Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre XIII

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ariipaea, demi-frère de Tu, qui, gardien de Papara, vendit ses droits à Tu, mourut en 1796 ou 1797 (2, pp. 67 et 212). Sa veuve, Teriitua, fille d’Aromaiterai, alors cheffesse de Hitiaa (2, p. 192), était généralement connue par les Anglais sous le nom d’Inna Madua (Vahine metua), et continua pendant plusieurs années à jouer un rôle considérable dans la famille de Pomaré (17, II, p. 226). Apparemment le Temarii Ariifaataia hérita du nom de son gardien et parent, car les missionnaires employaient indifféremment le terme de Temarii ou d’Ariipaea (Orepiah) en parlant de notre chef de Papara, que notre tradition ne connaît que sous le nom d’Ariifaataia.

Ariifaataia, si le vœu de sa famille avait prévalu, aurait épousé la cheffesse de Vaiari, Maheanuu i Farepua, qui n’était pas seulement socialement la première des chefs de Tahiti, et dont les marae Farepua et Tahiti étaient les plus anciens de l’île, mais aussi à l’époque la beauté reconnue de Tahiti, dont la réputation demeure proverbia...

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr