Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre III

Texte intégral

1Il y a huit générations, vers le milieu du xviie siècle, une autre grande révolution survint et, à nouveau, la tradition nous dit qu’elle était causée par des femmes. S’il faut en croire l’histoire, les hommes ne se battirent jamais pour eux-mêmes.

2Pourtant on ne peut blâmer la femme des malheurs et de la déchéance de Tautira, qui finit par déplacer le centre du pouvoir parmi les Teva. J’ai dit que Tautira était une grande et puissante chefferie de la côte est de la péninsule de Tairapu, dont la puissance était contrebalancée par Teahupoo, autre grande chefferie de la côte sud. Si Cook et Forster avaient eu raison de penser que Taiarapu pouvait contenir au moins 40 000 habitants, le chef de Tautira, dont l’autorité s’étendait sur Pueu et l’ancien district d’Afaahiti, couvrant environ 25 milles de côte depuis l’isthme de Taravao jusqu’à la Palissade, a dû gouverner environ 25 000 personnes et commander une armée de 6 à 8 000 hommes. C’était certainement un grand chef, dont le pouvoir militaire égalait celui du chef de Papara.

3Vers l’année 1650, Tavi était chef de Tautira, et se flattait d’être aussi généreux que fort. Tout chef était tenu à être généreux s’il ne voulait pas perdre le respect et la considération de son peuple ; mais Tavi fut le plus généreux de tous les chefs de Tahiti. Il avait une femme, Taurua de Hitiaa, la plus belle femme de son temps, et un fils, Tavi-hauroa.

4Le chef de Papara, et la tête des Teva à cette époque, était Tuiterai ou Teuraiterai. Ainsi que Hurimaavehi de Papeari, Tuiterai ne pouvait entendre parler d’une jolie femme sans la désirer ; mais la femme de Tavi était bien trop importante pour être approchée autrement qu’avec les formes de courtoisie requise entre chefs. Tuiterai envoya par conséquent ses messagers à Tavi pour lui demander de lui prêter sa femme avec la promesse formelle qu’elle lui serait rendue sept jours après. Les usages polynésiens rendaient impossible le refus d’une telle demande, sans causer une dispute. Elle ne pouvait même pas être éludée sans créer un ressentiment qui aurait pu finir mal. Tuiterai aurait-il demandé l’enfant de Tavi ou tout autre chose qu’il considérait comme très précieux, le don devait être fait, à titre de réciprocité bien entendu, car tout chef était tenu de rendre un don équivalent. Tavi ne voulait pas prêter sa femme, mais son orgueil, et peut-être bien son intérêt en demandait le sacrifice. Avec la meilleure grâce du monde, en grand seigneur qu’il était, il l’envoya à Papara. Apparemment, elle ne fit aucune objection ; si le mari était satisfait, le code de l’île n’avait rien à reprocher à la femme.

5Taurua vint à Papara, comme une reine polynésienne de Saba, pour rendre visite à Tuiterai lequel devint immédiatement éperdument amoureux, le manifestant par quelques actes qui étaient amusants, et par d’autres qui étaient d’une portée trop sérieuse pour nous pour que nous puissions en rire, même après huit générations. L’un de ces actes amusants fut de prendre le nom d’Arorua (aro, poitrine, rua, deux) en honneur des charmes de Taurua et ce nom de Tuiterai arorua lui est resté jusqu’à nos jours. L’acte plus grave fut qu’à la fin de la semaine, il ne tint pas sa promesse faite à Tavi et refusa de rendre Taurua à son mari. Ceci était un outrage de la plus grave conséquence, outrage qu’il aurait pu infliger à un homme de la plus basse extraction, bon tout au plus au sacrifice humain ; mais non pas à un chef, encore moins à un chef de rang égal au sien. C’était un défi, une déclaration de guerre, Tuiterai ne chercha pas d’autre excuse que sa passion. Les Te va chantent toujours le chant de Tuiterai arorua répondant au messager de Tavi, venu pour réclamer Taurua :

Pourquoi renoncerai-je à Taurua ? Je n’y renoncerai pas, moi, Tuiterai des six cieux ; elle, qui est devenue à mes yeux comme le Ura apporté de Rarotoa, mon cher Trésor. Elle me fut aussi chère, et elle m’est encore aussi chère que le Ura de Faau, je ne m’en séparerai pas maintenant ! Non, je ne m’en séparerai pas. Pourquoi m’en séparerai-je ? Moi, Tuiterai des six cieux ; elle, qui m’est devenue comme le Ura de Rarotoa.

