Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Index

Patrick O’Reilly

Texte intégral

« La tradition est indifférente aux dates,
elle rapproche ce qui est éloigné et conserve
ce qui l’amuse »
Arii Taimai.

NOTE LIMINAIRE

L’édition française des Mémoires d’Arii Taimai n’aurait été complète qu’accompagnée de notes marginales qui eussent éclairé ce texte difficile, apporté sur chaque personnage mis en scène des compléments d’information, replacé les événements dans leur cadre chronologique, signalé la nouveauté de certains détails d’ordre ethnographique. La tâche était plus que délicate, car il ne s’agissait rien de moins que de faire cadrer des propos tahitiens, déjà pourtant clarifiés par le cerveau d’H. Adams, avec nos conceptions de l’histoire. Aucun amateur ne s’est trouvé disponible pour ce travail, qui n’était finalement pas autre chose que l’établissement d’une édition critique.

A défaut de cet érudit scoliaste, nous avons au moins cherché à rendre plus facilement utilisable aux chercheurs cet important document en y adjoignant un index des noms propres, correctement établi, dressant des pedigree et explicitant les rapports de parenté. En le rédigeant, avec le concours de Mlle Suzanne Tercier, nous avons une fois de plus touché du doigt une des caractéristiques de cette civilisation polynésienne dont les structures politiques et sociales reposent, en grande partie, sur le nom, les noms, les titres reçus, les généalogies. Il y aurait, de ce point de vue, une instructive étude à entreprendre sur ce livre où Arii Taimai trahit avec tant de noble candeur ses fiertés essentielles de vraie Tahitienne. En parlant d’une Marama, elle écrit avec un tremblement d’orgueil dans sa plume « Elle était chez elle presque partout à Mooréa. A Haapiti elle portait le nom de Tupua i ura o te rai. A Maatea, elle était Teriimana i Ahurai ; à Afareaitu, elle était Tepau arii i Umarea ; à Teavaro, elle était Marama ; à Poruu elle était Aromaiterai ; à Vaiere elle était Tutapu ; à Variri elle était Narii i te rauaru. Dans tous ces endroits elle était mai-tresse de par son droit », p. 136.

Les Danielsson nous ont dit dans leur préface comment Henry A dams, après avoir entendu quelque temps Arii Taimai et sa fille Marau raconter leurs histoires, complètement perdu dans ces kyrielles de noms étrangers, avait été obligé de tout reprendre à zéro et de dresser des généalogies qui lui servirent de points de repère pour se reconnaître dans l’épaisse forêt des ancêtres de ses informateurs. Mais tous les personnages mentionnés par Arii Taimai sont, néanmoins, loin de figurer dans les sept généalogies qu’on trouvera réparties à leur place dans les pages des Mémoires. Ces généalogies sont loin d’être complètes. La plus grande partie des noms cités dans l’ouvrage restent pour nous des inconnus flottant sur la mer mystérieuse des ancêtres. Première cause de difficulté. Par ailleurs, qu’un même individu, pour ne prendre qu’un exemple, puisse être désigné à la fois sous le nom d’Ariifaaite, sous celui de Temariiorthographié parfois Temarre, Temaree, Tamariesous celui d’Ariipaea, orthographié Orepiah ou Oripaia, qu’on en parle parfois sans aucune précision de contexte comme « le chef de Papara », ou « le cousin de ma mère », pose, on le conçoit quelques problèmes d’identifications !

La reprise des mêmes noms de génération en génération complique encore la situation, le cas d’Amo ou de Marama est typique à ce propos, et pour peu qu’on les examine d’un œil circonspect, les tableaux familiaux, eux-mêmes, témoignent de la fluidité, de la ductilité des conceptions tahitiennes sur la parenté. Si on compare ces généalogies d’Arii Taimai avec d’autres, on constate qu’il y a des circuits longs où s’étalent des générations prestigieuses et des circuits courts où l’on saute des personnages, soit qu’ils n’intéressent pas la narratrice, soit qu’ils aillent à l’encontre de ses idées de succession. Un chercheur possédant une bonne connaissance de la langue tahitienne et un esprit perméable aux problèmes de la parenté aurait de grandes découvertes à faire dans les généalogies, classiques et légendaires, de la Polynésie française.

Arii Taimai elle-même, qui pourtant baignait dans les généalogies, s’embrouille parfois. Quand elle dit : « Mon père Tati » p. 51, on devine aisément qu’elle entend parler de son grand-père ; mais quand elle dit « notre grand-tante Puréa, et sa nièce Tetuanui reiaiteatea, la mère du premier roi Pomaré », p. 9, elle fait certainement erreur, car il s’agit de la femme de Pomaré.

Cet index n’a donc pas été facilement établi ; et, malgré le soin pris, et le temps passé à sa rédaction, il laisse subsister, sans doute, bien des erreurs ou des possibilités d’interprétations différentes. Tel quel, puisse-t-il être utile aux lecteurs.

A

Adams, Henry, 1838-1918. Historien américain, rédige les « Mémoires d’Arii Taimai » au cours d’un séjour à Tahiti en 1891, xi-xix ; une édition provisoire, xx ; son rôle dans la composition de l’œuvre, xx-xxii ; différentes éditions et traductions, xxii-xxiv.

Afaahiti, nom du district occupant l’isthme, 8, 25.

Afareaitu, nom d’un district de Mooréa, 19, 128, 131, 132, 133.

Ahuahu, nom du marae de Papara, 19.

Ahurai, nom de district et nom de chef ; son marae, 19 ; généalogies tabl. III, p. 35, tabl. VI, p. 62 ; 50, 52, 69, 77, 78, 80, 88 ; les gens d’Ahurai soumis par Pomaré, 82-83 ; 113, 121, 134.

Ahurei aime les œufs de poisson, 8.

Aia, ami d’Oro, sa ruse pour une fixation de limites, 18.

Aiani, chef rebelle en 1846, 143.

Aifeuna, indigène en 1846, 142.

Aimata, fille adultèrine de Pomaré II, la future reine Pomaré IV, voir à ce nom, et 70, 137-140.

Airorotua, nom réel de Purea, femme d’Amo, 34 ; sa généalogie, tabl. III, p. 35. Voir à Purea.

Amaama, nom d’un marae de Papara, 19.

Amehiti, sous-district d’Afareaitu, à Mooréa. Marama vainqueur des Atiroo, y construit un marae, 131 ; 132.

Amo, Tevahitua i Patea i Tooa rai. 1720-1793, chef de Papara. Fils de Tuiterai et de Teroroera i Fare Roi, 33, sa généalogie, tabl. II, p. 32 ; épouse Purea, 34 ; son fils Teriirere, 14 ; sa sœur Tetuaunurau, 31 ; son marae à Mahaiatea, 14 ; 7, 8, 16, 25, 26, 31 ; signification de son nom, 34 ; 49-52, 55-61, 63, 72-76 ; ses unions, 82, 88 ; 90 ; sa mort, 92, 93 ; 115.

Arato, chef rebelle de Tahiti en 1846, 143.

Arii, arii rahi, voir : chefs.

Arii Faataia, connu sous le nom de Temarii, voir à ce nom.

Ariioehau, nom que Ariitaimai tient de sa mère, 136.

Ariipaea, demi-frère de Tu, sa généalogie, tabl. VII, p. 62 ; 80, 81 ; en mauvais termes avec Tu, 86 ; épouse la nièce d’Amo, 89 ; fait sa soumission à Pomaré, 90-91 ; héritage de son nom, 96.

Ariipaea, cousin de Tati, connu sous le nom de Veve, 118.

Ariipaea, parent d’Arii Taimai, l’accompagne aux camps des insurgés en mars 1846, 142-147 ; et dans ses ambassades auprès de Pomaré, 147-149.

Arii Taimai, 1821-1897, l’auteur même des « Mémoires ». Fille du grand Tati. Cheffesse de Papara. Sa biographie, viii-x, xv ; rôle d’Henry Adams dans la rédaction de ses « Mémoires », xv-xxii. Ses ascendants : tableau généalogique II, p. 32 ; souvenirs de jeunesse, 125, 135-138 ; ses démarches pour le rétablissement de la paix en 1846, 141-152.

Ariitapoea, frère de Tati, 120-121.

Aromaiterai, fils d’Aromaiterai et de Teraha, épouse Tetuaunurau, sœur d’Amo, 31, 51 ; généalogie, tabl. I, p. 5 ; sa fille Teriitua, 96.

Aromariteari, fils de Teriitahia, généalogie, tabl. I, p. 5 ; 27, complainte 28, 29-33, 51. 96, 126, 136.

Aru, chef d’un village de la Papenoo en 1846, 143.

Arue, district de la côte est, résidence des Pomaré et lieu de leur marae, 14, 19, 120, 135, 136.

Atahuru ou Atehuru, district actuel de Paea, ortographié par les missionnaires Attahooroo ; 52, 61, 76, 78, 92, 109, 113 ; lieu d’un combat en fin juin 1807, 116-117, 121.

Atimaono, district aussi nommé Vaiari iti, appartenant à la femme de Temarii, 97.

Atiroo, clan venu s’établir à Punaauia ; passe à Mooréa, et s’installe à Haa-piti, s’agrandit mais finit par être entièrement détruit par les Marama, tant à Mooréa qu’à Tahiti, 126-131.

Atitanei, sous-district d’Afareaitu, à Mooréa, 132.

Atituhaui, sous-district d’Afareaitu, à Mooréa, 132.

Ativavau, marae Maraetaata, à Teo-ropaa dans le district de Paea, 19.

Auri épouse Tetuaraenui, 26 ; fils de Terii vaetua, 34 ; généalogie, tabl. III, p. 35, tabl. IV, p. 38 ; sa fille, 134.

B

Banks, sir Joseph, compagnon de Cook, 14, 32 ; citations de son Journal, 53-54, 56-58, 60.

Bligh, William commandant la Bounty, 78-82, 89, 104.

bouffons, leurs privilèges, 65.

Bougainville, Louis Antoine de, 1729-1811 ; Allusions à, ou citations de, 45, 46, 48, 78.

Bounty, nom du navire de Bligh, 78, 79 ; la guerre des mutins, 82 ; leur capture par les marins de la Pandora, 82-84, 86, 89, 91.

Bréa, de, chef de bataillon d’infanterie de marine, tué le 30 mai 1846 à Punaauia, 150.

Broomhall, Benjamin, artisan missionnaire, 98-100, 104, 112.

Bruat, gouverneur, charge Ariitaimai de missions auprès de la reine Pomaré, 141, 152.

bure atua, association de chrétiens, p. 121.

Butcher, James, un Écossais de la Mathilda, 92.

C

cerf-volants, sport servait aussi à des luttes de prestige ; leurs fins dramatiques, 25, 127.

cheffesses, 9, 24, description d’une pirogue d’apparat, 36. Voir : Purea, Marama, etc.

chefs, arii, marques de respect à leur égard, 6-73 ; titres particuliers, 8 ; insultes à un chef, 69 ; accroissement de pouvoir, 71 ; se dévêtir en les croisant, 55, 56, 92, 130 ; place au marae, 90 ; droits sur la volaille, 55 ; maisons de leurs enfants, 136 ; rouler leur pirogue sur des cadavres, 90 ; arii rahi, 75, 80 ; orateurs du chef, 101-102 ; voir également iatoai, rahui, maro ura, marae.

Clode, Samuel, artisan missionnaire reçoit une pirogue double de Temarii, 94.

Commerson, Philibert, 1727-1773, naturaliste français accompagne Bougainville, 46-48.

Connor, un Irlandais de la Mathilda, 92.

Cook, James, son estimation de la population 2-3, 107, Cook n’étant cité que comme référence, nous n’avons pas relevé sa mention.

Cornwall, baleinier de Londres, 98 ; fournit de la poudre aux indigènes, 100.

Cover, J. F., missionnaire de la L. M. S., 97.

D

Daedalus, baleinier, passe à Tahiti en 1793. 91.

Dauphin, navire de Wallis, Cf.Dolphin.

dépopulation, 2-3, 107.

Desfontaines, Jules, précepteur des enfants Salmon, x-xi.

Discovery, navire de Vancouver, passe à Tahiti en 1791, 84.

Dolphin, navire de Wallis, l’histoire chronologique de Tahiti commence avec son arrivée, 40 ; son départ, 41 ; 53, 54, 59, 76, 106.

Duff, navire missionnaire frété par la L. M. S. qui amène à Tahiti, en 1797, les missionnaires de Londres, 59. 73. 91 ; son départ, 97, 106.

Dupetit-Thouars, Abel Aubert, 1793-1864, amiral français, résumé de son action à Tahiti en 1843, 140.

E

Edwards, cap. de la Pandora, recherche les mutins du Bounty, 83, 84, 95.

Elder, James, de la L. M. S., ses efforts pour humaniser la victoire de Pomaré en 1807, 116-117.

Eliza, brick anglais passe à Tahiti en 1800, vend des armes aux Tahitiens, 110 ; débarque le tonnelier W. Smith, 112.

Endeavour, navire de Cook, 53, 76.

Enometua, un chef de dissidence à Papara en 1812, 121.

Eyre, John, missionnaire de la L. M. S., relations avec indigènes, 102-3, 110.

F

Faaa, district de la côte Ouest, 4 ; son importance, 34 ; 68, 77, 86, 130.

Faatoai, sous-district dont Tauraa-tua est le chef, 128.

Faina, sous-district de Papara, 7.

Fanauaraa, sous-district d’Afareaitu, à Mooréa, p. 132.

Fanautaitahi, nom d’un marae de Mooréa, 19.

fare-hau, maison du conseil, 43.

Fareia, on Farehia, nom d’un marae de Mooréa, 19 ; 126.

fareoa, maison des enfants de chefs, 136.

Farepua, nom d’un marae de Vaiari, Papeari, 13-15, 19, 33, 96, 126.

Fareroi, nom d’un marae du district de Haapape, 14, 19, 73, 126.

Farerua, nom dans un chant, 38.

Fei pei, mot à mot « bananes mûres ».

Appellation de la bataille gagnée par Pomaré II, en 1815, 60, 121-123, 152.

Forster, John Reinold, estimation de la population tahitienne, 2-3. grand prêtre, costume, 93 ; cérémonie, 90 ; leur langage sacré, 95.

H

Haamanimani, appelé Haamanemane ou simplement Mane Mane par les missionnaires, grand-prêtre d’Oro au Maraetaata, de Raiatéa, allié de Pomaré II, 93, 97-104 ; assassiné dans le conflit qui opposa Pomaré à son père, 103.

Haapape, autre nom du district de Mahina, district de Matavai où abordent les premiers navigateurs et où s’installent les missionnaires ; possède un marae à Fareroi, 14, 19, 33, 40, 43. 52, 67, 73, 74, 126.

Haapiti, nom d’un district de Mooréa. Son marae, 19, 24, 31 ; cité dans un chant, 51 ; 126, 127, 131.

Haggerstein, Peter, déserteur du Daedalus, dit Peter le Suédois. Son rôle dans l’histoire locale 91-95, 119.

Hama, chef rebelle en 1846, 143.

Hamau, chef de Maatea, Mooréa, à l’arrivée de Cook, 134.

Hapaii, voir Teu.

Happai, 61, 74, voir Teu.

Haururu, chef partisan des Anglais en 1845, 145.

Hautana, vallée du district de Paéa, 117.

Havinorai, nom de la lance de Tapuhote, 129-130.

Hinarii, « petite fille », surnom donné par Tati à sa petite-fille Ariitaimai, et qui restera son nom le plus usité, ix ; Voir Arii Taimai.

Hitiaa, district de la côte est. Sa superficie est considérable, mais aucune grande chefferie, 7, 10 ; son marae, 14, 19, 18, 20, 26, 45, 67, 74, 80, 81, 96, 113, 114, 126, 142, 143.

Hituterai, fils de Terii vaetua, 34, généalogie, tabl. IV, p. 38.

Hoa ou frère d’adoption, avec grande cérémonie et réunion des familles, 70.

Horora, nom d’un marae d’Afareaitu, Mooréa, 131-132.

Hototu, cheffesse à Vaiari, 11-12.

Hui, nom d’un ancien district de la presqu’île de Taiarapu, 14 ; la grande armée de Hui, citée dans un chant, 51.

Hurimaavehi, un chef du district de Vaiari, conséquences de son amour pour la belle Tiaau, 16-18, 20.

I

iatoai, sous-chefs de districts, grands propriétaires, 7, leur rôle de messagers.

Iddeah voir Tetuanui Reia.

Itiiti, guerrier qui aide Pomaré Ier, 82.

J

Jefferson, John, 1760-1807, missionnaire de la L. M. S., 102, 104.

Joé, Anglais de Raiatéa, au service de Pomaré, son rôle lors de la bataille des Fei Pei.

K

Kava, 94, 132.

L

La Farge, John, 1835-1910, peintre américain, accompagne H. Adams à Tahiti, xiii-xv.

« Le juif », un des marins déserteurs au service de Pomaré dont on ignore le nom, 92.

Lind, Andrew, matelot de la Matilda, au service de Pomaré, 91-92.

M

Mahaiatea, grand marae de Papara, reproduit dans le voyage du Duff et visité par Cook, 14, 19, 28 ; il est élevé pour Tériirere par Amo, 36, 39, 49 ; cité dans un chant, 50 ; sa description, 57-60 ; son étendard est emporté, 63, 94, 115 ; scène de massacre sur la plage, 118 ; pointe de, 37.

Maheanuu i Farepua, un des quatre chefs des Teva de l’intérieur, chef de Vaiari, 8, 14 ; aussi nom d’une cheffesse qui refuse d’épouser Ariifaataia, chant, 96.

Maheiannoo, son mariage, 113, 114.

Mahine, chef de Mooréa, 4, 77 ; sa mort, 82, 85, 86, 134.

Manea, fils de Tuiterai et de Teroroera, épouse Te Vahine Faaraatua, 33, généologie, tabl. I, p. 5 ; tabl. II, P-32 ; 37, 39 ; grand-prêtre, 115, 118.

Mane Mane, grand-prêtre d’Oro, voir Haamanimani.

Manua, chef d’Hitiaa, 143.

Manunu, marae de Papara, 19.

Marae, lieu de cérémonies, titres de noblesse et la propriété, 13, 126, 131 ; les deux marae de Vaiari, 13 ; les différents marae de Tahiti, 14 ; droit au siège sur le marae, 15 ; liste des marae, 19 ; cérémonies sur le marae de Mataoa, 90, 91 ; sacrifices humains sur le marae, 97, 101, 109 ; interdiction d’y pénétrer, 113 ; leur abandon, 125.

Maraetaata, grand marae de Paéa, 14, 19 ; ses trois « têtes », 63, 71, 72 ; son grand-prêtre, 93, 97 ; Cook y va en visite, 87.

Marama, nom d’une famille toute puissante à Mooréa, hymne à sa gloire, 134 ; son marae à Tefano, Mooréa, 134.

Marama, père de Tupuoroo, chef du district de Haapiti, Mooréa, 126.

Marama, de son vrai nom Terii o Marama i Te Tauo o Te Rai, chef de Haapiti, Mooréa, 126.

Marama, chefesse de Haapiti, de son vrai nom Tetupuaiura o Te Rai, 15 ; en mauvais termes avec les Atiroo qui s’agrandissent à ses dépens ; outragée, finit par les combattre et les détruire, 126-131.

Marama, chef de Haapiti, successeur du précédent, 24, 131.

Marama Ariioehau, grand-père d’Arii Taimai, épouse Tevaruaharae, 134 ; généalogie, tabl. II, p. 32 ; tabl. III, p. 35.

Marama Arii Manihinihi, mère d’Arii Taimai ; épouse le fils de Tati ; née en 1800, 31, 34 ; ses ascendants, tabl. II, p. 32 ; tabl. III, p. 35 ; 124 ; ses noms, par les marae, 126, 136, 138 ; 135.

Mareiti, fils de Terii Vaetua, 34 ; généalogie, tabl. IV, p. 38.

maro ura, la ceinture de plumes rouges, droit de la porter, 9 ; sur le marae, 11 ; marae entièrement décoré de plumes rouges, 14 ; fêtes pour son premier port, 108 ; 48, 64, 71, 72, 76, 87.

maro tea, la ceinture de plumes jaunes, droit de la porter, 6 ; 12, 76.

Maruia, un marae de Papara, 19.

Matafaahira, sous-chef de Afareaitu,

Mooréa, 131-132.

Matahihae, marae de Teahupoo, 19.

Matairea, marae d’Afareaitu à Eimeo, 19.

Mataoa, marae de Papara, 19 ; établi par Teva, 13.

Matarehu, marae de Papara, 19.

Mateha, le Matte-ah des Anglais, chef de Raiatea, parent des Pomaré, épouse en 1799 Maheiannoo, met ses biens sous la protection de la mission, 113, 114, 116.

Matilda, baleinier ayant fait naufrage en 1792, 91, 92.

Mauaihiti, chef de Taunoa, 70.

Mauaroa, chef de Mataiea, 97.

Moe, femme de Tamatoa, 70.

Moearu, chef rebelle en 1846, 145.

Moeterauri, chef de Toahotu, 8.

Motua Ria, voir Teriitapunui.

Murihau, femme d’une grande beauté, citée dans un chant de Tautira, 52.

N

Natoofa, marae d’Afareaitu à Eimeo, 19.

Neehourai, son mariage, 74, 88.

Niuhi, ou Niufi, chef de Pare, sa fin tragique, 65-69 ; chanson sur sa vantardise, 69-70.

Notoofa, nom du siège principal du marae Tefano à Mooréa, 129.

Nott, Henry, missionnaire de la L. M. S., en 1807 intervient auprès de Pomaré pour l’apaiser, 117.

Nuu, premier et très lointain ancêtre des Marama, originaire de Punaauia, 126.

Nuurua, pointe de la baie de Paopao, à Mooréa, emplacement d’un marae, 19, 68, 126, 127, 130-133.

Nuutere, marae à Vairao, 15, 19.

Nuutere, chef rebelle en 1846, 144.

O

Oamo, ou Oammo, nom anglais d’Amo, voir à ce nom, 55-57, 73, 75, 76, 92.

Omai, indigène amené par Cook en Angleterre ; le poète Cowper lui consacre des vers, 105-106.

Opuhara, frère de Tati, chef de Papara, le Upufara des missionnaires, 60, 115, 118, 119 ; sa mort à la bataille des Fei Pei, en 1815, 121-125.

Oreo, chef de Raiatéa, 13.

Orepiah, voir Temarii.

Ori, oncle de Arii Taimai, en faveur des insurgés en 1846, 143.

Oro, grand dieu, le marae de Tautira lui est consacré, 15, 64, 65, 114 ; ses manifestations guerrières sur son marae, 116.

Oro, chef du district de Papara, grand guerrier et habile homme, 16-18.

Oropaa, sous-district de Papara, 7, 37 ; cité dans un chant, 49, 50, 52, 63.

Otoo voir Pomaré Ier.

Outuraumatooarai (Tooarai), marae de Papara, 14, 19.

P

paepae, plate-forme élevée devant la maison, où les filles s’asseyent, pour montrer leur beauté, 16.

Paete, juge, en 1846, 146.

Pandora, navire de guerre anglais venu à Tahiti rechercher les mutins du Bounty, 83, 84, 95.

Panee, d’Amo, la beauté de la fille Tiaau est célèbre et déclencha une guerre, 16, 17.

Peutari, vieille femme amie d’Arii Taimai, 141-142.

Piharii, femme de Mooréa, épouse Teriimana, 126.

Pihato, chef rebelle en 1846, 143.

