Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre XIV

Texte intégral

1Cependant l’Europe avait totalement perdu l’intérêt d’abord si vif qu’elle portait à Tahiti. Démodées, les mers du Sud tombèrent aux mains de gens aussi insoucieux des modes que les missionnaires et les capitaines de baleiniers ; leur éclat s’évanouit, et la curiosité usée disparut. Quand Cook revint de son second voyage, il amenait avec lui un jeune indigène de Raiatea nommé Omai, et, en guise d’excuse, expliqua que ce n’était pas là un spécimen marquant des insulaires ni pour la naissance ni pour la physionomie. (7, I, p. 169). Il parut surpris de découvrir que ce spécimen de « la classe moyenne » remportait un grand succès dans la société de Londres. « Peu après son arrivée, le comte de Sandwich, premier Lord de l’Amirauté, le présenta à Sa Majesté à Kew où il fut reçu de la façon la plus gracieuse, ce qui lui inspira la plus vive impression de fidélité et de gratitude envers ce grand et aimable prince, impression qu’il gardera, j’en suis persuadé, jusqu’au dernier moment de sa vie. » Il demeura deux ans en Angleterre, en 1775 et 1776, « choyé par une grande partie de la plus haute noblesse », et obtint même le rare privilège d’être approuvé par le Dr Johnson à ce que rapporte Boswell, dont le sens de l’humour ne semble avoir été nullement ému par les remarques caractéristiques de Johnson au sujet de la politesse en Angleterre et ailleurs :

2« Il (Johnson) avait été en relations avec Omai, un indigène d’une île des mers du Sud, après que celui-ci eut passé quelque temps dans notre pays. Il fut frappé de l’élégance de sa conduite, et en rendait compte en ces termes : « C’est, Monsieur, qu’il n’avait passé son temps en Angleterre que dans la « meilleure compagnie, de sorte que tout ce qu’il avait acquis de nos manières « était très comme il faut. »

3On aimerait avoir l’impression d’Omai quant aux manières de Johnson, mais Omai n’avait pas de Boswell, et ne laissa pas de mémoires, bien qu’il ait laissé quelque chose presque aussi précieux puisque son portrait fut peint par Sir Joshua Reynolds, et, sans aucun doute, est évalué à plus cher que ne le fut jamais Omai dans son île natale, même quand Cook l’y ramena en 1777, chargé de cadeaux, que s’approprièrent probablement bientôt ses chefs ou ses voisins. Quelques années après, en 1785, avant qu’Omai fût entièrement oublié, le poète Cowper lui consacra une page ou deux dans la première partie du livre The Task qui portait le titre étrange de The Sofa. Soit que l’humeur noire de Cowper l’eût amené à voir les choses telles qu’elles sont, soit que déjà les années eussent apporté un désenchantement qui allait faire de rapides progrès dans la pensée européenne, toujours est-il que les vers de The Sofa contenaient plus de vrai, sinon plus de poésie que tout ce qui avait été dit jusqu’alors au sujet des mers du Sud :

Gentil sauvage, toi que non l’amour pour toi
Ou les tiens, mais, qui sait ? la curiosité
Ou quelque vain orgueil nous ont fait arracher
A ton bosquet natal, pour te montrer ici
Quelle suprême adresse on y met à gâcher
Les dons de Providence et dissiper sa vie...
...Fidèle à chaque aube,
Tu grimpes au sommet des monts, ton œil avide
Explore au large au loin l’immensité limpide
En quête d’un vaisseau d’Angleterre.
Une tache Aperçue au confus horizon te rend pâle
Tant luttent dans ton cœur les peurs et les espoirs.
Mais vient enfin le terne et triste soir
Qui te renvoie à ta case propice
Rêver la nuit des dons refusés par le jour.
Hélas ! n’y compte point ! Nul appât découvert
Ne nous attire en ton pays. Faire le bien,
La bonté désintéressée n’est pas notre œuvre.
Nous allons loin, c’est vrai, mais non pour rien ;
Il faut pour nous gagner à reboucler la terre
D’autres espoirs, des fruits plus riches que les vôtres.

4Cowper était injuste envers son pays. La Société Missionnaire de Londres fut formée en 1795 sans autre objet que de faire le bien désintéressé, et elle choisit les mers du Sud pour son premier champ d’opérations. Le navire missionnaire le Duff partit d’Angleterre en août 1796 et atteignait Tahiti en mars 1797.

5Trente ans s’étaient écoulés entre la venue du capitaine Wallis sur le Dolphin et celle des missionnaires sur le Duff. Il restait peu de chose de ce qui avait charmé les premiers arrivants. En ces trente ans l’Europe avait connu une évolution de plusieurs siècles ; les songes de Rousseau et les idéaux de nature étaient déjà aussi loin que le royaume des cieux. En 1797 les philosophes étaient morts, la guillotine avait disposé des vertus innées du cœur humain et la guerre avait balayé la plupart des frontières de la vieille Europe, avec une grande partie de sa vieille population, mais le naufrage de la société qui avait eu lieu en Europe n’avait rien de comparable au naufrage de notre monde dans les mers du Sud. Quand l’Angleterre et la France commencèrent à nous montrer les avantages de leur civilisation, nous étions, parmi les races d’alors, un grand peuple. Hawaii, Tahiti, les Marquises, Tonga, Samoa, et la Nouvelle-Zélande faisaient une figure respectable à la surface de la terre, et contenaient une population d’ampleur non négligeable, mieux adaptée que n’importe qu’elle autre société aux conditions dans lesquelles elles vivaient. Tahiti, qui fut la première à entrer en contact étroit avec les étrangers, fut la première à souffrir. Le peuple, qui comptait, selon Cook, deux cent mille âmes en 1767, en comptait moins de vingt mille en 1797, selon les missionnaires, et seulement cinq mille environ en 1803 (17, III, p. 78). Cette terrible mortalité a été souvent mise en doute, car les Européens horrifiés se refusent à admettre que ce soit là leur œuvre, mais nul n’en doute qui appartient à la race indigène. Tahiti ne connut pas seule cette misère. Ce qui s’y produisit se produisit partout, non seulement dans les grands groupes de hautes îles, comme Hawaii, de trois ou quatre cent mille habitants, mais dans de petits atolls de coraux qui n’en pouvaient porter que quelques dizaines. Moerenhout, le plus familier de tous les navigateurs avec les îles de notre partie de l’océan, contait la même histoire à propos de toutes. Il était dans le groupe austral en 1834. A Raivavae, il trouva de quatre-vingt-dix à cent indigènes qui mouraient rapidement, là où douze cents au bas mot avaient vécu seulement douze ou quatorze ans plus tôt (15, I, p. 143). A Tubuai, il trouva moins de deux cents personnes parmi les ruines de maisons, de temples et de tombeaux (15, I, pp. 145-147). A Rurutu et Rimatara, chacune peuplée naguère de mille ou douze cents habitants, il en restait à peine deux cents, et tandis qu’à Rimatara c’étaient presque tous les hommes qui étaient morts, à Rurutu presque toutes les femmes avaient été balayées. L’histoire des habitants de l’île de Pâques est bien connue. Celle des Marquises est presque aussi pathétique que celle de Tahiti ou d’Hawaii. Partout les Polynésiens périssaient et peu leur importait que ce fût de quelque maladie importée, ou de quelque nouvelle arme, comme le mousquet, ou du désordre gouvernemental causé par l’intervention étrangère.

6Sans aucun doute les maladies nouvelles firent le plus de mal. Presque toutes consistaient en quelque genre de fièvre, et des épidémies relativement anodines, comme la rougeole, devenaient épouvantables, quand les malades, pour apaiser leur fièvre, ne cessaient de se baigner dans l’eau froide. La dysenterie et un banal refroidissement, que les gens étaient trop ignorants ou trop indolents pour soigner, prenaient des proportions de fléaux. Pendant quarante générations ces gens avaient été isolés dans cet océan, comme en un moderne sanatorium, protégés de tout contact avec de nouvelles formes de maladie, et vivant de légumes et de poissons. Les maladies virulentes qui s’étaient développées parmi les masses pourtant en lutte contre elles en Asie et en Europe trouvèrent un riche terrain de destruction quand elles furent importées dans les mers du Sud. De même que des calamités comme le lantanier, le mimosa ou la sensitive et le goyavier avaient envahi nombre d’îles, où le terrain leur était favorable, de même les maladies coururent à travers le peuple.

