Version classiqueVersion mobile

Mémoires d’Arii Taimai

 | 
Arii Taimai

Introduction

Marie-Thérèse et Bengt Danielsson

Texte intégral

ARII TAIMAI (1821-1897)
PRINCESSE TERIIRERE I OTU RAU MA TORAI ARIIOEHAU.
« Sa parole avait un charme irrésistible. Dans sa bouche, la langue tahitienne qu’elle parlait à la perfection était une musique douce et pénétrante qu’on ne se lassait pas d’écouter ».

1Malgré la parution ininterrompue de livres, d’articles et d’études sur Tahiti depuis sa découverte — pour la bibliographie qu’il prépare, le Père O’Reilly compte déjà plus de 10 000 fichesles ouvrages dignes de foi qui nous donnent une description exacte et détaillée de l’ancienne société tahitienne sont très peu nombreux. Les récits de Banks, Cook et Commerson et les rapports des divers membres des trois expéditions espagnoles entre 1772 et 1776 nous fournissent bien sûr des renseignements souvent très précis sur les vêtements, les armes, les outils, les habitations et sur d’autres aspects limités de la culture matérielle des Tahitiens. Le journal de bord de Bligh, dont il n’existe qu’une édition de bibliophile et qui n’a jamais été traduit en français, est aussi très précieux. Car ce capitaine célèbre, au lieu d’être le tyran borné, dépeint par tant d’ouvrages et de films, était un remarquable officier de marine très cultivé, doué d’un sens d’observation que beaucoup d’hommes de science pourraient lui envier.

2Si tous ces récits ont la valeur indéniable d’être écrits par des témoins oculaires, ils ont cependant tous le même défaut, celui d’être trop fragmentaires, leurs auteurs ayant séjourné peu de temps à Tahiti et se bornant à noter sans système ce qu’ils avaient vu ou appris par hasard. Même les missionnaires espagnols, qui étaient les mieux préparés pour ce travail d’observation puisque le Ministère des Indes de Madrid leur avait remis des questionnaires préparés à l’avance, ne contribuèrent que très peu à notre connaissance pour la bonne raison qu’ils avaient trop peur de leurs ouailles sauvages pour réaliser leur « gallup ». Un autre défaut commun à tous ces premiers visiteurs était évidemment qu’ils ne parlaient pas tahitien, ce qui explique pourquoi leurs récits sont remplis d’erreurs et de fausses interprétations, surtout dans les domaines où l’observation directe ne suffit pas, c’est-à-dire ceux de la vie sociale, économique et religieuse.

3Tout en n’atteignant pas la valeur du livre classique de William Mariner sur les îles Tonga, les récits du marin espagnol Maximo Rodriguez et du maître de l’équipage du Bounty, James Morrisson, occupent une place d’honneur dans la littérature ethnologique sur Tahiti. Ils ont été écrits par des hommes d’un naturel curieux, connaissant assez bien la langue et qui, pendant longtemps, se sont mêlés intimement à la vie tahitienne avant l’ère des grands bouleversements culturels. Deux témoignages de ce genre, ce n’est cependant pas beaucoup. Nous devons donc être très reconnaissants à des hommes comme les missionnaires anglais Orsmond et Ellis et au commerçant belge Moerenhout de leurs efforts pour sauver de l’oubli ce qui restait encore de la culture tahitienne vers 1820-30, en recueillant les souvenirs des vieillards qui avaient survécu aux épidémies et aux guerres de conquête de la dynastie des Pomaré. De ces trois personnages, celui qui le mieux pénétra dans la vie tahitienne est sans aucun doute Orsmond, du fait qu’il habita pendant treize ans dans la presqu’île de Taiarapu, où la vie avait gardé plus longtemps son caractère primitif. La prééminence d’Orsmond nous est révélée d’une part par la reconstitution que sa petite-fille Teuira Henry a faite, sous le titre Tahiti aux temps anciens, de son manuscrit original, malheureusement disparu, mais dont elle possédait les notes. D’autre part, c’est aussi en grande partie sur les renseignements fournis par Orsmond que le Voyage aux îles du Grand Océan de Moerenhout est basé, fait trop souvent ignoré du lecteur à cause de la négligence, habituelle à cette époque, de la part des auteurs d’indiquer leurs sources. Par ailleurs Moerenhout a aussi fait des emprunts fréquents au récit d’Ellis, qui lui-même avait utilisé des documents qu’Orsmond lui avait envoyés en Angleterre, après son retour ! Espérons qu’un historien étudiera un jour les rapports exacts entre ces trois livres.

4Cependant les préjugés et l’optique européenne de ces trois chroniqueurs les rendaient souvent incapables, malgré leur bonne volonté, de bien comprendre les coutumes tahitiennes. Ce qui nous manque surtout ce sont des descriptions de leurs propres culture et histoire faite, sans intermédiaire, par des savants et historiens tahitiens, sur le modèle, par exemple, des Hawaiian Antiquities de Malo. Même les petits atolls des Tuamotu ont été mieux servis puisqu’il existe parmi les nombreux documents recueillis par les ethnologues du Bishop Muséum dans cet archipel, entre 1929 et 1934, au moins une douzaine de manuscrits de ce genre. Il se peut qu’à Tahiti aussi des individus aux ambitions littéraires aient entrepris la même tâche, après avoir appris à écrire au début du siècle dernier. Mais, quoi qu’il en soit, il n’a été préservé jusqu’à nos jours qu’une seule œuvre d’un auteur tahitien, à savoir les Mémoires d’Arii Taimai, présentée ici ; encore n’a-t-elle malheureusement pas tout à fait la même authenticité et originalité que les écrits comparables des autres archipels polynésiens. Ceci n’empêche pas ces Mémoires — qui contiennent principalement des légendes, des chants et des généalogies des tribus des Tevad’être, pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire et à l’ethnologie tahitiennes, une source d’une valeur inestimable. Aussi étrange que cela paraisse, cet ouvrage capital n’a jamais été traduit intégralement en français et, même en anglais, il n’a été réédité qu’une seule fois, depuis la parution, au début du siècle, de la rarissime édition originale.

