Version classiqueVersion mobile

Tatouages d’Océanie

 | 
Sébastien Galliot

L’opération : entre initiation collective et marquage personnalisé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme toute réalisation exceptionnelle (fabrication de pirogues, de maisons, d’objets sacrés), l’intervention sur le corps nécessitait la mise en place de prescriptions et de proscriptions rituelles contrôlées par l’expert en tatouage. L’écoulement de sang et le risque de dispersion du mana ainsi que la présence d’êtres invisibles étaient autant d’éléments qui faisaient de la réalisation d’un tatouage un moment risqué et ritualisé. Sur le modèle désormais bien connu des « rites de passage », l’opération de tatouage se présentait rarement comme une action profane (fig. 21- 24). Le ou les patients étaient le plus souvent tatoués dans un abri ou une maison spéciale située à l’écart des habitations. Ainsi, leur personne se trouvait dans un état transitoire (tapu, fa’asā : interdit) durant l’opération et ils ne pouvaient réintégrer le cours normal de leurs activités qu’après une cérémonie venant entériner la fin du rituel. Alors seulement, les personnes nouvellement tatouées étaient prés...

© Société des Océanistes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search