Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre V

Texte intégral

1Le cadet Tuiterai, dont je me suis risqué à dater la naissance, comme celle de son frère Aromaiterai entre les années 1690 et 1700, épousa Tero-roeora i Fareroi, c’est-à-dire une fille du chef de Haapape, et ce fut grâce à cette parenté que la famille de Papara se trouvait chez elle à Haapape lorsque Wallis et Cook y vinrent. Le mariage dut avoir lieu aux environs de 1720.

2Le fils aîné de Tuiterai et de Teroroeora ou Aroroerua fut Tevahitua i Patea qui dut naître vers 1720-1725. Outre ce fils, Tevahitua, il y eut une fille Tetuaunurau dont j’ai déjà dit qu’elle avait épousé son cousin Aromaiterai ; il y eut Tauraatua, dont nous ne savons rien et il y eut un autre fils, Manea, dont nous descendons directement à la quatrième génération.

3Tevahitua semble avoir été reconnu comme grand chef des Teva, bien que son cousin et beau-frère Aromaiterai ait pu avoir une position égale au marae de Mataoa, et tout autant d’influence sur les Hiva. La seule tradition laissée dans la famille de cette longue division au siècle dernier, est qu’il y eut toujours à Papara un Aromaiterai et un Tuiterai, et qu’ils ne purent jamais s’entendre. Ils s’entendirent moins encore probablement après le mariage de Tevahitua qui dut avoir lieu vers 1750.

4Si une famille doit être ruinée par une femme, il vaut peut-être mieux qu’elle le soit entièrement et brillamment par une femme qui la rende célèbre. Tevahine Airorotua i Ahurai i Farepua, apparentée à la plupart des autres familles les plus hautes de l’île, était une très grande dame. Les désignations du grade social diffèrent un peu selon les pays et les époques, mais dans tout pays et à n’importe quelle époque une femme serait considérée, si elle et son mari pouvaient exercer leur contrôle sur cent mille personnes ; si elle pouvait bâtir une pyramide pour son fils, et prendre pour lui les produits d’un pays ; si elle était belle, avec des manières aussi raffinées que celles des pays où les manières d’Europe seraient trouvées barbares ; si, enfin, elle descendait d’une lignée ininterrompue de chefs qui remontait aux origines de la société humaine ; et la considération ne serait pas amoindrie par le fait que, comme une grande proportion des hommes et des femmes d’Europe de la plus haute éducation, ses idées sur certains points de morale furent relâchées et la dernière partie de sa vie désastreuse.

5Airorotua, familièrement appelée Purea, était une fille de Terii vaetua, chef de Tefana i Ahurai ou Faaa, la queue de poisson, près de la ville moderne de Papeete, et la comprenant en partie. Le district de Faaa bien qu’il ne contînt que sept milles de côte maritime environ, était très important pour de nombreuses raisons. Il se trouvait comme une petite nation indépendante entre la grande alliance Teva au Sud, le Porionuu et le Aharoa à l’Est, et la grande île d’Eimeo ou Moorea, à quelque douze milles à l’Ouest. Selon que Tefana penchait vers Papara ou contre lui, les chefs de Papara étaient enclins à s’inquiéter moins de leurs ennemis et davantage à se gagner des amis. A l’époque où Amo épousa Purea, au milieu du siècle dernier, Tefana était particulièrement fort par ses alliances.

6Terii Vaetua, le père de Purea, avait épousé une femme de la famille royale de Vaiari, Te vahine Airoro anaa te arii ote maevarau, du marae Farepua, née littéralement dans la pourpre ou l’écarlate de ura. Ils eurent sept enfants : 1) Tepau i Ahurai, connu dans les livres anglais de voyages sous le nom de Tuburai Tamaide ; 2) Terai mateata ; 3) Hituterai ; 4) Te-vahine Airorotua ou Oberea, Berea, Purea ; 5) Teihotu ; 6) Auri ; 7) Mareiti. De ces sept enfants, trois furent des personnes qui ne manquent pas d’intérêt pour nous : Purea, Teihotu et Auri. Purea épousa le chef de Papara et devint la mère de Teriirere ; Teihotu épousa Vavea de Nuurua et fut le grand-père du roi Pomaré ; Auri épousa Tetuaraenui des familles Punaauia et Vaiari, et fut le grand-père de Marama. Ainsi le roi Pomaré était petit-cousin de ma mère Marama Arii manihinihi ; et, comme à Tahiti les cousins sont considérés comme frères et sœurs, Pomaré appelait toujours ma mère sœur, ce qui eut un curieux effet sur notre vie et notre sort.

7Grâce aux parentés que lui donnèrent son père, sa mère et son mari, Purea n’eut pas de rival sérieux dans l’île, et quand son fils Teriirere naquit aux environs de 1762 (5, II, p. 153), il devint tout de suite le plus important personnage du monde aux yeux de sa mère et de Tahiti. Le fils supplanta toujours le père, dont l’autorité, après la naissance d’un enfant, était seulement celle de tuteur. Comme il arrivait souvent, Tevahitua prit un nouveau nom d’après l’enfant, et s’appela Amo, le Clignotant, d’après une habitude de cligner de l’œil qui semble l’avoir amusé chez le bébé Teriirere. La même cause qui supplantait le père donnait souvent à la mère un surcroît d’influence, et la libérait de toute contrainte. Purea, après la naissance de Teriirere, fut émancipée, et les rapports entre elle et Amo furent de ce jour plutôt politiques que domestiques. Ils n’étaient unis que pour veiller sur les intérêts de Teriirere.

8Ils assirent ensuite la suprématie de l’enfant en entreprenant ce qu’aucun autre chef n’avait encore tenté et qui nous frappe encore d’étonnement comme il frappa le capitaine Cook et Sir Joseph Banks en 1769. Ils imposèrent non seulement un rahui général au bénéfice de l’enfant comme Tavi de Tautira l’avait fait cent ans auparavant pour son malheureux fils, mais ils commencèrent aussi la construction d’un nouveau marae pour Teriirere dans lequel il devait porter le maro, et ils firent travailler leur peuple à l’énorme tâche d’ériger la pyramide de Mahaiatea qui était un monument d’orgueil sans égal en Polynésie.

Tableau III. AHURAI — PAPARA

Tableau III. AHURAI — PAPARA

9C’était plus que n’en pouvait supporter la parenté féminine de Purea et cela mit la société en révolution. La coutume de l’île prévoyait plus d’une manière d’en user avec l’orgueil. Bien que la suzeraineté politique de Purea et Teriirere fût admise, ils n’étaient pas socialement supérieurs à leurs cousins, et la coutume exigeait que, si durant un rahui un parent quelconque, ou un hôte de rang égal, venait visiter le chef qui l’avait imposé, le rahui était rompu, et l’hôte recevait par courtoisie tout ce qu’avait produit le rahui. Une telle tentative pour rompre le rahui n’était naturellement pas un acte que pût risquer un chef ordinaire dans les limites du contrôle direct de Papara, mais Tefana i Ahurai était indépendant, et si la propre famille de Purea décidait d’exprimer une telle prétention, Purea s’y opposerait à ses risques et périls. Pas même elle, ne pouvait se permettre une telle querelle.

10La première personne qui entreprit de rompre le rahui fut probablement la belle-sœur de Purea, sans aucun doute la femme ou la veuve de Teihotu pour le compte de son fils Terii Vaetua. Elle partit de Faaa dans sa pirogue double avec sa maison ou tente appelée fare-oa, à la proue, chose dont seuls les grands chefs pouvaient faire usage ; et un équipage de cinquante hommes et plus guidaient à la rame cette barque de parade avec tout l’apparat d’une cérémonie royale le long de la côte jusqu’à Papara, située environ vingt milles plus loin ; jusqu’à ce que, en face la pointe de Mahaiatea, ils s’engageassent en tournant dans une brèche de la ceinture de récif, qui sous un prétexte quelconque avait été consacrée et était connue comme la passe sacrée que seuls pouvaient franchir les chefs consacrés. Purea vivait alors sur la pointe, et, probablement, y surveillait les travaux de son grand marae. Elle sortit sur la plage, et comme la double pirogue avec sa tente royale s’engageait dans la brèche et piquait vers la terre, elle la héla : « Qui ose s’aventurer par la passe sacrée ? Ne sait-on que les Teva sont soumis au rahui sacré pour Teriirere i Tooarai ? Les coqs mêmes n’y peuvent chanter ni l’océan faire rage.

11— C’est Terii Vaetua, arii des Ahurai.

12— Et combien d’autres têtes saurait-il donc y avoir ? Je n’en connais d’autre que Teriirere i Tooarai. A bas votre tente ! »

13La cheffesse d’Ahurai pleura et se taillada la tête avec la dent de requin, jusqu’à ce que le sang coulât sur son visage ; c’était la coutume des femmes en signe de vive émotion, et voulait dire dans le cas présent aussi bien revanche qu’affliction ; mais Purea fut inexorable, et Terii vaetua contraint de s’en retourner chez lui, comme n’importe quel étranger ordinaire.