Pikersgill, officier de Cook, 75.

poésie tahitienne, son essence, 29 ; chant de Tuiterai, 21-22 ; chant de Tavi, 23 ; complainte d’Aromaiterai, 28-29 ; complainte de Tauraatua, p. 30 ; la fête de Tooarai, 49-51 ; remontrances de Vehiatua, 51-52 ; la vantardise de Niufi, 69 ; chant de mariage, 96 ; la gloire de Marama, 134.

Pohuatea, chef de Punaauia, 52.

Poivai, nom d’une beauté d’Afareaitu, 130.

Pomaré Ier, Tu Tu Vairaatoa, Tunuieaite Atua i Tarahoi, nommé aussi Tinah ; par les Anglais : Otoo, Whyeadooa, Pomurrey... 1743-1803. Petit chef des Tuamotu, 24, 37 dont les premiers visiteurs de la mission font un « roi », 61 ; difficultés pour siéger au Marae Taata, 63-64, 71 ; sa généalogie, tabl. VII, p. 62, 70, 72 ; étymologie du nom, 64 ; origines paumotu, 24, 70 ; jalousies des chefs voisins, 76 ; peu guerrier, 74 ; ne voit pas Cook en 1769, 73 ; sollicite son secours en 1774 et le ravitaille, 74-76 ; ce que deviennent les cadeaux de Cook, 79-80, qui le soutient au 3e voyage, 77 ; Bligh le trouve amoindri, 78, mais le traite en roi, 79 ; veut partir avec Bligh, qui lui donne des armes, 81 ; les mutins établissent sa fortune, 82 ; Tu aide la Pandora à reprendre les mutins, 83-84 ; Vancouver l’envoie chercher à Mooréa, et le premier, parle de Pomurrey, 85-87 ; cherche à faire combattre les Anglais en sa faveur, 87 ; drapeaux anglais sur son marae, 87 ; guerres avec son fils, 102-114 ; son mariage, 134 ; sa mort, 115.

Pomaré II, Tu, 1774-1821, arii rahi de Tahiti et de Mooréa, 34, Bligh le rencontre à 6 ans, 80 ; aidé par le chef de Papara dans ses conquêtes, 88-96 ; leur récit fantaisiste par Peter Haggerstein, 91-93 ; Temarii, son père adoptif, 97 ; relations avec les missionnaires du Duff, 97, qui l’appuient ; mort de Temarii, 98-101 ; Pomaré aux Tuamotu, 102 ; conflit entre Pomaré II et son père Tu, 102-104 ; sa politique et ses opposants, 108-109 ; attitude de la mission ; son caractère, 112 ; il règne par la terreur, 113-114 ; grande guerre de 1802, 115 ; son exil à Mooréa, 1804-1806 ; la mère de Pomaré, 118 ; attaque de Paré-Arue à Tahiti, 121-122 ; bataille des Fei Pei, différentes versions de l’affaire, 122, 123 ; sous la coupe des missionnaires, 124 ; 134-135 ; ses dernières volontés, 137.

Pomaré III, 1820-1827, Uata devient son père nourricier, 137.

Pomaré Vahine IV, 1813-1877, résumé de l’affaire Pritchard et de la demande de protectorat, 139-141 ; ce que pensent de Pomaré les insurgés, en mars 1846, 146 ; ambassade d’Arii Taimai à Pomaré exilée, 147-152.

Pomaré V, 1839-1891, ses droits sur les Paumotu, 70.

Porionuu ou Purionuu, circonscription maritime comprenant les districts de Paré, Arue et Mahina, 9, 10, 34. 37 ; on le compare à une pieuvre, 68, 69, 76, 84, 101, 104, 122, 135.

Poroporo, nom d’un des forts servant de refuge aux insurgés en 1846, 143.

Porotonatoofa, sous-district d’Afa-reaitu, à Mooréa, 32.

Porpoise, navire anglais, commandant Scote, à Tahiti en juin 1800, III.

Poutini, marae de Punaauia ( ?), 19.

Punaauia, marae de Punaauia, 14, 19.

Punua Teraitua, fils de Teriimana et de Piharii, de Mooréa, 126.

Punua Teraitua, chef de Nuurua, baie de Paopao, à Mooréa, 126 ; nom porté dans la famille, 131 ; 132, 133.

Punuatoofa, marae de Toura ( ?) à Eimeo, 19.

Purahi, fille de Aromaterai et de Tetua u Nurau, de son nom Te Vahine Moetua, généalogie, tabl. I, p. 5 ; sa chanson, 49-51.

Puruea, Airorotua, † 1775, fille de Terii Vaetua, femme d’Amo, mère de Terii rere, 14, 26 ; 9, 15 ; son marae à Mahaiatea, 28, 33, 34, 36, 37 ; généalogie, tabl. IV, p. 38 ; reçoit Wallis, 41-49, 52, 53, 55, 57, 59-61, 63, 72-77, 82, 87, 90, 108, 113, 115, 118. Elle est l’Oberea des Anglais.

Puteaio Tepuoteaio, marae d’Aitara à Paea, 19.

R

Raa, chef de Tupai, cité dans un chant, 50, 52.

rahui, interdit, droit de l’imposer, 9 ; à l’occasion d’une naissance, 26 ; 36, 37, 49 ; guerre du rahui, 64.

Raianaunau, marae à Pare-Arue, 19, 52 ; lié à la mort de Niuhi, 65-68.

Ravea, marae de Tautira et de Teahupoo, 19.

Resolution, navire de Cook, 79.

Roura, chef tahitien rebelle en 1846, 144.

Ruataa, oiseau légendaire, 144.

S

Salmon, Alexandre, 1820-1866, ix ; mari d’Ariitaimai, 138 ; accompagne sa femme en ambassade auprès de Pomaré en 1846, 147-152.

sang, serment dans le sang, 77, 128, 129.

Smith, William, tonnelier anglais débarqué en 1800 de l’Eliza, 112.

T

Taaroa Manahune, originaire de Fa-karava, Paumotu, source des Pomaré, chef de Paré-Arue, épouse Tetuaehuri, 24, 25 ; généalogie, tabl. V, p. 42.

Taaro-Arii, fils de Teihoto, frère de Teriitapunui, voir à ce nom et p. 85 ; généalogie, tabl. VI, p. 62.

Taauaitatanuurua, descendant de Punua Teraitua, son marae, 127, 128.

Tahiti, marae de Vaiari, 14, 19.

Tahitoe, parent d’Arii Taimai, 147.

Taia, sœur de Vanaa, épouse d’abord Tau, veut venger son frère tué par son premier mari, 65, 66 ; épouse ensuite Tevahituai Patea, 67 ; serait-elle une autre femme d’Amo ou s’agit-il d’autre génération ?

Taiarapu, nom de la presqu’île, en anglais Taearabu, 116-117.

Tamarah, chef de Papara, « roi » légitime d’Otaheite, 83.

Tamarie, voir Temarii.

Tamatoa, chef de Raiatéa, père de Terito, 120 ; oncle de Pomaré II, 147, 150.

Tapoa, de Huahine, 120 ; fiancé à Aimata, 137 ; 148, 150-152.

Tapuanini, marae de Teahupoo, 14, 19.

Tapua Taaroa, fils de Tati, époux de Marama, père d’Arii Taimai, 136 ; généalogie, tabl. II, p. 32.

Tapuhotte, nom d’un jumeau, sportif et grand guerrier, de la tribu de Marama, 129-130.

Taputapuatea, un marae de Pare Arue, portait le nom du grand marae de Raiatea, 19, 71.

Taputapuatea, nom du marae de Tau-tira, dédié à Oro, 15, 116-117.

Taputuarai, marae d’Amo à Papara, 14, 16, 19.

Tarahoi, marae d’Arue, 19, auquel les Porionuu et les Pomaré appartiennent, 14.

Tati de son vrai nom Taura Atua i Patea, chef de Papara et grand chef des Teva ; grand-père d’Arii Taimai ; généalogie, tabl. II, p. 32 ; sa complainte, 30 ; ses ascendants, 115 ; 51, 70 ; une des têtes du marae de Paea, 63 ; informateur de Moerenhout, 88, 89 ; 114, 118-125, 135-141, 147 ; Ariitaimai le nomme son père alors qu’il est son grand-père, 51.

Tati Salmon, 1850-1918, chef de Papara. Reçoit H. Adams, xv ; communique les « Mémoires » à A. Baessler, xxiii.

Tau ou Tauaitaata, arii de Pare, épouse Taia, outrage par son beau-frère Vanaa, le tue ; quitte Pare, 65, 66, 67.

Taupururu, région de Mooréa, 132.

Tauraatua, nom d’une famille de Papara, 30 ; complainte, 30.

Tauraatua, fils de Tuiterai et de Tero-roeora, frère d’Amo, 33 ; ne figure pas sur la généalogie, tabl. I, p. 5.

Tauraatua, chef de Faatoai, Mooréa, 128.

Tauraatua i Mataoa, peut-être chef de Papara, 14.

Taura Atua i Patea, premier nom de Tati, 115 ; voir à ce nom.

Taura i Hitiaa, femme de Tavi, convoitée par Tuiterai, 21 ; citée dans un chant de Teva, 21 ; cause de lutte, 22 ; par son mariage avec Tuiterai devient la source de la famille d’Arii Taimai à Papara, 24-26 ; généalogie, tabl. I, p. 5 ; tabl. II, p. 32.

Taurua i Ahurai, une des femmes d’Amo, cousine de Purea, mère de Temarii, 77, 88.

Tavi, chef de Tautira, 5 ; épouse Taura i Hitiaa, sa rivalité avec son voisin, Tuiterai, 20-26 ; chant le concernant, 23 ; 34, 63 ; généalogie, tabl. I, p. 5.

Tavihauroa, fils de Tavi et de Taurua, généalogie, tabl. I, p. 5, 20 ; a aussi pour nom Teriitua, à Hitiaa, et Teriioiterai, à Vaiari, 24-26.

Teaatoro, chef tahitien rebelle en 1846, 144.

Teahahurifenua, chef de Vairao, 8.

Teaho, nom de la lance de guerre du guerrier Teruru, 69.

Teahupoo, district de la presqu’île, 14, 25 ; origine du nom, 130.

Tearatauru, lieu-dit, cité dans un chant, 96.

Tearopoanaa, femme de la tribu de Marama, à Haapiti, dont les fils sont tués par les Atiroo. Sa vengeance provoque l’extermination des Atiroo, 127-131.

Teavaro, district de Mooréa, 130, 136.

Teena, oiseau légendaire, 144.

Teeva Pirioi, sœur de Aromaiterai et de Tuiterai, chefs de Papara, épouse Vehiatua, 25 ; fille de Terii-tahia, 26 ; généalogie, tabl. I, p. 5.

Tefano, nom du marae des Marama d’Haapiti à Mooréa, 19, 126 ; son siège principal, 129, 134.

Tefarerii, sous-district d’Afareaitu, à Mooréa, 132.

Tefeau, fille de Teriimana et de Piha-rii, épouse Tupuoroo, 126.

Te-fete-fete-ui, fille de Tevarua Hoia-tua, cheffesse d’Ahurai et de Punaauia, 63 ; sa généalogie, tabl. VI, or ce nom est écrit sans le Te.

Tehaapapa, tante de Pomaré IV, 147.

Tehea, fille d’un chef de Bora Bora, femme de Tati, 119 ; généalogie, tabl. II, p. 32.

Tehotu de Faaa, ses deux fils sont tués par Niuhi, 67-69.

Teieie, célèbre guerrier célébré par un chant, 51-52.

Teihotu, fils de Terii Vaetua, épouse Vavea, beau-père de Pomaré Ier, 26 ; généologie, tabl. III, p. 35 ; 34, 36, 37. 134.

Teihotua de Mataiea, un des quatre chefs des Teva de l’intérieur, 8.

Temaehuata, chef de Paéa, en lutte contre Pomaré II, 123.

Temana, voir Teriimana.

Temanu Tunuu, chef de Punaauia, épouse Hototu, 11, 12.

