Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre XV

Texte intégral

1J’ai réussi à suivre, tant bien que mal, la carrière des chefs de Papara jusqu’à la mort d’Ariifaataia en septembre 1798, si bien qu’Amo et Purea et même Ariifaataia ont acquis pour moi une sorte d’identité réelle, mais quand j’arrive aux âges sombres de notre histoire, entre 1800 et 1815, je constate une carence de renseignements et de traditions qui montre combien il s’en fallut de peu que notre famille ne subît le sort de presque toutes les autres races princières. Le successeur d’Ariifaataia comme chef de Papara ne pouvait être un descendant d’Amo et Purea ou d’Ariifaataia. Leur lignée était éteinte. La succession devait passer au jeune frère d’Amo, Manea, qui avait lavé la querelle du sang de Purea à Mahaiatea, ce qui est tout ce que je sais de lui. Il était probablement mort en 1798, mais, s’il était vivant, il devait être très vieux, entre soixante-dix et quatre-vingts ans ; et à Tahiti on ne considérait guère les vieillards. Il avait un fils Teuraiterai, né vraisemblablement vers 1750, qui épousa Tetau Ravea, et eut plusieurs enfants. L’aîné, Taura Atua i Patea, connu plus tard sous le nom de Tati, qui mourut en 1854, se donnait alors l’âge d’environ quatre-vingts ans. Il se souvenait d’avoir vu Cook, étant enfant, et comme le dernier voyage eut lieu en 1777, le jeune Taura Atua, ne put guère naître après 1774. Il avait un frère, Opuhara, né sans doute un an ou deux plus tard.

2Quand Ariifaataia mourut en 1798, Taura Atua devait avoir dans les vingt-quatre à vingt-cinq ans. Il était alors célibataire. Autant que je sache, ses relations avec Tu étaient amicales, et il accéda paisiblement à la principauté, mais je ne puis rien dire de ses faits et gestes. Il fut toujours sage et pacifique, atteignit ses buts par diplomatie plutôt que par violence, et préféra l’alliance avec les Pomaré à la guerre.

3Pendant les dix ou quinze années suivantes les livres et rapports imprimés font à peine mention du chef de Papara. Même pendant la grande guerre de 1802, la guerre à cause du dieu Oro, fomentée par Pomaré, aucune allusion n’est faite à Papara ou à son chef. Une simple allusion à un certain Temarre se place en décembre 1803, et c’est tout (13, III, p. 346). Vairatoa, le premier Pomaré, mourut subitement, le 3 septembre 1803, vers les soixante ans (9, I, p. 125), et son fils Otoo, Pomaré II, gagna Eimeo ou Moorea, au milieu de 1804, et y demeura jusqu’en 1806. En janvier de cette année il revint, et en juin 1807, il commit un forfait qui fit du peuple de Tahiti, et particulièrement du clan Teva tout entier, des ennemis désormais mortels et irréconciliables des Pomaré, de leurs amis et de leurs convictions, aussi bien que des missionnaires, de la chrétienté et des intérêts anglais, jusqu’à la catastrophe finale de 1815. Beaucoup plus tard et jusqu’aujourd’hui encore, le souvenir de la félonie et de la cruauté d’Otoo en 1807 a survécu parmi les peuples, et peut-être davantage encore parmi les chefs.

4Jour par jour, les missionnaires notaient ce qu’ils voyaient et apprenaient mais sans grand effort pour se l’expliquer, et sans soupçonner apparemment qu’ils fussent en rien juges et parties dans les événements qu’ils déploraient (13, III) :

5« Lundi 11 juin 1807. L’homme signalé comme inspiré continue à dire que le dieu Oro est furieux et qu’il faut avoir recours à la guerre. L’offensé principale, à ce que nous comprenons, est celle-ci : ceux d’Attahuru ont pris des os du chef Mateha tué par eux à Taearabu lors de la dernière guerre, et en ont fait des hameçons, en signe de mépris pour le roi puisque Mateha était apparenté à la famille Pomaré. Plusieurs autres choses ont déplu au roi. Ceux de Taearabu aussi l’ont offensé peut-être en n’évacuant pas totalement le territoire donné à Oro, que le roi désirait voir inhabité. Le roi et le peuple dans son ensemble autour de nous s’emploient à fourbir leurs mousquets et à se préparer pour la guerre, et semblent ravis par la certitude qu’elle aura lieu.

6« Vendredi 22. Un messager d’Attahuru ou de Pape Ere vient d’apporter au roi, qui se trouvait justement alors dans notre maison, un tara aehara ou don de réparation. Il consistait en une branche de bananier, une touffe de plumes rouges, et un cochon de lait. On dit que ce présent a été envoyé en considération de l’état de Pepere, très malade à Attahuru. Le roi a ordonné qu’on le portât à sa mère. On suppose qu’il se prépare une expédition contre Attahuru, et qu’elle aura lieu dès que certaines cérémonies religieuses auront été accomplies.

7« Lundi 25. Trois des victimes du massacre d’Attahuru ont été apportées pendant la nuit ; on les envoie avec les deux amenées ici hier après-midi à Taearabu pour être déposées dans le marae où se trouve le dieu Oro. On raconte que huit hommes ont été tués en tout... Dans le courant de la journée des gens sont venus d’Attahuru ; ils racontent que Pomaré et ses gens y campent et que tous ses habitants ont fui vers leur Pare. Toutes les maisons et plantations ont été détruites par le parti de Pomaré, on a pris un butin considérable, les gens d’Attahuru n’ayant eu le temps de rien emmener avec eux. De l’étoffe et d’autres denrées sont envoyées aujourd’hui en grandes quantités aux districts de Pare et Matavai.

8« Mardi ( ?) 2 juillet. Pomaré nous a envoyé une note signalant que les gens d’Attahuru sont entièrement subjugués et détruits ; que Tata-ru, Poeno, etc..., sont parmi les victimes du massacre ; et nous requérant de lui envoyer du papier à cartouches et deux bouteilles de rhum. Nous lui avons envoyé un peu de papier, mais refusé le reste : on lui a envoyé également une note l’enjoignant de ne pas continuer à détruire des femmes et des enfants inoffensifs. Nous nous sommes rassemblés pour la prière de mission à l’heure habituelle. L’après-midi, frères Elder et Wilson sont allés jusqu’à Attahuru voir s’ils pouvaient faire quoi que ce soit pour sauver les fugitifs qu’on nous dit être dans les montagnes. Frère Nott, lui aussi, est allé à Pare avec l’intention de ramener ici Te Towha, un chef d’Attahuru qui a échappé au dernier pogrom en s’enfuyant vers les montagnes, et qu’on suppose être maintenant dans la vallée de Hautana. Pomaré a promis que, par égard pour sa sœur (qui est la femme de Pare), il serait épargné ; mais en même temps on suppose que Pomaré serait heureux de sa mort.

9« Mercredi 3... Au soir les frères sont revenus. Frère Nott n’a pas pu trouver Te Towha ; il se cache quelque part dans les montagnes. Les frères Elder et Wilson sont allés au camp de Pomare, mais quand ils y arrivèrent, il était sur le point de faire voile vers Papara où la plupart de ses suivants l’ont précédé... Pomaré était debout sur le rivage près des cadavres, donnant des ordres à ses gens et attendant que toutes les carcasses du massacre fussent portées à bord des pirogues pour être envoyées au grand marae à Taearabu. Les frères n’en virent que trente environ ; le reste avait été préalablement envoyé à Taearabu ; ceux qu’ils virent étaient tailladés et mutilés de la façon la plus choquante. Le bilan de la boucherie n’est pas facile à préciser ; les frères conjecturent qu’il ne doit pas dépasser une centaine. Le district d’Attahuru offre un horrible spectacle de ruine et de dévastation. Il leur parut que Pomaré avait conscience de ses fautes, mais n’était pas décidé à entrer en conversation avec les frères. Ils le conjurèrent de ne pas continuer à tuer les femmes et les enfants, et le supplièrent d’épargner les gens qui sont dans les montagnes : il promit de le faire. »

10Ici se termine le Journal des missionnaires. La lettre suivante, datée du 12 novembre 1808, annonce leur départ de l’île en compagnie de Pomaré lui-même, chassé par la révolte universelle causée par les massacres qu’il avait commis en juin. D’autres massacres de ce genre s’étaient produits, mais ceux de juin furent les plus atroces, et les missionnaires eux-mêmes n’en connaissaient pas toute l’horreur. L’abrégé d’Ellis (9, II, p. 133) ne contient pas davantage de faits que le Journal ne lui en fournissait. Moerenhout reprend l’histoire au point où les missionnaires s’arrêtaient :

11« Après avoir immolé tous ceux qu’ils avaient surpris (à Attahuru) ; après avoir brûlé les demeures, ils se dirigèrent sur Papara, où Tati, qui vit encore, était alors chef ; mais, heureusement, un homme, qui avait échappé au carnage de Punaauia, vint avertir les habitants de Papara, de manière qu’ils eurent le temps, non de se réunir pour se défendre, mais de se sauver. Néanmoins, dans cette nuit infernale et le jour suivant, il périt un grand nombre de personnes, surtout des vieillards, des femmes, des enfants ; et, au nombre des victimes se trouvèrent la veuve et les enfants d’Oripaia, fils d’Amo, qui, surpris le lendemain au soir, près de Taiarabou, furent impitoyablement massacrés avec toute leur suite ; Tati, et quelques-uns de ses guerriers, parvinrent à gagner un fort nommé Papehararo, à Mairepehe ; mais ils étaient si peu nombreux qu’ils ne purent s’y maintenir, et se virent forcés de se réfugier dans les parties les plus inaccessibles des hautes montagnes, d’où ce chef réussit à gagner une pirogue, que quelques-uns de ses fidèles serviteurs lui avaient procurée et tenaient prête au rivage, au péril de leur vie. Avec lui étaient son frère et son jeune fils, qu’il avait lui-même porté dans ses bras, pendant tout ce temps de fatigues et de dangers. » (15, II, p. 446.)

12Le récit du massacre fourni par notre tradition est quelque peu différent et plus pittoresque, car il rattache l’origine de ces meurtres à la vieille querelle de Purea et de la mère de Pomaré, Tetuanui reiaite et à la scène sur la plage à Mahaiatea en 1768. Si Tetuanui, que les Anglais nommèrent Iddeah, Idia, ou d’autres noms semblables, vivait encore en 1807, je l’ignore, mais elle était toujours vivante en 1803 à la mort de son mari Pomaré Vairatoa, et la querelle vivait avec elle. La coutume de l’île exigeait que les enfants du chef fussent élevés non près de leurs parents mais par leurs nourrices, car l’étiquette de l’île était plus que royale ; c’était là une coutume héréditaire et sacrée, et les nourrices avaient un droit religieux à se charger des enfants. En 1807, les enfants vivaient avec leur domesticité à Vaiari. Pomaré envoya des hommes de Tarahoi pour les tuer afin de racheter le sang de Terii Vaetua et de Tetuanui reiaite qu’avait fait répandre l’insulte causée par Purea. La vengeance eut pour conséquence le meurtre de deux des sœurs de Tati et de trois de ses cousins, mais Tati avec son cousin Ariipaea, généralement connu sous le nom de Veve, s’enfuit à travers les montagnes jusqu’à Mahaena, sur la côte est, où ils furent poursuivis par les meurtriers. Le chef de Mahaena était un parent éloigné et devait s’acquitter d’une ancienne dette d’hospitalité. Il prit les deux jeunes hommes sous sa protection et défia Pomaré. La querelle du sang avait été effacée par Manea en ce qui concernait lui et ses descendants, et Pomaré n’attachait pas tant de prix à la mort de Tati, qu’à celle de son cousin ; mais voyant qu’il ne pouvait atteindre son but, il les invita tous deux à venir à Pare, en garantissant leur sécurité. Ils y allèrent, mais par crainte d’une trahison s’enfuirent vers Borabora où ils demeurèrent dans les années qui suivirent. Opuhara fut sauvé par ses serviteurs qui l’emmenèrent à Papara où il était hors de l’atteinte de Pomaré.

13D’après notre tradition le hiva à Papara ne voulait pas rappeler Tati. L’outrage de juin 1807 avait épuisé les derniers restes de patience chez les insulaires, et cette fois toute l’île se dressa, résolue à faire place nette de Pomaré et de tout son entourage. Ils avaient pour cela besoin d’un guerrier, et comme guerrier Opuhara n’avait pas de rival. Aussi Opuhara devint-il chef de Papara, et bientôt après chef principal de l’île ; car lui et son armée s’avancèrent jusqu’à Papenoo en 1808, et là, le 22 décembre, Pomaré les attaqua et fut complètement battu (9, I, p. 137). Pomaré et sa maison, et tout l’effectif de la mission, sans attendre plus ample information, abandonnèrent l’île, et s’enfuirent à Eimeo. Pendant les sept années suivantes, Opuhara fut le principal personnage de Tahiti.

