Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre XIII

Texte intégral

1Ariipaea, demi-frère de Tu, qui, gardien de Papara, vendit ses droits à Tu, mourut en 1796 ou 1797 (2, pp. 67 et 212). Sa veuve, Teriitua, fille d’Aromaiterai, alors cheffesse de Hitiaa (2, p. 192), était généralement connue par les Anglais sous le nom d’Inna Madua (Vahine metua), et continua pendant plusieurs années à jouer un rôle considérable dans la famille de Pomaré (17, II, p. 226). Apparemment le Temarii Ariifaataia hérita du nom de son gardien et parent, car les missionnaires employaient indifféremment le terme de Temarii ou d’Ariipaea (Orepiah) en parlant de notre chef de Papara, que notre tradition ne connaît que sous le nom d’Ariifaataia.

2Ariifaataia, si le vœu de sa famille avait prévalu, aurait épousé la cheffesse de Vaiari, Maheanuu i Farepua, qui n’était pas seulement socialement la première des chefs de Tahiti, et dont les marae Farepua et Tahiti étaient les plus anciens de l’île, mais aussi à l’époque la beauté reconnue de Tahiti, dont la réputation demeure proverbiale aujourd’hui encore. Maheanuu refusa d’épouser Ariifaataia, si brillant que fût le parti, même pour elle. Elle le jugeait trop laid. Les jolies femmes devenaient alors plus rares dans l’île, s’il faut en croire Vancouver ; et Maheanuu n’était pas disposée à sacrifier sa beauté uniquement pour le pouvoir ; cependant on crut quelque temps le mariage fait, et les gens de Papara conservent encore un chant qui devait célébrer l’événement :

Ariifaataia et Maheanuu.
Orie e pati i te pae tahatai.
E mahuta mai te aaura i Taravao
Ei tapihoo itei Terehemanu
Ia vai noa mai te moua iti ra Tearatauru
E Temarii e e oto oe i te moua ra moua Tamaiti

3Orie est un poisson, ou un appât, qui attire l’oiseau aa-ura, le perroquet aux rouges plumes, de Taravao, qui désigne évidemment Maheanuu, pour changer de place avec l’oiseau Terehe, qui désigne évidemment Temarii, et partager ses monts de Tearatauru et Tamaiti, ses plus précieuses possessions. Transcrire la chanson littéralement serait une tâche désespérée. Son intérêt réside dans ses allusions locales plus que dans sa poésie.

4Maheanuu ayant refusé Ariifaataia à cause de sa laideur, ce fut sa voisine, la fille du chef de Mataiea, qui devint sa femme. C’était une alliance consanguine. Mauaroa, chef de Mataiea avait épousé Teraiautia de la famille Aromaiterai. Leur fille portait plusieurs noms : Tetuaraenui o Teva, Pipiri, Fareahu et Teriitahi. Les missionnaires, dans leur recensement de l’île en juillet 1797, nommaient la femme de Temarii, Tayredhy et Tayreede, voulant peut-être dire Teriitahi, et disaient que les districts de Wyooreede et Attemono (Vaiari-iti est Atimaono), entre Vaiari et Papara, lui appartenaient (2, p. 206). Papara, Paea et Punaauia étaient indiqués comme appartenant à Temarii, qui contrôlait donc toute la portion de côte entre Vaiari et Faaa (2, p. 215). Ces districts contenaient plus du quart de la population qu’on supposait exister encore à Tahiti : quatre mille cinq cents sur un total de seize mille.

5Non seulement Temarii était le chef le plus puissant de l’île, mais Pomaré était devenu, par l’accession de son fils au pouvoir, un chef de second ordre. Il dépendait pour une grande part de la faveur de son fils, le jeune Tu, qui était en 1797 âgé d’au moins quinze ans et peut-être de dix-sept ans, et qui avait été adopté par Temarii, son cousin, âgé d’environ dix ans de plus que lui. L’adoption était un peu plus forte dans les mers du Sud que le lien de parenté naturelle. De son père naturel Pomaré et de son père adoptif Temarii, le jeune Tu préférait le second, et chacun sut que tôt ou tard Temarii aiderait Tu à s’émanciper et à chasser Pomaré de l’île. Comme les missionnaires, suivant la tradition anglaise, étaient les amis de Pomaré, ils risquaient de partager son sort.

