Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre XVII

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Chaque grand nom avait une sorte de légende ou de titre à lui attaché, qui faisait connaître en éloquence formelle ou en poésie l'éminente dignité du chef.

Les vers qui disaient celle de Marama étaient ceux-ci :

Terii o Marama ite tauo o te rai,
Seigneur Lune du sommet du ciel,
Eimeo et Nuurua s’inclinent devant toi.
Tu surpasses les têtes de Taaroa et de Tane.
Tu es le seigneur que ceint l’arc-en-ciel.
Quand tu te tiens sur Punaauia
Tu es l’enfant de Raamaurire
Qui était seigneur et cependant un Dieu.
Tu porte le maro doré de Marae Tefano.
Comme grandissaient tes domaines, tu grandissais comme Seigneur d’Eimeo.

Quoi qu’ait pu signifier à Tahiti le mot arii rahi ou terii, et que l’idée de royauté y fût jamais impliquée ou non, en tant que royauté complète sur la totalité de l’île, il ne fait pas de doute que dans l’île de Moorea et dans le cas de Marama, l’idée de suprématie était aussi complète et exclusive qu’elle put l’être pour Charlemagne. Les districts à lui soumis étaient commandés par d...

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr