Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre IV

Texte intégral

1Aromaiterai et Tuiterai étaient les noms des deux fils de Teriitahia, et si nos généalogies sont justes, ils durent naître, comme je l’ai dit, entre 1690 et 1700. Aromaiterai était l’aîné des deux et revendiqua naturellement la'position de son père en tant que grand chef. Tuiterai contesta cette prétention, et si la tradition de famille est exacte, son argument soulève une question digne d’intérêt de nos jours où l’étude de la loi primitive est devenue une marotte.

2L’argumentation de défense de Tuiterai semble fondée sur l’idée que l’aîné des enfants, qu’il soit mâle ou femelle, était le seul à pouvoir se targuer d’un droit imprescriptible à la succession ; et puisque, dans ce cas, l’aînée, étant une femme, s’était mariée et était partie pour Raiatea, tous les enfants cadets avaient des droits égaux et pouvaient avec une égale justice prétendre à la position de grand chef.

3C’est là un des cas dans lesquels les chefs secondaires ou hiva durent avoir à se prononcer ; et, bien que nous ne sachions rien des raisons de leur action ou même du moment où ils agirent, nous savons parfaitement qu’à un certain moment ou pour une certaine période, ils décidèrent de renvoyer Aromaiterai — en fait de le bannir — et qu’ils le firent.

4Comme d’ordinaire, le souvenir de cette révolution n’est gardé que par un chant, mais dans le cas présent le poète est Aromaiterai lui-même, et le chant est la complainte d’Aromaiterai. Les hiva l’avaient chassé du district et l’avaient installé dans une maison à Mataoae, en l’avertissant catégoriquement qu’il ne devait même pas dire aux gens de Mataoae qui il était. Il ne faut pas confondre Mataoae avec Mataoa, le marae de Papara. Mataoae est un district sur la côte sud-ouest de Taiarapu, et une personne debout sur la plage à cet endroit peut voir vers le Nord-Ouest par-dessus vingt milles d’eau, les montagnes derrière Papara.

5Je ne sais si on pense généralement que Papara est l’un des beaux endroits de Tahiti. J’imagine que non. Les voyageurs peuvent trouver tant de choses qui les charment ailleurs et tant de variété dans ces charmes que cela les rend indifférents à tout paysage, sauf aux plus impressionnants. Parmi une douzaine de livres écrits par des visiteurs de l’île, je ne suis pas sûre qu’il y en ait un seul, sauf celui de Moerenhout (15, I, p. 259), qui consacre une douzaine de mots à Papara. Pour les Teva et leurs chefs, naturellement, Papara est l’univers et probablement aucune partie de l’île ne se compare à elle pour le souvenir, l’orgueil et la poésie. Chaque promontoire, champ, vallée et colline conserve une histoire ou une légende. Le marae de Purea de Mahaiatea se dresse encore, énorme masse de coraux détachés, au-dessus du niveau de la plaine. De Mataoae, Aromaiterai pouvait voir l’endroit où son propre marae Mataoa — le marae de Teva — l’invitait à revenir, où de son temps chacun des deux chefs avait un siège ou trône de chaque côté de l’autel. A l’embouchure d’une rivière où s’élève la demeure du chef — Terehe i Mataoa — le récif est brisé et s’approche de la terre de chaque côté, et là autrefois, lorsque le rivage fourmillait de milliers d’hommes et de femmes sans autre souci que celui de s’amuser, il y avait toujours dps foules dans l’eau, se laissant glisser sur les vagues continuelles, ce qui nulle part ailleurs ne semble aussi aisé. Même maintenant dans une grotte, quelque part sur la paroi du précipice, au-dessus de l’ouverture de la vallée, le crâne d’Aromaiterai est probablement conservé avec ceux d’autres Aromaiterai, Tuiterai, Terrirere et Temarii, si soigneusement cachés que le secret n’est pas connu de nous. Tianina, la terre natale d’Aromaiterai près de la maison du chef est aussi familière aux indigènes que leur propre visage. Son moua, Tearatapu, et son Temaite ou Temarua, le versant de la montagne, sont encore pour les gens de Papara une beauté de chaque jour. On montre encore à l’étranger qui suit la route conduisant maintenant à Vaiari, à trois ou quatre mille pieds au-dessus, sur la pente de la montagne lointaine qui se dessine contre le ciel, la ligne d’arbres épars que l’on appelle le troupeau de porcs d’Aromaiterai, son Tiaapuaa, sur le moua rahi, la grande montagne. De longs fils blancs, d’une centaine de pieds en pente perpendiculaire, marquent les cascades sur le flanc vert — le Pari — de la montagne. La rosée ou les averses s’accumulent le matin sur les sommets des montagnes et étendent le nuage — le manteau d’Aromaiterai — qui les cache à sa vue.

6Selon la tradition, l’étranger inconnu qui avait établi sa demeure à Mataoae, lorsqu’il sortait de sa maison au petit matin, regardait par delà la baie les montagnes lointaines derrière Papara et répétait sa complainte jusqu’à ce que les gens devinent son secret.

Complainte d’Aromaiterai
Ei Mataoae au hio atu ai i tau fenua i Tetianina,
i te moua ra o Tearatapu, te peho i Temaite,
tiaa puaa i te moua rahi.
Ua tahe te hupe i te moua.
Ua hora hia tau ahu.
Tera ra ua e, e ore oe e iriti ae
ia hio atu au i te moua rahi ra.
Aue te pare i Mapuhi, e tau fenua iti e.
Te pahu taimai o nia o Fareura
e iriti hia mai te matai o te toa
ei tahirihiri no te arii no Aromaiterai.
I te huru o tou aia.

7« De Mataoae je regarde vers mon pays Tetianina, le mont Tearatapu, la vallée Temaite, mon troupeau de porcs sur Mouarahi, la grande montagne. La brume cache la montagne. Mon manteau est étendu. Oh ! que la pluie s’éclaircisse pour que je voie la grande montagne ! Aue ! Hélas ! le mur de Mapuhi, mon cher pays !

8« Les tambours qui résonnent au-dessus de Fareura chassent vers moi les vents du Sud en guise d’éventail pour éventer le chef Aromaiterai. Je brûle de revoir mon pays. »

9Rien ne pouvait être plus simple et si la simplicité parfaite est une beauté ou si la nostalgie est poétique, même un étranger qui n’a jamais vu Papara ou n’en a entendu parler peut comprendre que les Teva, qui ne sont pas le moins du monde introspectifs et qui jamais n’analysent leurs sensations ni ne lisent Browning ou Wordsworth, n’en demandent pas davantage. « Voici mon champ ! » se lamente Aromaiterai, « voici ma colline ! voici mon bosquet sur la montagne, mon troupeau de porcs ! Comme je voudrais y être ! » Aromaiterai n’employait pas davantage de mots ; mais chaque mot évoque une image chez le chanteur, et que peut faire de plus un poète ?

10Les Européens intrigués qui cherchent à comprendre ce que signifie la poésie pour les races primitives, considèrent le rythme comme susceptible d’expliquer un secret qu’ils ne peuvent deviner d’après le sens des mots ; mais le rythme polynésien est, à vrai dire, plutôt encore plus inintelligible pour des oreilles européennes que les images présentées par les mots. La poésie tahitienne a un rythme, mais il est surtout causé par la terminaison, par un é-é-é-é, long et artificiel, de chaque strophe ! Le chant est chanté avec une telle rapidité d’articulation qu’aucun Européen ne peut en approcher ou même le représenter en notations musicales, et quant aux sons eux-mêmes, c’est en jetant un coup d’œil sur les mots indigènes qu’on peut le mieux en juger.

11D’autres dialectes polynésiens ont une certaine façon d’employer indifféremment k ou t. Tahiti est alors Kahiki ; Tamehameha, le roi de Hawaï, devint Kamehameha. Nous employons toujours t et l devient r en tahitien. Le mariage de Loti est exactement le mariage de Roti. Le dialecte n’est jamais guttural ou rude ; les vers semblent courir sur le bout de la langue avec une rapidité impossible pour tout autre qu’un indigène. Chanter était aussi naturel que parler et on dansait aussi naturellement qu’on marchait.