Temarii, fils d’Amo et de Taurua i Ahurai, 77 ; le Temarre, ou Temaree des Anglais, appelé aussi par Ellis Oripaia, et par les missionnaires Orepiah — corruption de Ariipaea, un de ses titres. Chef de Papara en 1790, 28, 77, 84-85, 88, 89, 90, 92 ; visite les missionnaires, 93-95 ; rapports avec Pomaré, 97-98 ; sa mort accidentelle, 98-100 ; ses obsèques, 101 ; conséquences, 102, 104, 113-115 ; mort de sa veuve et de ses enfants, 118.

Temooiapitia, grand-prêtre, 131, 132.

Teohu, chef de Hitiaa en 1801, 114, 144.

Tepau arii Umarea, troisième chef de Afareaitu, Mooréa, cède devant Marama, 128, 132, 136.

Tepau i Ahurai, fils de Terii Vaetua, 34 ; généalogie, IV, 38, 52, 74.

Tepuote (Puteaio) marae d’Atitara à Paea, 19.

Teraha Tetua i Matatoa, épouse Aromaiterai, une fille, Tetuanui et un fils Aromaiterai qui épouse la sœur d’Amo, Tetuaunurau, 31 ; généalogie, tabl. I, p. 5.

Teraiapiti, marae de Paea, 14, 19.

Teraiautia, épouse Mauaroa, 97.

Terai mateata, fils de Terii Vaetua, 34 ; ne figure pas sur la généalogie, tabl. IV, p. 38.

Teraitua, voir Punua Teraitua.

Terero, fille de Tehotu, 67, 68.

Teriifaatau de Atiamaono un des quatre chefs des Teva de l’intérieur, 8.

Teriimaevarua, avec Pomaré V, à Huahine, en 1846, 147.

Teriimana, descendant de Nuu, de Punaauia, épouse Piharii de Mooréa, sa fille Tefeau, 126.

Teriimana, arii de Mooréa, 67.

Terii Maro Ura de Tarahoi, 52.

Terii Navahoroa, fils de Pomaré Ier, origine du nom Pomaré, 85.

Teriinui o Tahiti, nom officiel du chef de district de Vaiari, 6, 7, 8 ; son marae, 14.

Teriioterai, voir Tavihauroa.

Teriirere i Tooarai né en 1762, chef de Papara, chef politique des Teva qu’il peut convoquer, 7, 8, 14 ; fils de Amo et de Purea, 7 ; ses ascendants, tabl. I, p. 5, tabl. III, p. 35 ; sa naissance, 34 ; construction de son marae à Mahaiatea, 36, 37, 39, 49 ; cité dans un chant, 50 ; 57, 63, 72 ; arii rahi à Haapape où il a un siège 73 ; certains le disent marié, 74 ; d’autres célibataire, 78, 88 ; 75, 77 ; les Anglais appellent Teriirere tous les chefs de Papara.

Teriitahi, fille de Mauaroa et de Teraiautia, d’après les Anglais femme de Temarii, 97.

Teriitahia i Marama, fils de Tuiterai et de Taurua, épouse Tetua de Vaiaro, 26 ; ses fils Aromaiterai et Tuiterai, 26, 27, sa fille Teeva Pi-rioi, 26 ; généalogie, tabl. I, p. 5.

Teriitapunui, appelé aussi Motuaria ou Metuaro Mahao, chef à Mooréa, fils de Teihoto, beau-frère de Pomaré Ier, 4, 77, 85 ; généalogie, tabl. IV, p. 38 ; tabl. VI, p. 62 ; on notera qu’au tabl. IV, il porte le nom de Motuaria Mahau † 1792, et tabl. VI, c’est son frère Taaro Arii qui porte ce nom et la même date de décès, l’explication, 85.

Terii te Moana rau, fils de Temanu Tunuu et de Hototu, 11.

Teriitua, chef de Hitiaa, en opposition avec Oro, 18.

Teriitua, nom porté par le fils de Tavi, Tavi-Hauroa, 25.

Teriitua, fille d’Aromaiterai, épouse Ariipaea, 96 ; généalogie, tabl. VII, p. 62.

Teriitua, tante d’Arii Taimai, 143, 146.

Terii Vaetua, arii des Ahurai fils de Teihotu et de Vavea, frère de Tetuanui, femme de Pomaré Ier, 36, 37, 74, 82 ; les Whytooa des Anglais, 86 ; 118, 134. Ne pas confondre avec son grand-père.

Terito, femme de Pomaré II, fille de Tamatoa, chef de Raiatéa, 120, 121, 125, 136, 137 ; généalogie, tabl. V, p. 42.

Te Roroeora i Fareroi, fille d’un chef de Haapape, épouse, vers 1720, Tui-terai, ses enfants, 33 ; généalogie, tabl. I, p. 5, son nom y est écrit Teroroera.

Tetua i Ahurai ou Tedua Neehourai, son mariage, 74, 88.

Tetau i Ravea, petite-fille de Teieie, épouse Teuraiterai, généalogie, tabl. II, p. 32 ; 51, 115.

Te Towha, chef d’Attahuru, 117.

Te Tuaehuri i Tahirapu, fille de Vehia-tua, épouse Taaroa Manahune, par son mariage devient la source de Pomaré, 24, 25 ; son fils Teu, 26 ; généalogie, tabl. V, p. 42, 70-72.

Tetuanui e Marua i te Rai, cheffesse de Punaauia, 6, 7.

Tetuanui Hamaarurai, nom officiel du chef de district de Tautira, 8.

Tetuanui i Tetua i Matauua, fille de Aromaiterai et de Teraha, épouse Hamau, 31 ; généalogie, tabl. I, p. 5 ; tabl. II, p. 32.

Tetuanui Maraetata, nom officiel du chef du district de Pueu, 8.

Tetuanui Moearu, nom officiel du chef d’Afaahiti, 8.

