Version classiqueVersion mobile

Journal de James Morrison, second maître à bord de la « Bounty »

 | 
James Morrison

Le « Journal »

Première partie. La mutinerie et les infortunes qui en résultèrent pour les mutins

Texte intégral

11787. — Le 9 septembre 1787, je me présentai à bord du vaisseau armé de Sa Majesté la « Bounty », commandant Wm. Bligh, qui se trouvait alors à Deptford. Le 18 octobre suivant, il appareilla grand largue pour Spithead où il mouilla le 4 novembre ; après plusieurs tentatives au cours desquelles la vergue de petit hunier avant fut emportée, ainsi qu’un câble détérioré à Saint-Helens, furent remplacés au chantier de Portsmouth, il appareilla le 23 décembre par une tempête d’Est qui fraîchit vers le 27 et au cours de laquelle 3 vergues de réserve et des avirons furent emportés par la mer (une cheville à œillet ayant lâché). Il embarqua aussi une vague qui brisa les chantiers d’embarcation et arracha tous les bordés de l’étrave du cotre, emportant également des tonneaux vides qui se trouvaient sur le pont ; une autre vague défonça une partie de l’étrave entre les sabords faisant peu d’autres dégâts en dehors d’un compas brisé et de quelques sacs de pain mouillés dans la cabine. L’étrave fut vite réparée et le navire se mit à la cape car la fuite devenait dangereuse.

  • 1 A cet endroit, et dans la marge du manuscrit on trouve la note suivante : « deux pierres filtrantes (...)
  • 2 Note marginale de Morrison : l’écrivain.

2Janvier 1788. — Le temps s’étant calmé nous fîmes voile ; les charpentiers réparant la chaloupe et les chantiers d’embarcation, le pain mouillé étant apporté sur le pont pour sécher et consommé pour la première fois ; nous n’eûmes pas d’autres incidents ou accidents jusqu’au 5 janvier 1788 où nous atteignîmes l’île de Ténériffe et mouillâmes en rade de Sainte-Croix. Là, on fit le plein d’eau et on prit du vin pour le bord1 et plusieurs tonneaux pour des Messieurs en Angleterre et aux Antilles, quatre quarts de bœuf médiocre, quelques citrouilles, une chèvre et un chevreau (qui creva peu de temps après) ceci étant tout ce que l’île avait à offrir ; dès qu’il fut servi le bœuf fut en grande partie jeté par-dessus bord par l’équipage dont les estomacs n’étaient pas suffisamment aguerris pour absorber ce qu’ils croyaient être de l’âne ou du mulet. Toute nécessité ici sauf le vin, était rare et chère et il fut impossible de réparer la perte de la vergue et des avirons. Le plein d’eau étant fait et la cale arrimée, les embarcations furent hissées le 10 et le 11 nous levâmes l’ancre et fîmes route au sud-ouest avec une belle brise et par beau temps. L’équipage fut organisé en trois quarts, M. F. Christian faisant fonction de lieutenant par ordre du lieutenant Bligh, ordre qui fut lu à l’équipage. M. Bligh l’informa que la durée du voyage étant très incertaine (jusqu’à l’arrivée dans la mer du Sud et ignorant d’autre part, la saison étant très avancée, s’il serait possible de doubler le cap Horn, ce qu’il tenterait de toute façon) il était nécessaire de veiller aux provisions (surtout le pain) pour les faire durer et décidait en conséquence de réduire d’un tiers la ration de pain, pour le reste les rations demeurant les mêmes ce qui fut bien accepté ; la bière étant épuisée, du grog fut servi. Le temps se maintenant au beau, les fromages furent aérés et, en ouvrant les tonneaux M. Bligh, constatant qu’il en manquait deux, dit qu’ils avaient été volés, à quoi le tonnelier déclara que le tonneau avait déjà été ouvert pendant que le navire était dans le fleuve par ordre de M. Samuel2 et les fromages envoyés chez M. Bligh. M. Bligh, sans enquêter plus avant, donna l’ordre de supprimer la ration de fromage aux officiers et aux hommes jusqu’à rétablissement de ce qu’il manquait et dit au tonnelier qu’il aurait le fouet s’il s’avisait d’en dire plus.

  • 3 Dans la marine de l’époque jour sans viande, par allusion aux Banians, caste des Indes qui s’absten (...)

3Ces ordres furent strictement observés par M. Samuel qui était à la fois l’écrivain et le maître commis et au jour Banyan3 qui suivit il ne fut distribué que du beurre, que les marins refusèrent déclarant que le fait d’accepter le beurre sans le fromage serait reconnaître tacitement le vol supposé et Jno. Williams déclara qu’il avait porté les fromages jusqu’à la maison de M. Bligh avec un tonnelet de vinaigre et d’autres choses qui s’en furent par la chaloupe. Ayant persisté à refuser le beurre il n’en fut pas distribué pendant deux autres jours Banyans et l’on n’y fit plus attention.

4Le navire s’approchant de l’équateur, les citrouilles commencèrent à se gâter et étant en général trop importantes pour l’usage de la cabine, elles furent distribuées à l’équipage en lieu de pain. Ces derniers désirant savoir à quel taux se faisait cet échange, s’enquérirent auprès de M. Samuel qui leur déclara qu’ils devaient recevoir une livre de citrouille au lieu de deux livres de pain, ce qu’ils refusèrent, et, apprenant cela M. Bligh se mit dans une violente colère, demandant à M. Samuel de faire venir le premier homme de chaque table pour voir celui qui oserait refuser la citrouille ou quelque autre chose qu’il ordonnerait de servir, ajoutant : « Bande de sacrées canailles je vous ferai manger de l’herbe et ce que vous pourrez attraper avant d’en avoir terminé avec vous ».

5Cette harangue ayant fait respecter ses ordres, tous prirent leur citrouille à l’appel de leur nom, sans excepter les officiers, qui, bien qu’estimant qu’à leurs yeux c’était un abus ne protestèrent pas ; pourtant il était facile de voir qu’ils le ressentaient plus que les hommes qui, ayant fait une bonne provision de pommes de terre à Spithead, ne sentirent pas immédiatement l’effet d’une telle diminution du pain ; la citrouille étant toujours distribuée à raison d’une livre par homme, ceux-ci mirent en commun leurs rations, que touchaient les cuisiniers des différentes tables. La citrouille fut distribuée tous les deux jours jusqu’à épuisement, et selon toute probabilité les griefs auraient disparu en même temps qu’elle, mais les réserves individuelles commencèrent à diminuer et les rations de bœuf et de porc devenant très faibles, on supposa que les tonneaux ne faisaient pas le poids ; aussi l’équipage s’adressa au second le priant d’examiner la situation afin de la corriger. Le second ayant porté cette question devant M. Bligh, celui-ci rassembla l’équipage à l’arrière, et leur dit que tout ce qui concernait les provisions était fait sous ses ordres et que par conséquent, il était tout à fait inutile de se plaindre car ils n’auraient pas satisfaction, vu qu’il était le seul juge de ce qui était bien ou mal. Il ajouta qu’il ferait sérieusement fouetter le premier qui se plaindrait, et les renvoya avec des menaces.

6Les marins, voyant qu’il n’était pas question d’avoir satisfaction avant la fin du voyage décidèrent de prendre leur mal en patience et s’abstinrent dorénavant de murmurer ou de se plaindre ; les officiers toutefois ne prirent pas si bien la chose et murmuraient souvent sur la maigreur de leurs rations, ne pouvant s’habituer à une telle injustice ; toutefois ils renoncèrent à se plaindre voyant que les hommes s’en abstenaient et paraissaient ne plus y faire attention, que ce fût en public ou en privé.

7Lorsqu’un tonneau était ouvert, ils voyaient avec regret partir les meilleurs morceaux pour la table de la cabine alors qu’ils en étaient à la fortune du pot avec les hommes, partageant ce qui restait sans avoir la satisfaction de savoir s’ils avaient leur poids ou non de ration, étant forcés de la prendre telle qu’elle ; cette situation qui contribuait à augmenter leur affliction et les amenait à proférer des imprécations contre celui qui en était responsable, incita les hommes à se résigner à leur sort voyant qu’ils n’étaient pas particulièrement visés mais que tous étaient à la même enseigne ; ils n’étaient pas non plus, ainsi que la phrase de marin l’exprime si bien : « à même de supporter les querelles dans la cuisine » pour leurs pois et leur farine d’avoine qui étaient distribués avec parcimonie à tel point qu’il ne restait jamais rien pour les cochons qui seraient morts de faim sans le maïs et le pain qui avait été prévu pour la volaille.

8La ration habituelle était de 7 litres de pois pour tout l’équipage et personne ne manquait de prendre sa part ; elle était de 9 litres de farine d’avoine pour chaque jour Banyan.

9Dans les pois, on faisait bouillir fréquemment 4 paquets de bouillon de bœuf condensé ainsi que de la choucroute (chou salé). Le beurre et le fromage étant épuisés, de l’huile et du sucre étaient distribués à leur place à raison d’un huitième de litre et environ 30 g de sucre par homme et par jour Banyan.

10Nous prîmes très peu de poisson ; dans la zone des alizés près de l’équateur, nous eûmes de fortes pluies ce qui nous permit de remplir des tonneaux d’eau douce pour notre consommation et pour la réserve et nous passâmes la ligne avec le cérémonial habituel.

11Mars 1788. — Rien de particulier à signaler sauf qu’après Ténériffe nous pûmes héler le navire britannique « Queen of London », faisant route sur le Cap pour la pêche à la baleine ; nous lui donnâmes du courrier pour Londres pensant que ce serait le dernier navire que nous verrions de ce côté-ci du cap Horn. Nous aperçûmes plusieurs navires sur la côte de Pata-gonie, mais sans les héler, et, avec des vents favorables et du beau temps, (sauf par intervalles) nous arrivâmes à la Terre de Feu le 23 mars. Le temps étant beau, nous étions de bonne humeur, pensant doubler bientôt le cap Horn, mais quelques jours suffirent à nous convaincre que le chef de division Anson n’avait pas dit plus de mal de ce lieu qu’il ne méritait.

1223 mars. — Un mouton étant mort ce matin, le lieutenant Bligh le fit distribuer en lieu et place de la ration journalière de porc et de pois, déclarant qu’il constituerait un excellent repas, pesant plus de cinquante livres ; après avoir été partagé, la plus grande partie en fut jetée par-dessus bord car il n’y avait que les os et la peau et on le remplaça par du requin séché pour le dîner du dimanche.

13La journée continua à être belle et nous nous trouvions le long de la côte, traversant le détroit de Le Maire ; malheureusement, dans ce pays, le beau temps est un avant coureur du mauvais temps, ce que nous constatâmes aussitôt après avoir dépassé l’île des États ; nous eûmes le temps d’amener les mâts de perroquet et de nous y préparer. L’aspect du pays est sauvage et désolé et la neige sur les collines le rend, à distance, d’aspect très inhospitalier. Je ne prétends pas savoir quel est son aspect vu de près. Nous vîmes là, quantités de phoques, de pingouins, des cormorans et autres oiseaux de mer, des albatros blancs et noirs ; nous en capturâmes quelques-uns qui firent un excellent repas. Certains mesuraient jusqu’à 2,40 m d’envergure ; nous appelons les noirs « padries » mais ne réussîmes pas à en capturer. Nous essayâmes sans succès de prendre du poisson. Le mauvais temps se renforçant alors que nous étions cap au sud, l’équipage demanda que le rhum soit servi sans eau ce qui fut accordé car on économisait ainsi de l’eau qui fut rationnée à un litre et demi par jour ce qui était plus que suffisant étant donné que sa seule utilisation était la boisson ; cette faveur ne fut pas perdue pour les marins qui en tirèrent une ardeur accrue, ignorant la fatique, et malgré la dureté du travail et le mauvais temps croissant, ils firent leur travail avec célérité et bonne humeur, pensant aux bénéfices et aux plaisirs qu’ils tireraient de leur voyage.

14Du blé et de l’orge étaient maintenant bouillis chaque matin pour le petit déjeuner au lieu de bargoo ( ?) mais en si petite quantité qu’il n’était pas rare de voir 4 hommes dans une popote tirer au sort pour le petit déjeuner et partager leur pain par la méthode bien connue de « qui aura cela » ; et les officiers ne variaient pas d’un cheveu leur manière de faire.

15La quantité de blé bouilli était de 4 litres pour 46 hommes, chacun prenant sa part, et deux livres d’orge pour le même nombre ; la répartition de cette maigre ration provoquait souvent des querelles dans la cuisine et, en raison du mauvais temps, elles avaient souvent des suites fâcheuses ; au cours d’une de ces disputes, le cuisinier Thos. Hall eut deux côtes cassées et une autre fois, Churchill eut la main ébouillantée de sorte qu’il fut nécessaire que le second controlât les distributions.

16Le temps empira de jour en jour, de gros grains amenant alternativement de la grêle, de la neige fondue ou plutôt de gros flocons de glace à moitié formée ce qui nous forçait souvent à être à sec de toile et les panneaux condamnés car la mer déferlait sur le pont d’une manière inconnue dans les régions du Nord, obscurcissant souvent le soleil lorsque celui-ci était à 20 au-dessus de l’horizon et secouant le navire si violemment que les hommes ne pouvaient se tenir sur le pont sans l’aide d’une corde ou sans s’accrocher à quelque chose ; à plusieurs reprises, en raison de ces secousses brutales, M. Huggan le chirurgien fut précipité en bas de l’échelle du cockpit et se démit l’épaule ; quelques jours plus tard, Richard Skinner eut le même accident et Peter Linkletter se heurta le dos en tombant dans le cockpit avant, ce dont il se plaignit toujours après. Cependant, malgré la dureté et l’inclémence de la saison et les grains et tempêtes continuels, qui semblaient fondre sur nous avec une violence accrue et nous menacer de destruction à chaque instant, la vigilance et l’empressement des officiers et des hommes étaient tels que nous ne perdîmes jamais un espar ni un mètre de toile, bien que fréquemment obligés de rentrer les voiles après les avoir établies avant même d’avoir pu les raidir ou de brasser leurs écoutes à l’arrière.

17Un moût sucré, fait de malt, était maintenant servi chaud à raison d’un demi-litre par homme et par jour ce qui était très appréciable et nourrissant dans notre situation présente ; mais le froid intense et le fait d’être toujours trempés, le dur travail et la fatique continuelle causés par le climat rigoureux, ceci, et la situation inconfortable des hommes dans l’entrepont plein de fumée avec les panneaux condamnés, ne tardèrent pas à venir à bout de leur constitution et plusieurs tombèrent malades. Les efforts auxquels était soumis le navire — bien qu’en parfait état — faisaient que les hamacs étaient toujours mouillés les rendant très inconfortables aussi bien poulies malades que pour les hommes valides.

18Au fur et à mesure que les hommes tombaient malades, le travail devenait plus dur pour les valides mais était malgré tout accompli avec ardeur et bonne humeur ; et l’attitude de l’équipage dans cette situation difficile fut telle qu’elle mérita l’approbation entière des officiers ainsi que les remerciements de M. Bligh dans une harangue publique.

19Après un essai fatigant et infructueux, il fut constaté que le passage du cap Horn n’était pas praticable en cette saison, bien que nous eussions atteint 62° de latitude S et 79° de longitude W ; cependant, nous perdions du terrain et bien que notre navire fut excellent marin, tout ce qu’il pouvait faire était de survivre dans ces mers déchaînées où les éléments nous faisaient une guerre continuelle. Ce qu’un navire haut sur l’eau doit souffrir dans ce climat ne peut être qu’imaginé par ceux qui n’en ont pas fait l’expérience, mais dans le voyage d’Anson on en trouve une bonne description.

20Avril 1788. — Le 18 M. Bligh rassembla les hommes de l’équipage sur l’arrière et ayant renouvelé ses remerciements pour avoir accompli leur devoir sans défaillance, les informa de son intention de faire route sur le cap de Bonne Espérance, le franchissement du cap Horn lui paraissant impossible. Cette nouvelle fut reçue avec une joie totale et selon la coutume, saluée de trois hourras ; le navire fut mis debout au vent et on déferla la voile de misaine au premier ris, et le hunier au dernier ris ; avec la grande voile et la voile d’étai de misaine, elles étaient les voiles principales dont on se servait depuis quelque temps, mais elles étaient rarement utilisées toutes à la fois.

21Un cochon fut alors tué et distribué en place de la ration journalière, et bien que n’ayant que la peau et les os, il fut dévoré avec l’appétit que chacun avait à ce moment retrouvé. Le soir, le vent passa au Nord ce qui amena le lieutenant Bligh à se mettre à la cape et faire encore une tentative bien que nous eussions déjà fait 120 milles vers l’Ouest, mais ces apparences favorables, disparaissant bientôt, sont toujours des prémices de quelque chose de pire car le vent revint à l’Ouest et se mit à souffler avec une violence accrue de sorte que le 22 nous virâmes encore de bord voyant nos espoirs vains tant que nous restions dans ces régions inhospitalières ; le thermomètre était rarement à zéro mais nous avions l’impression d’avoir beaucoup plus froid, ceci étant probablement dû, d’une part à la neige fondue qui tombait sans arrêt, et d’autre part aux paquets de mer qui balayaient le pont, de sorte que dès qu’un homme était sur le pont, il lui était impossible de rester sec plus d’une minute.

22Après avoir viré de bord, nous ouvrîmes les panneaux, ce que nous pouvions rarement faire avant, étant constamment obligés de les condamner. Nous pûmes faire marcher les poêles ce qui permit de sécher l’entrepont et les malades se rétablirent au fur et à mesure que nous retouvions un climat plus tempéré. Au cours de ce passage, nous ne rencontrâmes rien de particulier et ne pûmes trouver les îles Tristant da Cunha d’après leur position sur la carte, bien que nous ayions mis en panne une partie de la nuit pour cela ; ceci est peut-être dû à ce qu’elles ne sont pas bien indiquées.

23Mai 1788. — Nous relevâmes le Cap le 23 mai et mouillâmes à False Bay ; nous y trouvâmes plusieurs navires hollandais et français et peu après le « Dublin » de l’honorable Compagnie des Indes orientales qui repartit aussitôt après.

24Juin 1788. — Des provisions furent faites comprenant du pain frais et du vin pour la consommation immédiate ; les pois, farine d’avoine et le sucre ne furent plus distribués sauf la farine d’avoine qui par consentement général fut conservée pour épaissir le bouillon. Nous pêchâmes aussi au filet avec des succès variés et prîmes à la ligne plusieurs excellents poissons appelés ici romans et hottentots, ainsi que quelques phoques sur un îlot rocheux au milieu de la baie que nous appelâmes l’île des Phoques, où ces animaux se rassemblaient en grand nombre pour rester étendus au soleil comme des cochons. Sur cet îlot, nous trouvâmes les restes d’une embarcation qui avait été brisée en morceaux et plusieurs paquets de peaux de phoque pour la plupart pourries ; cet îlot n’étant que du roc n’abrite que des phoques et des oiseaux de mer qui y abondent et lorsque l’on tire un coup de mousquet, ils s’envolent tous en bandes considérables formant un nuage au-dessus de cet îlot qui n’a guère qu’un demi-mille de circonférence. Ce sont des fous, cormorans, mouettes, pétrels et pingouins. Nous y trouvâmes un oiseau de la taille d’une oie, de couleur grise et qui paraissait incapable de voler ; en ayant assommé plusieurs, nous les baptisâmes piqueurs d’yeux car ils se précipitaient sur les yeux de ceux qui les approchaient. Ils étaient aussi lourds qu’une oie ; leur chair était dure, rance et médiocre.

25Nous étant renseignés sur l’embarcation brisée, nous apprîmes que cet îlot alimentait l’établissement en huile mais que l’embarcation avait été perdue dans une tempête et ses sept occupants noyés sans que les Hollandais n’aient eu la curiosité de connaître les circonstances de cet accident. L’atterrissage étant très mauvais il est possible qu’elle se soit écrasée en essayant d’accoster étant donné les débris qui étaient encore là, mais n’ayant vu aucun ossement, nous supposons que les hommes ne purent jamais atteindre l’îlot. Le gouverneur n’y a jamais envoyé une embarcation depuis ; l’îlot se trouve à environ 3 lieues à l’est de Symons Bay.

26Pendant notre séjour, le navire et son gréement furent remis en état, les voiles réparées et l’armurier fabriqua de nouvelles charnières pour les panneaux de sabord qui avaient été arrachés ; le charpentier et ses deux aides aidé de 2 calfateurs hollandais calfata les bordés et répara les paneaux ; la cale fut désarrimée pour en sortir l’ancre de bossoir et y mettre l’ancre maîtresse, le plein d’eau fut fait et plusieurs chaloupes de cailloux amenées à bord pour servir de ballast, le pain trié et en plus 9 quintaux de pain furent embarqués comme réserve de bord, avec 3 tonneaux d’eau de vie et 2 d’arack, de la farine et des raisins secs ; la poudre fut envoyée à terre et mise à l’air avec en plus 2 tonneaux de poudre hollandaise de bonne qualité provenant du fort. Du foin et de l’orge furent pris à bord pour les moutons, chèvres et poulets.

27Juillet 1788. — Tout ayant été complété le Ier juillet, nous levâmes l’ancre ayant à bord 5 moutons vivants pour l’équipage et des pigeons et fîmes route vers l’Est avec une belle brise ; faisant route un peu au Sud, le vent força et passa à la tempête et continua sans grand changement. Nous passâmes à proximité de l’île Saint-Paul, mais n’aperçûmes aucun atterrissage convenable. L’île est haute et désertique ayant très peu d’arbres et quelques arbustes ; mais comme nous étions en plein hiver, il est possible qu’elle ait meilleure apparence en été. Nous ne vîmes de l’eau douce nulle part et une forte tempête s’approchant ne nous permît pas de continuer notre inspection ; le 2 ou le 3 septembre, nous arrivâmes dans la baie de l’Aventure en Nouvelle-Hollande sans accidents matériels. Nous y fîmes du bois et de l’eau et repartîmes pour Tahiti vers le milieu du mois.

  • 4 Baie de l’Aventure.

28Cette baie4 est large et spacieuse et le mouillage bon à toutes profondeurs, de 20 à 5 brasses sur fond de sable blanc et n’importe quel nombre de navires peut s’y tenir en sécurité.

29Le pays est montagneux et boisé depuis la plage jusqu’au sommet des montagnes ; les arbres sont de plusieurs espèces et atteignent des dimensions prodigieuses ; nous en mesurâmes un qui était tombé, le pied ayant été brûlé par les indigènes ; il avait 27m jusqu’à la première branche et 9m de circonférence.

30Les vagues sur la plage rendent la corvée d’eau et de bois très difficile pendant l’hiver et bien qu’il y ait de l’eau en grande quantité, elle n’est ni bonne ni facile.

31Près de la mer, le sol est sablonneux mais dans les collines, c’est une forte glaise rougeâtre ; dans les clairières, il y a de l’excellente herbe qui fut coupée et séchée pour les moutons et les chèvres ; sur la partie Est de la baie, nous plantâmes de la vigne, des poiriers et des bananiers apportés de Ténériffe et du Cap avec beaucoup d’espèces de graines, inscrivant sur les arbres voisins le nom du navire, de son commandant, et l’année ; nous ne vîmes pas de quadrupèdes en dehors d’une sarigue morte, mais plusieurs espèces d’oiseaux parmi lesquels des cygnes noirs, des canards, des éperviers, perroquets huîtriers et beaucoup d’autres dont nous ignorons les noms, ainsi que beaucoup de fous et autres oiseaux de mer.

32Nous utilisâmes le filet mais sans beaucoup de succès. Nous vîmes plusieurs morceaux d’écorce posés contre un arbre, et autour, plusieurs vestiges de feux avec des coquilles de crabes, moules et autres ; quelques jours avant notre départ, quelques indigènes descendirent vers les rochers à l’ouest de la baie et M. Bligh accompagné de M. Nelson s’en fut à leur rencontre dans le cotre leur apportant des présents auxquels ils parurent prêter, très peu d’attention ; ils s’approchèrent du cotre, les femmes restant en arrière et se groupèrent sur les rochers après avoir jeté les courts bâtons qu’ils portaient. Leur couleur est presque noire, mais ils semblent couverts de charbon de bois sur plusieurs parties de leur corps ; leurs cheveux sont à peu près rasés ce qui nous empêcha de voir s’ils étaient crépus ou non ; leur aspect est loin d’être agréable et leurs dents noires et irrégulières ; ils sont tout nus et ont l’apparence de créatures misérables et inoffensives. Parmi eux se trouvait un individu très difforme que M. Nelson déclara avoir déjà vu au cours d’un précédent voyage.

33Bien que n’ayant pas l’air d’avoir la moindre curiosité pour les objets que nous leur avions donnés, ils parlaient avec vivacité un langage incompréhensible, faisaient fréquemment des bonds et criaient, paraissant joyeux lorsque le cotre montait et descendait plus que d’habitude sur les vagues. N’étant pas allés à terre, il ne fut pas possible de connaître leurs méthodes d’existence mais le nombre de coquillages en plusieurs endroits nous fit penser que les fruits de mer étaient leur nourriture principale. Nous ne vîmes pas de pirogues parmi eux, bien que la nuit, les lumières semblaient indiquer qu’ils étaient nombreux ce qui nous fait penser qu’ils vivent de ce que la mer rejette ; dans l’ensemble ils paraissent les plus misérables créatures de la terre.

34Pendant que nous étions là, les charpentiers scièrent des planches pendant qu’on faisait de l’eau et du bois et il fut distribué une pleine ration de pain ainsi que du gruau bouilli pour le petit déjeuner, mais dès que nous eûmes repris la mer, nous retrouvâmes les rations précédentes ; aussi c’est à ce moment que furent semées les graines d’une discorde éternelle entre le lieutenant Bligh et ses officiers. Il fit enfermer le charpentier et accusa les autres de négligence dans leur travail ce qui provoqua des disputes continuelles, chacun essayant de contrecarrer l’autre dans son travail ; ceci poussa les hommes à s’efforcer d’empêcher l’orage de tomber sur eux en faisant attention à leur travail ; ils y trouvèrent leur compte et se réjouirent en privé de leur bonne fortune. Peu de temps après notre départ, nous découvrîmes un groupe de petites îles à l’est de la Nouvelle-Zélande que nous appelâmes îles de la Bounty, et Jas. Valentine ayant été saigné, son bras s’infecta et il s’ensuivit une mortification dont il mourut. Plusieurs marins et particulièrement les plus âgés commençèrent à se plaindre de douleurs dans les membres et quelques symptômes se scorbut commençèrent à apparaître ; une certaine débilité et faiblesse commencèrent à apparaître parmi l’équipage ; pour y parer, de l’essence de malt fut donnée à ceux qui paraissaient les plus atteints, ainsi que de la soupe concentrée et du riz provenant des réserves du chirurgien ; les provisions salées furent supprimées et remplacées par de la farine.

35Octobre 1788. — Pendant ce passage, M. Bligh et ses compagnons de table, le second et le chirurgien, s’étant disputés, se séparèrent, chacun prenant sa part des provisions et se retirant dans sa cabine ; après quoi ils eurent plusieurs disputes et ne s’adressaient la parole que pour le service, et là encore, avec beaucoup de réserve apparente. Avant d’arriver à Tahiti une dispute éclata entre M. Bligh et le second relative à la signature de certains livres que le second avait refusé de signer pour des raisons personnelles ; sur ce, l’équipage fut rassemblé sur le pont et lecture fut faite des articles du code de discipline ; après quoi les livres et les papiers furent produits avec de l’encre et une plume et M. Bligh dit : « Maintenant, Monsieur, signez ces papiers. » Le second prit la plume et répondit : « Je signe en obéissance à vos ordres, mais ceci pourra être annulé plus tard. » Les livres signés, les hommes furent renvoyés à leur travail.

36Le 24 octobre, nous arrivâmes à l’île Meetia (ou île Osnaburgh) et nous étant approchés, nous vîmes plusieurs indigènes descendre sur les rochers dans la partie nord, agitant des morceaux d’étoffe blanche mais aucun n’essaya de venir jusqu’à nous ; ayant repris le large, nous arrivâmes à Tahiti dans le NW entre 5 et 6 h du soir. A 8 heures, nous mîmes en panne et le 25 à 4 h du matin, ayant hissé les voiles, nous mouillâmes à 10 h à Port Royal (baie de Matavai).

37Nous fûmes bientôt entourés par les indigènes dans leurs pirogues qui nous apportaient des cochons, des fruits de l’arbre à pain et des noix de coco en abondance ; on incita les malades à boire des noix de coco en quantité et cela contribua si bien à leur rétablissement qu’en quelques jours, il n’y avait plus la moindre apparence de maladie ou de dérangement à bord du navire, la grande abondance de provisions fournies par les indigènes leur rendant rapidement les forces.

38Dès le mouillage, un ordre signé de M. Bligh fut placardé sur le mât de misaine interdisant l’achat de curiosités et de tout autres objets en dehors de provisions. Il n’y eut que peu ou pas de désobéissance à cet ordre, rien n’excitant plus la curiosité des hommes qu’un cochon rôti et des fruits de l’arbre à pain ; ils étaient apportés en si grande abondance que toutes les rations du bord furent supprimées sauf le grog.

39Novembre 1788. — Aussitôt après le mouillage une tente fut dressée sur la pointe Vénus et M. Nelson et son assistant allèrent à terre pour rassembler des plants ; le canonnier s’y rendit aussi pour acheter des cochons pour le navire ce qui parut plus commode que de négocier ces achats le long du bord, les pirogues étant si nombreuses que les hommes cessaient tout travail. M. F. Christian, M. Heywood et M. Peckover le canonnier et 4 hommes furent également envoyés à terre comme gardes au cas où les indigènes auraient une attitude dangereuse.

40Un abri fut construit pour recevoir les plants et les pots envoyés à terre au fur et à mesure que M. Nelson les garnissait. Entre temps, le charpentier et son aide préparaient l’entrepont pour les recevoir. Quelques hommes furent employés à couper du bois et à faire de l’eau pour les besoins immédiats et l’armurier se mit au travail pour faire de la pacotille et tout le sel du bord fut bientôt utilisé pour saler le porc en vue des provisions de mer ; tout semblait fonctionner de façon prospère.

41Pendant tout le temps de la salaison, les provisions étaient abondantes car chacun avait droit à 2 livres d’os par jour ainsi qu’aux morceaux qui ne convenaient pas à la salaison, ce qui, avec ce qu’ils achetaient eux-mêmes, leur permettait de bien vivre.

42Décembre 1788. — Le 11 décembre, M. Thos. Huggan (le chirurgien) quitta cette terre et le jour suivant ses restes furent inhumés à la pointe Vénus ; près de sa tombe, sur un arbre, fut fixée une planche portant une inscription à sa mémoire ; le voilier envoya les voiles à terre pour les réparer.

43Le marché des cochons commençant à faiblir M. Bligh se saisit de tous ceux qui arrivaient à bord, petits et gros, vivants ou morts, comme sa propriété, les utilisant comme ration du bord à raison d’une livre par tête et par jour. Il s’empara également de tous ceux qui appartenaient au second, les triant pour la consommation du bord bien qu’il en ait eu 40 à lui, de tailles différentes ; on pouvait alors s’en procurer facilement et le prix n’avait pas beaucoup augmenté depuis le début ; lorsque le second lui dit que ces cochons étaient sa propriété il lui répliqua que : « lui, M. Bligh, le convaincrait que tout lui appartenait à partir du moment où cela se trouvait à bord et qu’il prendrait les neuf dixièmes de ce qui appartenait à chaque homme et qu’il voudrait voir celui qui oserait lui dire le contraire » ; ceux qui appartenaient aux marins furent saisis sans cérémonie et cela devint une faveur de pouvoir obtenir une livre supplémentaire de son propre cochon.

44Les indigènes remarquant que les cochons étaient saisis dès leur arrivée à bord et ne sachant pas si on ne les leur prendrait pas, devinrent de plus en plus hésitants à apporter des cochons en présence du lieutenant Bligh à bord ou à terre, et profitaient de toutes les occasions où il était à terre pour apporter des provisions à leurs amis ; mais M. Bligh s’en aperçut et voyant que sa surveillance allait être déjouée, donna des ordres pour qu’un livre soit conservé dans l’habitacle, sur lequel serait porté par l’officier de quart le nombre de cochons arrivant à bord ainsi que leur poids ; pour remédier à cela, les indigènes utilisèrent une autre méthode consistant à découper les cochons et enveloppant les morceaux dans des feuilles, les plaçant dans des paniers et les recouvrant de fruits d’arbre à pain et quelquefois de noix de coco sans la bourre ; par ce moyen, les fruits n’étant jamais saisis, ils déjouèrent ses efforts ; jamais il ne soupçonna leur ruse et ainsi les provisions restèrent abondantes.

45Le 20, nous eûmes de fortes pluies accompagnées de vent soufflant du NW en tempête qui leva une forte mer, brisant sur le banc du Dolphin avec une telle violence que les vagues passaient franchement par-dessus le pont, et le charpentier qui, la veille au soir avait été consigné dans sa cabine, fut libéré pour fermer les panneaux ; sans l’excellente qualité des câbles le navire aurait été drossé à la côte. Le lendemain, la tempête diminua de violence mais les hautes vagues sur la plage empêchèrent tout atterrissage en chaloupe ou en pirogue ; malgré cela plusieurs indigènes parvinrent à traverser ces vagues amenant avec eux des paquets de noix de coco qui pouvaient à grand peine être hissés à bord par un homme et pourtant ils avaient nagé avec ces paquets à travers d’énormes rouleaux.

46Le temps étant devenu plus clément, les pirogues s’approchèrent et par elles nous sûmes ce qui était arrivé au groupe resté à terre et qui avait été en danger d’être emporté par la crue de la rivière ; nous les vîmes pratiquant dans le rivage un fossé qui prit rapidement l’aspect d’une large rivière.

47Dès qu’une chaloupe put aller à terre, les voiles furent ramenées et enverguées et les plants apportés à bord. Les ancres furent relevées sauf une et le second fut envoyé pour examiner le port de Pare cette baie de Matavai étant jugée trop dangereuse pour y séjourner. Le matin du 25 la tente fut repliée et envoyée dans une chaloupe et à 19 heures on leva l’ancre et le navire commençant à prendre de l’erre vint s’échouer sur un pâté de coraux dont la présence avait échappé au second ; la brise de mer s’étant levée nous donna assez de mal pour le dégager ce que nous réussîmes cependant avant la nuit et nous mouillâmes avec l’ancre principale et une petite ancre jusqu’au matin et au lever du jour nous mouillâmes une deuxième grosse ancre ; nous envoyâmes les plants à terre et une maison fut fournie par Tu ou Mati (le chef dont parle le capitaine Cook) au lieu d’une tente pour l’équipe à terre ; un enclos fut érigé pour les plants.

48Le navire étant en ordre, nous célébrâmes Noël le 28 : chaque homme reçut une double ration de grog — supprimée à ceux qui n’avaient pas traversé l’équateur avant ce voyage ; le Ier janvier, ceci fut renouvelé après quoi le grog fut réduit à une demi-ration, mais comme nous avions beaucoup de lait de coco, le grog ne nous manqua pas et les indigènes prirent soin de bien nous approvisionnner malgré les fréquentes saisies opérées par M. Bligh qui ne buvait rien d’autre avec son grog.

49Janvier 1789. — Il serait difficile de donner un compte rendu de chaque transaction pendant que nous étions dans cette île et je me bornerai à faire quelques remarques :

  • 5 Ce portrait avait été peint au cours du dernier voyage du capitaine Cook par M. Webber et avait été (...)

50Dès notre arrivée, des habitants de tout genre vinrent visiter le navire, et parmi ceux-ci plusieurs chefs qui apportèrent des présents importants et en retour en reçurent de M. Bligh, qui, de même que M. Nelson et M. Coleman qui étaient déjà venus ici, retrouvèrent quelques-unes de leurs connaissances ; chaque officier et chaque homme se découvrirent de nouveaux amis, bien que personne ne comprit leur langage, trouvant cependant très facile de converser par signes ; ces gens étant des adeptes de ce système et quelques-unes des femmes qui vinrent à bord devinrent très habiles au bout de peu de temps amenant leurs maris du moment à une méthode de conversation par laquelle toutes les transactions étaient faites et par eux, nous apprîmes que le bétail laissé par le capitaine Cook avait été dans sa plus grande partie détruit car il ne se trouvait plus sur l’île qu’un mouton qui fut tué par les chiens peu de temps après notre arrivée. Je constatai que ce mouton contrairement à ceux des Tropiques n’avait pas perdu sa laine. Le seul bétail à cornes sur l’île était un vieux taureau et une jeune vache (le reste ayant été détruit et emporté par les habitants de Moorea peu de temps après le départ du capitaine Cook) et ceux-ci étaient à 25 ou 30 milles l’un de l’autre ; M. Bligh les acheta et les ayant fait venir à Matavai, les confia à Poino ; Poino était le chef de Matavai et avait la garde du portrait du capitaine Cook5 qu’il apporta à bord pour le faire réparer ; il y demeura jusqu’à notre départ.

  • 6 En 1773 le capitaine Furneaux, commandant de l’« Aventure » qui accompagnait la « Résolution » du c (...)

51Nous apprîmes également par eux que Mai6 était mort sans qu’il nous fut possible de savoir comment ; on crut qu’il avait été tué pour ses biens, toutefois nous apprîmes plus tard que la vérité était tout autre, ce qui sera relaté à sa place.

52Tu le chef que nous supposions être le roi et Itia sa reine couchaient souvent à bord et invitaient souvent à terre M. Bligh et ses officiers à des heiva (ou danses, spectacles, etc...) et autres distractions qu’ils trouvaient fort plaisantes et dont ils revenaient généralement avec des présents d’étoffe etc… Ils nous informèrent également que le nom de Tu était maintenant transféré au fils (de l’homme que nous connaissions sous ce nom) qui était maintenant Arii rahi ou roi et que le nom du père était maintenant Mate et qu’il était régent seulement pendant la minorité de son fils — notre connaissance imparfaite du langage nous empêcha de nous enquérir de ces coutumes mystérieuses, toutefois nous apprîmes que dès la naissance d’un enfant, le père devenait le gardien de l’enfant et l’honorait comme son supérieur. Le Tu actuel, roi de Tahiti, est un garçon de 9 à 10 ans mais pour des raisons qui seront expliquées plus tard il ne vint jamais à bord ; M. Bligh alla le voir une fois à terre. Il pagayait souvent autour du navire dans sa pirogue et recevait l’hommage de tous ceux qui apercevaient la pirogue. Il était en général porté sur les épaules d’un homme qui se tenait assis à l’avant de la pirogue, la coutume étant dans ce pays de préférer l’avant à l’arrière.

53Lorsque des visiteurs inconnus venaient à bord, ils étaient reçus par M. Bligh qui satisfaisait leur curiosité en tirant un coup de fusil ce qui les remplissait d’étonnement ; ils se bouchaient les oreilles et se laissaient tomber dès qu’ils aperçevaient la lueur de la déflagration et un pistolet leur faisait, semblait-il, aussi peur qu’une pièce de quatre. M. Bligh profitait de ces occasions pour leur montrer les effets de la mitraille et du boulet et ils s’écriaient toujours d’étonnement lorsqu’ils voyaient le boulet tomber, ayant peine à croire ce qu’ils voyaient.

54Pendant que nous étions dans la baie de Matavai, la bouée conique fut enlevée de la meilleure ancre de proue, le gouvernail du cotre volé et plusieurs crocs et cosses du gréement, et plusieurs autres choses disparurent ; ce qui amena M. Bligh à demander à Tu ou Mate de faire en sorte qu’ils soient rapportés. Quelques objets furent rapportés mais la bouée et le gouvernail ayant été détruits, seuls quelques morceaux de bois en furent rapportés ; la facilité avec laquelle ces choses furent trouvées fit penser que les chefs étaient complices, le nombre de ceux qui visitaient le navire et la tente rendant toute surveillance de leurs faits et gestes impossible ; mais les vols n’étant pas très importants et M. Bligh faisant preuve de beaucoup d’indulgence pour les indigènes, on estima que le meilleur moyen d’empêcher les vols, était de mettre toutes choses hors de leur portée en installant des bouées de bois et en rangeant dans les magasins tous les objets de métal qui traînaient ; par la suite, il se produisit peu d’incidents de ce genre.

55Pendant que nous étions à Pare, nous coupâmes du bois pour les réserves du bord, fîmes le plein d’eau et examinâmes les poulies, les voiles et le gréement ; c’est alors que nous nous aperçûmes que le navire était envahi de cancrelats et tous nos efforts pour nous en débarrasser furent vains ; après avoir lavé et porté à terre toutes les caisses et boîtes, et les avoir vidées de leur contenu, ils réapparurent 2 ou 3 jours après en aussi grande quantité ; les câbles en étaient couverts et ils paraissaient augmenter au lieu de diminuer malgré les grandes quantités qui étaient détruites. Nous appliquâmes ensuite de l’eau chaude 2 fois par semaine et les câbles et le bateau furent entièrement lavés de la proue à la poupe mais sans résultat ; ils s’enfuyaient dans le gréement et sur les mats et revenaient comme auparavant ; notre attention fut alors portée sur la soute à voiles et le magasin dans lesquels l’eau chaude avait pénétré sans autre dommage que de mouiller tout ce qui s’y trouvait ; on cessa d’utiliser l’eau chaude, et les voiles et les amarres, etc... furent envoyées à terre, lavées à l’eau de mer et séchées tandis que les charpentiers calfataient le magasin et la soute à voiles.

  • 7 Cet homme avait passé sept mois avec le capitaine Cook à bord de la « Résolution » en 1773-1774, vi (...)

56Le 24 janvier à 4 heures du matin, il fut constaté que le petit cotre avait disparu du long du bord ; le lieutenant Bligh en fut informé et l’équipage ayant été appelé, on découvrit que Chas. Churchill, Ino. Millward et William Musprat étaient manquants et, comme M. Hayward, le midship avait dormi pendant son quart et un petit sac de pacotille ayant été trouvé sur le pont, il parut vraisemblable qu’ils avaient pris le bateau, d’autant plus que Millward était de garde de minuit à 2 heures ; on découvrit également qu’ils avaient emporté 8 armes et 8 boîtes de munitions ; le grand cotre fut mis à la mer et le maître d’équipage envoyé à Matavai à la recherche du bateau tandis que M. Hayward était mis aux fers ; le maître d’équipage revint vers 8 heures ayant rencontré le cotre qui revenait vers le navire avec 5 indigènes à bord ; ceux-ci nous informèrent que les trois hommes l’avaient conduit jusqu’à Matavai pour l’y laisser et embarquant la caisse d’armes sur une pirogue, étaient partis pour Tetiaroa, un groupe de petites îles entourées d’un récif qui se trouve à 8 lieues dans le N de la pointe Vénus. En examinant le coffre de Churchill on trouva un papier portant son nom ainsi que celui de 3 hommes du groupe qui était à terre ; le lieutenant Bligh se rendit alors à terre à la maison et informa M. Christian de cette affaire, rassemblant les hommes, et les accusant d’être de connivence avec Churchill pour déserter. Ils persistèrent dans leur innocence niant avec une telle énergie qu’il décida de les croire étant donné les circonstances et ne leur en parla plus. Il s’en fut ensuite à la recherche de Mate, qui pendant ce temps avait été informé de cette affaire par ses hommes et se dirigeait vers la tente ; dès que M. Bligh le vit il lui raconta l’incident et lui demandant de faire ramener les hommes ce qu’il promit de faire, et plusieurs pirogues, sous le commandement de Moana, un vieux chef et Ariipaea (chef de Pare) frère de Mate furent envoyés à leur poursuite avec des instructions sur la manière de les capturer par ruse ; 3 semaines avaient passé sans que l’on eut entendu parler d’eux lorsque le 15 février Hitihiti7 (le même dont parlait Cook) vint à bord et informa M. Bligh qu’ils avaient accosté dans le haut de Tetaha à environ 6 milles dans l’Ouest ; M. Bligh fit alors armer la chaloupe et partit à leur recherche. Lorsqu’il arriva, les fugitifs lui déclarèrent qu’ils avaient chaviré à l’intérieur du lagon, avaient perdu un mousquet et failli se noyer ; la nuit étant très mauvaise, il ne revint au navire que le lendemain matin et on mit les hommes aux fers ; après un mois d’incarcération, Churchill fut puni de 24 coups de fouet et les autres de 48 coups ; après quoi ils reprirent leur travail et M. Hayward, après avoir été sévèrement réprimandé pour négligence dans son service, fut remis en liberté et retourna à ses occupations.

57Février 1789. — On constata peu de temps après, que la petite amarre à l’avant avait 3 brins de coupés, mais comme elle avait beaucoup de mou et disparaissait sous la coque, on ne s’en aperçut qu’à l’occasion d’un grain d’ouest qui fit surnager la partie coupée. On l’amena à bord et on lui fit une épissure avant que le vent ne devienne assez fort pour la rompre.

58Cet incident provoqua de nombreux commentaires et une enquête sérieuse fut faite, mais personne à bord ne put en donner une explication ; les officiers et les hommes pensaient en leur for intérieur qu’aucun indigène n’aurait été assez audacieux pour ce faire, et pourtant certains pensaient qu’ils en étaient capables, espérant être bien payés pour récupérer la bouée qui avait sombré, de même que leur aide avait été bien payée pour dégager les amarres des rochers lorsque le navire s’était échoué en rentrant, en passant une amarre autour de la bouée qui avait coulé par 17 brasses de fond, travail dans lequel ils excellaient. Toutefois, et bien qu’ils ne fussent pas très portés à garder des secrets, celui-ci demeura entier, et nous ne sûmes jamais rien jusqu’à la fin de notre séjour.

59Pendant que nous faisions de l’eau, tous les tonneaux étaient envoyés à terre et le tonnelier les remettait en état dans la tente, lorsqu’après une nuit noire et pluvieuse, on constata qu’un poinçon avait disparu ainsi que du matériel de couchage ; un compas d’azimuth (qui était gardé dans la tente pour faire des levés topographiques, M. Bligh ayant fait un levé précis du port et de la baie de Matavai) fut retrouvé brisé et une partie emportée ; M. Bligh ayant appris cela, vint à terre et admonesta les officiers à la tente pour cette négligence dans leur service à quoi ils répondirent que la nuit était si noire et la pluie si violente qu’ils ne pouvaient ni entendre ni se voir et que le voleur avait emporté un tonneau plein alors que des vides se trouvaient à proximité. Il s’en fut ensuite plein de colère chez Mate, exigeant que le voleur lui soit livré et peu de temps après, le voleur et le tonneau étaient apportés à la tente et Mate dit à Bligh de le fusiller ; ce qui effraierait les autres et les empêcherait de voler. Dès qu’il fut livré, on l’attacha et il fut conduit à bord où, après 100 coups de fouet, on le mit aux fers, M. Bligh ayant l’intention de le garder prisonnier jusqu’au départ, mais il trouva le moyen de s’échapper sans être aperçu de personne sauf de la sentinelle qui l’entendit plonger ; il disparut ensuite, l’obscurité favorisant sa fuite, et nous n’en entendîmes plus parler. Il semblerait qu’il avait observé le sous-officier rangeant les épissoirs près du mât de misaine près duquel il se trouvait alors qu’il était étendu dans la cuisine et avec un de ceux-ci, il brisa la serrure en la tordant et sauta par dessus bord.

60Vers la fin du mois de mars, nous mîmes le gréement en ordre et M. Nelson ayant rassemblé un millier de plants d’arbres à pain avec d’autres plants de valeur, nous nous préparâmes au voyage en les mettant à bord pour le Ier avril, et les indigènes, en dernier témoignage de leur amitié nous comblèrent de cadeaux, le navire devenant encombré de cochons, noix de coco, et de bananes vertes pour provisions de bord. Les bananes furent toutes portées à l’arrière et les cochons que M. Bligh décida de garder furent parqués à l’avant, le reste tué ou vendu selon le désir de leur propriétaires, chaque tonneau étant rempli et avec une bonne provision de bois à bord ; le 4 nous plaçâmes des bouées dans le chenal et la matinée étant calme nous levâmes l’ancre et halâmes le navire hors du lagon ; la brise s’étant levée, nous mîmes en panne pour mettre à bord les embarcations et les ancres dont une perdit son jas, celui-ci ayant été dévoré par les tarets. Le portrait du cap. Cook fut alors envoyé à terre par Poino, le nom de la Bounty et le but de son voyage ayant été inscrit au dos.

61Avril 1789. — Nous fûmes accompagnés par beaucoup de nos amis et par Mate et Itia, avec beaucoup d’autres, qui restèrent à bord jusqu’à 3 heures de l’après-midi, puis furent envoyés à terre dans le petit cotre ; leurs adieux avec le lieutenant et les officiers furent attendrissants. Le reste du groupe ayant regagné la terre, M. Bligh donna à Mate un mousquet, 2 pistolets, de la poudre, des balles et des pierres à fusil et un coffre pour garder ses affaires et ses munitions, ce coffre contenant également tous les présents que M. Bligh lui avait faits ; le charpentier lui donna également un mousquet américain et devant tous ces cadeaux, il semblait très heureux, mais incapable de s’exprimer en cette circonstance ; après avoir gagné la terre, ils renvoyèrent le cotre chargé de noix de coco et celui-ci fut hissé à bord.

62Le travail ayant été particulièrement lourd, une double ration de grog fut donnée à tout l’équipage et tout ayant été assuré, nous partîmes à 5 heures faisant route à l’O-N-O et passant Moorea ou Aimeho dans la nuit. Chacun semblait de très bonne humeur et commençait déjà à parler du pays, supputant la durée du voyage et comptant son salaire, et à les entrendre on aurait cru qu’ils venaient de quitter la Jamaïque au lieu de Tahiti, tant leur imagination les entraînait vers l’avenir.

63A dix heures du matin nous fûmes en vue de Huahine et l’équipage ayant été rassemblé comme d’habitude le grog fut presque entièrement supprimé pour malpropreté. A midi nous mîmes en panne devant le port de Fare pour demander des nouvelles de Mai, mais la seule information que nous pûmes avoir fut qu’il était mort depuis quelque temps. Les indigènes apportèrent des ignames et un ou deux cochons qui furent achetés pour M. Bligh et dans la soirée nous fîmes voile laissant Raiatea à tribord et faisant du S-W jusqu’à minuit ; nous fîmes ensuite route à l’ouest, après avoir passé Raiatea et Tahaa et fîmes nos adieux aux îles de la Société.

64On distribua alors des bananes en place de pain, à raison de 6 par homme et par jour, avec une livre de porc frais et, lorsqu’elles furent épuisées, on distribua des ignames et du taro à raison d’une livre par jour jusqu’à l’arrivée à Nomuka. Le dimanche 12, nous nous exerçâmes au maniement des voiles, mais le vent ayant passé à l’ouest et soufflant frais nous donna l’occasion de nous exercer réellement et le 13 nous découvrîmes une île dont nous fîmes le tour ; elle paraissait entourée d’un récif à l’intérieur duquel l’eau était profonde et où se trouvaient 5 ou 6 petits îlots. Trois indigènes se détachèrent du rivage dans une pirogue. Le 15, le temps étant beau et calme, ils parurent très surpris de tout ce qu’ils voyaient et aussitôt arrivés à bord, ils se précipitèrent aux pieds de M. Bligh, lui donnant les nacres qu’ils portaient sur leur poitrine, suspendues à un collier de cheveux tressés et celui-ci donna en retour à chacun un couteau et des perles de verre, ce qui parut leur faire grand plaisir bien qu’ils en ignorassent l’usage. Il leur donna également un jeune verrat et une truie ayant appris qu’ils n’avaient pas ces animaux. Leur langage semblait différer de celui des îles de la Société, bien qu’ils connussent l’arbre à pain sous le même nom. Ils quittèrent le bord à regret et l’un d’eux aurait voulu rester pendant que les autres allaient chercher des noix de coco, mais il se faisait tard et nous ne pouvions rester et ils s’éloignèrent à contre cœur, tournant la tête de notre côté, tandis qu’ils pagayaient vers la terre. Les pirogues sont différentes de celles des îles de la Société, l’arrière et l’avant étant semblables ; elles sont de construction médiocre. Dans la soirée une trombe passa près de nous entre 7 et 8 heures, nous faisant presque virer de bord après quoi une brise se leva et nous reprîmes notre route et, le 16 à 10 heures du soir, passâmes l’île Sauvage. Le 19 nous atteignîmes les îles de Kao et Tofua, deux îles de l’Archipel des Amis (constitué de nombreuses îles) ; elle se trouve à 48 ou 51 milles à l’ESE de Tofua, qui est un massif surmonté d’un volcan ; Kao est un sommet pointu, ressemblant à un pain de sucre qui par temps clair peut être vu à 45 ou 60 milles de distance ; Kao et Tofua ne sont distantes Tune de l’autre que de 6 milles. Le 24, nous envoyâmes à terre une corvée d’eau et de bois. Nomuka fut découverte par Tasman, le navigateur hollandais qui réduisit les indigènes à la soumission, mais leur attitude présente semble dictée par la peur des armes à feu, car ils tentèrent de s’emparer des tonneaux de la corvée d’eau et des haches à la corvée de bois ; et lorsqu’on les visait avec un mousquet ils nous retournaient le compliment en brandissant leur massue ou leur lance avec un regard menaçant. Or, le lieutenant Bligh ayant donné des ordres stricts de ne les affronter en aucune occasion, ils étaient encouragés de constater que leur insolence n’amenait aucune riposte ; en fait, ils devinrent si gênants que M. Christian, qui commandait la corvée d’eau, trouva difficile d’accomplir son travail et s’étant ouvert au lieutenant Bligh, celui-ci le traîta de lâche canaille, lui demandant si armé, il avait peur d’une bande de sauvages nus ; M. Christian lui répondit que : « Les armes ne sont d’aucune utilité, tant que vos ordres interdisent de s’en servir. »

65Cependant, dans la matinée du 25 M. Fryer fut envoyé avec le cotre armé pour protéger la chaloupe, mais à peine avait-il mouillé son grappin que les indigènes trouvèrent le moyen de le détacher de l’amarre en remuant le fond pour rendre l’eau trouble et plongeant ensuite pendant qu’ils entouraient le bateau ; un homme reçut l’ordre de tenir l’amarre dans sa main. Malgré cela, ils réussirent à l’emporter avant le départ du bateau et sans que l’homme qui était à l’avant ne s’aperçoive qu’il avait y du mou dans l’amarre. M. Frayer insista auprès des chefs pour qu’ils rapportent le grappin, mais sans succès, étant obligé pour l’instant de supporter sa perte ; lorsque les bateaux rentrèrent il informa le lieutenant Bligh de ce qui s’était passé et celui-ci en parla aux chefs qui étaient à bord, mais sans succès et malgré de belles promesses de leur part. Pendant notre séjour les indigènes vinrent en grand nombre à bord pour faire du troc de cochons, poulets, ignames, noix de coco, etc. dont ils semblaient très bien connaître la valeur et ne voulant pas se défaire d’une seule banane, sans recevoir quelque chose en échange. Plusieurs chefs et autres personnages importants étaient en permanence à bord et il n’était pas rare de voir une centaine de pirogues autour du navire. Leurs pirogues portent de 2 à 40 hommes, équipées pour la voile, avec des manœuvres de bonne qualité et de grandes voiles utilisées de différentes manières, les unes étant hissées à l’aide d’une drisse, les autres ayant une vergue pouvant tourner autour du mât, l’extrémité de la vergue étant retenue, au vent par une écoute de 12 à 15 cm de section, faite de bourre de coco et tressée à 3 brins. Les voiles ont une forme triangulaire avec vergue et bôme, elles sont faites de nattes doublées et cousues ensemble, certaines de ces bômes étaient plus longues et plus grosses que notre vergue de misaine ; les pirogues qui hissent et amènent leurs voiles naviguent au plus près de la même manière que la « proa volante » des Ladrones, l’avant et l’arrière étant semblables ; les autres sont différentes et naviguent toujours par l’avant ; elles sont bien construites et bien finies et sur une mer calme ont une vitesse étonnante ; dans une mer agitée elles sont impossibles à manœuvrer.

66Leurs hameçons sont faits de nacre, d’os et d’écaillé de tortue, qu’ils possèdent en grande quantité ; leurs armes consistent en bâtons de 3 pieds de long d’un bois dur agréablement sculpté et incrusté d’os et de nacre ; de longues lances munies de pointes de 7 à 8 cm de long régulièrement réparties sur un mètre de longueur, des arcs d’environ 2 m de hauteur d’un bois très souple, les flèches étant terminées par une épine de raie ; ils ont également des frondes en bourre de coco tressée. Leurs vêtements sont les mêmes pour les deux sexes, consistant principalement en une pièce d’étoffe ou de natte, attachée à la ceinture et descendant au-dessous du genou, la natte étant surtout portée à la mer. Il y en a de plusieurs sortes, bien fabriquées. Leur étoffe vient du mûrier et ils ont un procédé pour l’enduire d’un verni qui la rend imperméable ; elle est teinte en marron et noir, ce qui lui donne un aspect très élégant.

67Les deux sexes enduisent leurs cheveux de chaux ou de coquilles brûlées qui, bien qu’étant noires, tournent rapidement au rouge, au pourpre et au blanc. L’attitude des hommes, quoique franche, a quelque chose qui impressionne défavorablement les étrangers ; impression qui s’accentuait probablement à nos yeux du fait que leurs faits et gestes ne correspondaient pas à leur réputation.

68Nous vîmes de nombreuses poteries bien faites et plusieurs ustensiles curieux et ingénieux ; leurs pirogues semblent être les mieux construites et les mieux finies de toutes celles que nous ayons vues, mais, toutefois, moins grandes que d’autres. Elles paraissent bien adaptées à leur mer qui est assez calme, en raison du nombre d’îles possédant un récif sur leur côte Est avec des lagons de peu de profondeur.

69Les hommes et les femmes sont d’une taille normale, d’une couleur cuivrée et bien faits. Leurs femmes sont belles, mais savent mettre un prix à leurs faveurs. Les hommes sont tatoués de la ceinture jusqu’aux genoux, ce qui leur donne l’air de porter une culotte. Les femmes ne sont pas tatouées, mais portent sur leurs épaules des cercles de diamètres différents taillés dans la peau à l’aide de bambous brûlants. Beaucoup de personnes des deux sexes ont soit une partie, soit la totalité, de leurs petits doigts qui leur manque et nous crûmes comprendre que cette amputation était faite en hommage à la mémoire de leurs amis décédés.

70Ayant fait le plein d’eau et embarqué du bois et de grandes quantités d’ignames, de noix de coco, de bananes etc..., le 26 nous hissâmes les embarcations à bord ; comme il n’y avait que des airs légers et les 3 chefs à bord ayant promis à M. Bligh que le grappin lui serait rendu s’il voulait bien attendre le retour de la pirogue envoyée à sa recherche, nous nous tînmes prêts à lever l’ancre et deux heures de liberté furent données aux gens pour se livrer au commerce. Cette île étant probablement la dernière où la monnaie de fer avait autant de valeur, tous se mirent à acheter des nattes, des lances et autres curiosités, ainsi que des provisions personnelles d’ignames, de noix de coco, etc... et de tout ce que les indigènes pouvaient disposer ; le navire était si encombré qu’il était presque impossible de s’y déplacer. Vers midi nous levâmes l’ancre et la mîmes à poste et le hunier d’avant étant filé, nous nous tînmes dans l’ouest avec un air léger. L’équipage fut armé et aligné et les chefs faits prisonniers et les piroques reçurent l’ordre de s’éloigner du navire et de se tenir à l’arrière. Ceci déplut beaucoup aux chefs qui furent conduits à la salle du mess suivis de M. Bligh, qui leur fit décortiquer des noix de coco pour son dîner. Il remonta ensuite sur le pont et fit rompre les rangs, sauf à deux hommes qui étaient sous les armes, non sans avoir harangué les officiers et les hommes, leur disant qu’ils étaient une bande de canailles maladroites et qu’il serait l’un d’entre cinq capable de les désarmer tous avec de solides bâtons ; et pointant un pistolet sur Win Mc Coy, il le menaça de lui tirer dessus pour inattention.

71Vers 4 heures nous mîmes à la panne, les pirogues étant toutes parties, sauf une pirogue double ayant à son bord des femmes qui pleuraient amèrement et se tailladaient le visage et les épaules d’une façon terrible, de même que le plus âgé des chefs qui se donna de violents coups sur le visage, se coupant les pommettes à coups de poing. Ne voyant pas de trace du grappin, M. Bligh fit signe à la pirogue de s’approcher et les renvoya tous avec des présents qu’ils acceptèrent et le plus jeune se serait défait à bord de son vêtement de natte, s’il en avait eu la permission, mais les autres semblaient réprimer avec difficulté leur ressentiment, voyant qu’ils ne pouvaient se venger de l’insulte. Toutefois, ils s’en furent prenant la direction de l’île ; à bord l’opinion générale était que si un navire pauvrement armé s’aventurait ici, ils se souviendraient de cette journée et lui en feraient supporter les conséquences.

72Les produits de ces îles sont, sous tous les rapports, extrêmement semblables à ceux des îles de la Société, mais ils cultivent ici la terre avec beaucoup de difficultés ; leurs ignames sont les plus gros du monde et aussi bons que ceux des Antilles ou des Indes orientales ; ils sont médiocrement arrosés, la seule réserve d’eau à Nomuka étant une mare stagnante, qui disparaît peut-être tout à fait au cours d’une saison très sèche. Ceci ne doit pas beaucoup déranger les indigènes qui utilisent peu d’eau dans la préparation de leur nourriture, les noix de coco leur fournissant la boisson aux saisons les plus sèches. Leurs animaux sont les mêmes qu’aux îles de la Société, mais les cochons sont en général petits. Les récifs abondent en poissons de bonne qualité.

73Les noix de coco sont ici très volumineuses, mais la coque est d’un grain grossier ; certaines d’entre elles contiennent jusqu’à 2 litres et demi et les indigènes les utilisent comme réserves d’eau dans leurs pirogues.

74Notre séjour ayant été trop court pour nous permettre d’étudier les mœurs et coutumes de ces populations, je réfère le lecteur au voyage du capitaine Cook, qui en a donné une description très détaillée et m’en retourne à une partie plus intéressante des événements. Les chefs étant partis, les voiles furent hissées, mais le vent extrêmement léger et tombant parfois tout à fait, nous fîmes très peu de route pendant la nuit. En approchant de Tofua, nous aperçûmes d’importantes colonnes de fumée et de flammes s’échappant du volcan, qui paraissait très important. Le temps ne changeant pas, notre position changea très peu, se situant à 7 ou 8 lieues de l’île pendant toute la journée, la brise ne se manifestant pas. Dans l’après-midi du 27, le lieutenant Bligh vint sur le pont et faisant un tour sur le gaillard d’arrière constata qu’il manquait des cocos dans le tas amassé entre les canons ; il dit qu’elles avaient dû être volées et n’avaient pu disparaître sans que les officiers n’en aient eu connaissance et les ayant tous fait appeler ils déclarèrent qu’ils n’avaient vu personne les toucher, ce à quoi M. Bligh répliqua : « Alors vous avez dû les prendre vous-mêmes » et se mit à demander à chacun combien ils en avaient acheté. Arrivant à M. Christian, celui-ci répondit : « Je ne sais pas, Monsieur, mais j’espère que vous ne me croyez pas assez vil pour m’être rendu coupable d’avoir pris les vôtres. » M. Bligh répondit : « Si, damné chien, je le crois, vous avez dû les voler, sans quoi vous seriez plus à même de m’en donner le compte. Dieu vous damne, canailles, vous êtes des voleurs et de connivence avec l’équipage pour me voler ; je suppose que bientôt vous volerez mes ignames, mais je vous en ferai voir, gredins, et je ferai sauter la moitié d’entre vous par-dessus bord, avant que vous n’arriviez au détroit d’Endeavour. »

75Il appela ensuite M. Samuel et lui dit : « Supprimez la ration de grog de ces scélérats et donnez-leur seulement une demi-livre d’ignames demain, et s’ils volent encore je la réduirai à un quart. » Les noix de coco furent portées à l’arrière et le lieutenant quitta le pont. Les officiers se rassemblèrent et on put les entendre se plaindre avec véhémence d’un tel traitement ; parmi l’équipage on pensait que les ignames seraient bientôt confisqués, car le lieutenant n’ignorait pas qu’ils en avaient acheté de grandes quantités et ils se hâtèrent de les cacher du mieux qu’ils pouvaient.

  • 8 « Taisez-vous » en tahitien.

76La nuit étant calme, nous ne fîmes pas de route et le matin du 28, le maître d’équipage vint à mon hamac et me réveillant m’annonça — à ma grande surprise — que le navire avait été saisi par M. Christian. Je me dépêchai sur le pont et constatai que c’était vrai. Voyant M. Bligh en bras de chemise, les mains liées derrière le dos et M. Christian à côté de lui, avec une baïonnette nue dans sa main et les yeux brillants de vengeance. Plusieurs hommes étaient en armes, le petit cotre mis à la mer et le grand près de l’être. Je demandai au maître d’équipage ce que je devais faire, mais il était aussi perplexe que moi et me dit d’une manière embarrassée d’aider à la mise à la mer du grand cotre et, quand cela fut fait, le petit fut remis à poste. M. Christian appela M. Hayward et M. Hallet pour embarquer et donna l’ordre à Churchill d’y installer le second et l’écrivain... Le lieutenant commença alors à discuter, mais M. Christian répliqua : « Mamu8 Monsieur, pas un mot ou la mort sera votre lot. »

77M. Hayward et M. Hallet, supplièrent, les larmes aux yeux, qu’on leur permit de rester à bord, mais M. Christian leur ordonna de se taire. Le maître d’équipage et le charpentier vinrent à l’arrière (le second et le canonnier étant enfermés en bas) et supplièrent qu’on leur donne la chaloupe, ce qui leur fut accordé après beaucoup d’hésitations et des ordres furent donnés de la mettre à la mer. Tandis que je m’y employais, le maître d’équipage s’approcha et, après avoir parlé à M. Bligh, s’adressa à moi me demandant si j’avais participé à la mutinerie. Je lui répondis que non et il me dit alors qu’il souhaitait que je fasse l’impossible pour constituer un groupe afin de reprendre le navire. Ce que je promis de faire. En conséquence, Jno. Millward, qui se trouvait à ce moment-là à côté de moi jura qu’il serait avec moi et alla vers Musprat, Burket et le maître d’équipage dans ce but. Mais Churchill voyant le maître d’équipage en conversation avec moi (bien qu’il eut été aussitôt éloigné et envoyé dans sa cabine par Quintrell) s’approcha pour me demander ce qu’il avait dit. Je lui répondis qu’il avait été question de la chaloupe ; mais Alex Smith, qui se tenait de l’autre côté de la chaloupe, dit à Churchill de bien m’avoir à l’œil, ajoutant : « C’est un sacré mensonge Charles, car je l’ai vu serrer la main à Millward, lorsque le maître d’équipage leur a parlé, et appeler les autres aux armes, ce qui les a mis sur leurs gardes. » Ne voyant personne près de moi disposé à tenter le coup, et les officiers étant occupés à mettre la chaloupe en état, je n’étais pas non plus tenté de m’y risquer et la chaloupe fut mise à l’eau, chacun courant pour y mettre ce qu’il y pouvait et pour embarquer le plus vite possible, et le lieutenant Bligh constatant qu’il lui fallait partir supplia M. Christian de renoncer disant : « Je mettrai mon honneur en gage, je fais le serment, M. Christian, de ne plus jamais penser à cela, si vous y renoncez », faisant état de sa femme et de sa famille. A quoi M. Christian répondit : « Non, capitaine Bligh, si vous aviez quelque honneur, les choses n’en seraient pas là ; et si vous aviez quelque considération pour votre épouse et votre famille, vous auriez dû penser à eux avant et ne pas agir comme un scélérat. » Le lieutenant Bligh essaya encore de parler, mais reçut l’ordre de se taire ; le maître d’équipage ayant tenté aussi de l’apaiser M. Christian lui dit : « C’est trop tard, j’ai été en enfer pendant plus d’une quinzaine et suis décidé à ne plus le supporter et vous savez bien, M. Cole, que j’ai été utilisé comme un chien pendant tout le voyage. » Le maître d’équipage supplia qu’on lui permit de rester, mais reçut l’ordre d’embarquer et M. Christian donna des ordres à Churchill pour qu’aucune arme ne soit mise dans la chaloupe. En installant les affaires dans la chaloupe, une dispute éclata entre Churchill et le charpentier, au sujet de la caisse à outils de ce dernier, que Churchill voulait garder, mais M. Christian ordonna qu’on la lui laisse, mais dit à Churchill de garder les aides du charpentier et l’armurier à bord. Les mâts et les voiles y furent placés, ainsi que toute la toile neuve légère avec des clous, des scies, de la pacotille, les uniformes du lieutenant et du second, 2 tonnelets d’eau, 3 sacs de pains avec le coffre de M. Bligh, quelques bouteilles de vin et encore beaucoup d’autres choses à tel point qu’elle paraissait prête à couler le long du bord. Le lieutenant supplia que l’on permette à quelques-uns d’entre eux de rester et demanda à M. Christian que le second reste à bord, mais celui-ci répondit : « Les hommes peuvent rester, mais le second doit partir avec vous. » M. Bligh dit alors : « N’ayez pas peur, mes braves, vous ne pouvez tous partir avec moi, mes braves, je vous rendrai justice si jamais j’atteins l’Angleterre. » Il fut alors amené à la coupée et ses mains ayant été déliées, il monta à bord de la chaloupe ; je lui fit part de mon intention de rester et de courir ma chance avec le navire, lui relatant la promesse du capitaine et comme il voyait la situation de la chaloupe, qui à peine 18 cm de franc bord, je n’eus pas besoin de lui expliquer le danger ; il répéta la promesse du lieutenant ajoutant : « Dieu vous bénisse mon garçon, si je n’avais femme et famille, je resterais moi-même ». Après s’être installé dans la chaloupe, M. Bligh réclama son brevet et son sextant ; le brevet ainsi que son portefeuille et son journal privé lui furent immédiatement remis sur l’ordre de M. Christian, qui lui donna aussi son propre sextant avec les éphémérides, en disant : « Voilà, capitaine Bligh, qui suffit pour toute éventualité et vous savez que le sextant est bon. »

78La chaloupe fut ensuite tirée sur l’arrière et plusieurs choses furent jetées à la mer pour faire un peu de place, car ils étaient 19 à bord. Lorsque le bateau fut en ordre, M. Bligh demanda un mousquet, ce qui lui fut refusé, mais M. Christian fit donner 4 coutelas et j’ajoutai 25 ou 26 quartiers de porc de 4 livres chacun et 2 gourdes d’eau. Plusieurs choses leur furent encore passées par l’arrière et comme le navire était presque immobile ils s’apprêtèrent à ramer et furent largués, faisant route sur la terre distante de 8 ou 9 lieues. Il était alors environ 8 heures du matin ; le grand cotre fut hissé et mis à poste et les armes furent rassemblées et placées dans le coffre, en tout 10 mousquets, 2 pistolets et 2 coutelas. Les pistolets avaient été pris dans la cabine du second et chargée avec de la poudre destinée aux canons.

79Le comportement des officiers au cours de ces événements fut d’une indescriptible lâcheté, aucun d’eux n’ayant jamais fait la moindre tentative pour récupérer le navire, tentative qui aurait certainement été couronnée de succès, car parmi ceux qui étaient en armes, il y en avait qui ignoraient ce dont il retournait ; Robert Lamb, qui était de garde à l’écoutille d’avant quand je montai sur le pont, partit dans la chaloupe et Isaac Martin avait abandonné les armes pour monter dans la chaloupe, mais avait reçu l’ordre d’en sortir.

80L’obéissance passive aux ordres de M. Christian ne manqua pas de le surprendre en premier et aussitôt après le départ de l’embarcation, il déclara que quelque chose de plus que la peur s’était emparé d’eux pour supporter d’être expédiés d’une telle manière, sans chercher à opposer résistance. Lorsque la chaloupe se fut éloignée M. Stuart et M. Heywood, qui avaient été prisonniers dans leur cabine, montèrent sur le pont et M. Christian leur exposa les raisons de cette triste affaire. Se trouvant fort meurtri du traitement qu’il avait subi de M. Bligh, il avait, la veille au soir, décidé de quitter le navire et en avait informé le maître d’équipage, le charpentier, M. Hayward et M. Stuart ; ceux-ci lui fournirent des clous, des perles de verre et un quartier de cochon rôti qui, avec d’autres objets, furent mis dans un sac fourni par M. Hayward (le sac fut monté et je le reconnus comme celui que j’avais fait pour M. Hayward, il y a quelque temps). Le sac fut placé dans les attaches du hamac de Robert Tinklers qui le trouva la nuit ; mais l’affaire à ce moment avait été abandonnée. Il avait également fixé de solides montants de bois sur une forte planche qui se trouvait sur la coupée de babord et qu’il pensait utiliser pour s’échapper, mais, ayant constaté qu’il ne pouvait s’enfuir pendant le premier et le deuxième quart, à cause de l’agitation qui régnait il alla dormir vers trois heures du matin. Lorsque M. Stuart l’appela pour prendre le quart, il avait peu dormi et se sentait mal à son aise et Stuart le supplia de ne pas essayer de s’enfuir à la nage, ajoutant « les gens sont prêts à tout » ; ceci lui fit une forte impression et voyant ensuite que M. Hayward, son second de quart (avec lequel il refusait de parler) s’était endormi sur le coffre à armes qui se trouvait entre les canons, et que M. Hallet n’apparaissait pas, il prit aussitôt la décision de se saisir du navire et, faisant part de ses intentions à Quintrel et Martin, il appelèrent Churchill et Thompson qui dressèrent un plan et, avec Smith, Williams et Mc Coy, il alla trouver Coleman pour lui demander les clefs du coffre à armes (que Coleman l’armurier conservait toujours), disant qu’il avait besoin d’un mousquet pour tirer un requin qui s’était approché du bord ; et trouvant M. Hallet endormi sur le coffre, il le réveilla et l’envoya sur le pont ; les clefs furent produites immédiatement et le petit groupe fut armé, ainsi que tous ceux qui se trouvaient là, sans qu’ils sachent pourquoi. Pendant ce temps, Norman avait réveillé M. Hayward pour qu’il s’occupe du requin, ce qu’il était en train de faire lorsque M. Christian sortit de l’écoutille d’avant avec son groupe laissant Thompson à la garde du coffre à armes, mettant Burkett et Lamb en armes à la garde de l’écoutille ; ayant ordonné à Hayward et Hallet de garder le silence, il procéda à l’arrestation du lieutenant Bligh qu’il conduisit sur le pont ; puis, plaçant deux sentinelles devant la cabine du second pour qu’il y reste, il garda le cannonier et M. Nelson dans le cockpit, procédant ensuite comme il a été décrit.

81Vers 9 heures une brise se leva et les voiles furent établies. Ayant demandé l’opinion du groupe, il fut décidé de se diriger vers Tahiti et nous fîmes route au sud-ouest. Tandis que M. Christian faisait son récit, je me souvins l’avoir vu fixer les montants de bois sur la planche la nuit précédente. J’avais aussi entendu le Maître d’équipage dire au charpentier « cela n’ira pas cette nuit » et, plus tard, je vis M. Stuart et M. Christian monter et descendre plusieurs fois dans le cockpit avant où se trouvaient les cabines du Maître d’équipage et du charpentier, lieu où il ne se rendait jamais ou rarement. A midi Tofua se trouvait à 10 lieues dans le NE et l’embarcation invisible derrière la terre.

82M. Christian ayant décidé de sa route, obliqua vers le Sud, de façon à passer par Tupuai sur le chemin de Tahiti et ayant réparti les hommes qui restaient à bord en 2 quarts, il chargea G. Stuart de l’un des quarts, gardant l’autre pour lui et m’ordonna de m’occuper de mes magasins, des provisions et de faire fonction de maître d’équipage, Thos. Mc Intosh étant nommé charpentier et Ino. Mills canonnier. Ceci, n’étant pas à proprement parler une nomination, mais dû seulement au fait qu’il fallait avoir soin des vivres, pour qu’il puisse faire appel à quelqu’un dans ces activités diverses, chacun faisant son devoir et obéissant à ses ordres. Il ne me paraît pas impropre ici d’expliquer l’affaire plus clairement en donnant la liste de ceux qui partirent dans l’embarcation et de ceux qui restèrent.

83Ceux qui partirent dans l’embarcation étaient :

Wm. Bligh

Lieutenant et commandant

Jno. Fryer

Second

Wm. Elphinstone

Troisième officier

Wm. Cole

Maître d’équipage

Wm. Purcill

Charpentier

Wm. Peckover

Aspirant

Thos. Hayward

Aspirant

Jno. Hallet

Aspirant

Jno. Samuel

Écrivain

Thos. Ledward

Chirurgien assistant

Rob. Tinkler

Aspirant

Jno. Norton

Second maître de timonerie

Peter Linkletter

Second maître de timonerie

Geo. Simpson

Aide-second maître

Lawce. Labogue

Voilier

Jno. Smith

Cuisinier du commandant

Thos. Hall

Cuisinier du bord

Robt. Lamb

Boucher

David Nelson

Botaniste

en tout 19

84Ceux qui restèrent à bord étaient :

Fletcher Christian

Lieutenant

Geo. Stuart

Aspirant

Edward Young

Aspirant

Peter Heywood

Aspirant

Jas. Morrison

Second maître

Thos. McIntosh

Ouvrier charpentier

Jno. Mills

Second canonnier

Chas. Norman

Second charpentier

Isaac Martin

Second charpentier

Chas. Churchill

Maître d’armes

Josh. Coleman

Armurier

Willm. Muspratt

Steward du commandant

Jno. Summer

Matelot

Jno. Williams

Matelot

Jno. Millward

Matelot

Wm. McCoy

Matelot

Mathw. Thompson

Matelot

Mathw. Quintrell

Matelot

Alexr. Smith

Matelot

Thos. Burkett

Second maître canonnier

Heny. Heildbrandt

Tonnelier

Michl. Byrn (aveugle)

Matelot

Richd. Skinner

Serviteur du second

Thos. Ellison (un jeune garçon)

Matelot

Wm. Brown

Aide-botaniste

en tout 25

85D’après ces listes, il apparaît que M. Christian avait le groupe le plus fort, ce qui, toutefois, n’était pas le cas, ce que M. Bligh lui-même doit avoir et a déjà reconnu, mais le fait est que personne ne semblait désireux de contester cette supériorité et M. Christian, à la tête de 8 ou 9 hommes, fut laissé libre d’agir, comme il a été décrit plus haut ; même après le départ de l’embarcation certains semblaient ignorer le rôle qu’ils avaient joué dans cette affaire.

86M. Christian se trouvant maintenant maître du navire, donna l’ordre de jeter tous les plants à la mer, pour débarrasser la cabine, ce qui fut terminé le Ier ou le 2 mai et on rassembla dans la cabine les affaires des officiers, ainsi que les étoffes et curiosités de Tahiti et de l’Archipel des Amis. M. Christian prit possession de la cabine de M. Bligh.

87Mai 1789. — Ayant raison de penser, d’après la situation, que le navire pourrait encore être récupéré si un groupe pouvait être constitué et sachant que plusieurs hommes n’étaient pas du tout contents de leur état, je dressai un plan et gagnai plusieurs personnes à mon.projet, de profiter de la nuit de notre arrivée à Tahiti, ce qui nous permettrait d’envoyer à terre ceux que nous n’aimions pas ; selon toutes probabilités, notre plan serait favorisé par une distribution supplémentaire de grog. Ces questions ayant été réglées, je ne doutais pas que chacun se montrât à la hauteur de la situation et, pour éviter que les autres n’apprissent nos projets, nous affections une grande réserve les uns vis-à-vis des autres ; mais je découvris bientôt, à mon indicible surprise, que M. Christian était au courant de nos intentions, quelques-uns de son groupe ayant entendu parler de nos plans — mais comme il ignorait le nombre de ceux qui y étaient impliqués, il ne prit d’autre mesure que de menacer Coleman de le débarquer à Tupuai, jusqu’à ce que le bateau soit revenu de Tahiti et plaça le coffre à armes dans sa cabine, prenant les clefs de Coleman qui les avait toujours conservées. Elles furent données à Churchill qui installa son lit sur le coffre et chaque homme de M. Christian fut armé d’une paire de pistolets, M. Christian lui-même ne se déplaçant jamais sans un pistolet dans sa poche, le même que M. Bligh utilisait auparavant ; son groupe exerçait une étroite surveillance, prenant soin de faire le troisième dès qu’il voyait deux hommes en conversation.

  • 9 Tupuai, île du groupe des Australes est à environ 300 milles dans le sud de Tahiti. Aucun Européen (...)

88Le 9, par la latitude 30 sud, le vent passa à l’ouest et un fort grain déchira le petit hunier. Ce fut le premier accident de ce genre pendant le voyage, dû, sans aucun doute, à la grande usure des voiles ; cependant elle fut vite remplacée et nous bénéficiâmes d’une bonne brise jusqu’à l’arrivée à Tupuai9, le 28 mai.

