

207Ils sont toujours courtois vis-à-vis des étrangers et hospitaliers pour les voyageurs et ce qu’ils possèdent est toujours à la disposition de ceux qui leur rendent visite ; lorsqu’un étranger pénètre dans une maison, il est salué par le maître de maison, et quelquefois par toute la famille avec Manava (bienvenue) : Ia ora na oe i te Atua — Le dieu vous bénisse dans votre venue ! et Ia ora te tere — Le dieu vous bénisse en votre voyage ! des saluts similaires sont adressés à l’étranger lorsqu’il s’en va.

208Lorsqu’ils se retrouvent, même après une courte absence, ils s’étreignent comme nous mais au lieu de s’embrasser ils mettent leurs nez l’un contre l’autre et s’aspirent le souffle par les narines ; parfois en signe de grand amour ils s’étouffent presque par la durée de cette étreinte ; cette méthode est commune aux deux sexes mais s’ils ont été longtemps absents, les femmes pleurent et se coupent le front avec une dent de requin jusqu’à ce que le sang coule abondamment ; c’est toujours ainsi qu’ils manifestent leur amour, soit par excès de joie, soit par excès de chagrin. Cette pratique est toujours observée au moindre accident arrivant à leurs enfants et chaque femme reçoit dès son mariage une ou deux dents de requin (car elles ne coupent jamais leur tête avant), qui sont enveloppées dans une étoffe ; elles sont montées sur une petite baguette et collées avec la sève de l’arbre à pain de façon à ce que la pointe sorte d’un 1/2 cm environ comme une lancette.

209Dans leur propre île, les personnes de qualité voyagent toujours par mer, et comme, dans chaque district, il y a plusieurs maisons construites par les chefs pour recevoir les étrangers, ils n’ont que l’embarras du choix pour se loger ; certaines de ces maisons ont 50 m de long, de 15 à 20 m de large, et de 10 à 12 m de hauteur. Dès qu’ils débarquent ils tirent leurs pirogues à terre près de la maison en question et font prévenir la personne de même rang la plus proche ; celle-ci arrive aussitôt avec des provisions et s’ils restent assez longtemps chaque personne de même rang du district fournit une journée de provisions pour le groupe tout entier. Par beau temps ils s’installent n’importe où et élèvent des abris provisoires dans des endroits choisis.

210Lorsqu’une personne de classe quelconque voyageant par voie de terre traverse un district sans y connaître personne et sans trouver quelqu’un pour l’inviter, elle s’informe du nom du premier raatira et se rend à sa maison ; en y pénétrant elle reçoit les compliments d’usage et, ayant fait connaître ses intentions, le maître de maison fait immédiatement préparer des provisions pour l’homme, tandis que la maîtresse de maison s’occupe de la femme de la même manière ; c’est pour eux une joie particulière d’avoir eu la bonne fortune de voir des étrangers venir dans leur maison et dès lors ils se considèrent amis pour toujours même s’ils se voient pour la première fois.

211Lorsqu’un chef ou une personne de qualité d’une autre île vient leur rendre visite, ils pratiquent une cérémonie appelée utu qui est une offrande de paix de la façon suivante : le chef ou étranger s’étant installé dans une des nombreuses maisons qui existent dans chaque district pour les étrangers, les chefs et gens du district se réunissent avec leurs présents, chaque chef accompagné d’un prêtre muni de jeunes bananiers et de cochons ; s’étant placés à une dizaine de mètres de l’étranger, le prêtre du premier chef attache un cochon et un paquet de plumes rouges à un jeune bananier, fait un long discours, souhaitant la bienvenue à l’étranger de la part de son maître et de la population et dépose le bananier et le cochon aux pieds de l’étranger qui prend les plumes rouges et les met à ses oreilles ou dans ses cheveux. Un certain nombre de cochons et de tissus sont ensuite apportés par les hommes du chef et présentés à l’étranger. Puis les chefs de deuxième rang et les propriétaires terriens accomplissent le même cérémonial, chacun lui présentant un cochon ou un poulet, avec un bananier qui en toutes occasions est l’emblème de la paix et comme tel utilisé dans toutes les cérémonies religieuses ou civiles.

212Les présents de cochons et d’étoffes sont ensuite apportés et lorsque toute la population a présenté ses offrandes et ses cadeaux, l’étranger est invité à un repas de cochons rôtis, de fruits de l’arbre à pain, etc. réservé à lui seul et à sa suite. J’ai vu à une de ces fêtes 50 cochons rôtis et autant de provisions que 100 hommes pourraient en porter, préparés pour un étranger de qualité et pour une journée seulement ; et cela répété pendant plusieurs jours dans le même district, chaque personne de même rang fournissant une journée de victuailles.

213Néanmoins il est préférable de se rendre dans un district en tant que gentilhomme privé plutôt qu’en tant que chef. Bien que tous deux soient somptueusement traités, les gentilshommes sont les plus nombreux et peuvent passer plus de temps dans un district, dans une fête ininterrompue ; il leur arrive de passer un mois dans un district et ils ne se pressent jamais lorsqu’ils sont en visite.

214Les classes inférieures traitent ceux de leur rang de la même façon suivant leurs possibilités mais la plupart d’entre eux préfèrent être reçus en tant que membres de la suite d’un chef ou d’un gentilhomme. Cette manière de visiter les districts amène de nombreux jeunes gens à faire partie de la compagnie ambulante des Arioi, que nous décrirons en son temps, et comme ils se procurent ainsi de quoi se nourrir et se vêtir sans difficulté ils ne pensent à s’établir qu’une fois arrivés à l’âge d’homme et encore pas toujours.

215Lorsque des personnes de rang égal se rendent visite dans leur district ou dans un autre, la bienvenue leur est toujours souhaitée dès qu’elles pénètrent dans la maison, comme nous l’avons décrit, et dès qu’elles sont assises le maître de maison donne des ordres pour qu’une fête soit préparée et s’informe de la raison de leur visite, ce qu’elles veulent, etc. Elles répondent à toutes ces questions sans hésitation ni détours et ayant fait état de leurs besoins on leur promet aussitôt de les satisfaire si cela est possible ; en attendant on leur fait cadeau d’une pièce ou deux de tissu et d’un ou deux cochons vivants en témoignage de la bonne volonté à satisfaire leurs désirs. Si le maître de maison n’a pas ce que demandent ses visiteurs, il les supplie de rester chez lui jusqu’à ce qu’il puisse se procurer chez ses voisins ce qu’ils désirent.

216Toutes les provisions pour les visiteurs doivent être emmenées par eux car ce ne serait pas bien recevoir que de partager avec eux ; les produits de la nature ne sont pas considérés comme présents sauf s’ils sont accompagnés d’un objet fait de la main de l’homme. Pour cette raison ils donnent toujours des tissus ou autre chose avec leurs présents, les provisions n’ayant aucune valeur parce qu’issues de la nature, et il est mal vu de leur donner une valeur.

217Ils ne remercient pas, sauf en actes, n’ayant pas de mot dans leur langue pour l’exprimer et lorsqu’ils se quittent ils se servent de compliments, suppliant toujours leurs visiteurs de rester avec eux jusqu’à ce qu’ils soient entièrement satisfaits de l’hospitalité reçue, car s’ils partaient insatisfaits ce serait une mauvaise réputation pour la famille, ceux qui n’ont pas été bien traités ne manquant jamais de dire combien ils ont été abusés ; et de cette manière, il leur arrive souvent de faire une visite de pluieurs mois, se procurant un petit peu chez l’un et l’autre ce dont ils ont besoin avant de rentrer chez eux.

218Ceux qui travaillent la terre la tiennent du toofa, seigneur, ou du raatira, gentihomme, auquel ils payent un loyer en fabriquant du tissu si le propriétaire en veut ou en lui fournissant des cochons s’ils en ont ; s’ils n’en ont pas, il n’en réclame pas et ne les force jamais à se procurer ce qu’ils ne possèdent pas. Il n’est pas honteux d’être pauvre et on n’en est pas moins considéré pour cela, mais être riche et cupide est un affront à la nature humaine et si un homme fait preuve de ce défaut en refusant de donner librement ce qu’il possède, ses voisins ont tôt fait de le mettre au niveau des plus pauvres, en le débarrassant de tout ce qu’il possède et en lui laissant tout juste une maison pour vivre ; un homme de ce genre est une personne haïssable et plutôt que d’être taxé de cupidité ou d’avarice il préférera donner tout ce qu’il a sur le dos et se promener nu jusqu’à ce qu’il puisse se procurer des vêtements.

219Si un homme surpris en train de voler est tué sur place, celui qui a tué n’encourt aucune peine ; mais si le voleur s’échappe et que l’objet du vol soit trouvé sur lui, la victime du vol peut se saisir de tout ce qu’il possède (opération à laquelle le voleur se soumet toujours), la victime lui abandonnant l’objet du vol et emportant tout le reste ; si le voleur s’absente en emportant ses biens, la victime peut obliger le propriétaire de la terre à lui remettre la terre et la maison que possédait le voleur jusqu’à ce que le dommage soit réparé, ainsi qu’une rançon payée avec des cochons, jusqu’au désintéressement total de la personne lésée. C’est cette méthode qui est couramment utilisée, car si la terre était aliénée, la personne qui en a pris possession ne pourrait plus être délogée que par une guerre ou par la punition d’un crime commis contre le chef ; la rançon payée, le raatira peut, si cela lui plaît, arriver à un compromis avec le voleur, à condition que ce dernier paye la rançon ou que ses amis la payent pour lui ou encore qu’il donne la maison à quelqu’un qui a été sinistré par la guerre ; dans ce cas le voleur ira vivre chez ses amis.

220Ils possèdent des images de bois sculpté appelées tii qui servent de limites aux propriétés ; elles ne sont pas destinées à être vénérées mais sont placées là pour rappeler aux personnes de rang égal ou inférieur au propriétaire du terrain, d’avoir à se dévêtir jusqu’à la ceinture pour honorer le propriétaire lorsqu’ils passent près de là. Les personnes de tout rang doivent rendre cet hommage lorsqu’ils passent près d’un terrain appartenant au roi (Arii). Le tii ou image indiquant la terre du roi est beaucoup plus grand que les autres, tandis que les terres des toofa ou raatira se distinguent par la présence de petits drapeaux blancs autour du tii. Toute négligence ou refus concernant ces hommages provoque des disputes et souvent même des guerres et des discussions entre les parties intéressées.

221Si le propriétaire est un enfant mineur l’affront est plus grave, et la mère se frappe aussitôt le front avec la dent de requin, chagrinée par l’insulte qui a été faite à son enfant, tandis que le père se précipite pour dépouiller par la force les offenseurs. Si l’offenseur fait amende honorable en offrant une feuille de bananier et en déclarant son ignorance, l’affaire est réglée, mais s’il persiste et en vient aux coups, les amis de chaque partie s’en mêlant, la bataille devient générale mettant quelquefois deux districts en présence et se terminant souvent par des morts. C’est ainsi qu’un chef et sa population peuvent être chassés de chez eux à la suite d’une querelle provoquée par la négligence ou le refus de présenter ses compliments à l’enfant d’un pauvre homme, bien que le père ait pu, lui, avoir été battu avec impunité par quelqu’un lui ayant cherché querelle. Personne ne peut se permettre de traiter avec mépris les héritiers de grandes propriétés, sous peine de mort et les insultes de ce genre se terminent souvent par l’expulsion de toute une famille, le fait d’être appelé par un faux nom étant blasphématoire.

222Les chefs exercent leur pouvoir non seulement sur la population mais aussi sur les prêtres et sur toute société qui pourrait se constituer parmi eux. Ils sont plus que des supérieurs ; tous leur rendent hommage, se conformant toujours à leurs obligations lorsqu’elles se présentent et chaque chef rend hommage à l’enfant d’un autre chef.

223Les disputes provoquées par un point litigieux de loi sont rares, et les disputes d’hommes entre eux se terminent rarement par des coups ; je n’ai jamais vu de coups donnés pour des raisons autres que celles que je viens de décrire.

224Lorsque des disputes naissent à la suite d’un litige au sujet de la limite d’une terre, étant donné qu’ils ne possèdent ni papiers ni attestations de dons établissant leurs titres de propriétés, ils s’en rapportent toujours à leurs voisins pour trancher la question et ceux-ci décident des nouvelles limites sans que personne ne vienne contester cette décision ; ils sont en effet très superstitieux pour les rites religieux et préfèrent laisser la partie en litige dans l’indivision plutôt que de marquer leurs propres limites, craignant qu’une maladie ne résulte d’un empiètement sur la terre du voisin.

225Ces disputes ainsi que toutes les autres sont réglées par les voisins et celui qui est reconnu comme étant dans son tort, se soumet toujours dès le premier mot et, faisant une offrande de paix à celui qui a été offensé, se déclare en faute et lui demande de ne plus y penser.

226Personne ne réclame d’autre terre que la sienne ou que celle de ses amis adoptifs, dont il peut user pendant la vie de ses amis ; si ceux-ci viennent à mourir sans héritiers l’ami adoptif est toujours considéré comme le propriétaire de ces terres, et personne ne lui dispute ce droit.

227Lorsqu’un homme, avant sa mort, laisse en héritage tout ou partie d’une terre à une personne donnée, et qu’il y a des témoins de cette intention, il n’est pas fait obstacle à ce legs même si le légataire est absent et ignorant de cet héritage ; les témoins l’informent alors de ses droits et le font revenir pour prendre possession des biens.

228Ces usages sont transmis de père en fils et il n’est pas besoin de loi pour les faire respecter, la nature leur ayant enseigné de se servir entre eux, ce qui est leur règle commune ; bien qu’il y ait de rares exceptions, on peut dire que c’est là le fond de leur nature.

229Ils ont une cérémonie appelée rahui qui est une sorte de période de réjouissances bien que n’ayant aucune date fixe. C’est une interdiction ou un embargo mis sur les provisions et le bétail en totalité ou en partie, dans un ou plusieurs districts et institué pour empêcher l’épuisement des réserves de nourriture, par consommation ou par transport d’un district à un autre. La population est tenue de l’observer sous peine d’être chassée de ses terres. Les chefs, toofa et raatira peuvent suivant leur bon plaisir décréter le rahui sur telles ou telles provisions, bétail, poisson, dans les limites de leur juridiction et, lorsqu’ils estiment nécessaire d’empêcher une trop grande consommation de cochons, décrètent le rahui dans la totalité du district. Le roi lui, peut décréter le rahui dans plusieurs districts et envoie ses instructions en conséquence aux chefs, toofa, raatira, pour interdire la consommation ou le transport de telles ou telles denrées dans tels ou tels districts ou propriétés pour un temps déterminé ; cependant il prend en général l’avis de ses subordonnés qui sont toujours prévenus à l’avance de la date à laquelle le rahui aura lieu, de même que les raisons qui l’ont provoqué ; au jour dit proclamation est faite par des hérauts qui accrochent un paquet de feuilles de bambou au premier arbre à chaque extrémité du district, avertissant les passants des circonstances particulières et les informant des restrictions qu’ils peuvent y trouver. Près de la route dans un endroit bien en vue, on accroche un cochon par les pieds et on expose partie des denrées sur lesquelles on a décrété le rahui. Lorsque le rahui est levé on enlève le bouquet de feuilles et une fête a lieu après qu’une offrande ait été portée au marae du chef ; cette fête dure de 3 semaines à un mois et les chefs et la population y participent, le ravitaillement étant assuré par la population du ou des districts qui ont subi le rahui. Chaque habitant se tient prêt tous les jours à une heure donnée, avec un cochon et une certaine quantité de légumes qui sont apportés au lieu de rendez-vous et là, l’ensemble est divisé en 17 portions, une pour chaque district remis au chef qui à son tour la fait diviser par ses serviteurs entre les toofa et les raatira qui répartissent la nourriture parmi la population. Tout cela se fait dans la plus grande harmonie, ne provoquant jamais de querelles. Cette fête s’appelle taurua arii la fête des chefs ; après le repas des divertissements ont lieu : lutte, danse, lancement du javelot, course au cochon et lutte pour des tissus, etc. organisés par les chefs ou par ceux qui président à la fête.

230Beaucoup d’arioi participent à ces fêtes et y mettent beaucoup d’entrain, étant jeunes et gais ; les prix faisant l’enjeu de ces luttes sont : des pirogues, des cochons, tissus, bambous renfermant de l’huile, etc. qui sont apportés dans un lieu découvert par les serviteurs des chefs, tenant attachés les cochons qu’on choisit parmi les plus sauvages pour le plus de sport possible ; les pirogues ont des mâts à l’extrémité desquels sont attachés des bambous d’huile et les tissus sont suspendus à des cordes allant d’une pirogue à l’autre. Un prêtre s’avance alors et à la fin d’une longue prière jette un jeune bananier dans une des pirogues et les cochons étant lâchés, c’est le signal d’une mêlée générale à laquelle tous, hommes et femmees de tous âges participent ; les cochons étant en général nombreux il y a du sport avant qu’ils ne soient tous attrapés. Les pirogues, sauf le cas où elles sont saisies par une famille entière, sont généralement mises en pièces ainsi que les étoffes dont les morceaux sont portés comme trophées, les morceaux étant préférés à la pièce entière ; les poulets sont habituellement déchiquetés et les cochons et les chèvres sont souvent tués dans la mêlée. Si un homme attrape régulièrement un cochon, il lui appartient et personne n’essaierait de le lui enlever, sauf s’ils sont plusieurs à l’avoir attrapé en même temps ; et si un des participants est blessé ou se brise un membre dans la lutte, il ne blâme personne car ils ne se font jamais volontairement de mal.