12Maintenant que je suis sur le sujet de la poésie de famille, je dois donner ici un autre chant qui fut fait par Tauraatua i Amo et est encore en faveur chez les Teva ; d’autant plus que c’est un chant d’amour. Le nom de Tau-raatua appartient au petit district d’Amo, à Papara, et c’est un des noms de famille depuis tant de siècles que je ne puis dire lequel des Taura était le poète, mais le thème du poème était probablement commun à eux tous, car il était assez commun dans le monde entier. Le jeune chef aimait une jeune fille d’un rang inférieur qui habitait à Ruaroa, groupe de maisons près de la plage, près du marae de Mataoa, à l’extrémité ouest de Papara. Le paepae, ainsi que je l’ai dit, était la terrasse pavée devant la maison. Il appelle sa maîtresse Maraeuradansla chanson. Les unions illégitimes étaient assez fréquentes dans toutes les sociétés, mais en un certain sens l’Europe était moins rigide que Tahiti dans ses règles non de morale mais de mariage. Les mariages inégaux étaient non seulement inaccoutumés ; ils étaient impossibles. La famille ne les permettait jamais, même dans le cas du chef le plus puissant qui eût existé. L’illégitimité était fréquente, mais s’il y avait danger qu’un enfant de basse naissance prît jamais la succession dans la famille, cet enfant était mis à mort. Et même, si la liaison menaçait d’être gênante, la famille ou le hiva intervenait, et insistait pour que le chef revînt à sa place. C’est le sujet du chant de Tauraatua. Le messager appelé l’oiseau Uriri était venu à Ruaroa, où Taura vivait avec sa maîtresse, et lui apporta l’ordre de retourner à Papara. Le chant commence par répéter le message et se termine par un couplet où l’amant qui est obligé de quitter sa maîtresse écarte les feuilles pour l’apercevoir se baignant sur la plage.

Complainte de Tauraatua
Tauraatua te noho mai ra i tona paepae, i te paepae roa.
E uriri iti au e rere i te Ruaroa.
E fenua Papara i te rai rumaruma,
e haere a i Teva, tena te aia tei Papara, to fenua ura e.
Moua tei nia, moua Tamaiti,
e outu tei tai, outu Manomano, te faariiraa ia Teriirere i outu rau ma Tooarai.
E tii na vau e turai e atu i te niau para o te Ruaroa e,
ia vai noa mai nau i puu rii o Maraeura tei tai e !
Tauraatua vit sur la terrasse, sur la grande terrasse.
Je suis un petit uriri qui s’envole vers Ruaroa (pour dire à l’amant :)
« Reviens à Papara au ciel attristant,
reviens à Teva, à ta terre ancestrale Papara, à ta terre rouge.
La montagne là-haut, c’est la montagne Tamaiti,
Le promontoire vers la mer, c’est le promontoire Manomano, le lieu d’investiture de Teriirere. »
J’irai écarter les feuilles de cocotier jaunies à Ruaroa
afin que je puisse voir les deux bourgeons de Maraeura sur la plage !

13Paraphraser est tout ce que l’on peut tenter de faire là où les langues diffèrent si irrémédiablement. Le uriri défie la traduction. Peut-être ruma-ruma exprime-t-il l’idée de branches courbées sous le poids de leurs feuilles, mais les feuilles de l’arbre à pain et du palmier sont autre chose que celles du chêne et du hêtre. Le ura— les plumes rougeâtres du perroquet— peut passer pour orange ou doré ; mais des termes locaux comme paepaeroa, moua, outu et autres, nécessitent une longue éducation pour glisser gracieusement sur la langue ou dans l’esprit.

14Je ne sais ce qu’il advint d’Aromaiterai et de Tuiterai, ni quand ils moururent, mais ils laissèrent derrière eux un des problèmes de généalogie les plus compliqués qui jamais aient embrouillé une succession. Je vais essayer d’en finir avec les Aromaiterai et de les éliminer, avant de poursuivre le cours principal de l’histoire de notre famille avec les Tuiterai ; mais ceci n’est pas facile, car le cours principal serpente librement entre les deux. Nul doute que Tuiterai n’ait chassé Aromaiterai vers 1730 ; et, lorsque Wallis arriva en 1767, le fils de Tuiterai, Amo, ou Tevahitua i Patea i Too-arai conservait encore l’autorité et la fonction de chef sur l’île tout entière à l’exception de quelques districts ; mais Aromaiterai avait épousé Teraha et en eut deux enfants : une fille, Tetuanui, et un fils, Aromaiterai, qui épousa sa cousine germaine, la sœur d’Amo. Ces deux enfants permirent à la branche aînée de la famille de continuer jusqu’à nous.

15La fille, Tetuanui, fut le chaînon grâce auquel le nom et les terres Aromaiterai nous revinrent enfin par ma mère Marama. Le tableau II montre comment, faute de mâles, la lignée passa par Teraiefa de Maraetaata, femme de Marama de Haapiti, à leur fils Marama, et par lui à sa fille, la plus grande reine et héritière de son temps, dont le mariage avec l’héritier de Tuiterai, Tapuataaroa de Papara devait réunir les branches Aromaiterai et Tuiterai en moi-même, Ariitaimai, qui suis Aromaiterai et Tuiterai à la fois.

Tableau II. AROMAITERAI ET TUITERAI

Tableau II. AROMAITERAI ET TUITERAI

Table des illustrations

Titre Tableau II. AROMAITERAI ET TUITERAI
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search