Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail du mythe

 | 
Bernard Juillerat

Les héros phalliques

Chapitre 1. Et l’homme créa la femme*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’identique absolu, c’est Ego, identique à lui-même… »
Françoise Héritier, Les deux sœurs et leur mère, p. 225.

I

« Au commencement, un casoar était seul dans la nuit, immobile, les yeux grands ouverts… ». Et puis ? Et puis rien. Ce n’est pas un mythe, seulement une image de ce qu’il y avait avant que tout commence. Est-ce la faute de l’ethnologue s’il n’a pas obtenu qu’on lui raconte la suite, ou n’y a-t-il justement pas de suite ? On ne le saura peut-être jamais et, pour l’instant, il faut se faire une raison… C’est un pseudo-récit sans commencement ni fin, un non-mythe qui s’éternise. L’oiseau est là, ne vient de nulle part, ne va nulle part. Car il n’est en aucun lieu, lui-même le seul lieu qui existe. Il n’est en aucun moment, hors temps. Il est le monde entier à lui seul, sans risque d’être dérangé par l’intrusion du mouvement. Comme on dit dans les non-mythes, le ciel et la terre ne se sont pas encore séparés. Le conteur précise : « immobile ». Non parce que le casoar se repos...

© Société des Océanistes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540