231Bien que les chefs ou raatira aient le pouvoir de décréter le rahui sur leurs territoire sans le consentement ou l’approbation de leurs collègues, ils en usent rarement, sauf pour prévenir le manque de certaines denrées et surtout pour préserver les cochons ; cette interdiction s’étend souvent à d’autres denrées, c’est ainsi qu’un roi peut chercher à prévenir une disette provoquée par un grand rassemblement dans un district tel que celui que provoque l’arrivée d’un navire ou d’une flotille de pirogues qui amène une foule de gens venant voir les étrangers ; après la première fête il décrète le rahui jusqu’à ce que les gens rentrent chez eux ou que la foule diminue et que les visiteurs se répartissent dans les districts car sans cela ils épuiseraient les réserves de bétail et pourraient être la cause d’une famine. Dans ces cas-là le récif est frappé de rahui pour empêcher les crustacés et les poissons d’être détruits, ce qui ne manquerait pas de se produire car les curieux arrivent de tous côtés pour voir les étrangers sans apporter de provisions pour eux-mêmes, distribuant aux étrangers tout ce qu’ils ont avec eux et comptant sur le district pour s’approvisionner, les habitants du district n’osant pas refuser même lorsqu’ils n’ont rien pour eux-mêmes. Lorsque les gens rentrent chez eux le rahui est levé pour que les étrangers puissent être ravitaillés ; ils sont d’ailleurs amplement pourvus par les districts voisins ou le rahui n’a pas été décrété.

232Le rahui sur les récifs est indiqué en plaçant des arbustes le long de la partie interdite avec de petits morceaux d’étoffe et dès leur apparition personne n’oserait y pêcher sous peine de perdre ses terres ; ils peuvent néanmoins pêcher avec des filets, hameçons, etc. dans leurs pirogues ; si la plage est interdite ils ne peuvent utiliser leurs pirogues sous aucun prétexte. Mais ceci ne se produit que lorsque les drapeaux du roi traversent un territoire.

233En dehors de la fête du rahui, ils ont une cérémonie sur le marae à laquelle seuls peuvent assister les raa ou hommes sacrés ; c’est une fête avec des cochons et d’autres nourritures et aussi beaucoup de ava. Ces cérémonies ont surtout lieu sur les marae de famille appartenant aux raatira et sont appelées opu nui ; y assistent le chef du patu, tous les prêtres et raatira ; les mets étant sortis du four, les prêtres font une longue prière d’actions de grâce et l’un d’eux prenant une lame de bambou pour couteau (s’ils ont des couteaux ils ne peuvent les porter au marae car ils ne pourraient les remporter) découpe un peu de chaque nourriture qu’il dépose sur une feuille de bananier et la dépose sur l’autel ou sur le toit de la maison. Pendant ce temps les autres prêtres découpent les cochons et en distribuent les morceaux et la fête commence. Lorsqu’un étranger vient à passer ils dépêchent quelqu’un pour l’inviter et si aucune des personnes présentes ne le connaît, on lui demande s’il est raa ou noa, question à laquelle il répond avec franchise ; s’il est raa il est invité à participer à la fête, mais s’il est noa (commun) il refuse, personne n’insistant dans ces circonstances, car tôt ou tard il serait découvert et paierait de sa vie le fait d’avoir donné une fausse identité.

234Les femmes ont aussi leurs fêtes appelées oehamu ; elles y mangent généralement du poisson. Leurs serviteurs de sexe masculin peuvent y participer ainsi que tout autre homme ; ces fêtes se tiennent sur un terrain ordinaire choisi pour sa commodité.

CONSTRUCTIONS

235Leurs constructions sont principalement les marae, ou lieux de prières, qui ont été décrits par le capitaine Cook et certains d’entre eux sont d’énormes entassements de pierres qui témoigneront pendant de nombreuses années de leur habileté. Ils sont construits avec exactitude et régularité sans outils ni ciment et seul le temps peut les détériorer. Chaque famille possède un marae dont les dimensions varient suivant sa richesse et c’est là qu’ils accomplissent leurs rites religieux avec toute la décence, le respect et la crainte possibles.

236Leurs maisons sont constituées par des toits de feuilles de pandanus soutenus par des poteaux ; leurs dimensions varient suivant l’importance du propriétaire. Les maisons d’habitation sont pour la plupart entourées d’une petite barrière de claies et par mauvais temps elles sont protégées par des nattes de feuilles de cocotier tressées qu’on enlève lorsque revient le beau temps.

237Elles sont très exactement prévues pour le climat du pays et n’ont besoin que d’une clôture pour empêcher les cochons de pénétrer. Les dimensions habituelles sont de 10 à 15 m de long, de 6 à 7 m de hauteur et de largeur ; chaque famille a deux maisons, l’une pour les hommes et l’autre pour les femmes et le parc à cochons se trouve quelquefois entre les deux. Elles ont en général une forme ovale et les chevrons descendent jusqu’à 3 m environ du sol qui est en général quelque peu surélevé pour éviter l’humidité ; le sol est recouvert d’herbes ou de foin d’une bonne épaisseur sur lequel ils étendent des nattes pour dormir. D’autres se donnent la peine d’avoir des lits surélevés avec de petits sièges soigneusement taillés d’une seule pièce et qui leur servent de repose tête ; ils dorment sur des tissus et des nattes. Leur mobilier consiste en un grand coffre, quelquefois deux, qui renferme leurs possessions et c’est sur l’un de ces coffres recouvert de tissus et d’une natte que le maître de maison et sa femme dorment ; ceux qui n’ont pas de petits tabourets pour repose-tête utilisent des sièges de pirogues ; ils possèdent en outre un ou deux tabourets pour les invités, des tabourets pour y battre les préparations à base de uru ou de taro, avec une pierre ou deux soigneusement taillées servant de pilon, des plats et plateaux de tailles différentes, plusieurs espèces de paniers et un ou deux poteaux pour y accrocher les provisions.

238Les femmes non mariées dorment généralement près de leurs parents tandis que les célibataires et les serviteurs donnent généralement dans la maison des femmes qui sert de salle à manger ; par beau temps ils préfèrent dormir en plein air car si l’herbe dont le sol des maisons est recouvert n’est pas fréquemment changée il s’y trouve une grande quantité de puces ce qui leur fait préférer le plein air à la compagnie de ces désagréables bestioles. Ils ôtent toujours leurs vêtements lorsqu’ils dorment mais la plupart des jeunes gens ainsi que les serviteurs utilisent leurs vêtements pour dormir dessus car ils ne se soucient pas d’avoir de trop nombreux vêtements en dehors d’un vêtement de cérémonie qu’ils ne portent pas d’ordinaire. Cette façon de procéder est commode car ils ont toujours ainsi leur couchage avec eux et n’ont pas de problèmes. Ils possèdent également de petites maisons qui leur servent de cuisine car ils ne préparent jamais leur nourriture dans les maisons où ils mangent, la fumée leur étant désagréable et abîmant les tissus.

239Les maisons des chefs bien qu’étant un peu plus grandes ne se remarquent pas par un mobilier plus conséquent, et, semblables aux maisons des voyageurs sont ouvertes de tous côtés et entourées d’une clôture basse de planches formant un carré, le sol à l’intérieur de la clôture étant recouvert de gravier ou d’herbe. Lorsqu’ils ont l’intention de demeurer longtemps dans une maison ou un lieu donné, ils se procurent une petite maison bien soignée qu’ils font entourer d’une clôture ; ceci dit ils dorment fréquemment dans de pauvres huttes et mangent en plein air accrochant leurs provisions à un arbre.

240Leurs pirogues peuvent être également comprises dans le chapitre constructions et celles de guerre sont certainement de curieuses machines si l’on considère les outils avec lesquels elles sont construites ; ces outils (avant que le fer n’eut été introduit et qu’ils ont maintenant en très petite quantité) consistaient seulement en herminettes de pierre de différentes tailles, des os humains de bras ou de jambes comme tarières, ciseaux et gouges, du corail et du sable pour lisser et des peaux de poisson pour polir ; ils utilisaient aussi le feu lorsque c’était possible, pour dégrossir, tandis que maintenant le travail va plus vite grâce aux haches pour le gros œuvre et aux petites hachettes qu’ils transforment en herminettes en les attachant à des manches. Ils possèdent également plusieurs scies mais ne savent pas s’en servir ; et aussi des vrilles, des clous de différentes sortes, des ciseaux qu’ils transforment en herminettes, cet outil étant leur principal instrument pour les travaux.

241Certains outils de pierrre du même type sont en usage chez les indigènes de Nouvelle-Hollande et il n’est pas improbable de penser que c’étaient les premiers et seuls outils utilisés, chez les autres peuplades, avant de connaître l’usage du fer.

242Les dimensions et formes de leurs pirogues de guerre ayant été décrites plus haut, je décrirai maintenant leur construction et leur équipement.

243Chaque pirogue (il y en a toujours deux attachées ensemble) a dans sa plus grande largeur 1,20 m environ, 1,80 m de profondeur, la longueur totale étant de 20 à 30 m. La quille s’évase en ligne droite jusqu’à sa plus grande largeur puis revient vers l’intérieur en un quart de cercle et de là remontant tout droit, la partie droite étant constituée par des bordés faisant 35 à 40 cm de hauteur. L’ensemble a la forme d’un pique renversé.

  • 5 Roggewein appela l’île sur laquelle son navire se perdit (en 1722), Schaa-delyk (île Pernicieuse) d (...)

244Ces pirogues sont construites de plusieurs bordés solidement liés les uns aux autres par de la tresse de fibre de coco ; les galbords constituant deux bordés puis deux autres encore, le dernier revenant en quart de cercle vers l’intérieur et les bordés suivants étant droits ; chaque bordé consistant en plusieurs planches de 7 à 10 cm d’épaisseur solidement liés ensemble ; la quille étant faite de 2 ou 3 pièces de bois. A l’intérieur les varangues et membrures sont faites de pièces de bois naturellement coudées qui sont solidement fixées de part et d’autre de l’intérieur de la coque. L’avant ou proue s’élance loin en avant, sans étrave, la partie la plus haute étant recouverte de pièces de bois arrondies ; il en est de même pour l’arrière, qui ainsi que l’avant, se termine en pointe comme une flèche de clocher. Sur l’avant et sur le haut de l’arrière se trouvent des figurines humaines ornementales. L’extrémité de a proue est légèrement plus haute que le franc bord, qui est sans tonture, tandis que l’arrière se dresse à 8 m environ de hauteur, l’image qui s’y trouve ayant environ 45 cm de haut. Lorsque les pirogues sont prêtes à être assemblées (ne pouvant être utilisées séparément en raison de leur étroitesse), elles sont placées parallèlement à une distance de 2 m environ l’une de l’autre et sont assujetties avec 8 ou 10 poutres carrées de 12 à 15 cm de côté environ, à égale distance les unes des autres et solidement amarrées au plat bord. D’autres poutres viennent par dessus, perpendiculaires aux dernières, le tout débordant largement de chaque côté des pirogues. Le tout est alors ponté, en laissant des trous d’homme pour les pagayeurs qui sont souvent au nombre de 100 et plus. A l’avant on dresse une cloison de planche de 1,50 m à 2 m de haut sur laquelle combattent les guerriers. Lorsque la pirogue est prête au combat le pont est garni de tas de pierres en vrac ou en paniers et chaque pagayeur à sa fronde. Ces pirogues sont souvent munies de voiles, et l’emplanture des mâts haubannés se trouve alors sur le pont ; lorsqu’elles sont à la voile il leur faut 4 hommes pour les gouverner avec de longues pagaies. Elles vont à une bonne allure par mer calme mais la mauvaise mer les ralentit beaucoup ; de plus elles embarquent et la coque, travaillant, se met à fuir ce qui nécessite jusqu’à 6 hommes uniquement occupés à écoper car ils n’ont pas d’autres moyens d’éliminer l’eau amenée par les vagues entre les deux coques ; ceci dit, ils ne risquent pas de sombrer et continuent à naviguer ainsi. Lorsqu’ils arrivent à destination ils tirent les pirogues sur le rivage pour les empêcher de sombrer. Lorsqu’ils voyagent en flotte, la pirogue du chef comporte toujours un autel à son bord. Ils vont souvent d’île en île dans ces pirogues en groupe de 10 ou 12 voiles et grâce à ces voyages les objets de fer distribués à Tahiti sont répartis dans les îles qu’ils connaissent ; en échange ils reçoivent des perles, des nacres, etc. Certaines îles dans lesquelles ils se rendent sont éloignées de plus de 300 milles. Le chef de Taiarapu a une de ces pirogues qui fait la navette entre Tahiti et Meetia que nous appelons île Osnaburgh située à 70 milles dans le Sud-Est de Tahiti. Cette île étant sous sa souveraineté il envoie des objets de fer et autres commodités européennes en présents aux chefs et ceux-ci lui envoient en retour des perles, des nacres, de petits sièges, des repose-tête et des plateaux en tamanu, ainsi que des plats du même bois, des nattes, des tissus, de l’huile, des cochons, etc. Cette pirogue revient rarement sans un chargement. Grâce à cette île ils communiquent avec beaucoup d’autres situées au NE de Tahiti ; ils profitent du vent du nord pour se rendre à Meetia et là attendent que le vent change pour leur permettre de se rendre dans le NE, vers ce groupe d’îles dont la capitale est Tapuhoe. D’après leurs récits il semblerait que c’est là qu’un des vaisseaux de l’escadre du Commodore Roggewein, l’« African Galley » se perdit. L’expédition avait été organisée par la West India Co. hollandaise et fut dans les parages au début du siècle ; plus tard ces vaisseaux furent saisis par le gouverneur de Batavia5. C’est de cette île que furent apportés à Tahiti les premiers morceaux de fer provenant sans doute de ce naufrage. Certains indigènes encore en vie déclarent en effet se souvenir de ce naufrage n’en ayant toutefois, pour toute description que celle que les indigènes de Tapuhoe leur firent. J’ai vu également à Tetiaroa une pièce de chêne qui provient certainement de cette épave et que les indigènes prirent pour un bois provenant d’une maison. Ce naufrage explique que les indigènes aient eu connaissance du fer à l’époque où leur île fut découverte.

245Il peut paraître étrange à des navigateurs européens que ces gens soient capables de trouver leur chemin à de telles distances, sans l’aide de documents ou d’instruments, mais leur expérience et leur connaissance du mouvement des corps célestes, du lever et du coucher des étoiles est telle qu’un astronome européen se refuserait à le croire ; c’est pourtant un fait et, ils sont également en mesure de prévoir avec une sûreté étonnante, les changements de temps et de prendre leurs dispositions en conséquence. Lorsqu’ils sont en mer ils se dirigent au moyen du soleil, de la lune et des étoiles, avec une certaine exactitude.

246A 24 milles dans le nord de Tahiti se trouvent les îlots de Tetiaroa au nombre de dix, entourés d’un récif de 30 à 35 milles de circonférence. Ils sont bas et pour la plupart recouverts de cocotiers, ce qui constitue leur seule production. Ces îles appartiennent à la famille de Tu qui tient les habitants en état de servitude, leur interdisant de planter des arbres à pain ou autres arbres, les autorisant seulement à planter quelques taro pour son usage personnel, sous la surveillance d’un de ses favoris ; comme ces îles ne peuvent être approchées par les grandes pirogues, il les utilise comme réserve pour toutes ses richesses. Il y a là quelques pirogues pour la pêche et près de 40 pirogues à voile qu’ils tirent sur le récif et qui font constamment la navette entre Tahiti et l’île, apportant du poisson pour la maison du roi et rentrant chargées de provisions ; en dehors de ces pirogues, les pirogues de la pêche au mahimahi s’y rendent pour commercer lorsque la saison de la pêche est passée ; ils y apportent des provisions et retournent avec de l’huile, préparée en grande quantité dans l’île ; ils rapportent également plusieurs excellentes espèces de poissons ainsi qu’une sauce faite de noix de coco mûres appelée taiero ; cette sauce est préparée en râpant la noix de coco cueillie avant qu’elle ne soit trop vieille ; on y ajoute des chevrettes et on laisse mûrir le tout pendant un ou deux jours ; cette sauce est excellente avec le poisson, le cochon ou le poulet. On en fait aussi à Tahiti et, lorsqu’on prépare un poisson ou un cochon pour une fête, un panier de cette sauce l’accompagne toujours. Les noix utilisées ne doivent pas être trop vieilles, car alors la sauce deviendrait huileuse et rance.

