Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre IX

Texte intégral

1Maintenant que j’ai conté l’histoire de la famille de Papara et de ses alliances jusqu’à l’époque de la guerre de rahui de 1768 et la reconnaissance à Otoo du droit de porter le maro ura à marae Maraetaata, qui se trouva coïncider avec le voyage de capitaine Cook, je dois entreprendre l’histoire de la famille de Pare-Arue. Sous le nom de Pomaré elle allait intéresser et passionner singulièrement l’opinion, non seulement à Tahiti, mais même partout dans le monde chrétien, qui s’agita vivement à certaines époques, pour des raisons religieuses et politiques, à cause de notre petite île.

2Otoo était naturellement un nom anglais. Le nom complet était Tu-nui-ea-i-te-atua, communément abrégé en sa première syllabe Tu, qui signifie Dieu, soit dans sa simple forme monosyllabique, soit dans atua, aitu, etc. Tu signifie la même chose dans la plupart des langues, même en anglais, comme dans le mot identique Tuesday. Je puise cette information sans l’aller chercher plus loin que dans le Century Dictionary, et ne prétends pas en tirer gloire si ce n’est que le rapprochement peut aider un Européen à se familiariser un peu avec Otoo ; mais que Tu soit anglais ou non, en tahitien Tu-nui signifie un grand Dieu, et le mot Tu était un mot sacré. Je suppose que Tu-i-te-rai est un autre exemple de la même chose : Dieu du ciel. Je suppose aussi que toa, guerrier, est un autre mot, et qu’il s’apparente à Duc, et au vieil anglo-saxon : here-toga, conducteur d’armée ; mais je ne mentionne ceci que pour tenir les deux idées séparées dans l’esprit du lecteur. Tu était un dieu ; Tunui était un grand dieu ; et comme chaque famille de chefs faisait remonter son origine à Taaroa ou Oro ou quelqu’une des divinités établies, la famille dont le chef portait le titre Tunuieaite-atua suivait simplement la coutume des chefs.

3Selon l’usage ordinaire indigène, le nom était simplement Tu, le préfixe o ne faisant pas partie du mot. Je l’appelerai Tu, mais pour distinguer les Tu successifs, force est d’employer les autres noms qu’avait ou que prit le chef. Avant d’aborder la famille, j’aurai aussi à faire une longue digression par rapport au district de Pare et à son histoire, car la famille Tu ne lui appartenait pas à l’origine en ligne mâle, et avait une extraction entièrement différente.

4Beaucoup d’arii régnèrent sur Pare avant que le dynastie Tu y fût connue, et ont laissé assez de légendes pour en emplir un volume. Cinq d’entre eux portèrent les noms suivants : 1) Tauaitaata ; 2) Teuira arii i Ahutoru ; 3) Niuhi ; 4) Te Huritaua o te Mauu ; 5) Taihia. Tauaitaata fut le sujet d’une légende ou d’une histoire qui montre ce que les Tahitiens jugeaient intéressant ou assez exceptionnel pour mériter d’être rappelé dans leur caractère ou leur société.

5Tauaitaata, ou Tau, pour faire court, arii de Pare, épousa Taia, sœur de Vanaa ma i Terai, chef ou arii de Papenoo, le district au delà de Haapape, à quelque quatorze ou quinze milles à l’Est de Pare. Us eurent deux enfants, dont les descendants, soit dit en passant, demeurent arii de Papenoo jusqu’à aujourd’hui. Le fait qu’ils sont arii de Papenoo et non de Pare fut dû à la vendetta contée dans la légende suivante :

6Vanaa de Papenoo avait deux bouffons, classe d’hommes très prisée et autorisée à mainte liberté par tous les arii. Entre autres privilèges, ils étaient toujours habitués à recevoir quelques-unes des meilleures parts dans les distributions de nourriture faites par les arii. Les deux bouffons de Vanaa furent ou se jugèrent lésés dans l’une de ces distributions et jurèrent de se venger. Ils demandèrent la permission d’aller faire une visite à Tau à Pare, et à leur arrivée furent reçus par Tau avec la fête ordinaire, pour laquelle des cochons gras furent tués en guise d’offrande (faaamua). Quand on les apporta devant eux, ils se tournèrent vers Tau, et le remercièrent, tout en remarquant, avec un rire, que Vanaa l’avait comparé à un cochon. De tout le fonds des insultes le plus vivement ressenties à travers la Polynésie, une des pires est de traiter un homme de cochon. C’est entendre qu’un tel homme n’est, comme un cochon, bon qu’à sacrifier. Bien des morts et nombre de guerres sont issues de ce mot puaa. Naturellement Tau se sentit mortellement outragé par son beau-frère, et ne perdit pas de temps pour préparer sa revanche.