Tetuanui Reia i te Raiatea, appelée aussi Tetuanui iNuurua, l’Iddeah ou Edea des Anglais, nièce de Purea, seconde femme de Pomaré Ier, très célèbre dans l’histoire, tahitienne par son énergie, 9, 15 ; sa généalogie, tabl. III, p. 35 ; tabl. V, p. 42 ; 37, 72, 73, 80-82, 98, 100-103, 110, 118-120. Signalée comme mère du premier roi Pomaré, p. 9.

Tetuaraenui i Faferoi, des familles Punaauia et Vaiari, épouse Auri, 26, 32, 34 ; généalogie, tabl. III, p. 35.

Tetuaumeretini, cheffesse de Vairao, son marae Nuutere, 15.

Te Tuaunurau, fille de Tuiterai et de Teroroeora sœur d’Amo, épouse Aromaiterai, 31, 33, 51 ; généalogie, tabl. I, p. 5.

Tetumanua, célèbre guerrier, 51-52.

Tetunania, nom d’un jumeau sportif, illustre guerrier de Marama, à Mooréa, 129-130.

Tetupaia i Hauiri, femme de la lignée royale de Raiatéa qui épouse Teu, 71 ; généalogie, tabl. V, p. 42.

Tetupuaiura o Terai, cheffesse des Marama, 127.

Teu, Haapai ou Hapaii, le Whappai des missionnaires, père de Pomaré Ier, 25, 26, 57 ; son mariage avec Tetupaia, 71, 72, 73, 81, 85. Cook pensait qu’il était le fils d’Amo, 25. — Pour la p. 61, il faut penser que Amo n’est pas le mari de Purea, que Happai-Happae, 74, est Teu, ayant un fils Otoo et que son père Tootaha est Tutaha.

Teuraiterai, père de Tati, 51 ; fils de Manea, 115 ; généalogie, tabl. II, p. 32.

Teva. Nom du clan des gens de Pa-para et de Taiararu. Organisation, noms officiels des différents chefs, convocation, district. Origine du clan 1-10 ; ses alliances 11-12 ; marae, 15 ; contrôle de Taravao, 18 ; pouvoir pris sur Tautira, 20 ; le chef Tuiterai, 20 ; chants, 23, 25, 30, 31 ; le marae Mataoa, 28 ; le chef Tevahi-tua, 33 ; 36, 51 ; lutte à Paré, 52 ; le chef Teriirere, 63 ; importance du nom 70 ; lutte avec Tutaha, 73, 84 ; hostilités des Porionuu, 101 ; pouvoir de Tu, 109, 113, 114, 122 ; le guerrier Opuhara, 124 ; la mission 139 ; révolte de 1844, 141.

Tevahine Airorotua, voir Purea.

Tevahitua, voir Amo.

Tevaroa Hoiatua, cheffesse d’Ahurai et de Punaauia, 63.

Tiaau, femme d’une grande beauté, enlevée par un homme de Vaiari ; guerre à son sujet, 16-18.

Tinah, voir Pomaré Ier.

Tooari Outuraumatoorai, marae de Papara, 19.

Tootaha, voir Tutaha.

Towha ou Tahua, chef, se querelle contre Tu, 74, 77, 86.

Tu, voir à Pomaré.

Tua Hinearama Rama, nom de la lance de guerre du guerrier Namiro, 69.

Tuhei, sous-chef du district de Afareaitu, Mooréa, 131-132.

Tuiterai, chef de Papara, son aventure avec Taurua femme de Tavi, chants à ce sujet, 20-26 ; sa généalogie, tabl. I, p. 5.

Tuiterai, né vers 1690, fils de Teriitahia, épouse Teroroeora, père d’Amo, 25, 26 ; généalogie, tabl. I, p. 5 ; sa sœur Teeva Pirioi épouse Vehiatua, 25 ; s’oppose à son père Aromaiterai, 27-31.

Tupaia, de Raiatéa, appelé ainsi Tu-pia ou Tobia, conseiller principal de Purea, suit Cook comme pilote-interprète, 60, 61.

Tutaha ou Tootaha, sa querelle avec Vehiatua, 26 ; 61 ; sa querelle avec Tu, 72, 82, 86-88, 93, 108, son marae Maraetaa, 87 ; voir pour la p. 61 au nom Teu qui semblerait être son frère. — Le tabl. IV, p. 38, signale un Tutaha, fils de Toeraupuu.

Tuturuarii, marae de Punaauia, 19.

Tuutini, chef de Mooruu, 128.

U

Uata, gardien, tuteur du jeune Pomaré III ; origine de son nom, 137-138.

Umarea, marae d’Afareaitu à Eimeo, 19.

Upufara, dernier chef de Papara, 123.

V

Vaetua, beau-frère de Pomaré Ier, 86.

Vahitutautua, marae de Vaiari, 19.

Vaiotaha, marae d’Haapiti à Eimeo, 19.

Vairatoa voir Pomaré Ier.

Vanaa ma i Terai, arii de Papenoo, frère de Taia, tué par son beau-frère Tau, 65, 66.

Varimataauhoe, dieu-requin légendaire, père de Teva qu’il eut de Hototu 11, 12.

Vavea, épouse Teihotu, 26, 34 ; généalogie, tabl. IV, p. 38.

Vehiatua i te Matai, chef de Taiarapu et de Hui, chefferie de Teahupoo, 7-9 ; le Wahedooa des Anglais, épouse Teeva Pirioi, sœur de Aromaiterai et de Tuiterai, 26 ; sa fille Tetuaehuri, arrière-grand-père de Pomaré Ier, 24, 71 ; sa rivalité avec son voisin Tavi, chef de Tautira, 24-25, 37 ; chant, 51-52 ; lutte contre Amo, 61, 63 ; lutte contre Tuhata, 73-75 ; contre Pomaré, 92, 93.

W

Waheadooa, nom anglicisé de Terii Vaeatua, voir à ce nom.

Walker, T. capitaine d’un schooner, Endeavour, à Tahiti en 1812, 120.

Wallis, Samuel, 1728-1795, commandant le Dolphin, à Tahiti en 1767, 2, 8, 15, 25, 33, 37, 39-49, 53, 56, 60, 63, 75 ; ce que devient le fanion qu’il laisse, 87.

Whappai, voir Teu.

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search