Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre XI

Texte intégral

1J’en arrive à l’année 1788, celle où le lieutenant William Bligh fut envoyé par le gouvernement britannique sur le navire de Sa Majesté le Bounty pour charger à Tahiti de l’arbre à pain destiné à être acclimaté, comme fruit d’une particulière utilité, dans les différentes colonies tropicales de la Grande-Bretagne. Le voyage du Bounty est devenu aussi classique que les voyages de Cook et de Bougainville. Il a été écrit plus de livres et d’essais sur le Bounty que sur aucun autre navire de deux cents tonnes dont l’équipage se soit jamais mutiné, avant ou depuis ; mais la partie de son histoire qui était pour nous la plus sérieuse est celle à laquelle le monde a prêté le moins d’attention. Ce que Bligh dit à Christian, et ce que Christian dit à Bligh, et ce que Peter Heywood dit à chacun d’eux, et comment Thursday October Christian fit sa dramatique apparition à l’île Pitcairn, et mille autre détails de la pittoresque histoire, ont été redits cent fois, et toujours à un public aussi intéressé ; mais personne n’a pris la peine de dire quelle grande influence Bligh et ses mutinés ont exercée sur les destinées de Tahiti, et particulièrement de ses vieux chefs.

2Bligh avait été capitaine sur le navire de Cook, le Résolution, lors du troisième et dernier voyage de Cook. Il revint en 1788 tout imprégné des idées que Cook avait fixées dans son esprit en 1777. Français, il aurait peut-être eu plaisir à découvrir les fautes de ses prédécesseurs, à essayer de les corriger par des fautes de son cru, mais quand les Anglais voyaient ce qu’ils s’imaginaient être un fait, ils ne voyaient plus rien d’autre pour l’éternité. Bligh apparut à Matavai sur le Bounty, le 26 octobre 1788, sans douter un instant que sa vieille connaissance Otoo était roi de tout Tahiti, et un ami du roi Georges III, qu’il fallait soutenir contre toute attaque, aristocratique ou démocratique ; et ce qui avec Cook avait été principalement une affaire d’opportunité et de politique, devint avec Bligh simplement une affaire qui allait de soi.

3Et pourtant la situation dans laquelle Bligh trouva Tu aurait fait surgir des doutes dans l’esprit de tout autre qu’un marin ou un soldat. Tu en était presque à son dernier soupir quand arriva le Bounty. Pare-Arue avait été ravagé et pillé de fond en comble ; tout ce que Cook avait donné à Tu avait été emporté : une vache se trouvait à Faaa ; le taureau à Hitiaa ; un coffre fait spécialement pour Tu, assez large pour que lui et sa femme y pussent dormir, était, disait-on, à Eimeo. Apparemment tout le corps des voisins de Tu s’était uni pour le punir et l’appauvrir. Bligh remarqua que, bien que Tu fut venu avec lui à Faaa, il ne débarqua pas, mais demeura dans la chaloupe, et ne reçut aucune marque de respect, pas même une noix de coco ou un fruit de l’arbre à pain (4, p. 94). Il ne voulut aller avec Bligh à Eimeo sous aucun prétexte, « mais il dit que, nonobstant ma protection, il était certain que le peuple d’Eimeo chercherait une occasion de le tuer » (4, p. 108). Il vivait dans la frayeur même de son demi-frère Ariipaea, qui semblait de beaucoup le plus respecté des deux (4, pp. 87 et 98) ; et le chef de Matavai, Poeeno, dit à Bligh que Tu et son frère Ariipaea « n’étaient pas en bons termes, et qu’il était à prévoir qu’ils se battraient dès que le navire serait parti ». La position de Tu était si désespérée qu’il implora Bligh de l’emmener lui et sa femme Tetua, en Angleterre, et Bligh fut quelque peu gêné pour trouver une excuse.