7Après avoir donné l’ordre de régler une grande fête au marae Raianaunau, Tau immédiatement commanda à ses hommes de sortir ses pirogues, pendant que les deux bouffons redoutant les conséquences de leur acte, en particulier pour eux-mêmes, s’enfuirent à Papenoo. La femme de Tau, Taia, remarquant les préparatifs, demanda à son époux où il allait, et il répliqua simplement : « Rendre visite à votre frère. » Très peu de temps était nécessaire pour des expéditions de cette sorte dans les mers du Sud, à moins qu’on n’eût à s’acquitter de quelque cérémonie ou que l’on comptât sur une résistance. Quelques heures suffiraient à l’affront, au ressentiment et à la vengeance. Tau donna le départ immédiatement et ses hommes doublaient bientôt la pointe de Matavai ; au large du village de Papenoo ils s’arrêtèrent et hélèrent les riverains, avec le cri qui annonçait Tauaitaata de Pare. Les gens de Papenoo se rassemblèrent sur la plage pour le recevoir, mais furent surpris de constater que personne ne débarquait. L’arii lui-même, Vanaa-maiterai, héla alors les pirogues et demanda : « Pourquoi Tauaitaata n’aborde-t-il pas ? » La réponse fut que la mer était, pour le moment, trop dure. Alors Vanaa, selon le code de la courtoisie entre chefs parents, fit ce que Tau escomptait qu’il ferait : il se jeta à la nage, et comme il nageait le long de la pirogue de Tau, il fut tranquillement et instantanément assommé à coups de rame sur la tête et son cadavre hissé dans la pirogue sans qu’un signe trahît à ceux du rivage ce qui se passait. Ils furent seulement quelque peu surpris de voir, une fois leur chef monté seul à bord, les pirogues faire demi-tour et ramer vers Pare avec Vanaa mais sans la moindre escorte.

8En arrivant à Pare, Tau fit porter le corps de Vanaa au marae Raianaunau, et sans rentrer chez lui, suivit le corps jusqu’au marae où la cérémonie était déjà préparée. Naturellement Tau comptait que le meurtre serait tenu secret à sa femme jusqu’à ce qu’il fût en mesure de régler l’affaire avec elle ; mais quand les tambours de la fête commencèrent le roulement pour les morts, Taia, qui les entendit et n’avait pas appris le retour de son mari, demanda : « Pourquoi bat-on les tambours de Raianaunau ? » des femmes répondirent que l’arii devait être arrivé ; mais elle connaissait trop bien pour s’y tromper les roulements du pahu. Elle écouta encore et s’écria : « Ce n’est point l’arrivée d’un arii qu’ils battent, mais la mort d’un arii ! Qui est mort ? Ce n’est pas Tau, car on me l’aurait dit ! Pourquoi ne m’a-t-on rien dit ? » Elle envoya une de ses femmes aux renseignements, mais la femme revint sans réponse. Alors Taia envoya chercher son mari, Tau, qui lui fit dire qu’il ne pouvait la voir de trois jours, qu’exigeaient ses devoirs ou les cérémonies.

9C’en était assez pour éveiller les soupçons de Taia. Elle savait que Tau s’était brusquement mis en route pour une visite à son frère, était revenu sans la venir voir, et célébrait une fête funèbre pour un Arii. Elle donna l’ordre à l’une de ses femmes de sortir et de se mettre en quête de la première personne qui viendrait de Papenoo, pour demander des nouvelles de Vanaa. Deux jours se passèrent avant que la femme revînt dire qu’elle venait de voir un homme de Papenoo qui lui avait dit que Vanaa était parti avec Tau, qui rentrait à Pare. « Je sais maintenant, s’écria-t-elle, que mon frère est mort » ; et elle ordonna qu’on fît venir l’homme pour lui conter ce qu’il savait. Puis elle le renvoya immédiatement dire à ceux de Papenoo que leur arii avait été tué, et qu’ils devaient envoyer des pirogues immédiatement pour la délivrer. Le même soir, les bateaux arrivèrent, elle y prit place, emmenant après bien des hésitations, ses deux enfants.

10Alors commença la partie de son activité la plus caractéristique des mœurs de l’île. La coutume prescrivait une marche à suivre régulière pour les femmes qui réclamaient justice ou vengeance. En assassinant Vanaa, Tau avait outragé non seulement le district de Papenoo, dont Vanaa était l’arii, mais tous les districts et tous les arii qu’un lien politique ou social rattachait à Papenoo. Toute la côte est de Tahiti par delà Pare-Arue (Haapape, Papenoo, Tiarei, Mahaena, Hitiaa) formait un groupe apparenté connu sous le nom de Teaharoa. Unis, les Aharoa étaient beaucoup plus forts que les Porionuu, ou Pare-Arue, dont Tau était arii. Pour venger son frère, Taia devait visiter tour à tour chacun des arii d’Aharoa et réclamer leur assistance, qui en pareils cas était rarement refusée.

11En conséquence, Taia s’arrêta d’abord à Haapape et fit entendre sa plainte. Puis continuant sa route vers l’Est, elle s’arrêta au large du débarcadère à Papenoo, où la plage était déjà couverte de gens qui l’attendaient ; mais elle cria : « Je n’aborderai pas ! Mes ordres sont : Ne laissez personne traverser Papenoo ! Ligotez les deux bouffons ! préparez-vous à la guerre ! Attendez mon retour ! Je vais renouer l’alliance des six Teaharoa ! » Elle continua directement sur Tiarei et Mahaena, et termina son voyage à Hitiaa, reçue partout à bras ouverts et avec promesses de secours. De retour à Papenoo, elle mit à mort les deux bouffons et leurs corps furent portés au marae. Ceci fait, elle attendit l’arrivée des autres districts pour monter l’attaque contre Pare.

12Devant une telle attaque le chef de Pare semble s’être senti perdu, car lorsque la cérémonie fut finie, et qu’il eut appris que sa femme et ses enfants avaient fui, il comprit ce qu’elle allait faire pour venger son frère, et, sans attendre l’invasion venue de Teaharoa, il s’enfuit à Moorea.

13Avec ce départ, sa lignée cessa d’être arii de Pare. Il n’y reparut jamais. Sa femme épousa par la suite Tevahitua i Patea, et de ce mariage naquit notre famille de Papara.

14Tau fut suivi à Pare par Teuira-arii, qui a laissé peu de souvenirs, si ce n’est qu’il fut battu dans un combat, et, selon l’usage, perdit son district.

15Ensuite vint Niuhi, qui déclencha une autre tragédie en tuant les deux fils d’un homme appelé Tetohu de Faaa, et en exposant leurs corps sur le marae Raianaunau. Quand le père apprit leur mort, il appela sa fille Terero et lui dis : « Je viens d’apprendre que mes fils ont été mis à mort par Niuhi, et je vais à Raianaunau pour les pleurer. » Elle l’en dissuada : « N’y allez pas ! vous serez tué. » « J’irai, répliqua-t-il, mais mon vœu est que vous attendiez trois jours et si je ne reviens pas, c’est que je serai mort. Allez alors à Hitiaa, où vous trouverez Teriimana, arii de Moorea, qui fête Teriitua à Hitiaa. Dites-lui que moi, Tetohu, le prie de venger la mort de mes fils. Le fee (pieuvre ou octopus) a huit tentacules. Temahue, la montagne de Pare, a huit pics. Il y a huit districts à Moorea. Il reste encore la tête et les deux yeux du fee. Donnez la tête à Tefana i Ahurai, un œil à Teruru de Pereaitu (de Paea) ; l’autre œil à Vavahiiteraa (de Mahaena). Si Teriimana accepte ma requête, priez-le de partir sur-le-champ pour Moorea, d’armer les pirogues de guerre, et de livrer bataille à l’arii Niuhi. »

16L’image de la pieuvre était très caractéristique des modes d’expression tahitiens, qui semblent trouver la métaphore nécessaire pour s’exprimer intelligiblement. La tête et les deux yeux de la pieuvre étaient Niuhi et ses deux fils. Les huit tentacules étaient les huit districts de Porionuu.

17Après avoir donné ces instructions à sa fille, Tetohu lui dit adieu et partit pour le marae Raianaunau, où il arriva le même soir ; et il trouva les corps de ses fils sur le marae, liés ensemble et couverts d’un morceau d’étoffe de tapa. Il les découvrit et les sépara, puis se coucha entre eux, leurs têtes sur ses bras, et resta là jusqu’au matin ; le tahua ou prêtre, quand il vint au maraé pour préparer le sacrifice, fut surpris de voir six jambes au lieu de quatre sous la couverture de tapa. Il la souleva et vit Tetohu, et fut si profondément ému par la détresse de ce père tenant ses fils morts dans ses bras qu’il n’eut pas le cœur de donner l’alarme, qui aurait fatalement signifié la mort du père. « Debout et fuyez pendant qu’il est encore temps » dit-il à Tetohu. « Ne savez-vous qu’il est mortel d’intervenir dans la vengeance de Niuhi et de gravir son marae Raianaunau ? » Tetohu répondit : « Je suis venu pour suivre le destin de mes fils, sûr que ma revanche est proche. » Le tahua n’avait dès lors plus d’autre issue pour sauver sa propre vie que de rapporter le fait à Niuhi, qui ordonna sur-le-champ la mort de Tetohu.

18Sa fille vit passer le troisième jour sans que revînt son père, et dès lors sachant qu’il était mort, elle gagna en hâte Hitiaa. Elle se jeta devant Terii-mana ou Temana, et dit : « Je suis venue vous demander de venger la mort de mon père et de mes frères ». « Contre qui ? » demanda Temana. « Contre Niuhi, arii de Pare. » Temana demanda la raison de leur meurtre. « C’est un mystère », répondit-elle.

19Cette habitude, qui veut que tout homme qui a subi un tort puisse en appeler devant un autre arii, avait force de loi à Tahiti. Les arii refusaient rarement d’épouser une telle querelle et parfois, comme j’aurai l’occasion de le montrer dans notre propre famille, engageaient toute leur fortune pour le faire. Temana répondit à Terero par la formule habituelle, l’invitant à se rendre chez elle, qu’il accéderait à sa demande. Elle lui répéta alors le message de son père qu’il écouta avec une attention concentrée et commença aussitôt d’exécuter. Il convoqua sa suite, se prépara immédiatement au départ, et en arrivant à Nuurua à Moorea il envoya des messagers à Namiro de Tefana i Ahurai, à Teruru de Pereaitu, et à Tevavahiiteraa de Mahaena, en leur demandant leur aide. Ils acceptèrent et leur adhésion assura la chute de Niuhi, car ils l’encerclèrent complètement et lui ôtèrent tout espoir de secours ou de fuite. Les pirogues de guerre attaquèrent par mer sous le commandement de Temana ; du côté de Faaa, Namiro et Teruru guidèrent Ahurai dans une attaque par terre ; du côté de Mahaena, Tevavahiiteraa bloquait le passage. Niuhi fut surpris, capturé et ligoté.

20Une autre curieuse coutume de guerre fut observée dans cette affaire de Niuhi, qui semble avoir été l’objet d’une haine assez peu commune. Temana, qui avait mené l’attaque, s’entendit peut-être demander de partager par courtoisie sa victime avec ses alliés. Il les invita à exercer leur droit d’appliquer la pire insulte qui puisse être infligée à un arii, de frapper le dos de leur victime avec leur lance, comme il gisait à terre ligoté. Namiro, qui représentait la tête de la pieuvre, fut le premier à frapper. « Je suis prisonnier », dit Niuhi, qui ne pouvait voir et ne connaissait pas ses vainqueurs ; « je suis déshonoré par tout homme qui me frappe dans le dos ; mais il me reste le droit de demander qui me frappe. » « Je suis Namiro, le guerrier de Ahurai », fut la réponse ; « je vous bats avec ma lance Tuahinearamarama. » Niuhi garda le silence. Ensuite Teruru de Pereaitu fit un pas en avant et frappa. Niuhi répéta sa question ; on lui dit : « Je suis Teruru de Pereaitu. Je vous frappe avec ma lance Teaho. » Niuhi garda encore le silence. Tevavahiiteraa frappa ensuite : « Qui est-ce ? » demanda Niuhi ; « de quel bois est faite cette lance ? » « C’est l’apiri deTamahue », répliqua Tevava, ce qui constituait une autre insulte, car l’apiri n’est qu’une herbe. « Non ! » dit Niuhi ; l’apiri cinglerait, et sifflerait dans l’air avant de frapper, tandis que ceci tombe sur mon dos avec un coup sourd. » « Sache donc, dit Vavahiiteraa, que c’est le Teae de Mouoe ! » Le teae était un bois dur qui ne pousse que sur les collines de Mahaena. « Je sais maintenant que je suis perdu, dit Niuhi car je suis encerclé. »

21Niuhi perdit son district, en effet, mais on suppose qu’il put s’enfuir dans les montagnes, car il fit encore par la suite parler de lui et fut tué à Papara. Parmi les fragments d’histoire qui survivent dans l’île est une chanson appelée la « Vantardise de Niufi » ou Niuhi, qui est, comme toujours, si bourrée d’allusions locales qu’elle en est inintelligible, mais qui semble prouver qu’il fut en son temps un chef puissant, qui régna sur les districts Aharoa comme sur le Porionuu. J’en cite quelques vers uniquement pour donner une idée de sa forme :

La vantardise de Niufi.
E fatu vau i tau hau o Taveroiterai,
I te tatua o Manavataia, te tootoo o Ninihotetoa,
Te taamu o Tiaperetii, te tahiri o Nunaaehau.
E too vau i tau nuu Pare Arue Mahina
Teharuru Eue Temehiti Ahuare Tetaero.
Toina te horo i paepae iriiri e maau vau nei na Teva.
Je suis seigneur de mon fief de Taveroiterai,
De la ceinture de Manavataia, du bâton Niniho-te-toa,
Du nœud de Tiapereti, de l’éventail de Nunaaehau.
Je suis le meneur de mes armées : Pare, Arue, Mahina,
Teharuru, Eue, Temehiti, Ahuare, Tetaero.
Demandez à la cascade de Paepae-iriiri si je suis l’idiot de Teva !

22Malgré la réapparition de l’idiot de Teva, Niufi et sa vantardise concernent très peu notre côté de l’île et pas du tout les Pomaré, car au temps de Niufi les ancêtres des Pomaré étaient probablement encore chefs de Fakarava ou Faarava, une des basses îles de corail de l’archipel Paumotu, à quelque deux-cent-cinquante milles au Nord-Est de Tahiti. La date exacte de l’arrivée du premier Tu à Tahiti est inconnue, même la génération n’en peut être fixée. Tout ce que je puis dire avec certitude, c’est que les Pomaré eurent toujours honte de leur origine Paumotu, qu’ils considéraient comme une tare dans leur généalogie, et que les yeux des Tahitiens leur reprochaient, car tous les Tahitiens tenaient les Paumotu pour sauvages et socialement inférieurs. Les Pomaré faisaient de religieux efforts pour cacher cette parenté par tous les moyens possibles, et rares étaient les Tahitiens qui auraient osé faire la moindre allusion à ce sujet en leur présence, car elle aurait pu être considérée comme un outrage et peut-être coûter la vie au mauvais plaisant. Un jour pourtant un essai d’allusion ne fut pas relevé. Moe, la femme de Tamatoa, fils de Pomaré IV, et elle-même reine de Raia-tea, causait avec sa belle-mère, la reine Pomaré IV — Aimata, de qui j’aurai beaucoup à dire — qui parlait de nommer un de ses chevaux : Teva. Moe objecta que Teva était un nom auquel les Pomaré n’avaient pas droit : « C’est à moi, l’arrière-petite-fille de Tati, qu’il appartient. Pourquoi n’ap-pelez-vous pas votre cheval : « Paumotu ? » La reine repartit tranquillement : « C’est une idée ! mon père aimait beaucoup les Paumotu. Je me souviens que, lorsqu’ils venaient visiter Tahiti, Pomaré les recevait comme ses hôtes les plus honorés, et j’y perdais souvent. »