14« Upufara », dit Ellis (9, I, p. 254), l’historien des missionnaires, « était un homme intelligent et intéressant ». Bien qu’il fût le dernier champion du paganisme et le principal opposant aux missionnaires, ceux-ci parlaient toujours bien de lui et croyaient qu’il ne leur voulait personnellement aucun mal. De Pomaré, au contraire, ils parlaient avec horreur. J’ai déjà cité suffisamment de leurs textes sur ce sujet, et ni les manières ni les mœurs du roi n’étaient de celles sur lesquelles on aime insister ; mais l’exemple que fournissait sa politique ne le cédait en rien à celui de sa vie privée. Il n’eut à aucun moment beaucoup de partisans ; et, en dehors de son propre district de Pare-Arue, il n’en avait aucun. De plus en plus il en arriva à faire livrer ses guerres par des ruffians étrangers, ou bien venus des Paumotu, ou tels que ce Peter Hagerstein, le Suédois, qui était considéré par tous les Européens, tant missionnaires que négociants (19, p. 497 ; 17, II, p. 169-179 ; III, pp. 2, 8 et 104), comme l’un des plus parfaits vauriens encore à pendre. A Eimeo, ses amis étaient des gens des Paumotu, de Borabora, de Raiatea, des missionnaires ou des parias. Il vivait de mendicité auprès de navires européens ou auprès des missionnaires (13, II, p. 176). Même les gens de Raiatea, de Borabora et les missionnaires l’abandonnèrent à la fin. Le Journal de la mission montre qu’ils estimaient depuis longtemps que leur tâche avait échoué ; et considérant qu’ils identifiaient leur cause à celle de Pomaré, en dépit de leurs avertissements emphatiques, il ne pouvait en être autrement. Aussi les missionnaires, laissant le seul M. Nott à Eimeo, firent-ils voile vers Port Jackson, ou Botany Bay, où se dresse maintenant la ville de Sydney, n’osant accepter la protection que leur offraient les chefs de Tahiti, car ils ne pouvaient se séparer, dans l’esprit du menu peuple, de Pomaré et de ses intérêts (9, I, p. 136).

15Le peu que nous savons de Papara et Opuhara pendant les sept ans qui suivirent, de décembre 1808 à novembre 1815, vient en premier lieu de Moerenhout, qui doit le tenir de Tati. Nos renseignements sur Pomaré viennent surtout des récits de la mission. Les faits et gestes les plus difficiles à suivre sont ceux de Tati lui-même. Nous savons qu’il alla à Borabora, après avoir épousé Tehea, qui appartenait à l’une des trois familles princières de cette île. Nous savons aussi que Pomaré, peu après, s’engagea à prendre comme deuxième femme, la fille aînée de Tamatoa, chef de Raiatea, mais que la cadette, Terito, s’arrangea pour parvenir la première à Eimeo, et que Pomaré la prit pour reine, en dépit du contrat passé avec l’aînée qui n’arriva qu’après l’établissement complet de Terito. Le parjure était si flagrant que Pomaré laissa à l’aînée le titre officiel de reine, — Pomaré vahine — et reine, çlle demeura toute sa vie, pour l’énergie politique, le courage et le contrôle de soi. Tamatoa vint au mariage avec sa fille. La noce semble avoir eu lieu à Eimeo, le 8 novembre 1811, quand Pomaré écrivit aux missionnaires dans les Nouvelles-Galles du Sud pour rendre compte de sa situation :

16« Taheite est en paix », dit-il ; « ce n’est pas une très bonne paix, et ce ne le sera sans doute pas avant qu’il n’y ait de nouveau la guerre ; cependant c’est la paix, et nous vivons dans la quiétude. Je suis venu ici à Eimeo le 8 juillet pour chercher du bois de construction pour pirogues, et je réside à Eimeo.... Tapoa et sa suite sont ici, et aussi les chefs d’Ulitea (Raiatea). Tamatoa et Pomaré vahine sont à Huaheine ; c’est tout ce qui reste des chefs. Ils doivent venir sur le navire du capitaine Walker ; peut-être ne viendront-ils pas avant quelque temps. Tapoa et sa suite sont venus sur le navire du capitaine Campbell. Ils sont arrivés ici à Eimeo, le 27 septembre. Ils amenaient avec eux bon nombre d’hommes : 288. »

17Tati était de la suite de Tapoa, qui arriva le 27 septembre et comptait près de trois cents hommes. D’autres formations venues des îles sous le vent comptaient encore quatre cents soixante-et-un hommes, si bien que Pomaré disposait à Eimeo d’une armée redoutable.

18« Eux aussi sont venus », continuait-il, « pour prendre part à la guerre. Je vais les renvoyer ; il n’y aura pas de guerre ; c’est la paix et non la guerre ». Ses raisons pour les renvoyer chez eux, il ne les donnait pas ; mais il n’était certainement pas prêt encore pour une autre guerre. Il avait encore à mettre au point son plan pour amener tout son parti à se déclarer pour le christianisme ; plan qui, on le voit d’après ses lettres, devait germer dans son esprit depuis des années. Tamatoa arriva peu après, et Pomaré tenta ensuite de le persuader lui et les autres chefs des îles sous le vent de se déclarer chrétiens (13, II, p. 5). Il vint le 18 juillet 1812 pour annoncer aux missionnaires sa décision personnelle, et peu après, sur l’invitation de son ancien district de Pare-Arue, il revint à Tahiti, où il fut autorisé à rester deux ans, à titre de chrétien reconnu, sans être molesté par ses anciens ennemis.

19A la même époque, Tati rentra chez lui et fut de nouveau reçu à Papara. Pomaré établit sa résidence à Pare-Arue comme chef chrétien le 13 août 1812, et entretint une correspondance avec les missionnaires à Eimeo, qui envoyaient dans leur pays ces lettres pour être publiées. Une de ces lettres écrite le 1er octobre 1812, six semaines après son arrivée, contenait une allusion à Opuhara, qu’il semble désigner alors sous le nom d’Ariitapoea :

20« Chers amis, la guerre va peut-être bientôt commencer dans le district de Papara. Nous prêtons l’oreille à tous les bruits pour découvrir s’ils sont vrais ou non. Si la guerre n’a pas lieu, ce sera par crainte de nous. Eno-metua est à la tête d’un parti, et Ariitapoea et son frère Tati à la tête de l’autre. Si Enometua était banni de Papara, Taheite tout entière sera entraînée dans la guerre. Dans ce cas je prendrai le parti d’Enometua et le Porionuu, qui comprend tous les districts depuis l’isthme jusqu’à Tepaerue (Pare-Arue ?), se joindra à moi. Papara et une partie d’Attahuru entendent bannir Enometua ; mais Taearabei (Ahurai ?) et Faa, et une partie d’Attahuru, veulent rester neutres. Nous savons que cette guerre aura lieu à cause de nous, et que nous y serons impliqués. Peut-être ne connaissez-vous pas Enometua, ni Arriitapoea, le frère de Tati qui vint de Raiatea avec Tapoa et son parti. »

21Cette réapparition soudaine de Enometua et de l’antique querelle Aro-maiterai, plus de vingt ans après qu’elle eut mené à la trahison d’Ariifaataia à l’égard de Pomaré (voir tableau VII), me surprend quelque peu, mais n’a conduit, que je sache, à aucune catastrophe. La guerre n’éclata pas. Les missionnaires revinrent et poursuivirent librement leurs conversions. Le 17 février 1813, Pomaré écrivait : « On m’a rendu Matavai. Quand je serai parfaitement sûr de la sincérité de cette restitution, je vous écrirai une autre lettre. » Les missionnaires firent le tour de l’île ; de nombreuses conversions eurent lieu ; à Eimeo, plusieurs idoles furent brûlées publiquement ; il ne pouvait faire de doute que les Chrétiens poursuivaient leur propagande activement, et que leur succès restaurerait l’autorité de Pomaré sur la totalité de l’île ; mais ni Opuhara ni Tati n’intervinrent, et la paix continua.

22Cependant, après avoir attendu deux ans à Pare, « espérant vainement la restauration de son gouvernement, et s’efforçant de recouvrer son autorité sur ses districts héréditaires, Pomaré revint à Eimeo à l’automne de 1814, accompagné par une longue suite d’affiliés et de vassaux, qui tous professaient le christianisme » (9, I, p. 216). Peu après, Pomaré vahine vint des îles sous le vent à Eimeo, elle aussi avec un nombreux cortège de fidèles chrétiens. Vers le même temps les convertis au christianisme à Tahiti formèrent une organisation connue sous le nom de Bure Atua, et chacun put voir que Pomaré se servait d’eux, et des ressources de sa femme, pour tenter une fois de plus de recouvrer par la force son autorité dans l’île.