14La querelle une fois allumée fut propagée par une autre de la famille Ahurai, une femme qui prouva qu’elle était presque plus énergique que Purea. Elle était nièce de Purea, fille de Teihotu et sœur de Terii vaetua qu’on venait d’outrager. Son nom était Tetuanui rea i te Raiatea, et elle était ou devint la femme de Tunuieaiteatua i Tarahoi, l’ami Otoo de Cook, et l’ami Pomaré des missionnaires. Femme très célèbre dans l’histoire tahitienne, dont le capitaine Bligh, en 1788, et les missionnaires ont beaucoup parlé sous le nom d’Iddeah. Tetuanui i Nuurua ne fut même pas mentionnée par Wallis ou par Cook, encore que ce dernier, en 1774, mentionne fréquemment « Tarevatoo [Terevero], le frère cadet du roi », que je suppose être Terii Vaetua, beau-frère du roi, qui avait amorcé la tentative pour rompre le rahui. En fait, Cook ne vit jamais Pomaré avant août 1773, quand Pomaré avait déjà trente ans (7, I, p. 154).

15Quand Terii vaetua eut été repoussé, cette sœur entreprit de poursuivre la querelle. L’affaire était devenue d’une gravité peu commune, car une vendetta entre Papara et Ahurai pouvait soulever l’île tout entière. Il n’aurait alors fallu rien de plus pour renverser la suprématie de Papara que l’alliance des chefs d’Ahurai et de Porionuu avec Vehiatua, dont le sort avait été réglé cent ans auparavant par une combinaison semblable pour rompre un semblable rahui. La tradition a conservé les termes précis employés par la famille pour détourner le danger dans lequel l’orgueil et la fureur de Purea les poussaient tous.

16Tetuanui à son tour fit son apparition dans la pirogue de parade au large de la pointe de Mahaiatea, et comme elle s’approchait de la côte, fut reçue par Purea avec la même injonction : « A bas, votre tente ! » Tetuanui aborda et s’assit sur la plage, et se taillada la tête avec la dent de requin jusqu’à ce que le sang coulât dans un trou qu’elle creusait pour le recevoir. C’était sa protestation formelle : un appel au sang. A moins qu’on ne l’essuyât, il devait être racheté par le sang.

17Alors le grand prêtre Manea s’interposa. Manea était le frère cadet d’Amo, de qui nous sommes les descendants directs à la quatrième génération, et nous lui devons probablement l’existence en un double sens, puisque son action effaça la vendetta du sang en ce qui concernait ses propres descendants.

18— « Chut, Purea ! Pourquoi dit-on : que les pahu (tambours) de Matairea appellent Tetunai à un maro ura pour Teriirere i Tooarai. Où veux-tu porter le maro ura ? A Nuura et Ahurai. Un bout du maro tient les Porionuu, l’autre les Tevas ; l’ensemble tient l’Oropaa. »

19Manea citait en vain la maxime de politique familiale. Purea répliqua seulement qu’elle ne tolérerait aucune rivalité pour son fils. « Je ne reconnais ici qu’une autorité, celle de Teriirere. » Alors Manea sécha le sang de Tetuanui avec une étoffe, effaçant la vendetta en ce qui le concernait, et le souvenir de ces faits dura si longtemps que quarante ans après, quand les Porionuu razzièrent sauvagement Papara, les arrière-petits-enfants de Manea furent censés avoir été épargnés en mémoire de l’action de Manea.

Tableau IV. AHURAI PUNNAUIA

Tableau IV. AHURAI PUNNAUIA

20Cette scène doit s’être passée environ au temps que Wallis découvrit l'île, et s’il avait pris quarante-huit heures pour faire à Papara la visite que Purea le conviait à faire, il eût peut-être vu les préparatifs de la grande fête au cours de laquelle Teriirere i Tooarai devait porter pour la première fois le maro ura dans son grand marae neuf à Mahaiatea. Jusqu’ici j’ai dû m’appuyer surtout sur la tradition, mais ici le capitaine Wallis et le capitaine Cook commencent leur histoire du point de vue européen.

Table des illustrations

Titre Tableau III. AHURAI — PAPARA
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau IV. AHURAI PUNNAUIA
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 226k

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search