Version classiqueVersion mobile

Journal de James Morrison, second maître à bord de la « Bounty »

 | 
James Morrison

Introduction

Alice J. Mayes et Owen Rutter

Texte intégral

1Jusqu’à ce jour le lieu où se trouvait le journal écrit par James Morrison, second maître à bord du navire de Sa Majesté la Bounty était demeuré un mystère pendant plusieurs années. Grâce aux livres de Sir John Barrow Eventful History of the Mutiny of the « Bounty » et de Lady Belcher Mutineers of the « Bounty » je connaissais l’existence de ce journal. Ces deux écrivains avaient eu le manuscrit en mains, s’étaient portés garants de son authenticité et en avaient cité des passages. Sir John Barrow l’avait étudié avec les papiers du capitaine Peter Heywood qui, comme midship était passé en cour martiale en compagnie de Morrison et d’autres membres de l’équipage de la Bounty, pour complicité dans la mutinerie dont Fletcher Christian était le chef ; Heywood, de même que Morrison, avait été gracié par le roi après avoir été reconnu coupable et condamné à mort. En 1830, Sir John eut accès au journal, lequel, quarante ans plus tard, était encore parmi les papiers du capitaine Heywood car sa belle-fille Lady Belcher dont le livre fut publié en 1870 déclara expressément qu’il était en sa possession.

2Lady Belcher était donc en mesure de connaître l’histoire de ce manuscrit. D’après elle (op. cit., p. 132), Morrison avait pris l’habitude de tenir des notes des événements quotidiens depuis son embarquement sur la Bounty jusqu’à son retour comme prisonnier. Il réussit, ajoute-t-elle, à sauver ce carnet, au cours du naufrage de la Pandora qui le ramenait prisonnier en Angleterre en même temps que ses compagnons de Tahiti. Lady Belcher ne nous dit pas comment il réussit à sauver son carnet et c’est en effet une chose étonnante, car ainsi qu’il le déclare lui-même, il eut beaucoup de mal à s’écarter du navire lorsque celui-ci sombra, restant une heure et demie dans Veau avant d’être recueilli par une des chaloupes de la Pandora. Il ne donne lui-même aucune explication et il y a peu de chance pour que nous connaissions jamais la vérité. Les probabilités de sauvetage d’un document écrit, quel qu’il fut, étaient si faibles qu’elles ont amené certains spécialistes à douter de son authenticité. L’un de ceux-ci est mon ami, le commandant Geoffrey Rawson qui, dans son excellente biographie Bligh of the « Bounty » (p. 34) déclara que : « l’authenticité du journal de Morrison est sujette à caution. » Toutefois il n’y a pas de doute que le journal, tel qu’il existe actuellement, fut écrit après le retour de Morrison en Angleterre sons forme de récit plutôt que de Journal. Le contenu le prouve d’ailleurs. Par exemple lorsqu’il donne la liste de ceux qui demeurèrent sur la Bounty, ainsi que de ceux qui furent lâchés à la dérive avec Bligh, Morrison dit : « ces listes tendraient à faire croire que M. Christian avait le groupe le plus fort, ce qui cependant, n’était pas le cas, ainsi que le lieutenant Bligh doit l’avoir reconnu et en fait l’a reconnu », se référant sans doute au Narrative of the Mutiny on H. M. S. « Bounty » de Bligh qui parut en 1790.

3Par contre, les détails méticuleux, la qualité de l’observation et l’exactitude des dates dans le journal, rend improbable la possibilité d’avoir fait ce travail sans l’aide de notes prises sur place. Nous devons donc supposer que Morrison put préserver une espèce de journal et il est possible que le capitaine Edwards de la Pandora l’ait confisqué lorsqu’à Tahiti Morrison se rendit, et, ayant réussi à le préserver en même temps que les papiers du bord au moment du naufrage, l’ait rendu à Morrison à son arrivée en Angleterre. D’après Lady Belcher, Morrison utilisa ses trois mois de captivité à bord du H. M. S. Hector pour mettre ses notes sous forme de récit et à sa libération présenta le manuscrit entier à Peter Heywood. Le jugement eut lieu en septembre 1792, ce qui situe la date du manuscrit.

4Tandis que je rassemblais des documents pour l’introduction de mon livre The Court-Martial of the « Bounty » Mutineers, je fis des recherches suivies pour tenter de trouver ce manuscrit, mais en vain. Il n’en est pas fait mention dans la bibliographie de Sir Everard im Thurn qui se trouve en appendice du livre de Sir Charles Lucas Pitcairn Island Register Book et lorsque je m’adressai à Sir Basil Thomson, une autorité en matière de « Boutiana », il me déclara qu’il l’avait lui aussi cherché en vain. Ceci m’amena à déclarer que le lieu où se trouvait le manuscrit était un mystère et j’exprimai l’espoir que la publication de mon livre ferait apparaître ce manuscrit oublié ; j’étais, en effet, convaincu que bien que de nombreux passages eussent été cités dans les ouvrages, il devait y en avoir une grande partie restée inconnue. A l’époque, je n’avais pas eu connaissance de l’ouvrage : Life of Vice-Admiral Bligh de George Mackaness (publié à Sydney en 1931 presque en même temps que mon livre) qui indiquait où se trouvait le manuscrit et le citait abondamment.

5Le Daily Mail fit paraître un article sur mon livre intitulé « Le mystère du manuscrit disparu », il en résulta pour moi de nombreuses lettres de correspondants qui semblaient avoir une notion très vague de ce que pouvait être un manuscrit et me proposaient plusieurs livres traitant de la mutinerie, que je possédais déjà. J’avais abandonné tout espoir, lorsque je reçus une lettre de M. Hugh Wright, conservateur de la Mitchell Library de Sydney qui, ayant parcouru mon livre, m’informait que l’original du manuscrit était dans la bibliothèque, ayant été légué par le Révérend A. G. K. L’Estrange à la bibliothèque de New South Wales dont la bibliothèque Mitchell est un département spécial. Grâce à l’amabilité du Révérend C. L’E. Burges, j’appris que Lady Belcher avait légué le manuscrit à son ami M. L’Estrange, qui était mort en 1915 et ce renseignement me permit de trouver le maillon manquant dans la chaîne de propriété.

6Une correspondance ultérieure avec M. Wright amena les administrateurs de la bibliothèque Mitchell à autoriser la publication du journal sous la condition qu’il soit publié par la « Golden Cockerel Press » et édité par moi-même, ce dont je leur suis reconnaissant tant pour moi que pour la Golden Cockerel Press.

7Je constatai que l’ampleur et l’importance du journal dépassait de loin mes prévisions. Il contient 382 pages in-folio à 26 lignes par page et se divise en deux parties distinctes. La première partie est le récit des aventures personnelles de Morrison avant et après la mutinerie et commente les événements dont il fut le témoin depuis le jour où il s’engagea sur la Bounty en 1787 jusqu’au jour de la cour martiale en 1792. D’autres écrivains ont cité divers passages de cette partie, mais jusqu’à présent personne à ma connaissance n’a fait d’extraits de la deuxième partie qui contient une description détaillée de Tahiti et des coutumes des insulaires, leur organisation sociale et leur mode de vie. D’après M. Ifould, bibliothécaire principal de la New South Wales Library, ce manuscrit de la première partie a été travaillé par quelqu’un, peut-être séparément par deux personnes, aux fins de publication. Des lignes entières, des passages, parfois des mots ont été cochés et d’autres mots écrits au-dessus les uns au crayon, les autres à l’encre, pour condenser le récit, M. Ifould suggère que l’un de ces éditeurs devait être Lady Belcher ; c’est possible. Mais Sir John Barrow nota, (op. cit., p. 75) lorsqu’il eut le manuscrit en mains, que divers passages avaient été corrigés soit par le capitaine Heywood, soit par une autre personne et, étant donné qu’une autre note venant d’Australie déclare que les modifications semblent avoir été faites « par une personne désireuse de blanchir Peter Heywood », je suis amené à penser que ces corrections originales étaient l’œuvre de Heywood lui-même. Edward Tagart, l’auteur du Memoir of the late Captain Peter Heywood R. N. signale (p. 150) que Heywood établit un état de ses services pour John Marshall qui l’incorpora dans la notice longue et élogieuse qu’il écrivit sur la carrière de Peter Heywood pour la Royal Naval Biography (vol. ii, Part II, 1823) ; celte notice se réfère à « un journal privé, en notre possession depuis longtemps, et dont la publication n’a pu être faite par suite de la mort de son propriétaire feu M. James Morrison ». M. D. B. Smith, bibliothécaire de l’Amirauté m’a suggéré l’idée que ce passage est de Heywood et non pas de Marshall, qui avait omis le « notre » ; car ce journal avait été pendant longtemps dans les mains de Heywood (qui mourut en 1831) mais probablement jamais dans celles de Marshall. La note déclarant que la publication avait été envisagée du vivant de Morrison confirma la suggestion que Heywood l’avait travaillé et préparé en vue de son édition, bien qu’on puisse penser qu’à moins de corrections sérieuses les critiques de Morrison concernant son commandant en aurait empêché la publication tant qu’il était dans la marine, dans laquelle il resta jusqu’à sa mort.

8Quant à m’envoyer le manuscrit original, il ne pouvait en être question, et les corrections rendaient les photocopies difficiles à faire. Heureusement, la Mitchell Library avait une copie manuscrite, établie par Miss Alice J. Mayes qui était employée à cet effet par l’Agent général pour la Nouvelle-Galles du Sud en 1917. Le mémorandum de la copiste est rédigé comme suit :

9« Cette copie du Journal de Morrison est transcrite aussi fidèlement que possible. Les insertions, modifications, ponctuations et lettres majuscules ont été maintenues comme dans le manuscrit original, tous additifs ou modifications étant indiqués par l’emploi de crochets.

10Le manuscrit original a été librement corrigé aux fins d’édition apparemment par deux personnes différentes, mais il n’a pas été tenu compte de ces corrections ; il en est de même pour les insertions, notes marginales autres que celles de la main de l’auteur. »

Alice J. Mayes.

11M. Ifould m’informa qu’il avait vérifié les pages auxquelles les correcteurs avaient apporté des modifications et avait constaté que Miss Mayes avait copié très exactement l’original. Il voulut bien envoyer cette copie au Bureau de l’Agent général à Londres et là, je fus autorisé à en prendre connaissance. Miss Hester Leggat fit alors une deuxième copie sous mon contrôle et je lui adresse ici mes remerciements pour le soin qu’elle apporta à ce travail qui demandait une grande exactitude et une constante attention. Ce journal paraît donc tel que Morrison l’écrivit à l’exception de quelques ponctuations qui m’ont paru nécessaires pour clarifier le sens. J’ai supprimé des mots répétés par erreur, mais tout au long du texte j’ai conservé son orthographe et sa phraséologie. Je n’ai rien condensé ni retranché.

12Je signale tout particulièrement cela car j’ai constaté que quelques-uns de ceux qui ont publié des passages de ce journal avant moi, n’ont pas été aussi scrupuleux. Une comparaison entre l’original et les extraits que Sir John Barrow avait prétendu citer mot pour mot, montre qu’il n’avait pas suivi strictement le texte. Prenons par exemple le passage à la date du 27 avril 1789, décrivant l’incident qui fut directement à l’origine de la mutinerie. Il apparaît à la page 79 de The Eventful History entre guillements et comme suit : « Dans l’après-midi du 27, le lieutenant Bligh vint sur le pont, et voyant qu’il manquait des noix de coco, qui avaient été entassées entre les canons, dit qu’elles avaient dû être volées et qu’elles n’auraient pas pu l’avoir été, sans que les officiers n’en aient eu connaissance ; ceux-ci furent alors appelés et questionnés. Comme ils déclaraient qu’ils n’avaient vu personne les toucher, il dit alors : « C’est donc que vous les avez pris vous-mêmes » et se mit à demander à chacun combien ils en avaient acheté. Arrivé à M. Christian celui-ci répondit : « Je ne sais pas Monsieur, mais j’espère que vous ne me croyez pas assez vil pour m’être rendu coupable d’avoir pris les vôtres. « Monsieur Bligh répondit : « Si, damné chien, je le crois ; vous avez dû me les voler sans quoi vous seriez plus à même de m’en rendre compte », puis se tournant vers les officiers : « Dieu vous damne, canailles, vous êtes tous des voleurs, et d’accord avec l’équipage pour me voler ; je suppose que bientôt vous volerez mes ignames ; mais je vous en ferai voir, gredins, et je ferai sauter la moitié d’entre vous par-dessus bord avant que vous n’arriviez au détroit d’Endeavour. »

13Le texte original est comme suit : « Dans l’après-midi du 27, M. Bligh monta sur le pont et faisant un tour sur le gaillard d’arrière, constata qu’il manquait des cocos dans les tas amassés entre les canons ; il dit qu’ils avaient dû être volés et n’avaient pu disparaître sans que les officiers n’en aient eu connaissance ; les ayant tous fait appeler, ils déclarèrent qu’ils n’avaient vu personne les toucher, ce à quoi M. Bligh répliqua : « Alors vous avez dû les prendre vous-mêmes » et ordonna à M. Elphinstone d’aller chercher tous les cocos se trouvant à l’arrière, ce qui fut exécuté ; il demanda ensuite à chaque officier le nombre de cocos que celui-ci avait achetés ; arivant à M. Christian, celui lui répondit : « Je ne sais pas Monsieur, mais j’espère que vous ne me croyez pas assez vil pour m’être rendu coupable de prendre les vôtres. » M. Bligh répondit : « Si, damné chien, je le crois, vous avez dû me les voler sans quoi vous seriez plus à même de m’en donner le compte. Dieu vous damne, canailles, vous êtes tous des voleurs et de connivence avec l’équipage pour me voler, je suppose que bientôt vous volerez mes ignames, mais je vous en ferai voir, gredins, et je ferai sauter la moitié d’entre vous par-dessus bord avant que vous n’arriviez au détroit d’Endeavour. »

14Lady Belcher dans ses citations s’écarta encore plus de l’original. Voici sa version du même passage, page 29, de son livre The Mutineers of the « Bounty ».

15« Dans l’après-midi, M. Bligh vint sur le gaillard d’arrière et voyant qu’il manquait des cocos, qui étaient entassés entre les canons, dit qu’ils avaient dû être volés, à la connaissance et avec la connivence des officiers. Ils furent tous appelés et déclarèrent qu’ils n’avaient vu aucun homme y toucher ; ce à quoi le lieutenant Bligh répliqua : « C’est donc vous-mêmes qui les avez pris » et ordonna à Elphinstone, l’aide du commandant, de descendre chercher tous les cocos qui se trouvaient à bord. Il y en avait beaucoup, car les marins en avaient acheté de grandes quantités pour leur compte. Il demanda ensuite à chaque officier le nombre de cocos qu’il avait achetés et arrivant à Christian, lui demanda d’indiquer le chiffre de cocos en sa possession. « Je ne sais vraiment pas, répondit M. Christian, mais j’espère que vous ne me croyez pas assez vil pour m’être rendu coupable de voler les vôtres. » « Si, répondit Bligh... chien je le crois ; vous avez dû me les voler sans quoi vous seriez mieux à même de m’en donner compte. Canailles, vous êtes tous des voleurs tant que vous êtes et de connivence avec les hommes pour me voler. Vous volerez bientôt mes ignames. Je vous ferai fouetter et vous ferai sauter par-dessus bord avant que nous n’arrivions au détroit d’Endeavour. »

16Le sens de l’original est là, bien sûr, mais telle n’est pas la méthode de l’historien. Et ce ne sont pas là des exemples isolés. Lady Belcher cite le journal beaucoup plus abondamment que Sir John Barrow et chaque citation est mutilée de la même façon. Sans aucune indication d’omission, elle accole des paragraphes séparés de plusieurs pages. Elle corrige l’orthographe et la grammaire pittoresque de Morrison, pour les rendre plus conformes à la préciosité des usages victoriens allant jusqu’à écrire « cochons » quand Morrison parle de « porcs ». Elle renâcle devant la robustesse de son langage et alors que Morrison déclare que Bligh insulta Christian, le traitant de lâche, canaille, à Nomuka, elle le cite en disant que Bligh « utilisa un langage très violent ». Plus loin elle a recours à des blancs. Parfois ses citations erronées rendent le texte inintelligible ; ainsi à la page 19, elle cite Morrison disant que « les marins, de mauvaise humeur, ne pouvaient supporter les querelles de la tempête » alors qu’il utilise la vieille phrase : « les querelles de la cuisine ». De temps à autre elle introduit un texte de son cru ; c’est ainsi que page 29, elle fait déclarer à Morrison que les noix de coco de Nomuka étaient « les plus grosses du monde ». En fait Morrison ne dit rien de semblable. C’était un observateur trop précis pour faire une déclaration aussi inconsidérée ; il dit exactement : « Les noix de coco ici sont très grosses. »