4« Pour apaiser l’importun, je fus obligé de promettre que je demanderais l’autorisation au roi de les emmener en Angleterre si je revenais ; que je serais alors sur un navire plus grand et que j’aurais un logement convenablement approprié. J’étais au regret de constater que Tinah (Tu) redoutait d’être attaqué par ses ennemis sitôt que notre navire quitterait Otaheite, et que s’ils s’unissaient, ils ne fussent trop puissants pour lui. La maladie de Teppahoo (Tepau d’Ahurai), avec qui il était en bons termes, lui causait bien du souci ; la femme de Teppahoo était une sœur de celle d’Otoo et une tante de Tinah. Ils n’avaient pas d’enfants, ... et si Teppahoo venait à mourir, il serait remplacé comme Earee du district de Tettaha (Ahurai) par son frère, qui était un ennemi de Tinah. Je me suis efforcé à chaque occasion de faire croire aux personnages importants que nous reviendrions à Otaheite, et que nous vengerions tout dommage causé en notre absence au peuple de Matavai et d’Oparre. »

5Un autre fait avait aidé à diminuer la dignité de Tu aux yeux des étrangers :

6« Je fus surpris de constater qu’au lieu d’Otoo, nom sous lequel il était venu auparavant, on l’appelait maintenant Tinah. Le nom d’Otoo, avec le titre d’Earee rahie (arii rahi), était passé, m’apprit-on, à son fils aîné, cependant mineur, selon la coutume du pays. Je préparais un présent magnifique pour ce jeune homme, qu’on me signalait comme le personnage de la plus grande importance, ou plutôt, du plus haut rang dans l’île. » (4, p. 65).

7Bligh ne fut autorisé à voir le jeune Tu que de l’autre côté d’une rivière. L’enfant lui parut avoir dans les six ans. Il était donc né vers 1782, et c’est là le premier aperçu que nous ayons de notre premier roi chrétien.

8Le vieux Tu, ou Tinah, était fort impatient que Bligh s’acquittât de la promesse faite par Cook et punît le peuple d’Eimeo (4, p. 72 et 108) ; mais il ne parvint qu’à le persuader au moins de ne pas les encourager par une visite amicale. Bligh semble n’avoir vu et agi que dans le sens souhaité par Tu. Il ne voulait pas s’engager réellement dans une guerre, mais il ne montra pas le plus mince intérêt ni la plus légère curiosité pour quelqu’un d’autre que les Tu, père et fils, et leurs relations immédiates. Le demi-frère de Tu, Ariipaea, fils du vieux Teu par une seconde femme (voir le tableau VII), attira surtout l’attention de Bligh parce qu’on le disait ennemi de Tu. Teppahoo, ou Tepau, le chef d’Ahurai, fut remarqué parce qu’il était l’ami de Tu. Bligh ne voyait ni ne cherchait plus loin. Il semble n’avoir ni connu, ni s’être soucié de ce qu’étaient les chefs d’Eimeo, Paea, ou Hitiaa, qui avaient détruit la puissance de Tu et saisi ses biens. Il mentionne à peine les chefs plus éloignés et plus puissants de Papara et Taiarapu. Son livre ne fournit aucune lumière sauf sur le sujet de Tu, ce dont après tout, nous devons lui être reconnaissants.

9Avant de quitter l’île, le 3 avril 1789, Bligh fit son possible pour protéger l’homme dont la position fut alternativement exaltée et détruite par le patronage britannique. Si la situation de Tu n’avait pas été tragique pour l’île, ç’aurait été comique. Tant que les navires britanniques étaient dans la baie de Matavai, il était riche et puissant, sa maison regorgeait de tout ce qui faisait la fortune : haches, hameçons, toile, clous, perles, du bétail, des chèvres, de tout ce que contenait les navires. Nul autre chef ne recevait de cadeaux si ce n’est en quantité dérisoire. Dès l’instant que les navires britanniques disparaissaient, cette fortune devenait un objet d’irrésistible tentation pour les voisins de Tu, et un danger fatal pour lui-même. Tu avait été une sorte de vache à lait pour les chefs d’Eimeo, Faaa et Hitiaa. Il mendiait des cadeaux qu’ils tireraient ensuite de lui. Connaissant la situation de Tu et les dangers, Bligh lui donna des armes :

10« Il avait fréquemment exprimé le désir que je lui abandonnasse des armes à feu et des munitions, car il s’attendait à être attaqué après le départ du navire, et peut-être en grande partie à cause de notre partialité en sa faveur : je jugeais donc tout à fait raisonnable d’accéder à sa demande ; et j’y étais d’autant plus volontiers disposé, qu’il me dit que ses intentions étaient de s’en tenir à la défensive. Et c’est en vérité ce qui semble le mieux convenir à sa nature qui n’est ni active ni entreprenante. Si Tinah avait une ardeur proportionnée à sa taille et à sa force, il serait probablement le plus grand guerrier d’Otaheite ; mais le courage n’est pas la plus évidente de ses vertus. Quand je proposai de lui laisser une paire de pistolets, qu’ils préfèrent aux mousquets, l’on me dit que Iddeah (Tetua, sa femme) combattrait avec l’un et Oedidee (Itiiti) avec l’autre. Iddeah avait appris à charger et à faire feu d’un mousquet avec une grande dextérité, et Oedidee est un excellent tireur. Ce n’est pas la coutume des femmes dans ce pays d’aller à la guerre, mais Iddeah est une femme très résolue, de large stature, et douée d’une grande force physique. »

11Ayant fait son possible pour protéger Tu, Bligh mit à la voile le 4 avril et passait au large de l’archipel des Amis, ou Tonga, le 28 avril, lorsque la majeure partie de ses officiers et de l’équipage se mutina, et l’abandonna, lui et quelque dix-huit autres, à la dérive dans la chaloupe du navire. Puis les mutins virèrent de bord et revinrent à Tahiti, où ils arrivèrent à la baie de Matavai le 6 juin 1789. Ils embarquèrent là tout le bétail qu’ils purent trouver, et vingt-quatre Tahitiens ; firent voile de nouveau le 16 juin pour Tubuai ; mais apparurent une fois de plus, le 22 septembre, et débarquèrent seize des mutinés las de leurs aventures. Le reste fit voile à l’improviste la nuit suivante, et ils disparurent pour vingt ans de la vue des hommes.

12Les seize mutinés débarqués à Matavai se dispersèrent plus ou moins à travers l’île, mais la plupart demeurèrent à Pare, près de Tu, leur patron ; c’est là que le 12 novembre 1789, ils se mirent à construire une goélette de trente-trois pieds, qui leur permît de s’enfuir. La goélette fut lancée le 5 août 1790.

13Ces dates ont l’avantage de fixer quelques points qui sans elles demeureraient incertains. La guerre qui suivit immédiatement et qui rétablit pour le moment Tu dans sa fortune, mérite d’être nommée la guerre des Mutinés du Bounty (17, II, pp. 234-235). Quand Tu mourut, treize ans plus tard, les missionnaires consignèrent dans leur Journal de nombreux détails sur sa vie et son caractère ; et ils disaient entre autres :

14« Il était né dans le district d’Oparre, où se trouve maintenant son corps, et il était par sa naissance chef de ce district et de nul autre. L’intérêt que lui portèrent les navigateurs anglais fut l’origine de sa grandeur future, et les marins déserteurs qui de temps en temps quittaient leurs vaisseaux pour un séjour dans l’île (et surtout cette partie de l’équipage du navire de Sa Majesté, le Bounty, qui résida ici) furent les instruments qui valurent à Pomaré une extension d’autorité et de pouvoir plus grande que nul n’en avait eus jusqu’alors à Otaheite (13, II, p. 295). »

15Tu commença par demander aux mutinés d’aller avec lui à Eimeo et de combattre Mahine. Ils refusèrent, mais briquèrent ses fusils, ce qui lui permit, avec l’aide de Itiiti, de remporter un succès (2, p. XXX). Mahine passa alors à Faaa et s’unit à Towha de Faaa et à Potatow de Paea pour résister à la prochaine attaque de Tu.

16Cette guerre des mutinés du Bounty, qui survint peu après le lancement de la goélette, le 5 août 1790, ramène l’attention sur Papara, car à ce moment le chef de Papara s’unit à Tu contre Faaa, Paea et Eimeo. Les mutinés allèrent de Pare à Paea, sur leur goélette, armés de leurs fusils et accompagnés des pirogues de Tu, et livrèrent une bataille qui se termina par la mort de Mahine, tué par le beau-frère de Tu, Terii Vaetua. Les chefs de Paea et Ahurai, battus en bataille rangée, incapables de faire face aux fusils des mutinés et des hommes de Tu, cernés au Nord par Tu et les mutinés, au Sud par Temariiet d’autres Anglais venus de Papara, s’enfuirent finalement vers les collines et se soumirent au conquérant.

17Ceci se passait vers septembre 1790. Les armes et les marins anglais avaient fini par permettre à Tu de réaliser une partie de ses ambitieux desseins, et d’écraser Eimeo, Ahurai et Paea ; mais dans notre famille on lit avec étonnement que Papara l’y aida. Qui était donc le Temarii qui gouvernait Papara en 1790 ? Pour répondre à cette question, j’aurai besoin de tout un chapitre. Les Anglais pourtant conscients, quand leur intérêt l’exigeait, de l’existence d’un chef de Papara, n’ont jamais cherché à savoir qui il était. Ils n’avaient jamais entendu parler de chefs de Papara autres qu’Amo, Purea et Teriirere, et dans leurs récits, quand un chef de Papara se trouvait mentionné, on traduisait invariablement son nom en Amo, ou en Teriirere, le fils d’Amo et de Purea. Pourtant, sans aucun doute, quand survint la guerre de 1790, Amo, Purea et Teriirere étaient tous morts. Même les brèves notices sur Papara, qui résultèrent de la visite de la frégate Pandora, montrent qu’un nouveau chef doit avoir régné à Papara.

18La frégate Pandora appartient, elle aussi, davantage au conte des mutinés qu’à l’histoire de l’île. Quand le lieutenant Bligh fut rentré et eut conté la mutinerie, le gouvernement anglais envoya la frégate Pandora à la recherche du Bounty. Le Pandora ne trouva jamais le Bounty, qui avait été incendié depuis longtemps par les mutinés à l’île Pitcairn ; mais elle trouva ceux des mutinés qui étaient revenus à Tahiti, et qui s’employaient activement à faire de Tu le maître de Tahiti quand le Pandora en mars 1791, apparut dans la baie de Matavai. Ceux des mutinés qui étaient à Pare, sous le pouvoir direct de Tu, furent aisément repris, mais le capitaine Edwards, du Pandora, découvrit que nombre des autres avaient « demandé protection à Tamarah, un grand chef de Papara, qui était le roi légitime d’Otaheite, la présente famille d’Otoo étant des usurpateurs, et qui comptait, si nous n’étions pas arrivés, avec l’assistance des gens du Bounty, débattre la question avec Otoo (12, pp. 22-23)... Le capitaine Edwards avait cherché par tous les moyens possibles à gagner l’amitié de Tamarah, le grand prince du district supérieur, en lui envoyant des présents avec grande libéralité, qui effectivement le gagnèrent à notre cause (12, p. 27). »

19Le capitaine Edwards rédigea lui-même un rapport officiel daté de Batavia, le 25 novembre 1791, dans lequel il parlait beaucoup de Tu et de Temarii. Les mutinés, semble-t-il, incapables de tenir la mer sur leur goélette, abordèrent à Papara, le 26 mars, et cherchèrent refuge dans les montagnes. Le capitaine Edwards envoya immédiatement deux chaloupes avec quelques hommes à Papara. Son rapport poursuivait :

20« Je trouvai Otoo prêt à me fournir des guides et à me donner toute assistance en son pouvoir, mais il avait très peu d’autorité ou d’influence dans cette partie de l’île où les pirates avaient cherché refuge, et même son droit à la souveraineté dans la partie est de l’île venait d’être contesté par Tamarie, membre de la famille royale. Dans ces circonstances, je supposai que prendre Otoo et les autres chefs attachés à ses intérêts sous bonne garde alarmerait la portion fidèle de ses sujets et jouerait à notre désavantage. Je me tins donc pour satisfait de l’assistance qu’il m’offrait et qu’il était en son pouvoir de me donner, et je trouvai moyen à différentes reprises de faire porter des présents à Tamarie (et je l’invitai à bord, il me promit de venir mais ne tint jamais sa promesse), et je le convainquis qu’il était en mon pouvoir de saccager son pays, ce que j’imaginais devoir suffire au moins à lui faire supprimer cette aide que jusqu’ici par politique il avait apportée aux pirates dans le but de les amener à servir ses intérêts et à renforcer son propre parti contre l’Otoo. Il aurait probablement été en mon pouvoir de m’assurer de la personne de Tamarie, maisje craignais qu’une telle tentative irritât les indigènes attachés à ses intérêts, et les amenât à des actes d’hostilité contre notre parti, à un moment où le navire se trouvait à une trop grande distance pour lui fournir du secours à temps et en suffisance. »

21Les raisons de tous les officiers de navire, en ce qui concerne l’histoire de Tahiti, ont toujours été très semblables, quels que soient leur nationalité et leurs desseins ; inutile donc d’insister sur celles qui poussèrent le capitaine Edwards à épargner la vie et les biens de Tahitiens, Teva ou Porio-nuu, qui ne lui avaient jamais fait offense d’aucune sorte. Le résultat fut que les mutinés furent ramenés, un par un, jusqu’à ce qu’il n’en manquât que six. Le capitaine Edwards envoya deux sections pour les retrouver. Une section parvint par mer à Papara, sous le lieutenant Hayward. « Le vieil Otoo et plusieurs des chefs, etc., allèrent avec lui. » L’autre section traversa les montagnes. « Oripaia, le frère d’Otoo, alla avec elle. » Les mutinés furent découverts près du rivage, et se rendirent.

22D’après ces extraits, il apparaît que le chef de Papara, en mars et avril 1791, était aussi puissant, aussi indépendant, et aussi hostile aux ambitions de Tu, qu’aucun Temarii antérieur ne l’avait été, et que ni Tu, ni le demi-frère de Tu, Ariipaea, ne prétendait alors exercer, ni même avoir exercé durant l’année précédente, aucune autorité ou influence à Papara.

23Jusqu’en avril 1791, nous pouvons conclure qu’aucun changement n’était intervenu dans la position relative du chef de Papara et du chef de Pare-Arue. Les seuls changements intervenus concernaient Eimeo et Taiarapu, mais ceux-ci étaient très sérieux, et durent causer bien des alarmes aux Teva de l’intérieur. Ce que nous en savons vient surtout du voyage de Vancouver qui arriva dans l’île au terme de la même année.

24Le Pandora partit, avec ses prisonniers, de Tahiti en mai 1791, et en décembre suivant Vancouver arriva, sur la corvette Discovery, à la recherche du passage du Nord-Ouest. En s’arrêtant pour se ravitailler à Tahiti, le 28 décembre, Vancouver, qui avait été avec Cook en 1777, s’enquit de ses anciens amis (18, I, p. 98) :

25« J’eus la douleur de constater, après enquête, que la plupart des amis que j’avais laissés là en 1777, tant hommes que femmes, étaient morts. Otoo, avec son père (Teu), ses frères et ses sœurs ; Potatow et sa famille étaient les seuls chefs connus autrefois qui vivaient encore. Otoo n’était pas ici (à Pare) ; il paraît même qu’Otaheite n’était plus son lieu de résidence, et qu’il s’était retiré dans son domaine nouvellement acquis, Eimeo, ou, comme les indigènes appellent plus communément cette île Moorea, en laissant à son fils aîné l’autorité suprême sur cette île et les îles voisines. Le jeune roi avait pris le nom d’Otoo et mon vieil ami celui de Pomurrey, après abandon de son nom en même temps que de sa juridiction souveraine, quoiqu’il semblât conserver son autorité à titre de régent. »

26C’est là la première mention du nom de Pomaré, sous lequel la famille a été connue depuis lors. Après la naissance du jeune Tu, vers 1782, le premier de ses enfants à qui il fut permis de vivre, le père semble avoir pris le nom de Tinah, peut-être Taino, qu’il portait en 1788. Il tenait le nom de Po-mare (toux de nuit) de son plus jeune fils, Terii Navahoroa, un très jeune enfant en 1791, qui toussait la nuit. Par la suite, il prit le nom de Vairatoa, comme je le noterai à son heure, et c’est sous ce nom de Vairatoa qu’il est encore connu dans la famille.

27Vancouver envoya une chaloupe à Eimeo, chercher Pomaré, qui arriva, le 2 janvier 1792, amenant avec lui son beau-frère Motuaria, ou Metuaro, que Vancouver estime être le même Terii tapunui connu par Cook et Forster comme chef de Variri à Eimeo. On le nommait d’ordinaire Metuaro Mahau. Selon nos renseignements, c’était Taaro-arii, un jeune frère du Teriita-punui de Cook, mort sans descendance et qui laissa son nom et ses biens à Taaro-arii, qui lui non plus n’eut pas d’enfant mâle.

28« Avec Pomurrey » dit Vancouver (18, I, p. 103), vint Matuara Mahau, « le prince régnant, sous Otoo, de Moorea. Il y avait cependant peu d’apparence qu’il pût jouir longtemps de cette position honorifique, car il apparat au dernier stade d’un profond et rapide déclin. »

29De fait, Motuaria mourut dix jours après, et selon Vancouver, laissa ses districts d’Eimeo à une fille, nièce de Pomaré ; « Pomaré devint régent pour cette jeune princesse, et ainsi les habitants de Moorea étaient entièrement sous ses ordres ». Tu avait donc accompli son premier grand dessein, l’extension de son pouvoir sur Eimeo, ou au moins sur la moitié.

30Le second pas, l’acquisition de Taiarapu, avait suivi la victoire d’Ata-huru, et Vancouver put rapporter la chose. Son récit, qui lui fut probablement fourni par les gens mêmes de Pomaré, commençait avec la guerre de 1790, dans laquelle Mahine périt, et les chefs de Faaa et de Paea furent asservis.

31« Mahine étant tombé au cours du conflit (à Atahuru) et Towha (d’Ahurai) étant mort, il fallut peu de chose pour compléter la conquête (du district de Mahine, Opunohu à Eimeo) qui fut finalement accomplie par l’intervention des hommes du Bounty sur un vaisseau qu’ils avaient construit avec le bois de l’arbre à pain ; et comme la bonne ou la mauvaise fortune sont généralement accompagnées d’événements qui les renforcent, d’autres circonstances intervinrent pour nourrir et favoriser les ambitions de Pomurrey. A ce moment Whyeadooa (Vehiatua), roi de Taiarabou, mourut, ne laissant qu’un parent très éloigné pour prendre son nom et son gouvernement ; celui-ci fut obligé par Pomurrey et ses partisans d’abandonner toute prétention à ces honneurs, et, avec le peuple de Taiarabou, de reconnaître le benjamin de Pomurrey pour leur chef, sous l’autorité de l’aîné, Otoo : quand ils y eurent consentit, l’enfant prit le nom de Whyeadooa, comme un apanage nécessaire au gouvernement. Par cette acquisition, selon toute apparence, ils ont effectivement établi parmi eux une paix plus ferme et plus durable qu’ils n’en ont connue depuis bien des années ; et pour assurer cette bénédiction inestimable à leurs fiefs, les frères royaux ont pris toutes dispositions pour surveiller complètement et protéger les deux jeunes princes pendant leur minorité. Urripiah (Ariipaea) le puîné (le demi-frère) de Pomurrey, qui s’est acquis la réputation de grand guerrier, a établi sa résidence sur les confins de Taiarabou pour surveiller la conduite de ce peuple dans son obédience à son neveu Whyeadooa, et, à la moindre apparence de désaffection ou de révolte, pour être à portée de prendre toutes mesures nécessaires pour les ramener à l’obéissance. Whytooa (Vaetua), le puîné (beau-frère) réside pour la même raison à Oparre, près du jeune monarque ; et Pomurrey avec ses épouses s’est retiré à Moorea, où les habitants sont à tous égards parfaitement réconciliés, fermement attachés à ses intérêts, et prêts à lui fournir ainsi qu’à ses enfants toute l’aide et l’assistance dont ils peuvent avoir besoin » (18, I, pp. 138-140).

32Cette page prouve clairement que, grâce aux Anglais et à leurs armes à feu, Pomaré avait réussi à détruire les chefs rivaux d’Opunohu, Faaa et Taiarapu, mais Vancouver gardait un silence prudent sur le rival le plus sérieux de tous, le chef de Papara, dont le destin devait être réglé le dernier. La paix voulue par Pomaré, Vancouver put voir ce qu’elle était, car, à mesure que le pouvoir irrésistible des fusils anglais devenait plus évident, les vues de Pomaré gagnaient en extension, jusqu’à embrasser toutes les îles qui se trouvaient à sa portée, y compris Borabora.

33« Pomurrey et ses frères, s’étant procuré dans les vaisseaux qui avaient récemment visité Otaheite, plusieurs mousquets et pistolets, se considéraient comme invincibles ; et l’acquisition de nouveaux domaines pour Otoo semblaient maintenant retenir tout leur soin et toute leur attention. Ils étaient extrêmement soucieux que je contribue à leur succès en augmentant leur nombre d’armes à feu, et en ajoutant à leur réserve de munitions. De celles-ci j’en donnai à Pomurrey une petite quantité ; mais de celles-là je n’en avais point dont je pusse me défaire, quand même je n’aurais pas vu d’inconvénient à me rendre à sa requête. Quand ils virent qu’il n’y avait pas d’espoir d’accroître leur armurerie, ils me prièrent d’avoir la bonté de conquérir les territoires sur lesquels ils méditaient une descente, et, ceci fait, de les livrer à Otoo ; comme excuse pour leurs objurgations, ils insistaient sur la nécessité pour le confort et le bonheur du peuple dans son ensemble qu’il n’y eût qu’un souverain sur tout l’archipel de ces îles. Quand je les eus convaincus que les îles en question étaient totalement en dehors de ma route et que je n’avais pas le loisir d’une telle entreprise, Pomurrey exigea de la manière la plus sérieuse qu’à mon retour en Angleterre, je sollicite de Sa Majesté en son nom l’ordre d’envoyer immédiatement un navire de la force nécessaire en lui enjoignant d’avoir, si toutes ces îles n’étaient pas sujettes à son pouvoir avant son arrivée, à les conquérir pour Otoo, qui, observa-t-il, serait toujours, je le savais bien, un ami sûr du roi George et des Anglais. Cette requête fut fréquemment répétée, et il ne manqua pas d’y insister de la manière la plus pressante au moment de notre départ. » (18, I, pp. 142-143).

34Rien dans ce texte ne montre que les peuples de Tahiti fussent plus acquis qu’ils ne l’avaient été précédemment à la suprématie de Tu. Il est clair qu’il était encore dans la crainte des Teva de Taiarapu et de Papara ; mais il s’était assuré un avantage qui lui donnait une distinction dont il n’avait jamais joui auparavant. Outre les ura ou plumes rouges, qui étaient les insignes exclusifs des arii rahi, une curieuse forme du maro ura était devenue le symbole de l’autorité suprême grâce à Purea. C’était le fanion anglais laissé déployé à Matavai par le capitaine Wallis lors de son départ. Purea l’emporta dans son marae Mahaiatea, et semble l’avoir converti en ce maro ura dont son fils devait être investi. Après la ruine de Purea, Tutaha l’emporta à son propre marae Maraetaata, comme le symbole de sa suprématie. C’est là que Cook le vit, agrémenté de plumes rouges, jaunes et noires (8, II, p. 37). Il y resta de 1768 à 1790, date à laquelle Pomaré, après la conquête de Paea, prit finalement possession du maro ura, et l’emporta jusqu’à son propre marae Tarahoi à Pare (2, p. xxx). Pourrait-il le garder ? Cela dépendait des fusils anglais.

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search