Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre X

Texte intégral

1Ainsi, quand la famille de Papara sous le contrôle de Purea, commit les folies qui prirent fin dans le grand désastre de décembre 1768, la famille de Pare-Arue était en mesure de profiter de ce qui nous ruinait. Le vieux Teu ou Hapai semble avoir été un homme perspicace et prudent, mais nous savions peu de choses à son sujet avant l’arrivée de Cook. Il ne chercha jamais à être un grand chef ou à porter le maro ura, et il fut plus probablement plus jaloux de son fils que d’Amo ou de Teriirere. Ce fils Tu doit être né vers 1743. Par sa mère il pouvait prétendre au maro ura de Raiatea ; par son aïeule Tetuaehuri, il appartenait à la famille de Vehiatua et aux districts Tevaitai deTaiarapu. Par son père il héritait du district de Pare-Arue et pour fermer le cercle de son ambition, on lui donna une femme Tetuanui-rea-i-te-rai du district voisin et indépendant de Tefana i Ahurai, qui était non seulement la nièce de Purea, mais tout aussi ambitieuse et énergique que Purea elle-même.

2J’ai déjà rapporté l’histoire de la chute de Purea, telle qu’elle fut contée à Cook. Selon ce récit, le chef qui vint à bout de Papara était Tutaha de Paea, et, de fait, chaque fois que Papara a été vaincue, on a généralement découvert que Paea aida à faire pencher la balance. Tutaha semble avoir pris la part du lion dans le partage des dépouilles. Tu n’eut à peu près rien que la reconnaissance de son droit de porter le maro ura à Maraetaata. Sa suprématie n’alla pas plus loin que cela. En dehors de son territoire personnel, il était encore étranger. Bien que reconnu par sa famille et par Tutaha de Paea comme un arii rahi avec le maro ura, en décembre 1768 ou janvier 1769, cependant, lorsque Cook arriva à Matavai en avril suivant, il ne vit pas Tu, mais seulement Tutaha. Quand il envoya une chaloupe le long de la côte vers l’Est, à vingt milles au delà de Papenoo et de Mahaena, partout on lui dit que les porcs et autres provisions appartenaient à Tutaha et ne pouvaient être vendus sans sa permission ; si bien que « nous en vînmes à penser que cet homme était décidément un grand prince, car un pouvoir si étendu et si absolu ne pouvait être acquis par nul autre, et nous découvrîmes par la suite qu’il administrait le gouvernement de cette partie de l’île comme souverain pour un mineur que nous ne vîmes jamais de tout le temps que nous y fûmes » (5, II, p. 121).

3Bien que Tu ne fût pas mineur, ayant alors vingt-cinq ans accomplis et étant marié ; et bien que lui et sa femme Tetua aient dû brûler du désir de voir Cook et de lui faire des présents, ils ne pouvaient venir à Matavai parce que Matavai était dans le district de Haapape, et ils furent obligés de regarder les navires de Cook de loin, et d’autoriser Tutaha et Tepau i Ahurai Tamaiti (Toubourai-Taimaide) à mendier toutes les haches et tous les clous de Cook.

4D’un autre côté Amo et Purea, bien que trois ou quatre mois seulement eussent passé depuis leur déconfiture, vinrent à Matavai pour voir Cook, et furent reçus avec le respect habituel dû aux ariirahi. J’ai déjà cité le récit et je vais le citer encore : « Le 21 juin (1769), rapportait Cook (5, II, p. 153), nous reçûmes au fort la visite d’un chef nommé Oamo, que nous n’avions encore jamais vu, et qui était traité par les indigènes avec des égards peu communs ; il amenait avec lui un garçon d’environ sept ans, et une jeune femme d’environ seize : le garçon était porté à dos d’homme, ce que nous considérâmes comme faisant partie du cérémonial, car il était aussi capable de marcher qu’aucun des assistants. Dès qu’ils furent en vue, Oberea et plusieurs autres indigènes qui étaient dans le fort sortirent à leur rencontre, après avoir découvert leur tête et leur corps jusqu’à la ceinture : à leur approche, la même cérémonie fut accomplie par tous les indigènes qui étaient hors du fort. » Le garçon, Teriirere de Papara, était arii rahi à Haapape parce que la mère de son père, Tiipaarii ou Teroroeora i Fareroi, était fille du chef de Haapape, et Teriirere avait un siège dans le marae de Fareroi. Tu n’y avait ni siège, ni droits : à cette époque il n’osait même pas pénétrer dans le district, ni s’aventurer en pirogue dans la baie de Matavai.

5La coalition contre Papara se disloqua aussi vite qu’elle s’était constituée. Tutaha se querella avec Vehiatua, nous ne savons pour quelle raison, et entreprit de vaincre les Teva de l’extérieur comme il avait vaincu ceux de l’intérieur. Un tel plan ne pouvait pas être de l’intérêt de Tu qui devait le plus clair de son pouvoir à son alliance avec Vehiatua ; et le projet fut ouvertement combattu par le vieux Teu, ou Hapai, le père de Tu, mais sans effet. Tu fut obligé de suivre Tutaha. Je vais citer ce que nous savons de cette histoire, dans l’esquisse de l’histoire de l’île due aux missionnaires dans le « Voyage of the Duff » (2, p. xv ; 10, II, pp. 94-96), tiré presque entièrement de Forster.

6« Tootaha avait obtenu une grande quantité d’articles curieux et utiles de la part de ses hôtes européens, et il se prévalait de ces acquisitions pour accroître son influence sur les chefs de la péninsule majeure. Il réussit à les persuader d'unir leurs forces contre Teiarraboo, qu’il souhaitait réduire à son premier état de sujétion. Waheadooa, qui combattait uniquement pour savourer en paix l’indépendance qu’il avait établie, tirait argument des services rendus par lui à Tootaha pour le détourner de ses desseins hostiles, que Waheadooa avait appris et auxquels il était prêt à résister. L’orgueil militaire et l’ambition du régent le poussèrent à persister dans sa tentative ; il équipa une flotte de pirogues de guerre, fit voile vers la péninsule mineure et affronta la force navale de Waheadooa, avec des pertes sensiblement égales de chaque côté. Tootaha battit en retraite, déterminé à tenter sa chance par terre. Son frère Happae qui n’approuvait pas cette mesure resta à Oparre ; mais Tootaha contraignit Otoo, qui détesta toujours combattre à accompagner l’armée. Il rencontra celle de Waheadooa sur l’isthme et fut totalement mis en déroute. Tootaha et Tooboorae Tamaede furent tués sur place ; Orette (chef de Hitiaa) et beaucoup d’autres sévèrement blessés ; et Otoo s’enfuit, avec un petit nombre de ses amis, vers le sommet des montagnes, où son père et sa famille avaient cherché refuge quand ils eurent été informés de la défaite. Waheadooa marcha directement sur Matavai et Oparre, dévastant tout le pays, comme il est d’usage dans leurs guerres ; mais il envoya des propositions raisonnables de paix à Happae et Otoo, qui les acceptèrent avec empressement. »

7La guerre de Tutaha et sa mort se placent en mars 1773, et ce fut la première nouvelle apprise par le capitaine Cook quand il revint à Tahiti lors de son second voyage et jeta l’ancre, le 17 août, dans la baie de Pihaa, sur le territoire de Vehiatua (7, I, p. 148). Vehiatua lui-même était mort dans l’intervalle, et son fils, alors âgé de dix-sept ou dix-huit ans, avait pris le nom et l’autorité de son père (10, I, p. 305 ; 7, 1, p. 150).

8La mort de Tutaha et de Tepau i Ahurai amena une nouvelle révolutoin, ou, peut-être, dénoua les vieilles alliances. Vehiatua de Taiarapu, Teriirere de Papara, Teriivaetua d’Ahurai, et Tunuieaaiteatua de Pare vécurent dorénavant égaux ; mais d’eux tous, Tu fut le moins puissant. L’unique signe que sa position avait progressé fut son apparition immédiate à Matavai pour recevoir Cook et lui quémander des présents. Apparemment, la mort de Tutaha amena le district de Haapape en quelque manière sous l’influence ou le contrôle de Tu, car aucun chef, si ce n’est un certain Toppere (Tiipaarii), inconnu par ailleurs, ne fut signalé comme y gouvernant par Cook ou par Forster (11, p. 354 ; 10, II, p. 89) ; mais Amo et Purea y apparurent de nouveau (7, I, p. 341), en compagnie de Tu et des chefs de Paea et Tefana, Poatatou et Towha. A cette époque donc, tous ces chefs étaient en bons termes. Forster dit que Teriirere fut alors marié à la sœur aînée de Tu, qu’il appelle Neehourai (10, II, p. 92), mais il semble qu’il entende la sœur de la femme de Tu, qui aurait été une certaine Tetua i Ahurai, sœur aînée de Terii vaetua d’Ahurai. Nous ne savons rien d’un tel mariage et d’ailleurs à l’époque Teriirere n’avait guère plus de douze ans, tandis que Neehourai en avait trente.Il semble à Cook que Tu ne jouissait pas d’une grande considération et qu’il intriguait en secret pour accroître son pouvoir. Il sollicitait l’aide de Cook contre Vehiatua (7, I, p. 325) et se plaignait que les chefs d’Ahurai et Paea ne fussent pas ses amis (7, I, p. 346). Encore qu’engagé, ou sur le point de l’être, avec ces deux chefs dans une guerre contre Eimeo, il n’avait pas le commandement de l’expédition et n’y jouait même aucun rôle (7, I, p. 347 ; 11, p. 367). Les Anglais, qui ne pouvaient concevoir qu’un peuple fût capable d’exister sans quelque apparence de pouvoir centralisé, donnèrent à Tu le rang et le titre de Roi, tout en remarquant qu’il était simplement un, et le plus important, parmi plusieurs arii rahi.

9De Papara et de ses chefs ils virent peu de chose, en pensèrent moins encore. Le lieutenant Pickersgill, à la fin d’août 1773, poussa jusqu’à Papara (10, I, p. 358), « où O Ammo, qui avait jadis été le roi de tout Taheitee, résidait avec son fils, le jeune T’-Aree Derae. Il logea la première nuit aux confins d’un petit district qui était maintenant la propriété de la fameuse reine O-Poorea (Oberea). Dès qu’elle appris son arrivée, elle se hâta d’aller vers lui, et accueillit son ancienne connaissance avec des marques réitérées d’amitié. Elle s’était séparée de son mari quelque temps après le départ du capitaine Wallis, et était maintenant totalement dépourvue de cette grandeur qui l’avait rendue jadis éminente aux yeux de l’Histoire et auguste à ceux des Européens. »

10A un Tahitien au courant du sort habituel des cheffesses quand leurs fils avaient pris leur rang et leurs maris de nouvelles épouses, même s’il n’avait rien su de la position des douairières anglaises, cette moralité anglaise singulièrement conventionnelle aurait semblé gaspillée. Purea était encore, selon Forster, en possession de son district, mais apparemment Papara avait pris parti dans la guerre de Tutaha contre Taiarapu, et avait été ravagée en représailles comme Matavai et Pare, par Vehiatua. « Les guerres civiles entre les deux péninsules de l’île l’avaient dépouillée, comme tout le district de Papara, du plus clair de son opulence, si bien qu’elle se plaignit au lieutenant d’être pauvre (teetee) et de n’avoir pas même un cochon à offrir à ses amis. » (10, I, p. 358.) Pickersgill rapporta à Cook (7, I, p. 159) qu’ » elle semblait très changée en mal, pauvre et de peu d’importance. Les premiers mots qu’elle dit à M. Pickersgill furent : Earre mataou ina boa, Earee est terrifiée, vous ne pouvez avoir de porcs. Ce qui semblait signifier qu’elle n’avait guère ou plus du tout de biens, et était elle-même sujette des Earee, ce qui n’était pas le cas, je crois, quand j’étais ici auparavant. »

11Les Anglais ne faisaient jamais demi-mesure. Eux qui avaient fait une reine de Purea en 1768, ils étaient décidés à voir en elle une mendiante en 1773. Néanmoins, Terürere était encore arii rahi ; Papara et les districts Teva n’étaient pas plus changés que leurs voisins ; en mai 1774, Purea apparut à bord du navire de Cook à Matavai avec les présents habituels ; et aussi bien Amo qu’elle-même occupaient la même position sociale qu’ils avaient toujours remplie ; mais l’éclat de la royauté avait disparu : « Le 12 (mai 1774), écrivait Cook (7, 1, p. 339), la vieille Oberea, cette femme qui, quand le Dauphin était ici en 1767, passait pour la reine de l’île, et que je n’avais pas vue depuis 1769, nous rendit visite, et nous fit présent de porcs et de fruits. » Forster (10, II, pp. 100-101) donnait un compte rendu plus long de cette visite :

12« O-Poorea (Oberea), jadis reine de Taheitee, vint à bord et offrit deux porcs au capitaine Cook. La réputation de nos plumes rouges avaient atteint les plaines de Papara, car elle nous dit qu’elle était venue pour en obtenir. Elle nous parut avoir de quarante à cinquante ans ; sa stature était haute, vaste et grasse, et ses traits, qui devaient être plus agréables jadis, étaient maintenant plutôt masculins. Cependant, il demeurait quelque chose de son ancienne grandeur ; elle avait « un œil fait pour la menace ou le commandement », et une attitude libre et noble. Elle ne s’attarda pas à bord, probablement parce qu’elle se sentait à nos yeux de moins d’importance qu’auparavant. Après s’être enquise de ses amis de l’Endeavour, elle retourna à terre dans sa pirogue. O-Ammo également vint à bord vers ce moment-là, mais on y prit encore moins garde qu’à son ancienne épouse ; et, comme on le connaissait peu à bord, il ne fut pas même autorisé à entrer dans la cabine du capitaine. Ce ne fut pas sans difficultés qu’il put se défaire de ses cochons, car nous en avions maintenant un si grand nombre sur le pont que nous ne tenions pas à encombrer davantage les ponts. Ces deux personnages royaux sont de vivants exemples de l’instabilité des grandeurs humaines. »Il ne pouvait y avoir qu’un roi, et c’était Tu de Pare. Le hasard qui faisait de Matavai le port le plus convenable aux vaisseaux anglais, faisait de Tu, le plus important personnage de l’île pour procurer de la viande fraîche aux équipages anglais. Aussi Tu, pour le plus grand dépit des autres chefs, reçut-il la plupart des haches et des autres cadeaux, et toutes les marques de considération des Britanniques. Cette jalousie faillit dégénérer en bataille rangée à Pare, où les rivaux de Tu dans les bonnes grâces de Cook devinrent si violents que Tu lui-même s’enfuit de son propre district chercher refuge à Matavai (7, I, p. 322). Les gens d’Ahurai et d’Atahuru étaient furieux, et Cook se montra tout à fait incapable de comprendre qu’ils avaient raison de l’être. Ahurai et Paea n’avaient jamais été traités en inférieurs d’un chef Porionuu, et ils pouvaient aussi peu comprendre la conduite de Cook que Cook pouvait comprendre la leur. L'engouement de Cook pour Tu dut leur paraître une insulte délibérée.

13La conduite de Cook dut être d’autant plus irritante que les chefs d’Ahurai et de Paea préparaient alors toutes leurs forces pour attaquer Mahine de Eimeo, et avaient besoin de l’assistance de Tu, nécessaire à leur succès. Ils avaient bien toutes les forces de Paea, composées de cent-soixante pirogues de guerre ; ils avaient quarante-quatre pirogues de guerre de Ahurai, et même dix de Matavai (11, p. 217 ; 10, I, p. 103 ; 7, 1, p. 349), mais ils n’en avaient aucune de Pare-Arue ; et cependant Tu était tout aussi intéressé qu’ils pouvaient l’être au résultat de cette guerre. Comme d’ordinaire la guerre d’Eimeo était une querelle de famille, comme le montre le tableau VI. Mahine de Opunohu était un oncle de Teriitapunui de Vavari. Tous deux appartenaient à la famille Ahurai, mais pour quelque raison incompréhensible aujourd’hui Mahine s’était querellé avec son neveu (8, II, p. 30). Tetuanui, la femme de Tu, était sœur de Teriitapunui et voulait naturellement soutenir son frère contre leur oncle ; mais bien que leur famille, sous la conduite de Towha, ou Tahua, d’accord avec le chef de Paea, rassemblât ses forces pour soutenir Teriitapunui, on ne put décider Tu à les aider. Lorsque Cook quitta l’île en mai 1774, la guerre d’Eimeo était sur le point de commencer. Quand il revint à son troisième voyage, en 1777, elle durait encore, et Tu éludait toujours les demandes d’assistance. Towha fut, en conséquence, obligé de faire la paix avec Mahine, et on lui prêta l’intention de tourner ses armes contre Tu, pour le punir. Cook alors intervint délibérément pour soutenir la politique qu’il avait adoptée, d’élever Tu aux dépens des autres chefs. A ses yeux, Tu était roi de droit divin, et toute atteinte à son autorité était en premier lieu trahison, et une atteinte à l’influence britannique en second lieu.

14« Les clauses (de la paix) », dit Cook, dans son rapport (8, II, p. 62), « étaient désavantageuses pour Otaheite, et Otoo encourut bien des blâmes, pour avoir contraint Towha, par son retard à lui envoyer des renforts, à se soumettre à un arrangement déplaisant. On racontait même couramment que Towha, par ressentiment de n’avoir pas été soutenu, avait déclaré qu’aussitôt après mon départ de l’île, il unirait ses forces à celles de Tiara-boo et attaquerait Otoo à Matavai ou Oparre. Ceci me contraignit à déclarer de la façon la plus formelle que j’étais déterminé à épouser les intérêts de mon ami contre une telle conjuration, et que quiconque prétendrait l’attaquer sentirait le poids de mon courroux quand je reviendrais dans leur île. Ma déclaration eut probablement l’effet désiré. »

15Papara n’eut, semble-t-il, rien à voir à ces querelles. Les premières nouvelles reçues par Cook à son retour, en août 1777, furent celles de la mort de Purea, survenue apparemment en 1775 ou 1776. Amo avait alors une autre femme, prise, comme Purea, dans la famille Ahurai. Elle se nommait Taurua i Ahurai était cousine de Purea, et elle avait un fils Temarii, bien connu dans notre famille sous le nom d’Arii Faataia. Selon Cook, le fils de Purea, Teriirere était encore vivant, et dans ce cas, doit avoir été chef de Papara. Les officiers de Cook le virent à Faaa, quand Towha et Tu se rencontrèrent pour mettre fin à leur querelle, en septembre 1777. Il fut reçu par la fille du chef, sa cousine, avec le cérémonial qui consistait pour elle à se taillader la tête avec la dent de requin et à verser des larmes (8, II, p. 65). Lorsque Cook se trouvait à Opunohu à Eimeo, le 1er octobre, on lui fit le récit de la mort d’Amo, mais sur ce point les récits sont très contradictoires. Tout ce que je puis dire, c’est que, sauf erreur, Teriirere mourut célibataire, certainement sans héritiers, et que ce fut son demi-frère qui lui succéda comme chef de Papara, le Temarii Arii Faataia.

16Près de onze ans passèrent avant qu’un autre navire européen visitât Tahiti, et pendant cet intervalle Pomaré paya cher la prééminence que ses amis anglais lui avaient donnée. Quand le capitaine Bligh arriva, sur le Bounty, en 1788, Tu lui dit (4, p. 72) « qu’après cinq ans depuis le départ du capitaine Cook (soit soixante-trois lunes) », c’est-à-dire à la fin de 1782, « ceux de l’île Eimeo se joignirent à ceux de Attahooroo, et firent une descente sur Oparre ». Nombre de gens de Tu avaient été tués ; lui-même avait fui, avec le reste, vers les montagnes ; toutes les maisons et les biens avaient été détruits ou emmenés, et même en 1788 les gens « n’avaient d’autres habitations que de légères cabanes que quatre hommes pouvaient prendre et déplacer par les quatre coins ; et des nombreuses et vastes pirogues qu’ils avaient alors (en 1777), il n’en restait que trois ». Ainsi Ahurai et Paea semblent avoir pendant cinq ans tenu compte de la menace de Cook ; et quand ils eurent conviction qu’il ne reviendrait pas, ils prirent la revanche promise (2, p. XXII).

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search