7De cela, peut-être, les étrangers n’étaient pas totalement responsables, encore que leur civilisation le fût certainement ; mais quant à la misère politique, l’étranger eut tous les torts, et il fut la cause active de la dégradation sociale et morale. Certes l’ancienne société de Tahiti avait sa part de vices, et était une sorte de Paris dans les raffinements de sa perversité ; mais ceux-ci n’avaient pas empêché les insulaires de mener la vie la plus heureuse qu’on eût connue parmi les hommes. Ils étaient pareils à des enfants dans leurs mœurs et leur insouciance, mais ils croissaient et multipliaient. Les Européens vinrent, et renversèrent non seulement tous leurs idéaux moraux, mais aussi l’ensemble de leur système politique. Dans les temps anciens, chaque fois qu’un chef devenait d’une arrogance intolérable ou menaçait de détruire le reste de la société, les autres s’unissaient pour le renverser. Toutes les guerres que rapporte la tradition de l’île furent causées par l’orgueil outrecuidant, la violence ou l’ambition des grands chefs ou de certains districts, et s’achevèrent par le retour à l’équilibre. Les Anglais arrivèrent juste au moment où une de ces révolutions survenait. Toute l’île s’était unie pour punir la cheffesse de Papara pour son outrageux dédain des règles de la courtoisie qui tenaient lieu de loi internationale entre les grands chefs. Ils avaient puni Purea, lui avaient ravi le symbole de la souveraineté qu’elle avait usurpé pour son fils, et l’avaient confié à la garde du chef de Paea. Ils avaient reconnu au chef de Pare-Arue le droit de porter le maro ura, que Purea lui avait contesté en insultant sa femme. Puis le chef de Paea avait essayé d’imiter Purea et de s’assurer l’autorité suprême, ce qui lui avait valu d’être à son tour vaincu et tué. Il est probable que Tu n’aurait jamais tenté d’imiter Tutaha et Purea, si les Anglais n’avaient pas affecté de le traiter en roi de l’île tout entière. C’était un des plus faibles parmi les chefs et qui se satisfaisait de peu de considération en ce qui concernait son pouvoir militaire. Les autres chefs l’auraient aisément maintenu à sa place si les Anglais ne l’avaient pas constamment soutenu et n’avaient pas restauré sa puissance quand on l’eut renversé. C’est l’intervention anglaise seule qui prolongea son ambition et causa les guerres continuelles qui ne donnaient au peuple aucune chance de compenser jamais ses pertes.

8Pomaré ne pouvait atteindre son but qu’en détruisant l’un après l’autre la totalité de la vieille classe aristocratique. Tant qu’un des chefs subsisterait, il serait nécessairement le champion de la grande majorité des insulaires, qui détestaient la tyrannie d’un seul et savaient ce que signifiait pour eux cette tyrannie. Quand leurs légendes ne prouveraient rien d’autre, elles prouvent au moins que les indigènes connaissaient mieux la tyrannie, et avaient plus de raisons de la redouter que les Anglais ou les Français n’avaient pu en avoir depuis bien des siècles ; et contre un despotisme tel que l’Europe ne pouvait le concevoir, leur système de tribus, avec ses chefs, était leur seule protection. Ils s’y accrochaient, et Pomaré n’avait pas le choix : ou succomber, ou le détruire. C’était un politicien consommé, car la politique était la vie de la caste oligarchique, et tout chef connaissait par instinct et par contact personnel étroit le caractère et la pensée de tout autre chef de l’île. Pomaré savait que son plan ne pouvait être réalisé que par une destruction massive, et qu’il devait pour cela s’appuyer sur des étrangers : des blancs ou les gens de Raiatea ou des sauvages des îles Paumotus. Les missionnaires le savaient aussi, car Pomaré ne s’en cachait pas, et ils rapportaient le fait comme s’il ne les concernait pas.

9« Au cours d’une conversation qu’un frère eut avec Pomaré (en octobre 1800), le chef lui laissa entendre qu’une guerre dans l’île était probable, mais non imminente. Il ne paraissait pas savoir qui étaient ses ennemis et qui ses amis, mais reconnaissait le désir, général dans le peuple, d’une suppression de la forme monarchique du gouvernement, et du rétablissement de l’indépendance de chaque district. On lui fit observer que les procédés arbitraires d’Otoo étaient probablement la cause du mécontentement actuel. Il ne le nia pas. Pomaré souhaitait beaucoup l’arrivée d’un navire de guerre qui, supposait-il, par une intervention en sa faveur, rétablirait le calme et raffermirait son autorité et celle de son fils. Ou encore, si un certain nombre d’Anglais comme nous voulaient se joindre à nous, et résider parmi eux comme nous l’avions fait, il affirmait qu’il n’y aurait sûrement pas de guerre (13, I, p. 202). »

10Les journaux des missionnaires sont pleins des mêmes témoignages que ceux de Cook, Bligh et Vancouver. Tous disaient avec quelle énergie désespérée le malheureux peuple luttait contre la politique anglaise qui créait et soutenait une tyrannie. La brutalité et la violence de Tu le faisait haïr également de son propre peuple de Pare et des districts Teva. Voici quelques extraits qui montrent ce que les missionnaires virent et ce qu’ils firent.

11« 16 octobre (1799)... Entendu dire que cinq victimes humaines ont, en l’espace de quelques jours, été amenées d’Eimeo dans cette île-ci ; et aussi que beaucoup des habitants d’Opare (de la plus pauvre classe) ont gagné les montagnes pour éviter d’être saisis pour les sacrifices humains parce qu’Otoo et Pomaré cherchent ce qu’ils jugent des sujets convenables pour ce dessein... Il paraît que ce sont là des préparatifs pour la guerre projetée, et que Pomaré fait ce qu’ont fait avant lui d’autres aveugles païens, pour tâcher de se concilier les faveurs de son dieu-idole, et de l’amener à délaisser le district d’Attahooroo.

12« 17 octobre. On dit que la cause de la présente guerre avec Attahooroo est le ressentiment des habitants de ce district contre la conduite tyrannique et oppressive des chefs qui tiennent la dragée par trop haute aux gens soumis à leur pouvoir.

13« 1er janvier 1800. A une heure de l’après-midi Otoo, Pomaré et Edea se sont rassemblés devant l’appartement de Frère Eyre et les frères leur ont fait don à chacun d’un mousquet et de quatre livres de cartouches.

14(Lettre au Rev. John Love pour les Directeurs de la Société Missionnaire, 14 janvier 1800, 13, I, p. 169). « Cette île est à présent calme, mais nous craignons qu’avant longtemps elle ne soit entraînée dans la guerre, car un grand désaccord subsiste entre Otoo, Pomaré, etc., et le district de Attahoo-roo, un des secteurs les plus puissants de l’île. On a débarqué de l’« Eliza » pour le compte de Pomaré (sans aucune intervention de notre part) une caronade de dix-huit livres, deux canons à pivots, plusieurs mousquets et une grande quantité de munitions.

15« 21 mai. Nous entendons dire que les basses classes indigènes s’agitent contre Pomaré en raison surtout de sa conduite tyrannique, dit-on, qui va jusqu’à les dépouiller fréquemment de leur petite propriété.

16« 23 mai. Les bruits de guerre continuent. On raconte que le menu peuple est très excité contre les principaux chefs et entend les renverser tous pour rétablir l’ancienne forme de gouvernement de l’île : à savoir, chaque district sujet de son propre chef qui ne reconnaîtrait aucun supérieur. Notre situation présente apparaît comme très dangereuse mais Notre-Seigneur apaise la tempête et notre vie est dans sa main. Les déprédations et les caprices imposés par les gens d’Otoo au menu peuple seraient parmi les causes de ce désir d’un changement de gouvernement...

17« 21 janvier 1801. La guerre est encore le sujet de conversation autour de nous ; le peuple nourrissant des pensées hostiles contre Pomaré et toute sa famille...

18« 31 janvier... On est surpris des ravages que la maladie a causés depuis que nous sommes dans l’île (mars 1797). Matavai est presque dépeuplé en comparaison de ce qu’il était dans le temps d’après les chiffres fournis par les indigènes ; et pas seulement ce district-ci mais l’île tout entière.

19« 2 février. Les Frères Eyre et Henry qui ont visité aujourd’hui le district et inspecté les indigènes apportent un mélancolique rapport de l’actuel état de choses. Le pays est très peu peuplé, des basses terres envahies de hautes herbes et de taillis qui forment marécage, arrêtent la circulation de l’air et contribuent beaucoup au mauvais état général des habitants, à quoi il faut ajouter la vague d’hostilité qui prévaut dans les basses classes contre Pomaré et Otoo.