89Au cours de ce passage, M. Christian fit découper, dans les vieilles bonettes, des uniformes pour tout l’équipage, et utilisa le sien comme parements, observant que rien n’avait plus d’effet sur l’esprit des Indiens que l’uniformité du vêtement ce qui, soit dit en passant, a aussi son effet sur les Européens, étant toujours synonyme de discipline, particulièrement sur les navires de guerre britanniques. Étant à proximité de l’île, Geo. Stuart fut envoyé, sur le petit cotre pour examiner le récif et reconnaître la passe décrite par le cap. Cook. Tandis qu’il était occupé à ce travail, il fut attaqué par des indigènes dans une pirogue, qui, l’ayant abordé, s’emparèrent d’une vareuse et de plusieurs autres choses ; n’ayant d’autres armes qu’une paire de pistolets dont l’un ne partit pas et sans qu’il put constater si un résultat avait été obtenu avec l’autre ; ils ne furent pas blessés, car les longues lances des indigènes étaient inutilisables dans le combat de près et, finalement, effrayés par la détonation du pistolet, les indigènes s’enfuirent ; le cotre ayant mouillé un grappin pour marquer le passage, le navire entra et mouilla dans l’après-midi du 29 et le lendemain matin s’ancra et se toua dans une baie à fond de sable par 3 brasses et demi de fond et à deux encablures du rivage.

90Les indigènes commencèrent alors à se rassembler sur la plage et beaucoup d’entre eux environnèrent le navire dans leurs pirogues, étant, au début, assez timides, pagayant autour du navire et soufflant dans leurs conques dont ils avaient un ou deux exemplaires dans chaque pirogue ; après avoir examiné le navire, ils allèrent retrouver ceux qui se trouvaient sur la plage et qui paraissaient armés de massues et de lances d’un bois noir et brillant ; habillés d’un costume rouge et blanc et soufflant dans leurs conques ils avaient l’air redoutable.

91Ils se tinrent éloignés pendant toute la journée et tout ce que nous pûmes leur dire (bien qu’ils semblaient parler la langue tahitienne) pour les persuader de venir à bord fut sans résultat. Le lendemain matin, nous constatâmes que le nombre d’hommes et de pirogues avait beaucoup augmenté, étant arrivés dans la nuit et enfin un homme âgé, que nous supposâmes être un chef vint à bord. Il parut être étonné de tout ce qu’il voyait et effrayé des cochons, chèvres, chiens, etc... s’enfuyant quand l’un de ces animaux s’approchait de lui. M. Christian lui fit plusieurs cadeaux et il s’en retourna à terre apparemment satisfait et promettant de revenir, mais nous soupçonnâmes que sa visite n’était pas dans un but amical, car il avait pris soin de nous compter et les armes furent sorties de façon à être prêtes pour la visite promise, leur aspect féroce ne nous laissant aucun doute sur le sens de cette visite.

92Vers midi nous observâmes une certaine agitation sur la plage et de nombreuses pirogues chargées d’hommes furent mises à l’eau et se dirigèrent vers le navire. Parmi ces pirogues se trouvait une pirogue double remplie de femmes bien habillées, la tête et le cou ornés de fleurs et de nacres ; en s’approchant du navire elles se mirent debout, commençant à battre la mesure d’une chanson qui leur était donnée par l’une d’elles qui paraissait une personne de conséquence et que nous apprîmes plus tard être la fille d’un chef ; elles étaient toutes jeunes et belles et avaient de longs cheveux qui leur tombaient dans le dos en ondulations bouclées. Au nombre de 18, elles vinrent à bord sans cérémonie, accompagnées de cinq hommes sur les six qui pagayaient la pirogue. Pendant ce temps, 50 pirogues de 15 à 20 hommes chacune, pagayant vers l’autre bord environnèrent le navire en soufflant dans leurs conques, ce qui nous fit supposer que les femmes avaient été envoyées en guise de piège, étant montées à bord de si bonne volonté ; mais ayant constaté que nous étions sur nos gardes et que nous avions changé de costume, ils furent déçus et ne firent aucune tentative.

93Les femmes furent traitées civilement et chacune reçut des cadeaux, mais les hommes qui les suivaient se mirent à voler tout ce qu’ils pouvaient trouver et l’un d’eux s’empara de la rose du compas dont le verre était cassé, mais M. Christian l’ayant vu, alors qu’il cherchait à la cacher, la lui reprit non sans difficulté et en la déchirant, car l’homme était vigoureux et une bagarre s’ensuivit. M. Christian ayant, toutefois, eu le dessus lui donna 2 ou 3 coups avec une manœuvre et le renvoya dans la pirogue, suivi des autres — qui n’avaient pas perdu leurs temps — ainsi que les femmes que nous n’estimâmes pas prudent de retenir. Lorsqu’ils s’écartèrent du bord, ceux qui étaient dans les pirogues se mirent à brandir leurs armes avec des gestes menaçants et l’un d’eux se saisissant de la bouée la coupa et s’apprêtait à l’emmener avec lui, lorsque M. Christian, l’ayant aperçu, tira un coup de mousquet dans sa direction et une pièce de 4 ayant été chargée de mitraille et tirée, ils s’enfuirent tous vers le rivage. Les embarcations furent envoyées à leur poursuite, mais en arrivant sur la plage, l’atterrissage fut vigoureusement disputé, les indigènes faisant tomber une pluie de pierres sur les embarcations, sans paraître faire attention aux mousquets, jusqu’au moment où ils virent les leurs tomber ; ils s’enfuirent alors vers les bois et, en quelques instants, ils avaient tous disparu. Comme ils avaient de nombreuses pirogues sur la plage, M. Christian les fit prendre en remorque et les fit amarrer à l’arrière, pensant qu’elles serviraient à faire la paix, mais le vent ayant tourné au N-W et les pirogues s’étant remplies, elles se détachèrent pendant la nuit et dérivèrent jusqu’au rivage où elles demeurèrent, aucun indigène n’ayant fait son apparition. Dans les pirogues se trouvaient des quantités de cordes qui à notre idée étaient destinées à nous attacher si leur plan avait réussi et nous apprîmes, plus tard, que c’était bien dans ce but qu’elles avaient été apportées. Cette baie se trouve dans le N-W de l’île, face à la passe (la seule dans le récif), décrite par le capitaine Cook et, à partir de ce moment, nous l’appelâmes la baie Sanglante.

94Le matin du 30, les indigènes n’ayant pas apparu, les embarcations furent armées et se dirigèrent vers l’Est de l’île, une embarcation portant un drapeau blanc à l’avant et l’autre un « Union Jack ». M. Christian accosta en plusieurs endroits, laissant des présents de hachettes, etc... dans les maisons, mais malgré ses recherches, il ne vit aucun indigène et fut obligé de s’en retourner.

95Le 31 au matin, quelques-uns apparurent et hissèrent les pirogues sans intervention de notre part ; ils se retirèrent avant que l’embarcation n’eût atteint le rivage. Une embarcation fut envoyée à terre pour débarquer une jeune chèvre et 2 cochons qui étaient malades et revint sans avoir aperçu aucun indigène et les ancres ayant été levées nous sortîmes en mer, faisant route au N-NE vers Tahiti.

96M. Christian ayant formé le projet de s’installer dans cette île, avait décidé d’y revenir dès qu’il aurait pu se procurer un stock de cochons, de chèvres et de poulets, qui ne paraissaient pas exister sur cette île, pourtant bien fournie en arbres à pain cocotiers et bananiers ; il était d’autant plus tenté que l’île avait à peine 18 milles de tour et qu’elle comptait apparemment peu d’habitants, dont il espérait s’assurer l’amitié par force ou par persuasion ; de plus, le mouillage n’étant pas attrayant il pensait que personne ne choisirait cette île quand il était possible d’aller à Tahiti et qu’ainsi il pourrait y vivre en paix, ce qui était tout ce qu’il désirait, sachant que ses actions lui interdisaient à jamais un retour en Angleterre et l’accès de tout lieu civilisé. Il ne rêvait de rien d’autre que de s’installer à Tupuai.

97Toutefois, je ne puis pas dire que j’aie jamais été d’accord avec M. Christian sur le projet qu’il avait formé, ni eu une impression favorable sur les indigènes de Tupuai, dont l’aspect sauvage et le comportement n’auraient jamais eu la faveur d’un homme sensé, mais auraient été bien capables de provoquer une aversion.

98Juin 1789. — Au cours du passage, il donna l’ordre de ne jamais prononcer le nom de cette île, ni d’en parler aux indigènes et si quelqu’un s’avisait de prononcer le vrai nom, il le punirait sévèrement, déclarant que si un homme désertait, il le fusillerait à son retour ; nous savions tous que c’était une promesse qu’il était en mesure de tenir et ayant affecté son groupe à une surveillance constante, il distribua la pacotille parmi tout l’équipage pour qu’ils en fassent le meilleur commerce possible, car ce serait le dernier qu’ils auraient jamais l’occasion de faire. Il fit aussi procéder à plusieurs distributions des vêtements des officiers et hommes qui étaient tirés au sort avec des tickets et il se trouvait toujours que le groupe de M. Christian était mieux servi que ceux qui étaient considérés comme tièdes ; toutefois on n’y fit pas attention sur le moment, car les opinions différaient là-dessus.

99Le 6 juin, nous mouillâmes dans la baie de Matavai et les indigènes se pressèrent à bord en grand nombre ; ils étaient heureux de nous revoir et demandèrent où étaient les autres et ce qui nous avait fait revenir de si tôt et où nous avions laissé les plantes, car ils savaient que notre absence avait été de trop courte durée pour avoir pu rentrer chez nous, d’après la description que nous leur avions faite auparavant de la distance à parcourir.

100A toutes ces questions M. Christian répondit que nous avions rencontré le capitaine Cook qui avait pris M. Bligh et les autres, ainsi que les plants et l’embarcation et nous avait envoyés chercher des cochons et des chèvres pour un nouvel établissement, sur les instructions du roi, en Nouvelle-Hollande. Ceci ayant été porté à la connaissance des hommes, aucun n’osa le contredire, car toute déclaration contraire serait revenue à ses oreilles, les Tahitiens n’étant pas remarquables pour garder un secret. Même si ce n’avait pas été le cas, il y en aurait eu peu qui auraient été capables d’expliquer la chose, ne connaissant pas suffisamment le langage.

101Pendant que nous étions au mouillage, l’armurier se mit au travail pour faire de la pacotille et Churchill et moi-même fûmes envoyés à terre pour acheter des cochons, des chèvres, etc. Pendant ce temps, M. Christian recevait les chefs à bord, les abreuvant de vin et d’arack, dont ils devinrent très friands. A bord, chacun achetait du bétail et des provisions et bien qu’à notre précédent départ l’opinion générale était que nous avions appauvri l’île, nous fûmes maintenant convaincus que ce que nous avions pris ne leur avait pas manqué, car le pays était plein de cochons qui avaient été cachés à notre vue et ils paraissaient plus à même d’approvisionner une flotte entière qu’un seul navire. Les demandes de fer crûrent à un tel point que l’armurier, bien que travaillant sans relâche, ne pouvait y suffire et cela malgré un bon stock qui n’avait pas été utilisé lors de notre précédent séjour.

102Le 10, William Mc Coy étant de garde, fit feu sur un groupe d’indigènes qui encombraient la coupée et qui ne dégageaient pas assez rapidement à son idée, mais sans dommage et on n’y fit pas attention ; la nuit du 14, Churchill apercevant une pirogue à l’avant du navire, la héla et ne recevant pas de réponse fit feu dans sa direction et elle s’éloigna.

103Il est à remarquer ici, que le récit de M. Christian fut très bien accepté par les indigènes qui n’avaient pas encore été informés de la mort du capitaine Cook, M. Bligh ayant ordonné que personne ne parle de sa mort, mais bien de dire qu’il était en vie en Angleterre et qu’il reviendrait probablement à Tahiti ; M. Christian leur ayant dit qu’il viendrait probablement à Tahiti dès qu’il aurait procédé à l’établissement du pays qu’il appelait Aitutaki, ils furent parfaitement satisfaits et étant plus intéressés par le commerce que par tout autre chose, ils ne posèrent que peu de questions et n’y pensèrent plus.

104Nous restâmes ici jusqu’au 16 et pendant ce temps fûmes ravitaillés abondamment en toutes choses nécessaires par nos vieux amis les indigènes et je ne pense pas qu’ils auraient eu une plus mauvaise opinion de nous s’ils avaient connu la vérité, ou qu’ils auraient été hésitants à nous ravitailler, car M. Christian était très aimé de tous ; par contre, M. Bligh n’était aimé de personne, bien qu’ils eussent pris soin de le flatter pour ses richesses, comme c’est le cas dans les nations civilisées, ceux qui détiennent le pouvoir étant toujours courtisés.

105Le but principal de ces gens est de se procurer du fer, et, comme l’or pour nous, peu leur importe d’où il vient et comment ils l’obtiennent, pourvu qu’ils se le procurent.

106A la date du 16, nous nous étions procurés 460 cochons, surtout des producteurs, 50 chèvres et une quantité de poulets, quelques chiens et un chat ; et pour quelques plumes rouges, nous eûmes le taureau et la vache, dont ils ne faisaient pas grand cas.

107Avec tous ces animaux ainsi qu’une quantité de provisions pour l’usage immédiat, nous nous préparâmes à prendre la mer, ayant à bord 9 hommes, 8 jeunes garçons, 10 femmes et une petite fille, certains d’entre eux s’étant cachés dans le navire jusqu’à ce que nous fussions en mer. Ayant halé sur le cable, le navire prit de l’erre, mais s’étant trop approché du banc du Dauphin, nous fûmes obligés d’abandonner l’ancre et de faire voile. Lorsque nous fûmes au dehors un certain nombre d’indigènes firent leur apparition, parmi lesquels Hitihiti et plusieurs de nos vieux amis ; M. Christian constatant qu’il était trop tard pour les envoyer à terre, consentit à les emmener sur la demande de quelques-uns de son groupe, mais leur annonça qu’ils ne verraient plus jamais Tahiti, ce qui parut les laisser tout à fait calmes et satisfaits, et ne donnant jamais le moindre signe de tristesse d’être séparés de leurs amis ; par la suite, je ne les ai jamais entendus se plaindre.

108Le temps étant mauvais pendant le passage, le taureau qui ne pouvait se tenir sur ses pattes et qui refusait de se coucher fit plusieurs chutes qui fini-finirent par le tuer, car nous ne connaissions pas de méthode pour l’attacher et son poids étant trop élevé pour lui, nous fûmes forcés de le jeter pardessus bord, mais bien que les cochons et les chèvres se fussent piétinés les uns les autres, par manque de place, nous ne perdîmes que 4 cochons et une chèvre pendant le passage et arrivâmes en bon ordre avec le reste, mouillant le 23 dans la baie Sanglante. Les pigeons furent lâchés et une paire s’envola vers la terre, mais ne revint jamais.

109Nous trouvâmes les indigènes maintenant très amicaux et semblant être un peuple différent ; ils vinrent à bord, paisiblement, sans armes et sans conques et sans la moindre apparence d’hostilité, ce qui amena M. Christian à débarquer la vache et deux cents cochons sur l’île, ce qui terrifia beaucoup plus les indigènes que ne l’avaient fait les armes. Le reste du bétail fut débarqué sur les îlots où il serait plus facile de les surveiller, les autres étant abandonnés à leur propre sort sur l’île.

110Le débarquement du bétail prit plusieurs jours et, pendant ce temps, nos Tahitiens apprenant rapidement la langue des Tupuai devinrent nos interprètes et se lièrent rapidement avec les indigènes qui nous informèrent que onze hommes et une femme avaient été tués dans l’affaire de la baie Sanglante ; ils dépendaient d’un chef de l’île appelé Tinirau ; n’en ayant vu tomber que deux, nous fûmes bien obligés de les croire. Ils nous montrèrent aussi des balles de mousquet qui avaient frappé des arbres de fer et qui, tombées à terre, étaient portées par les indigènes autour du cou sur une ficelle.

111Juillet 1789. — Le chef de cette partie de l’île, appelé Tamatoa, fit son ami de M. Christian, à la mode de l’île. M. Christian se rendant à la maison de ce dernier fut conduit au marae et assis sur un paquet d’étoffes placées là pour l’occasion et entouré de toute la famille du chef et des chefs de familles, qui étaient soit ses sujets, soit des membres de son district. Le chef fit tout d’abord un long discours, lui présentant un jeune bananier (qui est ici l’emblème de paix) et une racine de ava, le saluant du nom de Tamatoa ; ses parents vinrent ensuite, chacun à son tour avec le même cérémonial, avec cependant cette différence que chacun lui présentait une pièce d’étoffe en plus du bananier et du ava ; après eux vinrent les gens du district, chacun accompagné d’un homme (au nombre de 50) portant deux paniers pleins de provisions et une pièce d’étoffe. Les provisions étaient constituées par du poisson cru et préparé, des fruits de l’arbre à pain, du taro, des bananes, noix de coco, etc. qui furent toutes placées devant lui ; puis les femmes de la famille du chef vinrent, suivant ce même cérémonial et, lorsque tout fut terminé, les hommes prirent l’étoffe, les provisions et le ava et portèrent le tout aux embarcations. Le chef vint à bord avec M. Christian et y resta toute la nuit, passant la plus grande partie de celle-ci à prier au chevet de M. Christian. Le lendemain matin, M. Christian lui fit plusieurs cadeaux, consistant en hachettes, plumes rouges, étoffes de Tahiti et nattes, ce qui parut lui faire grand plaisir, appréciant les plumes rouges plus que tout le reste ; M. Christian se rendit ensuite à terre avec lui pour faire le choix d’un terrain qui conviendrait à son installation, mais n’en trouvant aucun qui lui plaise dans le district de Tamatoa, il se rendit dans l’est, au district voisin qui appartenait à un chef appelé Taroatoa, qui n’était pas allié à Tamatoa, mais qui reçut M. Christian d’aimable façon et, ayant pris connaissance de ses intentions, l’invita à venir sur ses terres, l’engageant à y amener son navire et à choisir n’importe quelle parcelle de son district, proposition que M. Christian accepta, car il avait aperçu un terrain qui lui convenait et en conséquence fit échange de noms avec lui. Ceci rendit Tamatoa jaloux et il fit tout son possible pour persuader M. Christian de ne pas y aller ; voyant que c’était en vain, il se mit en colère. M. Christian lui promit de demeurer son ami, ce qui, toutefois, ne le satisfit pas et, avec Tinirau, il s’arrangea pour combattre cette nouvelle alliance, en défendant à leurs sujets d’aller à bord et d’avoir des rapports quelconques avec M. Christian qui s’efforça, mais sans succès, de les amener à lui avec des présents ; toutefois, poursuivant son plan, il ne prêta pas attention à leurs manœuvres pour le moment, bien que cette défense faite à leurs gens de venir à bord ait considérablement diminué l’approvisionnement ; le district de Taroatoa étant petit, ne pouvait nous ravitailler en quantités suffisantes.

112M. Christian se rendit plusieurs fois chez Tinirau sans pouvoir jamais le rencontrer, car lui-même et sa suite disparaissaient à son approche. Il prit alors la décision de s’installer à terre, toutes affaires cessantes, donnant les ordres nécessaires pour économiser les provisions de mer et pour soigner le bétail. Son seul but était maintenant de s’installer à terre, et ayant choisi un terrain à 4 milles dans l’est de la passe, se prépara à haler le navire jusqu’à cet endroit aussi vite que possible, mais ce travail s’avéra laborieux, étant donné le manque de fond ; le passage était tellement encombré de pâtés de coraux, qu’il était impossible d’aller en ligne droite. De plus, nous étions souvent arrêtés par la brise qui se lève entre 10 et 11 heures et souffle jusqu’à 4 heures. Nos embarcations n’étaient pas non plus faites pour porter de longues touées et des ancres, la plus grande étant un petit cotre de 20 pieds.

113Arrivés à mi-chemin, il devint nécessaire d’alléger le navire en pompant l’eau, mais cela étant insuffisant, les espars et les bômes furent enlevés et mouillés avec un grappin ; un vent frais s’étant levé, ils se mirent à dériver et nous ne les retrouvâmes plus, ce que, toutefois, M. Christian ne considéra pas comme une grande perte, ayant abandonné toute idée de navigation future.

114Le 8 juillet, nous pûmes atteindre le lieu choisi et ancrâmes le navire à l’avant et à l’arrière par trois brasses de fond, la pointe la plus à Test de l’île étant dans TE-S-E et l’îlot le plus à l’ouest N par E, à une demi-encablure de la terre ; les voiles furent désenverguées et les vergues et mâts de perroquet amenés. Le 10, M. Christian alla à terre pour choisir le terrain sur lequel il allait construire un fort et choisit un emplacement qui se trouvait par le travers du navire et reçut la permission du chef Taroatoa (qui le rencontra là) d’en faire l’usage qui lui plairait.

115Rentrant à bord, il s’aperçut que Jno. Sumner et Mathew Quintrell, étaient allés à terre sans permission, ne revenant que le lendemain matin ; il les fit alors venir à l’arrière et leur ayant demandé comment il se faisait qu’ils fussent allés à terre sans sa permission, ils répondirent : « Le navire est à l’ancre et nous sommes maintenant nos propres maîtres. » A ces mots, il braqua son pistolet (qu’il gardait toujours dans sa poche) sur la tête de l’un d’eux et dit : « Je vous montrerai qui est le maître » et ordonna de leur faire mettre les fers aux deux jambes. Cette attitude énergique eut pour résultat de les convaincre qu’il ne fallait pas plaisanter et lorsqu’ils furent remontés le lendemain, ils lui demandèrent pardon et promirent de se mieux conduire à l’avenir ; ils furent alors relâchés. Toutefois, pour éviter que cela ne se produise, il donna la permission à deux hommes d’aller dormir à terre, chaque nuit, et permission générale d’aller à terre le dimanche. Il fit également une distribution de plumes rouges à tout l’équipage, mais ayant constaté qu’il en manquait dans sa cabine, Thomas Ellison fut accusé de les avoir prises, car il le servait et se trouvait fréquemment dans la cabine. Amené à la coupée, ligoté et dévêtu, il continua à affirmer son innocence, et personne ne l’ayant vu avec des plumes, il fut relâché.

116Ayant donné des instructions pour que parmi les hommes en permission, l’équipage d’une embarcation se rende chaque dimanche aux îlots pour voir le bétail, tout se trouva réglé pour l’instant ; la forge fut montée et l’armurier chargé de faire des baguettes en fer pour les mousquets, celles en bois étant brisées pour la plupart ; lorsque celles-ci furent terminées, il entreprit de transformer les hachettes à bœuf salé, en vue de les utiliser pour couper du bois et abattre des arbres.

117Dès que les hachettes furent prêtes, les instructions suivantes furent données : Wm. Brown et son Tahitien furent chargés de débrousser un terrain et d’y planter des ignames ; Jos. Coleman et William Mac Coy furent chargés de la forge, pour faire des bêches, des binettes et des pioches ; Heny Heildbrandt fut chargé de cuire les provisions, Michl. Byrn et Thos. Ellison furent chargés de l’entretien des embarcations, le reste devant se rendre en armes à terre pour travailler, les armes étant gardées par une sentinelle dans un lieu convenable, tandis que les autres débroussaient le terrain ; l’une des embarcations retournerait au navire, l’autre étant mouillée près de la plage avec un grappin.

118Le 18, nous allâmes à terre et rencontrâmes le chef et quelques amis, qui présentèrent à M. Christian deux jeunes bananiers et deux racines de ava, en offrande de paix et le terrain mesuré pour le fort fut occupé en retournant une motte et en hissant le « Union Jack », sur un poteau planté dans le terrain. A cette occasion on but une ration supplémentaire de grog et le lieu fut baptisé « Fort George » ; ce terrain étant infesté de rats, des chats furent amenés à terre et lâchés.

119Tandis que nous étions occupés à ce travail, nous fûmes alarmés par un grand vacarme de hurlements et de cris affreux que nous prîmes tout d’abord pour des cris de guerre, ce qui nous fit prendre les armes et envoyer quelques Tahitiens pour voir ce qu’il se passait ; ils revinrent peu de temps après, déclarant que ces cris venaient d’une cérémonie funèbre, la coutume du pays étant que lorsqu’un notable meurt, tous ses parents et amis assistent à ses obsèques et, lorsque le corps est placé dans la tombe, le prêtre fait une longue prière et les assitants font retentir l’air de cris horribles, se tailladant la tête et la poitrine avec des coquillages et se badigeonnant le corps avec le sang ; après quoi la tombe est remplie et ils se retirent laissant la famille du défunt à son deuil. Nantis de ces renseignements, nous retournâmes à notre travail. Le terrain ayant été défriché, les dimensions du fort furent marquées sur le sol ; de forme quadrangulaire, il avait 100 mètres de côté (à l’extérieur du fossé), largeur du fossé 6 mètres, profondeur 7 mètres, épaisseur du mur à la base 6 mètres, au sommet 4 mètres, avec un pont-levis du côté faisant face à la plage ; les canons du navire devaient être installés de la façon suivante ; une pièce de 4 à chaque angle et sur chaque côté deux canons à pivot avec deux en réserve, qui pouvaient être amenés en un point quelconque si le besoin s’en faisait sentir ; de cette façon deux pièces de 4 et 4 pièces à pivot pouvaient être mises en action, dans n’importe quelle direction et dans certaines directions, trois pièces de 4 et 6 pièces à pivot. Tout étant ainsi décidé, nous nous mîmes au travail, bien qu’aucun de nous n’eût de connaissances en fortifications ; les uns coupaient des pieux, d’autres faisaient des voliges, découpaient des mottes, d’autres encore construisaient ou creusaient le fossé, les charpentiers faisaient des brancards pour le transport des matériaux et coupaient des arbres pour les portes et le pont-levis ; et ainsi les travaux avançèrent rapidement. M. Christain était loin d’être un spectateur inactif, car il prenait toujours part aux travaux les plus rudes et une demi-pinte supplémentaire de bière fut servie deux fois par jour.

120Août 1789. — Nous continuâmes nos travaux sans être interrompus par les indigènes qui étaient nombreux à nous rendre visite chaque jour et ne semblaient plus aussi enclins à nous voler qu’au début, car la seule chose qui les intéressait était les plumes rouges et les coqs dont les plumes du cou étaient rouges devinrent un article de valeur, étant considérés très supérieurs aux gris et aux noirs, les indigènes les considérant avec une attention particulière ; mais les objets en fer et nos vêtements ne les intéressaient pas et bien que nous voyant utiliser nos haches et autres outils de fer, ils ne leur attribuaient aucune valeur et ne semblaient pas du tout désireux de les avoir en leur possession, ce qui nous arrangeait fort bien ; leurs étoffes étant recouvertes d’un enduit imperméable, ils les préféraient aux nôtres et préféraient une pièce de belle étoffe tahitienne au meilleur de nos vêtements. Toutefois, nos Tahitiens n’étaient pas si ignorants et aimaient mieux se servir de nos haches que de leurs herminettes de pierre ; toutefois ils ne firent jamais aucun effort pour convaincre les indigènes.

121Le 20 août, M. Christian, avec quelques hommes, fit le tour de l’île à la voile dans le grand cotre ; ayant été à terre dans la partie sud, il fut bien reçu par un chef nommé Hitirere ; il fut invité en plusieurs endroits à aller à terre, mais en fut empêché par les difficultés de la côte. Arrivé sur la côte Est, le chef Tinirau envoya un homme porteur d’un jeune bananier et d’une racine de ava, avec une invitation à venir à terre. M. Christian reçut l’offrande, mais la côte étant rocheuse, ne put s’approcher à plus de 3/4 de mille de la plage et fut obligé de décliner l’invitation et de rentrer à bord.

122Le 25, les Tahitiens furent envoyés à la recherche de noix de coco, mais furent bientôt asaillis par les indigènes qui les chassèrent, tuant presque l’un d’eux avec une pierre. Cette nouvelle ayant été rapportée au fort, M. Christian fit armer le groupe et se rendit au lieu où se trouvaient un certain nombre d’indigènes en armes et 2 coups de mousquet ayant été tirés sur eux, ils s’enfuirent. Le lendemain, on nous apprît qu’un homme avait été tué, mais comme il avait été emporté, nous ne pûmes le voir.

123Après cela le calme revint pour quelques jours, mais les hommes aimant dormir à terre, quelques-uns d’entre eux furent attirés par les femmes jusqu’au district de Tinirau et là, dépouillés de leurs vêtements ; c’est ainsi que Alex. Smith fut gardé prisonnier dans la maison de Tinirau. Dès que M. Christian le sut, il décida de punir les offenseurs et se rendit avec sa troupe dans le district de Tinirau, mais celui-ci s’enfuit à son approche. Lorsque nous arrivâmes à la maison de Tinirau, la femme qui avait été la compagne de Smith amena ce dernier qui n’avait que sa chemise sur lui, le reste de ses vêtements ayant été emporté par un homme de Tinirau. M. Christian envoya plusieurs messagers à Tinirau lui demandant de renvoyer les vêtements et faire la paix, demandes qui furent toutes deux refusées ; après avoir attendu plusieurs heures et envoyé plusieurs messagers qui revinrent tous avec la même réponse, il décida de brûler la maison, ce qui fut fait, mais avant d’y mettre le feu, il en retira des massues et des lances et deux curieuses images sculptées de Dieux Lares, qui étaient décorées de nacres, de cheveux humains, de dents et d’ongles taillés d’une manière très étrange et entourés d’une sorte de couronne de plumes rouges provenant de la queue du paille-en-queue. M. Christian supposant que ces images étaient précieuses à leur propriétaire, s’en saisit, espérant que leur retour pourrait peut-être aider à faire la paix et la maison étant maintenant en flammes, il retourna au navire. La jeune femme qui avait été la compagne de Smith l’accompagna à bord, de son plein gré, disant que ses compatriotes la maltraiteraient, en raison de ses rapports avec lui, si elle restait à terre parmi eux, et, lorsqu’elle trouva des compagnons à bord, elle fut tout à fait satisfaite et contente.

124Septembre 1789. — Nous retournâmes au travail qui continua à avancer quoique moins bien qu’au début et, au Ier septembre, les montants de la porte furent placés et le 3/4 des murs terminés ; le 2 Tinirau arriva avec une suite nombreuse, chargés de paniers de provisions qu’il présenta à M. Christian, en offrande de paix, suppliant en même temps qu’on veuille bien lui rendre ses Dieux Lares, ce que M. Christian promit de faire, à la condition qu’il rapporte les vêtements volés et qu’il promette de ne pas maltraiter les hommes qui s’aventureraient dans son district ; ayant donné son accord à toutes ces conditions, il donna l’ordre de préparer du ava pour en boire en compagnie de M. Christian, mais, ce dernier ayant refusé, Tinirau se leva fort courroucé et partit suivi de sa troupe parce qu’il avait pu se rendre compte que M. Christian avait eu vent de sa traîtrise, sa troupe étant venue jusqu’à une certaine distance des travaux et ayant caché là ses armes ; c’est alors qu’un jeune Tahitien ayant vu cela, en informa M. Christian qui dit à ses hommmes de prendre les armes, ce qui décida Tinirau à se retirer, ayant vu les hommes de M. Christian s’installer sur les fortifications pour les recevoir. Le garçon, lui, fut envoyé à bord avec des ordres pour Coleman, et celui-ci ayant vu les indigènes armés sur la plage fit feu d’une pièce de 4 dans leur direction, ce qui provoqua leur fuite. Le boulet ne fit d’autres dégâts que de passer à travers une maison, tranchant une poutre à laquelle un homme était en train de pendre une gourde, ce qui le terrifia au point de quitter la maison, ainsi que tous ceux qui étaient là, tout surpris, car le boulet avait disparu et, la maison n’étant pas en vue du navire, ils pouvaient difficilement croire que cela venait du navire, mais plutôt qu’il s’agissait d’un phénomène surnaturel et ils ne purent être persuadés de retourner dans la maison, la considérant comme peu sûre.

125Le 3, le vieux Tahuhuatama vint avec son fils Taroata, l’ami de M. Christian et avec ses filles ; l’une d’elle était la jeune femme qui était venue à bord à notre premier mouillage et qui s’appelait Vaiata ; ils étaient accompagnés de serviteurs portant des provisions qui furent présentées à M. Christian et, sur la demande du viel homme, les jeunes femmes exécutèrent une danse, marquant le rythme et chantant, le tout accompli avec une grande régularité et, ensuite, ce fut au tour des femmes Tahitiennes d’exécuter une danse ; lorsqu’elles s’apprêtèrent à partir, M. Christian les invita à assister à un Heiva le lendemain, ce qu’ils acceptèrent avec empressement et, dès le lendemain matin, deux d’entre les tahitiennes étaient élégamment habillées et deux hommes étaient en costume Tahitien de deuil, lorsque les invités arrivèrent ; ils purent assister à un Heiva, à la manière des îles de la Société, ce qui sembla beaucoup leur plaire ; ils admirèrent beaucoup les costumes des femmes et parurent étonnés par les costumes de deuil ; cette danse fut exécutée par les Tahitiens, alors que nos hommes étaient en armes.

126C’est alors que M. Christian commença à parler d’enlever les mâts et de désarmer le navire, ayant l’intention de construire des maisons et de vivre à terre et, comme je nourrissais l’espoir de gagner Tahiti avec le grand cotre, j’en parlai à G. Stewart et il me confia que P. Heywood et lui-même avaient le même projet. Je savais qu’une fois les mâts enlevés je pouvais les mettre dans l’impossibilité de les remettre en place en détruisant les poulies de caliorne et si nous arrivions à Tahiti nous ne serions pas en danger d’être poursuivis ; aussi je lui conseillai de faire réparer le cotre, mais il me dit que M. Christian avait déclaré que les embarcations ne seraient réparées qu’après son installation à terre. Pour éviter toute suspicion, nous décidâmes de ne pas en parler et de prendre le cotre dans l’état où il était ; de plus, ayant quelque raison de supposer que d’autres pensaient comme nous, nous décidâmes de saisir la première occasion et nous organisâmes en conséquence, mais la Providence décida mieux des choses et nous n’eûmes pas besoin de faire cette tentative téméraire, bien que la traversée fût courte et aurait pu être faite en sécurité en 5 ou 6 jours ; cependant, nous risquions de rencontrer du mauvais temps et dans ce cas notre fichue embarcation serait devenue un cercueil ce dont nous ne nous rendions pas compte sur le moment.

127Le groupe de M. Christian constatant que les indigènes empêchaient leurs femmes de venir à nous, bien que ne faisant pas d’objection à ce que nous passions la nuit avec elles dans leurs demeures, commença à murmurer et insista pour que M. Christian prenne leur tête pour ramener les femmes par la force, refusant de travailler jusqu’à ce que chaque homme ait une femme ; le désir de M. Christian étant de les persuader, plutôt que de les forcer, il refusa de prendre en considération cette demande absurde. Trois jours furent passés à débattre cette question et n’ayant rien à faire pour passer le temps, ils demandèrent plus de grog, ce qu’il refusa également ; ils brisèrent alors la serrure de la chambre aux boissons et le prirent de force.

128Pour les garder de bonne humeur, M. Christian ordonna une double ration tous les trois jours, mais tout cela en vain ; et constatant l’insuccès de ses efforts, le 10, il rassembla tout le monde à l’arrière, pour leur demander quelle était la meilleure décision à prendre. Quelqu’un aussitôt proposa qu’on aille à Tahiti où on se séparerait et où on pourrait se procurer des femmes sans faire usage de la force. Cette proposition fut tout d’abord écartée, mais fut adoptée le jour suivant à mains levées, 16 ayant opté pour Tahiti ; il fut alors décidé que tous ceux qui iraient à terre auraient des armes et des munitions et leur part de tout ce qui se trouvait à bord, le navire étant laissé sous la conduite de M. Christian, en état de naviguer avec ses voiles, ses manœuvres, et son matériel ; tout ayant été ainsi décidé, nous nous préparâmes au voyage, faisant le plein d’eau et enverguant les voiles, etc.

129Une équipe fut alors envoyée pour chercher suffisamment de bétail ainsi que la vache que nous n’avions pas vue depuis notre arrivée, mais elle fut assaillie par les indigènes qui la battirent, la dévalisèrent et la renvoyèrent avec mission de dire à M. Christian qu’ils le serviraient de la même façon. Ceci se passa le 12, jour où nous constatâmes que la femme Tupuai était retournée chez elle sans nous en avertir.

130L’équipe étant rentrée les mains vides, le 13, M. Christian fit armer 20 hommes pour aller chercher le bétail et châtier les offenseurs, prenant avec eux les 9 Tahitiens et 4 jeunes graçons dont l’un portait toujours « l’Union Jack » ; la petite troupe n’avait pas fait un mille depuis le lieu de débarquement, qu’elle fut entourée de 700 indigènes environ, qui avaient monté une embuscade dans laquelle elle tomba avant de les voir. Ils étaient tous armés de massues, de lances et de pierres et se battaient avec plus de furie que de jugement, car autrement la troupe serait certainement tombée entre leurs mains. Toutefois, ce ne fut pas le cas et, après des efforts furieux et obstinés, ils lâchèrent pied et se retitèrent avec de lourdes pertes ; et le bétail fut rassemblé sans nouvel incident.

131Ayant raison de croire qu’ils nous feraient des ennuis, chaque homme avait reçu en conséquence 24 cartouches dont 6 contenaient une balle de mousquet et 2 balles de pistolet et Hitihiti étant un excellent tireur avait reçu un mousquet, le reste des Tahitiens étant sans armes. Lorsque nous arrivâmes au Fort, nous y trouvâmes Tahuhuatama, Taraoatoa et Taroamaeva son jeune frère et beaucoup d’autres de leurs amis qui annoncèrent à M. Christian que Tinirau avait armé un certain nombre d’hommes et était décidé à contester le droit au bétail. M. Christian demanda à ses amis de rester dans le fort pour éviter qu’aucun d’eux ne souffre par mégarde ; il forma ensuite sa troupe, plaçant un Tahitien entre deux d’entre nous et ayant fait les recommandations nécessaires à tous, nous nous mîmes en marche en silence à travers bois, en direction du district de Tinirau. Après avoir parcouru à peine un mille depuis le fort, nous pénétrâmes un chemin creux, bordé d’une épaisse végétation et des ordres furent donnés de bien ouvrir l’œil ; Burkett croyant avoir entendu bouger quelque chose dans les broussailles s’y avança pour voir et reçut un coup de lance dans le côté gauche. Le Tahitien qui était à ses côtés mit aussitôt l’homme hors de combat et s’empara de sa lance, et, avant que Burkett n’ait pu parler ou faire usage de son arme, ils nous entourèrent, se précipitant sur nous avec une grande fureur et poussant d’horribles cris ; nous fîmes halte aussitôt et faisant face de plusieurs côtés dirigeâmes sur eux un feu nourri, répété plusieurs fois, avec de bons résultats. Malgré cela, ils continuèrent à se précipiter sur nous, semblant ignorer le danger et la mort. Nous fûmes alors dans l’obligation de battre en retraite jusqu’à une petite élévation derrière nous et, à ce moment, les Tahitiens étaient déjà tous armés de longues lances, prises à l’ennemi, et se comportaient bravement. A peine avions-nous atteint cette élévation, qu’ils nous poursuivirent avec une fureur redoublée, nous méprisant comme une poignée d’hommes par rapport à eux, bien que beaucoup d’entre eux fussent atteints par notre feu régulier ; toutefois la végétation étant épaisse au-dessus de nous, ils nous pressaient vivement depuis cette hauteur ; plusieurs Tahitiens ayant été blessés et M. Christian dans sa précipitation s’étant blessé sur sa propre baïonnette, nous trouvâmes prudent de battre en retraite, jusqu’à un champ de taro, à environ 200 mètres, ce que nous fîmes en bon ordre, effectuant un feu roulant pour couvrir notre retraite, nous retirant et faisant feu, tour à tour, jusqu’à ce que nous eussions atteint la clairière et là, nous étant placés derrière le talus qui coupait le champ de taro à angle droit, nous fîmes halte pour les recevoir. Ils nous suivirent de près jusqu’à ce que nous fussions hors des fourrés, dirigeant sur nous des volées de pierres, mais n’avaient pas envie de quitter les broussailles ; toutefois, quelques-uns des plus intrépides tentèrent d’entraîner leurs hommes, l’un, en particulier qui paraissait être un chef sortit à découvert invitant ses hommes à le suivre et faisant de nombreux gestes de menace ; repéré, il fut abattu d’un coup de feu, bien qu’étant à une assez grande distance, ainsi que d’autres qui tentaient de le suivre ; ceci eut pour effet de ralentir les autres qui constataient que chaque homme qui se mettait en vue était soit tué, soit blessé et se mirent à céder du terrain et à se retirer à une certaine distance. Pendant ce temps, Burkett, étant pris de faiblesse et Skinner ayant mis son mousquet hors d’usage en y introduisant une cartouche entière, reçut l’ordre de prendre Burkett et de l’assister jusqu’à l’embarcation. Nous restâmes quelque temps sur le terrain, mais constatant qu’ils n’avaient pas envie de nous essayer encore une fois, nous leur adressâmes trois hurrahs et sur ce ils s’enfuirent, nous laissant maîtres du terrain, laissant leurs morts à notre disposition, tandis que nos Tahitiens amassaient le butin qui leur plaisait, surtout des massues et des lances, dont ils étaient très amateurs.