17J’en ai assez dit pour montrer que tandis que la totalité de la deuxième partie est publiée ici pour la première fois ainsi que la plus grande partie de la première, même les passages cités par d’autres écrivains l’ont été incorrectement et sont présentés maintenant tels que Morrison les écrivit. Et je pense que ceux qui liront cet étrange et vivant récit, seront d’accord avec moi pour convenir qu’il n’a aucun besoin d’arrangements complaisants. Pour moi, Morrison semble avoir été un écrivain-né. C’était un observateur sagace du comportement humain qui pouvait mettre sur papier le résultat de ses observations avec une habileté littéraire rare chez un marin de cette époque. De plus, partout où il se rendait, sa curiosité était insatiable et il possédait un talent particulier pour noter des renseignements exacts avec une richesse de détails pittoresques. Sa description de Tahiti et de sa population, fruit d’un séjour de plus de deux ans en contact étroit avec les indigènes, est le premier compte rendu détaillé que nous possédions (les notes publiées par Cook et par d’autres navigateurs qui visitèrent l’île avant lui ne sont que superficielles) et constitue une étude profonde de la société tahitienne à la fin du xviiie siècle. Il est beaucoup plus compréhensif des coutumes et croyances que ne V était Cook qui qualifie les notions tahitiennes sur la Divinité d’ « extravagantes et absurdes » et son œuvre se compare avantageusement aux journaux des premiers missionnaires anglais qui visitèrent l’île et qui furent publiés en appendice dans A Missionary Voyage to the South Pacific Ocean, performed in the Years 1796, 1797, 1798 in the Ship « Duff ».

18Ce journal est la seule source originale de renseignements sur les activités des mutins après qu’ils eurent abandonné Bligh et cette partie du récit n’a été publiée antérieurement que sous forme condensée. Les passages qui décrivent le voyage à Tahiti de la Bounty et la mutinerie constituent un complément lumineux au Narrative de Bligh et ce dernier ayant qualifié Morrison de mutin, il n’est pas étonnant que celui-ci se soit montré hostile à Bligh, tandis que ce dernier dans ses « Remarques sur le Journal de Morrison » (document conservé à la Mitchell Library, qui indique bien qu’il avait lu le manuscrit) se défend avec énergie ; Mackaness (op. cit., i, 154) cite ses réponses véhémentes.

19A l’époque où fut écrit le Journal, Morrison avait 31 ans ; son âge est donné dans la « Liste descriptive des Pirates » de Bligh dont l’original se trouve au Bureau des Documents publics (Amirauté I, 5328) publié dans The Voyage of the « Bounty’s » Launch. D’après cette description il était de taille moyenne, mince, le teint blême et les cheveux noirs et longs. Il avait perdu l’usage du premier métacarpe de l’index de la main droite et avait été blessé à un bras par une balle de mousquet. Il avait une étoile tatouée sous le sein gauche et, sur la jambe gauche une jarretière tatouée portant « Honni soit qui mal y pense ».

20Morrison s’engagea dans la Marine à l’âge de 18 ans. C’est ce qu’indique le rapport de son examen pour la qualification de canonnier que j’ai retrouvé au Bureau des Documents publics (Amirauté 6, 127). Ce rapport a une telle saveur d’époque qu’il mérite d’être cité en entier :

21« Nous avons examiné M. James Morrison dans les articles ordonnés par leurs Seigneuries pour l’examen préalable de personnes devant être appelées à servir comme maître canonnier pour le service en mer de Sa Majesté et rapportons humblement ce qui suit :

  1. Il est versé dans l’arithmétique ordinaire et décimale, l’extraction de la racine carrée et cubique et les problèmes pratiques de géométrie et de trigonométrie simple.

  2. Il est capable de distinguer un canon vraiment rayé d’un canon en nid d’abeillles.

  3. Il sait comment régler la visée d’un canon de façon à le pointer en direction de l’objectif.

  4. Il sait mesurer l’épaisseur du métal d’un canon au canal de lumière, aux tourillons et à la gueule.

  5. Il sait ajuster un boulet ainsi que la charge de poudre convenable.

  6. Il est capable d’évaluer et de juger les hauteurs et les distances, particulièrement en mer.

  7. Il peut estimer le poids d’un canon et connaît le nom de ses différentes parties, le calibre, le boulet qu’il faudra ainsi que son poids.

  8. Il connaît la longueur et les renforcements de chaque espèce de canon et le nombre de personnes nécessaires pour le servir.

  9. Il peut juger de la bonne installation d’un canon sur ses tourillons et si l’affût est convenable et d’une taille suffisante, et si les rails sont égaux et permettent l’aller et retour à la même vitesse.

  10. Il sait charger et décharger une pièce facilement et avec art, comment l’éponger, fermer la gueule et l’amarrer par mauvais temps.

22Il nous a présenté des certificats de plusieurs commandants sous lesquels il a navigué attestant de son application, sa sobriété et sa promptitude à exécuter les ordres. Il a présenté également un certificat du Bureau de la Marine attestant qu’il a servi 4 ans et 2 jours dans la Marine de Sa Majesté. En conséquence nous affirmons humblement notre opinion, que c’est une personne pleinement qualifiée pour occuper le poste de maître canonnier sur tout navire de troisième rang de Sa Majesté.

