Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre XII

Texte intégral

1Il me faut en venir maintenant à la question que je me suis déjà posée : Quel est ce chef de Papara qui s'unit à Tu contre Paea, et aida Tu à s’emparer des districts d’Ahurai et Taiarapu et de la souveraineté sur Opunohu, ainsi que du maro ura qui appartenait à Papara et avait échappé jusqu’alors au contrôle de Tevahitua ?

2Il est certain que ce chef n’était pas Teriirere, fils de Purea. Teriirere était mort, et la tradition ne lui connaît ni épouse ni fils. Purea paraît n’avoir pas eu d’autre enfant avec Amo. Teriirere était né vers 1762, et, dès 1769, Cook savait qu’Amo et Purea avaient été longtemps séparés par consentement mutuel. Comme d’autres chefs, Amo prit d’autres femmes, et apparemment le traité de 1768-69, par lequel Tutaha restaurait la paix et punissait Purea, stipulait qu’Amo devrait épouser une autre cheffesse Ahurai. Cook supposait que ce contrat était en faveur de Teriirere, mais invariablement les Anglais s’embrouillaient dans leurs tentatives pour comprendre les rangs et les parentés indigènes. En 1774, Forster vit beaucoup Vaetua, qui lui dit que sa sœur aînée, dont Forster écrivait le nom Tedua Neehourai — Tetua i Ahurai — et qui semblait avoir trente ans, était mariée au fils d’Amo nommé Teriirere, alors âgé de douze ans (10, II, pp. 92 et 96). En réalité, elle était probablement mariée à Amo lui-même, car nous savons par nos archives de famille qu’il épousa Taurua i Ahurai, nièce de Purea et cousine de la femme de Tu. Il eut d’elle un autre fils Temarii, connu de nous sous le nom d’Ariifaataia, né apparemment vers 1772, et ainsi de quelque dix ans plus jeune que Teriirere, de dix ans plus vieux que le fils de Tu, qui devint plus tard notre roi Pomaré. Quelle que soit la date de la mort de Teriirere, il fut remplacé par Ariifaataia.

3Ici se place une curieuse histoire entendue quarante ans plus tard par Moerenhout, et rapportée dans son livre (15, II, p. 496). Moerenhout était le seul à écrire sur Tahiti qui connût bien Papara ; il était en relations intimes avec Tati le chef suivant, mon grand-père, et c’est de lui qu’il tint une grande partie de ce qu’il nota par la suite dans son livre. Malheureusement Moerenhout mentionnait rarement ses sources, et avait une propension peu raisonnable à confondre noms, dates et événements. Alors que son histoire a l’air aussi précis qu’on peut le souhaiter, elle est en vérité difficile à suivre.

4« A la mort de Amo », dit Moerenhout (15, II, p. 416), « arrivée peu de temps avant l’apparition de la Bounty, son fils, nommé alors Oripaia, se trouvant encore trop jeune pour commander, l’on nomma régent Arii Faatia, frère d’Amo. »

5Je me risque à corriger ceci, qu’il faut lire comme suit : A la mort du chef de Papara, qui survint avant 1788, le fils suivant d’Amo, Ariifaataia, n’ayant que quinze ou seize ans, Ariipaea, qui avait épousé la nièce d’Amo, fut nommé tuteur. Un coup d’œil au tableau VII montrera comment cette tutelle affectait la situation de Papara.

6Ariipaea, à en croire Bligh qui le connut en 1788, était le demi-frère de Tu, un homme actif, qui savait se rendre utile, d’environ trente-six ans, censé n’être pas en bons termes avec Tu. Trois ans plus tard, en 1791, Vancouver le trouva en rapports de confiance et de la plus haute importance avec Tu, puisqu’il avait transporté sa résidence sur les confins de Taiarapu, pour se tenir en garde contre toute révolte ou mécontentement dans le Sud. Il mourut quelque cinq ans après, et l’héritier de son nom et de sa terre semble avoir été Ariifaataia.