20« 6 mars. Voici aujourd’hui quatre ans que nous sommes à Otaheite, mais nous avons été jusqu’ici préservés d’une manière pleine de bonté et de grâce. Pour le moment, nous ne voyons pas le bien qui pourrait résulter de notre séjour parmi les Otaheitiens.

21« 26 juin. Un vaisseau est apparu... Ce vaisseau était le navire armé de Sa Majesté le Porpoise, commandant : le lieutenant Scote, de Port Jackson (Sydney). Le commandant nous a remis de la part du gouverneur King une lettre officielle et une lettre pour Pomaré...

22« 30 juin (Note). D’après des renseignements que nous avons reçus, il semble que l’arrivée du Porpoise soit une intervention très providentielle, car les affaires du pays en étaient arrivées à un point de crise tel que quelques jours, sinon quelques heures auraient suffi soit à détrôner Otoo, soit à établir son autorité. Cela ne se serait pas accompli sans effusion de sang, mais nous espérons maintenant qu’elle n’aura pas heu, qu’Otoo et sa famille pourront garder la possession paisible de leur dignité. Le Seigneur fait bien les choses.

23« 13 juillet... Pomaré nous a encore conviés à nous engager dans une guerre à ses côtés. Il a dit que l’île lui était très hostile, qu’un de ses parents le chef de Bola-Bola était dans une situation dangereuse, que son pays était en guerre, lui-même blessé et que s’il devait être renversé, le menu peuple d’Otaheite se soulèverait contre lui Pomaré et contre nous et nous tuerait tous. Nous lui répétâmes que nous ne voulions rien avoir à faire avec cette guerre. Le capitaine Wilson lui promit trois ou quatre mousquets, et qu’il visiterait aussi Bola-Bola où il laisserait un mousquet ou deux pour son service. Ceci parut satisfaire Pomaré. »

24Ces notes qui s’étendent sur dix-huit mois décrivent toutes les expériences des missionnaires. Ils étaient francs et peu perspicaces et ne cachaient pas leur situation à l’égard d’Otoo, situation clairement décrite dans une lettre qu’ils écrivirent au commandant d’un navire espagnol capturé qui mouilla dans la baie de Matavai le 1er février 1799 :

25« Notre situation est si critique parmi ces peuplades que nous avons les plus grandes difficultés à nous conduire sans offenser l’un ou l’autre. Otoo, le roi, désire vivement avoir un mousquet de votre navire par notre intermédiaire. Nous nous voyons dans l’obligation pour préserver la paix, de vous demander de bien vouloir nous en livrer un si vous en avez un de disponible pour Otoo ; et s’il est en notre pouvoir de vous donner quelques compensations ou de tirer une traite sur nos frères en Angleterre de la valeur de l’objet, nous le ferons avec joie. »

26Pour préserver la paix, les missionnaires eurent de très curieuses initiatives qui suggèrent comme ils l’insinuaient qu’ils étaient fort heureux de voir les indigènes se battre.

27« 20 août (1800)... Nous apprenons que de grands préparatifs sont faits, et quelque païenne divination déterminera d’ici peu de temps si c’est en vue de la paix ou de la guerre. Si c’est pour la guerre, ceux qui sont assoiffés de sang paraissent déterminés à se rassasier. Nous nous réjouissons que le Dieu des armées soit le Dieu des païens au même titre que le capitaine des armées d’Israël, et pendant que les vieux pots de cette terre se brisent les uns contre les autres ils ne font que remplir les desseins déterminés de toute éternité par sa prévoyance. »

28Cette vue calviniste ou fataliste des païens justifiait ou excusait toute action possible en n’importe quel sens de chaque question, mais la coexistence d’idées contraires était parfois plus curieuse encore dans les rapports des missionnaires.

29« 23 juin (1801). Nous avons décidé que demain serait sanctifié par un jeûne pour supplier le Seigneur, tout particulièrement dans les circonstances présentes en faveur des habitants de l’île ; qu’il veuille bien dans sa grâce les maintenir dans la paix, ouvrir la porte à la diffusion et au succès de son évangile parmi eux, avoir pitié de nous et nous aider à être des ministres capables et de bons serviteurs de sa gracieuse parole.

30« 25 juin. M. Broomhall, William Smith (ancien tonnelier de l’Eliza), et deux indigènes sont venus d’Opare avec l’ordre de Pomaré de prendre dans le magasin des tringles de fer destinées à être coupées en petits morceaux et utilisées comme balles et comme boîte à mitraille pour le canon et la caronade que Pomaré avait emportés avec lui. Ils prirent donc à cet effet quatre tringles à faire des clous. »

31En faisant alterner leurs prières pour la paix et leurs espoirs de voir Pomaré et Tu se battre, les missionnaires hâtaient innocemment la destruction des indigènes et encourageaient l’établissement d’une tyrannie que je ne saurais décrire. Pomaré était vicieux et cruel, fourbe et violent, au-delà de l’antique code des mœurs princières, mais Pomaré était un ange comparé avec son fils Tu. Je n’ose entamer le chapitre de ses vices personnels, tous connus, tant des missionnaires que des indigènes, mais en vieillissant — car en 1800 il avait 18 ou 20 ans — et à mesure que son pouvoir augmentait, son caractère devint tel que les indigènes ne purent le reconnaître comme leur, mais l’attribuèrent à sa sauvage ascendance Paumotu. Les missionnaires parlaient souvent de la haine intense suscitée par la façon dont il traitait le peuple dans ses propres districts de Pare-Arue et de Matavai : mais si les missionnaires qui se tenaient à l’écart des autres chefs par crainte d’offenser Pomaré avaient pris la peine de s’enquérir de leur véritable situation, ils auraient constaté que la haine de Tu n’était pas réservée au menu peuple ou aux pauvres diables qu’on destinait aux sacrifices humains. Nul doute que Tu dans ses guerres constantes n’usât des sacrifices humains au point de terrifier au delà de toute expérience antérieure le menu peuple dont les effectifs étaient si diminués qu’un sacrifice de trois personnes comptait relativement autant qu’un de cinquante ou de cent pour la génération précédente ; mais même avec cette terreur dans l’esprit et malgré le pillage constant de leurs biens pratiqué par Tu, le menu peuple ne le haïssait ni le craignait davantage que ne faisaient les notables et leurs chefs locaux.

32Déjà, Pomaré avait réussi à éteindre les Vehiatua de Taiarapu et s’était saisi de cet important district pour son fils. Il avait également écarté la famille d’Ahurai. Il avait établi son propre pouvoir à Eimeo sur la partie nord de l’île. Seuls les vieux districts Teva et Hitiaa maintenaient leur attitude d’indépendance ; et, bien que Temarii-Ariifaataia fût mort, le peuple d’Atahuru ou Paea avec lequel toute la population de la côte depuis Faaa jusqu'à l’isthme s’était engagée, offrait une résistance que Pomaré et Tu n’osaient défier sans l’aide anglaise. Sur ces entrefaites, Tu rejeta tous ses égards pour la vieille courtoisie sociale et terrifia les chefs autant qu’il terrifiait le peuple. Ils auraient fait partie des parias où l’on prenait généralement les victimes humaines que les chefs n’auraient pas été traités d’une façon plus outrageante.

33Un ou deux cas de ce genre qui montrent la terreur que Tu inspirait aux chefs attirèrent l’attention des missionnaires. L’un avait trait aux membres de la propre famille de Tu :

34« 5 mars (1799)... Le roi et la reine sont souvent autour de nos habitations. Otoo est brutal et capricieux comme un enfant et ses serviteurs l’imitent.

35« 6 mars... Il y a un grand groupe d’indigènes autour de nous qui passent leur temps à manger, boire, lutter, battre du tambour, chanter, vociférer, lancer leurs bras et leurs jambes en l’air d’une manière frénétique et autres réjouissances. Cette assemblée est due à une cérémonie de mariage qui va avoir lieu entre un chef d’Oryatea (Raiatea) appelé Matte-ah (Mateha), et une jeune femme, la fille du défunt chef de ce district, nommée Mahei-annoo. Elle et Matte-ah font tous deux partie de la famille de Pomaré et sont nobles par naissance...

36« 12 mars... Matte-ah et Mahei-annoo, etc., sont venus à la maison des quatre frères amenant avec eux une grande partie de leurs biens qu’ils ont supplié les frères de prendre sous leur protection, car ils venaient d’apprendre qu’Otoo s’était jugé offensé par leur famille et avait menacé de piller et de tuer certains d’entre eux. Ils paraissaient très agités et en détresse. Les frères prirent leurs biens sous leur garde et ils retournèrent à leur demeure, déclarant qu’ils mourraient tous ensemble. Leurs propos et leurs airs étaient très émouvants. La colère d’Otoo contre leur famille est due, paraît-il, à ce que Matte-ah et Mahei-annoo, quand ils furent unis entrèrent dans le morai du roi, ce que nul autre que lui n’est autorisé à faire. Mais la famille déclare que c’est faux, qu’ils s’en sont tenus à leur propre morai et n’ont pas pénétré dans celui du roi. Quand nous réfléchissons au naturel tyrannique d’Otoo, et à la barbarie des indigènes, notre situation paisible au milieu d’eux nous paraît vraiment merveilleuse. »

37En cette occasion, comme en la plupart des autres où les victimes avaient été averties à temps pour se préparer, Otoo nia avoir tenu ces propos et les chefs menacés eurent la vie sauve. La véritable signification de l’incident apparaît dans une note postérieure du Journal des missionnaires.

38« 21 octobre (1800)... Appris la mort de Mahei-annoo, femme de Matte-ah. Elle souffrait d’un mal au cou, qui obstruait tellement sa gorge qu’il lui interdisait toute nourriture. Environ trois jours avant la fin elle mit au monde un enfant mort. Elle était dans un district du côté sud de l’île appelé Puppe-haare (Papeari), lieu où on l’avait emmenée à la fin du mois dernier... C’était une jeune femme sensée, eu égard à son éducation, et dans une grande mesure exempte de cette légèreté qui caractérise les habitants de cette île... »

39La personne qu’Otoo avait ainsi terrifiée n’était autre que la belle Maheanuu de Papeari (Puppe-haare), la tête de la sociéte de l’île, d’un rang social aussi supérieur à Tu, que Tu était, par la vertu des armes anglaises, supérieur politiquement aux grands de Matavai. Aux yeux des indigènes et surtout des Teva, Tu, en menaçant de tuer elle et son mari se rendait coupable de la pire atrocité connue par le code moral de l’île. Napoléon ne choqua pas plus l’Europe en tuant le duc d’Enghien que Tu n’aurait choqué Tahiti en agissant traîtreusement contre Maheanuu et son mari.

40L’autre exemple de la terreur inspirée par Tu aux grands chefs est celui de Teohu, chef de Hitiaa, qui vint en mars 1801 à Matavai, avec toutes ses doubles pirogues, en grand apparat de prince, avec deux victimes humaines, pour conclure un traité avec Pomaré et Tu. Quand la cérémonie fut terminée et que Pomaré fut rentré à Pare, les missionnaires rapportèrent :

41« 15 avril. Pendant la nuit, une femme arriva d’Opare par mer et apporta à Teohu et à sa suite la nouvelle que Pomaré avait l’intention de le tuer. Cette information les remplit de consternation, et les combattants s’armèrent instantanément et se placèrent comme une garde autour du vieux chef. Il paraît que la femme qui apporta le renseignement est du parti de Teohu, qu’elle s’est mêlée à celui de Pomaré, d’où elle a tiré cette information. Que Pomaré ne veuille le tuer s’il peut, il n’y a peut-être guère de raison d’en douter, et Teohu pour sa part le redoute fort, quoique Pomaré se conduise envers lui avec une grande bonté apparente, et est allé jusqu’à lui faire présent d’un mousquet. »

42La cheffesse de Papeari et le chef de Hitiaa étaient des personnages de haut rang, mais le chef de Papara exerçait encore plus de pouvoir qu’eux tous, y compris Pomaré et Tu. Pour établir son pouvoir suprême, Tu ne pouvait écarter la nécessité de détruire la famille de Papara, et d’établir quelqu’un de la famille de Pare-Arue dans le district de Papara. En conséquence, après la mort de Temarii Ariifaataia, on ne vit jamais un chef de Papara à Matavai. Les missionnaires, qui signalaient tout le monde, n’ont jamais signalé son nom, et ne paraissaient pas savoir que Temarii eût un successeur. Ils savaient que Papara et Paea étaient en révolte continuelle contre Tu, mais ils se souciaient peu d’apprendre qui conduisait la révolte. Il leur suffisait de donner à Tu des mousquets et de la poudre pour conquérir Papara et détruire ses chefs : peu leur importait le nom de leurs victimes.

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search