132Et, ici, il ne paraît pas impropre de relater qu’avant de quitter le terrain, un des garçons Tahitiens avait voulu découper les mâchoires des tués pour les accrocher sur le navire, comme des trophées, disant que cela frapperait les autres de terreur ; il fut très mécontent lorsque sa demande fut refusée ; et c’est seulement la peur d’être tué qui l’empêcha de la faire, suppliant qu’on lui laissât en prendre une pour lui. Aucun des autres ne paraissait avoir ce penchant, étant peut-être plus heureux avec le butin et ayant constaté que cela ne nous plaisait pas.

133Lorsque nous rentrâmes au Fort, le vieux chef et ses amis vinrent à notre rencontre, manifestant une grande joie de notre succès. Nous fûmes aussi rejoints par Skinner, qui avait conduit Burkett à bord, et une équipe fut alors envoyée pour rassembler le bétail dont nous avions besoin et la vache fut amenée au fort sans opposition.

134En rentrant à bord, nous constatâmes que Burkett avait pansé sa plaie, qui était en bonne voie de guérison, la lance ayant frappé une des côtes sans assez de force pour la briser et, en peu de temps, cette blessure se cicatrisa. Cette affaire nous donna, toutefois, une très mauvaise opinion de nos baïonnettes, bien que plusieurs ennemis aient été tués de cette façon ; en effet la baïonnette se brisait à chaque fois, nous laissant avec la douille sur le mousquet, tandis que la lame leur restait dans le corps, et n’ayant que nos munitions, sur lesquelles nous puissions compter, sans lesquelles, homme pour homme, nous aurions eu le dessous, leurs lances étant si longues que nos baïonnettes auraient été à peu près inutilisables. Nous avions observé que bien que leur attaque eut été furieuse et désordonnée, chaque groupe de 18 à 20 hommes, avait cependant un chef qui semblait avoir une certaine autorité et dont les ordres étaient plus ou moins observés.

135Le 14, nous tuâmes la vache, dont la viande fut trouvée excellente. Le soir, le jeune chef Taroamaeva et deux de ses amis vinrent à bord, nous annonçant que 60 hommes avaient été tués ainsi que 6 femmes qui les ravitaillaient en lances et en pierres et un grand nombre blessés. Parmi les tués se trouvaient plusieurs hauts personnages dont le frère de Tinirau qui avait été tué par M. Christian lui-même ; Taroamaeva déclara qu’il était si lié avec M. Christian que, s’il restait à terre, il serait certainement tué. M. Christian lui dit qu’il partait pour Tahiti, ce qui sembla le réjouir et lui fit demander si ses deux amis et lui-même pourraient faire partie du voyage, ce que M. Christian ayant accepté, ils en exprimèrent une vive satisfaction ; ayant fait suffisamment d’eau nous levâmes l’ancre et nous dirigeâmes sans difficulté vers la passe, le navire étant beaucoup plus léger qu’avant et, après avoir paré le récif, nous mîmes en panne quelque temps pour prendre de l’eau de mer comme ballast et à midi fîmes voile, laissant Tupuai bien garni de cochons, de chèvres, de chiens et de chats, les cochons ayant quadruplé depuis leur débarquement ; mais, avant de prendre congé de l’île, il convient peut-être d’en donner une description, ainsi que de ses habitants.

136Tupuai se trouve entre le 22e et le 23e degré de latitude Sud, et à 209 de longitude Est ; ayant environ 6 milles de longueur d’Est en Ouest et environ 22 milles de circonférence, elle est entourée d’un récif à un bon mille du rivage et dans l’Est à près de 3 milles du rivage, n’ayant qu’une passe médiocre dans le Nord-Ouest, bien qu’à certains endroits elle ait des fonds de 5 à 6 brases (9 à 11 mètres). A l’intérieur du récif se trouvent 6 îlots boisés, en majorité du toa, un bois dur dont les indigènes font leurs lances et leurs massues. Quatre de ces îlots sont dans le Nord-Est et les autres dans le Sud-Est.

137L’île est montagneuse et presqu’entièrement entourée d’une bande de terrain plat de un mille à un mille et demi de large, recouvert d’arbres et de taillis, ce qui rend le passage difficile autrement que par la plage ; à l’Est, le terrain est fertile et la partie plate plus large qu’ailleurs, mais la côte ouest est rocailleuse et désertique. A cet endroit, le lagon a très peu de fond et le récif y est le plus rapproché. Les terres basses sont en général du sable de corail recouvert d’une fine couche d’humus noir, qui, en beaucoup d’endroits, n’a pas plus de 30 centimètres d’épaisseur, bien qu’en certains endroits il descende à une certaine profondeur. Près du pied des collines, il y a un grand nombre de pierres plates et la terre est de couleur rouge couvertes de fougères, de roseaux et de bambous ; sur les crêtes, on trouve des roches dénudées d’une pierre dure de couleur brune ; bien que les fonds soient très faibles en certains endroits, en d’autres nous ne l’avons pas atteint avec une ligne de sonde de 40 brasses.

138L’île produit des fruits de l’arbre à pain, des noix de coco, des ignames, taro, bananes, et, en général tout ce qui est commun aux îles de la Société ; le récif abonde en poissons et en grosses tortues.

139Le mûrier à papier ici atteint une plus grande taille que dans les îles de la Société, bien qu’il ne soit pas cultivé. Ils ont la plupart des arbres communs aux îles de la Société et possèdent une variété de primevère. L’île est arrosée d’innombrables petits ruisseaux descendant des collines, et qui étant endigués pour la culture du taro offrent un abri aux canards sauvages, qui sont très nombreux. On y trouve aussi des anguilles, des chevrettes et un petit poisson de l’espèce des gobies. L’île est très fortement peuplée et peut avoir 3 000 âmes ; leur couleur est à peu près semblable à celle des indigènes des îles de la Société, mais ils sont plus robustes et leur aspect est plus sauvage, ce qui est accentué par le turmeric (ou curcuma) et l’huile qu’ils utilisent pour colorer leurs tissus, ce qui leur donne un aspect jaune déplaisant. Les hommes portent les cheveux et la barbe de différentes façons, selon leur fantaisie, et les jeunes femmes portent les cheveux longs, tombant en ondulations jusqu’à la taille et décorés avec les feuilles blanches (hinano) du fara ainsi qu’avec des fleurs parfumées. Elles font également des colliers avec les graines de la pomme mûre du fara et avec des fleurs joliment disposées ce qui est, non seulement très seyant, mais constitue un bouquet parfumé pour elles-mêmes, ainsi que pour tous ceux qui sont assis près d’elles ; dans l’ensemble, ce sont les plus belles femmes que nous ayons vues dans ces mers ; dans leurs danses elles n’utilisent pas non plus ces gestes et ces mouvements obscènes qui sont si courants dans les îles de la Société, bien qu’elles soient aussi douées pour ces divertissements ; elles se meuvent avec grâce et leurs danses sont plus proches de celles des îles des Amis, que celles des îles de la Société.

140Les enfants des deux sexes vont nus jusqu’à l’âge de 5 à 6 ans ; les garçons ont, pour la plupart, les cheveux coupés ras, mais les filles laissent pousser leurs cheveux et ceux-ci n’étant pas gros et raides, mais tombant en ondulations, les rendent fort gracieuses à l’âge de 14 ou 15 ans. Les femmes âgées coupent leurs cheveux lorsqu’elles pleurent la perte d’un parent, mais ceci ne se voit pas chez les femmes encore capables d’avoir des enfants.

141Ils ne tuent jamais leurs enfants, comme cela se fait dans les îles de la Société et ils ignorent tout des Sociétés du genre Arioi ; ils prennent grand soin de leurs enfants et s’en occupent avec beaucoup de tendresse. Ils n’ont pas de cérémonie de mariage, mais s’unissent et vivent comme mari et femme, tant qu’ils sont d’accord et chez eux, la vertu n’a que peu de valeur. Tant qu’ils sont d’accord, ils vivent sur les terres de l’un ou de l’autre et s’ils se séparent après avoir eu des enfants, l’homme prend les garçons et la femme les filles et chacun se retire sur ses propriétés, les enfants ne constituant aucun obstacle et aucun empêchement au choix de nouveaux partenaires.

142Ils ne portent pas de tatouages et ne sont pas circoncis, prenant simplement soin d’ôter tous les poils superflus sur le corps ; comme ils se baignent rarement dans la mer, ce sont de médiocres nageurs et plongeurs, les rivières étant trop peu profondes pour cet exercice ; la plupart des femmes ne savent pas nager.

143Leur costume est semblable à celui des îles de la Société et les deux sexes portent des nacres disposées en forme de gorgerette avec des colliers de cheveux joliment tressés ; ces nacres sont assez abondantes, mais n’ayant vu aucune perle et ces huîtres étant ramassées sur le récif fréquemment à sec, il est possible qu’elles perdent leurs perles, alors qu’elles sont entr’ouvertes et à moitié mortes à la chaleur du soleil, après avoir été rejetées par la mer.

144Leur caractère ressemble plus à celui des Indiens de l’Amérique du Nord qu’à celui d’aucuns de leurs voisins ; ils semblent plus sérieux que gais et donnent l’impression d’être toujours en train de ruminer une affaire importante.

145Lorsqu’ils se déplacent, ils portent chacun une large pièce d’étoffe imperméable, de couleur pourpre qui est portée pliée, sauf lorsqu’il pleut, car ils l’utilisent alors comme une cape ; si la pluie continue, ils ôtent leurs vêtements et s’attachent une ceinture faite d’herbe et de feuilles s’ils n’ont pas de natte ; puis enveloppant leurs vêtements dans la cape, ils rentrent chez eux ou bien se rendent dans une maison voisine où ils peuvent se procurer des vêtements secs.

146Leurs tissus et leurs nattes sont faites des mêmes matériaux et de la même manière, mais sont plus grossières ; ils ont un procédé pour les teindre et les enduire d’un genre de vernis qui les rend imperméables et ils les parfument également avec des fleurs, etc. Pour cette fabrication, ils préfèrent le mûrier à papier à tout autre, bien qu’ils aient d’autres arbres ou arbustes qui pourraient convenir, car ils estiment que ce tissu est plus durable. Ils ne le blanchissent pas aussi bien que dans les îles de la Société et leurs couleurs principales sont le pourpre, le rouge et le jaune ; le jaune est extrait du curcuma qui croît abondamment ici, mais nous ne pûmes savoir comment ils obtenaient les autres couleurs.

147Leurs maisons sont de forme ovale et ressemblent de loin à une longue meule de foin ; elles ont de 12 à 24 m de longueur, de 4,50 m à 9 m de largeur et à peu près la même hauteur, le faîte est constitué d’une longue poutre soutenue par 2 ou 3 poteaux de toa, les murs et le toit étant constitués par un cadre de traverses solides, taillées en carré et ayant de 12 à 15 cm de côté et solidement attachées ensemble. Le toit fait de feuilles de pandanus est posé avec goût et soin et dure plusieurs années ; il descend jusqu’au sol derrière la maison et sur les côtés et sur le devant à environ 2 mètres du sol ; le devant est fermé par des bois bien sculptés et peints en rouge, et comporte plusieurs ouvertures de 1,20 m de hauteur environ sur 75 cm de large, qui ont des auvents faisant à la fois office de porte et de fenêtre ; ces auvents sont sculptés, représentant des images grossières d’hommes et de femmes. Les parois intérieures de la maison sont recouvertes de roseaux jusqu’à 1,20 m ou 1,50 m de hauteur. Le sol est recouvert d’une bonne épaisseur d’herbe, il est coupé par une rangée de pierres séparant les hommes et les femmes ; à l’extrémité de la partie réservée aux hommes se trouve un emplacement où l’on enterre les mâles de la famille ; il est séparé du reste de la maison par une rangée de pierres plates placées de champ et ayant de 1,20 m à 1,50 m de hauteur, où les femmes n’ont pas accès ; c’est là qu’ils gardent les images de leurs ancêtres ou de leurs Dieux tutélaires, car ils croient que les âmes apprécient le respect apporté à leurs dépouilles et qu’elles planent toujours au-dessus de ces images. Celles-ci sont curieusement sculptées et décorées avec des cheveux humains et avec les dents et les ongles des défunts ainsi qu’avec des plumes rouges et des nacres artistiquement disposées.

148L’essentiel de leur mobilier consiste en nattes pour dormir, paniers de toutes sortes, plats de différentes tailles pour contenir la nourriture, tabourets pour y battre le pudding et un pilon de pierre pour cet usage ; les tabourets et plats sont faits de Tamanu (calophyllum inophyllum) dont la noix sert à parfumer leurs étoffes et lorsqu’ils se couchent, ils chassent les moustiques et font un feu à chaque porte pour les empêcher de pénétrer. Ces derniers sont très nombreux et avec les puces et les poux, s’emploient à les occuper jusqu’à ce que le sommeil les gagne tandis que des bandes de rats courent de tous côtés leur passant sur le corps. Ayant laissé plusieurs chats dans l’île, il est possible que dans quelque temps les rats diminuent. Ils n’ont ni serpents ni rien de plus venimeux que le cent pieds et le scorpion et leurs oiseaux et insectes sont communs à toutes les îles de la Société.

149Leur nourriture est principalement le fruit de l’arbre à pain (qu’ils conservent comme les insulaires de la Société en en faisant une pâte fermentée appelée mahi) les ignames, le taro, les bananes, les noix de coco, les racines sauvages et le poisson qu’ils cuisent comme dans les îles de la Société ; ils font toujours la cuisine dehors et les femmes et leurs serviteurs sont sous le coup des mêmes restrictions, une femme ne pouvant toucher à la nourriture que son enfant a touchée tant que l’enfant est sacré et ne pouvant manger de tortue, thon, bonite, mahimahi, tout le reste étant libre ; ils ont du saumon blanc en abondance et de nombreuses espèces de poissons de roche délicieux et ainsi que plusieurs espèces de crustacés et de mollusques dont une espèce de palourde qui cuite à l’étuvée est excellente. La tortue est également sacrée pour les hommes et utilisée seulement pour les sacrifices ou mangée par les chefs et les prêtres.

150Leurs pirogues sont différentes de celles que nous avons vues dans toutes les autres îles ; elles ont de 9 à 12 m de long et portent de 12 à 24 hommes ; elles sont étroites dans le fond et vont s’élargissant jusqu’à atteindre 40 à 45 cm à la hauteur du plat bord et conservant la même largeur ensuite. Elles ont environ 60 cm de profondeur et pointues à l’avant et à l’arrière, l’avant ressemblant à la tête d’un animal avec une large gueule et l’arrière s’élevant en forme de crosse finement sculptée et travaillée. Les pirogues sont construites de plusieurs bordés bien ajustés et assujettis par un laçage en fibre de coco le tout peint en rouge et sur les côtés, sont disposés sous forme d’arceaux, des écailles de poissons-perroquets et de petits coquillages collés avec de la sève d’arbre à pain ce qui leur donne une grande élégance. Elles sont construites en bois de Tamanu ou d’arbre à pain et sont bien finies étant donné les outils qu’ils possèdent, n’ayant rien d’autre que des herminettes de pierre ou de coquillage, des os et des dents de requin avec du corail et du sable pour les polir, le fini étant obtenu avec la peau de raie ou de requin ; tels sont tous les outils que nous leur avons vu utiliser ; leurs pagaies ont de 90 cm à 1,20 m de long, la pale est circulaire, avec une arête sur une face comme nos avirons, mais l’autre côté est creusé au lieu d’être plat.

151Leur matériel de pêche consiste en lignes et hameçons, grands filets, harpons de différents modèles avec une pointe de toa, que chaque pêcheur fabrique lui-même ; leurs hameçons sont en nacre, et travaillés avec une pierre et du sable pour leur donner leur forme, puis percés avec un coquillage ou une dent de requin fixée à un bâtonnet qu’ils roulent dans leurs mains à la façon d’un fouet à chocolat, le trou étant ensuite agrandi avec des limes de corail pour donner la courbe désirable à l’hameçon. Ces hameçons n’ont pas de barbe, mais la courbe en est plus prononcée, la pointe allant vers l’arrière. Ils ont des formes différentes selon la fantaisie du pêcheur ; leurs lignes et leurs filets sont faits avec l’écorce du Roa (ramie) tordue à 3 brins.

152Ils n’ont pas d’embarcations à voiles et ne quittent jamais l’île, à moins d’être emportés par le vent, les îles dont ils ont connaissance étant trop éloignées pour rendre les relations possibles ; lorsqu’ils pêchent à l’intérieur du récif, ils utilisent rarement leurs pagaies mais plutôt de longues perches pour éviter d’effrayer les poissons qu’ils poursuivent. Ils prennent le saumon blanc et la tortue avec des filets dont certains sont très grands et ils ont plusieurs belles plages de sable blanc pour les y tirer.

153Ils ont du ava en abondance (piper methysticum) qui pousse sans être cultivé ; ils l’utilisent comme dans les îles de la Société, préférant la méthode de mastication à toute autre.

154La seule plante cultivée est le taro, une racine ressemblant à l’igname dont les feuilles constituent un excellent légume vert et qui pousse en terrain saturé d’eau ; les femmes et les hommes travaillent à cette culture prenant beaucoup de peine pour niveler le terrain et l’entourer d’une banquette de façon à ce que l’eau puisse le recouvrir entièrement ; la seule méthode qu’ils aient pour creuser étant avec un bâton pointu et ils déracinent les broussailles en les arrachant ; lorsqu’ils doivent niveler une pièce de terrain ils transportent la terre dans des paniers gardant les pierres pour les banquettes et en envoyant de l’eau dans le terrain vérifient s’il est bien plan ; comme ils sont toujours quelques-uns occupés à débrousser ou à planter, ils ont toujours avec eux un long bâton avec lequel ils assomment les canards lorsqu’ils arrivent à leur portée. C’est une chasse dans laquelle ils excellent, les feuilles de taro leur permettant de s’approcher sans être vus des canards.

155Leurs armes de guerre sont en toa ; ce sont des lances de 5 à 6 m de longueur avec une pointe qui commence à s’effiler à 30 ou 35 cm de son sommet. Les massues jouent à la fois le rôle de massue et de lance, elles sont de 3 à 4 mètres de longueur les 2/3 étant constitués par un bâton rond surmonté d’une pièce plate de 10 cm d’épaisseur fixée au bâton dans son milieu et se terminant en pointe à chaque extrémité ; la pointe étant assez acérée pour pénétrer la chair d’un homme ; sur l’extrémité du bâton là ou la pièce de bois plate commence est taillée une étoile à 4 branches finement polie et d’une seule pièce et d’un style qui surprendrait de bons artistes.

156Les hommes âgés ont des cannes pour la marche et des manches de tue-mouches du même bois finement poli et la canne est généralement surmontée d’une image sculptée représentant un homme avec deux têtes, quelquefois deux hommes dos à dos. Les tue-mouches sont faits de fibre de coco tordue et tressée de façon très curieuse.

157Lorsqu’ils s’habillent pour combattre, ils attachent une pièce de tissu rouge ou de natte autour de la ceinture maintenue par une corde de fibre de coco tressée ayant à chaque extrémité un gland de la même matière. Autour de la ceinture, les plis du tissu sont remplis de cailloux. L’épaule est à peu près nue et sur la poitrine pend une nacre maintenue par un collier de cheveux tressés ; sur la tête ils portent une sorte de calotte tressée en fibre de coco et ressemblant un peu à une ruche d’abeilles ; cette calotte est recouverte de tissu blanc et surmontée d’un bouquet de plumes noires de la frégate et avec une massue et une lance, cela constitue l’équipement complet. Quelques-unes de ces calottes ont une nacre sur le devant avec un demi cercle de plumes autour, mais elles sont plutôt pour l’apparat que pour le combat, tandis que les premières peuvent amortir un coup violent et un coutelas est sans effet sur elle.

158Au combat ils n’utilisent ni frondes ni arcs et bien que leurs armes indiquent que ce sont des guerriers, il ne semble pas cependant qu’ils détruisent leurs habitations respectives comme cela se fait dans les autres îles, de nombreuses maisons paraissant très anciennes ; il est possible que la vue du sang leur suffise car ils semblent se battre avec furie.

159Leurs instruments de musique comprennent des tambours de 30 cm de diamètre et de 1,20 m de long creusés à la manière tahitienne et recouverts de peau de requin, des conques avec de longs tubes, des flûtes plus grandes que celles de Tahiti mais utilisées de la même manière et le son de tous ces instruments est plus dur et désagréable que ceux des îles de la Société ; cependant ils sont mieux travaillés.

160Leur marae ou lieux de prière sont différents de ceux des îles de la Société étant constitués par un pavage de pierres plates et dans le centre, par de grandes pierres plates placées sur champ ; ils sont plantés de ti, ou racine sucrée, qui a une tige d’environ 2 m de long et de la grosseur d’un doigt. Tous ces marae ont une petite maison sur un côté et offrent quelque ressemblance avec un lieu de sépulture. C’est là qu’ils offrent des sacrifices humains et des tortues. Lorsqu’un sacrifice doit être offert tous les hommes du district s’assemblent au marae et les hommes âgés et les prêtres (qui sont nombreux) apportent toujours leur canne dans une main et une jeune pousse de bananier dans l’autre qui sont jetés en tas tandis que de longues prières sont faites, puis (s’il s’agit d’un sacrifice humain), la victime est désignée et assommée, étant achevée à l’aide des cannes qui ont une extrémité pointue pour cet usage. Le corps est immédiatement découpé avec des couteaux de bambou et chacun en ayant pris un morceau, l’enveloppe dans des feuilles de ti et va le porter sur son propre marae accompagné d’un jeune bananier. La tête, les os et les entrailles sont enterrés dans le marae et l’emplacement marqué d’une pierre, non pas pour perpétuer la mémoire de la victime, mais pour indiquer le nombre de sacrifices offerts en ce lieu. Quelques-uns de ces marae ont de nombreuses pierres de ce genre. Un repas pour les prêtres a lieu ensuite sur le marae, composé de poissons, fruits de l’arbre à pain, taro, etc. Une partie de ce repas est également offerte avec de longues prières. Les amis de la victime — s’il en a — se tiennent tranquilles, de peur de subir le même sort à la prochaine occasion. Pendant notre séjour, nous n’eûmes connaissance que de deux sacrifices humains, tous deux d’hommes jeunes. En plus du marae général, chaque chef de famille a le sien, et il y fait des offrandes et des prières fréquentes sinon régulières. Lorsqu’ils tombent malades, ils pensent que la colère de leurs Atua (divinités) ou de leurs parents en est la cause ; s’ils partent en guerre pour une mauvaise cause ils estiment que toute maladie qui les atteint à ce moment-là est envoyée en punition de la faute commise. Lorsque nous jetâmes l’ancre dans la Baie Sanglante pour la première fois, la plupart des habitants de l’île affluèrent dans cette région constituée par un marécage inculte et les quelques jours qu’ils y passèrent sans leurs commodités habituelles provoqua chez eux des rhumes, des fièvres, une irritation des yeux, etc. Tous ces maux, d’après eux, venaient de notre présence et c’est pour cette raison que nous constatâmes un si grand changement dans leur attitude, lorsque nous vînmes y mouiller la deuxième fois.

161Mais les prêtres qui semblaient disposer d’une pleine autorité, semblable à celle des chefs, constatant que nous n’étions que de simples hommes, sujets à des accidents comme eux-mêmes, ne purent admettre cette supériorité dont les Européens se prévalent en général vis-à-vis d’autres races et manifestèrent de la jalousie en raison de leur autorité religieuse, à laquelle nous ne prêtions aucune attention, allant jusqu’à la ridiculiser ; en conséquence ils firent tout en leur pouvoir pour empêcher les chefs de se lier avec nous, pensant, avec juste raison, que si nous nous installions dans l’île, leur importance en souffrirait.

162L’île est gouvernée par trois chefs, Tinirau, Tahuhuatama et Hitirere, chacun étant le maître absolu dans son district ; il y en a deux qui sont parents par alliance, Tinirau ayant épousé la sœur de Tahuhuatama ; ils ne s’entendent pas pour autant malgré la petitesse de leurs territoires, et sont constamment en train de se faire la guerre. Il existe d’autres chefs qui sont de simples gentilshommes ; Tamatoa était l’un de ceux-là et à notre première arrivée, il représentait Hitirere et Taroatoa représentait son père, l’un d’eux étant toujours en fonction et l’autre, en quelque sorte, en demi-solde, et si l’un disparaît au combat ou pour toute autre cause, l’autre le remplace, recevant les honneurs de la charge ; un chef remplacé ne souffle que de la perte de commandement, continuant à être traité avec respect, étant bien entendu qu’un homme n’accède à cet honneur que si son père était un chef. Les classes sont les mêmes que dans les îles de la Société, mais les prêtres semblent avoir plus d’influence, venant tout de suite après les chefs sous le rapport de l’autorité.

163Leur langue est un dialecte qui tient de celui des îles de la Société et de celui de l’archipel des Amis, étant assez semblable pour être compris par les uns et les autres et il est probable qu’ils ont tous la même origine, bien que très différents dans leurs coutumes, manières et apparence. Dans d’autres pays, on constate que les habitants des régions du Nord et du Sud sont en général plus robustes que ceux qui habitent dans les tropiques et on remarque le même fait dans ces mers entre des îles séparées par de petites distances au Nord et au Sud. Cela est peut-être dû à des différents degrés de fertilité de ces îles qui sont plus fertiles près de l’équateur qu’à une certaine distance de celui-ci ; les habitants de ces îles où tout le nécessaire est fourni par la nature, n’ayant pas l’obligation de cultiver la terre, sont moins robustes et vigoureux que ceux qui doivent peiner pour se procurer leur subsistance.

164Les habitants de ces îles parcourent d’étonnantes distances dans leurs pirogues, ce qui m’amène à penser que l’ensemble des îles de ces mers a pu être peuplé à partir de l’Amérique du Sud, malgré les différences de langage, de coutumes qui peuvent évoluer au cours des années car le langage actuel de toutes ces îles dans ces mers ne diffère pas plus que d’un Comté à l’autre en Angleterre. Sur l’un de leurs marae nous trouvâmes une partie de pirogue dont la forme rappelait celles des îles de la Société, et nous étant informés, un de nos Tahitiens (du nom de Tepairu l’ami de Coleman) déclara qu’il s’agissait d’une pirogue qui avait été entraînée loin de Tahiti avec 6 ou 8 autres, et nous raconta l’histoire suivante :

165Quelques années avant notre arrivée à Tahiti les districts de Hitiaa, Matavai, Papenoo, Mahaena, Tiarei et Pare (appelé communément Teporionuu ou Teaharoa) étant en guerre avec Atahuru — appelé quelquefois Teoro-paa — chaque district fournissait son contingent d’hommes et de pirogues et Tepairu appartenait à l’un d’eux, étant à l’époque habitant de Papenoo. Les pirogues ayant été rassemblées à Pare, les combattants se rendirent à un endroit de Atahuru appelé Teruapu où ils accostèrent et ayant attaqué les habitants de Teoropaa furent repoussés et obligés de se replier sur leurs pirogues ; toutefois ils emmenèrent plusieurs cadavres d’ennemis dont un fut installé dans la pirogue de Tepairu. Pendant ce temps, la flotte adverse s’approcha et les prit à partie si vigoureusement qu’ils furent obligés de s’enfuir et finalement de sauter à la mer pour gagner le rivage de Taapuna (partie d’Atahuru) abandonnant leurs pirogues à l’ennemi qui, sans se saisir des pirogues, les poursuivirent à terre les obligeant à fuir jusqu’à Pare ; le vent soufflant de la côte emporta plusieurs pirogues qui furent brisées sur les récifs ; huit ou neuf d’entre elles partirent en mer, dont celle de Tepairu et ne furent plus jamais revues.

166Cette histoire concordait exactement avec le récit que nous firent les indigènes de Tupuai et sans aucun doute ce morceau de pirogue faisait partie de celle que décrivait Tepairu, l’époque de son arrivée correspondant aux déclarations et aussi le fait qu’on avait trouvé dans la pirogue un cadavre en décomposition en partie dévoré par les oiseaux. Elle avait dû dériver pendant plusieurs jours car la distance de Tahiti est de 6 degrés de latitude, étant à peu près sur la même longitude.

167Ce récit nous amena à demander si un événement analogue ne s’était pas produit antérieurement ; c’est alors que nous découvrîmes que l’actuel Tamatoa était l’arrière-arrière-petit-fils d’un chef de l’île de Raiatea (une île à 120 milles dans le N-W de Tahiti) qui avait été entraîné dans une pirogue de pêche, et après avoir dérivé un certain temps avait atterri sur cette île, alors peu peuplée et habitée par des gens y étant venus de la même façon, venant d’une part d’une île appelée Parutu qu’ils décrivaient comme étant à une grande distance dans l’Ouest, et d’autre part, d’une île appelée O’Kuiva dans l’Est. A son arrivée dans l’île il s’y installa, n’ayant aucune possibilité de rentrer chez lui et fut reconnu chef par les habitants ; il donna à 3 districts les noms des 3 îles de Raiatea, Tahaa et Huahine, noms qu’ils ont encore.

168Ceci nous fut confirmé lors de notre retour à Tahiti où nous apprîmes par Paiere l’actuelle reine douairière, et mère de Tu, que son arrière-arrière-grand-père appelé Tamatoa et chef de Raiatea avait disparu, emporté dans une pirogue de pêche et dont on n’avait plus jamais entendu parler ; le jeune chef de Tupuai fut immédiatement reconnu comme un parent et adopté comme un ami de Mate qui avait envie de se rendre à Tupuai pour revendiquer sa parenté avec Tamatoa. L’époque de ces événements coïncidait si bien avec les deux récits qu’ils étaient sans aucun doute véridiques.

169Tels sont les renseignements principaux que nous avons pu recueillir chez ces peuplades ainsi que des descriptions de plusieurs îles situées dans de différentes directions ; bien que leur apparence sauvage nous ait au début fait penser qu’ils étaient cannibales, nous pûmes constater que malgré l’absence de tout animal comestible l’idée de manger de la chair humaine leur faisait horreur ; et maintenant retournons au navire.

170Nous fîmes route au N-N-E avec une bonne brise et du beau temps et pendant la traversée Coleman s’occupa de faire de la pacotille. Le 20 nous arrivâmes à Meetia et ayant empanné à l’abri de l’île nous partageâmes la pacotille, les munitions, le vin, et les hardes et après avoir fait des lots nous les mîmes en sûreté dans la cabine jusqu’au moment où le navire serait mouillé.

171Le 21 nous nous éloignâmes et le 22 ancrions dans la baie de Matavai où tout ayant été réglé, les hommes suivants allèrent à terre :

Chas. Churchill

Maître d’armes

George Stuart

Midship

Peter Heywood

Midship

Jas. Morrison

Second maître

Jno. Millward

Marin

Chas. Norman

Aide-charpentier

Thos. McIntosh

Homme d’équipage

Wm. Muspratt

Marin qualifié

Mathw. Thompson

Marin qualifié

Richd. Skinner

Marin qualifié

Thos. Ellison

Marin qualifié

Thos. Burkett

Marin qualifié

Jno. Sumner

Marin qualifié

Michl. Byrn

Marin qualifié

Josh. Coleman

Armurier

Henry Heildbrandt

Tonnelier

172Ceux qui restèrent à bord étaient :

Fletcher Christian

ff. Lieutenant

Jno. Mills

Aide-canonnier

Isaac Martin

Marin

Willm. Brown

Jardinier

Edwd. Young

Midship

Willm. McCoy

Marin qualifié

Jno. Williams

Marin qualifié

Mathw. Quintrell

Marin qualifié

Alexr. Smith

Marin qualifié

173ainsi que les deux amis du jeune chef de Tupuai qui s’étaient pris d’amitié pour M. Christian et ne voulaient plus le quitter, de même que le jeune chef de Tupuai. Ils furent aussitôt rejoints par un groupe de Tahitiens et de Tahitiennes ce qui porta leur nombre à 35. Dès que le navire fut ancré, ceux qui voulaient aller à terre commençèrent à débarquer leurs coffres et leurs hamacs mais n’ayant qu’une seule embarcation armée et le ressac étant assez fort, la nuit tomba avant que nous ne fussions tous à terre ; car nous avions peur de nous confier aux pirogues des indigènes et pourtant ils atterrissaient beaucoup mieux dans les vagues que nous ne pouvions le faire dans l’embarcation.

174Ayant peur d’utiliser les pirogues, nous fûmes obligés d’attendre que l’embarcation eût transporté les munitions qui ne furent envoyées à terre qu’une fois tout le reste à terre et ensuite l’embarcation ne prit que deux hommes à la fois.

175Ayant amené notre bagage à terre nous trouvâmes les Tahitiens prêts à nous recevoir avec toutes les marques d’amitié et d’hospitalité ; tous rivalisaient de gentillesse à notre égard et nous trouvâmes nos vieux amis prêts à nous recevoir les bras ouverts et d’autant plus joyeux d’apprendre que nous avions l’intention de demeurer avec eux.

176Parmi tout ce que nous envoyâmes à terre se trouvaient les outils de l’aide-charpentier et une partie des outils de l’armurier, une gueuse pour servir d’enclume, une meule, du fer en barres, un jeu de pavillons, des pots de fer, une bouilloire de cuivre, environ 12 litres de vin par homme et pour chaque homme sauf Byrn un mousquet, pistolet, coutelas, baïonnette, boîte de cartouches, 17 livres de poudre, du plomb pour faire des balles et des ceintures de rechange et comme il se trouvait un mousqueton et 2 mousquets supplémentaires, le mousqueton me fut confié, Chas. Norman et Thos. Burkett se voyant attribuer les 2 mousquets ; Byrn étant aveugle et d’un caractère difficile il fut décidé de ne lui donner aucune arme car cela aurait seulement contribué à lui faire avoir des histoires. Nous voulions les scies mais M. Christian déclara qu’il les voulait lui-même, et il nous donna de la pacotille à la place ; il nous donna également deux longues vues, et un vieux compas d’azimuth pour lequel je me procurai des roses et des verres. Il nous dit également de prendre les canons à pivot avec nous mais ils ne nous étaient d’aucune utilité. Les voiles dont il ne pensait pas avoir besoin et la toile fut également partagées entre nous, et les images de Tupuai me furent confiées pour être remises en cadeau au jeune roi. Comme il se faisait tard alors qu’on achevait de tout transporter à terre, M. Christian nous dit qu’il avait l’intention de rester 1 ou 2 jours et espérait que nous l’aiderions à faire de l’eau car il avait l’intention de partir à la recherche d’une île inhabitée où il débarquerait son bétail (dont le navire était plein, ainsi que de plantes de toutes les espèces communes à ces îles) ; il mettrait ensuite le feu au navire, espérant y vivre pour le restant de ses jours sans avoir d’autre visage d’Européens que ceux qui étaient avec lui. Ayant, au cours du précédent séjour, fait de Poino, chef de Matavai, mon ami et Millward étant l’ami de la femme de Poino, nous fûmes alors invités à vivre chez eux ce que nous acceptâmes et fûmes traités comme le reste de la famille, avec cependant plus d’attention et de respect ; les autres s’en furent dans les maisons de leurs amis de naguère et furent traités de la même façon.

177Pendant la nuit nous constatâmes que le navire avait quitté son mouillage et se trouvait hors de la baie, s’apprêtant à partir, mais dû au manque de vent dans la matinée, il ne disparut à nos yeux que vers midi, se tenant jusque-là cap au nord.

178Nous fûmes très surpris de ce départ car M. Christian avait proposé de rester un jour ou deux pour nous donner le temps d’amener à terre les choses dont nous pouvions avoir besoin ou bien celles que nous aurions pu avoir oubliées ; ceci nous donna raison de penser qu’ou bien il craignait une surprise ou bien il avait agi ainsi pour empêcher ses compagnons de changer d’avis.

179Le 23, Muspratt, McIntosh, Norman, Heildbrandt et Byrn s’en furent à Pare pour aller vivre chez Ariipaea, oncle du jeune roi, chef de ce district, les autres restant à Matavai. M. Heywood et M. Stuart vivaient ensemble sur le terrain appartenant à la femme de Stuart dont le père était également l’ami de M. Heywood, Coleman et Thompson étaient chez les amis de Coleman, Churchill seul chez ses amis, Skinner seul chez le père de sa femme et Sumner, Burkett et Ellison chez les amis de Sumner.

180A peine étions-nous à terre qu’ils nous informaient qu’un navire était venu dernièrement laissant un homme du nom de Brown qui était alors à Taiarapu avec Mate en train d’arranger quelque affaire avec Vehiatua chef de cette péninsule ; comme ils racontaient d’étranges histoires sur son compte nous voulumes savoir quelle avait été la raison de son séjour ; pour cela Churchill et Millward furent désignés pour se rendre à Taiarapu et apporter des présents à Mate et voir en même temps qui était cet homme. En entendant notre histoire maintenant rétablie dans sa vérité, Vehiatua (frère de Mate) qui avait été l’ami de M. Heyward nous déclara que c’était suivant ses ordres que le câble avait été coupé à Pare. Il était fâché contre le lieutenant Bligh pour avoir mis M. Heyward aux fers, ajoutant que si M. Heyward avait été puni avec Churchill, Muspratt et Millward, il aurait tué le lieutenant Bligh, s’étant placé derrière lui avec une massue dans ce but ; alors qu’il décrivait les circonstances de cette affaire, il nous revint à l’esprit de l’avoir vu à bord près du lieutenant Bligh ce jour là.

181Ils nous dirent également que le capitaine du navire avait informé Mate de la mort du capitaine Cook, lui remettant une gravure représentant les circonstances de sa mort, et cela les mit fort en colère de ne pas en avoir été informés par nous, accusant M. Bligh de les avoir trompés en disant qu’il était vivant en Angleterre et qu’il était le fils de ce dernier alors que le capitaine Cox leur avait déclaré que le fils du capitaine Cook était en ce moment en Angleterre. Il ajouta qu’ayant vu M. Heyward recevoir le premier coup, il avait été prêt à assommer le lieutenant puis à s’échapper en sautant à la mer et en plongeant jusqu’au rivage qu’il pouvait atteindre sans remonter à la surface, disparaissant ainsi avant que personne ne sut qui était le coupable.

182En coupant le câble il avait espéré que le navire serait drossé sur le rivage et qu’il ferait eau ou tout au moins subirait assez d’avaries pour l’empêcher de naviguer espérant ainsi délivrer son ami des mains de M. Bligh car il pensait que tout l’équipage serait obligé de vivre à terre ; il blâma également M. Christian de n’avoir pas tué le lieutenant Bligh ajoutant que si jamais il revenait à Tahiti il s’en chargerait lui-même.

183Le 27 ayant décidé de nous retrouver à Pare pour présenter les cadeaux au jeune roi nous nous rendîmes armés en groupe à Pare portant avec nous les images de Tupuai et de l’archipel des Amis, des nattes, des armes de guerre, des objets en fer, etc... et fûmes rejoints par ceux qui habitaient Pare. En arrivant, un prêtre nous souhaita la bienvenue dans ce district, faisant un long discours et nous présentant à chacun un jeune bananier et un cochon de lait ou un poulet. Ayant fait part de nos intentions à Ariipaea celui-ci nous dit qu’il ne fallait pas approcher le jeune roi, qui était encore sacré à moins que nous ne nous découvrions la tête et les épaules, ce que nous refusâmes de faire lui déclarant que ce n’était pas la coutume d’enlever nos vêtements, à part nos chapeaux et, étant en armes, nous n’enlevions même pas notre chapeau pour le roi.

184Pour éviter toutefois d’être taxés de mauvaises manières chacun de nous recouvrit ses épaules d’un tissu tahitien pouvant être enlevé en présence du roi et nous nous dirigeâmes ainsi vers la maison du roi chacun de nous étant accompagné d’un ami chargé d’enlever au moment voulu le tissu qui nous couvrait les épaules ; en pénétrant sur le lieu sacré, tous les Tahitiens se dévêtirent les femmes découvrant leurs épaules et roulant le tissu sous les bras et nous enlevâmes également nos tissus. Nous étions suivis d’une foule des deux sexes qui observait toutes les mêmes règles en hommage au roi. Étant arrivés à la rivière sur la rive opposée faisant face au Fare Raa ou maison sacrée, le jeune roi fit son apparition assis sur les épaules d’un homme ; il avait une grande pièce de tissu blanc sur les épaules et sa tête disparaissait presque dans une couronne de plumes noires et rouges. S’approchant de la berge, il nous salua du mot Manava (Bienvenue) le répétant à chacun de nous et nous appelant du nom de nos amis tahitiens ; Hitihiti s’étant placé à notre tête et s’étant dévêtu pour porter les présents, notre groupe se serra sur la berge. Les images de Tupuai furent envoyées en premier au nom de nous tous, accompagnées d’une longue déclaration de Hitihiti ; elles furent appréciées comme un cadeau de valeur, car elles avaient une grande quantité de plumes rouges et provoquèrent un murmure d’admiration dans la foule lorsqu’elles lui furent montrées sur la berge opposée de la rivière.

185Après cette présentation chacun envoya son cadeau séparément, plumes rouges, tissus, etc... et lorsque tout fut terminé nous nous divisâmes en 3 groupes et fîmes feu de nos armes ce qui plut tellement au jeune chef qu’il nous pria d’observer nos coutumes en toutes choses et d’ignorer leurs cérémonies ; sur ce nous nous retirâmes. Nous fûmes alors conduits à la maison d’Ariipaea où un festin nous attendait composé de cochon au four, poisson, fruits de l’arbre à pain, taro, noix de coco et bananes. Après le repas un terrain nous fut montré, réservé à notre usage lorsque nous serions de passage dans le district et, dans la soirée, nous rentrâmes à Matavai. Le lendemain 28, un messager arriva venant de la part de Mate avec un cochon et une pièce d’étoffe pour chacun de nous et 2 terrains nous furent indiqués pour notre usage ; l’un (pointe Vénus) pour les noix de coco, l’autre bien planté d’arbres à pain près du lieu où se trouvait la maison de Poino, et ceci pour notre usage immédiat, bien que nous n’ayons eu aucun besoin de ces générosités ayant abondance de toutes choses grâce à nos amis.

186Toutefois Millward et Churchill partant ce jour-là pour Taiarapu furent chargés de présents pour Mate pour ne pas être en reste ; parmi les présents se trouvaient de grosses racines de ava de Tupuai qui constituaient un très beau présent et une bouteille de vin qu’il donna à un malade, ayant entendu dire par quelqu’un que c’était bon pour les malades.

  • 10 Pour le compas.

187Octobre 1789. — Ils furent bien reçus à toutes les maisons de chefs où ils s’arrêtèrent en chemin et particulièrement par Mate et Vehiatua qui les comblèrent de présents. Mate désirant que nous nous installions chez lui et Vehiatua les pressant de venir visiter Taiarapu ; Temarii, chef de Papara, fut également très aimable avec eux, les priant d’envoyer quelques-uns de leurs compagnons chez lui afin de faire connaissance. Ils ne visitèrent pas Atahuru, en ayant eu de mauvais renseignements et cela bien que le chef Tetoofa les eût invités alors qu’ils passaient en pirogue ; ils revinrent à Matavai le 10 octobre ramenant avec eux l’Anglais qui s’appelait Brown, alias Bound, qui déclara avoir été débarqué par le commandant T. H. Cox Esq. du brick « Mercury ». D’après lui il était resté à terre, sur sa demande, s’étant disputé avec ses compagnons de bord et ayant fait avec un couteau une balafre à l’un d’eux ; ceci et d’autres choses qu’il nous raconta sur sa personne nous donna une excellente idée de son caractère et nous mit en garde contre un homme qui pouvait être dangereux ; cependant nous lui donnâmes quelques vêtements en supplément et il eût bientôt rassemblé un stock aussi important que n’importe lequel d’entre nous, ce qu’il avait amené à terre étant très maigre et devenu vite hors d’usage. Il avait reçu du capitaine Cox une vrille à bois, des cardans10 et un rabot ; c’était tout ce qu’il possédait comme outils, mais étant donné qu’il n’avait aucun travail à faire c’était encore plus qu’il ne lui en fallait.

188Il nous dit également que le capitaine Cox avait donné à Mate un mousquet, des pistolets avec des silex et des munitions mais qu’il n’avait rien reçu et n’avait ni hache ni scie bien que le capitaine en eut laissé plusieurs exemplaires de chaque sur l’île. Il nous quitta le 18 avec Burkett qui se rendait à Taiarapu pour voir Mate.

189Lorsqu’il fut parti, Poino nous montra une lettre signée de T. H. Cox indiquant que le navire était le brick armé Gustavus III de sa Majesté Royale Suédoise, et dans laquelle il décrivait Brown comme « un homme ingénieux et habile lorsqu’il est sobre, mais dangereux lorsqu’il est ivre ». Cette lettre fut portée à terre à Teturoa et confiée à Poino et elle confirmait les déclarations de Brown, le navire d’après lui devant se rendre aux îles Sandwich et de là en Chine. Brown ayant vu cette lettre dans les mains de Poino s’en empara pour éviter qu’elle ne puisse être utilisée à décrire son caractère, lequel, d’après ses propres déclarations paraissait déjà assez mauvais. Selon son histoire il avait été sergent dans la division de Portsmouth de l’Infanterie de Marine mais, ayant été cassé, était parti aux Indes sur la frégate Eurydice et là avait débarqué ; resté dans le pays il avait été le cuisinier du Colonel Bailly jusqu’au jour où il avait été pris par Hyder Ally au service duquel il était rentré et s’étant fait Musulman avait été nommé officier ; il quitta bientôt ce service et s’étant rendu à Fort Saint-George trouva moyen avec quelques comparses de s’emparer d’un petit bateau de la Compagnie chargé de marchandises et de se saisir de la cargaison. Quelque temps après, il fut pris et jugé, mais devant le manque de preuves échappa au châtiment ; il fut alors envoyé en Angleterre où, trouvant le pays trop dangereux pour lui il fit un voyage sur le navire de Sa Majesté Pomona puis s’embarqua sur le brick Mercury qui le débarqua sur cette île.

190Novembre 1789. — Étant maintenant installés j’envisageai la possibilité de construire un petit bateau avec lequel je pourrais atteindre Batavia et de là arriver en Angleterre. J’en parlai à McIntosh et Millward et nous tombâmes d’accord, décidant toutefois de garder nos intentions secrètes et de dire qu’il était seulement destiné à des promenades autour de l’île ; or, ayant constaté que Mathw. Thompson était en possession d’un quadrant (auparavant celui de M. Hallet) et de quelques livres de M. Hayward, bien qu’il ne sut ni lire ni écrire, je décidai de me les procurer si possible et avec un peu de persuasion j’eus le cadrant contre six petites herminettes de pacotille et un gallon de vin ; mais lorsque je voulus avoir les livres il devint soupçonneux et regretta de m’avoir donné le quadrant ; je lui déclarai que c’était seulement un amusement. Il me dit qu’il n’avait pas de papier à cartouches et que les livres devaient servir à cet effet à quoi je lui répondis que je lui donnerai du papier qui conviendrait mieux, ce qui ne fit que confirmer son opinion ; comme j’avais un livre d’éphémérides nautiques je n’insistai pas et pris une attitude indifférente bien que désolé de n’avoir pu me les procurer.

191Norman et Heildbrandt ayant accepté de faire partie de notre équipe, vinrent s’installer à Matavai avec McIntosh le Ier novembre, amenant leurs affaires avec eux et nous construisîmes des maisons sur un terrain carré surélevé ; nous y plantâmes un mât pour y hiser les couleurs le dimanche ; et là vinrent se joindre à nous, Burkett (qui revint le 2, amenant Brown avec lui) Sumner, Ellison, Churchill et Byrn, et ayant organisé la lecture du Divin Service chaque dimanche, tout semblait à présent en ordre ; c’est alors que je rendis public notre projet de construction d’un petit bateau dans lequel nous fûmes d’accord pour nous promener autour de l’île, McIntosh ayant déclaré qu’il était possible d’en construire un et qu’il n’avait pas d’objection, Norman et le tonnelier étant des ouvriers qualifiés ; pendant ce temps les autres pourraient dégrossir les pièces de bois qui leur seraient nécessaires.

192Étant d’accord sur ce point j’informai Poino de notre intention de construire un petit bateau, étant donné que nous ne comprenions pas bien le maniement des pirogues, dans lequel nous pourrions le transporter avec Mate et quelques-uns de nos amis dans les îles voisines ; il fut content de ce projet et nous donna l’autorisation de couper tout le bois que nous voulions et qui était en abondance à Matavai.

193Le 6 Brown et Ellison s’en furent à Taiarapu et en revinrent le II. Brown ayant pris le coutelas d’Ellison avait fait l’imbécile à Atahuru et se l’était fait enlever par les indigènes ; l’un d’eux lui avait fait une entaille à la main avec un morceau de bambou et dans la bagarre il avait perdu une étoffe qui faisait partie de sa literie et qu’il portait dans le style du pays ; à leur retour Brown s’adressa à nous pour récupérer ses affaires mais renseignements pris nous découvrîmes qu’il avait été l’agresseur et estimant que les indigènes n’étaient pas à blâmer, nous lui fîmes comprendre qu’il devait s’efforcer de vivre paisiblement et de ne pas s’attirer des ennuis, ou alors en supporter les conséquences ; ce qu’il décida de faire ayant constaté que nous ne prendrions pas sa défense. Poino lui ayant donné un terrain il se tint tranquille à Matavai pendant quelque temps ; les indigènes ne s’occupaient pas de lui, croyant qu’il était sous notre protection, bien que sachant qu’il n’était pas un des nôtres et qu’il était souvent très déplaisant avec eux, ce que, pour nous faire plaisir, ils décidèrent d’ignorer, lui donnant comme excuse son ignorance de leur langue et de leurs coutumes.

194Le 11 nous commençâmes à abattre des arbres pour le bateau projeté et ayant dégagé un emplacement ombragé près de notre lieu d’habitation, nous installâmes les supports de la quille et le 12 posâmes la quille qui avait 9 mètres.

195Le plan fut établi d’après les dimensions suivantes : longueur de la quille 9 mètres, longueur sur le pont 10,50 m, longueur de l’étambot 1,95 m, longueur de l’étrave 2,15 m, plus grande largeur 2,85 m, profondeur de la cale 1,50 m, largeur des couples 10 cm à 8,75 cm ; épaisseur 8 cm à 6,25 cm, étambot et étrave 20 cm par 10 cm. Samedi 14 : passé à dégrossir des pièces pour faire des gabarits et à abattre des arbres pour des planches.

19616. Ayant fait quelques gabarits j’en pris quelques-uns et me fis aider par quelques indigènes pour me procurer 2 ou 3 couples et des membrures. Churchill en prit également quelques-uns et s’en fut à Pare et à Tetaha dans le même but et revint le 20 avec quelques pièces de purau mais une seule correspondait aux gabarits. Pendant ce temps McIntosh surveillait l’abattage des arbres et leur découpage en planches et j’avais rassemblé plusieurs pièces de purau, qui convenaient le mieux pour les membrures, l’arbre à pain convenant pour les bordés.

19720. Ayant rassemblé encore beaucoup d’autres membrures, nous nous mîmes en devoir de les dégrossir, travail auquel je participai en faisant le gros travail tandis que McIntosh et Norman les ajustaient ; pendant ce temps les autres étaient occupés à abattre les arbres et à en faire des planches qui étaient mises de côté à sécher, mais ce travail n’avançait pas beaucoup car il nous fallait 2 jours pour placer un bordé de 10 mètres et le travail que nous avions préparé dura toute la semaine.

198Lundi 30. Aujourd’hui nous construisîmes un abri pour y travailler et nous protéger du soleil que nous trouvions intense et aussi pour empêcher que notre travail ne soit interrompu par la pluie que l’aspect du temps nous faisait craindre.

1991erdécembre. — Aujourd’hui nous reçûmes de Poino un présent de cochons et de provisions, par ordre de Mate, et comme nous le pensions, la pluie commença ce jour là et dura avec quelques éclaircies près de 3 semaines, pendant lesquelles aucun travail ne fut fait en dehors de l’abri. Pendant ce temps nous ajustâmes les couples et les membrures que nous avions pu tailler, l’étambot et l’étrave et les bordés arrière de 6,25 cm.

20021. Le beau temps étant revenu nous partîmes à la recherche de membrures supplémentaires et posâmes l’étrave et l’étambot. Il faut remarquer ici, qu’ayant peu de gabarits, nous étions dans l’obligation de les transformer pour chaque pièce et le bois étant rare près de la mer nous ne pûmes nous procurer qu’une ou deux pièces courbées ; ce n’était pas notre seul problème, car nous constatâmes que plusieurs de ces pièces que nous avions dégrossies et ajustées avaient joué en se redressant changeant ainsi leur courbe de quelques centimètres ; nous pensâmes alors que la meilleure solution était de les mettre de côté et de les laisser sécher avant de les travailler ou de les mettre en place. Le remplacement des pièces qui avaient bougé et la mise de côté des autres nous occupa McIntosh et moi jusqu’à la Noël tandis que Norman et les autres taillaient des bordés.

201Nous célébrâmes les fêtes du mieux possible, tuant un cochon pour le dîner de Noël et lisant les prières que nous n’omettions jamais chaque dimanche ; le temps étant pluvieux nous ne pûmes rien faire au dehors avant la fin de l’année.

202Nous informâmes les indigènes des raisons qui nous faisaient observer ces fêtes et particulièrement le jour de Noël ce que tous semblaient prendre en considération ; ils croyaient volontiers tout ce dont nous les instruisions, ne doutant pas que le fils de Dieu était né d’une femme, et se tenaient toujours avec une grande correction à nos séances de prières bien qu’ils ne pussent comprendre un seul mot ; cependant plusieurs étaient désireux d’avoir des explications ; certains voulaient apprendre nos prières qu’ils admettaient être meilleures que les leurs ; ceux qui étaient toujours auprès de nous savaient fort bien quand venait le dimanche et étaient toujours préparés en conséquence. Voyant que nous nous reposions ce jour là, ils faisaient de même et cela sans exception. L’un d’eux était toujours prêt à hisser le pavillon le dimanche matin et si un étranger venant à passer en demandait la signification, on lui disait que c’était Mahana Atua (Le jour des Dieux) et ce dernier, bien que désireux de continuer son oyage s’arrêtait pour voir comment nous observions ce jour, et repartait le jour suivant, satisfait de ce qu’il avait appris.

203Janvier 1790. — Le temps étant au beau nous partîmes dans les collines accompagnés de quelques-uns des hommes de Poino et d’un homme qui vivait toujours avec moi, à la recherche de membrures et en ramenâmes plusieurs, le purau étant abondant dans les montagnes, bien que se trouvant en général à une assez grande distance car les indigènes prennent les plus proches pour leur propre usage ; nous les mîmes de côté à sécher. Les indigènes s’assemblaient souvent autour de nous pour regarder notre travail et semblaient très étonnés par nos méthodes de construction, s’offrant toujours avec bonne volonté à amener les arbres sur place et à les équarrir ; ils sont très habiles à fendre le bois mais n’ayant aucune idée du travail à la règle ils ne pouvaient nous être utiles pour tailler les bordés.

204Parmi nos visiteurs se trouvait un aveugle qui avait été conduit à l’emplacement où nous travaillons et qui examina le travail en touchant chaque partie, en demandant l’usage et l’objet ; il semblait stupéfait de cette construction dont il paraissait avoir une bonne notion et dit à ses compagnons : « nos pirogues sont de stupides choses à côté de celle-ci ». Il nous posa beaucoup de questions auxquelles il fut répondu et s’en fut, très satisfait.

2057. Aujourd’hui nous nous sommes procurés de nouvelles membrures qui furent taillées comme précédemment, Norman et les autres faisant toujours des bordés ; comme nous avions besoin de clous de fer le tonnelier (Heildbrandt) fut chargé de couper du amae (miro), ce bois étant le meilleur que nous puissions trouver pour cet usage.

20611. Partis à la recherche d’autres pièces coudées avec un succès passable. Ce travail de recherche des pièces de bois prenait toujours une journée entière, car il nous fallait faire plusieurs milles avant de trouver les pièces qui nous convenaient et quand nous les trouvions nous avions quelquefois le malheur de les briser en les laissant tomber sur les pentes abruptes car il était impossible de les porter le long des crevasses à pic ; et ce que nous réussissions à couper dans une journée nous occupait McIntosh et moi 3 ou 4 h., ayant, comme je l’ai indiqué à modifier les gabarits pour chaque membrure. La confection des bordés n’était pas moins difficile car nous n’avions que de petites scies à main et des plus gros arbres on ne pouvait tirer que 2 épaisseurs de bordés. Certains des arbres abattus à cet effet avaient 2 m de circonférence et c’était un gros travail de le réduire en bordés de 3 cm avec des haches et herminettes. Comme nous n’avions que des henninettes nous fûmes obligés d’utiliser les petites hachettes de pacotille (du genre de celles vendues à Londres pour 9 pence pièce) en les attachant à un manche à la manière des indigènes et elles répondaient tout à fait à nos besoins.

207Je me permets aussi d’observer ici que beaucoup de travail inutile aurait pu être évité par des travailleurs connaissant leur métier qui auraient dégrossi les pièces dans la montagne ce qui aurait réduit considérablement le poids, mais j’étais un mauvais juge de ces choses et en conséquence les amenais à la maison tels que pour les dégrossir ensuite ; toutefois ceci ne représentait qu’une petite difficulté et n’était pas suffisant pour nous faire abandonner notre projet.

20818. Nous rapportâmes encore des pièces de bois, et en ayant de suffisamment sèches, nous coupâmes un bordé pour en faire des lisses et installâmes plusieurs couples pour nous guider, dans notre travail, mais ayant peu de clous nous fixâmes un bordé sur deux avec des chevilles et l’autre avec des clous.

209Ce travail occupa McIntosh et moi-même jusqu’au 30, Norman ne pouvant être enlevé de la confection des bordés car il était indispensable de garder un homme dans chaque activité de la construction.

210Février 1790. — Le Ier février nous fûmes distraits de notre travail par un heiva qui selon la coutume était exécuté devant le chef de district dans notre voisinage ; tous les habitants du district s’étaient assemblés pour le voir.

211Quand tout fut prêt, le portrait du capitaine Cook fut apporté par un vieil homme qui en avait la garde et ayant été placé en avant on enleva le tissu qui l’enveloppait ; à ce moment tous ceux qui étaient présents lui rendirent hommage en enlevant leurs vêtements, les hommes se mettant nus jusqu’à la ceinture y compris Poino, et les femmes se découvrant les épaules.

212Le maître de cérémonies présenta ensuite le utu (ou offrande habituelle) adressant un long discours au portrait, reconnaissant le capitaine Cook comme chef de Matavai et plaçant devant le portrait un petit cochon attaché à un jeune bananier.

213Le discours allait à peu près ainsi : « Salut, salut de tous à Cook, chef de l’Air, de la Terre et de l’Eau, nous te reconnaissons chef, de la plage à la montagne, chef des hommes, des arbres, du bétail, des oiseaux dans l’air et des poissons de la mer etc. »

214La danse fut ensuite exécutée par deux jeunes femmes élégamment vêtues de belles étoffes, et par deux hommes, le tout mené avec beaucoup de régularité et de rythme au son des tambours et des flûtes et durant près de quatre heures.

215A un signal donné les femmes enlevèrent leurs vêtements et se retirèrent et tous les tissus et nattes sur lesquels la danse avait eu lieu furent roulés et placés près du portrait, le vieux gardien en prenant possession au nom du capitaine Cook.

216Plusieurs paniers de provisions, contenant du poisson, des bananes, des fruits de l’arbre à pain, des taro et noix de coco, nous furent présentés et, à la demande de Poino nous fîmes feu avec le petit mousquet chargé à balles sur un grand pommier (vi) ce qui fit tomber plusieurs fruits ; l’assistance exprima son étonnement et s’en fut, satisfaite.

217Le 2 arriva un autre heiva amené par Poino à notre terre-plein ; il se déroula de la même manière que l’autre mais le portrait du capitaine Cook ne fut pas apporté ; ce fut Poino qui reçut les étoffes et les nattes et nous les distribua, leur longueur totale représentant près de 200 mètres. Après le départ des gens, nous nous aperçûmes que la drisse du pavillon avait disparu ainsi qu’une paire de pantalons et 3 cochons pris dans le parc ; une enquête nous apprit que le voleur était à Pare et l’ayant arrêté chez lui nous trouvâmes la drisse en sa possession, mais les pantalons et les cochons n’étaient pas là. Nous l’emmenâmes à Matavai et lui donnâmes 100 coups de fouet, et Brown, ayant perdu un cochon, lui coupa les oreilles, sans toutefois être sûr qu’il fut le voleur. Poino nous suggéra de le tuer, disant qu’il irait voler maintenant à droite et à gauche sans inquiétude, mais nous estimâmes qu’il avait été suffisamment puni et lui rendîmes sa liberté ; c’est sous les cris et les railleries de ses compatriotes qu’il quitta le district. Un autre ayant volé un couteau quelques jours auparavant fut amené à l’arbre et soigneusement fouetté.

218Nous constatâmes bientôt que cette façon de procéder produisait l’effet désiré et par la suite il n’y eut que peu d’incidents de ce genre ; bien qu’ils eussent de multiples occasions de voler nos outils, ils ne s’y risquèrent jamais sachant qu’ils seraient vite découverts, étant incapables de garder un secret ; nous apprenions d’ailleurs si vite leur langue que nous étions en mesure de comprendre tout ce qu’ils disaient et capables de discourir avec eux.

219Le 3 nous reprîmes notre travail de recherche de pièces coudées et de confection des bordés.

220Le 6 nous eûmes la visite de Itia qui était venu voir le jeune roi son fils à Pare. Elle apportait des présents d’étoffe pour chacun de nous ainsi que sa sœur Teano (femme de Vehiatua, chef de Taiarapu) qui l’accompagnait. Elle demeura chez nous quelques jours et, sur le terrain vacant situé près de nous furent organisés des danses, des luttes, et des concours de javelot. Les jeunes gens et jeunes femmes prirent plus tard l’habitude de fréquenter cet endroit pour s’y amuser lorsque le temps le permettait et c’est ainsi que nous étions divertis par des danses presque tous les soirs sans avoir à quitter notre demeure.

221Lorsqu’elle vit le bateau qui commençait maintenant à prendre forme, elle me dit qu’elle avait une scie venant du capitaine Cox qu’elle me donnerait, et un homme ayant été envoyé pour la chercher à Taiarapu l’apporta quelques jours après ; c’était une très bonne scie qui avait dû coûter au moins 5 shillings à Londres ; elle était toute neuve n’ayant presque pas servi et fut la bienvenue car les nôtres commençaient à être très usagées.

222A mesure que la construction avançait nous avions de fréquents visiteurs tous désireux d’examiner chaque pièce et curieux de savoir comment elles étaient assemblées ; cependant la plupart pensaient qu’il ne serait jamais terminé disant que l’entreprise était trop longue et se demandant comment nous pouvions continuer ainsi sans être fatigués.

223Avant de nous quitter Itia donna des instructions pour que nous fussions toujours bien approvisionnés en cochons, poissons, etc. C’était bien inutile car chaque personne qui nous rendait visite ne manquait pas de nous apporter quelque chose et ainsi nous ne manquions jamais de rien.

2248. Nous avions poursuivi notre travail jusqu’à présent sans que rien ne vienne l’arrêter sauf le temps pluvieux mais un incident survînt qui nous obligea à cesser tout travail pour quelque temps.

225Voici de quoi il s’agissait : Thompson qui vivait à la pointe Vénus avec Coleman avait abusé d’une jeune fille dont le frère, pour se venger, lui avait infligé une correction et s’était enfui. A ce moment là Colemean était en train de se remettre de maladie et vit rentrer Thompson qui jura de se venger sur le premier qui l’offenserait.

226Un certain nombre d’étrangers étaient arrivés à la pointe (où ils s’arrêtent généralement en faisant le tour de l’île pour pouvoir se tenir au vent le matin avant que la brise de mer ne se lève), et, comme d’habitude, s’empressaient autour de la maison pour voir les Anglais ; Thompson leur donna l’ordre de s’en aller mais comme il parlait en anglais ils ne comprirent pas et ne s’exécutèrent pas ; c’est alors qu’il prit son mousquet et fit feu sur eux, tuant un homme et un enfant qui se trouvait dans les bras de celui-ci ; la balle brisant ensuite la mâchoire inférieure d’une femme et éraflant le dos d’un autre homme, le reste des gens prenant la fuite. L’homme était de Vaiuriri et faisant le tour de l’île pour son plaisir avec sa famille dont faisait partie l’enfant. Nous pensâmes que ce meurtre serait vengé mais personne n’y fit attention. M. Heywood donna une chemise blanche à la femme de la victime et Churchill (qui cherchait toujours à commander) pensa que c’était une bonne occasion de s’offrir à commander notre groupe au cas où nous serions attaqués par les indigènes ; mais estimant tous qu’il s’agissait d’un meurtre nous refusâmes de le prendre pour chef et de participer en quoi que ce soit à cette affaire ; voyant cela il envoya Brown à Taiarapu, chez Vehiatua pour lui demander des pirogues car il voulait s’installer à Taiarapu. Les pirogues arrivèrent et le 20 il partit accompagné de Brown et de Thompson.

22722. Constatant que les indigènes ne bougeaient pas et tenaient Thompson pour seul responsable du meurtre nous reprîmes notre travail, cherchant du bois et faisant des bordés.

228Le pistolet d’Ellison fut volé aujourd’hui dans la maison.

229Mars 1790. — Peter Heywood étant parti en visite avec son ami, on nous annonça aujourd’hui qu’il avait été tué à Vaiuriri ; il revint cependant le 6 mars à Matavai ramenant une partie du pistolet d’Ellison qu’il avait trouvée à Hitiaa, mais le voleur s’était enfui. Il nous raconta qu’il s’était arrêté une nuit à Atahuru où il avait été bien reçu par le chef Toofa mais ayant entendu des gens qui projetaient de le dévaliser il s’empressa de faire cadeau au chef de son chapeau et de son couteau, seules choses d’Angleterre qu’il eût sur lui, ce qui lui permit de passer sans encombre. Il alla ensuite à Papara où il fut bien reçu et passa la nuit chez le chef Temarii. Le lendemain il partit pour Vaiuriri pour voir Paiereroa qui s’y trouvait. Lorsqu’il arriva à Vaiuriri il fut saisi par les cheveux par un des indigènes qui s’apprêtait à lui fracasser le crâne avec une pierre lorsqu’un autre l’en empêcha en lui saisissant le bras. L’homme avait pris M. Heywood pour Thompson et était le frère de la victime de ce dernier tandis que celui qui lui avait saisi le bras était le frère de la veuve et se souvenait de la visite que M. Heywood avait faite à celle-ci à Matavai, lui apportant des présents, alors qu’elle pleurait sur le corps de son mari et de son enfant. Dès que l’homme eut compris son erreur, il en fut désolé, le suppliant de ne pas se fâcher et l’invitant à sa maison, mais il refusa et s’en fut chez Paiereroa. Il y passa la nuit et le lendemain continua son chemin jusqu’à Taiarapu allant rendre visite à Moearu en passant par Vairao. Lorsqu’il arriva à Taiarapu il fut aimablement reçu par Vehiatua qui lui demanda de venir vivre chez lui. Il s’en fut ensuite chez Mate qui le reçut de la même manière mais le supplia de ne pas quitter Matavai ayant entendu dire que Churchill Thompson et Brown s’y étaient installés. M. Heywood lui promit de ne pas quitter Matavai et prit le chemin du retour passant par le nord de l’île, étant bien reçu par toutes les personnes chez lesquelles il s’arrêta.

2308. Encore à la recherche de bois avec un succès passable. Travail habituel ; ce jour arriva un messager de Vehiatua porteur de présents et d’une invitation pour moi-même et Millward à se rendre à Taiarapu, nous faisant d’importantes propositions ; et une lettre de Churchill renfermant la même invitation et répétant l’offre de Vehiatua nous promettant de grandes propriétés à Taiarapu et en même temps nous annonçant que les armes de Thompson avaient été volées par les indigènes ce qui était pour des étrangers un piètre encouragement à s’y rendre. Mais étant très heureux d’être débarrassés de Thompson et de Churchill nous déclinâmes l’aimable invitation de Vehiatua, lui envoyant des présents en retour.

2319. Ce matin un messager vint de Pare, nous demandant de nous y rendre car Metuaaro venant de Moorea y était attendu avec une flotille transportant une grande quantité de cochons et de tissus pour le jeune roi et les gens d’Atahuru menaçaient de la mettre au pillage. Nous arrivâmes en armes à Pare et un festin fut préparé à notre intention. La flotille arriva sans incident et nous rentrâmes ensuite à Matavai ; chemin faisant nous fûmes arrêtés par le jeune roi, qui, pour nous remercier de nos attentions désirait nous voir prendre du poisson dans ses pirogues chaque fois qu’elles venaient à Matavai et de ne faire aucune cérémonie pour disposer de tout ce qui pouvait lui appartenir ; pour le remercier du compliment, nous fîmes feu de nos mousquets.

23212. Même travail que d’habitude. Pendant la nuit entre 10 et 12 heures Thompson arriva, et nous fit part de la perte de ses armes ; Norman lui ayant donné le mousquet qu’il avait en supplément il repartit pour Taiarapu après avoir dit à Norman que selon une information, c’était les hommes de Mate qui avaient pris les armes ; il jura de tuer le coupable dès qu’il le découvrirait. Il ajouta que la raison de son retour précipité était d’empêcher la nouvelle de sa présence à Matavai d’arriver à Taiarapu avant lui ; mais la vraie raison était qu’il ne voulait pas être vu par Coleman qu’il avait volé alors que celui-ci était malade ; il nous dit également qu’il s’était querellé avec Churchill et qu’ils s’étaient séparés, chacun vivant de son côté ; lui à Tautira et Churchill à Vaiaotea, à 18 ou 20 milles et, ses armes ayant été prises dans la nuit il ne soupçonnait toutefois pas Churchill d’y avoir participé bien que les indigènes eussent déclaré publiquement qu’il les avait prises ; je posai la question à Poino qui me confirma que l’homme de Vehiatua avait déclaré que Churchill les avait.

233Le 14 arriva un messager de Mate qui nous invitait à ne pas quitter Matavai et Pare, confirmant également que Churchill avait pris les armes de Thompson ; persuadés que c’était la vérité nous promîmes au messager de ne pas aller à Taiarapu.

234Lundi 15. Toutes le membrures étant posées nous nous mîmes en demeure de préparer les bois pour les bordés et Coleman étant rétabli nous lui proposâmes de faire les ferrures du gouvernail, beaupré, etc. ce qu’il accepta à condition qu’on lui construise un soufflet et qu’on lui fournisse du charbon en quantité suffisante pour atteindre la chaleur requise, n’ayant pas d’objection à prêter la main lui-même à la fabrication du soufflet et de la forge. Nous fîmes immédiatement un plan pour construire ce soufflet et Heildbrandt fut chargé d’aider Coleman ; du bois d’arbre à pain fit des ailes passables, de la toile remplaça le cuir et le manche en fer d’une casserole servit d’embout ; un cadre de bois rempli d’argile fut fabriqué pour la forge et Coleman perça un trou dans une pierre pour y faire paser l’embout du soufflet. Une gueuse de ballast fit une bonne enclume et un maillet de charpentier tint lieu de marteau. Pendant ce temps nous nous étions procuré du charbon de bois et nous mîmes la forge en marche mais il se révéla nécessaire de mouiller la toile constamment pour qu’elle ne laisse pas passer l’air ; cette installation répondait à nos besoins et Coleman assisté de Heildbrandt put bientôt produire des pièces de fer, forgeant des écrous à œil au lieu de fémelots pour le gouvernail avec un boulon pour tenir le tout.

23516. Sumner s’en fut à Taiarapu pour rendre visite à Mate et ne revint que le 26. Pendant ce temps le travail progressa de façon satisfaisante et, à ce jour nous avions posé 4 bordés sur babord ; Sumner ramena Churchill qui nous annonça que les armes de Thompson lui avaient été restituées, et il ramena le mousquet de Norman avec les remerciements de Thompson pour le lui avoir prêté. Il nous dit que les armes avaient été prises par des indigènes qui furent arrêtés par les gens de Vehiatua alors qu’ils traversaient l’isthme, ceci nous parut très plausible car nous n’avions pas confiance dans les déclarations des indigènes. Il nous informa également de la mort subite de Vehiatua ce qui l’avait mis lui Churchill en pleine possession de la souveraineté de Taiarapu du fait du nom de Vehiatua son ami, mort sans descendance. Il nous promit à tous de grandes possessions à Taiarapu au cas où nous voudrions aller vivre avec lui mais nous refusâmes tous, voyant bien que son but était uniquement de se rendre important à nos dépens et quand je lui déclarai que je préférais être un des amis de Poino que chef de Taiarapu il cessa ses tentatives de persuasion.

236Pendant l’absence de Sumner, il s’était lié avec Temarii chef de Papara et ce dernier ayant une alliance avec Mate ne voyait pas d’objection à ce qu’il s’installât à Papara ; il avait pris des pirogues de Temarii dans le but de s’y transporter avec Burkett, car ils étaient tous les deux fatigués du travail et semblaient croire, comme les indigènes, qu’il ne serait jamais terminé.

2371erAvril. — Burkett, Sumner et Churchill partirent pour Papara et Byrn et Ellison allèrent vivre à Pare et notre nombre étant réduit nous divisâmes le travail ainsi : Norman et Millward taillaient des bordés, McIntosh et moi-même les mettions en place et Coleman et Heildbrandt faisaient les ferrures ; à la date du dimanche de Pâques, nous avions terminé 6 bordés de tribord ; nous procédions de la manière suivante : après avoir ajusté et placé un bordé, McIntosh me laissait percer les trous et en préparait un autre ; lorsque les trous étaient faits, il le fixait avec une cheville puis un clou de fer dans chaque membrure et 3 chevilles à chaque extrémité. Pendant les fêtes les indigènes nous annoncèrent que Churchill avait fait feu à Tetaha sur certains d’entre eux, pour avoir fait lever des canards sur lesquels il se proposait de tirer. Un homme fut blessé dans le dos et un jeune garçon dans le talon ; la blessure du garçon s’étant gangrenée il mourut peu de temps après.

238Avril 1790. — Le 12, Muspratt arriva de Taiarapu, en route pour Pare où il résidait encore ; il nous raconta qu’il était parti avec Burkett, Sumner et Churchill et confirma le récit des indigènes, ajoutant que Churchill s’était cassé la clavicule à ce moment-là ; il les avait laissés à Papara le 4 et avait continué jusqu’à Taiarapu pour voir Mate et là une dispute avait eu lieu entre Brown qui était maintenant avec Mate et l’un des hommes de Muspratt, dispute dans laquelle Brown s’était cassé un bras ; Muspratt le lui avait réduit avant de le quitter. Il nous conta cet incident comme suit.

239A son arrivée à Taiarapu il avait été selon la coutume invité par Mate à un repas et avait invité Brown à le partager. Après le repas les provisions furent données à ses gens et certains d’entre eux étant absents les provisions qui leur revenaient furent prises par l’un de leurs amis ; Brown s’étant adressé à ce dernier pour nourrir son chien, l’homme lui répondit que le chien serait servi lorsque les absents seraient revenus, ce qui mit Brown fort en colère et il tenta de frapper l’homme, mais celui-ci évita le coup de manière si efficace que le bras de Brown se cassa contre le sien ; il courut alors chercher un pistolet pour tuer l’homme mais quand il revint, celui-ci avait disparu.

240Nous commençions à être à court de bordés car il nous fallait maintenant une semaine entière pour faire un bordé de dix mètres ; nous nous occupâmes alors des barrots et bauquières en attendant que les bordés soient prêts, ayant maintenant posé 8 bordés de chaque bord. Pour les bauquières je fus obligé de me rendre dans la montagne tandis que McIntosh ajustait les barrots.

241Pendant ce temps les populations de Moorea s’étant révoltées contre Metuaaro, chef de cette île et beau-frère de Mate, celui-ci nous fit demander s’il devait envoyer ses armes pour réprimer cette révolte. Nous acquiesçâmes en lui conseillant d’envoyer ses propres gens pour les utiliser et Hitihiti étant là fut désigné pour les commander. Les armes nous ayant été apportées furent nettoyées et mises en état et la troupe partit. Arrivés à Moorea, ils firent en peu de temps capituler les rebelles, Hitihiti ayant lui-même tué le prêtre inspiré des rebelles, et le chef (fils adoptif de feu Mahine). Teriihaamoetua fut obligé de s’enfuir à Atahuru, laissant l’île en possession de Metuaaro à qui elle revenait de droit mais dont il avait été éloigné par son oncle Mahine et le clan de celui-ci jusqu’au départ de la « Bounty » en avril 89 ; c’est alors qu’ayant formé une troupe puissante, il fut rappelé de Tahiti où il résidait et ayant renforcé sa troupe de Tahiti fut admis comme chef conjoint avec Teriihaamoetua ; mais ce dernier qui était devenu jaloux de sa puissance avait pris les armes pour le chasser encore une fois ; cependant les armes à feu donnèrent à Metuaaro une telle puissance que Teriihaamoetua fut obligé de tout abandonner et de chercher refuge à Tahiti. D’Atahuru il s’en fut à Papara ou Temarii lui donna une terre et c’est là qu’il réside maintenant à titre privé avec sa mère et sa tante (Ua Vahine) qui était la femme de feu Mahine.

24215. Journée passée à ajuster les bauquières et à préparer les barrots, à tailler des bordés etc. Aujourd’hui nous reçûmes une lettre de Burkett nous annonçant la mort de Churchill et de Thompson, ainsi qu’une lettre de Brown également pour les mêmes raisons. Le lendemain 16, Brown arriva lui-même, ayant été envoyé par Mate pour nous informer verbalement, et pensant ne pouvoir l’expliquer par lettre ; il nous donna alors les détails suivants.

243Peu de temps après leur arrivée à Taiarapu Thompson et Churchill eurent une dispute (provoquée selon nous par Brown) et se séparèrent. Thompson allant vivre avec Tiitorea, chef de Tautira et oncle de Vehiatua et Churchill s’en allant à Vaiaotea dans une maison préparée pour lui ; Brown s’en fut vivre avec Mate qui était à ce moment à Tautira. Thompson devenant jaloux de Churchill menaça de le tuer si une différence ou une distinction était faite entre eux. Ceci revenant aux oreilles de Churchill, il prit une pirogue et arrivant de nuit chez Thompson qui dormait, il envoya ses hommes prendre les armes de ce dernier, mais lorsqu’ils retournèrent pour prendre la poudre, Thompson se réveilla, l’obscurité permettant aux hommes de s’échapper et de rentrer avec Chruchill.

244Thompson ayant allumé une lumière et voyant que ses armes avaient disparu s’en fut chez un voisin de ses amis lui demandant de préparer une pirogue et lui racontant ce qui était arrivé, lorsque la pirogue fut prête il partit pour Vaiaotea y arrivant au lever du jour. Churchill ayant été informé de son approche, était debout prêt à l’empêcher de s’approcher, mais Thompson lui dit : « Vous n’avez rien à craindre car je suis sans armes et suis seulement venu vous dire que je les ai perdues la nuit dernière et j’aurais besoin de votre aide pour les récupérer. » Churchill étant convaincu de ses bonnes intentions le laissa rentrer, et celui-ci lui montrant sa baïonnette, seule arme qu’il lui restait, ils décidèrent d’oublier leurs querelles et ayant examiné la situation constatèrent que Brown avait été le promoteur de cette dispute entre eux. Ils décidèrent de vivre ensemble et Thompson s’en fut à Matavai pour aller emprunter le mousquet de Norman, tandis que Churchill lui promettait de faire tous ses efforts pour récupérer ses armes. Au retour de Thompson, Churchill lui remit ses armes retrouvées soi-disant grâce à son intervention lui disant qu’elles avaient été prises à des indigènes qui traversaient l’isthme ; Thompson fut satisfait de cette version et ne chercha pas plus loin. Peu de temps après Churchill partant pour faire le tour de l’île laissa Thompson dans sa maison, celui-ci remettant le mousquet à rapporter à Norman avec ses remerciements pour le lui avoir prêté. Pendant l’absence de Churchill un homme qui avait été à Lima (appelé Maititi) et qui avait été rossé par Churchill alla trouver Thompson et lui raconta la vérité au sujet des armes, ayant été un des acteurs principaux de cette expédition. Ceci exaspéra Thompson qui résolut de tuer Churchill dès son retour, et, l’ayant tué les indigènes l’avaient mis à mort à son tour. Burkett écrivait ceci : « Churchill s’étant cassé la clavicule en chassant le canard j’essayai de le persuader de rester avec nous jusqu’à sa guérison mais il refusa, me demandant de l’accompagner chez lui le 10 ; nous voyageâmes ensemble jusqu’à Vaiaotea où Thompson nous reçut aimablement et nous prîmes le souper ensemble. Dans la soirée Thompson laissa entendre qu’il avait trouvé le voleur mais rien de plus. Le lendemain matin j’allai sur la plage pour préparer ma pirogue car j’avais l’intention de rentrer après le petit déjeuner ; pendant que je préparais la pirogue j’entendis une détonation et me mis à courir vers la maison ; en y arrivant je fus arrêté par Thompson qui, étant en travers de l’entrée rechargeait son mousquet ; il me demanda si j’étais en colère ; étant sans armes je trouvais sans objet de dire oui et répondis non, ajoutant « j’espère que vous n’allez pas profiter de la situation ». Il répondit : « non, tant que vous n’êtes pas en colère ; je l’ai tué. » Me rapprochant, je constatai que Churchill était mort, la balle ayant pénétré sous l’épaule et traversé le corps. Je pensai alors que c’était le moment de s’en aller et l’enterrai le plus vite possible. Thompson s’étant emparé de ses affaires, je lui demandai quelques-uns des livres qui appartenaient au défunt, mais il refusa et je pris le chemin du retour. J’avais l’intention de vous demander votre opinion sur cet événement mais j’ai appris depuis que Thompson a été tué par les indigènes pour se venger d’avoir tué leur chef et son corps a été porté au marae. »

245Nous ne savions que penser de cette affaire mais nous étions plutôt portés à croire que la mort de Thompson était due au fait qu’il détenait les biens des deux hommes ; cependant les indigènes déclarèrent avec insistance que c’était parce qu’il avait tué celui qu’ils reconnaissaient pour chef en raison de son amitié avec feu Vehiatua dont il portait également le nom.

246Étant particulièrement désireux de connaître les circonstances de leur mort et voulant voir Mate pour lui demander des cordages et des nattes en guise de voiles je partis pour Taiarapu le 17 en compagnie de Brown et arrivai à Tautira où je fus bien reçu par Mate qui me supplia de ne pas penser à m’installer à Taiarapu car cela empêcherait les populations de se soumettre à son fils. Je lui promis de ne pas quitter mon ami Poino, ajoutant que j’étais seulement venu lui rendre visite avec l’intention d’entendre les circonstances de la mort de Churchill et de Thompson. Je lui dis également que j’avais besoin de cordages et de nattes pour le bateau dont je lui fis la description et il promit de faire le nécessaire. En m’informant de la mort de Churchill et de Thompson, un homme fut appelé que je reconnus comme un des favoris de Churchill et qui me fit un récit identique à celui de Burkett, car il avait été avec Churchill dans son tour de l’île et pilotait la pirogue. Je lui demandai alors comment et par qui Thompson avait été tué ce qui parut le gêner, et il me dit : « Ne sois pas en colère ; c’est moi qui l’ai tué parce qu’il avait tué mon chef et ami. » La chose s’était passée ainsi : Patiri (c’était son nom) triste de la mort de son ami et décidé à se venger sur Thompson rassembla 4 ou 5 hommes (qui ayant été mis au courant furent également furieux) et se rendit chez Thompson le saluant du nom de Vehiatua et lui disant qu’il était maintenant le chef, et autres flatteries, et, ayant réussi à se placer entre ses armes et lui, le fit tomber à terre, étant d’un physique puissant. Ils plaçèrent alors une planche qui se trouvait là en travers de sa poitrine maintenue par un homme de chaque côté ; après quoi Patiri lui fracassa le crâne avec une grosse pierre ; on lui trancha ensuite la tête et on enterra le corps. Pendant ce temps Maititi ramassait les armes et la maison fut pillée ; la tête fut portée par Patiri au marae de Tautira où il l’avait laissée ; elle s’y trouvait et je pouvais aller la voir si j’en avais le désir. J’allai donc au marae avec lui, et il me montra une partie du crâne que je reconnus par une cicatrice au front. Je lui demandais pourquoi ils ne l’avaient pas conduit chez nous à Matavai et il répondit : « La distance est trop grande et notre colère se serait apaisée avant l’arrivée et après avoir retrouvé notre calme, et notre colère passée, il n’aurait pas été puni du tout et le sang du chef serait resté sur nos têtes. » Je promis à l’homme que je ne le ferais pas souffrir pour ce qu’il avait fait, le considérant comme l’instrument de la Providence pour avoir puni de tels crimes.

247Je demeurai là 3 jours pendant lesquels je fus fêté tous les jours par Mate qui m’annonça que le neveu de Vehiatua (un garçon d’environ 4 ans) avait accédé à son nom et à ses honneurs, son père Teipo étant régent pendant sa minorité ; la population de Taiarapu avait refusé de reconnaître le jeune Tu, qui, d’après eux était un bâtard et non un fils de Mate. Toutefois ayant des biens qui lui avaient été donnés il était décidé à se maintenir à Taiarapu, espérant gagner un parti en faveur de son fils. Lorsque je le quittai, il me présenta un gros cochon, 3 bambous d’huile parfumée et une certaine quantité de tissu. Je rentrai à Matavai le 24, ayant été bien reçu partout où je m’étais arrêté, tant à l’aller qu’au retour.

248Pendant mon absence le travail avait bien progressé et le 30 les bordés de chaque côté étaient terminés et le vaigrage en place, ainsi que les barrots. A ce moment Norman et Heildbrandt quittèrent le travail et ne revinrent qu’au milieu de mai ; toutefois les grosses ferrures étaient faites et Coleman était à même de faire seul les clous et les petites ferrures, et nous nous mîmes à récolter de la gomme d’arbre à pain qui, une fois bouillie convient très bien au calfatage ; avec les cordages qui avaient été apportés du navire (par nous-mêmes et par les indigènes) nous pûmes fabriquer assez d’étoupe pour calfater tout le bateau. Nous reçûmes alors la visite de Metuaaro qui nous donna 2 cochons cuits et du tissu. Il nous dit qu’il nous donnait tout ce qu’il avait pu trouver car autrement il nous aurait donné plus. Il avait avec lui le chien Bacchus, qui avait été laissé chez Poino avec une chienne nommée Venus lorsque nous étions partis en avril 89 et bien que cet animal ne nous eût pas vus depuis notre retour il nous reconnut immédiatement et vint se frotter à nous ce qui surprit beaucoup les indigènes.

249Mai 1790. — Le chien et la chienne avaient été séparés dès que le navire était parti et n’avaient jamais été ensemble depuis, réduisant à néant les projets de Bligh d’avoir une race de grands chiens dans l’île ; la sœur de Poino ayant envie de la chienne l’avait emmenée à Vaiari et Metuaaro avait emmené le chien lorsqu’il avait été rappelé chez lui.

250Le ramassage de la gomme étant fastidieux, nous employâmes des indigènes pour ce travail. Préparant un gros cochon nous donnâmes un festin pour quelques-uns des plus pauvres, demandant à chacun qui y participait de nous apporter sa part de gomme ce qu’ils firent volontiers, ayant soin d’apporter une quantité proportionnée à la quantité de cochon qu’ils avaient reçue. Nous répétâmes cette opération, qui remplissait notre but jusqu’à ce que nous eussions une provision suffisante. Nous constatâmes qu’en la faisant bouillir nous obtenions une bonne résine et qu’en y ajoutant de la graisse de cochon, le mélange tenait lieu de brai.

251Bien que cette méthode fut onéreuse, les cochons ne nous coûtaient toutefois rien et les gens n’étaient pas trop payés pour leur travail. Un cochon de 100 kg ne rapportait pas 25 kg de gomme. La récolte se fait de la façon suivante : ils prennent un petit bâton pointu de toa et avec un caillou l’enfonçent à travers l’écorce en plusieurs endroits et ayant ainsi incisé plusieurs arbres les laissent jusqu’au lendemain matin, la gomme qui s’en échappe ayant eu le temps de durcir. Ils la grattent alors avec une coquille et en font une boule, mais un homme seul peut difficilement en récolter plus d’une livre en 2 jours. Aucun autre arbre ne donne une gomme semblable ; lorsqu’elle coule au début elle est blanche et liquide comme du lait, mais durcit rapidement et ressemble alors à de la cire blanche ; bouillie elle devient noire et ressemble à tous égards à la résine extraite du pin à cette exception près qu’elle provient de l’écorce et non de l’arbre.

25217. Norman et Heildbrandt étant revenus au travail, nous posâmes le pont qui fut achevé le Ier juin et pendant ce temps Heildbrandt fit des tonnelets dans un bois blanc appelé faifai par les indigènes et dont le grain ressemble au chêne blanc ; les jeunes châtaigniers, mape, qui croissent en abondance sur les collines fournissent les cercles. Nous coupâmes également des mâts, des bômes, un beaupré et des pics, ayant l’intention de le gréer en goélette ; nous fabriquâmes ensuite un grappin avec du toa, lesté avec du plomb.

253Le 4. Aujourd’hui nous tirâmes une salve et bûmes un tonnelet de cidre préparé spécialement pour cette occasion avec les pommes appelées vi pommes de Cythère. Nous reçûmes également la visite de Byrn et Ellison qui étaient venus à la pointe Vénus, en route pour Tetiaroa. Notre travail maintenant consistait à calfater, faire des cordages, des poulies, etc. Le purau était utilisé pour les joues des poulies et le toa pour le moyeu et la jante. L’écorce de purau nettoyée faisait de l’excellent cordage et avec une feuille de cuivre on fit un corps de pompe. En calfatant le bateau, nous constatâmes qu’un insecte appelé ici huhu avait mangé une partie de l’étrave, et nous fûmes obligés de la changer. Le gouvernail ayant été installé et le calfatage terminé nous recouvrâmes la coque de résine et le Ier juillet il était prêt à être lancé tout équipé de ses mâts, guis, beaupré et pics.

254Pendant que nous le construisions, nous avions de fréquents visiteurs qui l’examinaient au dedans et au dehors et examinaient chaque partie avec étonnement, se demandant comment il était possible de construire un tel bateau ; ce qui semblait le plus attirer leur attention, c’était notre méthode pour courber les bordés, ce qui dépassait quelquefois nos possibilités ; nous en brisâmes plusieurs après les avoir travaillés pendant une semaine entière, avec l’aide du feu, de l’eau et d’un bon ouvrier qui connaissait son métier ; et malgré cela, avec tous les procédés que la nécessité nous suggérait, nous fûmes souvent obligés de jeter des bordés qui auraient pu être utilisés, avions-nous eu des instruments de fer. Nous ne perdîmes qu’une paire de compas au cours du travail, probablement parmi les débris ; après avoir rangé nos outils nous nous préparâmes au lancement. Avec tous les cordages dont nous pûmes disposer, nous élingâmes les mâts sur les côtés faisant une sorte de ber sous la quille et, n’ayant plus d’usage des tarières nous les utilisâmes comme boulons, les enfonçant à travers la quille et les varangues pour renforcer cette partie du bateau.

255Tout étant prêt le 5, nous nous adressâmes à Poino qui me dit que le prêtre devait faire les prières pour le bateau et qu’ensuite on le mettrait à la mer. On envoya chercher le prêtre, et après lui avoir donné un cochon et un jeune bananier, il se mit à tourner autour du bateau, s’arrêtant à la proue et à la poupe et prononçant de courtes phrases dans un dialecte inconnu puis ayant reçu un bon nombre de jeunes bananiers par ordre de Poino, il en jetait un de temps à autre sar le pont. Ceci dura toute la journée et toute la nuit et était à peine terminé le matin du 6. Poino et Teu, père de Mate arrivèrent alors avec 3 ou 400 hommes et les serviteurs de Teu ayant reçu un cochon et du tissu donné par Poino pour cette occasion, les hommes furent divisés en deux groupes et l’un des prêtres montant sur le pont, plusieurs bananiers lui furent jetés de chaque côté ; il se mit à courir à l’avant et à l’arrière, les exhortant à faire un effort et, à un signal donné ils entourèrent le bateau, ceux qui ne pouvaient atteindre le bateau de la main étant munis de longues perches ; un chant leur ayant été donné, ils se mirent tous à chanter et le bateau commença bientôt à avancer et en une demi-heure, il avait atteint la plage. Là, il fut mis à l’eau et appelé la « Résolution ». Plusieurs arbres avaient été abattus pour lui frayer un chemin et il ne subit aucun dommage à part les mâts qui furent brisés, sur ce parcours d’environ 3/4 de mille.

256Ayant enlevé les cordages sous la quille et mis une pirogue à l’eau nous le remorquâmes dans une petite baie à l’est de la pointe Vénus et là le mouillâmes avec le grappin et un cable à terre, dans un bon mouillage et à l’abri d’une pointe, à l’intérieur du récif. La goélette étant maintenant à flot nous consacrâmes jusqu’au 12 à construire 2 maisons et à déménager nos affaires, Coleman venant vivre avec nous à la pointe que nous appelâmes Cancrelat car tel était son nom (Popoti). La fabrication du sel par ébullition nous prit tout le reste du mois. Possédant un pot de fer et une bouilloire de cuivre nous nous construisîmes un fourneau en argile et remplissions ces récipients de façon continue au fur et à mesure que la vapeur s’échappait ; nous continuâmes nuit et jour, divisant la nuit en gardes de 2 heures et demie ce qui était facile grâce aux étoiles, mais l’eau de mer était si diluée par l’eau douce qui se jetait dans la mer à cette pointe qu’il nous fut impossible de faire plus d’une livre de sel par jour.

2572 Août. — Nous abattîmes 2 arbres pour en faire des mâts et pendant ce temps couvrîmes la goélette de feuilles de cocotier tressées commes des nattes. Faisant les mâts et le tonnelier faisant les tonnelets nous profitâmes du beau temps pour tuer les cochons et les saler, enlevant les os et ne salant que les bons morceaux ; le tonnelet une fois rempli d’environ 100 livres de viande était porté à bord. Nous n’avions aucun moyen de les peser mais nous coupions la viande au jugé de façon à ce qu’elle ressemblât à des morceaux de 4 livres, prenant bien soin de ne pas faire de morceaux trop petits. Ceci, ainsi que la fabrication de cordages dura presque jusqu’à la fin du mois. C’est à ce moment que nous reçûmes de Mate 400 brasses de corde qui étant en majeure partie de petit diamètre nous obligea à la commettre pour en faire du câble, destiné aux haubans et étais, ce qui nous permit de mettre en place les mâts et le gréement. Pendant que d’autres choses étaient en train, je me mis en devoir de réparer ma montre, dont la chaîne du mécanisme était cassée, à l’aide d’une paire de compas et d’un clou que je limai pour en faire un tournevis ; j’arrivai à la démonter et avec beaucoup de difficulté réussis à réparer la chaîne, mais de façon grossière et, par suite du manque d’outils et d’habileté j’eus beaucoup de mal à la remonter, ce que je réussis tout de même avec un succès tel que Stuart me demanda d’examiner la sienne et de voir ce que je pourrais faire. Je la démontai et trouvai que 5 cm environ du centre du ressort principal étaient cassés ; pour remédier à cela je dus assouplir la partie cassée et percer un nouveau trou pour l’arrêtoir et l’ayant remontée constatai qu’elle fonctionnait très bien. Nous préparâmes aussi un loch avec sa ligne et en coupant en deux une fiole de verre et les joignant par une pièce de plomb coulée dans ce but en fîmes un sablier à demi-minutes convenable, comptant les secondes avec une balle de mousquet pendue à un fil, et cela, avec la montre, nous donna un résultat à peu près correct.

258La boîte de compas azimuthal étant trop importante pour être conservée sans gêne nous nous procurâmes une calebasse correspondant à la taille du verre et en fîmes une boîte à compas montée sur cardan dans l’habitacle où elle devait être utilisée pour barrer seulement ; le verre supplémentaire fut utilisé pour empêcher l’eau de pénétrer dans l’habitacle qui comportait une lampe à huile au-dessus du compas ; l’installation était satisfais-sante. Nous fîmes également quelques bougies de graisse de chèvres, que nous avions conservée à cet effet.

259Une cuisine fut ensuite construite de planches par McIntosh ; Coleman tailla des pierres pour contenir le feu et les assembla ensuite avec de l’argile en lieu de mortier.

260Tout semblait être faisable sans difficultés sauf les voiles et là nous ne savions pas comment nous en procurer, les nattes étant rares et de toute façon à peu près inutilisables et bien que nous eussions découpé tout ce que nous possédions comme étoffe nous n’avions, entre nous pas assez de toile pour faire une voile susceptible d’être utilisée en mer.

261Septembre 1790. — Nous continuâmes toutefois à travailler, préparant tout ce qui était dans nos possibilités et pour le reste nous fiant à la Providence ; salant du porc, faisant du sel, et fabriquant des tonnelets et tenant prêtes toutes choses dont nous pensions pouvoir avoir besoin. Pendant ce temps le bateau demeura à l’eau et resta bien étanche, le soleil ne lui faisant pas de mal car il était recouvert en permanence.

26212 Sept. — Aujourd’hui arriva un messager de la part du roi, qui désirait notre aide immédiate pour réprimer une révolte de la population du district de Tetaha qui avait effectué une incursion à Pare, brûlant tout devant elle ; le messager nous informa également que les gens de Pare les avaient repoussés, les obligeant à laisser derrière eux des morts qui avaient été portés au marae du jeune roi ; ils s’attendaient à une autre attaque, les gens d’Atahuru étant prêts à fondre sur eux. Il nous dit également qu’Ariipaea Vahine, tante du jeune roi qui vivait à Raiatea depuis quelques années était arrivée à Pare avec une flotte importante qui était prête à la guerre. Ne sachant pas si nous pourrions jamais atteindre nos buts de voyage bien que les choses eussent bien progressé, nous pensâmes qu’il était de notre intérêt de les aider et en réponse déclarâmes que nous serions à Pare le lendemain matin armés en conséquence. Le 13, laissant quelqu’un pour garder la goélette nous allâmes à Pare, où Ariipaea Vahine nous reçut ; un cochon tout préparé nous fut offert. Byrn et Ellison étant à Tetiaroa et Muspratt étant en visite à Papara chez son ami Ariipaea, nous n’étions que huit, mais fûmes rejoints par Brown qui nous annonça que les gens d’Atahuru avaient fait la guerre à Temarii ; ce qui nous fut confirmé par une lettre de Burkett demandant notre assistance. Après avoir préparé notre petit déjeuner nous partîmes pour Tetaha entourés d’une multitude (avec Poino et Paitia, deux chefs à leur tête) venant de Matavai.

263Nous avions à peine parcouru un demi-mille que nous aperçûmes le Maro Atua ou signal de guerre (consistant en plusieurs brasses d’étoffe d’une seule pièce entourant plusieurs arbres et traversant plusieurs fois le sentier) et un cochon attaché à chaque arbre qu’entoure l’étoffe. Elle est posée avec un certain cérémonial et on défie l’ennemi de venir l’enlever.

264Voyant cela notre troupe se mit à courir et se saisit de l’étoffe et des cochons et l’ennemi resté caché jusqu’alors fit son apparition ; une bagarre s’ensuivit et de violents coups échangés avant qu’ils nous vissent ; à notre approche ils s’enfuirent mais cette méthode confuse d’engager le combat nous empêcha de distinguer nos propres gens car ils étaient si éparpillés qu’il était impossible de savoir à distance s’ils étaient amis ou ennemis ; nous étions par conséquent inutiles, nous contentant de regarder tandis que l’ennemi se retirait dans les montagnes et que notre troupe faisait demi-tour, emportant une certaine quantité de butin ainsi que des pirogues que l’ennemi n’avait pu enlever.

265Nous déclarâmes alors aux chefs qu’ils devaient changer de tactique, et amener leurs gens à une certaine discipline s’ils avaient l’intention de faire encore la guerre, ce qu’ils nous promirent ; après leur avoir demandé des nattes pour en faire des voiles nous prîmes congé d’Ariipaea Vahine et rentrâmes à Matavai. Cette femme étant la première née avait droit à la souveraineté de Tahiti mais étant sans enfant elle avait transféré ce droit à son frère pendant son absence et maintenant continuait de le faire pour le fils de ce dernier ; elle n’était toutefois pas éloignée du pouvoir elle-même lorsqu’elle visitait Tahiti, étant toujours honorée et respectée ; lorsqu’elle s’y trouvait, elle tenait les rênes du gouvernement. Elle fut pleine d’égards pour nous et rassembla en peu de temps assez de nattes pour faire 3 voiles, c’est-à-dire grand voile, trinquette et foc. Elle consacra beaucoup d’activité à cette affaire et veilla à ce que nous fussions toujours bien approvisionnés. Le jeune roi nous envoya également une pirogue double de 48 pieds de long et pour chacun, un cochon, une pièce d’étoffe et un bambou d’huile. Brown s’en fut à travers la montagne pour rejoindre Burkett et Sumner à Papara et nous promîmes d’aller les retrouver dès que les voiles seraient terminées.

266Coleman ayant fabriqué 2 aiguilles nous commençâmes à faire les voiles utilisant l’écorce de purau comme fil, piquant la natte et faisant tous les 30 cm des coutures pour la renforcer. Pendant ce temps les gens de Tetaha et d’Atahuru s’étaient alliés et recommencèrent les hostilités à la fois contre Papara et contre Pare et le 20, notre assistance fut requise, ce que pour notre renommée nous ne pûmes refuser, la confection des voiles n’étant pas une excuse ; l’ennemi interprétant nos paisibles occupations comme étant l’effet de la peur nous fit savoir qu’il viendrait à Matavai et brûlerait la goélette ; il envoya un défi de ses guerriers à chacun de nous déclarant qu’ils auraient chacun leur victime à porter au marae et ainsi de suite. Il avait envahi Pare et détruit et brûlé tout devant lui.

267Nous partîmes donc le 21 au matin, de bonne heure avec nos pirogues en direction de la limite inférieure de Pare, après avoir comme auparavant laissé quelqu’un pour s’occuper de la goélette. Nous fûmes accueillis par Poino, Teu et Ariipaea Vahine et presque tous les hommes de Matavai avec Paitia et Matahiapo à leur tête, étant tous deux hommes d’importance et chefs guerriers. Nous n’étions maintenant que huit et ayant donné aux chefs les instructions que nous estimions nécessaires ils promirent de les suivre. Voulant profiter de la fraîcheur du matin nous nous mîmes en marche en bon ordre entourés d’une multitude de tous âges provenant des 2 districts, mais les gens de Matavai se maintinrent près de nous, réclamant la prééminence et maintenant les autres derrière. A notre approche l’ennemi se retira jusqu’à un sommet escarpé qui commandait un défilé étroit, le seul par lequel on pouvait les approcher et cet endroit ayant résisté à toutes les attaques précédentes, l’ennemi y avait amené tous ses biens et contitué un camp de huttes, prêt à en défendre l’entrée. Nous décidâmes toutefois de continuer, car il n’était pas possible d’espérer la paix sans les avoir chassés de cette place forte ; mais comme elle se trouvait à plusieurs milles dans la montagne il fut midi avant de pouvoir s’en approcher suffisamment pour inspecter le défilé et la position de l’ennemi que nous trouvâmes bien retranché. La chaleur était devenue si intense que nous aurions été dans un triste état si nos amis n’avaient pas amené avec eux de grandes quantités de noix de coco dont nous avions grand besoin, bien que la marche eût été exécutée assez lentement. Après nous être arrêtés quelques minutes nous nous dirigeâmes vers le défilé qui se trouvait le long d’une crête étroite où deux hommes pouvaient à peine passer en sécurité. Les Tahitiens firent halte lorsqu’ils arrivèrent au défilé mais, nous voyant continuer, suivirent et Paitia et Matahiapo se placèrent en avant-garde pour nous conduire. En traversant le défilé nous fûmes exposés aux pierres qu’ils faisaients pleuvoir sur nous à une cadence accélérée de la hauteur au-dessus de nous, nos mousquets ne pouvant les atteindre avec efficacité ; malgré cela, et bien que forcés de marcher d’un pas normal sur cent mètres ou plus, aucun de nous ne fut blessé sauf Coleman qui reçut un coup de pierre sur la jambe qui ne le mit pas hors de combat. Toutefois son ami tahitien reçut un coup entre la bouche et le nez qui le fit tomber ; comme il avait des vêtements anglais, il fut pris pour l’un de nous, ce que voyant l’ennemi poussa des cris et multiplia ses jets de pierres blessant vingt d’entre nous avant que nous n’eussions pu faire feu une seule fois. Toutefois, ayant traversé le défilé nous gravîmes la colline tout en envoyant un feu nourri qui les fit bientôt lâcher pied. Dès que notre troupe s’en aperçut elle se précipita dans le camp et trois des chefs guerriers ennemis ayant été abattus par notre feu, l’ennemi s’enfuit poursuivi par notre troupe dans la descente sur l’autre versant de la montagne. Pendant ce temps les gens de Pare se mirent à piller le camp, ceux de Matavai étant plus soucieux de poursuivre leurs ennemis ; et la plus grande partie de leurs maisons ayant été détruites ou brûlées nous rentrâmes à Matavai dans la soirée. Le nombre de cochons capturés dans ce camp était incroyable ; beaucoup parmi les plus gros crevèrent de fatigue dans la descente, leur poids et leur graisse étant plus qu’ils ne pouvaient porter. Les gens d’Atahuru étant encore en armes, le jeune roi était désireux que nous l’aidions à les écraser pour les obliger à restituer le Maro-ura ou ceinture royale ainsi que le marae Taputapuatea qui était le lieu mobile de sacrifice, le fare ia manaha où sont conservées les images et les objets de valeur appartenant aux divinités ; le Fare Atua, ou maison du Dieu et plusieurs autres choses qui leur appartenaient et que le père de l’actuel Tettoofa, chef d’Atahuru, avait pris à Tu ou Mate, à la suite d’une guerre et qui depuis avaient toujours été conservées à Atahuru ; mais nous trouvâmes cela si fatigant que nous préparâmes les voiles pour réduire nos marches. A ce moment nous avions de 3 à 400 kgs de porc de bonne qualité salé et le portâmes à bord et ayant envergué les voiles et placé nos munitions à bord nous partîmes le 6 pour Pare confiant les maisons aux soins des indigènes et y laissant ce dont nous n’avions pas besoin ; Skinner qui souffrait des yeux fut laissé à Matavai ce qui fit que notre nombre était toujours de huit. A Pare nous trouvâmes Hitihiti qui arrivait de Papara où il avait été avec Burkett et Sumner ; ces derniers assistés de Muspratt, Brown et lui-même avaient repoussé les gens d’Atahuru et de Tetaha, en faisant un grand massacre, mais comme ils ne voulaient pas se soumettre à Temarii ils l’avaient envoyé vers nous pour nous demander de les occuper et choisir un jour où les armées de Papara et de Teporionuu pourraient se rencontrer au centre d’Atahuru. Nous gardâmes Hitihiti et l’armâmes avec un des mousquets de Mate. Nous trouvâmes à Pare une large flotte rassemblée sous le commandement des chefs de Teporionuu qui nous déclarèrent qu’ils attendaient nos ordres. Les pirogues de provisions étant arrivées des différents districts et le matin du 27 étant calme les pirogues se mirent en ligne et prirent la goélette en remorque. La ligne consistait en 40 pirogues pagayées par 50 ou 60 hommes ; elles avaient des morceaux de tissu peints hissés à l’arrière et les tambours et les flûtes se faisaient entendre ; c’était un spectacle très guerrier avec les combattants gesticulant sur leurs plateformes, portant des coiffures de plumes et leurs plus beaux costumes ; les pirogues plus petites demeurant à une certaine distance de chaque côté ; puis la ligne commença à avancer à l’intérieur du récif en direction d’Atahuru. Pendant ce temps une foule allait en avant par la terre et la plage paraissait couverte de monde tout au long du chemin. Lorsque nous pénétrâmes en pays ennemi, celui-ci s’enfuit dans la montagne poursuvi par nos troupes à terre qui brûlaient les maisons, détruisaient les terres partout où ils passaient en arrachant les bananiers et les taro et faisaient des incisions circulaires sur les arbres à pain pour les arrêter dans leur croissance, ne laissant que des cendres derrière eux. Vers midi nous mouillâmes à Taa-puna, partie d’Atahuru commandée par Pohuetea, le même qui était connu de Cook sous le nom de Potato. Nous fûmes alors dans les montagnes et avec la lunette, on pouvait les voir monter en groupes importants vers l’endroit où ils avaient l’intention de soutenir un siège.

268Un conseil de guerre fut tenu, et constatant qu’il serait difficile de les approcher il fut décidé d’envoyer plusieurs équipes qui mettraient le feu aux roseaux sur les flancs de la colline de façon à les empêcher d’approcher sans être vus et d’éviter qu’ils ne dressent une embuscade pour quelques guerriers attardés. Hitihiti fut chargé d’exéctuer ce plan et pendant ce temps des ambassadeurs furent envoyés pour demander une reddition ; un drapeau blanc fut hissé sur la goélette et un autre fut envoyé pour être dressé à environ 2 milles. Pendant que les collines brûlaient il y eut quelques escarmouches entre nos hommes et les leurs mais Hitihiti ayant le mousquet les repoussa toujours et ils furent obligés de se retirer dans leur lieu fortifié. Comme nous n’approuvions pas la destruction des arbres, les combattants furent rappelés et placés en sentinelles et Hitihiti s’arrangeait toujours pour faire crier à l’un ou à plusieurs de ses hommes : « All’s well » (tout va bien) qu’ils prononcaient du mieux qu’ils pouvaient, toutes les demi-heures, sur un signal donné de la goélette ; dans ce but nous avions installé un organeau d’ancre sur lequel nous frappions avec un marteau et qui servait ainsi de cloche ; ceci était répété par tous ceux qui étaient éveillés dans le camp et cela accompagné de feux alimentés toute nuit servit à indiquer à l’ennemi que nous étions prèts à toute éventualité.

269Dans l’après-midi du 29 nous vîmes un drapeau blanc qui descendait la colline et des ordres furent donnés de ne pas molester ceux qui l’accompagnaient ; avant le coucher du soleil le chef Pohuetea accompagné de sa femme et d’un prêtre porteur du drapeau arrivèrent au camp. Un conseil composé des chefs et des gens importants fut alors tenu au cours duquel il fut décidé que la paix serait faite à condition que tout soit rendu au jeune roi et que les chefs d’Atahuru le reconnaissent comme leur souverain. Pohuetea accepta toutes ces conditions et vint avec sa femme à bord de la goélette en tant qu’otage pour l’exécution des clauses qui le concernaient. Toutefois comme beaucoup de choses étaient en possession de Tetoofa, des messagers lui furent envoyés pour les demander, en précisant que si elles n’étaient pas apportées dans les 24 h il ne lui serait pas fait de quartier. Pendant la nuit Burkett arriva de Papara nous indiquant les dispositions qui y avaient été prises et nous l’informâmes de nos intentions au cas où Tetoofa s’obstinerait ; puis après lui avoir indiqué l’heure choisie pour l’assaut de chaque côté il repartit pour Papara. Il nous raconta qu’à la suite de leur attaque, Tetoofa avait été obligé de se retirer dans les montagnes, ayant eu plusieurs morts et blessés.

27031. Ce matin on nous informa que Tetoofa était passé par là pendant la nuit se rendant à Pare avec le Maro Royal qu’il avait l’intention de présenter en personne au jeune roi, espérant que cela suffirait pour obtenir la paix sans avoir à rendre le marae etc... A cette nouvelle nous prîmes une pirogue double et Millward fut envoyé pour le conduire sur la goélette ce qu’il fit dans la soirée. Ce même jour Ariipaea et Muspratt arrivèrent venant de Papara et, Ariipaea venant à bord fit présent à chacun d’un cochon et d’une pièce de tissu ; puis ils partirent pour Pare pour nous y recevoir. Lorsque Tetoofa arriva à bord il semblait craindre que nous eussions l’intention de le tuer et fit part de ses craintes à Pohuetea ; celui-ci le rassura, lui disant qu’il connaissait les Anglais mieux que cela et que par égard pour le capitaine Cook ils veilleraient à ce que ni l’un ni l’autre ne fussent tués. Lorsque nous eûmes connaissance de ses craintes nous lui déclarâmes qu’il ne lui serait point fait de mal car les Anglais ne maltraitaient pas ceux que les hasards du combat faisaient leurs prisonniers ; ceci sembla le soulager et il promit que tout ce qui était en sa possession serait restitué et qu’il se soumettrait à toutes les demandes que nous pourrions faire en faveur du jeune roi. Les amis de Tetoofa vinrent à bord peu de temps après pour s’enquérir de lui et il leur donna l’ordre d’apporter tout ce qui appartenait au marae, ce qu’ils firent. C’était un bel homme de 22 ans, de 1,80 m environ, mais Pohuetea est un vieil homme de 60 à 70 ans, fort corpulent.

2711erOctobre. — La pirogue portant le marae, l’arche, etc.. fut amenée et confiée aux prêtres de Matavai et de Pare et l’armée et la flotte reçurent l’ordre de rentrer, accompagnant avec soin la pirogue et l’escortant jusqu’à Pare. Dans l’après-midi une brise s’étant levée nous levâmes l’ancre ayant à bord Poino et 2 chefs d’Atahuru et allâmes jusqu’à Tetaha où nous mouillâmes pour la nuit. Le lendemain matin 2 oct. nous levâmes l’ancre à 9 h, ayant été rejoints par Burkett et Amo qui venaient assister à la paix et arrivâmes au port de Toaroa où nous ancrâmes dans l’après-midi ; nous envoyâmes les chefs à terre, allant avec eux jusqu’au Marae, où la paix fut conclue. Sur notre conseil les chefs purent garder leurs territoires et Paa un vieux chef sans emploi fut nommé substitut de Metuaaro pour le district de Tetaha ; de leur côté les chefs d’Atahuru promirent de toujours honorer le jeune Roi comme leur souverain et pour renforcer la paix chacun d’eux prit l’un de nous comme ami.

272De grandes festivités eurent alors lieu et le 4 ayant levé l’ancre, nous remontâmes jusqu’à Matavai, où nous arrivâmes vers midi, après avoir cassé le haut de notre mât de misaine ; ayant constaté que ces mâts en bois d’arbre à pain ne convenaient pas, nous les condamnâmes tous les deux.

273Le 6, nous eûmes la visite de Burkett et de Amo (dont parle le capitaine Cook) père de Temarii qui restèrent 3 jours puis rentrèrent à Papara.

274Norman et Millward s’en furent à Hitiaa à la recherche de mâts, ayant entendu dire qu’on y trouvait du bois meilleur, et pendant ce temps nous amenâmes tout à terre et nettoyâmes la coque, l’enduisant de poix.

275Nous eûmes ensuite la visite de Tetoofa qui demeura quelque temps à Matavai, mais mourut peu après d’une fièvre ; son neveu, un garçon de 4 ans lui succéda et prit son nom. Il est le fils de la sœur de Tetoofa qui devient régente pendant sa minorité.

276Le 26, Norman et Millward rentrèrent, ayant coupé 2 mâts, l’un de faifai l’autre de tou avec des espars pour faire une gaffe, une bôme, deux avirons et une lisse ; ils furent apportés le lendemain matin par 2 indigènes qui en avaient fait un radeau avec quelques bambous pour augmenter la flottabilité et avaient navigué avec une voile faite de feuilles de cocotier. Nous nous mîmes immédiatement à tailler les mâts, etc. faisant en même temps du sel, et salant du porc ; nous eûmes le malheur de briser notre pot de fer ce qui nous obligea à nous arrêter et à garder notre bouilloire pour cuire nos aliments ; à ce moment nous avions environ 400 kg de porc salé.

2771erNovembre. — Les mâts étant terminés furent mis en place, gréés et les mâts et le gréement noircis puis enduits de graisse. Nous les trouvâmes très lourds mais nous n’avions plus la crainte de les perdre. Les avirons, gaffe, bôme et chandeliers furent confectionnés et le tout mis à bord y compris une petite pirogue pour servir d’embarcation.

278Le 9, Muspratt arriva à la pointe, en route pour les îlots Tetiaroa, et le 10, ayant tout à bord, nous partîmes pour aller visiter Tetiaroa, Muspratt devant nous suivre dans sa pirogue mais les indigènes connaissaient mieux le temps que nous et ne sortirent pas. Nous fîmes route au nord, avec une brise d’ESE soufflant grand frais et qui soufflant bientôt en tempête, nous obligea à mettre à la cape, avec grosse mer et, dans l’absence d’un mouillage près des îles nous obligea à nous tenir à une certaine distance. A 4 h de l’après-midi nous virâmes de bord et mîmes à la cape en direction du sud, le vent toujours très fort et la mer grosse ; dans la matinée du 11, le vent ayant diminué nous fîmes voile vers l’île ayant tout juste aperçu les îlots et n’ayant pas osé nous en approcher ; le bateau se comporta très bien mais les voiles souffrirent du mauvais temps.

279Le 12, à quatre heures de l’après-midi nous rentrâmes à l’intérieur du récif à Tetaha et fîmes route sur Taapuna avec l’intention d’aller à Moorea dès que nos voiles seraient réparées. Pohuetea vint à bord, après que nous eûmes mouillé, apportant 2 cochons rôtis et des fruits de l’arbre à pain, des ignames et des taro ; nous rencontrâmes également Poino qui avait quitté Matavai en même temps que nous pour faire le tour de l’île ; nous prîmes un de ses hommes comme pilote et ayant réparé nos voiles nous levâmes l’ancre le matin et fîmes route sur Moorea où nous ancrâmes le même jour dans la baie de Vaiare, la distance étant d’un peu plus de huit milles.

280Nous fûmes fort bien reçus par Ariipaea Vahine qui se trouvait là en visite et le matin suivant Metuaaro nous envoya un messager nous demandant de venir à Opunohu ou Port du cap. Cook, près du lieu de sa résidence, ce que nous acceptâmes, et le 14 nous fîmes le tour accompagnés d’Ariipaea Vahine dans sa pirogue. Un des hommes de Metuaaro nous pilota jusqu’à une petite anse à l’ouest du port et là nous mouillâmes dans l’après-midi ; Metuaaro et sa femme Terereatua vinrent à bord avec plusieurs de nos anciennes connaissances et nous les saluâmes d’une salve de 6 mousquets. Après nous avoir souhaité la bienvenue ils nous demandèrent le but de notre visite à quoi nous répondîmes « voir nos amis » ; ils exprimèrent alors l’espoir que nous ne serions pas pressés de les quitter, et mirent à notre disposition tout ce que l’île pouvait nous fournir ; ayant pris nos dispositions de façon à laisser tous les jours quelqu’un à bord pour s’occuper du bateau, nous allâmes à terre voir nos amis.

281Ma principale préoccupation ici était de trouver des nattes mais elles étaient rares, et nous pouvions nous en procurer tout juste assez pour réparer les voiles ; toutefois cette rareté des nattes était due d’après nous au peu de désir de nos amis de se séparer de nous ; sachant que nous ne pouvions les quitter sans voiles, ils cachaient les nattes. Tout le reste nous était généreusement donné et nous étions encombrés de présents. Pendant notre séjour nous allâmes voir le bétail qui se trouvait à environ 6 milles dans l’ouest de l’île. Il ne restait qu’un taureau, 5 vaches et une génisse, l’une des vaches étant sur le point de véler. Le taureau s’était il y a quelque temps désarticulé la hanche ce qui avait causé un dessèchement de la cuisse et de la patte, résultat d’une chute en sautant un fossé, mais Metuaaro nous dit que des veaux étaient nés depuis cet accident ; le bétail est gras et en bonne condition mais sauvage, étant conservé seulement à titre de curiosité. Il y a une abondance d’herbe de bonne qualité et il est possible qu’il se multiplie dans l’avenir ce qui auparavant n’était pas possible étant donné que le taureau avait été seul jusqu’au retour de Metuaaro ; celui-ci ayant observé que le lieutenant Bligh s’était donné beaucoup de mal pour amener à grands frais ce taureau et cette vache ensemble à Tahiti décida de faire la même chose ici pour voir s’ils se multiplieraient ce qui se produisit, et comme nous lui apprenions que ce bétail avait une grande valeur et qu’il en tirerait un bon prix si un navire venait ici il promit de les laisser ensemble tant qu’il serait au pouvoir à Moorea.

282Notre visite avait assez duré et certains d’entre nous pensaient que nous étions restés trop longtemps loin de chez nous ; aussi nous levâmes l’ancre le 25 ayant à bord Metuaaro et sa femme et plusieurs personnages de marque ; nous remontâmes juqu’à Vaiare où nous mouillâmes le même jour. Metuaaro était très désireux de nous voir rester quelques jours de plus, mais nous pensions que les visites les plus courtes sont les meilleures, lui promettant de revenir prochainement ; il fit cadeau à chacun de nous d’un cochon et de pièces d’étoffe et Norman ayant envie de rester encore quelque temps à Moorea accepta son invitation ; puis prenant congé de nous il prit le soir même le chemin du retour tandis que nous nous préparions à partir le lendemain matin, ayant à bord 48 cochons et une grande quantité de tissu, etc.

283Coleman, ayant été à terre pour chercher une certaine espèce de sable qui paraissait pouvoir tenir lieu d’émeri pour nettoyer les armes, se trouvait à environ 2 milles de la goélette lorsqu’il fut saisi par un homme (qui savait que Coleman travaillait le fer) qui le menaça de le tuer, brandissant une pierre qu’il tenait à la main ; il lui dit qu’il avait amené sa femme à bord et abusé d’elle, mais des gens arrivant comme par hasard sur les lieux l’en empêchèrent déclarant que l’affaire serait réglée si Coleman lui faisait un beau cadeau, et à cette condition il put s’en aller et rentrer à bord avec du sable ; nous ayant relaté l’incident, nous fûmes persuadés qu’il s’agissait seulement d’un stratagème pour obtenir quelque chose et pensant que le fait d’ignorer cet incident les encouragerait à continuer, nous décidâmes d’aller en armes pour ne pas être dépouillés et de punir l’offenseur si nous pouvions le trouver.

284Le lendemain matin de bonne heure, le 26, Coleman, Millward, McIntosh et Heildbrandt descendirent à terre armés et se dirigèrent vers le lieu de l’incident mais avant d’arriver à la maison où ils espéraient trouver le coupable on eût vent de leur approche et ceux qui avaient été mêlés à cette affaire s’enfuirent, mais pas assez vite car deux d’entre eux furent blessés l’un à la hanche et au corps et l’autre au bras ; ils avouèrent tous deux avoir participé à l’opération et supplièrent qu’on les épargnât ; mais le principal personnage s’était échappé. Ayant appris que la maison appartenait à celui qui s’était saisi de Coleman et lui avait demandé un cadeau et, n’ayant pu le trouver, ils pillèrent la maison et rentrèrent à bord avec du tissu, des cochons, de l’huile et une voile de pirogue pouvant servir à réparer les nôtres ; ils laissèrent les blessés se panser eux-mêmes. A leur retour un messager fut envoyé à Metuaaro pour l’informer de ce que nous avions fait et celui-ci chassa l’homme de son territoire, nous invitant à l’avenir à tuer ceux qui nous insulteraient ; il regrettait que les blessés n’aient pas été tués sur le coup ce qui aurait découragé d’autres tentatives. Pendant ce temps une offrande de paix nous était présentée, venant des propriétaires du district qui espéraient que nous ne serions pas fâchés contre tous pour les mauvaises actions d’un seul. Nous acceptâmes l’offrande, leur disant qu’il n’était pas dans nos intentions de faire mal à qui que ce soit, mais que nous punirions toujours les offenseurs si nous les trouvions, sans toutefois jamais faire pâtir les innocents pour les coupables ; nous n’avions d’ailleurs pas l’intention de donner suite à cette affaire. Nous écrivîmes à Norman pour lui dire comment nous avions réglé cette affaire, lui demandant de nous faire connaître s’il y avait encore quelque agitation à ce sujet et le 27 levâmes l’ancre pour Papeete.

285Vaiare est un havre confortable dans l’Est de l’île ; l’entrée se fait par une passe étroite dans le récif qui se trouve à un demi-mille environ du rivage, le chenal est profond et un bateau peut se tenir par 7 brasses de fond à une demi-encablure du rivage et, bien que ce havre soit ouvert à la brise de mer, la houle n’arrive jamais jusqu’au rivage comme le prouvent les arbres et l’herbe qui poussent à la limite des plus hautes eaux ; d’autre part la brise de terre qui souffle toutes les nuits permet d’en sortir jour et nuit et, pour un navire seul, je préférerais ce mouillage à tous ceux de Tahiti ; on y trouve toutes sortes de provisions communes aux deux îles et en quantité semblable et l’eau et le bois sont d’un accès beaucoup plus facile qu’en aucun endroit de Tahiti, étant tous deux à une portée de voix. Le mouillage du capitaine Cook est large et spacieux mais étant sous le vent est soumis à de violentes pluies (venant des nuages massés sur les sommets) tandis que Vaiare jouit d’un temps beau et toujours sec sauf à la saison pluvieuse.

286La brise étant faible nous n’arrivâmes à Taapuna que le 28 et ayant passé à l’intérieur du récif nous remontâmes jusqu’à Pare. Là nous débarquâmes les cochons les envoyant par voie de terre. Le 29, Ariipaea nous présenta un gros cochon cuit au four et nous accompagna à Matavai le même jour avec plusieurs de ses amis.

287Dès que nous pûmes voir la plage à la pointe, nous la vîmes envahie par les habitants qui s’étaient précipités pour nous voir dès que la nouvelle de notre approche se fut répandue et après avoir mouillé, c’est à peine si nous pûmes arriver jusqu’aux maisons, car nos vieux amis qui nous entouraient étaient aussi empressés et réjouis que s’ils avaient retrouvé des parents perdus.

288Nous désarmâmes le bateau et Coleman alla s’installer dans la maison de ses amis et tomba bientôt malade d’une sorte de fièvre qui, faute de connaissance et de médicaments, ne put que suivre son cours ; après avoir été au bord de la tombe cette fièvre le quitta et il se remit.

289Byrn et Ellison étant revenus de Tetiaroa s’en furent à Moorea pour passer quelque temps chez Metuaaro.

290Décembre 1790. — Tout ayant été débarqué du bateau au 10 décembre et pensant que la saison des pluies allait commencer dans peu de temps nous halâmes la goélette hors de l’eau et la mîmes sous abri pour la protéger des intempéries.

291Coleman ayant déclaré qu’il ne voulait rien avoir à faire avec la goélette et estimant nous mêmes que nos chances d’arriver à Batavia ou ailleurs sans voiles étaient bien minces, les nattes elles-mêmes étant introuvables, nous décidâmes de renoncer à toute tentative de ce côté là et partageâmes le porc qui s’avéra excellent et supérieur à n’importe quel porc salé fait sur le navire ; nous attribuâmes cette qualité à un tonnelet de poudre que nous avions utilisé pour conserver la saumure, pensant que le salpêtre dont les douves étaient imprégnées s’était communiqué à tout le porc.

292Le 23, Byrn arriva aujourd’hui de Moorea et resta avec nous pour la Noël, puis retourna à Moorea.

293Le temps étant maintenant mouillé nous n’avions rien d’autre à faire que de nous y préparer, consolidant nos maisons et installant des paravents.

294Le 27. Ce soir un homme vint dans la maison et sans se faire voir de nous, emporta la boîte contenant tous mes ustensiles pour écrire, papier, etc. avec les roses de compas, les lunettes, montre, etc. Dès que nous nous en fûmes aperçus nous nous mîmes à sa poursuite, mais malgré tous les moyens mis en œuvre nous n’entendîmes pas parler de la boîte avant le lendemain vers midi où elle fut découverte par un jeune homme qui était notre voisin ; étant grimpé à un cocotier pour cueillir des noix il aperçut la boîte et descendant aussi vite que possible il courut la ramasser nous l’apportant intacte et refusant la récompense que nous lui offrions disant qu’il était heureux d’avoir eu la chance de la trouver. Deux jours plus tard nous apprîmes que le voleur était un fou qui était venu à la pointe en compagnie de gens appartenant à la flotille de Raiatea ; venus avec Ariipaea Vahine ils faisaient maintenant le tour de l’île ; ils étaient venus à la pointe avec l’intention d’aller du côté du vent dès que le temps le permettrait.

295Le voleur fut bientôt appréhendé mais ne paraissait pas aussi fou qu’on avait voulu le dire ; ayant vu la boîte ouverte il avait été tenté par les choses qu’elle contenait et la boîte se trouvant sur la table sans autre protection que sa serrure, il réussit à s’échapper avec, mais la disparition de la boîte ayant été immédiatement constatée, il avait entendu l’agitation que cela avait provoqué et l’avait déposée dans la broussaille où on l’avait retrouvée ; il s’était alors enfui de peur d’être pris ; ayant informé un de nos amis de cet incident il nous fit connaître l’identité du voleur. Lorsqu’il fut en nos mains nous lui distribuâmes quelques bons coups de fouet et lui donnâmes ensuite la liberté ; il nous promit alors de ne plus jamais voler chez nous ou ailleurs.

296Janvier 1791. — Nous eûmes de fréquentes visites de gens de diverses provenances, et particulièrement des gens de Raiatea qui nous posaient beaucoup de questions sur le capitaine Cook, Sir Joseph Banks, etc. Nous eûmes également la visite de plusieurs personnes de Huahine, l’île ou le capitaine Cook avait laissé Mai ; nous apprîmes qu’il était mort (de hotate, sorte de fièvre récurrente) quatre ans à peu près son retour et les jeunes gens de Nouvelle-Zélande moururent peu après ; ils se languissaient de leur pays et après la mort de Mai, ils perdirent tout espoir et ayant perdu leur meilleur ami ils moururent de chagrin. Ils nous dirent également que Mai appartenait à la classe inférieure (appelée Manahune) et avait été condamné à être sacrifié pour avoir blasphémé contre un des chefs mais son frère ayant eu vent de ce danger l’éloigna ; se trouvant à Tahiti au passage de l’Aventure il s’était embarqué et avait été en Angleterre et son amitié avec le capitaine Cook, le fit respecter plus tard plus que ses richesses. Sa naissance modeste lui valut peu de considération de la part de ses compatriotes bien que grâce à ses armes il leur en imposât. Son cheval fut éventré par une chèvre peu de temps après son débarquement sans qu’il puisse y porter remède et sa seule vengeance fut de tuer la chèvre. La jument est toujours à Huahine ainsi qu’une partie de la maison que le capitaine Cook avait construite pour lui. Après sa mort ses biens furent partagés ; il en avait déjà distribués beaucoup de son vivant. Les mousquets sont en possession d’un chef qui était son ami (appelé Tenania, frère de Teriitaria, roi de Huahine) mais leur état les rend inutilisables. Ces renseignements nous furent également donnés par un homme fort intelligent qui vécut quelque temps avec Mai en qualité de serviteur ; ils nous raconta que de son vivant il faisait très attention à ses biens qui, après sa mort furent distribués à ses mis ; il nous dit également que ses armes et la façon dont il les utilisait le rendait redoutable au combat car il abattait tous ceux qui étaient devant lui et tous ceux qui étaient prévenus disparaissaient à son approche ; lorsqu’il était à cheval, portant son casque et son plastron, on pensait qu’il était invulnérable et pour cette raison personne n’essayait de l’atteindre et la victoire le favorisait toujours ainsi que sa troupe. Il n’était pas moins redoutable en mer et personne ne se serait risqué à affronter la pirogue dans laquelle il se trouvait.

297Son jardin, nous dirent-ils, fut détruit par les cochons et les chèvres, personne n’en prenant soin et les poulets étaient tous morts sauf une oie, qui fut, après sa mort emportée dans différents endroits de l’île comme curiosité, d’autres ayant été emmenés à Raiatea, Tahaa, Porapora, etc.

298Le 10, Itia arriva venant de Taiarapu, amenant avec elle sa sœur Teano et une nombreuse suite. Elle nous félicita de nos succès au combat, ce qui avait été très avantageux pour son fils qui devait être maintenant revêtu du Maro royal ; c’était pour ces préparatifs qu’elle était venue. Elle fit un cadeau à chacun de nous et le lendemain, elle nous divertit avec un match de boxe disputé par des hommes de Raiatea, de la lutte et des danses exécutées par des hommes et des femmes de Tahiti. Itia était maîtresse de cérémonies et le nombre des spectateurs était très important ; parmi eux se trouvait Ariipaea Vahine qui était revenue de Moorea pour assister à la cérémonie de l’investiture du jeune roi avec le Maro royal.

299Le lendemain, le 12, j’accompagnai Itia, à sa demande, dans une visite à Pare au jeune roi ; en pénétrant dans ses limites, elle fut obligée de changer ses vêtements et de revêtir ceux qui appartenaient au roi avant de pouvoir pénétrer dans sa maison ; mais le roi me pria d’ignorer ce cérémonial me reçevant avec grande courtoisie. Un cochon fut préparé à mon intention, mais Itia ne pouvait toucher à aucun mets sous le toit de son fils, et elle ne pouvait non plus manger dans une maison ou sur une pirogue lui appartenant tant que les cérémonies n’eussent été terminées ; il est lui-même astreint à certaines limites de façon à empêcher qu’il ne rende sacrées des choses qui ne sont pas destinées à son usage ; pour cette raison il ne fut jamais autorisé à s’approcher de notre bateau car sa présence aurait rendu tout sacré au point d’empêcher non seulement sa propre famille mais tout le monde soit de manger à bord, soit d’utiliser une chose quelconque provenant du bateau, rendant ainsi tous les présents inutilisables à tout autre que lui. Après avoir pris congé de lui, j’allai avec Itia aérer la poudre que je trouvai en bon état et après avoir nettoyé les armes qui étaient là, je rentrai à Matavai.

300Le 14, Burkett arriva ici en visite et le 17, je partis avec lui pour Papara ayant beaucoup entendu parler de son ami Temarii que je ne connaissais pas encore. C’est un bel homme âgé de 26 ou 27 ans et ayant plus d’un mètre quatre-vingts. Il me reçut avec toutes les manifestations d’amitié me demandant de devenir un de ses amis ; nous devînmes intimes au bout de peu de temps et pendant mon séjour il me régala tous les jours, me suppliant de ne mettre aucune hâte à m’en retourner.

301Pendant que j’étais là le drapeau du jeune roi arriva, et fut reçu par Temarii et conduit à son marae, mais en suivant la plage et le bord de l’eau jusqu’à ce que ceux qui portaient l’emblême fussent à la hauteur du marae ; là, coupant court ils se rendirent au marae. Au passage du drapeau les habitants se cachèrent et tous les feux furent éteints. Nous les accompagnâmes au marae, et là, les prêtres de Temarii ayant dressé le drapeau, les offrandes de paix habituelles d’un bananier et d’un cochon furent faites ; les prêtres répétèrent l’offrande et plusieurs bananiers et cochons furent offerts avec de longues harangues ; Temarii fit un long discours déclarant que Tunuieaaiteatua était son chef et donnant des ordres pour qu’un festin soit préparé à l’intention des porteurs du drapeau. Ce drapeau était l’Union Jack qui leur avait été donné par le capitaine Cox ; il était placé en travers de la hampe, un bois passé dans le guindant à la façon d’une pendeloque et était décoré de plumes, de pendentifs, de glands, etc. Les personnages importants du district étant rassemblés nous honorâmes la cérémonie en tirant une salve, ce qui fut interprété comme un honneur rendu au drapeau, quelques-uns l’interprétant même comme une promesse de notre part de l’aider dans la conquête de l’île, car il était aux couleurs anglaises et ils ne se faisaient aucun scrupule de déclarer que la guerre serait faite instantanément à ceux qui tenteraient de l’arrêter. Le drapeau fut conservé au marae pendant une nuit au cours de laquelle des prières furent constamment dites par les prêtres qui en avaient la garde et quand il repartit il reprit comme auparavant la route du bord de mer et continua le long de la plage en direction de Taiarapu. Le 23 je pris congé de Temarii qui me donna une paire de pirogues, plusieurs cochons, des étoffes etc. et accompagnés de Burkett nous partîmes pour Vairi où nous fûmes reçus par Tutaha père de Poino et par Mcenanu son beau-frère, de façon fort civile et poursuivâmes notre route jusqu’à l’isthme que nous traversâmes en portant la pirogue ; c’est une étendue plate d’environ 3 milles de largeur. Cet isthme est très boisé mais les habitants le traversant souvent le chemin y est très convenable et il est beaucoup plus facile de porter les pirogues à travers l’isthme, que de faire le tour de la presqu’île lorsqu’on se rend à Tautira. A notre arrivée sur la côte Nord nous rencontrâmes des messagers de Mate qui souhaitait nous voir venir chez lui à Afahiti, à environ 6 milles de l’isthme ; ayant accepté son invitation, nous abandonnâmes les pirogues dans une maison voisine, nous continuâmes notre chemin par terre et arrivâmes ce même après-midi le 25 ; une fête nous attendait et Mate fut heureux de nous voir.

302C’est alors qu’il nous informa de l’attitude très déplaisante de la population de Taiarapu, bien que le drapeau eut été accueilli avec toute le cérémonial d’usage, non en honneur de son fils nous déclara-t-il, mais par peur de nous. Nous étions toujours en droit, ajouta-t-il de les punir pour le meurtre de Thompson et si nous faisions notre apparition en armes à Taiarapu ils n’offriraient aucune résistance, et il prendrait à sa charge les dépenses en munitions pour que son fils soit le seul roi ; il en avait parlé à Temarii qui était tout disposé à fournir des hommes et des pirogues au jour que nous choisirions pour mettre ce plan à exécution.

303Le 27, après lui avoir dit que nous allions réfléchir à sa proposition, nous lui fîmes part de notre intention de prendre le chemin du retour et ayant fait préparer sa pirogue, il nous accompagna jusqu’à l’isthme ; là, nous mîmes nos pirogues à l’eau et partîmes en compagnie pour Hitiaa où nous débarquâmes chez Tito (un homme de rang) et fîmes préparer un repas puis continuâmes jusqu’à Avaimai où un festin nous fut offert et où nous passâmes la nuit.

304Le matin du 28 un cochon et du tissu ayant été préparés pour moi, je pris congé, et laissant Burkett repartir pour Papara, je continuai sur Matavai où j’arrivai le 29. Je trouvai une grande foule assemblée à Matavai et à Pare pour assister aux cérémonies prochaines ; Metuaaro entre autres s’y trouvait en compagnie de Norman, Ellison et Byrn de Moorea ainsi que tous les gens importants de l’île ; la plage était couverte de pirogues.

30518 Février. — Millward et McIntosh partirent pour Papara pour voir Temarii et discuter avec lui de la guerre projetée contre Taiarapu.

306Le 10, Itia apporta le coffre à munitions au complet, et me le confia ainsi qu’une paire de pistolets ; elle me donna une baïonnette (qu’elle avait eu du capitaine Cox) que j’adaptai sur mon mousquet la mienne étant brisée. Metuaaro me rendit également visite et m’invita à aller passer quelque temps à Moorea.

307Le 13. Aujourd’hui eut lieu la cérémonie d’investiture du jeune roi avec le Maro-ura ou ceinture royale ; cette ceinture est faite d’un filet très fin sur lequel on a fixé des plumes rouges et jaunes de façon à ne plus voir le filet ; elle a envrion 3 m de long et est terminée à chaque extrémité par 6 glands de plumes rouges, noires et jaunes, chaque gland portant le nom d’un esprit ou ange gardien qui protège le jeune chef, tant que le Maro est en sa possession. Aucun roi ne la porte plus d’une journée : elle est déposée dans la boîte sacrée, ainsi qu’une sorte de chapeau ou d’écran pour les yeux, tressé et recouvert des mêmes plumes, et utilisé uniquement pour cette occasion, le tout étant remis aux prêtres qui l’enferment soigneusement dans la maison du marae et ou personne ne peut la toucher.

308Cette cérémonie fut célébrée à Pare, sur le nouveau marae construit pour recevoir le marae mobile etc. que nous avions rapportés d’Atahuru et dans lequel ces objets étaient maintenant conservés. Les chefs (ou leurs représentants) de Teporionuu et de Moorea étaient présents ; Tunuieaaiteatua le jeune roi ayant été placé sur le marae, un prêtre faisant une longue prière fixa la ceinture autour de ses hanches et le chapeau sur sa tête et le salua du nom de roi de Tahiti. Puis Metuaaro par l’entremise de son orateur, commença un long discours dans lequel il le reconnaissait comme roi et trois victimes humaines furent apportées et offertes au nom de Moorea ; le prêtre de Metuaaro les plaça la tête vers le jeune roi, et après un long discours pour chaque victime offrit 3 jeunes bananiers. Ensuite, avec une lame de bambou il enleva un œil à chacune des victimes et les plaça sur une feuille ; puis prenant un jeune bananier d’une main et les yeux de l’autre il fit un long discours les élevant vers le jeune roi qui était assis au-dessus de lui la bouche ouverte ; le discours terminé, les jeunes bananiers furent étendus devant le jeune roi et les corps enlevés et enterrés dans le marae par ses prêtres, les yeux étant placés sur l’autel avec les bananiers. Les autres chefs présentèrent ensuite leurs sacrifices de la même manière et suivant le même cérémonial, les uns apportant une victime, les autres deux suivant l’étendue et l’importance de leur district ; puis d’énormes troupeaux de cochons et une quantité immense de victuailles, telles que ignames, taro, bananes, noix de coco, etc. furent apportées et présentées au jeune roi. Plusieurs grandes pirogues furent également tirées jusqu’au terrain sacré près du Marae ; elles étaient décorées de plusieurs centaines de mètres de tissus, de plumes rouges, de pendentifs et furent prises en charge par les prêtres et la suite du jeune roi. Enfin, le Maro ayant été enlevé et confié aux prêtres, tous se rendirent aux festins préparés pour eux et qui durèrent plusieurs semaines ; la quantité de cochons tués pour cette occasion dépasse tout ce que l’on peut imaginer, en plus des tortues, poissons etc.

309Je demandai quelle était la raison de l’offrande de l’œil et l’explication suivante me fut donnée : le roi est la tête du peuple et par conséquent la tête est sacrée ; l’œil en étant l’organe le plus précieux est le plus digne d’être offert et la raison pour laquelle le roi se tient assis la bouche ouverte, est pour permettre à l’âme du sacrifié de pénétrer son âme afin qu’il en soit fortifié ou qu’il en reçoive plus de force et jugement ; ils pensent que son dieu tutélaire ou ange gardien est là pour recevoir l’âme du sacrifié.

310Plusieurs gros cochons furent placés sur l’autel et le nombre de sacrifices humains offerts en ce jour fut de 30, certains d’entre eux ayant été tués près d’un mois auparavant.

311C’étaient les premiers sacrifices humains offerts depuis notre arrivée dans l’île. Ils n’offrent en sacrifice que des hommes ayant commis de grands crimes et encore seulement pour des occasions spéciales alors qu’ils offrent des cochons, poissons, etc. sans nombre et à la moindre occasion.

312Le 20. Arrivée de Millward et de McIntosh ayant réglé le plan de combat que nous nous décidâmes à mettre à exécution, aucun des chefs de Taiarapu n’ayant assisté à la cérémonie d’investiture du jeune roi. Temarii avait proposé d’organiser un grand festin ce qui lui permettrait de rassembler ses hommes et ses pirogues avant de leur dire la raison pour laquelle il avait besoin d’eux et de cette façon éviterait d’ébruiter la chose. Les Anglais devaient se trouver là comme invités à la fête et lorsque nous serions prêts à attaquer nous pourrions arriver chez eux avant qu’ils ne se rendent compte de ce qui se passait et ainsi la conquête serait facile. Ceci nous étant paru un très bon plan nous décidâmes de nous y préparer le plus vite possible ; mais le nombre de personnes qui venait nous voir quotidiennement était tel — dû au rassemblement dans les deux districts — qu’il nous fut impossible d’avancer nos préparatifs, si bien que ce ne fut que le Ier mars que nous pûmes mettre la goélette à l’eau. Nous fîmes le plein d’eau pour ballast, remplîmes les tonnelets de pierres et de bois, mîmes du porc à bord et installâmes les mâts et le gréement, gardant toujours nos intentions secrètes.

313Mars 1791. — Parmi nos visiteurs se trouvait souvent le jeune roi, mais vu que sa présence dans une de nos maisons l’aurait rendue inutilisable à tous les indigènes, il n’en pénétrait aucune.

314Dimanche 13. Le jeune roi fut porté le long de la plage de Matavai sur les épaules de 2 hommes, habillé d’une cape de plumes noires et la tête presque cachée par une large couronne de plumes rouges et noires ; il était suivi des personnalités du district portant l’Union Jack horizontalement au-dessus de leurs têtes mais comme tous ne pouvaient se tenir dessous on y avait ajouté plusieurs brasses d’étoffe peinte. Les cérémonies ne sont pas encore toutes accomplies et pour cette raison il ne peut passer que par la plage et non dans l’intérieur des terres à moins qu’il ne s’agisse d’un terrain sacré commençant à la plage. Il nous fit des présents et donna une terre à chacun de nous, ayant beaucoup d’affection pour nous tous, et voulait que ses sujets nous traitassent comme ses parents, nous appelant ses oncles (Metua).

315Le 14, ayant envergué les voiles et installé tout à bord nous levâmes l’ancre le 21 et fîmes route sur Pare, laissant à Matavai M. Stuart, M. Heywood, Coleman et Skinner. Nous mouillâmes dans la partie basse de Pare et là fûmes rejoints par Norman, Ellison et Byrn ; nous étions ainsi 7, avec McIntosh, Millward, Heildbrandt et moi-même.

316Le 22. Levé l’ancre et parti pour Papara mais les airs légers nous obligèrent à mouiller à Taapuna, repartant le 23 et naviguant le long d’Atahuru qui, avec sa plage de sable blanc, et sa bande étroite de terrain plat couvert d’arbres (surtout des pureau et fara) ressemble beaucoup à notre avis à la côte nord de Tupuai.

317Nous fûmes en plusieurs endroits invités à nous arrêter, et les indigènes étaient fort aimables ; Pohuetea nous supplia de nous arrêter à sa maison mais le mouillage étant mauvais à Taitapu (partie d’Atahuru où il vivait maintenant) nous déclinâmes l’invitation et continuâmes, la brise étant très faible ; il faisait nuit quand nous arrivâmes à Papara. Nous mouillâmes pour la nuit dans une ouverture du récif à environ 1 mille de la maison de Temarii ; quelques-uns d’entre nous descendirent à terre pour aller dormir chez Temarii et lui-même vint examiner la goélette dès qu’on lui eut annoncé son arrivée. Le lendemain nous levâmes l’ancre et remontâmes jusqu’au marae, et là ayant mouillé nous trouvâmes Burkett, Sumner, Brown et Muspratt. Nous allâmes prendre le petit déjeuner chez Temarii, mais à peine étions-nous assis qu’un ami de Hitihiti arriva en toute hâte pour nous annoncer qu’un navire avait mouillé à Matavai depuis notre départ, que ceux que nous avions laissés étaient allés à bord et que des embarcations équipées et armées étaient en ce moment à Atahuru, venant à notre recherche ; Hitihiti qui était leur pilote l’avait envoyé nous prévenir pour nous permettre d’agir en conséquence. Il ne fallait plus maintenant perdre de temps à décider de la solution à adopter et nous fûmes d’accord pour ne pas nous faire voir par les embarcations et pour cette raison montâmes à bord laissant Brown et Byrn à terre et fîmes route au sud avec une brise fraîche de E-S-E. En restant hors de vue des embarcations, nous espérions atteindre le navire et monter à bord de notre plein gré pensant ainsi être mieux traités que si nous attendions d’être faits prisonniers ; le messager de Hitihiti nous avait fait un récit défavorable de la façon dont avaient été traités ceux de Matavai qui étaient montés à bord.

318A une lieue environ de la terre, nous vîmes deux voiles dans le nord-ouest, mais ne pûmes distinguer s’il s’agissait d’embarcations ou de pirogues ; comme nous nous en éloignions rapidement, nous pensâmes qu’elles ne pouvaient être que des pirogues de pêche. Nous les perdîmes bientôt de vue et vers 4 h reprîmes la direction de la terre mais ce ne fut pas avant le dimanche 27 que nous pûmes accoster, en raison des vents contraires et des airs légers qui régnaient.

319Ayant mouillé nous fûmes informés que M. Hayward, précédemment sur la « Bounty » était l’officier d’une des embarcations, précisément celle que nous avions vue ; ayant constaté qu’ils avaient peu de chances de voir leurs recherches couronnées de succès il était retourné au navire.

320Nous apprîmes également que Byrn s’était rendu sur le navire ainsi que Brown qui avait dévalisé la maison de Burkett aussi complètement qu’il le pouvait.

321Temarii voyant Brown s’emparer de tout ce qui lui tombait sous la main avait tout renvoyé dans les montagnes où Burkett, Sumner, Muspratt, Heildbrandt, McIntosh et Millward les suivirent, laissant Norman, Ellison et moi-même pour s’occuper du bateau ; pendant ce temps j’allai à terre chercher des noix de coco et faire préparer quelques provisions et, la mer brisant assez fort sur la plage, je ne pris pas d’armes avec moi en quittant le bateau. Je me rendis chez Temarii qui me promit de me donner immédiatement tout ce que je voulais. Je lui dit qu’il fallait que j’aille à bord du navire et il me répondit : « Si vous faites cela Hayward vous tuera car il est très en colère. » Il donna l’ordre à quelques hommes de porter les noix de coco tout en m’adjurant de rester avec lui disant : « Si vous allez dans la montagne ils ne vous trouveront jamais » mais je continuai à refuser, répétant que je devais aller à bord. Il me reprocha alors de l’avoir trompé, me répétant que je ne devais pas y aller et au même moment j’aperçus plusieurs indigènes à bord de la goélette (ils s’y étaient rendus par ordre de Temarii sous prétexte d’y porter des noix de coco) qui en avaient profité pour se saisir de Norman et d’Ellison et les jeter par-dessus bord. Je suppliai alors Temarii d’empêcher qu’il leur soit fait du mal et il me dit qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter ; quelques minutes plus tard ils arrivèrent sur la plage et furent conduits vers moi entourés d’un millier d’indigènes qui se mirent à grimper sur la goélette avec une telle rapidité qu’elle se coucha sur le flanc les précipitant pour la plupart à la mer ; ils l’eurent bientôt dépouillée de tout ce qui pouvait être enlevé, l’apportant à terre, déverguant les voiles et enlevant le gréement qu’ils prirent avec eux.

322Nous demandâmes à Temarii ce que signifiait cette façon d’agir ; ne voyant aucun de nos compagnons, et étant nous-mêmes sans armes, nous ne savions que penser de notre situation ; il nous dit que c’était parce que nous voulions le quitter et qu’il fallait aller nous mettre à l’abri dans les montagnes et se tenir loin du navire ; toutes nos armes et ce qui appartenait nous serait rendu et il nous dédommagerait pour les dégâts. Nous continuâmes à refuser ; il dit alors : « eh bien je vous forçerai » et saisis par ses hommes nous fûmes emmenés vers l’intérieur. Nous suppliâmes alors Temarii de nous laisser voir quelques-uns de nos compagnons avant notre départ ce qu’il accepta et une garde fut placée auprès de nous jusqu’à son retour. Nous fûmes conduits à la maison de Teriihaamoetua et là on nous prépara des provisions en abondance. Nous y restâmes une nuit et un jour et décidâmes de nous enfuir ; nous y fûmes aidés par un ami fidèle qui avait toujours vécu avec moi depuis que j’étais dans l’île et qui, étant un homme de Poino, nous avait découverts ; il nous promit d’avoir une pirogue prête pour minuit pour nous transporter à Matavai où Poino — d’après lui — attendait notre retour avec impatience. Dès que la nuit fut tombée il se tint sur la plage et vers 10 h amena Brown dans la maison ; nous demandâmes à ce dernier s’il avait des armes et il nous montra un pistolet qu’il avait disait-il pris sur le navire avec 2 hachettes et un couteau ; il donna le tout à Norman et nous demanda quelles étaient nos intentions et où se trouvaient les autres ; nous lui répondîmes que nous n’avions pas vu les autres depuis qu’ils avaient débarqué et que nous allions nous rendre sur le navire ; nous lui demandâmes le nom du navire et celui de son commandant ; tout ce qu’il put nous dire fut que c’était un navire de guerre anglais, sans plus. Il nous présenta également une bouteille contenant du genièvre de Hollande dont il nous offrit à chacun une gorgée, mais l’odeur fut suffisante pour moi ; les deux autres en burent avec parcimonie. Brown nous dit qu’il avait été débarqué sur le côté nord de l’isthme par l’embarcation que commandait M. Hayward, étant chargé de se rendre à Papara avec des présents pour Temarii mais n’avait pu le voir ; près du marae il avait été attaqué et avait failli être tué ; son pistolet étant mouillé n’était pas parti et il avait été obligé de se cacher dans les épaisses broussailles voisines du marae ; il s’en retournait vers le navire lorsqu’il rencontra notre homme sur la plage.

  • 11 Robert Corner.

323La pirogue étant prête nous nous armâmes Norman et moi-même d’une hachette et Ellison du grand couteau et, laissant le pistolet à Brown qui l’amorça à nouveau, nous partîmes. Ayant atteint la pirogue sans incident nous nous embarquâmes et pagayâmes jusqu’à Atahuru, débarquant à environ 6 milles de Papara sur une plage de sable blanc, qui nous facilita la marche ; laissant là la pirogue nous fîmes entre 12 et 14 milles à pied le long du rivage arrivant à Taitapu chez Pohuetea à 4 h du matin le 29. Là nous trouvâmes une chaloupe ancrée près de la plage et des pirogues tirées près de la maison. Nous hélâmes la chaloupe, mais sans résultat, tous les occupants étant profondément endormis de même que ceux qui étaient à terre dans les pirogues. On nous apprit que les pirogues appartenaient à Ariipaea qui était là avec elles et l’officier commandant la chaloupe était M. Robert Cornor11 (second lieutenant du navire de Sa Majesté « Pandora », capitaine Edwards) qui était endormi dans une des pirogues ; l’ayant réveillé, nous nous rendîmes à lui lui disant qui nous étions et donnant les hachettes à Brown ainsi que le pistolet et les munitions qu’il avait donné à Norman en chemin.

324Ayant indiqué à M. Cornor où se trouvait la goélette et expliqué ce qui nous était arrivé, il nous laissa dans la chaloupe avec M. Rickards (second maître) et six hommes, tandis qu’avec 18 autres il se mettait en route (dès que la lumière du jour le permit) pour Papara par voie de terre prenant Brown avec lui. Nous restâmes ainsi jusqu’à 2 h de l’après-midi ; M. Hayward (qui d’après ce que nous apprîmes était 3e lieutenant sur ce navire) revint alors avec la pinasse et 20 hommes en armes et donna des ordres pour nous lier les mains ; puis M. Rickards ayant été envoyé dans la pinasse, M. Sevill, un midship, prit le commandement de la chaloupe avec ordre de se rendre au navire distant de 25 à 30 milles. La seule question que nous posa M. Hayward fut de nous demander où se trouvaient les autres, ce que nous ne pouvions lui. dire, n’en sachant rien. Nous nous séparâmes de la pinasse vers 3 h et pendant la traversée M. Sevill nous donna à chacun un quart de vin et par lui nous apprîmes ce qui était arrivé à la chaloupe de la « Bounty » et il nous dit aussi que le lieutenant Bligh avait été nommé capitaine. Il nous demanda également ce qu’était devenue la « Bounty » et quels étaient ceux qui étaient restés à bord et nous répondîmes du mieux que nous pûmes ; nous arrîvâmes à bord à 9 h et après nous avoir placé dans l’entrepont et mis les fers aux pieds on nous délia les mains. Comme il n’y avait pas d’infanterie de marine ce fûrent 2 marins et un midship qui furent placés au-dessus de nous, armés de pistolets et de baïonnettes.

325Nous trouvâmes là, aux fers, Geo. Stuart, Peter Heywood, Josh. Coleman, Richd. Skinner et Michl. Byrn qui nous informèrent que des menottes étaient en train d’être fabriquées ; elles nous furent mises le lendemain. Ordre fut donné aux sentinelles de ne permettre à aucun indigène de converser avec nous, et de tirer sur tout homme qui parlerait à un autre en langue tahitienne. Nous demeurâmes plusieurs jours dans l’entrepont et pendant ce temps nous reçûmes des rations entières de tout sauf de grog, dont nous ne voulions pas à ce moment ayant de nombreuses noix de coco donnés par nos amis, qui n’étaient pas autorisés à nous parler ni à nous regarder ; ceux qui nous contemplaient avec pitié recevaient l’ordre de quitter le bateau.

326Pendant ce temps un hamac fut donné à chacun de nous pour l’étendre sous lui, ainsi qu’une chemise et des pantalons qui nous n’étaient d’aucune utilité, ne pouvant ni les mettre ni les enlever à cause des fers.

327Les charpentiers se mirent à construire pour nous un genre de dunette sur le gaillard arrière.

328Le 9 avril la goélette fut ramenée au navire par M. Hayward ; se trouvaient à bord Thos. Burkett, Jno. Sumner, Thos. McIntosh, Willm. Muspratt, Jno. Millward et Henry Heildbrandt ; on leur leur mit les fers aux pieds et aux mains dès leur arrivée à bord.

329La dunette, ou prison, étant terminée, nous y fûmes conduits et mis aux fers. Nous l’appelâmes la boîte de Pandore ; sur le dessus l’entrée était constituée par une écoutille carrée de 48 à 50 cm maintenue par un boulon ; ensuite 2 écoutilles de 22 cm de côté ouvertes sur les côtés et grillagées ; les hublots de poupe étaient munies de barreaux à l’intérieur et à l’extérieur ; les sentinelles se tenaient sur le dessus tandis que le midship marchait sur les côtés. Cette boîte avait 3,60 m de long sur le pont et 5,40 m de largeur. Personne n’était autorisé à nous adresser la parole sauf le maître d’armes et il avait l’ordre de ne le faire que lorsqu’il s’agissait de notre nourriture.

330Par temps calme la chaleur de ce lieu était telle que notre sueur coulait en ruisselets jusqu’aux dalots et donna naissance en peu de temps à des asticots ; les hamacs qui étaient déjà sales lorsqu’ils nous furent distribués étaient pleins de vermine dont nous ne pouvions nous débarrasser, n’ayant d’autre ressource que de dormir sur le plancher ; quant à nos amis qui nous auraient apporté tout le tissu dont nous aurions pu avoir besoin ils n’étaient pas autorisés à le faire et notre seul remède était de nous étendre nus. Ce voisinage gênant ainsi que les deux baquets de nécessité gardés dans le local contribuaient à rendre notre situation vraiment désagréable. Pendant le temps que nous restâmes à Tahiti, les femmes avec lesquelles nous avions vécu venaient souvent sous la poupe, (avec leurs enfants, dont 6 étaient nés, 4 filles et 2 garçons, plusieurs femmes étant enceintes) se coupant le front jusqu’à ce que la mer soit rougie autour d’elles, leurs amies faisant de même et se répandant en lamentations amères ; quand elles étaient aperçues, elles étaient toujours chassées par ordre du capitaine avec interdiction de s’approcher du navire. Malgré cela elles continuèrent à venir d’assez près pour être vues, accomplissant là leurs rites de deuil ; lorsque le navire leva l’ancre leur attitude attestait de la sincérité de leur douleur et aurait attendri le cœur le plus endurci.

331Il était dans les attributions de l’officier de quart d’examiner nos fers avant d’être relevé et McIntosh ayant un fer assez large avait réussi à dégager une de ses jambes ce qui fut signalé au capitaine ; une inspection générale eut lieu et les fers de pieds furent ajustés de façon à être bien serrés ; M. Larkin premier lieutenant avait, pour vérifier les fers, adopté un système qui consistait à mettre son pied sur nos poitrines et à tirer les menottes sur nos mains pour voir si elles pouvaient passer, ce qui avait pour résultat d’arracher la peau ; toutes celles qui laissaient passer la main furent diminuées et ajustées si serrées qu’il était impossible de tourner le poignet et, lorsque nos poignets commencèrent à enfler, il nous déclara « qu’elles n’étaient pas faites pour aller comme des gants. »

332Toutefois les jambes de Coleman ayant considérablement enflé on lui enleva ses fers ainsi qu’à Norman et à Byrn qui étaient tombés malades ; mais on leur remettait toujours les menottes pour la nuit. McIntosh et Ellison ayant les bras très écorchés par les fers en furent débarrassés jusqu’à guérison mais leurs jambes demeurèrent toujours dans les fers.

333Mai 1791. — La goélette ayant été remise en état et le plein d’eau ayant été fait nous quittâmes Tahiti le 19 et le 20 nous fut distribuée une ration complète de grog.

334Nous fîmes route dans le NW et le lendemain arrivâmes à Huahine et Raiatea, Tahaa etc... où nous séjournâmes plusieurs jours, envoyant la goélette à terre. Nous y débarquâmes Hitihiti qui était venu de Tahiti avec nous. Nous allâmes ensuite à Aitutaki et Palmerston et au cours de l’inspection de ces îles le petit canot monté par M. Sevill et 4 hommes (dont l’un fils du quartier maître de la « Pandora ») se perdit ayant été drossé alors qu’il se dirigeait vers la goélette, ancrée près du récif ; le navire et la goélette partirent sous le vent à sa recherche mais sans succès.

  • 12 Ceci ne concorde pas avec le récit du capitaine Edwards qui déclare que la goélette se perdit lorsq (...)

335Juin 1791. — Nous découvrîmes dans le N plusieurs îles ; à Tune d’elles appelée île Chatham, la goélette n’ayant pas été retrouvée fut considérée comme perdue12. Sur ces îles fut trouvé un morceau de vergue de la « Bounty » ; il se trouvait sur le radeau qui partit à la dérive de Tupuai.

336Nous croisâmes quelque temps à la recherche de la goélette mais sans succès et fîmes alors route sur les îles des Amis où nous trouvâmes un temps très pluvieux. La construction grossière de notre habitation fuyait abondamment et lorsqu’il pleuvait nous étions toujours mouillés ; ayant demandé au Ier lieutenant s’il n’était pas possible d’y porter remède il nous répondit : « Je suis mouillé comme tout le monde sur le pont ; cela sèchera lorsque le temps s’éclaircira. »

  • 13 George Hamilton, qui décrivit ses aventures dans son « Voyage autour du Monde » imprimé pour la pre (...)

