Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre VII

Texte intégral

1Wallis quitta l’île en juillet 1767, Bougainville la visita en avril 1768, mais toucha seulement à Hitiaa, sur la côte orientale. Amo et Purea étaient probablement alors à Papara, préparant la grande fête au cours de laquelle Teriirere i Tooarai devait porter le Maro pour la première fois dans son grand marae neuf, à Mahaiatea.

2Cette fête fut la dernière manifestation de l’orgueil de Purea. Le conflit qu’elle avait provoqué commença par des troubles qui interrompirent le Ahu raa reva— la prise du maro ura — qui, chez un peuple qui jamais ne porta de couronne, était l’équivalent du couronnement. L’infortuné Teriirere, en l’honneur de qui la fête et le rahui et le marae étaient faits, trouva ses cousins unis pour le renverser. Les Teva de Papara ont conservé une chanson composée en souvenir de cette tragédie, et presque aussi lyrique et lugubre que la tragédie elle-même, mais morceau de littérature indigène si authentique que j’ai fait de mon mieux pour le transcrire correctement, et fournir des explications de ses obscures allusions.

3Le texte, avec sa traduction littérale, est le suivant :

Ahu Raa Reva

Ahu raa reva i Tooarai

Patiri ite pae ote rai

Tuua tetapii ite avatea

Haati ite reva ate arii

Te arii ite rai tauatini

Hapuni ite reva ate arii

Te arii ite rai tauamano

E faatia raa reva toi Matahihae

Ite aro o Vehiatua

Na taata i ofati ite reva ate arii

O Teieie raua o Tetumanua

Ahiri toe hara i hope i reira

I ati te Oropaa

Na hia faifai roa te pohe ote

fenua

Na hara oe ete Purahi

Ite reva ura ate arii

Tei fati hia e Taiarapu

A pohe ai tatou e

2

E tatari oe ite nuu nui ite patu

ofai

Ite marae i Mahaiatea

Pohuatea tei Punaauia

Tepauarii tei Ahurai

Teriimaroura tei Tarahoi

Te fenua i hara atu ai te maau e

Eimeo ite raravaru

Te fenua i tai hia e Mahine

Na oti ite pure, tootoo ia ite

iho na

O Puni i Farerua, o Raa i Tupai

E tahua o Teae afano i Tahiti

E oroa tei Tahiti

Ahu raa reva na Teriirere i

Tooarai

Tatou e noho ai e

Na hara oe ete Purahi

Ite reva ura ate arii

Tei fati e Taiarapu

A pohe ai tatou e

3

Faaara viriaro tei Pafaarava

E rima tahivai e rima tahivai

Eha ei roto e ha rei rapae

Ahiri ite tao a Amo e

E te Oropaa e

E hopoipoi tia tatou

Ite aro na tai ote vaa

Nauta tatou hoe ana a ino

Tei mua ite Matataupe

E aau paapaa tei Vaitoata

E pau tatou ite pau o Pairituaipo

E pau tatou ite pau o Pairituaipo

Ite rahi taurae Temahuru ma nei

Pahupua ma nei

Hia orero tina Papara

La fête de Tooarai.

La fête des drapeaux eut lieu à Tooarai

(Les tambours) comme le tonnerre dans le ciel

(La splendeur) comme le soleil à midi

Entouraient l’étendard de l’arii,

L’arii des cieux sans nombre,

Enveloppaient l’étendard de l’arii,

L’arii des milliers de cieux.

Une fête eut lieu aussi à Matahihae

En présence de Vehiatua.

Les deux hommes qui interrompirent la fête

de l’arii

Étaient Teieie et Tetumanua.

Si seulement le péché s’était arrêté là.

Mais il apportait aussi la misère à l’Oropaa

Et tout le pays en restait prostré.

Oh ! tu as péché, Purahi.

Contre le reva ura de ton arii

Qui fut rompu par Taiarapu,

Ce qui nous amena la ruine.

2

Une grande foule s’assemble

Au marae de Mahaiatea :

Pohuatea de Punaauia,

Tepauarii d’Ahurai,

Terii maro ura de Tarahoi,

La terre où fut puni l’idiot.

Eimeo, aux huit branches,

Le pays cher à Mahine.

Les prières furent dites, l’appel lancé

Vers Puni de Farerua, vers Raa de Tupai.

Le grand prêtre Teae est parti pour Tahiti.

C’est une fête à Tahiti,

L’ahu raa reva pour Teriirere de Tooarai

Devant qui tous nous nous inclinons.

Oh ! tu as péché, Purahi,

Contre le reva ura de ton arii

Qui fut rompu par Taiarapu,

Ce qui nous amena la ruine.

3

Les éclaireurs de Pafaarava sont éveillés.

Une main s’est étendue, puis l’autre,

Les quatre (districts) intérieurs, et les quatre extérieurs.

Ah ! si l’avis d’Amo avait été suivi

Par vous de l’Oropaa

De nous guider tous,

L’armée par pirogues sur la mer

Par la route de montagne nous aurions rencontré un désastre

Devant nous à Matataupe,

Sur le récif à sec de Vaitoata.

Là nous aurions pu mourir de la mort de Pairituaipo,

Au lieu de rencontre de Temahuru

Et de Pahupua.

Papara reste prostré,

Le mont (l’arii) est aplani, rasé.

Par la grande armée de Hui et de Taiarapu.

Un seul reste maintenant debout sur le rivage, le marae.

La cause de notre écrasement.

Oh ! tu as péché, Purahi,

Contre le reva ura de ton arii

Qui fut rompu par Taiarapu,

Ce qui nous amena la ruine.

4Nous pouvons déduire de cette chanson que Purahi était la femme qui causa finalement le désastre. Purahi était une Aromaiterai ; la fille de cet Aromaiterai qui epousa la soeur d’Amo, Tetuaunurau, aux environs de 1750 (voir le tableau 1). Aussi était-elle cousine germaine du jeune Teriirere, et appartenait-elle a la branche aînée de la famille, tandis que Teriirere était un Tuiterai et par sa mere, Purea, n’était pas du to ut un Teva. Selon la loi de l’ile, je suppose que Purahi avait parfaitement le droit de ravir le pouvoir a Teriirere si elle le pouvait.

5Purahi etait soutenue par Vehiatua ; et l’armée qui devasta Papara vient de Taiarapu et Hui. Elle était conduite par les grands guerriers, Teieie et Tetumanua, qui étaient, et sont toujours, si fameux qu’aujourd’hui encore vous pouvez entendre le Taiarapu chanter leurs louanges. Teieie était cousin de Vehiatua ; et c’est notre ancêtre, ce qui n’est pas le cas pour Amo. Mon pere Tati etait, comme le montre le tableau II, le fils de Teuraiterai et Tetau de Ravea, Tetau etait petite-fille de Teieie.

6Pas plus tard que l’autre jour j’entendais le peuple Tautira chanter encore les derniers vers de la chanson qui dit comment Vehiatua fit des remontrances a Teieie pour avoir trouble son autorité. La premiere partie en est oubliee. Les vers que j’entendis etaient les suivants :

Vehiatua a Teieie.

Teieie, eiaha e faainoino i te hau !
Teieie, ne trouble pas le gouvernement !
Tena ta oe i te ra e hiti,
Tu as le lever du soleil (le Pari),
i Tirimiro, i Manuataha,
Tirimiro et Manuataha (deux sous-districts).

Teieie a Vehiatua.

Te mata toa na, te mata toa nei,
tu as des yeux, des yeux j’en ai,
te huru toa na, te huru toa nei,
tu es guerrier, guerrier je suis !
Haapiti te matai na uta mai i Tahuarera
Haapiti, le vent qui souffle sur Tehuarera,

i te rua o matai taua Fatutira i te tai paaina.
m’apporte la clameur du ressac de Fatutira
O Murihau anae, ra o tau e tai !
Murihau est tout ce que je demande et implore !

7Inutile de dire que Murihau était une autre beauté de village, comme la Maraeura de Tauraatua, dont le rang était trop bas pour un mariage avec un arii.

8Teieie et Tetumanua étaient appelés les Ohiteitei, les deux serpents. En leur honneur, tout Taiarapu fut nommé Upoeeha. Ces deux grands guerriers interrompirent la Fête de Tooarai, et abattirent le moua, l’arii Teriirere, « en présence de qui nous allons tous sur les genoux ».

9Les différents grands chefs, qui étaient convoqués à la fête, montrent l’extension de l’influence de Teriirere. Outre Pohuatea de Punaauia, Tepau d’Ahurai et Terii maro ura de Tarahoi, l’île d’Eimeo fut convoquée ainsi que Puni de Farerua à Borabora, et Raa de Tupai et Maupiti, deux îles dépendant de Borabora ; et finalement Teae de Raiatea. Un fragment curieux d’histoire et de mœurs anciennes est conservé dans les deux vers :

Terii maroura tei Tarahoi Maraianaunau
Te fenua i hara atu ai te maau e.

10Les idiots étaient des objets de respect dans la plupart des anciennes sociétés, et il semble qu’un certain idiot Teva ait été l’objet d’un grand intérêt, car lorsqu’il fut tué dans le district de Pare pour une offense, châtiment qui impliquait qu’il était considéré comme sain et responsable, les Teva prirent les armes et vengèrent sa mort en ravageant Pare, et retinrent l’événement comme une sorte d’épithète dans un hymne contre les Porio-nuu et l’arii de Raianaunau.

11Le peuple de Papara qui composa l'hymne semble avoir été furieux parce que l’avis de Amo ne fut pas suivi dans la façon dont on fit face à l’invasion. Si le capitaine Cook les comprit bien, ils attribuaient leur désastre à leur voisin l’Arii de Paea ou à Atehuru. Il est certain que, lorsque le coup vint, Purea, Amo et Teriirere se sauvèrent à travers les montagnes jusqu’à Haa-pape, dont le chef était un cousin ou un oncle de Amo. Purea ne se réfugia pas dans sa propre famille. Mais il est possible que d’autres raisons aient décidé de leurs mouvements, car l’hymne dit que l’ensemble de l’Oropaa souffrit ; et le district familial de Purea, Ahurai, n’a pu échapper aux dégâts, car Ahurai n’est qu’une étroite bande de côte longue de sept kilomètres, immédiatement voisine de l’Oropaa.

12A toute cette complexité de la politique de l’île le capitaine Cook se trouva soudain mêlé, ce qui le confondit et l’irrita, ainsi que tous les chefs à qui il eut affaire. Il ne réussit jamais complètement à comprendre leur position ou la sienne propre. Son histoire est la plus vivante peinture de nos infortunes.

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search