Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre VI

Texte intégral

1Le 18 juin 1767, le capitaine Samuel Wallis, au cours d’un voyage de découverte autour du monde sur le navire de Sa Majesté : le Dolphin, vit la première fois l’île de Tahiti, ou, comme il l’appela, Otaheite. L’histoire fut contée dans la Collection des Voyages d’Hawkesworth, et a été sans cesse reproduite, car le monde ne se lassa jamais de la lire ; mais moi, qui ai vécu toute ma vie à Tahiti et qui connais le récit par cœur, je ne vais pas le répéter, sauf dans la mesure où il concerne ma famille et moi ; c’est le cas, et intimement, pour la partie qui, à l’époque, charma le plus l’Europe. Je dois commencer par dire que notre connaissance exacte des dates dans l’histoire de l’île commence avec le 24 juin 1767 (20, p. 443) quand Wallis hala son navire dans la baie de Matavai, district de Haapape, la pointe extrême-nord de l’île, où deux ans après le capitaine Cook choisit de s’arrêter pour observer le passage de Vénus, donnant à la langue de terre avancée le nom de Pointe Vénus qu’elle porte encore. Le même jour eut heu la bataille bien connue qui reprit le 26 juin, et se termina par la défaite des indigènes, et une soudaine amitié pour leurs nouvelles fréquentations européennes ; cependant, même après l’ouverture partielle de relations, Wallis demeura toute une quinzaine dans la baie de Matavai, mais aucun chef ne vint près de lui et le menu peuple ne fut pas autorisé à approcher du navire ou des chaloupes en nombre considérable ; jusqu’à ce qu’enfin, le samedi 11 juillet, une femme vint à bord, dont l’apparition donna au récit de Wallis un aspect romanesque d’un charme désuet si prenant que tous autres termes que les siens le gâcheraient :

2« Le samedi 11 dans l’après-midi, l’officier canonnier vint à bord accompagné d’une grande femme qui semblait avoir environ quarante-cinq ans, à la physionomie agréable et au port majestueux. Il me dit qu’elle venait tout juste d’arriver dans cette partie du pays, et qu’à la vue du grand respect que lui témoignait le reste des indigènes il lui avait fait quelques présents ; en retour elle l’avait invité à venir à sa maison qui était à deux milles environ en remontant la vallée et qu’elle lui avait donné deux gros porcs ; après quoi elle était revenue avec lui jusqu’à l’endroit où l’on faisait de l’eau et avait exprimé le désir de monter à bord, désir auquel il avait jugé bon sous tous les rapports d’accéder. Elle ne semblait sous l’empire d’aucune contrainte qui vînt de la méfiance ou de la frayeur, quand elle mit pour la première fois le pied sur le navire, et elle se conduisit tout le temps qu’elle fut à bord avec cette liberté pleine d’aisance qui distingue toujours la conscience de sa supériorité et l’habitude du commandement. Je lui donnai un grand manteau bleu qui lui tombait des épaules aux talons, dont je l’enveloppai et que je nouai avec des rubans ; le lui donnai aussi un miroir, des perles de différentes sortes et mainte autre chose qu’elle accepta de très bonne grâce et avec beaucoup de plaisir. Elle remarqua que j’avais été malade et indiqua la côte. Je compris qu’elle voulait dire que je devais aller là pour achever de me rétablir et je fis signe que j’irais le lendemain matin. Quand elle manifesta l’intention de retourner, j’ordonnai au canon-nier de l’accompagner ; celui-ci, l’ayant déposée sur le rivage, l’emmena jusqu’à son habitation qu’il décrivit comme très vaste et bien construite. Il disait que dans cette maison elle avait de nombreux gardes et domestiques, et qu’elle en possédait une autre à une petite distance, qui était enclose de treillage. »

3Ce fut cette visite qui ouvrit l’île pour la première fois aux Anglais, comme Wallis le comprit immédiatement ; mais il était tellement plus intéressé par son entrée dans la haute société indigène qu’il perdit complètement de vue la politique. Depuis ce moment, jusqu’à son départ de l’île le 27 juillet, son récit roule presque entièrement sur le sujet de « ma princesse ou plutôt ma reine », jusqu’à finir par une flambée sentimentale, qui, autant que je sache, représente seule, dans la littérature des rapports officiels, le cas unique d’un officier de marine anglais signalant des larmes parmi ses émotions scientifiques.

4« Le lendemain, dimanche 12 juillet, continuait le capitaine Wallis, je descendis à terre pour la première fois et ma princesse, ou plutôt ma reine, car, à en juger par son autorité, c’est ce qu’elle était évidemment, vint à moi bientôt après, suivie par bon nombre de ses gens. Comme elle s’apercevait que mon malaise m’avait laissé très faible, elle ordonna à ses serviteurs de me prendre dans leurs bras et de me porter non seulement pour me faire franchir la rivière, mais tout le long du chemin jusqu’à sa maisonet, observant que certains des hommes qui étaient avec moi, en particulier le premier lieutenant et le munitionnaire, avaient également été malades, elle les fit aussi porter de la même manière ; une garde à qui j’avais donné l’ordre de sortir pour l’occasion suivait. Sur le parcours, une vaste multitude se pressait autour de nous ; mais elle n’avait qu’à agiter la main sans un mot, ils s’écartaient et nous laissaient libre passage. Quand nous arrivâmes près de sa maison, un grand nombre de personnes des deux sexes sortit à sa rencontre, elle me les présenta après m’avoir fait comprendre par signes que c’était sa famille, et, m’ayant saisi la main, elle la leur donna à baiser. »

Tableau V. POMARE

Tableau V. POMARE

5Dans le récit de Wallis, cette scène est illustrée par un dessin gravé (20, pl. 22) où tout ce qu’il y a d’indigène forme un charmant tableau par contraste avec l’effet ridicule des uniformes et attitudes des Anglais. La plupart des détails semblent assez corrects et soigneusement exécutés ; la longue habitation indigène avec son toit de chaume est encore commune dans les îles ; celle qu’ils nomment la reine, à l’air très jeune et délicat dans une longue robe de tapa indigène, est suivie par ses femmes nues jusqu’à la ceinture, elles-mêmes suivies par des hommes dans une attitude de bienvenue.

6« Nous entrâmes ensuite dans la maison, qui couvrait une pièce de terrain de trois cent-vingt-sept pieds de long et de quarante-deux pieds de large. Elle consistait en un toit tressé de feuilles de palmier et porté par trente-neuf colonnes de chaque côté et quatorze au milieu. La crête de la toiture à l’intérieur s’élevait à trente pieds de haut et les côtés de la maison jusqu’au bord du toit avaient douze pieds de haut ; tout ce qui était au-dessous du toit était à l’air libre. »

7Cette maison était sans aucun doute la Fare-hau, ou maison du Conseil du district de Haapape ; et la princesse, comme l’appelait Wallis, qui n’appartenait pas à Haapape, mais à une partie toute différente de l’île, était elle-même une invitée dont la présence en ce lieu était due à sa parenté avec le chef.

8« Dès que nous entrâmes dans la maison, elle nous fit asseoir, puis appelant quatre jeune filles, elle les aida à m’enlever mes souliers, à m’ôter mes bas et me retirer ma veste et ensuite elle leur montra à lisser la peau et à la frictionner doucement avec leurs paumes. Quand elles l’eurent fait environ une demi-heure, elles nous rhabillèrent, mais se montrèrent en cela, comme on l’imagine aisément, très malhabiles. Je me trouvai fort bien cependant de la friction, de même que le lieutenant et le munitionnaire. Après un instant, notre généreuse bienfaitrice fit apporter des balles d’indienne dont elle me revêtit ainsi que ceux qui étaient avec moi, selon la mode du pays. D’abord je refusai d’accepter cette faveur, mais ne voulant pas avoir l’air de ne pas trouver agréable ce qu’on faisait pour nous être agréable, j’acquiesçai. Quand nous partîmes, elle fit porter au navire une très grosse truie, prête à mettre bas, et nous y accompagna elle-même. Elle avait donné des directives à ses gens pour me porter comme ils avaient fait à l’aller, mais comme je préférais marcher, elle me prit par le bras, et chaque fois que nous arrivions à une flaque d’eau ou de boue, elle me soulevait dans ses bras avec aussi peu de peine qu’il m’en aurait coûté pour soulever un enfant si j’avais été en bonne santé. »

9Dès lors, le capitaine Wallis et ses marins furent ensorcelés par l’île, et surtout par les femmes, qui, selon son récit dans la forme donnée par Haw-kesworth, « sont toutes jolies et quelques-unes extrêmement belles ». La reine lui envoya des dizaines de porcs et de volailles avec le fruit de l’arbre à pain, des bananes, des noix de coco et d’autres fruits en grande quantité, et, tous les deux ou trois jours, venait elle-même à bord pour le voir.

10« Le 21, la reine vint à bord en apportant plusieurs gros cochons en présent, contre lequel, comme d’ordinaire, elle ne voulut rien accepter. Quand elle fut sur le point de quitter le navire, elle exprima le désir que je descendisse à terre avec elle, à quoi je consentis, non sans prendre avec moi plusieurs officiers. Arrivés à sa maison, elle nous fit asseoir tous, et m’ôtant mon chapeau elle y noua un bouquet ou une touffe de plumes de couleurs variées, comme je n’avais vu personne en porter à terre, sauf elle, et qui était loin de faire un effet désagréable. Elle noua aussi autour de mon chapeau et de ceux de mes compagnons des nattes de cheveux tressés et entrelacés et nous donna à entendre qu’aussi bien la matière que la façon venaient d’elle-même ; elle nous fit don également de petites nattes très curieusement travaillés. Dans la soirée, elle nous accompagna jusqu’à la plage et quand nous entrâmes dans la chaloupe, elle mit à bord une belle grande truie pleine, et une grande quantité de fruits. Comme nous prenions congé je lui fis signe que je quitterais l’île dans sept jours. Elle comprit immédiatement ce que je voulais dire et fit signe que je devrais rester vingt jours, que je devrais aller voyager deux jours à l’intérieur du pays, y rester quelques jours, en rapporter quantité de porcs et de volailles, et ensuite quitter l’île. Je lui fis de nouveau signe que je devais partir dans sept jours ; sur quoi elle éclata en sanglots et ce ne fut pas sans grandes difficultés qu’on put l’apaiser. »

11La reine, ou plus exactement la cheffesse, invitait sans aucun doute Wallis à visiter son propre district et peut bien avoir eu certaines raisons politiques que Wallis ne devina pas et qui expliqueraient la si violente déception dont elle fit preuve. Le refus de Wallis nous a coûté à nous une perte irréparable dans notre histoire. Elle vint à bord de nouveau, le 25 juillet, et y demeura jusqu’au soir :

12« Comme elle allait franchir le bastingage, elle demanda par signes si je persistais dans ma résolution de quitter l’île à la date fixée ; et quand je lui eus fait comprendre qu’il m’était impossible de demeurer plus longtemps, elle exprima son regret par un torrent de larmes, qui pour quelque temps, lui ôta toute parole. Dès que sa douleur fut calmée, elle me dit qu’elle reviendrai à bord le lendemain et nous nous séparâmes. »

13Le jour de la séparation vint vite, et, à l’aube, le 27 juillet, le Dolphin était prêt à reprendre la mer. Toute la plage était noire de gens, parmi lesquels la reine, qui désirait monter à bord dans la chaloupe qui emportait les derniers barils d’eau et ses présents d’adieu ; mais comme l’officier avait ordre de ne pas amener d’indigènes dans sa chaloupe, la reine mit à l’eau une pirogue double et fut amenée jusqu'au navire par ses gens.

14« La reine vint à bord, mais incapable de parler, elle s’assit et donna libre cours à ses larmes de douleur. Quand elle eut passé une heure à bord, une risée venant, nous levâmes l’ancre et mîmes à la voile... Se trouvant alors dans la nécessité de redescendre dans sa pirogue, elle nous embrassa de la manière la plus affectueuse ; tous ses gens aussi manifestèrent une grande tristesse de notre départ. Bientôt après le vent tomba, et j’envoyai les chaloupes en avant pour haler ; sur quoi toutes les pirogues revinrent vers le navire, et celle qui portait la reine vint à la hauteur du carré de babord, où ses gens l’amarrèrent. Quelques minutes après, elle vint à l’avant de sa pirogue, où elle resta assise à pleurer avec une peine inconsolable. Je lui donnai mainte chose que j’estimais devoir lui être d’une grande utilité, et d’autres comme parures ; elle accepta tout en silence, mais ne prit garde à rien. Vers dix heures nous avions passé la barrière des coraux, et, comme une brise fraîche s’élevait, nos amis Indiens, et particulièrement la reine, nous firent une fois de plus leurs adieux, avec une affection si grande et tant de douleur que mon cœur et mes yeux en furent emplis. »

15Wallis ne savait pas le nom de sa reine, ni ce qu’était son véritable rang, ni de quelle partie de l’île elle venait ; Bougainville, qui aborda à Hitiaa, sur la côte est de Tahiti, huit mois seulement après, en avril 1768, ne demeura pas assez longtemps, lui non plus, pour voir beaucoup du pays et des gens ; mais ces deux explorateurs revinrent en Europe avec des comptes rendus si brillants sur Tahiti qu’ils suscitèrent un vif intérêt. A ce moment l’Europe, et spécialement la France, se trouvait rechercher quelque lumineux exemple de ce qu’avait été l’homme, ou de ce qu’il pouvait être, à l’état de nature, et les philosophes se saisirent de Tahiti pour prouver que, si seulement l’homme voulait se libérer de toute contrainte, il serait heureux. Je ne rédige que l’histoire de notre famille, non celle de l’île, et je ne connais même pas bien le nom des philosophes qui provoquèrent la Révolution Française en essayant d’appliquer à la France l’état de nature que Bougainville décrit dans ce qu’il appela l’île de la Nouvelle Cythère ; mais je sais que Diderot écrivit un « Supplément aux voyages de Bougainville », en forme de dialogue entre l’aumônier du navire et un Tahitien censé se nommer Orou, et qu’Orou y accablait l’aumônier en montrant la supériorité de Tahiti sur Paris, et l’immoralité de la fidélité dans le mariage.

16Un de mes amis m’avait indiqué un autre livre français, imprimé en 1779, un Essai sur l’isle d'Otahiti, qui offre un plaisant mélange de Montesquieu, Rousseau et Hawkesworth : « Il est doux de penser que la philanthropie semble naturelle à tous les hommes, et que les idées sauvages de défiance et de haine ne sont que la suite de la dépravation des mœurs, qui ne peut exister chez un peuple qui n’en a pas même l’idée. »

17Le naturaliste Commerson, qui accompagnait Bougainville fut le responsable de la plupart des aimables illusions des Français sur Tahiti. Sa lettre publiée dans le Mercure de France en novembre 1769, était une vraie fiction dans le style et l’esprit de Rousseau (16, pp. 58-62). Elle est trop longue pour la citer enentier, mais certains passages sont des merveilles de littérature et de science. Il commençait par nommer l’île Utopie, ne sachant pas alors que son chef, Bougainville, la nommait la Nouvelle Cythère :

18« Je puis vous dire que c’est le seul coin de la terre où habitent des hommes sans vices, sans préjugés, sans besoins, sans dissensions. Nés sous le plus beau ciel, nourris des fruits d’une terre féconde sans culture, régis par des pères de familles plutôt que par des rois, ils ne connaissent d’autre dieu que l’Amour. Tous les jours lui sont consacrés, toute l’isle est son temple, toutes les femmes en sont les autels, tous les hommes les sacrificateurs. Et quelles femmes, me demanderez-vous ? les rivales des Géorgiennes en beauté et les sœurs des grâces toutes nues. »

19Sans nous attarder à ses considérations ultérieures sur ce sujet, qui culminent avec cette affirmation vertigineuse qu’à Tahiti « l’acte de créer son semblable est un acte de religion », signalons que Commerson poursuit ainsi ses observations scientifiques : « Tout chez eux est marqué de la plus parfaite intelligence. » Et plus admirable encore que leur intelligence était leur philanthropie :

20« Pour ce qui regarde la simplicité de leurs mœurs, l’honnêteté de leurs procédés, surtout envers leurs femmes, qui ne sont nullement subjuguées chez eux comme chez les sauvages, leur philadelphie entre eux tous, leur horreur pour l’effusion du sang humain, leur respect idolâtre pour leurs morts, qu’ils ne regardent que comme des gens endormis, leur hospitalité, enfin, pour les étrangers, il faut laisser aux journaux le mérite de s’étendre sur chacun de ces articles, comme notre admiration et notre reconnaissance le requerrent. »

21Encore plus merveilleux : « leur aversion pour le vin et les liqueurs était invincible, hommes sages en tout ! » L’ignorance qu’ils montraient des conventions européennes en matière de propriété, n’était pas leur faute, mais une vertu :

22« Je ne les quitterai pas, ces chers Taïtiens, sans les avoir lavés d’une injure qu’on leur a faite en les traitant de voleurs. Il est vrai qu’ils nous ont enlevé beaucoup de choses, et cela même avec une dextérité qui ferait honneur au plus habile filou de Paris ; mais méritent-ils pour cela le nom de voleurs ? Voyons ce que c’est que le vol ? c’est l’enlèvement d’une chose qui est en propriété à un autre, il faut donc que ce quelqu’un se plaigne justement d’avoir été volé, qu’il lui ait été enlevé un effet sur lequel son droit de propriété était préétabli ; mais ce droit de propriété est-il dans la nature ? non : il est de pure convention ; or, aucune convention n’oblige qu’elle ne soit connue et acceptée. Or, le Taïtien qui n’a rien à lui, qui donne et offre généreusement tout ce qu’il voit désirer, ne l’a jamais connu, ce droit exclusif ! donc l’acte d’enlèvement qu’il vous fait d’une chose qui excite sa curiosité, n’est, selon lui, qu’un acte d’équité naturelle... Je ne vois pas l’ombre d’un vol là-dedans. »

23La bonté naturelle du cœur humain et les bienfaits moraux de l’état de nature étaient les thèmes de tous les disciples de Rousseau, et à l’époque toute l’Europe était disciple de Rousseau. La découverte de Tahiti, telle que Wallis et Commerson la peignaient, fournissait la meilleure preuve possible que Rousseau était dans le vrai. La société de Tahiti montrait que la société européenne n’avait aucun fondement réel en raison ou en expérience, mais devait être abolie, avec ses absurdes conventions, contraires aux droits naturels et à la vertu innée de l’homme. Les philosophes français se servirent sérieusement de Tahiti dans cette intention, et avec succès, comme chacun sait. La reine de Wallis joua un rôle important dans la comédie européenne, en excitant l’intérêt et la sympathie ; car les années qui précédèrent et suivirent 1770 étaient sentimentales, et entre l’Orou de Diderot et le Werther de Gœthe, la sensible princesse des Voyages d’Hawkesworth était là comme chez elle. Comme la reine, d’après le tableau généalogique de notre famille, était notre grand-grand-grand-tante Purea, ou plutôt la famille de notre grand-grand-grand-oncle, et que je connais les Tahitiennes, et surtout celle-là par la tradition, je ne prétends pas nier que le Dr Hawkesworth pourrait bien avoir ajouté quelque teinte de rose à l’histoire que Wallis avait à conter ; mais cela n’a rien à voir avec ce fait curieux que Tahiti influença réellement l’Europe, et que notre grand-grand-grand’tante, « ma princesse ou plutôt ma reine », eut, sans le savoir ni le vouloir, sa responsabilité directe dans les origines de la Révolution qui coûta la tête à sa sœur en royauté : Marie-Antoinette.

24Comme on le voit par Diderot et Commerson, l’intérêt qu’on éprouvait en France pour l’état de nature à Tahiti était dans une large mesure causé par l’éternelle dispute sur le mariage, et le soi-disant relâchement moral des Tahitiens, en ce qui concernait les relations d’homme à femme. Je dis soi-disant, car nul ne sait dans quelle proportion ce relâchement était dû aux Français et aux Anglais eux-mêmes, dont l’apparition causa certainement un renversement soudain et choquant des règles morales telles qu’elles avaient existé auparavant dans la société de l’île ; et le « soi-disant » signifie que, lorsqu’on tient compte de la société de l’île dans son ensemble, le mariage y était réel dans toute sa durée, et le niveau moral plutôt plus élevé qu’à Paris : sur certains points extrêmement relâché, et sur d’autres strict et rigide à un degré qui aurait étonné jusqu’au plus conventionnel des lords anglais, s’il l’avait compris. Le code réel de la société tahitienne aurait bouleversé les théories d’un état de nature aussi complètement que le fit la guillotine ; mais, aux yeux des marins français et anglais, qui n’avaient pas le moindre sentiment de responsabilité, et n’auraient pas regretté de renverser tout ordre moral, Tahiti semblait prouver qu’aucune loi morale n’était nécessaire, ce qui rendit l’île intéressante pour les philosophes et charmante pour le peuple français, jamais à son aise même sous le niveau de moralité admis à Paris. Ainsi, là encore, notre tante Purea, la reine de Wallis, joua un rôle dans le drame ; car, dans une île qui semblait n’avoir aucune idée de la morale, elle était un modèle d’humanité, de sentiment, et de conduite, la fleur d’un état de nature.

25Naturellement, le sentiment de Hawkesworth, et les goûts cythéréens de Bougainville et Commerson ne plaisaient pas à tout le monde, et moins que partout en Angleterre, où la philosophie française et ses bergères étaient rarement les bienvenues. Un ami m’a signalé une citation de Horace Wal-pole, qui écrivait à l’un de ses correspondants en 1773 : « J’espère que vous êtes sincèrement agacé à la lecture des nouveaux Voyages, qui peuvent faire de vous un bon second dans la marine, mais ne vous apprennent rien du tout. Le Dr Hawkesworth est encore plus énervant : une vieille gentil-femme noire de quarante ans porte le capitaine Wallis dans ses bras pardessus une rivière quand il était trop faible pour marcher, et le voilà qui les représente comme une nouvelle édition de Didon et Énée. » Tout ce qui ravissait les Français était à peu près sûr de déplaire aux Anglais, et ainsi, dès le début, Tahiti prit une couleur française qui finit par décider de son sort ; et là aussi notre tante Pureau peut avoir été inconsciemment un agent essentiel dans la formation de l’attachement sentimental qui amena vers nos côtes, soixante-dix ans plus tard, les escadres françaises.

Table des illustrations

Titre Tableau V. POMARE
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 222k

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search