6De ce danger les missionnaires avaient été avertis avant même d’être descendus à terre. Le vieux Manne Manne, comme ils l’appelaient, le grand prêtre de Raiatea et de Maraetaata, avait tenté de les persuader de ne pas faire cause commune avec Pomaré, et amena les deux Suédois avec lui afin de les convaincre que « Pomaré n’agissait jamais loyalement à l’égard des Anglais ni de personne d’autre, quand il en avait fini avec leurs services » (2, p. 61) ; mais les missionnaires décidèrent de suivre le sentier battu, supposant que Pomaré et Tu avaient des intérêts communs et qu’on pouvait les courtiser et se les concilier l’un et l’autre. C’est avec cette idée ancrée dans leur esprit qu’ils abordèrent à Matavai et se confièrent aux mains de Pomaré et de son fils.

7Le Duff partit pour l’Angleterre le 4 août 1797, laissant les missionnaires exposés au pillage et aux meurtres des factions rivales, et ils constatèrent bientôt que Pomaré et Tu étaient loin d’être unis. S’ils choisissaient l’un, il leur fallait perdre l’autre. Pomaré prit pour frère — towwa, comme ils écrivaient, ou hoa, ou taeae — un des missionnaires nommé Cover. Temarii en choisit un autre, nommé Main. Ces deux missionnaires allèrent à Papara le 15 août, sur la suggestion de Manne Manne, pour faire une remontrance contre un sacrifice humain qui allait avoir lieu au marae de Tooarai (13, I, p. 3). Ils tombèrent au milieu d’un danger très pressant, car ils trouvèrent Pomaré, Tu et Terii Navahoroa de Taiarapu, les deux fils de Pomaré, avec Temarii, et une multitude très agitée parce que la nuit précédente, des gens de Papara avaient tué un homme de Taiarapu. Les deux missionnaires s’enfuirent aussi vite que possible ; mais quand, en février suivant, Pomaré, Tu, Temarii, Manne Manne et leurs femmes et leur suite, vinrent s’établir à Pare, il n’était plus possible de s’enfuir. Les missionnaires se trouvaient de moins en moins à l’aise, et leur situation devint alarmante en mars 1798, quand apparut le navire Nautilus et que deux homme de l’équipage eurent déserté. Ces hommes vinrent à Pare, où ils trouvèrent asile. Le capitaine du Nautilus menaça de les reprendre, coûte que coûte ; et quatre des missionnaires allèrent à Pare voir Tu, Pomaré et Temarii, et leur dirent qu’un refus de livrer les hommes d’équipage serait considéré comme la preuve d’intentions hostiles à l’égard des missionnaires.

8Ils trouvèrent Tu et Temarii, à Pare, mais ils continuaient pour tâcher de leur joindre Pomaré, quand ils furent tout à coup cernés et dépouillés par quelque trente indigènes, qui prirent leurs vêtements et les traitèrent assez rudement, mais finalement les laissèrent aller. Ils atteignirent la maison de Pomaré et furent reçus avec la plus grande humanité. Pomaré les accompagna à leur retour chez Tu, et insista pour qu’on punît les coupables et qu’on livrât les marins. Naturellement, l’attaque était l’oeuvre de partisans de Tu et de Temarii ; et quelques jours après, la guerre éclatait. Pomaré entreprit de punir les coupables ; deux furent tués, et le district de Pare prit les armes pour les venger (13, I, p. 48). Tu s’unit à son père et réprima la résistance, si bien que les vêtements des missionnaires coûtèrent la vie à quinze indigènes (13, I, p. 49).

9Une telle affaire n’était pas pour rendre les missionnaires populaires, mais cela les rendit plus que jamais dépendants de Pomaré et d’Iddeah, sa femme, qui finirent par contrôler presque entièrement tout ce que possédaient les missionnaires. L’infortunée mission fut pillée autant par les amis que par les ennemis. Temarii était le seul chef qu’ils n’accusaient pas de leur voler ou mendier tout ce qu’ils avaient, mais les relations entre Temarii et Pomaré, les menaçaient toujours de troubles. Le 24 août, deux baleiniers, le Cornwall et le Sally, de Londres, jetèrent l’ancre dans la baie, et la plupart des principaux chefs allèrent à bord. Le 30, pendant que les missionnaires dînaient, Pomaré entra et leur dit que quelqu’un avait été victime d’une explosion de poudre à fusil à la grande maison de Pare, et qu’ils devaient aller sur-le-champ avec une médecine lui prêter assistance. Deux d’entre eux se hâtèrent d’aller en pirogue à Pare, et coururent à l’endroit désigné. Là ils constatèrent que la victime était Temarii.

10« A notre arrivée on nous conduisit au lit de Temaree, nommé aussi Orepiah, et nous contemplâmes un spectacle tel que nous n’en avions encore jamais vu. Frère Broomhall se mit immédiatement à appliquer ce qu’il avait préparé avec une brosse en poil de chameau sur la plus grande partie du corps. Temaree était apparemment, pendant l’opération, plus passif que nous ne l’aurions imaginé possible d’un homme dans sa situation. A la nuit tombante, nous primes congé de lui en lui disant que nous reviendrions le matin avec une préparation fraîche. Le lendemain matin... nous fûmes frappés de stupeur à voir l’apparence du patient ; il était littéralement enduit de quelque chose semblable à une épaisse pâte blanche. Renseignements pris, il s’agissait de raclures d’igname. Le chef et sa femme semblaient hautement offensés par l’application faite la veille par le Frère Broomhall, et ils s’opposèrent à ce qu’il fît rien de plus pour lui, tant il avait souffert de ce que le frère avait déjà fait. On prétendait que notre dieu avait glissé dans la médecine quelque maléfice. »

11Les pauvres missionnaires furent plus épouvantés qu’on ne saurait dire, car ils voyaient venir l’instant où quelque indigène, dans un moment de courroux superstitieux, allait les offrir en sacrifice aux dieux indigènes outragés ; mais ils retournèrent bravement à leur devoir, jusqu’à ce que l’apparition de Tu eût mis leurs nerfs à trop rude épreuve.

12« En moins d’une heure (nous) revînmes vers le patient. Otoo et sa femme chevauchaient alors dans leur style habituel autour de la maison avec un cortège, ou plus exactement, une bande des plus grands chenapans de l’île. Ils faisaient face à cette partie de la maison où nous étions rassemblés. Frère Broomhall et moi-même étions au chevet d’Orepiah. Je lui demandai de sortir pour que nous parlions au roi. Nous sortîmes, et je lui adressai la parole avec l’une des salutations d’usage, qui me fut retournée avec une mine allongée, sans un mot, ce qui révèle toujours sa colère, et souvent précède le mot taparahye — c’est-à-dire tuez-le ! — car il ne lui en coûte pas plus de sacrifier un homme que de couper le cou à un chien. Je vis clairement que ses bourreaux connaissaient bien ses pensées, et leurs yeux étaient fixés d’une façon insolite sur moi et sur lui, et épiaient ses mouvements. Otoo posa sa main sur mes épaules et fit venir un de ses hommes à lui. » Tu les laissa partir, et ils se dirigèrent aussitôt sur Matavai, s’attendant à ne jamais y parvenir. « Je pensais que la scène du 26 mars allait se renouveler, mais d’une manière plus tragique, d’autant que les soupçons des indigènes étaient peu de chose alors par rapport à aujourd’hui. A ce moment-là ils nous soupçonnaient d’avoir empêché les capitaines Bishop et Simpson, du Nautilus, de faire du troc avec eux contre des mousquets, mais maintenant ils croyaient que nous avions jeté un sort sur la médecine de sorte qu’elle pût tuer le patient, en l’espèce le plus grand personnage de l’île, puisqu’il était intimement allié avec Otoo, contre son père et sa mère. »

13Le soupçon que les missionnaires étaient envoyés parPomaré pour jeter un sort à Temarii et causer sa mort n’était pas seulement tout naturel, mais raisonnable de la part des indigènes. Pomaré en était tout à fait capable, et d’après ce que savaient les indigènes, les missionnaires étaient les hommes de Pomaré. L’accident lui-même était dû à la poudre à fusil anglaise, sorcellerie aussi néfaste qu’aurait pu l’être tout autre objet ou toute autre pensée des Anglais ; et peut-être était-ce un bonheur pour les missionnaires qu’ils n’avaient rien eu à voir avec la fourniture de la poudre. Temarii était bien connu pour faire grand cas de son armurerie. « Sa grande passion était la poudre à fusil ; des mousquets, il en avait un bon nombre (13, I, p. 79). » L’accident était dû à ses inquiétudes sur la qualité d’un peu de poudre qu’il avait obtenue des baleiniers Cornwall et Sally le 25 août.

14« Orepiah reçut sa poudre, pesant quelques livres, d’un des derniers navires mouillés ici (Otoo, Pomaré, etc., en reçurent chacun une quantité considérable, nous dit-on, à la même époque), et soupçonnant par la grosseur peu ordinaire du grain que les Anglais s’étaient joués d’eux en ne leur donnant pas de la vraie poudre ou en leur donnant de la mauvaise poudre, Orepiah proposa à ses compagnons de faire une expérience. En conséquence un pistolet fut chargé et imprudemment déchargé au-dessus de toute la quantité de poudre reçue, au milieu d’un nombreux public. Une étincelle tomba du pistolet sur la poudre à terre, et, en une seconde, tout explosa. Les indigènes ne se sentirent pas blessés immédiatement, mais quand la fumée se fut un peu dissipée, voyant leur peau souillée de poudie, ils se mirent à frotter leurs bras, etc., et constatèrent que leur peau pelait sous leurs doigts. Terrifiés, ils coururent immédiatement à une rivière proche et y plongèrent. Un message fut envoyé sur-le-champ à Pomaré, alors à Matavai, l’informant de l’accident, et il fit demander à Frère Broomhall de venir apporter son concours. »

15Stimulés par le danger que couraient leurs personnes, les missionnaires, en l’espace de quelques jours, en apprirent beaucoup sur la politique de l’île. Temarii traîna dans les souffrances jusqu’au 8 septembre, mais les missionnaires ne se risquèrent pas à le visiter de nouveau, en dépit d’un message de Pomaré leur demandant de lui administrer quelque remède qui le guérît sans le faire souffrir. Tout le corps des chefs contemplait, dans la consternation, Temarii mourir.

16« 10 septembre. Le roi (Tu), la reine (Tetua), Pomaré, Edea, Manne-Manne, sont à l’Ouest, attendant avec angoisse l’issue de la dernière et calamiteuse affliction. Nous avons des raisons de croire que la mort d’Orepiah serait la cause de grandes joies secrètes pour Pomaré, Edea, et autres, qui semblent vivre dans la peur de l’union étroite qui subsiste entre Otoo et Orepiah ; celui-ci, l’oncle de celui-là, s’est fait en quelque sorte son tuteur pendant ses jeunes années. Les rouages du gouvernement ont beau être moins nombreux dans ce pays que dans le nôtre, ils sont cependant en nombre plus grand qu’on ne l’imaginerait d’après l’état primitif et barbare dans lequel se trouve la nation. Ils ont leurs complots, leurs intrigues de cour, leurs factions et leurs partisans, ici comme en Angleterre, et ils sont aussi importants à leur manière que dans les cours d’Europe les plus raffinées. »

17Plus logiquement les indigènes considéraient les missionnaires comme des espèces d’enfants, ou d’idiots, incapables de comprendre les faits les plus simples de la politique ou des mœurs de l’île, et qui ne servaient que d’instruments inconscients à la famille de Tu. Jour par jour, la troupe anxieuse, tout en étudiant la grammaire à Matavai, apprenait à mieux connaître les dangers qui les avaient menacés et les menaçaient encore, à Pare. L’importance vitale de la mort de Temarii pour leurs intérêts s’ouvrait graduellement à leur compréhension.

18« 12 septembre... Le cadavre, nous dit-on, sera porté en procession autour de l’île, et une grande pompe déployée à cette occasion. Cette terrible affliction est évidemment pour nous une singulière intervention de la Providence. Quelles en pourront être les conséquences, l’avenir le montrera. Il semblait subsister une jalousie si enracinée entre Pomaré, Edea, et le mort, que nous étions chaque jour dans l’attente d’une rupture déclarée. Orepiah vint rarement nous voir ; quand il le faisait, il nous traitait toujours avec civilité ; nous n’en avons pas moins lieu de supposer qu’Otoo et lui furent les principaux fauteurs de l’agression contre les quatre frères à Opare. »

19Le corps de Temarii fut porté avec la pompe coutumière autour de l’île par tous les districts, et dûment pleuré, et, selon le rite prescrit par le cérémonial de l’île, sa tête fut secrètement cachée dans la caverne de Papara où, je suppose, elle se trouve encore, marquée par la poudre qui causa la mort de Temarii. On ne saurait exagérer l’importance du désastre pour le peuple de Papara, car le danger qu’il courait de tomber sous le contrôle direct de la famille de Tu, comme déjà ceux d’Opunohu, Faaaet Taiarapu, était rendu imminent par la mort de leur chef qui ne laissait pas d’enfants et dont le successeur était loin d’avoir autant d’alliances et d’autorité que Temarii Ariifaataia avait su en acquérir. Pour le reste de l’île, la mort de Temarii pouvait être une bénédiction ou un désastre, mais ne pouvait manquer de causer une crise.

20Avant même que les cérémonies funèbres fussent terminées, la crise éclatait. Depuis plusieurs jours des bruits parvenaient aux missionnaires selon lesquels Tu et le seul allié qui lui restait, Manne-Manne, sacrifiaient des victimes humaines, signe infaillible de quelque grand événement. Puis on leur dit, dans la nuit du 16 novembre, que Tu viendrait à l’aube attaquer le district. L’agitation fut causée par la cérémonie funèbre de Temarii. L’orateur ou le porte-parole de Pomaré à Matavai, traduisant la vieille hostilité des Porionuu pour les Teva, aiguisée par la haine notoire de Temarii, avait dit que Tu n’apporterait pas le corps de Temarii à Matavai pour qu’on l’y pleurât, mais qu’il le jetterait dans la mer (13, I, p. 84). Ce n’était là que le prétexte de la guerre. La vraie raisori était que, après la mort de Temarii, Tu et Manne-Manne se voyaient obligés ou de chasser Pomaré de l’île ou de se soumettre à lui. Ils avaient perdu leur soutien et Pomaré était un intrigant trop dangereux pour lui faire confiance. Pendant ce temps Pomaré s’était enfui aux iles Paumotu laissant Iddeah sa femme pour affronter la tempête.

21« L’orateur de Pomaré qui est prêtre et aussi raatira c’est-à-dire sous-chef dans une subdivision voisine du district et qui fut l’intime des frères Eyre et Jefferson amena avec lui une partie de ses biens et les confia aux soins de frère Jefferson. Nous apprîmes de lui que cette guerre ne nous affecterait pas, qu’elle était dirigée contre les indigènes du district. Il nous dit en outre que, comme lui et ses compatriotes n’étaient pas capables de tenir tête au roi, ils se voyaient contraints de chercher leur salut dans la fuite et de se cacher jusqu’à ce que la rage d’Otoo fût apaisée.

22« ….. Pomaré est aux Paumotu ignorant des transactions de la journée. Nous avons eu plus d’une fois l’occasion de noter un désaccord entre Otoo et son père et le solide attachement du premier pour le chef mort Orepiah. La fin providentielle d’Orepiah bien qu’elle ait privé Otoo d’un allié puissant, n’a amoindri en rien sa froideur envers son père, ce que les événements de la journée semblent avoir bien prouvé, sinon il n’aurait jamais traité les amis de son père comme il l’a fait à cause du discours imprudent d’une ou plusieurs personnes. Edea est à Opare atteinte de rhumatisme ; si elle approuve la conduite de son fils, nous ne le savons pas. Le chef de Taiaraboo (le jeune frère d’Otoo), menaçait il y a quelque temps de partir en guerre contre Otoo, et nous avons quelque raison de craindre qu’il y ait une ligue formée entre lui et son père Pomaré et son oncle Vitua (Vaetua) contre Otoo. »

23Le lendemain 18 novembre apporta une quantité de nouvelles aux missionnaires à Matavai, où Tu et sa suite se promenaient dans les alentours de leur église avec des visites de temps en temps pour leur réclamer des cadeaux.

24« Un peu après le service du matin, nous apprîmes qu’Otoo et Manne-Manne avaient usurpé le pouvoir sur toute la péninsule majeure, et interdit à Pomaré d’exercer son autorité sur aucun point de celle-ci. Les districts d’Opare, Tataha, Atahuru, Papara, etc. (c’est-à-dire tous les territoires de l’Ouest et qui forment la boucle jusqu’à l’isthme vers le sud) se sont déclarés pour Otoo. Les territoires de ce district-ci (Matavai) depuis la rivière qui passe devant nous jusqu’à la frontière est, Otoo les a donnés à Manne-Manne réservant la partie la plus occidentale pour lui-même. Si les districts de ce côté-ci de l’île (Teaharoa) jusqu’à l’isthme devaient refuser de reconnaître l’autorité d’Otoo, on nous informe qu’on leur déclarera la guerre et que la force armée obtiendra leur soumission. Nous redoutions une telle éventualité, mais nous n’imaginions pas qu’elle serait réalisée si vite, après que Temaree, qui était évidemment à la tête de la faction, venait d’être si soudainement mis hors de cause. L’absence de Pomaré s’avérait comme une occasion favorable et les expressions indiscrètes de certains habitants de ce district touchant le cadavre de Temaree, le prétexte de la saisir. Peu après notre installation sur l’île, on nous avait appris qu’il y avait là deux partis qui méditaient leur destruction mutuelle ; de là le vif désir des chefs de se procurer des mousquets et des munitions à chaque navire qui touchait ici ; de là aussi leurs encouragements aux marins à quitter leur navire et à résider parmi eux, car ils savaient par expérience qu’un homme armé d’un mousquet suffit pour terrifier bien des indigènes armés de massues et de lances. Les Suédois et les marins sont du côté d’Otoo et de Manne-Manne ; si bien que, à en juger d’après le comportement des hommes, et selon les conjectures formées par la raison humaine et la probabilité, nous supposons que le roi et son parti balaieront tout sur leur passage. »

25Le même jour, Tetuanui (Iddeah) arriva à Matavai, et une nouvelle scène commença. Tetuanui avait trente ans de plus que lorsqu’elle avait réussi à renverser Purea ; et c’est elle, bien plus que son mari Pomaré, qui était réellement l’intelligence et l’énergie du parti opposé à Papara. C’est elle et son frère Vaetua qui remportèrent toutes les victoires de Pomaré et à eux revenait la tâche de faire face à l’influence de Teva que contrôlait Tu. Pomaré, lui-même, il était peu probable qu’il revînt tant que le danger durerait ; » on dit qu’il est personnellement fort couard ; et puisqu’Otoo et Manne-Manne ont avec eux les trois Européens et leurs mousquets dont la seule vue emplit de terreur toutes les poitrines, il est probable qu’il se soumettra paisiblement au fait accompli jusqu’à ce qu’une occasion plus favorable se présente ».

26Tetuanui ne restait pas inactive. Le 29 novembre elle avait fait un marché avec Tu, lui cédant l’autorité qu’il voulait et obtenant de lui la garantie dont elle avait besoin de bonne conduite future. Cette garantie était la vie du vieux Manne-Manne, le dernier ami de Tu, le grand prêtre d’Atahuru. Il fut mis à mort par les gens de Tetuanui, alors qu’il rentrait de Matavai à Pare, et son corps fut transporté jusqu’au marae Taputapuatea, qui était à Tu et se trouvait dans le voisinage.

27Tetuanui était dans la maison des missionnaires quand la nouvelle arriva et aussitôt « elle vint à la porte du frère Eyre avec un air de triomphe assuré dans les yeux (elle avait encore une cartouchière autour de la taille mais elle avait maintenant déposé un mousquet qu’on lui avait vu dans les mains peu auparavant). Elle serra amicalement la main du Suédois, en lui disant : « Tout est fini ! Elle voulait dire la guerre et se retira immédiatement à la Pointe ».

28Ce court intervalle de temps avait permis aux missionnaires d’en apprendre plus qu’aucun de leurs prédécesseurs sur les mœurs de l’île et leur jugement final sur cette affaire avec leur résumé de toute l’histoire était plus logique que tout ce qu’ils avaient déjà écrit :

29« La conduite d’Otoo, en consentant à la mort de Manne-Manne alors qu’il était son allié intime met en évidence le caractère de cet homme, et nous confirme dans un soupçon que nous avons longtemps formé sans trop savoir comment le justifier au sujet de l’agression sur les frères Broom-hall, Jefferson, Main et W. Puckey à Opare. Quand l’affaire se produisit, il nous parut certain qu’elle avait été faite sous l’autorité du roi (de Tu), mais quand par la suite Otoo se joignit à son père pour punir les pauvres gens du même forfait, nous ne pouvions concilier le fait d’avoir patronné cette action et celui d’en détruire les auteurs. Mais depuis, nous l’avons vu faire tant de choses que nous le croyons capable de commettre toutes les horreurs que le diable, son esprit charnel et des partisans assoiffés de sang peuvent l’inciter à commettre, si Dieu n’y mettait un frein. Nous pensons donc que la véritable cause de cet événement est celle-ci : Temaree, père adoptif de Tu, était en rapports étroits avec lui, et il était évident qu’il méditait quelque grand coup qui empêcherait toute autre personne d’exercer une autorité dans l’île en dehors d’eux et de leurs partisans. A cet effet ils avaient le plus vif désir d’avoir en mains des mousquets et des munitions. Quand le trois-mâts Nautilus arriva, en voyant qu’il renfermait à bord quantité de ces articles, mais que notre intervention les empêcherait de les obtenir, ils furent offensés et décidèrent de se venger. Aussi quand le Nautilus arriva la seconde fois, que deux marins évadés se furent réfugiés chez Otoo et qu’on dépêcha les quatre frères pour essayer de les ravoir, le roi jugeant l’occasion favorable pour exécuter sa vengeance sur la mission donna secrètement l’ordre de les dévaliser. Otoo et Temaree, malgré leur puissance, n’étaient pas assez forts à l’époque pour s’opposer à Pomaré, qui se montra fâché de ce qui était arrivé ; et, quoique sans nul doute il connût les véritables auteurs de l’affaire, pourtant, peut-être par prudence, il passa sa colère sur les exécutants plutôt que sur les instigateurs, tandis qu’Otoo et Temaree pour cacher leur crime s’unissaient à Pomaré dans la même répression. » (13, I, p. 93).

30Les missionnaires échappèrent par miracle ; il ne leur en coûta que d’être dépouillés et une légère terreur. Les malheureux indigènes qui les avaient mis à nu payèrent de leur vie cette offense. Temaree y perdit également la vie et son plan de restaurer la suprématie de Papara échoua. Papara comme chacun peut le prévoir devait être sacrifié une fois de plus à l’ambition des chefs Porionuu. Manne-Manne en fut l’autre victime. Pomaré n’y gagna rien, car il n’avait rien à y gagner et dut sacrifier une partie de ses possessions. Le seul vainqueur de ce jeu tragique fut le pire et le plus sanglant de tous, Tu, le premier roi chrétien.

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search