Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre XV

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

J’ai réussi à suivre, tant bien que mal, la carrière des chefs de Papara jusqu’à la mort d’Ariifaataia en septembre 1798, si bien qu’Amo et Purea et même Ariifaataia ont acquis pour moi une sorte d’identité réelle, mais quand j’arrive aux âges sombres de notre histoire, entre 1800 et 1815, je constate une carence de renseignements et de traditions qui montre combien il s’en fallut de peu que notre famille ne subît le sort de presque toutes les autres races princières. Le successeur d’Ariifaataia comme chef de Papara ne pouvait être un descendant d’Amo et Purea ou d’Ariifaataia. Leur lignée était éteinte. La succession devait passer au jeune frère d’Amo, Manea, qui avait lavé la querelle du sang de Purea à Mahaiatea, ce qui est tout ce que je sais de lui. Il était probablement mort en 1798, mais, s’il était vivant, il devait être très vieux, entre soixante-dix et quatre-vingts ans ; et à Tahiti on ne considérait guère les vieillards. Il avait un fils Teuraiterai, né vraisemblablement...

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr