Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre VIII

Texte intégral

1Le 13 avril 1769, environ deux ans après la visite de Wallis et quatre mois après l’expédition contre Papara, le capitaine Cook entra dans la baie de Matavai dans le trois-mâts de Sa Majesté, l’Endeavour, lors de son premier voyage autour du monde. Il trouva là un chef, dont il orthographia le nom Tootahah, que nous écririons maintenant Tutaha, qui exerçait les pouvoirs exécutifs dans le district, et sous la protection de Tootahah, il planta ses tentes à la pointe Vénus. Une mission de savants était avec lui ; parmi eux Joseph Banks, qui devint Sir Joseph, et tenait un journal, et le Dr Solander, naturaliste suédois. Il semble y avoir eu avec eux une autre personne qui tenait aussi un journal, lequel fut publié anonyme en 1772 sous le titre Journal d’un voyage autour du monde.

2Le 27 avril, quinze jours après leur arrivée, Banks était au travail sous une tente sur le rivage avec un certain nombre d’indigènes assis autour de lui et qui le regardaient faire, quand le capitaine entra.

3« Après déjeuner, écrivit Banks dans son Journal (3, pp. 84-85), JnoMoly-neux vint à terre, et dès qu’il fut entré sous la tente, fixa son regard sur une femme qui était assise là ; il déclara qu’elle avait été la reine quand le Dolphin était ici. Elle aussi le reconnut sur-le-champ pour une personne qu’elle avait déjà vue. Notre attention fut alors détournée de tout autre objet, et nous examinâmes ce personnage dont nous avions entendu parler si souvent en Europe ; elle paraissait avoir environ quarante ans, grande et très vigoureuse, la peau blanche et les yeux pleins d’expression ; elle avait pu être jolie étant jeune, mais il n’en restait peu ou point de traces. Dès que sa qualité de Majesté nous fut connue, elle fut invitée à monter à bord où l’on n’épargna aucun présent susceptible de lui être agréable, en considération des services rendus au Dolphin. Entre autres choses, on lui donna une poupée d’enfant dont elle parue ravie, en débarquant, elle rencontra Hercule [qu’à l’avenir j’appellerai par son vrai nom Dootahah (Tutaha)] et lui montra ses présents. Il fit grise mine et ne fut satisfait qu’il n’eût aussi une poupée qu’il paraissait maintenant préférer à une hachette ; pourtant, quand il en eut une, les poupées n’eurent plus de valeur. »

4Le capitaine Cook lui aussi rapporta dans son journal la réapparition de la reine de Wallis (6, p. 67) :

5« Elle vint d’abord à la tente de M. Banks, au fort où on ne la reconnut pas jusqu’à ce que le capitaine vînt à descendre à terre, qui la reconnut et l’amena à bord avec deux hommes et plusieurs femmes qui semblaient tous de sa famille. Je leur fis à tous cadeau de choses et d’autres, mais à Oberiea (car tel était le nom de cette femme), je donnai plusieurs objets, enretour desquels, dès que je descendis à terre avec elle, elle me donna un cochon et plusieurs régimes de bananes. Ces derniers, elle les fit transporter de ses pirogues jusqu’au fort en une sorte de procession, elle et moi fermant la marche. Cette femme est âgée d’environ quarante ans, et comme la plupart des autres femmes, d’allure très masculine. Elle est tête ou chef de sa propre famille ou tribu, mais selon toute apparence, n’a pas d’autorité sur le reste des habitants, quel qu’ait pu être son rang quand le Dolphin était ici. Hercule, dont le vrai nom est Tootaha, est selon toute apparence le chef principal de l’île ; il était avec nous à ce moment-là et ne parut pas très satisfait de l’attention que nous portions à Oberiea. »

6A partir de ces deux Journaux, Hawkesworth a compilé ses Voyages, dont le premier volume irritait si fort Horace Walpole. Pour montrer combien, ou plutôt combien peu fut ajouté ou modifié par Hawkesworth, je vais donner aussi la page qu’il consacrait à la redécouverte d’Oberiea (5, II, p. 105) :

7« Des pirogues arrivèrent constamment toute cette matinée et les tentes, aux forts, étaient assaillies de gens des deux sexes venus des différentes parties de l’île. J’étais moi-même occupé à bord ; mais M. Molyneux, notre capitaine, un de ceux qui avaient fait le dernier voyage sur le Dolphin descendit à terre. Dès son entrée dans la tente de M. Banks, il fixa son regard sur l’une des femmes qui était assise là avec grand calme au milieu des autres, et déclara immédiatement que c’était là la personne qui à l’époque était censée être la reine de l’île ; elle aussi au même moment le reconnut pour être un des étrangers qu’elle avait vus auparavant. L’attention de tous les assistants fut alors détournée de tout autre objet, et totalement absorbée par l’examen d’une personne qui avait fait figure si distinguée dans les rapports fournis sur l’île par ses premiers découvreurs ; et nous apprîmes bientôt que son nom était Oberea. Elle semblait avoir quarante ans, et n’était pas seulement grande, mais d’une vaste charpente ; sa peau était blanche, et il y avait une intelligence et une sensibilité peu communes dans ses yeux ; elle semblait avoir été jolie quand elle était jeune, mais à cette époque, il ne restait plus guère que des souvenirs de beauté.

8« Dès que sa qualité fut connue, on lui offrit de la conduire au navire. Elle accepta avec empressement et vint à bord avec deux hommes, et plusieurs femmes, et tous semblaient de sa famille. Je la reçus avec toutes les marques de distinction que je pensais devoir lui être le plus agréable, et n’épargnai pas les présents parmi lesquels une poupée d’enfant sembla particulièrement ravir cet auguste personnage. Après quelque temps passé à bord, je la raccompagnai jusqu’au rivage, et dès que nous abordâmes, elle me fit cadeau d’un cochon et de plusieurs régimes de bananes qu’elle fit porter de ses pirogues jusqu’au fort, en une sorte de procession dont elle et moi fermions la marche. Sur le chemin du fort, nous croisâmes Tootahah, qui, bien que n’étant pas le roi, nous parut à cette époque investi de l’autorité souveraine ; il ne nous sembla pas très content des distinctions dont la dame était l’objet, et se montra si jaloux quand elle lui exhiba sa poupée, que pour se le concilier, on jugea bon de lui en offrir une autre. A ce moment il jugeait convenable de préférer une poupée à une hachette, mais cette préférence venait seulement d’une jalousie enfantine qu’on ne put apaiser qu’en lui donnant exactement un cadeau de la même sorte qu’à Oberea. »

9Tout Anglais de cette époque puisait un réconfort, quand il errait par le monde, dans la conviction que rois et reines faisaient partie du système divin, et qu’aucune race intelligente ne pouvait sans eux tenir la tête haute. Il fallait aux Anglais un roi ou une reine à Tahiti, et ils avaient déjà décidé qu’Oberea était reine. Mais alors qu’était Tutaha ? En avançant vers l’Est dans le district de Papenoo, ils apprirent des indigènes que tous les porcs et la volaille appartenaient à Tutaha, et ne pouvaient être vendus sans sa permission. « Nous en vînmes alors à penser que cet homme était, en effet, un grand prince, car un pouvoir si étendu et absolu ne pouvait être acquis par nul autre. Et nous découvrîmes par la suite qu’il administrait le gouvernement de cette partie de l’île, pour un mineur que nous ne vîmes jamais tout le temps que nous y restâmes. » Pourtant ils furent de nouveau déconcertés par l’apparition soudaine d’un autre homme, qui était traité par les indigènes avec des honneurs royaux, dans ce même district de Haapape où Tutaha semblait régner.

10Le Journal de Cook, au 21 juin, contenait la note suivante :

11« Ce matin un chef dont le nom est Oamo, et que nous n’avions jamais vu, est venu au fort. Il avait avec lui un garçon d’environ 7 ans, et une jeune femme de dix-huit à vingt ans. Au moment de leur arrivée, Obariea et plusieurs autres se trouvaient dans le fort. Ils sont sortis à sa rencontre après avoir découvert leur tête et leur corps jusqu’à la ceinture, et tous ceux qui étaient à l’extérieur du fort en ont fait autant. Nous qui considérions ces manifestations comme de cérémonieux égards, que nous n’avions encore jamais vu rendre à personne, nous pensions que cet Oamo devait être quelque personnage extraordinaire, et fûmes ébahis de voir qu’on faisait si peu de cas de lui quand la cérémonie fut terminée. La jeune femme qui était avec lui, on ne put la persuader d’entrer dans le fort, et le garçon fut porté à dos d’homme, quoiqu’il fût aussi capable de marcher que l’homme qui le portait. Ceci nous amena à nous informer de ce qu’ils étaient ; et l’on nous apprit que le garçon était l’héritier présomptif de la Souveraineté de l’île et la jeune femme sa sœur, et que les honneurs qu’on leur rendait n’étaient dus à personne d’autre qu’à l’Arreedehi, qui n’était pas Tutaha, autant que nous pûmes savoir, mais quelque autre personnage que nous n’avions pas vu, ni ne souhaitons voir, car on dit qu’il n’est pas de nos amis, et c’est pourquoi il ne veut pas s’approcher de nous. Le jeune garçon en question est le fils d’Oamo et de Obariea, mais Oamo et Obariea ne vivent pas ensemble en ce moment comme mari et femme, car il est incapable de supporter l’humeur agitée de celle-ci.

12« Je mentionne ceci parce que cela montre que la séparation de corps dans le mariage n’est pas inconnue à ces peuples. »

13C’est ainsi que Cook fit la connaissance d’Amo et de Teriirere. Banks ne signala pas l’incident dans son Journal ; mais quand Hawkesworth en vint à compiler son Voyage, il ajouta au récit donné par le Journal de Cook, quelques détails et fit quelques changements qui peuvent venir de Banks ou de Cook, mais qui ne constituaient pas un progrès, et tendaient à embrouiller toute l’histoire. En particulier, il réduisit l’âge de la jeune femme à seize ans, et, bien qu’il continuât à la représenter comme la sœur de Teriirere, il disait qu’elle lui était destinée pour épouse. Voici le passage dans Hawkesworth :

14« Le 21 juin, nous reçûmes au fort la visite d’un chef nommé Oamo, que nous n’avions encore jamais vu, et qui était traité par les indigènes avec des égards peu communs. Il amenait avec lui un garçon d’environ sept ans, et une jeune femme d’environ seize : le garçon était porté à dos d’homme, ce que nous considérâmes comme faisant partie du cérémonial, car il était aussi capable de marcher qu’aucun des assistants. Dès qu’ils furent en vue, Oberea et plusieurs autres indigènes qui étaient dans le fort sortirent à leur rencontre, après avoir découvert leur tête et leur corps jusqu’à la ceinture : à leur approche, la même cérémonie fut accomplie par tous les indigènes qui étaient hors du fort... Le chef entra dans la tente, mais aucune prière ne put persuader la jeune femme de le suivre, bien qu’elle semblât ne refuser qu’à contre-cœur ; les indigènes du dehors étaient à vrai dire tous fort préoccupés de l’en empêcher ; parfois, quand sa résolution semblait faiblir, ils en venaient presque à employer la force. Le garçon aussi, ils le retenaient de la même manière ; mais le Dr Solander, qui vint à le croiser à la porte, le prit par la main et l’amena à l’intérieur avant que les gens s’en fussent aperçus ; cependant, dès que ceux de l’intérieur l’eurent vu, ils s’employèrent à le renvoyer dehors. Ces circonstances ayant vivement excité notre curiosité, nous demandâmes qui ils étaient, et nous apprîmes qu’Oamo était le mari d’Oberea, bien qu’ils eussent été longtemps séparés par consentement mutuel, et que la jeune femme et le garçon étaient leurs enfants. Nous apprîmes aussi que le garçon, dont le nom était Teriidiri, était l’héritier présomptif de la souveraineté de l’île, et que sa sœur lui était destinée pour femme, le mariage étant seulement différé jusqu’à ce qu’il atteignît l’âge convenable. Le souverain à cette époque était un fils de Whappai, dont le nom était Otou, et qui, comme on l’a observé déjà, était mineur. Whappai, Oamo, et Tootahah étaient frères. Whappai était l’aîné, et Oamo le second : si bien que, Whappai n’ayant d’autre enfant que Otou, Terridiri, le fils de son frère puîné Oamo, hériterait de la souveraineté. »

15Au mieux aller, la généalogie tahitienne était difficile à comprendre, mais la situation du capitaine Cook aux prises avec elle, aidé par les lois anglaises, était presque pathétique ! Sur un point il avait raison. Oamo était le mari d’Oberea et notre grand-grand-grand-oncle. Whappai, ou Hapai, est généralement connu sous le nom de Teu, et son fils, alors nommé Otoo, fut par la suite connu sous le nom de Pomaré et Vairatoa. Pour ce qui est de la parenté de Hapai, Amo et Tutaha, je l’ai montré, ils n’étaient pas frères. Tous les visiteurs étrangers à Tahiti furent d’abord induits en erreur par les expressions tahitiennes qui signifient indifféremment frères et cousins à un degré indéfini. Purea et Otoo étaient proches parents, comme je vais l’expliquer tout à l’heure, et il était naturel que Cook fit une confusion sur le rang relatif de Teriirere et d’Otoo, parce qu’à ce moment les indigènes eux-mêmes n’avaient pas pris de décision sur la question.

16Les Anglais apprirent bientôt d’autres détails sur l’histoire d’Amo et de Purea, car ils entreprirent, cinq jours seulement après cette visite, le tour de l’île, et le 29 juin, arrivèrent à Papara, après avoir doublé Taiarapu. Cook et Banks, dans leurs journaux, rendent tous deux compte de ce qu’ils y virent, et c’est d’eux qu’Hawkesworth tira la description qui est publiée dans le Voyage :

17« Nous n’étions alors (le 29 juin) pas loin du district nommé Papara, qui appartenait à nos amis Oamo et Oberea et où nous nous proposions de dormir. Nous descendîmes à terre une heure environ avant la nuit, et découvrîmes qu’ils étaient absents tous deux, ayant quitté leur habitation pour aller nous rendre visite à Matavai. Ce contre-temps toutefois ne modifia pas nos plans ; nous prîmes nos quartiers à la maison d’Oberea, qui, quoique petite, était très bien tenue, et n’avait à ce moment d’habitant que le père d’Oberea, qui nous reçut avec une mimique qui nous souhaitait la bienvenue. Ayant pris possession du domicile, nous entendîmes profiter du peu de jour qui nous restait, et pour cela nous marchâmes jusqu’à un promontoire sur lequel nous avions vu, à quelque distance, ces arbres nommés ici Etoa, qui signalent généralement les emplacements où ces peuplades enterrent les ossements de leurs morts ; ils donnent à ces sépultures, qui sont aussi des lieux du culte, le nom de morai. Notre vue fut bientôt frappée par un édifice énorme, qu’on nous dit être le Morai d’Oamo et Oberea, et le principal spécimen d’architecture indienne dans l’île. C’était un édifice de maçonnerie pyramidal dressé sur une base ou un soubassement oblong de deux cent-soixante-sept pieds de long et quatre-vingt-sept de large. Il était bâti comme les petits tertres pyramidaux au sommet desquels nous élevons parfois la colonne d’un cadran solaire, et dont chaque côté forme perron ; cependant les marches sur les côtés étaient plus larges que celles des extrémités, si bien qu’il ne s’achevait pas en un rectangle de la même configuration que la base, mais en arête comme le toit d’une maison ; il y avait onze de ces marches, de quatre pieds de haut chacune, si bien que la hauteur de l’édifice était de quarante-quatre pieds : chaque marche était formée d’une couche de corail blanc soigneusement équarrie et polie ; le reste de la masse, car il n’y avait pas de creux à l’intérieur, consistait en galets ronds, qui, d’après la régularité de leur forme, semblaient avoir été travaillés. Certains des blocs de corail étaient très gros : nous en mesurâmes un : il avait trois pieds et demi sur deux pieds et demi. Les fondations étaient faites de blocs de rochers, qui étaient aussi équarris, et l’un d’eux mesurait quatre pieds sept pouces sur deux pieds quatre pouces. Une telle construction, élevée sans le secours d’outils de fer pour façonner les pierres ou de mortier pour les joindre, nous frappa d’étonnement ; elle paraissait aussi compacte et solide qu’aurait pu être l’œuvre de n’importe quel maçon, en Europe, si ce n’est que les marches qui formaient sa plus grande dimension ne sont pas parfaitement droites, mais s’affaissent en une sorte de creux au milieu, si bien que l’ensemble de la surface, d’une extrémité à l’autre, ne forme pas une ligne rectiligne mais une courbe. Les pierres équarries, puisque nous ne vîmes pas de carrière dans le voisinage, doivent avoir été apportées d’une distance considérable, et il n’y a ici aucun moyen de transport qu’à bras ; le corail, il a bien fallu aussi le pêcher sous l’eau, où, quoiqu’on l’y trouve en quantité, il gît à une profondeur considérable, jamais inférieure à trois pieds. Les quartiers de roche ainsi que le corail n’ont pu être équarris qu’avec des outils faits de la même substance, œuvre qui doit avoir nécessité un travail incroyable ; mais le poli fut plus facilement obtenu au moyen du sable de corail mordant qu’on trouve partout sur le rivage en grande abondance. Au milieu du sommet se dressait l’image d’un oiseau sculpté dans le bois, et près d’elle se trouvait celle, brisée, d’un poisson sculpté dans la pierre. L’ensemble de cette pyramide faisait partie d’un côté d’une aire ou surface spacieuse, de côtés à peu près égaux, de trois cent soixante pieds sur trois cent cinquante-quatre qui était murée de pierre, et pavée de pierres plates dans toute son étendue. »

18Dans le cas présent, Hawkesworth n’a pas renchéri sur les termes employés par ses sources.Banks usait même d’expressions plus fortes :— « Une pile des plus énormes », disait-il dumarae, « sa taille et sa façon dépassent presque la vraisemblance ». Les mesures qu’il donne diffèrent de celles de Cook pour la largeur. Cook donnait à la base 267 pieds sur 87 ; Banks : 267 sur 71. Cook ajoutait qu’ » au sommet on a 250 pieds sur 8 ». Ils sont d’accord sur le nombre des marches, mais pas précisément sur leur hauteur. « Chaque marche, dit Cook, a environ 4 pieds de haut, et de largeur 4 pieds 7 pouces, mais elles décroissent tant en hauteur qu’en largeur du bas vers le haut. »

19Il ne reste qu’un grand tas de blocs de corail informes, du marae de Ma-haiatea, utilisé comme carrière depuis près d’un siècle, si bien que nous ne pouvons dire dans quelle mesure la description de Cook était exacte, mais Banks et lui sont d’ordinaire si pointilleux et si attachés au réel qu’on peut s’en reposer sur eux et accepter ce qu’ils ont dit. Près de trente ans après, quand les missionnaires vinrent sur le navire Duff, ils ne prirent pas seulement des mesures mais firent une esquisse qui est gravée dans leur récit (2, p. 207), et montre la pyramide encore presque parfaite. Ils évaluèrent sa longueur à deux cent soixante-dix pieds, soit trois pieds de plus que chez Cook, et sa largeur à quatre-vingt-quatorze pieds, ce qui fait sept pieds de plus que dans les calculs de Cook. D’après leur rapport et la gravure, la pyramide n’avait pas onze mais dix marches, la marche inférieure haute de six pieds et les neuf autres d’environ cinq pieds, ce qui donne une hauteur totale d’environ cinquante pieds au lieu de quarante-quatre. Même en Égypte un tel édifice aurait tenu une place respectable parmi les petites pyramides, mais dans les mers du Sud, où un labeur continu était presque impossible à obtenir ou à imposer, et où les constructions en pierre étaient rares, un pareil monument suscitait autant de stupéfaction qu’auraient pu le faire les fameuses figures de pierre de l’île de Pâques ou les ruines de l’Amérique Centrale.

20Le marae de Mahaiatea, que les livres mentionnent si souvent sous le nom de marae d’Amo et Purea, coûta non seulement à notre famille sa couronne, mais faillit bien lui coûter aussi l’existence. Le récit de Banks croît en intérêt à mesure qu’il se poursuit, et le paragraphe suivant nous atteint douloureusement :

21« Environ cent yards à l’ouest de ce bâtiment était une autre cour ou aire pavée, où se trouvaient plusieurs Ewhattas, sorte d’autel élevé sur des piliers de bois d’environ sept pieds de haut ; on y offre aux dieux des viandes de toute sorte. Nous y avons vu sacrifier ainsi de gros cochons ; et il y avait là les crânes d’environ cinquante d’entre eux, outre ceux de chiens qui, le prêtre qui nous accompagnait nous l’assura, formaient seulement une petite fraction de ce qu’on avait sacrifié ici. Ce marai (Tooarai) et l’appareil pour le sacrifice appartenaient, nous dit-on, à Oberea et Oamo.

22« La plus grande fierté d’un habitant d’Otaheite est d’avoir un grand marai ; nos deux amis sur ce point l’emportent de beaucoup sur tout autre dans l’île, et à l’époque du Dolphin, la première d’entre eux dépassait tout le monde pour les richesses et les égards. La raison de la différence avec sa condition présente je la découvris par une rencontre de hasard que je vais maintenant rapporter. Notre route qui nous menait au marai longeait la côte, et partout sous nos pieds se trouvaient d’innombrables ossements humains, surtout des côtes et des vertèbres. Un spectacle si singulier me surprit beaucoup, et j’en demandai la raison. On me dit que, dans le mois qu’ils nomment Owaraheu le dernier, qui correspond à notre décembre, 1768, le peuple de Tiarreboo fit une descente ici, et tua un grand nombre de gens dont nous voyons maintenant les os ; qu’à cette occasion Oberea et Oamo furent obligés de chercher refuge dans les montagnes ; que les conquérants brûlèrent toutes les maisons, qui étaient très vastes, et emmenèrent tous les porcs, etc... ; que le dindon et l’oie que nous avions vus (à Taiarapu) faisaient partie des dépouilles, ainsi que les mâchoires que nous y avions vues aussi. » (3, pp. 103-104).

23Grâce à la précision de Banks, nous savons donc que l’autorité d’Amo et de Purea, ou au moins leur domination militaire, fut renversée par une attaque soudaine venue de Taiarapu en décembre 1768, dix-huit mois après que Wallis eut vu Purea dans toute la gloire de sa royauté, sur la baie de Matavai. Ceci fournit l’une des deux dates certaines dans l’histoire de notre famille. La destruction de Papara par la peuplade de Tiarapu en décembre 1768, fut la première d’une longue série de misères et de désastres qui prit fin avec la mort de notre grand-oncle Opuhara, à la bataille de Fei-pi, le 12 novembre 1815.

24Outre cette lumière projetée sur nos affaires personnelles, le premier voyage de Cook fournit un autre éclaircissement. Quand Wallis visita l’île, il trouva un certain Tupia, ou Tupaia de Raiatea, conseiller principal de Purea et jouissant d’un grand pouvoir. Quand Cook arriva, Tupaia était encore là :

25« Parmi les indigènes qui étaient avec nous presque constamment se trouvait Tupia, dont le nom a été souvent mentionné dans ce récit. Il avait été, comme je l’ai observé plus haut, le premier ministre d’Oberea quand elle était dans sa toute-puissance ; il était aussi le principal Tahowa ou prêtre de l’île ; en conséquence très au courant de la religion du pays tant au point de vue des rites que des principes. Cet homme avait souvent exprimé le désir de venir avec nous, et le 12 (juillet) au matin, alors qu’avec les autres indigènes il nous avait quittés la veille, il vint à bord avec un garçon d’environ treize ans, son serviteur, et nous pressa de le laisser poursuivre le voyage avec nous. »

26Cook y consentit, et Tupaia quitta l’île avec lui. Ils arrivèrent à Raiatea, nommé Ulietea par Cook, le 20 juillet, et là, selon le Journal anonyme, (1, p. 63-64), Tupaia donna sur lui-même quelques détails, qui nous intéressent plus qu’ils n’intéressèrent Cook. Il dit qu’il était originaire de Raiatea, et qu’il en avait été déporté lors d’une invasion et d’une conquête de l’île par la petite île voisine de Borabora. Il avait pu fuir jusqu’à Tahiti où il fut pris en sympathie par Purea et s’attira l’inimitié de Tutaha, « l’oncle du jeune roi, fils de Purea, homme d’un grand courage, et fort estimé par le peuple », mais qui méditait un changement dans la régence :

27« Pour le mieux réaliser, il se mit à créer des divisions entre les habitants d’Otahitee-eta (Taiarapu) et d’Otahitee-nua (Tahiti-la-petite et Tahiti-la-grande), ce qui finalement amena des hostilités entre eux. A ce moment Tobia (Tupaia) qui avait beaucoup de sagesse et de jugement, ayant découvert les desseins de Tutaha, conseilla à la reine de le faire mettre à mort secrètement, seul expédient capable de restaurer la paix et de conserver son autorité ; mais elle, jugeant l’avis trop cruel, refusa, pour la première fois, de s’y ranger ; et lui, qui prévoyait les conséquences, se retira dans les montagnes, alléguant que sa retraite était nécessaire pour sauver sa vie. Peu après, comme les habitants d’Otahitee-mineure faisaient de fréquentes incursions dans le secteur majeur, et que leurs nombreuses déprédations avaient jeté la confusion parmi les habitants de celui-ci, confusion que Tutahaw exploitait astucieusement à son avantage, ils finirent par lui offrir la régence, dans la pensée que leurs affaires étaient trop embarrassées pour être administrées par une femme ; un accord eut donc lieu entre Oberea et Tutahaw, dans lequel il était spécifié qu’elle conserverait le titre et les prérogatives d’une reine, avec une suite assez nombreuse, etc..., et que la régence passerait à Tutahaw ; celui-ci, qui respectait la sagacité et le caractère sacerdotal de Tobia, lui permit par la suite de revenir des montagnes en toute sécurité ; mais ce dernier était si mécontent de cette révolution qu’il saisit l’occasion de notre départ pour quitter l’île. »

28Ce récit fut accepté par Georges Forster, qui accompagnait Cook à titre de naturaliste de la suite de son père John Reinold Forster, en 1774, quand Cook fit sa seconde visite dans l’île. Forster entendit raconter la même histoire aux gens d’Otoo à Pare-Arue (10, II, p. 93). Amo et Purea, en décembre 1768, furent chassés de Papara dans les montagnes : « A la fin le conquérant (Vehiatua) consentit à une paix à la condition qu’Amo renoncerait entièrement au gouvernement, et que la succession serait prise à son fils et reportée sur Otoo, le fils aîné de son frère (à lui, Amo) : Happai. On se mit d’accord là-dessus, et Tootahah, le plus jeune frère d’Amo, fut nommé régent. » Toute l’histoire fut adoptée dans son ensemble trente ans plus tard dans le récit des Missionnaires (2, p. XIII), mais ils ajoutaient d’intéressants détails que ne donnait point le Journal.

29« Waheadooa (Vehiatua de Taiarapu), aiguillonné par le désir de devenir totalement indépendant de la plus grande presqu’île, passa l’isthme avec son armée, et défit celle qu’Oammo avait rassemblée pour lui opposer. Tootaha au même moment, avec les forces d’Attahooroo et Tettaha, attaqua par l’Ouest le district de Papara, résidence d’Oammo, et enleva du grand marae qui s’élève à cette place, pour les transporter à une autre dans Attahooroo, les insignes particuliers des offices royaux et sacerdotaux. Les grandioses cérémonies qui sont accompagnées de sacrifices humains furent en conséquence accomplies au marae d’Attahooroo pendant treize ans après cet événement. »

Tableau VI. AHURAI – NUURUA

Tableau VI. AHURAI – NUURUA

Tableau VII. ARIIPAEA ET ARIIFAATAIA

Tableau VII. ARIIPAEA ET ARIIFAATAIA

30Ces récits semblent montrer qu’en décembre 1768, la péninsule de Taiarapu au Sud, Pare-Arue au Nord, et l’Oropaa ou Paea à l’Ouest, combinèrent une attaque contre Papara des deux côtés et réussirent à l’écraser. Vehiatua et l’armée de Taiarapu vinrent du Sud et ravagèrent Papara, après avoir battu Amo et massacré le peuple. Les ossements humains qui couvraient encore la plage en juin 1769, prouvaient la sévérité du désastre, et le peuple de Taiarapu montra comme trophées à Cook, dans un seul village là-bas à l’extrême pointe de leur péninsule, quinze mâchoires humaines, en parfait état de fraîcheur et à qui il ne manquait pas une seule dent. Dans le même village, Cook vit une oie et un dindon qui avaient été donnés à Purea par Wallis en 1767, et avaient fait partie du butin lors du sac de Papara. Tandis que le peuple de Taiarapu emportait les têtes et les biens des victimes, Tutaha et les districts du Nord-Ouest emportèrent le symbole de la suprématie, l’étendard et la ceinture de plumes, du marae de Tooarai et Mahaiatea, et le placèrent dans le marae de Maraetaata dans le district de Paea dans Oropaa, ou, comme l’appelaient d’ordinaire les Anglais : Atahuru. Amo et Purea furent contraints de traiter comme ils le purent avec Tutaha, et de reconnaître à Otoo un droit à la dignité de Maro-ura à Maraetaata. Papara perdit sa suprématie politique. La coalition d’Ahurai et Pare-Arue avec Taiarapu déplaça le centre du pouvoir ; mais Teriirere restait chef des districts Teva, conservait sa position sociale et le Maro-tea, et demeurait le chef indépendant de l’île le plus puissant. Personne ne semble avoir essayé de chasser la famille de Papara, comme Vehiatua chassa Tavi et comme Pomaré fut chassé en 1808. Le conflit était avec Purea plutôt qu’avec Amo ou Teriirere.

31La tradition rapporte en outre qu’Otoo ne fut pas autorisé à porter le maro sans protestation. Pour être pleinement reconnu, il était obligé de siéger et de porter le maro ura dans le grand marae Maraetaata à Paea. Ce marae avait trois têtes : 1) Pouira, le Tevahituai Patea ; 2) Tetooha, le Taura atua i Patea ; et 3) Punuaaitua. Tevahitua protesta, et refusa d’autoriser Otoo à siéger et porter le maro ura dans sa partie du marae. Les deux autres ne firent pas d’objection, et la raison était caractéristique de la société tahitienne. La grand-grand’mère d’Otoo, Te-fete-fete-ui, était la fille de Tevarua hoiatua, cheffesse d’Ahurai et Punaauia, et comme telle avait droit à un siège dans le marae Maraetaata (Tableau VI).

Table des illustrations

Titre Tableau VI. AHURAI – NUURUA
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Tableau VII. ARIIPAEA ET ARIIFAATAIA
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/136/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search