23Donné sous nos mains le 19 décembre 1783,

24Je n’ai pas réussi à découvrir grand chose de son histoire antérieurement à son embarquement sur la Bounty, sauf qu’il avait servi sous les ordres du capitaine (plus tard amiral) Sir Thomas Troubridge, qui avait une haute opinion de lui, et du capitaine Charles Stirling qui, pour la cour martiale, lui établit un certificat de bonne conduite pour son service à bord du Sloop Termagant en 1782. Sur le rôle du Termagant (Amirauté 36, 10403) il est porté comme aspirant de Marine, ce qui laisse supposer que c’était un homme d’une certaine éducation mais il ne faut pas oublier qu’à cette époque un aspirant était un sous-officier et non un officier. Il n’y a rien de surprenant bien entendu dans le fait qu’il ait occupé le poste de second maître sur la Bounty bien que titulaire d’un brevet de canonnier car, en raison de la mission de ce navire, les places étaient très recherchées.

25Morrison ne parle pas de son jugement, mais les charges retenues contre lui ainsi que sa défense écrite, peuvent être lues dans The Court-Martial of the « Bounty » Mutineers. Les charges retenues contre lui étaient considérables car un témoin déclara qu’il l’avait vu aider à éloigner du bord la chaloupe dans laquelle se trouvait Bligh et un autre l’avait vu en armes tandis que la chaloupe passait sur l’arrière et l’avait entendu crier : « Si mes amis s’inquiètent de moi, dites-leur que je suis quelque part dans les mers du Sud » ; d’autre part, il ne pouvait prouver qu’il eut fait un effort quelconque pour suivre son commandant dans la chaloupe. Il n’est guère étonnant qu’il ait été condamné, mais personne n’ayant soutenu qu’il avait pris une part active dans la mutinerie et, s’étant volontairement rendu aux officiers de la Pandora à Tahiti, il fut recommandé à la clémence du Tribunal et fut gracié par le Roi.

26Lady Belcher nous dit (op. cit., p. 146) qu’il eut trois mois de permission après sa libération et fut ensuite promu canonnier lorsqu’il fut affecté à un navire. Il servit dans cette capacité pendant plusieurs années et lorsque l’amiral Sir Thomas Troubridge partit comme commandant en chef de la Base des Indes orientales, il demanda Morrison comme canonnier à bord du navire amiral le Blenheim ; il est inscrit comme canonnier sur le dernier rôle du Blenheim qui ait été conservé et qui date du 31 janvier 1806. Lorsque Sir Thomas passa son commandement à Sir Edward Pellew pour rejoindre son nouveau commandement du Cap, le Blenheim fut déclaré impropre à la navigation étant (d’après le rapport de l’expert) « très affaissé » et l’état de ses membrures indiquant qu’il était prêt à se dégagréger.

27Les officiers avertirent l’amiral que ce navire serait le cercueil de tout l’équipage s’il tentait seulement d’aller jusqu’au Cap et l’exhortèrent à partir sur un autre navire. Il déclara néanmoins qu’il ne l’abandonnerait pas. « J’irai avec lui au Cap ou je n’irai pas du tout » déclara-t-il.

28Lady Belcher relatant cet incident parle de « l’amiral intrépide ». Personnellement je ne vois rien d’intrépide dans ce geste. Il est vrai qu’il était un des plus brillants officiers de l’époque de Nelson et il est possible que ses ordres ne lui aient laissé aucune latitude. Cependant, ses raisons de partir sur le Blenheim semblent avoir été des raisons personnelles et, à mon avis, aucun commandant n’a le droit de risquer la vie de ses officiers et de ses hommes pour satisfaire un caprice. Son geste de panache aurait pu se concevoir s’il n’avait affecté que sa vie seule ; ce qui arriva fut qu’il réussit à noyer tout l’équipage car le Blenheim partit pour Madras au début de 1807 et plus jamais on n’en entendit parler. On suppose qu’il sombra corps et biens au cours d’une tempête au large de Madagascar dans la nuit du 1er février 1807.

29C’est ainsi que James Morrison, ayant manqué d’être pendu par la rancune d’un commandant et manqué d’être noyé par la négligence d’un autre, finit par périr victime de la témérité sentimentale d’un troisième.

Owen Rutter

The Croft, Wargrave, Berkshire, 1935.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/169/img-1.png
Fichier image/png, 4,2k

© Société des Océanistes, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search