7Revenons maintenant à la version de l’histoire fournie par Moerenhout, et lisons Ariipaea pour Ariifaataia, dans l’hypothèse qu’Ariipaea était devenu tuteur en 1787 ; sachant que les mutinés du Bounty ne s’établirent pas à Tahiti avant le 22 septembre 1789, le cours des événements paraît devenir intelligible.

8« C’était (Ariipaea) un homme faible, qui se laissait influencer par Otou et qui contribua à son élévation, en restant dans l’inaction pendant que ce dernier attaquait Taiarabou et les autres districts. Quand donc, soutenu par les révoltés du bâtiment de guerre anglais, Otou, Pomaré ou Tinah, songeait à la conquête de toute l’île, il chercha à se concilier, d’abord, Arii Faataia, qui disposait d’une force armée considérable, et qui s’était joint à Vaiatoua ou Te arii navao roa, gouverneur général de Taiarabou, contre qui Pomaré voulait d’abord agir ; de sorte que ces deux chefs pouvaient lui tenir tête, malgré le secours des Européens.

9« Pour neutraliser cette ligue, qu’il redoutait, il envoya à Ariipaea des présents considérables, parmi lesquels il n’avait pas oublié de glisser quelques objets de manufacture européenne, et lui fit dire, par son vea (envoyé), qu’il le regardait comme un père, qu’il entendait être son allié, son ami ; et qu’il voulait lui rendre une visite, tant pour lui demander ses conseils que pour former avec lui une liaison aussi durable qu’intime. » (15, II, pp. 416-417.)

10En fait, Ariipaea était de dix ans plus jeune que Tu, et sa faiblesse peut bien être mise en doute si, comme on l’affirme, il manqua à sa parole et vendit les intérêts de sa garde à Tu, son frère. Du fait je ne doute pas, et, en dépit d’apparentes difficultés dans les dates, l’histoire de Moerenhout est, j’en ai la conviction, une version plus ou moins exacte des paroles du vieux Tati.

11« Flatté de cette condescendance dans un rival si redoutable, le vieillard (Ariipaea) s’oublia ; et, sacrifiant les intérêts de son pupille (Ariifaataia). envoya, tout aussitôt, dire à Pomaré qu’il l’attendait, qu'il lui céderait sa place au Marai, qu’il lui préparerait ses aliments, etc. ; toutes expressions qui, chez ces peuples, impliquent plus que tacitement, soumission et servage. » (15, II, p. 417.)

12En conséquence, quelques jours plus tard Pomaré se mit en route, avec une nombreuse suite et toute la pompe que les chefs déploient en de telles occasions. L’affaire fut menée à l’improviste et Ariipaea la cacha à son peuple. La première notion qu’ils en eurent fut la vue de leur ennemi, Pomaré, qui approchait avec sa flotte.

13« Le jour de l’arrivée de Pomaré n’avait pas été fixé, et l’on ne l’attendait pas de longtemps, quand, un matin, on vit s’avancer une nombreuse flotte. Craignant, d’abord, quelque surprise, on courut aux armes ; mais on s’aperçut bientôt que ceux qui montaient les pirogues étaient désarmés, et que, dans une de ces embarcations, qui précédait les autres, se trouvait le chef Pomaré. Cependant, instruit de la transaction projetée, qu’il n’approuvait pas, et sachant aussi quelles cérémonies devaient se pratiquer dans cette visite, le peuple se retira vers les montagnes, emmenant les femmes, les enfants ; et, en peu de minutes, il ne resta, sur le rivage, que deux malades qui ne pouvaient remuer. Cette retraite jeta les chefs dans un embarras extrême ; car il leur fallait absolument des victimes, et trois, pour le moins. Faute de mieux, ils immolèrent les deux malades, qu’on porta près du Marai. Les survivants étaient tous des chefs ou prêtres, et ils ne savaient où trouver la troisième victime, lorsque tous les yeux se portèrent sur un vieillard, ami intime du chef. Cette qualité même et son âge le désignaient aux sacrificateurs ; aussi, sans se parler, ce fut à qui lui porterait le premier coup ; et, malgré ses cris, malgré ses prières, assommé devant le Marai même, il fut uni aux deux autres victimes. Quand Pomaré toucha le rivage, on en rapprocha les trois cadavres, on roula dessus sa pirogue, lui dedans, ayant le plus grand soin de ne pas lui laisser toucher la terre ; puis elle fut, de là, portée, par les chefs de Papara et par les gens de la suite de Pomaré, dans le Marai, où les attendaient Ariipaea et les desservants du temple.

14« Quand le cortège fut parvenu dans l’enceinte, Ariipaea, assis sur l’autel, se leva, invita Pomaré à prendre sa place et se mit à ses pieds. Le grand prêtre, alors, commença la cérémonie, offrit les victimes aux dieux, arracha à l’une d’elles un œil, qu’il offrit à Pomaré, mais le retira ensuite, comme c’était l’usage ; et, après de longues prières, s’adressa au nouveau souverain, lui offrant, au nom d’Ariipaea, les terres du district de Papara. Les descendants d’Amo et de Berea avaient presque toujours été les chefs de l’île ; et, depuis plusieurs générations, leurs aïeux occupaient le trône ou prenaient rang parmi les chefs les plus puissants. Pomaré, dont, au contraire la famille n’avait jamais été l’une des plus considérées ni des plus influentes, devint, par la soumission d’Ariipaea, maître de la péninsule, dite O-tainée, et se prépara, tout aussitôt à marcher sur Taiarabou, l’autre péninsule de l’île d’O-taiti, dont le chef, Vaiatoua ou Te arii navao roa, non content de ne pas se soumettre, avait, lui-même, des prétentions au gouvernement général. En conséquence de cette opposition Pomaré crut devoir s’assurer la conquête de Taiarabou ; mais il porta encore ses vues sur Eimeo. Les Anglais, qui avaient tiré de la Bounty beaucoup plus d’armes et de munitions qu’il ne leur en fallait, en avaient cédé au chef et à ses sujets, dont plusieurs avaient appris l’usage du fusil. Profitant de cet avantage, ils attaquèrent l’île, en défirent le chef, et s’empressèrent d’y rétablir Motou Aro, ancien allié de Pomaré, et exilé, depuis longtemps, du lieu où sa famille avait régné de temps immémorial. » (15, II, pp. 417-419.)

15L’impression faite sur le peuple de Papara par la trahison et le parjure d’Ariipaea fut profonde. Il n’y avait pas de part et ne semble jamais s’être reconnu lié par cet acte. La réception de Pomaré au marae de Mataoa dut avoir lieu avant août 1790, date du lancement de la goélette par les mutinés, pourtant lorsque Edwards arriva en mars 1791 sur le Pandora, il découvrit instantanément non seulement que Tu était sans autorité ou influence à Papara, mais que Temarii de Papara avait menacé récemment de chasser Tu de son propre district de Pare. Pour concilier ces faits, il faut supposer qu’Ariifaataia était arrivé à sa majorité au début de 1790, immédiatement après l’hommage d’Ariipaea. D’autres renseignements sur Temarii furent fournis par les missionnaires du Duff qui toucha à Tahiti en mars 1797. Ils tenaient l’histoire de deux Suédois : Andrew Lind du Matilda qui avait fait naufrage dans ces mers en 1792 ; et Peter Hagerstein, qui déserta du Daedalus en février 1793. Ces deux hommes étaient des écumeurs de mer du type qui infeste les mers du Sud depuis un siècle ; ils jouèrent un grand rôle dans notre histoire, tantôt aidant les missionnaires et tantôt leur causant des ennuis, gredins de l’espèce des flibustiers, vantards et menteurs autant qu’assassins (17, II, pp. 178-179) ; mais de leur bavardage nous pouvons filtrer quelques grains de vrai, et acquérir quelque idée de la misérable condition de l’île.

16En juillet 1797, Peter le Suédois accompagna un des missionnaires dans un circuit autour de l’île pour faire une sorte de recensement, point de départ pour le travail de la mission. Ils commencèrent par Papenoo, le 11 juillet, et tout en marchant Peter se vantait de ses exploits. La première guerre, disait-il, eut lieu en 1793, alors qu’il n’était dans l’île que depuis cinq mois. Peter avait déserté le Daedalus en février 1793 (2, p. xxxv) ; la guerre eut donc lieu en juillet 1793 ; mais la guerre qu’il se mit à décrire était celle de 1790, qu’il ne pouvait connaître que par ouï-dire, et qu’il contait avec un étrange mélange de réalité et de fiction. Selon lui, Pomaré avait commencé par attaquer Papenoo, et par louer Peter et Andrew et « le Juif » pour faire le coup de feu pour lui. Avec leur aide, il conquit la rive est de l’île. Puis Peter continuait (2, pp. 183-184) :

17« Toutefois ils (Pomaré et son fils Otoo) avaient de puissants ennemis qui méditaient une grande attaque contre lui ; c’étaient Wyheatua (Vehiatua), roi de Tiaraboo, et Temarre, chef de tous les districts du Sud, depuis l’isthme jusqu’à Attahooroo ; sur ce dernier district régnait le jeune Towha, qui souhaitait demeurer neutre, mais fut contraint par Pomaré de prendre son parti, bien qu’il fût plus enclin à favoriser Temarre, et accusé par la suite d’avoir secrètement pris des mesures pour lui permettre de gagner la bataille. Temarre encourageait ses hommes en leur disant qu’il avait mousquets, poudre, balles et hommes blancs, comme son adversaire ; et qu’eux-mêmes l’emportaient en nombre sur le parti d’Otoo. Les blancs qu’il avait étaient Connor, un Irlandais et James Butcher, un Écossais, tous deux de l’équipage du Matilda. En conséquence, environ un mois après la bataille de Whapiauno (Papenoo), ces puissants adversaires s’affrontèrent dans le district d’Attahooroo, mais effrayés l'un de l’autre de façon peu commune, le premier jour se passa sans que l’on eût rien fait. Dans tous leurs mouvements, ils entouraient les blancs, à qui ils faisaient plus confiance qu’un Asiatique ne fit jamais à son éléphant. Le second jour commença l’attaque ; mais au bout de peu de temps, les hommes de Towha, qui étaient en ligne, s’enfuirent, et tous ceux de Pomaré suivirent leur exemple ; ce qu’on accusa par la suite Towha d’avoir prémédité. Peter, Andrew et le Juif, cependant, s’accrochèrent au terrain et tuèrent quatre hommes. Butcher et Connor furent contraints de chercher leur salut dans la fuite, et Oammo, le père de Temarre, fut tué d’une balle de mousquet. Ces avantages ramenèrent le parti à leur aide ; tous les adversaires s’enfuirent, et complète fut la victoire de Pomaré, qu’ils découvrirent à une grande distance du combat, complètement submergé par la peur, couché à plat ventre sur le sol, accroché solidement aux racines d’un arbre. Quand ils lui annoncèrent leur succès, il eut peine à le croire, et demeura étendu comme un homme privé de sens ; si grand était le courage du chef de l’armée victorieuse. Le parti en déroute s’enfuit vers les districts plus écartés ; quelques-uns se réfugièrent dans les montagnes ; l’un d’eux en particulier escalada un très dangereux précipice, et lança des blocs de roches sur les ennemis d’en bas, et demeura là jusqu’à ce qu’il comprît que leur rage était apaisée. La conséquence de cette bataille fut que Temarre devint sujet des vainqueurs et fut obligé de donner à Otoo le grand marae de Papara, ainsi que tous les privilèges du chef suprême. Une maison fut construite par Otoo dans tous ses districts, où quelques-uns de ses serviteurs résident constamment, et qu’il visite à l’occasion ; ils représentent sa souveraineté, et personne n’ose les croiser sans se dévêtir, comme on fait pour lui-même. Cependant, malgré tout, le pouvoir de Temarre demeurait très grand ; il fut laissé en possession de tous ses districts, et exerce la fonction de grand prêtre de l’Eatooa de ce côté de l’île. »

18L’histoire de Peter se terminait par un résumé de la situation en un paragraphe qui a naturellement rendu perplexes les historiens qui l’ont pris au sérieux.