23La guerre était inévitable, et Pomaré avec ses convertis chrétiens pouvait choisir la date et le lieu favorables. Pomaré lui-même n’était pas un guerrier, il laissait ses femmes, qui risquaient probablement moins de ranimer les anciennes inimitiés se battre pour lui. Terito et Pomaré vahine passèrent à Pare-Arue en mai 1815, avec un fort parti de chrétiens, et activèrent leurs préparatifs pour renverser les chefs indigènes. Les chefs n’avaient d’autre issue que de les chasser de nouveau et fixèrent leur attaque combinée à la nuit du 7 juillet. C’était Opuhara qui dirigeait leurs forces, et il passa pour avoir averti les deux reines et leur avoir accordé le temps de fuir. A cause de sa lenteur, certains des autres chefs l’accusèrent de trahison ; il répliqua qu’il ne voulait pas de mal aux deux femmes ou à leurs gens ; que ses ennemis étaient les Porionuu ; et il marcha directement sur Pare-Arue qu’il soumit une fois de plus (15, II, p. 460).

24Tandis que Pomaré et les missionnaires devenaient de plus en plus forts, et, selon les expressions d’Ellis (9, I, p. 245) étaient « persuadés que le temps approchait où leur foi et leurs principes devaient l’emporter sur le pouvoir et l’influence » des chefs indigènes, ces chefs eux-mêmes témoignaient d’une constante irrésolution. A Papara les divisions devenaient pénibles. Tati que ses liens de parenté avec Raiatea mettaient en relations étroites avec les deux reines, s’efforçait de prévenir la guerre. Il ne pouvait manquer de voir qu’il n’y aurait aucune chance de pacifier jamais les îles tant qu’elles ne seraient pas chrétiennes. Avec l’aide des missionnaires et des gens de Raiatea, les chefs de Teva pouvaient contrôler Pomaré, et le sacrifice de reconnaître son titre de roi des îles que lui donnait la mission, n’était pas tellement sérieux, si, à ce prix, on pouvait apaiser son ambition. Si ce fut là le plan de Tati, il eut pour effet de diviser Papara. Opuhara alla jusqu’à consentir à permettre aux chrétiens, quelques semaines seulement après le 7 juillet, à revenir à Pare-Arue. Pomaré revint en personne, avec toute sa suite, évidemment armée et préparée à la guerre. « Maintenir la foi chrétienne en continuant de jouir de leur paix et de leur confort présents serait, ils le prévoyaient, impossible (9, I, p. 245). » On entraîna les convertis indigènes au maniement des armes à feu, et toute la mission ne s’intéressa pour le moment qu’à une active préparation militaire. Les chefs indigènes, qui n’avaient ni armes à feu ni alliés Anglais, et qui savaient que Pomaré prétendait les soumettre une fois de plus, le laissèrent pourtant revenir à Pare-Arue avec une force qui ne pouvait signifier que la conquête, et préparer à loisir la ruine de leur indépendance.

25Sous couleur de services religieux, Pomaré et les missionnaires maintenaient leurs forces sous les armes. « Nous avions prévenu nos gens avant qu’ils vinssent à Tahiti de la probabilité d’un stratagème de ce genre (une attaque à l’improviste) qu’on emploierait, si la guerre avait lieu : en conséquence beaucoup venaient au culte sous les armes. » Avec cette armée qui comptait « probablement dans les huit cents hommes (9, I, p. 247) » et une pirogue de guerre, avec des mousquetaires, plus une seconde pirogue de guerre, « commandée par un Anglais (ou Français) nommé Joe par les indigènes », et qui portait à l’arrière un canon à pivot (9, I, p. 249), Pomaré prit position le 11 novembre au village de Punaauia ou dans les environs, à treize kilomètres et demi de Pare, et en bordure de Paea et de Papara, avec des avant-postes placés loin en avant.