247Leurs pirogues de voyage sont différentes des pirogues de guerre en ce qu’elles ont un franc bord moins élevé, un arrière large et un plancher surélevé à l’avant. Elles ont une profondeur de 90 cm environ, 45 cm environ de largeur et de 15 à 20 m de longueur, le fond plat et arrondi, les côtés ayant tendance à s’incurver vers l’intérieur, l’arrière s’élevant à 3 ou 4 m de hauteur ; sur cet arrière sont disposées des sculptures en bois de forme cylindrique de 60 à 90 cm de hauteur. Ces sculptures sont creuses et ajourées et représentent des hommes se soutenant les uns les autres par les mains, sur plusieurs rangées superposées, l’ensemble faisant l’effet d’une petite tour ronde. La taille de ces sculptures varie suivant l’importance du propriétaire. Ces pirogues sont aussi quelquefois doubles et assujetties l’une à l’autre par deux ou trois pièces de bois fixées de chaque côté sur les plats-bords. Sur la plate-forme avant, est disposé un abri ou le propriétaire et sa famille peuvent se tenir à l’abri du mauvais temps. Les pirogues de cette taille ont de 20 à 30 pagayeurs et répondent au même besoin qu’une voiture de gentilhomme en Angleterre. Les personnes de qualité les utilisent pour se rendre de place en place. Ces pirogues existent en plusieurs tailles et les petites qui ont un ou deux hommes peuvent être utilisées comme pirogues simples ou doubles avec ou sans mâts. Les pirogues simples ont un balancier maintenu à l’avant et à l’arrière, qui a à peu près la longueur de la pirogue. Elles sont surtout utilisées pour la pêche, etc.

248Les pirogues à voile ont une dizaine de mètres de long et sont soit simples ou doubles, au gré du propriétaire. Elles ont un franc-bord élevé et le mât est emplanté dans une pièce de bois fixée au franc-bord. Les pirogues doubles ont deux mâts, l’un placé au tiers de l’avant, et l’autre au tiers de l’arrière. Les mâts sont maintenus par des haubans et des étais avec une bastaque que l’on raidit au vent. Les voiles sont faites de nattes ; elles sont longues et étroites, leur longueur étant environ celle de la pirogue et la largeur de 1,50 m à 22 m environ, le mât étant d’un tiers environ plus court que la pirogue. En tête du mât se trouve un ornement qui ressemble à un panier en forme d’entonnoir. La ralingue de bordure est fixée à une petite bôme courbe qui se prolonge par une vergue à laquelle est fixée la voile sur toute sa ralingue d’envergure. La vergue est maintenue par un cordage en tête de mât pour l’empêcher de déchirer la voile. Au-dessus du mât la vergue s’incurve, revenant sur le mât et maintenue dans cette position par le cordage qui maintient la ralingue de chute. La voile ainsi disposée est tout à fait plate n’ayant d’autre ventre que celui que le vent lui donne. A l’extrémité de la vergue est attachée une longue flamme de plumes tressées sur trois brins qui descend jusqu’au pied du mât.

249L’écoute de la voile est généralement fixée à l’endroit où la vergue est attachée à la petite bôme ; lorsqu’il s’agit d’une pirogue simple c’est le barreur qui l’a en mains, mais s’il s’agit d’une pirogue double il faut plusieurs personnes. Les voiles des pirogues de guerre sont disposées de la même manière, mais étant plus importantes ont une échelle de bois fixée le long du mât, tandis que les autres n’ont que quelques bâtons saisis sur le mât pour pouvoir saisir la voile et la drisse qui maintient la vergue en place.

250Les pirogues simples gréées pour la voile ont un seul mât avec sur le côté un flotteur parallèle à la quille maintenu à l’avant par un balancier constitué de plusieurs pièces de bois de bonne taille et à l’arrière par une seule pièce pour le maintenir parallèle. Le mât est fixé sur le balancier avant et, à l’arrière de celui-ci et débordant d’un tiers de la longueur de la pirogue, à l’opposé du flotteur, se trouve une planche étroite supportée par deux pièces de bois ; c’est sur cette planche que les pêcheurs s’assoient lorsqu’ils pêchent le coryphène et aussi pour se tenir au sec lorsqu’ils font route. A cette planche sont également fixées des haubans qui maintiennent le mât. Ces pirogues ont un franc-bord de 30 à 35 cm comme les pirogues doubles et sont préférées à ces dernières pour la pêche ; elles ne sont cependant pas rapides, dépassant rarement 5 ou 6 nœuds et quelquefois moins lorsque le flotteur est mal ajusté, ce qui arrive souvent.

251Le seul moyen qu’ils aient de réduire la voilure est de lâcher le bas de la voile et de la rouler ; si cette manœuvre ne donne pas de résultat, ce qui est souvent le cas ils n’ont d’autre ressource que de continuer comme ils sont en risquant soit de chavirer, soit de perdre le mât car pour amener complètement la voile il leur faudrait envoyer un homme dans la mâture ce qui est pratiquement impossible étant donné les mouvements de la pirogue ; ces accidents, très fréquents dans les grains, ne les préoccupent pas du tout tant ils y sont habitués et cependant lorsqu’ils perdent leur mât il leur arrive de disparaître, emportés à la dérive. Lorsqu’ils sont pris dans un grain, ils le laissent passer en s’efforçant de maintenir la pirogue le nez au vent, mais si le grain est trop fort et que la pirogue ait tendance à abattre ils se jettent à l’eau et maintiennent la pirogue le nez au vent jusqu’à ce que le grain soit passé ; ils remontent ensuite et continuent leur route ; s’ils sont dans l’impossibilité de la maintenir et qu’elle chavire, leur premier soin est de récupérer tout ce qui se trouvait dans la pirogue, lignes, vêtements, pagaies, poissons ; ensuite lorsque le grain est passé, ils amènent le mât au vent et ayant fixé un cordage à l’extrémité de la vergue, ils se mettent tous sur le balancier et tirent sur la vergue ; celle-ci soulevant la voile hors de l’eau fait agir le vent sur elle et redresse la pirogue. Ils la maintiennent alors le nez dans le vent pendant qu’ils écopent l’eau qui s’y trouve et continuent leur voyage. Cet accident leur arrive fréquemment lorsqu’ils reviennent de la pêche, essayant de lutter de vitesse jusqu’à ce qu’ils chavirent. Ils pensent si peu au danger qu’ils ne demandent jamais d’assistance, sauf pour mettre à l’abri des vêtements qui pourraient souffrir de l’immersion, mais ils dérivent au point d’être quelquefois obligés d’aller jusqu’à Moorea ou même Huahine ou Raiatea et nous en connaissons quelques-uns qui ayant été démâtés sont restés 9, 12 et même 15 jours en mer avec d’infimes provisions et sans eau, car pour toutes provisions ils prennent seulement quelques noix de coco et un ou deux uru pour la durée de leur pêche, comptant sur la providence pour leur fournir le poisson. Ceux qui utilisent les grandes pirogues doubles sont mieux approvionnés et ne risquent pas de telles mésaventures car ils ne peuvent chavirer et possèdent à bord tout ce qu’il faut pour réparer, au cas où ils viendraient à démâter.

252Lorsqu’ils construisent leurs pirogues ils creusent les pièces de la quille, et après les avoir ajustées enduisent les jointures avec de la poix faite de la sève de l’arbre à pain qui est préparée ainsi : des noix de bancoul étant attachées à un bâton on les recouvre de sève d’arbre à pain et on met le feu aux noix ; en brûlant, la sève coule dans un récipient d’eau disposé à cet effet ; recueillie, elle est façonnée en boules, prête à être utilisée. C’est avec cette sève qu’ils enduisent les jointures des pièces à assembler. Ils utilisent de la fibre de coco battue jusqu’à consistance d’étoupe introduite entre les varangues ou bordés que l’on fixe solidement en les attachant avec de la corde de fibre de coco passée dans des trous en faisant autant de tours que le trou le permettra. On calfate ensuite avec de l’étoupe, et on bouche la jointure d’un morceau de bambou fendu que l’on a mis à tremper, et ainsi de suite pour les bordés suivants. Ils n’enduisent jamais de poix l’extérieur de la coque, ce qui serait pourtant une excellente chose, car ils répugnent à toucher la poix, chose qui leur arriverait souvent lorsqu’ils tirent leur pirogues à terre.

253Ils n’ont d’autres règles de construction que celle de l’œil et ignorent l’usage du cordeau et cependant certaines pirogues semblent avoir été construites avec autant de précision que si elles avaient été dessinées par des charpentiers qualifiés ; selon l’opinion de gens de métier elles sont également bien finies.

254Les pirogues de guerre (et celles qui sont offertes aux dieux sont quelquefois utilisées à cet usage étant en fait construites pour cela grâce aux stratagèmes des prêtres, qui soucieux des intérêts du roi, déclarent aux autres chefs que le dieu désire un certain nombre de pirogues d’une certaine taille, désir qu’ils se mettent immédiatement à satisfaire) sont construites en mettant les gens à contribution de la manière suivante : chaque chef ayant une pirogue à construire rassemble à une fête les toofa et raatira et les informant du désir du dieu, leur demande de réunir des cochons, de l’huile, des tissus, etc. pour payer les charpentiers, ce qu’ils exécutent aussitôt ; les charpentiers se rendent alors dans la montagne pour marquer les arbres dont ils ont besoin et le raatira propriétaire de ces arbres, aide les charpentiers à abattre les arbres et à dégrossir les différentes pièces sur leurs indications, de façon à pouvoir les amener plus facilement à pied d’œuvre ; les pièces sont découpées sur place dans un tronc entier à plusieurs kilomètres dans la montagne.

255Lorsqu’ils ont les bois nécessaires pour commencer le travail, ils choisissent un jour pour le transporter et un abri est construit sous lequel sera construite la pirogue.

256Lorsque le bois est à pied d’œuvre une fête est donnée et l’offrande d’un cochon est faite au dieu pour favoriser le travail ; une fête est également donnée pour les travailleurs. Lorsque la quille est terminée, une grande fête avec offrandes est donnée et cela est répété après la pose de chaque bordé et jusqu’au complet achèvement, qui est suivi d’une plus grande fête ; les pirogues sont décorées de tissus, de plastrons ornementaux, de plumes rouges et noires, de fines nattes, etc. Elles sont amenées au grand marae et un homme est tué, couché dans la pirogue et offert en sacrifice ; la pirogue étant ensuite recouverte de feuilles et laissée là jusqu’à ce qu’on en ait besoin ; les prêtres prennent les plumes pour le dieu et les autres décorations sont présentées avec cérémonial au roi, ainsi qu’un œil de chaque victime qui est ensuite enterrée dans le marae. Ce cérémonial est le même pour les pirogues de guerre, mais le sacrifice humain est remplacé par celui d’un cochon.

257Lorsqu’il faut trouver des hommes pour ces sacrifices le chef rassemble les raatira au marae et une fête est donnée, à laquelle seuls assistent ceux qui par naissance sont qualifiés pour donner leur opinion ; il leur indique le motif de cette réunion, qu’ils connaissent d’ailleurs déjà. Ils se mettent d’accord sur l’homme qui convient le mieux et s’il en est un qui soit coupable de blasphème ou connu comme voleur notoire demeuré impuni, ils le désignent et l’un d’eux se charge de le tuer, attendant une occasion propice ; l’affaire est tenue secrète jusqu’à son exécution qui a généralement lieu la nuit, et l’exécuteur ayant repéré l’endroit où l’homme dort, l’assomme avec une pierre ; on le couche ensuite dans un panier de feuilles de cocotier préparé par les serviteurs de celui qui l’a tué et on le porte au marae pour être placé dans la pirogue. Ils ont soin de ne pas abîmer le visage car à ce moment la victime serait impropre à être offerte et il faudrait en trouver une autre ; c’est pour cette raison qu’on les frappe derrière la tête. Au cas où il se ne trouverait personne qui mérite la mort, ils en informent le chef et un cochon doit être tué en lieu et place. Ils n’acceptent pas de tuer un homme pour satisfaire la rancœur personnelle de quelqu’un, même si le chef le demande ; si ce dernier insiste c’est à lui de tuer cet homme ; au cas où il viendrait à être tué lui-même, le meurtrier ne court aucun risque et lorsqu’ils se trouvent en présence d’une semblable situation ils n’hésitent pas à prévenir la personne du danger qu’elle court pour qu’elle puisse se mettre à l’abri. Lorsqu’un homme est tué sans raison suffisante, ses amis se mettent aussitôt en guerre contre les offenseurs, mais s’il est vraiment coupable des crimes dont on l’accuse, aucune objection n’est faite, chacun trouvant cela juste et l’homme qui l’a tué étant considéré comme un simple exécutant des décisions prises.

258Lorsqu’un propriétaire est reconnu coupable d’un crime méritant la mort, il est puni comme le plus pauvre. Nous eûmes l’occasion de vérifier ce fait lors de l’investiture du jeune roi avec le Maro royal ; un des hommes les plus importants de Moorea fut sacrifié pour avoir tenté d’empêcher le pavillon du roi de passer sur cette île. Au cours de ces cérémonies de nombreux sacrifices humains furent faits et beaucoup d’hommes qui se savaient coupables vinrent se réfugier dans nos maisons où ils savaient être en sûreté, connaissant notre aversion pour ces horribles pratiques ; malheureusement nous fûmes dans l’impossibilité de les protéger tous et lorsque nous nous efforçions de persuader les chefs d’abandonner ces coutumes barbares, ils nous répondaient toujours : « Si nous suivions votre conseil il n’y aurait plus de chefs. » Cependant nous réussîmes à protéger tous ceux qui se réfugièrent chez nous, et bien qu’environnés des voleurs les plus notoires de l’île, nos biens furent toujours en sécurité.

259Il ne s’agit malheureusement là que d’un sursis car tôt ou tard ils se font prendre ; s’ils changent de district leur réputation les suit et le chef du district dans lequel ils ont pris refuge les désigne toujours lorsqu’il faut une victime plutôt qu’un de ses gens, s’assurant ainsi l’amour de ses administrés et semant la terreur chez les autres.

260Lorsqu’un homme se trouvant dans cette situation réussit à se faire mordre par une femme et que le sang se mette à couler, il devient impropre au sacrifice et sauve ainsi sa vie, mais par contre il ne peut plus jamais participer à une cérémonie religieuse ; étant à jamais assimilé à de la nourriture pour femmes, il devient pour toujours un serviteur de celles-ci.

261Les femmes ne sont jamais sacrifiées, ni leurs serviteurs et elles ne sont jamais autorisées à assister où à participer à une fête sur le marae ; elles ne peuvent pas non plus manger la nourriture qui a été touchée par une personne sacrée, même s’il s’agit de leur mari.

262Leur nourriture ordinaire est constituée d’animaux et de végétaux énumérés auparavant et surtout de poissons et de légumes qui existent en abondance. Leurs aliments sont préparés au four ou grillés car ils ne possèdent aucun récipient allant au feu, ignorant l’usage de l’argile ; ceci dit, dans leurs fours, la nourriture conserve toutes ses qualités et le poisson préparé de cette façon est bien préférable au poisson bouilli.

263Les hommes et les femmes mangent séparément et pour cette raison une famille a généralement deux maisons sauf dans le cas où l’homme décide d’habiter dans la maison de sa femme, et alors chacun mange dans son coin.

264Les enfants prennent leur repas avec leur mère jusqu’à la levée des restrictions, mais cette dernière ne peut toucher à la nourriture des enfants ; lorsque la nourriture des enfants est amenée à la maison, elle ne doit pas utiliser la même entrée que la nourriture de la mère ; lorsqu’ils voyagent, les provisions de l’homme et de la femme doivent être dans des pirogues distinctes, les enfants pouvant utiliser les unes ou les autres.

265Les femmes ont leurs propres arbres à pain, ne pouvant en utiliser d’autres ; elles ont des pêcheurs spéciaux pour leur apporter du poisson, mais si ces derniers attrapent un requin, une tortue, un thon ou un mahimahi, qui sont des poissons sacrés, elles ne peuvent les manger, mais peuvent en disposer comme bon leur semble. La plupart des premiers voyageurs ont émis l’opinion que le cochon leur était aussi interdit, ce qui est très certainement une erreur, car toute femme peut manger du cochon si elle se donne la peine de l’attacher et de l’empêcher d’aller se nourrir sur un autre terrain que le sien ; il est bien entendu que ceci présente des difficultés, si le cochon s’enfuit chez un parent masculin, ou est touché par ce dernier ou par un chef, elle ne peut plus le manger ; en fait elle s’en soucie peu, ayant une grande variété de poissons à sa disposition, ce qui ne l’empêche pas de tuer de temps à autre un cochon en secret, les serviteurs qui sont de connivence étant ainsi toujours certains de profiter des biens de leur maîtresse.

266L’homme peut utiliser la nourriture de sa femme mais il ne doit toucher que ce qu’elle lui donne et tout en étant autorisé à pénétrer dans la maison de sa femme, il ne peut toucher à aucun des ustensiles de cuisine sous peine de les rendre inutilisables pour elle ; il peut, lui, les utiliser, mais elle sera obligée de remplacer tous ceux qu’il a touchés.

267Une femme ne peut manger dans une maison qui a été occupée par un chef à moins d’être de même rang que lui, et dans ce cas elle peut manger en sa présence ; si une femme de rang inférieur se nourrit dans une maison ou dans une pirogue qui a été occupée par un chef, elle est non seulement sévèrement battue mais sera privée de tous ses biens ; aussi les femmes ont bien soin de ne pas enfreindre cette règle, et sachant que bien peu sont capables de garder un secret, elles refusent toujours de manger lorsqu’elles sont invitées devant des hommes, se contentant d’accepter la nourriture offerte pour en faire profiter leurs proches ; c’est peut-être aussi la raison pour laquelle plusieurs cheffesses qui refusaient de prendre un repas à table mangeaient par contre de bon appétit avec leurs serviteurs.

268Ils mangent des poissons de toutes espèces, d’eau douce et de mer, estimant que rien d’impur ne peut sortir de l’eau et, au début nous voyant si fervents de viande s’imaginèrent que nous étions des cannibales, ayant entendu parler d’une île dans l’Est dont les habitants mangent de la chair humaine ; nous eûmes des difficultés à les persuader du contraire, car ils avaient eu confirmation de cette opinion par Brown (l’homme laissé derrière par le capitaine Cox) qui les menaça de mettre un enfant au four ; la mère se refusant à croire qu’il n’était pas sérieux ne laissa plus jamais l’enfant s’approcher de lui ; de plus, quelques-uns de nos gens s’étaient vantés stupidement d’avoir mangé de la chair humaine.

269Ils font trois repas par jour lorsqu’ils sont à la maison, mangeant d’un bon appétit et rien ne leur fait plus de plaisir que de voir un étranger faire de même lorsqu’ils l’invitent à partager un repas, ce qu’ils sont toujours enchantés de faire, étant toujours prêts à donner avec bonne humeur ce qu’ils ont, que ce soit peu ou beaucoup ; par contre lorsqu’ils sont éloignés de chez eux et qu’il y a un rassemblement dans un district, les provisions peuvent être rares du fait du rahui décrit plus haut et il leur arrive de passer plusieurs jours sans nourriture ; lorsqu’ils réussissent à s’en procurer ils en avalent de telles quantités qu’un étranger pourrait les prendre pour des gloutons, surtout s’il s’agit de spectateurs rassasiés par une abondance de vivres autour d’eux, dont les gens se sont probablement privés pour les leur donner ; en effet ils s’efforcent toujours de se surpasser les uns les autres en présents et en donnant ce dont ils ont souvent un besoin impérieux.

270Sauf dans ce cas particulier, dans l’ensemble, on ne peut pas dire qu’ils mangent immodérément, bien que l’habitude qu’ils ont de se remplir la bouche puisse en donner l’impression.

271Ils s’assoient les jambes croisées, posant des feuilles devant eux en guise de nappe (souvent à l’ombre d’un arbre, par beau temps) à une certaine distance les uns des autres pour ne pas s’importuner en chassant les mouches toujours nombreuses lorsqu’il y a de la nourriture et surtout lorsqu’il y a du poisson qui en attire des quantités considérables ; les provisions sont posées devant eux sur des feuilles et ils coupent leur poisson ou leur viande avec un morceau de bambou, le trempant dans une noix contenant de l’eau salée, et se mettant à manger trempant chaque bouchée dans la sauce décrite plus haut et mangeant en même temps de grandes quantités de uru ou de taro et buvant de l’eau fraîche ou de l’eau de coco ; ensuite ils mangent un genre de pudding fait avec le fruit de l’arbre à pain et appelé popoi et dont ils ont chacun une portion. Losqu’ils ont terminé ils se lavent les mains et la bouche et prennent un soin particulier à se nettoyer les dents avec un morceau de la bourre d’un jeune coco.

272Lorsqu’ils boivent le ava, ils sont obligés de manger aussitôt après avoir bu sous peine de ne plus pouvoir manger du tout tant l’effet est rapide ; il n’y a aucune honte pour un homme ou pour une femme à s’enivrer avec cette racine, mais il est rare que les femmes se donnent la peine de la cultiver, les cheffesses qui usent de cette boisson pouvant s’en procurer sans avoir à la cultiver.

273Ils ont plusieurs espèces de puddings en dehors de la popoi qui est préparée de la façon suivante : la popoi est une combinaison du fruit de l’arbre à pain et du mahi (fruit de l’arbre à pain de la saison passée préparé en pâte fermentée) battue sur une petite table basse avec une pierre réservée à cet usage, et mélangée avec de l’eau ; cela donne une pâte ressemblant un peu à notre bouillie d’avoine fermentée ; on peut la faire soit avec le fruit frais, soit avec le mahi, mais le mélange des deux est préféré. Cette pâte constitue une excellente nourriture qui peut être consommée froide ou chaude.

274Un autre pudding est préparé avec le fei mélangé au mahi il est aussi bon sinon supérieur à notre crème cuite aux groseilles. On peut le préparer à la consistance voulue, pour le couteau ou la cuiller, il s’appelle popoi fei.

275Le pepe est une autre espèce faite avec le uru trop mûr qui tombe de l’arbre battu avec du lait de coco et cuit au four ; il est délicieux.

276Le poe atutare est une autre préparation faite avec le fruit de l’arbre à pain avant qu’il ne soit trop mûr, cuit au four, débarrassé de sa peau et du cœur, et mélangé au lait des noix de coco mûres qui est blanc et épais comme de la crème ; on l’enveloppe dans des feuilles de babaniers et on le met encore une fois au four.

277Le poe taro est préparé en râpant le taro sur une pierre rugueuse ; on y mélange quelques jeunes feuilles de taro certaines herbes et du lait de coco.

278Le poe pia est fait de la même manière, en mélangeant le lait de coco, la noix étant râpée comme pour la préparation de l’huile et placée dans un mou qui est tordu pour en extraire le lait ; le mou servant de passoire en toutes occasions ; le mélange étant placé dans un récipient, on y jette des pierres chaudes qui le durcissent, de la même façon que la pâte durcit dans une poêle. Si on en mange de grandes quantités on est sujet à des vertiges, sans conséquences fâcheuses. Une préparation du pia permettant d’éviter ces effets de vertige, consiste à mélanger celui-ci avec du coco râpé et de l’eau, et de cuire ce mélange au four. Cela donne quelque chose qui ressemble à une boulette de farine à la levure, légèrement sucrée.

279Le tuparu est un excellent pudding fait de taro (ou de uru) de bananes mûres et de lait de coco, le tout étant passé à travers un mou (fibres de la tige d’une herbe) pour se débarrasser des fils que contiennent les bananes et cuit au four dans des feuilles ; c’est aussi bon qu’une crème cuite, le mélange d’eau et de lait de coco jouant le rôle de lait et de beurre, la fadeur du lait diminuant le côté très sucré de la banane, et donnant à l’ensemble un goût très plaisant.

280Ils font de grandes quantités de ce pudding et les feuilles de bananiers qui enveloppent le mélange sont passées au-dessus du feu pour leur donner plus de résistance à la chaleur du four. Ils en font des paquets de 5 à 6 litres environ et le mettent au four pour toute une nuit ; on le met ensuite de côté et il se conserve pendant plusieurs semaines.

281N’ayant en général pas assez de bananes mûres pour cette préparation, ils les cueillent quelques jours à l’avance et les enterrent, avec quelques fruits mûrs du pandanus qui leur donnent un parfum agréable, en les recouvrant d’herbe pour que la terre ne les souille pas ; ils font ainsi mûrir tous les fruits dont ils ont besoin pour cette occasion ; ils croient que s’ils se baignent dans la mer pendant que les bananes sont en terre celles-ci ne mûriront jamais — ceci s’il s’agit de la personne qui les a mises en terre — et nous fûmes dans l’impossibilité de leur faire abandonner cette croyance stupide bien que leur ayant prouvé le contraire, car ils déclaraient alors que nous avions un pouvoir spécial pour empêcher les bananes de se gâter, et même après les avoir persuadés d’essayer eux-mêmes, ils continuèrent à affirmer que c’était à cause de nous et que s’ils essayaient seuls, les fruits ne tarderaient pas à se gâter et à pourrir.

282Ils obtiennent du feu en frottant deux bâtons l’un contre l’autre (habituellement du purau sec mais l’arbre à pain ou tout autre bois sec peut convenir) et procèdent de la manière suivante : ils prennent une longue pièce de bois, assez large pour pouvoir s’asseoir dessus et pouvant être maintenue avec les pieds. Ils y pratiquent une fente de 12 à 15 cm de long, assez large pour recevoir un morceau de bois plus petit et taillé en pointe qu’ils tiennent dans les deux mains et chantant une prière (sans laquelle ils s’imaginent que le feu ne se manifesterait pas), ils impriment à ce bois un mouvement de va-et-vient, d’abord lent et ensuite rapide ; la poussière provoquée par la friction s’étant enflammée elle est placée sur une feuille garnie d’herbe sèche qu’ils agitent pour que le feu prenne.

283Lorsqu’ils préparent un four ils creusent un trou dans la terre suffisamment grand pour la nourriture qu’ils ont à cuire et y font un feu de bois qu’ils entourent de pierres ; au fur et à mesure que le feu s’affaisse ils placent les pierres du pourtour dans le milieu et à un certain moment il ne reste plus que de la braise et des pierres brûlantes qu’ils égalisent et lorsqu’il n’y a plus du tout de fumée, ils recouvrent les pierres de feuilles de bananiers ou de morceaux du tronc de cet arbre ; les mets à cuire sont ensuite déposés dessus, enveloppés dans des feuillles, le tout étant recouvert d’herbe puis de terre. La durée de cuisson est calculée d’après la quantité des mets à cuire. Pendant ce temps ceux qui s’occupent du four vont se baigner et lorsqu’on ouvre le four, ce travail est accompli avec un tel soin qu’il n’y a pas la moindre particule de sable ou de terre sur les provisions qui en sortent cuites à point.

284Ils sont très expéditifs pour la préparation de la nourriture et peuvent préparer et cuire un cochon entier (qu’ils ne coupent jamais en morceaux avant la cuisson) en deux heures, et cela pour un cochon de 150 kg. Ils aiment leur nourriture cuite à point, bien qu’ils mangent le poisson cru -et lorsqu’ils préparent un grand cochon pour un petit nombre de personnes, ils ne le cuisent pas en entier pour que les invités, qui emportent toujours la nourriture offerte puissent ainsi cuire le reste chez eux.

285Ils tuent les cochons en les étranglant ou en les noyant. La première méthode est celle qu’ils préfèrent ; on leur passe une corde autour du cou que l’on serre ensuite avec un bâton jusqu’à ce que le cochon soit étouffé ; ensuite les orifices (gueule, rectum) sont bouchés avec des feuilles ou de l’herbe et l’animal expire après quelques convulsions ; on l’arrose alors avec de l’eau et on le pose sur un feu ; s’il est très gros on fait un feu autour de lui avec des feuilles sèches et de l’herbe et on lui nettoie la peau, d’abord avec un morceau de bambou et des coques de noix de coco, puis on le porte dans l’eau pour le frotter avec des pierres rugueuses après quoi on lui ouvre le ventre pour en retirer les boyaux et le sang qui par rupture des vaisseaux a quitté la chair et se trouve dans le ventre ; ils mélangent au sang la graisse des boyaux et le tout est mis dans des noix de coco dans lesquelles on a mis une pierre chaude ; cela donne un genre de boudin qui sert de hors-d’œuvre aux cuisiniers en attendant que le dîner soit cuit. Le cochon est bien lavé et étendu sur des feuilles en attendant que le four soit prêt ; les intérieurs sont soit grillés, soit lavés, enveloppés dans des feuilles et mis au four ; les boyaux lavés et cuits, et les cuisiniers ayant de nombreux aides le tout est rapidement prêt. Les boyaux toujours enveloppés du mesentère sont fendus sur toute leur longueur bien lavés puis échaudés sur des pierres brûlantes et lavés encore et ainsi de suite de façon à être tout à fait propres, puis enveloppés dans des feuilles et mis au four. On y place ensuite le uru gratté et fendu en deux, le taro, mahi etc. Toute leur nourriture est préparée de cette façon. Le uru est rôti ou grillé sur un feu, méthode qu’ils utilisent pour de petites quantités ; les poissons enveloppés dans des feuilles d’arbre à pain sont meilleurs que bouillis car ils sont cuits par leur propre humidité qui ne peut s’échapper à cause des feuilles d’arbre à pain, qui sont aussi charnues que des feuilles de chou. S’ils ont un cochon de 5 à 6 kg, il leur suffira d’une demi-heure pour le préparer. A la saison de la récolte des fruits de l’arbre à pain, que l’on cuit pour les conserver, ils font un four dans lequel ils cuisent de 750 à 1 000 kg de fruits ; une fois cuits, ils deviennent sucrés comme du pain d’épice. Ils en font un pudding sucré dont les enfants filles et garçons de la famille qui les préparent se nourrissent, tant qu’il y en a, c’est-à-dire généralement pendant 6 semaines ou 2 mois ; pendant ce temps ils ne vont plus au soleil et sont enfermés dans des maisons entourées d’une barrière et construites à cet usage. A la fin de cette période on les libère mais ils sont tellement gras qu’ils peuvent à peine respirer et il leur faut plusieurs semaines avant de pouvoir marcher à quelque distance. Pendant cette période leur peau de bronzée qu’elle était, devient agréablement blanche et si tendre que le soleil les brûle comme un européen blond ; ceux qui s’y exposent perdent rapidement leur pâleur.

286Lorsq’un chef ou raatira désire que l’on prépare un de ces fours à uru, il en informe ses vassaux qui se rassemblent et vont chercher du bois dans la montagne tandis que d’autres vont chercher des pierres, et pendant que le feu brûle chaque homme apporte son chargement de uru qui est mis tel quel dans le four et recouvert de feuilles, puis d’herbe et de terre. Au bout de 2 ou 3 jours, le four est ouvert et on en sort le uru au fur et à mesure des besoins, refermant le four chaque fois jusqu’à ce qu’il soit vide. Cette opération est répétée à chaque récolte.

287Le uru ainsi préparé s’appelle opio ; il est d’un goût très agréable et de couleur brune au-dedans et au-dehors. Les gens pauvres ne sont pas exclus de cette coutume de fêter les enfants, même s’ils n’ont pas assez de uru pour le faire ; il leur suffit de faire part de leurs intentions à leurs voisins qui leur apportent du uru et les aident à rassembler le bois et les pierres ; quelquefois deux familles se réunissent pour faire un four entre elles.

288C’est à cette occasion qu’ils font leur mahi, une pâte aigre produit de la fermentation du uru mûr, qui peut se conserver d’une récolte à l’autre.

289Lorsque le uru est rare (ils en ont toute l’année mais quelquefois en petite quantité), ils peuvent manger le mahi seul ou en faire des puddings et ils en font le meilleur popoi lorsqu’il est mélangé au uru nouveau.

290Voici comment ils procèdent : le uru étant rassemblé est gratté avec des coquillages aiguisés à cet effet pour lui ôter sa peau et on laisse ensuite en tas pendant 3 ou 4 jours pour l’amollir ; ensuite on creuse des fossés à l’intérieur des maisons ou à proximité et, les parois du trou ayant été tapissées de feuilles et d’herbe, on y jette les fruits, au préalable coupés en morceaux avec une herminette de bois ; on y ajoute quelques fruits très mûrs pour accélérer la fermentation et on recouvre le tout de feuilles et d’herbes, puis de grosses pierres pour bien presser le tout ; de cette façon la fermentation se fait et lorsque les fruits commencent à se tasser on les retire et on en ôte le cœur, puis on en remplit une autre fosse qui sera fermée et on retirera le mahi au fur et à mesure des besoins.

291On retire quelquefois le cœur du fruit au début de l’opération, c’est une méthode qui rend le mahi plus blanc mais la fermentation est alors moins rapide à moins que l’on n’y ajoute du vieux mahi, et dans ce cas le produit ne se garde pas si bien. Les hommes et les femmes ayant chacun leurs arbres ont aussi leur propre mahi et si un homme qui n’est pas le serviteur d’une femme vient à toucher ce qui recouvre le mahi d’une femme, celle-ci ne pourrait plus l’utiliser ; c’est ainsi que Sir Joseph Banks, voulant examiner le contenu d’une fosse pour connaître le procédé de fabrication, rendit inutilisable une grande quantité de mahi qui appartenait à une femme, le mahi devenant inutilisable ainsi que la fosse.

292Lorsqu’un particulier s’aperçoit que sa récolte sera insuffisante pour faire la quantité de mahi qu’il désire, il tresse une certaine quantité de guirlandes faites de piripiri et passant devant plusieurs maisons jette une guirlande à l’intérieur, se contentant d’indiquer le jour où il a l’intention de venir chercher ou de recevoir ce qu’il demande. S’il a suffisamment d’aides pour tout préparer en une fois, chaque personne ayant reçu une guirlande la rapporte avec autant de uru qu’on peut y attacher et dépose le tout devant la maison du demandeur sans autre cérémonial que de lui souhaiter la bénédiction de son travail ; s’il ne peut recevoir tous les fruits en même temps, il en informe ses fournisseurs leur indiquant soit la date à laquelle il viendra les chercher, soit la date à laquelle ils devront les apporter. Lorsqu’il se rend chez eux, il trouve toujours les guirlandes prêtes avec les fruits. Cette méthode d’entraide leur permet de ne pas souffrir d’une récolte médiocre. Lorsqu’un chef désire des fruits pour faire du mahi il envoie un morceau de feuille de cocotier à tous les habitants de son district ou seulement à certains d’entre eux, et ceux-ci, au jour indiqué, lui apportent un chargement généralement accompagné d’un cochon ou de poissons suivant les possibilités de chacun. Il est d’ailleurs rare qu’un chef se ravitaille ainsi, ayant généralement tout ce qu’il lui faut ; mais lorsqu’il a recours à ce procédé ses gens lui apportent ce qu’il a demandé en lui faisant bien comprendre le respect qu’ils ont pour lui ainsi que la peur de lui déplaire, et manifestant le chagrin qu’ils ont à la pensée qu’il ait été négligé au point d’être obligé de demander des uru.

293En plus de l’offrande des premiers fruits, faite aux Dieux, une offrande similaire est faite aux chefs. Cette cérémonie appelée ihi arii se déroule ainsi : les fruits étant venus à maturité le toofa informe les raatira que tel jour une offrande sera faite. Un crieur est alors envoyé dans le district pour prévenir les mataeinaa et les manahune qui, au jour dit, cueillent quelques fruits de chaque variété, les mettent dans un panier qu’ils attachent à l’extrémité d’un bâton porté en équilibre sur l’épaule, l’autre extrémité portant un cochon de lait attaché par une patte ; ils se rendent ainsi à la maison de leur raatira respectif qui les conduit à la maison du toofa ; celui-ci accompagné de son prêtre et de son orateur se met à la tête de tout le groupe et la procession comprenant parfois de 4 à 500 personnes se rend chez le chef. Là, par l’entremise de son prêtre et de son orateur, toujours présents à ces cérémonies, le toofa fait une offrande de paix composée d’un jeune cochon, d’un bananier et d’un petit paquet de plumes ; le prêtre les présente de la manière habituelle et l’orateur fait un long discours au nom du toofa et des raatira exprimant la loyauté et l’amour qu’ils ont pour leur chef. Les raatira ayant fait à leur tour leur offrande par l’entremise de leur prêtre (chaque famille en ayant un), les fruits sont déposés devant le chef et ils rentrent chez eux. Lorsque cette cérémonie est faite pour le roi, ce sont les chefs de district qui prennent la tête de la procession.

294Cette cérémonie est ensuite répétée par les raatira pour leur toofa et plus tard, par les fermiers pour leur raatira ; ils leur portent la quantité de fruits qu’ils estiment nécessaire, les mettent dans des grands paniers de feuilles de coco que deux hommes portent avec peine et avec chaque panier un petit poisson indiquant ainsi qu’ils n’envoient pas seulement des uru, ainsi qu’un cochon rôti, plusieurs petits paniers de uru, de taro, de noix de coco décortiquées, des bananes, etc. Tout cela est porté aux maisons du chef, du toofa, du raatira, chacun recevant la part qui lui revient.

295Ils font à peu près continuellement des présents à leurs chefs etc. et n’envoient jamais un cochon, poisson ou poulet sans l’accompagner d’une quantité convenable de légumes, et lorsque le uru est rare, ils le remplacent par du mahi dont ils ont toujours une réserve.

296Le mahi travaillé comme de la pâte, est enroulé dans des feuilles en portions de la taille d’un petit pain et mis à cuire avec les autres provisions. Le uru est quelquefois remplacé par le fei ou bananier de montagne et lorsqu’il est cueilli vert convient parfaitement, étant très supérieur à la banane ordinaire.

297Ils vont souvent en groupe à la montagne, pour y couper du bois, chercher des herbes et du bois de santal pour parfumer leur huile, pour couper des chevrons pour leurs maisons, pour tailler des pagaies, etc. et pour teindre les tissus — ce qui leur prend plusieurs jours — ils se nourrissent alors d’oiseaux, de poissons, de racines sauvages et de fei, la montagne étant pleine d’oiseaux et les rivières ayant du poisson en abondance. Ils attrapent les oiseaux en mettant de la sève d’arbre à pain sur de longs bambous sur lesquels les oiseaux viennent se poser. Certains d’entre eux — qui ont l’habitude de vivre en montagne — peuvent descendre d’une pierre un oiseau perché ; ils visent avec l’index de la main gauche pointé vers l’oiseau et lancent la pierre de la main droite, réussissant presque toujours à atteindre l’oiseau, sans arriver toutefois à l’atteindre en vol.

298Lorsqu’un groupe part en montagne, il est toujours précédé de quelques hommes qui vont à la recherche de provisions (car ils n’en emportent jamais avec eux), tandis que d’autres construisent des huttes de roseaux couvertes de feuilles de ti et rassemblent du bois à brûler. Comme ils se donnent rarement la peine de préparer un four, ils cuisent toutes leurs provisions dans des bambous verts. Les provisions, introduites dans un bambou fermé d’une ou plusieurs feuilles est posé sur le feu et tourné constamment comme une broche, jusqu’à ce que le contenu soit bien cuit, l’humidité du bambou l’empêchant celui-ci de tomber en morceaux bien qu’il soit presque calciné.

299Ainsi vivent-ils pendant ces excursions et malgré un travail souvent considérable, ils en font une partie de plaisir, et sans se soucier du lendemain, partent et reviennent lorsque bon leur semble.

300Ils prisent beaucoup les plumes de la queue du phaëton, ou paille en queue, dont ils ornent leurs vêtements de deuil, et se mettent généralement à deux pour les chasser ; étant donné que cet oiseau fait son nid sur la face verticale des plus hautes falaises, cette chasse offre des difficultés considérables. Ils opèrent de la façon suivante : chaque chasseur se munit d’une corde de 15 à 20 m de long, assez forte pour suporter son poids et ayant fait leur camp près de la falaise dans un lieu où les provisions sont abondantes, ils montent jusqu’au sommet et là, joignant leurs deux cordes, fixent à une extrémité un bâton de 50 cm attaché par le milieu et attachant l’autre extrémité à un arbre ou à défaut à un pieu planté solidement ; l’un d’eux se met alors à descendre le long de la corde pour aller s’asseoir sur le bâton. Là, se balançant de droite et de gauche, et s’aidant des aspérités et des arbustes qui poussent dans les fissures, il attrape les oiseaux dans leurs trous et leur arrache les plumes qu’il serre dans un bambou laissant ensuite l’oiseau s’envoler. Après avoir examiné tous les nids à sa portée il remonte au sommet. Ce sport qui nous paraîtrait extrêmement dangereux n’est qu’un amusement pour eux et les accidents sont fort rares bien qu’ils restent suspendus pendant des heures, quelquefois à 30 ou 40 m du sommet et souvent à une hauteur 4 fois plus grande du pied de la falaise et, rentrent quelquefois bredouilles après une journée entière d’efforts.

301Ils recherchent également les plumes noires et brillantes des frégates et surveillent l’arrivée de ces oiseaux qui viennent rarement dans l’île, sauf par vent d’ouest et par mauvais temps. C’est un passe-temps très apprécié qui consiste à les saisir soit sur la plage, soit lorsqu’ils perchent dans les cocotiers ; ils grimpent au sommet du cocotier et lorsque la frégate s’endort, c’est-à-dire quelques minutes après s’être perchée, ils lui passent autour du cou un nœud coulant fixé à un bâton ; celui-ci lâché entraîne l’oiseau au sol. Lorsqu’il vole ils l’attirent avec un poisson dans lequel a été introduit un morceau de purau pour le faire flotter et le jettent dans l’eau en ayant soin de le garder a portée de leurs bâtons qui ont de 4 à 5 m de long et dont chaque homme est muni ; dès que les oiseaux voient le poisson ils se précipitent quelquefois à 8 ou 10 et se font assommer lorsqu’ils essayent de le saisir. Si l’oiseau réussit à s’approcher sans avoir été assommé il prend toujours le poisson dans ses griffes qui sont longues, pointues et palmées seulement jusqu’à la première jointure. Ils nichent dans les îles basses inhabitées, voisines des îles de la Société et ne quittent leur territoire que par mauvais temps. Leurs plumes sont si estimées que les indigènes échangeront volontiers un cochon de 50 kg contre une plume, pour orner leurs vêtements de guerre, de heiva etc. et cependant ils ne mangent jamais cet oiseau. Pendant notre séjour, nous en tuâmes plusieurs qui furent très appréciés comme cadeaux mais estimant notre poudre trop précieuse nous fîmes rarement usage de nos armes pour nous livrer à ce passe-temps. Les plumes des mâles sont les plus appréciées et les plumes de la queue sont celles qui ont le plus de valeur, ayant une belle couleur noire et brillante.

COSTUME

302Les vêtements portés par les hommes et les femmes sont à peu près les mêmes, sauf que chez les femmes le vêtement descend un peu plus bas au-dessous de la ceinture ; elles s’habillent avec une négligence étudiée qui, avec la propreté de leurs vêtements les avantagent beaucoup ; de plus, comme elles se lavent trois fois par jour elles n’ont aucune odeur désagréable et un étranger qui se trouverait au milieu d’un millier d’indigènes ne serait incommodé que par la chaleur. Leur costume ressemble aux descriptions faites de celui des indigènes du Pérou et du Chili, et il est fort possible qu’il en soit originaire car les indigènes actuels de ces îles parcourent des centaines de lieues sur les mers et on peut supposer qu’ils aient été poussés du continent vers ces îles, tout d’abord vers les îles les plus proches et plus tard vers celles plus à l’ouest.

303Le costume est fait de pièces carrées et celui des hommes est constitué en premier par une pièce longue et étroite appelée maro qui est passée entre les cuisses et autour de la taille ; une extrémité pend par devant jusqu’aux genoux et l’autre pend de la même façon dans le dos ; la matière en est du tissu ou de la natte, pour le beau temps et la pluie ; puis une pièce de tissu oblongue de 2 m de longueur et de 50 cm ou de 1 m de largeur avec une fente dans le milieu pour passer la tête et qui pend devant et derrière, également fait en tissu ou en natte et qui s’appelle tiputa ; une pièce faisant une fois et demi le tour de la ceinture, rentrée à la hanche et qui pend jusqu’aux genoux ; chez les femmes elle descend jusqu’au mollet ou à la cheville ; cela s’appelle pareu ; autour de la taille ils portent une ceinture ou écharpe faite de cheveux tressés et travaillée comme un filet, appelée tatua. Tous ces vêtements sont portés par les deux sexes sauf le maro que les femmes ne portent jamais, sauf quand elles vont à la pêche ou quand elles luttent, le pareu risquant d’être arraché. Au lieu du maro elles portent un pareu plus court, sorte de jupon et une grande pièce de tissu faisant un manteau de plusieurs mètres. Ils se protègent les yeux avec une visière faite de feuilles de cocotier, tressée en quelques minutes et dont ils changent plusieurs fois par jour l’ôtant toujours pour traverser un terrain sacré ; on les appelle taumata (c’est le nom qu’ils donnent à nos chapeaux), et ils les préfèrent tressés avec des feuilles jaunes ; ils sont fiers de les avoir de cette couleur, et pourtant sont prêts à les déchirer une demi-heure après les avoir tressés, pour en tresser un autre. Ces visières et les couronnes de fleurs sont les seules choses qu’ils portent sur la tête ; par contre au heiva personne ne peut porter quoi que ce soit sur la tête, sauf les exécutants qui portent un genre de turban. Tous les autres doivent être tête nue en présence d’un chef. En temps de guerre et en période de deuil les hommes peuvent porter des turbans et des coiffures travaillées comme un panier, couvertes et ornées de plumes, des plastrons de la même matière que les coiffures et décorées de poils de chien, de nacres, de dents de requin, de plumes rouges et noires, de guirlandes de plumes, etc. Pour le deuil ils ont aussi des guirlandes en fibre de coco tressée de façon curieuse et dans lesquelles ils attachent les ongles de leurs amis disparus avec de petits morceaux de nacre découpés en formes variées dont ils ont grand soin.

304Les enfants des deux sexes se promènent nus jusqu’à 5 ou 6 ans et les garçons sont circoncis à 13 ou 14 ans, non en raison d’une coutume religieuse mais pour des raisons de propreté ; le prépuce est fendu sur la partie supérieure avec une dent de requin et après une application de cendre pour arrêter le sang on laisse la plaie se cicatriser sans autres soins, ce qui dure quelquefois un mois et plus, bien que leur chair se cicatrice très bien. Ceci, de même que le tatouage et les incisions sur les hanches, n’est pratiqué que s’ils le désirent ; cependant une personne qui n’auraient pas subi ces opérations risquerait de s’attirer des reproches et de se faire interpeller en public et il est aussi mauvais de ne pas avoir ces marques que pour nous de ne pas être baptisés ou de se promener tout nus. Filles et garçons sont tatoués à peu près au même âge le travail étant exécuté par des gens dont c’est le métier et qui en tirent à peu près leur subsistance, étant toujours bien payés.

305Les instruments utilisés pour le tatouage sont faits de défenses de cochon attachés sur un manche en forme de houe ; ils sont de différentes tailles ayant de 3 à 36 dents de 3 mm environ ; l’instrument étant placé sur la peau est frappé avec une petite palette spéciale pour faire pénétrer les dents. Lorsqu’ils tatouent ils trempent les dents dans une mixture de suie (préparée avec le tiairi ou noix de bancoul) qui, introduite sous la peau laisse une marque bleue ou noire.

306Les hanches des deux sexes sont ainsi tatouées en 4 ou 5 lignes courbes de chaque côté, la ligne la plus haute partant de l’os de la hanche et décrivant une courbe qui va rejoindre dans le dos celle qui vient de l’autre hanche ; toutes les autres lignes commencent et finissent sur cette ligne principale ; sous cette ligne principale il y en a en général 4 ou 5 autres allant vers le bas, mais la plupart des femmes ont toute cette région noircie par le tatouage. Chaque personne suit sa fantaisie dans le nombre de lignes ou dans le dessin, les uns ayant une seule ligne large, et les autres en ayant 4 ou 5 plus petites ornées d’étoiles, de petites branches etc.

307Ils se font également tatouer les pieds, les jambes, les cuisses, les bras, etc. mais les femmes ont seulement quelques tatouages à la cheville et rarement sur les bras n’ayant que quelques marques de fantaisie sur les mains, car pour elles il est considéré comme ridicule d’avoir d’autres tatouages que ceux du postérieur, des pieds et des mains, tandis que pour les hommes on n’y fait pas attention.

308Les instruments dont on se sert pour la première fois pour le tatouage d’un chef ou de l’héritier d’une grande famille, doivent être détruits dès que l’opération est terminée et déposés au marae ; lorsque tous les amoa (sauf ceux du mariage et de l’amitié) sont terminés, les enfants sont marqués d’un petit point à l’intérieur du bras un peu au-dessus du coude, signifiant que dorénavant ils peuvent utiliser la nourriture de leurs parents ; ils ne reçoivent jamais cette marque que tous les rites ne soient accomplis et il arrive qu’elle ne soit pas toujours faite à l’issue de la dernière cérémonie.

309Le tatouage est fait de plein gré à ceux qui le demandent et ils ne souffrent pas que le tatoueur s’arrête tant qu’ils peuvent supporter encore une incision ; cependant, à entendre leurs lamentations pendant l’opération, un étranger pourrait supposer que le tatouage est pratiqué malgré eux et qu’ils sont forcés de souffrir contre leur gré. Les jeunes femmes ont la réputation de mieux supporter cette épreuve que les hommes, bien qu’elles ne se fassent tatouer que d’un côté à la fois, attendant parfois un an pour faire faire l’autre côté ; jusqu’à ce que le tatouage entier soit achevé on les considère comme des enfants, inaptes à tenir compagnie à des femmes. Lorsque les jeunes filles se font tatouer elles ont toujours une parente auprès d’elles qui les tient, pendant qu’elles se débattent sous la douleur, et qui les empêche de se débarrasser de leurs vêtements ; elles sont dans un tel état de surexcitation que si la personne qui les tient, serait-ce leur mère, attendrie par les larmes, leur suggère d’arrêter l’opération il leur arrive de la frapper sans que celle-ci puisse leur rendre la pareille sous peine de mort. Elles supportent parfois de si longues séances (l’orgueil leur interdisant d’abandonner avant qu’un côté ne soit terminé) qu’elles en attrapent la fièvre.

EXERCICES ET JEUX

310Ils pratiquent plusieurs sports parmi lesquels la lutte et le lancement du javelot sont les plus courants. Les hommes ainsi que les femmes sont experts dans l’art de la lutte mais ne boxent jamais, bien que ce sport soit répandu à Raiatea et dans les autres îles. Lorsqu’ils se réunissent pour lutter, ainsi qu’ils le font à toutes les fêtes publiques, une estrade est dressée sur laquelle les lutteurs se promènent frappant de la main droite sur leur bras gauche replié sur la poitrine ; celui qui veut se mesurer avec l’un d’eux en fait autant et se mettant en posture de combat ils s’empoignent immédiatement. Si l’un des lutteurs trouve son adversaire trop fort pour lui il le dit et ils se séparent, sinon, un des adversaires doit tomber et les femmes qui sont du côté du vainqueur se mettent à chanter et à danser, tandis que le vainqueur se remet à frapper son bras, cherchant un autre adversaire. Le vaincu se retire tranquillement, nullement abattu par sa défaite. En général ils luttent entre districts, les femmes étant toujours les premières à lutter ; elles sont plus rancunières que les hommes et ne supportent pas de perdre. Itia et sa sœur excellent dans ce sport et sont souvent victorieuses, Itia dirigeant toujours les combats et décidant du nombre de manches à disputer. L’équipe qui a obtenu le plus grand nombre de tombés est déclarée victorieuse ; lorsque la lutte est terminée, les femmes se mettent à danser tandis que les hommes vont lancer le javelot.

311Les javelots sont de 2,50 m à 5 m de long, faits d’une tige de purau dont on a enlevé l’écorce et portant à leur extrémité une pointe de fara. Ils le lancent avec une grande précision sur une cible, en général un bananier, placée à 30 ou 40 m de distance. Le javelot qui est au-dessus des autres dans la cible est celui qui obtient le plus de points. Ils lancent le javelot de bas en haut en le posant sur l’index de la main gauche et le lançant de la main droite ou inversement s’ils sont gauchers. Les femmes le lancent également mais sans faire d’enjeux, le district dans lequel elles jouent organisant toujours une fête à cette occasion.

312Ils pratiquent également le tir à l’arc. Les arcs sont faits en purau et les flèches en bambou avec une pointe en toa, arbre de fer. Ils s’efforcent de chercher la distance, sur un flanc de colline sans avoir de cible. Le jeu terminé, une fête a lieu. Les femmes tirent aussi à l’arc, mais entre elles et ceux ou celles qui le pratiquent doivent avoir des vêtements spéciaux consacrés pour ce jeu et qui ne peuvent être portés en aucune autre occasion. C’est pour cette raison que ce jeu est réservé aux gens de qualité qui s’y consacrent sérieusement. Les arcs ne sont utilisés que pour ce jeu. Dès leur jeunesse ils se livrent à des assauts de bâton et se défendent remarquablement bien ; en temps de guerre ce n’est pas un honneur, en effet, de recevoir une blessure, sauf d’une lance et même dans ce cas ils cherchent à s’en protéger le plus possible.

313Ils s’entraînent aussi à la fronde et arrivent à lancer une pierre avec une assez grande précision et une force considérable ; la fronde est faite de fibre de coco tressée avec à son centre une partie plus large pour tenir la pierre, qui est de la taille d’un œuf de poule, l’une des extrémités formant une boucle que l’on passe au poignet pour retenir la fronde lorsqu’on lâche l’autre extrémité ; pour le lancer ils saisissent leur poignet droit dans la main gauche, et sautant sur leurs pieds, font faire à la fronde 3 tours au-dessus de leur tête avant de la lâcher ; la pierre a une force suffisante pour briser l’écorce d’un arbre à plus de 200 m et sa trajectoire est droite sur la presque totalité de son parcours.

314Heiva est le nom qui désigne tous les amusements, que ce soit la musique, la danse, les chants, etc. La danse appelé hura est exécutée par 2, 4, 6 (ou plus) jeunes femmes habillées avec recherche et un nombre convenable d’hommes dont l’un dirige la performance, faisant jouer des flûtes et des tambours pendant toute la danse, tandis que les femmes battent la mesure avec différents mouvements de mains et de pieds. Cette danse est généralement exécutée sur des nattes étendues sur le sol pour la circonstance et, la nuit, la danse a lieu sous un abri, sorte de maison sans côtés, éclairé par des torches et autres lumières. Les costumes portés par les femmes pour cette danse sont élégants et leurs tournures gracieuses. Il consiste en un turban de tamau fait de cheveux tressés de plusieurs centaines de mètres de longueur et décoré de dents de requin, de perles et de fleurs ; les bras et les épaules sont nus et une sorte de gilet en tissu blanc ou de couleur leur couvre les seins, la place de chaque sein étant marquée par une rose de plumes noires ; dans le dos elles portent plusieurs morceaux d’étoffe en plis réguliers bordés de rouge et attachés de façon à imiter des ailes allant de la hanche à l’épaule ; à la taille, un genre de jupe qui tombe jusqu’aux pieds également bordé de rouge, avec une raie rouge et une raie jaune, les deux raies d’une même largeur de 2,5 m environ et à 25 cm environ du bas. A la taille sont également fixés plusieurs pendentifs de plumes noires qui tombent jusqu’au genou et 2 ou 3 plumes rouges ou noires sur chaque index.

315Lorsque les femmes se retirent pour se reposer, elles sont remplacées par la musique et les chanteurs ; ces derniers sont loin d’être déplaisants car leurs chants, lorsqu’on les comprend, sont doux et agréables. Quelquefois un groupe d’acteurs les remplacent et leur forme de jeu est surtout la satire, souvent au dépens de leurs chefs et ils ne manquent pas d’exposer les caractères dont ils ont connaissance ; bien que traitant leurs chefs avec grande liberté ils ne s’attirent pas leur mécontentement du moment qu’ils s’en tiennent à la vérité. De cette façon ils leur reprochent leurs fautes en public les ayant tout d’abord divertis pour attirer leur attention. C’est en quelque sorte une pantomime et ils y excellent si bien qu’il est facile de reconnaître la personne qu’ils veulent représenter, pour peu qu’on la connaisse un peu. C’est ainsi qu’une de leurs représentations, à laquelle assistait notre commandant, permit à tous les spectateurs de comprendre qu’il s’agissait de lui et qu’il y jouait d’ailleurs un rôle très distingué. Cette représentation eut lieu à la demande de Mate ou Tu et une partie des officiers et de l’équipage de la « Bounty » étaient présents. Les maisons dans lesquelles ils donnent ces représentations sont habituellement un simple abri ouvert sur un côté et aux deux extrémités, le fond étant fermé par des feuilles de cocotiers tressées pour l’occasion. Ce fond constitue un des côtés d’un carré, les trois autres côtés étant fermés par une petite barrière ; l’intérieur est tapissé d’herbe et les acteurs sont installés sur des nattes. A l’extérieur de la barrière qui a environ 30 cm de hauteur, se trouvent les spectateurs qui sont assis ou debout.

316Ils donnent quelquefois une représentation dans la maison d’un chef, abandonnant tous leurs costumes à la fin de la représentation ; certains de ces costumes ont jusqu’à 30 et 40 m de longueur de tissu sur 2 à 6 m de largeur, tissu, natte et plumes comprises.

317La hura est une danse exécutée par les parents des guerriers tués au combat, lorsqu’ils se lient d’amitié avec celui qui les a tués. Ces costumes étant très onéreux, ils en ont rarement plus de quatre et le plus souvent deux seulement, mais ils peuvent en avoir jusqu’à vingt s’ils en ont les moyens.

318La uparaa est une autre danse qui est pratiquée presque tous les soirs dans tous les districts de l’île. Les femmes de tous âges et de toutes conditions y participent, jeunes, vieilles, riches et pauvres ; pour cette danse elles sont toujours bien habillées et portent sur la tête une couronne de fleurs parfumées ; ayant choisi le terrain, elles se séparent en deux groupes et l’une d’elles se saisissant d’un petit fruit vert de forme ronde, le lance devant elle dans le camp opposé en le frappant du coup de pied ; si le fruit traverse le groupe opposé sans que celui-ci puisse l’arrêter, celui-ci exécute une danse avec chants, rythmée des pieds et des mains et qui dure de 5 à 6 minutes, puis à son tour lance la balle, etc. Lorsque la balle est interceptée c’est au camp qui l’a lancée à recommencer la danse tandis que l’autre reste immobile ; après quelques heures de ce jeu le fruit est abandonné et les deux groupes dansent ensemble, présentant chacun, pour attirer les spectateurs, deux ou 3 jeunes femmes lascives qui, ne conservant qu’une étoffe autour des hanches, l’ouvrent à certains endroits de la chanson montrant leur nudité aux spectateurs et faisant des gestes obscènes qui sont plutôt le fait d’une coutume qu’une exhibition de lascivité ; en effet, celles qui se montrent ainsi en public, sont, en privé, timides et modestes et ne permettent pas aux hommes de prendre des libertés que cette danse pourrait leur suggérer.

319Les jeunes gens célibataires ont également des danses au cours desquelles ils font des gestes indécents qui seraient inadmissibles partout ailleurs car en temps normal il est honteux pour l’un et l’autre sexe d’exposer leur nudité ; lorsqu’ils vont au bain, ils cachent leur corps beaucoup plus que certains Européens, utilisant toujours de grandes feuilles pour rentrer et sortir du bain et les femmes ne décrouvrant leurs seins qu’à cette occasion.

320Ils ont beaucoup d’autres amusements, entre autres les combats de coqs ; ils ne les plument pas et ne leur mettent pas d’éperons. Lorsque leurs coqs combattent ils prient pour leur succès et dès qu’ils semblent fatigués par la chaleur, ils les séparent pour leur permettre de récupérer avant de reprendre le combat. Ils ne font pas de paris, aimant ces combats seulement pour le sport et 200 coqs sont quelquefois amenés dans l’arène lorsqu’une partie du district a provoqué l’autre ; ceux qui ont lancé le défi donnent une fête, quelle que soit l’issue des combats. Le soir ils jouent de la flûte et chantent jusqu’à l’heure du coucher s’accompagnant parfois de tambours. Leurs flûtes sont faites d’un bambou à trois trous ; en conséquence ils ont peu de notes mais ils les varient et s’accordent entre eux, et le résultat est doux et assez harmonieux. Ils soufflent dans l’instrument avec une narine, tenant l’autre fermée avec le pouce, et, avec le médium de la même main, ferment le deuxième trou ; le troisième trou qui est le plus bas étant fermé et ouvert par l’index de l’autre main.

321Leurs tambours sont des pièces de bois cylindriques et creuses couvertes de peau de requin, battues avec les doigts ; leur son est puissant et clair et ils en ont généralement deux, une basse et un ténor ; le premier de 1,20 m de haut et de 25 à 30 cm de diamètre, l’autre du même diamètre mais seulement de 45 à 50 cm de hauteur. Ils possèdent aussi de grands tambours de basse sur les marae qui, avec les conques, sont utilisés par les prêtres dans les cérémonies religieuses solennelles. Lorsqu’un chef est malade, ces tambours sont battus continuellement.

322Lorsque les vents d’ouest dominent, une houle de très hautes vagues vient briser sur la plage ce qui est l’occasion d’un sport très apprécié ; l’endroit choisi étant celui où les vagues brisent avec le plus de violence. Pour cet amusement ils prennent une planche d’une longueur variable et nageant jusqu’à la naissance de la houle attendent la formation d’une vague, quelquefois à plus d’un mille du rivage, et s’étendant à plat ventre sur la planche se tiennent sur l’arête de la vague de façon à avancer avec elle avec une rapidité extraordinaire. Lorsqu’elle commence à briser ils se retournent avec dextérité et plongeant sous la crête repartent vers le large avec leur planche. Hommes et femmes excellent dans ce sport et certains sont mêmes capables de se tenir debout sur la planche jusqu’à ce que la vague brise. Les enfants pratiquent ce sport sur les petites vagues et apprennent à nager dès qu’ils sont capables de marcher. Les noyades sont très rares.

323Ils sont très nombreux à pratiquer ce sport auquel ils consacrent plusieurs heures et doivent faire preuve d’une grande habileté pour éviter de se rencontrer à l’aller ou au retour. Ils ne réussissent pas toujours à s’éviter et sont alors projetés et culbutés avec violence sur la plage, faisant parfois un atterrissage très brutal qui ne paraît pas les troubler car après avoir repris leurs esprits ils repartent vers le large.

324Les chefs sont en général les meilleurs à ce sport ainsi que dans tous les autres, et leurs femmes ne leur sont pas inférieures. Itia, est une des meilleures nageuses des îles de la Société et rivalise avec les meilleurs nageurs masculins.

325Nous assistâmes à une manifestation de ce sport lorsque la « Bounty » était au mouillage dans la baie de Matavai ; la houle venant du récif du Dauphin était si haute qu’elle brisait par-dessus le navire au point de nous obliger à fermer le panneaux des écoutilles et nous craignions d’être drossés sur le rivage à chaque instant.

326Une fois ce sport terminé ils vont se baigner dans l’eau douce ainsi qu’ils le font toujours après avoir été en mer ou à la pêche.

327Ce sport est également pratiqué dans une pirogue qui est maintenue avec une grande dextérité sur le haut de la vague ; ils peuvent soit les faire virer avant que la vague ne se brise, soit aller jusqu’à la plage malgré la hauteur à laquelle la vague déferle.

328Ils ont une aversion naturelle pour la saleté, et la propreté incomparable de leurs corps et de leurs vêtements les rend non seulement très agréables aux étrangers et à eux-mêmes, mais leur évite beaucoup d’affections dont nous sommes affligés. Jeunes et vieux se baignent constamment dans l’eau courante trois fois par jour, quelquefois plus souvent et lorsqu’ils deviennent trop vieux pour se déplacer ils construisent leur maison près d’une rivière afin de pouvoir jouir de cette commodité.

329Ils lavent toujours leur bouche et leurs mains avant et après les repas et lorsqu’ils ne se livrent pas à quelque amusement, dorment pendant la chaleur du jour ou bien passent leur temps à tailler leurs cheveux, leur barbe, etc. Une coque de noix de coco noire remplie d’eau leur sert de miroir, des écailles de poissons leur servent de pince à épiler avec laquelle ils taillent leur barbe et enlèvent les poils de leurs bras, jambes et aisselles et autres parties du corps susceptibles de se couvrir de sueur et de poussière. Une dent de requin leur tient lieu de ciseaux pour tailler les cheveux qu’ils maintiennent toujours très soignés. Les deux sexes ont le lobe de l’oreille percé et ils y mettent soit des fleurs, soit des pendentifs de 3 perles, de 5 à 8 cm de long ; il est rare que les deux oreilles soient décorées de la même façon. L’huile de coco leur sert de cosmétique et leurs peignes sont faits de bambou. Leurs vêtements sont toujours très soignés et ils mettent un point d’honneur à être élégants dans les réunions publiques.

330Leurs maladies sont peu nombreuses et ils n’ont point de remèdes pour les douleurs internes, en dehors de ceux qui leur sont administrés par hasard, et bien que les médicaments soient toujours donnés accompagnés de prières ; mais en chirurgie ils sont excellents et réussissent des guérisons surprenantes.

331Nous avons été témoins de quelques-unes de ces guérisons :

  1. blessure dans la poitrine faite par une balle de mousquet qui traversa ensuite l’omoplate.

  2. fracture d’un bras par balle.

  3. balle à travers la hanche.

  4. balle reçue en position repliée pénétrant par la hanche, passant sous les côtes et ressortant par la clavicule, ainsi que beaucoup d’autres blessures par jets de pierre. Parmi ceux qui furent blessés par des pierres, s’en trouvait un dont la mâchoire supérieure fut brisée avec 6 ou 7 dents ; plusieurs esquilles furent tirées de la mâchoire et à notre connaissance le seul traitement employé fut une décoction d’herbes avec de l’eau claire.

332Ils ne supportent pas d’avoir leurs plaies pansées et les lavent constamment pour les empêcher de répandre une mauvaise odeur. C’est ainsi que s’ils ont une jambe cassée c’est la mort certaine car ils ne peuvent s’empêcher d’aller à l’eau, bien que n’en ignorant pas les conséquences, et ils se précipitent dans l’eau dès que l’odeur devient désagréable, râpant souvent même du bois de santal sur la plaie pour enlever l’odeur. Ils utilisent le bambou pour faire des éclisses et raccommodent souvent des bras cassés résultant de blessures de guerre ou d’accidents.

333Leurs principales maladies sont la folie, ou dérangement mental, les fièvres, les toux et les rhumes, les enflures de bras et de jambes, enflures sous les oreilles (semblables aux écrouelles), des hernies et quelques autres encore.

334Le dérangement mental est seulement temporaire et peut être causé par un excès de sang et de vivacité ainsi que par un manque d’exercice, car on constate des cas à l’époque où les fruits de l’arbre à pain commencent à être mûrs ; c’est à cette saison que d’autres ont des furoncles sur leurs jambes et leurs cuisses, c’est-à-dire pendant la saison des pluies lorsque le soleil est au zénith et que les gens sont plus ou moins confinés dans leurs maisons par le mauvais temps. Ces dérangements disparaissent lorsque le soleil remonte dans le nord et il est rare d’observer une récidive chez un homme ou une femme ; mais lorsqu’ils en sont atteints ils sont extrêmement méchants et se promènent tout nus. Chez certains le dérangement dure plus longtemps que chez d’autres et se manifeste avec une intensité variable, allant de la sombre mélancolie à la folie furieuse. Ces malades ne sont jamais ligotés ; on les laisse se promener et parcourir l’île, nus, lorsqu’ils sont dans cet état et personne n’intervient — sauf dans le cas où ils se livrent à des actes répréhensibles — car on les suppose possédés d’un esprit malin. Ce mal frappe aussi bien les hommes que les femmes et on les laisse en parfaite liberté pendant l’évolution de la maladie, à l’issue de laquelle ils rentrent chez eux et se remettent à porter des vêtements comme à l’habitude.

335Les fièvres sont une maladie commune pour laquelle ils n’ont pas plus de remède que pour la folie et qui est fatale dans la plupart des cas ; il en est de même pour cette terrible maladie vénérienne qui a pour issue inévitable la mort ; ce fut le sort de ceux qui la contractèrent avec les Européens et dès que l’un d’eux est atteint de cette maladie, personne ne le touche plus et ne se baigne près de lui dans la rivière ; sa nourriture lui est apportée et ils n’a le droit de toucher que ce qui est pour lui. Abandonné par ses amis il passe la fin de ses jours de la manière la plus misérable et bien que ne manquant pas de nourriture il ne se console pas d’être ainsi abandonné et meurt au bout de peu de temps.

336Ils savent que cette maladie a été introduite par les Européens mais ne sachant s’il s’agit des Espagnols ou des Français, les tiennent tous deux pour responsables ; nous-mêmes n’échappons pas au blâme, car ils nous accusent d’avoir introduit de nombreux maux dont ils ignoraient l’existence avant notre arrivée, nous accusant en particulier d’avoir introduit les puces qu’ils croient avoir été amenées par les chats. Il est toutefois probable que plusieurs de ces affections sont indigènes, comme les fièvres par exemple produites par les chauds et froids subits auxquels ils se soumettent lorsqu’ils se précipitent en sueur dans les rivières ou lorsqu’ils dorment sous une forte rosée.

337Les toux et les rhumes sont souvent contractés de la même façon, et le bain chaud que prennent les femmes après avoir accouché suffirait à venir à bout des constitutions les plus solides. Ce bain est pris de la façon suivante : on ferme à l’aide d’un paravent une partie d’une maison, ou encore on construit une petite case faite de nattes ou de tissus dans laquelle on apporte une certaine quantité de pierres brûlantes que Ton recouvre d’herbes. La personne qui prend le bain s’enferme dans cette petite pièce et versant de l’eau sur les pierres, produit de la vapeur ; après y être resté le plus longtemps possible, elle se couvre d’une étoffe et se précipitant vers la rivière la plus proche, s’y plonge la tête la première. Ce bain est aussi utilisé par les deux sexes pour se nettoyer à fond, lorsqu’ils estiment que leur peau est trop huileuse ou trop rugueuse pour être bien lavée dans la rivière. Nous avons souvent vu ce bain pratiqué de façon répétée par les deux sexes sans conséquences apparentes bonnes ou mauvaises.

338Les enflures de bras et de jambes sont une maladie qui leur est particulière. Ces enflures se compliquent parfois d’ulcères mais ne se résorbent jamais, se maintenant en général au-dessous du genou et du coude et prenant de prodigieuses proportions. Les enflures sous les oreilles, semblables aux écrouelles, font de larges cicatrices car ils ne possèdent pas de remèdes ; ils se contentent de laver les plaies, ne supportant pas de pansement sur la tête, ce qui occasionne de larges plaies sur le cou et malgré nos efforts pour les convaincre qu’un bandage amènerait une guérison rapide, ils ne purent jamais s’y résoudre car il leur aurait fallu, soit rester chez eux, soit ôter leur pansement à chaque passage sur un terrain sacré.

339Les hernies sont très fréquentes et prennent souvent des proportions considérables ; elles sont probablement dues à de trop gros efforts faits au cours de leurs séances de lutte, ce dont nous fûmes d’ailleurs incapables de les convaincre ; il est également impossible de leur faire comprendre que certaines maladies proviennent d’avoir dormi dans un lieu humide ou dans une forte rosée, car ils demeurent persuadés que ces maux sont envoyés par les dieux en punition d’une faute commise et que par conséquent il est impossible de les empêcher ou d’y échapper.

340Il y a peu d’infirmes bien qu’il y ait quelques aveugles et quelques muets. La plupart des difformités résultent d’accidents ; leurs membres en général sont bien droits et il est rare de voir quelqu’un de bancal ou de cagneux. Les enfants ne souffrent pas de rachitisme et les mères prennent énormément de soins et de précautions pour leur assurer des membres droits et bien en place ; lorsqu’un enfant est légèrement difforme, elles arrivent à lui redresser les membres avant que les os n’aient pris leur consistance définitive. Lorsqu’un enfant à Tune quelconque de ces difformités la mère en est blâmée et n’importe quel étranger peut se permettre de lui dire qu’elle ne sait pas soigner ses enfants.

341Ils ont également une espèce de lèpre qui rend certaines parties du corps d’une blancheur cadavérique, tandis que d’autres parties tournent au noir. Ce changement de coloration affecte les cheveux et les poils qui sont parfois blanc comme neige alors que le reste du corps est noir, ce qui leur donne un aspect étrange. Bien que leur apparence en soit tout à fait transformée, cela ne paraît affecter ni leur santé ni leurs forces.

342Tel est l’essentiel des affections dont ils souffrent ; ils paraissent sains et vigoureux et vivent jusqu’à un âge avancé.

343Il y a certainement encore à Tahiti plusieurs indigènes qui ont connu l’époque où « l’African Galley » se perdit à Tapuhoe, une île au nord est de Tahiti et plusieurs indigènes mentionnés par le capitaine Wallis et Cook sont encore des hommes vigoureux ; certains d’entre eux paraissent avoir près de 100 ans et paraissent encore en bonne santé.

344Dans ce climat ainsi que dans les autres climats chauds, les femmes sont plus précoces que dans les régions plus froides du N et du S et se marient généralement à l’âge de 13 à 14 ans ; celles d’un haut rang attendent d’avoir de 16 à 18 ans ce qui dans ce pays est l’âge adulte. Il semblerait qu’elles se fanent plus tôt, bien que Ton puisse cependant distinguer la beauté des traits sous les cheveux gris et il est remarquable de constater que certaines d’entre elles qui étaient fanées reprennent de la jeunesse et conservent leur beauté avec toute la vigueur de la jeunesse aux environs de la cinquantaine, tandis que d’autres ayant ruiné leur santé par une vie dissolue sont complètement desséchées à l’âge de 30 ans.

345Lorsqu’une personne meurt, les parents se rendent en masse au domicile du défunt, faisant entendre de nombreuses lamentations, et les femmes se font des coupures sur la tête avec une dent de requin ; chez les deux sexes on se coupe les cheveux sur différentes parties de la tête ; les cheveux sont quelquefois entièrement coupés ou rasés, sauf une mèche de cheveux au-dessus de Tune ou des deux oreilles. Il arrive aux femmes de se taillader au point d’en avoir les fièvres et j’ai connu une femme qui s’était blessée à tel point à l’occasion de la mort d’un enfant qu’elle se mit à délirer et finalement perdit la raison.

346Lorsqu’ils perdent un parent ils se rasent un carré de cheveux sur l’avant de la tête qu’ils gardent ainsi pendant 6 lunes ou plus, suivant l’affection qu’ils portaient au défunt. Pour un enfant favori, ils gardent la tête ainsi pendant 2 à 3 ans et les cheveux coupés sont soit jetés sur un terrain sacré, soit portés au marae.

347Lorsqu’une personne meurt de maladie elle est enterrée sur son propre terrain et le prêtre place toujours un bananier dans la tombe ; les parents l’ensevelissent ensuite, la priant de garder la maladie avec elle dans la tombe et de n’en affliger personne. Ils enterrent ou brûlent tout ce qui lui a appartenu ou ce qui a été utilisé pendant la maladie ainsi que la maison et les meubles, pour empêcher la maladie de se propager ou de se communiquer à d’autres personnes. Ce sont les seuls à avoir des bûchers funéraires car ceux qui meurent de mort naturelle sont étendus sur une civière ou embaumés.

348Leur méthode d’embaumement consiste à eviscérer le mort et à le remplir de tissu et de bois de santal râpé et à oindre la peau avec de l’huile de noix de coco parfumée également au santal. Le mort est étendu sur une civière dans une maison construite à cet effet et on le recouvre de tissus apportés par les parents, coutume que tous observent s’ils se trouvent dans l’île. Le corps est souvent habillé de la même manière que de son vivant, la tête décorée de fleurs ; la maison est entourée d’une barrière et drapée de tissu parfumé, tandis que la civière est décorée de fruits du fara dont le parfum agréable fait disparaître les mauvaises odeurs. Les pleurs versés en cette occasion, ainsi que le sang provenant des blessures qu’ils se font à la tête sont conservés sur des morceaux de tissus qui sont jetés dans l’enceinte de la maison sacrée ; ce rite, selon eux, doit faire plaisir à l’âme envolée qui plane au-dessus du corps tant que celui-ci demeure intact. Quelquefois aussi les corps sont étendus sur une civière, habillés et recouverts de tissu et placés sous un abri, orné de fruits de fara et de feuilles de cocotiers tressées d’une façon particulière et entouré d’un grillage de roseaux que l’homme chargé de l’entretien du mort doit conserver en bon état ; ce dernier est obligé d’avoir quelqu’un pour le nourrir car pendant un mois il ne peut toucher à aucune nourriture après avoir touché le mort ou les objets lui appartenant. Ils amassent également des provisions autour du corps, non pour le défunt mais pour le dieu.

349Le corps est appelé tupapau, la civière fata et la maison du mort fare tupapau. Ceux qui sont embaumés s’appellent tupapau miri. Ils sont conservés sur leur propre terre et ne sont pas portés au marae où personne n’est enterré, en dehors de ceux qui ont été tués à la guerre, des victimes de sacrifices ou des enfants de chefs qui ont été étranglés à leur naissance.

350Lorsque les chefs ou personnes de rang meurent, ils sont embaumés et transportés dans tous les lieux où ils possèdent des biens et dans chacun de ces lieux le taihaa ou cérémonie de pleurs est recommencée. Après un voyage de 6 à 8 mois le corps retourne à son point de départ où il est conservé jusqu’à complète décomposition, après quoi les ossements sont enterrés. Ceux qui ont une vénération particulière pour le défunt enveloppent le crâne et l’accrochent dans leur maison en témoignage de leur amour, et c’est ainsi que de nombreux crânes sont conservés. Ces corps peuvent faire l’objet d’une prise de guerre et celui qui s’en saisit hérite du nom et des honneurs, tout comme s’il avait tué un guerrier ; si le corps d’un chef est ainsi enlevé avant qu’un autre chef n’ait été nommé à sa place, le district tombe sous le pouvoir du ravisseur, tout comme s’il l’avait tué. C’est pour cette raison que les corps sont toujours changés de place par un homme chargé de les porter dans la montagne, s’ils sont en guerre, et c’est ainsi que le portrait du capitaine Cook est également déplacé pour éviter qu’il ne soit pris. Tant que le corps demeure sur sa civière on a soin de renouveler les tissus au fur et à mesure qu’ils se détériorent ; en général il s’agit de tissu de bonne qualité et joliment peint.

351En plus des pleurs et des incisions pratiquées sur la tête, ils ont une autre cérémonie funèbre pour laquelle ils portent le parae ou vêtement funèbre décrit par le capitaine Cook. Ce vêtement est surtout porté par 2 ou 3 des plus proches parents masculins du défunt, qui sont porteurs d’une arme appelée paeho, portant une rangée de dents de requin sur 3 ou 4 pieds de la longueur et terminée par une lame courbe comme un couteau de jardinier. Ils sont accompagnés de 40 ou 50 personnes des deux sexes qui se déguisent en couvrant leurs corps et leurs membres de charbon de bois et d’argile blanche. Ces derniers ne portent qu’un maro et armés d’une lance ou d’une masue, ils se promènent en gesticulant comme des fous à travers le district et frappent, blessent et vont même jusqu’à tuer tous ceux qui se trouvent sur leur chemin, Aussi, lorsque les habitants les voient venir, se précipitent-ils au marae, seul endroit où ils puissent être en sécurité et échapper à la rage des participants à cette cérémonie qui poursuivent tous ceux qu’ils voient. Ils ne peuvent pénétrer dans l’enceinte du marae mais pendant les 3 semaines ou un mois que dure cette cérémonie ils ne respectent personne, pas même les chefs qui doivent eux aussi se réfugier au marae pour échapper à leur furie. Les femmes et les enfants ne pouvant se réfugier au marae, sont obligés de quitter le district. Celui qui serait assez stupide ou obstiné au point de résister à ces fous et de ne pas les laisser passer, le ferait à ses risques et périls, car aucune loi ne le protégerait. Ces gens, en effet, sont considérés comme des détraqués rendus fous par la douleur qu’ils éprouvent à la disparition de leur parent et personne ne se risquerait à les arrêter, estimant qu’il vaut mieux disparaître à leur approche. Cette cérémonie est appelée taihaa ou cérémonie de pleurs, les participants sont appelés nevaneva, les fous, heva taihaa, esprits pleureurs, fantômes ou spectres.

352Tel est l’ensemble de leurs rites funèbres qui durent plus ou moins longtemps selon le rang de la famille. On les observe plus particulièrement pour les enfants que pour les adultes.

353Parmi les sociétés (dont ils ont un grand nombre, chaque profession ayant sa société et tous ceux qui appartiennent à une même profession étant fêtés par leurs collègues à travers toutes les îles), il en existe une en particulier, qui porte le nom d’arioi, qui signifie chef agité ou non établi. Cette société est composée de jeunes gens d’un tempérament irréfléchi, amoureux et déréglé, qui consacrent leur jeunesse à une vie de plaisirs et de débauche. Ils se déplacent continuellement d’un district à l’autre et d’une île à l’autre en groupes de 4 à 500 personnes pour des expéditions de plaisir et, la plupart des chefs faisant partie de cette compagnie, sont assurés d’avoir de réjouissants spectacles dans leurs districts respectifs. Ils sont si respectés dans toutes les îles que si un de leurs membres voit sur quelqu’un un tissu qui lui plaît, il ne lui est jamais refusé. Il en est de même d’ailleurs pour tout ce qu’ils peuvent demander et ils se saisissent toujours des jolies femmes du pays. Les vieux membres de cette compagnie se reconnaissent par un ovale noir tatoué sous le sein gauche, un autre sous l’omoplate droite ; les jambes et les hanches sont noircies, depuis la cheville jusqu’aux fausses côtes et les bras des doigts à l’épaule. Ils sont toujours bien habillés avec des tissus de la meilleure qualité, les cheveux parfumés et ornés de fleurs odoriférantes. Les jeunes membres ainsi que les vieux aiment tous la variété et ne restent jamais longtemps avec une femme ; ils en changent constamment et si jamais une de leurs femmes est enceinte, ils la quittent immédiatement dès qu’ils en ont connaisasnce, de façon à ne pas être embarrassés dans leur poursuite du plaisir par les problèmes domestiques d’une femme et d’un enfant ; de plus, étant donné qu’il est très mauvais pour un enfant de ne pas connaître son père (ce qui est toujours le cas dans une telle compagnie), lorsque ces femmes ont un enfant dont elles ne connaissent pas le père, elles le font étrangler dès sa naissance pour lui éviter d’être traité avec mépris au cours de son existence (n’ayant faute de père pas d’héritage). Les femmes de plaisir arioi acceptent sans difficulté ces pratiques estimant que le fait de donner le lait à un enfant les abîme dans leurs jeunes années et diminuent leur chance d’avoir par la suite autant d’admirateurs qu’avant.

354Lorsqu’un arioi conserve quelques-uns de ses enfants (ce qu’ils font rarement à moins d’être parvenus à un âge où les passions de la jeunesse sont quelque peu apaisées) il n’est plus aussi respecté que lorsqu’il était célibataire ; on les appelle des arioi fanaunau ou arioi faiseurs d’enfants et dans les réjouissances ils passent après les célibataires, faisant toujours partie toutefois de la compagnie et toujours traités comme tels.

355Les membres de cette société ne participent à aucune guerre et peuvent traverser les régions en guerre sans craindre d’être molestés ; ils sont toujours bien reçus, même si certains d’entre eux appartiennent au camp ennemi.

356Lorsqu’une personne désire que son fils ou sa fille soit admise dans la compagnie, elle choisit un arioi pour ami de sa fille ou de son fils et l’adopte au moyen de la cérémonie du amoa (décrit plus haut), qui se déroule au marae ; dès lors l’enfant fait partie de la compagnie et peut se consacrer à leur genre de vie.

357Il arrive souvent que des personnes ne faisant pas partie des arioi tuent leurs enfants à leur naissance pour la raison suivante : lorsqu’un homme prend pour épouse une femme de rang inférieur au sien, l’enfant qui naît de cette union est immédiatement étranglé à sa naissance pour éviter qu’il ne déshonore le sang de la famille, et le père aurait-il le désir de préserver l’enfant, sa famille l’obligerait à le tuer sous peine de bannissement. Il en est de même lorsqu’une femme prend un mari de rang inférieur au sien. Ces deux cas sont très fréquents. Si par hasard l’enfant crie en venant au monde ou encore si sa mère le voit avant qu’il ne soit tué, la nature prend le pas sur la coutume et l’enfant est épargné.

358C’est le cas de l’actuel Temarii, le seul enfant que Puera sauva ; ayant accouché seule elle sauva l’enfant bien qu’en ayant tué plusieurs autres car avec son mari Amo elle faisait partie de la Société des Arioi ; il la quitta pour cette raison mais ils se réconcilièrent plus tard et le garçon devint leur héritier.

359Il ne me paraît pas impropre de noter ici que l’opinion des premiers voyageurs sur cette compagnie et sur les habitants de l’île en général ne pouvait être que très superficielle, aucun d’eux n’étant resté assez longtemps pour pouvoir connaître leur manière de vivre ; d’autre part leur existence étant toujours complètement bouleversée par l’arrivée d’un navire, leur façon d’agir était alors aussi éloignée de la normale que nos manières à l’occasion d’une foire, et ne pourraient être prises pour exemple de la vie en Angleterre. Telle était toujours en effet la situation dès qu’un navire arrivait : toutes leurs activités étaient tournées vers leurs visiteurs et tous les efforts étant faits pour gagner leur amitié ; pendant cette période ils étaient contraints de vivre de façon tout à fait différente pour mieux satisfaire leurs nouveaux amis.

360Leurs notions de délicatesse sont sans doute différentes des nôtres ; peut-être manquent-elles de raffinement, qualité sans laquelle beaucoup de nos compatriotes seraient semblables à eux et peut-être pires, beaucoup n’ayant d’autre frein que la peur de la loi.

361Une femme ne craint pas de montrer ses formes, au cours d’une danse ou au bain, si elles sont parfaites ; si elles ne le sont pas, elle évitera autant que possible de se montrer et bien qu’hommes et femmes se baignent fréquemment ensemble ils sont en cette occasion plus remarquables par leur décence que par leur légèreté.

362Leurs maisons n’ont pas de murs et ils n’en ont aucun besoin ; malgré cela on ne peut les accuser d’avoir des relations sexuelles en public car autant que nous ils aiment être à l’abri des regards. Au cours de notre séjour dans les îles, je n’ai jamais rien vu qui ait pu me faire penser le contraire et cela bien qu’ils soient de peu de vertu. Toutefois il ne semble pas qu’on puisse généraliser et les nombreuses familles de certains paraissent indiquer une grande liberté de mœurs.

363Il est possible que le comportement de certaines femmes ait à sa base une idée de profit, porté à un point voisin de l’indécence, mais quels sont les pays qui ne produisent pas de femmes semblables ? Le fer est plus précieux pour eux que l’or, et, pour se procurer de l’or certaines de nos femmes n’hésiteraient pas à commettre des actes d’indécence et même d’horribles crimes dont la seule pensée ferait trembler ce peuple. S’ils peuvent acheter du fer en contrepartie de leur beauté ou se le procurer par le vol, ils le feront. Ils ne considèrent aucun de ces moyens comme un crime. Ils en connaissent la valeur et estiment qu’il n’y a pas de prix trop élevé.

364Nous n’ignorons pas que l’or est préféré dans certains pays et que certaines femmes parmi les plus distinguées en Europe ont la réputation de le préférer à la vertu, et cependant nous reprochons à ces populations innocentes et livrées à elles-mêmes des actes que nous leur incitons à commettre.

365Les enfants ne connaissent aucune contrainte parce qu’ils sont les chefs de la famille et en conséquence font ce qui leur plaît ; n’ayant ni lois ni coutumes pour les en empêcher, ils ont nombre d’amusements que n’approuveraient pas les Européens ; ils les abandonnent d’ailleurs en grandissant et finissent par en avoir honte mais leur évolution se fait sans qu’ils aient à subir la moindre influence.

366Celles qui font un métier de leurs charmes en connaissent la valeur et lorsqu’elles viennent à bord, amènent avec elles leurs entremetteurs, soi-disant leurs parents, qui font et reçoivent le prix ; ces dames sont aussi qualifiées dans leur profession que celles des autres pays et ne sont nullement embarrassées d’indiquer leurs exigences, mais si un homme a un ami, ce dernier ne peut avoir de relations avec aucune femme de la famille, en dehors de la femme de son ami, toutes les autres femmes devenant pour lui des parents avec lesquels il serait abominable d’avoir des rapports ; on ne peut les persuader sous aucun prétexte de changer cette façon de voir, car ils détestent autant que nous de prendre pour femmes des membres de leur propre famille.

367Les femmes de haut rang sont remarquables pour leurs pratiques licencieuses et beaucoup d’entre elles ont plusieurs favoris, ce dont elles sont très fières ; tandis que dans les classes inférieures, nombreuses sont les femmes qui peuvent être considérées comme honnêtes, n’admettant jamais qu’un autre homme partage leurs faveurs.

368La fameuse reine Purea étant elle-même une arioi il ne faut pas s’étonner que ses compagnons et sa suite se soient livrés à toutes sortes de pratiques licencieuses ; sa cour était remplie de personnes qui préféraient les rites de Vénus à ceux de Mars et avaient constaté qu’ils étaient plus agréables aux visiteurs, ce qui est toujours le cas avec des marins après un long voyage ! Ces rites étaient sans aucun doute très répandus car dans tous les pays, ceux qui sont au pouvoir dirigent toujours la mode qu’elle soit bonne ou mauvaise.

369Toutefois les dames qui se conduisent ainsi, ne permettent pas de porter un jugement d’ensemble sur toutes les autres, pas plus que les nymphes de la Tamise ou les sirènes de Spithead ne représentent les femmes de notre pays.

370Leurs cérémonies ont été également mal comprises des premiers voyageurs. Les mouches étant nombreuses il sont obligés d’utiliser des chasse-mouches ; lorsqu’ils n’en ont pas ils utilisent les branches d’un arbre quelconque. Ils sont toujours prêts à donner une branche à chaque étranger, surtout lorsqu’il y a de la nourriture à proximité, car ils détestent voir des mouches se poser sur les mets qu’ils consomment et ils ont des serviteurs constamment chargés de les chasser avec ces branches.

371Les autres branches utilisées dans les cérémonies sont le rauava qui joue le rôle de délégation portée par des substituts des chefs et chaque personne portant une de ces branches est traitée de la même façon que le chef s’il était présent ; ces délégations ou emblèmes de vérité ne sont jamais utilisés qu’en cette occasion car la mort punirait toute utilisation frauduleuse, le bananier comme il a déjà été dit étant le seul emblème de paix. Lorsqu’un messager est dépêché avec une telle délégation, il donne une feuille à chaque personne auprès de laquelle il est envoyé et celle-ci, après avoir reçu cette feuille et pris connaissance du nom du chef qui l’envoie ne met jamais sa parole en doute.

372En plus des classes et sociétés déjà décrites ils ont une catégorie d’hommes appelés mahu. Ces hommes sont sous certains égards comme les ennuques des Indes, sans être toutefois castrés. Ils n’habitent jamais avec des femmes mais vivent comme elles, ils s’épilent la barbe et s’habillent comme des femmes, dansent et chantent avec elles et ont une voix effeminée ; ils sont généralement experts dans l’art de faire des nattes, dans la peinture des tissus et en général tous les travaux de femmes. Sous ce rapport ce sont des amis très estimés ; l’on raconte, sans que j’ai jamais pu le vérifier, qu’ils ont des rapports avec les hommes tout comme les femmes. Toutefois je n’irai pas jusqu’à l’affirmer car je n’ai jamais rencontré personne à qui cette perspective ne fut odieuse.

373Les manières et coutumes des autres îles sont très semblables, de même que les différents comtés d’un même royaume, et leurs produits sont les mêmes ; les habitants de toutes les îles de la Société sont partout les mêmes. Tahiti est la plus grande et la plus puissante lorsque les différents districts unissent leurs forces, et, en conséquence elle est reconnue comme l’île prépondérante dans tout le groupe. Le nom de Tahiti revient toujours dans leur langage et dans leurs coutumes lorsqu’ils sont chez eux ou à Tahiti et il y a peu de personnes fortunées qui n’aient visité Tahiti au moins une fois dans leur vie ; nombreux sont ceux qui y font de fréquentes visites.

374Il faut reconnaître que lorsque le capitaine Cook pensa à introduire dans ces îles du bétail, la volaille, des fruits et des racines d’Europe, il avait en vue le bien de ces populations mais les indigènes en ignoraient la valeur, et faute d’Européens pour s’en occuper ces produits ne tardèrent pas à disparaître ; la curiosité des habitants à la vue de ces animaux étranges était en effet telle que chacun voulait en avoir un, ce qui eut pour première conséquence d’empêcher leur reproduction et c’est ainsi que la volaillle s’éteignit rapidement. Les moutons qui ne perdaient pas leur laine comme en d’autres climats, n’étant pas tondus, crevèrent. Seuls les bovidés de race noire survécurent bien que dispersés, et les graines et plantes furent détruites dès qu’elles se mirent à pousser, étant constamment transplantées, car chacun voulait avoir sa part des curiosités. Ils étaient toujours prêts à échanger la meilleure vache pour une bonne hache, considérant ces animaux comme sans valeur au point de vue nourriture ; au cours des guerres ils en tuèrent cependant plusieurs et les mangèrent en partie. Ils ignoraient le moyen d’enlever la peau de l’animal et les nettoyaient comme des cochons ; à aucun moment ils ne cherchèrent à conserver l’espèce, n’en voyant pas l’intérêt.

375Ils avaient une aversion marquée pour les boucs et les chèvres en raison de leur odeur désagréable et de nombreuses chèvres furent chassées dans les montagnes car la qualité de leur chair ne pouvait compenser les dégâts qu’elles faisaient aux cultures de plantes à étoffe. Les quelques chèvres qu’ils conservent sont toujours attachées à un piquet lorsqu’elles sont à proximité d’une plantation et on les considère comme inférieures à un chien. Cette façon de faire empêche l’île d’être envahie par ces animaux, ce qui serait certainement le cas si elles étaient laissées en liberté.

376Bien qu’ayant perdu toutes ces curiosités de valeur, ils se souviennent que le capitaine Cook les a apportées et prennent plus soin de son portrait que de tout le reste. Ils s’enquièrent souvent de lui et de Sir Joseph Banks qui, l’un et l’autre ne seront jamais oubliés à Tahiti. Ils furent très désolés d’apprendre la mort du capitaine Cook et émirent le vœu de voir son fils venir prendre possession des terres de son père : ce dernier était en effet reconnu chef de Matavai et le restera probablement tant que son portrait durera.

377Ils furent également très avides de nouvelles de leurs amis et furent très heureux lorsque nous leur fîmes un compte rendu de leur prospérité.

378Leur langage est doux et mélodieux et riche en voyelles ; ils n’ont que 17 lettres et cependant peuvent tout exprimer avec aise, bien que par suite du manque de certaines lettres ils soient incapables de prononcer tout mot anglais qui en contient. Ils comptent le temps en années de 12 mois pour lesquels ils ont des noms et les calculent au moyen du soleil passant et repassant au-dessus de leurs têtes ; ils appellent le mois marama, lune, bien qu’il ne commence ni ne finisse pas toujours avec la lune. Ils ont un nom pour chaque jour des phases de la lune et peuvent indiquer son âge avec certitude et à première vue, sans se servir de chiffres.

379Comme ils ne tiennent jamais un compte du temps, ils peuvent aisément reconnaître une erreur dans leurs calculs à la fin de l’année lorsque le soleil est au-dessus de leurs têtes. Ils divisent le jour et la nuit en 12 parts égales et peuvent reconnaître l’heure à la position du soleil, le jour, et par celles des étoiles la nuit. Ils ont aussi un nom pour chaque vent et prédisent avec exactitude un changement de temps et peuvent dire à son début si la saison sera particulièrement pluvieuse ou sèche.

380Leur seul moyen de mesurer une distance est d’indiquer le temps nécessaire à la parcourir mais ils peuvent mesurer toute profondeur avec exactitude par brasses, mètres, ou mains ; ils ont un seul nom pour toutes ces mesures se contentant d’ajouter plus long ou plus court.

381Ils sont très habiles à converser par signes et parfaitement maîtres du langage des yeux, et j’ai vu un sourd-muet qui était si bien exercé à l’un et et l’autre langage, qu’envoyé à 80 km avec un message, il revenait avec la réponse comme s’il pouvait parler et entendre.

382Ils changent constamment de nom en faisant de nouveaux amis et en diverses autres circonstances, et bien que ne perdant pas leur nom originel, il serait difficile pour un étranger de savoir de qui ils parlent et de quoi et de trouver une vieille connaissance par son nom étant donné qu’aucun mot contenant une des syllabes du nom du chef ne doit être utilisé du vivant de ce dernier ; ils ne comparent jamais aucune nourriture à une tête d’homme et pour cette raison les têtes d’animaux ont un nom différent et ils ne pourraient manger aucune nourriture ayant touché la tête d’un homme et rien ne les offense plus que de leur poser la main sur la tête.

383Brown qui fut laissé ici par le capitaine Cox était considéré pire qu’un animal parce qu’il portait sur sa tête des provisions auxquelles ils n’auraient touché à aucun prix ; cependant ils étaient prêts à lui trouver des excuses disant que c’était un ignorant, ce qui était à peu près le cas car il se faisait un plaisir de les contrarier en tous points, plutôt que de se conformer à leurs coutumes, ce qui le rendait déplaisant à tous.

384Telle est la description la plus véridique que j’ai pu faire de ces îles et de ces habitants qui sont sans aucun doute les plus heureux de la surface de la terre ; je vais maintenant donner un vocabulaire de leur langage tel que nous avons pu le recueillir pendant notre séjour dans ces îles.

Notes

1 Cette note est apparemment d’une autre main.

2 Deux navires espagnols avaient visité l’île en 1774 et y avaient débarqué deux prêtres qu’ils reprirent un an plus tard, à leur voyage de retour.

3 Le vocabulaire auquel refère Morrison, ici et plus loin, n’est pas avec le manuscrit. Il n’en existe aucune trace permettant de dire s’il fut jamais écrit et dans l’affirmative ce qu’il devint. Lady Belcher relate qu’en 1792 Peter Heywood fit don à la Soc. des Missionnaires de Londres d’un vocabulaire de la langue tahitienne écrit par lui-même (Mutineers of the « Bounty », note, p. 4). Il est possible qu’il ait collaboré avec Morrison ; cependant M. David Chamberlin, le directeur rédacteur en chef de la Société des Missionnaires de Londres m’informe qu’il n’existe pas trace de ce vocabulaire dans le catalogue ; il est toutefois possible qu’il ait été inclus dans une des lettres anciennes de la Mission ou qu’il ait été confié au Rév. T. Haweis qui était le spécialiste des mers du Sud parmi les fondateurs de la Société.

4 La description de ce marae est donnée dans le premier voyage du capitaine Cook, à la date du 27 juin 1767. Il consistait en : « un énorme tas de pierres, dressées en forme de pyramide avec un escalier de chaque côté ; il avait environ 80 m de long, 25 m de large et 15 m de haut. Au centre se trouvait l’image d’un oiseau sculpté dans le bois et à proximité un poisson taillé dans la pierre... Cette pyramide constituait l’un des côtés d’une grande cour dont les côtés étaient à peu près égaux, le tout étant clôturé d’un mur et pavé de pierres plates...

5 Roggewein appela l’île sur laquelle son navire se perdit (en 1722), Schaa-delyk (île Pernicieuse) du groupe connu plus tard sous le nom de Palliser, îles des Tuamotus du NW de latitude 16° S et de longitude 146°1/2 W environ. C’est probablement ce groupe auquel Morrison fait allusion tandis que Meetia (également connue sous le nom de Osnaburgh) se trouve à peu près dans la position indiquée dans le texte.

© Société des Océanistes, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search