19« Towha accusé de trahison fut dépouillé de son district, et obligé de vivre à Papara comme un simple particulier. Wyheatua s’était enfui à Tiaraboo, où après peu de temps il fut vaincu, et réduit comme Towha à la condition de simple particulier, tandis que le jeune frère d’Otoo était fait prince de son royaume. »

20Le seul fait acquis de cette longue histoire est que le Suédois était un grand vantard, ce que les missionnaires savaient, et un grand menteur, ce dont ils se doutaient probablement. Il parlait de sa participation à des guerres qui avaient eu lieu longtemps avant son arrivée. Le récit de Vancouver a montré que dès 1790, trois ans avant que Peter combattît dans sa première bataille, Vehiatua était mort, et Pomaré s’était emparé de Taiarapu. Towha aussi était mort quand Vancouver arriva en décembre 1791. La seule partie du conte qui a un semblant de vérité, c’est que Towha fut défait à Paea, et qu’Otoo fut reçu à Mataoa. Ces événements se passaient en 1790, des années avant que Peter et Andrew fussent arrivés dans les îles, car la date en fut précisée par Vancouver. Le fait qu’en 1791, comme en 1797, Temarii était en possession de tous ses districts, et nullement sous la tutelle d’Ariipaea, est le seul point que nous pouvons considérer comme certain ; et ceci contredit également nettement les contes de Peter aux innocents missionnaires sur ses prouesses en des batailles qu’il n’avait jamais pu voir.

21En ce qui concerne Temarii, Peter n’aurait pas pu tromper les missionnaires s’il l’avait voulu, car ils connaissaient déjà le chef de Papara, de même que Haamanemane de Raiatea, le grand prêtre de Maraetaata, personnage qui joua un grand rôle dans le drame des deux Pomaré. Temarii était venu voir les missionnaires à Matavai, et on leur avait dit, comme d’ordinaire, qu’il était le fils de Purea, ce qui approchait de la vérité, puisque, nous disent nos traditions, il était en fait le fils d’Amo. Les missionnaires le décrivirent d’une manière particulièrement vivante (2, p. 162).

22« 7 mai 1797. — Visités par un grand prêtre de Papara, Temarree, qui est réputé l’égal de Manne-Manne. On l’appelle un Eatooa, parfois Taata no t’Eatooa, l’homme de l’Eatooa. Il était vêtu d’une bande d’étoffe tahitienne, et, par-dessus, la recouvrant, d’une vareuse d’officier. Au premier abord il apparut timide, et nous le fîmes entrer. Il venait juste de s’asseoir quand le coucou sonna, ce qui le remplit d’étonnement et de terreur. Le vieux Pyetea avait apporté à l’oiseau un peu de fruit de l’arbre à pain, observant qu’il allait crever si nous ne le nourrissions pas. Nous invitâmes Temarree à partager notre déjeuner, mais d’abord il étendit sa main qui tenait un morceau de banane et parut très solennel ; un des indigènes nous expliqua que c’était une offrande à l’Eatooa et que nous devions la recevoir. Quand nous eûmes pris le morceau dans sa main et que nous l’eûmes jeté sous la table, il s’assit et déjeuna de bon cœur. Frère Cover lut la traduction de l’adresse à tous ces hôtes vénérés, les indigènes écoutaient avec attention et particulièrement le prêtre, qui semblait boire chaque mot, mais parut mal à l’aise quand on le pressa de chasser les faux dieux, et en entendant les noms de Jéhovah et de Jésus, il se tournait et chuchotait. »

23Deux jours après Temarii revenait à la mission, et cette fois avec le jeune Otoo, Pomaré II, et sa première femme, Tetuanui.

