Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre XVI

Texte intégral

1Après la mort d’Opuhara, Tati devint grand chef des Teva, et pendant les quarante années qui suivirent, jusqu’à sa mort, son influence fut la plus forte dans l’île. Sa tâche principale fut le maintien de la paix, et, avec tout son pouvoir et sa sagesse, il eut toujours fort à faire. Entre les Pomaré, les districts rivaux de Pomaré, les missionnaires anglais et la flotte française, il manqua rarement de soucis.

2Ni les missionnaires ni les indigènes n’avaient la moindre envie de laisser Pomaré retomber dans ses habitudes anciennes. Ils surent refréner ses désirs de massacre ou de vengeance après la bataille de Fei-pei. Malgré la réserve de ceux de Papara envers l’homme qui avait assassiné leurs soeurs et leurs cousins, Tati réussit là où un homme faible ou méchant n’aurait pu qu’aggraver les choses. Il commença selon la coutume de l’île par se lier Pomaré par les liens les plus forts possible. L’extinction rapide des familles princières à Tahiti avait fait du grand chef d’Eimeo ou Moorea, l’héritier de la plupart des grands noms et des grands biens dans les deux îles. Marama, grand chef de Moorea, n’avait qu’un héritier, Marama Arii Manihinihi, une femme, et, comme je l’ai dit, une cousine, ou sœur à la mode de l’île, de Pomaré. Cette riche héritière, presque le dernier rejeton des trois ou quatre familles sacrées des deux îles, fut donnée par Pomaré en mariage au fils de Tati, immédiatement après que Tati lui-même eut été restauré dans ses droits de grand chef des Teva.

3Si Pomaré avait eu un fils, il aurait eu peine à laisser une telle part aller à un rival ; et rien ne prouve mieux le nouvel état de dépendance où il avait été réduit par Terito, Pomaré vahine, les chefs de Bora-bora et de Raiatea, les missionnaires et Tati lui-même, que le sacrifice consenti par cet homme célèbre surtout par son avidité à reconquérir une partie de ce qu’il avait perdu. Pour s’assurer du mieux possible contre le risque d’un retour de la famille de Papara contre lui, il fit comme d’ordinaire dans ces cas-là ; il demanda d’adopter le premier enfant qu’aurait Marama, et décida par un pacte que les enfants nés du mariage épouserait des Pomaré. Quand je naquis, je fus l’enfant adoptif de Pomaré, et, étant à la fois Teva, Marama et Pomaré, naturellement un très grand personnage. Je n’étais pas née que déjà le christianisme s’était établi et les marae avaient été abandonnés ; mais ma mère, Marama Arii Manihinihi, née probablement vers 1800, fut portée à sa naissance selon l'ancienne coutume de l’île, à tous les marae de sa famille — dont le nombre s’élevait à treize — à Mooréa et à Tahiti. Elle était Marama à Haapiti, dans l’île de Mooréa ; elle était Terii Vaetua à Faaa ; elle était Aromaiterai à Papara ; elle était Teriinui o Tahiti et Maheanuu i Farepua à Vaiari ; elle était Teriitua Teriiouru maona i Terai à Hitiaa ; elle était Tetuaraenui ahuri taua o te mauui i Fareroi à Haa-pape ; et avec chaque nom elle héritait des terres qui s’y rattachaient.

4Comme j’ai conté l’histoire de la famille de Papara, je veux dire celle des Marama, d’après la tradition, telle qu’elle s’est transmise à Mooréa. Comme d’ordinaire, elle commence par la généalogie, car nous n’avons d’autre histoire que la généalogie. L’histoire part de Punaauia il y a quelque trente générations. La famille de Punaauia commence à ce point avec Nuu, et descend dix générations jusqu’à Teriimana, qui prit une femme d’Eimeo, ou Mooréa, une jeune fille nommée Piharii des marae Nuurua et Farehia. Ils eurent deux enfants : un fils nommé Punua Teraitua qui était chef à Nuurua ou Varari, entre les deux baies sur la côte nord de l’île, et une fille, Tefeau qui épousa Tupuoroo, fils de Marama, chef du district de Haapiti sur la côte sud-ouest.

5Quatre générations plus tard, le chef de Nuurua fut nommé Punua Teraitua ; le chef de Haapiti, Marama, ou plus exactement Terii o Marama i te tauo o te rai, et son moua était Tahuara, son outu était Eimeo, son marae était Marae Tefano.

6A cette génération un petit sous-district de Punaauia fut occupé par les Atiroo, dont les arii étaient cousins de Punua teraitua et de Marama par Teriimana, quatre générations plus haut. Le degré de parenté n’eut jamais d’importance pourvu que la parenté fût admise. Les Atiroo avaient droit à l’hospitalité chez leurs cousins de Nuurua et Haapiti, et certains d’entre eux vinrent en six pirogues de Punaauia à Nuurua, et furent aimablement reçus.

7Une visite de ce genre était une grave affaire, car de tels hôtes pouvaient rester pour des générations et le rite complet de l’hospitalité exigeait qu’on leur donnât de la terre pour y vivre s’ils choisissaient de rester. Les Atiroo demeurèrent avec Punua Teraitua ; mais ils ne reçurent pas de terre. Leur autre cousin, Marama, fut plus généreux ; il les invita à Haapiti, et mit de côté la moitié sud et est de son district pour qu’ils y fixent leur résidence. Ils s’établirent là comme hôtes de Marama, et au cours des quatre générations suivantes débordèrent sur Vaiere, sur la côte est, si bien qu’ils prirent possession d’un certain nombre de districts disséminés à travers l’île.

8Puis leur grand chef se sentit si puissant qu’il proclama son indépendance en fondant un marae à lui, Te Nuu Faa tauira, et en y envoyant les sacrifices précédemment envoyés au Marae Tefano de Marama. Ce n’était pas là seulement la pire insulte qu’ils pussent faire à leur hôte, c’était encore une sorte de déclaration de guerre, car ils s’appropriaient la moitié de son territoire sans tribut ni reconnaissance.

9Le Marama de cette époque était une femme, Tetupuaiura o terai, et, bien que ni elle ni son peuple n’aimassent être insultés de cette façon, elle ne se souciait pas de relever le défi avec un voisin aussi puissant. Elle attendit l’heure de la revanche, et les Atiroo se sentirent parfaitement capables de lui fournir une chance. Ils avaient déjà la moitié de Haapiti, et ils voulaient l’autre moitié. Leur insulte suivante déclencha une querelle du sang.

10J’ai déjà dit que le cerf-volant était un des amusements favoris des indigènes. Les jeunes gens fabriquaient de grands cerfs-volants qu’ils faisaient courir, et le fort vent alizé de suroît les emportait sur de longues distances avant leur chute. Les Atiroo allaient faire une grande fête, avec vol de cerfs-volants, et, dans un esprit de discorde, quatre garçons de la gent Marama, fils d’une femme nommée Tearopoanaa, projetèrent de prendre part à la course de cerfs-volants, sans y être invités. Ils appartenaient à cette partie du district que les Atiroo s’étaient appropriée, et avaient souffert sous leur domination, si bien que, comme les garçons de tous les pays, ils cherchaient un motif de querelle, surtout qu’ils connaissaient leur supériorité au cerf-volant. Le jour de la fête arrivé, les Atiroo lancèrent leurs cerfs-volants, et, tandis qu’ils observaient avidement lequel volait le mieux, voici que d’une colline voisine partirent quatre cerfs-volants plus beaux que les leurs et beaucoup plus rapides. Ceux-ci montèrent plus haut que ceux des Atiroo, les rattrapèrent et les dépassèrent si vite que la foule des spectateurs fut frappée de terreur, ne sachant d’où pouvaient venir ces étranges cerfs-volants.

11La terreur fit vite place à la colère. Les Atiroo étaient furieux de cet affront, et impatients de savoir qui étaient les coupables. Les anciens donnèrent l’ordre aux jeunes gens de suivre les cerfs-volants jusqu’à leur point de chute, de se tapir en attendant les propriétaires et de les tuer quand ils apparaîtraient. Les cerfs-volants volèrent haut et loin ; les jeunes hommes les suivirent à travers les montagnes jusque dans le territoire de Taaua-itatanuurua, le descendant de Punua Teraitua ; et finalement les cerfs-volants tombèrent près du marae Nuurua. Les Atiroo furent les premiers sur le terrain, et quand les quatre garçons à la suite de leurs cerfs-volants atteignirent le point de chute, ils furent tous assassinés avec la cruauté destinée dans ces vendettas indigènes à fournir l’expression suprême du mépris, de la haine et de la provocation. Ainsi les Atiroo avaient commis tous les outrages possibles, y compris le sacrilège.

12La mère des garçons, Tearopoanaa, attendit leur retour jusqu’à ce qu’elle sût qu’ils devaient être en difficulté, puis elle partit sur leurs traces. Naturellement, une telle affaire fut connue instantanément de tout le voisinage. La mère découvrit bientôt les cadavres mutilés de ses fils ; et sans doute en présence d’une foule de gens, avec toutes les formes du serment le plus sacré, elle se baigna dans leur sang et jura de se venger.

13Elle n’était pas chef elle-même, et ne pouvait rien faire si un chef ne partageait pas sa querelle. L’arii le plus proche était celui dans le district de qui, et près du marae de qui avait été commis le sacrilège : Taauaitata-nuurua. Ce fut à lui qu’elle s’adressa d’abord et réclama son aide dans les formes prescrites. Il refusa. Elle alla alors vers Tauraatua, chef de Faa-toai, et fut encore repoussée. Elle alla alors trouver Tuutini, chef de Moo-ruu, et fut repoussée pour la troisième fois. Le quatrième arii était Tepau Arii umarea, chef d’Afareaitu, et il refusa également.

14Moorea ou Eimeo est une petite île, qui n’a pas tout à fait trente milles de périmètre, et que des pistes traversent, en quelques points, au milieu de montagnes moins hautes que celles de Tahiti, mais d’aspect plus frappant. L’endroit où furent tués les jeunes gens, la grande vallée centrale de l’île, avec ses deux larges baies serties dans la montagne, a souvent été nommée la plus belle vallée de toutes les mers du Sud. A l’écart maintenant et solitaire, rarement visitée si ce n’est par des voyageurs professionnels, comme Herman Melville ou le capitaine Cook, elle fourmillait autrefois de milliers d’habitants, et ce fut là le district contre lequel Cook vit mettre en ligne à Faaa une armée et une flotte de dix mille hommes. Les chefs de l’île étaient puissants et nombreux. Quand eurent lieu les guerres des Atiroo, il y a peut-être deux cent cinquante ans, aucun chef n’avait de grande supériorité sur les autres. Tearopoanaa en sollicita quatre de suite, et aucun n’osa s’armer pour sa querelle. Elle eut beau à chaque fois se taillader la tête avec la dent de requin, faire appel à la parenté, conter son histoire déjà bien connue, elle n’essuya que des refus.

15Dans l’état social d’alors, où tout était public, le scandale doit avoir été immense ; et quand Tearopoanaa rentra chez elle de nuit, toute l’île devait savoir qu’aucun chef n’avait osé chercher querelle aux Atiroo. Chacun devait d’autant plus se tourner vers Marama de Haapiti pour voir si elle oserait ce que les autres chefs avaient refusé de faire. Dès que Tearopoanaa eut atteint sa maison, son mari lui demanda si elle avait réussi, et eUe répondit non. Il lui demanda alors si elle s’était adressée à Tetu Pua iura o te rai, — Marama — et elle dit que, absorbée par sa douleur, elle avait passé sans s’arrêter.

16Son mari lui dit d’y aller aussitôt.

17Elle y alla et la même scène se déroula pour la cinquième fois. Elle taillada sa tête, conta son histoire, demanda de l’aide. Marama répliqua :

18« Pourquoi, alors que vous êtes passée et repassée par ici, ne m’avez-vous pas appelée alors ? Vous êtes allée trouver les autres chefs avant de venir ici. Pourtant je défendrai votre cause. »

19Alors Marama appela ses gens et leur fit emmener la femme à la rivière de Vaipiura, consacrée à Marama, et en conséquence tabou pour toute autre personne, pour y laver son sang. On battit les tambours au Marae Tefano et tout le peuple se rassembla. Marama était assise sur le siège de pierre Pourotonatoofa, « le pilier central de Notoofa », le district de Hiva, et elle parla ainsi :

20« Voici venue l’heure, longtemps attendue. Aujourd’hui s’est présentée Tearopoanaa, une femme de notre peuple, pour demander vengeance pour le meurtre de ses fils. J’ai épousé sa querelle, car je lui ai fait laver son sang dans mon eau sacrée de Vaipiura. Maintenant je vous convoque pour être mes bras qui vengeront la mort des quatre fils de Tearopoanaa, et l’outrage fait à mon marae, Marae Tefano. »

21Le peuple se dressa en criant : « Votre volonté sera faite. Mort aux Atiroo, ceux de Moorea et ceux de Tahiti, aucun ne doit plus vivre ! »

22Sur les collines qui séparaient le peuple de Marama des Atiroo résidaient deux des guerriers de Marama, deux jumeaux, Tapuhote et Tetunania, connus pour leurs succès dans les sports. L’un d’eux était présent au rassemblement, et à son retour chez lui se concerta avec son frère pour mener l’attaque.

23Ils commencèrent par couper dans les bois plusieurs centaines de pieux qu’ils décorèrent d’auti, — feuilles du ti, — et dans la nuit fichèrent ces pieux sur le versant de la colline qui bordait le district des Atiroo, pour figurer des guerriers. Ils abattirent les deux poutres principales de leur maison, et en firent des lances de combat (omore). Cela signifiait qu’ils se consacraient entièrement au combat et ne reviendraient jamais dans leur maison.

24Les Atiroo savaient ce qui se préparait. Leur meurtre des quatre jeunes gens était un défi ; la mère avait battu ouvertement toute l’île, baignée de sang, criant vengeance ; les tambours du Marae Tefano avaient appelé aux armes. En manière de provocation complémentaire, au petit matin les Atiroo se rassemblèrent sur la plage, à la limite de leur district, et en attendant, entrèrent dans l’eau, pêchant dans les eaux de Marama, et tout en tuant leur poisson, se criaient l’un à l’autre : « Matatuia, faites une brochette de poisson pour le Marae Tenuu Faatauira » ; voulant dire que, pour chaque poisson tué, ils tueraient un des hommes de Marama pour leur marae.

25Alors les deux aito, ou guerriers jumeaux descendirent la colline parmi les pieux qui semblaient une armée d’hommes, et, en surgissant bien en vue, s’écrièrent : « Vous faites erreur. Faites vos brochettes pour le Marae Tefano ! » Le chef des Atiroo répliqua : « Qui ose ordonner un sacrifice pour le Marae Tefano ? » « Moi » s’écria Tapuhote, « Moi, avec ma lance Havivorai, le pivot-du-ciel ! Je vous ferai pivoter la tête, à vous qui vous proclamez chef des Atiroo, et je vous porterai devant Marama, et vous serez porté en sacrifice au Marae Tefano. »

26A ces mots, projetant sa lance, il tua le chef des Atiroo, et les guerriers de Marama, s’infiltrant parmi les Atiroo grâce à la confusion qui suivit la mort de leur chef, sous la conduite de Tetunania, les exterminèrent. On fit une brochette des cadavres de toute la famille du chef, qu’on envoya à Marama pour le Marae Tefano. On ficela aussi ensemble les corps du menu peuple, et on les envoya en guise d’outrage au marae de Nuurua, pour son chef qui avait le premier refusé de partager la querelle.

27Le chef de Nuurua envoya des messagers dire qu’il n’accepterait pas le fretin — pahoro — en sacrifice ; qu’à son marae on ne pouvait offrir que le poisson de choix — urua Les jumeaux répartirent que les urua étaient pour le seul Marae Tefano ; et que si les pahoro ne lui plaisaient pas, on lui ferait voir Havivorai. Le chef de Nuurua ne se risqua pas à relever le défi, et dut accepter les pahoro.

28Alors les jumeaux rassemblèrent leurs guerriers, et, gagnant par les montagnes Opunohu, sur la côte nord, tuèrent tous les Atiroo, et prirent possession du district pour Marama, le partageant en deux nouveaux districts appelés Tupaururu et Amehiti.

29Puis ils passèrent à Paopao, sur la baie voisine. Mais quelques-uns de leurs guerriers les avaient précédés, et ils trouvèrent sur leur route les corps de deux jumeaux que les guerriers avaient tués et mutilés. Honteux, les aito obliquèrent à travers les montagnes vers Afareaitu, qu’ils trouvèrent désert. Une femme nommée Poivai, d’une beauté célèbre, sortit à leur rencontre et leur demanda ce qu’ils voulaient. « Nous sommes venus pour tuer les Atiroo », dirent-ils, « une race que nous entendons exterminer ; mais non pour combattre des femmes. » Aussi laissèrent-ils Afareaitu sans en prendre possession, et continuèrent-ils vers Aroa près de Vaiere. Là ils combattirent et s’en emparèrent, et le nommèrent Teavaro. C’est ainsi que Marama régna sur les deux tiers de Moorea.

30Les Atiroo étaient alors tous morts ou se cachaient, et leur nom ne fut plus jamais entendu dans l’île : mais les jumeaux, rassemblant leurs pirogues de guerre, passèrent à Tahiti, débarquèrent à Faaa, et attaquèrent les quartiers généraux des Atiroo à Punaauia, où ils furent encore victorieux, et poussèrent, par l’isthme de Taravao, jusqu’à Taiarapu où ils tuèrent assez d’Atiroo pour construire un marae avec les crânes. Et le district est nommé jusqu’à ce jour Teahupoo ; c’est-à-dire teahu : un tas, et upoo : de têtes.

31Cette légende des conquêtes de Marama offre la singularité d’être l’histoire d’une guerre qui n’a pas pour origine la possession d’une femme ; mais Samson parmi les Philistins devait nécessairement avoir sa Dalila, et les Samsons jumeaux de Moorea vivaient parmi les Philistins de Taiarapu. Néanmoins la variation sur le thème classique est curieux. Ceux de Taiarapu, incapables de battre les jumeaux en bataille rangée, envoyèrent une belle femme vivre avec eux. Ils en tombèrent amoureux, tous deux de la même femme, et par ses artifices furent peu à peu séparés l’un de l’autre, et devinrent si jaloux qu’ils vécurent chacun chez soi. Elle leur donna une fête, et parvint à leur faire boire du kava jusqu’à ce qu’ils fussent stupéfiés. Puis, quand elle dut appeler ses gens pour les tuer, elle hésita. En contemplant à ses pieds leur magnifique stature, elle découvrit qu’elle était amoureuse d’eux. Elle tint son serment ; peut-être ne put-elle faire autrement ; mais quand les jumeaux eurent été mis à mort, elle se tua avec la même lance.

32Pour s’établir dans son nouveau territoire, Marama vint de Haapiti à Amehiti, et y construisit un marae ; et c’est là que vivait le Marama suivant, qui était un homme, quand il obtint la nouvelle extension de son pouvoir. Cette histoire est la plus polynésienne de toutes, sans aucune suggestion mythologique. L’objet de la tradition était d’expliquer comment Marama, après avoir acquis presque toute l’île sauf Nuurua et Afareaitu, parvint à s’emparer aussi de ces deux districts ; et cela en dépit de lui-même.

33Deux sous-chefs de Afareaitu, nommés Tuhei et Matafaahira, avaient bâti un marae qui devait porter le nom de Horora. Ils voulaient honorer leur marae et l’élever au rang des marae des grands chefs, et ils choisirent le chef de Nuurua comme celui dont ils préféraient la suzeraineté ; car, pour le chef quel qu’il fût qui gravissait leur marae celui-ci et eux-mêmes devenaient sacrés. Il devenait en fait le chef de leur famille et leur maître tout à fait comme un seigneur féodal devenait le maître de qui se déclarait son vassal, avec cette différence que le grand chef tahitien était en même temps chef spirituel, temporel et patriarcal, et le chef de Nuurua semble avoir été considéré comme le plus doux et le moins agressif des grands chefs.

34Tuhei et Matafaahira allèrent à Nuurua voir le chef, dont le nom officiel demeurait toujours Punua Teraitua, comme il l’avait été quand son ancêtre reçut les Atiroo sans leur donner de terre, et reçut Tearopoanaa sans prendre en charge sa vengeance, et reçut les pahoro sans relever le défi des guerriers jumeaux de Marama. Teraitua semble avoir été en butte à la satire dans Moorea, car l’histoire conte qu’à la nouvelle de l’approche de Tuhei et Matafaahira, il se cacha pour n’être pas obligé de les voir. Mais on n’en était pas quitte à si bon compte avec ces visiteurs, et comme ils insistaient pour le voir, il lui fallut les recevoir, ce qu’il finit par faire en présence du grand prêtre Temooiapitia, mais, au lieu de les traiter avec respect, il montra une indifférence complète pour leur requête, refusa de donner une réponse précise, et leur dit qu’il voulait reconsidérer la question.

35La moindre des politesses était de leur offrir le porc habituel de bienvenue, et on ordonna de tuer et de cuire le cochon, mais pendant qu’on préparait le festin, arrivèrent les messagers envoyés en avant par Tuhei et Matafaahira, qui s’étaient attardés en route. A l’étonnement de Temoo, le grand prêtre, les messagers furent reçus avec plus de courtoisie qu’on n’en avait montré à leurs maîtres, et il fut encore plus ébahi de voir donner aux messagers lors du festin la meilleure part du cochon tandis qu’on offrait la ventraille aux maîtres. Temoo dit alors aux deux chefs subalternes : « Vous voyez bien que Teraitua s’est gaussé de votre requête et vous a montré son mépris en vous donnant la tripaille du cochon. Que voulez-vous de plus ? Retournez chez vous, et montez sur votre marae de Horora vous-mêmes. » Ils dirent : « Non ! nos gens attendent ; tout est prêt et notre intention est bien arrêtée, nous l’avons déclarée au peuple, de faire gravir notre marae de Horora par quelqu’un de supérieur à nous. » « Dans ce cas, pourquoi ne pas demander à Marama ? », dit le grand prêtre, « il vous recevra avec plus de courtoisie et vous traitera avec moins de mépris. »

36Tuhei et Matafaahira se rendirent donc de Nuurua à Amehiti, où ils arrivèrent après que Marama fût allé dormir sous l’influence de son kava. Les indigènes montrent encore la grotte où Marama buvait le kava et où aucun bruit n’était permis, pas même le cri d’un coq pour que son repos ne fût pas troublé. La personne du chef était sacrée quand sous l’influence du kava, et l’homme qui osait le déranger risquait sa vie. Les deux chefs subalternes, qui avaient hâte de voir accomplie leur cérémonie au marae, ne pouvaient attendre et allèrent demander l’avis du prêtre. Il leur conseilla d’emporter sur leur dos le Marama endormi, et de courir le risque de l’emmener. Ils suivirent ce conseil ; chacun prit Marama par une jambe et ils l’emportaient quand Marama s’éveilla et leur demanda qui ils étaient et ce qu’ils voulaient.

« Nous sommes Tuhei et Matafaahira », répondirent-ils.

« Bienvenue, alors, à Amehiti », dit Marama.

« Nous en avons besoin, car nous venons implorer une faveur. Venez avec nous à Afareaitu et gravissez notre marae de Horora. »

« Il vous faudra attendre que je puisse convoquer mes districts : Atituhaui et Fanauaraa ; Atitanei et Tefanaautautahi ; Rotu et Tefarerii ; Porotona-toofa, Amehiti et Tupaururu. Marama ne peut rien faire sans ses deux vaa (pirogues : c’est-à-dire districts). »

« Nous serons vos vaa » répliquèrent-ils ; « nous vous prions de vous contenter d’Amehiti et de Taupururu qui sont à votre portée. »

37Marama consentit enfin, et fut porté par-dessus les montagnes à Afareaitu, où il gravit le marae de Horora. Le troisième chef de Afareaitu, Tepauarii, qui n’avait pas pris part aux démarches, entendit les tambours, et demanda ce que cela signifiait. Quand il l’apprit, il dit :

« Ainsi soit-il ! Marama en est digne et moi aussi je m’inclinerai devant lui. »

38C’est ainsi que Marama fut choisi comme chef d’Afareaitu et devint chef de ce district comme de ceux dont il avait hérité et de ceux qu’il avait conquis. Cependant Terai Tua de Nuurua, conscient de son erreur, avait convoqué son peuple pour le porter à Afareaitu, mais il apprit en chemin que sa place avait été prise, et lui aussi s’inclina devant ce choix.

39Marama franchit le dernier degré de la suprématie en mariant son fils à la fille de Terai Tua, qui apporta Nuurua à la famille et donna aux Marama la presque totalité de l’île.

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search