23Le fils d’Aimata, Pomaré V, le dernier roi, quand il voulut établir ses droits à des terres dans les Paumotu, dut naturellement reconnaître cette parenté et prouver son origine. La généalogie adoptée à cette occasion fit du premier Tu, qui venait des Paumotu, le grand-père de Taaroa manahune, qui épousa Tetuaehuri i Taiarapu, comme je l’ai dit au chapitre III. Tu de Faarava, ayant entrepris une visite à la terre distante de Tahiti, entra par la passe de Taunoa, qui est le chenal oriental menant à ce qui est maintenant le port de Papeete. Comme il abordait à Taunoa à titre d’étranger, il fut convié à être l’hôte de Mauaihiti, qui semble avoir été un chef de Pare. Tu se rendit si agréable ou si utile à son hôte, que Mauaihiti l’adopta comme hoa, ou frère, avec les cérémonies rituelles attachées à cette coutume, lesquelles consistent en une grande fête ou réunion de toutes les familles, avec l’observance de tous les droits et honneurs qui appartiennent à l’hôte. Tu les accepta, et, à la mort de Mauaihiti il prit place à titre d’héritier et de successeur dans la lignée du chef. Il abandonna toute idée de retour aux Paumotu et consacra son énergie à l’accroissement de ses alliances à Tahiti. Il prit femme lui-même dans la famille d’Arue, ce qui permit à son fils de prétendre conjointement à l’autorité sur Pare-Arue ; et finalement son petit-fils, ou quelque génération postérieure, obtint en mariage un personnage aussi considérable que Tetuaehuri, fille de Vehiatua de Taiarapu. La généalogie admise donne comme le fils de Taaroa Manahune et de Tetuaehuri, Teu, le Hapai ou Whappai des Anglais, et qui vécut jusqu’au commencement de ce siècle, mais les généalogies tahitiennes ont une façon déconcertante de laisser tomber les personnages qui ne les amusent pas, et l’on a très bien pu sauter une ou deux générations dans celle des Pomaré.

24J’ai déjà dit que, selon nos généalogies Teva, deux générations au moins doivent séparer Taaroa Manahune de Teu, mais, quoi qu’il en soit, Teu naquit vers 1720, et épousa d’abord Tetupaia i Hauiri, de la lignée royale de Raiatea. C’était gravir un nouvel échelon de l’échelle sociale. Raiatea et Borabora, qui appartiennent au groupe des îles hautes à environ cent trente milles au Nord-Ouest de Tahiti, avaient leurs propres grands chefs, qui portaient le maro ura dans leur propre marae, et avaient leurs grands moua, tahua et outu, qui allaient de pair avec les plus anciens de Tahiti, ou les dépassaient. Dans la hiérarchie de la société tahitienne, Tetupaia permettait à ses descendants de prétendre porter le maro ura à Raiatea.

E moua inia o Teaetapu
E tahua o Hauiri
E outu o Matahiraiterai
E marae o Taputapuatea.

25Le fils de Tetupaia et de Teu avait non seulement droit à un siège dans le grand marae Taputapuatea à Raiatea, mais il pouvait enlever sa pierre de Taputapuatea et la placer dans son propre district de Pare-Arue, fondant ainsi un marae Taputapuatea personnel où il porterait le maro ura. Ce qu’il fit. Plusieurs des officiers de Vancouver à Matavai, en 1792, « embarquèrent dans une pirogue appartenant à Mouree, le souverain de Ulietea (Raiatea), qui, avec Whytooa (Vaetua) et sa femme, les accompagnèrent (de Matavai) vers Oparre (Pare). En chemin ils débarquèrent pour voir le morai Tapootapootataa. » (18, I, p. 115 ; 13, I, p. 90). Ce devait être à, ou près de Tarahoi, et Tu y portait le maro ura grâce à ses ancêtres de Raiatea, avant d’être autorisé à le porter à Maraetaata (17, II, p. 223).

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search