24« Le 9, Temarree a accompagné le roi et la reine et est resté dîner avec nous. Il est, apprenons-nous, de la race royale et fils de la célèbre Oberea. Il est le premier chef de l’île après Pomaré, par qui il a été soumis, et avec qui il vit maintenant en bonne intelligence, et dont il a adopté le fils. On le tient aussi en haute estime comme prêtre » (2, p. 163).

25C’était le 9 mai. Temarii doit être retourné aussitôt à Papara, car deux des missionnaires l’y trouvèrent le 14 mai, et racontèrent qu’ils « avaient été reçus avec hospitalité par Temarree, qui persuada frère Main d’être son tayo, et lui fit don ainsi qu’à frère Clode d’une pirogue double à chacun, leur montrant tous ses magasins et les armes à feu qu’il tenait des mutinés ; les fusils, cependant, par une ruse politique des Suédois, sont tous faussés. » (2 p. 164).

26Les Suédois avaient dû fausser les fusils dans l’intérêt de Pomaré, car leur ruse se serait autrement retournée contre eux, puisqu’ils avaient dû entrer au service de Temarii, s’il leur confiait le soin des fusils et leur fournissait ainsi une chance d’endommager son bien le plus précieux, bien dont dépendait sa vie.

27En juillet, deux des missionnaires s’arrêtèrent de nouveau à Papara, alors qu’ils faisaient le tour de l’île. Ils avaient trouvé Pomaré à Mataoae, et venant directement de chez lui ils arrivèrent le même soir à la maison de Temarii. A leur arrivée, il dormait sous l’influence du kava, et le lendemain matin de bonne heure partit pour son marae sans les voir. Les missionnaires allèrent au grand marae de Purea à Mahaiatea ; puis ils revinrent et déjeunèrent du porc offert par Temarii ; et l’après-midi repartirent vers l’Ouest.

28« Après avoir suivi la plage pendant un mille environ nous rencontrâmes Temarre qui rentrait chez lui ; et quand Peter lui dit que nous l’avions attendu exprès, il parut avoir très peur que je ne fusse fâché et me demanda si je ne l’étais pas. Quand je l’eus assuré que je ne l’étais pas, il s’en-quit alors du motif de notre visite à Pomarré, d’une manière qui trahissait jalousie, envie et peur de ce chef. Après quelques instants d’entretien, nous nous quittâmes. Temarre est censé être possédé de l’Eatooa, et confro-mément à cette supposition, parle de telle façon qu’on a les plus grandes peines à le comprendre. Ce qui me fit d’abord croire qu’il employait le langage particulier qui est, dit-on, celui des prêtres ; mais les deux Suédois affirment que les prêtres n’ont d’autre langage que celui du commun, et qu’on peut toujours les comprendre, sauf lorsque, par amour du mystère, ils prononcent leurs homélies sur un ton chantant, grâce auquel les jeunes filles elles-mêmes peuvent rendre leurs chansons également inintelligibles. On dit aussi de ce chef qu’il médite maintenant de tirer vengeance de Pomaré à cause de la mort de son père et de sa propre défaite ; c’est dans l’espoir d’obtenir le succès qu’il a choisi M. Main pour son tayo, dont il a entendu parler comme d’un militaire, et à qui il a fait plusieurs présents considérables » (2, pp. 208-209).

29Ceci concorde bien avec le rapport du capitaine Edwards en 1791, et avec ce que les missionnaires nous disent des faits et gestes de Temarii par la suite. Quoi qu’on ait pu faire à Papara comme acte de soumission à Tu, avant qu’Ariifaataia parvînt à la majorité, ni celui-ci, ni le peuple de Papara ne le reconnut. Mais avant de poursuivre l’histoire d’Ariifaataia j’ai quelques renseignements fournis par la tradition familiale sur ce malheureux chef, qui seront tout à fait à leur place ici.

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search