Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Chapitre premier

Texte intégral

1Si la famille et les gens de Papara avaient un nom, suivant la coutume européenne, je suppose que ce nom serait Teva, car nous formons un clan, et Teva est le nom de notre clan. Sur la carte de Tahiti, les quatre districts du Sud-Ouest, depuis Papara jusqu’à l’isthme, sont toujours inscrits sous le nom de Te Teva i uta, les Teva de l’intérieur, et toute la péninsule de Taia-rapu, au delà de l’isthme, est désignée sous le nom de Te Teva i tai ou les Teva de l’extérieur. L’île de Tahiti est en forme de sablier ou de 8, mais, comme les indigènes ne connaissaient ni les sabliers ni les chiffres, ils appelaient l’île un poisson, parce qu’elle a un corps et une queue. La tête se trouve à la pointe la plus au sud de la péninsule de Taiarapu, Matarufau, au Pari ou Pali, c’est-à-dire la falaise qui y domine la mer comme le fait, je le suppose, la Palissade en Angleterre. La queue est à la pointe nord-ouest de l’île principale, à Tataa, à Faaa ou Tefana i Ahurai. Depuis la tête, au Pari, le long des deux côtes de la péninsule et de l’autre côté de l’isthme de Taravao, le long de la côte ouest de l’île principale, jusqu’à la queue à Tefana i Ahurai, les Teva et leurs alliés avaient une sorte de pouvoir mal défini. La distance n’est pas grande pour celui qui est accoutumé à voyager, car le circuit entier de l’île n’a que cent quatre-vingt-onze kilomètres, c’est-à-dire à peu près cent vingt milles, sur lesquels on compte soixante-deux kilomètres ou quarante-cinq milles pour la péninsule. Les Teva et leurs alliés détenaient le pouvoir tout le long des quarante-cinq milles de la côte de Taiarapu et sur toute la partie ouest de l’île principale, c’est-à-dire environ trente-sept milles depuis Taravao presque jusqu’aux abords de la ville moderne de Papeete. Plus de quatre-vingt milles de la côte la plus riche étaient plus ou moins sous le contrôle des Teva, tandis que toutes les autres tribus de l’île en occupaient à peine quarante.

2L’intérieur de l’île est très montagneux et coupé de ravins si profonds et escarpés que peu de personnes peuvent y vivre. La population entière fourmillait sur la bande de terre qui court comme une plate-forme basse autour de la plus grande part de l’île, interrompue seulement en trois ou quatre endroits, comme au Pari, par des falaises surplombant directement la mer. Sur cette bande, longue de moins de cent vingt milles et dont la largeur varie de celle d’une falaise nue, sans même une plage, à un ou peut-être deux milles de largeur au plus, là où quelques vallées plus vastes sont formées par les plus grandes rivières, Cook trouva en 1774 une population dont il pouvait difficilement croire sa propre estimation. Des écrivains modernes, sans la moindre raison, ont rejeté son témoignage, mais toutes les autres évidences le confirment. En 1767, Wallis avait été étonné du nombre de la population et, non sans raison, car, alors qu’il halait encore son bateau dans la baie de Matavai, il fut entouré d’une foule de pirogues de guerre. « Quand nos grosses pièces commencèrent à tirer, il n’y avoit pas moins de trois cents pirogues autour du vaisseau, portant au moins deux mille hommes ; et de nouvelles pirogues arrivaient de tous les côtés » (20, p. 444).

3Déjà en 1774, quand Cook fit sa seconde escale, la maladie et la guerre avaient dû commencer à réduire la population de ce qu’elle avait été quand Wallis arriva en 1767 ; cependant Cook vit, à Pare-Arue (8, 1, pp. 320-21), une flotte de cent soixante grandes pirogues doubles, accompagnée de cent soixante-dix pirogues doubles de plus petite taille, se préparant à partir à l’attaque de l’île voisine d’Eimeo. Cette flotte, calcula-t-il, ne pouvait contenir moins de sept mille sept cent soixante hommes, en allouant quarante à chaque grande pirogue et huit aux petites, et il ne s’agissait que du contingent de deux districts, Atehuru et Ahopatea. Par la suite le nombre s’accrut jusqu’à ce que, allouant quarante hommes à chaque pirogue de guerre et quatre à chacune des plus petites pirogues qui devaient servir pour les transports, etc., les hommes dépassèrent neuf mille « un nombre étonnant pour provenir de quatre districts ; et l’un d’entre eux, Matavai, n’équipait même pas un quart de sa flotte... Cent soixante pirogues de guerre appartenaient à Attahourou et Ahopata (Paea et Patea), quarante à Tet-taha et dix à Matavai... Si nous supposons que chaque district de l’île, et il y en a quarante-trois, levait et équipait le même nombre de pirogues de guerre que Tettaha, nous trouverons, par cette estimation, que l’île entière peut lever et équiper mille sept cent vingt pirogues de guerre et soixante-huit mille hommes expérimentés, ce qui fait quarante hommes pour chaque pirogue. Et, comme ceux-ci ne peuvent représenter plus d’un tiers du nombre total des deux sexes, enfants inclus, l’île entière ne peut contenir moins de deux cent quatre mille habitants, chiffre qui, à première vue, me semblait exagéré. Mais quand je me mis à réfléchir aux grandes foules qui apparaissait partout où nous allions, je fus convaincu que cette estimation était très peu et peut-être pas du tout exagérée » (7, 1, p. 329).

4Cook était un des explorateurs les plus exacts qui fut jamais et, pendant son second voyage, il avait comme compagnon scientifique un autre homme aussi exact que lui-même, John Reinold Forster, le naturaliste et l’historien préposé du voyage, qui écrivit un volume d’Observations à ce sujet et, parmi d’autres études attentives, fit une estimation particulièrement soigneuse de la population (11, p. 222). Il conclut que, se basant sur une supputation très modérée, l’île principale contenait quatre-vingt-un mille habitants, la péninsule de Taiarapu la moitié de ce nombre, ou quarante mille cinq cents, et l’île voisine d’Eimeo ou Moorea la moitié de celui de Taiarapu, ou vingt mille deux cent cinquante ; ceci fait cent quarante et un mille sept cent cinquante pour l’ensemble de la population.

5Une autre méthode de calcul aurait pu être utilisée. Atehuru et Tetaha — c’est-à-dire les Oropaa et Tefana i Ahurai — déployaient deux cents pirogues de guerre, cent soixante d’Oropaa, quarante de Faaa, en dehors des petites pirogues d’accompagnement, représentant, d’après la manière de compter dans les mers du Sud, dix mille hommes. Supposant que toute cette région de Papeete à Papara, s’étendant sur trente-six kilomètres, déployait dix mille hommes de guerre, l’île entière, ou cent quatre-vingt-onze kilomètres de longueur, aurait dû déployer cinquante-trois mille hommes. Cook, en réduisant à une moyenne les districts, estimait le chiffre à soixante-huit mille. L’estimation par la longueur de la côte est probablement celle qui était utilisée par les indigènes, car la proportion de quarante à cent soixante pirogues correspond au rapport entre Faaa et Oropaa, c’est-à-dire entre une longueur de côtes de sept kilomètres et une longueur de vingt-huit.

6Sur un point au moins Cook et Forster auraient pu difficilement être trompés. Ils virent et comptèrent une flotte de deux cent dix grandes pirogues doubles de guerre assemblées pour une attaque sur Eimeo. A travers toute la Polynésie, d’après ce que je sais, les indigènes estimaient que chaque grande pirogue de guerre transportait au moins cinquante hommes. Ces grandes embarcations doubles de soixante à cent pieds de long que Cook a mesurées et dessinées et dont les vieillards se souviennent encore auraient pu difficilement être manœuvrées par un plus petit nombre d’hommes. N’importe quel indigène dirait certainement qu’une flotte de deux cents pirogues doubles de guerre portait approximativement dix mille hommes. L’estimation de Cook à neuf mille était basse. A Tonga, trente ans plus tard, Mariner (14, 1, p. 85) donne une force de cinq mille hommes, en plus d’un millier de femmes, pour cinquante grandes pirogues, ce qui fait une moyenne de plus de cent pour chaque pirogue ; et, dans un ou deux cas, les pirogues tahitiennes contenaient près de deux cents hommes. Forster (10, 11, pp. 62-63) compta dans la plus grande des pirogues doubles à Matavai cent quarante-quatre pagayeurs et huit barreurs, en plus de trente guerriers sur la plate-forme.

7On ne peut douter que Cook savait fort bien ce qu’il disait quand il estima la force qui était partie à l’attaque d’Eimeo, en 1774, à neuf mille hommes, provenant seulement de trente-six kilomètres de côte. De ce fait, parfaitement bien attesté, nous pouvons nous former une idée de la population d’Eimeo et de là conjecturer la population du groupe en entier. Eimeo ou Moorea, comme tous ceux qui ont lu Cook ou les relations des Missionnaires ou Omoo de Herman Melville le savent, est une petite île en face de Papeete et de Faaa, dont les pics montagneux fantastiques, vus d’une douzaine de milles ou plus, prêtent une beauté irréelle et mystérieuse au coucher du soleil quand nous l’observons du rivage de Papeete. Eimeo a une circonférence de quarante-huit kilomètres et a actuellement, ou avait en 1887, une population de mille cinq cent cinquante-sept personnes en tout, de laquelle environ cinq cents hommes sont d’âge militaire, de plus de quatorze ans et de moins de soixante. Eimeo a une circonférence plus petite que la péninsule de Taiarapu, dans une proportion de quarante-huit à soixante-douze kilomètres, mais la proportion de ses terres cultivables est plus grande. Sur treize mille deux cent trente-sept hectares, trois mille cinq cents sont bons pour la culture et étaient cultivés dans le passé, c’est-à-dire à peu près huit mille cent cinquante acres. L’île est en fait un grand volcan éteint, dont le cratère, en son centre, est devenu la plus riche et la plus belle vallée des mers du Sud, s’ouvrant au nord sur l’océan par deux magnifiques baies.

8L’armée et la flotte de 1774 n’avaient pas été levées pour attaquer l’île entière d’Eimeo mais seulement le district au nord, dans la baie d’Opunohu, ou Port Taloo, comme elle est souvent appelée. « Ils nous racontèrent », dit Forster (10, 11, p. 69), « que leur flotte était destinée à soumettre le peuple rebelle d’Eimeo (ou île de York) et son chef Te-aree-Tabonooee [Terii tapu nui] à l’obéissance, ajoutant qu’ils lanceraient l’attaque dans un district de cette île nommé Morea. » Quand Cook retourna à Tahiti en 1777 pendant son troisième voyage, il trouva que le peuple de Moorea « avait fait une résistance si acharnée, que la flotte était retournée sans avoir obtenu grand résultat et que maintenant une autre expédition était devenue nécessaire » (8, 11, pp. 28-29). Cook lui-même visita le Port Taloo en octobre 1777 et vit Mahine, le chef d’Opunohu, ou, comme il l’a écrit (et comme on le prononce) Poonohoo. Mahine n’était qu’un des quatre chefs guerriers de l’île ; Teriitapunui en était un autre, et, selon Cook, la guerre était faite par les chefs de Tahiti afin de soutenir Teriitapunui contre Mahine (8, 11, pp. 30 et 81).

9Pour cette raison nous savons qu’une flotte et une armée de neuf mille hommes étaient incapables de conquérir Eimeo ou même une partie de cette petite île. Mahine tint bon et doit avoir eu par conséquent une force à peu près égale, sinon supérieure, à celle de son ennemi. Si un ou au plus deux districts avaient opposé une résistance semblable, l’île entière d’Eimeo, avec ses quarante-huit kilomètres de côte et trois mille cinq cents hectares de terre cultivée, devait avoir eu une force d’au moins un tiers plus grande que celle des districts attaquant de Faaa et Teoropaa, longs de trente-six kilomètres. C’était évidemment le cas puisque l’armée de Faaa et Oropaa ne put conquérir une partie d’Eimeo, même avec l’aide d’une autre partie.

Tableau I. DESCENDANCE DE TAURUA A HITIAA

Tableau I. DESCENDANCE DE TAURUA A HITIAA

10En prenant le plus petit nombre de cent cinquante mille et en supposant qu’en moyenne chaque mille de la côte soutenait un millier de personnes — si l’île principale de Tahiti et sa péninsule de Taiarapu avaient une population de cent vingt mille personnes le long de la côte de cent vingt milles — les Teva et leurs alliés doivent avoir atteint un nombre de plus de quatre-vingt mille. Mais les quatre districts qui appartenaient aux Teva de l’intérieur — Papara, Atimaono, Mataiea et Vaiari — couvrant environ trente milles de côte ne devaient, sur la même échelle, avoir que trente mille personnes et c’était dans ces districts qu’habitait la famille de Papara dont le chef était à l’arrivée de Wallis et de Cook le chef principal — arii rahi — de la famille des Teva ou, comme ils le pensaient, le roi.

11Tous ceux qui ont essayé de raconter l’histoire de Tahiti ont dû se débattre avec cette idée de royaume et personne ne l’a encore rendue intelligible aux Européens. Je n’essaierai pas, car l’idée était si étrange aux insulaires eux-mêmes que, tant qu’on n’a pu effacer de son esprit la notion de gouvernement telle que les Européens la conçoivent, on ne peut jamais comprendre les mers du Sud. Nous croyons nous-mêmes appartenir à la grande race aryenne — la race des arii — et nos chefs sont des arii, non des rois. Je ne veux même pas utiliser le mot roi et pour éviter le risque d’être mal compris, j’utiliserai exclusivement en parlant des chefs leur titre indigène de arii ou, dans le cas des chefs principaux, arii rahi, grands chefs.

12Quoi qu’un arii rahi pût faire ou ne pas faire, certains avaient un droit, particulier à leur rang, et c’était de porter la ceinture de plumes, symbole de prééminence, comme l’étaient la couronne et le sceptre de la royauté en Europe. A Tahiti, les chefs de deux familles avaient le droit de ceindre le maro ura, ou ceinture de plumes rouges. Ces familles étaient celles de Vaiari et de Punaauia. Le grand chef de Vaiari était appelé officiellement Teriinui o Tahiti, celui de Punaauia, qui était une femme, Tetuanui e Marua ite rai. Le grand chef de Papara avait seul le droit de porter la ceinture de plumes jaunes, le maro tea. Ces grands chefs étaient sacrés ; partout où ils paraissaient les arii ou chefs de rang inférieur se découvraient jusqu’à la ceinture en signe de respect, et, comme le sol même où se tenait un arii-rahi devenait sien, ils étaient toujours portés sur des épaules d’homme lorsqu’ils se déplaçaient et sortaient de chez eux, afin qu’il ne pussent pas acquérir la propriété de leurs voisins. Cependant, tout sacrés qu’ils étaient, probablement aucun, qu’il fût Teriinui, Tetuanui ou Teriirere, ne conservait ce caractère sacré dans l’île entière. Ils étaient sacrés seulement au milieu de leurs propres sujets, ou chez leurs alliés par mariage. Cook vit Teriirere de Papara avec son père et sa mère (Amo et Purea) à Matavai, Haapape, qui n’était pas un district des Teva ; il vit cependant les chefs du district se découvrir à l’approche de Teriirere mais ceci était dû à une alliance entre les deux familles. Je doute que Teriirere ait été conduit au-delà de Haapape, ou à Hitiaa, car, dans la majorité des districts de l’Est, il était un étranger et n’avait ni un siège dans leur marae, ni un droit à l’hospitalité de leurs chefs.

13La marque distinctive des Teva était leur union. Eux seuls, dans nos îles, se regardaient comme un clan et avaient une sorte d’alliance, faible de tous temps, assez réelle cependant pour les rendre impopulaires en dehors de leurs propres limites. Les huit districts des Teva reconnaissaient Teriirere ou Temarii de Papara comme leur tête politique, bien que Terii nui o Tahiti, le chef de Vaiari, leur fût socialement supérieur, et Vehiatua de Taiarapu quelquefois politiquement plus puissant qu’eux. Lorsque Teriirere i Tooarai, le chef de Papara, envoyait ses messagers pour convoquer les districts des Teva, les districts venaient ; ces convocations étaient si singulières que cela demanderait tout un volume d’explications.

14En premier lieu, les messagers étaient des personnages politiques tels que je n’ai jamais entendu parler de semblables nulle part ailleurs. Ils étaient sous-chefs, iatoai. Combien d’iatoai appartenaient autrefois à Papara ? je ne sais, mais, de nos jours, il y a deux sous-districts de Papara : Faina et Oropaa. Faina a huit iatoai ; Oropaa six. Le corps entier des iatoai dans chaque district est connu sous le nom de hiva, et pour quiconque s’intéresse à l’origine des choses, ils forment la partie la plus intéressante de notre vieille société, car les hiva de Papara auraient pu être la source de toutes les institutions modernes : assemblée, administration, armée, justice, police, aristocratie, démocratie et commune. Les iatoai étaient des chefs de combat ou des guerriers de choix. Une partie de leurs fonctions consistait dans le devoir de punir ou de venger les insultes faites au grand chef ; mais ils pouvaient aussi, et le firent quelquefois, déposer et exiler un grand chef, en nommer un autre ou rappeler l’ancien. Leur intervention dans ce sens est à l’origine des événements les plus dramatiques de l’histoire de l’île.

15Les messagers que Teriirere i Tooarai envoyait pour convoquer les Teva étaient les iatoai ou sous-chefs de Papara ; ils formaient trois catégories : un messager pour le district même, un autre pour les Teva de l’intérieur, le troisième pour les Teva de l’extérieur. Ils portaient en service un nom officiel ; ils héritaient de leurs fonctions, mais ces fonctions pouvaient être remplies par n’importe quel membre de la famille pour représenter la tête en charge.

16Le messager qui convoquait les Teva de l’intérieur se rendait à Vaiari ou Papeari, ainsi que le district est communément appelé (vai et pape signifiant tous deux : eau). Ce messager se rendait auprès du grand chef Teriinui o Tahiti, qui avait droit au maro ura, la ceinture de plumes rouges, et était l’aîné de la branche socialement supérieure des Teva. Le messager délivrait son message, non pas à Teriinui o Tahiti, mais à Maheanuu i Farepua ; qui était un autre titre pour le même homme ou la même femme. Maheanuu venait alors à Papara ainsi que Teihotua de Mataiea et Teriifaatau d’Atimaono, et ces trois chefs, avec Teriirere, composaient les quatre têtes des Teva de l’intérieur.

17Le troisième messager se rendait auprès de Vehiatua i te matai de Hui et Taiarapu, et Vehiatua convoquait les chefs des Teva de l’extérieur. Lorsque les clans étaient annoncés, les noms des districts étaient rarement mentionnés, seuls les noms officiels des grands chefs suffisaient, ces noms étant en réalité les titres de leur rang et sont à peu près imprononçables, si ce n’est par un indigène. A Taiarapu, par exemple, les grands chefs du premier district convoqué (Vairao et Toahotu, près de l’isthme) étaient Teahahurifenua et Moeterauri ; le grand chef de Tautira était Tetuanui hamaarurai ; le titre de celui de Pueu était Tetuanui Maraetata ; de celui d’Afaahiti, Tetuanui Moearu. Ces chefs ou cheffesses représentaient les quatre Teva de l’extérieur et venaient à Papara lorsqu’ils étaient sommés par Teriirere i Tooarai. Les Teva avaient un cri commun ou signal d’appel :

Teva te ua, Teva te matai,
Teva te mamari, e mamari iti au na Ahurei.
Teva la pluie, Teva le vent,
Teva les œufs (de poisson), les œufs chers à Ahurei.

18Cela signifie, je suppose, que Teva est fort et prompt comme la pluie et le vent, et nombreux comme les œufs de poisson ; mais je ne sais pas pourquoi Ahurei aimait les œufs de poisson.

19A l’époque de la visite de Wallis, en 1767, Amo, ou plus exactement Tevahitua était grand chef de Papara et des Teva ; en réalité c’était son fils Teriirere, né vers 1762, qui était le grand chef, car Amo n’exerçait le pouvoir qu’en qualité de tuteur, conformément à la coutume indigène qui faisait de l’aîné de la famille la tête de la famille dès sa naissance. Le pouvoir d’Amo comme grand chef dépendait beaucoup de sa bonne entente avec Vehiatua et les Teva de l’extérieur. Mais les pouvoirs du grand chef reposaient sur des éléments si divers et si changeants, qu’exception faite des symboles, il n’y avait rien de permanent. Le nom d’arii, ou d’ariirahi, signifiait beaucoup ; le droit au maro tea ou au maro ura signifiait encore davantage ; le siège dans les marae était d’une grande importance ; le droit d’imposer un rahui ou tabu était essentiel, le pouvoir de convoquer les Teva pour une conférence ou pour la guerre était particulier au grand chef de Papara ; la force militaire des Teva était irrésistible s’ils pouvaient être réunis ; mais c’était probablement à ses liens de famille que tenait de la façon la plus décisive l’influence d’un grand chef. Nulle part au monde le mariage n’était d’une portée politique et sociale plus importante qu’à Tahiti. Les femmes jouaient un rôle étonnant dans l’histoire de l’île. En l’absence de fils, les filles héritaient des chefferies et des propriétés situées dans les domaines qui accompagnaient les noms et les titres des chefs et, à leur manière, ces cheffesses ressemblaient beaucoup aux souveraines féminines de l’histoire de l’Europe ; elles figuraient aussi éminemment dans la politique de l’île que Catherine de Russie ou Marie-Thérèse d’Autriche ou Marie-Antoinette de France ou Marie-Louise de Parme dans la politique de l’Europe. Une cheffesse de ce rang était aussi indépendante de son mari que d’aucun autre chef. Elle avait son siège ou trône dans le marae, même à l’exclusion de son mari ; et, si elle était ambitieuse, elle pouvait gagner ou perdre le pouvoir pour ses enfants, ainsi qu’il arriva à l’amie de Wallis, Oberea, notre grande-tante Purea, et à sa nièce Tetuanui reiaiteatea, la mère du premier roi Pomaré.

20Les alliances de la famille de Papara s’étendaient sur l’île presque toute entière. Les huit districts des Teva sur lesquels Papara exerçait son autorité de chef de clan, partaient depuis la palissade de Taiarapu, à l’extrême sud de l’île, jusqu’à la limite d’Oropaa, le grand district situé près de Papara sur la côte ouest. Oropaa comprenait deux divisions appelées aujourd’hui Paea et Punaauia, couvrant quelque vingt milles de la côte. Sur ceux-ci, l’influence de la famille de Papara s’exerçait plus décisive que sur les Teva de l’extérieur, ceux de Taiarapu. Au delà de Punaauia venait Faaa ou Tefana i Ahurai, district très étroit (la queue du poisson), district indépendant quoique en général allié à Papara. Tournant la queue du poisson au coin nord-ouest de l’île, à côté de Faaa, venait Pare dans lequel se trouve la ville moderne de Papeete, autrefois simple village du Porionuu, aujourd’hui capitale des possessions françaises de l’Océanie. Pare et son district voisin Arue, appelés les Porionuu, étaient commandés par un chef et étaient indépendants de Papara. Au-delà des Porionuu venait Teaharoa, large région qui comprenait toute la côte est, où l’influence de Papara était faible sinon hostile. Il n’y avait pas de grands chefs de ce côté de l’île, qui se trouve être le côté où les bateaux anglais et français apparurent. Vehiatua de Taiarapu était un grand chef, ceux de Vaiari et de Papara également, ceux de Punaauia et de Tefana i Ahurai aussi, le chef de Pare-Arue pouvait être considéré comme important ; mais, entre les Porionuu et l’isthme de Taravao, 48 km, toute la région appelée Teaharoa ne contenait aucune chefferie de première classe. Hitiaa seul était un district considérable, mais son chef n’avait pas droit au maro ura, et n’était jamais à la tête d’une grande confédération.

21Ainsi, les Teva étaient puissants non seulement à cause d’eux-mêmes et de leurs alliés, mais aussi à cause de la faiblesse de leurs adversaires. Le chef de Papara ne fut jamais chef de toute l’île. Lorsqu’il convoquait les districts sous sa dépendance, à la guerre, à une fête ou au conseil, il convoquait les Teva de l’intérieur et de l’extérieur et les Oropaa, mais non pas les Tefana, les Porionuu ou les Teaharoa. La royauté que les Européens s’entêtèrent à leur attribuer, à lui ou à un autre chef qui se trouvait à ce moment-là être son rival, ne fut jamais acceptée par les indigènes que lorsqu’elle leur fut imposée par l’influence et les armes des Européens ; mais les Teva, unis, ne cessèrent jamais d’être le parti le plus puissant de l’île.

Table des illustrations

Titre Tableau I. DESCENDANCE DE TAURUA A HITIAA
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search