Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre XVII

Texte intégral

1Chaque grand nom avait une sorte de légende ou de titre à lui attaché, qui faisait connaître en éloquence formelle ou en poésie l'éminente dignité du chef.

2Les vers qui disaient celle de Marama étaient ceux-ci :

Terii o Marama ite tauo o te rai,
Seigneur Lune du sommet du ciel,
Eimeo et Nuurua s’inclinent devant toi.
Tu surpasses les têtes de Taaroa et de Tane.
Tu es le seigneur que ceint l’arc-en-ciel.
Quand tu te tiens sur Punaauia
Tu es l’enfant de Raamaurire
Qui était seigneur et cependant un Dieu.
Tu porte le maro doré de Marae Tefano.
Comme grandissaient tes domaines, tu grandissais comme Seigneur d’Eimeo.

3Quoi qu’ait pu signifier à Tahiti le mot arii rahi ou terii, et que l’idée de royauté y fût jamais impliquée ou non, en tant que royauté complète sur la totalité de l’île, il ne fait pas de doute que dans l’île de Moorea et dans le cas de Marama, l’idée de suprématie était aussi complète et exclusive qu’elle put l’être pour Charlemagne. Les districts à lui soumis étaient commandés par des chefs militaires, comme Mahine que Cook connut en 1777 comme chef d’Opunohu, et Hamau qu’il connut comme chef de Maatea, et Terii Tapunui, comme chef de Vaiere ; mais ni Cook ni aucun autre étranger ne paraît avoir été en contact avec Marama.

4J’ai déjà dit que le Marama du temps de Cook, et l’aîné des Otoo que Cook put connaître, épousèrent leurs cousines germaines. Les Terii Vaetua de Tefana i Ahurai unirent ou divisèrent les trois pouvoirs au milieu desquels était situé le district de Tefana. Purea, Teihotu et Auri, les trois enfants de Terii Vaetua, furent les trois chevilles ouvrières de l’histoire familiale (Tableau IV). La querelle de Purea avec sa propre famille causa la ruine de Papara et l’élévation de Pare-Arue. Pomaré Vairatoa, né vers 1743, épousa la fille de Teihotu ; Marama, de la même génération, épousa la fille d’Auri, toutes deux nièces de Purea, et toutes trois de la famille d’Ahurai. Quand le second Pomaré, en 1808, finit par être chassé de Tahiti, il se réfugia à Moorea avec sa cousine et même quand il fut réintégré en 1815 et fut le roi indiscuté de Tahiti, il traita toujours Marama comme sa suzeraine.

5Tati lui reconnut les mêmes préséances, quand elle eut épousé son fils. Quand je naquis, vers 1824, je fus naturellement une enfant gâtée et je traitai parfois ma mère avec tout l’irrespect dont les enfants gâtés sont capables. Le vieux Tati tançait alors sa petite-fille, et me répétait que personne n’avait jamais, même par plaisanterie, osé parler à Marama autrement qu’avec le plus profond respect. Néanmoins toute l’autorité de Tati comme chef de Papara et grand chef des Teva ne put empêcher que l’atmosphère de Papara ne fût saturée d’hostilité pour tout ce qui se rattachait aux Porionuu et aux Pomaré, ni obliger le peuple à reconnaître toutes les concessions qu’il avait faites en son nom personnel. En fait sa belle-fille Marama ne put même pas prendre possession des terres qu’elle possédait à Papara au titre d’Aromaiterai, et elle ne se risqua pas à insister pour qu’on les lui remît. A mesure qu’il lui naissait une fille après l’autre, elle était de plus en plus intéressée à leur assurer un héritage, mais elle ne savait quelles terres appartenaient à Aromaiterai et ni Tati ni personne d’autre ne voulait le lui dire. N’osant pas irriter davantage son beau-frère, elle attendit que je fusse assez grande pour comprendre ce qu’elle voulait de moi, et me chargea de cette tâche : chaque matin je fus obligée de prendre place près de Tati et de le mettre de bonne humeur par mes gentillesses. En ce temps-là la famille vivait à la mode indigène, dans une vaste maison, dormait sur des nattes, sous des draps de tapa, les enfants avec les parents, et dès l’aube les enfants couraient où ils voulaient. Tati était alors un homme assez âgé, de cinquante ans passés, corpulent et rude d’aspect pour un jeune enfant, quoique bon et affectueux, comme le sont presque toujours les indigènes. Il soupçonnait que sa petite-fille avait quelque motif pour être aussi attentionnée, et la taquinait pour qu’elle le lui dît, mais elle avait peur. Le secret sortit à la fin, et elle obtint du vieil homme ce que sa mère n’avait jamais pu obtenir pour elle-même, mais elle n’oublia jamais combien la mission lui avait coûté.

6Papara ne fut jamais la résidence favorite de ma mère, et Papeete encore moins. A l’époque Papeete n’était qu’à peine en mesure d’être la ville européenne qu’elle est devenue depuis. Papara au moins était indigène, bien que ses habitants eussent des préjugés de clan et fussent jaloux de son pouvoir ; mais Papeete n’était même pas une résidence de chef, car la famille Otoo ou Pomaré vivait sur la pointe de Outuaiai, à trois ou quatre milles de Papeete vers l’Est, à Arue, et leur marae Tarahoi était auss i à Arue. Aucune tradition ou dignité indigène n’était liée à Papeete, qui ne prit de l’importance qu’à cause de son port ; et, précisément parce qu’elle était le rendez-vous des navires étrangers et de leurs marins, elle ne fut jamais en faveur auprès des chefs respectables, qui maintenaient leur manière indigène de vie aussi loin que possible de la cosmopolite Papeete.

7Marama préféra toujours sa propre île à Tahiti, et c’est là qu’elle vécut de préférence. Elle était chez elle presque partout à Moorea. A Haapiti, lieu d’origine des Marama, elle portait le nom de Tupua i ura o te rai. A Maatea, elle était Teriimana i Ahurai ; à Afareaitu elle était Tepau arii i Uma-rea ; à Teavaro, elle était Marama ; à Moruu elle était Aromaiterai ; à Vaiere elle était Tutapu ; à Variri elle était Narii i te rauaru. Dans tous ces endroits elle était maîtresse de par son droit et sur Haapiti en général elle était cheffesse au même titre, et une personnalité bien plus importante que son mari, éclipsé par la grande autorité de Tati. Je pense que les femmes de notre famille ont hérité de cette préférence pour Moorea et s’y sont senties plus chez elles que partout ailleurs.

8J’étais l’aînée des enfants de Tapua Taaroa et de Marama, et naquis probablement en 1824, à Vaiari. De mon père je reçus le nom de Teriirere i Tooarai, de ma mère celui d’Ariioehau, et quand je fus reconnue par Pomaré, je reçus de son côté le nom de Taaroa, bien qu’il fût mort avant ma naissance. Autrefois le premier enfant d’un grand chef était toujours porté à sa naissance aux marae de la famille comme un objet sacré, avec offrande aux dieux. Dans la société de l’île, toute personne qui pouvait dire qu’un de ses parents avait été porté au marae, témoignait d’une haute naissance ; celui qui pouvait dire que son père et sa mère avaient été portés était au plus haut rang de la noblesse ; mais celui qui pouvait dire que ses quatre parents, de naissance et d’adoption, avaient été portés, jouissait d’une rare distinction, et c’est pourquoi même les Pomaré, loin de me montrer de la jalousie, me regardaient et me traitaient comme une des leurs.

9Marama eut peu à faire avec sa fille. Les mères n’étaient guère consultées en ce qui concernait leur aîné, ni à vrai dire aucun de leurs enfants, si la famille le revendiquait. Dans cette société communiste, les enfants étaient tout autant matière à échanges ou à cadeaux, que tout autre article de propriété, et on les sollicitait tout aussi couramment. Bien que née à Vaiari, ceux de Papara me réclamèrent aussitôt, et me bâtirent une maison spéciale, fareoa, bâtie généralement pour les enfants des arii, et sacrée même pour les parents. Ils l’édifièrent sur une petite pointe où les deux bras d’un cours d’eau se rejoignent pour se jeter dans la mer, à un jet de pierre de la maison de Tati. La fareoa avait la particularité de ne posséder qu’un pilier pour supporter le toit et d’être sacrée. Les serviteurs étaient aussi sacro-saints ; l’enfant était nourrie par des servantes sacro-saintes, et qui avaient charge d’elle à l’exclusion de la mère.