337Notre misérable situation ne tarda pas à nous faire tomber malades et le chirurgien (M. Hambleton)13 un monsieur très humain nous donna toute l’aide possible, nous informant en même temps que le capitaine Edwards avait donné de tels ordres qu’il ne pouvait nous être d’aucune utilité dans les circonstances présentes. Toutefois, avec le deuxième lieutenant il réussit à nous procurer une bouilloire de cuivre pour bouillir notre cacao servi avec du sucre au lieu de beurre et fromage — et cela ainsi que la Divine Providence nous conserva la vie. Notre local étant lavé deux fois par semaine nous étions lavés en même temps car il n’y avait pas assez de place pour nous déplacer et notre seule alternative était de rester debout jusqu’à ce que le pont soit sec (ce que nous faisions avec grande difficulté lorsque le navire remuait) ou bien de nous coucher dans l’eau. Lorsque la violence de la mer accentuait le mouvement du navire nous pouvions difficilement rester en place et pour remédier à cela le capitaine nous avait menacé de nous fixer au pont avec des agrafes. M. Cornor nous donna cependant de petites planches qui furent fixées par les charpentiers, nous empêchant ainsi de nous blesser et de blesser les autres.

338Nous mouillâmes à Nomuka et après y avoir fait du bois et de l’eau, repartîmes dans le Nord à la recherche de la goélette, laissant une lettre à l’un des chefs au cas où elle arriverait pendant notre absence ; il est possible que si elle était venue elle aurait été pillée par les indigènes dont l’attitude laissait à désirer même pour notre navire ; le 2e lieutenant avait été renversé à terre par quelques-uns d’entre eux et certains de nos hommes furent entièrement déshabillés ; quelques indigènes qui se trouvaient à bord sautèrent des fenêtres avec plusieurs des livres du capitaine, mais poursuivis, ils les abandonnèrent et s’échappèrent ; une de leurs pirogues fut prise pour le capitaine et amenée à bord.

339Nous croisâmes pendant 10 ou 12 jours et revînmes à Nomuka sans avoir de nouvelles de la goélette ; elle fut considérée comme perdue corps et biens.

340Les indigènes de ces îles nouvellement découvertes semblent différer fort peu des indigènes de l’archipel des Amis ; leur langage est à peu près le même et la construction de leurs pirogues est très semblable ; ils ont des cochons, mais qui sont tout petits. Ces îles sont hautes, mais ne paraissent pas très fertiles ; elles se trouvent dans le NE par N de Nomuka à environ 2 jours de route.

341Des ignames furent achetées par le commissaire pour être distribuées en place de pain à raison de 3 livres d’ignames pour 1 livre de pain jusqu’à épuisement du stock, et, après avoir fait le plein d’eau nous quittâmes Nomuka vers le Ier août, faisant route au NW ; nous savions maintenant que notre destination était Timor.

  • 14 Peut être une erreur de copie ; Edwards donne le nom de Willis. Ce récif dangereux s’appelle mainte (...)

342Août 1791. — Plusieurs îles furent découvertes au cours de cette traversée ; le 22 nous arrivâmes au récif qui barre le détroit dans la latitude de 9° ayant manqué de peu de nous échouer sur un banc d’environ 1 mille de longueur. Il fut appelé récif de Wells14 ayant été découvert pendant la nuit par un jeune homme de ce nom.

  • 15 Ces mots sont presque effacés dans le manuscrit et sont reproduits sous toutes réserves.

343Ne trouvant aucune ouverture dans le récif nous fîmes route au sud remontant dans le vent pendant quelques jours et le dimanche 28 août le 2e lieutenant fut envoyé avec la yole pour trouver un passage dans le récif, le navire ayant été mis en panne ; le lundi 29 le navire s’échoua sur le récif à 7 h du soir. Au moment où l’embarcation revenait à portée de voix et les mettait en garde contre le danger il était déjà trop tard ; le courant portant avec force vers le récif provoqua une mer agitée dans laquelle le navire fut drossé sur le récif avec 2 ou 3 violentes secousses à chacune desquelles nous avions l’impression que nous allions démâter. Voyant le navire dans cette situation nous pensâmes qu’il ne résisterait pas longtemps ; à chaque secousse nous étions en danger de nous tuer les uns et les autres avec nos fers, et décidâmes de les briser pour pouvoir nous porter mutuellement assistance et éviter de nous tuer ; nous en informâmes les officiers. Dès qu’il en eut connaissance M. Cornor vint à l’arrière et nous lui déclarâmes que que nous ne ferions aucune autre tentative, ne demandant qu’une chance pour nous sauver, ce qu’il promit de nous donner nous disant de ne pas avoir peur. Pendant ce temps-là le navire perdit son gouvernail et une partie de son étambot et entre 10 et 11 h il fut tiré dans 15 brasses d’eau avec les 2 ancres et les premières nouvelles furent qu’il y avait 3 m d’eau dans la cale. Coleman, Norman, McIntosh furent envoyés aux pompes et on sortit les embarcations. Dès que le capitaine Ewdards eut appris que nous avions brisé nos fers, il donna des ordres pour que nous soyons remis aux fers pieds et mains avec tous les fers disponibles, malgré nos supplications et notre offre d’aller travailler aux pompes. Rien n’y fit ; et ses ordres furent exécutés bien que l’eau dans la cale fut montée à 3,60 m et que l’une des pompes se fut brisée. Le maître d’armes et le caporal d’armes furent armés chacun d’une paire de pistolets et placés au-dessus de nous comme sentinelles supplémentaires, avec l’ordre de tirer dans le tas si nous faisions le moindre mouvement ; le maître d’armes nous disant que le capitaine avait déclaré qu’il abattrait ou pendrait aux vergues ceux qui essayeraient encore de briser leurs fers. Ayant estimé que le seul remède était la prière, car nous ne pensions jamais revoir la lumière, nous nous étendîmes oubliant pendant quelques instants notre misérable situation, bien que nous puissions entendre les officiers occupés à transporter leurs affaires dans les embarcations amenées à l’arrière à cet effet ; nous entendîmes également des hommes sur le pont dire : « Je veux bien être pendu s’ils partent sans nous. » Cette der-dernière phrase fit bouger certains d’entre nous et le maître d’armes s’écria « Tirez sur cette racaille » ; comme il était juste au-dessus de l’écoutille je pus lui parler et lui dis : « Pour l’amour de Dieu ne tirez pas, que se passe-t-il ? Personne ne bouge ici » ; quelques minutes plus tard une embarcation partit à la dérive et n’ayant que 2 hommes seulement ne put regagner le bord ; il fallut en envoyer une autre pour la ramener et nous commençâmes alors à penser qu’elles partiraient ensemble car il était naturel de supposer que chacun penserait à soi d’abord ; toutefois elles revinrent et furent plus solidement amarrées et nous apprîmes que les bômes ayant été détachées pour en faire un radeau, un mât de hune s’était abattu sur l’embelle tuant un homme qui s’efforçait de jeter les canons à la mer ; la confusion semblait extrême. A l’aube, les embarcations furent rassemblées et la plupart des officiers étant à l’arrière sur la boîte nous constatâmes qu’ils étaient armés et se préparaient à descendre dans les embarcations par les échelles de poupe. Nous les suppliâmes de ne pas nous oublier et, par ordre du capitaine Edwards, Joseph Hodges l’aide-armurier descendit enlever les fers de Muspratt et de Skinner pour les envoyer en haut avec Byrn (qui était à ce moment sans fers), mais Skinner étant trop pressé de sortir fut hissé hors du trou avec ses menottes et les autres le suivant de très près l’écoutille fut fermée et barrée avant que Hodges n’ait pu y parvenir ; entre temps il brisa mes fers ainsi que ceux de Stuart. Je suppliai le maître d’armes de laisser l’écoutille ouverte et il me répondit : « Ne craignez rien mes enfants nous irons tous ensemble en Enfer. » A peine avait-il prononcé ces mots que le navire se souleva et un cri général de « le voilà qui coule » se fit entendre ; le maître d’armes et son caporal roulèrent par-dessus bord et au même instant nous vîmes par les sabords arrière le capitaine Edwards qui nageait vers la pinasse ; celle-ci se trouvait à une certaine distance de l’arrière avec toutes les autres embarcations qui s’étaient éloignées aux premiers mouvements du bateau. Burkett et Heildbrandt avaient toujours les menottes et le navire était enfoncé dans l’eau jusqu’au pied du mât. L’eau commençait à monter vers nous lorsque la Divine Providence dirigea Wm. Moulter, second maître, vers nous ; il s’accrochait à la boîte et entendant nos cris enleva le boulon et l’écoutille les jetant à la mer avec une étonnante présence d’esprit étant obligé lui-même de prendre immédiatement le même chemin. Grâce à cela nous pûmes en sortir excepté Heildbrandt, nous réjouissant d’avoir pu échapper à notre prison, même au milieu de ce spectacle éprouvant. Tout ce que je pus faire fut de m’écarter de la bôme de grand mât avant que le navire ne sombrât. Les embarcations étaient maintenant si éloignées qu’il était impossible de les distinguer les unes des autres ; toutefois, aperçevant une coupée qui était remontée à la surface je nageai dans sa direction et l’avait à peine atteinte quand j’aperçus Muspratt à l’autre extrémité qui avait ainsi été ramené à la surface tandis que plusieurs autres avaient été envoyés par le fond en la recevant sur la tête ; je commençais à me préparer à nager et, le toit de notre prison flottant près de là j’aperçus M. P. Heywood, Burkett, Coleman et le 1re lieutenant accrochés dessus ; voyant M. Heywood se saisir d’une courte planche et se diriger vers les embarcations, je décidai de la suivre et abandonnant mes pantalons je m’entourrai la ceinture avec une étoffe ou maro à la manière tahitienne, et prenant une planche je le suivis ; après avoir séjourné une heure et demie dans l’eau j’arrivai à la yole bleue et fut ramassé par M. Bowling le second maître qui avait également ramassé M. Heywood. Après avoir recueilli plusieurs autres nous fûmes débarqués sur un petit îlot de sable sur le récif, à environ 2 milles 1/2 à 3 milles du navire. Là nous apprîmes que 4 de nos camarades prisonniers s’étaient noyés dont deux, Skinner et Heildbrandt avaient encore leurs menottes ; les deux autres Stuart et Sumner avaient été assommés par la coupée. Burkett ayant été débarqué menottes aux mains, le capitaine donna l’ordre de les lui enlever. Nous apprîmes également que 31 membres de l’équipage avaient disparu et parmi eux le maîtres d’armes et le caporal d’armes ; tous les officiers étaient sauvés. Une tente fut alors dressée pour les officiers et une autre pour les hommes mais nous ne fûmes pas autorisés à nous approcher ni de Tune ni de l’autre bien que le capitaine nous eût dit que Ton nous utiliserait au même titre que l’équipage ; nous vîmes bien que ce n’était pas le cas car ayant demandé au capitaine Edwards la voile de rechange de l’embarcation pour nous faire un abri contre le soleil, étant [presque nus]15, cela nous fut refusé bien qu’on ne fit aucun usage de la voile. Nous reçûmes l’ordre de nous tenir à part sur un coin de l’îlot au vent des tentes, et ne pouvions adresser la parole à personne, sauf entre nous. Les vivres sauvés étant en très petite quantité, notre ration ce jour-là fut une bouchée de pain et un verre de vin. La quantité d’eau était extrêmement faible et nous ne pûmes en avoir. Nous restâmes là jusqu’au mercredi matin 31, mettant les embarcations en état et pendant ce temps le soleil eut un tel effet sur nous qui étions restés enfermés pendant 5 mois que notre peau s’enlevait des pieds à la tête bien que nous recouvrant de sable pendant la chaleur du jour. Il n’y avait pas d’autre abri sur l’îlot, qui n’était rien d’autre qu’un petit banc de sable rejeté sur le récif et qu’un changement de vent aurait pu faire disparaître, car il avait seulement 150 m de tour et 1,80 m de hauteur à marée haute. Il y en a deux autres semblables, celui-ci étant au milieu des deux ; entre le nôtre et celui qui se trouve dans le Sud il existe un chenal profond où un navire pourrait passer en toute sécurité. Ces bancs de sable ont été relevés par le capitaine Edwards et leur latitude se trouve entre le 10° et le 11° sud, à environ un jour de marche du cap nord de la Nouvelle-Hollande.

344Pendant la nuit nous trouvâmes qu’il faisait froid et n’ayant rien pour nous couvrir nous dressâmes un talus de sable pour dormir à l’abri du vent ; mais ce n’était qu’une barrière inefficace car nous avions de fréquentes averses qui suffisaient à rendre notre situation misérable, sans nous permettre d’étancher notre soif qui était très grande. Nous cherchâmes de l’eau mais n’en trouvâmes pas, et M. Cornor faisant un feu fit chauffer une bouillloire contenant de l’eau salée et recueillit les gouttes qui se déposaient à l’intérieur du couvercle ; travaillant toute la nuit il réussit à recueillir la valeur d’une cuiller d’eau. L’un des hommes de la « Pandora » devint fou après avoir bu de l’eau de mer.

345Le 30 le second maître alla jusqu’à l’épave avec une embarcation pourvoir si quelque chose était remonté ; les têtes de mât étaient hors de l’eau, les mâts de perroquet étant tombés. Il revint avec une partie de l’un des mâts de perroquet qu’il scia en deux pour se débarrasser du chouquet, et avec un chat qu’il trouva perché sur une des vergues. Une des bouées du navire passa à la dérive, mais on trouva inutile d’aller la chercher bien que nous n’eussions aucun récipient pour prendre de l’eau au cas où nous en trouverions. Les embarcations étant prêtes, nous embarquâmes le 31 à 10 h du matin de la façon suivante : McIntosh, Ellison et moi-même dans la pinasse avec le capitaine Edwards, le lieutenant Hayward et 19 officiers et hommes, au total 24 ; dans la yole rouge prirent place Burkett et Millward, avec le lieutenant Larkin et 19 officiers et hommes, au total 22 ; dans la chaloupe, Peter Heywood, Jos. Coleman et Michl. Byrn, avec le lieutenant Cornor et 27 officiers et hommes, au total 31 ; et dans la yole bleue, Norman et Muspratt avec le maître d’équipage et 19 officiers et hommes, faisant 99 âmes en tout. Dans cette situation nous avions une traversée de 4 à 500 lieues à faire avant d’arriver à la colonie hollandaise de Timor, avec de maigres rations représentant en poids 2 balles de mousquet en pain et à peine un verre d’eau et de vin par 24 h, sous un soleil implacable, maintenant à peu près vertical.

346Nous quittâmes le banc (appelé l’îlot du Naufrage) et fîmes route au NW ; le lendemain matin Ier septembre nous étions en vue d’une terre que nous supposâmes faire partie de la Nouvelle-Hollande et les deux yoles furent envoyées à terre tandis que nous continuions notre route vers une île où nous espérions trouver de l’eau ; et dans l’après-midi nous fûmes rejoints par les deux yoles qui avaient trouvé de l’eau et rempli leurs récipients. Ensemble nous nous rendîmes dans une baie à la recherche d’eau et nous approchant de la plage constatâmes qu’il y avait des habitants bien que cette île fut petite et parut peu fertile. Les indigènes apparurent sur la place au nombre de 18 ou 19 femmes et enfants qui paraissaient être une seule famille. Ils s’aprochèrent librement des embarcations et nous nous aperçûmes que la couleur de leur peau était portée au noir de jais par de la suie ou du charbon ; ils étaient tout à fait nus avec des cheveux longs et frisés mais emmêlés comme un faubert et quelques uns avaient des trous dans les oreilles qui auraient permis d’y passer le bras. Nous fîmes signe que nous voulions de l’eau ce qu’ils comprirent et ayant donné à l’un d’eux un demi-quartaut (20 1 environ) et quelques objets sans valeur pour l’encourager, il revint bientôt l’ayant à peu près rempli ; nous le vidâmes dans un autre récipient et le lui donnâmes encore une fois. Il appela alors une jeune femme qui se trouvait près de lui et l’envoya chercher l’eau. Elle revint au bout de peu de temps accompagnée d’un homme portant plusieurs lances et, s’approchant de la plage donna le récipient à l’homme qui l’avait envoyée ; celui-ci entra dans l’eau jusqu’à la ceinture et fit signe aux embarcations de s’approcher ; comme elles ne bougeaient pas il se mit à reculer. Pendant ce temps deux des hommes préparaient leurs armes et un javelot jeté frappa la pinasse tandis qu’une flèche tombait non loin de là. Toutes deux furent ramassées et nous fîmes feu de plusieurs mousquets ce qui fit se coucher les indigènes et l’homme qui avait le tonnelet le laissa tomber et s’enfuit ; mais voyant qu’il n’était pas atteint il revint sur ses pas et le ramassa. Tous eurent bientôt disparu et le capitaine Edwards donna l’ordre aux embarcations de le suivre, s’éloignant du rivage et se dirigeant vers l’ouest ou d’autres îles étaient en vue. Ceci parut déplaire au Ier Lieutenant qui le dit de si forte manière que le capitaine l’entendit et lui commanda de se taire et d’exécuter ses ordres, et de prendre bien garde de ne plus parler de cela. Nous arrivâmes aux îles et les explorâmes ; elles n’avaient ni eau ni rien de comestible si ce n’est une sorte de prune contenant une gomme gluante qui colle à la bouche, aux dents et à la gorge mais nous les mangeâmes tout de même ; quant aux coquillages que nous avions amenés de l’îlot, nous ne pûmes les manger par suite du manque d’eau. Parmi les coquillages trouvés sur le banc de sable, il y en avait 2 énormes qui mesuraient 30 cm dans le sens de la longueur.

347Ne trouvant pas d’eau là, nous fîmes route à l’ouest et à 3 h le lendemain matin trouvâmes une île où nous espérions trouver de l’eau ; après avoir mouillé pour attendre le jour nous nous approchâmes de la plage et ne voyant pas d’indigènes une équipe fut envoyée à terre et réussit enfin à trouver de l’eau en creusant ; tous les récipients furent remplis. De la soupe concentrée fut préparée dans la bouilloire et un demi-litre fut servi à chaque homme avec autant d’eau qu’il en pouvait boire. Nous en étions réduits à des expédients pour avoir des récipients ; nous avions fait des seaux de toile et nous remplîmes tout ce qui pouvait contenir de l’eau ne fut-ce que pour un jour, tel qu’une paire de bottes, etc. le tout ne faisant que 800 1 environ ; maigre ration pour 99 hommes qui ne pensaient pas arriver à Timor en moins de 14 jours, et bien que nous eussions maintenant une réserve supplémentaire, nos rations n’en étaient pas augmentées car nous ignorions la durée de la traversée. Ayant fait notre plein d’eau nous fîmes route à l’ouest et par peur de se séparer pendant la nuit la pinasse prit en remorque toutes les autres embarcations ; l’on procéda ainsi pour toutes les nuits de la traversée.

348La chaleur rendait notre soif insupportable et les seaux de toile n’ayant pas tardé à fuir la ration ne put être augmentée ; la soif augmenta à un tel degré que plusieurs hommes burent leur propre urine et un fou ayant été attrapé dans la pinasse, on but son sang avec avidité, sa chair étant partagée et dévorée ; deux autres fous pris par les autres embarcations connurent le même sort tant la détresse était grande.

349Nous eûmes constamment une ligne de pêche à la traîne mais ne prîmes aucun poisson bien que nous en eussions aperçu plusieurs.

350Le 9 j’étais étendu sur les avirons parlant à McIntosh lorsque le capitaine Edwards m’ordonna de venir à l’arrière et sans explication me fit ficeler avec une corde et attacher dans le fond de l’embarcation ; Ellison qui dormait fut puni de la même façon. Je tentai de raisonner le capitaine lui de-demandant ce que j’avais fait pour être aussi cruellement traité, évoquant la détresse générale et reçus comme réponse : « Silence espèce de bandit assassin, n’êtes-vous pas un prisonnier ? Espèce de chien de pirate quel meilleur traitement espérez-vous ? » Je lui dis alors qu’il était honteux pour le capitaine d’un navire de guerre anglais de traiter un prisonnier de façon si inhumaine, ce qui le mit dans une violente colère et prenant un pistolet qui se trouvait sur les écoutes arrière, menaça de me tuer. Je tentai encore de répondre et il jura : « Par Dieu si vous dites un mot de plus je vous mettrai à l’extrémité du loch. » Constatant qu’il n’entendrait pas raison et ma bouche étant si désséchée que je ne pouvais plus bouger ma langue, je fus obligé de rester silencieux et de me soumettre ; je fus attaché de façon à ne plus pouvoir bouger.

351Nous restâmes, Ellison et moi-même dans cette pénible situation pour tout le reste de la traversée, McIntosh n’étant même pas autorisé à s’approcher de nous ou à nous parler. Nous nous installâmes toutefois du mieux que nous pûmes et le 15 arrivâmes à l’île de Timor ; là les embarcations se séparèrent, se dirigeant vers la terre, après avoir eu une bonne brise et du beau temps pendant toute la traversée. Nous cherchâmes de l’eau en plusieurs endroits sans succès jusqu’au 12 au matin où nous trouvâmes un puits près de la plage ; nous fûmes alors rejoints par la chaloupe et navigâmes ensemble jusqu’à Coupang où nous arrivâmes vers minuit et mouillâmes un grappin pour attendre le jour. Nous aperçûmes un navire dans la rade ainsi que plusieurs bateaux de petite taille et à 8 h du matin le capitaine alla voir le Gouverneur. Vers 10 h nous débarquâmes et fûmes conduits à la maison du Gouverneur et de là à la citadelle ou malgré notre état de faiblesse nous fûmes mis au pilori.

352Le 19 les yoles arrivèrent et nos camarades prisonniers nous rejoignirent ; ils avaient été moins maltraités que nous, mais leurs rations avaient été les mêmes. Dès notre débarquement, de la nourriture nous fut donnée et nos intestins recommençant à fonctionner nous fûmes obligés de nous soulager sur place, ce que nous n’avions pas fait pendant toute la durée de la traversée. Certains étaient en si mauvais point qu’il fallut leur donner des clystères répétés ; le chirurgien de la place ne voulut pas nous rendre visite avant que notre prison n’eut été lavée par les esclaves. Après 6 jours dans cet état l’officier hollandais commandant la citadelle ayant été informé de notre détresse vint nous rendre visite et, prenant pitié de nous commanda des fers pour nous attacher deux par deux, nous permettant ainsi de marcher dans la cellule ; en plus des soldats hollandais une sentinelle de la « Pandora » fut postée à la porte.

353Étant tous à peu près nus nous nous procurâmes des feuilles d’un certain arbre et commençâmes à fabriquer des chapeaux pour les vendre et nous procurer des vêtements, mais tout étant très cher nous ne pûmes rien acheter et les aiguilles et le fil étant également très chers nous ne fîmes que peu de progrès ; toutefois, grâce à quelques expédients nous réussîmes à nous procurer du tabac et quelques rafraîchissements.

  • 16 Établissement pénitentiaire à l’époque. Ainsi qu’ils l’avouèrent après l’arrivée du capitaine Edwar (...)

354Nous apprîmes qu’il y avait d’autres prisonniers dans le fort ; il s’agissait de 7 hommes, 1 femme et deux enfants qui s’étaient échappés de Sydney (ou Port Jackson, Botany Bay)16 dans un bateau ; ils s’étaient fait passer auprès du Gouverneur pour une partie de l’équipage du « Neptune » qui avait fait naufrage, mais étant incapables de vivre paisiblement on avait découvert qu’ils étaient des imposteurs et avaient été enfermés dans la citadelle jusqu’à ce qu’ils eussent payé la dette qu’ils avaient contractée.

355Octobre 1791. — Nous restâmes là jusqu’au 5 octobre, puis fûmes envoyés à bord du « Rembang » le navire hollandais qui se trouvait dans la rade. M. Larkin, l’officier préposé pour ce travail arriva à la prison avec un garde porteur de corde et nous lia les mains derrière le dos, plaçant son pied sur notre dos et nous tordant les bras au point de les déboîter ; nous fûmes attachés deux à deux par les coudes et après avoir ôté nos fers ils nous conduisirent à la plage et nous embarquèrent dans une chaloupe pour être conduits au navire ; avant d’y arriver, plusieurs d’entre nous s’étaient évanouis la circulation du sang s’étant arrêtée par suite de nos liens.

356Les hommes de Botany Bay arrivèrent ensuite gardés par des soldats hollandais et comme nous mis aux fers ; le soir, le navire leva l’ancre pour Batavia. Le lendemain McIntosh, Coleman et Norman furent libérés de leurs fers et autorisés à marcher sur le pont.

357Nos mains étant maintenant libres, nous espérions trouver quelque confort et nous nous préparâmes à fabriquer des chapeaux ayant apporté tout ce qu’il fallait à bord ; mais le bonheur ne se trouve pas toujours là où l’on pense et il est toujours de courte durée. Le navire faisait eau, et nous étions sortis de nos fers par deux à la fois, pour deux heures le matin et deux heures l’après-midi, pour travailler aux pompes sous la surveillance de sentinelles. Nous acceptâmes avec joie ce que nous croyions être une nouvelle liberté mais nous constatâmes bientôt que nos forces étaient insuffisantes pour cette tâche et un jour je dis à M. Larkin que j’étais incapable de travailler à la pompe à chaque instant (le navire nécessitant un travail continu des pompes) à quoi il me répondit d’une manière sarcastique : « Espèce de sacré gredin vous en êtes responsable et je vous le ferai supporter ; si ce n’était pour vous nous ne serions pas ici avec tous ces ennuis » et je lui répondis : « Les ennuis arrivent souvent sans qu’on les cherche. » Il m’ordonna alors de me taire.

358Toutefois, ce travail prit bientôt fin, car le dur travail de la pompe, le pont sur lequel nous restions étendus, mouillés en permanence et sans vêtements ni couchage eut bientôt raison de nous ; nous restâmes alors en bas, le travail des pompes étant assuré par les marins hollandais et les esclaves malais.

  • 17 Le second maître s’appelait Oliver ; son journal de bord ne fut jamais retrouvé. Edwards ainsi que (...)

359Le navire était en mauvais état et encore plus mal commandé et si le capitaine Edwards n’en avait pas pris le commandement et mis ses hommes à la manœuvre, il ne serait jamais arrivé à Batavia, ayant déchiré la plupart de ses voiles en passant le détroit de Bally et, n’en ayant pas de rechange, avait failli s’échouer. Nous réussîmes tout de même à atteindre Samarang, un établissement hollandais sur l’île de Java et y mouillâmes le 30 octobre. Là nous trouvâmes la goélette qui était arrivée dans cette île 6 semaines auparavant avec tout son équipage composé d’un second maître, d’un midship, d’un quartier maître et de 6 hommes dont l’un était mort depuis leur arrivée. Ils furent joyeusement reçus par leurs camarades de bord et la goélette nous accompagna jusqu’au port de Batavia où nous mouillâmes le 7 novembre17.

360Novembre 1791. — Nous fûmes installés dans une vieille coque qui se trouvait en rade, avec les officiers et les hommes de la « Pandora » et ici, comme auparavant, McIntosh, Coleman et Norman eurent le libre usage du pont et nous reçûmes 10 shillings par homme comme acompte ce qui nous permit d’acheter quelques rafraîchissements en plus des rations, étant toujours ravitaillés par le commissaire de la « Pandora ». La goélette ayant été mise en vente fut achetée par le capitaine qui l’envoya en cadeau au Gouverneur de Timor et le produit de la vente fut partagé entre les membres de l’équipage. Du tissu de Nankin fut acheté ici et distribué à l’équipage et ayant retrouvé la santé nous nous fîmes tailleurs et chapeliers et, travaillant pour l’équipage, obtînmes du tissu pour nous-mêmes mais ceci nous fut interdit par le capitaine Edwards dès qu’il en eut connaissance. Nous restâmes ici jusqu’au 23 décembre et n’eument que deux fois l’autorisation de monter sur le pont pour une demi-heure à la fois et pour nous laver ; nous nous maintînmes en bonne santé pendant que les marins de la « Pandora » tombaient malades et mouraient rapidement.

361Pour ce qui est de la cité de Batavia je ne puis rien dire ne l’ayant pas vue ; on n’aperçoit presque rien de la rade, l’église et quelques hangars étant les seuls bâtiments qui soient visibles. Elle est située au fond d’une baie profonde et entourée de terres basses et selon toute apparence marécageuses, qui n’ont pas l’air d’être cultivées. La petite rivière qui remplit ses canaux se jette dans la baie et est d’une telle saleté que la rade où se tiennent les grands navires n’est rien d’autre qu’une mare stagnante. Pendant la nuit il tombe une forte rosée et le matin est généralement assombri par un brouillard épais et puant qui demeure jusqu’à ce qu’il soit dissipé par la chaleur du soleil.

362La brise de mer atteint rarement la rade avant l’après-midi et quelquefois ne souffle pas de toute la journée ; il s’ensuit que le temps est lourd et étouffant et la brise de terre qui souffle dans la soirée apporte avec elle une odeur désagréable et écœurante, suffisante pour provoquer des maladies chez les Européens. Pour nous en protéger nous demandâmes la permission de fumer du tabac et elle nous fut donnée ; tout notre temps libre était passé ainsi, mais surtout les matinées et les soirées ; nous trouvions la fumée très bénéfique et elle soulageait nos maux de tête etc... que nous supposions être provoqués par les vapeurs pestilentielles.

363Le climat de Batavia n’est sous aucun rapport fait pour les Européens et avec le nouvel arack (une liqueur particulièrement pernicieuse) il fait quotidiennement de nombreuses victimes ; la mort a fait de tels ravages pendant les derniers 6 mois que la flotte présentement en rade fut obligée de faire venir des équipages de Hollande pour les manœuvres et même à l’heure actuelle ils n’ont que 50 % de leur complément bien que les équipages des navires en partance soient envoyés à bord dès que le navire a jeté l’ancre. On disait que plus de 2 500 officiers et hommes étaient morts cette saison en dehors de habitants. Les Chinois et les indigènes de l’île font tout le travail de chargement et de déchargement, les marins hollandais étant débarqués dès que le navire est à l’ancre. Les vivres ici ne sont ni bon marché ni de bonne qualité, le bœuf étant petit et maigre et le riz est le seul produit qui remplace le pain tout au moins en ce qui concerne les équipages de navires. Les vêtements de toutes espèces et particulièrement ceux manufacturés en Europe sont très chers et en fait la seule chose bon marché que j’ai trouvée est l’arack qui est aussi mauvais que du poison mais est néanmoins consommé en quantité par les Hollandais ; les officiers de la « Pandora » eurent beaucoup de mal à empêcher leurs hommes d’en faire usage.

36420 novembre. Le premier lieutenant M. Larkin s’embarqua pour l’Europe sur un navire hollandais avec une partie de l’équipage et le 23 décembre le reste fut partagé entre le lieutenant Cornor et le lieutenant Hayward qui prirent avec eux les hommes de Botany Bay ; nous fûmes mis sur le « Vree-denbergh » sur lequel se trouvait le capitaine Edwards avec 23 officiers et hommes et le 24 nous mouillâmes près d’une petite île dans l’entrée d’une baie appelée Onrest où se trouvent les chantiers navals ; c’est là qu’ils en-envoient leurs convicts qui y sont employés à faire des cordages et à caréner les navires.

365Nous levâmes l’ancre le 25 passant dans les détroits et ce n’est que cet après-midi-là que nous touchâmes des rations n’ayant été nourris que jusqu’au 22 par le commissaire de la « Pandora » ; lorsqu’elles nous furent données elles étaient servies à la manière hollandaise c’est-à-dire 2 drams d’arack par jour soit 1/3 de pinte (18 cl), trois livres de viande (bœuf et porc) une livre et demie de poisson, idem de sucre, de tamarins, une demi-pinte de (gee), une demi-pinte d’huile et une pinte de vinaigre avec du riz au lieu de pain pour 15 jours et par homme. Le riz ne valait guère mieux que des graines n’étant en général pas décortiqué ; l’huile et les tamarins n’étaient utilisables d’aucune façon. Telle était notre nourriture avec deux litres d’eau par jour, ce qui était amplement suffisant, mais notre logement laissait à désirer car nous couchions sur des troncs d’arbre, de différentes grosseurs et le peu de vêtements dont nous disposions ne nous permettait pas d’en faire une surface plane. Le pont au-dessus de nous fuyait abondamment, de telle sorte que nous étions mouillés sans cesse tantôt par l’eau de mer, tantôt par l’urine des cochons qui se trouvaient au-dessus, tantôt par la pluie lorsqu’elle venait à tomber.

366Nous passâmes le détroit de Sunda le Ier janvier 1792 et eûmes un voyage sans histoire ; pendant notre traversée en dehors de la mort de 2 membres de l’équipage de la « Pandora » et de plusieurs marins hollandais, ceci et la méthode de distribution des rations furent les seules choses notables ; cette dernière méritant d’être indiquée car elle montre le vrai caractère des Hollandais : la « rançon » ou ration de quinzaine dure chez eux 16 jours de sorte qu’à l’arrivée au Cap ils avaient gagné sur nous quinze jours de rations.

36714 mars. — Aujourd’hui nous pûmes quitter nos fers, deux par deux et marcher sur le pont pendant 2 h mais nous pouvions à peine tenir sur nos pieds tellement nous étions affaiblis par ces misérables rations qui ne nous permettaient pas de vivre mais tout juste d’exister.

368Ce fut la seule complaisance qui nous fut accordée pendant la traversée à part un ou deux d’entre nous qui avaient été lâchés pendant quelques heures, grâce à l’intercession du chirurgien hollandais ; le temps devint froid et coupant.

369Le 15 nous arrivâmes au Cap de Bonne Espérance et le 18 mouillâmes dans la baie de la Table et là nous vîmes avec une joie inexprimable un navire de guerre anglais au mouillage ; on nous informa qu’il s’agissait du navire de Sa Majesté « Gorgon » de Port Jackson et le 19 nous fûmes envoyés à son bord où nous fûmes traités avec moins de rigueur ; les 2/3 de rations qui nous furent alloués étaient considérés comme un festin.

370Peu de temps après arrivèrent les autres navires avec le reste de l’équipage de la « Pandora ». Nous apprîmes ici que le premier lieutenant de la « Pandora » était parti depuis quelque temps laissant un de ses hommes qui fut envoyé à bord du « Gorgon » par le capitaine Edwards. McIntosh, Coleman et Norman étaient comme auparavant en liberté ; quant à nous nous n’avions qu’une jambe aux fers et profitâmes de toutes sortes de petites commodités. Le lieutenant Gardner, de ce navire, en l’absence du capitaine Parker nous donna, avec beaucoup d’humanité, une voile pour nous étendre ce qui pour nous était un vrai luxe, n’ayant rien eu de semblable pendant 12 mois.

371Ayant reçu des chemises et des pantalons nous dépensâmes le peu d’argent que nous avions en rafraîchissements et nous reprîmes rapidement forces et santé pouvant bénéficier de l’air dont nous avions été privés pendant quelque temps ; on nous sortait en effet de l’entrepont pour nous faire asseoir de 6 à 8 heures par jour sur le gaillard avant.

372Le 4 avril, le capitaine Edwards vint à bord pour prendre passage sur le « Gorgon » et le 5 nous levâmes l’ancre à destination de l’Angleterre ; le 10 les pleines rations nous furent allouées.

373Le 22. Nous arrivâmes à Ascension et mouillâmes le même jour. Nous trouvâmes là à l’ancre une goélette américaine de New Providence et ayant pris à bord 28 belles tortues nous levâmes l’ancre le 24. Après avoir passé la ligne nous hélâmes une brigantine américaine en route pour le Bengale et une brigantine anglaise le « Prince William Henry » en route pour les Pêcheries du Sud.

37419 juin. — Arrivée à Spithead. Le 21 nous fûmes conduits sur le navire de Sa Majesté « Hector » et là nous fûmes traités d’une façon qui fait honneur à l’humanité de son capitaine et de ses officiers ; on nous donna des lits et toutes les facilités que permettaient les circonstances.

375Le 12 septembre commença notre procès à bord du navire de Sa Majesté « Duke », dans le port de Portsmouth et pour plus de détails je renvoie le lecteur aux minutes de la cour martiale. Entre temps je m’efforçerai de faire un exposé de l’île de Tahiti ou île du Roi George et des coutumes et des manières des îles de la Société en général, avec un exposé de leur langue tel que j’ai pu le noter pendant mon séjour là-bas, d’une durée de 19 mois, sans compter 5 mois passés alors que la « Bounty » s’y trouvait sous le commandement du lieutenant Bligh et 5 autres mois que nous passâmes après la prise du navire et avant de débarquer. Pendant la plus grande partie de ce séjour nous fûmes à même de converser avec les indigènes.

Notes

1 A cet endroit, et dans la marge du manuscrit on trouve la note suivante : « deux pierres filtrantes furent achetées ici pour purifier l’eau ainsi qu’un baril de farine et du maïs indien pour le bétail. »

2 Note marginale de Morrison : l’écrivain.

3 Dans la marine de l’époque jour sans viande, par allusion aux Banians, caste des Indes qui s’abstenait de manger de la viande.

4 Baie de l’Aventure.

5 Ce portrait avait été peint au cours du dernier voyage du capitaine Cook par M. Webber et avait été présenté au chef de Matavai. Les indigènes vénéraient ce portrait et les commandants des navires de passage prirent l’habitude d’inscrire au dos de ce portrait les dates de leur arrivée et de leur départ.

6 En 1773 le capitaine Furneaux, commandant de l’« Aventure » qui accompagnait la « Résolution » du cap. Cook avait emmené Omai avec lui en Angleterre où il avait été fort bien reçu. Il rentra en 1777 avec le cap. Cook.

7 Cet homme avait passé sept mois avec le capitaine Cook à bord de la « Résolution » en 1773-1774, visitant les îles des Amis, la Nouvelle-Zélande, l’île de Pâques et les Marquises.

8 « Taisez-vous » en tahitien.

9 Tupuai, île du groupe des Australes est à environ 300 milles dans le sud de Tahiti. Aucun Européen n’y avait jamais débarqué, mais le capitaine Cook l’avait relevée au cours de son troisième voyage et l’avait indiquée sur les cartes.

10 Pour le compas.

11 Robert Corner.

12 Ceci ne concorde pas avec le récit du capitaine Edwards qui déclare que la goélette se perdit lorsque le navire se trouvait au large de Upolu, dans le groupe des Samoa (cf. le « Voyage de H. M. S. Pandora » de Sir Basil Thompson), l’île qu’Edwards appelle Chatham est Savaii ; ce n’était pas en tout cas une nouvelle découverte car Bougainville avait découvert le groupe des Samoa en 1768. Il seraît intéressant de comparer ce passage du Journal avec le rapport d’Edwards.

13 George Hamilton, qui décrivit ses aventures dans son « Voyage autour du Monde » imprimé pour la première fois à Berwick en 1793 et réimprimé par Sir Basil Thompson dans le « Voyage du H. M. S. Pandora ».

14 Peut être une erreur de copie ; Edwards donne le nom de Willis. Ce récif dangereux s’appelle maintenant récif de l’Indispensable, du nom du navire dont le commandant le découvrit. Le détroit mentionné par Morrison est le détroit de Torrès, entre l’Australie et la Nouvelle-Guinée.

15 Ces mots sont presque effacés dans le manuscrit et sont reproduits sous toutes réserves.

16 Établissement pénitentiaire à l’époque. Ainsi qu’ils l’avouèrent après l’arrivée du capitaine Edwards, ces gens étaient des convicts échappés qui, après avoir volé une embarcation de navire étaient arrivés à Timor après un voyage mouvementé de dix semaines. Voir Thomson, op. cit., p. 23.

17 Le second maître s’appelait Oliver ; son journal de bord ne fut jamais retrouvé. Edwards ainsi que Hamilton ne consacrent que quelques mots au voyage de la goélette, mais en disent assez pour indiquer que ce voyage dut être très mouvementé et qu’Oliver et ses compagnons durent être les premiers à avoir des contacts prolongés avec les Fidjiens. On trouvera des commentaires sur ce voyage dans Thomson, op. cit., p. 12-16, et dans The discoverers of the Fiji Islands, du prof. G. C. Henderson, chap. XIII. — La goélette qui avait été construite dans des conditions si difficiles avait d’excellentes qualités de vitesse ; elle fut plus tard utilisée pour le commerce des loutres de mer et fit un des voyages les plus rapides entre la Chine et les îles Sandwich. Plus tard, elle fut utilisée comme bâtiment hydrographique sur les côtes de Chine et sauva l’équipage du H. M. S. Providence lorsque ce navire se perdit en 1797 sur la côte de Formose.

© Société des Océanistes, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search