5Arii Taimai se distingue avant tout des autres historiens polynésiens par le fait qu’elle était une femme. En Polynésie, seule une femme de haute naissance pouvait être l’égale d’un homme et Arii Taimai appartenait en effet à la famille la plus noble du clan le plus ancien et le plus prestigieux, celui des Teva, qui occupait la côte sud de Tahiti ainsi que toute la presqu’île. Le frère de son arrière-grand-père fut le célèbre Amo, mari de la « reine » Purea, qui reçut si bien Wallis, Cook et Banks, et son grand-père n’était autre que le fameux chef de Papara, Taura Atua, plus connu sous le nom de Tati, qui joua un si grand rôle dans l’histoire de Tahiti pendant la période particulièrement mouvementée et critique de 1807 à 1815. Par sa mère, Arii Taimai descendait aussi d’une famille très aristocratique de l’île de Moorea. Sa naissance eut lieu, selon la tradition des arii du clan des Teva, dans le district qu’ils considéraient comme leur berceau, Vaiari, aujourd’hui Papeari, probablement en 1824. A la manière tahitienne, Arii Taimai changea de nom plusieurs fois durant sa longue vie et il n’y a donc rien d’étonnant que nous ne connaissions pas son nom primitif. Par contre, et ceci est typique pour l’importance que les Tahitiens attribuaient au rang social, nous connaissons parfaitement bien tous ses titres de noblesse, dont le plus important était Teriinui o Tahiti dont la dernière titulaire fut la fille aînée de l’ex-reine Marau Taaroa, décédée en 1961. La meilleure indication de sa position élevée dans la société tahitienne est, cependant, qu’elle aurait pu prétendre à une place d’honneur sur au moins trente marae différents, si elle avait vécu une génération plus tôt et n’eut été une chrétienne pratiquante. Elle dut donc se contenter de la place d’honneur au temple protestant ; mais la supériorité sociale que la tradition lui conférait ne fut jamais oubliée ni par elle ni par le peuple tahitien.

6Dès sa plus jeune enfance, Arii Taimai avait été adoptée par la veuve principale de Pomaré II qui, de cette manière adroite, voulait éliminer la rivale la plus dangereuse de sa fille dans la lutte encore incertaine pour l’hégémonie politique à Tahiti. Car, jusqu’à cette époque, la dynastie Pomaré, très inférieure en rang aux chefs des Teva, n’avait réussi à se maintenir que grâce à l’aide des missionnaites et des mercenaires européens. Arii Taimai passa ainsi une grande partie de son enfance et de sa jeunesse au sein de la famille Pomaré, à Arue, et considéra comme une sœur la future reine Pomaré IV, d’environ onze ans son aînée et à laquelle elle resta attachée toute sa vie. Malgré cela, comme c’est la coutume à Tahiti, les liens avec ses véritables parents de Papara n’étaient pas coupés et la charmante et intelligente jeune fille devint rapidement la favorite de son grand-père paternel, le grand Tati, et c’est de lui qu’elle apprit les légendes et traditions du clan des Teva. Cet attachement tout spécial avec son grand-père fut bientôt souligné par le nom de Hinarii, petite-fille, qu’on lui donna couramment et qui resta jusqu’à la fin de sa vie son nom le plus usité. Celui sous lequel elle fut immortalisée, Arii Taimai, ne date que de 1842, quand elle épousa le commerçant anglais Alexandre Salmon, peu de temps après l’arrivée de celui-ci, et, en fait, c’est à son mari que la reine Pomaré IV donna ce nom. Il constituait une sorte de titre de noblesse et signifiait tout simpletnent « le prince venu de par-delà les mers ». Grâce à quelques photographies conservées jusqu’à nos jours, nous pouvons nous faire une idée assez exacte de la personne d’Arii Taimai, et, vu sa corpulence, nous pouvons dire qu’elle incarnait l’idéal tahitien de la beauté.

7En raison du grand prestige dont elle jouit après avoir réussi à concilier la reine Pomaré IV avec la nouvelle administration française, Arii Taimai fut nommée cheffesse de Papara à la mort de son grand-père, en 1854, préférence à plusieurs héritiers mâles. D’abord avec l’aide de son mari, puis seule après la mort de celui-ci en 1866, elle consacra toute son énergie à l’administratîon de son district et aux soins d’une famille de dix enfants. Plusieurs de ses filles firent des mariages avantageux avec des commerçants anglais et américains installés à Tahiti et l’une d’entre elles, Marau, devint même la dernière reine de Tahiti en épousant Pomaré V. Vers la fin de sa vie, d’après les rares témoignages que nous possédons, il semble que le rôle d’Arii Taimai ait été réduit à celui d’une sorte de gramophone vivant dont on se servait pendant les longues soirées ou les jours de pluie pour distraire les membres de la famille ou les invités de qualité.

8En 1890 son fils aîné Tati qui, en réalité, en remplissait déjà depuis longtemps l’office, succéda officiellement à sa mère comme chef de Papara. Sept ans plus tard, le 24 juin 1897, Arii Taimai mourut, à la manière polynésienne, tranquillement et sans crainte, « emportant dans la tombe d’unanimes regrets, car elle fut vraiment une femme de bien et de sentiments élevés », comme l’écrit très justement un chroniqueur de l’époque. Convaincue avec une touchante naïveté que la vie de l’Au-delà était organisée sensiblement comme la vieille société polynésienne et que, par conséquent, là aussi une place d’honneur lui revenait, sa famille termina le faire-part de son décès par ce verset de l’évangile de saint Jean, XIV, 2-3 » :

9« il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père ; si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je m’en vais vous préparer le lieu.

10« Et quand je m’en serai allé et que je vous aurai préparé le lieu, je reviendrai et vous prendrai avec moi, afin qu’où je serai, vous y soyez aussi. »

11Malgré son isolement, Tahiti était, déjà du vivant d’Arii Taimai, très souvent visitée par des écrivains et reporters cherchant à satisfaire l’appétit extraordinaire des lecteurs européens, toujours avides de récits pittoresques du dernier paradis terrestre. La plupart de ces visiteurs étaient, comme beaucoup le sont encore aujourd’hui, et trop pressés et trop paresseux pour s’aventurer très loin des bars de Papeete et ne se doutaient pas que le personnage le plus intéressant à interviewer était une vieille et grosse f<ATTcaractere>mme de la campagne qui habitait de l’autre côté de l’île. Les deux seuls à connaître son existence ne furent pas beaucoup plus entreprenants.

12Le premier était un précurseur de cette espèce devenue très courante de nos jours d’explorateur-conférencier, le nommé Jules Desfontaines, qui arriva en 1888. Découvrant à son grand désappointement que Tahiti était déjà explorée, voir même affreusement civilisée, et que ses ressources pécuniaires étaient épuisées, notre Jules fut vite obligé d’avoir recours à son véritable métier, celui d’instituteur. Il se fit donc engager comme précepteur des enfants de Tati Salmon. Il devint par ce fait un membre de la grande famille de celui-ci à Papara et ne put éviter d’entendre les récits fréquents d’Arii Taimai. Pourtant, à part un fragment d’une épopée historique, Desfontaines ne traite dans son livre Les îles enchanteresses de la Polynésie — en réalité le recueil de ses conférencesque des sujets habituels : vahine, upaupa et tamaaraa. Et c’est ainsi qu’il manqua lamentablement la seule découverte qui restait encore à faire à Tahiti.

13L’autre exception fut celle d’un écrivain d’une toute autre valeur, Robert Louis Stevenson. Celui-ci, alors à l’apogée de sa réputation, s’était installé à la même époque à Tautira avec sa vieille mère, sa femme et son fils adoptif. Malgré son état débile, il travaillait là avec acharnement sur son Master of Ballantrae et s’y plaisait si bien qu’il ne quitta le village qu’une seule fois. Ce fut pour se rendre à Papara, sur l’invitation de Tati, mais le peu de temps qu’il passa avec la famille Salmon ne lui permit pas de réaliser quelle source inépuisable Arii T aimai pourrait être pour un romancier en quête de documentation exotique. C’est bien dommage pour la littérature mais beaucoup moins regrettable pour les sciences historiques et ethnologique, car ce dont Arii T aimai avait besoin ce n’était pas d’un écrivain qui sut apprécier la forme poétique de ses contes mais d’un historien professionnel capable d’évaluer, analyser et mettre de l’ordre dans la masse de légendes, chants et généalogies qu’elle connaissait. La visite de Stevenson fut cependant fructueuse d’une manière indirecte, parce que, grâce à lui, quelques années plus tard, elle se lia d’amitié avec un homme parfaitement bien préparé pour cette tâche : Henry Adams.

14Pour juger correctement de l’importance et de la valeur des Mémoires d’Arii Taimai il ne suffit pas seulement de bien connaître la genèse assez curieuse de ce livre mais il faut aussi savoir qui était son inspirateur, presque inconnu en France si ce n’est par son étude Le Mont-Saint-Michel et Chartres. Henry Adams appartenait à cette classe sociale difficile à définir mais qu’on peut bien appeler l’aristocratie américaine, car il naquit en 1838 dans une des plus anciennes familles de Boston qui, depuis des générations, était accoutumée à la richesse et à la puissance. Son grand-père maternel possédait à sa mort la plus grosse fortune de cette ville opulente et, du côté paternel, son grand-père et son arrière-grand-père avaient tous deux été présidents des États-Unis, si bien qu’on parlait dans sa famille de la Maison Blanche comme s’il s’agissait de l’un de ses hôtels particuliers. Sous d’autres aspects aussi Henry Adams se distinguait considérablement de l’Homo americanus typique car, pendant toute sa vie, il eut un caractère timide, délicat et même pessimiste.

15Il reçut une éducation parfaitement conforme à sa position (et dont il décrit si bien les grands défauts dans son livre posthume The Education of Henry Adams), c’est-à-dire qu’il fut envoyé très jeune à Harvard où il s’intéressa surtout à la littérature et aux sciences. Il entreprit ensuite, comme il se devait, un tour d’Europe, de 1858 à 1860, pendant lequel il étudia le droit à l’Université de Berlin et rencontra en Italie le grand héros de cette époque, Garibaldi. Fait très révélateur pour son caractère, la jurisprudence allemande lui laissa une impression plus durable que l’esprit révolutionnaire de Garibaldi.

16Pour compléter son éducation, son père, alors député à Washington, le prit comme secrétaire privé quand il revint en Amérique. En bon Yankee, jeune et idéaliste, aussitôt que la guerre de Sécession commença, il voulut s’engager. Son père, qui se rendait bien compte qu’Henry ne possédait pas les qualités requises pour la vie militaire, l’emmena, toujours en tant que secrétaire, métier pour lequel il était bien plus doué, quand il fut nommé ministre des États du Nord à Londres. Ils y restèrent tous deux jusqu’en 1868.

17A leur retour à Washington, Henry Adams fut tenté de s’engager dans une carrière politique, pour laquelle il semblait bien préparé. Mais, bien que la politique l’intéressât passionnément, il était en même temps très conscient de ne pas être un homme d’action. C’est pourquoi il accepta très sagement, après beaucoup d’hésitations, le poste plus compatible avec son caractère introverti et réservé, de professeur d’histoire à l’Université d’Harvard qui lui fut offert en 1872. Mais même la vie universitaire lui sembla à la longue trop active et, dès 1877, il se retira, à Washington pour s’y consacrer uniquement à la recherche.

18Après quelques études mineures et deux romans médiocresdont un sur la vie politique à Washington eut un certain succès de scandaleHenry Adams se lança résolument dans un projet monumental : une histoire des États-Unis sous Jefferson et Madison en neuf volumes. Avec les méthodes méticuleuses qu’il avait acquises à l’Université de Berlin, chaque volume lui demanda au moins un an de travail, cadence qu’il trouvait cependant très satisfaisante, puisqu’il écrivait de son propre aveu « pour un peuple de cent millions dans cinquante ans ». Au milieu de cette entreprise gigantesque, sa vie, si heureuse et bien organisée, fut bouleversée par le suicide de sa femme en décembre 1885. Cette tragédie inattendue semble plutôt avoir été causée par des raisons d’instabilité passagère que par un drame quelconque entre les deux époux, qui étaient du même milieu et avaient toujours été très unis.

19Henry Adams essaya de calmer sa douleur en faisant un voyage au Japon et chercha ensuite l’oubli en travaillant avec encore plus d’acharnement sur son histoire inachevée. Quand enfin, quatre ans plus tard, il en eut fini avec le neuvième et dernier volume, il se sentit, comme cela se conçoit facilement, « mort comme une momie ». Il appliqua à nouveau le remède classique en se décidant à faire un autre long voyage. Le but n’avait pas tellement d’importance. Après avoir pensé un moment à la Chine et changé d’avis parce qu’il croyait que la Chine ressemblait trop au Japon, qui ne l’avait pas réellement enthousiasmé, il se décida à faire une croisière dans les Mers du Sud. Écrivant à un ami en avril 1890, Henry Adams avoue que : « Imitant en cela Robert Louis Stevenson, je ne suis inspiré ni par le désir de la célébrité ou celui de la notoriété littéraire ou politique, mais simplement par le besoin de voir quelque chose de nouveau et de différent. »

20Comme toujours peu disposé à être seul avec son spleen et ses rêvasseries, Henry Adams décida un de ses meilleurs amis, qui avait déjà été son compagnon de voyage au Japon, le peintre John La Farge, à l’accompagner. Celui-ci, d’ascendance française, était un personnage intéressant et un artiste de talent. De son vivant, et non sans quelques justes raisons, on voyait en lui un Puvis de Chavannes américain. Nous nous bornerons à noter ici que, durant ses études à Paris, vers 1860, il avait été fortement influencé par l’école de Barbizon et avait fait quelques expériences avec des effets de lumière qui anticipaient celles des impressionnistes. La Farge s’était fait une réputation, en Amérique surtout, comme peintre mural et sur verre. Le sommet de sa carrière artistique fut atteint quand il reçut, pour un vitrail présenté à l’exposition universelle de Paris en 1889, un premier prix et... la Légion d’honneur. John La Farge était grand, mince, élégant, avec une tête magnifique au nez aristocratique. Ses manières étaient délicates et cérémonieuses et son élégance vestimentaire donnait plutôt l’idée d’un homme du monde que celle d’un artiste. Il formait un contraste marqué avec son ami Henry Adams qui, d’après des témoignages contemporains, avait des manières simples, était petit, fragile, avec des yeux bleus, des cheveux bruns et une barbe pointue presque rousse.

21Au début d’août 1890, les deux amis prirent le train jusqu’à San Francisco. Tout ce qu’ils avaient décidé à l’avance c’était que leur première escale serait Honolulu. Pendant le mois qu’ils passèrent aux îles Hawaii, ils visitèrent les volcans actifs Mauna Loa et Kilauea, la baie Kealakekua où Cook avait été tué, le roi d’opérette Kalakaua et toutes les autres curiosités qu’un touriste se doit de voir, sans jamais s’enthousiasmer beaucoup. Ce n’est qu’à Samoa, où les deux amis se dirigèrent ensuite, qu’Adams commença à sortir de sa mélancolie habituelle. « Aucune autre expérience, si ce n’est celle d’être mangé, ne pourra nous transformer autant », constatait-il dans une lettre aussitôt après la splendide fête de réception donnée en leur honneur. Ce qui lui plaisait surtout, c’était la dignité et le tact des insulaires et leur sentiment exact du bon ton et de l’étiquette. Comme, bien entendu, il ne fréquentait que les chefs dont l’occupation principale était l’intrigue politique, il se sentait encore plus dans son élément. La Farge, de son côté, voyait partout une beauté classique et comparait les grandes cases à piliers à des temples grecs et les hommes et femmes athlétiques, au torse nu, qui défilaient sans cesse devant ses yeux, à des statues antiques.

22Les deux voyageurs se sentaient par contre peu attirés par le résident le plus célèbre des îles Samoa, Robert Louis Stevenson, qui, à ce moment-là, était en train de défricher sa propriété nouvellement acquise. Son caractère exubérant était l’antithèse du leur et son dédain souverain pour les conventions choquait profondément leur sensibilité aristocratique. Ce qui frappa le plus Adams, lors de sa première rencontre avec le maître de Vailima, déjà émacié et marqué par la mort, fut que celui-ci portait des chaussettes de laine dont « l’une était brun clair, tandis que l’autre était d’un rouge foncé ». Se lançant immédiatement dans une conversation animée sur l’art avec John La Farge, Stevenson, de son côté, remarqua à peine le timide Adams, dont il n’avait jamais entendu parler auparavant. Avec son ironie habituelle, Henry Adams écrivit à un de ses nombreux correspondants : « Je n’ose pas le revoir de crainte qu’il me haïsse comme un Philistin et me considère comme la honte de l’humanité ». Malgré qu’ils se rencontrèrent encore une demi-douzaine de fois, aucune amitié réelle ne se manifesta jamais entre les deux Américains et Stevenson. Ils l’estimaient cependant toujours en tant qu’écrivain et connaisseur des îles et, quand ils furent las de Samoa, ils jugèrent bon de suivre son conseil et de continuer leur voyage vers Tahiti et les îles Marquises.

23Comme encore de nos jours, il n’y avait aucune liaison maritime directe entre Samoa et Tahiti, mais Henry Adams résolut tout simplement ce problème en offrant 2 500 dollars au capitaine d’un bateau, le Richmond, qui toucha Apia à la fin de janvier 1891 pour qu’il fasse ce détour. Le 5 février, ils étaient à Papeete.

24Adams et La Farge furent tout d’abord très déçus. Les adjectifs « triste » et « mélancolique » reviennent souvent dans leurs premières lettres et Henry Adams résume de cette manière succincte ses impressions de la petite capitale : « Papeete est un de ces endroits qui n’ont aucun autre défautexcepté celui d’être insupportable ». Si au moins le manque de caractère de Papeete avait été compensé par quelque confort, ils ne se seraient peut-être pas tant plaints, mais, au grand dépit des deux voyageurs, pour tout dire assez exigeants, il n’y avait même pas un hôtel acceptable et ils furent, non seulement obligés de louer une maison mais encore de l’installer avec des meubles de location. Ils furent d’ailleurs fort bien reçus par le consul américain et le roi Pomaré, à qui ils rendirent visite le lendemain de leur arrivée. Ils trouvèrent Pomaré stupide et sans intérêt ; mais furent conquis dès le premier instant par le gai et accueillant beau-frère du roi, Tati Salmon, pour lequel Stevenson leur avait donné une lettre d’introduction en leur recommandant vivement de le voir.

25Ils se décidèrent vite à suivre l’exemple de Stevenson et à s’éloigner le plus possible de Papeete, jusqu’au village de Tautira. Peu enclins à laisser leur goût d’exotisme influencer leur manière de vivre, ils engagèrent avant leur départ de Papeete un cuisinier français et un domestique tahitien et emportèrent les objets qu’ils jugèrent absolument indispensables : un fourneau, un service de vaisselle, des couverts, du linge de table, des lits, des draps, des couvertures, des chaises et une grande table. Avec leurs bagages personnels, tout cela remplissait une charrette, si bien qu’ils furent obligés d’en prendre une autre pour eux-mêmes. Comme guide de ce véritable « safari » aux contrées sauvages de la presqu’île, Tati Salmon leur donna un de ses innombrables neveux. A mi-chemin, ils s’arrêtèrent naturellement à Papara, où ils furent reçus avec l’hospitalité légendaire des Salmon.

26Le membre de la famille de Tati qui intéressa le plus Henry Adams, dès le début, fut bien entendu la vieille Hinarii, c’est-à-dire Arii Taimai. Il la décrit de la manière suivante : « Elle est une pure indigène et ne parle aucune langue étrangère. Elle a soixante-huit ans et refuse de s’asseoir à table avec nous, mais s’assied sur le sol à l’ancienne manière indigène, et c’est vraiment un grand personnage. Pendant les soirées nous nous couchions sur les nattes autour d’elle et elle nous parlait de l’ancien peuple de Tahiti, qui était bien plus intéressant que celui d’aujourd’hui. Elle nous racontait aussi de longues légendes indigènes, semblables aux mille et une nuits polynésiennes, dans lesquelles de merveilleux princes et princesses faisaient des choses extraordinaires de manière extraordinaire. » Henry Adams et La Farge furent tellement fascinés qu’ils restèrent à Papara pendant trois jours, faisant des pèlerinages au marae célèbre de Ma-haiatea et à d’autres endroits historiques dont il était question dans les légendes.

27Comme on pouvait s’y attendre, leur séjour à Tautira fut un fiasco. Leur souvenir de Samoa était encore trop vivace. En comparaison, Tahiti ne pouvait leur sembler qu’une fade copie ou une caricature. A Samoa, ils avaient trouvé un peuple vigoureux, fier de ses traditions et qui vivait encore à la manière polynésienne. A Tahiti, il n’existait presque plus rien de l’ancienne culture, même pas dans les districts. Henry Adams remarquait amèrement : « Le rhum est le seul amusement que la civilisation et la religion leur ont laissé et ils boivent, et boivent de plus en plus chaque année, tandis que les cultures diminuent, les plantations sont abandonnées et que la maladie mine la race. »

28La Farge avait toujours recours à son art pour rompre la monotonie de l’existence du petit village et passait son temps à faire des aquarelles vaporeuses. Henry Adams s’ennuyait, n’ayant personne d’autre avec qui parler : « Me voici assis, se lamente-t-il, regardant à travers les éternels troncs de cocotiers les brisants éternels, qui font le bruit d’un train toujours arrivant mais qui n’arrive jamais. » Henry Adams, qui ne manquait pas non plus de talent pour la peinture, essayait de suivre l’exemple de son ami. Cependant, se sentant constamment dépassé par celui-ci, il abandonna rapidement. Il était au fond très intéressé par la vie du village, mais, avec sa nature timide et contemplative, il avait besoin d’un guide qui aurait pu l’initier à la vie tahitienne et l’aider à la comprendre.

29La situation s’améliora soudain au milieu de mars, lorsque Tati arriva pour organiser une cueillette d’oranges. Grâce à son éducation à la fois européenne et tahitienne, Tati était justement ce guide et intermédiaire qui manquait à Adams. Aussi, quand il invita les deux amis à assister à une fête qui devait avoir lieu à Papara à l’occasion de l’inauguration d’un nouveau pont sur la rivière Tarahu, Adams accepta immédiatement avec enthousiasme. Soit dit en passant, le pont en question remplaçait celui qui avait été construit avec des pierres du grand marae Mahaiatea et emporté par les crues en 1865.

30Adams trouva ennuyeuse et ridicule la pompeuse cérémonie officielle, présidée par celui qui, plus tard, devait être l’ennemi mortel de Gauguin, le gouverneur Lacascade ; mais, par contre, il fut encore plus fasciné que lors de sa première visite par les récits d’Arii Taimai. Cette fois, sa fille, l’ex-reine Marau, qui avait une trentaine d’années, était là aussi, ce qui était un avantage, car elle était une parfaite interprète, et il faut prendre ce mot ici dans sa signification la plus large. Voici comment Adams la décrit : « Il se peut qu’elle ait été belle une fois, mais ce n’est certainement pas sa beauté qui attire les hommes maintenant. Ce qu’elle a, c’est un visage plein de caractère et nettement intelligent, avec, en dessous, une expression de témérité... De toute manière, elle s’intéresse beaucoup à l’histoire de Tahiti, à sa poésie, à ses légendes et à ses traditions et, quand il s’agit d’histoires de fantômes, elle les raconte pendant des heures, en y croyant évidemment elle-même. »

31Adams, qui se plaisait toujours beaucoup en compagnie des femmes, conquit cette fois entièrement le cœur d’Arii Taimai par sa gentillesse, sa courtoisie et son intérêt sincère pour l’histoire et la culture tahitiennes. Elle lui montra son estime de la manière traditionnelle, en lui donnant un nom tahitien. Celui qu’elle choisit fut Taura A tua, vrai nom de son grand-père Tati et aussi celui du chef de Papara qui composa le beau poème d’amour reproduit dans le quatrième chapitre des Mémoires.

32Lorsque Arii Taimai et Marau s’en allèrent à Papeete après une semaine, Adams n’avait plus envie de retourner à Tautira. Lui et La Farge auraient voulu visiter les îles Marquises. Mais, à leur grande déception, il leur fut impossible de réaliser ce projet, malgré les efforts du gouverneur Lacascade pour les aider. Ils se décidèrent donc à reprendre le Richmond qui devait faire escale à Papeete à la fin d’avril et à aller aux îles Fiji, où ils espéraient trouver encore quelques cannibales authentiques. Plutôt que d’attendre à Papeete, ils chargèrent à bord de deux baleinières leur cuisinier, leur domestique, leurs meubles et tout le reste, et s’en allèrent à Moorea, où Tati, toujours prévenant, avait mis une maison à leur disposition. Ils durent, comme d’habitude, mener là aussi une grande vie, car en avril, comme en mars et en février, ils arrivèrent à dépenser 500 dollars dans le mois, somme qui, même aujourd’hui, suffit à une existence agréable dans les îles.

33Ils revinrent à Papeete le 25 avril, dans leurs baleinières et toujours à la voile, ce qui leur prit huit heures, temps normal à cette époque, pour apprendre qu’il n’y avait pas de place pour eux à bord du Richmond et qu’ils seraient obligés d’attendre jusqu’à son prochain retour, au début de juin. Heureusement, Henry Adams avait commencé à se plaire dans son existence tahitienne et il explique franchement pourquoi dans une lettre, datée du 27 avril : « Pour vous dire la vérité secrète, à ne souffler à qui que ce soit, ce pays m’a fait beaucoup de bien. Je ne me suis pas senti un idiot si sain depuis au moins six ans. Tahiti est tellement irréel, si semblable à une planète totalement différente, que je me suis très peu préoccupé de mes problèmes personnels. Je peux rester pendant des heures à somnoler sur le pas de ma porte n’ayant conscience que du merveilleux de l’air et de la lumière et de la beauté du décor, et ne pensant à rien d’autre. Les cochons sont des prodiges d’énergie et de nervosité en comparaison avec moi. Même les indigènes ne peuvent m’apprendre grand-chose quant à la paresse. La Farge travaille mais moi je ne fais que somnoler, même quand je prétends faire quelque chose. On ne peut décrire Tahiti. Ne vous attendez pas à ce que je le fasse. Je l’appelle un cimetière exquis. On voudrait être enterré ici. Presque tout y est plus ou moins mort. Papeete a l’air le plus drôle d’une petite ville perdue de la province française. Le reste de l’île ressemble à un village indien déserté. Le sentiment de la mort n’est pas douloureux ici mais seulement un peu triste et ensoleillé, excepté aujourd’hui quand la pluie tombe à verse. »

34Il n’avait donc rien contre une attente d’un mois, ou même plus longue. Par contre, John La Farge n’était pas aussi libre que son ami et avait une une certaine hâte de rentrer à New York où l’attendaient sa femme et ses neuf enfants. Henry Adams se mit donc obligeamment à la recherche d’une goélette à louer pour les transporter jusqu’à Fiji. Malgré la somme de 3 000 dollars qu’il offrait, il ne put en trouver aucune et ils furent forcés, bon gré mal gré, d’attendre le retour du Richmond. En l’absence du consul d’Amérique, ils s’installèrent au consulat qui avait l’avantage de se trouver contigu de la maison de ville de la famille Salmon.

35Leur visiteur le plus fréquent était l’ex-reine Marau qui habitait à cette époque à Faaa. Un jour, Henry Adams lui suggéra « pour la stimuler ou avoir un sujet de conversation », comme il le dit franchement lui-même, d’écrire ses mémoires et il lui déclara en plaisantant qu’il l’aiderait volontiers dans cette activité littéraire. A son grand étonnement, elle le prit tout à fait au sérieux et arriva quelques jours plus tard, le 10 mai, en compagnie de sa mère, prête à commencer à dicter au secrétaire bénévole. Grâce à l’excellente habitude qu’on avait encore à cette époque d’entretenir d’abondantes correspondances, art qu’Henry Adams pratiquait avec beaucoup de talent, nous pouvons suivre en détail la genèse de cette œuvre curieuse. Dès le 13 mai, il raconte : « J’ai maintenant commencé les mémoires de Marau et fait la première ébauche du chapitre d’introduction après avoir pris une quantité de notes sous sa dictée. »

36Henry Adams avait tout d’abord pensé que Marau devrait être le centre de l’histoire et que celle-ci se composerait essentiellement de ses souvenirs personnels. Mais bientôt le projet prit une tournure toute différente et des proportions insoupçonnées. Il n’était plus question des mémoires de Marau mais des légendes des Teva. Henry Adams constatait : « Mon intérêt a l’air d’avoir capturé la vieille dame, qui étonne ses enfants en me racontant des choses qu’elle ne leur Ariitaimai aurait jamais racontées à eux ; et, en même temps qu’ils servent d’interprètes, ils attrapent la maladie l’un après l’autre. » Il ne fallut pas longtemps à Henry Adams pour s’apercevoir qu’il avait commencé par le mauvais bout, à cause de son manque de familiarité avec ce genre de travail, Le 24 mai, il annonce : « J’ai arrêté d’écrire les mémoires, trouvant que sans généalogie sur laquelle m’appuyer, le récit était toujours faux ou inintelligible. » Il recommença donc depuis le début en demandant à ses collaborateurs de lui fournir le plus grand nombre possible d’arbres généalogiques.

37A l’aide de ceux-ci Henry Adams réussit enfin à rétablir un peu plus d’ordre chronologique. Mais il s’aperçut alors d’une autre difficulté contre laquelle tous les savants qui ont fait des recherches similaires ont du lutter. Les chants et les légendes ne formaient pas un récit continu, mais seulement des fragments on épisodes qui, selon les propres mots d’Henry Adams, « ne peuvent être rendus intéressants qu’en les liant par un texte ». Il convenait volontiers que « personne ne pourrait faire cela mieux que Stevenson, car il a la main facile, quand il veut, et peut écrire en vers aussi bien qu’en prose ». Malgré cet hommage sincère, on ne peut douter qu’Henry Adams était plus qualifié que Stevenson pour ce genre de travail.

38Pendant la dernière semaine de mai, une activité fébrile fut déployée au consulat américain de Papeete et le 31 mai Henry Adams notait : « Réellement, j’ai travaillé. J’ai débrouillé deux siècles d’histoire familiale et arrangé le tout très joliment. J’ai récrit deux chapitres, faisant une étude très savante sur la généalogie tahitienne, entrecoupée de légendes et de chants d’amour. »

39Deux chapitres, ce n’était qu’un début. Mais Henry Adams ne pouvait en faire plus car le Richmond devait être bientôt de retour et il était obligé de faire ses bagages. Marau, qui pendant tout ce temps avait été la force motrice, promit de compléter les notes et de les envoyer à Washington afin qu’Henry Adams put y terminer l’ouvrage. Il ne croyait pas beaucoup en cette promesse et il était très conscient que « lorsque la vieille cheffesse aurait disparu, il ne resterait personne dans l’île possédant une connaissance solide et exacte du passé ». Mais, pour dire la vérité, cela n’avait pas grande importance pour lui car, comme il le reconnaissait volontiers, il ne s’était intéressé à ce projet que pour « trouver un moment de distraction afin de varier la douce monotonie de l’île ».

40Cette fois-ci, il y avait de la place pour les deux amis à bord du Richmond quand celui-ci arriva comme prévu au début de juin. Pour ne pas quitter Tahiti sans avoir vu la côte est de l’île, Adams et La Farge s’embarquèrent à Hitiaa, où le Richmond chargeait régulièrement des oranges pour la Nouvelle-Zélande. Dans l’après-midi du 5 juin 1891 le steamer était de retour à Papeete pour prendre à bord les autres passagers, ce qui donna l’occasion à Adams et La Farge de faire leurs adieux à tout le clan Salmon. Peu de temps avant le coucher du soleil, ce même jour, le Richmond leva l’ancre et prit sa route vers Fiji, où le capitaine avait consenti à faire escale, en changeant une fois de plus son itinéraire, moyennant un supplément de 2 500 dollars. Les deux Américains manquèrent ainsi de peu de jours Paul Gauguin qui débarqua à Tahiti le 9 juin, encore plus rempli d’illusions et de l’espoir de trouver un Eden polynésien qu’ils l’avaient été eux-mêmes à leur arrivée. C’est ainsi que la postérité a probablement été privée non seulement de renseignements précieux sur les méthodes de création artistique de Gauguin par un confrère qualifié, mais aussi d’un portrait perspicace de son caractère par le spirituel Adams.

41A son retour à Washington, huit mois plus tard, au début de février 1892, Henry Adams trouva à son grand étonnement une épaisse enveloppe contenant les notes supplémentaires promises par la reine Marau. Ému de cette ténacité, il s’empressa de remplir sa promesse et se remit au travail. Il y fut aidé par Tati Salmon qui arriva inopinément en novembre 1892 à Washington, en voyage d’affaire. Henry Adams en profita pour le présenter à ses amis, entre autres au futur président des États-Unis, Théodore Roosevelt, qui fut très impressionné par la simple dignité et l’aisance de Tati.

42Henry Adams utilisait une méthode de travail excellente mais assez coûteuse : il faisait toujours imprimer de tous ses ouvrage, une première édition privée de six exemplairesmême pour son histoire des États-Unis en neuf volumes, totalisant 3 960 pagesqu’il envoyait à des spécialistes pour leur demander leur avis et leurs critiques, avant de faire imprimer une édition définitive. Il en fit de même dans ce cas-ci, ce qui prouve qu’il prenait maintenant cet ouvrage au sérieux. En hommage à sa principale collaboratrice, il garda le titre primitif : Memoirs of Marau Taaroa, Last Queen of Tahiti. La date de l’impression indiquée est 1893, mais Henry Adams ne dut en prendre livraison que très tard dans l’année, car ce n’est que le 16 janvier 1894 qu’il rapporte à son ami John Hay que le travail est terminé dans les phrases suivantes : « J’ai fait imprimer et envoyé à Marau un petit volume de ses Memoirs, espérant ainsi encourager la famille à fournir plus de notes, car j’ai vraiment grand plaisir à écrire ces pages de l’histoire. En ce faisant, je me suis aussi rendu compte pourquoi je hais l’histoire américaine. Tahiti est entièrement littéraire. L’Amérique n’a pas de conception littéraire. L’une est tout art. L’autre est toute commerciale. Toutes deux ont également fait faillite. C’est leur seule ressemblance. »

43Cette citation est très révélatrice de l’état d’esprit dans lequel Henry Adams se trouvait à ce moment-là et explique bien son évolution ultérieure. Son voyage dans les Mers du Sud fut en effet un tournant dans sa vie, car il l’avait fait réaliser clairement, pour la première fois, son aversion, jusque-là latente, des contradictions et des insuffisances de la société commercialisée et matérialiste dans laquelle il vivait. Sachant qu’il n’existait plus, même pas dans les Mers du Sud, un paradis parfait où il pourrait trouver refuge et, dans le regret de ne pas posséder un élan révolutionnaire pour transformer le monde, il se consola par la suite en étudiant avec passion le moyen âge, durant lequel il avait existé, il en devenait de plus en plus convaincu, une unité spirituelle et un idéalisme dynamique. L’expression la plus parfaite de l’esprit de cette époque, il la trouva dans les cathédrales de France, où, dès 1895, il passa plusieurs mois chaque année. Il renonça à toutes autres recherches et le seul ouvrage qu’il publia pendant les 27 dernières années de sa vie, jusqu’à sa mort en 1918, fut son essai sur Le Mont Saint-Michel et Chartres, qui est plutôt une méditation philosophique et religieuse qu’une étude de l’histoire et de l’architecture de ces deux glorieux monuments. Sa tendance à idéaliser le passé transparaît déjà dans l’édition définitive de sa compilation tahitienne qui parut à Paristoujours en anglaisen 1901, mais cette fois sous le titre mieux justifié de Memoirs of Arii Taimai et dont cette publication est une traduction. La différence principale entre la première version de 1893 et celle de 1901 consiste en l’addition de cinq nouveaux chapitres (VII et XV à XVIII). Les autres changements se limitent à quelques corrections de dates et de références et à des améliorations de style. On ne sait pas avec certitude combien d’exemplaires de cette édition, toujours hors commerce, furent imprimés, mais nous doutons que le nombre ait pu dépasser vingt, ce qui explique pourquoi cet ouvrage est, de nos jours, un des plus rares de tous les livres sur Tahiti. Les exemplaires connus appartiennent à :

44La Adams Collection de la Massachusetts Historical Society (2 exemplaires),

45la Library of Congress,

46la Houghton Library de l’Université de Harvard,

47le Bernice P. Bishop Museum, Honolulu,

48la bibliothèque d’Adelbert College de l’Université de Western Reserve,

49la bibliothèque de l’Université de Michigan,

50la William L. Clements Library de l’Université de Michigan,

51la Public Library de New York,

52la Public Library de Boston,

53le British Museum, Londres,

54la Bibliothèque Nationale, Paris,

55le Musée de Papeete, Tahiti,

56la Princesse Takau.

57De la première édition « provisoire » on ne connaît que trois exemplaires : deux qui se trouvent dans la Adams Collection de la Massachusetts Historical Society et le troisième dans la bibliothèque océanienne du Père O’Reilly.

58Henry Adams essaie obstinément de prétendre, du début jusqu’à la fin du livre, que c’est Arii Taimai elle-même qui tient la plume, bien que l’absurdité manifeste de cette fiction soit révélée à tout instant par les citations d’ouvrages savants et les allusions à l’histoire européenne et même grecque etromaine, dont le texte est parsemé. Un autre fait qui frappe immédiatement le lecteur, même s’il ne connaît pas du tout la genèse du livre, est son caractère composite. Heureusement il est assez facile de séparer grosso modo la contribution d’Henry Adams de celle d’Arii Taimai à cause de la provenance bien distincte de leur documentation. Une telle analyse, basée sur des critères internes, révèle rapidement que la moitié de l’ouvrage seulement (chapitres II-V, VII, IX et XVI-XVIII) est basée sur des renseignements fournis par Arii Taimai.

59Sur ces neuf chapitres, cinq (II-V et VII) sont composés de traditions historiques des Teva, accompagnés de tableaux généalogiques, un (IX) de documents semblables provenant des Porionuu, et plus loin un (XVI) de légendes de Moorea, tandis que les deux derniers chapitres du livre sont enfin des souvenirs personnels d’Arii Taimai et ainsi les seuls à justifier le titre. Il est particulièrement regrettable que l’ouvrage ne contienne pas plus de parties autobiographiques de ce genre, car que ne donnerions-nous pas pour avoir, par exemple, un portrait vivant du grand Tati ou une description détaillée de la vie à la cour de la reine Pomaré pendant sa jeunesse, faits par une personne qui les avait connus aussi intimement qu’Arii Taimai. Mais on ne peut guère reprocher cette lacune à Henry Adams qui dut se contenter de ce que Marau et Tati voulurent bien lui fournir. Des études publiées ultérieurement par l’exreine Marau dans le Bulletin de la Société des Études Océaniennes, ainsi que les renseignements supplémentaires qu’elle fournit vers la fin de sa vie aux ethnologues américains Craighill et Willowdean Handy, montrent bien que les connaissances d’Arii Taimai étaient fort loin d’avoir été épuisées par sa contribution apportée aux Mémoires.

60Les chapitres écrits entièrement par Henry Adams sont basés sur les récits bien connus de Wallis, Cook, Bougainville, Bligh et des missionnaires de la Société de Londres et ils sont de valeur très inégale. Certains, comme les chapitres XIII et XIV ne sont en effet que de simples compilations. D’autres, par contre, nous offrent des synthèses et des interprétations très judicieuses. Ceci est vrai surtout pour les admirables chapitres X-XIII, dans lesquels Henry Adams anticipe les études, dites d’acculturation, maintenant très en vogue, en analysant l’influence européenne sur la société tahitienne sous tous ses aspects. Et c’est justement parce qu’il ne se limite pas à faire une simple chronique des escales des navires européens, comme beaucoup d’auteurs le font encore de nos jours, et parce qu’il voit constamment les événements du point de vue tahitien, qu’il est capable d’élucider si bien l’histoire de Tahiti et de corriger de nombreuses erreurs.

61Si Henry Adams avait eu l’occasion d’entreprendre ce travail quelques années auparavant, il aurait certainement séparé d’une manière plus nette les contributions d’Arii Taimai des siennes, ce qui aurait sans doute augmenté la valeur historique et ethnologique de l’ouvrage. Mais à cette période de sa vie il ne lui suffisait plus de chercher la vérité historique et il est évident que son souci principal était de donner une forme littéraire aux Mémoires. Les exigences scientifiques et littéraires ne sont cependant pas tout à fait conciliées et l’œuvre est loin d’être homogène.

62Quant au style, il est d’un bout à l’autre ironique, bien qu’Henry Adams voit surtout l’histoire de Tahiti, depuis sa découverte, comme une grande tragédie. Cette manière de plaisanter des choses les plus importantes est du reste un trait caractéristique d’Henry Adams et peut, sur le plan personnel, être considéré comme un moyen de défense, une manière de rendre la vie plus supportable. Un autre aspect du livre, dont il faut aussi chercher l’explication dans la personnalité de l’auteur, est sa tendance souvent exagérée de glorifier et idéaliser l’ancienne société tahitienne et qui peut être attribuée au malaise qu’il ressentait dans sa propre société. Dans l’ensemble, heureusement, l’historien professionnel domine et on ne peut nier l’exactitude de sa thèse principale, c’est-à-dire que le résultat de toutes les interventions européennes a été la démolition complète de l’équilibre social et économique qui existait dans l’île à la découverte. Ce n’est qu’en gardant bien cette thèse à l’esprit que l’on comprend pleinement sa critique mordante de la dynastie des Pomaré. Ses sentiments anticolonialistes et anti-missionnaires ne doivent pas être non plus interprétés comme des préjugés personnels puisqu’ils sont aussi basés sur une analyse rationnelle des événements historiques. Il n’est pas sans intérêt de remarquer que ce ne sont pas les Français qui sont le plus attaqués par l’ironie virulente d’Henry Adams, mais les Anglais, tout simplement parce que la plupart des interventions malheureuses faites au cours de l’histoire de Tahiti, l’ont été par des personnes de cette nationalité. Qu’il s’agisse de la dynastie des Pomaré ou des Anglais, les sentiments d’Henry Adams coïncident du reste parfaitement avec ceux du clan des Teva, dont le grand Tati fut le premier et le plus influent des chefs tahitiens à prendre parti pour la France en 1842.

63A cause de son caractère privé et de son tirage extrêmement limité, la publication des Memoirs of Arii Taimai, en 1901, passa absolument inaperçue et, jusqu’à nos jours, ce livre d’une importance capitale pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire et à l’ethnologie de Tahiti est resté entièrement inconnu du grand public et souvent ignoré des spécialistes eux-mêmes. C’est pourquoi la liste suivante des résumés, extraits, traductions et réimpressions des Memoirs est bien courte.

64Il n’y a rien d’étonnant à ce que le premier qui se soit servi des légendes d’Arii Taimai fut le compagnon de voyage d’Henry Adams, John La Farge qui, dès 1897, publia des résumés des aventures amoureuses de Hototu, Taura Atua et Aromaiterai dans une anthologie littéraire américaine, Library of the World’s Best Literature, sous le titre de « The Teva Poets : Notes on a Poetic Family in Tahiti ». Il inclut ces mêmes passages, sous une forme plus élaborée, ainsi que quelques poèmes supplémentaires, dans son livre de voyage Reminiscences of the South Seas, qui ne fut publié qu’en 1912, deux ans après sa mort. Déjà avant cette date, un touriste de l’époque, le chirurgien Nicholas Senn, de Chicago, avait utilisé l’édition de 1901, pour embellir quelques chapitres de son récit de voyage, Tahiti, the island paradise, publié en 1906.

65L’ethnologue allemand, Arthur Baessler reproduit en 1900, dans son livre Neue Südseebilder, deux légendes des Teva (celles de Hurimaavehi et de Taurua), deux des Porionuu (celles de Taia et Niuhi) et de nombreuses généalogies tahitiennes. Bien qu’il fut arrivé à Tahiti dès le mois d’août 1896 (Voir : Verhandlungen der Berliner Gesellschaft fur Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte, Jahrgang, 1896, p. 463-67), il ne rencontra Tati que l’année suivante, quelques semaines après la mort d’Arii Taimai. Sans qu’il veuille bien l’avouer dans son livre, une rapide comparaison montre clairement que tous ces renseignements proviennent de l’édition provisoire des Memoirs de 1893, dont Tati possédait un exemplaire. D’une manière beaucoup plus louable, un autre ethnologue allemand, l’océaniste Paul Hambruch, montra son appréciation de l’ouvrage en traduisant entièrement dans sa langue l’édition définitive de 1901. Cette traduction qui parut en 1920 sous le titre Denkwürdigkeiten von Arii Taimai E (Mitteilungen aus dem Museum fur Völkerkunde in Hamburg, vol. VIII), est d’une correction scrupuleuse, mais l’introduction n’éclaire guère le lecteur sur la genèse de l’ouvrage, car elle consiste surtout en une critique violente de la politique coloniale française, ce qui n’est pas très étonnant si l’on considère la nationalité du traducteur et l’année de la publication.

66A peu près à la même époque quelques écrivains français découvrirent enfin à leur tour des Memoirs of Arii Taimai. Le premier fut Marc Chadourne, alors chef de cabinet du gouverneur de Tahiti, qui publia quelques chapitres en une traduction abrégée dans le Bulletin de la Société des Études Océaniennes. Le second fut le journaliste Paul Rugière qui donna un aperçu hâtif de l’histoire de Tahiti dans le numéro du 1er février 1922 du Mercure de France. D’après ses propres affirmations, il rencontra à Papara « des descendants directs des chefs de Teva », qui lui communiquèrent des « mémoires inédites ». Il ne peut y avoir aucun doute qu’il s’agissait de l’édition de 1901 des Memoirs of Arii Taimai. Deux décades passèrent avant la publication, à Papeete, en 1941, d’un autre résumé du même genre, celui d’Étienne Micard.

67Depuis, les Memoirs of Arii Taimai ne sont sortis de l’oubli profond dans lequel ils étaient retombés qu’une seule fois, en 1947, lorsque le spécialiste d’Henry Adams, Robert Spiller, professeur de littérature américaine à l’Université de Pensylvanie, les réédita. Le mérite principal de cette nouvelle édition est qu’elle consiste en un fac-similé de celle de 1901, mais malheureusement le tirage en fut si petit que déjà il est presque aussi difficile de s’en procurer un exemplaire que de l’édition originale.

68La traduction présentée ici a été exécutée, sur l’instigation du Père O’Reilly, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, par M. André Lebois, agrégé d’anglais, alors professeur au lycée de Nantes. Notre contribution s’est limitée à la revoir sous l’aspect tahitien, a en unifier l’orthographe des noms géographiques qui ont reçu la graphie moderne officiellement utilisée. Nous avons été tenté de standardiser aussi les noms de personnes qui varient énormément selon l’humeur de chaque auteur, surtout quand celui-ci essaie d’appliquer l’orthographe anglais qui, par son illogisme bien connu, ne convient même pas à sa propre langue. Mais, prudemment, nous avons résisté à cette tentation, car de tels efforts auraient été vains, étant donné qu’il n’est plus possible de connaître avec certitude l’étymologie de chaque nom. Pour la même raison, nous n’avons pas essayé non plus d’ajouter des signes diacritiques pour indiquer le coup de glotte et la longueur des voyelles. Afin d’éviter une source d’erreurs supplémentaires, nous avons, par contre, demandé à une linguiste qualifiée, Mlle Aurora Natua, de traduire directement en français les nombreux poèmes tahitiens du texte. Elle en a profité pour corriger en même temps quelques petites fautes d’impression évidentes, dans le texte original.

69Il nous reste seulement à ajouter qu’au lieu de suivre la méthode d’Henry Adams pour les références, qui consistait à faire des notes au bas des pages, nous avons adopté le système moderne, plus pratique, de numération entre parenthèses, placée avant ou après chaque citation. Le premier chiffre indique le numéro de l’ouvrage dans la liste bibliographique complète qui se trouve à la fin du volume, et les chiffres suivants, le volume et la page où se trouve la citation.

70Londres, 10 avril 1963.

Table des illustrations

Légende ARII TAIMAI (1821-1897)PRINCESSE TERIIRERE I OTU RAU MA TORAI ARIIOEHAU.« Sa parole avait un charme irrésistible. Dans sa bouche, la langue tahitienne qu’elle parlait à la perfection était une musique douce et pénétrante qu’on ne se lassait pas d’écouter ».
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 919k

© Société des Océanistes, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search