10Ces dispositions furent interrompues par Terito, la veuve de Pomaré, qui mit à exécution l’idée de son mari de me revendiquer et qui vint me prendre à Papara, d’où elle m’emmena à Papaoa, la résidence des Pomaré à Arue. La propre fille de Terito, Aimata, avait dix ou douze ans de plus que moi, étant née probablement en 1812 ou 1813, mais les deux filles furent élevées ensemble, sous la surveillance d’Uata, un homme qui pendant quelques années exerça l’autorité gouvernementale, quelle qu’elle fût, et qui eut toujours le respect et la confiance des indigènes et des étrangers. L’histoire de cette époque est écrite dans bon nombre de pesants ouvrages que chacun peut lire, et qui ont perdu l’intérêt qu’ils présentaient il y a cinquante ans, quand la France et l’Angleterre se querellaient pour la pauvre petite Tahiti. Je n’ai pas l’intention de raconter de nouveau cette histoire. Ni même ce que fit Tati, pendant les quarante années pendant lesquelles il luttait pour empêcher les îles de retomber dans leurs guerres et leurs troubles chroniques. Je ne m’occupe que de ce qui est inédit, et qui a quelque rapport avec notre famille.

11Uata était un homme intéressant. Ami de Pomaré II, il fut fait père nourricier ou gardien du jeune Pomaré III, qui naquit en 1820. Pomaré II mourut le 7 décembre 1821, laissant sa fille Aimata, qui n’avait pas encore neuf ans, et le garçon, Pomaré III, encore aux langes. Aimata ne fut jamais regardée avec faveur par Pomaré, son père, qui disait très franchement qu’elle n’était pas sa fille ; si bien que ce fut le garçon qui fut roi. Moerenhout dit (15, II, p. 486) que Pomaré, sur son lit de mort, exprima le vœu que Tati prît le gouvernement, mais que les missionnaires et les autres chefs craignirent de se fier à Tati et préférèrent prendre eux-mêmes l’enfant en charge. C’est assez probable, encore que je doute que Tati ait revendiqué une telle responsabilité, et ceux qui ont connu Tati d’assez près le soupçonneront d’avoir été grandement soulagé d’y échapper.

12C’est ainsi qu’Uata devint en fait le chef de la famille Pomaré et le principal conseiller dans toutes les questions difficiles. Les missionnaires au moment voulu s’acquittèrent de la cérémonie rituelle du couronnement de l’enfant, le 22 avril 1824, à Papaoa, puis l’emmenèrent à leur école, l’Académie des Mers du Sud qu’ils avaient fondée en mars 1824 à Papetoai, dans l’île de Moorea. Il y apprit à écrire et l’anglais, qui devint sa langue (9, II, p. 538), jusqu’à ses sept ans, lorsqu’il tomba malade, et fut ramené à sa mère à Pare, où il mourut le 11 janvier 1827. Dans sa dernière maladie, il réclamait constamment de l’eau, employant le mot anglais, water, car il n’avait jamais appris la langue indigène. Son père nourricier, qui ne comprenait pas l’anglais, lui apportait toutes les nourritures imaginables, mais l’enfant continuait à crier : water. On prétend que de là vient le nom d’Uata, que prit son père nourricier après sa mort, quand il devint le gardien d’Aimata, nom que la reine Pomaré IV porta toujours chez les indigènes.

13Aimata, vers ses neuf ans, en décembre 1822, fut mariée ou fiancée à Tapoa de Huahine et Borabora. En grandissant, je devins son amie la plus intime et Uata était notre conseiller de tous les instants. La malheureuse Aimata eut des soucis de toute sorte, domestiques, politiques, privés et publics, jusqu’à ce qu’enfin les missionnaires, anglais et français, en se battant violemment pour contrôler elle et l’île, la missent bel et bien à la porte. Entre autres lois que les missionnaires anglais étaient censés avoir obtenues pour empêcher de nouveaux venus d’acquérir quelque influence dans l’île, se trouvait celle du 1er mars 1835, interdisant aux étrangers sous aucun prétexte de se marier à Tahiti ou Moorea. Je ne me décidai pas à épouser aucun des indigènes présents alors dans l’île. Terito, la reine mère, essaya bien de réaliser une alliance entre moi et un des chefs de Raiatea, mais ma mère, Marama, ne jugea pas le mariage assez bon. Finalement je résolus d’épouser M. Salmon, un Anglais qui jouissait de l’estime et de la considération générale dans l’île, et Aimata suspendit la loi pour permettre à son amie de se marier.

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search