26C’était un défi qu’Opuhara, en vue de Punaauia, pouvait difficilement ne pas relever. Il avait de bonnes raisons de se rappeler les procédés guerriers de Pomaré, et rien ne pouvait empêcher Pomaré de renouveler la surprise et le massacre de 1807. Il rassembla ses hommes en hâte et se rua sur Punaauia pour chasser les envahisseurs. La bataille dite des Fei-pei — des bananes mûres — s’ensuivit, fameuse dans les annales de la mission et décrite tout au long dans les histoires des missionnaires. D’après ceux-ci il apparaît que l’armée de Pomaré, quand elle reçut de ses éclaireurs la nouvelle qu’Opuhara s’avançait, ce qu’ils escomptaient, se mit en ligne sur la côte, un flanc couvert par leurs pirogues de guerre, l’autre par une colonne appuyée aux collines. Pomaré était dans la pirogue qui portait les fins tireurs. L’autre pirogue avec l’Anglais Joe de Raiatea « fit des ravages considérables » et devait donc avoir pris position pour prendre de flanc et en enfilade le parti attaquant.

27L’attaque d’Opuhara fut violente et enleva les premières lignes pour parvenir au lieu où se tenaient Pomaré vahine et les guerriers principaux. Là un des convertis indigènes de la mission réussit à toucher Opuhara qui tomba et mourut peu après. Les hommes alors abandonnèrent, et se retirèrent, sans être poursuivis.

28Telle est en bref l’histoire, telle que la conte Ellis dans ses Polynesian Researches et dans les Missionary Records Ellis ajoute :

29« Upufara, le dernier chef de Papara, était un homme intelligent et intéressant ; sa mort fut profondément regrettée par Tati, son proche parent et son successeur dans le gouvernement du district. Son esprit avait longtemps flotté et il était, presque au matin de la bataille, indécis s’il renoncerait aux idoles ou continuerait à les adorer. »

30Nos traditions content différemment l’histoire. Selon nos vieillards, l’apparition de Pomaré à Punaauia avec son armée surprit Opuhara, qui n’avait pas rassemblé ses forces, et ne voulait pas attendre l’arrivée des hommes de Taiarapu. Il s’avança avec seulement la moitié de ses gens, et ne savait pas que le chef de Paea, Temaehuata, était passé aux chrétiens sans l’avertir de ce changement. Au cours de son avance il rencontra Tati, envoyé à sa rencontre pour négocier sa soumission. Quand ils furent face à face, Opuhara lui demanda ce qu’il voulait :

31« C’est la paix que je vous demande, mon frère », repartit Tati. Opuhara se détourna :

32« Arrière, traître ! » dit-il. « Honte sur toi ! Toi que je prenais pour mon frère aîné, je ne te connais plus ; et aujourd’hui j’appelle ceci, ma lance Ourihere : Taeaeneore. (Sans-frère). Prends-y garde car si elle te retrouve désormais, elle te retrouvera en ennemi. Moi, Opuhara, je me suis tenu au titre d’Arii sur le Moua Temaiti, sans m’incliner devant d’autres dieux que ceux de mes pères. Je m’y tiendrai jusqu’au bout ; jamais je ne m’inclinerai devant Pomaré, ni devant les dieux que nous a imposés l’homme au visage pâle. »

33Dans les rangs de sa suite, on croyait fermement que Opuhara, malgré le peu d’importance de ses forces, aurait gagné la bataille, si les missionnaires indigènes n’avaient pas été instruits à tirer, comme ils l’avaient été à prier, et si on ne les avait pas munis de fusils en même temps que de Bibles. Ceux de Papara considérèrent la mort d’Opuhara comme une sorte d’assassinat par un étranger loué et armé à cet effet. Ils ne purent jamais comprendre le système de l’homme blanc que ce soit pendant la guerre ou la paix, et ne pardonnèrent jamais complètement à Tati, même lorsqu’ils eurent admis que Tati était un guide plus sûr qu’Opuhara. Quant à la soumission, ils n’avaient plus le choix. Quand Opuhara tomba, leur dernier espoir périt. Ses derniers mots annonçaient la chute de Papara :

34« Mes enfants, battez-vous jusqu’au dernier ! Il est midi, et moi, Opuhara, de ti de Moua Temaiti, je suis détruit. »

35On me dit que la lance d’Opuhara, « Ourihere, Sans-frère », est maintenant au Musée du Louvre. Même en ces jours lointains il n’y avait parmi tous ses guerriers que deux hommes à la pouvoir brandir. Il est encore regardé par les Teva comme leur plus grand guerrier et héros ; et si les missionnaires et les églises ont parfois douté que les indigènes comprissent comme il faut les vérités et les beautés du christianisme, peut-être une des raisons en est-elle que les Teva n’oubliaient pas la lutte des missionnaires en faveur de Pomaré et la mort d’Opuhara.

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search