6Ce chant est un morceau fameux de l’histoire et de la littérature des Teva, et cependant, je ne suis pas sûre, ni de son texte, ni de sa traduction exacte. Je la donne comme je l’ai souvent entendu chanter, mais rien n’est plus difficile que de rendre la signification exacte d’un tel langage. Le chant, tel que le chantent les Teva, se compose de deux parties séparées, la première est le refus de Teuraiterai de rendre Taurua.

Teuraiterai et Taurua.

E ore e pa iau, no fea e pa iau.
Je n’y renoncerai pas ! Pourquoi y renoncerai-je.
Teuraiterai ono rai ono, e ura piria mai tau orio,
Moi, Teuraiterai des six cieux, au Ura qui s’attache à mes yeux,
E ura ahuahu mai Rarotoa mai e te ipo iti e.
Au Ura, brillant comme le soleil de Rarotoa, mon cher trésor.
E tahi arii haamoe ite ura here
Un roi endormit son cher Ura
Mai piti e mai faau. Tau mate ono i aia.
Pour ne faire qu’un. Je mourrai sans elle.
Ruruu te rai ma fau hia,
Attachez les cieux comme un filet,
Fau hia te rai mai ata, e ata pua, e ata rai.
Mêlez les ombres du ciel, les ombres des fleurs, les ombres des nuages.
Mahiti te upea ma te paora
Ouvrez le filet, séchez-moi.
Paora te pa ma tuatini, tuatini te pito i haafifi.
Séchez les milliers, les milliers de liens qui nous unissent.
Upea, upea ia mau maitai.
Le filet, le filet tient bien.

7Dans aucune langue il ne semble que la poésie ait un équivalent exact en prose et je ne prétends pas donner l’équivalent de quoi que ce soit en tahitien. Quoi que ces vers signifient en prose, ils montrent de toute manière que notre ancêtre Tuiterai arorua était considéré comme un chef extraordinairement arbitraire, même par son propre peuple, bien que celui-ci ait pu admirer un acte qui éveilla la sympathie de tous les vrais insulaires des mers du Sud. Heureusement au moins cette histoire est trop récente pour qu’on puisse la suspecter d’être un mythe. Taurua de Tautira et Hélène de Troie appartenaient à la même société ; Tavi et Ménélas étaient parents. Les coïncidences apparaissent dans toutes les îles des mers du Sud, où aucun voyageur n’a jamais pu s’empêcher d’évoquer l’Odyssée en s’approchant d’un village indigène. L’histoire de Papara peut prouver la véracité de celle de Troie car, aussitôt que le refus de Tuiterai fut connu à Tautira, Tavi-Ménélas se mettant à la hauteur de sa réputation fit appel à ses guerriers et les envoya contre Papara avec l’ordre de le détruire et de tuer son chef. Papara n’avait pas les murs de Troie pour soutenir un siège, ses forces furent détruites en bataille. Tuiterai fut capturé et Taurua reprise.

8Parmi les nombreuses guerres des peuples primitifs occasionnées par les femmes et qui devinrent l’objet de la poésie et de la légende, le charme propre de la variété tahitienne consiste en ce qu’elles ne se terminent pas comme beaucoup de ces histoires par la vengeance du parti injurié. Elle aurait dû se terminer de la façon ordinaire et l’intention de Tavi était bien de faire ce que tout chef grec ou nordique aurait fait à sa place : tuer son rival et piller ses villages ; mais l’affaire prit une autre tournure. Tuiterai fut blessé, capturé et ligoté ; mais lorsque ses capteurs furent sur le point de le tuer, il protesta. Cette protestation ne fut pas un appel à la pitié, mais ce fut l’objection beaucoup plus forte pour un Polynésien qu’un grand chef comme lui-même ne pouvait être mis à mort par un inférieur. Personne qu’un égal ne pouvait porter la main sur lui. Personne que Tavi ne devrait tuer Tuiterai.

9Les guerriers de Tavi, malgré ses ordres, sentirent la force de l’objection, qui était, en réalité et sans aucun doute, un appel à la peur religieuse, car Tuiterai, comme grand chef des Teva, était un personnage du caractère le plus sacré. Ils le portèrent sur une trentaine de milles, ligoté et un bandeau sur les yeux le long du rivage, à Tavi. Le voyage était long, et le chef blessé, sentant ses forces faiblir, les poussait en avant. En traversant chaque ruisseau, il réussissait à tremper sa main dans l’eau, pour se rendre compte du progrès du voyage par la sensation que lui donnait l’eau de chaque ruisseau dont il connaissait toutes les variations.

10Lorsque Tavi apprit que ses guerriers avaient apporté Tuiterai vivant, il leur reprocha de lui avoir désobéi. Même lui trouva difficile d’avoir à se mettre à la hauteur de sa réputation. La générosité dont il se faisait gloire lui avait déjà coûté et sa femme et la guerre ; et cependant, il porterait atteinte à son caractère s’il tuait Tuiterai de ses propres mains et dans sa maison. Les guerres de Tahiti furent aussi cruelles et aussi féroces que les guerres de toute autre race primitive, mais un acte pareil aurait choqué la moralité et la décence tahitiennes. Tavi se vit obligé d’épargner la vie de son rival, mais entre une vengeance complète et un pardon complet, la loi ne connaissait pas de milieu. Un chef épargné devenait un hôte et un égal. Tavi donna à Tuiterai sa vie et sa liberté et Taurua par-dessus le marché. La légende répète ses paroles en un chant qui est, de même que la réponse de Tuiterai quand Taurua lui fut demandée, toujours chanté, comme l’une des ballades des Teva les plus connues.

Tavi et Teuraiterai
A mau ra i te vahine ia Taurua,
Tau hoa iti e ! E matatarai maua e.
Taurua horo poipoi oe iau nei.
To aiai ua pohe mai nei au i te Ono.
Nau hoi oe i teie nei ra.
A mau ra ia Taurua, tou hoa iti e !
Matatarai mau’ai maua e !
Prenez donc ma femme Taurua,
Ma chère petite amie ! Nous sommes séparés.
Tu es pour moi resplendissante comme l’étoile du matin.
A cause de ta beauté je suis châtié par les six districts.
Tu es mienne à présent,
Mais prenez donc Taurua, ma chère petite amie.
Nous sommes séparés maintenant, elle et moi !

11Malgré cela, la défaite de Papara était une révolution trop sérieuse pour ne pas avoir une répercussion sur la politique de l’île. Tavi devint par son triomphe le chef le plus puissant de tout Tahiti, et confirma son pouvoir par un rahui au bénéfice de son jeune fils Tavi-hauroa. Un rahui était un acte d’autorité, c’était un droit plus que royal. Le rahui qui pouvait durer une année ou davantage, était un ordre général, déclarant que tout ce qui était produit pendant ce temps dans tout le territoire sujet à l’influence du chef serait tabu ou sacré au profit du jeune prince. Pas un porc ne pouvait être tué, pas une étoffe de tapa ou une fine natte ne pouvait être faite, pas un coq ne pouvait chanter, si ce n’est pour l’enfant ; à la fin du rahui, le tout devait appartenir à l’enfant.

12L’autorité directe et entière de Tavi ne s’étendait que sur sa chefferie de Tautira, mais en raison de son rang, ou par courtoisie, par sa parenté ou son influence, elle s’étendait sur toute l’île et Eimeo ou Moorea seul en était exempt. Un rahui était une sorte de corvée que les grands chefs acceptaient rarement de bon gré ; mais même si un chef était anxieux d’éviter la guerre ce qui était la punition de la rupture du rahui, sa femme ou ses sœurs ou sa famille étaient toujours prêtes à le pousser à conspirer contre cette mesure. Le rival principal de Tavi était Vehiatua, le grand chef de Teahupoo lequel district est au Sud, dos à dos de Tautira. Vehiatua avait une fille qui avait épousé le chef de Pare-Arue, le district de l’extrême nord où se trouve la ville de Papeete, et cette fille, Tetuaehuri, était sur le point de donner naissance à un enfant.

13Ceci est la première apparition dans l’histoire, d’une famille qui est devenue depuis fameuse et royale sous le titre accidentel et missionnaire de Pomaré. Ainsi qu’il est connu de tous, Pomaré n’était qu’un des nombreux surnoms pris par Tunuieaite atua, petit-fils de Tetuaehuri. Tout chef tahi-tien prenait ces surnoms, habituellement pour commémorer quelque chose, et très souvent par affection pour un enfant, mais ces surnoms n’étaient pas permanents comme un titre officiel, auquel étaient attachés le rang et les terres. Le titre officiel du chef de Pare-Arue, mari de Tetuaehuri, était Taaroa manahune qui était originaire de Fakarava, une île des Paumotu. Par le rang, Taaroa manahune, appartenait à la 3e ou 4e classe, du moins dans l’opinion des chefs de Vaiari et Punaauia qui portaient le maro ura et de Papara qui portait le maro tea, de Vehiatua de Taiarapu et de Maramade Haapiti à Moorea et deVaetua d’Ahurai. Si ce n’est comme mari de Tetuaehuri, il ne faisait pas grande figure. Des cheffesses comme Tetuaehuri faisaient ce qu’elles voulaient lorsque leur mari était moins important que leur père. Tetuaehuri attendait son enfant et ses sages-femmes ou assistantes ou, comme nous dirions aujourd’hui ses conseillers médicaux, lui avaient dit qu’elle devait manger du porc tous les jours. Si Vehiatua fut consulté, il donna son consentement, car Tetuaehuri rompit le rahui et mangea du porc. Tavi agit immédiatement comme si ceci avait été une déclaration de guerre de son père et il passa à Teahupoo avec ses guerriers. Il fut complètement défait par Vehiatua.

14La querelle dut être exceptionnellement violente, car ce fut un des rares cas où une grande famille fut entièrement chassée de l’île. Vehiatua n’imita pas Tavi en générosité, mais saisit ses biens. Quelques-uns disent que Tavi alla aux Paumotu, mais il est certain qu’après la guerre du rahui, il ne fut plus jamais vu à Tahiti où l’on n’entendit plus parler de lui. Son fils Tavi-hauroa, la cause du désastre, revint et fut protégé par ses vieux voisins et parents, les chefs de Hitiaa, Mataoae et Vaiari. En lui donnant des terres et des domestiques, ils lui formèrent un petit district, le moderne Afaahiti, cinq ou six milles de côte au delà de l’isthme de Taravao. Il avait aussi pour noms Teriitua à Hitiaa et Teriioiterai à Vaiari.

15Un jour l’infortuné jeune chef faisait voler son cerf-volant, un amusement habituel des temps anciens, lorsque les hommes faisaient des cerfs-volants aussi grands qu’une maison, et les faisaient lutter les uns contre les autres. Le fort vent du Sud-Est, qui souffle à travers l’isthme de Taravao, emporta le cerf-volant à quelques milles à l’Ouest et, le jeune chef le poursuivit jusqu’à ce que le cerf-volant s’abattît sur un arbre du marae de Farepua à Vaiari. Une grande cérémonie avait lieu sur le marae où le grand prêtre officiait. En un moment pareil, l’intrusion d’un étranger était punie de mort. Teriioiterai monta sur l’arbre pour prendre son cerf-volant et fut instantanément tué.

16L’extinction de cette lignée eut une conséquence considérable sur l’île. Elle donna à Vehiatua un tel accroissement de pouvoir que ce n’eût été qu’une question de temps pour qu’il fît à Papara ce que Papara avait fait à Vaiari et devînt la tête politique des Teva, par conséquent le chef le plus puissant de l’île. Le chef de Papara ne pouvait échapper au danger que par une alliance avec Vehiatua ; aussi à la génération suivante, Vehiatua eut-il pour femme Teeva Pirioi, sœur aînée des chefs de Papara, Aromaiterai et Tuiterai. Papara réussit à conserver sa suprématie pour cette génération, mais le danger était toujours là ; l’heure devait sûrement venir, la femme aussi.

17La révolution à Taiarapu fut le point de départ de ce que nous pourrions appeler l’histoire de l’île. Elle eut lieu environ cent ans avant la découverte de Tahiti par Wallis ; car la belle Taurua et Tetuaehuri étaient contemporaines, et alors que Taurua, par son second mariage avec le chef de Papara, Tuiterai arorua, devint la source de notre famille de Papara, Tetuaehuri par son mariage avec Taaroa manahune, devint la source des Pomaré.

18Amo de Papara, l’ami de Cook, était un homme grisonnant en 1774 et sa femme devait avoir 45 ans en 1767 (11, p. 478). Amo avait dû naître par conséquent vers 1720 puisque Cook le croyait être le père de Hapai ou Teu qui avait dû naître vers la même époque. Le père d’Amo, Tuiterai, a dû naître vers 1690 ou 1700 et le père de Tuiterai, Teriitahia, le fils de Taurua, serait né entre 1660 et 1670, cette date ne pouvait être éloignée de celle du rahui et de la naissance du fils de Tetuaehuri.

19Malheureusement ces dates diffèrent de deux générations entières de celles de la généalogie des Pomaré. Conformément à celle-ci, le fils de Tetuaehuri était Teu ou Hapai, et vécut jusqu’en 1802 (9, I, p. 119) où il mourut très âgé. Il fut bien connu pendant plus de trente ans par tous les Européens qui visitèrent Tahiti. Il avait environ 70 ans en 1797, d’après les missionnaires qui le connaissaient intimement (2, p. 71). On croit qu’il était l’homme le plus âgé de l’île lorsqu’il décéda, mais personne ne semble supposer qu’il fût né avant 1720. Même en racourcissant de 10 ans chaque génération de la généalogie de Papara, on ne peut la faire coïncider avec celle des Pomaré. Tetuaehuri ne devrait pas être la mère, mais la grand-mère de Teu. Amo et Teu étaient contemporains, leurs grand-mères auraient dû être contemporaines, mais suivant les généalogies la mère de Teu, Tetuaehuri et Taurua, la bisaïeule d’Amo, portaient leur premier enfant vers la même époque. Le rahui, imposé après la naissance du premier fils de Taurua, fut rompu par la naissance du premier fils de Tetuaehuri.

20Enfin, la rupture du rahui et l’arrivée de Wallis en 1767, la famille de Pare-Arue disparaît, et il me faut la mettre de côté jusqu’à ce que j’arrive à génération d’Amo et Purea, Teihotu et Vavea, Auri et Tetuaraenui, Tutaha et le reste des amis de Cook. Dans la famille de Papara, la période qui intervint fut remplie par un vif conflit entre une branche aînée et une branche cadette — Aromaiterai et Tuiterai — qui nous a laissé quelques jolis et gracieux fragments de la tradition de notre famille.

21La belle Taurua i Hitiaa qui avait eu son premier-né, Tavihauroa de Tavi, eut un second fils, Teriitahia, de Tuiterai de Papara. Tous ces événements dans la vie de Taurua ont dû se passer dans une période très restreinte. La beauté ne dure pas longtemps à Tahiti. Taurua a dû se marier, avoir son premier fils, aller à Papara, être reprise lors de la guerre de Tavi avec Tuiterai, être rendue à Papara et probablement avoir son second fils de Tuiterai avant l’époque de la guerre du rahui. Cet enfant, notre ancêtre à la 6e génération, s’appelait Teriitahia i Marama ; Teriitahi épousa une fille du chef de Vaiaro à Taiarapu et en eut quatre enfants, deux filles et deux-garçons. Les deux filles étaient plus âgées que les deux garçons.

22L’aînée, Teeva, se maria à Raiatea et quitta Tahiti. La seconde, Teeva Pirioi, ainsi que je l’ai dit, épousa le Vehiatua de sa génération, et était utilement occupée à maintenir la paix de ce côté. Quant aux deux garçons, nous ne pouvons pas en dire autant.

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search